Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

4e partie. Archéologie

L’architecture des cryptoportiques de Conimbriga (Portugal)

Note de l’éditeur

Extrait de Les cryptoportiques dans l’architecture romaine (Coll. ÉFR, 14), Rome, 1973, p. 371-405 (co-auteur J. de Alarcão).

Texte intégral

1Depuis 1964, le Musée Monographique de Conimbriga et la Mission Archéologique Française au Portugal ont mené à Conimbriga huit campagnes de fouilles, qui ont permis de dégager la zone monumentale de la cité lusitanienne. La découverte matérielle du cryptoportique flavien remonte à 1967, l’“invention” plus idéale du cryptoportique augustéen date de 1969. Il apparaît ainsi du plus haut intérêt que nous procédions à l’étude architecturale de ces deux ensembles, peu éloignés dans le temps, différents dans leur dessin, mais répondant à la même fonction architectonique. Dans ce “finistère” de la romanité, il peut être passionnant de vérifier si les recettes vitruviennes ont été fidèlement appliquées ou si les architectes qui se sont succédé ont fait preuve d’imagination tout en se pliant, avec un sage empirisme, aux conditions du site et aux décisions de la collectivité, qui visaient à l’utile et au grandiose pour mieux honorer la divinité impériale.

  • 1 R. Étienne et J. Alarcão, La chronologie des cryptoportiques à Conimbriga, dans Actas do II Congre (...)
  • 2 Hydat., Chron., invasions de 465 et 468 (dates établies par A. Tranoy dans son édition à paraître (...)
  • 3 J. Alarcão et R. Étienne, Note sur un habitat de l’âge du Fer à Conimbriga, dans Actes du Colloque (...)

2Sans reprendre l’étude chronologique des cryptoportiques de Conimbriga, déjà présentée par ailleurs1, il convient toutefois de rappeler brièvement nos principales conclusions. La stratigraphie du secteur monumental et des rues qui l’encadrent nous a permis d’établir les horizons historiques suivants. Affleurant la couche de terre arable, des murs barbares, probablement d’époque wisigothique, ont été établis sur une couche de démolition qui correspond à la destruction de la ville par les Suèves au ve siècle de notre ère2. Dans les rues, cette couche repose sur des sols datables de la fin du iiie et du début du ive siècle ; à cette même époque appartiennent les latrines qui jouxtent à l’est le cryptoportique et qui ont entraîné un remaniement du système des égouts dans cette rue (rue I). En dessous, nous retrouvons partout le niveau flavien des rues, niveau solidaire des contreforts du mur extérieur du cryptoportique ; la datation flavienne de ce monument est confirmée par le matériel inclus dans la couche de remplissage de l’esplanade du temple et de l’intérieur du cryptoportique. L’urbanisme flavien recoupe dans ses fondations une couche de démolition d’un monument antérieur (temple sur crypte et cryptoportique), vraisemblablement augustéen, ainsi que le niveau de destruction de cases préimpériales, derniers témoins de l’oppidum de l’âge du Fer qui a accueilli la civilisation romaine3.

Fig. 1. Plans superposés des deux cryptoportiques.

  • 4 La statue colossale d’Auguste en est un indice, autant que la dédicace DIVO AVGVSTO faite par un p (...)

3Conimbriga a donc connu successivement deux cryptoportiques, l’un augustéen, en liaison avec la crypte d’un temple de culte impérial4 sans doute, l’autre flavien quand le nouveau temple flavien a remplacé l’édifice augustéen et que peut-être les Suèves ont détruit au ve siècle.

I. Le cryptoportique augustéen

4L’architecte augustéen avait à tenir compte de deux impératifs : le premier lui était suggéré par le mouvement général du tuf, le second imposé par l’existence d’un habitat et d’un urbanisme de l’âge du Fer, de direction générale nord-ouest/sud-est et sud-ouest/nord-est, d’inspiration géométrique, installés sur une esplanade en contrebas d’une large remontée de tuf où il décida d’installer le forum. Même en créant un centre monumental traditionnel avec place publique, boutiques, temple, basilique et curie, qui suit une orientation totalement différente de celle de l’habitat de l’âge du Fer, il se devait d’établir des relations entre le quartier ancien et le nouveau cœur de l’oppidum lusitano-romain. Seule la solution du cryptoportique répondait à cet objectif.

1. L’implantation

5Le mouvement du tuf s’abaissant brusquement au nord du forum permettait l’implantation du temple, à condition qu’il fût soutenu par des piliers qui pouvaient aisément prendre place dans l’ensellement ; d’autre part, une descente vers le cryptoportique était facilitée en installant un escalier depuis le niveau du forum.

  • 5 Vitr., I, VII, 1 (The Loeb Classical Library).

6Les caprices du tuf à Conimbriga sont étonnants et il faut féliciter l’architecte urbaniste de son “coup d’œil’’. En effet, si la pente du terrain, à partir de l’abrupt du torrent qui ceinture au sud le site, remonte de façon continue vers le nord, il n’en existe pas moins une série de “plis” plus ou moins rapprochés. Il a fallu soit écrêter les uns (au sud) pour les aplanir, soit combler les autres pour créer une terrasse convenable où s’est installé le forum ; son niveau est situé à 1,70 mètre au-dessus de la terrasse du quartier des cases de l’âge du Fer, et cette dénivellation était à rattraper pour étendre le forum vers le nord. De plus, l’architecte était tenu de respecter la règle que rappelle Vitruve, selon laquelle le temple majeur d’une cité doit être construit sur le point le plus élevé de la ville5. Ne disposant pas d’un piton à proximité de la place publique, puisque, pour observer une autre prescription, le temple doit border un des côtés du forum, il devait créer une terrasse artificielle, d’où la nécessité d’un temple sur crypte ; d’autre part, il devait installer un passage pour assurer les communications entre la nouvelle place et le niveau de l’habitat préimpérial qui continuait de vivre. Il a profité de cette nécessité pour coiffer le cryptoportique d’un portique de façade : solution fonctionnelle et élégante.

2. Description architecturale

7Le cryptoportique augustéen est constitué d’un long corridor, de direction est-ouest, long de 34,20 mètres et large de 7,80 mètres (dimensions internes), sur lequel s’ouvre, vers le nord, une crypte de direction nord-sud, de 10,50 mètres de long sur 8,80 mètres de large (fig. 1).

a. Le cryptoportique proprement dit

8On accède au corridor du cryptoportique par un escalier, situé dans la partie septentrionale du forum : sa cage s’inscrit dans l’alignement des tabernae qui longent le côté occidental de cette place. Il comportait, outre les cinq marches aujourd’hui conservées, une sixième disparue et une septième en partie en place. Il faut même en compter sans doute une huitième, car la place augustéenne se trouvait presque au même niveau que le dallage actuellement visible. L’escalier rattrapait ainsi une dénivellation de 1,76 mètre (0,22 X 8) entre le sol du cryptoportique et celui du forum. Cet escalier est relativement important, il a 22,25 mètres de large – ce qui facilite la circulation de la foule – et environ 3,40 mètres de long ; les marches, de 0,40 à 0,43 mètre de large, étaient faites de pierres de taille pouvant avoir jusqu’à un mètre de longueur (fig. 2). Cet escalier est pris entre deux murs, l’un au sud avec joints artificiels et purement décoratifs (c’est-à-dire plaqués en dehors des vraies liaisons), l’autre au nord étant un mur de tuf appareillé qui prolonge le mur septentrional du forum. Au bas de l’escalier, le sol, parfaitement aplani, a été creusé dans le tuf lui-même, et ainsi les murs sud et ouest n’ont pas eu besoin d’empattement et sont fondés directement sur la roche en place ; c’est par une entrée large de deux mètres que l’on pénétrait dans le cryptoportique qui s’ouvrait devant soi en tournant à droite, c’est-à-dire en marchant vers le nord.

9Le mur occidental (à la fois de l’escalier et du cryptoportique) montre une structure continue, sur 1,20 mètre d’épaisseur, de pierres dressées verticalement sur un béton de propreté, ce qui est une des caractéristiques de l’architecture augustéenne à Conimbriga, avec l’utilisation du tuf comme soubassement de certains murs. Ce mur, aujourd’hui en partie démantelé, se laisse reconnaître, même pris dans l’ensemble flavien (fig. 3). Il se retourne à angle droit au nord et l’on ne suit plus que sa fondation, arasée pour l’installation du cryptoportique flavien ; ce mur est constitué par deux lignes de parpaings posés sur un béton de propreté, et atteint une largeur moyenne de 0,85 mètre. Le problème est de savoir s’il est contreforté ; en effet, dans l’angle sud-est d’un caisson du temple flavien, on a découvert un contrefort à angle aigu lié au mur nord du cryptoportique augustéen. Un peu plus loin vers l’est, un autre contrefort semble apparaître avant le retour du mur oriental ; deux autres contreforts se rencontrent à l’ouest, portant à quatre leur total.

Fig. 2. Marches du cryptoportique augustéen.

Fig. 3. Mur augustéen, repris dans la construction flavienne.

