Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

2e partie. Société et histoire

La dénomination antique de Mérida

Note de l’éditeur

Extrait de Mélanges Pinho Brandão, Porto, 1984, p. 159-172 (co-auteur F. Mayet).

Texte intégral

Nos remerciements chaleureux vont à J. M. Alvarez y Sáenz de Buruaga, directeur du Musée Archéologique National de Mérida (Badajoz), qui nous a toujours accueillis avec amitié et générosité. Nous lui devons en particulier les photographies qui illustrent notre article.

  • 1 Il est certain que Conimbriga, oppidum celto-romain, devient sous les Flaviens municipe et prend le (...)
  • 2 Ainsi Narbonne, colonia Iulia Paterna Narbo Martius, devient sous Claude colonia Iulia Paterna Clau (...)
  • 3 C’est au cours d’une mission épigraphique du Centre Pierre Paris, en 1972, comprenant R. Étienne, J (...)

1La dénomination des villes antiques, et surtout celle des cités provinciales sous l’Empire romain, nous offre un précieux vecteur chronologique, soit de leur fondation en tant que cité romaine1, soit de la transformation de leur statut juridique2. Pour chaque cas, il faut réunir la totalité des documents et remettre à chaque fois en question l’acquis de recherches précédentes. La révision de textes épigraphiques anciens3 et nouveaux nous invite, à propos de Mérida, à ouvrir un double dossier pour colonia Augusta Emerita et pour colonia Iulia Augusta Emerita.

I. Colonia Augusta Emerita

2Il faut avouer que le premier dossier est le mieux connu et le plus fourni. Inscriptions, monnaies, textes citent sans contestation possible la capitale de la Lusitanie comme colonia Augusta Emerita ou Augusta Emerita.

  • 4 Sur ces textes officiels gravés sur bronze, voir R. Étienne, P. Le Roux et A. Tranoy, dans Colloque (...)
  • 5 AE, 1952, 49.
  • 6 AE, 1966, 177.

3Dès 6 après Jésus-Christ, entre le 1er janvier et le 1er juin, les décurions et les concitoyens de la civitas Martiensis (anciennement Ugia) concluent un pacte d’hospitalité4 avec les décurions et les colons coloniae Augustae Emeritae5. En 48 après Jésus-Christ, L. Pomponius Capito est qualifié de Ilvir col(oniae) Aug(ustae) E[m(eritae)]6.

  • 7 Vives, La moneda hispánica, Madrid, 1924, IV, 62-68.
  • 8 Id., ibid., pl. CXLIV, 9, 10. Cette dénomination accompagne le temple tétrastyle consacré à l’Étern (...)

4Les monnaies frappées par la colonie sous Auguste et Tibère en l’honneur des deux empereurs et de l’impératrice mère Livie, Iulia Augusta, sont signées de Augusta Emerita7 ou du sigle C(olonia) A(ugusta) E(merita)8.

  • 9 Strabo, III, 2,15 et III, 4,20.
  • 10 F. Lasserre, éd. CUF. p. 9-11.
  • 11 Plin., NH, lV, 117.
  • 12 Ptol., II,56.
  • 13 Cassius Dio, LIII, 26, 1.
  • 14 Rav., IV, 44 et 46.

5Strabon à deux reprises parle de Αὐγουστα Ἠμερίτα9 et, s’il écrit en 17-18 après Jésus-Christ, sa source remonte à l’époque augustéenne10. Pline l’Ancien lui fait écho en parlant de la colonia Augusta Emerita11 et l’on retrouve chez Ptolémée12, Dion Cassius13, le Ravennate14 Augusta Emerita.

  • 15 Hygin, De limitibus constituendis, p. 171, 6 : in Emeritensium finibus ; Frontin, De controversis a (...)
  • 16 CIL 11, 656 = ILS, 5972 = ILER, 1786, on connaît aussi un autre cippe à Montemolín (HAEp, 1483) dél (...)

6Ainsi s’est imposée, dans la première moitié du premier siècle, une appellation qui a eu les faveurs de l’ensemble des sources littéraires, numismatiques et épigraphiques, qu’ignore pourtant la littérature spécialisée des Agrimensores15, ne citant que les Emeritenses. On a trouvé à Valdecaballeros, entre Tolède et Mérida, près de l’Anas, un cippe de bornage16 délimitant, sous le règne de Domitien, les terres d’Ucubi (colonia Claritas Iulia Ucubitanorum) de celles des colons d’Emerita qualifiés d’Augustani Emeritenses, le cippe étant dit lui-même Augustalis.

