Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

3e partie. Épigraphe

Un nouvel autel découvert à Conimbriga

Note de l’éditeur

Extrait de Conimbriga, XXX, 1991 [1992], p. 121-128.

Texte intégral

  • 1 Voir R. Étienne, À propos d’une inscription retrouvée de Conimbriga, dans Conimbriga, XXI, 1990, p (...)

1À l’occasion d’un relevé architectural, un nouvel autel a été rencontré par hasard dans le mur de la basilique chrétienne. En entrant dans une série bien connue1 de petits monuments, il présente une dédicace à un Jupiter Optimus Maximus, qualifié de C., abréviation qui fait problème et mérite examen.

I. Le monument (vidi)

Vu de face (fig. 1)

2Sa hauteur totale, 256 millimètres, se décompose en trois parties : un couronnement (39 mm) où l’on distingue un tympan compris entre deux pulvilli, reposant sur une tablette de 93 millimètres de large. Le tympan est écrêté pour installer la partie circulaire d’un focus ; une corniche débordant la tablette de 9,1 millimètres de chaque côté, mesurant donc 114 millimètres de large et composée de trois moulures en retrait ; le corps de l’autel lui-même définissant un champ épigraphique (129 X 93/92 mm) ; enfin le socle fait de trois scoties, en débord l’une sur l’autre et hautes respectivement de 9, 5 et 5 millimètres, reposant sur la base proprement dite (120 X 40 mm). Les arêtes de la base étant sérieusement épaufrées, il est difficile d’en donner avec précision la largeur.

Vu de côté

3Tout l’arrière ayant été débité, il n’est pas aisé de mesurer les épaisseurs : celles du fût, par exemple, va de 33 à 46 millimètres, ce qui reste de la corniche et du couronnement ne dépasse pas 36 millimètres et la base est plus épaisse (55 mm).

Vu de dos

4Ayant beaucoup souffert, ce dos ne peut pas nous informer sur la continuation de la corniche et de la base et nous ne savons pas si cet autel était adossé ou non à une paroi.

5Quoi qu’il en soit, un tel autel présente une structure et des caractéristiques qui le rapprochent de l’autel L(aribus) Aquitibus, encore que le nôtre présente un focus, qui confirme, si besoin était, sa nature de monument religieux. Taillé dans un calcaire local, friable, provenant du Jurassique inférieur d’Alcabideque, il est aisé à graver et facile à épaufrer, malheureusement. Toutefois il présente un texte complet.

II. Le texte

6Rappelons que ce texte de six lignes occupe la totalité du champ épigraphique.

I.O.M.C

TANGI

NVS.TON

GINAE.F

5

VOTVM

P.F.S

  • 2 On pourrait aussi bien penser à p(ia) f(ide) s(olvit) : s’est acquitté de son vœu dans un pieux ac (...)

7Il se développe : I(ovi) O(ptimo) M(aximo) C(développement réservé) Tanginus Tonginae f(ilius) votum p(iissime) f(actum)2 s(olvit).

8Il se traduit : À Jupiter très bon très grand C [...], Tanginus, fils de Tongina, s’est acquitté de son vœu très pieusement formulé.

  • 3 Fouilles de Conimbriga, II, p. 215.

9La lecture ne bute que sur deux difficultés : à la ligne 3, il faut déceler à l’intérieur du O un petit N, à peine gravé, haut de sept millimètres, et à la ligne 4 un petit F d’un centimètre de hauteur. Ce mélange de grandes et de petites lettres représente un tic épigraphique cher à l’atelier de Conimbriga3. La hauteur moyenne des lettres varie de 1,5 à 1,6 centimètre pour les trois premières lignes, de 1,7 à 1,8 centimètre pour les trois suivantes. À cette régularité, qui suppose des lignes de guidage, aujourd’hui invisibles, correspond une mise en page soignée, tant à l’horizontale pour chaque ligne, qu’à la verticale pour l’espacement entre les lignes, soit cinq millimètres, sauf deux millimètres pour l’espacement entre la dernière ligne et la première moulure du socle. Certes l’ordinator n’a pas complètement maîtrisé la distribution de l’espace puisqu’il a recouru à des lettres plus petites ; outre le N et le F déjà signalés, notons le M final de la ligne 5 (13/14 mm).

