Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

4e partie. Archéologie

À propos de quelques basiliques de Gaule et de la Péninsule Ibérique

Note de l’éditeur

Extrait de Quaderni, 10-12, 1987 (Studi Lunensi e prospettive sull’Occidente romano, Lerici, 1985), p. 37-52.

Texte intégral

  • 1 J.-Ch. Balty, Curia Ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies prov (...)
  • 2 E. Sjöquist, Kaisareion. A Study in architectural Iconography, dans Opuscula Romana, I, 1954, p. 8 (...)

1Le développement des recherches sur l’origine des monuments du culte impérial1 et les progrès de la réflexion sur les liens qu’entretiennent architecture et idéologie impériale2 nous conduisent à poser, comme préalable à l’étude des basiliques de Gaule et de la Péninsule Ibérique, le problème du sens même du mot basilique et à nous interroger sur son ambiguïté en Occident, pour pouvoir définir, dans le cadre géographique qui nous est imparti, sa ou ses fonctions en relation avec les chemins processionnels.

  • 3 J. Malalas, Chronographie, éd. A. Schenk von Stauffenberg, Die romische Kaisergeschichte bei Malal (...)

2Il faut aller tant à Antioche qu’à Alexandrie pour découvrir les origines du Kaisareion qu’on appelle aussi basiliké, grâce à la Chronographie de J. Malalas3.

  • 4 Id., IX, p. 217,5-12.
  • 5 Strab., XVII, 9 (p. 794) a vécu dans la métropole égyptienne entre 25 et 20 av. J.-C.
  • 6 Philo. Legatio ad Gaium. 22, 151, éd. S. Reiter apud E. M. Smallwood, Philonis Alexandrini legatio (...)
  • 7 Plin., NH, XXXV, 69 : et alii duo Alexandreae ad portum in Caesaris templo.

3À Alexandrie4, le Kaisareion, où il faut voir le Kaisareion de Strabon5, est évoqué avec une certaine précision, malgré ses redondances verbales, par Philon6 : “Aucun sanctuaire (τἐμενος) n’est comparable à celui que l’on appelle maintenant Sebasteion, temple dédié à César Epibateios, construit en face des ports aux bons mouillages, élevé jusqu’à une très grande hauteur, et le plus éclatant qui soit, qu’il n’en existe nulle part ailleurs de semblable, rempli d’offrandes, entouré de peintures et de statues d’or et d’argent, enclos (τἐμενος) très vaste par ses portiques, ses bibliothèques, ses ‘clubs’, ses bosquets, ses propylées, ses espaces découverts, ses cours, le tout disposé avec le plus d’art et de richesse”. Il s’agit donc d’un enclos sacré, entouré de portiques, orné de propylées d’accès ; le Kaisareion est lié au culte impérial. César est vénéré comme epibateios (débarquant en 48 av. J.-C.) et Auguste et ses successeurs l’ont tout naturellement transformé en Sebasteion. Pline l’Ancien7 mentionne ses deux obélisques. Aucune fouille n’est venue préciser le plan au sol de ce monument qu’il faut éclairer en le rapprochant de celui d’Antioche mais en lui gardant son originalité.

  • 8 Malalas, IX, p. 216. 19-21.
  • 9 Id.,ibid., p. 287, 1-4.
  • 10 Id., ibid., p. 339, 12-15.
  • 11 G. I. Downey, The architectural significance of the words stoa and basiliké in classical litteratu (...)

4J. Malalas8 note en effet la construction fin 48-début 47 par César à Antioche d’une Basiliké qu’il appelle le Kaisareion, basiliké où il établit une statue de bronze de la Tyché de Rome ; plus loin, à l’occasion d’un événement remontant au règne de Commode9, il fait allusion à l'εξάερον (cour) de la basiliké appelé Kaisarion “construite par Jules César, le dictateur, et où se trouvait la statue du même César, celle qui était en dehors de l’abside (χόγχη) de la basiliké” ; enfin, dans un troisième passage10, il décrit les transformations subies par le Kaisareion sous Valens : “l’Empereur ayant élevé une colonne ornée d’une statue à son frère Valentinien au centre de la place, érigea une statue de marbre dans le Sénat de l’abside, et au milieu de la basiliké qui est dans l'abside, une autre statue de pierre de prix au même et très divin empereur Valentinien’’. Certes, cette phrase présente quelques difficultés relevées par la plupart des commentateurs11. Pour les résoudre, J.-Ch. Balty pense à une interpolation introduite par le scribe. En résumé, au départ, le Kaisareion d’Antioche comportait une basiliké ; celle-ci contenait une abside en dehors de laquelle se dressait une statue de César. Valens restaura l’abside au moment de la construction de son forum, pour lequel il fut amené à détruire la basiliké proprement dite, l’édifice ayant aussi une cour non couverte, έξάερον.. Il y plaça une autre statue et, dans cette abside, Malalas l’appelle Senatos, il faut reconnaître la curie qui est une dépendance de la basiliké ou Kaisareion, fondé par César. La présence d’une statue de la Tyché de Rome confirme une telle identification.

