Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

4e partie. Archéologie

Le Portugal à l’époque Augustéenne

Note de l’éditeur

Extrait de Symposion de “ciudades augusteas” (Bimilenario de Zaragoza, 1976), Saragosse, 1976, p. 171-185 (co-auteur J. Alarcão).

Texte intégral

  • 1 Sur le Portugal romain, J. Alarcão, Portugal romano, Lisbonne, 1973, 2e éd. 1974 (= Alarcão).

1Il peut paraître paradoxal de présenter un rapport sur le Portugal romain1 à l’époque augustéenne dans la mesure où un État moderne correspond difficilement aux limites d’une province antique. Même si le Portugal d’aujourd’hui se rattache à la Lusitanie augustéenne, il est mutilé à l’est d’une partie importante de son territoire et surtout il est privé de la capitale provinciale, Emerita Augusta (Mérida). Au Nord, au contraire, il empiète sur la Tarraconaise dont le conventus Bracaraugustanus lui est rattaché ; son chef-lieu, Bracara Augusta, est devenu la ville portugaise de Braga. Quoi qu’il en soit, étiré sur la façade atlantique, le Portugal n’en constitue pas moins un cadre commode pour comprendre l’œuvre de l’Empereur en l’honneur de qui se célèbrent, dans la Péninsule depuis 1975, de glorieux bimillénaires.

2Imperator, chef de guerre, victorieux des Astures et Cantabres, il organise une nouvelle province impériale et cantonne les peuples entre des limites fixes. Surtout, il entame un processus décisif de romanisation de terres longtemps négligées : l’histoire, pour ainsi dire, commence ici avec Auguste. Les fouilles de Conimbriga nous aident à en comprendre l’habileté politique autant que l’aspect révolutionnaire.

  • 2 Créée officiellement en 197 : voir Liv., XXXII, 28.
  • 3 Les Fontes Hispaniae Antiquae leur consacrent le volume IV, Barcelone, 1937.
  • 4 Plin., NH, IV, 117.
  • 5 Ptolémée, II, 5, 5, la mentionne comme une ville des Celtici, donc la situe en Alentejo.
  • 6 Schulten, dans FHA, IV, p. 123, dans Sertorius, p. 70.
  • 7 Itinér. d’Antonin (O. Cuntz).
  • 8 C’est plutôt l’opinion de A. Schulten, dans FHA, IV, p. 174 et dans Sertorius, p. 67.
  • 9 Alarcão, p. 70.
  • 10 Strab., III, 3, 1 : où est défini le rôle stratégique et économique du site.
  • 11 Alarcão, p. 36.

3Faisant partie sous la République de l’Hispania ulterior2, le territoire de la future Lusitanie a été le théâtre de guerres implacables3 que Rome a livrées aux Lusitaniens, alliés quasi permanents des Celtibères ; et il a fallu attendre la fin des campagnes lusitaniennes pour que la ligne du Tage soit solidement tenue. Au cours des opérations menées par les propréteurs romains contre Viriathe, un camp militaire avait été installé au nord du Tage : Q. Servilius Caepio, en 139, serait responsable de Castra Servilia, près de Cáceres4 et de Castra Caepiana5, au sud, près de Sesimbra, comme l’a suggéré Schulten6. Faut-il faire remonter à L. Caecilius Metellus, propréteur en 142, les Castra Caecilia7 ou seulement à Q. Caecilius Metellus Pius, engagé en 79 contre Sertorius8 ? Le campement serait à rechercher à Seixola, Àguas de Moura ou Agualva9, en tout cas, vers l’embouchure du Tage. Quoi qu’il en soit, deux positions-clés, l’une proche du site de la future Olisipo10, l’autre à Chôes de Alpompé11, dans Vale de Figueira, garantirent sous le gouvernement de Decimus Iunius Brutus l’occupation définitive de la ligne du Tage en 138 avant Jésus-Christ.

Fig. 1. Carte des sites cités dans le texte.

  • 12 Id., p. 44-45 et 47.
  • 13 Matériaux inédits chez J. Castro Nunes.
  • 14 Naturellement il faudrait une publication pour la dater.
  • 15 J. Castro Nunes, Fíbulas de tipo Nauheim no Castro da Lomba do Canho em Arganil, dans Revista de G (...)
  • 16 M. H. Crawford, Roman Republican Coinage, Cambridge, 1974, 1, p. 530, no 526 : 40 av. au plus tard
  • 17 Plut., Caes., 12, 1.
  • 18 Cass. Dio., XXXVII, 52, 3 ; dans le § 4. le Durius marque bien la frontière que César se propose d (...)
  • 19 Appelée par erreur παξ άνγοῦστα par Strab., III, 2,15.
  • 20 Plin., NH, IV, 117.
  • 21 Id., ibid., IV, 117 : oppidum veteris Lati Ebora... idem Liberalitas Iulia.
  • 22 Id., ibid., IV, 117 : Municipium civium Romanorum Olisipo Felicitas Iulia, cognominatum.
  • 23 Ιονλια Μνρτιλις : Ptol., II, 5, 4.

