Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Céramiques antiques en Lycie (viie s. a.C. - viie s. p.C.)

 | 
Séverine Lemaître

Contribution à l’étude du mobilier céramique des époques archaïque et classique du Létôon de Xanthos

Sèverine Lemaître

Texte intégral

  • 1 Le Roy 1991, 341.
  • 2 Le Roy 1991, 342.
  • 3 Davesne 2000, 619.
  • 4 Nous remercions chaleureusement A. Davesne de nous avoir confié l’étude du mobilier provenant de s (...)

1Le sanctuaire de Létô est situé à proximité immédiate du village actuel de Kumlu Ova, à 5 km au sud-ouest de la ville antique de Xanthos, dans la partie occidentale de la Lycie (fig. 1). Les vestiges visibles aujourd’hui appartiennent en majorité aux époques hellénistique, romaine et romaine tardive, les périodes antérieures restant peu connues. Pourtant, quelques fragments de céramiques montrent que le site était fréquenté à la fin du viiie siècle ou dans la première moitié du viie siècle a.C.1 sans que l’on puisse le mettre en relation, une activité cultuelle. La découverte de figurines en terre cuite datées du vie siècle a.C. attestent cette fois de dépôt d’offrandes à proximité de la source peut-être à l’origine de l’implantation du sanctuaire2. Plusieurs groupes de maçonneries mis au jour au nord du site ainsi que des aménagements dans la zone des temples sont rattachés au siècle suivant par les fouilleurs3. En 1989, A. Davesne4, chargé de l’étude des portiques du Létôon, a entrepris une série de sondages le long de la façade ouest du sanctuaire, destinés à établir la chronologie de ces édifices et également à savoir s’il existait dans cette zone des bâtiments antérieurs à la période hellénistique. Le mobilier archéologique collecté dans les couches profondes de ces sondages contribue à la définition du faciès céramique du sanctuaire dans la seconde moitié du vie siècle et au début du ve siècle a.C.

Fig. 1. Carte des environs de Xanthos, d’après P. Lebouteiller in : J. des Courtils, Guide de Xanthos et du Létôon, Istanbul, 2003.

1. Le contexte archéologique

2Les céramiques présentées ici proviennent de deux couches d’un sondage effectué en avant du portique ouest du sanctuaire (carré NO/E1) (fig. 2). Il avait pour finalité de vérifier si l’espace situé à l’est de la plate-forme de ce secteur était occupé ou non. La fouille s’est révélée particulièrement délicate, à cause des remontées fréquentes de la nappe phréatique. Pourtant ce sondage profond met en lumière une stratigraphie relativement claire incluant une alternance de couches d’alluvions stériles et de couches d’occupation riches en matériel, parmi les plus anciennes du sanctuaire (fig. 3).

Fig. 2. Plan du sanctuaire de Létô et localisation du sondage NO/E1, d’après D. Laroche et A. Badie.

Fig. 3. Localisation des US 7 et US 8 dans la stratigraphie reconstituée du sondage NO/E1 (parois sud et nord), d’après le rapport de fouille d’A. Davesne en 1989. Les indications chronologiques sont le fait d’A. Davesne et G. Siebert.

  • 5 Il correspond au sommet de la crépis du temple de Létô.

3L’US 7 est une couche de sédiment charbonneux avec un mobilier abondant, si l’on considère la petite surface fouillée, et localisée à une altitude relative comprise entre-510 cm et-525 cm par rapport au niveau 0 du site5. Elle est installée sur un niveau d’alluvions stériles d’une quarantaine de centimètres. Outre la céramique, le mobilier recueilli comprenait des ossements brûlés et des charbons de bois.

4L’US 8 est une couche de sédiments noirs repérée à une altitude relative comprise entre-570 cm et-610 cm par rapport à la crépis du temple de Létô. Le matériel associé à la céramique comprenait des ossements ainsi que des fragments de terre cuite architecturale et un bloc de calcaire taillé.

2. Les céramiques : données quantitatives générales

  • 6 La totalité des tessons a été prise en compte afin d’établir une répartition par grandes catégorie (...)
  • 7 Le Nombre Typologique d’Individus (NTI) a été calculé à partir des fragments de bords après collag (...)

5L’étude a pris en compte l’ensemble des céramiques des deux couches, soit au total 444 fragments6 et 80 individus en NTI7 (fig. 4). Il s’agit d’un lot modeste, mais qui a l’avantage de présenter un assemblage de la vaisselle en usage dans le sanctuaire à la fin de la période archaïque et au début de l’époque classique. Il se compose de céramiques fines, de céramiques communes, d’un vase de stockage et d’amphores.

Fig. 4. US 7 et US 8 : données quantitatives.

Fig. 5. US 7 et US 8 : histogramme de répartition des céramiques en nombre total de fragments et en NTI.

