Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

2e partie. Société et histoire

L’horloge de la civitas igaeditanorum et la création de la province de Lusitanie

Note de l’éditeur

Extrait de Revue des Études Anciennes, 94, 3-4,1992, p. 355-362.

Texte intégral

  • 1 F. de Almeida, Egitânia. Histria e Arqueologia (Fac. Letras, Univ. Lisboa, 2) (= Almeida, Egitânia (...)
  • 2 Le texte a été publié par Alv. Pereira, dans Mem. Acad. Ciências e Letras de Lisbonne, 1,1956, p. 4 (...)

1Le regretté D. Fernando de Almeida a publié, dans son maître livre sur la civitas Igaeditanorum (Idanha-a-Velha, Castelo Branco1 un des plus anciens textes épigraphiques de la Lusitanie. Nous voudrions, en reprenant après d’autres2 son étude, dégager la signification non seulement locale mais aussi provinciale de ce don officiel d’une horloge par un citoyen d’Emerita Augusta aux Igaeditani.

I. Le texte (fig. 1)

2Le monument a aujourd’hui réintégré le Musée d’Idanha-a-Velha, après avoir été longtemps déposé à Lisbonne, au Musée Leite de Vasconcellos. Le texte est gravé sur une pierre de granité bleuté, non moulurée.
Dimensions : 33 X 44 X 10 cm
Hauteur des lettres : 1. 1 : 2,2 cm ; 1. 2 : 2,1 cm ; 1. 3 : 2,1 cm ; 1. 4 : 1,9 cm ; 1. 5 : 2 cm ; 1. 6 : 1,8 cm ; 1. 7 : 1,9 cm (le 1 : 2,5 cm) ; 1. 8 : 1,6 cm ; 1. 9 : 1,6 cm.
Espacements : 0/1 : 4 cm ; 1/2 : 1,5 cm ; 2/3 : 1,1 cm ; 3/4 : 1 cm ; 4/5 : 1 cm ; 5/6,6/7,7/8, 8/9 : 0,9 cm ; 9/10 : 2,8 cm.

3Lignes de guidage très visibles

Q. IALLIVS. SEX[ti]. PAPI. [ria tribu]. AVGV[sta]

ORARIVM. DONAVIT

IGAIDITANIS. L[ibens]. A[nimo] F[ecit]. PER. MAG[istros]

TOUTONI[um]. ARCI. F[ilium]

5

MALGEINI[um]. MANLI. F[ilium]

CELTI[um]. ARANTONI. F[ilium]

AMMINI[um]. ATI. F[ilium]

L. DOMITIO. AENOBARBO

P. CORNELIO. SCIPIONE. CO[nl<s>[ulibus]

4Traduction :

Q. Iallius, fils de Sextus, de la tribu Papiria, originaire d’Emerita Augusta, a fait don d’une horloge aux Igaeditans. C’est volontiers et de bon cœur qu’il l’a accompli par l’intermédiaire des “présidents” Toutonius, fils d’Arcius, Malgeinius, fils de Manlius, de Celtius, fils d’Arantonius, d’Amminius, fils d’Atius, sous les consulats de L. Domitius Ahenobarbus et de P. Cornelius Scipion.

5Almeida, Egitânia, p. 140-141, no 1 et fig. 105 ; HAEp., 1063 = ILER, 2082 = 5846a = AE, 1961,149= AE, 1967, 144 ; S. Lambrino, dans AP, III, 1956, p. 17, no 4, fig. 4.

6L’inscription présente des lettres carrées qui gardent une raideur républicaine : les L, les G, les F ; la barre du Q est gravée sur la ligne de guidage inférieure ; les P ne sont pas fermés. Une telle écriture appartient bien à l’époque augustéenne et trahit dans le tracé une gaucherie qui caractérise aussi la mise en page.

7L’ordinator a voulu par sa présentation souligner la structure du texte : la ligne 1 est consacrée au donateur qui étale ses duo nomina, sa filiation et sa tribu ; la seconde et la troisième lignes, en retrait, précisent la nature du don, les destinataires et la procédure officielle ; chaque “président” a droit à une ligne, soit quatre lignes au total (1. 4-7) ; enfin la datation consulaire (1. 8-9) est alignée sur la ligne 1. Au total, c’est l’alignement à gauche qui l’emporte, mais avec des retraits plus ou moins importants et la volonté de bloquer en pavé les quatre “présidents” et les deux consuls, ce qui montre l’hésitation de l’ordinator qui, ce faisant, recherchait aussi un axe de symétrie.

