Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

3e partie. Épigraphe

Un siècle de recherches sur l’épigraphie romaine de la Péninsule Ibérique

Note de l’éditeur

Extrait de Un siècle d’épigraphie classique : aspects de l’œuvre des savants français dans les pays du bassin méditerranéen de 1888 à nos jours (Coll. international du centenaire de L’Année Épigraphique, Paris, 1988), Paris, 1990, p. 101-134 (co-auteur P. Le Roux).

Texte intégral

  • 1 Les archéologues français en Espagne, volontairement ou involontairement, ont participé à la propa (...)

1Le paysage historiographique et scientifique que nous avons à brosser se compose de trois éléments fondamentaux : les épigraphes d’époque romaine, la péninsule Ibérique, c’est-à-dire l’Espagne et le Portugal, les chercheurs français. Ces derniers constituent en apparence le fil rouge. Mais, si l’on veut fournir une image objective et utile, c’est autour des savoirs épigraphiques appliqués à l’Hispanie et à la documentation péninsulaire qu’il convient d’organiser le tableau. De ce point de vue, l’épigraphiste occupe plus justement sa place : il s’inscrit, librement et de manière autonome, dans une histoire épigraphique et scientifique séculaire marquée par des traditions culturelles, par des idéologies et par des préjugés1.

  • 2 P. Le Roux, E. Hübner ou le métier d’épigraphiste, dans Épigraphie hispanique. Problèmes de méthod (...)

2Une question se pose dès le départ : qu’est-ce qu’un épigraphiste et quel peut être son statut au sein d’une science de l’Antiquité romaine ? L’épigraphie a affirmé son autonomie comme discipline de recherche au cours du xixe siècle avec la fabrication du CIL2. L’épigraphiste n’était que l’érudit qui s’efforçait d’étudier méthodiquement les inscriptions en fonction d’une étude quelconque à dominante philologique, archéologique, numismatique, culturelle ou historique. Le métier d’épigraphiste a précédé largement l’épigraphiste de métier. Ce fut certainement la porte ouverte à une spécialisation croissante de la discipline dont la tendance n’a fait que se renforcer depuis. Mais, aujourd’hui même, l’épigraphiste, aussi spécialisé soit-il, ne peut se contenter d’acquérir les outils, de plus en plus élaborés, que réclame un travail épigraphique de plus en plus exigeant. Sa démarche doit continuer à viser la compréhension d’un passé qui ne se découpe pas selon les lignes des disciplines universitaires.

3L’histoire que nous voudrions esquisser dépasse donc les cadres stricts de l’hexagone et de la science épigraphique. On constate d’ailleurs aisément que les chercheurs français qui se sont, peu ou prou, occupés d’inscriptions romaines de la Péninsule les ont abordées dans des contextes très différents : les documents hispaniques ont été étudiés ou pour eux-mêmes ou pour servir à illustrer un propos plus général. Des savants, éloignés de l’épigraphie péninsulaire, ont recensé des inscriptions dans le but de les faire connaître plus facilement. Des chercheurs, étrangers par leurs centres d’intérêt à la Péninsule, ont contribué à faire mieux comprendre l’importance d’un certain nombre de textes : les moins nombreux, enfin, ont été ceux qui ont fait exactement œuvre d’épigraphiste par des prospections dans les musées et dans les provinces pour récolter systématiquement les documents épigraphiques. Les attitudes recensées ont toutes attiré l’attention sur l’intérêt et l’originalité de l’épigraphie hispanique. Elles correspondent jusqu’à un certain point à des évolutions dominantes dans l’histoire de l’épigraphie de la Péninsule que des chercheurs français ont aussi écrite. Leur participation a mis à profit, dans une première étape, les initiatives visant à développer un hispanisme français nourri par une politique de relations suivies avec les intellectuels et les savants de la Péninsule. Depuis environ vingt-cinq ans, on peut dire que s’est produite l’émergence d’une “épigraphie hispanique” autonome, résultat d’un processus lent et continu que les tragiques événements des décennies 30 et 40 n’ont que ralenti sans l’interrompre.

I. Pierre Paris et l’institution d’un hispanisme français : 1888-1931

4Une figure se détache dans le paysage durant cette période, qui est au fond celle des explorateurs et des pionniers : il s’agit de Pierre Paris, âgé de vingt-neuf ans en 1888, premier directeur de l’École des Hautes Études Hispaniques d’où naquit plus tard l’actuelle Casa de Velázquez. Ses premiers pas en Espagne ont coïncidé avec l’essor et le renouveau des études hispaniques : sa mort, survenue en octobre 1931, a suivi de peu la proclamation de la deuxième République qui allait inaugurer une phase douloureuse dans l’histoire contemporaine de l’Espagne. On peut la considérer légitimement comme un point d’arrêt, comme une pause chronologique.

  • 3 J. Marcadé, Célébration du centenaire de la naissance de P. Paris et G. Radet, 10-11 mars 1961, Bo (...)
  • 4 BH, IX, 1907, p. 407.
  • 5 Ibid. : il s’agit de Toulouse, Bordeaux, Montpellier et Paris.
  • 6 C’est le titre même de l’article de P. Imbart de La Tour, BH, 1, 1899, p. 110-122 (Imbart, Entente(...)
  • 7 E. Mérimée, BH, 1,1899, p. 2 : “Depuis quelque temps, il semble qu’on revienne un peu de ce préjug (...)
  • 8 E. Mérimée, ibid. : “On eût dit que, derrière cette barrière des Pyrénées, ‘où commence l’Afrique’ (...)
  • 9 Imbart, Entente, p. 121.
  • 10 BH, I, 1899, p. 1-2.

5Quand, en 1887, P. Paris effectua un voyage touristique en Andalousie, il y avait tout juste un an qu’à l’instigation d’Ernest Mérimée avait été créée à Toulouse la première chaire de langue et de littérature espagnoles3. Lorsque le Pr. Martinenche de Montpellier se vit confier la maîtrise de conférences nouvellement instituée à la Sorbonne4 cela portait à quatre le nombre des enseignements universitaires consacrés à la langue espagnole dans tout le pays5. Ces événements circonscrivent une période d’efforts incessants pour parvenir à “une entente intellectuelle avec l’Espagne”6. Celle-ci a rendu possible la création d’un centre de recherche français à Madrid : l’École des Hautes Études hispaniques. Il fallait, en effet, vaincre les préjugés7. Pour les intellectuels français, en grande majorité, l’Espagne était un pays en retard, une sorte de bastion avancé de l’Afrique (coloniale) au sud de l’Europe8. La langue, peu étudiée, ajoutait un obstacle important alors qu’il s’agissait d’échanges culturels et de communication9. E. Mérimée, lors de la publication du numéro un du Bulletin hispanique, devenu revue autonome, ne cachait pas les difficultés profondes de la tâche pour parvenir à des relations dignes de ce nom avec la Péninsule : “Qu’il y ait encore beaucoup à faire pour établir entre l’Espagne et la France des communications intellectuelles plus rapides et plus commodes, ceux-là en conviendront sans peine qui, par devoir ou par goût, ont eu à se préoccuper de ce qui se faisait, de l’autre côté des Pyrénées. Nous ne saurions sur ce point nous faire d’illusion : nul autre peuple n’a été jusqu’ici plus ignorant que nous du développement littéraire, artistique ou scientifique de nos voisins du Sud-Ouest. Et pour nous excuser, il ne suffit pas de dire que si nous ignorons ce développement, c’est qu’il n’existe pas : ignotum ergo ignobile. C’est bien moins, en réalité, l’absence ou la médiocrité de la production intellectuelle dans la Péninsule qui explique notre ignorance, que la rareté des moyens d’information, et peut-être aussi certaine paresse qui nous pousse à suivre docilement les routes tracées et les courants établis”10. C’était dire nettement le désintérêt quasi général des Français pour une Péninsule en déclin.

  • 11 Imbart, Entente, p. 118 : “Il appartient à nos Universités de faire cesser cet ostracisme. Elles p (...)
  • 12 Id., ibid., p. 113, n. 2, à propos de M. Menéndez Pelayo.
  • 13 Ibid., p. 111 : “Si l’Espagne n’a pas encore d’enseignement primaire régulièrement organisé, si le (...)
  • 14 Imbart, Entente, p. 113.
  • 15 Ibid., p. 121.
  • 16 Ibid., p. 117.
  • 17 H. Lorin. Les nouvelles tendances de l’instruction publique en Espagne, dans BH, XII, 1910, p. 222 (...)

6Mais les militants de l’hispanisme qu’étaient les maîtres toulousains et bordelais ne se contentaient pas de dénoncer les préjugés : la réflexion d’Imbart de La Tour, largement partagée par ses collègues du Bulletin, invitait à prendre des mesures précises et positives pour renverser la tendance dominante11. Le médiéviste s’appuyait sur l’histoire intellectuelle de l’Espagne depuis 1830 pour faire mesurer l’existence de travaux et d’œuvres de très grande qualité dans tous les domaines de la pensée et des arts, mais aussi pour affirmer l’importance de cette “renaissance de l’érudition espagnole à laquelle nous assistons depuis une vingtaine d’années”12. L’enseignement supérieur espagnol, qui devait tenir le rôle d’interlocuteur privilégié, mais non unique, dans l’esprit des hispanistes français, était décrit comme parfaitement capable de rivaliser avec celui de la France13. Le nouvel esprit scientifique, rationaliste et libéral, avait gagné les élites nationales et avait permis à l’Espagne de prendre “sa place dans le grand travail de critique et d’érudition contemporaines”14. Inévitablement, toutefois, cette reconnaissance pouvait engendrer de nouveaux malentendus car elle n’était pas exempte de justifications ambiguës. La fraternité républicaine qui poussait Imbart à demander que les érudits français ne se contentent pas d’aller “en Espagne pour y recueillir des documents, y trouver des sujets de mémoires ou de thèses”, mais pour chercher à établir “le contact avec la société elle-même”15, s’alliait à un sentiment national très conscient de ses intérêts : “Il faut aller à elle pour lui dire aussi ce que nous sommes, ce que nous valons, ce que nous voulons”. Une telle exhortation faisait en effet écho à des réflexions consacrées à la compétition économique, en particulier avec l’Angleterre et l’Allemagne16. L’Espagne était aussi un enjeu politique et une terre de conquête pacifique : le Portugal était laissé à l’écart17.

  • 18 Imbart, Entente, p. 112.
  • 19 Il était en fait journaliste et avait dû être dépêché sur le théâtre de la guerre de Cuba qui eut (...)
  • 20 Cf. P. Paris, L’Espagne de 1895 et 1897. Journal de voyage (Publications du Centre Pierre Paris, 5 (...)

7Moderne à sa manière, le combat de l’hispanisme accordait une place enviable à l’histoire et à l’Antiquité dans le développement des échanges : “Les recherches sur l’Antiquité, l’histoire sont toujours en honneur. L’archéologie compte des noms célèbres, comme ceux de M. Berlanga, du P. Fita, de M. Mélida. Grâce aux découvertes de ces savants et aux libéralités de M. Cánovas, le Museo arqueolόgico de Madrid est devenu un des plus beaux d’Europe”18. La liste des membres de la société de correspondance hispanique, qui ouvre le Bulletin en 1899, fait apparaître une trentaine de noms, c’est-à-dire une majorité de résidents, surtout espagnols, se dédiant à l’archéologie. Elle révèle une grande diversité professionnelle et reflète une situation dans laquelle l’Université n’exerçait pas, loin de là, de monopole en matière d’érudition, en Espagne comme en France. Les curés de paroisse sont aussi nombreux que les directeurs de musée et on doit joindre un vicaire général et un chanoine. Les archivistes et les professeurs de lycée rivalisent avec les académiciens et les correspondants de l’Académie. C’est à la conjoncture enfin que A. Blázquez doit d’être désigné comme “correspondant de guerre”19. L’échantillon était représentatif et il précise pour nous la figure des interlocuteurs que P. Paris rencontra lors de ses voyages d’étude, qui furent aussi des voyages d’exploration et d’initiation, en 1895 et 189720.

  • 21 Lettre du recteur A. Thamin, BH, XI, 1909, p. 328-333. J.-M. Delaunay, op. cit.. p. 142, n. 182, i (...)

8C’est dans ce contexte que s’était fait jour le projet de création d’un centre de recherche français, susceptible d’attirer de jeunes historiens sur le modèle des écoles d’Athènes et de Rome. Finalement, l’établissement qui ouvrit ses portes le 1er octobre 1909 accueillit cinq pensionnaires de spécialités variées, artistes, historiens et philologues21. La désignation de Pierre Paris, professeur dans la chaire d’archéologie et d’histoire de l’art de la Faculté des Lettres de Bordeaux, parut naturelle et ne provoqua aucune discussion dont nous puissions avoir connaissance.

  • 22 Le modèle des autres écoles archéologiques françaises n’a assurément pas été sans influence : J.-M (...)
  • 23 Marcadé, Célébration, p. 22.
  • 24 Cf. par exemple P. Paris et E. Hübner, Inscriptions latines d’Espagne, dans Ann. Fac. Let. Bordeau (...)
  • 25 BH, XXXV, 1933, p. 157.

9Les hommes comptaient alors plus que les structures. L’histoire scientifique personnelle de P. Paris n’est pas étrangère à la tonalité à dominante archéologique et ibérique des recherches des premières générations de pensionnaires. Le directeur ne pouvait que favoriser la venue de tels spécialistes et sa présence constituait une garantie et un encouragement. Lui-même, ancien athénien et versé dans les travaux d’archéologie et de sculpture grecques22, n’était pas a priori voué à une “hispanisation” rapide. Le choix fut certainement lié au poste bordelais qui agit comme un véritable catalyseur. Dès le voyage de 1895, l’évolution imperceptible mais réelle du visiteur s’explique par la compréhension presque immédiate du vaste champ encore inculte que représentait l’étude de la civilisation des Ibères23. L’helléniste se sentait moins à l’aise avec l’histoire de Rome24 : il n’en comprit pas moins la nécessité de tenter d’attirer aussi des romanistes et de ne pas négliger cette dimension du passé de la Péninsule. Comme l’a bien dit M. Legendre : “Le fondateur, chez Pierre Paris, domine l’érudit”25.

