Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

2e partie. Société et histoire

Sociabilité et hiérarchie urbaine dans la Péninsule Ibérique romaine impériale

Note de l’éditeur

Extrait de Cité et communauté civique en Hispania. iie et iiie siècles (colloque Madrid, 1990), Madrid, 1993, p. 85-91.

Texte intégral

  • 1 R. Étienne, Le culte impérial, vecteur de la hiérarchisation urbaine, dans Les villes de Lusitanie (...)

1À l’occasion d’un récent colloque, j’ai essayé1 de montrer dans quelle mesure le culte impérial peut être considéré comme vecteur de la hiérarchie des villes lusitaniennes.

2En mettant naturellement à part Emerita Augusta, la capitale provinciale, j’ai établi la liste des villes dont étaient originaires les prêtres ou les prêtresses du culte provincial. En sont absentes les colonies, car la société coloniale n’a pas la vitalité, ni le poids économique, ni la culture des sociétés municipales. En revanche, nous sommes certains du dynamisme des municipes d’époque césarienne ou triumvirale et de ceux qui ont été créés par la suite, à partir de cités stipendiaires ou d’oppida, le meilleur exemple étant celui de Conimbriga. Le cas de Pax Iulia constitue un contrepoint par la floraison des serviteurs du culte de la colonie, fondée sans doute au moment du triumvirat, exaltant, comme il est logique, la personne de l’empereur κτίστης autant que manifestant leur attachement au culte d’Auguste divinisé. Une population transplantée, d’un niveau social inférieur, n’a pas imposé un des siens à l’assemblée provinciale ; ses délégués sont restés isolés. Enfin, la multiplication des Augustales et des seviri augustales nous a mis sur la voie d’un autre dynamisme, celui des affranchis, riches et influents qui, en raison de leur origine servile, ne peuvent ni entrer dans l’ordre des décurions, ni exercer les magistratures ou les fonctions sacerdotales officielles. Ils expriment donc leur attachement à l’empereur non pas au nom de la communauté civique toute entière mais à celui d’une couche sociale jouant un rôle de poids dans l’économie. Ils sont liés au phénomène urbain, réhabilitant les ports, tels Olisipo, Ossonoba et Balsa, même si Pax Iulia comporte également une frange libertine non négligeable.

3Aujourd’hui, à l’occasion de cette réunion madrilène, sans nous cantonner en Lusitanie romaine mais sans prétendre mener une recherche exhaustive à l’échelle de la Péninsule Ibérique entière, je voudrais opérer un sondage sur les modes de structuration des sociétés urbaines. Certes, les statuts juridiques donnent un cadre aux ambitions des notables qui, presque toujours propriétaires fonciers, accaparent pouvoir politique et pouvoir économique. Les administrations municipales, donc la communauté civique, sont les interlocuteurs naturels et obligés pour les magistrats et fonctionnaires romains en poste dans la province et c’est en fonction de ce canal d’influence qu’une société peut se structurer. La mention d’amicus et celle des merita nous font entrer dans les réseaux avouables d’une hiérarchie qui paraît relever plus du subjectif que de l’objectif, alors qu’elles habillent la plupart du temps des liens de clientèle.

  • 2 R. P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambridge, 1982 (= Saller).
  • 3 É. Deniaux, Commendatio, recommandations, patronages et clientèles au temps de Cicéron, Paris IV, (...)
  • 4 R. Étienne, Ausone et la société de son temps, dans Index, 17, 1981, p. 255-260, p. 262.
  • 5 Plin., Ép. VII, 3, 2.
  • 6 Saller, p. 17.
  • 7 Plut., Praecepta Gerendae Reipublicae, Moralia, 808.
  • 8 Comme l’a souligné P. Veyne, Les “Alimenta” de Trajan, dans Les Empereurs romains d’Espagne (Coll. (...)