4Il faut attendre le gouvernement hispanique de César en 61, puis sa dictature, pour que Rome fasse un nouveau bond en avant et contrôle toute la région entre Tage et Douro12. Les armes parlent les premières et des places fortifiées quadrillent le terrain : Scallabis prend le nom significatif de Praesidium Iulium (près de Santarém) et cette garnison a pu servir de quartier général arrière à des actions offensives, dont les cheminements sont marqués par d’autres campements : Lomba do Canho (Arganil) où l’on a trouvé, parmi les matériaux fouillés13, beaucoup de céramique campanienne14 et deux fibules du type Nauheim, datables du ier siècle avant Jésus-Christ15. Celui de Cava de Viriato, proche de Viseu, est plus douteux et la seule trouvaille d’un denier de Q. Voconius Vitulus16 n’assure guère une datation césarienne. Quant à ceux d’Antanhol, Gonçalo et Ferreirόs do Dão, n’ayant pas été fouillés, ils échappent pour l’instant à toute datation. Ainsi César a dirigé des opérations de police destinées à pacifier les tribus de rudes montagnards lusitaniens17 accrochés à leurs villages perchés, comme les habitants du mons Herminius18 (Serra da Estrela). Il les a fait descendre dans les plaines vers des terres fertiles où ils commencèrent l’apprentissage d’un nouveau genre de vie mi-agricole mi-pastoral, au lieu d’être uniquement des pasteurs et à l’image de leur héros Viriathe, prêts à devenir des pasteurs brigands et vite hommes de guerre. Le boulevard militaire du nord permit une organisation pacifique dont témoigne avec éclat la fondation de la colonie julienne de Pax Iulia (Beja)19, balançant Scallabis (Santarém)20, la promotion au rang de municipe des cités de Ebora (Evora) Liberalitas Iulia21, Olisipo Felicitas Iulia22 et la création d’une cité de pérégrins, Myrtilis (Mértola)23. Ainsi, les trois procédures administratives et les trois statuts juridiques accordés aux communautés urbaines de Lusitanie vont montrer la voie au fils-Divi filius. Auguste est un héritier et il résout définitivement un problème militaire, celui de l’intégration de la zone des irréductibles Astures et Cantabres et organise, dans un nouveau cadre provincial, les limites des cités, trace le réseau routier pour que circulent troupes et marchandises autant que les idées et il tente, au nom d’un modèle politico-religieux, de récupérer l’élite des populations indigènes.

  • 24 Nous suivons R. Syme, The conquest of North Spain, dans Legio VU Gemina, Leόn, 1970, p. 79-107, su (...)

5Assuré de ses arrières vers le Douro, Auguste en 27 avant Jésus-Christ entame la dure campagne qui, en deux ans, devait le débarrasser de cette zone d’ombre sur la carte de l’autorité romaine dans la Péninsule. Le nord du Portugal proprement dit n’a pas joué de rôle notable. Soumis dès 27 à l’autorité du propréteur P. Carisius, il ne semble avoir donné aucune inquiétude à l’Empereur. Au contraire, c’est en partant de cette zone du Douro, où il avait peut-être son quartier général cette année-là, que Carisius a pu mener en 26 des actions décisives24. Elles se déroulèrent hors de l’actuel territoire portugais et faisaient écho aux victoires de 29, 28 et 27, qui valurent à leurs auteurs les honneurs du triomphe. C’est Auguste qui cette fois confisqua pour lui seul cette gloire militaire et éclipsa dans l’histoire officielle le rôle de Carisius.

  • 25 Fouilles de Conimbriga, III. Les Monnaies, par I. Pereira, J.-P. Bost et J. Hiemard, Paris, 1974, (...)

6Celui-ci toutefois avait battu monnaie, reconnaissable au revers au bouclier (caetra) et aux armes traditionnelles des indigènes des castros révoltés du Nord-Ouest25, et la diffusion de ce monnayage de campagne intéresse essentiellement la Galice. Au Portugal, ces monnaies se rencontrent à Citânia de Briteiros, à Braga, à Conimbriga, à Porto de Sabugueiro (freg. Muge, Santarém) et à Alcácer do Sal.

  • 26 R. Etienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste Dioclétien (BÉFAR, 191), Paris, (...)
  • 27 II s’agit de la IVa Macedonica, la Vla Victrix, la Xa Gemina.
  • 28 Ils exaltent le nomen de l’empereur que l’on peut aussi interpréter comme numen.
  • 29 Alarcão, p. 50.

7Mais la victoire ne fut pas définitive en 25, même si Auguste ferma alors le temple de Janus : il y eut des révoltes en 24, en 22, en 19 et la densité de l’occupation militaire ne fut guère diminuée. Peut-on en trouver des traces sur le terrain, autres que la mention des tres Arae Sestianae26 exaltant au nom des trois légions27 la divinité impériale28 ? Il semble que le fort29 de Castelo da Lousa, sur la rive gauche du Guadiana, à six kilomètres au sud-ouest de Mourão, peut-être en Bétique si l’Anas (Guadiana) constituait exactement la frontière entre les deux provinces, ait pu accueillir quelque détachement de la Xa Gemina, et que les campements de Santagôes (Bagunte, Vila do Conde) et Fonte do Milho (Régua) puissent être attribués à l’époque augustéenne. De toute façon, la présence des troupes, garantes de la paix que la propagande impériale propose à l’opinion comme le plus grand des bienfaits du nouveau régime, a dû être pesante : militaires en activité autant que vétérans ont tenu pendant le règne du premier empereur le haut du pavé dans bien des villes.

  • 30 S. Syme, A governor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, VI 1969, p. 125-133, surtout, p. (...)
  • 31 Strab., III, 2,15. Cass. Dio., LUI, 26, 1.

8Il faut attendre entre 16 et 1330 pour que soit créée par Auguste, au cours de son second séjour dans la Péninsule en compagnie d’Agrippa, la province de Lusitanie et qu’Emerita Augusta, fondée en 2531 en pays turdule, sur les bords du Guadiana, avec les vétérans de deux légions qui s’étaient illustrées sous le commandement de Carisius, devienne capitale provinciale. C’était un acte de haute portée administrative. Province impériale prétorienne, elle allait désormais vivre de sa vie autonome, perdant l’administration de l’Asturie-Callécie rattachée désormais à la Tarraconaise. N’oublions pas toutefois la solidarité avec les terres d’au-delà du Douro que les campagnes de Carisius avaient signifiée.

9La première tâche qui attendait l’Empereur et ses legati propraetore était de fixer au sol entre Tage et Douro des peuples turbulents, pratiquant depuis toujours la transhumance, et de leur donner donc une assise territoriale fixe.

10Ce sont les cippes de bornage (terminus augustalis) qui nous font connaître les peuples intéressés par cette opération et la date de cette dernière.

  • 32 F. de Almeida, Terminus augustalis entre Talabriga e Langobriga, dans O Arqueόlogo Português (= AP (...)