  • 6 En raison de cette différence, il est vraisemblable que ces piliers soutenaient les bases du forum (...)

10Le mur méridional de ce cryptoportique a été totalement ennoyé dans la construction flavienne ; toutefois des sondages nous ont permis de le situer et de le mesurer, en partant du mur nord de l’escalier qui en est la continuation. Large de 0,80 à 0,85 mètre, il se trouve être parfaitement symétrique du mur septentrional par rapport aux piliers médians. À l’extérieur de ce mur, c’est-à-dire sous le forum, on a rencontré cinq imposants piliers. Leurs dimensions, comme leur implantation, sont assez irrégulières. Toutefois, ils sont construits selon la même technique ; tout d’abord alternance d’assises de pierres non parementées, de grosseur différente, et de couches de mortier, puis couronnement par une assise supérieure de grandes pierres de taille. Ces piliers, qui ne suivent pas un canon géométrique unique, offrent tous cependant un niveau supérieur parfaitement identique qui nous donne donc celui du forum augustéen. Ils ne peuvent être comparés aux contreforts du mur septentrional6 ; il est plutôt curieux de constater un parallèle frappant avec la technique de construction du soubassement des piliers de la basilique, implantés à la même période dans la partie orientale du forum.

11Le mur oriental semble interrompu par une porte relativement étroite (1,25 m de large) et va rejoindre le mur méridional du cryptoportique par un massif parfaitement dressé, s’appuyant en partie sur le tuf naturel taillé. Cette porte, bouchée ensuite par l’établissement de la fondation d’un mur flavien, mettait en relation le cryptoportique et la place ménagée devant les maisons de l’âge du Fer. Le mur flavien dans cette faille étroite prouve bien l’existence de ce passage, car si le mur avait été continu, il aurait servi comme ailleurs de fondations à la construction postérieure.

  • 7 Huit piliers prennent déjà 6,40 m. Neuf espacements de 3,10 m font 27,90 m, soit au total 34,30 m  (...)

12L’axe médian de ce cryptoportique est rythmé par une rangée de piliers quadrangulaires, en calcaire, rangée qui a été ennoyée dans les fondations du temple flavien (fig. 4). Toutefois, six d’entre eux ont pu être localisés à l’intérieur de ces fondations et deux présentent leur face méridionale totalement dégagée : nous pouvons donc savoir que ces piliers avaient 0,80 mètre de côté et étaient situés exactement au centre du cryptoportique, à 3,50 mètres des murs nord et sud. La fouille n’a pas permis d’en déterminer avec précision le nombre car ces piliers paraissent avoir été quelque peu déplacés lors de la destruction du bâtiment postérieur ; mais, en raison de leur écartement vraisemblable – soit environ 3,10 mètres – et des nécessités de la couverture, il faut en supposer huit7.

b. La crypte

  • 8 0,67 x 0,67 m pour l’un ; 0,75 x 0,77 m pour un autre.

13Au centre du mur septentrional, une porte donne accès à une crypte dont la couverture était soutenue par deux rangées de trois piliers. Seul le pied-droit occidental de ce seuil a pu être retrouvé (l’autre étant recouvert par les fondations du temple flavien) ; mais en restituant le sixième pilier qui le jouxtait, on obtient une ouverture d’environ 2,75 mètres. Cet écartement est celui qui sépare donc les deux rangées de piliers qui se trouvent ainsi à 2,25 mètres des murs latéraux. Si les deux piliers méridionaux sont accolés au mur, tels des pilastres, ceux du nord en revanche sont à trois mètres du mur du fond. L’un des piliers les mieux conservés est constitué de deux blocs superposés reposant sur une dalle. Cette dalle, parfois taillée dans le tuf originel même, a tantôt les dimensions du pilier, tantôt des dimensions un peu supérieures. Il est curieux de noter que ces piliers, fort heureusement en place, n’ont pas tous les mêmes dimensions8 (fig. 5).

14Les murs ont une épaisseur variable selon leur orientation : 1,50 mètre à l’ouest et à l’est ; 0,75 à 0,80 mètre seulement au nord. Ils ont été en grande partie arasés, mais deux témoins conservés au nord-ouest et au sud-est peuvent nous donner une idée du type de construction. Sur des fondations, parfois construites et liées par un béton de propreté, mais le plus souvent taillées dans le tuf, ont été dressés de champ de gros blocs de pierre taillée, de dimensions variables, reliés par du mortier. Sur la paroi interne de ces murs, ont été ajoutés des joints stuqués, purement décoratifs, en forme de fer de lance (fig. 6).

Fig. 4. Piliers ennoyés du cryptoportique augustéen

15Enfin, entre le mur septentrional et les piliers, dans l’axe de la crypte, se dresse un énorme massif de maçonnerie (1,75 m dans le sens nord-sud et 2,50 m dans le sens est-ouest). Son rôle pouvait être comparable à celui des piliers quadrangulaires pour soutenir la couverture, mais il servait vraisemblablement aussi de soutien à la statue colossale du temple, à laquelle appartient sans doute la tête de l’Auguste rencontrée dans la couche de destruction du cryptoportique flavien.

Fig. 5. Piliers de la crypte augustéenne.

3. Le problème de la couverture

  • 9 Vitr., Texte et traduction par A. Choisy, 1909, IV, pl. 9, fig. 5.

16La présence des piliers tant dans la crypte que dans le cryptoportique invite à supposer une couverture faite d’abord de poutres dessinant un premier quadrillage. Les poutres étaient liées entre elles sur les piliers par des crochets ou des queues d’aronde en bois9 et leurs têtes reposaient sur les murs porteurs dont l’épaisseur est remarquable, comme nous l’avons vu pour le cryptoportique (mur ouest : 1,20 m), moins importante pour les murs septentrional et méridional (0,85 m), mais il ne faut pas oublier qu’ils sont contrefortés. Notons aussi la largeur encore plus forte des murs de la crypte (1,50 m à l’est et à l’ouest), faits aussi pour résister au poids de la cella et des colonnes qui la flanquaient sur les longs côtés.

Fig. 6. Mur de la crypte augustéenne avec joints stuqués.

  • 10 Vitr, VII, I, 2-7 (The Loeb Classical Library).

17Nous n’avons qu’à suivre le texte de Vitruve10 pour décrire la couverture :

18Coaxationibus factis, si erit, filex, si non, palea substernatur, uti materies ab calcis vitiis defendatur.

19Tunc insuper statuminetur ne minore saxo, quam qui possit manum implere. Statuminationibus inductis, rudus si novum erit, ad tres partes una calcis nisceatur, si redivivum fuerit, quinque ad duum mixtiones habeant responsum. Deinde rudus inducatur et vectibus ligneis, decuriis inductis, crebriter pinsatione solidetur, et id non minus pinsum absolutum crassitudine sit dodrantis. Insuper ex testa nucleus inducatur mixtionem habens ad tres partes unam calcis, ne minore crassitudine pavimentum digitorum senûm. Supra nucleum ad regulam et libellam exacta pavimenta struantur sive sectilia seu tesseris. Cum ea exstructa fuerint et fastigia sua exstrutionem habuerint, ita fricentur, uti, si sectilia sint, nulli gradus in scutulis aut trigonis aut quadratis seu favis extent, sed coagmentorum compositio planam habeat inter se derectionem, si tesseris structum erit, ut eae omnes angulos habeant aequales ; cum enim anguli non fuerit omnes aequaliter pleni, non erit exacta, ut oportet, fricatura. Item testacea spicata tiburtina sunt diligenter exigenda, ut ne habeant lacunas nec extantes tumulos, sed extenta et ad regulam perfricata. Super fricaturam, levigationibus et polituris cum fuerint perfecta, incernatur marmor, et supra loricae ex calce et harena inducantur.

20Subdiu vero maxime idonea faciunda sunt pavimenta, quod contignationes umore crescentes aut siccitate decrescentes seu pandationibus sidentes movendo se faciunt vitia pavimentis ; praeterea gelicidia et pruinae non patiuntur integra permanere. Itaque si necessitas coegerit, ut minime vitiosa fiant, sic erit faciundum. Cum coaxatum fuerit, super altera coaxatio transversa sternatur clavisque fixa duplicem praebeat contignationi loricationem. Deinde ruderi novo tertia pars testae tunsae admisceatur, calcisque duae partes ad quinque mortarii mixtionibus praestent responsum.

21Statuminatione facta rudus inducatur, idque pistum absolutum ne minus pede sit crassum. Tunc autem nucleo inducto, uti s. s. est, pavimentum e tessera grandi circiter binûm digitûm caesa struatur fastigium habens in pedes denos digitos binos ; quod si bene temperabitur et recte fricatum fuerit, ab omnibus vitiis erit tutum. Uti autem inter coagmenta materies ab gelicidiis ne laboret, fracibus quotannis ante hiemem saturetur ; ita non patietur in se recipere gelicidii pruinam.

