Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

2e partie. Société et histoire

Sénateurs originaires de la province de Lusitanie

Note de l’éditeur

Extrait de Epigrafia e ordine senatorio, II, Tituli, 5,1982, p. 521-529.

Texte intégral

  • 1 Le no 3 seul pourrait appartenir à la fin du ier siècle, puisqu’il s’agit du Q. Iulius Cordus, ado (...)
  • 2 Les mentions c.v., ci., c.m.v., c.m.f. appartiennent bien au iiie siècle : vers 212 pour Sex. Vari (...)
  • 3 Les Q. Iulii sont dominants à Évora ; en dernier lieu J. d’Encarnação, Notas sobre epigrafia roman (...)

1À comparer le catalogue des sénateurs, originaires de la province hispanique de Lusitanie, à celui des sénateurs de Tarraconaise ou de Bétique, trois remarques liminaires s’imposent. Les sénateurs romains lusitaniens sont peu nombreux : dix sur trois siècles ; en grande majorité, ils sont tardifs : aucun n’appartient au plein ier siècle1 ; trois appartiendraient à la première moitié du iie siècle (no 3,4 et 9), un à la seconde moitié du même siècle (no 10) ; six peuplent le iiie siècle (no 1, 2, 5, 6, 7 et 8)2. Enfin leur concentration à Évora3 – numéros 1 à 7 – est tout à fait remarquable, puisque seules deux autres cités, Castra Caecilia (no 8) et Emerita Augusta, la capitale de la Lusitanie (no 9 et 10), peuvent s’enorgueillir d’avoir vu naître de futurs sénateurs romains. Il nous faut donc répondre à trois questions : pourquoi un tel petit nombre ? pourquoi une apparition aussi tardive ? pourquoi Évora apparaît-elle comme une pépinière de membres de l’ordre sénatorial ? Les questions comme les réponses obéissent évidemment à une certaine logique historique.

  • 4 R. Syme, A govemor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, VIII, 1969, p. 125-133, surtout p (...)
  • 5 Cl. Domergue, Les mines de la Péninsule ibérique dans l’Antiquité (thèse de doctorat d’État), Pari (...)

2Pour rendre compte du petit nombre de sénateurs, est souvent avancée la date tardive de la création de la province de Lusitanie, entre 16 et 13 avant Jésus-Christ4, alors que les deux autres provinces hispaniques existent depuis 197. Mais cette différence de création administrative ne saurait légitimer un nombre aussi faible, d’autant qu’une partie de la future Lusitanie faisait partie de l’Hispania Ulterior. Il vaut mieux invoquer le faible nombre des émigrés italiens s’installant sur des terres jugées hostiles pendant longtemps, pratiquement jusqu’à la fin du iie siècle, et inhospitalières car les Italiens préféraient les terres du sud, les mines de la Sierra Morena5 et de la Sierra Nevada, ainsi que les côtes méditerranéennes, plus favorables au commerce que les côtes atlantiques. Les créations de villes – souvent postes frontières, garnisons militaires – marquent souvent les progrès de Rome et il faut attendre César pour qu’apparaissent les premières colonies : Scallabis (Santarém), Norba (Cáceres), Pax Iulia (Beja), les premiers municipes : Ebora (Évora), Olisipo (Lisbonne), Salacia (Alcácer do Sal), la première cité julienne Myrtilis (Mértola). Auguste crée en 25, pour les vétérans des légions victorieuses des Astures et des Cantabres, la colonie militaire d’Emerita Augusta, dont il fera la capitale de la Lusitanie, mais aucune autre cité ne mérite le nom de Iulia Augusta, alors que nombreuses sont les colonies, municipes et cités augustéennes qui se multiplient en Bétique et Tarraconaise.

Les sénateurs romains originaires de Lusitanie 1. Colonie julienne ; 2. Municipe julien ; 3. Cité julienne ; 4. Colonie augustéenne ; 5. Municipie flavien ; 6. Cité d’origine de sénateurs.

  • 6 H.-G. Pflaum, La part prise par les chevaliers romains originaires d’Espagne à l’administration im (...)
  • 7 Nous nous permettons de renvoyer aux sept volumes des Fouilles de Conimbriga, publiées sous la dir (...)

