Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

2e partie. Société et histoire

À propos du territoire d’Emerita Augusta (Mérida)

Note de l’éditeur

Extrait de Cité et territoire (Colloque européen, Béziers, 1994), Besançon, 1995, p. 27-32.

Texte intégral

  • 1 Il ne saurait être question ici de rappeler toute la bibliographie, mais simplement les recherches (...)
  • 2 Rappelons l’édition par C. Thulin du Corpus Agrimensorum Romanorum, vol. 1, fasc. 1. Opuscula Agri (...)
  • 3 L. García Iglesias, La Beturia. Un problema geográfico de la Hispania antigua, dans AEA, 44, 1971, (...)

1Disserter une fois encore du territoire d’Emerita Augusta prouve que, malgré d’abondantes recherches1 sur ce sujet, l’unanimité est loin de s’être faite parmi les chercheurs. Au contraire, la confusion s’est installée parce qu’ils n’ont pas tenu compte d’une chronologie, certes souvent brouillée, et qu’ils ont voulu privilégier un type de source au détriment des autres. Or, plutôt que de chercher les contradictions entre plusieurs thèses, il aurait mieux valu lire “avec naïveté” les textes des Gromatici Veteres2 pour établir une grille chronologique cohérente. Ce qui complique la situation est que le territoire de la colonie met en jeu la frontière entre les provinces de Lusitanie et de Bétique, autre pomme de discorde parmi les savants3. Tentons d’orchestrer toutes les sources et de respecter la chronologie.

I. La fondation de la colonie d’Emerita Augusta et la première assignation coloniale en 25 avant Jésus-Christ

  • 4 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 40 (...)
  • 5 R. Étienne et F. Mayet, La dénomination antique de Mérida, dans Mélanges Pinho Brandão, Porto 1984 (...)
  • 6 Canto, p. 159-166, s’efforce en vain de démontrer l’existence d’un praesidium militaire césarien.

2C’est en 25 avant Jésus-Christ4 qu’Auguste décide la fondation de la colonie d’Emerita Augusta, ou de Iulia Emerita Augusta5, en affectant à cette création, qui ne doit rien à une prétendue garnison césarienne antérieure6, les emeriti des légions Va Alaudae et Xa Gemina.

  • 7 Frontin, De Controversiis agrorum, éd. Thulin, p. 90, 10-12 ; Agennius Urbicus, De Controversiis a (...)

3Il procède en même temps à l’assignation de centuries de 400 jugères chacune, soit des rectangles de quarante actus par vingt actus (1420 par 710 mètres). Elles sont orientées est-ouest ; par les Gromatici Veteres7, nous savons qu’elles font partie de la première assignation.

4Les terres assignées l’ont été à ce moment-là (tunc) en fonction de leur utilité, donc de leur fertilité et non pas en vertu de leur valeur stratégique. Les vétérans ont été installés sur les lots les plus éloignés du centre urbain, presque sur la limite (finis) extérieure, comme des bornes : on en comptait peu autour de la colonie proprement dite et près du fleuve Anas (Guadiana). Ainsi il restait un sérieux reliquat de terre pour être rempli plus tard.

5L’arpenteur nous apprend que, dans ces conditions et à ce moment-là, le fleuve coule au milieu de la pertica de la colonie. La province de Lusitanie n’est pas encore créée et le problème du rôle de l’Anas comme frontière ne saurait se poser.

Fig. 1. Le cours de l’Anas et les territoires situés au nord et au sud.

6D’ailleurs le pont sur le Guadiana, dont l’implantation a joué un rôle essentiel dans le cadastre, tant urbain que rural, assure la liaison entre la région nord de la pertica et celle du sud. Il ne saurait indiquer à ce moment-là, en 25 avant Jésus-Christ, la limite du territoire d’Emerita Augusta.

