Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

4e partie. Archéologie

Note sur un habitat de l’âge du fer à Conimbriga

Note de l’éditeur

Extrait de La Bretagne, le Portugal, le Brésil (Actes du cinquentenaire de la création en Bretagne de l’enseignement du portugais), Rennes, 1973, p. 29-44 (co-auteur J. Alarcão).

Texte intégral

  • 1 J. M. Bairrão Oleiro et R. Étienne, Les résultats de la première campagne de fouilles franco-portu (...)
  • 2 R. Étienne et J. Alarcão, La chronologie des cryptoportiques à Conimbriga, dans II Congresso Natio (...)

1À la fin de la première campagne de fouilles menées à Conimbriga (Portugal) par le Musée Monographique de Conimbriga et la Mission Archéologique Française au Portugal, l’horizon historique le plus ancien que nous proposions de reconnaître1 était d’époque flavienne. La découverte du sanctuaire, du cryptoportique et de la basilique augustéens2 nous a permis ensuite de reculer l’ancienneté de la ville. Quelle fut notre heureuse surprise de rencontrer au même moment, au nord-est du temple flavien, des constructions qui semblent remonter plus loin dans le passé et qui éclairent, sinon le début de l’oppidum celtique, du moins un moment de son histoire. La stratigraphie et le matériel, autant que l’architecture, doivent nous permettre de le préciser.

I. Chronologie

1. La stratigraphie

2Dans le secteur septentrional de l’esplanade du temple, la stratigraphie, sous le niveau flavien, présente les six couches suivantes (fig. 1) :

31. Couche de terre ocre, souvent mêlée, avec de nombreuses pierrailles et des débris de briques et de tuiles ; elle est souvent épaisse (85 à 90 cm) et descend le long du mur du cryptoportique, où elle comble le fossé qui a été creusé lors de la construction de ce mur. C’est une couche de remplissage pour élever le sol de l’esplanade ; elle contient du matériel divers allant de la céramique celtique à la sigillée arétine, sud-gallique et parfois hispanique.

42. Couche de mortier, peu épaisse (parfois double), n’existant que dans le sud, près du mur nord du temple flavien. Ce sont vraisemblablement des lits de préparation pour la construction de ce temple. Cette couche de mortier, où l’on a recueilli quelques fragments de sigillée également, descend le long du mur du temple dans la fosse de construction qui a coupé nettement le sol des maisons de l’âge du Fer.

53. Couche de terre châtain contenant principalement de la céramique grise et noire polie au caillou ; cette couche n’existe pas sur tout le secteur : on la trouve soit en plaques sporadiques, soit au-dessus du sol des rues.

Fig. 1. Coupe stratigraphique.

64. Couche très caractéristique, de couleur ocre rouge, foncé, et de texture compacte, contenant des briques crues, souvent décomposées mais parfois presque entières, qui surmontaient les murs de pierres des maisons. Cette couche repose sur le sol de ces maisons et recouvre en dôme les murs de pierres. La forme de cette couche peut s’expliquer par le fait que l’on a dû jeter une partie de cette terre en creusant les fossés de construction de l’époque flavienne. Elle se trouve effectivement coupée de cette manière au nord et au sud.

75. Sol des maisons, le plus souvent en terre battue.

86. Couche de terre grise se trouvant en place, sur le tuf et essentiellement dans les cavités du tuf. On y trouve du charbon de bois, des ossements et de nombreux fragments de céramique noire et grise polie au caillou (le tout représentant les déchets d’un habitat). Lorsque cette couche n’existe pas, on a tout simplement une couche de terre rouge violacé, qui est une argile stérile de décomposition. Dans la partie sud-est de la rue 1, une couche épaisse de terre, mêlée à de nombreuses cendres nous fait demander si certaines cases n’auraient pas été détruites par un incendie ; mais, on ne peut pas parler d’incendie généralisé.

9Les couches 4, 5, 6 seules intéressent l’habitat celtique et le matériel remarquable qu’elles ont fourni, les date.

