Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

4e partie. Archéologie

Conimbriga, ville de Lusitanie

Note de l’éditeur

Extrait de Latomus, XXVIII, 4, 1979, p. 877-890 (co-auteur J. Alarcâo).

Texte intégral

  • 1 Le rapport des fouilles, publié sous la direction des auteurs du présent article, comprend sept vo (...)

1Les fouilles franco-portugaises de Conimbriga, réalisées entre 1964 et 19711, ont donné à cette ville de l’ancienne Lusitanie une juste renommée internationale. Il est vrai qu’une extension considérable de la ville avait été fouillée entre 1930 et 1944 par Vergílio Correia ; surpris par une mort prématurée en 1944, le professeur de l’Université de Coimbra n’a pas pu publier le résultat de ses fouilles, qui ont mis au jour quatre riches maisons bourgeoises, des thermes, une basilique paléochrétienne et deux autres bâtiments dont l’usage reste encore problématique. Conimbriga était bien connue au Portugal, et ses riches mosaïques attiraient de nombreux visiteurs. À l’étranger, pourtant, la ville était presque inconnue, même des spécialistes de la mosaïque ancienne et de l’architecture romaine. Dans les cartes de la Péninsule Ibérique, les archéologues faisaient souvent coïncider Conimbriga avec la ville moderne de Coimbra, dont elle est pourtant éloignée de quinze kilomètres.

  • 2 R. Blondin, Le toponyme Conimbriga, dans Conimbriga. XVI, 1977, p. 145-159.
  • 3 R. Étienne et G. Fabre, Épigraphie et sculpture (Fouilles de Conimbriga, II), p. 21 (= CIL II, 432 (...)
  • 4 Blondin, art. cit., p. 152.

2Le nom de la ville reste un problème2. Les auteurs anciens rapportent l’existence d’une tribu pré-romaine, les Conii. Le nom de la ville aurait pu se former sur celui du peuple ; Coniumbriga serait, dans ce cas, la forme la plus correcte (ou la plus ancienne), avec un génitif archaïque du type deum pour déterminant de l’appellatif celtique. La forme se trouve dans une inscription3. Néanmoins, sont plus nombreux les textes qui adoptent la forme Conimbriga. De l’autre côté, les anciens situent les Conii dans l’extrême sud-ouest du Portugal et les philologues croient pouvoir dériver le nom de la ville d’une racine *Kwon qui signifierait “éminence pierreuse”4.

3Quoi qu’il en soit, Conimbriga est bien une ville d’origine pré-romaine. Les restes de l’habitat indigène trouvés au cours des fouilles franco-portugaises ne remontent pas au-delà de la fin du ier siècle avant Jésus-Christ. Un tesson de céramique grecque du ive siècle avant Jésus-Christ, un peigne de style phénicien, des fibules du premier âge du Fer, une faucille de l’âge du Bronze attestent pourtant bien l’ancienneté de l’occupation du site. Elle remonte peut-être à l’époque néolithique, encore que les haches de pierre polie trouvées dans les remplissages d’époque romaine puissent être par prudence (peut-être extrême) considérées comme des pièces récoltées ailleurs par les Romains et apportées à la ville en fonction de leur valeur prophylactique.

4Dans l’habitat indigène, les maisons carrées et assez bien ordonnées dénoncent un habitat indigène tourné plutôt vers la Méditerranée que vers le centre ou le nord de la Péninsule Ibérique, où les maisons de l’âge du Fer adoptent le plan circulaire. Les céramiques peintes ou à engobe rouge non grésé, trouvées dans les fouilles franco-portugaises, attestent ces relations avec le sud de la Péninsule.

  • 5 Étienne-Fabre, ouv. cit., p. 30, 35,92.
  • 6 Strab., III, 3.5.
  • 7 Strab., III, 1,6.

