Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

2e partie. Société et histoire

Domitien et les sénateurs hispaniques

Note de l’éditeur

Extrait de Les Années Domitien (Colloque Toulouse, 1992), PALLAS, Toulouse, 1994, p. 241-250.

Texte intégral

  • 1 R. Étienne, Les sénateurs espagnols sous Trajan et Hadrien, dans Les Empereurs romains d’Espagne (C (...)

1En abordant en 19651 l’étude des sénateurs d’origine hispanique sous les règnes de Trajan et d’Hadrien, j’avais rencontré bien des difficultés et bien des incertitudes ; surtout la composition du sénat sous Domitien n’était pas commode à maîtriser et les chiffres fournis par les chercheurs restaient peu fiables.

  • 2 Epigrafia e ordine senatorio (Atti Colloquio Internationale AIEGL, Roma, maggio 1989), I et II (Tit (...)

2Aujourd’hui, il n’est pas davantage question d’aboutir à une claire vision quantitative et qualitative du sénat sous Domitien, même si les études prosopographiques ont fait de considérables progrès, enregistrés en particulier par le colloque Epigrafia e ordine senatorio2. Nous voudrions simplement, en nous attachant aux sénateurs de naissance hispanique, définir la politique de Domitien, en la débarrassant des interprétations tendancieuses d’une historiographie pro-sénatoriale.

3Nous présenterons la prosopographie des sénateurs connus, c’est-à-dire ceux qui ont eu à jouer un rôle historique sous le règne de Domitien, en classant par ordre chronologique les consulaires et par ordre alphabétique les praetorii et enfin un quaestorius ( ?).

I. Prosopographie des sénateurs hispaniques3

A. Les consulaires

1. L. ANTONIVS SATVRNINVS

4PIR2, I A, 874, p. 169-170 ; Degrassi, p. 25 ; Le Roux, Ordine senatorio, no 25.
Cos. suff. en 82, d’après une suggestion de Borghesi, 7,272, dont le nom aurait été érasé après celui de P. Valerius Patruinus.
Originaire de Tarraco.

2. M. CORNELIVS M.F. GAL. NIGRINVS CVRIATIVS MATERNVS

5PIR2, II C, 1407 ; Le Roux, Ordine senatorio, no 4.
Cos. suff. en 83-84 au plus tard.
Originaire de civitas Edetanorum, Liria.

3. M. ANNIVS MESSALA

6Castillo, Ordine senatorio, no 19. Eck, Senatoren, p. 40.
Cos. suff. en avril 83 : praetorius sous Vespasien.
Originaire de Bétique.

4. MARIVS PRISCVS

7PIR2, V, 2, M 315 ; Degrassi, p. 25 ; Castillo, Ordine senatorio, no 74.
Cos. suff. en 84.
Originaire de Bétique.

5. L. DASVMIVS (HADRIANVS)

8PIR2, III D, 14, p. 3 ; Castillo, Ordine senatorio, no 47a.
Cos. suff. en 85 (plutôt que la fourchette 93-100).
Originaire de Bétique (de Cordoue).

6. L. LICINIVS L. F. SVRA

9PIR2, V, 1, L 253, p. 60-61 ; Le Roux, Ordine senatorio, no 3.
Cos. suff. en fin 85 (deux mois) ou 86 (paire avec Q. Vibius Secundus en mars-avril : G. Di Vita-Évrard, Des Calvisii Rusones à Licinius Sura, dans MÉFRA, 1987,1, p. 281-321).
Originaire de Celsa, famille ayant émigré à Tarraco.

7. M. ANNIVS HERENNIVS POLLIO

10Castillo, Ordine senatorio, no 14.
Cos. suff. en 85.
Originaire de Bétique.

8. P. HERENNIVS POLLIO

11Castillo, Ordine senatorio, no 62.
Cos. suff. en 85 avec son fils (notre numéro 7) : ce qui est exceptionnel.
Originaire de Bétique.

9. L. CORNELIVS L. F. GAL. PVSIO ANNIVS MESSALA

12Degrassi, p. 27 ; Castillo, Ordine senatorio, no 40.
Cos. suff. en 90.
Originaire de Gadès, s’il est le fils aîné de l’homonyme, Castillo, Ordine senatorio, no 39.

10. L. IVLIVS VRSVS SERVIANVS

13Degrassi, p. 27 ; Castillo, Ordine senatorio, no 66, p. 506-507 ; Eck, Senatoren, p. 71.
Cos. suff. en mars-avril 90, avec L. Antistius Rusticus (notre numéro 11).
Originaire de Bétique : Italica ?

