Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

4e partie. Archéologie

Les jardins à Conimbriga (Portugal)

Note de l’éditeur

Extrait de Ancient Roman Gardens (Seventh Dumbarton Oaks Colloquium on the History of Landscape Architecture), Dumbarton Oaks, 1981, p. 67-80 (co-auteur J. de Alarcâo).

Texte intégral

  • 1 J. M. Bairrâo Oleiro, Mosaïques romaines du Portugal, dans La mosaïque gréco-romaine (Colloque int (...)
  • 2 Les dessins sont dus au talent de R. Monturet, du Bureau d’architecture antique du Sud-Ouest, Cent (...)

1Les grandes domus mosaïquées ont beaucoup fait pour le renom national et international de Conimbriga. Trop tournée vers la beauté des mosaïques géométriques ou des mosaïques historiées1, l’attention a longtemps négligé l’analyse des péristyles de ces demeures et ne s’est pas suffisamment attachée aux jardins qui en occupent le centre. L’aimable invitation à participer au colloque de Dumbarton Oaks nous a permis de faire procéder au relevé rapide de ces péristyles2 et de combler ainsi une lacune. Notre réflexion s’attache également au jardin de la palestre des thermes que les fouilles luso-françaises de 1964 à 1971 ont mis au jour ; ainsi sera posée en toute clarté la signification des jardins à Conimbriga.

I. Les jardins des maisons

2De 1930 à 1944, V. Correia fouilla quatre riches maisons que nous pouvons considérer comme quasi-inédites (fig. 8), car elles ne suscitèrent jamais d’étude sérieuse. Leur fouille même est à compléter. Leurs plans cependant sont clairs, la destination des pièces principales facile à identifier, et la circulation peut être définie en toute certitude.

1. La Maison aux Jets d’eau

3La Maison aux Jets d’eau, ainsi nommée parce que son jardin central est agrémenté de plus de cinq cents jets d’eau, est située à l’extérieur de la muraille qui, sans doute au début du quatrième siècle, entoura la cité. Les mosaïques ont été attribuées à l’époque sévérienne et les matériaux rencontrés au-dessous de leur niveau ne démentent pas cette chronologie. La mosaïque la plus fameuse, dont le médaillon central est occupé par une scène de chasse, nous semble toutefois postérieure à cette époque sévérienne. Sans doute, une étude plus attentive des mosaïques et des matériaux rencontrés sous leur niveau pourra aboutir à préciser la chronologie de la maison qui, en tout cas, fonctionne obligatoirement au début du troisième siècle.

4Le centre de la maison est occupé par un magnifique péristyle rectangulaire (fig. 1 et 9), comportant neuf colonnes sur le grand côté et six sur le petit (en comptant deux fois les colonnes d’angle). Les quatre ailes ont reçu un pavement de mosaïque.

Fig. 1. Conimbriga, Maison aux Jets d’eau ; bassin du péristyle central (plan : Bureau d'Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).

5Sur le grand axe du péristyle, nous rencontrons l’entrée et le triclinium alignés selon une axialité parfaite. Dans une direction orthogonale, se place l'œcus – nom qui désigne la salle de réception – dont les dimensions sont très inférieures à celles du triclinium.

6Ce qui caractérise le péristyle – et le singularise – est que l’espace central découvert est entièrement occupé par un bassin, au milieu duquel l'architecte a disposé, suivant un rythme parfaitement régulier, six caissons. Si les bords externes restent rectilignes pour dessiner un euripus continu au pied même de la colonnade, les bords internes sont creusés d’exèdres semi-circulaires (en réalité en forme de U) qui se font vis-à-vis. Les deux exèdres des caissons centraux sont d’un diamètre plus important ; suivant le grand axe, ces mêmes bords internes ont des évidements rectangulaires qui en se combinant deux à deux dessinent un rectangle allongé traversé de canaux perpendiculaires. Cette combinaison baroque d’éléments curvilignes et rectilignes rappelle la frons scenae des théâtres. Des plaques de calcaire couronnent ces caissons. Une bande étroite de mosaïque, légèrement oblique et formant une sorte de rampe, constitue une bordure qui a malheureusement presque complètement disparu. On n’en conserve qu’un unique fragment qui nous permet de restituer le rinceau de feuilles de lierre qui l’agrémentait. Enfin une petite bordure de briques retenait la terre des caissons, dont la profondeur suffisait à la vie des plantes qui formaient ainsi le jardin central de la maison.

7Les dimensions du péristyle sont de 25,8 mètres sur 11,6 – soit 229,28 mètres carrés pour le bassin-, les mesures à l’alignement extérieur de la colonnade sont de 18,7 mètres sur 9,6 – soit 179,52 mètres carrés – ; Faire découverte représente donc soixante-dix-huit pour cent de Faire totale du péristyle.