  • 26 Paris, Espagne, p. 14.
  • 27 P. Paris, Essai sur l’art et l’industrie de l’Espagne primitive, Paris, 2 vol., 1903-1904 : l’ouvr (...)
  • 28 Paris, Essai, p. VI.
  • 29 Paris, Essai, p. VII-VIII : les critères stylistiques y sont souvent présentés comme fondamentaux.
  • 30 BH, VIII, 1906, p. 200.
  • 31 Ibid., p. 201.
  • 32 BH, X, 1908, p. 200, qui appartient aux Promenades.

10Dans la décennie qui précéda l’ouverture de l’École, la découverte du passé antique de la Péninsule s’effectua au rythme des investigations tournées vers le monde ibérique. Le Journal de voyage de 1895 et 1897 acquiert, avec le recul, valeur de propédeutique pour les Promenades archéologiques26. L’invention de la Dame d’Elche fut prolongée par une recherche systématique qui aboutit avec la publication, en 1903-1904, de l’Essai sur l’art et l’industrie de l’Espagne primitive27. L’originalité culturelle des peuples préromains de la Péninsule n’était pas à démontrer, mais devait assurément sortir de l’oubli : “Jamais la plus petite place n’est accordée aux Ibères dans les livres des archéologues... Les Ibères, jusqu’à présent, sont comme s’ils n’existaient pas”28. Le savant d’une époque croyait en outre à l’unité des civilisations et refusait les divisions “factices, superficielles et relativement récentes” créées par les sources grecques et romaines et contredites par l’unité profonde des productions artistiques29. Le compte-rendu du tome II des Religiões, du Portugais J. Leite de Vasconcellos, révèle plus nettement encore les fondements méthodologiques du travail historiographique de P. Paris. Malgré sa brièveté, il met en exergue la réflexion critique sous deux formes complémentaires. D’une part, est fait le reproche de ne pas reconnaître que les noms des divinités indigènes ne nous sont connus qu’à travers des sources latines et grecques qui les déforment30 : d’autre part, est dénoncé le recours trop facile à l’analogie avec les religions orientales, grecques et latines pour interpréter le contenu des différents cultes, masquant ainsi “l’originalité de la civilisation indigène dont ils sont l’émanation”31. L’Ibérie n’avait-elle pas succombé victime de la violence romaine qui, à n’en pas douter, l’avait étouffée ? “Les Romains ont brutalement, en Ibérie, imposé leur goût et leur art comme leurs lois et leur administration”32. La méthode comparative, qui mettait face à face les mondes classiques et les mondes périphériques, avait pour utilité de mieux faire ressortir les différences et le génie de chaque peuple.

  • 33 II s’agit de la “Chronique ibéro-romaine” qui parait s’arrêter avec le BH, XXX, 1928, p. 47 et s.
  • 34 Baelo, Bolonia, Tarifa, Cadix : Urso, Osuna, Séville.
  • 35 P. Paris et al., Fouilles de Belo (Bolonia, province de Cadix) (1917-1921), I, Paris, Bibliothèque (...)
  • 36 Sur l’aspect scientifique des recherches à Belo : S. Dardaine, Historique des fouilles (Belo II) ( (...)

11Les chroniques bibliographiques qu’il publiait périodiquement dans le Bulletin hispanique, relayées par celle de R. Lantier à partir de 191633, témoignent qu’au-delà des goûts personnels et des spécialités la tâche prioritaire et fondamentale était constituée par l’inventaire documentaire global. Cherchant à relier archéologiquement la phase ibère et la phase romaine, P. Paris fut conduit à entreprendre la fouille du site de Belo, qui forme une deuxième étape dans son activité scientifique. Le nom même de Baelo, à l’image de ce qui avait été constaté à Urso34, pouvait augurer de l’existence d’un établissement indigène qui avait ensuite donné son nom à ce qui était devenu, croyait-il avec E. Hübner, la colonie romaine de Baelo35. L’espoir fut déçut car la fouille ne révéla pas, ni n’a révélé depuis, la présence d’une occupation ibère ou autre, antérieure à l’établissement romain. Le savant se préoccupa de l’urbanisme et de l’architecture du site et fit effectuer l’exploration systématique de la nécropole pour observer les rites funéraires et essayer d’en percer l’originalité. La démarche de P. Paris était celle d’un archéologue soucieux de tirer le meilleur parti possible d’une documentation muette mais irremplaçable36.

  • 37 Cf. BH, I, 1899, p. 7, et VIII, 1906, p. 305.
  • 38 BH, X, 1908, p. 116.
  • 39 Ch. Dunois, Inscriptions latines d’Espagne, dans BH, III, 3, 1901, p. 209-225 (= Dunois, Inscripti (...)
  • 40 BH, XII, 1910, p. 433.
  • 41 Cf. BH, XI, 1909, p. 332 et 333-362.
  • 42 Paris, Fouilles, p. 8.
  • 43 “Romaniste” s’emploiera dans le sens de spécialiste des époques romaines : il est distingué de “la (...)

12La difficulté majeure était de former un noyau d’archéologues et historiens susceptibles de consacrer une part privilégiée de leurs recherches à la Péninsule. Les raisons n’ont pas à être analysées ici, mais force est de constater que, de son vivant, P. Paris ne semble pas avoir réussi à développer une “équipe” soudée autour de l’École. Avant lui et avant 1909, A. Engel, membre de l’École française de Rome de 1878 à 1880, puis membre de l’École d’Athènes, s’était intéressé à l’étude des sculptures ibériques du Cerro de los Santos et s’était fait remarquer par sa critique du matériel et son aptitude à trier les vrais objets des faux37. Il fut le maître d’œuvre de la campagne de fouille sur le site d’Osuna en 190338. Dès cette époque, P. Paris tente de solliciter l’attention de futurs romains ou de romains pour les orienter vers des recherches péninsulaires. C’est lui qui confie à Ch. Dubois, attiré par l’Italie, la publication d’inscriptions latines qu’il avait lui-même récoltées39 : en 1905, il obtient du directeur de l’École de Rome, Mgr Duchesne, la participation d’E. Albertini à la fouille d’Elche40. Celui-ci fut le premier membre archéologue de l’École des Hautes Études hispaniques avec, pour programme, une recherche sur les monuments d’architecture et de sculpture de l’Espagne romaine41. La liste est ensuite très brève de ceux qui, dans le cadre de l’École, travaillèrent dans la Péninsule : Albertini quitta en 1912 et fut remplacé par Ch. Dugas en 1912-1913, venu d’Athènes : Gabriel Leroux, ancien athénien aussi, avait été membre en même temps qu’Albertini, mais il fut tué en 1915 : en 1913-1914, on recense l’athénien R. Vallois et R. Lantier. La guerre perturba le recrutement et A. Laumonnier dût à son inaptitude au service militaire de venir préparer son séjour à Athènes en Espagne et de participer aux fouilles de Belo42. Entre 1919 et 1931, se succédèrent R. Thouvenot (1925-1929), ancien romain, Jeanne Digard (1928-1930) et Adrien Bruhl, également romain. Tout se passe comme si P. Paris avait voulu faire de Madrid un séjour où viendraient se spécialiser de jeunes savants pré-sélectionnés par une bourse à Athènes et surtout à Rome, plus liée historiquement à la Péninsule. Pourtant, au nombre des membres de Madrid on note peu de spécialistes de Rome : Albertini, Lantier et Thouvenot peuvent être définis comme tels qui ont consacré l’essentiel de leur œuvre scientifique aux mondes provinciaux de l’Empire romain43. Aucun ne s’est vraiment fixé en Espagne.

  • 44 Cf. AE, 1899, p. 25. Il a été donné à l’Université d’Aberdeen (Écosse), le 2 mars 1889, pour l’exa (...)
  • 45 E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, à partir d (...)
  • 46 Cf. p. 131-134, sur la brique de Villafranca de los Barros : sur Hübner et sa disparition, voir Le (...)
  • 47 F. Fita mériterait une monographie. Né en Catalogne, à Arenys del Mar, le 31 décembre 1835, dans u (...)

13Depuis que l’Académie de Berlin avait confié à Th. Mommsen l’organisation et la réalisation du Corpus Inscriptionum Latinarum, l’épigraphie romaine avait acquis une indépendance relative dans le champ des disciplines érudites. Elle était désormais séparée de l’épigraphie grecque au nom d’exigences techniques qu’une époque préoccupée de classifications méthodiques avait l’art d’isoler et de faire valoir. Selon les pays, cependant, l’épigraphie était rattachée à la philologie ou à l’histoire et l’archéologie44 : elle était une science auxiliaire des disciplines plus nobles et avait pour tâche d’éclairer les textes ou, dans une mesure moindre, de faciliter l’étude archéologique proprement dite. En France même, sous la direction de R. Cagnat, l’épigraphie dite “latine” se nourrissait surtout des découvertes effectuées sur les sites, en apparence inépuisables, d’Afrique du Nord et du patrimoine national. Le “recueil” d’Espérandieu, qui faisait une part à l’épigraphie, mettait au premier rang l’archéologie, fédérateur des savoirs sur les civilisations de l’Antiquité45. Dans la Péninsule, l’œuvre d’E. Hübner représentait la référence presque unique et chacun s’efforçait de la développer en la complétant et de l’imiter. Ce n’est pas par hasard que le premier article d’épigraphie édité dans le Bulletin hispanique de 1899 avait pour auteur le savant allemand en personne qui devait, toutefois, disparaître en 190146. En outre, le P. Fita, R. Berlanga ou M. Gόmez Moreno et, au Portugal, J. Leite de Vasconcellos, étaient très actifs et centralisaient les documents que leur communiquaient les érudits ou les inventeurs à charge de les éditer et de les faire connaître : parfois ils prospectaient eux-mêmes les régions d’où ils revenaient rarement bredouilles47.

  • 48 Paris-Hübner, Inscriptions, p. 393 : “Dans un récent voyage en Espagne, où je me suis occupé exclu (...)
  • 49 Cf. BH, VI, 1904, p. 347-350.
  • 50 Dubois. Inscriptions, ci-dessus, n. 39.
  • 51 Par exemple, BH, XIII. 1911, P. 119 et s. et XV, 1913, p. 145 et s.
  • 52 Cf. le jugement porté sur la stèle de Ti. Postumus Victorinus ou sur celle de lulius Severianus pr (...)
  • 53 Paris, Fouilles II, p. 137-140 et J.-N. Bonneville, S. Dardaine, P. Le Roux, Belo V, l’Épigraphie, (...)

14Athénien et rompu à l’histoire de l’art, Pierre Paris, par son attitude, reflète les craintes et les préjugés que suscitait la science épigraphique et particulièrement l’épigraphie latine provinciale. Entre 1895 et 1905, c’est-à-dire à l’époque de sa formation hispanique, il a, au cours de ses études, relevé, photographié, parfois mesuré les inscriptions qu’il avait l’occasion de croiser sur son chemin. Il n’a jamais voulu les éditer lui-même. Il s’en est remis aux autorités reconnues et s’est ainsi contenté de faire publier les résultats proposés par E. Hübner48 et par R. Cagnat49. C’est dans un contexte identique, nous l’avons vu, que Ch. Dubois a été appelé à publier depuis la France des textes que R Paris avait copiés et photographiés et ainsi à s’intéresser momentanément à la Péninsule et à l’Hispanie50. Par la suite, la chronique des “Promenades”51 se borne à recenser, en les triant, les documents notés dans les revues spécialisées, le plus souvent le BRAH et l’Archeόlogo Português52. Enfin, si l’épigraphie du site de Belo fut intégrée à la publication des fouilles, ce fut sans doctrine particulière et sans examen critique approfondi53.

  • 54 Cf. M. Aubert, CRAI, 1941, p. 65-70. Né le 2 octobre 1880, Il était fils d’un professeur de collèg (...)
  • 55 Mélanges Cagnat, Paris, 1912, p. 297-318.
  • 56 AIEC, 1911-1912, p. 323-474.
  • 57 Il relève par exemple, à propos du no 13 = CIL II, 6008, la présence des ligatures à la I. 2, ce q (...)
  • 58 Il s’agit de sa thèse complémentaire : l’ouvrage a été édité sous ce titre à Paris, en 1923 (= Alb (...)
  • 59 Cf. A. Tranoy, La Galice romaine. Recherches sur le nord-ouest de la péninsule Ibérique dans l’Ant (...)
  • 60 Il les attribue à Claude : Albertini, Divisions, p. 54 et s.
  • 61 Tranoy, Galice, p. 147-148.
  • 62 Cf. AE, 1923, p. 102 et 103 : les éditeurs de VAE précisent qu’Albertini maintient l’idée de l’aut (...)
  • 63 On ne le trouve que très rarement cité dans les bibliographies.
  • 64 E. Albertini, Inscriptions d’Espagne, dans MEFR, 37, 1918-1919, p. 309-331.
  • 65 En particulier, s’agissant du journal de voyage en Andalousie et au Portugal de F. Pérez Bayer en  (...)