  • 17 IRPL, 23 = AE, 1973, 294 ; datation, p. 47-48 : de Commode à Caracalla.

7La force de la tradition augustéenne explique qu’ait survécu jusqu’à la fin du iie et le début du iiie siècle Augusta Emerita dans la dédicace du Panthéon de Lugo17, opérée par un affranchi impérial. Toutefois, une telle dénomination de la colonie augustéenne n’était pas la seule, dès la période flavio-trajanienne, ce qui nous oblige à ouvrir le second dossier.

II. Colonia Iulia Augusta Emerita

8Même mieux connus depuis quelques années, les documents qui entrent dans ce dossier méritent d’être à nouveau édités.

1. La marque d’officine sur sigillée hispanique (fig. 1)

9Lors de notre recherche (F. Mayet) sur les sigillées hispaniques du site de Mérida, notre attention s’est portée sur un lot de cinq marques d’officine présentant les cinq lettres suivantes : C.I.A.E.F., regroupant trois poinçons légèrement différents les uns des autres :

Fig. 1. Marques d’officine sur fonds de bol trouvés dans les fouilles de Mérida.

10Fragment de fond de bol, Dragendorff 27 sans doute. Cartouche aux extrémités à peine arrondies (20 X 4 mm.). Lettres se détachant nettement du fond, séparées par quatre points creux :

C.I.A.F.F

11Musée Archéologique de Mérida (fouilles de la muraille de l’Alcazaba, 1974, no inv. 19 821).

12Fond de bol de forme indéterminable. Cartouche fragmentaire, aux extrémités très arrondies (20 X 4,5 mm.). Lettres fines mais nettes, séparées par des points :

C.I.A.[E.]F

13Musée Archéologique de Mérida (Casa del Mithraeo). Autre exemplaire, de même provenance (no inv. 13 384).

14Fond de bol de forme indéterminable. Cartouche entier, rectangulaire (15 X 5,5 mm). Lettres assez hautes, au bon relief ; un point entre chaque lettre et même un autre à l’intérieur de la lettre A :

C.I.A.E.F

15Musée Archéologique de Mérida (fouilles muraille Alcazaba, 1974, no inv. 20 213). Autre exemplaire, de même provenance (no  inv. 13 144).

  • 18 M. A. Mezquíriz de Catalán, Nuevos hallazgos sobre fabricación de sigillata hispánica en la zona de (...)

16En dehors de Mérida, cette marque d’officine n’est connue, pour l’instant, que sur le site de production de sigillée hispanique de Bezares, près de Tricio (province de Logroño)18. Il est donc évident que cette officine œuvrait dans la région de Tritium Magallum, le grand centre de production de la vallée de l’Èbre.

  • 19 Garabito, p. 131, nos 2 et 3.
  • 20 Marque interprétée par Garabito, p. 131, no 3 comme CI(nus) AE(milius) F(ecerunt).

17Si la provenance de ces poinçons est assurée, leur interprétation n’apparut point obvie au moment de leur découverte et nous devons rejeter les restitutions proposées récemment19. Les cinq exemplaires que nous avons dessinés au Musée Archéologique de Mérida présentent un point après chaque lettre ; il est donc impossible de les regrouper sous forme de tria nomina qui auraient été abrégés en C.I.AE, et encore moins sous forme de duo nomina abrégés en CI.AE20. En réalité il ne peut s’agir que des sigles de la capitale lusitanienne elle-même :

C(olonia) I(ulia) A(ugusta) E(merita)

18Cette sigillée hispanique provient de Tritium Magallum ; les analyses physicochimiques, effectuées à Lyon par M. Picon, confirment la découverte encore unique de Bezares. Il faut donc supposer que Mérida passait des commandes officielles à des artisans de la vallée de l’Èbre, à moins que la cité n’ait possédé elle-même une officine sur ce vaste secteur artisanal. En tout cas, c’est la première fois qu’une telle situation est perçue dans le domaine des sigillées.