8Le bassin était alimenté, comme nous l’avons déjà dit, par plus de cinq cent vingt et un jets d’eau (fig. 10). Les restes de tuyaux de plomb, découverts au moment de la dépose et de la restauration des mosaïques et du bassin, furent suffisants pour que la restauration puisse se faire en toute certitude. Le trop-plein de l’eau était destiné aux latrines de la maison, situées au nord de la maison et à un niveau beaucoup plus bas.

  • 3 Il a été retrouvé ; voir dans ce volume, p. 321-326.

9Un corridor en baïonnette, sur le côté sud du péristyle, conduisait à un petit patio, presque carré, mesurant 8,7 mètres sur 8,1. Un bassin rectangulaire, entouré de quatre colonnes sur le grand côté et de trois sur le petit (en comptant deux fois la colonne d’angle), en occupait le centre (fig. 2). Il appuyait un de ses petits côtés au mur extérieur de la maison, dessinant un renfoncement surélevé qui pouvait jouer le rôle de laraire : en effet, V. Correia rapporte y avoir trouvé un petit autel consacré aux Laribus Aquitibus, malheureusement disparu jusqu’à aujoud’hui3. Un bassin octogonal creusé dans la partie surélevée est alimenté par un jet d’eau central. Le bassin, peu profond, dispose également d’un jet d’eau au centre. Sur ce péristyle secondaire ouvraient quatre pièces, dont deux sont certainement des chambres à coucher, une troisième pourrait avoir la même destination ; la quatrième et la plus vaste aurait servi de “living-room”.

Fig. 2. Conimbriga, Maison aux Jets d’eau ; bassin du petit patio (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).

Fig. 4. Conimbriga, Maison de Cantaber ; bassin du péristyle tronqué (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).

Fig. 5. Conimbriga, Maison de Cantaber ; bassin en pi (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).

10De l’autre côté du grand péristyle, un autre patio, de dimensions sensiblement identiques, disparaît en partie sous un chemin rural qui n’a pas encore pu être dévié. Toutefois, on y reconnaît un bassin rectangulaire à caisson central portant le jardin et – on n’en voit que trois côtés – creusé sur chacun de ceux-ci d'une exèdre semi-circulaire : ainsi l’architecte a donné une unité rigoureuse au dessin de ces deux jardins.

2. La Maison de Cantaber

11Le même schéma (péristyle central, dont l’espace découvert est entièrement occupé par un bassin, triclinium sur Taxe principal, patio secondaire constituant le centre de la partie intime de l’habitation) a présidé à l’implantation d’une autre maison, plus vaste et pourvue de thermes privés. Nous la nommons Maison de Cantaber. Ici, malheureusement nous ne disposons d’aucune référence chronologique. De la fouille, exécutée dans les années 1930, ne subsiste aucun journal ; seule a été enregistrée la découverte d’un squelette, accompagné de deux monnaies d’or d'Honorius, dans un des bassins de la maison. On ne peut repousser l’hypothèse qu’il s’agit non pas d’une inhumation, mais des restes d’un homme assassiné par les Suèves quand, dans leurs attaques de 465 et 468, ils détruisirent partiellement la cité. Hydace, évêque d’Aquae Flaviae (Chaves), nous dit que la famille principale de la ville était celle de Cantaber. Nous pouvons ainsi, et même sans exagérer, émettre l’hypothèse que cette maison lui appartenait. Si la destruction du cinquième siècle après Jésus-Christ est vraisemblable, celle de sa construction est incertaine. Les mosaïques n’ont pas encore été étudiées et, au-dessous de leur niveau, on ne procéda jamais à des sondages.

12Le péristyle (fig. 3 et 11) est plus simple et plus ample que celui de la Maison aux Jets d’eau. Il mesure 21 mètres sur 17,8, soit 373,8 mètres carrés. Le portique comporte huit sur six colonnes et le bassin central mesure 14,4 mètres sur 11,2, soit 161,28 mètres carrés. Le bassin occupe donc quarante-trois pour cent de la superficie totale du péristyle.

13Les quatre caissons copient les caissons les plus extérieurs de la Maison aux Jets d’eau. Ils dessinent ainsi un large bassin central rectangulaire, communiquant avec le canal périphérique par le moyen de quatre éléments circulaires ou même ovales. On n’a pas trouvé ici des jets d’eau comme dans la maison précédente : il faut les y supposer d’autant que, dans un petit logement du mur nord du bassin, a pu être placé un tuyau de plomb ; un autre tuyau se rencontre encore in situ dans un des caissons. Ces tuyaux devaient être commandés par des robinets. C’est une raison supplémentaire pour croire à une contemporanéité de conception des jardins des deux maisons.