15Élève de Cagnat, protégé par P. Paris, le premier membre archéologue de l’École des Hautes Études hispaniques, Eugène Albertini, est aussi le plus représentatif d’une première génération d’épi graphistes54. Il travaillait en Espagne quand il prépara, pour les Mélanges en l’honneur de son maître, une étude fondée sur l’épigraphie, intitulée “Les étrangers résidant en Espagne à l’époque romaine”55. Il s’y attachait à vérifier une idée de Hübner sur la présence de la mention de l’origo dans les inscriptions de la Péninsule et soulignait la place décisive des relations administratives, ainsi que l’importance numérique de l’élément africain. Mais ses conclusions s’appuyaient avant tout sur le matériel réuni par le Corpus, critiqué sur quelques points de détail seulement et avec les méthodes utilisées par la philologie pour l’établissement des leçons des manuscrits. Dans le mémoire issu de l’enquête, suggérée à n’en pas douter par P. Paris, inscrite à son programme lors de son séjour à Barcelone comme membre de l’École, il inventoria les inscriptions dans le cadre d’un recensement plus vaste portant sur les “sculptures antiques du conventus Tarraconensis”56. Les monuments épigraphiques, repérés pour l’essentiel dans le CIL, ne furent retenus qu’en fonction de leur intérêt sculptural ou de leur relation explicite ou implicite avec une statue. Les corrections de détail furent scrupuleusement notées57. Le texte n’y est cependant utilisé que pour servir à interpréter les représentations sculptées selon des critères esthétiques et culturels. Les Divisions administratives de l’Espagne romaine sont d’une autre nature58. Les informations épigraphiques, souvent uniques et toujours précises, sont ici confrontées avec les témoignages plus flous des textes et leur sont préférées en cas de problème difficile. Sans doute se trompait-il sur la date de la division provinciale augustéenne59 ou sur la date de la création des conventus juridiques60, mais il faisait justice des prétendus diocèses, que certains avaient cru pouvoir déceler chez Strabon61, et contribuait à poser de manière plus claire les questions relatives aux divisions de l’Espagne citérieure au iiie siècle62. La seule publication strictement épigraphique d’E. Albertini sur l’Hispanie est un article, trop peu connu63, sur les “Inscriptions d’Espagne”64. Ce travail attirait pourtant déjà l’attention sur les limites du CIL, qu’il s’agisse du dépouillement des manuscrits ou des pierres conservées65. La publication, fondée sur une récolte personnelle effectuée entre 1909 et 1912, eut probablement le défaut de ne pas proposer toujours des solutions indiscutables. Sa méthode était appelée à un grand avenir.

  • 66 BH, XV, 1913, p. 145.

16Au début des années 30, à l’époque de la mort de Pierre Paris, l’épigraphie romaine de la Péninsule Ibérique apparaissait aux érudits français – mais ce n’était pas le cas des Espagnols et des Portugais – comme une discipline ingrate, susceptible d’intéresser l’historien de Rome, dans la mesure où les documents produits par les régions les plus romanisées des provinces pouvaient contribuer à une meilleure connaissance de la civilisation et des institutions romaines. Les autres zones culturelles ne semblaient devoir attirer que les philologues voués à l’étude aléatoire des langues celtiques ou celtibériques, car leurs monuments frustes et “préhistoriques” ne pouvaient guère provoquer l’enthousiasme pour un art trop primitif66. Les inscriptions n’étaient qu’un élément parmi d’autres de l’inventaire documentaire, régi par les méthodes enseignées, par la science archéologique, soucieuse de proposer une hiérarchie des objets selon leurs qualités esthétiques et selon leur valeur historique, dans le but de définir des styles et de les comparer aux formes classiques considérées comme les plus élaborées.

17À l’inverse, la science épigraphique apparaissait à beaucoup comme une technique exigeante mais sans unité. À ce titre, elle semblait échapper à des critères aisément assimilables et requérir une rigueur de spécialiste, paradoxale puisqu’elle risquait de détourner l’érudit de l’objet essentiel de ses études, l’histoire des civilisations. De toute manière, il fallait accorder la priorité aux inscriptions pouvant être datées, les titulatures impériales, les bornes milliaires, les carrières des grands personnages, les documents militaires. Mais la majorité des textes était de type votif ou funéraire et, même quand on en apercevait l’originalité et la richesse, leur utilisation était réduite, faute d’instruments critiques adaptés et efficaces.

18Les datations soulevaient des problèmes insurmontables en l’absence de repères sûrs. Le parti qu’offrait l’onomastique humaine et divine se limitait à la recherche des influences culturelles que les données linguistiques, plus ou moins fiables, permettaient de reconnaître. La dimension géographique régionale n’était qu’insuffisamment prise en considération, sans doute par attachement à l’idée de l’unité de la culture latine.

  • 67 Cirot, Chronique universitaire, BH. 1,1899, p. 260 : “Il faut dire aussi que les Espagnols ne s’oc (...)
  • 68 Cf. n. 54 : E. Albertini a remplacé J. Carcopino comme professeur à Alger et comme directeur des A (...)

19Tiraillée entre diverses sollicitations, l’épigraphie ne parvenait pas à se laisser définir comme une spécialité, ni au sein de l’archéologie, ni au sein de la philologie, ni au sein de l’histoire. Mais les générations d’hispanistes qui s’étaient succédé autour de Pierre Paris, en partie sous sa direction, en partie sous l’influence des savants espagnols et portugais qui ne s’intéressaient qu’à leurs antiquités nationales67, avaient privilégié, à travers l’approche archéologique et stylistique, la dimension provinciale qui allait s’avérer la plus féconde pour sortir de l’inventaire et passer à la phase des analyses proprement épigraphiques. On doit noter, cependant, qu’E. Albertini et R. Lantier avaient, au début des années 30, délaissé depuis quelque temps déjà la Péninsule pour l’Afrique du Nord où, par l’intermédiaire de l’École de Rome, se dirigeaient les jeunes archéologues et historiens français68. Mais la nécessité de recourir aux études épigraphiques et d’en asseoir toujours plus solidement les méthodes n’avait pas cessé de se faire sentir en posant la question des rapports entre la civilisation conquérante et les civilisations conquises, comme avait cheminé en sous-main l’idée que l’épigraphie pouvait être mieux employée.

II. La critique d’E. Hübner : J. Mallon et R. Étienne (1931-1964)

  • 69 Un décret-loi royal du 19 mai 1928 réorganisait les études d’histoire et instituait l’obligation p (...)
  • 70 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR, 191), Pari (...)

20La situation politique a pesé fortement sur le destin de l’hispanisme français durant ces trente-cinq années : elle a plus encore retardé l’éclosion des germes que les générations précédentes avaient patiemment semés. La guerre civile, la victoire du franquisme et son impact idéologique, l’isolement européen des dictatures ibériques, après la deuxième guerre mondiale, ont introduit une coupure à un moment où l’Afrique du Nord offrait des richesses incomparables, suffisantes pour occuper les bonnes volontés. Ignorant le plus souvent les clivages politiques, la recherche se développait dans un climat de révision active des méthodes historiographiques. Dans la Péninsule Ibérique même, la réforme universitaire de 192869, qui avait institué des enseignements officiels en épigraphie et numismatique, ne put faire sentir ses effets qu’à partir des années 1940-1945. L’après-guerre fut ainsi marquée par un renouveau de l’érudition que traduisirent le foisonnement des revues, des études locales, et l’apparition des premiers recueils régionaux d’inscriptions70. L’Université jouait un rôle croissant, mais en Espagne et, dans une moindre mesure, au Portugal, les conservateurs de musées, associés d’une façon ou d’une autre aux érudits locaux, continuaient à avoir une place déterminante. Le curé de paroisse ou l’ecclésiastique lié pour des raisons personnelles ou religieuses au clergé rural restaient des relais indispensables à la circulation convenable de l’information.

  • 71 A. Vieira da Silva, Epigrafia de Olisipo, Lisbonne, 1944. Les IRG datent pour le premier volume de (...)
  • 72 Cf. aussi les remarques de F. Arias Vilas et alii, Inscriptions romaines de la province de Lugo (P (...)

21Le recueil d’A. Vieira da Silva sur Olisipo (Lisbonne) et les inscriptions de Galice71 reposent sur des conceptions du travail épigraphique adaptées aux améliorations du siècle (électrification, transport automobile, appareils photographiques), mais toujours identiques à celles qui avaient été établies pour le CIL72. Les renseignements sur le lieu et les circonstances de la découverte, la description du support y sont limités au strict minimum et le texte, reproduit d’après un calque dans les IRG, ne donnait lieu à aucune analyse critique approfondie ni à un commentaire historique. En particulier, les problèmes soulevés par une épigraphie sur granit, souvent retouchée, voire regravée au moment de la tentative de déchiffrement, dans le but de rendre le texte plus lisible mais pas nécessairement plus compréhensible, ne sont pour ainsi dire jamais évoqués. L’autorité de Hübner paraît être une garantie suffisante quand le document est déjà enregistré au Corpus ou dans les EE. Le dessein était surtout de faire connaître le plus grand nombre possible d’inscriptions liées à une région et d’enrichir la liste de textes déjà publiés sans pourtant recourir à une prospection systématique sur le terrain. La reproduction objective du texte, c’est-à-dire une lecture brute, préalable à toute interprétation quelle qu’elle fût, restait la règle, en dépit des difficultés de toute sorte auxquelles elle exposait. Il valait mieux avouer son ignorance devant l’étrangeté d’un nom ou d’une formule qui ne pouvait surprendre que ceux qui ne voulaient pas accorder assez d’importance à la dimension indigène du contexte culturel qui avait produit l’inscription.

  • 73 Le discours, fondé sur une recherche en vue de l’obtention du doctorat, fut rapidement publié : “E (...)
  • 74 Navascuès, Concepto, p. 24 : “Mas entre tanta y tan magistral epigrafía se echa de menos el objeto (...)
  • 75 Ibid., p. 24-26.
  • 76 Ibid., p. 32-33.
  • 77 Ibid., p. 63.
  • 78 J. M. Navascuès, Caracteres externos de las antiguas inscripciones salmantinas. Los epitafos de la (...)

22Le 18 janvier 1953, J. M. Navascuès lisait publiquement son discours de réception à l’Académie de l’Histoire, intitulé : “El concepto de la epigrafía. Consideraciones sobre la necesidad de su ampliacion”73. Sa réflexion était un bilan de vingt années de fréquentations épigraphiques : elle le conduisait à affirmer très tranquillement que l’épigraphie avait, à ce jour, manqué son objet en ne s’intéressant pas comme il convenait au monument74. La critique visait directement l’œuvre de Hübner75 : elle faisait écho aux discussions qui avaient animé le IIe Congrès international à Paris l’année précédente76. Joignant l’exemple à la critique, J. M. Navascuès développait une analyse raisonnée de soixante-quatorze inscriptions de la colonie d’Augusta Emerita (Mérida), capitale de la province romaine de Lusitanie. Aux observations méthodiquement tirées de l’écriture et de la forme des lettres, des abréviations, de la ponctuation, il ajoutait une étude minutieuse de la décoration, des symboles, des matériaux et de la forme des supports. La chronologie cessait d’être un problème insurmontable malgré l’absence de dates précises inscrites et la compréhension même du texte, mieux établi, gagnait en netteté et en épaisseur77. L’inscription funéraire, largement majoritaire dans n’importe laquelle des séries régionales, acquérait l’importance documentaire que lui conférait la statistique. L’épigraphie se voyait proposer une méthode critique adaptée à ses caractéristiques essentielles, particulièrement efficace pour éviter les erreurs et les doublets. Dix années plus tard, J. M. Navascuès offrait un nouvel exemple de la valeur de la méthode avec l’étude des caractères externes des épitaphes de la région de Salamanque78.

  • 79 J. Mallon, Los bronces de Osuna. Ensayo sobre la presentaciόn material de la “lex coloniae Genetiv (...)
  • 80 J. Mallon, L’épitaphe de Rogata, dans Emerita, XV, 1947, p. 87-122.
  • 81 BRAH, XXXVIII, 1901, no 6, p. 474-479 = Diehl, ILCV, 2794.
  • 82 J. Mallon, Filumene Asiana, dans AEA, 71, 1948, p. 110-143.

23L’académicien espagnol connaissait bien J. Mallon et ses travaux. Celui-ci n’était pas directement lié avec l’École des Hautes Études hispaniques. Il témoigne surtout des difficultés auxquelles pouvaient s’exposer les érudits et les savants en des temps très troublés et incertains et rappelle que, comme au début du siècle, l’histoire scientifique s’écrivait davantage à la faveur d’initiatives individuelles que dans le cadre d’institutions définies. Les circonstances ont donc voulu que l’épigraphie hispanique ait servi de champ privilégié, pour ne pas dire de laboratoire, aux idées de celui qui était archiviste-paléographe de formation et, à ce titre, tourné vers les problèmes d’histoire de l’écriture. Dès 1944, il corrigeait la reconstruction proposée par Hübner pour la disposition matérielle des chapitres de la loi d’Urso par le simple rapprochement des deux fragments A et B79. L’épitaphe chrétienne de Rogata, sur marbre, provenant de Castro Marim au Portugal, fut l’occasion d’analyses paléographiques approfondies qui remettaient en question la méthode suivie dans les Exempla de Hübner80. L’affirmation répétée du principe de la liaison étroite entre le texte et la matière trouva une illustration exemplaire avec la révision de la brique d’Aceuchal (Badajoz)81 : l’épitaphe chrétienne de Filumene Asiana n’était en réalité qu’un vers de l’Enéide82.

  • 83 J. Mallon et T. Marin, Las inscripciones publicadas por el marqués de Monsalud, 1897-1908, estudio (...)