6La répartition des tessons par grande catégorie de production est inégale dans les deux niveaux stratigraphiques (fig. 5). La couche 7 présente une proportion inhabituelle de céramiques fines, soit 43 % du nombre total de fragments. Cette catégorie correspond à la vaisselle de table (vases à boire et coupes ou assiettes) qu’il serait tentant, de mettre en relation avec les banquets qui devaient se dérouler sur le site à un moment où l’activité cultuelle y est attestée. Pourtant, la faiblesse de l’échantillon interdit d’être plus affirmatif. Les céramiques fines, si elles sont moins nombreuses dans la couche 8, totalisent tout de même 30 % de l’ensemble et la moitié des individus.

7Dans les deux niveaux archéologiques, les céramiques communes, rassemblant les céramiques culinaires proprement dites (adaptée au passage sur le feu) et les vases destinés à la préparation des plats et au service des liquides, occupent une place non négligeable, avec respectivement 29 % des fragments dans l’US 7 et 60 % des tessons pour l’US 8.

8Dans cette catégorie, les bassines et/ou mortiers et les hydries sont plus nombreuses que les pots de cuisson repérés en deux exemplaires seulement en NTI.

9Dix-neuf fragments de panses, dont dix-sept dans l’US 8, appartiennent à un ou plusieurs grands vases de stockage.

10Enfin, une dernière catégorie regroupe les fragments d’amphores, récipients destinés au transport et à la commercialisation des denrées alimentaires (vin et huile d’olive principalement). Elles apparaissent uniquement dans la couche 7, où elles constituent 26 % du nombre total de fragments, soit quatre individus.

3. Présentation du mobilier par catégorie

3.1. Céramiques fines

11Les céramiques fines comptent des formes ouvertes correspondant à des coupes à boire et une assiette. Au total, les US 7 et 8 recelaient 170 fragments de céramiques fines (fig. 6).

Fig. 6. US 7 et US 8 : céramiques fines, données quantitatives

12Le groupe le mieux représenté dans les deux couches est celui des céramiques fines à vernis argileux non grésé partiel, soit 85 % du nombre de fragments. La deuxième catégorie en importance rassemble les tessons à vernis noir grésé, soit 14 % du lot. Enfin, une forme archéologiquement complète provenant de l’US 8 constitue un groupe à part, dans la mesure où la surface du récipient est dépourvue de revêtement et la pâte différente de celle des autres catégories.

Céramiques fines engobées

13Deux qualités de pâte sont visibles parmi les tessons appartenant aux céramiques fines engobées. Dans le premier groupe, la pâte est calcaire, de couleur beige rosé et contient des inclusions fines donnant en surface un aspect légèrement rugueux et poudreux. Les récipients sont alors recouverts partiellement d’un vernis argileux non grésé mat, dont la couleur varie du rouge au brun noir. Le second groupe, celui des coupes dites ioniennes, possède une pâte dense et dure avec peu d’inclusions minérales. Ces vases ont également reçu un engobe partiel, sous forme de bandes plus ou moins larges. Même s’il est plus ou moins dilué selon son emplacement sur le récipient, le vernis a un aspect plus brillant, sans doute dû à un grésage partiel.

  • 8 Yener-Marksteiner 2002 et dans ce volume.

14Du point de vue morphologique, trois types de coupe ou bol appartiennent au premier groupe de pâte. La série la plus importante numériquement, présente dans l’US 7 et l’US 8, rassemble des coupes ou bols à fond annulaire, dotés d’un bord épaissi et rentrant (fig. 7, 1-5). En général, l’engobe couvre la paroi interne du récipient et s’arrête à mi-hauteur de la panse à l’extérieur (fig. 7, 6). Leur diamètre varie de 14 à 18,3 cm. La qualité médiocre de la pâte et de l’engobe nous conduisent à penser que ces vases ont été produits localement ou dans la région. Des exemplaires similaires sont attestés à Xanthos8.

  • 9 Ibid.

15Un deuxième type de coupe, à profil sinueux et lèvre amincie, montre les mêmes caractéristiques macroscopiques (fig. 7, 7-10). Il n’est attesté que dans l’US 7. Le diamètre des récipients oscille entre 15,9 cm et 18,6 cm. Des traces d’engobe brun rouge ou noir sont visibles sur la paroi externe des fragments au niveau de la lèvre. Aucun parallèle n’a pu être trouvé pour cette forme en dehors du site de Xanthos9.

16Pour ces vases, l’état trop fragmentaire du matériel empêche de savoir s’ils étaient dotés d’anses ou non. Par ailleurs, aucun des fragments d’anse mis au jour ne peut se rattacher aux formes précédemment décrites.

  • 10 Metzger 1972, 61 et 62, fig. 6, no 94.
  • 11 Metzger 1972, 66.

17Le troisième type est caractérisé par une lèvre débordante à profil bombé et un diamètre d’un peu plus de 20 cm (fig. 7, 11-12). Des restes d’engobe brun rouge sont présents sur le bord extérieur. Cette forme de coupe, de facture locale, se retrouve dans les deux couches examinées. Le seul parallèle morphologique que nous puissions faire concerne ce qu’H. Metzger avait appelé les bols anatoliens dans la publication des céramiques archaïques et classiques de l’acropole lycienne10. Les exemplaires mis au jour au Létôon présentent une lèvre au même profil bombé, mais sont dépourvus de l’engobe rouge total qui semble caractériser les récipients de Xanthos, ainsi qu’un diamètre d’embouchure supérieur. À Xanthos, ces bols ont été découverts dans des magasins du versant sud détruits au cours du siège d’Harpage vers le milieu du vie s. a.C.11.