14Trois grandes fenêtres ouvertes dans les murs du triclinium ouvraient sur autant de bassins, ici nous ne pouvons guère parler de jardins.

15Dans cette même Maison de Cantaber, un autre petit bassin de 11,5 mètres sur 4,10 constitue un deuxième jardin (fig. 4). L’architrave du portique reposait dans le sens de la longueur sur trois colonnes ; la largeur, à son tour, était si réduite que l’architrave pouvait s’encastrer dans la paroi, puisque l’on n’a jamais relevé la trace de pilastres. Sans insister davantage sur ce problème d’architecture, notons le dessin capricieux que suivent les caissons plongeant dans le bassin. Au centre, quatre petits éléments circonscrivent un octogone, au milieu desquels s’insère un jet d’eau ; de part et d’autre, deux caissons semblables, carrés recoupés par des exèdres semi-circulaires. Là encore, se vérifie l’unité de conception avec les maisons précédentes.

Fig. 3. Conimbriga, Maison de Cantaber ; bassin du péristyle central (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).

16Les pièces plus intimes de la maison ouvraient leurs entrées sur un patio de 11 mètres sur 8,6 (fig. 5). La disposition du bassin qui occupait le centre de ce patio nous fait penser qu’il accueillait de la végétation. Le bassin s’appuie au mur extérieur suivant une disposition que nous avons déjà rencontrée au petit péristyle de la Maison aux Jets d’eau. Mais la ressemblance se réduit à ce seul point. Le portique comprend de chaque côté un pilastre et trois colonnes et, en façade, quatre colonnes si nous comptons deux fois les colonnes d’angle. Entre le stylobate des colonnes et le bassin court un caisson de 0,75 mètre de largeur qui dessine un n et qui est suffisamment profond pour permettre des plantations. Sur la paroi de fond du bassin, un petit orifice, de section quadrangulaire de 0,15 mètre de côté, peut avoir servi au passage d’un tuyau de plomb. Se pose le problème de l’existence d’un second caisson, en n, avec de petits ailerons, qui occupe le fond de cet ensemble. N’étant pas entièrement revêtu d’opus signinum, il ne peut pas avoir servi de bassin ; mais s’il avait servi de caisson, pourquoi aurait-il reçu un revêtement de mortier ? L’hypothèse, selon laquelle le revêtement était destiné à protéger la paroi des infiltrations provenant d’un caisson arrosé, n’est pas entièrement convaincante, encore qu’il faille noter que la paroi revêtue d’opus signinum est exactement celle qui s’appuie sur le mur extérieur de la maison.

3. La Maison de la Mosaïque aux svastikas

17Plus modeste, cette maison est complètement orientée en fonction du péristyle central (fig. 6) ; elle ne présente pas, comme les précédentes, un petit atrium ou petit péristyle qui constituerait un deuxième pôle de la maison, et autour duquel se groupent les appartements plus intimes. La fouille est complète, mais les matériaux n’ont pas pu être encore étudiés d’une façon sérieuse. Il semble toutefois que la maison dans sa structure actuelle date du troisième siècle après Jésus-Christ.

18Alors que dans les deux maisons précédentes, l’axe principal du péristyle coïncide avec l’axe longitudinal de la maison, ici l’entrée et le triclinium se placent selon une direction orthogonale par rapport à l’axe principal du péristyle.

19Le péristyle mesure 16,10 mètres sur 13,80, avec une colonnade de six sur cinq colonnes. Le bassin mesure 10 mètres sur 8. Les dimensions du péristyle et du bassin ne sont pas par ailleurs parfaitement régulières. Nous avons ainsi une aire découverte d’environ 80 mètres carrés par rapport à un péristyle qui occupe globalement 222,18 mètres carrés, et donc l’aire découverte représente environ trente-six pour cent de l’ensemble.

20Les caissons ont leurs bords extérieurs quadrangulaires et leurs bords intérieurs curvilignes, et ils sont unis deux à deux par des murettes semi-circulaires. Le dessin très simple laisse au centre un grand espace qu’un seul jet d’eau animait. Là aussi, des jets d’eau étaient disposés pour alimenter l'euripus extérieur.

Fig. 6. Conimbriga, Maison de la Mosaïque aux Swastikas ; bassin du péristyle central (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).

Fig. 7. Conimbriga, Maison des Squelettes ; bassin du péristyle central (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).