3Donc cette différence “quantitative” a pesé lourd dans l’apprentissage de la vie municipale, dans la constitution des élites locales où l’Empereur pouvait distinguer ceux qui peupleraient les premiers ordres de la société. Il est révélateur que la Lusitanie n’ait pendant trois siècles vu naître aucun futur chevalier6 qui serait entré au service du souverain. Cette extraordinaire carence s’explique-t-elle par une romanisation médiocre quand on connaît la qualité des parures architecturales des cités, même du dernier né des municipes flaviens tel Conimbriga7, la pénétration des habitudes onomastiques latines, même si le fond celtique reste présent : en tout cas la moitié sud de la Lusitanie l’estompe davantage. De Mérida autant que de Beja ou de Santarém auraient dû se lever des aristocraties prêtes à mieux asseoir l’autorité de Rome, et ce au plus haut niveau.

4Or il n’en est rien. Même s’il peut sembler naturel que le iiie siècle ait connu plus de sénateurs lusitaniens et fait donner raison à ceux qui croient aux lents progrès de la romanisation, il faudrait trouver dans les colonies romaines les creusets logiques de cette transformation de la société. À part deux consuls – dont on ignore les cursus détaillés – nés à Mérida, les colonies ne sont pas représentées.

  • 8 Le texte fondamental est chez Hygin, De limitibus, 135,15 et 136.
  • 9 J. Mendes de Almeida, De Minimis (Nótulas varias de Epigrafia), dans Conimbriga, IV, 1965, p. 60-8 (...)

5Au contraire, le municipium Liberalitas Iulia Ebora se distingue par le nombre ascendant de ses sénateurs. Seule donc la différence de l’occupation du sol entre une colonie militaire et un municipe nous offre une hypothèse de travail. Même importants, les lots coloniaux8, n’ont pas favorisé l’éclosion d’une société très différenciée, tandis que les structures sociales et économiques de la population indigène se seraient perpétuées dans un municipe tel que celui d’Évora. Les riches propriétaires ont pu sans solution de continuité gérer terres labourables, terrains de parcours du bétail, forêts et représenter une force sociale qui attirait l’attention éventuelle d’un gouverneur : ainsi la gens des Q. Iulii, dont un membre a pu être adopté pour des raisons qui nous échappent (accueil d’un membre influent du Sénat exilé par Domitien en une terre lointaine ?) et a trouvé ainsi la possibilité de son ascension sociale. Ce sont de grands domaines qui ont abrité leur puissance : São Brissos pour Q. Iulius Cordus Iunius Mauricus, dont les terres s’organisaient autour de l’Herdade da Igreja, le toponyme herdade (herediolum) révélant une structure agraire ancienne, une grande propriété. L’inscription de Q. Iulius Maximus vient du domaine de Nossa Senhora de Tourega9, situé à douze kilomètres d’Évora, et au iiie siècle en Alentejo nous pouvons rencontrer l’émergence “politique” de “latifundiaires”. Ils ont sans doute traversé sans encombre la crise de la fin du iie siècle, quand la péninsule se déchira entre partisans de Clodius Albinus et fervents de Septime Sévère. Précisément c’est un sénateur lié à une famille lusitanienne, L. Fabius Cilo, qui a joué un rôle décisif dans la lutte pour le trône impérial. En 194, il accompagne l’Empereur dans l’expédition orientale et reçoit le titre de cornes qu’il va conserver désormais pendant toute sa carrière. Il l’a accompagné dans son voyage en Afrique au printemps 203, en tant que préfet de la ville, charge qu’il a revêtue fin 202/début 203. Il a donc favorisé l’accession au pouvoir de Septime Sévère ; il a reçu la préfecture de la ville et un second consulat pour des raisons exceptionnelles, en maintenant sans failles une fidélité offerte dès 193, quand il était cos. suff.

  • 10 P. Cornelius Anullinus : Barbieri, no 191 : procos. d’Afrique en 193-194 de Septime Sévère, bat Pe (...)

6Ainsi en raison de cette ascension extraordinaire, il a pu aider les Catinii et Canidii à accéder et à se maintenir dans l’ordo senatorius. Il était naturel que Septime Sévère dotât ses fidèles, en leur accordant terres et argent, comme nous le savons pour P. Cornelius Anullinus10, originaire d’Illiberris (Grenade) qui, pour la Bétique, a pu réprésenter le même bouclier et le même tremplin que L. Fabius Cilo pour la Lusitanie.