  • 12 J. B. Ward Perkins et M. H. Ballance, The Caesareum at Cyrene and the basilica at Cremna, dans PBS (...)
  • 13 J. M. Reynolds, apud Ward Perkins-Ballance, p. 161-162.

5Pour aboutir à une vision architecturale cohérente du monument d’Antioche, il faut faire un détour par Cyrène et son Caesareum (fig. 1) récemment réétudié12. Sur le long côté existe une basilica forensis au sens vitruvien ; rien ne s’oppose à la présence au Kaisareion d’Antioche d’un édifice semblable à celui de Cyrène, même si la basilique longeant le Caesareum de Cyrène13 sur son flanc nord-ouest est bien postérieure à l’établissement initial de l'ensemble comme quadriporticus. De toute façon son insertion à un moment donné dans le cadre architectural préexistant n’a pas conduit à modifier la dédicace ni l’usage de celui-ci comme Caesareum.

6C’est donc que ce type de temenos peut parfaitement s’accommoder de la présence d’une basilique civile, au sens latin du terme. L’utilisation comme Sénat de l’abside du Kaisareion d’Antioche convient fonctionnellement à un édifice de ce genre et ajoute un exemple de plus à ceux qui sont connus dans la deuxième moitié du ier siècle avant Jésus-Christ. Ainsi on peut reconstituer l’aspect général du plan : une basilique avec abside et la cour de la basilique, où se trouvait la statue de César extérieure à la basilique, liée vraisemblablement à un temple, non cité par Malalas, mais qui assure à l’ensemble le nom de Kaisareion, connu par l’exemple d’Alexandrie. On peut d’ailleurs rapprocher ces dispositions du forum de Trajan à Rome et de celui de Lepcis Magna.

Fig. 1. Cyrène (Libye). Caesareum.

  • 14 J.-M. David, Le tribunal dans la basilique : évolution fonctionnelle et symbolique de la Républiqu (...)

7Ainsi on peut supposer pour les Kaisareia d’Alexandrie et d’Antioche un plan identique, où un temenos fermé clôture par des portiques une place autour d’un temple. Dans ce cas, basiliké ne peut avoir que le sens de stoa basiliké. À partir de ce type de monument, on pourrait penser à une double dérivation architecturale : l’une aurait uniquement gardé autour du temple le temenos à propylées et bosquet ; l’autre aurait conduit à la lignée d’un temenos ceignant un temple consacré au culte impérial et fermé à son extrémité par une basilique civile, flanquée de la curie, significative liaison du pouvoir et du sacré dès le premier des Césars14. Basiliké en tout cas garde une valeur ambiguë, que basilica assume à plusieurs reprises en Occident et ce, même au iie siècle après Jésus-Christ.

  • 15 AE, 1969-1970,405 a.
  • 16 Ibid, 1969-1970,405 a, b, c.
  • 17 A. Chastagnol, L'organisation du culte impérial dans la cité à la lumière des inscriptions de Renn (...)
  • 18 En particulier Chastagnol, Culte impérial Rennes, passim.
  • 19 CIL XI, 2, 2, 7431.
  • 20 J. Reynolds, New Evidence for the Imperial Cult in Julio-Claudian Aphrodisias, dans ZPE 43, 1981, (...)
  • 21 CIG 2839, 1,2.

8En Gaule, dans l’ordre chronologique de la recherche, c’est une inscription découverte à Rennes qui, la première, a interpellé les chercheurs. En effet on y lit15 : “que fussent placées sous cette inscription les statues dans la basilique du temple (c’est nous qui soulignons : basilica templi) et qu’y fussent disposés les emplacements des statues destinées aux puissances divines des pays (de numinibuspagorum)”. Nous sommes en 13516, chez les Riedones, dont le cheflieu est Rennes. Le culte impérial17 y est traditionnellement administré par le sacerdos de Rome et d’Auguste, qui honore l’Empereur vivant, son Génie et la Dea Roma autant que les divi et la domus divina ; cette année-là on construit le temple de Mars Mullo, à proximité de l’autel local de Rome et d’Auguste, et le flaminat particulier de ce dieu est étroitement associé au culte impérial. Les sacerdotes désormais peuvent consacrer des statues dans la basilique du temple de Mars Mullo. Comment interpréter cette basilica templi, expression dont la singularité n’a pas inquiété les exégètes de ces inscriptions de Rennes18. Nous nous proposons de voir, quant à nous, en nous appuyant sur le texte de Malalas, dans la basilica laporticus triplex qui entoure l’aire du temple, et à l’abri de laquelle seront placées les statues des sacerdotes et des numina pagorum : leur place serait étrange dans une basilique civile. Les exemples, l’un ancien de Ferento19 en Étrurie méridionale, l’autre récent d’Aphrodisias de Carie20, viennent à point nommé nous conforter dans cette hypothèse. À Ferentum (Ferento), une inscription datable des années 12-19 après Jésus-Christ désigne un Augusteum et cite les soixante-quatre statues réparties sous ses portiques. À Aphrodisias, dans ce qui est sans doute le Sebasteion21, les bases des statues des peuples symbolisant les victoires d’Auguste ont été rencontrées sous un portique, ainsi que les dédicaces aux divinités et aux membres de la dynastie impériale des Julio-Claudiens, tels Claude et Néron.