4. La Maison des Squelettes

21Ici également la chronologie est incertaine et l’étude du matériel retiré de dessous des mosaïques n’a pu être terminée. Le style du péristyle est entièrement différent, et la différence pourrait correspondre non pas à un problème esthétique mais à un problème chronologique. Peut-être, la maison, dans sa structure actuelle, pourrait dater du deuxième siècle après Jésus-Christ.

22Les dimensions générales du péristyle (fig. 7) sont de 13,5 mètres sur 11,3. À la différence des autres maisons, le péristyle n’est pas un rectangle parfait ; à l’est, les murs dessinent deux recoins qui en augmentent la largeur. Le péristyle présente six colonnes dans le sens de la longueur, cinq dans celui de la largeur.

23L’espace découvert du péristyle est occupé par un bassin rectangulaire, réduit par l’espace du jardin, à un canal de 0,90 mètre qu’il entoure. Au centre du côté occidental, le canal s’élargit d’une baie semi-circulaire. Au sud, au contraire, une projection rectangulaire du caisson le rétrécit : étrange est l’irrégularité de cette projection, comme celui de la largeur du mur du caisson, presque le triple de la largeur normale.

24Un autre petit bassin, carré, de 2,10 mètres de côté, tout comme le canal qui l’enveloppe mais sans communication avec lui, s’insère dans cet ensemble. Il se place juste dans l’axe déjà mentionné et exactement en face de l’entrée du triclinium de la maison. Il accompagne sur trois côtés une plateforme pavée de calcaire de 0,45 mètre de largeur. La fouille n’a pas réussi à découvrir le cheminement de l’adduction d’eau.

25Au total, dans les grandes domus de Conimbriga, l’espace découvert des péristyles est occupé par un bassin au ras même de la colonnade. Des caissons maçonnés y accueillent un jardin, agrémenté de jets d’eau. Ainsi nous retrouvons sous l’Empire une sorte d'impluvium puisque l’eau de chaque aile du péristyle peut s’y déverser. Mais alors que l’impluvium des maisons de Pompéi, autant d’ailleurs que les bassins de leurs péristyles, sont restés libres de plantations, le jardin étant extérieur au bassin, ici il leur est intérieur. L’unité, autant que l’originalité de ce schéma, réside dans ce rapport nouveau entre l’eau et l’espace du jardin.

  • 4 P. Gros, Aurea templa. Recherches sur l'architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste (BÉFA (...)
  • 5 Ibid., p. 90 et n. 86.

26En effet, le système des caissons est connu depuis le premier siècle avant Jésus-Christ, qu'ils soient creusés directement dans le tuf de l’aire sacrée, comme dans le jardin du temple de Gabies4, ou faits en travertin et se prêtant alors à des dispositions variées, comme les rangées de caissons de la Porticus Pompeia, ou de la Porticus Philippi5. L’utilisation de la brique se plie beaucoup mieux au dessin baroque qui triomphe à Conimbriga, l'opus caementicium pouvant jouer d’ailleurs le même rôle.

27C’est donc le fait de placer ces caissons dans un bassin qui nous invite à rechercher le modèle de cette occupation de l’espace et son éventuelle diffusion dans le monde romain.

  • 6 G. Wataghin Cantino, La Domus Augustana, personalità e problemi dell’archilettura flavia (Universi (...)
  • 7 P. Grimai, Les jardins romains, 2e éd. rev., Paris, 1969, p. 161.
  • 8 Cantino, La Domus Augustana, p. 40.

28À Rome, la Domus Augustana6, la résidence privée de Domitien, présente dans son péristyle C un jardin dessiné dans un bassin. Entre les colonnes, un bassin est défini par un mur bas de briques. L’espace intérieur du bassin est occupé par des caissons dessinant des peltes (ou boucliers d’Amazones) – une sur chaque côté – et au centre le rectangle curviligne, le cinquième caisson, rappelle par sa forme les deux petits caissons du péristyle tronqué de la Maison de Cantaber. L’eau circulait donc autour de ces massifs plantés d’arbustes ou de fleurs, ou des deux à la fois7, même de groupes sculptés8 comme en sont peuplés les péristyles pompéiens, tel celui de la Maison des Vettii.

  • 9 M. E. Blake, Roman Construction in Italy from Tiberius through the Flavians, Washington, 1959, p.  (...)

29L’architecte de la Domus Augustana a donc fait triompher ici une esthétique qui fait à l’eau une grande place dans l’architecture depuis la fin de la République, depuis le rôle des niches fontaines et celui des nymphées de la Domus Transitoria et de la Domus Aurea. Il recourt dans cette occupation de l’espace central à des peltes qui entrent depuis la fin de la République dans le décor mosaïqué9 ; surtout cette scénographie – une architecture posée sur un plan d’eau – va inspirer le fameux théâtre maritime de la Villa Hadriana à Tivoli.