22Sin autem curiosis videbitur fieri oportere, tegulae bipedales inter se coagmentatae supra rudus substrata materia conlocentur habentes singulis coagmentorum frontibus excelsos canaliculos digitales. Quibus iunctis impletur calx ex oleo subacta, confricenturque inter se coagmenta compressa. Ita calx, quae erit haerens in canalibus, durescendo [contestateque solidescendo] non patietur aquam neque aliam rem per coagmenta transire. Cum ergo fuerit hoc ita perstratum, supra nucleus inducatur et virgis caedendo subigatur. Supra autem sive ex fessera grandi sive ex spica testacea pavimenta struantur fastigiis, quibus est supra scriptum, et cum sic erunt facta, non cito vitiabuntur.

23“Les planches étant clouées, il faudra les couvrir de fougère si l’on en a, sinon de paille, pour garantir le bois contre les effets de la chaux ;

24“Là-dessus, on mettra un radier de fondation fait avec des cailloux qui ne seront pas moins gros que le poing. Alors par-dessus on étendra le bétonnage constitué d’un mélange de trois parties de cailloux et d’une partie de chaux si ces cailloux sont de pierres neuves, s’ils sont de réemploi, que la proportion soit de cinq à deux. Ensuite, le bétonnage répandu, on le fera battre longuement par des hommes disposés dix à dix pour l’affermir, au moyen de pilons de bois, et ce jusqu’à ce qu’il ait au moins trois quarts de pied d’épaisseur. Là-dessus, on fera la gangue à tuileau contenant un tiers de chaux, sur une épaisseur d’au moins six doigts. Sur ce noyau, on posera les pavements, dressés à la règle et au niveau, constitués soit de plaques de marbre (opus sectile), soit de cubes de mosaïques.

25“Lorsqu’ils seront posés avec la pente nécessaire, qu’on les polisse jusqu’à ce que, s’il s’agit de plaques de marbre, nul ressaut ne fasse saillie dans leurs carrés, ou triangles, ou rectangles ou hexagones, et que les joints soient parfaitement de niveau, ou s’il s’agit de cubes de mosaïques, que tous les angles en soient arasés, sinon le polissage ne pourra être achevé, comme il faut. De même, les briques de Tibur disposées en chevrons devront être soigneusement examinées, de telle sorte qu’elles ne présentent ni creux ni bosses mais soient dressées et polies à la règle. Sur cette surface lissée, obtenue par plus d’un polissage, on cassera du marbre et étendra un enduit fait de chaux et de sable.

26“Pour les pavements qui sont à découvert, il faut prendre encore plus de précaution, car les solivages, gonflés par l’humidité ou rétrécis par la sécheresse, ou fléchissant par porte à faux, font entrouvrir les pavements ; en outre, les gelées blanches et les givres ne permettent pas qu’ils demeurent intacts. Aussi, si l’on a besoin de tels pavements, il faudra, pour limiter au maximum les défectuosités, les établir de la manière suivante. On couvrira le premier planchéiage par un autre, transversal, fixé par des clous, ce qui donnera au solivage un double plancher. Là-dessus, on mettra une couche faite de cailloux neufs mêlés avec un tiers de tuileaux pilés, en ajoutant à ce mélange dans le mortier deux cinquièmes de chaux.

27“Cette couche étant faite, on étendra le bétonnage lequel, bien battu, aura encore au moins l’épaisseur d’un pied. Alors on fera la gangue de la manière susdite, et on placera de grands carreaux de terre cuite épais de deux doigts et placés avec une pente de deux doigts pour dix pieds ; si cette pente est bien réglée, et si le polissage est convenablement fait, on sera à l’abri de toute défectuosité. D’ailleurs, afin que le mortier des joints ne souffre pas des gelées, il sera bon, chaque année avant l’hiver, d’imbiber les carreaux de lie d’huile ; ainsi elle ne laissera pas pénétrer le givre des gelées blanches.

28“Mais si l’on veut encore mieux faire, c’est de couvrir le bétonnage avec des tuiles de deux pieds qui auront, de chaque côté des joints, des rainures d’un doigt ; on remplira ces dernières, dès leur liaison, de chaux travaillée avec de l’huile ; les joints seront pressés les uns contre les autres et polis. Ainsi, la chaux enfermée dans ces rainures, durcissant (et se solidifiant de façon incontestable), empêchera l’eau et toute espèce d’humidité de pénétrer à travers ces joints. Sur ces grandes tuiles ainsi assemblées, on fera la gangue sur laquelle, après l’avoir bien battue avec des verges, on placera soit de grands carreaux, soit des briques en chevrons, suivant les pentes susdites ; et l’ouvrage ainsi fait ne se détériorera pas de sitôt”.

29Sur le quadrillage des poutres maîtresses était posé un réseau de solives portant des planches jointives, clouées sur deux rangées et en sens inverse ; ces planches qui constituaient un coffrage perdu pour le bétonnage recevaient, avant l’exécution de celui-ci, un lit de fougère ou de paille destiné à isoler les bois pour les protéger contre la chaux. Le bétonnage, constitué de gros cailloux et de tuileaux pilés, mêlés à de la chaux, et bien battu, était couvert de larges carreaux de briques, entourés de rainures que l’on remplissait de chaux détrempée avec de l’huile. Cette précaution assurait une bonne et durable étanchéité à l’ouvrage, en protégeant notamment les bois contre toutes les infiltrations d’humidité. Enfin, au-dessus se trouvaient le nucleus et le pavage, en dalles de pierres ou en carreaux, avec la pente nécessaire à l’écoulement des eaux. Au total, et à compter du niveau supérieur des claveaux, l’épaisseur d’un tel plancher peut être estimé à 0,60 mètre environ.

30Ce souci d’étanchéité, qui apparaît dans le texte vitruvien, se comprend d’autant plus que le cryptoportique soutenait le portique de façade du temple qui fermait ainsi, harmonieusement, le côté nord du forum, le dominant d’environ trois mètres.

4. Le portique de façade

  • 11 1,05 m de côté.

31Ce portique de façade comportait sans doute une colonnade qui prenait appui sur les piliers du cryptoportique. Au droit de la cella du temple, il faisait place aux quatre colonnes du temple : ici le promenoir couvert servait de pronaos. Si le chapiteau à godrons11 est rapporté à ces colonnes, celles-ci mesuraient donc sept mètres, ce qui, compte tenu de la frise et de l’architrave et du fronton, amenait la hauteur totale du temple à treize mètres environ. Les longs côtés de la cella étaient flanqués de colonnes engagées, que la largeur des murs supportait aisément.

32Un promenoir découvert, protégé par un léger parapet ou par des chancels, courait en avant du portique et du temple. Pour y accéder du forum, on utilisait à l’est un escalier qui occupe un emplacement au nord de la curie, parfaitement symétrique de la cage de l’escalier de l’ouest, qui donne accès au cryptoportique. Il s’appuie sur le massif de maçonnerie rencontré au sud de la porte orientale du cryptoportique flavien.

  • 12 Ils ont le même diamètre, soit 0,77 mètre.

33La volonté de symétrie de l’architecte augustéen permet ainsi de résoudre le problème de la circulation du forum vers le portique et vers le temple. Un problème de solution plus délicate est posé par la différence de hauteur entre le portique et le pronaos du temple. En effet, les bases, chapiteau et fût12, qui ont été découverts au pied du temple flavien, dans la couche générale d’ennoyage, appartiennent au portique augustéen, entraînant pour celui-ci une hauteur de dix mètres environ. Comment raccorder dans ces conditions la toiture, qui repose au nord sur un mur aveugle lié aux murs du temple et au sud sur des colonnes plus basses, au pronaos du temple ?

  • 13 Vitr. V, I,7-8 : Columnae sunt in latitudine testudinis cum angularibus dextra ac sinistra quatern (...)
  • 14 La thèse, remarquable d’information et d’intelligence, malheureusement encore inédite, de J.-Ch. B (...)
  • 15 D’époque augustéenne ; Cl. Laviosa, Rusellae. Relazione preliminare della quinta e della sesta cam (...)
  • 16 D’époque augustéenne ; G. Simoncini, II foro di Lucus Feroniae, dans Quadernii Ist. Stor. Architet (...)
  • 17 D’époque augustéenne avec (les aménagements appartenant au règne de Tibère). J. Mertens, Ordona I. (...)
  • 18 D’époque augustéenne. V. Cianfarani, Guida delle antichità di Sepino, Milan, 1958. A. Maiuri, Arte (...)
  • 19 V. Cianfarani, s.v. Iuvanum, dans Enc. Arte Ant., IV, 1961, p. 278 ; notons les dimensions qui rap (...)
  • 20 D’époque augustéenne. J.-Ch. Balty, Basilique et curie du forum de Glanum. Note sur le centre monu (...)
  • 21 E. Salin, Aperçu général de la ville antique de Grand, dans CRAI, 1965, p. 75-86. R. Billoret, La (...)
  • 22 Vitr. V, II, 1 : Aerarium, carcer, curia, fora sunt coniungenda ...