  • 11 Sur cette crise dans la Péninsule, voir CIL II, 4114 = ILS, 1140 ; L. Pericot García, Historia de (...)
  • 12 Barbieri, p. 460-470, a analysé avec parfois trop de pessimisme les divers facteurs expliquant la (...)

7En essayant de répondre aux trois questions posées par notre documentation nous avons tenté de démonter les mécanismes du recrutement provincial des sénateurs et ce dans le cadre de la province de Lusitanie. La constitution des élites municipales ne suffit pas à alimenter une pyramide sociale qui serait couronnée par l’appartenance au premier ordre de l’Empire. Sans doute la couche des notabilités locales n’était-elle pas assez épaisse au départ, n’ayant pas profité du transfert massif d’Italiens, riches et industrieux. Cependant, en se perpétuant dans un municipe, la domination des grands propriétaires indigènes a créé un milieu riche plus apte à entrer en contact avec le monde du pouvoir et de la décision. Parfois le hasard a pu frayer les voies à ce cheminement ; également l’émergence dans un moment crucial, comme celui de la crise des années 193-19711, de fortes personnalités provinciales a accéléré le mouvement et le recrutement de sénateurs provinciaux dans une province qui, jusqu’alors, n’avait guère fait entendre sa voix à la Curie romaine. Certes, notre liste est loin d’être exhaustive mais elle reste significative ; la proportion si favorable à Évora – sept sénateurs sur dix connus, soit 70 % – ne saurait être remise en cause et ce n’est pas le manque de découvertes, le peu d’importance des carrières12, qui expliquent raisonnablement le cas particulier de la Lusitanie à l’intérieur des provinces hispaniques. Le manque de relations entre cette modeste province prétorienne et les élites romaines autant qu’avec le pouvoir impérial en rend bien mieux compte, sans qu’on puisse en inférer une trace plus légère de Rome sur les âmes et dans les cœurs.

Liste prosopographique

8De ce catalogue nous avons éliminé P. Licinius Caecina : PIR2, V, 1, 1970, Petersen L., homo novus praetorius vir sous Vespasien dont le père mourut à Bavilum, en Espagne, d’où il était originaire. Ne faudrait-il pas mieux lire Baetica à la place de l’inconnu Bavilum ?

9Nous n’avons pas retenu davantage les Roscii, en particulier L. Roscius Paculus, cos. suffect entre 132 et 146, qui apparaît comme époux de Domitia Vettilla sur la dédicace du temple de Mars à Mérida (CIL II, 468 = CMBadajoz, no 703 = ILER. 237). L. Garcia Iglesias, Aportación prosopográphica, Los Roscios hispânicos, dans Hispania Antiqua, VII, 1977-1979, p. 91-98. Il ne saurait être originaire de Mérida, qui appartient à la tribu Papiria, alors que son père L. Roscius Aelianus Maecius Celer, cos. suff. en 100, est inscrit dans la Quirina : PIR2. III, n. 65 ; Stech, p. 75-76 ; Lambrechts, p. 46-47, n. 119 ; Eck, p. 74 et 184. D’ailleurs les liens de la gens Roscia avec Brescia sont patents et la tribu Quirina est possible pour cette ville de Cisalpine.

10L. Roscius Paculus pourrait bien avoir été un légat propréteur de la province – notons les réserves de G. Alföldy – et, en tant que tel, patronus de la cité, à l’image de Sex. Furnius Iulianus : AE, 1952, 116. Il est lié à Mérida sans en être originaire et le concilium de la province de Lusitanie lui consacre une inscription honorifique : CM Badajoz, 214, 3 = ILER. 1686 = EE, VIII, 302 = ILS, 8972. Même l’origine hispanique de L. Roscius M.f. Quir. Aelianus Maecius Celer, le cos. suff. de 100, paraît problématique à Barbieri, n. 837, tandis que G. Alföldy reconnaît en Maecius Celer une dénomination hispanique.