  • 8 G. Forni, La tribu Papiria di Augusta Emerita, dans Bimilenario de Mérida, Madrid 1976, p. 33-42 ( (...)
  • 9 Wiegels, carte l, p. 260, légende p. 261 ; liste épigraphique, p. 268-270.
  • 10 Forni, La tribu Papiria, p. 42.
  • 11 Plus tard elle sera municipe flavien. H. Galsterer, Untersuchungen zum römischen Stäedtewesen auf (...)
  • 12 AE, 1980, 547 = AE, 1983, 469 = J. Mendes de Almeida, Lúcio Mário “Caprarius” de Alem-Tejo (estudo (...)
  • 13 Graphies caractéristiques des C, R, P et S.
  • 14 CIL II, 167 = no 42 chez Forni, La tribu Papiria, et no 2 chez Wiegels.
  • 15 Contra Le Roux, à propos de AE, 1983, 469.
  • 16 Hygin, Constitutio limitum, éd. Thulin, p. 135, dit que les triumviri ont attribué en Italie des l (...)
  • 17 Voir note 1.
  • 18 Avec raison P. Sillières, à la note 18, repousse l’analyse de R. Corzo Sánchez, In finibus Emerite (...)

7La colonisation sur les marges du territoire reçoit une illustration grâce à l’implantation des citoyens inscrits dans la tribu Papiria et que G. Forni8 et, presque en même temps, R. Wiegels9 ont relevés et cartographiés. Forni a été gêné, vu certaines distances, comme à Veiros, très à l’ouest d’Emerita, de les compter dans le territoire de cette ville et il les affecte au territoire d’Ammaia10, sous Auguste simple civitas11. Surtout une nouvelle inscription12 est venue conforter la présence de vétérans ou de leurs descendants dans cette même localité. Il s’agit d’une plaque funéraire provenant sans doute d’un mausolée et datée par sa paléographie de l’époque augustéenne13. Rédigée au nominatif, elle rappelle exactement la première découverte à Veiros14 et signale sans aucun doute que nous nous trouvons bien sur le territoire de la colonie d’Emerita15, aux vastes limites, comme le montre la carte ci-jointe (fig. 1) : en ligne droite, Veiros est à cent kilomètres de Mérida, Burguillos à soixante-quatre et Madrigalejo à soixante-huit kilomètres. C’est bien l’inmanitas agrorum signalée par Agennius Urbicus16 et illustrée par les recherches sur photographies aériennes et sur les cartes au 1/50.000 effectuées par P. Sillières17. Il a pu analyser jusqu’à Villafranca de los Barros, soit à quarante kilomètres de Mérida, toujours en ligne droite, les traces de cette centuriation “énorme”, évaluée à 3 ou 4000 centuries au sud de l’Anas (Guadiana). Elle est parfaitement orientée nord-ouest/sud-est et le module de vingt actus des cardines est vérifiable à plusieurs reprises18.

8Ainsi l’épigraphie et l’archéologie aérienne permettent de visualiser sur une carte l’étendue de la pertica d’Emerita Augusta, au moment de la fondation de la colonie, en 25 avant Jésus-Christ ; la seconde assignation signifiera pour elle de profonds remaniements.

II. La création de la province de Lusitanie et la seconde assignation

  • 19 Mela, Chorographie, II, 6, 87.
  • 20 Plin., NH, III, 1,6 ; IV, 22, 115.
  • 21 A. Silbermann, p. VII-VIII de l’éd. CUF, Paris, 1988 (= Silbermann).
  • 22 Nous le savons par Plin., Ep., III, 5,17.
  • 23 Silbermann, p. IX.
  • 24 J. Beaujeu, Introduction au Livre I (CUF), Paris 1950, p. 9-12.

9La création de la province de Lusitanie signifie pour la pertica d’Emerita une première révolution. Désormais c’est le cours de l’Anas qui marque la frontière avec la Bétique : les textes de Pomponius Mela19 et de Pline l’Ancien20 ne peuvent être révoqués en doute, pas plus que la compétence hispanique de ces deux auteurs ; l’un est originaire de Iulia Traducta en Bétique21, proche de l’actuelle Tarifa, l’autre est un ancien procurateur financier de Citérieure22. Mela écrit sans doute après le triomphe de Claude, célébré en 44 à la suite de l’expédition de Bretagne23 ; l’Encyclopédiste remonte certes pour sa documentation à l’époque augustéenne mais, homme de Vespasien24, il ne saurait colporter une contrevérité administrative.