34Quoi qu’il en soit de cette reconstitution, le plan nous ramène irrésistiblement à Vitruve et à sa basilique de Fano13 ; certes, le cryptoportique et le portique de Conimbriga ne sont pas comparables à la construction deux fois plus longue que large prônée par Vitruve – ici c’est plus de quatre largeurs qui fait la longueur – mais le cryptoportique peut être assimilé à une basilique à deux nefs ; d’autre part, c’est sur cette construction qu’ouvrent, et une crypte et la cella du temple. À Fano, Vaedes dessine la même protubérance, et même la colonnade intérieure de la basilique s’interrompait au droit de la cella. Cette ressemblance de construction architecturale méritait d’être signalée. Le plan vitruvien se retrouve à Sabratha14, Roselle15, Lucus Feroniae16, Ordona (Herdoniae)17, Sepino18, Iuvanum19. On pourrait d’ailleurs multiplier les comparaisons avec les basiliques de Glanum20 et de Grand21. L’architecte augustéen de Conimbriga a su adapter un tel plan à la fonction d’un cryptoportique passage, et la crypte a bien pu servir d’aerarium à l’oppidum, ce qui dans le schéma du forum vitruvien22 n’est pas fait pour nous étonner. Le temple et le portique fermaient scénographiquement le forum au nord, et le forum pour ainsi dire sert au sud de temenos au temple, l’espace lui étant mesuré au nord par l’existence d’un quartier d’habitation. Il faut attendre la révolution flavienne pour que l’aire sacrée gagne au nord un espace autonome qui balance le nouveau forum.

II. Le cryptoportique flavien

35L’architecte flavien, faisant table rase du passé, a remodelé le forum si bien qu’il en a changé Taxe nord-sud le déportant plus à Test. L’axe du temple, autant que celui des cryptoportiques, a suivi ce déplacement et même si certaines parties des constructions augustéennes ont été réemployées comme fondations de l’ensemble flavien, c’est un plan original qui a été adopté pour les cryptoportiques entourant le temple flavien, construit sans crypte cette fois mais sur caissons pleins.

36Voici les dimensions extérieures de ce cryptoportique : 46,50 mètres d’est en ouest (contreforts compris) et 41,25 mètres du nord au sud, ce qui donne une forme presque carrée à l’esplanade interne entourant le temple. Il est constitué de trois ailes disposées en n, de même largeur et composition (fig. 1). La largeur interne d’un mur à l’autre est de sept mètres ; nous comprenons dans cette dimension l’enduit des murs car son épaisseur n’est pas très régulière. Ces ailes sont rythmées par une rangée de piliers située dans leur axe ; ces piliers, de 0,90 mètre de côté (et donc d’un mètre environ avec l’enduit) sont à trois mètres des murs. Entre eux, la distance varie entre 3 et 3,30 mètres, mais elle est le plus souvent de 3,20 mètres. Il y a ainsi vingt-six piliers au total, huit dans chaque aile, plus les deux piliers des angles. De plus, au milieu du mur de chaque aile, se dessine une exèdre dont la largeur correspond à l’espace entre deux contreforts du mur extérieur et la profondeur à la largeur de ce mur : celles du nord et de Test mesurent 3,45 sur 0,55 mètre, alors que celle de l’ouest mesure 3,40 sur 0,55 mètre. Ces exèdres ne sont d’ailleurs construites qu’à partir du niveau du sol du cryptoportique, donc à partir du niveau inférieur de l’enduit qui recouvre le mur.

1. Description architecturale

37Murs et piliers sont construits directement sur le tuf tantôt entaillé, tantôt aplani. Le mur extérieur est un mur peu épais, de 0,55 mètre de large, mais qui se trouve renforcé à l’extérieur par la présence de contreforts (fig. 7). Ces contreforts, de 0,60 mètre de côté, sont situés en face de chaque pilier interne, mais pas toujours dans leur axe, et distants entre eux de 3,45 mètres. Ils sont reliés l’un à l’autre par un empattement du mur, très bas, et de même largeur qu’eux ; cela est surtout visible sur les côtés nord et ouest. Au niveau de Texèdre, les deux contreforts qui la délimitent sont reliés par un mur, le mur de fond de Texèdre. Cette régularité est interrompue dans la partie méridionale du mur ouest où les contreforts n’ont plus leur raison d’être à cause de la présence du soubassement du cryptoportique augustéen, dont nous avons déjà parlé (mur large de 1,20 m en fondation) (fig. 8). On peut donc penser que l’épure de l’architecte flavien est partie de l’existence de ce mur ancien qui, d’une certaine façon, a été dédoublé dans la seconde construction.

38Le mur intérieur, qui délimite en même temps l’esplanade du temple, est plus large (0,90 m et I m avec les enduits).

Fig. 7. Mur extérieur du cryptoportique flavien.

Fig. 8. Élévation et coupe du mur extérieur du cryptoportique flavien.

  • 23 Ces pierres, se trouvant toutes en dessous du niveau inférieur de l’enduit, ont les dimensions sui (...)

39Le type de construction de ces deux murs est absolument identique. Ils sont conservés sur une hauteur moyenne de 1,50 mètre au-dessus du tuf, et peuvent atteindre parfois 2 mètres. Ils ont été montés en plusieurs “campagnes” de construction à l’intérieur d’une même période, ce qui interdit de conclure à des oppositions chronologiques de différences de structure et même de qualité de pierre. Sur le tuf a été posé un lit de mortier jaune, sur 0,20 mètre d’épaisseur, dans lequel ont été noyés quelques éclats de pierre. Au-dessus, et sur 0,50 mètre de hauteur, des blocs de tuf et de calcaire non taillés, liés par du mortier, constituent en saillie légère les fondations du mur. Puis, sur un mètre de hauteur, ont été dressées des assises de pierres irrégulières mais taillées et parementées, d’assez grandes dimensions dans l’ensemble. Enfin, à partir de 1,70 mètre au-dessus du tuf, le mur continue en petites pierres quadrangulaires, avec des joints écrasés. C’est cette partie du mur qui se trouve recouverte d’enduit ; lorsque celui-ci est tombé, nous pouvons constater que certaines assises sont disposées en “sifflet”, c’est-à-dire qu’une assise de petites pierres s’amincit progressivement jusqu’à disparaître ; cette technique est particulièrement visible sur la paroi est de l’aile ouest du cryptoportique, dans sa partie méridionale. Les angles du monument ont été plus spécialement soignés ; dans l’angle nord-ouest interne en particulier, on trouve trois assises de pierres calcaires plus importantes, mieux taillées que les autres et soigneusement liées23.

  • 24 Briques de 41 x 43,5 X 5 cm.

40Les piliers sont tous construits sur le même modèle : pour asseoir le pilier, le tuf a été entaillé parfois sur une largeur de 0,30 mètre au-delà du pilier et sur une profondeur de 0,10 à 0,12 mètre, et aplani ou bien régularisé avec des éclats de pierre et du mortier jaune. Sur ce lit de pose, ont été placées une ou deux assises de briques à rebord24 ; dans ce dernier cas, l’assise inférieure déborde de chaque côté de 1,5 centimètre par rapport à la deuxième assise, pour donner une solidité encore plus grande. Au-dessus, le pilier est construit en petit appareil calcaire ; jusqu’au niveau du sol du cryptoportique (0,90 m), on compte sept assises de pierres, de 0,12 centimètre de hauteur chacune. Un enduit bien lissé, de 4 à 5 centimètres d’épaisseur, recouvre sur 0,30 à 0,50 mètre de hauteur la partie du pilier qui se poursuit au-dessus de ce sol (fig. 9).

41Il s’agit d’un enduit gris qui habille également la paroi interne du cryptoportique ; on possède parfois son rebord inférieur confirmant le niveau d’utilisation du monument. Cet enduit, souvent très épais (7 à 10 cm en moyenne), est constitué de trois couches superposées, une couche centrale épaisse comprise entre deux autres beaucoup plus fines.

2. Problèmes de circulation

42On pénétrait dans ce cryptoportique par deux entrées méridionales, à l’est et à l’ouest, deux entrées identiques de 1,10 mètre de large ménagées dans les angles internes de chaque aile. Des marches étaient nécessaires pour atteindre le niveau du sol ; elles ont disparu, mais leurs traces se voient encore nettement sur l’enduit du mur interne : elles semblaient être au nombre de quatre. L’étroitesse assez remarquable de ces passages fait contraste avec la largeur du grand escalier du cryptoportique augustéen, elle peut seulement être comparée à l’ouverture orientale de cette construction. Le public ne semble donc pas admis dans le cryptoportique flavien.

Fig. 9. Élévation d’un pilier du cryptoportique flavien.

43Le sol, formé de terre battue mêlée à du mortier blanc sur 10 à 12 centimètres d’épaisseur, n’a pas été rencontré partout. Situé entre 0,80 et 0,90 mètre au-dessus du tuf, tout au moins dans l’aile septentrionale (0,60 m par ailleurs), ce niveau est confirmé par la base inférieure de l’enduit recouvrant les parois internes des murs et les quatre faces des piliers. Sur l’un d’eux, a été conservé le retour de cet enduit, reposant sur le sol par une sorte de bourrelet ou de solin grossier. Si l’accès et la circulation dans ce cryptoportique ne posent pas de problème, il n’en va pas tout à fait de même pour l’aération et l’éclairage de ces longs couloirs.