5Ni Strabon ni Pomponius Mela ne mentionnent la ville, et c’est seulement dans l'Histoire Naturelle de Pline que se rencontre la première référence à Conimbriga. En décrivant la façade atlantique de la Péninsule, Pline enregistre plusieurs groupes ethniques depuis l’extrême nord-ouest jusqu’au fleuve Vouga (ancien Vagia). Les derniers, entre le Darius et le Vagia, sont les Turduli Veteres et les Paesuri. À partir d’ici et vers le sud, il n’enregistre plus des groupes, mais des oppida : Talabriga (Marnel ?), Aeminium (Coimbra), Conimbriga, Collipo (S. Sebastiâo do Freixo, dans la zone de Leiria), Eburobrittium (Amoreira de Obidos). Mela, de son côté, mentionne les Turdulorum oppida, qu’il distingue du groupe des Turduli Veteres. Si la mention des groupes ethniques s’arrête dans la ligne du Vouga, nous sommes en droit de conclure à un certain éclatement des structures tribales au sud du fleuve Vouga, même s’il faut reconnaître l’existence de larges communautés de lignage dont nous retrouvons encore les traces à l'époque romaine ; les gentes des Pintones et des Dovilonici5 attestées dans la Conimbriga romaine en témoignent. À cet éclatement ont contribué certainement les Turduli venus de Bétique en même temps qu’une migration celtique6. Strabon les identifie avec les Turdétans ; et ceux-ci, le géographe les considérait comme les plus savants des Ibères. L’expansion des Turdétans7 ou des Turduli vers l’ouest atlantique est bien attestée par les villes de Balsa (Tavira), Ossonoba (Faro), Salacia (Alcácer do Sal) et Caetobriga (Setúbal) que Ptolémée leur attribue ; les villes d'Olisipo et Collipo sont aussi, par leur terminaison en ipo, des villes turdétanes.

6L’arrivée des Romains dans la région de Conimbriga date certainement des campagnes de Decimus Iunius Brutus. En 138 avant Jésus-Christ, à la suite de la mort de Viriathe, le consul établit à Olisipo (Lisbonne) et Chôes de Alpompé (près de Santarém) deux positions-clés qui garantissaient l’occupation définitive de la ligne du Tage. Sa marche vers le nord s’est probablement faite par la route qui allait devenir plus tard le grand axe allant de Olisipo (la ville maritime par excellence de la côte ouest atlantique) à Bracara Augusta (capitale de Callaecia). Conimbriga était un point de passage obligatoire de cette marche. Il faut pourtant attendre le gouvernement hispanique de César en 61, puis sa dictature, pour que la région entre le Tage et le Douro soit effectivement pacifiée. Scallabis (Santarém), à courte distance du camp antérieurement établi par Decimus Iunius Brutus, prend le nom significatif de Praesidium Iulium et cette garnison a pu servir de quartier général arrière à des actions offensives tournées contre les montagnards de l’intérieur – les Lusitaniens. Conimbriga vivait probablement d’une vie plus pacifique. Les amphores de type Dressel 1 trouvées sur le site prouvent l’existence d’une importation de vins italiques qui peut avoir commencé peu de temps après l’occupation de la région par Decimus Iunius Brutus. Comme ailleurs, la céramique campanienne accompagnait les amphores : à Conimbriga, à côté des rares fragments de campanienne A, on trouve surtout de la B et des imitations datables du ier siècle avant Jésus-Christ. Sur les trente-trois deniers républicains trouvés sur le site, vingt-six datent de la période entre 124 et 46 avant Jésus-Christ.

  • 8 R. Syme, A Governor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, VIII, 1969. p. 126.
  • 9 S. Lambrino, Les inscriptions latines inédites du Musée Leite de Vasconcelos, dans O Arqueόlogo Po (...)
  • 10 J. Alarcão et R. Étienne, Le Portugal à l’époque augustéenne, dans Symposium de ciudades augusteas (...)