  • 25 Par exemple Sillières, p. 439.
  • 26 R. Syme, A governor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, VIII, 1969, p. 125-133, surtout (...)
  • 27 CIL II, 474 = ILS, 130 = ILER, 1240. J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa (BÉFAR 253), Rome, 1984,p. 416-4 (...)

10Donc, quoi qu’on en ait écrit25, tenons-nous en à cette certitude sur le tracé de la frontière. D’autre part, la date de création de la province de Lusitanie doit se placer en 16 avant Jésus-Christ26, au moment où Auguste et Agrippa pacifient définitivement la zone toujours remuante des Astures et des Cantabres et les honneurs, réservés à Agrippa par Emerita Augusta, qui en particulier lui dédie son théâtre27, disent assez l’importance du voyage impérial.

  • 28 Canto, p. 171.
  • 29 Dig., 50, 15, 8 (Paul) (éd. Mommsen-Kruger, réimpr., 1973), Corpus iuris civilis 908 : In Lusitani (...)

11La deuxième révolution est venue de la nouvelle assignation de terres à une seconde vague de colons, encore qu’elle soit plus vraisemblable que démontrée28. Ce serait les vétérans des troupes, qui ont aidé à la pacification définitive, qui auraient été ainsi récompensés ; cette seconde assignation s’accompagne sans doute de la concession du ius italicum, ce qui fait d’Emerita Augusta une colonia immunis, comme l’atteste le Digeste29. C’est surtout reconnaître le rôle éminent de la colonie qui devient capitale de la Lusitanie.

  • 30 J. Alarcão et R. Étienne, Le Portugal à l’époque augustéenne, dans Symposiόn de ciudades augusteas (...)
  • 31 CIL II, 859 = ILS, 5970 = ILER, 1782 : borne trouvée à Ledesma, près de Salamanque ; nous rapporto (...)

12La remise en ordre de l’occupation des sols ne s’est pas arrêtée au seul problème du territorium d’Emerita. Les progrès de l’urbanisation se traduisent par la volonté de fixer au sol, par exemple entre Tage et Douro30, des peuples turbulents, pratiquant depuis toujours la transhumance, et de leur donner une assise territoriale fixe. La tâche était difficile et délicate, puisqu’il faut attendre entre le 1er juillet 4 et le 30 juin 5 pour que soient dressés les cippes de bornage (termini augustales) à UI (Oliveira de Azemeis) entre les gens de Talabrica et de Lancobriga, à Guardão entre deux peuples dont on ignore les noms, à Peroviseu (Fundão) entre les habitants de la civitas Igaeditanorum et ceux de Lancia. Ces trois textes contemporains sont des cas particuliers d’une règle générale, puisque l’on connaît pour la Lusitanie un trifinium31 de la même date, bornant les territoires de Bletisa, Mirobriga et Salamanque.

  • 32 Frontin, De controversiis agrorum, éd. Lachmann, 49, 9 ; sur le concept de praefectura, voir Canto (...)
  • 33 Ead., p. 183.
  • 34 Ead., p. 176-177.
  • 35 Sur cette relation de dépendance juridictionnelle et administrative, voir F. Grelle, “Adsignatio” (...)
  • 36 Hygin, Constitutio limitum (éd. Thulin), p. 136.
  • 37 CIL II, 724 = EE, IX, 49, 119 ; Wiegels, Tribusinschriften, p. 73, n. 5.