  • 25 Briques carrées de 0,22 m de côté et 0,035 m d’épaisseur.
  • 26 A. Grenier, Architecture, III, I, p. 294, fig. 78.
  • 27 À Narbonne, dans la galerie nord du temple, on voit nettement une exèdre (Gallia, XIV, 1956, p. 12 (...)

44On aurait pu penser que l’aération devait être mise en relation avec l’existence des trois exèdres ; il semble que leur partie supérieure était construite en briques, en raison des nombreux carreaux qui ont été découverts près de l’exèdre septentrionale25. S’arrêtant au niveau de la couverture du cryptoportique, les exèdres pouvaient jouer le rôle de bouches d’air qu’elles puisaient dans les rues en contrebas, et de puits de lumière qu’elles distribuaient à la vérité de façon très parcimonieuse. Leur ouverture pouvait d’ailleurs s’évaser pour permettre une prise plus importante d’air et de lumière. Mais l’existence à Aeminium (Coimbra) d’exèdres semblables, fermées, tout comme dans d’autres cryptoportiques, à Arles par exemple26, nous invite à abandonner cette hypothèse27.

45Pour augmenter la lumière, des lucernaires, aujourd’hui disparus, devaient exister au-dessus du sol de l’esplanade. Existait-il une autre ligne d’ouvertures – par rapport à la première – pouvant, comme les exèdres, puiser air et lumière dans les rues ? Nous ne le croyons pas car ni à Arles, Reims ou Aoste par exemple, elle ne se rencontre.

3. Problème de la couverture

46Le cryptoportique flavien de Conimbriga, pas plus que le cryptoportique augustéen, n’a conservé sa couverture, et ce à la différence de bien des cryptoportiques, qu’il s’agisse de ceux d’Arles ou de Narbonne. Si le fouilleur a été heureux de rencontrer bien des vestiges du passé enfouis dans ces constructions, un problème architectural majeur – celui de la couverture – lui échappait complètement, d’autant plus qu’aucun fragment de voûte, pas le moindre élément de blocage n’y fut découvert. Or, même détruites, des voûtes laissent toujours des traces : voûtes de thermes, voûtes de couloirs d’amphithéâtre, etc. et, dans ce cas, l’argumentum a silentio vaut à Conimbriga.

  • 28 Dans le sens longitudinal, ces claveaux sont creusés d’une gorge de 0,075 m de profondeur par 0,06 (...)

47Comment espérer résoudre cette question ? De deux manières, tant par certains indices archéologiques que par les textes vitruviens qui s’appliquent certainement encore à l’époque flavienne, si l’on veut bien se souvenir que la portée des couloirs mesure sept mètres, alors que celle du cryptoportique augustéen atteignait 7,80 mètres. Dans la fouille, et parfois au pied des piliers, nous avons découvert en effet des éléments de calcaire taillés, portant une sorte de tenon qui pouvait être encastré dans chaque pilier d’axe ; ces éléments ne peuvent qu’être des claveaux privilégiés de la couverture28. Trois types distincts de claveaux sont apparus (fig. 10). Le type A est un claveau trapézoïdal à deux faces inclinées, opposées, qui prenait place sur un pilier courant (0,56 à 0,59 m de hauteur ; 1,25 à 1,50 m de longueur ; 0,32 à 0,45 m de largeur). Le type B est un claveau à deux faces inclinées, orthogonales (trapèze rectangle), qui concernait un pilier d’angle. Le type C enfin est un claveau à une seule face inclinée. Cet élément pouvait être placé sur le mur à l’une des extrémités sud du cryptoportique, pour buter le premier linteau. De tels claveaux ou sommiers assuraient sans doute une liaison horizontale qui existait entre les piliers d’axe dans le sens longitudinal ; ils servaient de butée aux linteaux, eux-mêmes en bois ( ?) ou en blocage fait de pierres et de briques (ce qui expliquerait ainsi la quantité considérable de briques rencontrées dans notre couche (3). Nous nous orientons donc, comme pour le cryptoportique augustéen, vers l’idée d’une couverture horizontale, ce qui convient aussi à la structure des murs porteurs. En effet, l’épaisseur de ces murs, malgré la présence de contreforts extérieurs, est insuffisante pour résister à la poussée d’une voûte massive, tandis que la répartition des épaisseurs respectives des deux murs et des piliers intérieurs, ainsi que les portées, sont compatibles avec les charges d’un plancher horizontal exerçant des poussées verticales. L’excédent d’épaisseur du mur intérieur, vers l’esplanade du temple, était justifié par la nécessité de résister à la poussée des terres de remblai qui ont ennoyé les constructions augustéennes.

Fig. 10. Claveaux.

  • 29 Ils ont été abondants spécialement dans les secteurs septentrional et oriental.

48De plus de très nombreux crochets, tenons et clous29 peuvent avoir servi à lier poutres et solives et à fixer les planches des coffrages.

  • 30 Notons que les galeries de Corinthe (basiliques) et d’Athènes (Odéon) possédaient un plafond plat. (...)

49Ce principe de la couverture horizontale30 découle donc des éléments archéologiques trouvés en fouille ; pour assurer le détail, nous recourons encore une fois aux mêmes textes de Vitruve, invoqués pour la couverture augustéenne.

50Voici la restitution telle qu’elle est proposée avec raison par notre architecte G. Coustère : la hauteur des claveaux (0,58 m en moyenne) correspond à une poutraison à deux systèmes (fig. 11). Le plancher comportait donc, de bas en haut : des poutres en bois posées directement de pilier à pilier, le long des linteaux de pierre et de part et d’autre des claveaux ; des poutres semblables posées, en face, sur les deux murs longitudinaux, au même niveau. Des poutres transversales prenaient appui sur les précédentes de telle sorte que leur sommet correspondait au niveau supérieur des claveaux et il faut reprendre le système, décrit précédemment pour la couverture du cryptoportique augustéen, à cette seule différence que l’épaisseur totale de la couverture devait atteindre environ 0,75 mètre, mettant le niveau du sol du portique à 3,33 mètres au-dessus du niveau du forum.

Fig. 11. Essai de restitution de la couverture du cryptoportique flavien.

51Ainsi, la technique de l’époque flavienne ne se manifeste que par un seul progrès, en inventant les claveaux de pierre au-dessus des piliers : est-ce pour consolider l’ensemble ou pour un meilleur soutènement des colonnes du portique ? Nous risquons de ne jamais pouvoir répondre à ce point d’interrogation.

4. Le portique flavien

52Un portique en forme de II encadrait harmonieusement et de façon très classique le temple flavien.

  • 31 Une telle conclusion s’impose quand on sait qu’à la fin du iiie-début du ive siècle des latrines j (...)

53On peut penser qu’un mur aveugle constituait le mur de fond31 et qu’un toit à double versant permettait l’écoulement des eaux de ruissellement soit vers les égouts des rues I, II et III, installés à la base des contreforts extérieurs, soit vers l’esplanade du temple. Dans ce dernier cas, elles étaient recueillies au niveau du forum par des chenaux soigneusement inclinés dans une descente unique qui, par une canalisation traversant le cryptoportique nord, atteignait l’égout de la rue II, ou bien – et c’est plus vraisemblable – les eaux tombaient directement sur l’esplanade et s’écoulaient par gravitation vers la descente unique.

54Cette descente verticale (fig. 12), située dans l’angle nord-ouest de l’esplanade du temple, a une ouverture de section carrée de 0,45 mètre de côté. Elle a été construite en deux temps pour le moins, comme l’ensemble monumental en général ; ses fondations, reposant sur le tuf aplani, sont construites régulièrement sur 1,40 mètre de large et 0,70 mètre de hauteur, parfaitement liées aux murs du cryptoportique. Elles forment un ressaut de 0,40 mètre par rapport au reste de la construction de la canalisation. Sur un mètre de hauteur ensuite, cette descente a été construite en même temps et selon la même technique que les murs du cryptoportique (1,05 sur 1 m de côté). La partie supérieure, en petit appareil irrégulier, contraste fortement avec la base ; elle a été dressée dans la dernière période de construction puisqu’elle repose sur l’enduit des murs. La double campagne de construction, déjà bien visible sur l’ensemble du monument, est encore plus nette ici et nous démontre qu’un mur s’appuyant sur l’enduit d’un autre mur peut être contemporain de ce mur ou de peu postérieur. Cette descente fait un coude brusque pour traverser le mur du cryptoportique, et elle n’a plus que dix centimètres de côté en débouchant dans l’égout installé dans le sol du cryptoportique. Cet égout étonne par son manque de finition ; de direction nord-sud, son tracé, légèrement courbe, contourne un pilier axial du cryptoportique : il n’a donc pas été prévu dans le schéma directeur et a été ajouté après la construction des piliers médians du cryptoportique. Sa largeur à la base est de 0,75 mètre, sa hauteur moyenne de 0,30 mètre ; les dalles qui le recouvrent n’excèdent pas 0,50 mètre de large, elles sont irrégulières sauf dans leur épaisseur (0,10 m environ). À son entrée dans le cryptoportique, ainsi qu’à sa sortie, ont été aménagés, contre les parois internes du monument, deux regards de vidange, construits en briques, rectangulaire au sud (0,55 sur 0,82 m) et carré au nord (0,25 sur 0,22 m).