24La période hispanique de J. Mallon déboucha sur deux études fondamentales consacrées à la collection épigraphique du marquis de Monsalud et à la paléographie romaine. Le travail de critique épigraphique impitoyable, visant à promouvoir une méthode d’édition des inscriptions parfaitement adaptée à son objet, démontra la nouveauté et la fermeté de la démarche en débusquant le faussaire derrière le marquis académicien83. Beaucoup plus que par l’étude de la psychologie de Monsalud, la recherche s’imposait par la mise en évidence des mécanismes qui avaient présidé à la constitution de la collection et à la fixation d’une chronologie où l’année 1905 était une date-charnière. J. Mallon tirait toutes les conséquences de cette conclusion et montrait clairement les effets néfastes d’une utilisation sans méfiance des documents : une inscription d’Osuna, complète à l’origine puis fragmentée, s’était ainsi transformée en trois textes distincts. C’était l’occasion de souligner une nouvelle fois la nécessité pour l’épigraphiste de commencer son travail par l’examen des caractéristiques archéologiques et paléographiques des inscriptions. La notion de faux elle-même sortait enrichie de ce voyage au cœur du Palais de Almendralejo, par l’attention accordée à la provenance des pièces et par la démonstration que les pièces fabriquées empruntaient leur contenu à des documents originaux d’authenticité non douteuse.

  • 84 Susini, Lapicida, p. 8.

25La Paléographie romaine de 1952, comme l’a rappelé G. Susini84, dépassait le cadre de l’épigraphie provinciale et instituait les principes fondamentaux d’une conception transformée de l’étude des inscriptions : elle ouvrait la voie à la notion désormais classique d’“erreur du lapicide”. Renversant l’ordre historique des écritures, il dépouillait la capitale de sa fonction d’écriture mère et donnait à l’écriture commune le rôle principal : c’est elle qui expliquait les évolutions remarquables révélées par les ductus, les angles d’écriture, les modules et les poids. L’observation minutieuse et raisonnée de ces phénomènes suscita un renouvellement de la compréhension des différentes opérations nécessaires à la fabrication d’une inscription à partir du texte écrit en cursive que l’ordinator devait transposer en capitale. J. Malion clarifiait et rendait palpable ce que le paléographe apportait à l’étude épigraphique, malgré une tendance à rendre son point de vue exclusif. En outre, l’aspect matériel prenait trop systématiquement le pas sur la dimension culturelle d’une faute reconnue. Mais, associé à J. M. Navascuès, il ne pouvait qu’inciter l’épigraphiste à modifier son regard pour appréhender le monument dans sa totalité.

  • 85 R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique (BÉFAR, 149), Paris, 1940.
  • 86 Cf. R. Étienne, Culte, ci-dessus n. 70.

26L’épigraphie avait ainsi tendance à se spécialiser ou invitait en tout cas à faire plus attention à ses traits spécifiques, sans pour autant faire perdre de vue qu’elle devait contribuer à la compréhension du passé, à l’histoire. Les données philologiques et documentaires d’un texte épigraphique orientaient son étude vers la langue latine et la civilisation romaine : le support et ses caractères esthétiques ou stylistiques en faisaient le témoin d’histoires régionales et provinciales particulières, tributaires des formes d’organisation sociale existantes : l’analyse paléographique pouvait se poser en trait d’union. On en revenait à la nécessaire confrontation entre l’épigraphie et les épigraphies provinciales qui, du point de vue de l’historien, témoignait de ce que la première ne pouvait être, au fond, que la somme des secondes. Les érudits français avaient un peu délaissé la Péninsule Ibérique : ils n’avaient pas oublié les démonstrations passées sur la nécessité de prendre en compte les mondes conquis et périphériques. Mais cette attitude demeurait celle des chercheurs qui, d’une manière ou d’une autre, accordaient une place importante à l’archéologie dans leurs travaux. La première monographie provinciale sur la Péninsule fut l’œuvre de R. Thouvenot avec son Essai sur la province romaine de Bétique85 : l’épigraphie n’y était intégrée que mécaniquement, pour compléter éventuellement les silences des autres sources d’information : les inscriptions n’y faisaient l’objet d’aucune analyse critique préliminaire pas plus que les publications épigraphiques. On mesure bien ainsi l’évolution survenue au cours de cette deuxième période quand on compare cet ouvrage et celui de R. Étienne qui, sans doute, se situait dans l’ensemble du cadre péninsulaire, mais bâtissait son histoire du “Culte impérial” en majorité à l’aide de tableaux statistiques issus de l’épigraphie86. Élaborant sa problématique d’historien sur la base d’une démarche archéologique, il posait la question de l’originalité hispanique du culte de l’empereur et demandait à un examen critique du matériel épigraphique l’établissement des étapes principales de l’évolution religieuse.

  • 87 Dion, LIII, 20.
  • 88 R. Étienne, Les amphores du Testaccio au iiie siècle, dans MEFR, LXI, 1949, p. 151-181.
  • 89 On se contentera ici de mentionner la synthèse de J. Carcopino, Le Maroc antique, Paris, 1948. La (...)

27R. Étienne renouait avec une tradition d’intérêt pour les choses de la Péninsule, présente depuis Pierre Paris chez certains membres de l’École de Rome et, plus anciennement, d’Athènes. Travaillant sous la direction d’un spécialiste de l’histoire du christianisme antique, J. Zeiller, il avait tenté d’élucider le texte de Dion Cassius sur la fameuse devotio iberica87. L’orientation hispanique de ses études se confirma avec l’article de Rome sur le dossier des amphores du Testaccio centré sur les échanges entre T Urbs et la province de Bétique à l’époque des Sévères88. À l’occasion des fouilles à Volubilis, les problèmes de la Tingitane ne pouvaient que contribuer à attirer davantage l’attention sur les relations de cette province, située au sud du détroit de Gibraltar, avec le sud de la Péninsule Ibérique, d’autant que le problème des révoltes des Maures suscitait un intérêt croissant bien compréhensible au cours des années 5089. On accordera enfin une certaine importance à l’esprit d’ouverture de savants espagnols comme J. M. Navascuès et surtout A. Garcia y Bellido, qui dominait par ses activités et ses travaux l’étude de l’histoire ancienne de la Péninsule, mais savait aussi encourager tous ceux qui manifestaient le désir de s’y intéresser.

  • 90 Étienne, Culte, p. 7-10.
  • 91 Il enseigne à l’Université de Bordeaux à partir de 1949, au sortir de l’École française de Rome.

28Le bilan de 1958 sur les inscriptions, à la faveur de l’inventaire des sources pouvant servir à l’histoire du culte impérial, en introduction de l’ouvrage, frappe par sa présentation en forme de programme90. Une critique rigoureuse, à l’aune des leçons du congrès de 1952, concerne tout d’abord la situation insuffisamment ordonnée des publications épigraphiques : mais “la nécessité d’une révision générale” est clairement affirmée. Par là, Robert Étienne entendait une relecture directe des documents édités au CIL ou par le P. Fita et un inventaire des pertes, des nouveautés et des problèmes posés par les épigraphies régionales. L’expérience de J. Mallon et T. Marin, acquise par l’étude de la collection de Monsalud, y était définie comme la meilleure preuve du caractère indispensable de cette révision. Toutefois, l’accent était mis sur l’interprétation du texte. La préoccupation reflétée était celle d’un historien sensible aussi, nous l’avons dit, aux méthodes de l’archéologie et persuadé qu’en l’absence de prospections systématiques, les collections épigraphiques de la Péninsule étaient privées de nombreuses richesses qui ne demandaient qu’à être exploitées. Tourné aussi vers une histoire statistique qui se construisait dans le sillage d’une histoire économique de plus en plus dominante et confortée par la méthode sérielle, il s’en tenait à un constat plus théorique que pratique et hésitait encore à se laisser porter par les traditions universitaires de l’hispanisme bordelais dont il était devenu l’héritier91.

  • 92 Les empereurs romains d’Espagne (Madrid-Italica, 31 mars-6 avril 1964) (colloques internationaux d (...)

29En 1964, il organisa à Madrid le colloque sur “Les empereurs romains d’Espagne”92, dans la Casa de Velázquez récemment construite et qui venait d’accueillir, après une longue interruption, un membre archéologue. La même année également eurent lieu les premières fouilles franco-portugaises à Conimbriga (Condeixa-a-Velha, Coimbra). L’évolution sociale et économique était désormais favorable à la mise en place de programmes étendus à l’ensemble de la Péninsule et le Portugal, cette fois, n’était pas oublié.

III. La casa de Velázquez, le centre Pierre Paris ou l’épigraphie programmée (1964-1988)

  • 93 Cf. Delaunay, Palais (sous presse).

30S’il s’agit de définir d’un trait la tonalité dominante de cette dernière phase, c’est le terme d’accélération qui s’impose. Les recherches et les études portant sur l’Antiquité se multiplient : les solutions administratives, émanant de l’Éducation nationale ou du CNRS, tentent de s’adapter au mouvement et à sa progression dans une période marquée par le progrès économique et une relative prospérité. De profondes transformations se font, en effet, jour dans le domaine politique, économique, social, scientifique et technique. La conjoncture favorise ainsi l’abaissement de certaines barrières dans lesquelles se trouvait enfermée l’Espagne franquiste et les nombreux touristes français, surtout préoccupés par le soleil, y ont participé, sans toujours le vouloir. Dans cette atmosphère “libérale” des années 60 et du début des années 70, les relations franco-espagnoles connaissent, malgré tout, des orages dont le plus violent est assurément celui qui, en 1970, marque le procès de Burgos dans le cadre du problème basque93. Par la suite, malgré une certaine détente, la question n’a jamais cessé de peser jusqu’à très récemment comme une ombre difficile à chasser. Dans les échanges culturels et intellectuels, cet état de fait n’a pas été sans conséquences : il n’a pas ralenti l’élan d’activité et de collaboration accrue.

  • 94 Ce fait a été enregistré par la récente loi universitaire de 1984.
  • 95 Pour sa nécrologie, cf. J. Pabόn, dans BRAH, CLXIX, 3, p. 467-473.

31La Péninsule des années 1964-1988, particulièrement l’Espagne, a partout été le théâtre d’une transformation nouvelle de ses paysages ruraux et urbains. Le remembrement des terres, accompagné par l’exode rural, les vastes programmes routiers et l’explosion des constructions et aménagements des villes en ont été les moteurs. Ils ont involontairement provoqué la mise en œuvre d’un vaste chantier archéologique qui se traduit par des découvertes fortuites nombreuses, bientôt relayées par les prospections et recherches d’équipes d’archéologues, mieux structurées et formées au contact des Universités. Un réseau serré de publications, de revues, de colloques et congrès s’est alors développé en direction d’un public lui-même élargi. Dans les Facultés des Lettres, l’histoire ancienne a peu à peu acquis droit de cité comme spécialité d’enseignement à côté de l’archéologie et de la philologie classiques94. De ce point de vue, en termes de génération, la disparition du savant de stature européenne que fut Antonio Garcia y Bellido, en septembre 1972, symbolise la fin d’une époque95.

32La Casa de Velázquez recréée a suivi l’évolution générale. Les années 1965-1985 ont vu naître et grandir les “Mélanges”, ont vu croître le lot sans cesse alimenté des membres “archéologues” de la Section scientifique : d’un en 1963, on passe à trois en 1970 et à quatre en 1972. Ensuite, le nombre varie selon les années entre deux et trois titulaires : aujourd’hui on compte un membre de première année et un membre de deuxième année. Un spécialiste de l’Antiquité siège régulièrement au Conseil scientifique et les “Chroniques” de la fouille sur le chantier réouvert à Belo montrent qu’elle a donné lieu à vingt-deux campagnes annuelles.

  • 96 G. Alföldy, Die römischen Inschriften von Tarraco (Madrider Forschungen, 10), 2 vol., Berlin, 1975
  • 97 Cf. par exemple la chronique bibliographique publiée par le Centre Pierre Paris : Histoire et Arch (...)
  • 98 Cf. son Intervention dans Épigraphie hispanique. Paris, 1984, p. 365-368. Il a lui-même travaillé (...)

33L’émulation entre chercheurs de nationalités différentes y a aussi gagné en intensité scientifique. Avec le support de l’Institut archéologique (DAIM), les antiquaires des Universités allemandes ont repris l’héritage de Hübner et de Wickert. On notera en particulier le rôle de G. Alfôldy, de l’Université de Heidelberg. Conduit à Tarragone par ses recherches prosopographiques en vue de la publication des Fasti Hispanienses, il mit en chantier immédiatement après le corpus des inscriptions de Tarraco, capitale de la province d’Hispania citerior96. L’œuvre bénéficia des encouragements et de la bienveillance attentive de H.-G. Pflaum qui avait mesuré les qualités scientifiques de l’auteur et compris la richesse et la valeur originale d’une documentation trop peu connue hors de la Péninsule. C’est au terme d’une évolution de dix années que le projet de refonte du CIL II put être arrêté à l’initiative conjointe des collègues nationaux d’Espagne et du Portugal. Le projet, patronné par l’Académie de Berlin, a défini des secteurs géographiques placés sous la direction de responsables libres de définir la liste de leurs collaborateurs. Ainsi, dans toutes les régions de la Péninsule, les équipes épigraphiques archivent, prospectent, recensent les matériaux. Chacun peut constater que depuis lors s’est produit un enrichissement considérable du nombre des textes, de même qu’un accroissement du “poids” épigraphique de la Péninsule. Le principe de ne retenir que des inscriptions déjà publiées au moment de la rédaction du nouveau corpus explique aussi la multiplication des articles de revue consacrés à l’épigraphie, comme la dynamique ainsi créée rend compte de l’essor incontestable des recueils régionaux97. Il convient enfin de souligner le rôle décisif joué par notre collègue, A. U. Stylow de Munich, qui poursuit en Allemagne la tâche de coordination commencée lors de son séjour à Madrid entre 1981 et 198698.