13Or, les progrès urbains ont affecté aussi tout le territoire démesuré de la pertica d’Emerita. Que faire en effet de ses franges territoriales tant au nord de l’Anas qu’au sud sinon de créer des praefecturae, c’est-à-dire des lieux assignés dans des finages (fines) étrangers32. Les arpenteurs nous parlent de trois praefecturae : deux intéressent la Lusitanie, la regio Turgaliensis (c’est-à-dire celle de Trujillo), l’autre non identifiée par les arpenteurs antiques serait à localiser du côté d’Elvas33 ; enfin la troisième serait en Bétique, du moins si la regio Mullicensis a laissé une trace dans le toponyme de Montemolín34, renforcé par la présence d’une borne qui mérite attention. Les préfectures sont donc des enclaves discontinues qui, dirigées par un préfet, obéissent toujours à la cité-mère35 et dont les orientations s’alignent sur le tracé primitif de la pertica, ou lui sont orthogonales36. À Ammaia, à l’époque augustéenne, on rencontre un quaestor et octovir37 qui pourrait être un magistrat d’une des préfectures d’Emerita : dans ce cas, les deux citoyens connus à Veiros, inscrits dans la tribu Papiria, pourraient bien dépendre de cette préfecture dont le siège se situerait à Ammaia.

  • 38 Plin., NH, III, 14 : Seria Fama Iulia ; Wiegels, Tribusinschriften, p. 56.
  • 39 Plin., NH, III, 14 : municipium Concordia Iulia Nertobriga ; Wiegels, Tribusinschriften, p. 56.
  • 40 Plin., NH, III, 14 : Contributa Iulia (sc. adicitur) Ugultuniae cum qua et Curiga nunc est.
  • 41 Hygin, Constitutio limitum, éd. Thulin, p. 136. Arino-Gurt, p. 21.

14Les cités augustéennes au sud de l’Anas, Séria38, Nertobriga39, Ugultunia40, ont eu leur territoire défini par rapport aux préfectures où s’installent certains colons de la seconde vague, légitimant par exemple dans la préfecture non nommée à distinguer des limites veteres et des limites novi41.

  • 42 Hygin, Constitutio limitum, éd. Thulin, p. 136.
  • 43 Id, ibid., p. 164.

15À l’intérieur même des préfectures et de la pertica proprement dite, subsistaient de vastes espaces non assignés, les subcésives, de 120 actus42, souvent livrés aux forêts et pâturages, silvae et compascua43, qui servaient de communaux aux troupeaux des colons. Ceux-ci, par un mouvement naturel bien connu en Italie, usurpaient de plus en plus ces agri publici, d’autant plus que la remise en ordre augustéenne était loin d’être totale et surtout achevée.

16La porte restait ouverte pour une révision des titres de propriété de chacun : les Flaviens ici comme ailleurs devaient s’y employer.

III. La troisième assignation et la remise en ordre flavienne

  • 44 Tac., Hist., 1,78.
  • 45 Frontin, De controversiis agrorum, éd. Lachmann, p. 51. G. Forni, La popolazione di Augusta Emerit (...)

17La troisième assignation correspond sans doute à l’élargissement de la population d’Emerita dont est responsable Othon en 69, qui cherche à se concilier cités et provinces. Le texte de Tacite44 nous rapporte qu’il procéda à des familiarum adjectiones : donc de nouvelles familles vont occuper les centuries encore vides, ce qui est confirmé par Frontin45.

  • 46 Frontin, De controversiis agrorum, éd. Lachmann, p. 52.

18En même temps qu’était complétée l’occupation du territoire, les usurpations de terres, à la faveur du désordre lié aux guerres civiles, n’avaient fait que se multiplier et les propriétaires s’étaient indûment emparés des loca exclusa : les colons s’adressèrent au gouverneur de la province pour régulariser cette occupation de fait et pouvoir en jouir selon la loi des subcésives46. Vespasien, ici comme ailleurs, manifesta sa volonté d’une remise en ordre des limites entre les divers territoires. Il définit la largeur du fleuve (latitudo) et son modus pour ménager les deniers des particuliers. Témoignent de cette nouvelle ordonnance des territoires plusieurs cippes de bornage.

  • 47 A. U. Stylow, Apuntes sobre epigrafía de época flavia en Hispania, dans Geriόn, 4, 1986, p. 285-31 (...)
  • 48 Plin., NH, III, 14.
  • 49 García Iglesias, La Baeturia, p. 93-94 ; Canto, p. 185-186 ; cette Lacimurga reçoit le ius Latii d (...)
  • 50 CIL II, 5550 = ILER, 657 : Vivès la localise par erreur à Puebla de Alcocer.