Fig. 12. Descente verticale des eaux de pluie de toiture du portique flavien.

55Comment la toiture était-elle soutenue ? sans doute par une double colonnade, en raison même du grand nombre de bases de colonnes trouvées dans la fouille des cryptoportiques et aussi des nombreuses briques de colonnes. Parmi les bases, deux types se distinguent : le plus fréquent ayant 0,60 et 0,80 mètre de diamètre ; ce sont des bases circulaires avec un seul tore surmonté d’une gorge plus ou moins haute (type à moitié toscan). Un second type toscan, plus petit, repose sur une plinthe carrée, avec un diamètre inférieur (0,52 m). À ces deux types de base correspondent de très nombreuses briques triangulaires de colonnes, qui s’adaptent à chacun d’eux (briques de 21 cm de côté, et briques de 28 cm de côté).

56Ainsi nous pouvons être assurés d’une double colonnade s’élevant en moyenne à onze mètres ; les colonnes les plus larges assuraient, au droit des piliers du cryptoportique, le soutien de la charpente. Les colonnes les plus grêles pouvaient être placées sur le muret garde-fou qui clôturait vers l’esplanade le triple portique.

5. Les vicissitudes du cryptoportique flavien

57Le destin du cryptoportique flavien a suivi les vicissitudes de l’histoire de la ville. De l’époque flavienne à l’époque wisigothique, trop de siècles se sont écoulés pour qu’on ne fasse pas certaines réfections, consolidations et même transformations. La première sans doute a consisté à ménager dans les ailes occidentale et orientale à chaque fois une pièce commandée par une seule ouverture ; à l’est, elle a été mutilée par l’installation postérieure d’une citerne et seul le mur nord-sud subsiste. À l’ouest, s’appuyant à l’enduit du mur sud et du premier pilier, puis du second pilier, un mur de 0,40 mètre de large limite une pièce dont le seuil (0,98 X 0,48 x 0,13 m) est encore en place, avec crapaudine et gond. L’exhaussement du sol, daté par l’enfouissement de monnaies de Claude le Gothique, nous permet de situer cet aménagement à la fin du iiie siècle. Ces pièces pouvaient servir de bureaux ou bien de vestibules pour surveiller l’entrée ( ?) (fig. 13).

58La péripétie la plus notoire est celle qui a consisté à transformer ensuite la majeure partie de l’aile orientale en citerne, à l’époque sans doute où les latrines voisines ne sont plus utilisées. Pour ce faire, il a suffi tout d’abord de dresser deux murs, d’est en ouest, pour mieux asseoir leur solidité et résister à la poussée de plus de 600 mètres cubes d’eau (fig. 14). Le mur nord de la citerne (7,10 sur un mètre) n’est pas rectiligne, pas plus que le mur sud ; à côté de moellons bien taillés et appareillés, on rencontre des pierres moulurées en réemploi, surtout dans le mur sud, ce qui lui donne l’allure de ces constructions tardives, conséquence d’un cataclysme historique ; des bases du forum, des corniches s’y rencontrent à l’est, tandis qu’à l’ouest le mur est de bonne qualité et régulier. De plus l’exèdre orientale a été bouchée et l’enduit intérieur est demeuré intact dans ce bourrage de cailloux et de mortier. Surtout, un enduit très épais, fait de mortier de tuileau (opus signinum), a imperméabilisé l’ensemble des murs et des piliers du cryptoportique. Des solins assez grossiers ont été dessinés, tant à la base des murs qu’à celle des piliers, comme de larges boudins irréguliers (8 à 18 cm). Sur les murs, l’opus signinum a une épaisseur de 3,5 cm. L’alimentation en eau pouvait se faire par l’eau de pluie, et pour décanter cette eau, une cuvette a été disposée en un point plus bas où les impuretés se déposaient (il serait donc vain de croire, comme nous avons pu le faire au début, qu’un trou de vidange ou d’alimentation existait à la base du mur nord). Il se pourrait que la couverture de cette citerne ait été faite de briques, en raison du grand nombre de briques découvertes dans la fouille (21 X 21 X 4,5 cm).

Fig. 13. Pièces ménagées dans l’aile ouest du cryptoportique flavien.

Fig. 14. Citerne dans l’aile orientale du cryptoportique flavien.

59À une époque postérieure, cette citerne a été barrée à hauteur d’un pilier interne par un mur non enduit, s’appuyant sur l’opus signinum et ponctué par des trous (passages de l’eau ou trous de boulin ?). Fallait-il consolider la citerne ? Ce mur présente un contraste saisissant entre la régularité de ses assises, l’excellente qualité du mortier, sa verticalité et l’utilisation de briques de réglage et, d’autre part, la mauvaise qualité des matériaux utilisés.

60Il faut penser enfin que la destruction du cryptoportique intervient à l’époque suève, lors des raids de 465 et de 468. L’usage du bois explique combien grand fut alors l’incendie allumé par les Barbares et comment la population n’a eu qu’à quitter sans regret des lieux inhospitaliers. Sur cette destruction, qui scelle le destin du cryptoportique et qui enferme pour des siècles aussi bien des bases de colonnes du portique que les pierres de soutien de la couverture, la tête colossale de l’Auguste du temple que l’humble lampe chrétienne, sur ce sol de destruction, correspondant aux couches (3) et (4), s’élèvent des murs barbares, reposant sur la terre, faits de pierres irrégulières non liées, et de direction non ordonnée, éléments d’un habitat fruste d’une population qu’il convient d’appeler wisigothique.

  • 32 R. Étienne, La vie quotidienne à Pompéi, Paris, 1966, p. 40-41.
  • 33 R. Naumann et S. Kantar, Die Agora von Smyrna, dans Kleinasien und Byzanz (Istambuler Forschungen, (...)

61Ainsi à une période tardive, que par commodité et vraisemblance nous fixons au ive siècle, le cryptoportique oriental de la construction flavienne a eu une destination utilitaire. Ce n’est pas la première fois qu’un cryptoportique est occupé par une citerne : à la Villa des Mystères, c’était elle que démolissaient les ouvriers quand ils furent surpris par l’éruption du 24 août 7932. Il en alla de même à Smyrne33, comme à Bosra (Syrie) où l’enduit de chaux mêlé à de la cendre a paru à A. di Vita, lors de notre visite en octobre 1969, correspondre à un enduit hydrofuge semblable au tuileau des citernes romaines. L’important, au demeurant, est qu’à cette époque le cryptoportique ait servi aux besoins de la cité.

62Ne peut-on penser qu’auparavant il en allait de même, et ce, peut-être dès la construction flavienne ? Les entrées étroites n’étaient guère favorables à la circulation de la foule, le cryptoportique ne fut donc pas un endroit de promenade ou de flânerie, comme un cryptoportique de villa. D’ailleurs quel agrément de se promener dans ces couloirs peu éclairés, où régnaient des courants d’air désagréable ou une humidité détestable ? Quel intérêt de parcourir ces couloirs pour revenir à son point de départ, c’est-à-dire le forum ? Ainsi, le cryptoportique flavien n’est pas un couloir de circulation, comme le cryptoportique augustéen. Le quartier de la “vieille place” a disparu, noyé sous les déblais : tout a été nivelé et les quartiers nouveaux en tout cas se développent le long des rues flaviennes qui, autour du cryptoportique, fixent les nouveaux itinéraires et sur lesquelles s’alignent les seuils des nouvelles maisons. Plus tard, les pièces ménagées au pied de chaque escalier qui permettait d’accéder aux ailes occidentale et orientale ont pu jouer le rôle de bureaux de surveillance, d’enregistrement, comme une loge de concierge, surveillant le magasinage des denrées.

  • 34 Fondé en 48 av. J.-C. J. Malalas, Chron. IX, p. 217, 512 (éd. Dindorf). Strab., XVII, 9. Philo, Le (...)
  • 35 Fondé fin 48 ou début 47. J. Malalas, Chronographia, IX, p. 216, 1921 (éd. L. Dindorf), Bonn, 1831 (...)
  • 36 J. B. Ward Perkins, M. H. Ballance, The Caesareum at Cyrene and the basilica at Cremna, dans PBSR,(...)
  • 37 Il s’agit du forum de César : voir G. Lulli, Roma, il centro monumentale, Rome, 1946, p. 245-258. (...)
  • 38 Monument désigné comme Caesari(um) sur un flacon de verre du Musée de Prague ; Ch. Picard, Pouzzol (...)
  • 39 R. A. Staccioli, I criptoportici forensi di Aosta, dans Rendiconti Accad. Lincei Sc. Mor. Stor., I (...)
  • 40 F. Benoit, Observations sur les cryptoportiques d’Arles, dans Revue des Études Ligures, XXIII, 195 (...)
  • 41 H. Rolland, Fouilles de Glanum (1947-1956) (Supplément XI à Gallia), Paris, 1958 ; Balty, article (...)
  • 42 J.-Ch. Balty, Études sur la Maison Carrée de Nîmes, Bruxelles, 1960.
  • 43 CIL IX, 1556.
  • 44 CIL XI, 1420.
  • 45 CIL XI, 7431.
  • 46 CIL V, 2533.
  • 47 CIL X, 415.
  • 48 CIL XI, 7270.
  • 49 CIL XI, 948.
  • 50 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, III. L’Architecture, 1. L’urbanisme, les monuments (...)
  • 51 R. Laur Belart, Führer durch Augusta Raurica, Bâle, 1937, 3e éd. 1959. F. Stähelin, Die Schweiz in (...)
  • 52 La bibliographie est considérable sur le site. Signalons essentiellement E. Will, Au dossier des c (...)
  • 53 H. Cuppers, Neue Beobachtungen am Forum in Trier apud H. Cuppers et H. Bievelet, Die römischen For (...)
  • 54 C’est bien là la conclusion à laquelle dès 1958 était arrivé E. Will, Cryptoportiques de Bavai et (...)