2. Le matériel remarquable

10Le matériel recueilli dans ces couches est constitué en majorité par la céramique, fine et grossière ; mais les amphores et les fibules rencontrées sont très importantes pour la chronologie de cet habitat.

11Céramique commune (fig. 2). Les formes en sont variées ; c’est une céramique commune très grossière, de fabrication locale, non tournée. Quelques-unes ont une décoration incisée sur le bord. Et quoique non tournées, elles sont contemporaines des céramiques grises de la figure suivante.

Fig 2. Céramique commune.

Fig. 3. Céramique grise.

12Céramique grise (fig. 3). Cette céramique est faite au tour et présente une surface très soignée ; les formes en sont variées. La fabrication est certainement locale, bien que l’argile vienne de Pombal, à quarante kilomètres environ au sud de Conimbriga. Quelques formes sont dérivées de la céramique à vernis rouge, étudiée par E. Cuadrado ; d’autres imitent des prototypes métalliques ; d’autres encore sont des formes qui ont peu duré depuis l’âge du Bronze. Nous ne savons pas quand le tour de potier fut introduit dans cette région, et nous ignorons de ce fait la date initiale de cette fabrication qui dura certainement jusqu’à l’époque d’Auguste. Des céramiques grises, tournées et bien finies, se rencontrent sur le littoral espagnol, dans le sud de la France et dans la partie occidentale de l’Afrique du Nord, dans la seconde moitié du premier millénaire avant Jésus-Christ : elles constituent une koiné céramique. Il ne semble pas qu’il s’agisse de céramique importée, mais plutôt d’une fabrication locale qui explique que les formes, les pâtes et le fini varient d’une région à l’autre. Les origines de cette koiné seraient, d’une part, les céramiques grises phocéennes et paléopuniques faites au tour, d’autre part, les céramiques grises ou gris brun, non tournées et communes du Bronze méditerranéen espagnol et du littoral portugais jusqu’au Tage pour le moins.

  • 3 N. Lamboglia, Gli Scavi di Albintimilium e la cronologia della ceramica romana, I, Bordighera, 195 (...)
  • 4 Cl. Domergue, La campagne de fouilles 1966 à Bolonia (Câdiz), dans X Congreso Nacional de Arqueolo (...)
  • 5 M. Beltrán Lloris, Las ánforas romanas en España, Saragosse, 1970, p. 143, no 164.

13Amphores (fig. 4, nos 1-3) : fragments d’amphores Dressel 10 (= Oberaden 82, Camulodunum 185, Vindonissa 583). Ces amphores datent du dernier quart du ier siècle avant Jésus-Christ et de la première moitié du ier siècle après Jésus-Christ (fig. 4, no 4) : lèvre d’amphore Dressel 18. Ce type apparaît à Albintimilium vers 130 avant Jésus-Christ3 ; à Belo (province de Cadix), on la trouve dans les couches augustéennes4. L’exemple du Castro Pretorio publié par Dressel peut représenter un type déjà évolué. Les exemples bien datés sont insuffisants pour établir une évolution du profil de la lèvre ou de la panse ; marque F. L. (fig. 4, no 5), connue à Ampurias5.

Fig. 4. Amphores.

  • 6 E. Ritterling, Das frührömische Lager bei Hofheim im Taunus, dans Annalen des Vereins für Nassauis (...)
  • 7 O. Almgren, Studien über nordeuropäische Fibelformen der ersten nachchristlichen Jahrhunderte mit (...)

14Fibules. 68. ESP/8 (2) : une fibule dérivée du type de “Nauheim”, correspondant au type IVC de Ritterling6 et au no 16 de Almgren7. Ritterling la place dans la région du Rhin moyen jusqu’à Claude et, à Vindonissa, ne la fait pas dépasser la première moitié du 1er siècle après Jésus-Christ. Quant à Almgren, il la considère typiquement flavienne pour la région belge. Au Portugal, pour le moment, on ne connaît que cet exemplaire.