19Une borne (terminus) fixe à Valdecaballeros (Badajoz) la limite entre les gens de Lacimurga et les colons d’Ucubi (Espejo)47 : inter Lacimurg(enses) et Ucubitanos c(olonos) c(oloniae) Claritatis Iuliae. C’est Vespasien qui a procédé à ce bornage entre mars et la fin juin 73. Cette Lacimurga ne saurait être la Lacimurga Constantia Iulia48, réputée cité de la Baeturia Celticorum, et L. García Iglesias49 a eu raison de croire à una Lacimurga lusitanienne, que l’on doit localiser à La Mezquita, à cinq cents mètres au nord du Guadiana, localité de Villavieja, commune de Navalvillar de Pela (Badajoz), grâce à la dédicace Genio Lacimurgae50, au Génie de Lacimurga, la ville n’étant accompagnée d’aucune épithète.

  • 51 CIL II, 656 = ILS, 5972 = ILER, 1786.
  • 52 Sicul. Flaccus, De condicione agrorum, éd. Lachmann, 163, p. 128.

20Or une autre borne, connue depuis longtemps et convenablement lue51, marque la limite entre les colons d’Ucubi, colonia Claritas Iulia, et des Augustani Emeritenses : c’est dire qu’au lieu-dit Mojόn Gordo, situé à treize kilomètres de Valdecaballeros, d’où auraient été transportés dans cette dernière localité les deux termini augustales, nous avons affaire à un trifinium, où se rencontre le territoire d’une enclave d’une colonie de Bétique, Ucubi (Espejo), située à deux cents kilomètres à l’est de Mérida, celui de Lacimurga au nord de l’Arias, donc en Lusitanie, et enfin un finage d’Emerita Augusta, sans qu’on puisse savoir s’il ne s’agit pas ici de praefectura de la regio Turgaliensis. L’enclave des Ucubitani serait d’époque flavienne et correspondrait aux subcésives découpées près du fleuve. Il semble bien que, d’après Siculus Flaccus52, ce soit Domitien qui ait fixé leur frontière et les ait données en concession à leurs possesseurs.

  • 53 J. R. Mélida, Catálogo monumental de Badajoz, Madrid, 1925, no 3108.
  • 54 F. Fita, Epigrafía romana y visigόtica de Montemolín, dans BRAH, 72, 1918, p. 152.
  • 55 Mais n’y a-t-il pas confusion ? Le document serait au contraire unique ; la planche XIIIb de J. Sá (...)

21Au sud de l’Anas, à cent cinq kilomètres d’Emerita, on a trouvé à Montemolín, mais provenant du cortijo del Santo, en pleine Bétique, un terminus au texte tronqué, difficile à lire mais où l’on reconnaît : terminus augu/stalis finis Em/eritensium53 ; contrairement à ce que lisait F. Fita54, ce document ne porte pas mention des prata de la colonia Augusta Emerita ; manque la dédicace, mais on est en droit de la supposer adressée à Vespasien. Il semblerait qu’un texte identique55 ait été découvert à Altos de Solaparza, sur la commune de Valencia del Ventoso, entre Fuente de Cantos et cette localité, à vingt-cinq kilomètres à l’ouest de Montemolín ; en tout cas ici finis a bien le sens de frontière et cette borne ne peut qu’intéresser la praefectura de la regio Mullicensis en raison de son éloignement de la capitale et devait marquer une frontière entre le territoire des Eméritains et celui d’une autre cité, ayant reçu le droit latin pendant la censure de Vespasien et confirmé éventuellement sous Domitien.

  • 56 CIL II, 5033 = ILER, 1785.
  • 57 AE, 1982,544.
  • 58 ILS, 5973, corrigé par A. U. Stylow, Beiträge zur lateinischen Epigraphik im Norden der Provinz Co (...)