11Convaincu par l’argumentation de C. Castillo, nous renonçons à l’origine lusitanienne de L. Fabius Cilo Septiminus Catinius Acilianus Lepidus Fulcinianus, Barbieri, n. 213 ; Praef. aer. militar., vers 187-189 : Corbier, Aerarium, XXV ; cos. en 193 ; cos. II en tant que préfet de la ville avant 204. Le problème de l’origine géographique de L. Fabius Cilo reste posé : voir C. Castillo et H.U. Instinsky, Die Herkunft des Fabius Cilo, dans Philologus, XCVI, 1944, p. 293-294. Sa position de Praef. urbi, cos. II, expliquerait son patronage pour la candidature de M. Vibius Maternus, Ilurensis, sans qu’on soit obligé d’en faire nécessairement un compatriote. iie-iiie siècle. Notons aussi son éventuelle parenté avec Acilia Sept(imina), originaire de Singilia Barba : CIL II, 2018 = ILER, 1490. De toute façon, Catinius Acilianus reste secondaire par rapport à Fabius Cilo.

Ebora, tribu Galeria

12CATINII-CANIDII : 2

13? 1. CATINIUS [.. ?], époux de Canidia Albina, c.m.f. = CIL II, 111, Ebora ; PIR2, 1936, C no 385, p. 92 ; Barbieri, no 1989, iiie siècle.

  • 13 Il semble que l’on puisse établir le stemma 1 (infra p. 223).

14? 2. CATINIVS CANIDIANVS, c.m.v., fils du précédent = CIL II, 111, Ebora, RE, VI, 1909, col. 1763, n. 65 ; PIR2, 1936, C no 560, p. 129 ; Barbieri, no 1989 a ; sa cousine est Catinia Aciliana, c.f. = CIL II, 111, Ebora ; PIR2,1936, C no 561, p. 129 ; Barbieri, no 1990 ; la parenté avec L. Fabius Cilo m.f. Gal. Septiminus Catinius Acilianus Lepidus Fulcinianus paraît établie : Barbieri, n. 21313. iiie siècle.

15Q. IVLII : 5

  • 14 On connaît bien Iunius Mauricus : PIR2, IV, 3,1966, I 771, p. 331. Entré au Sénat en 68, relégué e (...)

163. Q. IVLIVS CORDVS IVNIVS MAVRICVS, triumvir [monetalis ou capitalis]. J. M. Mendes de Almeida et F. Bandeira Ferreira, Varia Epigraphica, XXIX, dans Revista de Guimarães, LXXIX, 1969, p. 257-260, trouvé dans l’Herdade de Igreja, S. Brissos (district d’Évora) ; G. Alföldy, Ein römischer Senator aus Lusitanien, dans AEA, XLV-XLVII, 1972-1974, p. 411-416 ; AE, 1969-1970, 215 = AE, 1972, 238 ; RE, Suppl. XIV, 1974, no 195a, col. 207-208 (W. Eck)14 ii e siècle.

  • 15 Nous nous rallions à l’identification de S. Lambrino. Le prénom du père de Iulia Avita, Q(uintus), (...)

17? 4. Q. IVLIVS15, decemvir stlitibus iudicandis. CIL II, 113 ; S. Lambrino, Une famille sénatoriale d’Évora, dans Euphrosyne, III, 1961, p. 225-231.

185. Q. IVLIVS MAXIMVS, clarissimus vir. CIL II, 112 = AE, 1967, 130 = ILER, 6421 ; RE, X, 1917, col. 677, no 354 ; PIR2, 1966, I n. 424, p. 237-238 ; Barbieri, no 301 ; époux de Calpurnia Sabina ; iiie siècle.

196. Q. IVLIVS CLARVS, clarissimus iuvenis. CIL II, 112 = ILER, 6421, fils du précédent ; PIR2, 1966, I no 266, p. 199 ; iiie siècle.

  • 16 Q. Iulius Nepotianus ne peut qu’être le petit-fils d’un Q. Iulius Maximus Nepotianus, orator, conn (...)

207. Q. IVLIVS NEPOTIANVS, clarissimus iuvenis. CIL II, 112 = ILER, 6421, frère du précédent16. PIR2, 1966, I, n. 439, p. 240. iiie siècle. Lié sans doute par la parenté à Q. Iulius Maximus Nepotianus, PIR2, 1966, I, n. 428.

Castra Caecilia

  • 17 Mommsen a proposé : Castrensii Flori (uxor) Ca(strensiae) Sabinae et Iuliae Ca(s)sianae mater ; no (...)