  • 8 J. Fortes, As fíbulas do Noroeste da Pemnsula, dans Portugdlia, I, 1905-1908, p. 20-21.
  • 9 W. Schüle, Die Meseta-Kulturen der Iberischen Halbinsel, Madrid, 1969.
  • 10 A. Blanco Freijeiro, Origén y relaciones de la orfebrería castrena, dans Cuadernos de Estudios Gal (...)

1569.TEM/I.m (3) : une fibule entière du type transmontain, comme la classification de J. Fortes8. Cette terminologie est due non seulement à l’abondance de ce type dans la province de Trás-os-Montes, mais aussi à F ornementation baroque de l’appendice caudal et de l’arc, nouveauté structurale de la pièce. Notre exemplaire correspond au type 4h de Schüle9. Cet auteur la signale de la Galice aux Hautes-Pyrénées (Avezac-Prat, en Aquitaine), ne dépassant pas le Tage. Ces deux auteurs la considèrent comme une production péninsulaire et A. Blanco Freijeiro10 l’attribue aux Vaccaei venus en Galice. Schüle, la situant postérieurement au ive siècle avant Jésus-Christ, la date de la période républicaine.

16La chronologie donnée par ce matériel est très significative ; la plus grande partie se situe à l’époque pré-impériale, même s’il est difficile pour l’instant d’en préciser la date initiale. Une autre partie de ce matériel se poursuit jusqu’à la période augustéenne. Il est donc évident que l’habitat celtique de Conimbriga est relativement ancien, mais que les derniers vestiges de construction peuvent se situer vers le début de notre ère.

17Cette première conclusion chronologique, liée à l’étude du matériel, est-elle confirmée par une recherche sur l’urbanisme et l’architecture de cet habitat ?

II. Description

1. L’urbanisme

18Deux rues apparaissent dans cet urbanisme ancien, de direction nord-ouest/sud-est pour la première et nord-nord-est/sud-sud-ouest pour la seconde, ne se coupant pas à angle droit mais formant entre elles un angle de 75° (fig. 8).

a. Rue 1

19Nous suivons la rue 1 sur environ trente-deux mètres à l’intérieur de l’esplanade du temple flavien. La crypte du sanctuaire augustéen vient s’appuyer sur son mur méridional et ne semble pas l’avoir détruit, contrairement à la construction flavienne. Vers le nord-ouest, elle se poursuivait encore au-delà, puisque l’on a retrouvé la suite de ces murs au fond du cryptoportique flavien, sur le tuf. Sa largeur est de 4,75 mètres en moyenne ; elle augmente légèrement vers le nord-ouest. Dans la partie plus méridionale de cette rue, nous n’avons plus qu’un seul des murs qui la bordent plus haut. Ce mur n’est d’ailleurs pas tout à fait dans le prolongement de celui du secteur septentrional, sans que ce décrochement pose de problème, car nous nous trouvons de part et d’autre du croisement avec la rue 2.

20Aucune porte ni aucun seuil ne donnent sur cette rue (tout au moins dans les parties qui nous sont encore visibles). Mais le mur de clôture sud-est est percé d’un regard relativement important (0,30 m de large et 0,38 m de haut), sans doute pour l’évacuation de l’eau de pluie. Une pierre chasse-roue semble le protéger (fig. 9).

b. Rue 2

21C’est une voie plus étroite que la précédente ; sa largeur, irrégulière, varie de 2,80 à 3 mètres. On peut donc considérer cette rue comme secondaire par rapport à la précédente, qui pouvait être l’axe principal de cet urbanisme. Nous n’en conservons plus qu’une longueur très limitée, soit treize mètres, mais il est vraisemblable qu’elle se poursuivait vers le nord. Au sud, elle croise la rue 1 de façon oblique, ce qui a entraîné, nous le verrons plus loin, l’irrégularité du plan de quelques maisons.