  • 22 P. Gros, Le sanctuaire des eaux à Nîmes, 2. L’édifice sud, dans RAC, 22, 1983, p. 163-172, repris (...)
  • 23 Au bassin de captage, dédicaces aux Lares Augustes, à Nemausus Augustus, dès 25 av. J.-C. (CIL XII (...)
  • 24 Malalas, IX, p. 217,5-12.
  • 25 SHA., V, Hadr., XII, 2 ; Cassius Dio, LXIX, 10, 3 qui précise la date : 124.
  • 26 In porticu Lentulorum 1.12 de AE, 1972,174.

9La brillante démonstration de Pierre Gros22, à propos du sanctuaire des eaux à Nîmes (fig. 2) nous offre un second exemple d’une basilica templi sous Hadrien. L’édifice sud est placé au centre d’un portique méridional, solidaire lui-même d’une porticus triplex, entourant une sorte de nymphée quadrangulaire. Cette monumentalisation du sanctuaire indigène du dieu Nemausus, récupéré par Auguste23, exige une entrée monumentale, des propylées, précisément à identifier avec l’édifice sud. Dans le texte décrivant le Καισόφειον d’Alexandrie, Malalas24 ne parle-t-il pas de propylées ? L’analyse des chapiteaux conduit P. Gros à proposer une datation hadrianique pour la mise en place définitive de ce hall d’entrée monumental où il nous invite à reconnaître la basilica Plotinae de Nîmes, connue par les sources25, où basilica-βασιλική est synonyme de portique. J’adhère à cette conclusion, d’autant plus que cette habitude d’honorer une gens ou un personnage illustre en donnant son nom à un portique existe à Rome depuis Pompée26.

Fig. 2. Nîmes, Le sanctuaire de la Fontaine d’après Naumann (il faut remplacer le Temple du Sud par les propylées monumentales).

  • 27 CIL XIII, 944, 945, 946.
  • 28 CIL XIII, 943, 949,955, 956.
  • 29 CIL XIII, 947 + 11042.
  • 30 CIL XIII, 948.
  • 31 CIL XIII, 941
  • 32 CIL XIII, 950-954.
  • 33 Lu plus complètement par Gruter.
  • 34 Dans une civitas gauloise, les citoyens romains sont réunis en collège présidé par deux curateurs  (...)
  • 35 On peut rappeler Liv., XLI, 26 (61) sur la clôture de l’espace réservé à l'emporium de Rome : empo (...)
  • 36 Voir les notes 34 et 37.

10Un troisième exemple de cet emploi de basilica pourrait venir de Périgueux. L’emprise du culte impérial est très forte dans le chef-lieu de la cité des Pétrucores : elle exalte les numina Augustorum27, accole aux dieux l’épiclèse Augustus, a28, associe les numina impériaux aux diverses divinités, comme la Grande Mère29 ou le deus Telo, dieu fleuve indigène, le Toulon30, lie Jupiter Capitolin au Génie de Tibère31. Or les fragments de trois inscriptions32 datant du iie siècle vraisemblablement permettent de reconstituer une grande partie d'un texte33, répété trois fois. Il s’agit d’une dédicace au deus Telo et à la dea Stanna, sans doute sa parèdre, et peut-être à la divinité impériale ; un notable, curateur du conventus des citoyens romains34, a clôturé l'aire s’étendant autour du temple (de ces divinités) [per] duas basilicas : c’est nous qui restituons [per] pour rendre compte de l’accusatif duas basilicas, il ne peut être question de comprendre qu’il a édifié deux basiliques civiles, une seule suffit bien à Périgueux. La clôture35 est sûre : consaeptum signifie qu’elle est totale par le préfixe con et par omne circa templum ; il manque un mot neutre, pourquoi pas hypaethrum, que nous allons rencontrer dans le sud de la Péninsule Ibérique36. Comprendre basilicas au sens de portique donne toute sa cohérence à la construction qui, d’autre part, entre dans une série bien connue de sanctuaires du culte impérial. Ce sens a non seulement été en vogue en Gaule longtemps mais il a été adopté dans la Péninsule Ibérique.

  • 37 CIL II, 1979 : elle est très mutilée. On restitue basilicam cum hypa[ethro]. R. Lazaro Pérez, Insc (...)
  • 38 C’est lui qui a demandé au Sénat de proclamer sa grand mère diva.
  • 39 Malalas, IX, 287,14.
  • 40 R. Étienne, Culte impérial et architecture. À propos d’une inscription de Lacipo (Bétique), dans Z (...)