11. L. ANTISTIVS RVSTICVS

14PIR2, I, 765 ; Degrassi, p. 27 ; Castillo, Ordine senatorio, no 25, p. 493 ; Eck, Senatoren, p. 66.
Cos. suff. en mars-avril 90 avec L. Iulius Ursus Servianus (notre numéro 10).
Originaire de Cordoue.

12. M. VLPIVS TRAIANVS

15PIR1, III, U 375, p. 464-465 ; Degrassi, Fasti, p. 27 ; Castillo, Ordine senatorio, no 94, p. 515.
Cos. ord. en 91.
Originaire d’Italica.

13. Q. VALERIVS VEGETVS

16PIR1, III, P 561, p. 379 ; Degrassi, p. 27 ; Castillo, Ordine senatorio, no 95, p. 515.
Cos. suff. en 91.
Originaire d’Illiberris.

14. Q. POMPONIVS RVFVS ACILIVS PRISCVS COELIVS SPARSVS

17PIR1, III, P 561, p. 79 ; Degrassi, p. 28 ; Le Roux, Ordine senatorio, no 18, p. 459.
Cos. suff. en 95.
Originaire de l’Hispania citerior, fils d’un Sex. Pomponius, Hispaniae citerions princeps.

B. Les prétoriens (rangés par ordre alphabétique)

1. P. AELIVS HADRIANVS AFER

18PIR2, I, III, A 180, p. 379 ; Castillo, Ordine senatorio, no 4, p. 488-489.
préteur.
père de l’Empereur Hadrien, meurt entre le 24 janvier 85 et le 24 janvier 86.
père d’Aelia Domitia Paulina, mariée à Iulius Ursus Servianus (notre consulaire no 10).

2. [CN. BAEBIVS ?] SILANVS [---] IVSTVS AN[TONINVS ?] CN. LEPIDI F.

19Le Roux, Ordine senatorio, no 7, p. 453.
prétorien (CIL II, 3838).
originaire de Sagonte.

3. L. BAEBIVS L. F. GAL. AVITVS

20PIR2, I, B 12, p. 346 ; Le Roux, Ordine senatorio, no 8, p. 453.
prétorien (CIL VI, 1359 = ILS, 1578).
originaire de Sagonte.

4. M. FABIVS ou FADIVS PRISCVS

21PIR2, III, F 55, p. 108 et 98, p. 115 ; Le Roux, Ordine senatorio, no 25, p. 460-461.
légat de légion.
originaire de Tarraco.

5. C. IVLIVS C. F. GAL. TIRO GAETVLICVS

22PIR2, IV, 3,1603, p. 284 ; Le Roux, Ordine senatorio, no 15, p. 459.
prétorien (CIL II, 3661).
originaire d’Ebusus ?

6. M. MAECIVS CELER

23PIR2, V, 2 M 51, p. 136-137 ; Le Roux, Ordine senatorio, no 24, p. 460.
légat de légion.
originaire d’Illici ( ?) (CIL II, 3555).

7. L. MINICIVS L. F. GAL. NATALIS

24PIR2, V, 2, M 619, p. 292-293 ; Le Roux, Ordine senatorio, no 2, p. 456-457.
promu au sénat sous les Flaviens.
originaire de Barcino (CIL II, 4511).

8. [...] RAECIVS TAVRI FIL. GAL. GALLVS

25Le Roux, Ordine senatorio, no 11, p. 458.
préteur
(RIT, 145).
originaire de Tarraco.

9. ANONYME

26Le Roux, Ordine senatorio, no 12, p. 458.
préteur désigné (RIT, 1077 =AE, 1974,414).
originaire de Tarraco.

10. ANONYME

27Le Roux, Ordine senatorio, no 6, p. 457.
prétorien (CIL II, 3533).
originaire de Murcie.

C. Quaestorius

1. Q. LICINIVS SILVANVS GRANIANVS

28PIR2, V, 1, L 247, p. 58-59 ; Le Roux, Ordine senatorio, no 10, p. 458.
questeur ( ?).
originaire de Tarraco.

II. Les choix de Domitien

29Une telle prosopographie nous éclaire sur les choix de Domitien et invite à définir sa politique.