Fig. 1. L’inscription AE 1967, 144 (cliché Delfim Ferreira).

8L’atelier d’où est sortie cette inscription ne maîtrisait donc pas encore les règles de composition, tout en offrant un texte lisible, même si l’abréviation PAPI.AVGV n’est pas canonique et si AENOBARBO est mis pour AHENOBARBO, dix ans après la fondation de l’Empire.

  • 3 A. Degrassi, I Fasti consolari dell’impero romano, Rome, 1952, p. 4.

9En effet – et c’est le premier intérêt de ce texte – le don de Q. Iallius aux gens de la civitas Igaeditanorum (Idanha-a-Velha) se place dans les premiers mois de 16 avant Jésus-Christ, puisque L. Tarius Rufus n’a pas encore remplacé P. Cornelius Scipion3 ; ce texte se trouve donc être le plus ancien témoignage épigraphique de la civitas et, par sa solennité, ne peut que revêtir une riche signification historique.

  • 4 PIR2 IV, I, 3, p. 105.
  • 5 Ibid., IV, 1,4, p. 105-106.
  • 6 G. Forni, La tribu Papiria di Augusta Emerita (= Forni, Tribu), dans Augusta Emerita. Actas del Bim (...)
  • 7 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409(...)
  • 8 Id., ibid., p. 71 ; voir aussi R. Étienne et F. Mayet, La dénomination antique de Mérida, dans Méla (...)
  • 9 W. Schulze, Zur Geschichte lateinischer Eigenamen, Berlin, 2e éd., 1966, p. 424. G. Alföldy, Die Pe (...)

10Le donateur Q. Iallius porte un gentilice connu, encore que peu répandu. Bien après la date de l’inscription de la civitas Igaeditanorum, nous connaissons un consul suffect, Q. Iallius Bassus4, sur un diplôme militaire du 8 juillet 158 ; un autre personnage consulaire est M. Iallius Bassus Fabius Valerianus5, originaire d’Alba Iulia en Narbonnaise. Sans aucun doute possible, le nôtre, fils de Sextus, vient d’Emerita Augusta6 ; c’est dans la tribu Papiria que sont inscrits les citoyens de la colonie fondée en 25 avant Jésus-Christ par le légat d’Auguste, P. Carisius7 ; Augusta rappelle, au début de l’histoire de la ville, la part prise par l’Empereur dans cette création coloniale originale8. Iallius serait ainsi le plus ancien colon attesté et son gentilice serait italien9. Devenu un des notables de la colonie, il a offert volontairement aux gens de la civitas Igaeditanorum une horloge.

  • 10 Voir R. Étienne, P. Le Roux et A. Tranoy, La tessera hospitalis, instrument de sociabilité et de ro (...)
  • 11 Pour la Galice, les progrès de la romanisation au travers des divers systèmes de filiation ont été (...)
  • 12 Naturellement, nous laissons de côté Manlius et Atius, qui pourrait bien se lire Attius : Tranoy, G (...)
  • 13 Toutonus : Almeida, Egitânia, 63 = HAEp., 1113= ILER, 4843 ; ou Toutonius : CIL II, 440, 1 ; HAEp.,(...)
  • 14 Tranoy, Galice romaine, p. 241,364, 383.
  • 15 Almeida, Egitânia,41= ILER, 2198.
  • 16 ILER, 3914 ; CIL II, 5257 = ILER, 2433 ; ILER, 4746 ; CIL II, 5310 = ILER, 6231a ; ILER, 746.
  • 17 Almeida, Egitânia, 53 = HAEp., 1104 = ILER, 3614 ; Almeida, Egitânia, 65 = HAEp., 1114 = ILER, 3967 (...)
  • 18 Amminus : CIL II, 454 = ILER, 753 ; Amminius : Almeida, Egitânia, 183 = HAEp., 1197 = ILER, 3721 ; (...)