11C’est à UI (Oliveira de Azemeis)32 que l’une de ces bornes est encastrée dans l’un des murs extérieurs de l’église paroissiale. UI est situé à égale distance de Branca, Albergaria-a-Velha (ancienne Talabriga ?), et de Fiães de Feira (ancienne Lancobriga) et matérialise la frontière entre les Talabrigenses et les Lancobrigenses. L’opération de bornage est datée de la 27e puissance tribunicienne de l’empereur et se place donc entre le 1er juillet 4 et le 30 juin 5.

  • 33 F. Russel Cortez, Fasti Archeologici, 6, 1951 (1953), p. 332, no 4119, avec fig. 116, p. 334=AE, 1 (...)
  • 34 CIL IX, 331 = ILS, 929.

12Une deuxième borne a été trouvée à Guardão, dans la serra de Caramulo33 ; mais le texte en est fort mutilé : on ignore les noms des deux peuples limitrophes ainsi que la puissance tribunicienne. Par contre, le nom du gouverneur qui applique la mesure impériale est connu : il s’agit de Q. Articuleius Regulus, originaire de Canusium et connu par une autre inscription34.

  • 35 J. Alves Monteiro, dans Journal “Novidades”, supl. Letras e Artes, XXXIII, 24 décembre 1973, no 45 (...)
  • 36 Voir F. de Almeida, Egitânia. Histόria e Arqueologia (= Almeida, Egitânia), Lisbonne, 1956.
  • 37 Ils apparaissent dans l’inscription du pont d’Alcántara en tant que municipe : CIL II, 760, suspec (...)
  • 38 II s’agit d’un commentaire maladroit et incomplet en langue portugaise : este lettrero estava feit (...)

13Le troisième texte a été découvert, encastré dans la résidence paroissiale de Peroviseu (Fundão), d’où elle a été transférée au Musée de Fundão en septembre 197135. Étant inédite jusqu’alors, elle mérite une description plus précise. Il s’agit d’une plaque de granit rectangulaire (1,40 X 0,46 X 0,21 m) au grain très fin qui caractérise d’autres monuments de l’arrondissement de Fundão. Le texte est disposé sur cinq lignes : IMP. CAESAR AVG. PONTIFEX / MAX. TRIB. POTEST. XXIIIX. COS. XIII / PATER PATRIAE TERMINVS. AVGVSTALIS / INTER. LANCIENSES. ET IGAEDITANOS = Imp(erator) Caesar Aug(ustus) pontifex / max(imus) trib(unicia) potest(ate) vicesima septima co(n)s(ul) tredecies / pater patriae terminus augustalis / inter lancienses et igaeditanos. La borne marque donc la frontière entre les Igaeditani (de Egitania)36 et les Lancienses que l’on doit qualifier de Oppidani37. Une cinquième ligne a été ajoutée au xixe siècle et n’a heureusement pas défiguré le texte antique38. Le bornage date ici également de 4/5 après Jésus-Christ.

  • 39 CIL II. 460.
  • 40 Hübner, ad CIL II, 460, p. 51.

14Il fait écho à un autre texte, aujourd’hui perdu, qui fut découvert à S. Salvador39 plus à l’ouest. Ce texte, vu par Docampo40 et rapporté par Ambrosio de Morales au xvie siècle, qui n’est pas allé sur place mais a disposé des fiches de Docampo, ne serait-il pas celui qui vient de réapparaître à Peroviseu ? Il vaut mieux en tout cas se fier à la lecture de Docampo et tenir compte de la XXVIIIe puissance tribunicienne, plutôt que de la XXIe retenue par Morales, et même on peut se demander s’il ne faudrait pas corriger XXVIII en XXVII, ce qui serait une interprétation de Docampo pour XXIIIX. La borne indique également la frontière entre les Igaeditani et les Lancienses.

  • 41 ILER. 1782 (AEA, 17, 1944, p. 244) : tribun. Potest JXXVII ; ILER. 1783 = CIL 11, 859 : tribunic. (...)
  • 42 Dans ces conditions, pour AE, 1954, 88, nous pourrions proposer XXVII ou XXVIII comme puissance tr (...)

15Nous pouvons remarquer que cette fixation des limites des peuples de la nouvelle province de Lusitanie intéresse aussi bien les zones de plaine, comme à Ul, que des régions plus accidentées comme la serra de Caramulo et l’arrondissement de Fundão ; elle a toutes chances donc d’avoir été générale. Elle paraît concentrée dans le temps et nous croyons pouvoir l’attribuer aux années 4/5 et 5/6 après Jésus-Christ, puisque Auguste a délimité en Lusitanie les territoires des Salmanticenses (Salamanque) et des Mirobrigenses (Ciudad Rodrigo)41 et cette opération, étalée sur deux années, a certainement été confiée à Q. Articuleius Regulus42, dont le gouvernement couvre sûrement cette période. Elle est intervenue après de longues opérations de cadastre, destinées à renseigner l’administration du fisc et à fixer définitivement au sol des populations parfois errantes.

  • 43 Flor., II, 33 (IV, 12,46).
  • 44 Gromat. Vet. (éd. Lachmann), p. 51, 21, 83, 27. 171,6.

16Certes, Auguste dès 2743 a invité les populations à descendre dans la plaine ou en tout cas à quitter leurs nids d’aigles, leurs citânias ou leurs castros. Cette politique générale s’est accompagnée, ici comme ailleurs, d’une série de créations urbaines. Nous avons mentionné la plus éclatante, celle d’Emerita Augusta en 25, avec un immense territoire44, seule colonie créée en Lusitanie. Toutefois, la politique prudente et restrictive d’Auguste par rapport à celle de son père adoptif se marque par l’absence de tout municipe augustéen en Lusitanie ; des villes pérégrines qualifiées d’Augusta marquent sa volonté d’implanter des centres urbains dans une zone qui n’avait été qu’un glacis militaire pendant les opérations contre les Astures et les Cantabres : c’est le cas de Bracara Augusta, même si l’occupation militaire reste dense après la fin des combats et ce, jusqu’à Vespasien.

17La paix augustéenne a signifié en tout cas un élan donné à la vie de relations et a fixé au sol les peuples qui, disposant d’un chef-lieu administratif et faisant l’apprentissage de leurs responsabilités, ont été reliés par les routes qui permettaient aux autorités romaines de se déplacer aisément, mais qui ont également permis la pénétration et la diffusion de la civilisation romaine.