30Sur le plan quantitatif, une opposition éclate entre les deux provinces d’Hispania Ulterior – la Bétique – et d’Hispania Citerior – la Tarraconaise – à rassembler les origines des consulaires. Sur quatorze dénombrés, dix appartiennent à la première province, quatre à la seconde, les proportions étant donc de 71,5 % contre 28,5 % ; si, à ces consuls créés pendant le règne de Domitien, nous ajoutons M. Ulpius Trajanus, le père de Trajan, les chiffres penchent encore davantage en faveur de la Bétique, 73,4 % contre 26,6 %. Domitien respecte ainsi, pour l’accession à la magistrature suprême, l’opposition de niveaux de romanisation et l’ancienneté des descendants des familles italiques.

31À considérer les prétoriens et l’éventuel questorien, le choix de l’empereur est inversé ; sur onze sénateurs, un seul vient de Bétique et dix de Tarraconaise, soit 9,09 % contre 90,91 %. Ici, c’est la promotion des élites indigènes que vise l’Empereur. Ainsi, la famille de M. Maecius Celer – notre numéro 6 des praetorii – est composée de notables, domi nobiles, mais là encore leur notoriété n’atteint pas le niveau de celle des Pomponii ; Sex Pomponius, père de Q. Pomponius Rufus Acilius Priscus Coelius Sparsus – notre numéro 14 des consulaires – est signalé comme Hispaniae citerionsprinceps par Plin., NH, XXII, 120 : le fils atteint – et c’est logique – le consulat en 95, tandis que nombre de praetorii semblent bloqués à ce rang. Il y a donc dans l’Hispanie un “parti” de l’empereur fonctionnant à deux niveaux et, partant, à deux vitesses.

32À envisager la chronologie des consulaires, la seule qu’il soit possible d’établir, on ne peut qu’être frappé des périodes de continuité et de rupture autant que de la concentration des nominations d’Hispaniques à deux périodes du règne, comme le montre le graphique ci-après.

  • 4 Je fais mienne l’excellente remarque de P. Le Roux, intervenant dans la discussion : ce serait égal (...)
  • 5 Castillo, Ordine senatorio, p. 506.

33De 82 à 85, soit pendant les quatre premières années du règne, Domitien a donné régulièrement leurs chances au consulat à des familles hispaniques. Ainsi est illustrée la force du “lobby” hispanique au moment où Domitien octroie de nombreuses chartes municipales à des villes de la péninsule4. Cette continuité, qui témoigne de la prudence et de la mesure de l’empereur, engagé dans des opérations militaires difficiles sur le front germanique, s’accompagne en 85 d’une concentration exceptionnelle ; celle-ci est d’autant plus remarquable que, parmi les quatre consuls suffects de cette année, on rencontre un père et son fils, P. Herennius Pollio (notre numéro 8) et M. Annius Herennius Pollio, adopté, il est vrai, par la puissante gens des Annii : l’empereur les récompense pour une raison qui nous échappe, sans doute un service exceptionnel5 ?

Rythme chronologique et nombre des consulats hispaniques En abscisse, les années de règne ; en ordonnée, le nombre des consulats 1 : consulat suffect ; 2 : consulat ordinaire.

  • 6 W. Eck, Die Statthalter der germanischen Provinzen von 1-3 Jahrhundert, Cologne-Bonn, 1985 (Epig. S (...)
  • 7 SHA, Alex. Sev., 1 ; Pesc. Niger, 9 ; Firminus, 1 ; Avr. Vict., Epitoméitom, 11.
  • 8 J. Assa, Aulus Bucius Lappius Maximus, dans Akten des Int. Kong. für Griech. und Latein. Epigraphik (...)
  • 9 CIL VI, 1347-37049 = ILS, 1006 : confector belli germanici.
  • 10 Cass. Dio., LXVII, 11.
  • 11 Suet., Dom., 7.
  • 12 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409(...)