22Ici, encore, aucune porte ne donne sur cette rue qui est donc, comme la précédente, bordée de deux murs aveugles.

c. Le sol des rues

23Le sol n’est pas constitué d’une simple terre battue : à la terre sont mêlés de nombreux cailloux, des morceaux de tuf et des tessons de céramiques diverses. La rue 2 est particulièrement caractéristique à cet égard, puisque, à côté des tessons de céramique grise polie au caillou, on relève des ossements d’animaux.

24La composition de ce sol, ses éléments, nous amènent à penser qu’un urbanisme aussi régulier, aussi soigné, sans être cependant orthogonal, ne représente sans doute que la phase finale d’une occupation dont il est encore difficile de situer l’origine dans le temps et dans l’espace.

2. Les maisons

a. Dimensions et orientations

25Les deux rues ne se coupant pas à angle droit, les maisons d’angle ne peuvent être que trapézoïdales. Mis à part les cas d’espèce des cases 1 et 6, les murs des cases 2, 3, 4 et 5 s’alignent perpendiculairement à la rue 2 et ceux des cases 7 et 8 sur la rue 1.

26La case 1 forme donc un trapèze rectangle. Ses dimensions internes sont 2,50 et 3,35 mètres dans le sens nord-sud, 3,30 et 3,30 mètres dans l’autre (mais ces deux murs, de dimensions presque semblables, ne sont pas du tout parallèles). La case 2 est un long quadrilatère formant un rectangle presque régulier (4,80 m de long pour 3,30 m de large). La troisième se rapproche davantage d’une forme carrée (3,20 sur 2,70 m). Les cases 4 et 5 sont fragmentaires, mais elles ont toujours les mêmes dimensions, bien que la dernière constitue un retour vers l’est. Le sol de la case 4, ainsi qu’une partie de son mur sud, ont été défoncés à la fin de l’Empire romain par la construction d’un puits d’où l’on a extrait une céramique commune très tardive. Il est à noter que toutes, y compris la case 4, ont une largeur régulière tournant autour de 3,30 mètres.

  • 11 Malgré le premier relevé d’architecture, il ne peut être question de conserver un “mur” laissé en (...)

27Pour les maisons 6, 7, 8 plus fragmentaires que les précédentes, on peut cependant obtenir quelques dimensions en prolongeant sur le papier les murs qui ont disparu sur le terrain. La case 6 tout comme la case 1, est très irrégulière ; elle mesure d’est en ouest 3,65 et 5,15 mètres et, dans le sens nord-sud approximatif, 3,05 et 3,75 mètres. La case 7 a dû former un rectangle presque parfait comme la case 2 et mesurer 3 mètres sur 5,25. Trop peu de murs sont conservés pour la case 811.

28Toutes ces cases sont des habitations à pièce unique, ouvrant par une seule porte (fig. 5). Cette ouverture, dans les cases 1, 2 et 3 où elle est conservée, mesure 1 mètre de largeur. Il est assez curieux de remarquer que toutes trois donnent sur ce qui pouvait être une cour intérieure ou une petite place, 7 ; communiquerait-elle également avec une autre cour intérieure ?

Fig. 5. Cases 1, 2 et 3 vues du sud ; rue 1 au premier plan.

b. Technique de construction des murs

29Les murs conservés ont une largeur différente selon qu’il s’agit d’un mur bordant une rue ou d’un mur de maison. Le premier a 0,50 mètre d’épaisseur en moyenne alors que le second n’a que 0,38 à 0,40 mètre et quelquefois moins. Leur hauteur conservée varie entre 0,60 et 0,70 mètre, selon les secteurs.

30Ces murs sont construits de morceaux de tuf irréguliers liés par de la terre, les plus gros blocs sont situés en bas et les plus petits en haut. Parfois, quelques pierres sont mieux taillées (on peut voir d’ailleurs les traces de l’outil) : ce sont les pierres de la base du mur, reposant sur un lit de petites pierres et de cailloux de calage (fig. 6 et 9). On retrouve également des blocs mieux taillés dans quelques murs à angle droit, au nord, entre les cases 6 et 7 par exemple, ainsi que dans le mur ouest de la case 8, où les blocs de tuf occupent la largeur du mur. Entre les deux parements, un bourrage est constitué de pierres plus petites, de boue, parfois de morceaux de calcaire blanc et de tessons de céramiques (prouvant obligatoirement une occupation plus ancienne du site). Dans le mur nord de la case 2, s’insèrent des fragments de briques à rebord.