  • 21 Pour les problèmes généraux de la sigillée hispanique et le rôle de Mérida en particulier, voir F. (...)
  • 22 Voir entre autres A. García y Bellido, L. Terentius, figlinarius de la Legio III Macedonica, dans H (...)

19Notre première hypothèse, avant la découverte de Bezares, avait été de penser à un atelier municipal de sigillée à Mérida ; dans ce cas, le F final ne pouvait être que hasardeusement développé en Fecit. Le fait que l’officine soit située dans la vallée de l’Èbre nous oblige à réviser cette interprétation. Nous nous demandons si la capitale de la Lusitanie, qui a certainement joué un rôle de premier plan dans la diffusion et la consommation de la sigillée hispanique21, n’aurait pas investi des capitaux dans cette production. Par comparaison avec les structures de production de briques romaines, nous sommes même tentés de développer le F final en Figlinae et, dans cette hypothèse, Emerita Augusta aurait acquis des glaisières dans la région de Tricio, approvisionnant un atelier produisant plus spécialement pour elle. Il y aurait eu alors concentration verticale des moyens de production et l’officinator responsable se serait effacé derrière les sigles de la cité lusitanienne. Cette production n’est pas sans rappeler les sigillées, italiques ou autres, fabriquées pour une légion et portant le nom de cette légion dans leurs marques22.

  • 23 ILER, 6398 : Rufo Ulpius Tritiensi / allecto Emerita / excussato Traiani decuriali / s.t.t.l.

20Une inscription funéraire de Mérida23 nous apprend qu’un citoyen, originaire de Tritium Magallum, a été coopté parmi les décurions de Mérida et dispensé des munera. C’est un document supplémentaire sur les liens qui unissaient les deux cités sous le Haut Empire.

21Outre son information sur une production “municipale” de céramique, l’intérêt de cette marque d’officine de sigillée hispanique est d’apporter un document daté entre le milieu du ier et le milieu du iie siècle, sans doute de l’époque flavio-trajanienne.

2. La marque sur tuiles (fig. 2, A, B et C)

  • 24 Vitr., V, 10, 2 ; VII, 1,7 et 4, 2 sur les tegulae bipedales.

22Deux tuiles à rebord marquées, trouvées lors des fouilles de la nécropole à la sortie du Pont de Mérida et conservées dans les réserves de l’Alcazaba (no inv. 7737), une bipedalis24, brisée en quatre fragments, faciles à recoller (longueur : 57,5 cm ; largeur : 45 cm ; épaisseur : 2,5 cm).

23La marque est située à quatre centimètres du bord inférieur et n’est pas très bien centrée. C’est un sigillum rectangulaire qui a servi à imprimer, avant cuisson, les lettres en creux ; le cadre du sigillum a laissé une trace dans les coins supérieurs, gauche et droit (longueur du sigillum : 9 cm ; largeur : 2 cm) ; hauteur des lettres : deux centimètres.

C I A E25

  • 25 A. García y Bellido, Mérida : la gran necrόpolis romana de la salida del puente (EAE, 11) (García y (...)

24Chaque lettre a été parfaitement dessinée en donnant une largeur quasi constante de 3 mm ; les pieds du A, tout comme les hastes horizontales du E, s’évasant jusqu’à mesurer pour le A, 7 mm, et 5 mm pour le E. La courbure du C se termine en haut comme en bas par une partie verticale qui a conduit A. García y Bellido à le confondre avec un G, ce qui est impossible en raison de la symétrie de l’appendice. La mise en ligne des quatre signes est soignée et harmonieuse. Le graveur a sculpté en haut-relief ces quatre lettres afin qu’elles s’impriment profondément dans l’argile en train de durcir.

  • 26 A. Audin, L’atelier municipal des Minimes, dans Notes d’épigraphie et d’archéologie lyonnaises (Tra (...)

25Cette belle épigraphie fait incontestablement penser à des marques imprimées sur briques et découvertes récemment à Lyon26. L’estampille ici est longue de 23 cm et large de 4,7 cm ; entre une couronne et une palme, rappelant peut-être le caractère militaire de la colonie fondée par Munatius Plancus, cinq lettres sont séparées par six points triangulaires, piquant vers le bas, et sont hautes de 2,7 centimètres ; elles se laissent très clairement lire, même si l’estampille est très érodée :

C C C A L

  • 27 Id., p. 58.
  • 28 Id., p. 59.
  • 29 García Iglesias, p. 69, no 40.

