Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

2e partie. Société et histoire

La tessera hospitalis, instrument de sociabilité et de romanisation dans la péninsule Ibérique

Note de l’éditeur

Extrait de Sociabilité, pouvoirs et société (Colloque de Rouen, 1983) (Publications de l’Université de Rouen, 110), Rouen, 1987, p. 323-336 (co-auteurs P. Le Roux et A. Tranoy).

Texte intégral

1Parmi les documents qui nous permettent de mesurer la sociabilité dans le monde romain antique, les tessères d’hospitalité occupent une place privilégiée, qu’elles mettent en contact deux individus, une collectivité et un individu ou deux collectivités. Elles matérialisent un type de contrat officiel (foedus) dont la nature et le contenu demandent à être précisés. Malgré un vocable romain (hospitium), le pacte s’inscrit en effet dans une histoire déjà longue que révèle assurément le fait que les tessères hispaniques représentent près de la moitié des tessères connues dans l’ensemble de l’Empire romain. Une telle proportion conduit à poser le problème de leur origine ; que ces tessères d’hospitalité soient parfois désignées sous le nom de “tables de patronat” nous invite à nous interroger sur les rapports exacts entre hospitium et patronat et sur l’évolution probable de l’institution et à nous demander si elles ne représentent pas un vecteur subtil d’acculturation.

I. Les treize documents de l’Hispanie préimpériale (carte 1)

2[Bibliographie (arrêtée à 1983)]

E. Hübner, Monumenta Linguae Ibericae, Berlin, 1893 (= MLI).

J. M. Ramos y Loscertales, Hospicio y clientela en la España céltica. Notas para su estudio, dans Emerita, X, 1942, p. 308-337.

A. Tovar, El bronce de Luzaga y las téseras de hospidalidad latinas y celtibéricas, dans Emerita, XVI, 1948, p. 75-91 (= Tovar, Bronce).

A. Tovar, Estudios sobre las primitivas lenguas hispánicas, Buenos Aires, 1949 (= Tovar, Estudios).

M. Gmez Moreno, Misceláneas. Historia, Arte, Arqueologa : La Antigüedad, Madrid, 1949 (= Gmez Moreno, Misceláneas ; Exc.).

M. Lejeune, Celtiberica (Acta Salmanticensia, Filosofía y Letras, VII, 4), Salamanque, 1955 (= Lejeune, Celtiberica).

A. Tovar, Notas epigráficas sobre objetos del Museo Arqueolgico Nacional, dans RABM, LXI, 1955, p. 577-583 (= Tovar, Notas epigráficas).

J. M. Blázquez Martínez, El legado indoeuropeo en la Hispania romana, dans Primer Symposion de Prehistoria de la Pensula ibérica, setiembre 1959, Pampelune, 1960, p. 319-362 (= Blázquez, Legado).

A. García y Bellido, Tessera hospitalis del ano 14 de la era hallada en Herrera de Pisuerga, dans BRAH, CLIX, 1966, p. 149-166 (= García y Bellido, Herrera de Pisuerga).

M. Almagro Basch, Tres téseras celtibéricas de bronce de la regin de Segobriga, Saelices (Cuenca), dans En Homenaje a Conchita Fernández Chicarro, Madrid, 1982, p. 195-209 (= Almagro Basch, Tres téseras).

REFERENCES

LIEU

FORME DU SUPPORT

ACTEURS

FORMULAIRE

A. - ALPHABET IBÉRIQUE

1. MLI, XL = Gomez Moreno, Exc. 85 = Tovar, Estudios, p. 171, no 4, Lejeune Celtiberica, p. 72, B7 = Almagro-Basch, Tres téseras, p. 203-204

région de Segobriga (Saelices, Cuenca)

protomé de taureau 3,5 cm x 4,5 cm

le porteur est l’hôte de Segobriga

2. Gomez Moreno, Exc. 82 = Tovar, Estudios, 170, no 2 = Lejeune, Celtiberica, p. 72. B3

Monreal de Ariza

taureau ou verrat

car

3. MLI. XXXIX = Gomez Moreno, Exc. 86 = Tovar, Estudios, p. 170, no 3 = Lejeune, Celtiberica, p. 72. B5 = Almagro Basch. Tres téseras, p. 197-201

région de Segobriga (Saelices, Cuenca)

moitié de petit taureau 5.5 cm x 3,7 cm

Libiaca (Libiensis)

gortica car

4. Gomez Moreno. Exc. 87 = Tovar, Estudios, p. 171, no 4 = Lejeune, Celtiberica. p. 72. B6 = Almagro Basch, Tres téseras, p. 201-202

région de Segobriga (Saelices, Cuenca)

peau de sanglier 5 cm x 4 cm

Libiaca (Libiensis)