  • 45 AE, 1967, 185 : Idanha-a-Velha (S. Lambrino, AP, III, 1956, p. 1266, surtout no 3, p. 14-17, où il (...)

18Un premier grand axe, qui est une création augustéenne et donc une voie impériale, unit la capitale Emerita Augusta à Bracara Augusta ; elle passait le Tage à Alcântara, arrivait à Egitania (Idanha-a-Velha) où l’on a rencontré un milliaire45 et, en délimitant peut-être les territoires des Igaeditani et des Lancienses Oppidani, rejoignait vers Talabrica la route Olisipo-Bracara Augusta qui relie Scallabis (Santarém) à Conimbriga et Aeminium.

19Bracara Augusta est d’ailleurs au coeur d’une étoile routière augustéenne :

  • route vers Tude (Tuy) et de là vers Lucus Augusti (Lugo), autre ville pérégrine d’époque augustéenne ; près de Ponte do Prado, sur la rive du rio Câvado, un milliaire, daté du 1er juillet 11 au 30 juin 12, porte la marque IIII46, qui correspond à la route vers Tude (Tuy), puisqu’on a trouvé à Braga un autre milliaire TUDEIIII47, daté de la même époque et un autre milliaire indiquant seulement Bracaraug I48, et à Coura (Castro, paroisse de Rubiães) Bracara XXX49.
  • route vers Asturica Augusta par Aquae Flaviae, alors simple oppidum, passant par Soeira50, et ayant un diverticule par Castro de Avelâs où l’on a découvert un milliaire daté du 1er janvier 2-1er juillet 2 avant Jésus-Christ.
  • 51 CIL II, 2422 = ILS, 6922. Étienne, p. 397 et n. 5.
  • 52 F. de Almeida, C. César, principe da juventude honrado em Idanha-a-Velha, dans Revista da Faculdad (...)
  • 53 Almeida, Egitânia, no 1, p. 140-141 = ILER, 2082 = 584 a ; PIR2, C 1438 ; l’inscription date même (...)
  • 54 Fouilles de Conimbriga, IV. Les sigillées, Paris, 1975, p. 166.
  • 55 A. Alarcão, A “terra sigillata” italica em Portugal, dans Actas do II Congresso Nacional de Arqueo (...)
  • 56 Voir F. Mayet, Les céramiques à parois fines dans la Péninsule Ibérique, 1976.
  • 57 Fouilles de Conimbriga, VI. Céramiques diverses et verres, 1976.

20On comprend ainsi que la simple Bracara oppidum Augusta ait joué dans l’implantation romaine au nord du Portugal un rôle essentiel et qu’elle ait pu faire figure de capitale de la Callaecia, puisque entre 6 avant et 1 après Jésus-Christ, la Galice rend hommage au petit-fils d’Auguste, Caius51. Ce particularisme local est atténué par le même culte dynastique qui se retrouve aussi bien à Idanha-a-Velha52. La propagande emprunte les routes nouvelles, tracées sur d’anciens chemins, il est vrai. Les objets autant que les personnes circulent et initient les populations aux mœurs romaines : un cadran solaire est offert aux gens d’Egitania par un citoyen d’Emerita53 et il est officiellement reçu en 16 avant Jésus-Christ sous les consulats de L. Domitius Ahenobarbus et de P. Cornelius Scipio par les quatre magistrats (magistri) de la ville et leur onomastique reste parfaitement celte. Ce sont ces routes que parcourent les marchands et par elles pénètrent les belles céramiques italiques qui, à partir de 10 avant Jésus-Christ54, arrivent à Conimbriga et dans bien d’autres lieux du Portugal55. Elles permettent d’affirmer que sont utilisées les voies méridionales de la côte au Tage, dont le réseau doit remonter à l’époque césarienne, et n’a eu besoin d’aucune réfection : d’où le silence des inscriptions d’époque augustéenne à leur sujet. C’est du sud et donc par ces routes que pénètrent les céramiques à parois fines d’importation italienne56 et les amphores de vin campanien57, à vrai dire, en quantité modeste.

21La vie de relations, garantie par la paix augustéenne, fait ainsi du Portugal atlantique un pays soumis aux influences méditerranéennes. C’est de la capitale, Mérida, que se diffuse vers le centre et le nord du pays la civilisation romaine : les fouilles de Conimbriga nous permettent d’apprécier l’originalité de l’impérialisme du conquérant.

  • 58 V. Correia, Conimbriga. A camada pré-romana da cidade (Notas de uma exloraçào de dez dias em Conde (...)
  • 59 J. Alarcão et R. Étienne, Note sur un habitat de l’âge du Fer à Conimbriga, dans Actes du Cinquant (...)

22Le premier horizon historique de Conimbriga plaide en faveur de ce que nous pouvons appeler la coexistence augustéenne. En effet, c’est la recherche du temple et du niveau augustéens qui nous a conduit à vider de son remplissage l’esplanade entourant le monument flavien. Quelle fut notre heureuse surprise de rencontrer alors, au nord-est, un habitat qui semblait remonter plus loin dans le passé. Procédant à un sondage dans le sol de la palestre des Thermes du sud pour ne pas laisser échapper une période d’occupation plus ancienne, nous avons mis au jour des murs à la structure semblable. Ainsi nous pouvons aujourd’hui, avec plus de précision que Virgílio Correia58, éclairer encore le début de l’oppidum celtique, du moins un moment de son histoire. La stratigraphie, le matériel autant que l’architecture doivent permettre d’apporter quelques certitudes59.

  • 60 Vitr. II, I, 4.