  • 12 Gassner 1997, 31 et taf. 1, 23.
  • 13 Villard & Vallet 1955, 7 sq.
  • 14 Vallet & Villard 1964, 88 et pl. 76, 1.
  • 15 À propos de la chronologie des coupes ioniennes à tige basse découvertes à Xanthos et antérieures (...)

18Les US 7 et 8 ont également livré, parmi les céramiques fines engobées, des coupes dites ioniennes (fig. 7, 13-16). La qualité de la pâte, différente de celle des coupes déjà décrites, indique qu’il s’agit sans doute de matériel importé. Elles présentent une lèvre haute plus ou moins déversée et des anses horizontales, fixées à l’oblique, de section ronde. Les exemplaires identifiés offrent des profils et des diamètres variés. Une des coupes de la couche 7 (fig. 7, 15), à lèvre haute et nettement oblique, se rapproche d’un exemplaire trouvé à Éphèse et daté du deuxième quart du vie siècle a.C.12. Un autre bord (fig. 7, 14 et 16) s’apparente à une coupe de type B213 trouvée à Mégara Hyblaea et datée au plus tard du milieu du vie siècle a.C.14. Un fragment de pied conique à tige basse, bien que non jointif (fig. 7, 13), appartient également à une coupe de type B215, ce que confirme la proximité d’aspect de la pâte et du revêtement. Ce dernier, d’épaisseur variable, recouvre la partie inférieure des vases à l’intérieur et à l’extérieur. Une mince bande d’engobe est visible sur le sommet de la lèvre ainsi qu’au niveau supérieur du point d’attache des anses (fig. 7, 14).

Fig. 7. Létôon 1989, NO/E1. Céramiques fines engobées.

  • 16 Metzger 1972, 44-46 et pl. 10, 43.
  • 17 Long & Sourisseau 2002, 53.
  • 18 Op. cit., 54.

19Les coupes dites ioniennes sont bien représentées à Xanthos dans les fouilles de l’acropole lycienne16, ainsi que dans l’ensemble des sites de la fin de l’époque archaïque autour du bassin méditerranéen, y compris la côte provençale de la France. Leur production est traditionnellement rattachée au vie siècle a.C. L’épave de la Pointe Lequin 1A, découverte en 1985 sur la côte nord de l’île de Porquerolles (Var), fournit des indices chronologiques plus précis pour les coupes de type B2. En effet, la cargaison du navire comptait plus de 1500 coupes de ce type, chargées dans des amphores attiques à la brosse découpées et dans des pithoï17. L’étude des céramiques attiques associées à la cargaison a conduit les fouilleurs à dater le naufrage entre 530 et 515 a.C.18.

Céramique fine non engobée

  • 19 Metzger 1972, 37, pl. 6, 27 et profil 29 dans la figure 2, p. 32.

20Nous classons dans cette catégorie une assiette à marli oblique et à fond creux provenant de l’US 8 (fig. 8, 1). Sur la paroi externe de la panse, dépourvue de revêtement, la surface est marquée de trois paires de sillons horizontaux. Le fond a été dégagé au tournassin. Deux autres sillons sont visibles sous le pied. La pâte est calcaire, de couleur beige/rosé moyennement fine, dure et dense. Par sa morphologie, cette assiette se rapproche de certains plats rhodiens identifiés sur l’acropole lycienne par H. Metzger19. L’exemplaire du Létôon montre une absence total de décor sur la lèvre et à l’intérieur du récipient et le remplacement des bandes peintes horizontales sur la paroi externe par des groupes de sillons. Peut-être faut-il y voir une imitation locale et un peu plus tardive des importations rhodiennes rencontrées à Xanthos ?

Fig. 8. Létôon 1989, NO/E1. 1. Céramique fine non engobée. 2-8. Céramiques à vernis noirs.

Céramiques attiques à vernis noir

21À l’exception d’une anse de coupe, de section ronde recueillie dans l’US 8, les dix-neuf autres fragments de céramiques à vernis noir proviennent de l’US 7. La bonne qualité du revêtement permet de rapprocher ces tessons des productions de l’Attique. Les dix individus sont caractérisés par un engobe de couleur noir ou brun assez brillant appliqué sur l’ensemble de la paroi des vases à l’exception de bandes en réserve décorées ou non. Le matériel étudié présente une pâte non calcaire rouge/orangée/beige, assez savonneuse avec peu de dégraissants minéraux et une cassure dense voire très dense.

  • 20 Sparkes & Talcott 1970.
  • 21 Metzger 1972, 140 et pl. 69, 299.
  • 22 Vallet & Villard 1964, 110 et pl. 99, 13.