11Il s’est déplacé de Mérida jusqu’à cette modeste bourgade et il a été accueilli, selon une procédure qui relève de l’hospitalité. En effet, l’indication de la réception du cadran solaire par les quatre “présidents” de la ville rappelle le formulaire des tables d’hospitalité10, à ceci près que ce ne sont pas des legati mais les magistri mêmes de la cité, représentant la totalité de l’exécutif, qui sont indiqués. Le contraste est frappant entre le citoyen romain d’Emerita, avec son gentilice italien, ses duo nomina en cette fin du ier siècle avant Jésus-Christ, et le collège des quatre “présidents”, faisant penser certes aux IV viri – où deux édiles et deux duoviri à pouvoir juridictionnel se partagent le pouvoir – qui portent des noms uniques, de consonance celtique comme ceux de leurs pères ; toutefois, ils sont en voie de romanisation puisque la filiation est signalée par f. et s’écarte par conséquent de la filiation indigène purement celtique11, où le patronyme est juxtaposé au nom du fils. Aucun doute ne peut être envisagé sur l’onomastique six fois indigène des quatre magistri et de ceux de leurs pères12 : comment s’en étonner en ces premiers temps de l’Empire ? Toutonius13, Arcius14, Malgeinius15, Celtius16, Arantonius17, Amminius18 plongent dans l’onomastique indigène celtique et sont portés par de nombreux individus de la civitas Igaeditanorum. Ils représentent un échantillon caractéristique d’une société qui n’a pas encore été tellement touchée par la civilisation romaine.

12Et voici que la ville, nommée civitas et qui pourrait être aussi bien qualifiée d’oppidum, reçoit un monument, symbole du niveau culturel de la puissance dominante qui rythme son existence au gré des heures solaires.

  • 19 ThLL, IX, 2,6, 1978, col. 876, 1.55 ; RE, XVIII, 1, 1939, col. 866-869 (E. Schuppe).
  • 20 Ibid., VI, 3,1936-1942, col. 2964.
  • 21 Censor., 27.7 : P. Cornelius Nasica... ex aqua fecit horarium quod et ipsum ex consuetudine noscend (...)
  • 22 Tel est le sentiment des éditeurs de HAEp., 1063 et de AE, 1967, 144. Mantas, Orarium donavit, p. 4 (...)
  • 23 Comme le croit Mantas, Orarium donavit, p. 422.
  • 24 Plin., VII, 212. Censor., De die natali, 23.
  • 25 Varro, L. I., VI. 89.
  • 26 Cic., Ad. Attic., XIII, 52, 1.
  • 27 Diogen. Laert., Vie des grands philosophes, VI, 104, rapporte que Diogène de Sinope, philosophe cyn (...)

13Ce monument est désigné ici par le mot orarium19, attesté seulement par ce texte et qu’il faut lire horarium20 ; cet horarium équivaut donc à solarium et à horologium. Le sens en est obvie : c’est celui d’horloge ; même à eau, l’horloge a fini par être désignée comme solarium puisqu’elle permet de compter des heures solaires21. En tout cas, le don fait par Q. Iallius à la cité des Igaeditani ne peut concerner qu’un cadran solaire22, remis officiellement au pouvoir exécutif de la civitas. Il ne peut donc s’agir d’un simple acte d’évergétisme23 : la date elle-même du don s’y opposerait d’ailleurs. L’introduction dans une communauté indigène, reconnue certes par Rome, d’une horloge signifie que la civitas Igaeditanorum est dès lors intégrée dans les habitudes sociales qui règlent la vie de la communauté, autant que les pratiques individuelles. Désormais le temps n’est plus soumis à la course continue du soleil et les habitudes “paysannes” doivent s’accommoder de la division du jour en douze parties. L’heure désormais signifie un laps de temps d’une certaine durée : inter horam tertiam et quartam et il faut tenir compte de l’heure d’hiver et de l’heure d’été. La vie publique est rythmée par l’heure : à Rome, le consul proclamait l’heure de midi quand il voyait le soleil atteindre l’espace compris entre les Rostres et la Graecostasis24 ; certes, chez les Igaeditani une telle coutume aurait eu de la peine à être transposée, mais l’heure de midi y avait certainement une signification spéciale. Il s’agit aussi pour une population de paysans, éventuellement chicaniers, de connaître la division du temps, réglant les audiences de justice25. Les règlements de distribution d’eau supposent aussi l’emploi d’horloges à eau ou de cadrans solaires. La connaissance de l’heure est nécessaire dans la vie privée : convocation de l’assemblée populaire ou du sénat, heure du bain26 à la huitième ou neuvième heure, heure du dîner27. Donc, le don de l’horloge déclenche une révolution dans les mentalités ; en tout cas, venant d’un citoyen d’Emerita, il apporte la preuve d’une volonté de la capitale provinciale de “mettre à l’heure” une communauté qui est située à environ cent soixante kilomètres d’Emerita (fig. 2).

