Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

3e partie. Épigraphe

Contribution à l’onomastique latine des marques d’officinatores hispaniques

Note de l’éditeur

Extrait de Acta Archaeologica Academiae Scientiarum Hungarica, 41 (Mélanges Andreas Mόcsy), 1989, p. 145-149 (co-auteur F. Mayet).

Texte intégral

  • 1 A. Mόcsy, R. Feldmann, E. Marton et M. Szilágyi, Nomenclator provinciarum Europae Latinarum et Gall (...)
  • 2 F. Mayet, Épigraphie et céramique : réflexions sur une nouvelle édition de l’épigraphie hispanique (...)
  • 3 G. Prachner, Die Sklaven und Freigelassenen im arretinischen Sigillatagewerbe (Forschungen zur anti (...)

1Dans la préface à son Nomenclator1, A. Mόcsy a rappelé l’aide que le fichier épigraphique du Centre Pierre Paris avait apportée à son entreprise. Lors de nos entretiens avec ce grand savant, prématurément disparu, nous avons regretté qu’il ne puisse intégrer dans ces listes l’onomastique tirée de l’instrumentum domesticum. Déjà l’une d’entre nous (Françoise Mayet) avait attiré l’attention sur les apports socio-économiques de l’épigraphie sur instrumentum domesticum2. Elle avait noté que G. Prachner3 avait remarqué que dans aucun travail, ancien ou récent, sur l’onomastique latine, grecque ou d’autre origine, les noms de “potiers” ne sont pris en compte. Il y a donc une lacune à combler.

  • 4 E. Hübner, Corpus Inscriptionum Latinarum, II, Berlin, 1869 et 1892.
  • 5 F. Mayet, Les céramiques sigillées hispaniques. Contribution à l’histoire économique de la Péninsul (...)

2Certes, dans son Corpus4, E. Hübner n’avait pas négligé de donner des listes de marques d’officines ; mais, à son époque, la céramique sigillée hispanique n’était pas distinguée des productions italiques et gallo-romaines, et il a involontairement enrichi l’onomastique hispano-romaine de noms appartenant à d’autres provinces de l’Empire. Aujourd’hui que la recherche des documents authentiquement hispaniques5 se fait avec beaucoup de rigueur, il est aisé d’épurer cette épigraphie et de l’éclairer grâce aux décomptes enregistrés dans Nomenclator.

  • 6 La démonstration a été faite dans Ead., ibid., p. 193-202 et 214-216.

3Les timbres de production que l’on appelle souvent, de façon impropre, “marques de potiers” représentent en fait, pour les provinces hispaniques tout au moins, les marques des officimatores, c’est-à-dire des propriétaires des ateliers. Ces officinatores sont des individus libres, même quand ils ne sont désignés que par un surnom seul6.

4La liste des noms donnés dans le tableau suivant résulte de recherches céramologiques et de recherches épigraphiques qui tentent d’assurer, au maximum et en même temps, l’origine hispanique du produit et l’interprétation des marques sur lesquelles les noms figurent souvent sous une forme abrégée. Naturellement, nous n’avons pas retenu ici les nombreux duo et tria nomina connus par leurs seules initiales.

  • 7 Mayet, Les céramiques sigillées hispaniques, p. 201-202.

5Sur les 108 noms d’officinatores que nous avons classés, 28 – soit près de 26 % – n’ont pas encore été rencontrés dans l’épigraphie monumentale de la Péninsule Ibérique. Tous ces noms nouveaux sont des noms d’origine celtique ou bien des noms latins recouvrant une origine celtique, à l’exception de Karacter, d’origine grecque à l’évidence. En suivant les cadres que nous avons déjà esquissés7, nous pouvons proposer la répartition suivante :

Nome dofficinatores hispaniques

Noms présents dans Nomenclator*

Inconnus dans la Péninsule Ibérique

Nomen

Соgпотеп

Nomen

Cognomen

ABIUS

2

ACCUN1CUS

X

ACCUNES ou ASCUNES

X

AEMILIANUS

23

AEMILIUS

190

AENUS

1

AESTIUS

1

AGILEIUS

X

AGILIANUS

X

AIO

3

ALBINUS

46

ALLIUS

24

ANNIUS

84

APILLIUS

X

AQUILIUS

X

ASELLIUS

2

ASTINUS

1

ATEDITIUS

X

ATTIUS

28

ATTO

X

AVITUS

148

AVITANUS

8

BERCIUS

1

ВLANDUS

5

ВRITO

4

BUCCIUS ?