5. Gomez Moreno, Exc, 97 = Tovar. Estudios, p. 171. no 5 = Lejeune, Celtiberica, p. 72, B4

Sasamόn

taureau ou cheval

3 noms d’individus ou de peuples ou de gentilités

6. Lejeune, Celtiberica, p. 65-69, p. 72. B8

environs de Saragosse

main droite

Lubos, de la gentilité des Alisoci : Avallus, de Contrebia Belaica

7. MLI, XXXV = Gomez Moreno, Exc. 84 = Tovar. Bronce, p. 75-91, surtout p. 85-91 = Lejeune, Celtiberica, p. 40. B1, p. 98-101

Luzaga

plaque

Gens d’Aregrada : Gens de Lutia

gortica garanti par Deinorix

B.-ALPHABET LATIN

8. Fita, dans BRAH. XIII. 1888, p. 329 = CIL II, 5762 = Tovar. Bronce, p. 81 = Estudios, no 6, p. 172 = Lejeune, Celtiberica, p. 73 et 80. B54 = Blazquez Legado, p. 338 = Garcia y Bellido, Herrera de Pisuerga, 24

Paredes de Nava

deux mains droites enlacées

Caisaros Cecciqum princeps ; Arcailo

9. CM Cáceres, p. 84 = Gomez Moreno, Misceláneas p. 204 = Tovar. Bronce. p. 81 : Estudios, p. 172, no 7 = Lejeune, Celtiberica, p. 72, 79 et 104, B51 = Blazquez, Legado, p. 338 = Garcia y

Cáceres

dauphin

Elandorian

Hospitiurn fecit quom

Bellido, Herrera de Pisuerga, 29

10. Tovar, Bronce, p. 82 ; Estudios, p. 172, no 8 = Lejeune, Celtiberica p. 73, 105 B61 = Blazquez, Legado, p. 338 = Garcia y Bellido, Herrera de Pisuerga, 28

Las Merchanas

plaquette

tessera Cauriensis ville de Coria

Per magistratum Turi

11. Gomez Moreno, Misceláneas, p. 205 = Tovar, Bronce, p. 83 ; Estudios p. 173, no 9 = Lejeune, Celtiberica, p. 81 et 104, B53 = Blazquez, Legado, p. 338 = Garcia y Bellido, Herrera de Pisuerga, 27

Sasamόn

Peau de sanglier

Caisaca et Dexnaiona de la gentilité des Tridonieci ; Nemaios

12. Tovar, Bronce, p. 83 : Estudios, p. 104 = Lejeune, Celtiberica, p. 82 et 104, B52 = Blazquez, Legado, p. 338 = Garcia y Bellido, Herrera de Pisuerga, 23

Monreal de Ariza

Dauphin

Ikaros d’Arcobriga ;  ?... cidusque

13. Lejeune, Celtiberica, p. 66, no 165 bis, 73,79 et 105.B55 = Tovar, Notas epigraficas, p. 577-583 = Blazquez, Legado, p. 338 = Garcia y Bellido, Herrera de Pisuerga, 25

 ?

deux mains droites enlacées

 ?... ; P. Turullius L.f. Maior

tessera hospitalis

Carte 1. Les treize documents de l’Hispanie préimpériale.

II. Les vingt et un documents de l’Hispanie impériale (carte 2)

3[Bibliographie (arrêtée en 1983)]

4Aux ouvrages et articles précédents, on ajoutera :

A. D’Ors, Epigrafa jurdica de la España Romana, Madrid, 1953 (= D’Ors, EJER) (les numéros correspondent à la classification des tessères d’hospitalité et des tables de patronat, p. 367-380).

R. Étienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR, 191) Paris 1958, réimp. 1974 (Étienne, Culte impérial) (les numéros renvoient à ceux du tableau de la page 62).

A. Tranoy, La Galice romaine, Recherches sur le Nord-Ouest de la Péninsule Ibérique dans l’Antiquité (Publications du Centre Pierre Paris, 7), Paris, 1981 (= Tranoy, Galice romaine).