11En effet, dans une inscription d’Abdère37, un flamine d’Auguste divinisé et sa mère, prêtresse de Livie divinisée, ont donné et dédicacé à un empereur vivant – Claude38 ? – ou à Auguste divinisé et lulia Augusta divinisée, un espace libre-hypaethrum qui ne peut être que la cour qui entoure le temple du culte impérial. Cet hypaethrum rappelle εξάερον, cité par Malalas à propos du Καισαρίον d’Alexandrie39 ; le temple à Abdère n’est pas cité, mais son existence est une évidence. Les deux dédicants rendent cette cour solidaire d’une basilica, qu’est-ce sinon la porticus triplex entourant l’espace cour, tout comme à Lacipo sous Tibère40 un notable dédicace à Divus Augustus une crypta cum hypaethro, soit un portique installé sur un cryptoportique clôturant l’espace cour.

12Certes, les divers exemples qui précèdent privilégient le sens de basilica porticus qui pourrait au moins ici, à Alméria comme pour Antioche, correspondre à une basilica civile de type vitruvien. Toutefois, peut-on parler de basilique vitruvienne, uniquement civile, ne vaut-il pas mieux essayer de dresser après l’analyse de ses fonctions, une typologie des basiliques de Gaule et de la Péninsule Ibérique d’après la place du monument sur un long ou petit côté du forum ?

  • 41 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine. III. L’Architecture, 1. L’urbanisme, les Monuments (...)
  • 42 Id., ibid., p. 470. Vitr. V, 1,4. parle des gens d’affaires qui fréquentent les basiliques.
  • 43 Vitrvv., V, 1,6.
  • 44 R. Étienne. La Curie de Pompée et la mort de César, dans Hommages à la mémoire de Jérôme Carcopino (...)
  • 45 Id., ibid., p. 74.
  • 46 Roselle : ier siècle av. J.-C. ; Lucus Feroniae, sur petit côté nord : fin ier siècle av. J.-C. ; (...)
  • 47 Le secteur civil et le secteur religieux sont ici complètement séparés et articulés suivant deux a (...)
  • 48 Balty, n. 297 : très semblable à celle de Glanum (monument à piliers), datant de la première décen (...)
  • 49 Grenier, III, 1, p. 496-505.
  • 50 Id.,ibid.,p. 476-478.
  • 51 Ph. Bridel, Le nouveau plan archéologique de Nyon, dans Archéologie Suisse, 5, 1982, p. 178-183.
  • 52 Balty, p. 317 ; elle est située sur le petit côté et on y reconnaît deux états ; la curie est plac (...)
  • 53 Grenier III, 1, p. 366-367, P.-M. Duval, Paris antique des origines au troisième siècle, Paris, 19 (...)
  • 54 Sur un petit côté, elle ressemble à la basilique de Fano, a les dimensions de celle de Roselle et (...)
  • 55 Pour Bavai, où le forum a été bien identifié mais insuffisamment fouillé, la basilique occuperait (...)
  • 56 P. Le Roux, La viie campagne de fouilles à Belo (Bolonia, province de Cadix), dans MCV, IX, 1973, (...)
  • 57 P. de Palol, Guίa de Clunia, 2e éd., Burgos, 1969, p. 36-37.

13On ne peut en effet se contenter d’une position éclectique pour définir le rôle d’une basilique civile en proposant, comme A. Grenier41, une typologie des entrées par le long ou par le petit côté, ou d’une division bien balancée des fonctions : au forum, les affaires publiques, à la basilique, les affaires privées, le tribunal et la bourse de commerce, ce qui, à vrai dire, ne relève plus des affaires privées42. A. Grenier tout de même intègre une dimension religieuse dans la basilique et rappelle que Vitruve, construisant une basilique à Fano43, a aménagé un sanctuaire impérial sur le long côté, qui se trouve placé sur le grand axe du forum et du temple de Jupiter : ainsi le forum de Fano présenterait le plus ancien exemple d’un dispositif fréquent des forums impériaux. Ainsi tout le forum est sacralisé et ce face à face divin rappelle celui de Vénus Victrix dominant le théâtre de Pompée44, et de Pompée, dont la statue se dressait dans la curie où César sera assassiné le 15 mars 44. Auguste déplacera cette statue sur le même axe sacralisant pour l’installer à la valva regia (la Porte royale)45. Dans le cas de Fano, les processions au moment des cérémonies du culte promènent les statues divines le long des portiques et certainement annexent la basilique à l’espace religieux. Grand hall public, la basilique peut accueillir l’assemblée des fidèles : cette parfaite adaptation, de par son emplacement sur le petit côté du forum, aux cérémonies du culte et à leur suite, explique que les architectes urbanistes lui ont donné leurs faveurs, par exemple en Italie46. Sans chercher un dénombrement complet pour la Gaule ou pour la Péninsule Ibérique, où les fouilles complètes de forums sont peu nombreuses, notons pour la première, en Narbonnaise, Glanum47 et Ruscino48 ; en Aquitaine, Saint-Bertrand-deComminges49 (fig. 3, C) ; en Celtique, Augst50 (fig. 3, B), Nyon51, Martigny52 et Lutèce53 (fïg. 3, A) ; en Belgique, Grand54 et Bavai55 ; dans la Péninsule Ibérique, Baelo Claudia (Bolonia)56 (fig. 4) en Andalousie, d’époque tibéro-claudienne, et Clunia en Tarraconnaise57 (fig. 5). Ces basiliques ferment solidement la place du forum et interdisent une circulation axiale. Elle se fait latéralement : le Caesareum de Cyrène par ses trois entrées monumentales ne réalisait-il pas déjà la synthèse de ces deux possibilités ? Dans le cas d’un forum double comme à Nyon, Lutèce, SaintBertrand-de-Comminges, où le cardo maximus passe entre l’aire sacrée et l’aire publique, qui ne sont sans doute pas au même niveau, elle balance la masse du temple et obture la perspective occidentale, l’entrée sur le forum se faisant par le nord et par le sud, perpendiculairement à l’axe sacralisant.