22Parmi les fragments, on reconnaît des bords de coupe de type C à profil continu (fig. 8, 2-4)20. Les anses ne sont pas conservées. Deux exemplaires appartiennent au groupe des coupes à bande à décor floral. La totalité du vase est engobée à l’exception de bandes réservées sur la paroi externe de la vasque. On y trouve une frise de feuilles associée à une chaîne (fig. 8, 3-4). Ce type de décor est connu à Xanthos21. Le site de Mégara Hyblaea fournit également, parmi la vaisselle de table du dernier quart du vie siècle a.C., un individu identique à ceux du Létôon22.

  • 23 Roberts 1986, 5, fig. 2, 4. À propos des coupes de type C à profil concave, voir aussi Sparkes & T (...)
  • 24 Sparkes & Talcott 1970, 259, fig. 4, 336, 342 et pl. 16.

23Un bord (fig. 8, 5) appartient à une coupe de type C à profil concave comparable aux exemplaires de l’Agora d’Athènes découverts dans un contexte daté entre 520 et 480 a.C.23. L’US 7 a livré une lèvre de shyphos peut-être attique de type A (fig. 8, 6), daté dans les fouilles de l’Agora d’Athènes des premières décennies du ve siècle a.C.24 Le caractère fragmentaire de ce vase empêche toute précision.

  • 25 Sparkes & Talcott 1970, fig. 8, 832. Ce bol provient d’un contexte daté entre 350 et 325 a. C.
  • 26 Pour l’exemplaire fig. 8, 7, cf. Sparkes & Talcott 1970, fig. 8, 732.

24Enfin, deux autres fragments de bords appartiennent à des bols à vernis noir et fond annulaire (fig. 8, 7-8). Un bord à lèvre épaissi (fig. 8, 7) semble se rapprocher, par sa morphologie, de productions plus récentes25. Peut-être s’agit-il d’une intrusion dans cet ensemble ? Un des bols du Létôon (fig. 8, 8) présente, comme un des exemplaires d’Athènes une bande de vernis noir sur le pied. Il apparaît dans un contexte daté vers 500 a.C.26

3.2. Céramiques communes

25Comme nous l’avons vu précédemment, les céramiques communes constituent quantitativement le deuxième groupe des deux lots de mobilier après les céramiques fines, avec 231 fragments et 19 individus en NTI. Sous l’appellation “céramiques communes” ont été réunis les tessons appartenant à deux catégories de production distinctes : les céramiques culinaires à pâte siliceuse destinées à aller sur le feu et les céramiques à pâte calcaire, dont le répertoire formel correspond aux récipients de préparation des aliments ou au service, des liquides notamment. L’étude de l’ensemble montre une répartition inégale entre les céramiques à pâte siliceuse et les céramiques à pâte calcaire dans les deux US. Dans l’US 8, les tessons à pâte calcaire sont très largement majoritaires avec 97 % du nombre total de fragments et dix individus sur onze (fig. 9). Dans la couche 7, les données sont moins contrastées, les fragments à pâte siliceuse rassemblent 61 % du nombre total de tessons et un individus, pour quatre individus à pâte calcaire. La faiblesse numérique du lot empêche de chercher une explication à ce déséquilibre.

Fig. 9. US 7 et US 8 : céramiques communes, données quantitatives.

Céramiques culinaires

26Ce groupe rassemble les fragments à pâte siliceuse, fortement dégraissée, de couleur rouge/brun en surface et grise au cœur, très riche en inclusions sableuses. Des plaquettes de mica blanc sont visibles en surface. Ces céramiques ont fait l’objet d’une réoxydation partielle en fin de cuisson, qui n’a touché que la surface des vases. Celle-ci a été lissée grossièrement. Le répertoire se compose de chytrai ou pots à cuire, dont les anses s’attachent directement sur la lèvre (fig. 10). Les deux individus identifiés sont de modules différents.

  • 27 Sparkes & Talcott 1970, catalogue p. 372, pl. 94, 1943.
  • 28 Sparkes & Talcott 1970, 225.

27La chytra recueillie dans l’US 8 (fig. 10, 1) est caractérisée par une lèvre haute au sommet aplati. Une seule anse, fixée au bord, était conservée mais, par comparaison avec des pots à cuire trouvés dans les fouilles de l’Agora d’Athènes, il faut sans doute en restituer une deuxième. Cet exemplaire trouve un parallèle très proche à Athènes dans un contexte daté entre 520 et 490 a.C.27. Il s’agit d’une forme différente des chytrai attiques en usage jusqu’à la fin du vie siècle a.C. Dotée d’une embouchure large, d’un col haut et d’un fond bombé (non conservé dans l’exemplaire du Létôon), elle servait à faire bouillir l’eau et à cuire des ragoûts lorsqu’on y ajoutait un couvercle. Celui-ci était encastré à l’intérieur du col28.

Fig. 10. Létôon 1989, NO/E1. Céramiques culinaires à pâte siliceuse.

  • 29 Sparkes & Talcott 1970, pl. 93, 1935 et p. 372. L’exemplaire du Létôon est d’un module plus grand.