22De cette activité de bornage, et donc de la nécessité d’un nouveau train de mesures pour remettre en ordre les territoria, témoigne aussi un document de Yecla de Yeltes56, entre les Mirobrigenses et les... polibedenses. De 84 après Jésus-Christ, donc du règne de Domitien57, date la borne de “El Torcal”, à moitié chemin entre Cisimbrium (Zambra Rute, Cordoue) et Ipolcobulcula, tous deux municipes flaviens, qui prouve une fois encore que la révision du territoire va de pair avec la “municipalisation”. Ces opérations ont dépassé les règnes des empereurs flaviens et ont été enregistrées sous Trajan et confirmées par Hadrien, comme l’indique le trifinium de Fuenteovejuna58.

23Ainsi le problème du territorium de la colonie d’Emerita Augusta impose à l’historien beaucoup d’humilité qui ne semble pas, pas plus que le bon sens, être unanimement partagée. Comment oser traiter avec désinvolture Pomponius Mela et Pline l’Ancien ! Ceux qui ont voulu se débarrasser des affirmations des textes, pourtant aveuglantes, ont souvent fait fausse route et ont conduit la recherche dans une impasse. Il convient surtout de donner à chaque passage des sources sa dimension temporelle pour essayer de présenter une construction cohérente.

  • 59 F. P. Sáez, Estudio sobre una inscripciόn catastral colindante con Lacimurga, dans Habis, 21, 1990 (...)
  • 60 Voir la note 47.
  • 61 Voir la note 50.

24Même si nous avons esquissé une histoire, est-ce bien l’histoire du territorium qui a été reconstruite ? Il existe encore bien des obscurités, bien des lacunes dans cette vision chronologique, et ce n’est pas le nouveau morceau de cadastre en bronze59, portant mention de centuries et de leur surface, traversées en diagonale par l’Anas et un affluent dont le cours est alors, en gros, parallèle, qui apportera une réponse à nos interrogations. Certes, nous y lisons une centuriation dont les lots uniformes représentent 275 jugères ; donc il ne peut s’agir de la première assignation de lots de 400 jugères aux colons d’Emerita Augusta. Proche de l’Anas, seraient-ce des subcésives de la centuriation d’Ucubi qui, nous le savons par la borne de Valdecaballeros60, jouxte les Lacimurgenses, inscrits à l’extérieur de la centuriation, sur la rive gauche de l’Anas, comme nous y a invités le site de Lacimurga61, à moins qu’il ne s’agisse de subcésives arpentées alors de la colonie d’Emerita Augusta ?

25C’est dire que l’on n’a pas achevé de discourir sur le territorium d’Emerita Augusta.

Notes

1 Il ne saurait être question ici de rappeler toute la bibliographie, mais simplement les recherches les plus récentes : R. Wiegels, Zum Territorium der augusteischer Kolonie Emerita, dans MDAI (M). 17, 1976, p. 259-284 (=Wiegels) ; P. Sillières, Centuriation et voie romaine au sud de Mérida. Contribution à la délimitation de la Bétique et de la Lusitanie, dans MCV, 18, 1982, p. 437-448 (= Sillières) ; A. M. Canto, Colonia Iulia Augusta Emerita : consideraciones en torno a su fundaciόn y territorio, dans Geriόn, 7,1989, p. 149-205 (= Canto) ; E. Arino Gil et J. M. Gurt Esparreguera, Augusta Emerita (Mérida), sous presse (= Arino-Gurt).

2 Rappelons l’édition par C. Thulin du Corpus Agrimensorum Romanorum, vol. 1, fasc. 1. Opuscula Agrimensorum veterum, Leipzig, Teubner, 1911 ; celle de F. Blume, K. Lachmann et A. Rudorff, Die Schriften der römischer Feldmesser, 1. Texte und Zeichnungen, Berlin, 1848 (réimpr. G. Olms, Hildesheim, 1967) ; la réimpression anastatique également des Gromatici Veteres chez Bardi, Rome, s.d.

3 L. García Iglesias, La Beturia. Un problema geográfico de la Hispania antigua, dans AEA, 44, 1971, p. 86-108 (= García Iglesias, La Beturia). Id., El Guadiana y los limites comunes de Bética y Lusitania, dans Hisp. Ant., 2, 1972, p. 165-177 (= García Iglesias, El Guadiana).