  • 28 CIL 1, 1529 = CIL X, 5807 = ILS, 5348 = ILLRP, 528.
  • 29 CIL X, 1617.
  • 30 NSA, 1901, p. 363.
  • 31 CIL X, 831 = ILS, 5619.
  • 32 CIL III, 1682.
  • 33 CIL III, 1070 = ILS, 5625.
  • 34 CIL IX, 2324 = ILS, 5617.
  • 35 CIL XII, 3100 = ILS, 4845.
  • 36 CIL V, 2035.
  • 37 Voir la note 32.
  • 38 CIL XII, 2522 = ILS, 5624.

14Ainsi l’installation d’une horloge est due le plus souvent à l’intervention de personnages officiels ; déjà, avant 90 avant Jésus-Christ, à Aletrium, c’est la décision du sénat qui a autorisé un citoyen à faire divers dons, dont celui d’un horologium28. Parmi les responsables, on compte l’empereur : à Pouzzoles, Auguste29, à Sorrente, Titus30 ; de façon plus courante, des magistrats municipaux à Pompéi31, à Tucci32 ; souvent l’horloge est dédiée à des divinités : les divinités capitolines associées au salut du couple impérial comme à Apulum en Dacie33, ou à Jupiter seul à Allifa34 ; au Deus Nemausus à Nîmes35. Le monument est installé en l’honneur de Néron36 au pagus Laebaetium (val du Cadore). Des constructions annexes l’accompagnent souvent, la cérémonie d’inauguration est agrémentée de jeux scéniques et de jeux du cirque à Tucci37. Même un esclave est prévu pour s’occuper à Talloires en Narbonnaise38 de l’édifice qui l’abrite et des statues qui l’ornent, le tout protégé par des barreaux.

  • 39 CIL X, 1236 = ILS, 5392.
  • 40 Voir la note 33.

15Cet échantillon épigraphique, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, suffit à caractériser l’importance du monument et ses liens avec le monde officiel, qu’il soit politique ou religieux. L’on comprend mieux ainsi qu’à Nola39 un quattuorvir dédie le solarium au génie de la colonie et en l’honneur de ses habitants, pour qu’ils l’utilisent à perpétuité et dans le bonheur, et qu’à Apulum40 un soldat de la XIIIe légion Géminée ait fait construire à ses frais un templum horologiarium ! L’horloge revêt un caractère sacré ; pour l’ensemble de la communauté civique, elle est un peu l’omphalos de la cité.

  • 41 Plin., NH, VII, 213-214.

16À la civitas Igaeditanorum, le don vient d’un étranger, colon d’Emerita Augusta, qui met la bourgade à l’heure de Mérida. En effet, ce cadran solaire est réglé pour la latitude d’Emerita Augusta. N’oublions pas que le premier cadran solaire qui parut à Rome avait été pris à Catane en 263 avant Jésus-Christ41 et qu’on ne s’aperçut pas qu’il avait été construit pour une latitude de 4°5 plus au sud. Certes, la différence en Lusitanie n’est pas aussi importante ; elle manifeste tout de même la suprématie de la capitale provinciale autant que la volonté d’installer un réseau de chefs-lieux de “populi”, pour disposer d’interlocuteurs valables, qui seraient autant de rouages de transmission des ordres du gouverneur provincial impérial.

  • 42 R. Syme, A governor of Tarracononsis, dans ES, VIII, 1969, p. 123-133, surtout p. 126.
  • 43 J. Alarcão et R. Étienne, Le Portugal à l’époque augustéenne, dans Symposion de ciudades augusteas (...)
  • 44 Dio Cass., LIII, 12,4-5.
  • 45 Strab., III, 4, 20. Sur tout ce problème, voir Le Roux, Armée romaine, p. 54-84.