  • 4 Ibid., II, no 6, 9 (nouvelle datation dans l’article signalé à la n. 1), 10.

10La qualité de la gravure est remarquable quand le monument a été bien conservé : le C de la ligne 1, les S des lignes 3 et 6, les O des lignes 1 et 5 trahissent une main experte et donc nous amènent à conclure en faveur d’une date haute pour cet autel, qu’au plus tard nous attribuerons à la fin du ier siècle, comme un certain nombre de monuments semblables4.

1. Le dédicant

  • 5 Ibid., II, no 61.
  • 6 Ibid., II, graffite 415.
  • 7 Ibid., II, appendice I, p. 47-48 = AE, 1969-1970, 248, inscription de Mortágua.
  • 8 J. Untermann, Elementos de un atlas antroponίmico de la Hispania antigua (Bibliotheca Praehistoric (...)
  • 9 Id., ibid., cartographie (carte 76) Tongeta, p. 174 caractérisant l’aire lusitanienne.
  • 10 A. Tranoy, La Galice romaine. Recherches sur le nord-ouest de ta Péninsule ibérique dans l’Antiqui (...)

11Nous avons affaire à un indigène, caractérisé par un nom unique, Tanginus, tout comme son père Tongina. Nous connaissons d’autres individus à Conimbriga qui portent le nom de Tanginus, attesté dans une inscription funéraire5 et sur un peson6, sans oublier sa présence dans la dédicace Laribus patriis7. Tanginus et Tongina sont d’origine celtique et typiques de la zone entre Guadiana, Tage et Douro8. Un nom masculin terminé en – a n’est pas fait pour nous étonner9. Nous noterons que la filiation se fait ici non pas par la juxtaposition du nom du père au génitif, déterminant le nom du fils au nominatif mais par l’intermédiaire de la marque de la filiation par F(ilius), qui dénote un certain degré de romanisation. Ainsi, s’il y a continuité dans l’onomastique indigène d’une génération à l’autre, l’introduction de la filiation par F est un indice de transformation du milieu local10. Mais cet indice reste timide de l’adoption d’habitudes romaines : s’agissant d’une inscription votive, est-ce que la dédicace s’adresse à une divinité parfaitement romaine ou à une divinité indigène habillée à la romaine ?

2. La dédicace

  • 11 L’abréviation ne se rencontre ni dans la liste donnée par R. Cagnat, Cours d’épigraphie latine 4, (...)
  • 12 La formule banale v.s.l.m. se rencontre dans Fouilles de Conimbriga II, no 3, 21 ; v.s. dans no 20 (...)

12La formule finale est à la fois classique votum s(olvit) et singulière votum p(iissime) f(actum) s(olvit) ou p(ia) f(ide) s(olvit)11. Il est surtout rare de rencontrer votum écrit en entier12, ce qui marque l’insistance du dédicant sur l’accomplissement de son vœu, pieusement formulé, ou vœu acquitté dans un pieux acte de foi : la formule insiste sur la religiosité de cet indigène.

  • 13 P. Le Roux et A. Tranoy, Rome et les indigènes dans le Nord-Ouest de la Péninsule ibérique. Problè (...)

13À qui s’adresse ce votum ? Au plus grand des dieux, au maître du Panthéon, Jupiter Optimus Maximus. On peut toujours se demander si ce Jupiter si romain et si officiel ne cache pas une divinité indigène qui aurait subi une interpretatio romana, tout comme dans le Nord-Ouest de la Péninsule Ibérique13. L’origine celtique du dédicant conforterait cette hypothèse. Comment dans ces conditions développer C. ?

14On pourrait songer à trois solutions.

