Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

3e partie. Épigraphe

À propos d’une inscription retrouvée de Conimbriga

Note de l’éditeur

Extrait de la revue Conimbriga, XXIX, 1990, p. 129-136.

Texte intégral

  • 1 R. Étienne, G. Fabre, P. et M. Lévêque, Épigraphie et sculpture (Fouilles de Conimbriga, II), Paris (...)
  • 2 Nous remercions vivement Adília Alarcão, Directrice du Musée Monographique de Conimbriga, de nous a (...)
  • 3 J. M. Garcia, Da epigrafia votiva de Conimbriga. Observações e novos monumentos, dans Conimbriga, X (...)

1Nous avons publié, G. Fabre et moi-même, en 19761, une inscription L(aribus) Aquitibus, gravée sur un autel alors réputé perdu. Or, la remise en ordre des collections du Musée National d’Archéologie de Lisbonne vient de permettre de le retrouver et donc d’en donner la photographie2. Publié avec diligence par J. M. Garcia3, cet autel mérite, croyons-nous, de retenir notre attention.

I. Le monument (vidi)

Le monument vu de face (fig. 1)

2Sa hauteur totale, soit 187 mm, se décompose en trois parties : un couronnement (54 mm), où l’on distingue un tympan, compris entre deux pulvilli, reposant sur une tablette de 62 mm de large ; une corniche débordant (75 mm) ; la tablette est composée de trois moulures en retrait ; le corps de l’autel lui-même définit un champ épigraphique (98 X 61 mm) ; enfin le socle, fait de trois tablettes en débord l’une sur l’autre (66, 70, 74 mm), repose sur la base proprement dite (80 X 22 mm).

Le monument vu de côté

3La largeur du couronnement est de 32 mm, tandis que celle de la corniche va de 55 à 35 mm ; la largeur du fût de l’autel est de 33 mm, tandis que les tablettes du socle passent de 42 à 58 mm, le socle mesurant 57 mm de largeur.

Le monument vu de dos

4Mêmes dimensions que vu de face, évidemment ; la corniche et le socle y sont présents et les surfaces sont parfaitement lisses : l’autel n’était donc pas adossé à une paroi mais pouvait être vu de tous les côtés.

5La présence d’un fronton entre deux pulvilli suffit à le désigner comme autel et ses petites dimensions permettent de le qualifier d’arula. Il a été taillé dans un calcaire tendre, facile à travailler, aisé à détériorer : le pulvillus de droite (fig. 1) a presque entièrement disparu ; de celui de gauche, seule la partie centrale est conservée. Le tympan est décoré des deux rampants d’un bandeau à stries, la table de la corniche est légèrement épanfrée, tandis que le corps central de l’arula est quasi-intact. La base est la plus abîmée, sur les coins de face et sur la face arrière, moitié droite.

II. Le texte

  • 4 V. Correia, Divindades romanas de Conimbriga, dans Diário de Coimbra, du 24 mai 1943. Réimprimé dan (...)
  • 5 Garcia, Epigrafia votiva, p. 45.

6C’est l’une des originalités du document de nous transmettre une inscription latine en trois lignes, au lieu de la seule ligne signalée par Vergílio Correia en 19434, ce qui confirme bien que l’épigraphie n’a jamais retenu l’attention du savant portugais de façon particulière5.

7Le texte se lit dans un champ épigraphique de 98 X 61 millimètres :

L. AQVITIBVS
G C‛RVF’VS
ALVS

8Ce texte se développe ainsi : L(aribus) Aquitibus /G(aius) C(...) Rufus / A(nimo) L(ibens) V(otum) S(olvit)

9et se traduit : Aux Lares des Eaux, Gaius C(…) Rufus, s’est acquitté de son vœu de bon cœur et volontiers.

10Chacune de ces trois lignes appelle quelques observations.

  • 6 À rapprocher de L(aribus) Turi(brigensibus) : ILER, 680 = CM Cáceres, 208.