17Mais en 16 avant Jésus-Christ, sommes-nous sûrs que la Péninsule Ibérique est bien passée du régime des deux provinces, Hispania ulterior et Hispania citerior, à celui de trois, Ulterior Baetica, Ulterior Lusitania et Citerior Tarraconensis ? Nous avons vécu longtemps sur une conclusion de sir Ronald Syme, qui datait la bipartition entre 16 et 13 avant Jésus-Christ42 et nous avons accepté cette fourchette chronologique43, qui corrigeait définitivement la chronologie affirmée par Dion Cassius44. Ce serait au cours de son deuxième voyage en Occident qu’Auguste aurait réorganisé l’administration de la Péninsule Ibérique, pour harmoniser la réduction de l’armée hispanique à trois unités légionnaires et les nouvelles divisions provinciales45.

  • 46 P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale (Publications du Centre Pierre P (...)
  • 47 CIL II, 4721 = Catalogue, nos 35 et 41.
  • 48 CIL II, 4713 et 4715 = Catalogue, nos 49 et 53.
  • 49 Catalogue, nos 26 et 48, entre le 1er janvier et le 5 février 2 avant Jésus-Christ.
  • 50 Sillières, p. 36, 300.

18Ne pourrait-on pas affiner cette chronologie ? Pour ce faire, il nous faut faire un détour par Cordoue et prendre la Via Augusta46 (fig. 2). En effet certains milliaires qui ponctuent son tracé portent la mention : ab arcu unde incipit Baetica47 ou ab Iano Augusto qui est ad Baetem48 ou encore a Baete et Iano Augusto49. Le sens est clair : l’arc (arcus, Ianus augustus) marque à la fois l’entrée de la Via Augusta en Bétique, à l’endroit où celle-ci franchissait le Guadalquivir (Baetis), à trois kilomètres de Mengíbar50, et l’entrée dans la province de Bétique, limitée par le fleuve.

  • 51 Id., p.797.
  • 52 J.-B. Giard, Catalogue des monnaies de l'Empire romain, I. Auguste Paris, 1976 (= Giard, I), p. 185 (...)
  • 53 Il est remarquable que ces monnaies (Giard. I, nos 1257 à 1263) portent l’inscription Quod viae mun (...)
  • 54 A. Vivès y Escudero, La moneda hispánica, IV, Madrid, 1924, pl. CXL, 9 ; CXLI, 1-3, 5 ; CXLII, 6-10 (...)

19Comment imaginer cet arc ? Avec intelligence, P. Sillières51 l’a rapproché de celui qui apparaît sur les monnaies frappées à Cordoue en 16 avant Jésus-Christ52. Ce serait une représentation non pas symbolique mais réelle de l’arc53, tout comme les monnaies de Mérida illustrent la porte d’entrée de la ville, au bout du pont sur le Guadiana54. Ainsi la création de la Bétique – et par voie de conséquence – de la Lusitanie date de l’année 16 avant Jésus-Christ et la remise officielle à la civitas Igaeditanorum d’une horloge ne peut pas être innocente. Elle est hautement significative de cette nouvelle délimitation provinciale, déclenchant une série d’actes administratifs : constitution de pôles administratifs pour chaque populus, soumission à la nouvelle capitale provinciale et pénétration d’habitudes nouvelles qui accompagnent les progrès de la romanisation. Cadeau empoisonné, diraient les nostalgiques des civilisations indigènes où le temps se gaspille ; mais étape décisive et nécessaire pour rythmer vie communautaire et vie personnelle et pour s’intégrer dans une société pour laquelle désormais compte le temps.

Fig. 2. La division de la Péninsule Ibérique en trois provinces et le tracé de la Via Augusta. 1. Limites des trois provinces ; 2. Tracé de la Via Augusta dans le sud de la Péninsule.

Notes

1 F. de Almeida, Egitânia. Histria e Arqueologia (Fac. Letras, Univ. Lisboa, 2) (= Almeida, Egitânia), Lisbonne, 1956, p. 140-141. no 1 et fig. 105.