26L’inventeur, A. Audin, n’a eu aucune peine à reconnaître les initiales de la colonie de Lyon et à les développer ainsi : C(olonia). C(opia). C(laudia). A(ugusta). L(ugdunum). Même si ces briques ont été fabriquées par Clarianus et non par un atelier municipal, elles étaient estampillées au nom de la colonie et leur production, dont la matière première pouvait bien avoir été fournie par la colonie, était propriété municipale. De toute façon, leur fabrication se plaçait à Lyon ou dans les environs ; qui plus est, à Lyon, elles ont servi à construire un édifice municipal27, vraisemblablement sous le règne de Marc Aurèle28. Quoi qu’il en soit, nous voici confortés à interpréter la marque éméritaine sur tuile comme nous donnant les sigles de la colonie29 et nous invitant à fixer à Mérida cette production de céramique, sans que nous ayons le souci de nous prononcer sur l’existence d’un atelier colonial. Le développement du génitif C(oloniae) I(uliae) A(ugustae) E(meritae) s’impose car il s’agit bien d’une tuile de la colonie Julienne Augustéenne de Mérida.

  • 30 García y Bellido, Mérida, necrpolis, p. 9-12.

27La date de ces tuiles à Mérida peut être attribuée au iie siècle, d’après le matériel rencontré dans l’édifice C30.

3. La marque sur tuyau de plomb (fig. 3, A et B)

  • 31 Sáenz de Buruaga, Fundacin, p. 21.

28Tuyau de plomb, découvert à Mérida et conservé dans les réserves de l’Alcazaba (no inv. 17 467). Longueur : 128 cm ; largeur : 4 cm ; hauteur : 5 cm. Inscription rétrograde en relief31 (hauteur des lettres : 1,7 à 2,3 cm). Vidimus :

C(oloniae) I(uliae) A(ugustae) E(meritae). AN(no) C(oloniae). CC(ducentum). V(quinque).

29Nous adoptons la lecture de J.-P. Bost, acceptée déjà par J. Álvarez y Sáenz de Buruaga. Elle nous livre une date précieuse, celle de 180 après Jésus-Christ pour la fabrication du tuyau, puisque la date de fondation de la colonie est bien fixée à 25 avant Jésus-Christ par le texte de Dion Cassius.

30Cette date de 180 après Jésus-Christ ne fournit guère de repère pour l’exécution de l’inscription, tant le dessin des lettres est médiocre et le procédé, utilisé pour imprimer le nom de la colonie et l’année précise, reste quelque peu primitif. La longueur de l’inscription (22,6 cm) interdisait le recours à un sigillum unique. C’est un moule en creux qui a dû être employé et des bavures, des coulées et empattements ont rendu flous les contours des lettres. On notera la ligature classique ʻAN’ pour Anno.

  • 32 Sur l’implantation de la colonia Aelia Augusta Italica, voir A. García y Bellido, Colonia Aelia Aug (...)

31Une telle inscription sur tuyau de plomb est courante. Au Musée d’Italica (Santiponce), dans une vitrine de la salle située à droite de l’entrée32, est exposé un tuyau de plomb (64 cm de longueur ; 7 cm de hauteur et 4 cm de largeur). Dans un cartouche (10,3 X 2,2 cm), on lit (vidimus) :

C(oloniae). A(eliae). A(ugustae). I(talicae)

32Hauteur des lettres (1,7 à 1,9 cm) ; la paléographie est de bonne qualité. Ainsi est confirmée la lecture CIAE du tuyau de Mérida. Les cités inscrivaient, sur les tuyaux qu’elles faisaient sans doute fabriquer dans des ateliers municipaux et qu’elles destinaient à un usage public, les sigles de leur dénomination et même, comme à Mérida, précisaient l’année de fabrication.

Fig. 3, A(ci-dessus). Marque sur tuyau de plomb (photo)

Fig. 3, B (ci-contre). Même marque sur tuyau de plomb.

4. La dédicace au Génie de la colonie (fig. 4)

33Piédestal parallélépipédique, trouvé à Mérida en 1915, à l’extérieur du théâtre, actuellement au Musée Archéologique de Mérida. Marbre blanc, veiné de violine (hauteur du monument : 15,6 cm ; largeur : 14,6 cm ; épaisseur : 8,5 cm). Sur la face avant, un encadrement mouluré entoure le champ épigraphique (10,3 X 9,4 cm). La moulure présente une baguette (1 cm) et un tore au faible relief (1,7 cm de large).