  • 12 Vitr. II, 1,4 : Haec autem ex is, quae supra scripta surit, originibus instituta esse possumus sic (...)

31Ces murs ne devaient pas être beaucoup plus élevés lors de l’existence de cet habitat celtique ; ils étaient surmontés de briques crues (adobes) qui couronnaient l’élévation de ces maisons. La fouille a donné quelques fragments de ces briques, mais aucun exemplaire entier nous permettant d’évaluer leurs dimensions. Nous pouvons dire qu’elles étaient de section probablement rectangulaire. Ce sont elles qui constituaient la couche d’argile rouge qui recouvrait les murs lors de la fouille. La couverture devait être faite de branchages12 et plus tard, une couverture avec charpente et tuiles a pu être posée ; les sols révèlent également des remaniements qui permettent de conclure à une occupation relativement tardive de ces maisons.

Fig. 6. Mur séparant la rue 1 de la case 1.

c. Les sols

32Les maisons sont installées sur le tuf égalisé avec des cendres et des débris de foyer. Les sols inférieurs sont des sols rubéfiés sur argile de décomposition, installés systématiquement sur un lit de céramique. Dans la case 3, un type de sol déjà évolué présente des briques juxtaposées (42 X 41 X 4,5 à 5 cm) (fig. 7).

33Au total, cet habitat celtique, ordonné orthogonalement à deux rues et ouvrant sur des cours intérieures, semble lié à une société évoluée. Il ne s’agit pas ici de cases individuelles, mais de pièces en partie spécialisées, où les problèmes de propriété pouvaient conduire à redoubler les murs mitoyens, c’est-à-dire au moment de la fin du ier siècle avant Jésus-Christ, quand Conimbriga va recevoir le premier urbanisme, sous Auguste, en même temps qu’elle adhère avec éclat au culte impérial.

34Cet urbanisme et cet habitat d’époque celtique sont-ils isolés dans la Péninsule Ibérique ? Quelle est leur originalité par rapport à d’autres sites du Portugal et d’Espagne ?

Fig. 7. Sol de la case 3.

Fig. 8. Plan du quartier de l’âge du Fer.

Fig. 9. Dessin d’un mur préromain.

III. Comparaisons

  • 13 V. Correia, Conimbriga. A camada pré-romana da cidade (Notas de uma exploração de dez dias em Cond (...)

35Il nous faut tout d’abord signaler que l’habitat celtique de Conimbriga, que nous présentons, n’est pas isolé sur le site même puisque la huitième campagne de fouilles – celle de 1971 – a permis de découvrir un autre secteur de cet habitat dans la partie méridionale de l’éperon surplombant le ravin. Déjà, en 1916, V. Correia avait pu parler pour Conimbriga d’une couche “préromaine” datant de l’âge du Fer13.

  • 14 A. dos Santos Rocha, Estações pré-romanas da idade do ferro nas vizinhanças da Figueira, dans Port (...)
  • 15 Id., ibid., p. 319-321.
  • 16 Id., ibid., p. 495.

36Au Portugal même, les exemples les plus proches sont certainement les stations “préromaines” de la région de Figueira, Santa Olaia, Crasto et Chões de Pardinheiros14. À Santa Olaia, près de Montemor-o-Velho, à un kilomètre du Mondego, ont été recensés trois groupes de cases de l’âge du Fer ayant donné un matériel archéologique abondant. Ces cases, de forme quadrangulaire, sont de dimensions plus petites que celles de Conimbriga ; les murs sont formés de petites pierres, liées avec de l’argile, larges de 0,40 à 0,50 mètre, ils atteignent une hauteur moyenne variant de 0,50 à 0,70 mètre. La partie supérieure devait être constituée de pisé15. Nous n’avons aucun renseignement sur les portes qui n’ont pas été retrouvées et supposées être à un niveau supérieur au soubassement en pierres. Le sol était de terre battue ou d’argile. Sur le site de Crasto, les restes d’une case montrent une technique de construction tout à fait semblable16. Quant au site de Chôes de Pardinheiros, les trouvailles conduisent à des ressemblances plus avec notre matériel qu’avec notre architecture.

