Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

4e partie. Archéologie

Vitruve et les cryptoportiques

Note de l’éditeur

Extrait de Revue d’Études Ligures, XXXVIII, 1, 1972, p. 62-65.

Texte intégral

  • 1 F. Benoit, Observations sur les cryptoportiques d’Arles, dans Revue d’Études Ligures, XXIII, 1957, (...)
  • 2 R. A. Staccioli. Gli edifici sotterranei di Bavai, dans Archeologia classica, VI, 1954, p. 284-291 (...)
  • 3 J. Alarcão et R. Étienne, L’architecture des cryptoportiques de Conimbriga (Portugal) : communicat (...)
  • 4 C’est bien là la conclusion à laquelle dès 1958 était arrivé E. Will, Cryptoportiques de Bavai et (...)
  • 5 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, III. Architecture 1, Paris, 1958, p. 307, n. 1 ; E (...)

1Il a été difficile pendant longtemps de départager F. Benoit1 et R. A. Staccioli2 dans leur querelle à propos des cryptoportiques. On se souvient des thèses opposées des deux savants : l’italien défendant l’opinion que ces couloirs souterrains servaient de lieu de promenade et qu’ils étaient décorés pour l’agrément de foules qu’ils abritaient en cas de pluie ou de chaleur. Notre regretté compatriote n’y voyait au contraire que des magasins publics, des horrea, utiles aux cités qui y entassaient grain, sel et bois. Art ou économie ? Disons tout de suite que nous croyons pouvoir établir, à propos de la découverte à Conimbriga (Portugal)3 de deux cryptoportiques, l’un augustéen, l’autre flavien, que la fonction primitive de tout cryptoportique est essentiellement d’ordre architectonique4 : il permet l’établissement d’une terrasse et d’un niveau supérieur artificiels pour supporter des portiques. Mais, dans ce débat, il ne faudrait plus recourir à des textes vitruviens qui n’ont rien à faire avec les cryptoportiques et que malheureusement A. Grenier a traduits avec trop de liberté5.

2Un premier texte est au Livre V, 9, 6-9 ; le voici avec sa traduction complète.

3Ergo si ita videtur, uti in hypaethris locis ab aëre humores ex corporibus exsugantur molestiores, quemadmodum ex terra per nebulas videntur, non puto dubium esse, quin amplissimas et ornatissimas sub divo hypaethrisque conlocari oporteat in civitatibus ambulationes. Eae autem uti sint semper siccae et non lutosae, sic erit faciendum. Fodiantur et exinaniantur quam altissime. Dextra atque sinistra structiles cloacae fiant, inque earum parietibus qui ad ambulationem spectaverint, tubuli instruantur inclinati fastigio in cloacas. His perfectis compleantur ea loca carbonibus, deinde insuper sabulone eae ambulationes sternantur et exaequentur. Ita propter carbonum naturalem raritatem et tubulorum in cloacas instructionem excipientur aquarum abundantiae, et ita siccae et sine umore perfectae fuerint ambulationes.

4Praeterea in his operibus thesauri sunt civitatibus in necessariis rebus a moribus constituti. In conclusionibus enim reliqui omnes faciliores sunt apparatus quam lignorum. Sal enim facile ante inportatur, frumenta publice privatimque expeditius congeruntur, et si desint, holeribus, carne seu leguminibus defenditur, aquae fossuris puteorum et de caelo repentinis tempestatibus ex tegulis excipiuntur. De lignatione, quae maxime necessaria est ad cibum quoquendum, difficilis et molesta est apparatio, quod et tarde conportatur et plus consumitur. In eiusmodi temporibus tunc eae ambulationes aperiuntur et mensurae tributim singulis capitibus designantur. Ita duas res egregias hypaethrae ambulationes praestant, unam in pace salubritatis, alteram in bello salutis. Ergo his rationibus ambulationum explicationes non solum post scaenam theatri, sed etiam omnium deorum templis effectae magnas civitatibus praestare poterunt utilitates.