34Suit alors pendant quatre ans, de 86 à 89, une période où aucun Hispanique n’atteint le consulat ; on ne saurait certes parler d’ostracisme, mais cette absence a dû en irriter plus d’un. En tout cas, en 90 et 91, une nouvelle concentration est signalée, d’autant plus éclatante qu’un Hispanique – le futur empereur Trajan – obtient en 91 le consulat ordinaire, honneur insigne ; en 90, trois consuls suffects manifestent le regain d’intérêt de l’Empereur pour les sénateurs hispaniques. Dans ce cas, l’explication est obvie : fin novembre 88, le légat de Germanie supérieure6, l’Hispanique L. Antonius Saturninus, qui fut consul suffect en 82 (notre numéro 1), se révolte et entraîne dans sa rébellion les deux légions de Mayence, qui le proclamèrent imperator7. Domitien, qui quitta Rome aussitôt en plein hiver, n’eut même pas à le combattre : le gouverneur de Germanie inférieure, A. Bucius Lappius Maximus8, mit fin à la guerre germanique9 en obtenant la victoire lors d’une rencontre sur le Rhin10, où l’usurpateur perdit la vie11. Même si, avec beaucoup d’intelligence, A. Bucius Lappius Maximus a fait disparaître les lettres de complices, Domitien a réagi avec un rare sens de l’opportunité politique. Certes, il se met en route en plein hiver depuis Rome pour gagner la frontière germanique ; en même temps, il rappelle Trajan12, commandant de la VIIe légion Géminée, ayant son quartier général à Legio (Leόn), dans le nord-ouest de la Péninsule. À une trahison d’un Hispanique, ancien consul, il répond par l’affirmation de sa confiance à un général hispanique, fils d’un autre général hispanique, couvert de gloire. Ainsi il colmate et le front germanique qu’il avait dû maintenir au prix d’une guerre contre les Chattes et le front politique. Le “lobby” hispanique retrouvait sa place : trois consuls suffects et, qui plus est, la désignation dans l’été 90 de Trajan comme cos. desig. ord. Quelle satisfaction et quelle gloire pour une famille de Bétique et quelle assurance que les Hispaniques continueront à peser d’un poids non négligeable dans l’administration de l’Empire et parmi les conseillers de l’empereur. Cette assurance “morale” suffisait aux Hispaniques qui, de 92 à 96, n’obtenaient qu’un seul consulat suffect en 95. C’est dire combien les choix de Domitien manifestent les lignes de force d’une politique qui n’a rien à voir avec les affirmations de l’historiographie sénatoriale.

III. La politique de Domitien

35Au moment de définir la politique de Domitien, je voudrais présenter une remarque méthodologique : la prosopographie doit être maniée avec prudence et remise en situation chronologique, si l’on veut saisir dans le concret la politique impériale. On ne peut se contenter d’idées générales sur le “lobby” hispanique. Il faut saisir ses interventions aux moments décisifs pour mesurer son influence et remettre en place les hommes dans un contexte politique. C’est à ce prix qu’on renouvellera les sources littéraires qui se perdent dans des procès mineurs et dans un tableau déformé par la passion contre celui qu’on a défini a priori comme un tyran. Ne faudrait-il pas avoir année par année la situation globale des hauts commandements militaires, des hauts postes de l’administration civile, pour ramener à leur juste valeur des décisions regrettables, certes, mais qu’ont-elles pesé dans les fata imperii ?

  • 13 A. Chastagnol, Le sénat romain à l’époque impériale, Paris, 1992, p. 100 et liste des adlecti de Ve (...)
  • 14 P. Le Roux, Ordine senatorio, p. 452.

36Revenons à la politique de Domitien. Son premier caractère est le respect de la politique des Flaviens, de Vespasien et de Titus. Domitien accepte l’héritage défini par son père et son frère au cours de la censure de 73-74. En effet, la promotion au sénat13 touche tous ceux qui ont pris le parti de la nouvelle dynastie et ont aidé Vespasien à asseoir son autorité. Comme l’a parfaitement montré P. Le Roux14, à partir de 70 le monde provincial fait son entrée dans la vie politique romaine, ce qui se traduit par l’ascension des élites. C’est un moyen pour les Flaviens d’assurer la pacification des provinces impériales et sénatoriales. Sur ce plan-là, le règne de Domitien ne marque aucune rupture dans le dessein flavien et, au contraire, manifeste une parfaite continuité.

  • 15 Après la révolte d’Antonius Saturninus, Domitien alla guerroyer contre les Chattes, alla sur le Dan (...)
  • 16 Id., p. 202-237.
  • 17 CAH, XI, p. 185-186.