  • 14 Je remercie Ph. Péaud, qui prépare une thèse sur Jupiter dans la Péninsule Ibérique, sous la direc (...)
  • 15 Comme par exemple dans IRPL, 4, où Conservatori occupe deux lignes de l’inscription.
  • 16 AE, 1924, 11 :AE, 1976,321.
  • 17 IRG, IV, 114.
  • 18 CIL II, 2850.
  • 19 TAE, 1977, p. 167-175.
  • 20 AP, VIII, 1903, p. 156.
  • 21 AE, 1985, 574.

15La première consisterait à proposer C(onservatori). Fin 1989, sur 368 inscriptions, entrant dans le corpus épigraphique de Jupiter14, quatorze seulement associent Conservator soit à Jupiter, soit à IOM. Mais la plupart du temps, Conservator est inscrit en toutes lettres15 ou abrégé en CONS16. Cinq inscriptions plus difficiles à interpréter laisseraient une possibilité de développer IOMC en C(onservatori) : or l’inscription d’Orense17 présente IOM à la première ligne et C à la seconde ; cette lettre ne peut être que le praenomen du dédicant, dont les tria nomina sont réduits à leurs initiales. La même conclusion devrait être tirée du texte de Covarrubias (Lerma, Burgos)18, aujourd’hui perdu et sans doute mal transcrit. En tout cas, C serait une initiale de prénom. Seule l’inscription de Lagoaça (Freixo de Espada à Cinta, Bragance)19 pourrait fournir la possibilité de développer C en C(onservatori), puisque la lettre intervient sur la même ligne que IOM. On pourrait joindre à ce texte deux autres inscriptions portugaises : Tune à Carviçais20, une autre à Sabrosa do Douro21.

  • 22 AE, 1968, 229.

16La seconde possibilité envisagerait de comprendre C(ustodi). Or l’inscription d’Astorga (Asturica)22 présente Custodi en toutes lettres sur une seule ligne ; donc développer C en Custodi serait bien hasardeux, d’autant que le contexte de l’inscription nous contraint d’y voir un culte officiel et capitolin.

  • 23 CIL II, 4079 = RIT, 33.

17Le même raisonnement nous conduit à abandonner une troisième possibilité, où C serait l’initiale de Capitolino, car l’inscription de Tarragone23 offre l’épithète complète, sans abréviation.

  • 24 AE, 1973, 305.
  • 25 Actas del II Seminario de Arqueologίa del Noroeste, p. 172, 173 ; AE, 1928, 162.
  • 26 CIL II 2850 et AE, 1976, 321.
  • 27 CIL II, 2399 = EE, VIII, 107 = EE, IX, 98 = 1647 = ILER, 47.
  • 28 Fouilles de Conimbriga II, no 10.
  • 29 Ibid., no 3.

18Ainsi, jusqu’à présent, la statistique nous invite à opter pour un Jupiter Optimus Maximus Conservator. Toutefois, puisque nous sommes à Conimbriga, comment ne pas penser à un Jupiter Optimus Maximus Conimbrigensis, faisant de Jupiter un dieu tutélaire de la cité ? Nombreux sont les exemples où IOM est lié au processus de municipalisation, tel IOM Municipalis à Chaves24. Les communautés semi-urbaines – centuries ou castella25 – font aussi des dédicaces à IOM, qui joue un rôle fédérateur avant le développement des villes à l’époque flavienne. Certaines dédicaces26 ont été également retrouvées dans les temples des castros ou à proximité, comme à São Mamede (Moncorvo), où IOM est associé à la civitas Tranensis27 : on y retrouve le rôle joué par Jupiter, protecteur de la cité. À Conimbriga, sur un autel d’époque flavienne28, sont exaltés les Lares de Flavia Conimbriga : la population du jeune municipe ressent le lancinant besoin de faire appel à leur tutelle, tout comme un cavalier de la IIIe cohorte des Lusitaniens29 s’est acquitté d’un vœu aux Diis Deabusque Conimbric(ensibus ou ensium). Les divinités protègent la communauté humaine habitant l’oppidum de Conimbriga, et le lieu lui-même ; sous leur anonymat, elles rassemblent toutes les forces divines qui peuvent concourir à leur protection. Elles englobent les divinités indigènes en train de se romaniser et sans doute aussi celles du panthéon romain. Pourquoi, dans ces conditions, ne pas comprendre le nouveau texte de Conimbriga comme s’adressant à un Jupiter Optimus Maximus Conimbrigensis, d’autant qu’il émane d’un indigène à l’onomastique typiquement lusitanienne ? Avouons cependant nos hésitations. Conimbricenses qualifie en toutes lettres les Dii et les Deae, et de plus à une époque certainement antérieure à notre nouveau document.