G(enio). C(oloniae) I(uliae). A(ugustae). E(meritae)
C(aius) ANTISʻTI’ʻVS’
C(ai) LIB(ertus)
IVCVNDVS
[5] PALM(a). EX. P(ondo)
hedera = (duarum unciarum)
V(otum).
S(olvit). L(ibens) A(nimo)

34Traduction : Au Génie de la Colonie Julienne Auguste Mérida / C. Antistius Iucundus, affranchi de Caius, s’est / acquitté de son vœu, volontiers et de bon cœur, / avec une palme d’un poids de deux onces.
Hauteur des lettres : 1.1 : 1,2 ; 1.2 : 1 (TI = 1,6) ; 1.3 : 0,9 (L et B = 1) ; 1.4 : 0,9 à 0,9 (1 : 1) ; 1.5 : 0,9 ; 1.6 : 0,9. Espacements interlinéaires : cadre/1 : 0,6 ; 1/2 : 1,1 ; 2/3 : 0,3 ; 3/4 : 0,5 ; 4/5 : 0,7 ; 5/6 : 0,7 ; 6/cadre : 0,2.

35Ce qui frappe, à la première vision de ce texte, c’est l’irrégularité et la mauvaise qualité de la gravure qui dénoncent un ouvrier peu expert et un ordinator peu soigneux : les lignes de guidage manquent et auraient fait bien besoin pour conduire un ciseau malhabile. Les deux C ne présentent pas le même tracé, les A ont gardé leur haste horizontale et le G présente un dessin d’un classicisme de bon aloi : ce sont là les seules indications encourageantes. La mise en page mêle à la recherche d’un axe de symétrie pour les lignes 1, 3 et 6 la volonté de composer un “pavé” avec les lignes 2,4 et 5. L’ordinator a recouru, pour remplir la ligne 2 avec le nomen complet du dédicant, à deux ligatures, l’une normale (entre T et I), l’autre plus rare (entre V et S), le S s’enroulant à la haste oblique droite du V.

  • 33 Sur ce problème du poids de la livre romaine, voir BSFN, XXX, 1975 (mars), p. 742.
  • 34 Depuis K. Scott, The significance of statues in precious metals in emperor worship, dans TAPA, LXII (...)
  • 35 On connaît une palme en argent à Nertobriga : EE, VIII, 82 = ILS, 5471b.
  • 36 La mention des palmes a échappé à L. Curchin, Personal Wealth in Roman Spain, dans Historia, XXXII, (...)

36Sans nous arrêter trop longtemps à la lecture aberrante de la ligne 4 de J. R. Mélida et heureusement corrigée par L. García Iglesias, après notre interprétation, mais malheureusement reprise par J. M. Alvarez Martínez, nous comprenons la destination de ce petit piédestal de marbre, dont la partie supérieure est creusée d’un tenon rectangulaire (3,8 X 2,5 cm et profond de 4,2 cm) ; il tenait, après un scellement au plomb, une palme d’un poids d’un sixième de livre (327g)33, soit 52,5 grammes. Il est curieux que la matière de la palme ne soit pas indiquée, or ou argent, métaux précieux qui conviennent à un ex-voto religieux34, cette discrétion de la part du dédicant nous conduirait à penser qu’elle était en bronze35 et que les moyens financiers de cet affranchi n’étaient pas considérables36.

  • 37 Sur la face arrière du piédestal, une forte rainure en biais pourrait faire supposer qu’il s’agit d (...)

37Il fait hommage de cette palme au Génie de la colonie – et non de la cité (civitas ne se rencontrant jamais abrégé en CI et n’accompagnant jamais Augusta Emerita) –, ce qui entre parfaitement dans les habitudes romaines et illustre l’acculturation de cet ancien esclave, affranchi d’une famille à l’onomastique très romaine, qui s’estime “naturalisé” éméritain en ce début du iiie siècle37. De toute façon, c’est encore la C(olonia) I(ulia) A(ugusta) E(merita) qui est honorée.