2

CADIUS

5

CANIUS

2

CANTAВER

12

CLODIUS

69

CORDIUS

4

CORNELIUS

316

CUDIUS

1

CURIUS

9

ELVIUS

X

EROS

7

FABIUS

189

FESTUS

47

FIRMUS

35

FLACCUS

30

FLAVINUS

48

FLAVIUS

69

FRONTO

69

FRONTONIUS

4

FULVIUS

46

FUSCUS

75

GAIUS

2

IANUARIUS

37

IULIUS

484

IUNIUS

129

KARACTER

X

LAGANDIUS

ou LAGANDUS

X

LUCRETIUS

156

LUPI ANUS

4

MAMILIUS

9

MANLIUS

40

MARCIUS

53

MASCULINIUS

X

MATERNUS

91

MEMMIUS

23

MICCIO

X

MIMUS

X

NASSIUS ?

1

NEMESIUS

1

NOVIUS

X

OCTAVIUS

30

OCTAVIANUS

1

OCULATUS

2

OPPIUS

5

PACATUS

8

PATERNUS

97

PATRICIUS

2

PERTICIUS

X

PETRONIUS

14

POМPEIUS

92

PONTIUS

2

PRIMUS

52

QUARTIO

5

QUELIUS

X

QUIETIUS

X

QUIETUS

21

RUFUS

141

SANCENIUS

X

SATRIUS

3

SATURNINUS

100

SCAPULA

3

SCRIBONIUS

10

SEGIUS

X

SELIESIUS

X

SEMPRONIUS

147

 

 

SENICO ?

X

SENTIUS

9

SILO

41

SURIUS

X

TANNIUS

ou TANUS ?

X

TAURUS

8

TERTIUS

15

TITIUS

6

TITTIUS

X

TIVIUS

X

TREBIUS

10

TRITIENSIS

X

VALERIUS

413

VALERIANUS

30

VENUSTUS

18

VITALIS

27

VLLO

X

* Les décomptes retenus ici ne concernent que les provinces hispaniques.

6Il est donc clair que l’apport à l’onomastique de l’épigraphie hispanique sur instrumentum domesticum, dans le domaine des céramiques sigillées, concerne essentiellement des noms d’origine celtique ou des noms latins recouvrant une réalité celtique ou indigène. Elle touche une population libre certes mais peu fortunée, en marge des institutions municipales ou religieuses importantes Nous retrouvons ainsi l’une de nos conclusions, à savoir qu’une grande partie des officinatores hispaniques est en voie de romanisation. Cette constatation est valable surtout pour le centre de production de Tritium Magallum, dans la vallée de l’Èbre, et beaucoup moins pour le centre d’Andújar, dans la vallée du Guadalquivir.

7L’intérêt de cet apport n’est pas seulement quantitatif, mais aussi qualitatif. En effet, ce matériel céramique est parfaitement “ciblé” car il correspond à un milieu social bien déterminé, absent de l’épigraphie monumentale, et à une époque relativement précise, allant du milieu du ier au milieu du iie siècle environ.

  • 8 F. Mayet, Les figlinae dans les marques d’amphores Dressel 20 de Bétique, dans Hommage à Robert Éti (...)
  • 9 C’est-à-dire Programme d’Enregistrement, de Traitement et de Recherches Automatisées en Épigraphie, (...)
  • 10 C. Domergue, L’épigraphie des produits métalliques industriels : l’exemple des lingots de plomb d’o (...)