4 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409 (Publications du Centre Pierre Paris, 8), Paris 1982 (= Le Roux), p. 69-72.

5 R. Étienne et F. Mayet, La dénomination antique de Mérida, dans Mélanges Pinho Brandão, Porto 1984, p.159-172.

6 Canto, p. 159-166, s’efforce en vain de démontrer l’existence d’un praesidium militaire césarien.

7 Frontin, De Controversiis agrorum, éd. Thulin, p. 90, 10-12 ; Agennius Urbicus, De Controversiis agrorum, éd. Thulin, p. 44, 5-21 ; Hygin, Constitutio limitum, éd. Thulin, p. 135, 15.

8 G. Forni, La tribu Papiria di Augusta Emerita, dans Bimilenario de Mérida, Madrid 1976, p. 33-42 (= Forni, La tribu Papiria).

9 Wiegels, carte l, p. 260, légende p. 261 ; liste épigraphique, p. 268-270.

10 Forni, La tribu Papiria, p. 42.

11 Plus tard elle sera municipe flavien. H. Galsterer, Untersuchungen zum römischen Stäedtewesen auf der iberischen Halbinsel, Berlin, 1971 (= Galsterer), p. 46-47.

12 AE, 1980, 547 = AE, 1983, 469 = J. Mendes de Almeida, Lúcio Mário “Caprarius” de Alem-Tejo (estudo de um epitáfio lusitano-romano), dans Arqueologia (Porto), 2, 1980, p. 58-59 ; M. M. Alves Dias, A proposito da inscrição funerária de L. Marius Caprarius encontrada em Veiros, Estremoz, dans AP, IV, 1, 1983, p. 323-336.

13 Graphies caractéristiques des C, R, P et S.

14 CIL II, 167 = no 42 chez Forni, La tribu Papiria, et no 2 chez Wiegels.

15 Contra Le Roux, à propos de AE, 1983, 469.

16 Hygin, Constitutio limitum, éd. Thulin, p. 135, dit que les triumviri ont attribué en Italie des lots de 50 jugères, ailleurs de 200, à Crémone de 210, et qu’Auguste divinisé a accordé en Béturie, à Emerita, 400 jugères.

17 Voir note 1.

18 Avec raison P. Sillières, à la note 18, repousse l’analyse de R. Corzo Sánchez, In finibus Emeritensium, dans Bimilenario de Mérida, p. 217-233, surtout p. 221, fig. 2 et pl. XCVI.

19 Mela, Chorographie, II, 6, 87.

20 Plin., NH, III, 1,6 ; IV, 22, 115.

21 A. Silbermann, p. VII-VIII de l’éd. CUF, Paris, 1988 (= Silbermann).

22 Nous le savons par Plin., Ep., III, 5,17.

23 Silbermann, p. IX.

24 J. Beaujeu, Introduction au Livre I (CUF), Paris 1950, p. 9-12.

25 Par exemple Sillières, p. 439.

26 R. Syme, A governor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, VIII, 1969, p. 125-133, surtout p. 126 : entre 16 et 13 ; R. Étienne, L’horloge de la civitas Igaeditanorum et la création de la province de Lusitanie, dans RÉA, XCIV, 1992, p. 353-362 : en 16 avant Jésus-Christ.

27 CIL II, 474 = ILS, 130 = ILER, 1240. J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa (BÉFAR 253), Rome, 1984,p. 416-418 ; Id., Agrippa et la Péninsule Ibérique, dans Il bimillenario di Agrippa, Gênes, 1989, p. 57-81, surtout p. 68-77.

28 Canto, p. 171.

29 Dig., 50, 15, 8 (Paul) (éd. Mommsen-Kruger, réimpr., 1973), Corpus iuris civilis 908 : In Lusitania Pacenses et Emeritenses iuris italici sunt... Barcinonenses quoque ibidem immunes sunt.

30 J. Alarcão et R. Étienne, Le Portugal à l’époque augustéenne, dans Symposiόn de ciudades augusteas (Zaragoza, 1976), Saragosse, 1976, p. 172-185.