63Faut-il alors penser que le cryptoportique flavien a été pensé par un architecte pour servir d’horrea ? Ce serait, nous le croyons, tomber dans une autre erreur. En effet, en détruisant l’ensemble augustéen, le jeune municipe flavien affirmait la rupture avec son passé d’oppidum celtico-romain. Il faisait table rase du quartier qui datait de l’âge du Fer, mais, honorant un Empereur qui se disait lui-même le restaurateur d’Auguste, il ne pouvait que vouloir élever un temple encore plus grand, encore plus beau pour affirmer la continuité de sa dévotion et les progrès de sa romanisation. Il lui fallait enfermer, dans l’écrin d’une colonnade en n, l’édifice sacré prestigieux qu’il chargeait un architecte d’implanter solidement à un niveau tel qu’il puisse encore dominer un forum, agrandi et embelli. Il disposait alors d’un temenos, tout comme le firent les premiers architectes césariens tant à Alexandrie34, Antioche35 et Cyrène36 qu’à Rome37 ou à Pouzzoles38, et dont leurs confrères augustéens s’inspirèrent tant à Aoste39 qu’à Arles40, Glanum41, Nîmes42 et, comme les inscriptions le suggèrent, à Bénévent43, Pise44, Ferento45, Este46, Buccino47, Castiglione in Teverina48, environs de Modène49 : ce modèle sera repris plus tard à Reims50, à Augst51, à Bavai52 et à Trèves53. Il s’agit bien d’une création architecturale destinée à exalter la divinité impériale ; à Glanum, certes, le cryptoportique est absent, mais un portique en Π entoure bien les temples des princes impériaux. La nature du terrain lui interdisait une parfaite régularité et la remontée de la roche rendait inutile une terrasse artificielle. À Conimbriga, la colonnade pour être à la hauteur du temple ne pouvait que reposer sur un cryptoportique, en raison de la dénivellation du tuf. Ainsi, comme le cryptoportique augustéen, le cryptoportique flavien avait une fonction architectonique, celui de support d’un portique54. Qu’ensuite, ou en même temps, les autorités du municipe aient envisagé de l’utiliser comme resserre de denrées, pour pouvoir faire face à toute éventualité de disette de grains, de pénurie de sel ou de manque d’eau, n’a rien d’étonnant, mais la destination utilitaire est seconde, sinon secondaire, en tout cas simplement complémentaire de la fonction primitive, liée au même impératif religieux que sous Auguste. Ainsi se trouveraient réconciliés F. Benoit et R. A. Staccioli, et renvoyés dos à dos.

64Ainsi continuité et révolution se mêlent en un jeu très harmonieux dans ces deux cryptoportiques de Conimbriga.

65Continuité : c’est le lien avec le temple majeur de la cité, que dans un cas il faut porter pour qu’il domine le forum, dans le second, c’est le cryptoportique qui sert de terrasse au portique entourant le péribole sacré. La continuité s’attache donc à la fonction architectonique du cryptoportique.

66Révolution : c’est l’abandon du cryptoportique de façade d’époque augustéenne où, au rôle de support, se mêlait très étroitement la fonction de passage souterrain qui réunissait le forum romain au quartier de l’âge du Fer. Quand celui-ci disparaît, cette fonction de crypte s’évanouit en même temps et l’on revient à la pure nécessité architectonique. D’ailleurs, les trois côtés – est, ouest et sud – de la place publique sont remodelés en même temps que son axe se déplace vers l’est ; et l’architecte flavien qui a le goût de la symétrie, qui applique les plans qui ont déjà fait ailleurs leur preuve, avec une rigueur mathématique qui confine au génie, décide de prolonger par une colonnade double la colonnade et le promenoir du forum : à la place publique répond Faire sacrée. Cette révolution s’accompagne de progrès techniques : les piliers de pierre font place aux piliers de blocage ; les claveaux de pierres permettent une liaison longitudinale meilleure entre les piliers. Mais nous avouerons que les progrès de la construction restent limités : les procédés de couverture ont peu varié en fin de compte des Julio-Claudiens aux Flaviens.

  • 1 Il nous est un agréable devoir de remercier le bureau d’architecture antique (CNRS) de Pau (G. Cou (...)

67Ainsi un parfum d’Orient hellénistique envahit la terre lusitanienne : qu’importe si dans les couloirs plus ou moins obscurs du cryptoportique dormaient des réserves alimentaires ou une provision d’eau ! L’esthétique trouvait son compte dans cette révolution, autant que la religion : grâce aux cryptoportiques, un temple imposant, serti dans son anneau de portiques, allait présider au destin du jeune municipe flavien1.

Notes

1 R. Étienne et J. Alarcão, La chronologie des cryptoportiques à Conimbriga, dans Actas do II Congresso Nacional de Arqueologia, II, Coimbra, 1971, p. 479-486. L’étude exhaustive du matériel prendra place dans les volumes de notre prochaine publication.

2 Hydat., Chron., invasions de 465 et 468 (dates établies par A. Tranoy dans son édition à paraître dans Sources chrétiennes).

3 J. Alarcão et R. Étienne, Note sur un habitat de l’âge du Fer à Conimbriga, dans Actes du Colloque de Rennes (décembre 1971).

4 La statue colossale d’Auguste en est un indice, autant que la dédicace DIVO AVGVSTO faite par un prêtre provincial du culte impérial (CIL II, 41), considérée comme fausse, puis réhabilitée par Krascheninnikoff (R. Étienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR 191), Paris, 1958, p. 125). Cette inscription reçoit de la fouille une nouvelle authenticité.

5 Vitr., I, VII, 1 (The Loeb Classical Library).

6 En raison de cette différence, il est vraisemblable que ces piliers soutenaient les bases du forum augustéen.

7 Huit piliers prennent déjà 6,40 m. Neuf espacements de 3,10 m font 27,90 m, soit au total 34,30 m ; or, la longueur interne du cryptoportique est de 34,20 m.

8 0,67 x 0,67 m pour l’un ; 0,75 x 0,77 m pour un autre.

9 Vitr., Texte et traduction par A. Choisy, 1909, IV, pl. 9, fig. 5.

10 Vitr, VII, I, 2-7 (The Loeb Classical Library).

11 1,05 m de côté.

12 Ils ont le même diamètre, soit 0,77 mètre.

13 Vitr. V, I,7-8 : Columnae sunt in latitudine testudinis cum angularibus dextra ac sinistra quaternae, in longitudine, quae est foro proxima, cum isdem angularibus octo, ex altera parte cum, angularibus Vl, ideo quod mediae duae in ea parte non sunt positae, ne impediant aspectus pronai aedis Augusti, quae est in medio latere parietis basilicae conlocata spectans medium forum et aedem lovis.

14 La thèse, remarquable d’information et d’intelligence, malheureusement encore inédite, de J.-Ch. Balty, Curia ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, soutenue à Bruxelles en mai 1969, nous a été d’un secours précieux. Que son auteur qui nous a permis de la consulter accepte ici l’hommage de notre profonde gratitude. Pour Sabratha, d’époque augustéenne sans doute, voir essentiellement D. E. L. Haynes, An archaeological and historical guide to the pre-islamic antiquities of Tripolitania, Londres, 2e éd. 1959, p. 112-114 et hg. 9-10.

15 D’époque augustéenne ; Cl. Laviosa, Rusellae. Relazione preliminare della quinta e della sesta campagna di scavo (maggio-iuglio 1963, maggio-giugno 1964), dans Studi Etruschi, XXXIII, 1965, p. 107-108 et pl. XXIV-XXVII.

16 D’époque augustéenne ; G. Simoncini, II foro di Lucus Feroniae, dans Quadernii Ist. Stor. Architettura, no 52-53, Rome, 1962, p. 1-17 et pl. I II.