37On ne rencontre pas davantage de rupture, si l’on examine les raisons de ces promotions. En effet, un préteur a vocation de commander une légion et beaucoup d’Hispaniques se retrouvent à la tête d’une légion. Cette politique tient compte des nécessités du moment : les frontières de Germanie15 et surtout celles du Danube restent fragiles. L’armée du Danube devient la plus nombreuse sous Domitien, on y retrouve L. Iulius Ursus Servianus (notre numéro 10), Trajan fils (notre numéro 12) et P. Aelius Hadrianus Afer, prétorien numéro 1, beau-frère de L. Iulius Ursus Servianus et petit cousin de Trajan fils. À eux trois, ils tiennent les troupes du front du Danube ; lors de la proclamation de Trajan comme empereur, ce sera Hadrien qui apportera à Trajan la reconnaissance des troupes danubiennes. La sécurité de l’Empire a été l’une des préoccupations constantes de Domitien et il ne mérite en aucune façon le qualificatif de mauvais chef de guerre. Il a compris la nécessité de contenir la Dacie et Trajan l’accompagne dans ses opérations contre le royaume dace16, aux avatars divers. Sans avoir le génie militaire de Trajan, il peut s’appuyer sur de bons généraux qui lui firent oublier les désastres des mauvais : en fin de compte, il maintint l’intégrité des frontières, même s’il dût reconnaître l’existence d’un royaume dace qui se déclara son vassal17.

38Ainsi respect de la politique du père, pacification administrative et sociale par l’ascension à Rome des meilleurs parmi les notables de l’Hispanie, sécurité assurée par l’expérience des hommes de guerre : non, Domitien ne méritait pas cet excès d’indignité dont il fut abreuvé.

Notes

1 R. Étienne, Les sénateurs espagnols sous Trajan et Hadrien, dans Les Empereurs romains d’Espagne (Colloque int. du CNRS, Madrid-Italica, 1964), Paris, 1965, p. 55-82 (discussion p. 82-85) (= Étienne).

2 Epigrafia e ordine senatorio (Atti Colloquio Internationale AIEGL, Roma, maggio 1989), I et II (Tituli, 5), Rome, 1982, où l’on recourra aux indispensables articles de P. Le Roux, Les sénateurs originaires de la province d’Hispania Citerior au Haut Empire romain, p. 439-464 (= Le Roux, Ordine senatorio), et de C. Castillo, Los senadores béticos. Relaciones familiales y sociales, p. 465-519 (= Castillo, Ordine senatorio).

3 Les seules références que nous donnons après chaque nom viennent d’ouvrages collectifs : la PIR2 ; Epigrafia e ordine senatorio (= Ordine senatorio) ; A. Degrassi, I Fasti consolari dell’impero romano dal 30 avanti Cristo al 613 dopo Cristo, Rome, 1952 (= Degrassi) ; W. Eck, Senatoren von Vespasian bis Hadrian. Prosopographische Untersuchungen mit Einschluss der Jahre und Provinzial fasten der Statthalter, Munich, 1970 (Vestigia, 13) (= Eck, Senatoren).

4 Je fais mienne l’excellente remarque de P. Le Roux, intervenant dans la discussion : ce serait également une explication valable pour 90-91, mais ce n’est dans ce cas qu’une explication partielle.

5 Castillo, Ordine senatorio, p. 506.

6 W. Eck, Die Statthalter der germanischen Provinzen von 1-3 Jahrhundert, Cologne-Bonn, 1985 (Epig. Studien, 14) (= Eck, Statthalter), no 18, p. 40-41.

7 SHA, Alex. Sev., 1 ; Pesc. Niger, 9 ; Firminus, 1 ; Avr. Vict., Epitoméitom, 11.

8 J. Assa, Aulus Bucius Lappius Maximus, dans Akten des Int. Kong. für Griech. und Latein. Epigraphik, Vienne, 1964, p. 31-39, suivie par Eck, Statthalter, p. 149-152, en 88/89 ; voir aussi PIR2,1, A 944 et 949.

9 CIL VI, 1347-37049 = ILS, 1006 : confector belli germanici.

10 Cass. Dio., LXVII, 11.

11 Suet., Dom., 7.

12 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409 (Publications du Centre Pierre Paris, 8), Paris, 1982, p. 158.

13 A. Chastagnol, Le sénat romain à l’époque impériale, Paris, 1992, p. 100 et liste des adlecti de Vespasien à Domitien, p. 117-118.

14 P. Le Roux, Ordine senatorio, p. 452.

15 Après la révolte d’Antonius Saturninus, Domitien alla guerroyer contre les Chattes, alla sur le Danube et revint à Rome célébrer un triomphe sur les Chattes et sur les Daces : St. Gsell, Essai sur le règne de l’Empereur Domitien, Paris, 1894, p. 176-201.

16 Id., p. 202-237.

17 CAH, XI, p. 185-186.

Table des illustrations

Légende Rythme chronologique et nombre des consulats hispaniques En abscisse, les années de règne ; en ordonnée, le nombre des consulats 1 : consulat suffect ; 2 : consulat ordinaire.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search