  • 38 AE, 1927, 165. Voir A. Chastagnol, Les inscriptions constantiniennes du cirque de Mérida, dans MÉFR (...)
  • 39 AE, 1935, 4.
  • 40 CIL II, 484 = ILS, 1372.
  • 41 Vives, IV, 62 ; sur ce droit de frappe, voir M. Grant, From Imperium to Auctoritas, Cambridge, 1969 (...)
  • 42 Voir les notes 7 et 8.

38Certes la dénomination d’Emerita a encore évolué puisque, au ive siècle, les inscriptions parlent de la splendidissima colonia Emeritensium, en 337-34038, de la colonia Emeritensium39, entre 333 et 335. Il est vrai que déjà on connaissait un curateur de la respublica Emeritensium40 : ainsi disparaissait la référence au fondateur impérial et n’était plus retenue que l’origine des premiers colons, les “émérites” des légions va et xa qui avaient vaillamment combattu contre les Astures et les Cantabres. D’une certaine façon, c’était revenir à la première dénomination de la ville fondée par P. Carisius, le légat propréteur d’Auguste, qui fit frapper les premières monnaies coloniales à son nom, l’avers portant le portrait d’Auguste, et qui illustrait le revers de la muraille et de la porte de la ville, désignée simplement comme EMERITA41. Mais cette médiation temporaire ne trompe personne et, quand les émissions monétaires sont frappées au nom de l’Empereur, que ce soit Auguste ou Tibère ou l’impératrice-mère, Iulia Augusta42, le héros fondateur est bien Auguste et Emerita devient Augusta Emerita.

  • 43 R. Syme, The conquest of North-West Spain, dans Legio VII Gemina, Leόn, 1970, p. 79-107, reprenant (...)
  • 44 Vives, IV, p. 79-86.

39Ainsi cette dénomination est chargée d’idéologie proprement augustéenne et le premier Empereur avait des raisons spéciales à mettre l’accent sur ce rapport personnel avec la fondation de la colonie, future capitale de Lusitanie. Déjà, sir Ronald Syme43 a montré combien les sources littéraires ont cherché à exalter le rôle de l’Empereur dans la campagne de 26. Or l’action militaire menée par Auguste n’avait guère abouti à des résultats spectaculaires. C’est P. Carisius qui, au contraire, a conduit des opérations décisives en 26 ; pour des raisons politique et idéologique – la gloire de Carisius pouvant ternir celle d’Auguste – ses combats ont été rejetés en 25 comme un épilogue de la guerre. Or, même en 25, la vigilance de Carisius a aidé au déroulement favorable des opérations militaires, en constituant un écran protecteur pour contrôler les Astures et les routes est-ouest. Même si Carisius a conduit personnellement les détachements des deux légions pour peupler le territoire exceptionnellement vaste de cette colonie, l’Empereur se devait d’affirmer par la dénomination d’Augusta Emerita l’efficacité de l’omniprésence de son auctoritas. Comme plus tard, en 14 avant Jésus-Christ, pour Caesaraugusta, C(olonia) C(aesar) A(ugusta)44, il n’avait nul besoin, surtout en Tarraconaise, province impériale comme la Lusitanie, créée entre 16 et 13, de rappeler son nomen Iulius – surtout si près de 27 et de l’attribution du cognomen d’Augustus.

  • 45 Ce que pense Le Roux, Armée romaine, p. 69.
  • 46 Tac., Hist., I, 78, 1. Telle était l’opinion de J.-P. Bost, rapportée par Sáenz de Buruaga, Fundaci (...)

40Même si toutes les fondations augustéennes sont légalement juliennes augustéennes45, le premier Empereur a voulu, en des lieux privilégiés, affirmer le prestige religieux qui s’attachait à sa personne et à l’Éternité auguste ; son fils adoptif, Tibère, en exaltant Divus Augustus ne pouvait que poursuivre la même voie. La renaissance de l’appellation juridiquement correcte n’est nullement due à l’arrivée d’un nouveau contingent de colons sous Othon46 ; l’appellation CAE privilégie l’aspect idéologique, qui domine les trois quarts du premier siècle et garde la force d’une tradition. Pour l’instrumentum domesticum lié à l’existence d’ateliers de la colonie, l’accent est mis sur la cellule autonome, qui trouve au travers de CIAE sa définition légale, et l’on comprend que la référence au Génie de la colonie s’accompagne du même sigle.