23Deux rues apparaissent dans cet urbanisme ancien, de direction nord-ouest/sud-est pour la première et nord nord-est/sud sud-ouest pour la seconde, ne se coupant pas à angle droit mais formant entre elles un angle de 75°. Une telle rencontre entraîne pour les cases d’angle une forme trapézoïdale, quadrilatère pour les autres. Les cases sont des habitations à pièce unique, dont les murs, faits de morceaux de tuf irréguliers, étaient surélevés de briques crues et couverts de branchages comme l’indique Vitruve60. Un tel habitat, comme dans d’autres stations du Portugal atlantique, trouve des parallèles en Espagne sur les sites préromains. La régularité de l’urbanisme répond à des influences méditerranéennes évidentes, à la période finale du deuxième âge du Fer qui correspondait pour la Gaule à La Tène III, à une époque où l’oppidum organise sa vie urbaine et voit disparaître ses cases installées sans ordre, comme nous les avons découvertes sous la palestre des Thermes. Ce sont les notables des Conii, groupés en gentilitates et vivant dans ces cases, qui ont accueilli le premier urbanisme vraiment romain.

  • 61 R. Étienne et J. Alarcão, La chronologie des cryptoportiques à Conimbriga, dans Actas do II Congre (...)

24La naissance de Conimbriga comme ville romaine61 date du premier empereur de Rome ; la fidélité des habitants et l’action de ses notables au cours de la dure lutte menée par Auguste et ses légats contre les Astures et les Cantabres ont attiré l’attention du gouverneur de la Lusitanie, nouvellement créée, et d’un commun accord l’implantation d’un ensemble monumental à la romaine fut décidée. Le cœur de la cité était à remodeler pour établir le forum.

25De quels éléments a disposé l’urbaniste augustéen pour choisir son emplacement ?

  • 62 J. Alarcão et R. Étienne, L’architecture des cryptoportiques de Conimbriga (Portugal), dans Les cr (...)

26Il a d’abord profité d’une remontée du tuf calcaire pour installer suivant les directions cardinales la place proprement dite, qui serait encadrée entre deux ensellements. Au nord, il devrait installer une terrasse artificielle, au sud, il pourrait insérer le tracé de l’aqueduc. Mais la liberté de création de l’architecte était limitée par le passé d’une cité qui avait accueilli négociants et marchandises italiens. Et, même si certaines cases furent rasées pour installer un orgueilleux centre monumental, qui donnerait la mesure du ralliement des notables à l’autorité de Rome et à ses traditions culturelles et religieuses, il a respecté tout le quartier datant de l’âge du Fer, situé à 1,70 mètre plus bas que le niveau du forum. Il a prévu un moyen de communication entre la nouvelle place et ce niveau de l’habitat pré-impérial qui continue à vivre : c’est ainsi qu’il recourra à Conimbriga, pour la première fois, à la solution du cryptoportique62.

27Le premier forum installé à Conimbriga répond à la triple fonction classique des forums, c’est-à-dire religieuse, politique et commerçante. La fonction religieuse est assurée au nord par le temple du culte impérial et son cryptoportique. La fonction politique apparaît avec la présence à l’est d’une basilique et d’une curie et la fonction commerçante, à l’ouest, appartient à la série de boutiques, sans doute précédées d’un portique.

28L’architecte urbaniste était tenu de respecter la règle, que rappelle Vitruve, selon laquelle le temple majeur d’une cité doit être construit sur le point le plus élevé de la ville. Ne disposant pas d’un piton naturel à proximité de la place publique puisque, pour observer une autre prescription, le temple doit border un des côtés du forum, il aurait créé une terrasse artificielle, d’où la nécessité d’un temple sur crypte ; d’autre part, il devait prévoir un passage pour assurer la communication entre la nouvelle place et le “vieux” quartier de l’âge du Fer. Il a profité de cette nécessité pour coiffer le cryptoportique d’un portique de façade : solution fonctionnelle et élégante.

Fig. 2. Plan des fouilles de Conimbriga.

29La circulation se fait par un escalier qui permet de descendre de la place du forum au niveau du sol du cryptoportique ; celui-ci, rythmé par huit piliers médians, est articulé sur la crypte soutenue elle-même par six piliers. La couverture de l’ensemble était plate suivant un schéma recommandé par Vitruve. Le portique de façade comportait une colonnade qui incorporait dans son alignement les quatre colonnes du temple du culte impérial, à moins que le pronaos du temple ait été projeté plus en avant. En tout cas, le temple devait s’élever à plus de treize mètres et, de la place du forum, on accédait par un escalier monumental à double volée au niveau du portique promenoir, d’où l’on honorait la statue colossale d’Auguste.

30Un tel plan nous ramène irrésistiblement à Vitruve et à sa basilique de Fano, et d’autres exemples sont aisés à trouver à Sabratha, Roselle, Lucus Feroniae, Ordona, Sepino, Iuvanum. L’architecte augustéen a su adapter un tel plan à la fonction d’un cryptoportique-passage et la crypte a pu servir d’aerarium à l’oppidum, selon un autre schéma du forum vitruvien. Le temple et ce portique fermaient scénographiquement le forum, au nord, et le forum pour ainsi dire sert au sud de temenos au temple, l’espace lui étant mesuré au nord par l’existence d’un quartier d’habitation.

31Sur le long côté occidental de la place publique s’aligne une série de neuf boutiques, limitées par des rues où se retrouve une technique de joints propre à l’époque augustéenne, et l’une de ces boutiques était celle d’un marchand de céramiques qui vendait aussi bien des sigillées italiques, que des vases à parois fines ou des sigillées sud-gauloises.

32Le côté oriental du forum est entièrement consacré à la vie politique et judiciaire : la curie et la basilique s’y élèvent. La basilique mesure 33 mètres sur 13,65 et devait ouvrir par deux ou trois portes sur la place ; une autre porte s’ouvre au milieu du mur oriental, renforcé de huit contreforts ; au nord, s’élève le tribunal, limité par un mur. La basilique est partagée en trois nefs de largeur inégale - la nef centrale étant un peu plus large que les autres - par deux rangées de six piliers, faits de gros massifs, ce qui a appelé une comparaison nécessaire et immédiate avec le monument dit aux gros piliers de Glanum, identifié désormais comme basilique. Au nord de la basilique, une curie de 5,44 sur 13,15 mètres, soit 74,25 mètres carrés, est précédée d’une antichambre. Elle est relativement petite et peut être comparée à des curies d’Afrique ou à celle de Lucus Feroniae qui mesure seulement 67 mètres carrés. Il faut surtout noter que cette curie existe dans un oppidum qui officiellement n’est pas encore entré dans les cadres de la vie politique romaine. Sans doute, seul un conseil de notables l’administre sous l’autorité de magistri. Il en est que plus remarquable de rencontrer, avant toute promotion juridique, un local canonique de la vie “politique” municipale où se faisait l’apprentissage des responsabilités de la cité. Même à l’intérieur d’une forme architecturale imposée par le vainqueur, il y a déjà comme la promesse de la liberté municipale.