11À la ligne 1, le point bien marqué après le L met définitivement un terme à une lecture Laquitibus6. Le S final, malgré l’éclat qui a endommagé la surface de l’autel, est parfaitement visible. Les lignes de guidage ont dû exister, encore que les pieds des lettres ne soient pas parfaitement alignés. La hauteur des lettres est en moyenne de 7 mm, le L initial mesure 7/8 mm, tout comme le B, assez gauchement tracé. On note la tendance des voyelles à être plus petites, le second V déjà et surtout le second I qui n’atteint que 6 mm. Si le A relève d’une écriture actuaire, ainsi que le T et le B, le Q et le premier V représentent de bonnes capitales carrées.

  • 7 Le V n’a pas été restitué comme le laisse entendre Garcia, Epigrafia votiva, p. 48.

12La ligne 2, qui nous donne le nom du dédicant, ne comporte pas de ponctuation alors que les initiales dupraenomen et du nomen auraient pu l’appeler. Le surnom Rufus, dont les trois premières lettres sont ligaturées, est complet, même si l’éclat signalé plus haut a fait disparaître une partie de la gravure d’un petit V7. Les deux premières lettres sont bien dessinées : le G comporte un angle aigu pour l’attachement de la petite haste verticale, le C offre un demi-cercle outrepassé, caractéristique des C du ier siècle de notre ère ; hautes de 7 mm, elles sont égales à la hauteur moyenne des lettres de la première ligne, mais inférieures aux lettres RVF qui atteignent 8/9 mm, tandis que les lettres VS finales ne dépassent guère 6 mm.

13La troisième ligne ne semble pas suivre de ligne de guidage, comme les deux précédentes ; chaque lettre a une dimension particulière : 9 mm pour le A, 6 mm pour les L et V, 12 mm pour le S. Cette irrégularité se retrouve dans une gravure médiocre, comme en témoigne celle du S.

14La mise en page verticale est déséquilibrée : deux lignes à la partie supérieure du fût après un espace vacant de 7 mm, un espace de 4/5 mm entre la ligne 1 et la ligne 2, puis un vide de 31 mm, et enfin le dernier espace, le plus important, atteint 35 mm. Une telle disposition pourrait nous inviter à croire que la formule dédicatoire été gravée à l’avance dans un atelier de Conimbriga. À considérer la mise en page horizontale, on reconnaît que les marges à gauche l’emportent sur celles de droite aux deux premières lignes, tandis que la troisième offre l’image contraire.

  • 8 Fouilles de Conimbriga, II, p. 215-216.

15Ainsi pour juger l’épigraphie de cet autel, nous sommes partagé entre la vision des deux premières lignes, relativement bien équilibrées, et la troisième totalement négligée. Par certains caractères, le monument semble appartenir au dernier quart du ier siècle après Jésus-Christ : on y remarque les tics épigraphiques déjà relevés8 à Conimbriga, les voyelles de plus petite taille et une ligature de trois lettres. Reste toujours une interrogation à propos de la formule finale : la maladresse d’un apprenti inscrivant la même formule sur des monuments préparés ne saurait pourtant jouer le rôle d’un critère chronologique.

III. Le dédicant, la dédicace et la date de l’autel

  • 9 Le prénom G(aius) est relativement rare à Conimbriga : G. Flavius Baeticus (nos 7, 30), G. Valerius (...)

16Il est assez remarquable de voir le dédicant transcrire en entier son surnom, Rufus, alors que le prénom G(aius) et le nom C( ) sont représentés par des initiales ; ce qui est normal pour le prénom9 Test moins pour le nomen. Cette seule initiale prouverait que le dédicant est un homme connu, un notable jouissant des tria nomina et qui pourrait être citoyen. L’autel ayant été trouvé dans le petit atrium de la Maison aux Jets d’eau, autrefois désignée par V. Correia comme le “Palais extramuros”, témoigne d’un acte de religion privée, ce qui explique que le dédicant n’a pas à rappeler sa filiation ou sa tribu.