34La conjoncture scientifique est donc plutôt favorable, et nombreux et divers sont aujourd’hui les centres qui œuvrent pour une meilleure connaissance et diffusion du matériel épigraphique hispanique, en Espagne et au Portugal aussi bien qu’en France et en Allemagne. Au sein de cette variété, qui n’exclut évidemment pas le souci commun d’une rigueur scientifique toujours améliorée, chacun apporte des nuances et des centres d’intérêt particuliers au diapason de ses traditions intellectuelles et culturelles, de ses goûts personnels. Toute la “gamme” se trouve ainsi représentée depuis l’approche technique et érudite de l’inscription jusqu’à l’approche globale tournée vers l’interprétation historique au sens large. Dans tous les cas, l’étude archéologique est aujourd’hui jugée indispensable par tous, qu’il s’agisse de faire comprendre le texte dans sa dimension matérielle ou qu’il s’agisse de demander à l’épigraphie d’éclairer de nouveaux champs de l’histoire culturelle et sociale. Il faut d’ailleurs souligner le travail actif et solide de nos collègues péninsulaires qui ne se sont jamais départis de l’idée fondamentale que l’épigraphie n’était qu’un élément du contexte documentaire des histoires régionales, sans lesquelles il ne saurait y avoir de véritable histoire générale. Durant cette grande mutation, trop rapidement évoquée, les épigraphistes français du champ hispanique ont cherché à contribuer à la progression des méthodes et à leur amélioration : ils ont participé à la prise de conscience d’une épigraphie toujours mieux servie par l’utilisation des techniques offertes par la culture scientifique contemporaine.

35Dans le droit fil du thème proposé, il est juste de souligner que cette troisième époque doit beaucoup, du point de vue de la recherche, à la Casa de Velázquez sans laquelle on ne pourrait pas véritablement parler de “présence” française, au moins en Espagne, ni de collaboration avec les savants de la Péninsule. Elle n’a pas été, cependant, la seule institution à favoriser l’une et l’autre et surtout à autoriser des échanges fructueux avec la recherche portugaise. On ne cherchera pas ici, un compte-rendu complet et systématique et la présentation du contexte de cette troisième période a, croyons-nous, suffisamment insisté sur les apports des uns et des autres pour que nous nous en tenions strictement aux épigraphistes français et à leur activité la plus visible et la plus tangible à travers la production scientifique.

36Avec la réouverture de la Casa de Velázquez à Madrid, la création de la Mission archéologique française au Portugal et la formation autour de Robert Étienne d’une équipe dynamique de jeunes chercheurs que le CNRS sanctionnera, en 1974, en lui accordant le statut d’Équipe de Recherche Associée (ERA 522) – devenue ensuite l’Unité Associée (UA 991) –, la présence des épigraphistes français dans la Péninsule allait être continue et dense. Fouilles et missions purement épigraphiques allaient engranger du nouveau matériel et vérifier l’ancien : des recueils épigraphiques neufs pourraient traduire à la fois la collaboration avec les savants de la Péninsule et affirmeraient une doctrine de plus en plus ferme tant sur les problèmes de méthode que sur ceux de l’édition.

La présence des épigraphistes français dans la Péninsule Ibérique

La Casa de Velázquez et les fouilles de Baelo

  • 99 Bonneville et alii, Epigraphie, ci-dessus n. 53.

37Au lendemain du colloque “Les empereurs romains d’Espagne” et à l’initiative d’Henri Monbeig, alors directeur des Sciences humaines, au CNRS, Robert Étienne était nommé membre du Conseil scientifique de la Casa de Velázquez. Sa politique constante durant ses deux mandats, à partir de 1966, fut le recrutement chaque année d’un archéologue et historien de l’Antiquité : aussi la continuité du chantier réouvert, à l’initiative de Didier Ozanam, assurant l’intérim de la direction après le départ d’Henri Terrasse, ne pourrait-elle être mise en cause, la progression soutenue des fouilles pourrait conduire à des découvertes dont, espérait-on, l’épigraphie ne serait pas absente, et à un plan de publications répondant à certaines impatiences, au demeurant légitimes, de la nation accueillante. Quelques textes importants sont venus stimuler l’ardeur des fouilleurs : par exemple la base honorifique de Q. Pupius Urbicus, l’invocation à Isis sur plaque de plomb, un diplôme militaire99. C’est une équipe de trois chercheurs, J.-N. Bonneville, malheureusement disparu en montagne en 1985, S. Dardaine et P. Le Roux, maître d’œuvre, qui a écrit le volume sur les Inscriptions romaines de Baelo Claudia, publié en 1988 selon une méthode déjà éprouvée.

La Mission archéologique française au Portugal et les fouilles de Conimbriga, 1964-1979

  • 100 R. Étienne, G. Fabre, P. et M. Lévêque, Épigraphie et sculpture (Fouilles de Conimbriga, II) Paris (...)
  • 101 Cf. note précédente.

38C’est au cours d’une mission qui lui avait été confiée, en décembre 1962, par le Ministère des Affaires étrangères que Robert Étienne a mis sur pied avec João Manuel Bairrão Oleiro, directeur alors du Musée monographique de Conimbriga, les fondements d’une collaboration archéologique sur le chantier de Conimbriga. La collection épigraphique qu’abritait le musée monographique, tout récemment ouvert, laissait espérer que la découverte du centre monumental de la ville amènerait au jour de nombreuses inscriptions et, parmi elles, les inscriptions honorifiques du forum et même quelques dédicaces impériales. Si la récolte en qualité n’est pas négligeable, on doit bien avouer notre déception de n’avoir rencontré aucun texte majeur, aucune de ces bases de statues solides, imposantes, qui auraient pu chanter la gloire des décurions, des magistrats d’une ville transformée sous les Flaviens. La générosité de Jorge Alarcão, devenu co-directeur des fouilles luso-françaises, et d’Adília Alarcão, nouvelle directrice du Musée monographique de Conimbriga, a compensé ce manque à gagner en permettant à R. Étienne et G. Fabre de publier l’ensemble des inscriptions dont certaines avaient déjà attiré l’attention de l’un ou de l’autre100. En 1976, le tome II101 des Fouilles de Conimbriga voyait le jour, avec 112 inscriptions dont 49 inédites, sans qu’aucun épigraphiste portugais n’ait pu co-signer le volume.

  • 102 Vingt fascicules publiés entre 1982 et 1986.
  • 103 J. d’Encarnação, Inscrições romanas do conventus Pacensis. Subsídios para o estudo da romanisação (...)

39Il était de la responsabilité du chef de la mission archéologique française au Portugal de proposer à des jeunes savants un stage de formation au Centre Pierre Paris pour qu’à nouveau, comme au temps de Leite de Vasconcellos, l’épigraphie portugaise brille avec éclat, tout en enregistrant le progrès de cette science propagée par l’enseignement des chercheurs français. Ainsi, Manuela Alves Coelho en 1968, ainsi José d’Encarnação pendant six mois en 1977 ont pu s’initier aux nouvelles méthodes auxquelles ils restent fidèles, tant dans la présentation des fascicules du Ficheiro epigráfico102 que dans leurs publications et surtout dans l’ouvrage important de José d’Encarnação, qui nous livre toutes les inscriptions du conventus Pacensis103.

Le Centre Pierre Paris et les missions épigraphiques dans la Péninsule

  • 104 Susini, Lapicida, trad. anglaise de E. Badian, The roman stoneculter, Oxford, 1973.

40C’est donc à l’Université de Bordeaux III, qui avait retrouvé autour de la chaire d’histoire romaine la vocation hispanique qui fut celle de Pierre Paris, que se sont élaborés les programmes de recherche sur le terrain, qu’ont mûri des réflexions globales sur des problèmes historiques, mettant en œuvre la documentation épigraphique, et que s’est dégagée de plus en plus nettement une doctrine, non pas d’exclusion mais d’ouverture dans la droite ligne de la révolution épigraphique, si bien mise en lumière par G.-C. Susini104.

  • 105 G. Fabre, M. Mayer, I. Rodà, Inscriptions romaines de Catalogne (sauf Barcino), I (Publications du (...)
  • 106 Cf. l’ouvrage cité n. 72.

41Les membres du Centre Pierre Paris, venus d’horizons géographiques divers, essentiellement des agrégés d’histoire, mais là encore sans nulle exclusive, ont en général fait un séjour de trois ans à la Casa de Velázquez et ont participé aux fouilles de Belo et, pour certains, à celles de Conimbriga et de São Cucufate. Surtout, la plupart ont constitué les équipes qui ont parcouru un certain nombre de provinces espagnoles et de districts portugais pendant un quart de siècle, grâce aux conventions d’échanges entre le CNRS et le Consejo Superior de Investigaciones Científicas pour l’Espagne, étendues depuis 1982 au Portugal avec l’Instituto Nacional de Investigação Científica. Les régions prospectées ont été dès le début la Catalogne, la province de Badajoz avec Mérida, celle de Séville et les provinces du Nord-Ouest. Est-il besoin de mentionner l’accueil amical, la collaboration confiante des directeurs de musée, des professeurs d’université et des chercheurs hispaniques, si bien que des accords de programmes ont été mis sur pied dans le cadre des “actions intégrées” franco-espagnoles pour la Catalogne, en liaison avec le département de philologie classique de l’Université autonome de Barcelone, dirigé par Marcos Mayer : il s’agissait de publier quatre volumes correspondant chacun à l’une des quatre provinces catalanes. Un tel accord vient d’être étendu à la généralité de Valence, témoignant ainsi de la confiance réciproque qui s’est installée entre le Centre Pierre Paris et les collègues espagnols. Du programme catalan, deux volumes ont paru en 1984 et 1985105, le troisième sur la province de Gérone est sous presse. De la collaboration avec les provinces du Nord-Ouest seules les Inscriptions romaines de la province de Lugo106 ont vu le jour en 1979. Quant aux inscriptions des districts du nord du Portugal, leur étude est en voie d’achèvement sous la responsabilité d’A. Coelho, de P. Le Roux et A. Tranoy.

  • 107 On relèvera ici surtout les bronzes trouvés dans la province de Séville : la Tabula Siarensis (voi (...)
  • 108 Cl. Domergue, La mine antique d’Aljustrel (Portugal) et les tables de bronze de Vipasca (Publicati (...)

42Ainsi, à l’heure où tant de publications épigraphiques nous donnent la mesure de 1’attention soutenue que les collègues de la Péninsule Ibérique portent à cette source essentielle de l’histoire, au moment où des textes prestigieux viennent à la lumière en Bétique et en Citérieure107, la place du Centre Pierre Paris n’est pas négligeable sur le terrain : de plus ses publications ont accueilli une édition établie et commentée par CL Domergue108 des Tables de Vipasca, texte majeur pour comprendre l’activité minière de Rome en Lusitanie, tant dans son cadre juridique, son expression économique que dans la vie quotidienne des mineurs, et cette présence, marque de la vitalité du Centre, n’est en aucun cas agressive, elle ne se manifeste qu’avec l’accord des collègues espagnols et portugais.

L’épigraphie au service de synthèses historiques

43Engranger des textes et leur donner leur pleine valeur historique a été, d’une certaine façon, au long de ces missions, l’occasion de les utiliser dans des synthèses plus larges, que nous avons publiées ou qui sont sous presse.

  • 109 Tranoy, Galice, cf. n. 59.

44L’ouvrage d’A. Tranoy109 sur La Galice. Recherches sur le nord-ouest de la Péninsule Ibérique dans l’Antiquité est fondé sur une documentation épigraphique de première main améliorée par lui-même et par P. Le Roux : elle a été mûrie par une réflexion historique conduisant à la synthèse finale originale. L’analyse des progrès de la romanisation repose sur l’étude minutieuse des structures sociales, si difficiles à clarifier dans une région où l’émiettement des cellules est si prononcé – et bien des solutions nouvelles sont proposées pour développer un formulaire épigraphique si ingrat à reconnaître dans le granit. A. Tranoy montre que, loin d’écraser le monde indigène, Rome a réussi à offrir aux traditions religieuses et à la sensibilité artistique locales de nouveaux moyens d’expression. Plus forte est la romanisation, plus denses sont les témoignages des cultes indigènes qui disposent d’une langue véhiculaire et d’un registre artistique neuf. La cartographie épigraphique illustre combien l’antagonisme entre résistance et assimilation est vain et purement verbal et conforte l’image d’une Galice à la forte personnalité.

  • 110 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 40 (...)

45La synthèse de P. Le Roux110 a été saluée comme décisive pour la compréhension du rôle “provincial” de l’armée. Fruit d’une documentation épigraphique considérable qui dépasse évidemment le cadre de la Péninsule, elle propose comme une sorte de paradoxe que, pour assurer sa place et contribuer à la romanisation, l’armée romaine doit s’hispaniser de plus en plus. Qui ne voit le profit que tire la réflexion historique de cette étude hispanique pour mieux définir le secret de l’Empire : celui-ci réside dans l’émergence de la réalité politique des provinces, fondée sur l’armée provinciale, qui ménage la transition entre armée civique et armée de métier. Au fur et à mesure de l’évolution historique, l’armée est un agent de l’organisation provinciale et de la mutation des sociétés indigènes. Elle a été l’un des vecteurs de la provincia Hispania et donc disparaît l’antagonisme, hérité de M. Rostovtseff, entre l’armée et les “bourgeois” des villes.

46L’étude de P. Sillières sur les Voies romaines du sud de la Péninsule Ibérique fait une place de choix à l’étude des milliaires, accrus en nombre grâce à ses propres découvertes. Le rôle stratégique, administratif, économique et culturel de ces routes est envisagé par le biais de pulsions historiques et cette synthèse aborde de façon originale les progrès de la romanisation.