218. IVLIA D. F. CASSIANA17, clarissima femina Castrensis. CIL, II, 4994 = ILER, 4035 ; RE, 1917, col. 925 n. 562 (Gerk-Herzog) ; Barbieri, no 2184. PIR2, 1966, p. 310, I, no 656. Fille de D. Iulius Cassianus, rappelé dans un rescrit de Septime Sévère et Caracalla. Dig., XLVIII, 4, 5 ; Barbieri, no 287. PIR2, 1966,1, no 248, p. 195. iiie siècle.

Emerita Augusta

  • 18 Que les Tutilii soient originaires de Mérida et que soit donc précisée l’ascendance hispanique de (...)

229. L. TVTILIVS LVPERCVS PONTIANVS18 cos. ord. en 135. CIL XI, 8110 ; CIL XV, 2052. PIR 1, III, T 318. RE, VII A, 1948, col. 1614-1615, n. 2 (Groag). Barbieri, adj. p. 613, p. 499 = grand-père de L. Tutilius Pontianus Gentianus.

2310. L. TVTILIVS PONTIANVS GENTIANVS, cos. suff. en 183. CIL VI, 2099 I 20 = ILS, 5047. PIR 1, III, T 321, p. 346. RE, VIIA, 1948, col. 1615, n. 5. Barbieri, no 872. On rencontre un Tutilius Pontianus et un Tutilius Lupercus dans CIL II, 550 = ILER, 2748. Pour tempérer l’origine lusitanienne, il faut évoquer le domaine d’un Tutilius Pontianus, producteur d’huile de Bétique (CIL XV, 3826, datée de 161.) Voir B. Liou, dans Archaeonautica, 1, 1977, p. 101.

Discussione

24C. Castillo : Respecto a la problemática del origen de Fabius Cilo, pienso que habrίa que tener en cuenta tas siguientes criterios : a) Acceso de individuos de orden equestre : existe una importante familia de Fabii en el valle del Genil (cf. A. M. Canto, en Habis, 9, 1978, p. 293-310). b) Evidencia epigráfica de familias cuya onomástica forma parte de la nomenclatura del personaje en discusión : 1 – Catinii : un liberto, sevir, en Nabrissa (CIL II, 1310) ; una Catinia, de familia acomodata, en Iptuci (CIL II, 5484). 2 – Acilii : una importante familia en Singilia Barba, valle del Genil (CIL II, 2016-20), y, entre sus miembros, una Acilia Septimina, hija de un Praefectus fabrum, a la que alude ya Barbieri (L’Albo Senatorio, n. 213, p. 52-53) ; en esta misma zona, una Postumia Aciliana, que hace alarde de riqueza y cuyo hijo se llama C. Fabius Superstes (CIL II, 2060). c) Relación con otros personajes béticos : M. Vibius Maternus de Iluro, a militiis candidatus eius.(CIL II, 1410), promovido al tribunado por Fabius Cilo (Cf. Kuebler, Diz. Epigr., II. s.v. candidatus, p. 78). d) Onomástica binaria : probablemente el primer elemento refleja la familia paterna, el segundo, Catinius, la materna. Deduzco de todo ello que parece tratarse de un descendiente de los Fabii de la Bética, por lίnea paterna, y quizá de los Catinii (lusitanos), por linea materna. Respecto a la cronología, quisiera hacer notar que no puede ser posterior, como parece indicar el stemma propuesto por Étienne, al marido de Canidia Albina, que viviό en el s. III.

25R. Étienne : Je me rallie entièrement aux conclusions de Carmen Castillo et ferai disparaître Fabius Cilo de la liste des sénateurs originaires de Lusitanie. Il n’en reste pas moins que grâce à ses liens avec les Catinii par la lignée maternelle il a aidé leur ascension.