  • 10 Ibid., p.59, 87.

17Quelle peut être son identité ? Les nomina dont l’initiale est un C, déjà mentionnés par les inscriptions de Conimbriga, appartiennent à la gens Caecilia (no 2), Catellia (no 24), Claudia (nos 26 et 3), Coelia (no 33), Coutia (no 7). Certes, statistiquement, la gens Claudia aurait nos faveurs, encore que l’abréviation de Claudius serait plutôt Cl. Pour Catellius, il intervient en seconde position après Arruntius, les Coelii sont rares, Coutius Lupus représente une souche indigène récente, alors que le propriétaire de la Maison aux Jets d’eau ne saurait être qu’un indigène romanisé de longue date, et nous pourrions dans ces conditions nous rallier à G. Caecilius Rufus. Rufus revient souvent à Conimbriga (nos 31,32, 46, 63, 70) et masquerait une origine indigène10. Il ne saurait s’agir d’un immigrant italien ou d’un de ses descendents directs ; mais le dédicant appartient plutôt à une strate indigène qui s’est profondément acculturée et qui, utilisant un formulaire religieux banal (a.l.v.s.), fait une dédicace aux Lares protecteurs des eaux.

  • 11 Fouilles de Conimbriga, II, index, p. 271.
  • 12 Ibid., no 10, p. 28-30.
  • 13 Rien au ThLL, sauf un nom propre – Aquites – chez Valerius Flaccus, Argonautica, VI, 294-295 : indi (...)
  • 14 CIL III, 1562 = ILS, 3896 en Dacie (Mehadia).
  • 15 Fouilles de Conimbriga, II, p. 28.
  • 16 J. M. Bairrão Oleiro doit la publier très prochainement.

18Le culte des Lares est fort répandu à Conimbriga11 et recouvre en partie des divinités indigènes, tout comme il exalte les dieux protecteurs de la cité12. Il est naturel, encore que ce soit un hapax13, de rencontrer un autel aux Lares des eaux, proche du bassin d’un atriolum privé. De tels Lares sont de la même nature que les divinités anonymes, dii et numina aquarum, que l’on rencontre en Dacie14. La maison, précisément aux Jets d’eau, est mise sous leur protection. G. Caecilius ( ?) Rufus serait donc le propriétaire de la belle demeure, sans doute même le premier propriétaire. En effet, nous devons revenir sur le raisonnement erroné qui nous a conduit à dater de l’époque sévérienne15 notre autel, en invoquant la date du tapis mosaiqué. En réalité, il faut dissocier les mosaïques de la datation de l’autel : le troisième quart du ier siècle conviendrait à celui-ci et s’accorderait davantage avec la datation flavienne de l’état primitif de la maison16.

IV. L’atelier de Conimbriga

  • 17 Fouilles de Conimbriga, II, p. 216-217, où nous avons même envisagé plusieurs officines.
  • 18 Ibid., pl. XXXIV, 4 et 5.
  • 19 Cette classe s’est enrichie encore d’un nouvel autel, découvert dans le mur de la basilique, à l’oc (...)

19Par sa typologie, notre autel entre dans la série des monuments votifs qui sortent de l’atelier de Conimbriga17. En effet, les autels votifs présentant un fronton encadré de deux pulvilli sont au nombre de sept (nos 4, 8, 10, 12, 13, 16, 22) et celui-ci (no 9) complète la série. Ils rejoignent l’autel anépigraphe de même structure, sorti de l’atelier du lapicide local18 et notre autel entre parfaitement dans cette classe de monuments19.

20Le décor du socle est au contraire original ; il est fait de trois tablettes en retrait, dessinant une sorte de pyramide à degrés : lui répond une corniche de même structure, où trois scoties remplacent les éléments verticaux des tablettes du socle. Les officines de Conimbriga variaient donc les éléments du décor, à l’intérieur d’une composition monumentale répétitive.