4C’est R. P. Saller2 qui nous a invité à une réflexion sur ce qu’il appelle une relation d’échange, transcendant donc les catégories juridiques et les solidarités familiales et permettant d’identifier les hommes influents. Par exemple patronus qualifie un protecteur, un bienfaiteur. Le terme d’amicus vise un échange bénéfique de biens et de services et É. Deniaux3, dans une thèse aussi solide que brillante, a attiré notre attention sur les canaux directs et indirects qui véhiculaient l’amitié cicéronienne. Pendant tout l’Empire, la société italienne et provinciale tisse sans cesse ses réseaux d’amitié, garantis par la fides : à la fin du IVe siècle, Ausone en apporte encore la confirmation4. Même entre amis s’établit, à l’occasion, une nouvelle hiérarchie qui distingue les amis du premier rang et les amis du second rang5. L’amitié se nourrit perpétuellement d’officia, de services et de beneficia, de bienfaits. Elle est fondée sur l’échange, la réciprocité entre gens de même statut, de même culture ; entre personnages d’importance inégale, elle cache pudiquement une relation de patronage et s’abrite derrière trois mots souvent interchangeables6, d’officia, beneficia et merita. Seulement ces mots, qui ont relevé dans un premier temps de relations privées, s’appliquent aussi bien au monde officiel. Le magistrat municipal, une fois arrivé au faîte des honneurs et de son ambition personnelle, doit aider ses amis, et même comme le dit Plutarque7, il doit favoriser leur enrichissement. Un gouverneur peut être loué pour sa bonté, pour son indulgentia, vertu impériale par excellence8, et donc instaure un paternalisme social d’État qui, certes, s’adresse la plupart du temps à la communauté civique mais aussi la dépasse.

I. Les capitales provinciales

5Allons tout de suite dans la capitale de la Tarraconaise, où l’épigraphie offre aux IIe et IIIe siècles un remarquable observatoire social.

  • 9 RIT, 139.
  • 10 RIT, 132.
  • 11 RIT, 156.

6À Tarragone certes, l’ordo reconnaît comme patronus à plusieurs reprises le gouverneur ou son légat : M. Caecilius Novatilianus9, qualifié d’abstinentissimus, iustissimus et disertissimus, ses qualités morales sont confortées par la culture d’un orateur et d’un poète illustre ; L. Domitius Gallicanus Papinianus, gouverneur de la Citérieure en 241-24410, un Africain, patronus incomparabilis. Cette recherche d’un patronage officiel intéresse aussi bien la communauté civique représentée par l’ordo Tarraconensium, reconnaissant même dans un patron de la province son propre patron11, qu’un citoyen qui assume à cette occasion une dépense évergétique.

  • 12 RIT, 149.
  • 13 RIT, 376.

7Le patronage est le signe irréfutable de la disparité des situations et de la volonté de la part des communautés civiques de se ménager à Rome des appuis fidèles et continus. Quand un personnage sénatorial ou équestre est l’objet d’une dédicace où il est qualifié d’amicus, cette appellation recouvre une relation de clientèle : ainsi, sous Hadrien, pour Sex. Pompeius Tertullianus12 à l’égard du sénateur L. Valerius Propinquus Granius Grattius Cerealis Geminius Restitutus, originaire de Sagonte ; encore, sous le même empereur, pour L. Minicius Pudens à l’égard du chevalier d’Ilerda, M. Fabius Paulinus13, dont il a été le compagnon d’études, sans doute à Tarragone : cette camaraderie “scolaire” est source d’influence et de recommandation.

  • 14 RIT, 200.
  • 15 RIT, 216.

8L’officium militaire du gouverneur, proche du centre de décision provincial, est également l’objet de sollicitations : un secrétaire-bourreau de la leg. VIIa Gemina Felix reçoit dans la dédicace d’un particulier le titre d’amicus carissimus14, un vétéran de la même légion, celui d’amicus pius15.

  • 16 RIT, 282.
  • 17 RIT, 922.

9Le flaminat provincial donne à son titulaire une autorité redoutable ; nul doute que l’appui de ces prêtres n’ait été recherché, même lorsqu’ils sont étrangers à Tarragone, comme L. Grattius Glaucus, de Segobriga16 ; ou quand ils sont originaires de Tarragone et d’un flamine municipal promu chevalier, c’est un étranger, originaire de Complutum17, qui se dit son ami.

  • 18 RIT, 451, 455, 457, 601.

10Même lorsque la fonction du personnage honoré comme amicus optimus n’est pas précisée18, nous sommes sûrs à Tarragone que la dédicace n’est pas innocente : cette amitié est gage d’influence sociale, indépendamment de l’appartenance à la communauté civique. C’est cette amicitia qui fait la différence et introduit une vraie hiérarchie sociale.

  • 19 RIT, 418.
  • 20 RIT, 157.
  • 21 Voir la note 13.
  • 22 RIT, 375.
  • 23 RIT, 415.