5“Puisque, ainsi, il semble que, dans les endroits découverts, les humeurs assez désagréables, exhalées par les corps, sont absorbées par l’air, de même qu’elles le sont à partir de la terre sous forme de nuages, je pense qu’il convient sans aucun doute que, dans les cités, on prévoit des promenades très vastes et très ornées, exposées au grand air et à la lumière du jour. Mais pour que celles-ci soient protégées de l’humidité et de la boue, il faut procéder comme suit : les creuser et les vider le plus profondément possible, construire des égouts à droite et à gauche, mettre dans les parois opposées à la promenade des tubes inclinés vers les égouts. Quant ceci est achevé, les emplacements doivent être remblayés de charbons ; après cela les promenades doivent être recouvertes de sable et nivelées. Ainsi, grâce à la porosité naturelle des charbons et à l’insertion des tubes dans les égouts, les excédents d’eau seront évacués et les promenades pourront demeurer sèches. De plus, dans ces constructions, les cités ont coutume de constituer des dépôts pour les cas d’urgence. En effet, durant les sièges, l’approvisionnement en bois est de tout autre le plus difficile. Le sel peut facilement être importé d’avance. Le blé est rapidement rassemblé, à titre officiel et à titre privé, et, s’il fait défaut, on peut le remplacer par des légumes, de la viande et des graines. L’eau peut être recueillie en forant des puits ou bien, lors d’orages imprévus, sous forme de pluie tombant le long des tuiles. Quant à l’approvisionnement en bois nécessaire à la cuisson des aliments, il s’avère difficile et pénible, parce qu’il se ramasse plus lentement et se consomme plus abondamment. En de telles époques, les promenades restent alors ouvertes et les rations sont attribuées par tribus et par têtes d’habitants. Ainsi ces promenades à ciel ouvert ont-elles deux destinations primordiales : d’une part, la salubrité en temps de paix, d’autre part, la sauvegarde en temps de guerre. Donc, pour toutes ces raisons, l’aménagement de ces promenades, non seulement derrière la scène du théâtre, mais aussi dans les temples des dieux peut apporter aux cités des avantages importants”.

6À aucun moment, il n’est question dans ce texte de couloirs souterrains ou de caves ; au contraire tout exalte le plein air et la lumière. Le souci de l’architecte est de purger le sol des promenades publiques des surplus d’humidité. Ainsi il travaille en temps de paix au bien des promeneurs : cette mise hors d’eau, tant du ciel que de la terre, fait de ces espaces abrités des resserres de vivres et de bois qui facilitent les distributions d’un ravitaillement rationné en temps de guerre. Et l’architecte a œuvré aussi pour la sécurité de la population en des moments difficiles.

  • 6 H. Cuppers, Getreidemagazin am Forum in Aspendos, dans Bonner Jahrbücher, CLXI, 1961, p. 25-35, et (...)
  • 7 C’est l’opinion constante d’E. Will, qui signale le cryptoportique d’Aspendos, dans Revue du Nord,(...)

7A. Grenier a donc traduit trop librement opera par substructions, ce qui par association d’idées l’a conduit à identifier ces ouvrages à des cryptoportiques qui serviraient de magasins-caves. Or, sauf à Aspendos de Pisidie6, on ne peut être certain de leur utilité commerciale ou de leur rôle d’entrepôts pour la communauté civique. Dans ces conditions, il faut bien maintenir l’opinion qu’ils répondent à des nécessités structurales7.

8Le second texte de Vitruve, qui se rencontre au Livre VI, 5, 2, ne nous fera pas changer de doctrine :

9Qui autem fructibus rusticis serviunt, in eorum vestibulis stabula, tabernae, in aedibus cryptae, horrea, apothecae ceteraque, quae ad fructus servandos magis quant ad elegantiae decorem possunt esse, ita sunt facienda.

10“Mais pour ceux qui dépendent étroitement de la production agricole, il faut prévoir, dans la cour d’entrée, des écuries, des boutiques, et dans la maison même, des caves, des greniers, des celliers ; et ainsi seront faites toutes les autres dépendances destinées plutôt à la conservation des produits qu’à une manifestation esthétique”.

  • 8 E. Will, dans Revue du Nord, XL, 1958, p. 493 cite ce texte ; il pense que la définition des crypt (...)
  • 9 Thesaurus Linguae Latinae, IV (1906-1909), crypta, col. 1260-1261, 4.6 (cf. CIL IX, 5159) ; Daremb (...)
  • 10 Plin., Epist., V, 6, 29, le dit du cryptoportique de sa villa de Toscane. On peut aussi le rappele (...)

11Il n’est pas question ici de cryptae publiques, sous les portiques d’un temple ou d’un théâtre8, mais de cryptae souterraines dans le cas de villae suburbanae. Les propriétaires ont en effet un problème à résoudre : le stockage des récoltes (fructus) de toute sorte. Et dans le corps du logis principal doivent trouver place ces pièces souterraines où l’on engrange les fruits de la terre9. L’énumération se fait avec cryptae, horrea, apothecae et un et cetera qui laisse libre cours à l’imagination de l’architecte. Il faut, dans de telles conditions, abandonner tout souci de décoration élégante, et seule l’utilité compte. Mais ce serait se laisser entraîner dans un cercle vicieux que de dire que les cryptae font fonction d’horrea souterrains, puisque par définition dans un tel type de villa, elles ne pouvaient en jouer un autre, encore qu’elles servent à corriger la déclivité du terrain10. Il est donc inutile de verser ce passage de Vitruve pour ou contre Staccioli, pour ou contre Benoit.