28Une autre chytra de module plus petit (fig. 10, 2) et provenant de l’US 7 présente un profil à lèvre déversée plus proche des pots à cuire attiques sans col et à une seule anse, dont certains sont datés de la fin du vie ou du début du ve siècle a.C.29

Céramiques de préparation et de service

  • 30 B. Marksteiner a eu la gentillesse de nous montrer le matériel de Xanthos et notamment ces bassine (...)
  • 31 Sparkes & Talcott 1970, pl. 90, 1889 et p. 222 et 369.

29Les céramiques à pâte calcaire peuvent être elles-mêmes divisées en deux groupes formels présentant des pâtes différentes. Le premier rassemble des récipients bas destinés à la préparation des plats, comme les bassines (fig. 11). Parmi eux, une série de sept formes ouvertes basses présente une pâte sableuse, riche en dégraissants minéraux en surface et dans le fond de pâte, avec une cassure peu dense et granuleuse. La paroi interne des récipients présente un aspect très lisse, alors que la face externe est assez irrégulière, de même que le fond plat. Les quatre exemplaires mis au jour dans la couche 8 ont un profil massif, des parois épaisses et une lèvre dont le bord inférieur est souligné par un ressaut plus ou moins accentué (fig. 11, 1-4). Ces bassines sont également attestées sur le site de Xanthos30. Un récipient, découvert sur l’Agora d’Athènes dans un contexte daté entre 520 et 490 a.C. et classé parmi les mortiers, montre un profil proche et la même surface interne lisse31. Les deux bassines trouvées dans l’US 7 ont des profils moins massifs (fig. 11, 5-6). On peut légitimement s’interroger sur l’utilisation de ces vases. L’absence de surface abrasive à l’intérieur des récipients du Létôon va à l’encontre de leur identification comme véritables mortiers.

30Enfin, un fragment de bord présente une pâte calcaire claire beige/rosé, très fine et lisse avec peu d’inclusions minérales en surface et une cassure dense (fig. 11, 7).

Fig. 11. Létôon 1989, NO/E1. Céramiques de préparation à pâte calcaire : bassines.

Fig. 12. Létôon 1989, NO/E1. Céramiques de service des liquides à pâte calcaire : oenochoés et jarres.

31Les récipients de forme fermée, destinés au service des liquides, oenochoé, hydries et jarres constituent le deuxième ensemble des céramiques communes à pâte calcaire (fig. 12 et 13).

  • 32 Pour des exemples d’oenochoé à anse remontante, voir Sparkes & Talcott 1970, pl. 8. Les exemplaire (...)
  • 33 Metzger 1972, 56.

32Certains récipients ont été façonnés dans une pâte très fine et dense, de couleur beige, avec peu d’inclusions minérales. Ainsi, un fragment de bord, sur lequel est fixée une anse à profil remontant appartient à une oenochoé32 (fig. 12, 1). Le col, provenant de l’US 8, est cylindrique et la lèvre en bourrelet. L’anse de section aplatie porte une bande de peinture noire qui fait le tour du bord et déborde largement à l’intérieur du col. La décoration peinte, assez mal conservée, se poursuit sur la partie supérieure de la panse, sous la forme d’une large bande noire, au niveau de l’attache inférieure de l’anse et au-dessous, d’un jeu de lignes plus fines tantôt verticales, tantôt obliques. Un fond annulaire de même facture peut éventuellement être associé à ce bord d’oenochoé (fig. 12, 2). Des vases comparables ont été mis au jour dans un quartier de Xanthos et datés de la période perse (deuxième moitié du vie ou début du ve siècle a.C.)33.

Fig. 13. Létôon 1989, NO/E1. Hydrie à pâte calcaire.

  • 34 Sparkes & Talcott 1970, 53.

33L’US 8 a également livré deux hydries ; l’une d’elles a pu faire l’objet d’un remontage partiel jusqu’à la base du col (fig. 13). La panse a une forme ample, globulaire et légèrement aplatie, le fond est annulaire. Elle est dotée de deux anses horizontales fixées sur la panse au-dessus du niveau de son diamètre maximal et utilisées pour soulever le récipient une fois rempli. Il faut sans doute restituer une troisième anse verticale, s’attachant sur le col et sur la partie supérieure de l’épaule et qui servait à transporter le vase vide34. La pâte est fine calcaire, de couleur beige/ orangé. L’exemplaire remonté présente des bandes horizontales peintes en noir sur la panse, notamment sous le point de fixation des anses, une autre bande, plus fine étant visible en-dessous.

  • 35 Non représentés.
  • 36 Metzger 1972, 55-56 et pl. 15 et pl. 16, 59.

34Les fragments d’une autre hydrie montraient un décor de spirale et de lignes ondulées sur l’épaule ainsi que des bandes horizontales sur la panse35. Des décors comparables sont présents sur les hydries “samiennes” identifiées à Xanthos par H. Metzger et datées de la deuxième moitié du vie siècle a.C.36.