  • 17 M. Cardozo, Citânia de Briteiros e Castro de Sabroso, Guimarães, 1956, p. 29-30. A. do Paço, Citân (...)
  • 18 Id., ibid., p. 32.

37Il nous faut écarter toute comparaison avec les citânias et castros du Nord du Portugal et de l’Espagne, ceux de Briteiros, Sabroso, Santa Luzia, Sanfins, Santa Tecla, Coana, etc., où domine la case ronde et où l’on ne perçoit que très peu de traces d’urbanisme. Toutefois, sur deux de ces sites, ceux de la citânia de Briteiros et de Sanfins17, à côté des cases rondes, apparaissent des constructions de plan quadrangulaire. Peut-on les croire plus récentes ? Les seuils, souvent difficiles à reconnaître, en raison de l’état de conservation des murs, semblent mesurer environ un mètre de largeur18.

38Plus qu’au Portugal peut-être, c’est en Espagne que nous trouvons le plus de références à un urbanisme précédant la conquête romaine.

  • 19 Historia de España (dirigida por R. Menéndez Pidal) I, vol. III : España prerromana, Madrid, 1954. (...)
  • 20 A. García y Bellido, op. cit., p. 9, fig. 3.
  • 21 A. Schulten, Numantia, II : Die Stadt Numantia, Munich, 1931.

39Les villes indigènes, présentant des maisons de plan rectangulaire, sont assez nombreuses et assez bien étudiées19, même si seules des fouilles partielles y ont été menées. Nous y retrouvons la même caractéristique de construction : soubassement de pierres surmonté de pisé. Mais le plan de ces maisons est plus étroit et plus long et se divise souvent en trois parties dont un vestibule d’entrée ; l’architecture privée présente donc avec nos cases de notables différences, dues sans doute à la plus ou moins grande importance des villes. La comparaison la plus intéressante peut-être réside dans l’essai d’urbanisme. Sur le site de San Antonio, près de Calaceite (province de Teruel), les maisons tangentes s’alignent sur deux rues ; l’une d’elles s’élargit jusqu’à former une sorte de place. Le plan20 ne donne pas toujours les détails très précis des constructions ; il semble toutefois que peu de maisons possèdent une porte donnant sur la rue principale. Mais on n’y retrouve pas la régularité de l’habitat de Conimbriga. Il faut aller chercher le parallèle le plus proche à Numance dans la mesure où l’urbanisme ibéro-romain se moule sur l’urbanisme indigène. Certes, la ville est d’une autre dimension ; on y retrouve un réseau de rues qui ne se coupaient pas forcément à angle droit avant la romanisation, mais les fouilles semblent avoir démontré que la rue romaine n’a fait qu’élargir et régulariser une rue antérieure21. La ville des Arévaques ne pouvait donc aux ive et iiie siècles que se doter d’un urbanisme et d’un habitat à la mesure de sa fonction de capitale d’un peuple celtique. Ce rapprochement montre bien que Conimbriga fut sensible, sans doute plus tard, aux mêmes influences et put gagner un certain prestige, dès les pacifications césarienne et augustéenne.