7Entre 16 et 13 avant Jésus-Christ, Auguste, au cours de son second séjour dans la Péninsule Ibérique en compagnie d’Agrippa, décide de la création de la province de Lusitanie8 et Emerita Augusta, fondée en 25, en devient la capitale. Coïncidence, la première inscription latine trouvée en territoire portugais date de 16 avant Jésus-Christ. Elle fait mention d’un cadran solaire dont le citoyen éméritain Q. Ialius Augurinus a fait cadeau à la ville des Igaeditani9. Celle-ci se trouvait sur la route la plus directe d’Emerita à Bracara Augusta, route en grande partie de montagne, tracée au cœur même du pays des Lusitaniens qui avaient frappé tant de rudes coups aux armées républicaines. Le tracé de la route et l'établissement des frontières entre les peuplades de la région sont des actes administratifs d’Auguste attestés par des inscriptions10. Mais l’empereur est allé plus loin. La paix et la complète intégration des oppida à la romanité devaient être commémorées par des monuments. Le forum de Conimbriga en est un exemple. La place est dominée au nord par le temple ; à l’ouest, une série de boutiques précédées d’un portique abritaient le commerce ; à l'est, une basilique et une curie répondaient à la fonction politique du forum (fig. I).

8La basilique occupe la plus grande partie du long côté est du forum. Il s’agit d’un bâtiment rectangulaire de 33 X 13,65 mètres, partagé en trois nefs de largeur inégale par deux rangées de six piliers ; le tribunal occupe le petit côté septentrional. Dans le mur est, contreforté à l'extérieur, s'ouvrait une large porte. Du côté de la place du forum, trois autres portes sont probables, bien que les travaux flaviens en aient fait disparaître les traces.

  • 11 J.-Ch. Balty, Curia Ordinis. Recherches d'architecture et d’urbanisme antiques sur les curies prov (...)
  • 12 J. Alarcâo et R. Étienne, L’Architecture (Fouilles de Conimbriga, I), Paris, 1977, p. 37.

9La curie, précédée d'une antichambre, se situait au nord de la basilique. Avec ses 74,25 mètres carrés, elle prend place parmi les plus petites curies de la longue liste établie par J.-Ch. Balty11. La ville, pourtant, n’était qu’un oppidum qui ne disposait pas encore d’un conseil de décurions. Son gouvernement était probablement assuré par un petit nombre de magistri, assisté des citoyens les plus notables12.

10Le temple du forum se dressait sur une crypte, dont la fonction était double ; tout d’abord, elle servait à élever le temple bien au-dessus des constructions avoisinantes et même de toute la ville ; de l’autre, elle assurait la communication entre le forum et un vieux quartier indigène que l’architecte n’avait pas voulu entièrement exproprier. La crypte elle-même est située au centre d'un long corridor souterrain (un vrai cryptoportique) ; de direction est-ouest, long de 34,40 mètres et large de 7,98 mètres, il est rythmé par une rangée médiane de piliers quadrangulaires. On accède au corridor du cryptoportique par un escalier situé dans l'angle nord-ouest de la place du forum. Dans le petit côté est, le cryptoportique s’ouvrait vers l’habitat indigène.

Fig. 1. Le forum augustéen de Conimbriga.

11Le temple, dédié au culte impérial, était installé sur la crypte ; et de même que celle-ci s’ouvrait au centre du cryptoportique, les quatre colonnes de façade du temple étaient encadrées, à l’ouest et à l’est, par une colonnade, en avant de laquelle courait un promenoir découvert, protégé par un léger parapet ou chancel.

12Ce monument a bien marqué le début d’une ère nouvelle pour l'oppidum ; en même temps qu'une architecture jusqu'alors inconnue, c’étaient d’autres cultes, d'autres procédures administratives et judiciaires, d’autres habitudes de vie commerçante qui s’introduisaient en ville. Mais Auguste a voulu compléter cette première révolution urbaine de Conimbriga en y faisant bâtir aussi des thermes et, naturellement, un aqueduc.