35Certains tessons au contraire présentent une pâte grossière, très riche en dégraissants minéraux. Un bord en amande provient d’une jarre à large embouchure (15,2 cm de diamètre). Le col évasé est marqué par deux ressauts bien visibles (fig. 12, 3). La pâte est de couleur beige jaune et assez grossière : de nombreux nodules blanchâtres sont présents dans la matrice. Aucun parallèle morphologique n’a pu être trouvé pour ce récipient.

36Un fond annulaire, recueilli dans la couche 8, appartient peut-être à une jarre (fig. 12, 4). Il présente une pâte de couleur orange à beige en surface et un aspect légèrement rugueux dû à de nombreuses inclusions de taille irrégulière, dont des micas blancs et des particules grises de nature indéterminée.

3.3. Récipients de stockage

  • 37 Le Roy 2005, 249. Deux pithoï ont servi de réceptacle au corps d’un défunt immédiatement au nord d (...)
  • 38 Metzger 1972, 72 et pl. 27 et 28.
  • 39 Metzger 1972, 70, pl. 26, 112 A et 112 B.

37Dix-neuf fragments de panses très épais découverts dans ce sondage (US 7 et 8) doivent être attribués à des pithoi. Ils sont caractérisés par une pâte brun/beige très granuleuse, riche en dégraissants minéraux de toutes tailles. Des traces de ficelle, sans doute destinée à maintenir les parois du vase pendant le montage et/ou le séchage sont visibles sur la paroi, dont le diamètre diminue dans la partie médiane. Malheureusement, l’absence d’éléments identifiables (bords ou fonds) empêche de préciser la typologie de ces vases réalisés au tour et retrouvés à de nombreux exemplaires dans le sanctuaire, souvent en remploi dans des structures postérieures37. Ces tessons paraissent très différents des pithoi à relief ou à décor estampé découverts à Xanthos dans des niveaux de la fin du vie siècle a.C.38 Par leurs caractéristiques macroscopiques (surface claire), ils pourraient appartenir à la catégorie des pithoi peints de Xanthos et datés selon leur contexte de découverte, soit de la première moitié du vie siècle, soit de la seconde moitié du vie ou du début du ve siècle a.C.39. Cependant, il convient de noter qu’aucune trace de décor peint n’a pu être observée sur les fragments des deux couches archéologiques examinées.

3.4. Amphores

38Soixante douze fragments appartenant à des amphores, soit quatre individus en NTI ont été recueillis dans l’US 7. Ils peuvent être classés en deux catégories.

  • 40 Doğer 1986, 465-466.
  • 41 Doğer 1986, 465, fig. 7.
  • 42 Doğer 1986, 465, fig. 6.

39Un bord et un fond (fig. 14, 1-2) sont à rattacher à un groupe de production dit “à décor de bandes larges sans engobe ou à engobe léger”, soit le type 3 défini par E. Doğer à propos des amphores de Clazomènes et daté de la deuxième moitié du vie siècle a.C.40 Le col, de forme cylindrique assez large, porte un décor de bande peinte en rouge sur le sommet de la lèvre et sur la partie supérieure des anses (fig. 14, 1). Le fond, à bouton creux (fig. 14, 2), peut être rapproché de la variante 3A ou type ovoïde renflé proposé par E. Doğer41. Deux bandes verticales sont placées dans le prolongement de l’attache inférieure de chacune des anses et rejoignent le registre décoratif inférieur. Sur le col découvert au Létôon, les bandes peintes sur le sommet des anses sont moins larges que dans l’exemplaire publié par E. Doğer42. La pâte des fragments du Létôon est de couleur orangé clair et contient de nombreuses inclusions de couleur brune, ainsi que des quartz.

  • 43 Grace 1979.
  • 44 Metzger 1972, 69-70 et Pl. 25, et dans des fouilles plus récentes, cf. Yener-Marksteiner 2002, 222 (...)
  • 45 Sarikakis 1986, 121-122.
  • 46 Grace 1979, fig. 44. Grace 1979, fig. 44.
  • 47 Alpözen et al. 1995, 82.
  • 48 Kassab et al. 2003, 172.

40La deuxième série d’amphores correspond aux productions de Chios à col renflé datées de la fin du vie siècle ou du début du ve siècle a.C.43 (fig. 14, 3-5). Un exemplaire sur les trois présente un décor peint sous la lèvre, prenant la forme d’une bande associée à des cercles (fig. 14, 3). Les productions de Chios sont également attestées à Xanthos, dans les fouilles de l’acropole lycienne à une période plus ancienne, à la fin du viie ou au début du vie siècle a.C.44. La présence de ce vin en Lycie à cette période ne doit pas surprendre. En effet, cette île s’est distinguée dès le vie siècle a.C. par une communauté de marchands actifs et l’exportation de différents produits agricoles, notamment ses vins45. Les amphores de Chios à col renflé connaissent une large diffusion en Grèce, à Athènes46, en Asie Mineure, entre autres à Halicarnasse47 et en Mer Noire48.

Fig. 14. Létôon 1989, NO/E1. Amphores.

Conclusion

  • 49 Davesne 2000, 619.
  • 50 Là encore, à l’issue de l’étude de la totalité du mobilier recueilli dans cette couche, il convien (...)