  • 20 Malgré les réflexions de Garcia, Epigrafia votiva, p. 58, n. 35, je maintiens la lecture SANECIVS p (...)

21Ainsi grâce à cette découverte, l’épigraphie de Conimbriga s’est enrichie du nom d’un dédicant, confondu avec le propriétaire d’une domus à péristyle, qui donne la mesure de la romanisation, de la richesse et du goût du milieu dirigeant de la cité, sous les Flaviens. Il était bon, même si le nomen reste inconnu, de tirer de l’oubli le propriétaire de la Maison aux Jets d’eau et de confirmer nos conclusions anciennes sur l’atelier de Conimbriga20.

Notes

1 R. Étienne, G. Fabre, P. et M. Lévêque, Épigraphie et sculpture (Fouilles de Conimbriga, II), Paris, 1976 (= Fouilles de Conimbriga, II), no 9.

2 Nous remercions vivement Adília Alarcão, Directrice du Musée Monographique de Conimbriga, de nous avoir adressé les trois clichés ici publiés et dûs à Delfim Ferreira.

3 J. M. Garcia, Da epigrafia votiva de Conimbriga. Observações e novos monumentos, dans Conimbriga, XXVI, 1987 (1990), p. 39-59 (= Garcia, Epigrafia votiva).

4 V. Correia, Divindades romanas de Conimbriga, dans Diário de Coimbra, du 24 mai 1943. Réimprimé dans Obras IV. Estudos Arqueolgicos, Coimbra, 1972, p. 327-330, que tout naturellement nous avons repris dans Fouilles de Conimbriga, II, no 9.

5 Garcia, Epigrafia votiva, p. 45.

6 À rapprocher de L(aribus) Turi(brigensibus) : ILER, 680 = CM Cáceres, 208.

7 Le V n’a pas été restitué comme le laisse entendre Garcia, Epigrafia votiva, p. 48.

8 Fouilles de Conimbriga, II, p. 215-216.

9 Le prénom G(aius) est relativement rare à Conimbriga : G. Flavius Baeticus (nos 7, 30), G. Valerius Paetinius Heliodorus (no 14). Sur le C et le G coexistant à Conimbriga, voir Fouilles de Conimbriga II, p. 25.

10 Ibid., p.59, 87.

11 Fouilles de Conimbriga, II, index, p. 271.

12 Ibid., no 10, p. 28-30.

13 Rien au ThLL, sauf un nom propre – Aquites – chez Valerius Flaccus, Argonautica, VI, 294-295 : indigenis sacratus aquis magnique sacerdos Phasidis... Aquites. Il est assez remarquable que ce prêtre du puissant Phasis était consacré à ses eaux indigènes.

14 CIL III, 1562 = ILS, 3896 en Dacie (Mehadia).

15 Fouilles de Conimbriga, II, p. 28.

16 J. M. Bairrão Oleiro doit la publier très prochainement.

17 Fouilles de Conimbriga, II, p. 216-217, où nous avons même envisagé plusieurs officines.

18 Ibid., pl. XXXIV, 4 et 5.

19 Cette classe s’est enrichie encore d’un nouvel autel, découvert dans le mur de la basilique, à l’occasion d’un relevé. Ici le fronton est creusé d’un focus et le monument est nettement plus important que le nôtre : hauteur totale (253 mm). La dédicace, faite par un indigène, s’adresse à I.O.M.C., sur laquelle nous comptons revenir.

20 Malgré les réflexions de Garcia, Epigrafia votiva, p. 58, n. 35, je maintiens la lecture SANECIVS pour le no 3, que nous avons examiné à Freixo de Numão, le 16 mars 1975, avec Françoise Mayet entre autres. Également, contrairement à id., ibid., p. 58, je garde l’interprétation du no 5 comme étant une dédicace à la Fortune, qui pourrait être auguste.

Table des illustrations

Légende Fig. 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search