5Nous avons exclu de ce tableau, comme en 1958 l’avait déjà fait Étienne, Culte impérial, p. 63, n. 2, le texte présenté par d’Ors, EJER, 25, p. 375-376 : de l’aveu même de l’auteur, aucun des mots-clés ne s’y retrouve (= AE, 1953, 267 = García y Bellido, Herrera de Pisuerga, 18) ; nous n’avons pas davantage retenu d’Ors, EJER, 28, p. 377 = García y Bellido, Herrera de Pisuerga, 22, où l’ordo de Tipasa a délivré une table de patronat à un fonctionnaire du ive siècle dont l’origine hispanique resterait à prouver. Pourquoi y joindre les documents d’Ors, EJER, 30 et 31, comme le fait García y Bellido, Herrera de Pisuerga, 20 et 21, p. 661, alors qu’ils ne concernent que des patronats corporatifs ? Nous avons repoussé AE, 1980,588, un texte d’Osma (Soria), qui présente plutôt un contrat commercial de livraison de tuiles qu’un hospitium.

6En introduisant dans une liste ainsi épurée les renseignements fournis par les deux documents récemment découverts à Pedroso (Vila Nova de Gaia) et que nous devons à la générosité scientifique d’A. Coelho, qui les publie dans le premier numéro de la nouvelle revue Gaia, nous disposons de vingt et un documents qui témoignent de la vigueur de l’institution.

Carte 2. Les vingt et un documents de l’Hispanie impériale.

III. Les acquis et les voies de la recherche

1. Hospitium et espace celtique

7La répartition géographique fait apparaître que les lieux d’origine des tessères préimpériales et impériales appartiennent essentiellement à la zone occupée par les peuples celtes et celtibères (zone grisée des cartes 1 et 2).

8Les tables de patronat au contraire sont à l’écart de cette zone (1, 5, 16, 21) ; les documents 19 et 20, qui “mordent” sur la zone celte et celtibère, sont les plus tardifs ; ils illustrent donc l’évolution de la signification des tessères romaines.

9Autres continuités : un support archéologique identique – sanglier – tout comme la renovatio en 27 après Jésus-Christ d’un hospitium vetustum antiquom à Curunda, chez les Zoelae du conventus Asturum, manifestent la force de la tradition indigène, même si le formulaire a évolué.

10C’est aussi l’indice probable d’une modification lente du contenu de l’hospitium que Rome avait mis à profit dès la conquête, au cours du iie siècle avant Jésus-Christ.

2. Hospitium et espace politico-religieux

11Dans la zone celte et celtibère, surtout dans le nord-ouest de la Péninsule, les communautés ethniques manquent d’assise territoriale, ont des frontières souvent peu définies et essaient malgré leur émiettement – et aussi à cause de lui – d’entrer en contact mutuel. L’accueil passe par un rituel religieux car il faut franchir une frontière, d’où la forme du support : l’animal (sanglier, verrat) ou le temple évoquent clairement les sacrifices religieux, qui accompagnaient la conclusion du pacte, sacrifices destinés, à l’image d’une lustratio, à une purification dont on sait qu’elle était associée anciennement à la fides. Symbole sacrificiel plus ou moins romanisé, le support évoque aussi le caractère magique d’un rituel conçu pour préserver la collectivité des désordres possibles en engageant la divinité dans le contrat. Il s’agit de désarmer l’étranger, et de l’hostis présumé faire un hospes. La collectivité, comme à Herrera de Pisuerga (8), fait des vœux en faveur du nouveau venu, qu’elle a naturalisé en lui accordant la civitas honoraria. Ainsi décision politique et cérémonial religieux se rejoignent et l’hospes est reconnu à l’intérieur des fines, des frontières des Maggavenses, donc sur leur territoire : la tessère d’hospitalité, instrument de sociabilité contribue à définir l’espace politique, social et religieux de la communauté ethnique. On sait combien Rome a toujours mené une politique de territorialité à l’égard des populi, gentes et autres gentilités. On comprend ainsi que, dans les premières années de l’Empire, Rome ait favorisé la conclusion de pactes d’hospitalité et qu’elle en ait fait un des instruments de sa “mise en ordre”.

3. Hospitium et clientèle

12Une première certitude : ce sont les textes les plus anciens qui visent à l’élection d’un patronus ; ses protégés lui accordent leur foi et leur clientèle. Le formulaire est ici parfaitement romain et ces documents se placent dans la zone ibérique et dans les villes parfaitement romaines, civitas Bocchoris (1, 5), Baetulo (16), Isturgi (21). Le recrutement du patronus est formellement attesté. Certes, il existe ailleurs (3, 7, 8, 14) des formules qui explicitent le contenu de l’hospitium ; celui qui est accueilli par une collectivité ou qui se lie à des individus appartenant à un populus, reçoit les membres de cette collectivité, ou les enfants et la descendance de ces individus, dans sa foi et sa clientèle. Ce développement de l’ hospitium vaut aussi pour 9, 10 et 11 : seule la reconnaissance d’un patronus n’est pas formellement attestée.