31 CIL II, 859 = ILS, 5970 = ILER, 1782 : borne trouvée à Ledesma, près de Salamanque ; nous rapportons ce texte à la même date que les cippes précédents.

32 Frontin, De controversiis agrorum, éd. Lachmann, 49, 9 ; sur le concept de praefectura, voir Canto, p.177-183.

33 Ead., p. 183.

34 Ead., p. 176-177.

35 Sur cette relation de dépendance juridictionnelle et administrative, voir F. Grelle, “Adsignatio” e “publica persona” nella terminologia dei gromatici, dans Synteleia (Hommages à Arangio Ruiz), Naples, 1964, p. 1136-1141 ; Canto, p. 179.

36 Hygin, Constitutio limitum (éd. Thulin), p. 136.

37 CIL II, 724 = EE, IX, 49, 119 ; Wiegels, Tribusinschriften, p. 73, n. 5.

38 Plin., NH, III, 14 : Seria Fama Iulia ; Wiegels, Tribusinschriften, p. 56.

39 Plin., NH, III, 14 : municipium Concordia Iulia Nertobriga ; Wiegels, Tribusinschriften, p. 56.

40 Plin., NH, III, 14 : Contributa Iulia (sc. adicitur) Ugultuniae cum qua et Curiga nunc est.

41 Hygin, Constitutio limitum, éd. Thulin, p. 136. Arino-Gurt, p. 21.

42 Hygin, Constitutio limitum, éd. Thulin, p. 136.

43 Id, ibid., p. 164.

44 Tac., Hist., 1,78.

45 Frontin, De controversiis agrorum, éd. Lachmann, p. 51. G. Forni, La popolazione di Augusta Emerita, dans Homenaje a Sáenz de Buruaga, Badajoz, 1982, p. 69-83, reste p. 72 dubitatif.

46 Frontin, De controversiis agrorum, éd. Lachmann, p. 52.

47 A. U. Stylow, Apuntes sobre epigrafía de época flavia en Hispania, dans Geriόn, 4, 1986, p. 285-311, surtout : IV. Los hitos terminales de Valdecaballeros (Badajoz), p. 307-311.

48 Plin., NH, III, 14.

49 García Iglesias, La Baeturia, p. 93-94 ; Canto, p. 185-186 ; cette Lacimurga reçoit le ius Latii des Flaviens.

50 CIL II, 5550 = ILER, 657 : Vivès la localise par erreur à Puebla de Alcocer.

51 CIL II, 656 = ILS, 5972 = ILER, 1786.

52 Sicul. Flaccus, De condicione agrorum, éd. Lachmann, 163, p. 128.

53 J. R. Mélida, Catálogo monumental de Badajoz, Madrid, 1925, no 3108.

54 F. Fita, Epigrafía romana y visigόtica de Montemolín, dans BRAH, 72, 1918, p. 152.

55 Mais n’y a-t-il pas confusion ? Le document serait au contraire unique ; la planche XIIIb de J. Sáenz de Buruaga, La fundaciόn de Mérida, dans Bimilenario de Mérida, p. 19-29, surtout p. 23, est en effet la même que la planche VIII de Canto, p. 189.

56 CIL II, 5033 = ILER, 1785.

57 AE, 1982,544.

58 ILS, 5973, corrigé par A. U. Stylow, Beiträge zur lateinischen Epigraphik im Norden der Provinz Cordoba, I, dans MDAI (M), 27, 1986, p. 235-277, surtout p. 266, no 10 : Trifinium/ in<t>er Sacilenses Eporense<s> Solienses ex sententia Iuli Proculi iudicis confirmatum ab/imperatore Caesare Hadriano Augusto.

59 F. P. Sáez, Estudio sobre una inscripciόn catastral colindante con Lacimurga, dans Habis, 21, 1990, p. 205-207 ; M. Clavel-Lévêque, Un plan cadastral à l’échelle : la forma de bronze de Lacimurga, dans Estudios de la Antiguedad, 6-7, 1993, p. 175-182 ; Arino-Gurt, p. 24-25.

60 Voir la note 47.

61 Voir la note 50.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le cours de l’Anas et les territoires situés au nord et au sud.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search