Fig. 3. A. Lutèce ; B. Augst ; C. Saint-Bertrand-de-Comminges.

Fig. 4. Belo (Espagne). Forum, basilique, temples.

Fig. 5. Clunia (Espagne). Temple du culte impérial.

  • 58 Grenier, III, 1, p. 344-346, On y distingue sur le grand axe deux absides et sur le petit axe une (...)
  • 59 Id., ibid..p. 291-304.
  • 60 P.-M. Duval, Paris antique, p. 136, fait la même remarque mais sans présenter de parallèle pour la (...)

14Le plus souvent, dans le cas des forums doubles, la basilique est située elle-même entre les deux aires : nous pourrions la nommer basilique-diaphragme, puisqu’elle met en communication les deux secteurs. C’est le cas à Alésia58 (fig. 6) et surtout à Arles59 (fig. 7). Les basiliques en général comportent une abside à chacune de leurs extrémités : ce n’est plus l’abside unique d’Antioche, accueillant une statue de Tyché et désignant cette pièce absidée comme curie. On ne peut rapprocher ce plan et cette disposition que de ceux du forum de Trajan60 et bien d’autres provinces les ont adoptés ; les itinéraires processionnels en sont facilités : la basilique ne fait pas écran mais peut être comme à Rome un espace transparent.

Fig. 6. Alésia. Le Forum.

Fig. 7. Arles. Temple, basilique, forum.

  • 61 Ou à Sabratha, la basilique flanque le long côté du forum avec une curie adjacente sur le petit ax (...)
  • 62 J. Alarcão et R. Étienne, L'architecture (Fouilles de Conimbriga, I), Paris, 1977, p. 35-38 (= Ala (...)
  • 63 L’expression est de P. Gros.

15Enfin la basilique peut comme à Cyrène61 être implantée sur le long côté : c’est le cas de la basilique augustéenne de Conimbriga62 (fig. 8). La surface utilisable étant plus grande, la curie, ici rectangulaire, est prévue dans le prolongement de la basilique sur ce même long côté. De plus l’axe nord-sud ne bute pas sur un bâtiment et une porte au sud permet de pénétrer sur la place. Lorsque la basilique occupe le petit côté, la curie est à chercher ailleurs au nord ou au sud. Le plan sur le long côté pourrait être donc plus original, plus logique et au total plus cohérent en dessinant un axe de circulation qui se confond avec l’axe sacralisant : il est l’héritier du plan des forums impériaux, tel le forum de César et de son impérieux axe sacralisant63.

Fig. 8. Conimbriga (Portugal). Plan poché du secteur monumental augustéen.

  • 64 Alarcão-Étienne, p. 87-111.

16En conclusion, nous pouvons être assuré que le dossier des basiliques de Gaule et de la Péninsule Ibérique reste ouvert. Il exige qu’on prenne en compte l'ensemble des monuments qui portent ce nom ou qui répondent à sa définition, aussi bien en Occident qu’en Orient. Nous pouvons affirmer que le mot a gardé de son étymologie une profonde ambiguïté et que basilica n’a jamais renié la Βασιλιχή στοὰ. À Antioche même Malalas appelle le Καισαρίον Ια Βασιλική. La basilique est une forme pétrifiée de portique. C’est si vrai qu’à Conimbriga64 (fig. 9) quand, du plan du forum italo-républicain, adopté sous Auguste, on passe sous les Flaviens au plan d’un forum “impérial”, où un portique sur cryptoportique sertit comme dans un écrin le temple agrandi du culte impérial, la place proprement dite est entourée d’une portions triplex qui reprend les deux tiers de l’aire occupée par la basilique augustéenne. La basilica laisse la place à la Βασιλική στοὰ : c’est un retour aux sources.

  • 65 P.-M. Duval, Paris antique, p. 136, parle de “bloc-forum” comme d’une formule sans doute imposée p (...)

17La basilique de toute façon est liée à un ensemble urbanistique qui est un forum fermé ou qui relève du temenos typus : ainsi il existe une modélisation des complexes impériaux65, y compris de leurs dimensions, sans qu’on puisse se contenter d’un modèle unique. D’un prototype alexandrin dérivent en effet plusieurs options qui sont choisies par les bourgeoisies municipales en fonction du site (Bilbilis), du poids de leur passé qui les conduit à chercher, comme en Italie, des compromis architecturaux entre les traditions républicaines et les solutions urbanistiques plus révolutionnaires. Il faut tenir compte aussi de la chronologie car la basilique-diaphragme illustre la vogue du plan d’Apollodore de Damas au forum de Trajan.