Notes

1 Le no 3 seul pourrait appartenir à la fin du ier siècle, puisqu’il s’agit du Q. Iulius Cordus, adopté sans doute par Iunius Mauricus, sénateur de l’époque domitiano-trajanienne. Toutefois sa puissance politique a été au faîte avec Nerva et Trajan et nous inclinons à dater l’adoption, surtout s’il s’agissait d’une mesure testamentaire, au début du iie siècle. L’épigraphie a été jugée du ier siècle par les premiers éditeurs, J. Mendes de Almeida et F. Bandeira Ferreira, p. 258, suivis par W. Eck, dans l’article de la RE, Suppl. XV, col. 208. Nous pencherions pour au moins la fin du premier siècle, sinon l’époque trajanienne : petit I dans l’O à la 1.1. Nous ne sommes pas davantage convaincu par l’affirmation de S. Lambrino à propos du fragment de linteau de marbre qui porte la dédicace de Iulia Avita Q.f. à son fils, sans doute un Q. Iulius, Xvir stlitibus iudicandis (n. 4) ; p. 227, il y reconnaît des caractères de la première moitié du ier siècle ap. J.-C., que l’on pourrait attribuer aussi bien au tout début du iie siècle.

2 Les mentions c.v., ci., c.m.v., c.m.f. appartiennent bien au iiie siècle : vers 212 pour Sex. Varius Marcellus : CIL X, 6569 = ILS, 478 ; H.-G. Pflaum, La carrière de C. Iulius Avitus Alexianus, grand-père de deux empereurs, dans REL, LVII, 1979, p. 298. Voir aussi Barbieri, Albo, p. 1-2.

3 Les Q. Iulii sont dominants à Évora ; en dernier lieu J. d’Encarnação, Notas sobre epigrafia romana de Évora, dans Humanitas, X, 1977-1978, p. 75-97, publie au no 6 (photos 8 et 9), p. 89-91, l’inscription funéraire de Q. Iulius Iulianus faite par ses héritiers et sans doute affranchis, Iulia Marciana et Iulius Vernaclus. Nous remercions chaleureusement la directrice du Musée d’Évora, Madame M. A. Chicó Tavares, de son accueil généreux au Musée et de ses patientes recherches pour retrouver l’inscription de São Brissos.

4 R. Syme, A govemor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, VIII, 1969, p. 125-133, surtout p. 126.

5 Cl. Domergue, Les mines de la Péninsule ibérique dans l’Antiquité (thèse de doctorat d’État), Paris, 1978 (exemplaire dactylographié), passim, montre que ces mines n’ont pas été exploitées avant la fin du iie siècle av. J.-C.

6 H.-G. Pflaum, La part prise par les chevaliers romains originaires d’Espagne à l’administration impériale, dans Les Empereurs romains d’Espagne (Colloques internationaux du CNRS, Madrid-Italica, 1964), Paris, 1965, p. 89-119, p. 118 : “La Lusitanie n’y figure pas, ce qui démontre le peu d’emprise de la romanisation sur cette région de l’occident de la Péninsule Ibérique”.

7 Nous nous permettons de renvoyer aux sept volumes des Fouilles de Conimbriga, publiées sous la direction de J. Alarcão et R. Etienne, Paris, 1974-1979.

8 Le texte fondamental est chez Hygin, De limitibus, 135,15 et 136.

9 J. Mendes de Almeida, De Minimis (Nótulas varias de Epigrafia), dans Conimbriga, IV, 1965, p. 60-80-IV, Nótula acerca de uma inscrição de Tourega ou o estudio de um texto epigráfico a partir de fontes impressas e manuscritas e do original, p. 64-70. Hübner, ad CIL II, p. 15, avait déjà enregistré l’origine de cette inscription.

10 P. Cornelius Anullinus : Barbieri, no 191 : procos. d’Afrique en 193-194 de Septime Sévère, bat Pescennius Niger en 194 et participe à l’expédition adiabénique en 195 ; préfet de la ville et cos. II en 199 – CIL II, 2073 = 5506 = ILS, 1139 = ILER, 1297 ; CIL VIII, 1170 (p. 931) = ILS, 413. Pour son enrichissement, Epit. de Caes. 20, 6.

11 Sur cette crise dans la Péninsule, voir CIL II, 4114 = ILS, 1140 ; L. Pericot García, Historia de España, I. Épocas primitiva y romana, Barcelone, 1970, p. 359 ; M. Tuñón de Lara, M. Tarradell et J. Mangas, Historia de España, I. Introducción, primeras culturas e Hispania romana, Barcelone, 1980, p. 311-312.

12 Barbieri, p. 460-470, a analysé avec parfois trop de pessimisme les divers facteurs expliquant la raréfaction des sénateurs hispaniques.