  • 10 Grimal, Les jardins romains, p. 293. Rappelons cette lettre de Cicero, QFr. 3,1.3 : “on y a mis en (...)

30Quelques observations archéologiques renforcent la place des jets d’eau dans l’esthétique de ces jardins posés sur un plan d’eau. Ceux qui suivent les bordures des caissons aident à une alimentation régulière et dessinent des voûtes où la lumière s’irise ; l’absence de toute trace de tuyaux dans le fond des “canaux” ne permet pas de rétablir une autre circulation d’eau. De toute façon, il faut comprendre que le jardin romain exige cette omniprésence de l’eau et que les jardins de la Renaissance sauront remettre en honneur les jets d’eau, les sources, les cascades, les rivières et les bassins10. À Conimbriga, les bassins sont le reflet du cours d’eau qui traverse le jardin ; les jets d’eau, plus ou moins hauts, épousent les rythmes architecturaux, celui du centre étant le plus haut et le plus abondant. Ainsi ils créent des volumes qui animent par leur verticalité, rappelant celle de la colonnade, une architecture dessinée sur le même plan horizontal autant que leur murmure humanise un espace.

31Il est assez remarquable que ce modèle aulique de la Cour impériale, modèle imaginé par un architecte qui s’est inspiré de la Domus Aurea, n’a pas connu une diffusion exceptionnelle dans le monde romain.

  • 11 R. Rebuffat, La maison à péristyle d’Afrique, répertoire des plans publiés, dans MEFR, 81, 1969, p (...)
  • 12 A. Balil, Casa y urbanismo en la Espana antigua, II, dans Boletίn del Seminario de Estudios de Art (...)
  • 13 Robert Étienne, Le quartier nord-est de Volubilis, Paris, 1960, p. 31-34, pl. IV et XLIV, 2.
  • 14 R. Thouvenot, La Maison aux Travaux d’Hercule, dans Publications de Service des Antiquités du Maro (...)
  • 15 J.-G. Gorges, Les villas hispano-romaines. Inventaire et problématique archéologiques (Publication (...)

32La maison à péristyle d’Afrique ne semble guère l’avoir adopté. Il n’est que de consulter le répertoire des plans publiés11 ; ni la Péninsule Ibérique12 n’en offre de parallèles. Nous voudrions toutefois apporter quelques corrections à une investigation aussi négative. À Volubilis, par exemple, la Maison des Travaux d’Hercule n’a pas bénéficié d’un véritable levé d’architecte : ainsi le dessin que j’en ai publié13, à la suite de l’article de R. Thouvenot14, est insuffisant. En réalité, le bassin rectangulaire qui dessine une exèdre au milieu de chaque côté est occupé par un caisson en opus caementicium, comme le laisse apparaître une photographie de fouille avant la restauration ; ce caisson lui-même présente une série d’éléments curvilignes sur la bordure extérieure, deux sur chaque côté, tandis qu’un hexagone ( ?) curviligne accueille le jardin. D’autre part, dans la Péninsule Ibérique, certains plans de villas15 laissent apparaître des bassins au ras de la colonnade et offrent là encore des exèdres curvilignes (concaves ou convexes) sur l’un des côtés.

33L’exception vient massivement donc de Conimbriga, ce qui ne manque pas de poser un problème de datation des maisons qu’on a trop tendance à confondre avec celle de leurs mosaïques. Quand nous savons par ailleurs quelle a été dans ce nouveau municipe flavien la révolution architecturale flavio-trajanienne, implantant un type de forum impérial et un type de thermes impériaux, nous ne pouvons que nous interroger sur l’influence éventuelle d’un des modèles venus de Rome par l’intermédiaire de Mérida, la capitale provinciale. Les notables qui étaient capables de supporter le coût de ces nouveaux monuments ont pu souhaiter disposer de maisons agrémentées de péristyles à jardin central et d’un plan d’eau où se mireraient à la fois les colonnades et les arbustes et fleurs de ces jardins. Ils définiraient au niveau d’un municipe flavien et d’une petite cité la force du modèle antique.

Fig. 8. Conimbriga, vue du quartier fouillé par V. Correia

Fig. 9. Conimbriga, Maison aux Jets d'eau ; bassin du péristyle central (photo : Musée monographique de Conimbriga).

Fig. 10. Conimbriga, Maison aux Jets d’eau ; les jets d’eau (photo : Musée monographique de Conimbriga).

Fig. 11. Conimbriga, Maison de Cantaber ; bassin du péristyle central (photo : Musée monographique de Conimbriga).