33La place proprement dite devait être en terre battue et elle était rythmée au nord par des piliers qui devaient soutenir des statues, soit impériales soit de notables. D’autres bases de grès, peu nombreuses, sont installées sur les trois côtés en avant soit de la basilique à l’est, soit du portique en équerre au sud et à l’ouest. Aussi la place proprement dite mesure-t-elle 38,10 par 25,35 mètres, soit la stricte application de la formule vitruvienne, la largeur de la place publique devant être les deux tiers de la longueur.

34Au sud de la place, existait un mur périmétral qui borde une rue où était installé l’aqueduc augustéen et, de cette rue, on entrait par une porte située dans l’axe du temple : le public en pénétrant sur la place ne pouvait qu’être frappé par la majesté du temple du culte impérial et le dessin de tout cet ensemble qui répond à une expression mathématique. Mais ce premier urbanisme et ce premier forum portent les marques de leur époque. Le dessin du portique en L n’est pas gracieux. La symétrie est loin d’être parfaite, puisqu’il faut sauvegarder un quartier ancien – surtout le développement du secteur proprement religieux reste étriqué – une nouvelle révolution architecturale était possible : c’est l’architecte flavien qui en sera l’artisan et le municipe flavien le bénéficiaire.

35Pour chanter la gloire du nouvel Empire, les architectes des Romains ne pouvaient se contenter d’installer un centre monumental et de proposer au populus de l’oppidum les habitudes religieuses, civiques et commerciales du conquérant. Ils lui offraient l’occasion d’une civilisation d’hygiène et de loisirs en installant, au sud, des thermes qui aidèrent aussi à la romanisation de la cité.

36L’architecte a voulu faire table rase du passé pré-impérial et, compte tenu du terminal de l’aqueduc, imposant à l’ouest l’emplacement du frigidarium, il a conçu un plan rationnel d’ouest en est, en disposant au milieu de la construction le secteur tiède, à l’est le secteur chaud qui commandait à l’extrême est la fournaise et les services. Une cour palestre se développe au nord.

37La piscine d’eau froide, carrée, mesure 10,20 mètres de côté ; entourée d’un portique sur trois côtés, puisque le mur périmétral des thermes se confond avec le côté est de la piscine, elle était alimentée directement par l’aqueduc qui y débouchait par une fontaine. Les baigneurs descendaient dans la piscine par un escalier de cinq marches et communiquaient par les portiques, soit avec le tepidarium, soit avec la cour palestre.

38Au centre, une pièce mosaïquée a pu servir de déshabilloir et de pédiluve, puisqu’une canalisation rejoint un égout ; elle jouxte au sud une pièce d’architecture assez remarquable qui présente, dans une abside couverte en demi-coupole, un massif bétonné circulaire qui n’a pu supporter que le labrum, permettant les ablutions comme aux thermes augustéens du forum à Pompéi. La pièce au labrum mesure 8,30 mètres du nord au sud, 11,90 mètres de l’est à l’ouest. Le sol est mosaïqué, avec de grosses tesselles, et offre une pente continue vers l’ouest, permettant ainsi un écoulement continu de l’eau. C’est avec des briques et du mortier ocre qu’on a élevé le pied circulaire portant le labrum, qui a malheureusement disparu.

39Cette pièce communiquait avec le tepidarium aux murs de brique, à la suspensura assurant la circulation de l’air chaud, tout comme le faisaient les prises latérales dans les murs.

40Le caldarium proprement dit, de 15,50 par 12,75 mètres, comporte une abside et une exèdre rectangulaire où se nichait la baignoire (alveus), portée par la suspensura. La fournaise est visible à l’extrême est et son niveau communique avec les resserres de bois et quelque pièce de service.

41Au nord, s’étend le secteur de la cour palestre, entourée peut-être sur deux côtés de portiques en équerre, à l’est et au nord, tandis qu’à l’est il faudrait identifier les deux salles, l’une avec la loge du concierge, l’autre avec le destrictarium, où se donnaient les soins du corps.

42En ce qui concerne la circulation de l’eau, l’alimentation de la piscine d’eau froide se fait par l’aqueduc ; le pédiluve, le labrum et l’alveus du caldarium devaient la recevoir par une tuyauterie. Les évacuations sont rationnellement prévues avec un égout collecteur sur lequel se branchent les évacuations particulières.

  • 63 Suet., Aug.. LXXXI, 2.
  • 64 R. Étienne, La vie quotidienne à Pompéi, Paris, 1966, p. 416-419, fig. 38.

43Ainsi s’instaure dans ce secteur thermal une architecture élaborée, fonctionnelle et rationnelle, fidèle aux préceptes de Vitruve, assurant la circulation des baigneurs en fonction des impératifs médicaux, mis à la mode en Espagne même par le médecin d’Auguste, Antinius Musa63, et la seule comparaison avec Pompéi64 mesure l’importance de la construction et sa valeur exemplaire.

  • 65 R. Étienne et J. Alarcão, O aqueducto romano de Conimbriga. Relatόrio preliminar, dans Actas do II (...)

44Cet ensemble thermal tout comme le centre monumental est étroitement solidaire du tracé urbain de l’aqueduc, qui est, d’une part, collé au mur périmétral sud du forum et qui, d’autre part, comme nous l’avons vu, en dessinant l’axe du decumanus maximus augustéen, alimente la piscine des thermes augustéens. Nous avons la chance à Conimbriga, de le suivre sur tout son parcours65, depuis son bassin de captage à Alcabideque jusqu’au ravin du Rio dos Mouros, où se perdait le trop-plein de ses eaux.