41L’étude conjointe des céramiques mises au jour dans les couches 7 et 8 du sondage NO/E1 permet de dater de manière absolue un décalage visible en chronologie relative (fig. 3). Les mobiliers de la couche (US 8), la plus profonde, semblent assez homogènes et se placent clairement vers le milieu ou dans la deuxième moitié du vie siècle a.C. Il faut donc redescendre de deux générations environ la datation proposée pour ces niveaux par A. Davesne49. Le mobilier de la couche 7, principalement les céramiques attiques à vernis noirs et les amphores chiotes s’inscrivent plutôt à l’extrême fin du vie siècle a.C. et au début du siècle suivant50. Quelques éléments doivent être considérés comme des intrusions venant des couches supérieures.

  • 51 Ce qu’A. Davesne avait d’ailleurs déjà souligné. Cf. Davesne 2000, 619.

42Compte tenu de leur contexte de découverte, il ne fait pas de doute que les céramiques présentées ici sont en relation avec des pratiques alimentaires ayant eu lieu au cœur du sanctuaire à la fin de l’époque archaïque, puis au début de la période classique. Elle correspondent sans doute aux reliefs d’un ou de plusieurs banquets organisés à l’issue de sacrifices sanglants de type alimentaire, comme le laisse supposer la présence de nombreux ossements dans ces niveaux archéologiques51.

Bibliographie

Bibliographie

Alpözen, T. O., B. Berkaya et A. H. Ödaş (1995) : Commercial amphoras of the Bodrum Museum of underwater Archaeology, Bodrum Museum of Underwater Publication 2, Bodrum.

Davesne, A. (2000) : “La région des portiques du Létôon de Xanthos”, CRAI, Paris, 615-631.

Doğer, E. (1986) : Premières remarques sur les amphores de Clazomènes, BCH Suppl. 13, 461-471.

Gassner, V. (1997) : Das Südtor der Tetragonos-Agora, Forschungen in Ephesos XIII/1/1, Vienne.

Grace, V. (1979) : Amphoras and the ancient wine trade, Athènes.

Kassab Tezgör, D., S. Lemaître et D. Piéri (2003) : “Les amphores de la collection I. Karakan à Sinop”, Anatolia Antiqua, 11, 169-200.

Lemaître, S. (à paraître) : “La Lycie et les échanges commerciaux dans l’Antiquité : les données du mobilier amphorique. Etude préliminaire”, The IIIrd International Symposium on Lycia (7-10 November 2005) Antalya.

Le Roy, Chr. (1991) : “Le développement monumental du Létôon de Xanthos”, RA, fasc. 2, 341-351.
— (2005) : “La nécropole du Létôon de Xanthos”, Gratypen und Totenkult im Süwestlichen Kleinasien, Internationales Kolloquium Antalya (4-8 oktober 1999), 247-260.

Long, L. et J.-C. Sourisseau (2002) : “Épave Pointe Lequin 1A”, in : Long et al., dir. 2002, 50-54.

Long, L., P. Pomey et J.-C. Sourisseau, dir. (2002) : Les Étrusques en mer. Épaves d’Antibes à Marseille, Catalogue d’exposition Musée d’Histoire de Marseille, Édisud, Aix-en-Provence, Metzger, H. (1972) : Les céramiques archaïques et classiques de l’acropole lycienne, Fouilles de Xanthos IV, Paris.

Roberts, S. R. (1986) : “The Stoa Gutter Well. A Late Archaic Deposit in the Athenian Agora”, Hesperia, 55/1, 1-74.

Sarikakis, T. C. (1986) : “Commercial relations between Chios and other greek cities in Antiquity”, Chios. A conference at the Homereion in Chios 1984, Oxford, 121-131.

Sparkes, B. A. et L. Talcott (1970) : Black and Plain Pottery of the 6th, 5th and 4th centuries B. C., The Athenian Agora 12, Princeton.

Villard, F. et G. Vallet (1955) : Mégara Hyblaea V. Lampes du viie s. et chronologie des coupes ioniennes, MEFRA 67, Paris.

Yener-Marksteiner, B. (2002) : “Vorbemerkungen zur Fundkeramik aus Sondage West 3 im Westbereich von Xanthos”, Anatolia Antiqua, 10, 217-226.

Notes

1 Le Roy 1991, 341.

2 Le Roy 1991, 342.

3 Davesne 2000, 619.

4 Nous remercions chaleureusement A. Davesne de nous avoir confié l’étude du mobilier provenant de ses sondages ainsi que la documentation de fouille afférente.

5 Il correspond au sommet de la crépis du temple de Létô.

6 La totalité des tessons a été prise en compte afin d’établir une répartition par grandes catégories de production.

7 Le Nombre Typologique d’Individus (NTI) a été calculé à partir des fragments de bords après collage auxquels certains éléments identifiables ont été rajoutés, comme pour la catégorie des vases de stockage, uniquement représentée par des fragments de panse.