8Il est évident que nos conclusions seraient quelque peu différentes si l’on abordait d’autres types de céramique ou d’autres types de matériel. Les amphores à huile de Bétique (Dressel 20), par exemple, portent très souvent la marque des figlinae8 dans lesquelles elles ont été fabriquées, ou des propriétaires de ces figlinae. Ceux-ci appartenaient sans doute à une catégorie sociale plus élevée que les officinatores précédents, en relation avec le monde des negotiatores et des naviculaires, et à une région plus anciennement et plus intensément romanisée. La contribution de ce matériel à l’onomastique hispano-romaine sera donc différente et plus abondante. C’est la raison pour laquelle nous préparons actuellement un corpus des marques d’amphores Dressel 20, que nous informatisons avec le logiciel PETRAE9 afin d’intégrer immédiatement cette onomastique avec celles des textes littéraires et de l’épigraphie monumentale. D’autres résultats sont attendus avec le corpus des lingots de plomb d’origine hispanique10 ; et là aussi on aura une épigraphie datée, mais une épigraphie touchant plus vraisemblablement la classe des propriétaires.

9C’est dire qu’au fur et à mesure que l’instrumentum domesticum est étudié, catégorie par catégorie, l’onomastique latine s’enrichit avec un matériel daté pour la plupart et surtout bien situé géographiquement. Mais il est clair que seuls les spécialistes de chaque type de matériel sont en mesure de donner toute sa valeur à cette épigraphie, trop longtemps considérée comme mineure et n’ayant pas encore acquis la place qu’elle mérite dans les grands ouvrages épigraphiques.

Notes

1 A. Mόcsy, R. Feldmann, E. Marton et M. Szilágyi, Nomenclator provinciarum Europae Latinarum et Galliae Cisalpinae cum indice inverso (Dissertationes Pannonicae, III, 1), Budapest, 1983.

2 F. Mayet, Épigraphie et céramique : réflexions sur une nouvelle édition de l’épigraphie hispanique sur instrumentum domesticum, dans Épigraphie hispanique. Problèmes de méthode et d’édition (Table ronde tenue à l’Université de Bordeaux III les 8, 9 et 10 décembre 1981) (Publications du Centre Pierre Paris, 10), 1984, p. 216-220. Id., Épigraphie et sigillée, dans Boletín del Museo Arqueolgico Nacional, Madrid, 1983, p. 147-149.

3 G. Prachner, Die Sklaven und Freigelassenen im arretinischen Sigillatagewerbe (Forschungen zur antike Sklaverei, XII), Wiesbaden, 1980, p. 6, n. 25.

4 E. Hübner, Corpus Inscriptionum Latinarum, II, Berlin, 1869 et 1892.

5 F. Mayet, Les céramiques sigillées hispaniques. Contribution à l’histoire économique de la Péninsule Ibérique sous l’Empire Romain (Publications du Centre Pierre Paris, 12), Paris, 1984 (= Mayet, Les céramiques sigillées hispaniques).

6 La démonstration a été faite dans Ead., ibid., p. 193-202 et 214-216.

7 Mayet, Les céramiques sigillées hispaniques, p. 201-202.

8 F. Mayet, Les figlinae dans les marques d’amphores Dressel 20 de Bétique, dans Hommage à Robert Étienne (Publications du Centre Pierre Paris, 17), Paris, 1988, p. 285-305 (= RÉA, LXXXVIII, 1986).

9 C’est-à-dire Programme d’Enregistrement, de Traitement et de Recherches Automatisées en Épigraphie, présenté au IXe Congrès International d’Épigraphie Grecque et Latine de Sofia (août 1987) par A. Bresson et R. Étienne du Centre Pierre Paris (Bordeaux) et par G. Pumell du CIPL de Liège.

10 C. Domergue, L’épigraphie des produits métalliques industriels : l’exemple des lingots de plomb d’origine espagnole, dans Épigraphie Hispanique, p. 199-215.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search