  • 66 L’ensemble des problèmes architecturaux sera envisagé dans Fouilles de Conimbriga, I. L’architectu (...)

45La source privilégiée par l’architecte est à 2 750 mètres de la piscine augustéenne et le tracé de l’aqueduc mesure entre ces deux points extrêmes 3 550 mètres. Le bassin collecteur – le caput aquae – dessine un nymphée semi-circulaire qui pouvait abriter un sanctuaire des eaux, auquel a succédé une chapelle chrétienne ; au nord-est du bassin de réception, se dressa “la tour de l’eau”, rectangulaire, faite d’une pièce voûtée surmontée d’un étage à la destination incertaine. Un bassin circulaire servait à décanter l’eau venue de la source et l’eau épurée empruntait le parcours souterrain de l’aqueduc, qui suit la courbe de niveau de 110 mètres et, quand le terrain monte, le conduit est profondément enfoui, ce qui entraîne la nécessité de ménager des regards pour maintenir la pression atmosphérique ; il devient ensuite aérien, porté par un mur de soutènement des terres voisines. Pour traverser une petite vallée avant de pénétrer dans la ville proprement dite, il était porté sur vingt-deux arcs dont un reste imprimé en négatif dans la maçonnerie interne de la muraille tétrarchique. Sur tout son parcours extra-urbain, on peut admirer l’excellence des techniques de construction tant des fondations que du conduit et de la voûte ; le soin avec lequel étaient ménagés les regards (putei), selon le rythme vitruvien de 33,75 mètres entre deux regards successifs, et la précision du nivellement puisqu’il correspond avec 2,09 mm par mètre au chiffre prôné par Vitruve et Pline l’Ancien, soit 2 mm par mètre. Arrivé dans la ville, il aboutit au castellum aquae, à partir duquel il redevient souterrain, laissant toujours montrer le même souci de solidité et de fonctionnalité. Un peu avant la piscine des thermes augustéens du sud, une chambre rectangulaire permettait, par un jeu de vannes, de détourner son courant vers un conduit qui déversait le trop-plein dans le ravin66.

46Ainsi loin du fracas des armes, une fois fermées les portes du temple de Janus, le “Portugal” romain a, sous Auguste, juxtaposé deux civilisations de niveaux idéologique et culturel bien différents. Même pénétrées d’influences méditerranéennes, même accueillant dès César les marchands italiens, les bourgades celtiques ou celtisées du centre et du nord ont perduré dans les lignes générales de leur urbanisme passé. Rome, certes, modèle leur centre monumental en rompant souvent les lignes directrices de l’implantation humaine, mais en respectant le vieux quartier où s’ordonnent les cases des communautés de lignage. Ce sont les magistrats des oppida, les conseils des “anciens” qui aident à la transformation pacifique des mœurs, qui donnent aux “oppidum” la mesure du temps de Rome, tout comme le baptême linguistique latinise les noms des hommes et des dieux. Au travers de cette première étape d’intégration, ce qui frappe c’est la lenteur et la prudence de Rome qui sait que le temps travaille pour elle dans un monde qu’elle a pacifié. Sans bouleverser les structures sociales, elle cherche à récupérer les élites qui communient dans le culte impérial autant qu’elles font l’apprentissage de l’autonomie municipale. Le Portugal romain à l’époque augustéenne participe donc de ce régime d’équilibre entre passé et présent, entre liberté et autorité, entre traditions et innovations.

Notes

1 Sur le Portugal romain, J. Alarcão, Portugal romano, Lisbonne, 1973, 2e éd. 1974 (= Alarcão).

2 Créée officiellement en 197 : voir Liv., XXXII, 28.

3 Les Fontes Hispaniae Antiquae leur consacrent le volume IV, Barcelone, 1937.

4 Plin., NH, IV, 117.

5 Ptolémée, II, 5, 5, la mentionne comme une ville des Celtici, donc la situe en Alentejo.

6 Schulten, dans FHA, IV, p. 123, dans Sertorius, p. 70.

7 Itinér. d’Antonin (O. Cuntz).

8 C’est plutôt l’opinion de A. Schulten, dans FHA, IV, p. 174 et dans Sertorius, p. 67.

9 Alarcão, p. 70.

10 Strab., III, 3, 1 : où est défini le rôle stratégique et économique du site.

11 Alarcão, p. 36.

12 Id., p. 44-45 et 47.

13 Matériaux inédits chez J. Castro Nunes.

14 Naturellement il faudrait une publication pour la dater.

15 J. Castro Nunes, Fíbulas de tipo Nauheim no Castro da Lomba do Canho em Arganil, dans Revista de Guimarães, LXIX, 1959, p. 397-416.

16 M. H. Crawford, Roman Republican Coinage, Cambridge, 1974, 1, p. 530, no 526 : 40 av. au plus tard.

17 Plut., Caes., 12, 1.

18 Cass. Dio., XXXVII, 52, 3 ; dans le § 4. le Durius marque bien la frontière que César se propose de contrôler.

19 Appelée par erreur παξ άνγοῦστα par Strab., III, 2,15.

20 Plin., NH, IV, 117.

21 Id., ibid., IV, 117 : oppidum veteris Lati Ebora... idem Liberalitas Iulia.

22 Id., ibid., IV, 117 : Municipium civium Romanorum Olisipo Felicitas Iulia, cognominatum.

23 Ιονλια Μνρτιλις : Ptol., II, 5, 4.

24 Nous suivons R. Syme, The conquest of North Spain, dans Legio VU Gemina, Leόn, 1970, p. 79-107, surtout p. 100-101.

25 Fouilles de Conimbriga, III. Les Monnaies, par I. Pereira, J.-P. Bost et J. Hiemard, Paris, 1974, p. 212 essentiellement, où l’on trouvera toute la bibliographie antérieure ; voir aussi la carte 4 et la note 23, p. 212.

26 R. Etienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste Dioclétien (BÉFAR, 191), Paris, 1958, réimp. 1974 (= Étienne), p. 379-384.