11En dehors de la communauté civique, existe le corpus sevirorum augustalium qui, placé à l’écart de la vie officielle, a besoin de patrons et d’amis. C’est ainsi que C. Sextius Firmus est le patron de celui de Tarragone19 : il a multiplié à son égard les marques de bienveillance (beneficia). (À titre individuel, deux affranchis honorent un chevalier, procurateur impérial, qui a gravi les honores de la colonie de Tarragone20. Un cas remarquable de “transgression” sociale verticale est offert par la gens Fabia. Nous avons déjà évoqué le chevalier M. Fabius Paulinus21 : or un affranchi, M. Fabius Asiaticus, sevir augustalis magister Larum, lui fait une dédicace22, en le qualifiant d’“amantissimus paternarum amicitiarum”, soit “chérissant au plus haut point les liens ancestraux d’amitié” : l’affranchissement du père de M. Fabius Asiaticus, ou le sien propre, a été fait par le père du chevalier. Une telle expression traduit la fides de la famille à ce réseau d’amitié, qui met en vue l’affranchi M. Fabius Asiaticus ; on comprend aisément alors que le sevir augustalis engendre à son tour une relation d’amicitia à l’égard de L. Pompeius Severinus23.

  • 24 RIT, 418.
  • 25 IRB, 90.
  • 26 IRB, 82-100 et IRC, I, 125.

12Le modèle donc de l’amitié-clientèle s’applique aussi au monde des affranchis touché lui aussi par les différences. Ainsi L. Flavius Chrysogonus24, sevir augustalis magister Larum, a affranchi L. Flavius Chrysogonus qui le reconnaît naturellement comme patronus indulgentissimus, mais lui sont liés aussi Q. Cornelius Silvicus, sevir, et Cornelia Festiva, qui sont entrés dans sa clientèle, comme l’a bien vu G. Alföldy. Mais, pourquoi cette position particulière d’un L. Flavius Chrysogonus ? C’est qu’il dresse à Barcelone un piédestal25 à L. Licinius Secundus, l’accensus de L. Licinius Sura, parmi les vingt et un monuments26 que reçoit ce personnage de premier plan. Certes, sur l’inscription, l’affranchi de Tarragone n’inscrit pas amicus, comme huit autres monuments sur vingt et un, soit les deux cinquièmes. Il n’empêche que le seul fait d’être présent dans ce concert marque l’importance du personnage qui devient ainsi une référence.

  • 27 RIT, 421.
  • 28 RIT, 453 : un C. Aufidius Victorinus a été gouverneur de Tarraconaise en 171-172, au moins.

13Les affranchis se lient à des seviri augustales en vue27 ou à des personnages liés même à des familles sénatoriales, telle Fabia Lyde à C. Aufidius Victorinus28.

  • 29 RIT, 164, 187.
  • 30 RIT, 187.

14Ainsi, dans une capitale comme Tarragone, on doit distinguer plusieurs réseaux ; les mentions d’un bene merito et d’ob plurima eius in se merita valent celle d’amicus29, encore que le cercle de relations militaires entre deux Africains30 peut se tenir à l’écart de la communauté civique de la ville. D’autre part, la communauté libertine s’affirme et imite, ici comme ailleurs, la communauté civique et se structure à son image par des relations “pyramidales” semblables. En tout cas, la société de la capitale bouge et défend ses intérêts politiques, économiques et culturels.

  • 31 CIL II, 5266.

15Il est curieux de ne pas retrouver ce dynamisme, cette intense vie de relation, ni à Emerita, où seul un couple d’affranchis fait une dédicace à un soldat de la Legio VIIa Gemina Felix31, ni à Cordoue, où nous avons passé en revue tous les textes parus. Certes, nous ne sommes pas à l’abri d’une future découverte : même dans ce cas, les témoignages resteront quantitativement et qualitativement loin du compte tarragonais.

II. Les autres villes provinciales

1. Tarraconnaise

16Sans nous attarder à Barcino-Barcelone, où nous avons évoqué la place exceptionnelle d’un L. Licinius Secundus, il est intéressant de dresser le catalogue des cités où apparaissent le cercle des amis, ou une relation de clientèle par amitié.

  • 32 CIL II, 2782.
  • 33 CIL II. 2822.