2 Le texte a été publié par Alv. Pereira, dans Mem. Acad. Ciências e Letras de Lisbonne, 1,1956, p. 442 ; il a été repris tel quel de F. de Almeida par HAEp., 1063 = ILER, 2082 = 5846a = AE, 1961,149 = AE, 1967, 144, et révisé par S. Lambrino, dans AP, III, 1956, p. 17, no 4, fig. 4. Voir enfin V. G. Mantas, Orarium donavit Igaeditanis : epigrafia e funções urbanas numa capital regional lusitana (= Mantas, Orarium donavit), dans Actas do 1 Congreso Peninsular de Histria Antigua (Santiago de Compostela, 1986), éd. G. Pereira Menaut, II, Saint-Jacques-de-Compostelle, 1988, p. 415-439. L’inscription illustre, avec d’autres pour l’auteur, les fonctions administratives de la civitas Igaeditanorum : il ne lui consacre que les pages 421-422.

3 A. Degrassi, I Fasti consolari dell’impero romano, Rome, 1952, p. 4.

4 PIR2 IV, I, 3, p. 105.

5 Ibid., IV, 1,4, p. 105-106.

6 G. Forni, La tribu Papiria di Augusta Emerita (= Forni, Tribu), dans Augusta Emerita. Actas del Bimilenario de Mérida, Madrid, 1976 (= Augusta Emerita), p. 32-42, p. 37.

7 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409 (Publications du Centre Pierre Paris, 8), Paris, 1982 (= Le Roux, Armée romaine), p. 69-72.

8 Id., ibid., p. 71 ; voir aussi R. Étienne et F. Mayet, La dénomination antique de Mérida, dans Mélanges Pinho Brandão, Porto, 1984, p. 159-172.

9 W. Schulze, Zur Geschichte lateinischer Eigenamen, Berlin, 2e éd., 1966, p. 424. G. Alföldy, Die Personnamen in der römischer Provinz Dalmatia, Heidelberg, 1969.

10 Voir R. Étienne, P. Le Roux et A. Tranoy, La tessera hospitalis, instrument de sociabilité et de romanisation dans la Péninsule Ibérique, dans Sociabilité, Pouvoirs et Société (Colloque de Rouen, 1983), Rouen, 1987,p.323-336.

11 Pour la Galice, les progrès de la romanisation au travers des divers systèmes de filiation ont été analysés par A. Tranoy, La Galice romaine. Recherches sur le Nord-Ouest de la Péninsule Ibérique dans l'Antiquité (Publications du Centre Pierre Paris, 7), Paris, 1981 (= Tranoy, Galice romaine), p. 368-369.

12 Naturellement, nous laissons de côté Manlius et Atius, qui pourrait bien se lire Attius : Tranoy, Galice romaine, p. 363, tous deux appartenant à l’onomastique latine.

13 Toutonus : Almeida, Egitânia, 63 = HAEp., 1113= ILER, 4843 ; ou Toutonius : CIL II, 440, 1 ; HAEp., 1273,1344.

14 Tranoy, Galice romaine, p. 241,364, 383.

15 Almeida, Egitânia,41= ILER, 2198.

16 ILER, 3914 ; CIL II, 5257 = ILER, 2433 ; ILER, 4746 ; CIL II, 5310 = ILER, 6231a ; ILER, 746.

17 Almeida, Egitânia, 53 = HAEp., 1104 = ILER, 3614 ; Almeida, Egitânia, 65 = HAEp., 1114 = ILER, 3967 ; Almeida, Egitânia, 52 = HAEp., 1103 = ILER, 4550 ; Almeida, Egitânia, 56 = ILER, 5356.

18 Amminus : CIL II, 454 = ILER, 753 ; Amminius : Almeida, Egitânia, 183 = HAEp., 1197 = ILER, 3721 ; Almeida, Egitânia, 56 = HAEp., 1107 = ILER, 4432 ; CIL II, 46 = ILER, 4715.

19 ThLL, IX, 2,6, 1978, col. 876, 1.55 ; RE, XVIII, 1, 1939, col. 866-869 (E. Schuppe).

20 Ibid., VI, 3,1936-1942, col. 2964.

21 Censor., 27.7 : P. Cornelius Nasica... ex aqua fecit horarium quod et ipsum ex consuetudine noscendi a sole horas solarium coeptum vocari. Sur l’appellation commune d’horologia, voir J. Soubiran, éd. du Livre IX de Vitruve (CUF, 1969) (= Soubiran), p. LIX.