13Les thermes augustéens (fig. 2) avaient leur entrée au nord par une cour-palestre ; celle-ci a été si profondément bouleversée lors des travaux d’époque trajanienne qu’on ne peut proposer qu’un essai de restitution, sans garantie de rigueur absolue.

Fig. 2. Les thermes augustéens de Conimbriga.

14Les diverses salles, frigidarium, tepidarium, caldarium, se suivent d’ouest en est, ordonnées sur la palestre. La cour est un grand trapèze rectangle, avec une exèdre qui fait saillie sur le mur septentrional. D’une surface inférieure à un alveus, il est difficile, de prime abord, de reconnaître dans cette exèdre le bassin d’eau froide que l’on rencontre dans les palestres des thermes romains. Des salles qui dépassent, au nord, le périmètre de la cour ont pu fonctionner comme loges de gardiens, déshabilloir, destrictarium. Dans le coin sud-ouest de la palestre, un petit portique donnait accès à un pédiluve pour lequel aucun terme de comparaison ne semble exister dans l’architecture thermale romaine. Il s’agit d’une petite salle dont le centre est occupé par un bassin peu profond et le sol mosaïqué. Les baigneurs venus de la palestre pouvaient se laver les pieds dans ce bassin avant d’entrer dans une autre salle mosaïquée dont le mur nord a été aménagé en abside pour l’installation du labrum. Après un passage par le tepidarium, les baigneurs entraient dans un vaste caldarium, muni de deux alvei : l’un d’eux occupe le petit côté nord ; l’autre est logé dans une exèdre rectangulaire, les traces étant insuffisantes pour décider s’il était rectangulaire comme l’exèdre ou en demi-cercle. Revenant sur ses pas, le baigneur terminait son bain dans la piscine d’eau froide, un carré de 10,25 mètres de côté et 1,60 mètre de profondeur, entourée sur trois côtés par un portique.

15Pour alimenter ces thermes, comme d’ailleurs les fontaines de la ville, il fallait bien un aqueduc. Nous avons pu le suivre depuis sa source jusqu’à son arrivée à la piscine des thermes, dans une extension de 3443 mètres. Il est souterrain dans presque tout son parcours, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’enceinte (du Bas-Empire). Dans un regard qui ne semble pas, en raison de son étroitesse, avoir pu servir d’accès en vue du nettoyage et de l’entretien, nous avons mesuré plus de sept mètres de profondeur. Ce regard a probablement joué le rôle d’un relais de pression.

16Dans la dernière partie du tracé extérieur à l’enceinte, l’aqueduc franchit une vallée et il ne pouvait le faire que soutenu par des arcs, qui ont complètement disparu. De nouvelles fouilles mettront peut-être au jour les piliers de ces arcs, qu’on peut estimer au nombre de vingt-deux. D’ailleurs, deux de ces bases sont encore observables.

17Tant le forum que les thermes ont été arasés à l’époque flavio-trajanienne et d’autres monuments plus imposants ont pris leurs places.

18L’oppidum a certainement reçu le statut municipal à une date antérieure à l’élection d’un des siens, M. Iunius Latro, au flaminat de la province de Lusitanie, en 77-78. Pour avoir mérité une telle distinction et pour avoir supporté les frais de résidence dans la capitale provinciale durant son flaminat, M. Iunius Latro doit avoir joui d'une position locale éminente. Mais, à une date aussi haute, c’est-à-dire sous Vespasien, s’agit-il d’une distinction purement personnelle ou bien faut-il envisager qu’à travers lui, c’est la ville de Conimbriga qui est mise à l’honneur ? Or, toutes les villes, surtout au ier siècle, qui ont vu leurs délégués élus flamines du culte provincial jouissent d’un statut juridique supérieur : colonies ou municipes ; certes, théoriquement, le statut d’une ville n’influe pas sur l’élection à cette charge provinciale ; en réalité, ce sont les villes les plus importantes qui ont fourni de tels prêtres. Que Conimbriga ait été choisie, n’est-ce pas la consécration de son changement de statut ? Et dans cette hypothèse, c’est bien Vespasien qui en serait responsable.