27 II s’agit de la IVa Macedonica, la Vla Victrix, la Xa Gemina.

28 Ils exaltent le nomen de l’empereur que l’on peut aussi interpréter comme numen.

29 Alarcão, p. 50.

30 S. Syme, A governor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, VI 1969, p. 125-133, surtout, p. 126.

31 Strab., III, 2,15. Cass. Dio., LUI, 26, 1.

32 F. de Almeida, Terminus augustalis entre Talabriga e Langobriga, dans O Arqueόlogo Português (= AP), sér. 2, 11, 1953, p. 209-212, avec bibliographie antérieure.

33 F. Russel Cortez, Fasti Archeologici, 6, 1951 (1953), p. 332, no 4119, avec fig. 116, p. 334=AE, 1954, 88, repris par G. Alföldy, Fasti Hispanienses, Senatorische Reichbeamte und Offiziere in den spanischen Provinzen des romischen Reiches von Augustus bis Diokletian, Wiesbaden, 1969, p. 134 pour Q. Articuleius Regulus.

34 CIL IX, 331 = ILS, 929.

35 J. Alves Monteiro, dans Journal “Novidades”, supl. Letras e Artes, XXXIII, 24 décembre 1973, no 45. Du même auteur, Término de Peroviseu na Lusitânia romana, dans Conimbriga, XIII, 1974, p. 57-61.

36 Voir F. de Almeida, Egitânia. Histόria e Arqueologia (= Almeida, Egitânia), Lisbonne, 1956.

37 Ils apparaissent dans l’inscription du pont d’Alcántara en tant que municipe : CIL II, 760, suspectée à tort par H. Galsterer, Untersuchungen zum rômischen Städtewesen auf der Iberischen Halbinsel (Madrider Forschungen, 8), Berlin, 1971, p. 62-64.

38 II s’agit d’un commentaire maladroit et incomplet en langue portugaise : este lettrero estava feito no ano... = cette inscription fut exécutée dans l’an...

39 CIL II. 460.

40 Hübner, ad CIL II, 460, p. 51.

41 ILER. 1782 (AEA, 17, 1944, p. 244) : tribun. Potest JXXVII ; ILER. 1783 = CIL 11, 859 : tribunic. pot. XXVII. Alarcão, p. 98.

42 Dans ces conditions, pour AE, 1954, 88, nous pourrions proposer XXVII ou XXVIII comme puissance tribunicienne et dater de 4/5 ou 5/6 la borne de Guardão.

43 Flor., II, 33 (IV, 12,46).

44 Gromat. Vet. (éd. Lachmann), p. 51, 21, 83, 27. 171,6.

45 AE, 1967, 185 : Idanha-a-Velha (S. Lambrino, AP, III, 1956, p. 1266, surtout no 3, p. 14-17, où il conclut à la cohérence chronologique des opérations de bornage).

46 CIL II, 4868.

47 EE, VIII, 209.

48 EE, VIII, 210.

49 EE, VIII, 244.

50 Estudos arqueolόgicos do major Celestino Beça, dans AP, XX, 1915, p. 106, surtout O miliário de Soeira, no concelho de Vinhais, p. 91, où le major n’a pu lire que TRIB. POT. XXI.

51 CIL II, 2422 = ILS, 6922. Étienne, p. 397 et n. 5.

52 F. de Almeida, C. César, principe da juventude honrado em Idanha-a-Velha, dans Revista da Faculdade de Letras, Lisboa, XXI, 1955, p. 184-195 =AE, 1961,35 : Egitânia, no 2,p. 141-142.

53 Almeida, Egitânia, no 1, p. 140-141 = ILER, 2082 = 584 a ; PIR2, C 1438 ; l’inscription date même du premier semestre 16, puisque pour le second, P. Cornelius Scipio est remplacé par L. Tarius Rufus. Voir aussi S. Lambrino, AP, III, 1956, no 4,p. 17.

54 Fouilles de Conimbriga, IV. Les sigillées, Paris, 1975, p. 166.

55 A. Alarcão, A “terra sigillata” italica em Portugal, dans Actas do II Congresso Nacional de Arqueologia (Coimbra 1970), Coimbra, 1971, II, p. 421-432 : le plus grand nombre de marques se rencontre à Beja (60), puis Conimbriga (37), Alcácer do Sal (14) et Aljustrel (7).

56 Voir F. Mayet, Les céramiques à parois fines dans la Péninsule Ibérique, 1976.

57 Fouilles de Conimbriga, VI. Céramiques diverses et verres, 1976.

58 V. Correia, Conimbriga. A camada pré-romana da cidade (Notas de uma exloraçào de dez dias em Condeixa-a-Velha),dans AP, XXI, 1916, p. 252-264.

59 J. Alarcão et R. Étienne, Note sur un habitat de l’âge du Fer à Conimbriga, dans Actes du Cinquantenaire de la création en Bretagne de l’enseignement du Portugais, 1973, p. 29-44.

60 Vitr. II, I, 4.

61 R. Étienne et J. Alarcão, La chronologie des cryptoportiques à Conimbriga, dans Actas do II Congresso National de Arqueologia (Coimbra 1970), Coimbra, 1971, P-479-486, surtout p. 481-483.

62 J. Alarcão et R. Étienne, L’architecture des cryptoportiques de Conimbriga (Portugal), dans Les cryptoportiques dans l’architecture romaine (Coll. ÉFR 14), Rome, 1973, p. 374-381.

63 Suet., Aug.. LXXXI, 2.

64 R. Étienne, La vie quotidienne à Pompéi, Paris, 1966, p. 416-419, fig. 38.

65 R. Étienne et J. Alarcão, O aqueducto romano de Conimbriga. Relatόrio preliminar, dans Actas do III Congresso Nacional de Arqueologia (Porto 1973), Porto, 1974, p. 283-291.

66 L’ensemble des problèmes architecturaux sera envisagé dans Fouilles de Conimbriga, I. L’architecture, par J. Alarcão et R. Étienne (à paraître en 1977).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte des sites cités dans le texte.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 2. Plan des fouilles de Conimbriga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search