22 Tel est le sentiment des éditeurs de HAEp., 1063 et de AE, 1967, 144. Mantas, Orarium donavit, p. 422, penche à tort pour l’horloge à eau, en interprétant abusivement l’article Horologium de E. Ardaillon, dans DA, III, I (1990), p. 256-264.

23 Comme le croit Mantas, Orarium donavit, p. 422.

24 Plin., VII, 212. Censor., De die natali, 23.

25 Varro, L. I., VI. 89.

26 Cic., Ad. Attic., XIII, 52, 1.

27 Diogen. Laert., Vie des grands philosophes, VI, 104, rapporte que Diogène de Sinope, philosophe cynique qui a vécu entre 403 et 322 avant Jésus-Christ, voyait dans l’ώροσκοπεΐον un moyen pratique pour arriver à l’heure à un dîner ; passage cité par S. L. Gibbs, Greek and Roman Sundials, New-Haven et Londres, 1976 (Yale Studies in the History of Science and Medecine, 11). Voir aussi Ch. Guittard, Le problème des limites et subdivisions du jour civil à Rome, dans MÉFRA, 88, 1976,2, p. 815-842.

28 CIL 1, 1529 = CIL X, 5807 = ILS, 5348 = ILLRP, 528.

29 CIL X, 1617.

30 NSA, 1901, p. 363.

31 CIL X, 831 = ILS, 5619.

32 CIL III, 1682.

33 CIL III, 1070 = ILS, 5625.

34 CIL IX, 2324 = ILS, 5617.

35 CIL XII, 3100 = ILS, 4845.

36 CIL V, 2035.

37 Voir la note 32.

38 CIL XII, 2522 = ILS, 5624.

39 CIL X, 1236 = ILS, 5392.

40 Voir la note 33.

41 Plin., NH, VII, 213-214.

42 R. Syme, A governor of Tarracononsis, dans ES, VIII, 1969, p. 123-133, surtout p. 126.

43 J. Alarcão et R. Étienne, Le Portugal à l’époque augustéenne, dans Symposion de ciudades augusteas (Bimilenario de la colonia Caesaraugusta, 1976), Saragosse, 1976, p. 171-187, p. 174.

44 Dio Cass., LIII, 12,4-5.

45 Strab., III, 4, 20. Sur tout ce problème, voir Le Roux, Armée romaine, p. 54-84.

46 P. Sillières, Les voies de communication de l’Hispanie méridionale (Publications du Centre Pierre Paris, 20), Paris, 1990 (= Sillières), présente p. 63-169 le catalogue épigraphique de tous les milliaires connus de cette voie (cité désormais, Catalogue).

47 CIL II, 4721 = Catalogue, nos 35 et 41.

48 CIL II, 4713 et 4715 = Catalogue, nos 49 et 53.

49 Catalogue, nos 26 et 48, entre le 1er janvier et le 5 février 2 avant Jésus-Christ.

50 Sillières, p. 36, 300.

51 Id., p.797.

52 J.-B. Giard, Catalogue des monnaies de l'Empire romain, I. Auguste Paris, 1976 (= Giard, I), p. 185-186.

53 Il est remarquable que ces monnaies (Giard. I, nos 1257 à 1263) portent l’inscription Quod viae munitae sunt au revers : un pont – mieux qu’un viaduc – porte un arc de triomphe à deux arches, surmonté d’un quadrige ou d’un bige d’éléphants à droite, dans lequel se tient debout Auguste couronné par la Victoire.

54 A. Vivès y Escudero, La moneda hispánica, IV, Madrid, 1924, pl. CXL, 9 ; CXLI, 1-3, 5 ; CXLII, 6-10 ; CXLIII, 1,3.4 ; CXLIV, 1-7 ; CXLV, 1, 2, 4, 7-10 ; CXLVI, 1-5.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. L’inscription AE 1967, 144 (cliché Delfim Ferreira).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 2. La division de la Péninsule Ibérique en trois provinces et le tracé de la Via Augusta. 1. Limites des trois provinces ; 2. Tracé de la Via Augusta dans le sud de la Péninsule.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8261/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search