  • 13 Étienne-Fabre, ouv. cit., p. 29.

19Le nouveau statut de la ville, maintenant nommée Flavia Conimbriga13, exigeait un forum plus monumental. Celui d’Auguste a donc été arasé et, sur ses ruines, le forum flavien a été bâti en l’honneur de la maison impériale et pour fêter la dignité municipale de la ville. Que la vie commerciale ait été chassée du nouveau forum, ne doit pas nous surprendre. Il ne nous semble pas davantage anormal que le nouveau forum n’ait pas fait de place à l’administration : il exalte la fonction religieuse à l’image du forum impérial. En effet, le monument (fig. 3) se réduit au temple et à son enceinte sacrée. La basilique et la curie flaviennes attendent de nouvelles fouilles. Tout l’espace autour du forum ayant été fouillé dans l’espoir de retrouver ces monuments nous n’avons rencontré que des maisons privées. C’est donc de futures fouilles, ailleurs dans la ville, que nous attendons la découverte de la basilique et de la curie du municipe flavien.

Fig. 3. Le temple du culte impérial flavien de Conimbriga.

20L’architecte augustéen avait exproprié le moins possible de l’habitat indigène. Derrière le temple, un vieux quartier avait survécu à la première révolution urbaine. Ayant besoin davantage d’espace, l’architecte flavien a détruit ce quartier, dont nous avons trouvé les murs enfouis sous l’esplanade du nouveau temple.

21Le forum flavien a été bâti en deux paliers. Le plus bas forme la place centrale, dallée, peuplée de statues honorifiques, entourée sur trois côtés de portiques qu’un promenoir découvert flanquait sur une largeur égale à celle des portiques eux-mêmes. Au nord, le temple se dresse au centre d’une esplanade encadrée d’un portique en n. Un mur aveugle constituait le mur de fond ; un toit à double versant était soutenu par une double colonnade. Du fait du surplomb du portique par rapport à l’esplanade du temple, un chancel courait entre les dés qui portaient les colonnes de façade. Pour élever ce portique à une hauteur convenable, l’architecte a dû l’installer sur un cryptoportique qui prenait jour par des ouvertures pratiquées du côté de l’esplanade du temple. Le cryptoportique est constitué de trois ailes disposées en II ; au milieu du mur extérieur de chaque aile se dessine une exèdre ; dans l’axe des ailes, une rangée de piliers (vingt-six au total) soutenait la couverture horizontale.

22Les vestiges qui subsistent du temple lui-même sont très maigres, mais nous sommes assurés de l’ordre corinthien par un morceau de chapiteau. La façade comportait quatre colonnes ; un escalier central, aussi large que le temple, assurait la liaison avec une terrasse intermédiaire entre le niveau du forum et le niveau du temple. De part et d’autre de l’escalier, deux massifs, parfaitement liés au podium du temple, devaient s’élever au niveau du pronaos et n’ont pu servir que de piédestaux à des statues impériales. Il reste que ces constructions représentent une anomalie dans l’architecture des temples romains. De part et d’autre de ce palier intermédiaire, des escaliers permettaient de descendre au niveau de la place.

23Le sud du forum, très ruiné, pose des problèmes de restitution. Une entrée monumentale bien au centre ne fait pas de doute. Que l’architecte ait adopté le modèle du tétrapyle est moins certain, mais en tout cas possible. À l’est de l’entrée, une fontaine nous rappelle une solution identique au forum de Mactar (Tunisie). Quatre ou cinq marches montaient du niveau de la fontaine à celui d’une construction mystérieuse, orthogonale par rapport à l’axe du forum, composée d’une salle et d’une antichambre. L’hypothèse d’un petit temple mérite d’être considérée, bien qu’elle ne soit pas absolument convaincante.