  • 66 Identification rejetée par les éditeurs après avoir été envisagée un bref instant. Je partage enti (...)

18De toute façon triomphe le plan axial propre au déroulement des cérémonies sacrées. Ainsi à Luni66, il faut reconnaître au sud de la place, sur le petit côté, une basilique.

  • 67 ILS, III, 2, 1959 ; voir aussi désormais R. Cavenaille, Corpus Latinorum Papyrorum, Wiesbaden, 195 (...)
  • 68 CIG II, 3276-3266 et J. Keil, Die Inschriften der Agora von Smyrna, dans Istanbuler Forschungen, X (...)
  • 69 Voir à ce sujet S. R. F. Price, Rituals andpower. The Roman Imperial cult in Asia Minor, Cambridge (...)

19Même si à Alexandrie, il n’est pas fait mention de basilique, une partie du Caesareum67 est utilisée par l’administration comme dépôt d’archives, nous disposons pour Smyrne68 de documents prouvant la même destination. Ainsi les fonctions de la basilique sont complexes : elle est une sorte de salle polyvalente. Sous l’Empire, même si elle est proche de la curie où s’exprime le droit de “bourgeoisie” et qui offre à l’autonomie municipale une aire d’ancrage, la basilique n’échappe pas aux cérémonies du culte, aux processions et aux réunions des dévots ; quand la statue impériale est présente dans une curie sanctuaire qui la jouxte, elle est encore mieux intégrée à un espace religieux impérial et participe à l’exaltation de la divinité de celui qui, honoré comme Auguste, Σεβαστός, est d’une certaine façon69 l’héritier du βασιλεύς hellénistique, créateur, précisément de la Βασιλική στοἀ, qui lie définitivement le pouvoir au sacré.

Fig. 9. Conimbriga (Portugal). Plan poché du secteur monumental flavien.

Notes

1 J.-Ch. Balty, Curia Ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain (thèse présentée devant l'Université de Bruxelles en mai 1961, qui doit paraître très remaniée et mise à jour en 1987).

2 E. Sjöquist, Kaisareion. A Study in architectural Iconography, dans Opuscula Romana, I, 1954, p. 86-108 (= Sjöquist).

3 J. Malalas, Chronographie, éd. A. Schenk von Stauffenberg, Die romische Kaisergeschichte bei Malalas, Stuttgart, 1931 (= Malalas).

4 Id., IX, p. 217,5-12.

5 Strab., XVII, 9 (p. 794) a vécu dans la métropole égyptienne entre 25 et 20 av. J.-C.

6 Philo. Legatio ad Gaium. 22, 151, éd. S. Reiter apud E. M. Smallwood, Philonis Alexandrini legatio ad Gaium (edited with an introduction, translation and commentary), Leyde, 1961, p. 92-93.

7 Plin., NH, XXXV, 69 : et alii duo Alexandreae ad portum in Caesaris templo.

8 Malalas, IX, p. 216. 19-21.

9 Id.,ibid., p. 287, 1-4.

10 Id., ibid., p. 339, 12-15.

11 G. I. Downey, The architectural significance of the words stoa and basiliké in classical litterature, dans AJA, XLI, 1937, p. 197-199 et 201-202 ; Sjöquist, p. 93-94. G. I. Downey, A History of Antioch in Syria from Seleucus to Arab conquest, Princeton, 1961, p. 154-155, 632-640.

12 J. B. Ward Perkins et M. H. Ballance, The Caesareum at Cyrene and the basilica at Cremna, dans PBSK. XXVI, 1958, p. 137-167 et p. 186-194 (= Ward Perkins-Ballance).

13 J. M. Reynolds, apud Ward Perkins-Ballance, p. 161-162.

14 J.-M. David, Le tribunal dans la basilique : évolution fonctionnelle et symbolique de la République, dans Architecture et Société de l’archaïsme grec à la fin de la République romaine, Rome, 1983, p. 219-245.

15 AE, 1969-1970,405 a.

16 Ibid, 1969-1970,405 a, b, c.

17 A. Chastagnol, L'organisation du culte impérial dans la cité à la lumière des inscriptions de Rennes, dans A. Rouanet-Liesenfeld, La civilisation des Riedones (Archéologie en Bretagne, suppl. 2), Brest, 1980, p. 187-199 (= Chastagnol, Culte impérial Rennes).

18 En particulier Chastagnol, Culte impérial Rennes, passim.

19 CIL XI, 2, 2, 7431.

20 J. Reynolds, New Evidence for the Imperial Cult in Julio-Claudian Aphrodisias, dans ZPE 43, 1981, (Gedankschrift für Hans-Georg Pflaum), p. 317-327. Voir aussi K. T. Erim, Récentes découvertes à Aphrodisias de Carie, 1978-1980, dans RA, 1982, p. 163-169.