  • 11 Ce que G. E. Rickman, op. cit. p. 144, constate avec humour.

12Les emplois de crypta ou cryptoporticus ne conduisent à aucune conclusion certaine et même sérieuse sur la finalité des cryptoportiques de ville, tels qu’ils ont été l’objet d’un trop long débat11. Le sens des passages vitruviens mal traités ou forcés ne permet en tout cas nullement de trancher entre l’utilitarisme ou l’esthétisme romains : faux problème qui a fait oublier à propos de ces monuments les intentions premières de l’architecte.

Notes

1 F. Benoit, Observations sur les cryptoportiques d’Arles, dans Revue d’Études Ligures, XXIII, 1957, p. 108-112 ; id., Les cryptoportiques d’Arles, dans Arts et Livres de Provence, Marseille, 33,1957, IV, p. 41-47.

2 R. A. Staccioli. Gli edifici sotterranei di Bavai, dans Archeologia classica, VI, 1954, p. 284-291 ; id., I criptoportici forensi di Aosta, dans Rendiconti dell’Accademia Naz. dei Lincei, Classe di scienze morali, storiche e filologiche, IX, 11-12, 1954, p. 645-657 ; id., Gli edifici sotterranei dell’agora di Smirne, e, ancora, sui criptoportici forensi, dans Latomus, XVI, 1957, p. 275-292, pl. VIII, XII, XIV et XV ; R. Naumann et S. Kantar, Die Agora von Smyrne, dans Kleinasien und Byzanz (Istanbuler Forschungen, 17), p. 69-114.

3 J. Alarcão et R. Étienne, L’architecture des cryptoportiques de Conimbriga (Portugal) : communication présentée au Colloque International du C.N.R.S. à Rome (19-23 avril 1972) ; iid., La chronologie des cryptoportiques de Conimbriga, dans Actas do II Congresso Nacional de Arqueologia, II, Coimbra, 1971, p. 479-486.

4 C’est bien là la conclusion à laquelle dès 1958 était arrivé E. Will, Cryptoportiques de Bavai et d’ailleurs, dans Revue du Nord, XL, 1958, p. 493-504,496,499,500 ; id., dans Revue du Nord, LXII, 1960, p. 403-406, 403, 404 ; id., dans Revue du Nord, XLVI, 1964, p. 209 ; G. E. Rickman, Roman Granaries and Store Buildings, Cambridge, 1971, p. 144-147, adopte la même position.

5 A. Grenier, Manuel d’archéologie gallo-romaine, III. Architecture 1, Paris, 1958, p. 307, n. 1 ; E. Will avait déjà remarqué, Revue du Nord, LXII, 1960, p. 406, n. 16, que le texte peut certainement être interprété de manière différente.

6 H. Cuppers, Getreidemagazin am Forum in Aspendos, dans Bonner Jahrbücher, CLXI, 1961, p. 25-35, et fig. 2, p. 28, et coupe de la fig. 3, des conduits mettaient en communication le rez-de-chaussée de la basilique avec les galeries en sous-sol. Le produit ainsi emmagasiné devait l’être sous le contrôle de magistrats.

7 C’est l’opinion constante d’E. Will, qui signale le cryptoportique d’Aspendos, dans Revue du Nord, XLVI, 1964, p. 207.

8 E. Will, dans Revue du Nord, XL, 1958, p. 493 cite ce texte ; il pense que la définition des cryptes des maisons privées est caractéristique. Qu’est-ce à dire ?

9 Thesaurus Linguae Latinae, IV (1906-1909), crypta, col. 1260-1261, 4.6 (cf. CIL IX, 5159) ; Daremberg et Saglio, Dict., I2, p. 1575-1577 : crypta (E. Saglio).

10 Plin., Epist., V, 6, 29, le dit du cryptoportique de sa villa de Toscane. On peut aussi le rappeler pour la villa des Mystères à Pompéi (A. Maiuri, Villa di Misteri, 1947 ; R. Étienne, La vie quotidienne à Pompéi, Paris, 1966, p. 293) ou bien pour la villa de Diomède, également à Pompéi ; E. Will, Revue du Nord, XL, 1958, p. 496, a noté cette fonction architectonique et la lie à la nécessité de ménager une terrasse supérieure.

11 Ce que G. E. Rickman, op. cit. p. 144, constate avec humour.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search