40Que conclure après cette découverte du plus ancien niveau de notre fouille ? Ce qui est le plus frappant c’est la régularité de l’urbanisme. Les rues, orientées nord-ouest/sud-est et sud-ouest/nord-est, sans doute ne se coupent pas à angle droit et nous ignorons sur quel monument elles pouvaient s’aligner, nous ne connaissons pas les raisons de ce quadrillage non orthogonal ; un tel “géométrisme” répond à des influences méditerranéennes évidentes et à la conquête romaine, dans la mesure où les habitats plus anciens du nord-ouest de la Péninsule ne sont pas implantés le long de rues aussi clairement tracées. C’est donc à la période finale du deuxième âge du Fer, qui correspondrait à La Tène III pour la Gaule, que cet urbanisme se place à une époque où l’oppidum organise sa vie urbaine et voit disparaître ses cases installées sans ordre, comme nous venons de les découvrir au sud de ce site, sous la “palestre" des thermes.

  • 22 Ne faudrait-il pas invoquer ici les Dovilonici qui font à Conimbriga une dédicace aux Lares Lubanc (...)

41Quant aux cases elles-mêmes, une incertitude demeure : avons-nous affaire à des pièces hétérogènes groupées autour d’une cour commune, faisant penser à une communauté de lignage, comme il pouvait en exister chez une peuplade celtisée comme celle des Conii22, ou faut-il penser à des pièces d’une même maison, articulées autour d’une cour centrale ?

42En tout cas, cet habitat et cet urbanisme sont contemporains du temple augustéen et celui-ci les a respectés. Situés à 1,20 mètre plus bas que le niveau du forum, ils restaient un témoignage de l’implantation humaine antérieure, puisque les sols des cases reposent sur le tuf dont les cavités ont été bourrées de déchets de foyers. Que cet habitat et cet urbanisme aient été détruits avant la grande reconstruction flavienne est prouvé, puisque les monuments de cette époque recoupent la couche de démolition des maisons, et l’habitat aurait pu même être abandonné avant le sanctuaire augustéen : la couche de mortier et de pierrailles, qui représente la couche de destruction du monument, recouvre un des murs de pierre de l’habitat qui avait donc déjà perdu ses assises de briques crues.

  • 23 A. Balil, op. cit., p. 214-215, pense que l’habitat celtique a survécu pendant tout l’Empire romai (...)

43Ainsi l’urbanisme préromain et augustéen a subsisté un demi-siècle et l’avènement de l’Empire ne signifie pas de rupture dans le dessin urbanistique de l’oppidum. Déjà fortement ouvert aux influences de l’ordre romain, il pouvait subsister sans dommage au pied du forum. Mais il a disparu totalement avec le remaniement flavien, et ce, à la différence de bien d’autres oppida celtiques, tel Numance23. L’histoire recommence “depuis les fondations” avec l’érection de l’oppidum celtique en municipe flavien. C’est dire que ces avatars de l’habitat celtique nous permettent de mieux mesurer le destin exceptionnel de Conimbriga romain.

Notes

1 J. M. Bairrão Oleiro et R. Étienne, Les résultats de la première campagne de fouilles franco-portugaises à Conimbriga (Portugal), dans CRAI, 1965, p. 442-451.

2 R. Étienne et J. Alarcão, La chronologie des cryptoportiques à Conimbriga, dans II Congresso National de Arqueologia, Coimbra, 1971, p. 479-486.

3 N. Lamboglia, Gli Scavi di Albintimilium e la cronologia della ceramica romana, I, Bordighera, 1950, p. 252, fig. 8.

4 Cl. Domergue, La campagne de fouilles 1966 à Bolonia (Câdiz), dans X Congreso Nacional de Arqueologίa (Mahόn, 1967), Saragosse, 1969, p. 446, fig. 7.

5 M. Beltrán Lloris, Las ánforas romanas en España, Saragosse, 1970, p. 143, no 164.

6 E. Ritterling, Das frührömische Lager bei Hofheim im Taunus, dans Annalen des Vereins für Nassauische Altertumskunde und Geschichts forschung, XL, 1913, pl. IX, no 190.

7 O. Almgren, Studien über nordeuropäische Fibelformen der ersten nachchristlichen Jahrhunderte mit Berücksichtigung der provinzial römischen und südrussischenformen, dans Marmus-Bibliothek, 32, 1923, pl. I, no 16.