17À Clunia32, un groupe anonyme d’amici fait une dédicace à C. Calvisius Sabinus, prêtre de Rome et d’Auguste divinisé, parce qu’il a offert du blé au moment d’une disette. Ces amici réunissaient des gens de qualité juridique diverse car à ce même bienfaiteur, les décurions du sénat local dressent une statue de sua pecunia ob plurima in rem publicam merita33.

  • 34 CIL II, 3332.
  • 35 CIL II, 3340.

18À Tugia34, les amici gardent également l’anonymat en honorant C. Clodius Victorinus, mort à vingt ans, tandis que dans l’inscription mutilée de Vivatia35 ils déclinent leur identité.

2. Lusitanie

  • 36 CIL II, 4989 et 5161 = ILER, 1525 = IRCP, 80.

19À Balsa-Tavira36, sont mentionnés des amici où l’on reconnaît les affranchis du fils, du père et du grand-père, des esclaves publics les ont rejoints. Ce groupe d’amici, attachés à rendre hommage à trois générations, est structuré puisqu’il dispose de deux curateurs.

  • 37 AE, 1964, 276 = HAEp, 2865 = IRCP, 151.

20À Mirobriga-Santiago do Cacém37, ce sont deux affranchis qui font une dédicace à un personnage de souche indigène, décurion de la ville et coopté dans le sénat d’Italica : à son pouvoir de recommandation, ce membre de la communauté civique n’ajoutait-il pas un pouvoir économique qui pouvait intéresser les deux affranchis de Mirobriga ?

  • 38 EE, VIII, 6 = ILS, 6900 = IRCP, 241.
  • 39 CIL II, 5191.

21À Pax Iulia-Beja38, les amici, groupés en une association anonyme, font une collecte en l’honneur d’un affranchi qui est augustalis à la fois de la colonie de Pax Iulia et du municipe d’Ebora. Ce bloc d’amis relève sans doute d’intérêts économiques à l’égard d’un personnage qui a, sans doute, des intérêts dans les deux villes à la fois, et qui avec intelligence s’est fait coopter à Ebora, qui pèse dans la province plus que Pax Iulia et où un collège religieux s’y nomme amici nemesiaci39, nouvelle preuve de la structuration de la société d’Ebora.

  • 40 IRCP, 7.

22À Ossonoba-Faro40, la civitas prend pour patronus un prêtre du culte impérial provincial, qui avait à Mérida ses entrées dans les bureaux du gouverneur. Quatre personnages libres dans la même ville font une dédicace à C. Iulius Felicior, flamine et duumvir, qualifié d’amicus benemerentissimus et pientissimus.

3. Bétique

  • 41 CIL II, 2056.

23À Aratispi-Cauche el Viejo41, les amici sortent de l’anonymat ; au nombre de dix-sept, ils donnent leurs tria nomina, en classant par ordre de récurrence les mentions de gentes : gens Licinia, quatre mentions ; gens Fabia, gens Iunia, trois ; gens Flavia, gens Calpurnia, deux ; gens Aemilia, gens Annia, gens Aurelia, une ; nous découvrons une image de l’importance des gentes à Aristipi, simple res publica.

  • 42 CIL II, 1955.

24À Cartima-Cartama42, c’est le citoyen qui le premier porte le titre de chevalier qui reçoit, de la part des amici et de son vivant, une statue dont sa mère rembourse la dépense, après sa mort.

25Ainsi, les mécanismes sociaux restent les mêmes d’une province à l’autre, d’une colonie à un municipe, de citoyens à affranchis. L’existence de réseaux d’amitié et donc de dépendances prouve une structuration de la société et nous éclaire sur le dynamisme de certaines cités, ce qui peut nous donner les clés de leur place dans la hiérarchie urbaine. Certes, il existe d’autres paramètres de ce dynamisme, mais même si la recherche a été conduite naïvement et même si la moisson est quelque peu décevante, il n’était pas inutile de faire un sondage sérieux dans l’épigraphie hispanique pour mettre à l’épreuve les réflexions de R. P. Saller, qui sont parfaitement vérifiées.

26Que Tarragone paraisse la capitale la plus active n’étonnera personne ; plus étonnant est jusqu’ici le silence des sources en Bétique à propos des cités du Bétis-Guadalquivir, tournées en particulier vers l’exportation de l’huile et si liées aux familles romaines. Faut-il alors supposer que les réseaux anciens, tissés sous la République entre l’Ultérieure et Rome et l’Italie, leur suffisaient à avoir du poids dans la capitale de l’Empire ?