19Dans ces conditions nous ne pouvons qu’avouer la belle incertitude du développement des sigles. Les deux développements trahissent en tout cas la même spiritualité, celle de l’invocation d’une protection, l’une relevant d’une forme plus romaine, conservatori, l’autre, conimbricensi, accentuant le caractère indigène qui s’imposerait avec l’onomastique du dédicant et celle de son père. L’interpretatio romana se ferait alors moins brutale que dans le premier cas et ménagerait sous les Flaviens les transitions vers une totale romanisation.

Notes

1 Voir R. Étienne, À propos d’une inscription retrouvée de Conimbriga, dans Conimbriga, XXI, 1990, p. 129-136.

2 On pourrait aussi bien penser à p(ia) f(ide) s(olvit) : s’est acquitté de son vœu dans un pieux acte de foi.

3 Fouilles de Conimbriga, II, p. 215.

4 Ibid., II, no 6, 9 (nouvelle datation dans l’article signalé à la n. 1), 10.

5 Ibid., II, no 61.

6 Ibid., II, graffite 415.

7 Ibid., II, appendice I, p. 47-48 = AE, 1969-1970, 248, inscription de Mortágua.

8 J. Untermann, Elementos de un atlas antroponίmico de la Hispania antigua (Bibliotheca Praehistorica Hispana, VII), carte 74, p. 171.

9 Id., ibid., cartographie (carte 76) Tongeta, p. 174 caractérisant l’aire lusitanienne.

10 A. Tranoy, La Galice romaine. Recherches sur le nord-ouest de ta Péninsule ibérique dans l’Antiquité (Publications du Centre Pierre Paris, 7), Paris, 1981, p. 368 (= Tranoy. Galice romaine).

11 L’abréviation ne se rencontre ni dans la liste donnée par R. Cagnat, Cours d’épigraphie latine 4, Paris, 1914, ni dans les indices des ILS.

12 La formule banale v.s.l.m. se rencontre dans Fouilles de Conimbriga II, no 3, 21 ; v.s. dans no 20 ; v.s.l.me. dans Appendice I, p. 47-48.

13 P. Le Roux et A. Tranoy, Rome et les indigènes dans le Nord-Ouest de la Péninsule ibérique. Problèmes d’épigraphie et d’histoire, dans MCV, IX, 1973, p. 177-231, surtout p. 218-220 ; Tranoy, Galice romaine, p. 315-321.

14 Je remercie Ph. Péaud, qui prépare une thèse sur Jupiter dans la Péninsule Ibérique, sous la direction d’A. Tranoy, de tous ses renseignements tirés de son fichier informatisé selon le programme PETRAE.

15 Comme par exemple dans IRPL, 4, où Conservatori occupe deux lignes de l’inscription.

16 AE, 1924, 11 :AE, 1976,321.

17 IRG, IV, 114.

18 CIL II, 2850.

19 TAE, 1977, p. 167-175.

20 AP, VIII, 1903, p. 156.

21 AE, 1985, 574.

22 AE, 1968, 229.

23 CIL II, 4079 = RIT, 33.

24 AE, 1973, 305.

25 Actas del II Seminario de Arqueologίa del Noroeste, p. 172, 173 ; AE, 1928, 162.

26 CIL II 2850 et AE, 1976, 321.

27 CIL II, 2399 = EE, VIII, 107 = EE, IX, 98 = 1647 = ILER, 47.

28 Fouilles de Conimbriga II, no 10.

29 Ibid., no 3.

Table des illustrations

Légende Fig. 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search