13Ainsi – et c’est notre seconde certitude – nous nous heurtons à l’ambiguïté du vocabulaire ; la tessère d’hospitalité, même indigène, devait être rarement un échange égal. En raison de la structure aristocratique de ces sociétés indigènes et ensuite romanisées, l’hospitium est conclu avec un homme puissant ; très vite il s’agira du représentant du pouvoir romain à divers échelons, qu’il soit magistrat ou militaire. Le système de la clientèle, déjà vivant dans les sociétés indigènes, pouvait se couler aisément dans le moule proposé par les Romains. On note ainsi la proximité qui existait très tôt entre patronat et hospitium, sans qu’il y ait pour autant confusion entre les deux institutions.

4. Hospitium et patronage dans les lois municipales

14Le graphique chronologique ci-contre révèle une concentration des documents à l’époque julienne (Auguste-Caligula) et permet de constater qu’il n’y a aucun document daté des Flaviens (69-96). Les lois d’Urso (§ 97, 130 et 131) et de Malaca (§ 61) prévoient les procédures d’élection du patronus et de l’hospes. Cependant la loi d’Urso (§ 130-131) distingue seule entre les deux catégories ; Malaca ne traite que du patrocinium. On voit donc que l’hospitium, utilisé depuis longtemps par les Romains pour asseoir leur autorité en Hispania, a pu s’épanouir à la faveur de la réorganisation augustéenne dans des régions peu urbanisées, à un moment où l’hospitium “à la romaine” avait imprégné l’hospitium indigène. Il était logique que le patronat ait tendu à se substituer, avec le développement des formes d’urbanisation romaine, à l’hospitium lié à une société plus rurale. Toutefois la force de la tradition impose parfois le recours à l’ancienne formule alors archaïque, c’est le cas évident pour Astorga (18), qui renouvelle en 152 le pacte de 27 (9). Soyons assurés en tout cas que le formulaire romain avec patronus l’emporte désormais, même en zone celtique, et que l’hospitium ne signifie pas réciprocité des services mais appel à un personnage capable de protéger la collectivité ou des membres influents de celle-ci.

15Au terme de cette recherche, il faut en marquer nettement les limites :

  1. Certes, nous avons répondu à la question posée par M. Lejeune, Celtiberica, p. 72, qui n’arrivait pas à comprendre l’opposition entre la distribution des documents “hospitaliers” sous la République d’une part, sous l’Empire d’autre part.

  2. Certes aussi nous disposons avec les textes livrés par le sol hispanique – 21 – de près de la moitié des tessères d’hospitalité connues dans le monde romain impérial – 45 – et de plus de la moitié en intégrant les 13 documents préimpériaux, ce qui ne peut qu’être significatif d’une tradition indigène et d’une utilisation romaine, plus ancienne qu’on ne l’avait supposé jusqu’à présent, pour le profit de sa domination.

  3. Mais nous restons sur notre faim de renseignements sur les structures sociales indigènes et les relations sociales à l’époque romaine, alors que l’hospitium les mettait totalement en jeu. Nous disposons d’un vocabulaire fondamental : hospitium, fides, clientela, patronus, foedus, renovare, mots techniques, sans que nous puissions en connaître le contenu réel qui variait sans doute en fonction de l’époque, du contexte politique et social et des mentalités des utilisateurs.

  4. Pourtant quelques points forts ressortent. L’existence du pacte d’hospitalité dans la Péninsule ibérique est le reflet de la cohésion sociale des communautés indigènes, celtiques et celtibères et de l’importance des hiérarchies multiples dans ces groupes. Vivant sur un territoire précis, mais que nous ne connaissons que par approximation, la communauté possédait ses règles fondamentales qu’on ne pouvait pas transgresser : un étranger ne pouvait être accueilli qu’à certaines conditions et en fonction de rites précis qui garantissaient la stabilité de la communauté. Procédure politique et rites religieux, qui étaient forts à l’époque préromaine, n’ont pas disparu avec la conquête. Au contraire, ils donnent leur plein sens et leur pleine efficacité à la double citoyenneté et à l’adlection municipale.

  5. Rome n’a pas imposé une réglementation précise mais a laissé évoluer une institution qui servait, dans un contexte donné le dessein d’intégration politique et administrative, fondamental pour elle. Les forces sociales indigènes, issues des milieux dirigeants, furent les instruments de la continuité et de l’évolution, ce qui engage une recherche de plus en plus fine des modalités de l’acculturation.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Les treize documents de l’Hispanie préimpériale.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8255/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Carte 2. Les vingt et un documents de l’Hispanie impériale.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8255/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search