  • 43 Dans les récentes inscriptions publiées, notons par exemple AE, 1968, 224 ; AE, 1971,160 ; AE, 197 (...)

27D’une façon générale, quand on prend l’ensemble des textes de la Péninsule, il semble que souvent, dans les villes, l’horizon social ne dépasse guère le cercle familial et que s’y juxtaposent les cellules familiales plutôt que s’y dessine une structuration de la société. La grande affaire reste, dans les régions de tradition celtique, le baptême linguistique et la définition précise des liens familiaux. Que d’inscriptions redoublent les mentions mater, filia, pater, filius, quand elles n’étendent pas les précisions aux grands parents, aux oncles et tantes43 : ce qui compte, statistiquement le plus, c’est de s’intégrer dans la famille “romaine” et d’utiliser le vocabulaire latin des relations familiales. La société hispanique est ainsi faite d’un agglomérat de familles qui vivent repliées sur elles-mêmes. Les citoyens essaient de maintenir leur influence politique, économique et culturelle en multipliant les liens familiaux à l’intérieur de la cité ; de la litanie des inscriptions funéraires, on ne retire aucune impression de larges préoccupations ou de fortes ambitions. Le centralisme provincial l’emporte en Tarraconaise, sur la côte méditerranéenne une ville émerge comme Barcelone, en Lusitanie les ports du sud ont du poids ; d’une façon générale, seules les villes où la communauté libertine joue un rôle moteur sortent de l’anonymat. Les communautés civiques semblent avoir eu assez de soucis à conserver leur parure monumentale, à assumer les tâches quotidiennes sans souvent avoir eu l’envie ou l’occasion de dépasser l’horizon de leur cité. Cette recherche, modeste et aléatoire, est à verser au dossier, toujours ouvert, de la société romaine en Péninsule Ibérique.

Notes

1 R. Étienne, Le culte impérial, vecteur de la hiérarchisation urbaine, dans Les villes de Lusitanie romaine, hiérarchies et territoires (Table ronde internationale du CNRS, Talence, 1988) (Collection de la Maison des Pays ibériques, 42), Paris, 1990, p. 215-231.

2 R. P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambridge, 1982 (= Saller).

3 É. Deniaux, Commendatio, recommandations, patronages et clientèles au temps de Cicéron, Paris IV, 1987 (thèse multigraphiée).

4 R. Étienne, Ausone et la société de son temps, dans Index, 17, 1981, p. 255-260, p. 262.

5 Plin., Ép. VII, 3, 2.

6 Saller, p. 17.

7 Plut., Praecepta Gerendae Reipublicae, Moralia, 808.

8 Comme l’a souligné P. Veyne, Les “Alimenta” de Trajan, dans Les Empereurs romains d’Espagne (Coll. int. du CNRS, Madrid-Italica, 1964), Paris, 1965, p. 163-179, p. 166.

9 RIT, 139.

10 RIT, 132.

11 RIT, 156.

12 RIT, 149.

13 RIT, 376.

14 RIT, 200.

15 RIT, 216.

16 RIT, 282.

17 RIT, 922.

18 RIT, 451, 455, 457, 601.

19 RIT, 418.

20 RIT, 157.

21 Voir la note 13.

22 RIT, 375.

23 RIT, 415.

24 RIT, 418.

25 IRB, 90.

26 IRB, 82-100 et IRC, I, 125.

27 RIT, 421.

28 RIT, 453 : un C. Aufidius Victorinus a été gouverneur de Tarraconaise en 171-172, au moins.

29 RIT, 164, 187.

30 RIT, 187.

31 CIL II, 5266.

32 CIL II, 2782.

33 CIL II. 2822.

34 CIL II, 3332.

35 CIL II, 3340.

36 CIL II, 4989 et 5161 = ILER, 1525 = IRCP, 80.

37 AE, 1964, 276 = HAEp, 2865 = IRCP, 151.

38 EE, VIII, 6 = ILS, 6900 = IRCP, 241.

39 CIL II, 5191.

40 IRCP, 7.

41 CIL II, 2056.

42 CIL II, 1955.

43 Dans les récentes inscriptions publiées, notons par exemple AE, 1968, 224 ; AE, 1971,160 ; AE, 1979, 328 ; AE, 1983,494.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search