17 D’époque augustéenne avec (les aménagements appartenant au règne de Tibère). J. Mertens, Ordona I. Rapport provisoire sur les travaux de la Mission belge en 1962/63 et 1963/64, Bruxelles-Rome, 1965, p. 14, fig. 3, p. 15 et pl. VI ; Id., Ordona II. Rapport provisoire sur les travaux de la Mission belge en 1964/65 et 1965/66, Bruxelles-Rome, 1967. p. 6-13, fig. 1. Id., Ordona III. Rapports et études, p. 13-15.

18 D’époque augustéenne. V. Cianfarani, Guida delle antichità di Sepino, Milan, 1958. A. Maiuri, Arte e civiltà nell’Italia antica, Milan, 1960, fig. 187, p. 185.

19 V. Cianfarani, s.v. Iuvanum, dans Enc. Arte Ant., IV, 1961, p. 278 ; notons les dimensions qui rapprochent la basilique de celles du cryptoportique de Conimbriga, soit 9,65 x 36,04 m.

20 D’époque augustéenne. J.-Ch. Balty, Basilique et curie du forum de Glanum. Note sur le centre monumental de la ville augustéenne, dans Latomus, XXI, 1962, p. 279-319 et pl. XIV-XXI.

21 E. Salin, Aperçu général de la ville antique de Grand, dans CRAI, 1965, p. 75-86. R. Billoret, La basilique de la ville de Grand, dans ibid., p, 63-74 et plan p. 69.

22 Vitr. V, II, 1 : Aerarium, carcer, curia, fora sunt coniungenda ...

23 Ces pierres, se trouvant toutes en dessous du niveau inférieur de l’enduit, ont les dimensions suivantes : 0,40 m pour l’assise posée sur le tuf, 0,30 x 0,85 m pour la seconde et 0,20 x 0,60 m pour la troisième.

24 Briques de 41 x 43,5 X 5 cm.

25 Briques carrées de 0,22 m de côté et 0,035 m d’épaisseur.

26 A. Grenier, Architecture, III, I, p. 294, fig. 78.

27 À Narbonne, dans la galerie nord du temple, on voit nettement une exèdre (Gallia, XIV, 1956, p. 122). Faudrait-il aussi imaginer que ces exèdres pouvaient recevoir des statues ou des bancs, moins pour des promeneurs que pour des gardiens ?

28 Dans le sens longitudinal, ces claveaux sont creusés d’une gorge de 0,075 m de profondeur par 0,06 de largeur.

29 Ils ont été abondants spécialement dans les secteurs septentrional et oriental.

30 Notons que les galeries de Corinthe (basiliques) et d’Athènes (Odéon) possédaient un plafond plat. Pour Corinthe, voir S. E. Weinberg, The southeast building ; the twin basilicas ; the mosaic house, dans Corinth, I, 5, Princeton, 1960, p. 33-109, pl. IV, V, VII et X. Pour Athènes, voir H. A. Thompson, The American excavations in the Athenian Agora, Thirty-ninth report, dans Hesperia, XIX, 1950, p. 31-141. Ainsi que E. Will, Au dossier des cryptoportiques, dans Revue du Nord, LXII, 1960, p. 403-406, p. 406.

31 Une telle conclusion s’impose quand on sait qu’à la fin du iiie-début du ive siècle des latrines jouxteront le cryptoportique oriental.

32 R. Étienne, La vie quotidienne à Pompéi, Paris, 1966, p. 40-41.

33 R. Naumann et S. Kantar, Die Agora von Smyrna, dans Kleinasien und Byzanz (Istambuler Forschungen, 17), p. 69-114. R. A. Staccioli, Gli edifici sotterranei dell’agora di Smirne, e ancora sui criptoportici forensi, dans Latomus, XVI, 1957, p. 275-292, pl. VIII, XII, XIV et XV.

34 Fondé en 48 av. J.-C. J. Malalas, Chron. IX, p. 217, 512 (éd. Dindorf). Strab., XVII, 9. Philo, Legatio ad Gaium, 22, 151. E. Sjöqvist, Kaisareion. A study in architectural iconography, dans Opusc. Rom., 1,1954, p. 86-108.

35 Fondé fin 48 ou début 47. J. Malalas, Chronographia, IX, p. 216, 1921 (éd. L. Dindorf), Bonn, 1831. C. A. Schenk von Stauffenberg, Die römische Kaiser geschichte bei Malalas, Stuttgart, 1931, éd. p. 3 ; ibid., p. 287 (éd. Dindorf ; éd. von Stauffenberg, p. 54). Gl. Downey, A history of Antioch in Syria from Seleucus to the Arab Conquest, Princeton, 1961, p. 154-155 et surtout p. 632-640.

36 J. B. Ward Perkins, M. H. Ballance, The Caesareum at Cyrene and the basilica at Cremna, dans PBSR, XXVI, 1958, p. 137-167 et 186-194.

37 Il s’agit du forum de César : voir G. Lulli, Roma, il centro monumentale, Rome, 1946, p. 245-258. A. Boethius et J. B. Ward Perkins, Etruscan and Roman Architecture, 1970, p. 121-127. J. B. Ward Perkins, From Republic to Empire : Reflections on the early provincial Architecture of the roman West, dans JRS, 1970, p. 1-19.

38 Monument désigné comme Caesari(um) sur un flacon de verre du Musée de Prague ; Ch. Picard, Pouzzoles et le paysage portuaire, dans Latomus, XVIII, 1959, p. 23-51, surtout p. 26-43 et pl. I-XIV.

39 R. A. Staccioli, I criptoportici forensi di Aosta, dans Rendiconti Accad. Lincei Sc. Mor. Stor., IX, 11-12, 1954, p. 645-657.

40 F. Benoit, Observations sur les cryptoportiques d’Arles, dans Revue des Études Ligures, XXIII, 1957, p. 108-112. Id., Les cryptoportiques d’Arles, dans Arts et Livres de Provence, Marseille, 33, 1957, IV, p. 41-47.

41 H. Rolland, Fouilles de Glanum (1947-1956) (Supplément XI à Gallia), Paris, 1958 ; Balty, article cité.

42 J.-Ch. Balty, Études sur la Maison Carrée de Nîmes, Bruxelles, 1960.

43 CIL IX, 1556.

44 CIL XI, 1420.

45 CIL XI, 7431.

46 CIL V, 2533.

47 CIL X, 415.

48 CIL XI, 7270.

49 CIL XI, 948.

50 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, III. L’Architecture, 1. L’urbanisme, les monuments, Paris, 1958, p. 310-312.

51 R. Laur Belart, Führer durch Augusta Raurica, Bâle, 1937, 3e éd. 1959. F. Stähelin, Die Schweiz in römischer Zeit, Bâle, éd. 1948, p. 155 et 601, et pl. II en dépliant. A. Grenier, op. cit., p. 368-371 (fig. 113-114) et p. 476-478 (fig. 160-161). Le forum serait à dater entre Trajan et Hadrien.

52 La bibliographie est considérable sur le site. Signalons essentiellement E. Will, Au dossier des cryptoportiques, nouvelles remarques, dans Revue du Nord, XLVI, 1964, p. 201-215. H. Cuppers, Das Forum in Bavai, dans Trierer Zeitschrift, XXVIII, 1965, p. 53-56 et fig. 7 (IIe siècle ?).

53 H. Cuppers, Neue Beobachtungen am Forum in Trier apud H. Cuppers et H. Bievelet, Die römischen Fora in Bavai und Trier, dans Trierer Zeitschrift, XXVIII, 1965, p. 60-67 et fig. 8. On a découvert un cryptoportique en Π fermant comme à Bavay la première area (IIe siècle ?).

54 C’est bien là la conclusion à laquelle dès 1958 était arrivé E. Will, Cryptoportiques de Bavai et d’ailleurs, dans Revue du Nord, XL, 1958, p. 493-504, p. 496, 499, 500. Id., dans Revue du Nord, LXII, 1960, p. 403-406, p. 403, p. 404. Id., dans Revue du Nord, XLVI, 1964, p. 209. G. E. Rickman, Roman granaries and store buildings, Cambridge, 1971, p. 144-147, adopte la même position.

Notes de fin

1 Il nous est un agréable devoir de remercier le bureau d’architecture antique (CNRS) de Pau (G. Coustère, architecte DPLG, directeur, J. Schreyeck, ingénieur topographe, R. Monturet, dessinateur) de leur intelligente et efficace collaboration.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plans superposés des deux cryptoportiques.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Fig. 2. Marches du cryptoportique augustéen.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 3. Mur augustéen, repris dans la construction flavienne.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Fig. 4. Piliers ennoyés du cryptoportique augustéen
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Légende Fig. 5. Piliers de la crypte augustéenne.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Fig. 6. Mur de la crypte augustéenne avec joints stuqués.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 7. Mur extérieur du cryptoportique flavien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Fig. 8. Élévation et coupe du mur extérieur du cryptoportique flavien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 9. Élévation d’un pilier du cryptoportique flavien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 10. Claveaux.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 11. Essai de restitution de la couverture du cryptoportique flavien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 12. Descente verticale des eaux de pluie de toiture du portique flavien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Légende Fig. 13. Pièces ménagées dans l’aile ouest du cryptoportique flavien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Fig. 14. Citerne dans l’aile orientale du cryptoportique flavien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8294/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search