II. Le jardin de la “palestre”

  • 16 Fouilles de Conimbriga, I. L'architecture, par J. de Alarcão et R. Étienne, Paris, 1977.
  • 17 Ibid., p. 85.
  • 18 C’est l’horizon xxiv qui correspond à la construction des thermes trajaniens : Fouilles de Conimbr (...)

34Avec le jardin de la palestre des thermes trajaniens, nous disposons d’une double certitude : tout d’abord celle de sa date, qui nous est donnée par la chronologie même de l’édifice thermal, conçu d’un seul jet par l’architecte. Dans notre volume consacré à l’architecture16, nous avons démontré que si le plan de la construction pouvait être porté au crédit de l’architecte flavien, la construction elle-même s’était étirée dans le temps17, si bien que la datation trajanienne paraît assurée au regard de la stratigraphie18.

35Deuxième certitude, celle que la fouille a été conduite jusqu’au sol vierge, ici le rocher qui accompagne l’abrupt versant du site sur le Rio dos Mouros et donc qu’aucun détail dans la technique de la construction, dans la destination des diverses pièces n’a pu nous échapper ; pour les maisons qui précèdent nous sommes toujours tributaires de fouilles anciennes dont il ne nous reste aucune trace écrite.

36La dénomination de “palestre” vient de ceux qui assistèrent au dégagement superficiel de ces thermes du sud, dans les années 1959-1961, qu’ils attribuèrent d’ailleurs au quatrième siècle. Est-ce que cette appellation était plus légitime que la datation primitive que nos propres fouilles firent abandonner ?

  • 19 Nous reprenons ce que nous avons dit dans Fouilles de Conimbriga, I, p. 124-127, surtout 126-127.

37La “palestre”19 avait été ainsi reconnue en raison des deux couples d’absides qui se faisaient vis-à-vis dans ce vaste espace aménagé en terrasse grâce à l’implantation d’un mur contreforté (fig. 12). Or chaque couple d’absides enchâssait une construction rectangulaire qui n’avait pas suffisamment retenu l’attention.

38Si leurs murs, comme ceux des absides, sont solidement construits en petit appareil isodome de moellons, si les chaînages d’angles sont bien marqués de pierres en appareil plus important, ils sont tapissés de briques, leur margelle est en brique et ils sont carrelés au fond de briques à tenons et à bords minces. Un tel revêtement n’offre aucune étanchéité et l’on ne saurait penser à des bassins ; au surplus aucun escalier n’aurait permis de descendre. Or, il existe dans chacune des absides septentrionales une logette de 0,12 mètre sur 0,19 et de 0,15 sur 0,19 ; dans cette logette, ne pouvait que prendre place un tuyau de plomb amenant l’eau directement à ce que désormais nous appellerons des caissons, identiques par leur mode de construction à ceux des bassins des maisons précédentes. D’ailleurs, nous avons retrouvé dans le mur nord de la “palestre” deux orifices, ménagés pour le passage des tuyaux de plomb, qui donc venaient du nord. Ainsi entre les deux absides, un jardin, avec des plantes vertes ou vivaces et des fleurs, faisait irruption et commandait l’implantation, en raison du vis-à-vis des deux caissons, d’une allée bordée d’arbres ou de haies de buis, percées de passages mettant en communication le premier espace proche de l’escalier monumental de descente et le second, allant jusqu’au mur de soutènement méridional.

Fig. 21. Conimbriga, axonométrie du secteur thermal trajanien (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).

39Il fallait donc abandonner la dénomination abusive de palestre. D’ailleurs, les dernières marches de l’escalier interdisent d’imaginer l’organisation de courses dans le premier espace. Le renfoncement, ménagé de part et d’autre de l’escalier, invite à placer des parterres de fleurs et d’arbustes, dominés par des niches de brique qui animent le mur de soutènement du palier supérieur. Même si quelques exercices gymniques ont pu y prendre place, il faut faire une place plus grande à la promenade, à la méditation et à la contemplation des oliviers et des pins au-delà du ravin, arbres aperçus au travers des grandes fenêtres construites en brique.

40Ainsi les thermes trajaniens de Conimbriga participent de cette nouvelle esthétique et de cette nouvelle architecture thermale, qui adopte les modes nouvelles des jardins et des gymnases.

  • 20 Grimal, Les jardins romains, p. 179-182 et 188.
  • 21 Id., ibid., p. 189.
  • 22 Id., ibid., p. 191.

41Il est remarquable que les sources anciennes citent des jardins à propos de chaque création de thermes romains : Agrippa et le jardin de ses thermes, agrémenté du stagnum et de l’euripe, alimentés par l'Aqua Virgo20, mais le jardin n’est pas enclos de murs. Néron, au contraire enferme son parc dans le péristyle de ses thermes21 ; Titus fait enserrer les salles thermales entre deux jardins22, disposition qui se retrouve dans les thermes de Trajan. Ainsi s’affirme ce goût des Romains pour la nature, pour ce qui peut leur rappeler la campagne et Conimbriga est touchée par cette mode et ce besoin.