13 Il semble que l’on puisse établir le stemma 1 (infra p. 223).

14 On connaît bien Iunius Mauricus : PIR2, IV, 3,1966, I 771, p. 331. Entré au Sénat en 68, relégué en exil en 93, il revient à Rome à la mort de Domitien. Sous Nerva, dont il est le familier, il a été consul, à moins que son consulat ne se place sous Trajan ; il fait partie de son consilium et il est un ami de Pline qui célèbre ses vertus. Il serait né en Cisalpine pour Syme, Tacitus, p. 558 et possède un domaine à Formies. Il aurait adopté un Q. Iulius Cordus, pour une raison qui nous échappe, et désormais les Q. Iulii auraient disposé d’alliances familiales à Rome. Notons toutefois que malgré cette adoption, ce sont les nomen et cognomen de l’adopté qui sont en tête de la dénomination, ce qui nous place de toute façon au début du iie siècle. C’est en tout cas l’opinion de G. Alföldy. Le frère de Iunius Mauricus est Iunius Arulenus Rusticus : PIR2, I, 730 ; on connaît aussi un praetor fidei commissarius sous Antonin le Pieux : PIR2, I, 772 ; un jeune sénateur en 145 : PIR2, I, 773. Nous résistons à l’opinion de G. Alföldy, qui ferait de Q. Iulius Cordus, procos. Cypri en 64-65, légat propréteur d’Aquitaine en 69, un sénateur lusitanien.

15 Nous nous rallions à l’identification de S. Lambrino. Le prénom du père de Iulia Avita, Q(uintus), entraîne vraisemblablement celui du petit-fils, un Q. Iulius.

16 Q. Iulius Nepotianus ne peut qu’être le petit-fils d’un Q. Iulius Maximus Nepotianus, orator, connu par une inscription funéraire de Collippo : CIL II, 354 = ILER, 5741 ; il est lui aussi inscrit dans la tribu Galeria. L. Petersen, qui reconnaît une parenté entre les deux individus, imagine à tort qu’il pourrait être le frère de Q. Iulius Nepotianus. Calpumia Sabina, qui a survécu à tout le monde, n’est pas présente dans cette dédicace ni les frères puînés. Nous proposons donc le stemma 2 (infra p. 223). On ne saurait faire de Q. Iulius Maximus Nepotianus, l’orator, un Collipponensis en raison de la tribu Galeria, la tribu de Collippo, municipe flavien étant la Quirina : cfr. D. de Pinho Brandão, Epigrafia romana coliponense, dans Conimbriga, XI, 1972, p. 41-152, surtout p. 21-26. Par ailleurs, notons les liens entre Ebora et Collippo : Laberia Galla, flaminique d’Ebora et flaminique provinciale (CIL II, 114 = ILER, 5525, Ebora) reçoit elle aussi une sépulture à Collippo (CIL II, 339 = ILER, 1774, Collippo).

17 Mommsen a proposé : Castrensii Flori (uxor) Ca(strensiae) Sabinae et Iuliae Ca(s)sianae mater ; nous nous rallions à la lecture de Hübner et proposons le stemma 3 (infra p. 223). Notons que cette femme originaire de Castra Caecilia a reçu une sépulture à Olisipo.

18 Que les Tutilii soient originaires de Mérida et que soit donc précisée l’ascendance hispanique de cette riche famille qui possédait des glaisières, et donc des propriétés en Italie, où se ravitaillent des officinatores, manufacturiers de briques (voir P. Setälä, Private Domini in Roman Brick Stamps of the Empire. A Historical and Prosopographical Study of Landowners in the district of Rome, Helsinki, 1977, p. 196-197. CIL XI, 8110 ; XV, 2092), toutes les trouvailles d’inscriptions les concernant proviennent de la capitale de la Lusitanie et le prouvent : Tutilius Avitianus, époux de Fabia Veneria : HAEp, 264 = MMAP, 910, 1948-49, 22 ; Tutilius Taporio : HAEp, 692 = ILER, 3667 ; Mallon, 90 ; CM Badajoz, 276.

Table des illustrations

Légende Les sénateurs romains originaires de Lusitanie 1. Colonie julienne ; 2. Municipe julien ; 3. Cité julienne ; 4. Colonie augustéenne ; 5. Municipie flavien ; 6. Cité d’origine de sénateurs.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre STEMMA 1
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre STEMMA 2
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search