21 CIG 2839, 1,2.

22 P. Gros, Le sanctuaire des eaux à Nîmes, 2. L’édifice sud, dans RAC, 22, 1983, p. 163-172, repris dans La Médecine en Gaule, Paris, 1985, p. 183-192.

23 Au bassin de captage, dédicaces aux Lares Augustes, à Nemausus Augustus, dès 25 av. J.-C. (CIL XII, 3076-3077, 3102). Présence de deux ateliers pour la décoration du socle central : A. Roth Congès, Le nymphée, dans La médecine en Gaule, Paris, 1985, p. 167-178 : le premier a travaillé au cours de la deuxième décennie, le deuxième au cours de la première. Sur l’ensemble du sanctuaire, voir P. Gros, L’Augusteum de Nîmes, dans RAN, XVII, 1984, p. 123-134.

24 Malalas, IX, p. 217,5-12.

25 SHA., V, Hadr., XII, 2 ; Cassius Dio, LXIX, 10, 3 qui précise la date : 124.

26 In porticu Lentulorum 1.12 de AE, 1972,174.

27 CIL XIII, 944, 945, 946.

28 CIL XIII, 943, 949,955, 956.

29 CIL XIII, 947 + 11042.

30 CIL XIII, 948.

31 CIL XIII, 941

32 CIL XIII, 950-954.

33 Lu plus complètement par Gruter.

34 Dans une civitas gauloise, les citoyens romains sont réunis en collège présidé par deux curateurs : cf. CIL XIII, 5073. Voir R. Étienne, Un complexe monumental du culte impérial à Avenches, dans Bull, de l’Assoc. Pro Aventico, 29, 1985, p. 5-26, p. 17. Il n’est pas besoin de souligner la place de ce collège et de ces curateurs dans le culte impérial : A. Audin, J. Guey et P. Wuilleumier. Inscriptions latines découvertes à Lyon dans le pont de la Guillotière, dans RÉA, LVI, 1954, p. 297-316.

35 On peut rappeler Liv., XLI, 26 (61) sur la clôture de l’espace réservé à l'emporium de Rome : emporium... stipitibus saepserunt.

36 Voir les notes 34 et 37.

37 CIL II, 1979 : elle est très mutilée. On restitue basilicam cum hypa[ethro]. R. Lazaro Pérez, Inscripciones romanas de Almerίa, 1980, n. 2.

38 C’est lui qui a demandé au Sénat de proclamer sa grand mère diva.

39 Malalas, IX, 287,14.

40 R. Étienne, Culte impérial et architecture. À propos d’une inscription de Lacipo (Bétique), dans ZPE, 43, 1981 (Hommages H.-G. Pflaum), p. 135-142.

41 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine. III. L’Architecture, 1. L’urbanisme, les Monuments (Capitole, Forum, Temple, Basilique) Paris, 1958 ; chap. V, La basilique, p. 470-560, sur cet éclectisme, p. 474 (= Grenier, III, 1).

42 Id., ibid., p. 470. Vitr. V, 1,4. parle des gens d’affaires qui fréquentent les basiliques.

43 Vitrvv., V, 1,6.

44 R. Étienne. La Curie de Pompée et la mort de César, dans Hommages à la mémoire de Jérôme Carcopino, Paris, 1977, p. 71-79, p. 75-77.

45 Id., ibid., p. 74.

46 Roselle : ier siècle av. J.-C. ; Lucus Feroniae, sur petit côté nord : fin ier siècle av. J.-C. ; Ordona : fin ier siècle avec curie adjacente ; Sepino : basilique sur le petit côté ouest, avec une salle annexe surélevée comprenant tribunal et curie : époque augustéenne ; Iuvanum : basilique sur portique nord avec exèdre centrale à abside.

47 Le secteur civil et le secteur religieux sont ici complètement séparés et articulés suivant deux axes perpendiculaires. Voir J. Balty, Basilique et curie du forum de Glanum. Note sur le centre monumental de la ville augustéenne, dans Latomus, XXI, 1962, p. 279-319 ; la basilique est située sur le petit côté nord du forum et est coiffée d’une curie contiguë plus au nord ; l’ensemble des constructions est daté de 20 av. J.-C. pour J. Balty, p. 305. Pour les temples géminés, voir P. Gros, Les temples géminés de Glanum, Étude préliminaire, dans RAN, XIV, 1981, p. 125-177 : ils dateraient de 27 av. J,-C., au maximum de 10 av. pour la mise en place. Le même auteur a repris tout récemment l'examen du forum et de la basilique de Glanum : P. Gros et P. Varène, Le forum et la basilique de Glanum. Problèmes de chronologie et de restitution, dans Gallia, 42,1984, p. 21-52 ; premier forum : 40 av. J.-C. ; deuxième forum :-10/+10.