  • 23 J. Delorme, Gymnasion. Étude sur les monuments consacrés à l’éducation en Grèce des origines à l’E (...)
  • 24 Grimal, Les jardins romains, p. 247.
  • 25 On pense aussi aux xysta de Pline.
  • 26 Grimal, Les jardins romains, p. 250.
  • 27 Pline, Ep. 5. 6, 17 ; Grimal, Les jardins romains, p. 251-253 et fig. 27.
  • 28 Ibid., p. 254.

42Ce jardin, qui agrémente un gymnase – Dion Cassius n’appelle-t-il pas les thermes de Licinius Sura et ceux de Trajan, γυμνάσιον ? – est présent déjà dans le portique conduisant à la “palestre-gymnase”. Par ailleurs, le gymnase, au départ grec23, s’adaptait fort bien aux terrasses des villas du Latium et de la côte24. Ici nous pouvons encore mieux parler de stade en raison des absides25, puisque le portique est absent26, et nous pouvons suivre pour les plantations la description de Pline pour la villa des Tusci27 ; les arbres y formaient un véritable portique végétal et tout était subordonné à l’allée, à l’une des ambulations qui “pouvaient être garnies de bancs où l’on pouvait s’asseoir pour converser”28. L’architecte paysagiste est resté, à Conimbriga, fidèle à un schéma architectural trajanien puisque Apollodore de Damas a combiné, au forum de Trajan, les absides de la basilique avec celles de la place qui la précède ; à Lepcis Magna, la grande palestre des Thermes d’Hadrien comporte aussi deux absides.

  • 29 F. Marx, Das so-genannte Stadium, dans Jahrbuch des deutschen archaologischen Instituts, 10, 1895, (...)
  • 30 Ibid., p. 27.
  • 31 G. Lugli, Roma antica, il centro monumentale, Rome, 1946, p. 515.
  • 32 J.-CI. Golvin, Appendice II, dans Fouilles de Conimbriga I, p. 284.

43Nous voici une fois encore ramenés à Rome et même, pourrait-on dire, à Domitien. En effet, les fouilleurs de la Domus Flavia du Palatin ont vite désigné comme “stade” ce qui est essentiellement un grand jardin29, qui communique par un couloir à escalier avec le bassin aux peltes30, dont nous avons parlé précédemment. L’éventualité de courses y a été examinée avec scepticisme31 et cependant on l’appelle toujours “stade” de Domitien. Nous pouvons à la rigueur garder la même appellation de “palestre” à cette partie des thermes de Conimbriga, tout en sachant bien qu’elle est essentiellement un grand jardin, implanté dans un cadre qui obéit au rythme d’un module architectural32 de vingt-cinq pieds.

  • 33 Grimal, Les jardins romains, p. 284, parle même de “romanisation” du jardin.

44Pour la seconde fois, et ici dans un monument public, triomphe une esthétique nouvelle, celle de la mise en scène33 qui nous éclaire sur la volonté des notables du nouveau municipe d’adopter au plus vite, et sur un pied fastueux, les dernières modes romaines.

Notes

1 J. M. Bairrâo Oleiro, Mosaïques romaines du Portugal, dans La mosaïque gréco-romaine (Colloque international, Paris, 1963), Paris, 1965, p. 257-265.

2 Les dessins sont dus au talent de R. Monturet, du Bureau d’architecture antique du Sud-Ouest, Centre national de la Recherche scientifique, Pau. C’est à lui que nous sommes redevables du premier rapprochement avec le bassin de la Domus Augustana.

3 Il a été retrouvé ; voir dans ce volume, p. 321-326.

4 P. Gros, Aurea templa. Recherches sur l'architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste (BÉFAR, 229), Rome, 1976, p. 90.

5 Ibid., p. 90 et n. 86.

6 G. Wataghin Cantino, La Domus Augustana, personalità e problemi dell’archilettura flavia (Università di Torino, Facoltà di lettere e filosofia, Archeologia e storia dell’arte, I), Turin, 1966.

7 P. Grimai, Les jardins romains, 2e éd. rev., Paris, 1969, p. 161.

8 Cantino, La Domus Augustana, p. 40.

9 M. E. Blake, Roman Construction in Italy from Tiberius through the Flavians, Washington, 1959, p. 121 ; Ead., The Pavements of the Roman Buildings of the Republic and Early Empire, dans Memoirs of the American Academy in Rome, 8, 1930, p. 104 et 117 ; G. Becatti, Mosaici e pavimenti marmorei, dans Scavi di Ostia IV, Rome, 1961, p. 388, les références au mot “pelte”.