L’affermissement de la doctrine épigraphique

  • 111 Cf. n. 98 = Publications du Centre Pierre Paris, 10.

47Les nécessités de l’édition, et ce dès le volume II des Fouilles de Conimbriga, ont conduit les chercheurs du Centre Pierre Paris à définir une doctrine qu’ils ont affinée et affermie au cours de la préparation des divers volumes d’épigraphie. Il ne faudra jamais oublier la part éminente qu’a prise J.-N. Bonneville dans cette réflexion, illustrée par son T.E.R. “Les inscriptions de Barcelone” et par son article “Épigraphie et support archéologique”, paru dans le volume issu de la Table ronde internationale tenue à Bordeaux III les 8, 9 et 10 décembre 1981 et publié en 1984 sous le titre Épigraphie hispanique. Problèmes de méthode et d’édition111.

48La première obligation est de définir avec rigueur le monument épigraphique, face à l’incohérence et à l’ambiguïté de la terminologie traditionnelle. Il faut s’orienter vers un glossaire international, tout comme J.-N. Bonneville l’a réalisé pour les moulurations.

49La seconde vise une analyse paléographique des lettres et à l’étude de la mise en page pour essayer de classer dans des fourchettes chronologiques raisonnables l’inscription à publier. Une grille chronologique n’est valable que pour une ville, même si plusieurs ateliers fonctionnent en même temps et si la forme du monument autant que les tics épigraphiques permettent de mieux les définir.

50Le formulaire offre également quelques certitudes, en tout cas des pistes : c’est la troisième nécessité à assumer.

51L’apparat critique ne doit faire place qu’aux éditions significatives et aux ouvrages de référence qui éclairent la solution adoptée pour la lecture et le développement du texte. Les signes diacritiques du système de Leyde sont intégrés pour l’édition qui doit être accompagnée d’une traduction.

52Enfin le commentaire historique qui, pour les inscriptions funéraires, se réduit à une seule recherche onomastique – mais souvent très éclairante – doit être proportionnel à la richesse du texte et doit rester dans des limites raisonnables. Mais en aucun cas on ne saurait le négliger ou l’occulter, au profit d’une simple datation, qui doit évidemment couronner le commentaire.

53Autre point important de la doctrine : la place de l’instrumentum domesticum qui, reconnaissons le, n’a pas la même valeur pour tout le monde. N’oublions pas l’importance des timbres amphoriques, le rôle des inscriptions peintes sur les amphores Dressel 20, porteuses de l’huile de Bétique, sur les amphores Dressel 1A ou 1B véhiculant le vin, les amphores Dressel 14 contenant le garum de Bétique et de Lusitanie, nous éclairant tant sur le contenu que sur l’organisation du commerce ou la production même des amphores.

  • 112 M. Delgado, F. Mayet, A. Moutinho Alarcão. Les sigillées (Fouilles de Conimbriga, IV), Paris, 1975
  • 113 F. Mayet, Les céramiques sigillées hispaniques. Contribution à l’histoire économique de la Péninsu (...)
  • 114 D. Colls, R. Étienne, R. Lequément, B. Liou, F. Mayet, L’épave Port-Vendres II et le commerce de l (...)
  • 115 D. Colls, L’épave de la colonia de Sant Jordi I (Majorque) (Publications du Centre Pierre Paris, 1 (...)

54La publication des marques d’officine tant pour le matériel céramique sigillé de Conimbriga112 que pour l’ensemble des sigillées hispaniques113, est un apport appréciable à l’onomastique et à l’histoire sociale et économique de la Péninsule. La distinction par rapport au CIL II d’Hübner entre matériel sud-gallique et matériel hispanique purge l’onomastique de la Péninsule de noms appartenant à la Gaule. Par ailleurs, la structure des noms a autorisé à conclure à la présence de libres, très fortement romanisés dans le circuit de fabrication. Aussi un domaine nouveau, qui appartient en propre au céramologue, qui détermine l’origine du support et dont l’œil exercé lit mieux que ses devanciers les noms des officinatores, s’ouvre-t-il à l’épigraphie hispanique et représente-t-il un progrès par rapport à E. Hübner. L’instrumentum domesticum nous met en contact avec les producteurs de céramiques, et les graffites après cuisson avec celui des propriétaires. Surtout les épaves maritimes offrent un matériel épigraphique d’une richesse insoupçonnée, grâce aux marques d’amphore qui permettent de tracer les axes du commerce, de retrouver des dates privilégiées, grâce aux inscriptions sur lingots de plomb. Le salut pour l’épigraphie vient donc aussi de la mer. Le Centre Pierre Paris a, dans ces dernières années, participé à la publication de l’épave Port-Vendres II114, de l’épave de Sant Jordi I115 et aujourd’hui s’attache à la fouille de l’épave de Cap Bear III et à celle de Cabrera III.

  • 116 R. Étienne, Le Centre Pierre Paris (ERA 522) et la révision des inscriptions grecques et latines d (...)

55Présents sur terre, les épigraphistes français le sont donc aussi sur mer et traquent tout bateau chargé d’amphores ou de lingots issus de la Péninsule, mais ils n’ont jamais cédé à un égoïsme impérialiste. En effet, au VIL Congrès international d’Épigraphie grecque et latine qui s’est tenu à Constanza (Roumanie), en 1977, Robert Étienne a proclamé la volonté du Centre Pierre Paris de recourir à la nécessaire collaboration des collègues de la Péninsule pour que la révision des inscriptions, débarrassée de certains intermédiaires, qui ont transmis trop souvent à Hübner des textes fautifs, fût efficace et que soient améliorées les lectures. Le recours au manuscrit épigraphique s’impose dans le cas d’inscriptions réputées perdues : la recherche de manuscrits nouveaux doit être systématiquement poursuivie et, pour ce faire, l’aide des collègues hispaniques est ici précieuse et même indispensable. Un double engagement a donc été pris en 1988116, et tenu dans ces onze dernières années : association étroite avec les savants espagnols et portugais pour la prospection et l’édition de corpus régionaux, signée en commun et répondant aux normes définies plus haut, normes soumises certes à la discussion et qui ont enregistré quelque évolution. En sont la preuve les volumes de Lugo, le IRC I et II, en attendant IRC III et IRC IV et les inscriptions du nord du Portugal et les modalités de collaboration pour la province de Badajoz et pour celle de Séville.

Vers la révolution informatique : le programme Petrae

56Quand nous avons commencé en tâtonnant à engranger, au cours de nos premières missions, les inscriptions inédites et à réviser les textes déjà publiés pour disposer à l’avenir d’un fichier hispanique parfaitement au point, nous avons rencontré en 1973 à Tarragone G. Alföldy qui préparait l’édition de son corpus épigraphique de la capitale de la Tarraconaise, une sorte de modus vivendi fut proposé. G. Alföldy et son équipe publieraient les inscriptions de Tarraconaise, nous celles du Nord-Ouest et de trois provinces de Catalogne, celles de la Bétique moins la province de Séville et en Lusitanie ils postulaient la province de Cáceres. Cette définition raisonnable de nos territoires respectifs – raisonnable en raison de la modicité relative des moyens humains et économiques dont disposait le Centre Pierre Paris – s’accompagnait d’une différence de conception de l’édition, nos collègues allemands semblant alors accorder moins d’importance à l’analyse paléographique et ne donnant pas au commentaire une ampleur comparable.

57De toute façon tout fut bouleversé lorsque la Commission d’Épigraphie de Munich décida, en 1977, l’édition, dans un premier temps, d’un nouveau supplementum en latin, corrigeant les textes publiés en 1869 et 1892, intégrant les deux Additamenta de l’Ephemeris Epigraphica, VIII et IX, le dossier en possession de L. Wickert et tous les nouveaux textes édités depuis ou inédits. Cette entreprise, qui intéressait la totalité de la Péninsule, ignorait l’accord précédent et donc nous redonnait notre totale liberté, d’autant que malgré nos fichiers nous ne fûmes pas conviés à participer à la refonte totale du CIL II, objectif plus ambitieux que le précédent et qui témoignait d’une volonté de normaliser les textes édités depuis 1869 et de faciliter le maniement des Indices, si compliqué si on voulait bien ajouter les tables annuelles de L’Année épigraphique à tous les Indices déjà publiés. De là est né un projet œcuménique, valable pour les inscriptions latines et les inscriptions grecques, le programme PETRAE que nous avons présenté au dernier Congrès international d’Épigraphie grecque et latine de Sofia, en septembre 1987.

58Sous l’impulsion de J.-N. Bonneville dès 1980, les premiers contacts avaient été pris avec F. Charpin, alors professeur de latin à l’Université de Limoges pour une première approche informatisée. Il fallait profiter de la révolution que les micro-ordinateurs introduisaient dans la saisie en clair des données pour élaborer un programme qui ferait oublier la malheureuse tentative, si vite avortée, du Sycil. Au Centre Pierre Paris, un historien de la Grèce formé aux disciplines informatiques, Alain Bresson, devenait le responsable de l’informatique et s’écartait aussitôt de la voie esquissée par F. Charpin pour élaborer, en liaison avec le Laboratoire d’analyse automatique des langues anciennes de Liège (le L.A.S.L.A. du Pr L. Delatte) qui allait se transformer très vite en Centre d’informatique de Philosophie et des Lettres (le C.I.P.L. dirigé par le Pr J. Denooz), un logiciel qui n’écarte pas les épigraphistes de leurs habitudes tant pour l’établissement de la fiche de saisie que pour l’édition. Pendant près de neuf ans, un travail intensif a été mené au Centre Pierre Paris, au Centre de Calcul de Besançon et à Liège pour que le système soit opératoire et qu’il puisse être proposé à autrui. Pour la Péninsule, J.-N. Bonneville avait été chargé de préparer le volume V des IRC, qui présenterait les Indices de toutes les inscriptions de Catalogne, et nous maintenons le projet, après sa disparition, tout comme celui de traiter l’ensemble des inscriptions de la généralité de Valence, où il avait beaucoup travaillé sur les textes sagontins.

59La méthode est simple. L’enregistrement des fiches préparées par le chercheur du Centre ou par le chercheur étranger est engrangé par les clavistes et corrigé avant la sortie papier. La disquette est envoyée à Liège pour la lemmatisation philologique qui, pour toutes les formes nominales ou verbales, rangera tous les mots du texte épigraphique sous leur lemme matriciel et nous font échapper aux Indices du type lorry, fourvoyé dans une atomisation peu efficace. Mais le programme PETRAE a d’autres ambitions que de dresser des Indices plus rigoureux, reclassant par exemple les notabilia varia des ILS de Dessau. Il sécrète des programmes de prosopographie, d’étude de l’instrumentum domesticum et-est ouvert à tout appel qu’on lui lancera : c’est ainsi qu’est préparé le corpus des beneficiarii du monde romain par J. Nelis-Clément, de Fribourg en Suisse.

60Aussi ne pensons-nous pas raisonnable, en 1988, de ne pas œuvrer pour une base épigraphique informatisée globale. L’épigraphie hispanique certes en sera relativisée, mais aussi vivifiée par l’instrument de recherche que représente notre logiciel : les croisements rêvés par J.-N. Bonneville entre la forme du monument et le texte sont non pas pour demain mais pour aujourd’hui. Sans doute réaliser une banque de données exhaustive sera une œuvre de longue haleine. Nous allons en tout cas accélérer la mise sur ordinateur des textes hispaniques que nous avons contrôlés et publiés et nous mettrons aussi, dès la sortie des fascicules du nouveau CIL II, la totalité des nouveaux textes. Nous y ajouterons l’instrumentum domesticum qui n’a pas été retenu et nos Indices seront déjà plus riches que ceux du CIL II.

  • 117 S. J. Keay, Roman Spain (Exploring the Roman World), Londres, 1988.

61Ainsi, dans sa démarche fondamentale, le Centre Pierre Paris a voulu considérer l’épigraphie latine dans sa double globalité : globalité de l’espace géographique, le Portugal ne serait plus oublié ou confondu, comme le perpétuent nos collègues anglais, dans une Roman Spain117 : globalité des catégories de texte, il ne saurait pour l’historien exister deux classes d’inscriptions, les textes nobles qui écument les groupes sociaux élevés des communautés hispaniques et les textes mineurs où l’on rangerait les graffites, les timbres amphoriques et autres tituli picti. Existe-t-il pour l’archéologue un petit matériel ? Désormais pour la Péninsule nous pouvons grâce à PETRAE ajouter une troisième globalité, celle de toutes les épigraphies : la grecque, l’ibérique, la phénico-punique : l’épigraphie monétaire est désormais à intégrer dans nos publications et tous les mondes indigènes et coloniaux seront plus faciles à cerner.

62Programme ambitieux : mais ne fallait-il pas à René Cagnat beaucoup d’ambition et de courage pour se lancer dans l’aventure de L’Année épigraphique ? Puisse son ombre tutélaire accompagner tous ceux qui ont foi dans une révolution informatique pour l’épigraphie.