24La partie à l’ouest de la porte monumentale pose encore plus de problèmes que sa contrepartie à l’est. Un petit bâtiment occupait peut-être l’angle sud-ouest, son entrée tournée à l’est. L’espace entre la façade de ce bâtiment et le tétrapyle serait un espace vide. De toute façon, les dimensions de ce bâtiment nous interdisent de les interpréter comme basilique ou curie. Le forum flavien se réduit à une enceinte sacrée.

25La deuxième révolution urbaine s’est poursuivie, à l’époque de Trajan, par de nouveaux thermes (fig. 4) qui, couvrant deux fois la surface occupée par l’établissement précédent, se sont substitués aux thermes d’Auguste. Une insula d’habitation a été amputée d’une considérable partie pour dégager une place en face du monument. L’entrée donne accès immédiatement à un vaste espace ouvert, dont le centre est occupé par une natatio qui mesure 15,90 x 10,75 mètres. Au sud, une colonnade formait une belle scénographie devant le corps des thermes proprement dits. Par deux portes, on entrait dans le frigidarium, vaste salle dallée, dont les deux piscines sont situées l’une en face de l’autre, aux extrémités de la pièce.

Fig. 4. Les grands thermes flavio-trajaniens de Conimbriga.

26Au sud du frigidarium, trois salles se succèdent de l'est à l’ouest ; le système d’hypocauste les classe comme des pièces chauffées ; en fait, seule la salle orientale disposait d’un praefurnium, les deux autres étant des pièces tièdes qui ne recevaient qu’une chaleur indirecte. La salle avec praefurnium est bien un laconicum, d’un modèle qui se retrouve, mais en plus réduit, dans un autre établissement thermal à l’extérieur de la muraille de Conimbriga. Au centre, un bassin circulaire, enfoncé dans le sol, était entouré d’une ou deux marches. Il ne s’agit pas d’une piscine proprement dite, mais d’une sorte de petit amphithéâtre où l'on pouvait s’asseoir pour prendre le bain de chaleur ; au fond de ce bassin, l’eau, nettement insuffisante pour un bain, contribuait à l'humidité de l’atmosphère.

27Le caldarium, flanqué de deux alvei rectangulaires, termine au sud le bloc thermal.

28Un secteur a été prévu pour l’exercice et la promenade. On y accédait depuis le portique sud de la natatio, par un couloir mosaïqué qui entourait une cour. Ce passage aboutissait à une galerie, largement ouverte, par sa colonnade, sur la “palestre”. On y descendait par un escalier monumental. La palestre-jardin était un vaste espace de 45 x 18,60 mètres, terminé des deux côtés par des couples d’absides enchâssant chacune un caisson rectangulaire. Le mur du fond était probablement ouvert en arcades, dominant un admirable paysage de ravin, peuplé aujourd’hui, comme certainement à l’époque romaine, de pins et d’oliviers.

29Deux forums, deux thermes, voilà le bilan, sur le plan monumental, des fouilles franco-portugaises. Vergílio Correia avait déjà partiellement fouillé, entre 1930 et 1940, deux autres thermes, qui attendent encore leur publication.

30Entre forum et thermes, nous avons fouillé deux insulae d’un quartier artisanal et d’habitation, installé à l’époque claudio-néronienne. Déterminée par un urbanisme non orthogonal, une de ces insulae – que nous avons désignée “insula du vase phallique” d’après la découverte d’un vase rituel – a été bâtie sur un plan trapézoïdal. À l’est, sa largeur la réduit à une boutique de façade avec son arrière-boutique. D’est en ouest, la largeur augmente et exige, à partir d’un certain point, une cour intérieure autour de laquelle s’organisent les pièces. Plusieurs propriétaires ou différents locataires se partageaient cette insula, bordée de boutiques sur toute la longueur de sa façade principale, tournée vers la rue qui descendait du forum vers les thermes.