41Ainsi la dénomination antique de Mérida illustre les limites que l’idéologie impériale peut imposer au droit dans une province attribuée à l’Empereur.

Notes

1 Il est certain que Conimbriga, oppidum celto-romain, devient sous les Flaviens municipe et prend le nom de Flavia Conimbriga : Fouilles de Conimbriga II, p. 28-30, n. 10 = AE, 1969/1970, 245.

2 Ainsi Narbonne, colonia Iulia Paterna Narbo Martius, devient sous Claude colonia Iulia Paterna Claudia Narbo Martius. Les exemples seraient faciles à multiplier grâce à B. Galsterer-Kroll, Untersuchungen zu den Beinamen der Städte des Imperium romanum, dans ES, IX, 1972, p. 44-145 (= Galsterer-Kroll). Voir aussi H. Galsterer, Untersuchungen zum römischen Stiidtewesen auf der iberischen Halbinsel (Madrider Forschungen, 8), Berlin, 1971, p. 23.

3 C’est au cours d’une mission épigraphique du Centre Pierre Paris, en 1972, comprenant R. Étienne, J.-P. Bost, A.-M. Demailly, R. Lequément et F. Mayet, qu’au Musée de Mérida nous avons réinterprété la dédicace au Génie de la colonie, nous rencontrant ainsi sans le savoir avec la correction proposée à L. García Iglesias par A. García y Bellido (L. García Iglesias, Epigrafía romana en Mérida, dans Augusta Emerita (Actas del Bimilenario de Mérida), Madrid, 1976, p. 63-73 (= García Iglesias, Epigrafía, p. 69, no 40) et que la présente recherche a été amorcée.

4 Sur ces textes officiels gravés sur bronze, voir R. Étienne, P. Le Roux et A. Tranoy, dans Colloque sur la sociabilité (Rouen, novembre 1983), à paraître (= Étienne, Le Roux, Tranoy).

5 AE, 1952, 49.

6 AE, 1966, 177.

7 Vives, La moneda hispánica, Madrid, 1924, IV, 62-68.

8 Id., ibid., pl. CXLIV, 9, 10. Cette dénomination accompagne le temple tétrastyle consacré à l’Éternité Auguste : R. Étienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR, 191), Paris, 1958, réimp., 1974, p. 414. Dans une dédicace à Tibère, le dédicant est la colonie elle-même : CA E(merita) dont le développement est sûr = ILER, 1046 = CM Badajoz, 208.

9 Strabo, III, 2,15 et III, 4,20.

10 F. Lasserre, éd. CUF. p. 9-11.

11 Plin., NH, lV, 117.

12 Ptol., II,56.

13 Cassius Dio, LIII, 26, 1.

14 Rav., IV, 44 et 46.

15 Hygin, De limitibus constituendis, p. 171, 6 : in Emeritensium finibus ; Frontin, De controversis agrorum, 51,21 : finibus Emeritensium.

16 CIL 11, 656 = ILS, 5972 = ILER, 1786, on connaît aussi un autre cippe à Montemolín (HAEp, 1483) délimitant les prata de la col. Aug. Emeritae.

17 IRPL, 23 = AE, 1973, 294 ; datation, p. 47-48 : de Commode à Caracalla.

18 M. A. Mezquíriz de Catalán, Nuevos hallazgos sobre fabricación de sigillata hispánica en la zona de Tricio, dans Miscelánea Arqueolόgica (al profesor Antonio Beltrán), Saragosse, 1975, p. 231-243, p. 240 : C.I.A.E.F, publié comme venant de Arenzana ; provenance rectifiée par T. Garabito Gómez, Los alfares romanos riojanos. Producción y comercialización, Madrid, 1978 (= Garabito), p. 131, no 2, pl. 24, fig. 19.

19 Garabito, p. 131, nos 2 et 3.

20 Marque interprétée par Garabito, p. 131, no 3 comme CI(nus) AE(milius) F(ecerunt).

21 Pour les problèmes généraux de la sigillée hispanique et le rôle de Mérida en particulier, voir F. Mayet, Les céramiques sigillées hispaniques. Contribution à l’histoire économique de la Péninsule Ibérique sous l’Empire romain (Publications du Centre Pierre Paris, 12), Paris, 1984.