63Il y a un siècle, l’épigraphie s’est construite sur des bases nationales et individuelles, en accord avec les méthodes alors dominantes de la philologie. C’est peu de dire que les conditions ont été modifiées : il est également évident que la science épigraphique et les épigraphistes ont beaucoup évolué. L’épigraphie de la Péninsule Ibérique reflète parfaitement cette histoire et cette croissance par l’abondance des moissons et par l’extension de ses défrichements en direction de l’instrumentum domesticum et des graffiti, qu’il s’agisse des lingots de plomb, des inscriptions amphoriques, des inscriptions sur céramique ou argile, des inscriptions pariétaires. Une diversification pareille réclame toujours davantage de spécialistes qui ne peuvent pas seulement être de bonne volonté. La maîtrise de publications foisonnantes, souvent non spécialisées ou éphémères comme les bulletins et revues locales, les dépouillements bibliographiques et documentaires, la multiplication des contributions savantes, où l’épigraphie intervient, posent des problèmes matériels et méthodologiques face auxquels l’épigraphiste peut légitimement se sentir démuni. Plus que jamais les instruments contemporains de classement, de communication et d’édition doivent servir en priorité à la diffusion des informations et des documents. En ce sens, des entreprises comme la révision du CIL, et sa réédition, et la publication de l’AE sont deux facettes complémentaires de cette tâche essentielle, qu’elles ne peuvent pas par ailleurs couvrir entièrement. À condition toutefois de ne pas dénaturer les données et de ne pas décourager ceux qui souhaitent travailler. La cité antique nous a appris que l’émulation pouvait parfois être source de découverte, de progrès individuel et collectif, et qu’elle pouvait contribuer à une amélioration générale de la vie du citoyen. Elle ne doit pas compromettre le succès final en perdant de vue les buts recherchés. Sans doute est-il vain de vouloir orienter les efforts de chacun dans le sens unique d’une efficacité scientifique présentée comme idéale et qu’on est bien en peine de définir précisément. Il est tout aussi vain de ne pas “prendre l’épigraphie au sérieux” et de ne pas permettre, quand les circonstances l’imposent, l’association des efforts et des intelligences, ne serait-ce que pour éviter les doublets, les lectures en régression, les confusions et dédoublements après fragmentation.

64La masse du matériel ne doit pas davantage faire disparaître la dimension qualitative des problèmes posés. Les inscriptions impériales, les carrières sénatoriales ou équestres, les textes émanant des personnels de la familia Caesaris ou des personnages de l’exercitus continuent à susciter l’intérêt majeur des épigraphistes et des découvertes comme la Tabula Siarensis et la Lex Irnitana suscitent immédiatement la curiosité et sollicitent la réflexion. Pourtant, c’est l’épigraphie quotidienne, funéraire ou votive, difficile à déchiffrer dès qu’elle est mutilée ou incomplète, alors que c’est très souvent le cas, qui est la plus fréquente et la plus délicate à traiter et à étudier. Les repères paléographiques, les formulaires invariables, les tics de langage ou de gravure sont d’un faible secours à l’heure de l’établissement et de la datation du texte. Les pièges à éviter sont nombreux – nous n’osons pas dire légion – entre la tentation de regarder le document comme un unicum, de Succomber à l’explication indigéniste qui autorise les onomastiques et les vocables les plus barbares, de ne pas se poser systématiquement la question du sens et de la structure du texte, au moment de faire la part entre un trait aberrant lié à l’usure et au réemploi et une trace de ciseau antique, de ne pas utiliser toutes les techniques et méthodes possibles pour parvenir à la meilleure lecture d’une inscription peu lisible et mal conservée. Les faux, les textes créés à partir d’inscriptions existantes, les lettres arrangées ou regravées n’appartiennent pas qu’au passé, même si nous avons davantage de mal à les comprendre et à y croire. Enfin un texte n’existe pas sans ses contextes qu’il faut éviter d’apprécier trop superficiellement. Privilégier l’un par rapport aux autres – et inversement – relève d’une démarche périlleuse : c’est à ne rien négliger d’utile que doit s’employer l’épigraphiste aujourd’hui.

65L’épigraphie romaine de la Péninsule Ibérique, à l’image des autres épigraphies provinciales du monde romain, n’est jamais aussi attrayante et intéressante que quand on veut bien s’en éloigner avec la pensée d’y revenir et de s’y référer avec régularité. L’histoire des sociétés de l’Empire ne serait assurément pas ce qu’elle est sans l’apport original ou non des séries épigraphiques hispaniques. L’héritage mérite qu’on le fasse fructifier. Le siècle qui vient de s’écouler a vu bâtir une science épigraphique autonome et globale. Le siècle à venir semble devoir favoriser l’engrangement généralisé des documents dûment établis dans la transparence de leur histoire ancienne et récente, à l’abri des hiérarchisations hasardeuses ou d’un autre âge, dans le respect le plus strict possible de toutes les informations disponibles. Tout en n’ignorant pas que les rythmes du développement des techniques et de l’acquisition des savoirs n’engendrent pas automatiquement un essor comparable des attitudes méthodiques et des problématiques, il est permis de dire que ce qui est visé c’est la disparition de l’épigraphie pour faire la place à une science du passé toujours plus élaborée et toujours plus vivante.

Intervention de P. Le Roux après celles de G. Fabre et C. Castillo

66G. Fabre a eu raison de rappeler le rôle du P. Fita, dont notre rapport écrit dit qu’il “mériterait une monographie”. Son œuvre inlassable, entre 1863 et 1918, en fait assurément un maillon essentiel dans l’histoire du siècle. Sa place s’explique par un contexte social, intellectuel et culturel qui doit être restitué pour le comprendre exactement. Il a eu à mon sens cependant plus un rôle de découvreur et de défricheur qu’un rôle méthodologique : de ce point de vue, il a adapté les règles générales qu’avait fixées d’une certaine manière le CIL.

67Quant au rôle du Pr A. d’Ors, il est d’une autre nature. Il a donné sa dimension décisive à l’épigraphie juridique hispanique, si riche et si liée à la réalité scientifique de l’histoire de la Péninsule Ibérique antique. Avec d’autres collègues espagnols, il a œuvré pour faire connaître les importantes découvertes récentes livrées par le sol de la Bétique, la tabula Siarensis et la lex Irnitana.

68On voudra bien excuser les lacunes orales, mais nous avions pris le parti de ne pas tout dire au cours de la communication et de privilégier les axes d’une évolution très riche. Nous espérons que les précisions du texte écrit répondront mieux aux attentes légitimes.

Notes

1 Les archéologues français en Espagne, volontairement ou involontairement, ont participé à la propagande visant à lutter contre l’influence allemande dans la Péninsule, au nom de l’œuvre patriotique : cf. par exemple R. Lantier, L’attitude des intellectuels espagnols dans le conflit actuel, dans BH, XVII, 1915, p. 219.

2 P. Le Roux, E. Hübner ou le métier d’épigraphiste, dans Épigraphie hispanique. Problèmes de méthode et d’édition (Publications du Centre Pierre Paris, 10), Paris, 1984, p. 17-31 (= Le Roux, Hübner).

3 J. Marcadé, Célébration du centenaire de la naissance de P. Paris et G. Radet, 10-11 mars 1961, Bordeaux, p. 21-22 (= Marcadé, Célébration) : aussi BH, XXX, 1928. Sur le contexte de la naissance de l’E.H.E.H., on se reportera au livre sous presse de J.-M. Delaunay, Des palais en Espagne. L’École des Hautes Études hispaniques et la Casa de Velázquez au cœur des relations franco-espagnoles du xxe siècle, 1909-1979, Thèse, Paris, 1987, que nous avons pu consulter grâce à l’amitié de l’auteur que nous remercions vivement.

4 BH, IX, 1907, p. 407.

5 Ibid. : il s’agit de Toulouse, Bordeaux, Montpellier et Paris.

6 C’est le titre même de l’article de P. Imbart de La Tour, BH, 1, 1899, p. 110-122 (Imbart, Entente).

7 E. Mérimée, BH, 1,1899, p. 2 : “Depuis quelque temps, il semble qu’on revienne un peu de ce préjugé injurieux et de cette commode ignorance”. Surtout, G. Cirot, ibid., p. 260 (Chronique universitaire).

8 E. Mérimée, ibid. : “On eût dit que, derrière cette barrière des Pyrénées, ‘où commence l’Afrique’, il n’y avait vraiment rien qui méritât d’être connu”.

9 Imbart, Entente, p. 121.

10 BH, I, 1899, p. 1-2.

11 Imbart, Entente, p. 118 : “Il appartient à nos Universités de faire cesser cet ostracisme. Elles peuvent offrir ainsi à notre science française de nouvelles conquêtes, à notre admiration de nouveaux chefs-d’œuvre”.

12 Id., ibid., p. 113, n. 2, à propos de M. Menéndez Pelayo.

13 Ibid., p. 111 : “Si l’Espagne n’a pas encore d’enseignement primaire régulièrement organisé, si les Instituts (nos lycées) sont peu vivants, elle a au moins un enseignement supérieur. La plupart des Universités sont prospères. En 1891, Madrid compte 38 professeurs et 5149 étudiants. Moins complètes, les Universités provinciales avaient pourtant un grand nombre d’élèves : Barcelone 2478, Séville 1650, Grenade 1634, Valladolid 1300. Ces chiffres sont à peu près ceux de nos Universités françaises, Paris excepté, et ils sont en progression. Quant à l’enseignement, il étudie les matières que nous étudions en France : l’histoire, la philosophie, la littérature classique ou nationale, dans les facultés de philosophie et de lettres...”.

14 Imbart, Entente, p. 113.

15 Ibid., p. 121.

16 Ibid., p. 117.

17 H. Lorin. Les nouvelles tendances de l’instruction publique en Espagne, dans BH, XII, 1910, p. 222-223 : “En Espagne la France est réputée, même parmi les gens instruits, pour propager des idées très avancées en morale et en sociologie”. Aussi G. Cirot, Chronique universitaire, dans BH, I, 1899, p. 260, qui considère que l’archéologie, l’histoire lointaine et la philologie étaient des disciplines susceptibles de favoriser plus aisément l’entente dans la mesure où elles paraissaient à l’écart des préjugés nationalistes et idéologiques.

18 Imbart, Entente, p. 112.

19 Il était en fait journaliste et avait dû être dépêché sur le théâtre de la guerre de Cuba qui eut lieu de 1895 à 1898.

20 Cf. P. Paris, L’Espagne de 1895 et 1897. Journal de voyage (Publications du Centre Pierre Paris, 5), Paris, 1979, avec le prologue suggestif de G. Demerson (= Paris, Espagne).

21 Lettre du recteur A. Thamin, BH, XI, 1909, p. 328-333. J.-M. Delaunay, op. cit.. p. 142, n. 182, indique que A. Engel avait été prévu au départ comme co-directeur.

22 Le modèle des autres écoles archéologiques françaises n’a assurément pas été sans influence : J.-M. Delaunay, ibid., p. 88-89. En outre, Paris, Espagne, p. 9.

23 Marcadé, Célébration, p. 22.

24 Cf. par exemple P. Paris et E. Hübner, Inscriptions latines d’Espagne, dans Ann. Fac. Let. Bordeaux, II (18e année), 4, oct.-déc. 1896, p. 393 (= Paris-Hübner, Inscriptions). P. Paris, en l’occurrence, avait fait preuve de prudence et avait dès le départ sollicité les conseils du familier de la Péninsule qu’était E. Hübner : aussi R. Cagnat, Lettre à M. P. Paris sur des inscriptions d’Espagne, dans BH, VI, 4, 1904, p. 347 sq. (= Cagnat, Lettre).

25 BH, XXXV, 1933, p. 157.

26 Paris, Espagne, p. 14.

27 P. Paris, Essai sur l’art et l’industrie de l’Espagne primitive, Paris, 2 vol., 1903-1904 : l’ouvrage porte, pour le premier volume, sur l’architecture et la sculpture et sur la céramique ibérique et les objets métalliques pour le second (= Paris, Essai).

28 Paris, Essai, p. VI.

29 Paris, Essai, p. VII-VIII : les critères stylistiques y sont souvent présentés comme fondamentaux.

30 BH, VIII, 1906, p. 200.

31 Ibid., p. 201.

32 BH, X, 1908, p. 200, qui appartient aux Promenades.

33 II s’agit de la “Chronique ibéro-romaine” qui parait s’arrêter avec le BH, XXX, 1928, p. 47 et s.

34 Baelo, Bolonia, Tarifa, Cadix : Urso, Osuna, Séville.

35 P. Paris et al., Fouilles de Belo (Bolonia, province de Cadix) (1917-1921), I, Paris, Bibliothèque de l’École des Hautes Études hispaniques, fasc. VI, 1923, p. 6 (= Paris, Fouilles). Une inscription découverte en 1971 a prouvé que la ville avait rang de municipe claudien.

36 Sur l’aspect scientifique des recherches à Belo : S. Dardaine, Historique des fouilles (Belo II) (Publications de la Casa de Velázquez, Série Archéologie, fasc. VI), Paris, 1983, p. 23-26.

37 Cf. BH, I, 1899, p. 7, et VIII, 1906, p. 305.

38 BH, X, 1908, p. 116.

39 Ch. Dunois, Inscriptions latines d’Espagne, dans BH, III, 3, 1901, p. 209-225 (= Dunois, Inscriptions).

40 BH, XII, 1910, p. 433.

41 Cf. BH, XI, 1909, p. 332 et 333-362.

42 Paris, Fouilles, p. 8.

43 “Romaniste” s’emploiera dans le sens de spécialiste des époques romaines : il est distingué de “latiniste” qui désigne plutôt le philologue spécialiste de la langue des Romains.

44 Cf. AE, 1899, p. 25. Il a été donné à l’Université d’Aberdeen (Écosse), le 2 mars 1889, pour l’examen de latin (Latin honours examination), après une version latine, un thème et une narration latine, l’exercice suivant : “Développer, traduire et montrer combien le texte suivant est un bel exemple de la carrière d’un fonctionnaire romain d’ordre sénatorial (suit la carrière de P. Mummius P. f. Gal. Sisenna Rutilianus). Développer, traduire le texte (suit une titulature de Néron). Déterminer la date de cette inscription, dire quelles sont les différentes personnes qui y sont mentionnées et indiquer leurs liens de parenté”. Que diraient nos candidats à la licence si on leur imposait une épreuve de cette sorte ?