31Une autre insula, au nord des thermes (fig. 5), semble avoir appartenu, dans sa première phase, à un seul propriétaire, même si celui-ci louait les boutiques de façade, elles aussi tournées vers la rue des thermes. Au milieu de la façade occidentale, s’ouvrait une entrée qui donnait accès à une cour trapézoïdale. Trois salles du côté sud s’ouvraient sur la cour. De cette première cour, on passait à une autre, étirée en longueur, dallée, dont la moitié nord était couverte par un portique appuyé sur cinq colonnes. Plusieurs salles, dont la cuisine, marquée par une sorte de comptoir, s’organisaient autour de cette cour. Parmi ces pièces, il faut surtout noter la plus large, de forme très irrégulière ; son sol d’opus signinum et ses deux bassins semblent la destiner à un usage industriel. La façade orientale était complètement fermée, sauf pour une petite porte dans le coin sud-est. Nous avons affaire ici à un ensemble de onze pièces (ou quatorze si nous comptons les trois salles qui s’ouvraient sur la cour du côté ouest), habité par un seul propriétaire qui exerçait son métier (malheureusement pour nous inconnu) dans sa maison. Il était aussi, probablement, le propriétaire des boutiques de façade, tournées au nord.

Fig. 5. Insula au nord des thermes de Conimbriga.

32Cette maison a subi, au cours de l’histoire de la ville, plusieurs transformations. Sa surface a été tout d’abord réduite ; l’amputation de la cour occidentale et des salles contiguës au sud et au nord a été rendue nécessaire pour dégager, en face des thermes de Trajan, une place ou esplanade assez vaste pour faciliter la circulation. D’autres transformations ont suivi et, dans son dernier état, la maison était visiblement occupée par au moins deux locataires.

33De Trajan au milieu du ve siècle, le secteur fouillé par notre équipe franco-portugaise n’a pas subi de grandes transformations. Tout au moins, le cadre de l’urbanisme flavio-trajanien n’a pas changé. Dans le cryptoportique du forum, cependant, toute une aile a été convertie en une immense citerne, témoin éloquent des besoins de défense : la ville préparait une considérable réserve d’eau au cas où elle viendrait à être assiégée par des ennemis.

34Aucun élément évident de datation n’a été retrouvé pour cette transformation d’une aile du cryptoportique en citerne ; une date au ive siècle est bien probable, et sa contemporanéité avec la construction de la muraille de la ville n’est pas hors question.

35Une première enceinte, plus honorifique que défensive, attend encore des sondages qui puissent en établir la date. Une datation tétrarchique pour la deuxième muraille est aussi une simple hypothèse, pourtant vraisemblable. Une partie considérable de la ville est restée en dehors de cette enceinte. Quand les fouilles de Conimbriga ont commencé, en 1930, c’est de part et d’autre du secteur le plus oriental de la muraille qu’elles ont eu lieu. Vergílio Correia y a dégagé, parmi d’autres bâtiments, quatre magnifiques maisons bourgeoises. La Maison aux Jets d’eau, dont toutes les mosaïques ont été restaurées avec soin et rigueur, forme un magnifique ensemble. Son péristyle central adopte un plan rare, sinon inconnu. La partie centrale, au lieu d’être un jardin agrémenté par un ou plusieurs bassins, forme elle-même un large miroir d’eau occupé par des parterres qui, harmonieusement découpés, forment des canaux et des petites baies semi-circulaires. Dans l’axe longitudinal de la maison, entrée monumentale et triclinium s’opposent de part et d’autre du péristyle. Une exèdre ou salle de réception se situe sur un des longs côtés. Si les pièces d’apparat s’ouvrent largement sur le péristyle central, les chambres à coucher, au contraire, sont tournées vers un péristyle secondaire, plus petit, plus intime, qui, dans la Maison aux Jets d’eau, servait aussi de lararium et où un petit autel consacré aux lares des eaux a été trouvé. Le nom de Maison aux Jets d’eau qui a été donné à cette maison vient de plus de cinq cents jets d’eau qui se croisaient dans un iucundissimum murmur tout en alimentant le bassin du péristyle central.