22 Voir entre autres A. García y Bellido, L. Terentius, figlinarius de la Legio III Macedonica, dans Hommages à Léon Hermann (collection Latomus, XLIV), Bruxelles, 1960, p. 374-382 ; Id., A. Fernández de Ávilez et M. A. García Guinea, Excavaciones y exploraciones arqueolόgicas en Cantabrίa (Anejos de AEA, IV), Madrid, 1970 et plus récemment P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409 (Publications du Centre Pierre Paris, 8) (= Le Roux, Armée romaine), Paris, 1982, p. 106, note 153.

23 ILER, 6398 : Rufo Ulpius Tritiensi / allecto Emerita / excussato Traiani decuriali / s.t.t.l.

24 Vitr., V, 10, 2 ; VII, 1,7 et 4, 2 sur les tegulae bipedales.

25 A. García y Bellido, Mérida : la gran necrόpolis romana de la salida del puente (EAE, 11) (García y Bellido, Mérida, necrόpolis), Madrid, 1962, p. 9-10. García Iglesias, p. 69, no 40.

26 A. Audin, L’atelier municipal des Minimes, dans Notes d’épigraphie et d’archéologie lyonnaises (Travaux édités sous les auspices de la ville de Lyon, V) (= Audin), Lyon, 1976, p. 55-60.

27 Id., p. 58.

28 Id., p. 59.

29 García Iglesias, p. 69, no 40.

30 García y Bellido, Mérida, necrpolis, p. 9-12.

31 Sáenz de Buruaga, Fundacin, p. 21.

32 Sur l’implantation de la colonia Aelia Augusta Italica, voir A. García y Bellido, Colonia Aelia Augusta Italica, Madrid, 1960, p. 74 sq. Sur la découverte du tuyau de plomb, J. M. Luzόn Nogué, La Italica de Adriano, Séville, 1975, p. 47.

33 Sur ce problème du poids de la livre romaine, voir BSFN, XXX, 1975 (mars), p. 742.

34 Depuis K. Scott, The significance of statues in precious metals in emperor worship, dans TAPA, LXII, 1931, p. 101-123, bien des auteurs ont insisté sur ce fait de culte ; voir en dernier lieu, D. Fishwick, A gold bust of Titus at Emerita, dans AJAH, 6, 1981, p. 89-96 (qui ignore Fouilles de Conimbriga II, no 24).

35 On connaît une palme en argent à Nertobriga : EE, VIII, 82 = ILS, 5471b.

36 La mention des palmes a échappé à L. Curchin, Personal Wealth in Roman Spain, dans Historia, XXXII, 1983, p. 227-244.

37 Sur la face arrière du piédestal, une forte rainure en biais pourrait faire supposer qu’il s’agit d’un réemploi. On pourrait proposer aussi bien le iie siècle.

38 AE, 1927, 165. Voir A. Chastagnol, Les inscriptions constantiniennes du cirque de Mérida, dans MÉFRA, LXXXVIII, 1976, p. 251-276.

39 AE, 1935, 4.

40 CIL II, 484 = ILS, 1372.

41 Vives, IV, 62 ; sur ce droit de frappe, voir M. Grant, From Imperium to Auctoritas, Cambridge, 1969, p.317.

42 Voir les notes 7 et 8.

43 R. Syme, The conquest of North-West Spain, dans Legio VII Gemina, Leόn, 1970, p. 79-107, reprenant son article de 1934 dans AJPh, LV, p. 293-317 et sa contribution au volume X de la CAH, p. 343 sq.

44 Vives, IV, p. 79-86.

45 Ce que pense Le Roux, Armée romaine, p. 69.

46 Tac., Hist., I, 78, 1. Telle était l’opinion de J.-P. Bost, rapportée par Sáenz de Buruaga, Fundaciόn, p. 21. Nous ne suivons pas davantage Le Roux, Armée romaine, p. 69, n. 281 qui voit, comme Forni, en Augusta Emerita un toponyme. Le toponyme serait Emerita, comme Praetoria dans Augusta Praetoria. La présence d’Augusta relève de l’idéologie.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Marques d’officine sur fonds de bol trouvés dans les fouilles de Mérida.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 2, A.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 2, B.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 2, C.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 3, A(ci-dessus). Marque sur tuyau de plomb (photo)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 3, B (ci-contre). Même marque sur tuyau de plomb.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search