45 E. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, à partir de 1907.

46 Cf. p. 131-134, sur la brique de Villafranca de los Barros : sur Hübner et sa disparition, voir Le Roux, Hübner, p. 17 et s.

47 F. Fita mériterait une monographie. Né en Catalogne, à Arenys del Mar, le 31 décembre 1835, dans une famille de commerçants en blonde et dentelle, il entra chez les jésuites d’Aire-sur-Adour en 1850. C’est à Leόn, entre 1860 et 1866, qu’il manifesta pour la première fois son intérêt pour l’étude épigraphique et pour les antiquités péninsulaires. À partir de 1879, il fut académicien de la Real Academia de la Historia. Jusqu’à sa mort, au début de 1918, il put centraliser autour de sa personne un nombre considérable d’informations épigraphiques et de documents qu’il se chargea de commenter régulièrement dans le BRAH (Cf. J. Pérez de Guzmán y Gallo, BRAH, LXXII, 1918, p. 97-112). Malgré d’inévitables imperfections, il convient de saluer l’importance du travail accompli par celui qui, inlassablement et durant des décennies, a fourni régulièrement ou presque une véritable chronique épigraphique de l’Espagne. On n’oubliera pas non plus M. Macías, Epigrafía romana de la ciudadde Astorga, Orense, 1903.

48 Paris-Hübner, Inscriptions, p. 393 : “Dans un récent voyage en Espagne, où je me suis occupé exclusivement des monuments figurés, j’ai néanmoins recueilli quelques inscriptions ou fragments d’inscriptions latines, que j’ai tenu tout d’abord à communiquer à l’éminent professeur de l’Université de Berlin, M. Émile Hübner, en reconnaissance des précieux conseils qu’il avait bien voulu me donner”.

49 Cf. BH, VI, 1904, p. 347-350.

50 Dubois. Inscriptions, ci-dessus, n. 39.

51 Par exemple, BH, XIII. 1911, P. 119 et s. et XV, 1913, p. 145 et s.

52 Cf. le jugement porté sur la stèle de Ti. Postumus Victorinus ou sur celle de lulius Severianus provenant de la région galicienne de l’embouchure du Tambre : BH. XV, 1913, p. 145.

53 Paris, Fouilles II, p. 137-140 et J.-N. Bonneville, S. Dardaine, P. Le Roux, Belo V, l’Épigraphie, les inscriptions romaines de Baelo Claudia, Madrid, 1988, p. 16 (= Bonneville et alii, Épigraphie).

54 Cf. M. Aubert, CRAI, 1941, p. 65-70. Né le 2 octobre 1880, Il était fils d’un professeur de collège. Élève brillant, il obtint le prix de version latine au concours général. Entré premier à l’É.N.S. en 1900, Il fut aussi premier à l’agrégation de Lettres en 1903. Romain de 1903 à 1906, il fut membre de l’E.H.E.H. de 1909 à 1912. Mobilisé entre 1914 et 1919, il devait se tourner vers Alger dès 1920. Élu au Collège de France en 1932, il était membre de l’Institut. Il disparut brutalement à l’âge de soixante ans le 15 février 1941. Voir aussi Casa de Velázquez, Annuaire (1909-1978), Madrid, p. 3-4.

55 Mélanges Cagnat, Paris, 1912, p. 297-318.

56 AIEC, 1911-1912, p. 323-474.

57 Il relève par exemple, à propos du no 13 = CIL II, 6008, la présence des ligatures à la I. 2, ce que n’avait pas noté Hübner.

58 Il s’agit de sa thèse complémentaire : l’ouvrage a été édité sous ce titre à Paris, en 1923 (= Albertini, Divisions).

59 Cf. A. Tranoy, La Galice romaine. Recherches sur le nord-ouest de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité (Publications du Centre Pierre Paris, 7), Paris, 1981, p. 146-147 (= Tranoy, Galice).

60 Il les attribue à Claude : Albertini, Divisions, p. 54 et s.

61 Tranoy, Galice, p. 147-148.

62 Cf. AE, 1923, p. 102 et 103 : les éditeurs de VAE précisent qu’Albertini maintient l’idée de l’authenticité de l’inscription d’Astorga (no 102), malgré R. Cagnat, BSNAF, 1906, p. 116, qui l’avait suspectée à tort, comme le montre le jugement unanime des épigraphistes depuis lors.

63 On ne le trouve que très rarement cité dans les bibliographies.

64 E. Albertini, Inscriptions d’Espagne, dans MEFR, 37, 1918-1919, p. 309-331.

65 En particulier, s’agissant du journal de voyage en Andalousie et au Portugal de F. Pérez Bayer en 1782 : “J’ai constaté que le CIL ne tire pas de cette source tout le parti possible” (p. 310). Il notait dans le manuscrit la présence d’une inscription inédite de Beja, qui n’est pas traitée par J. d’Encarnação dans son ouvrage récent, Inscrições romanas do conventus Pacensis, Coimbra, 1984. Parmi les documents qu’il avait recopiés, il indiquait encore que l’inscription d’Elche, EE, VIII, p. 509, venait en réalité de Nîmes (p. 321).

66 BH, XV, 1913, p. 145.

67 Cirot, Chronique universitaire, BH. 1,1899, p. 260 : “Il faut dire aussi que les Espagnols ne s’occupent guère que de leur pays, et ils ont, en effet, assez à faire”.

68 Cf. n. 54 : E. Albertini a remplacé J. Carcopino comme professeur à Alger et comme directeur des Antiquités d’Algérie en 1920.

69 Un décret-loi royal du 19 mai 1928 réorganisait les études d’histoire et instituait l’obligation pour la Licence d’histoire d’une formation en Numismática y Epigrafîa : cf. Enciclopedia Jurídica Española, II, s.d., p. 943-944. Nous remercions P. Cipres, de l’Université de Vitoria, qui nous a fourni les documents et indications nécessaires concernant la législation universitaire espagnole.

70 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR, 191), Paris, 1958, p. 89 (= Étienne, Culte).

71 A. Vieira da Silva, Epigrafia de Olisipo, Lisbonne, 1944. Les IRG datent pour le premier volume de 1949 : F. Bouza Brey et A. d’Ors, Inscripciones Romanas de Galicia, I. Santiago de Compostela : aussi F. Vázquez Saco et M. Vázquez Seijas, IRG, II. Provincia de Lugo, Santiago, 1954. Les remarques qui suivent ne doivent pas laisser dans l’ombre le caractère pionnier et nouveau de la publication des Inscriptions de la Galice, devenue rapidement une référence indispensable. A. d’Ors a beaucoup contribué à l’élaboration du programme et au succès de l’entreprise en un temps où il préparait également l’instrument de travail fondamental qu’est pour tout épigraphiste de la Péninsule l’Epigrafía Juridica de la España Romana, Madrid, 1953 = (EJER). On notera que R. Étienne, Culte, p. 7 et p. 9, n. 5 soulignait précisément le rôle critique d’A. d’Ors.

72 Cf. aussi les remarques de F. Arias Vilas et alii, Inscriptions romaines de la province de Lugo (Publications du Centre Pierre Paris, 3), Paris, 1979, p. 21.

73 Le discours, fondé sur une recherche en vue de l’obtention du doctorat, fut rapidement publié : “El concepto de la Epigrafía. Consideraciones sobre la necesidad de su ampliaclόn”, Discursos leídos ante la Real Academia de la Historia por los señores D. Joaquín María Navascuès y de Juán y D. Manuel Gómez Moreno y Martínez en la recepciόn pública del primero, el dia 18 de enero de 1953, Madrid, Aldus, S. A. Castello, 120, 1953 : le discours de J. M. Navascuès occupe les p. 23-83. Sur son importance, cf. également G. Susini, Il lapicida romano. Introduzione all’epigrafia latina, Rome, 1966, p. 10-12 (= Susini, Lapicida).

74 Navascuès, Concepto, p. 24 : “Mas entre tanta y tan magistral epigrafía se echa de menos el objeto mismo de la ciencia : el propio epigrafe”.

75 Ibid., p. 24-26.

76 Ibid., p. 32-33.

77 Ibid., p. 63.

78 J. M. Navascuès, Caracteres externos de las antiguas inscripciones salmantinas. Los epitafos de la zona occidental, dans BRAH, CLII, 1963, p. 159-224.

79 J. Mallon, Los bronces de Osuna. Ensayo sobre la presentaciόn material de la “lex coloniae Genetivae Iuliae”, dans AEA, 44, 1944, p. 213-237.

80 J. Mallon, L’épitaphe de Rogata, dans Emerita, XV, 1947, p. 87-122.

81 BRAH, XXXVIII, 1901, no 6, p. 474-479 = Diehl, ILCV, 2794.

82 J. Mallon, Filumene Asiana, dans AEA, 71, 1948, p. 110-143.

83 J. Mallon et T. Marin, Las inscripciones publicadas por el marqués de Monsalud, 1897-1908, estudio crítico, Madrid, 1951. Cf. aussi désormais, G. Fabre, À propos de trois faux du musée d’Igualda, dans Faventia, 2/1, 1980, p. 139-152, qui accentue encore le jugement critique de Mallon et Marín.

84 Susini, Lapicida, p. 8.

85 R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique (BÉFAR, 149), Paris, 1940.

86 Cf. R. Étienne, Culte, ci-dessus n. 70.

87 Dion, LIII, 20.

88 R. Étienne, Les amphores du Testaccio au iiie siècle, dans MEFR, LXI, 1949, p. 151-181.

89 On se contentera ici de mentionner la synthèse de J. Carcopino, Le Maroc antique, Paris, 1948. La bibliographie est évidemment très abondante et ne saurait être recensée dans le cadre de cette étude. Cf. dans cet ouvrage le rapport sur le le Maroc, p. 258 ss.

90 Étienne, Culte, p. 7-10.

91 Il enseigne à l’Université de Bordeaux à partir de 1949, au sortir de l’École française de Rome.

92 Les empereurs romains d’Espagne (Madrid-Italica, 31 mars-6 avril 1964) (colloques internationaux du CNRS, Sciences humaines), Paris, 1965.

93 Cf. Delaunay, Palais (sous presse).

94 Ce fait a été enregistré par la récente loi universitaire de 1984.

95 Pour sa nécrologie, cf. J. Pabόn, dans BRAH, CLXIX, 3, p. 467-473.

96 G. Alföldy, Die römischen Inschriften von Tarraco (Madrider Forschungen, 10), 2 vol., Berlin, 1975.

97 Cf. par exemple la chronique bibliographique publiée par le Centre Pierre Paris : Histoire et Archéologie de la Péninsule Ibérique antique, chronique III, 1978-1982, dans RÉA, LXXXIV, 1982, p. 214-215.

98 Cf. son Intervention dans Épigraphie hispanique. Paris, 1984, p. 365-368. Il a lui-même travaillé au programme comme en témoignent en particulier ses articles consacrés à la révision du matériel de la province de Cordoue dans les MM depuis plusieurs années.

99 Bonneville et alii, Epigraphie, ci-dessus n. 53.

100 R. Étienne, G. Fabre, P. et M. Lévêque, Épigraphie et sculpture (Fouilles de Conimbriga, II) Paris 1976, no 11, 70, 26, 358a.

101 Cf. note précédente.

102 Vingt fascicules publiés entre 1982 et 1986.

103 J. d’Encarnação, Inscrições romanas do conventus Pacensis. Subsídios para o estudo da romanisação Coimbra, 1984.

104 Susini, Lapicida, trad. anglaise de E. Badian, The roman stoneculter, Oxford, 1973.

105 G. Fabre, M. Mayer, I. Rodà, Inscriptions romaines de Catalogne (sauf Barcino), I (Publications du Centre Pierre Paris, 13), Paris, 1984 : Iid., Inscriptions romaines de Catalogne, II (Publications du Centre Pierre Paris, 15), Paris, 1985.

106 Cf. l’ouvrage cité n. 72.

107 On relèvera ici surtout les bronzes trouvés dans la province de Séville : la Tabula Siarensis (voir en dernier lieu, Estudios sobre la Tabula Siarensis, éd. par J. González et J. Arce (Anejos de Archivo Espanol de Arqueología, IX), Madrid, 1988, et la lex ou Tabula Irnitana, désormais accessible dans l’AE, 1986, 333.

108 Cl. Domergue, La mine antique d’Aljustrel (Portugal) et les tables de bronze de Vipasca (Publications du Centre Pierre Paris, 9), Paris, 1983.

109 Tranoy, Galice, cf. n. 59.

110 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409 (Publications du Centre Pierre Paris, 8), Paris, 1982.

111 Cf. n. 98 = Publications du Centre Pierre Paris, 10.

112 M. Delgado, F. Mayet, A. Moutinho Alarcão. Les sigillées (Fouilles de Conimbriga, IV), Paris, 1975.

113 F. Mayet, Les céramiques sigillées hispaniques. Contribution à l’histoire économique de la Péninsule Ibérique sous l’Empire romain (Publications du Centre Pierre Paris, 12), Paris, 1983 et 1984.

114 D. Colls, R. Étienne, R. Lequément, B. Liou, F. Mayet, L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude (Archaeonautica, 1), Paris, 1977.

115 D. Colls, L’épave de la colonia de Sant Jordi I (Majorque) (Publications du Centre Pierre Paris, 16), Paris, 1987.

116 R. Étienne, Le Centre Pierre Paris (ERA 522) et la révision des inscriptions grecques et latines de la péninsule Ibérique, dans Conimbriga, XVI, 1977, p. 83-91.

117 S. J. Keay, Roman Spain (Exploring the Roman World), Londres, 1988.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search