  • 14 Les plans sont l’œuvre du Bureau d’architecture su Sud-Ouest, CNRS, Pau.

36À l’intérieur de l’enceinte, une autre maison, encore plus vaste, bien que bâtie sur le même modèle, appartenait peut-être à la famille de Cantaber, dont nous parle Hydace dans la seconde moitié du ve siècle. Cet évêque d’Aquae Flaviae (Chaves, Portugal) nous renseigne sur les événements tragiques qui, à deux reprises, frappèrent Conimbriga. En 465, les Suèves, qui s’étaient établis en Galice, entrèrent par fourberie dans la cité, dépouillèrent la famille de Cantaber et en emmenèrent captifs la femme et ses fils. En 468, Conimbriga fut à nouveau prise d’assaut, les maisons et une partie des murailles détruites, les habitants asservis ou dispersés, la cité et la région désolées. Toutefois, Conimbriga survécut et connut l'occupation visigotique. Au vie siècle, elle était le siège d'un évêché dont la ville d’Aeminium (Coimbra) n’était qu’une paroisse. Ses évêques participèrent à divers conciles, comme Lucentius, au concile de Bracara en 561. Avant 589, l’évêque se transporta à Aeminium. Conimbriga survécut, appauvrie et dépeuplée, au moins jusqu’en 711, date de l’invasion musulmane de la Péninsule Ibérique. Quinze kilomètres plus au nord, au bord du Mondego, Aeminium lui succédait comme la ville plus importante de la région ; elle prenait même le nom de la ville abandonnée, Conimbriga, nom qui est devenu Colimbria et, plus tard encore, Coimbra14.

Notes

1 Le rapport des fouilles, publié sous la direction des auteurs du présent article, comprend sept volumes, consacrés à : I. L’Architecture (1977) ; II. Épigraphie et sculpture (1976) ; III. Les Monnaies (1974) ; IV. Les Sigillées (1975) ; V. La Céramique commune, locale et régionale (1975) ; VI. Céramiques diverses et verres (1976) ; VII. Trouvailles diverses. Conclusions générales (1979). Diffusion E. de Boccard, Paris.

2 R. Blondin, Le toponyme Conimbriga, dans Conimbriga. XVI, 1977, p. 145-159.

3 R. Étienne et G. Fabre, Épigraphie et sculpture (Fouilles de Conimbriga, II), p. 21 (= CIL II, 432).

4 Blondin, art. cit., p. 152.

5 Étienne-Fabre, ouv. cit., p. 30, 35,92.

6 Strab., III, 3.5.

7 Strab., III, 1,6.

8 R. Syme, A Governor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, VIII, 1969. p. 126.

9 S. Lambrino, Les inscriptions latines inédites du Musée Leite de Vasconcelos, dans O Arqueόlogo Português, 2e série, III, 1956, p. 17 sq.

10 J. Alarcão et R. Étienne, Le Portugal à l’époque augustéenne, dans Symposium de ciudades augusteas, 1, Saragosse, 1976, p. 175-176.

11 J.-Ch. Balty, Curia Ordinis. Recherches d'architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain (thèse de doctorat ronéotypée).

12 J. Alarcâo et R. Étienne, L’Architecture (Fouilles de Conimbriga, I), Paris, 1977, p. 37.

13 Étienne-Fabre, ouv. cit., p. 29.

14 Les plans sont l’œuvre du Bureau d’architecture su Sud-Ouest, CNRS, Pau.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le forum augustéen de Conimbriga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Fig. 2. Les thermes augustéens de Conimbriga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 3. Le temple du culte impérial flavien de Conimbriga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Fig. 4. Les grands thermes flavio-trajaniens de Conimbriga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende Fig. 5. Insula au nord des thermes de Conimbriga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search