10 Grimal, Les jardins romains, p. 293. Rappelons cette lettre de Cicero, QFr. 3,1.3 : “on y a mis en plus un bassin et des jets d’eau”.

11 R. Rebuffat, La maison à péristyle d’Afrique, répertoire des plans publiés, dans MEFR, 81, 1969, p. 659-724.

12 A. Balil, Casa y urbanismo en la Espana antigua, II, dans Boletίn del Seminario de Estudios de Arte y Arqueologίa de la Universidad de Valladolid, 37, 1971, p. 579 ; Id., Casa y urbanismo en la Espana antigua : casa familiar y vivienda colectiva en la Espana romana, dans Boletίn del Seminario de Estudios de Arte y Arqueologîa de la Universidad de Valladolid, 38,1972, p. 55-131. Publiés aussi dans la série Studia archaeologica du Seminario de Arqueologîa, Facultad de Filosofίa y Letras, Santiago de Compostela.

13 Robert Étienne, Le quartier nord-est de Volubilis, Paris, 1960, p. 31-34, pl. IV et XLIV, 2.

14 R. Thouvenot, La Maison aux Travaux d’Hercule, dans Publications de Service des Antiquités du Maroc, 8,1948, p. 69-108.

15 J.-G. Gorges, Les villas hispano-romaines. Inventaire et problématique archéologiques (Publications du Centre Pierre, 4), Paris, 1979, passim.

16 Fouilles de Conimbriga, I. L'architecture, par J. de Alarcão et R. Étienne, Paris, 1977.

17 Ibid., p. 85.

18 C’est l’horizon xxiv qui correspond à la construction des thermes trajaniens : Fouilles de Conimbriga I, p. 214-220.

19 Nous reprenons ce que nous avons dit dans Fouilles de Conimbriga, I, p. 124-127, surtout 126-127.

20 Grimal, Les jardins romains, p. 179-182 et 188.

21 Id., ibid., p. 189.

22 Id., ibid., p. 191.

23 J. Delorme, Gymnasion. Étude sur les monuments consacrés à l’éducation en Grèce des origines à l’Empire romain, Paris, 1960.

24 Grimal, Les jardins romains, p. 247.

25 On pense aussi aux xysta de Pline.

26 Grimal, Les jardins romains, p. 250.

27 Pline, Ep. 5. 6, 17 ; Grimal, Les jardins romains, p. 251-253 et fig. 27.

28 Ibid., p. 254.

29 F. Marx, Das so-genannte Stadium, dans Jahrbuch des deutschen archaologischen Instituts, 10, 1895, p. 129-143 ; Mélanges d'archéologie et d'histoire de l’École française de Rome, 9, 1889, p.205 ;Ausonia, 4, 1909, p. 72 ; Grimai, Les jardins romains, p. 256 et pl. XIII ; Cantino, La Domus Augustana, p. 14.

30 Ibid., p. 27.

31 G. Lugli, Roma antica, il centro monumentale, Rome, 1946, p. 515.

32 J.-CI. Golvin, Appendice II, dans Fouilles de Conimbriga I, p. 284.

33 Grimal, Les jardins romains, p. 284, parle même de “romanisation” du jardin.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Conimbriga, Maison aux Jets d’eau ; bassin du péristyle central (plan : Bureau d'Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 2. Conimbriga, Maison aux Jets d’eau ; bassin du petit patio (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Fig. 4. Conimbriga, Maison de Cantaber ; bassin du péristyle tronqué (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 5. Conimbriga, Maison de Cantaber ; bassin en pi (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 3. Conimbriga, Maison de Cantaber ; bassin du péristyle central (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 6. Conimbriga, Maison de la Mosaïque aux Swastikas ; bassin du péristyle central (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 7. Conimbriga, Maison des Squelettes ; bassin du péristyle central (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 8. Conimbriga, vue du quartier fouillé par V. Correia
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Légende Fig. 9. Conimbriga, Maison aux Jets d'eau ; bassin du péristyle central (photo : Musée monographique de Conimbriga).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Légende Fig. 10. Conimbriga, Maison aux Jets d’eau ; les jets d’eau (photo : Musée monographique de Conimbriga).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende Fig. 11. Conimbriga, Maison de Cantaber ; bassin du péristyle central (photo : Musée monographique de Conimbriga).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 21. Conimbriga, axonométrie du secteur thermal trajanien (plan : Bureau d’Architecture antique du Sud-Ouest, Pau).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8309/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search