8 J. Fortes, As fíbulas do Noroeste da Pemnsula, dans Portugdlia, I, 1905-1908, p. 20-21.

9 W. Schüle, Die Meseta-Kulturen der Iberischen Halbinsel, Madrid, 1969.

10 A. Blanco Freijeiro, Origén y relaciones de la orfebrería castrena, dans Cuadernos de Estudios Gallegos. XII, 1957, p. 137-157.

11 Malgré le premier relevé d’architecture, il ne peut être question de conserver un “mur” laissé en place au nord de la case 6 : il s’agit de pierres tombées et alignées sur une couche de terre.

12 Vitr. II, 1,4 : Haec autem ex is, quae supra scripta surit, originibus instituta esse possumus sic animadvertere, quod ad hunc diem nationibus exteris ex his rebus aedificia constituantur, uti Gallia, Hispania, Lusitania, Aquitania scandalis robusteis aut stramentis.

13 V. Correia, Conimbriga. A camada pré-romana da cidade (Notas de uma exploração de dez dias em Condeixa-a-Velha), dans O Archeόlogo Português, XXI, 1916, p. 252-264.

14 A. dos Santos Rocha, Estações pré-romanas da idade do ferro nas vizinhanças da Figueira, dans Portugália, II, 1905-1908, fasc. 3, p. 301-359 ; fasc. 4, p. 493-516. Nous voudrions faire toute réserve sur l’emploi du terme pré-romain : pour beaucoup de sites hispaniques, pré-impérial conviendrait mieux dans la mesure où, depuis 218 et surtout depuis 197, les influences romaines s’exercent fortement dans la Péninsule.

15 Id., ibid., p. 319-321.

16 Id., ibid., p. 495.

17 M. Cardozo, Citânia de Briteiros e Castro de Sabroso, Guimarães, 1956, p. 29-30. A. do Paço, Citânia de Sanfins (Paços de Ferreira, Portugal), dans CAEArq., XLI, 1968, p. 45-59.

18 Id., ibid., p. 32.

19 Historia de España (dirigida por R. Menéndez Pidal) I, vol. III : España prerromana, Madrid, 1954. A. García y Bellido, Resumen histόrico del urbanismo en España, Madrid, 1958, p. 7-15. Voir aussi du même, dans Urbanίstica de las grandes ciudades del mundo antiguo (Bibliotheca archeaologica, V), Madrid, 1966, ch. XI : Ciudades antiguas de la península ibérica, p. 159-166, en ce qui concerne les cités dont l’habitat est de plan rectangulaire. A. Balil, Casa y urbanismo en la Espana prerromana, dans Revue Archéologique, 1961, 2, p. 211-252.

20 A. García y Bellido, op. cit., p. 9, fig. 3.

21 A. Schulten, Numantia, II : Die Stadt Numantia, Munich, 1931.

22 Ne faudrait-il pas invoquer ici les Dovilonici qui font à Conimbriga une dédicace aux Lares Lubanci ? V. Correia, Museu Machado de Castro (Secções de Arte e Arqueologia) 1941, p. 11. M. de Lurdes Rodrigues, Inscrições romanas do Museu Machado de Castro, dans Humanitas, VIII, n.s., p. 112-132. Et J. Alarcâo, R. Etienne et G. Fabre, Le culte des Lares à Conimbriga (Portugal), dans CRAI, 1969, p. 213-236, p. 221-222, p. 235-236 (remarques pertinentes de J. Heurgon).

23 A. Balil, op. cit., p. 214-215, pense que l’habitat celtique a survécu pendant tout l’Empire romain à côté des nouvelles cités romaines.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Coupe stratigraphique.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig 2. Céramique commune.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 3. Céramique grise.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 4. Amphores.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 5. Cases 1, 2 et 3 vues du sud ; rue 1 au premier plan.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 6. Mur séparant la rue 1 de la case 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8297/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 7. Sol de la case 3.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8297/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 8. Plan du quartier de l’âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8297/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 9. Dessin d’un mur préromain.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8297/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search