8 Yener-Marksteiner 2002 et dans ce volume.

9 Ibid.

10 Metzger 1972, 61 et 62, fig. 6, no 94.

11 Metzger 1972, 66.

12 Gassner 1997, 31 et taf. 1, 23.

13 Villard & Vallet 1955, 7 sq.

14 Vallet & Villard 1964, 88 et pl. 76, 1.

15 À propos de la chronologie des coupes ioniennes à tige basse découvertes à Xanthos et antérieures au siège d’Harpage, cf. Metzger 1972, 44.

16 Metzger 1972, 44-46 et pl. 10, 43.

17 Long & Sourisseau 2002, 53.

18 Op. cit., 54.

19 Metzger 1972, 37, pl. 6, 27 et profil 29 dans la figure 2, p. 32.

20 Sparkes & Talcott 1970.

21 Metzger 1972, 140 et pl. 69, 299.

22 Vallet & Villard 1964, 110 et pl. 99, 13.

23 Roberts 1986, 5, fig. 2, 4. À propos des coupes de type C à profil concave, voir aussi Sparkes & Talcott 1970, 91-92.

24 Sparkes & Talcott 1970, 259, fig. 4, 336, 342 et pl. 16.

25 Sparkes & Talcott 1970, fig. 8, 832. Ce bol provient d’un contexte daté entre 350 et 325 a. C.

26 Pour l’exemplaire fig. 8, 7, cf. Sparkes & Talcott 1970, fig. 8, 732.

27 Sparkes & Talcott 1970, catalogue p. 372, pl. 94, 1943.

28 Sparkes & Talcott 1970, 225.

29 Sparkes & Talcott 1970, pl. 93, 1935 et p. 372. L’exemplaire du Létôon est d’un module plus grand.

30 B. Marksteiner a eu la gentillesse de nous montrer le matériel de Xanthos et notamment ces bassines, nous la remercions.

31 Sparkes & Talcott 1970, pl. 90, 1889 et p. 222 et 369.

32 Pour des exemples d’oenochoé à anse remontante, voir Sparkes & Talcott 1970, pl. 8. Les exemplaires trouvés à Athènes présentent une embouchure beaucoup plus large que le vase du Létôon.

33 Metzger 1972, 56.

34 Sparkes & Talcott 1970, 53.

35 Non représentés.

36 Metzger 1972, 55-56 et pl. 15 et pl. 16, 59.

37 Le Roy 2005, 249. Deux pithoï ont servi de réceptacle au corps d’un défunt immédiatement au nord du théâtre, le long de la voie qui mène au passage voûté permettant l’accès au koïlon de l’édifice.

38 Metzger 1972, 72 et pl. 27 et 28.

39 Metzger 1972, 70, pl. 26, 112 A et 112 B.

40 Doğer 1986, 465-466.

41 Doğer 1986, 465, fig. 7.

42 Doğer 1986, 465, fig. 6.

43 Grace 1979.

44 Metzger 1972, 69-70 et Pl. 25, et dans des fouilles plus récentes, cf. Yener-Marksteiner 2002, 222, Abb. 2, d.

45 Sarikakis 1986, 121-122.

46 Grace 1979, fig. 44. Grace 1979, fig. 44.

47 Alpözen et al. 1995, 82.

48 Kassab et al. 2003, 172.

49 Davesne 2000, 619.

50 Là encore, à l’issue de l’étude de la totalité du mobilier recueilli dans cette couche, il convient de modifier la datation émise par A. Davesne. Cf. Davesne 2000, 617, Fig. 1.

51 Ce qu’A. Davesne avait d’ailleurs déjà souligné. Cf. Davesne 2000, 619.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte des environs de Xanthos, d’après P. Lebouteiller in : J. des Courtils, Guide de Xanthos et du Létôon, Istanbul, 2003.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 2. Plan du sanctuaire de Létô et localisation du sondage NO/E1, d’après D. Laroche et A. Badie.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3. Localisation des US 7 et US 8 dans la stratigraphie reconstituée du sondage NO/E1 (parois sud et nord), d’après le rapport de fouille d’A. Davesne en 1989. Les indications chronologiques sont le fait d’A. Davesne et G. Siebert.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 4. US 7 et US 8 : données quantitatives.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 5. US 7 et US 8 : histogramme de répartition des céramiques en nombre total de fragments et en NTI.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 6. US 7 et US 8 : céramiques fines, données quantitatives
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 7. Létôon 1989, NO/E1. Céramiques fines engobées.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 8. Létôon 1989, NO/E1. 1. Céramique fine non engobée. 2-8. Céramiques à vernis noirs.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 9. US 7 et US 8 : céramiques communes, données quantitatives.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 10. Létôon 1989, NO/E1. Céramiques culinaires à pâte siliceuse.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 11. Létôon 1989, NO/E1. Céramiques de préparation à pâte calcaire : bassines.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 12. Létôon 1989, NO/E1. Céramiques de service des liquides à pâte calcaire : oenochoés et jarres.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 13. Létôon 1989, NO/E1. Hydrie à pâte calcaire.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 14. Létôon 1989, NO/E1. Amphores.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/825/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540