48 Balty, n. 297 : très semblable à celle de Glanum (monument à piliers), datant de la première décennie de l’ère.

49 Grenier, III, 1, p. 496-505.

50 Id.,ibid.,p. 476-478.

51 Ph. Bridel, Le nouveau plan archéologique de Nyon, dans Archéologie Suisse, 5, 1982, p. 178-183.

52 Balty, p. 317 ; elle est située sur le petit côté et on y reconnaît deux états ; la curie est placée au nord, comme à Glanum, et dans un premier état elle était désaxée.

53 Grenier III, 1, p. 366-367, P.-M. Duval, Paris antique des origines au troisième siècle, Paris, 1961 p.131-139.

54 Sur un petit côté, elle ressemble à la basilique de Fano, a les dimensions de celle de Roselle et des deux basiliques augustéennes de l’agora de Corinthe.

55 Pour Bavai, où le forum a été bien identifié mais insuffisamment fouillé, la basilique occuperait tout le petit côté sud. Un cryptoportique en pi ferme la première area.

56 P. Le Roux, La viie campagne de fouilles à Belo (Bolonia, province de Cadix), dans MCV, IX, 1973, p. 755-768, p. 759-767 ; N. Dupré, La huitième campagne de fouilles de la Casa de Velázquez à Belo (Bolonia, prov. de Cadix) en 1973, dans MCV, X, 1974, p. 525-558, p. 537-542 ; P. Rouillard, J. Remesal et P. Sillières, Neuvième campagne de fouilles de la Casa de Velâzquez à Belo en 1974 (Bolonia, province de Cadiz) dans MCV, XI, 1975.

57 P. de Palol, Guίa de Clunia, 2e éd., Burgos, 1969, p. 36-37.

58 Grenier, III, 1, p. 344-346, On y distingue sur le grand axe deux absides et sur le petit axe une troisième abside ; la basilique communique avec la cour orientale ; la pièce absidée axiale doit être la curie avec les gradins disposés sur le côté incurvé.

59 Id., ibid..p. 291-304.

60 P.-M. Duval, Paris antique, p. 136, fait la même remarque mais sans présenter de parallèle pour la Gaule. J. Toutain, Une imitation des monuments du forum de Trajan à Alésia, dans BAC, 1912, p. 410-422, pl. LVII.

61 Ou à Sabratha, la basilique flanque le long côté du forum avec une curie adjacente sur le petit axe du monument, comme pour la basilique de Fano ; la salle joue en même temps le rôle de sanctuaire du culte impérial dès 126 av. J.-C.

62 J. Alarcão et R. Étienne, L'architecture (Fouilles de Conimbriga, I), Paris, 1977, p. 35-38 (= Alarcão-Étienne).

63 L’expression est de P. Gros.

64 Alarcão-Étienne, p. 87-111.

65 P.-M. Duval, Paris antique, p. 136, parle de “bloc-forum” comme d’une formule sans doute imposée par le gouvernement central aux provinces, ce qui paraît peut-être excessif. Il vaudrait mieux parler de plans stéréotypés, proposés par les architectes aux divers organismes municipaux et adaptés localement au site. M. Martin Bueno et J. L. Giménez, Municipium Augusta Bilbilis : un nuevo ejemplo de adopciôn de esquemas preconcebidos en la arquitectura romana altoimperial, dans MCV, XIX, 1983, p. 69-78. P. Zanker, Forum Augusteum. Das Bildprogramm, Tübingen, 1968. Voir les utiles réflexions de J. B. Ward Perkins, From Republic to Empire. Reflections on the early provincial Architecture, dans JRS, 60,1970, p. 119.

66 Identification rejetée par les éditeurs après avoir été envisagée un bref instant. Je partage entièrement, et ce depuis le Congrès International d’Archéologie de Londres, l’opinion de J.-Ch. Balty, qu’il défendra dans l’édition révisée de son texte : texte, II, Luni ; notes 353 à 361.

67 ILS, III, 2, 1959 ; voir aussi désormais R. Cavenaille, Corpus Latinorum Papyrorum, Wiesbaden, 1958, nos 104 et 151 ; voir Balty, II, p. 161-163.

68 CIG II, 3276-3266 et J. Keil, Die Inschriften der Agora von Smyrna, dans Istanbuler Forschungen, XVIII, 1950, n. 36, p. 66-67 ; voir Balty, II, p. 163-164.

69 Voir à ce sujet S. R. F. Price, Rituals andpower. The Roman Imperial cult in Asia Minor, Cambridge, 1984, p. 25 : Cuits of Hellenistic Kings.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Cyrène (Libye). Caesareum.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 2. Nîmes, Le sanctuaire de la Fontaine d’après Naumann (il faut remplacer le Temple du Sud par les propylées monumentales).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Fig. 3. A. Lutèce ; B. Augst ; C. Saint-Bertrand-de-Comminges.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 4. Belo (Espagne). Forum, basilique, temples.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 5. Clunia (Espagne). Temple du culte impérial.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 6. Alésia. Le Forum.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8312/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 7. Arles. Temple, basilique, forum.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8312/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 8. Conimbriga (Portugal). Plan poché du secteur monumental augustéen.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8312/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 9. Conimbriga (Portugal). Plan poché du secteur monumental flavien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8312/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search