Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

2e partie. Société et histoire

Mérida, capitale du vicariat des Espagnes

Note de l’éditeur

Extrait de Homenaje a J. A. Sáenz de Buruaga, Badajoz, 1982, p. 201-207.

Texte intégral

  • 1 Créée entre 16 et 13 avant Jésus-Christ : R. Syme, A govemor of Tarraconensis, dans Epigraphische (...)
  • 2 Daté de 16 av. J.-C. par l’inscription CIL II, 474 = ILS, 130 = ILER, 1240. Voir C. M. Badajoz (J. (...)
  • 3 Daté de 8 av. J.-C. par une série d’inscriptions : AE, 1959,28. J. Menéndez Pidal y Álvarez, Resti (...)
  • 4 Le soi-disant Temple de Diane, qui en réalité est le temple du culte impérial : R. Étienne, Le cul (...)
  • 5 Almagro, Guide, p. 69-76 ; J. Menéndez Pidal Álvarez, Circo romano, dans Bimilenario de Mérida, p. (...)
  • 6 L. García Iglesias, Epigrafía romana de Augusta Emerita, 1972 (thèse dactylographiée) ; Id., Epigr (...)
  • 7 A. García y Bellido, Esculturas romanos de España y Portugal, Madrid, 1949 : voir à l’index géogra (...)
  • 8 A. Blanco Freijeiro, Mosaicos romanos de Mérida, Madrid, 1978 (Corpus de Mosaicos romanos de Españ (...)
  • 9 Voir le volume cité à la n. 2.
  • 10 Je renvoie à mon article Ausone et l’Espagne, paru dans Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’ (...)
  • 11 Nous tentons, infra, de faire l’histoire de cet oubli.
  • 12 La discussion enregistrée, dans Bimilenario de Mérida, p. 29-30, paraît à cet égard révélatrice d’ (...)
  • 13 Voir essentiellement H. Chadwick, Priscillian of Ávila. The Occult and the Charismatic in the Earl (...)

1Aujourd’hui Mérida, simple ville moyenne de la province de Badajoz, garde de son passé antique de capitale de la Lusitanie1 les restes imposants de sa parure monumentale – théâtre2, amphithéâtre3, temple4, cirque5 – autant que les témoins – inscriptions6, statues7, mosaïques8 – de son destin prestigieux peuplent son Musée, sur lequel son directeur J. A. Sáenz de Buruaga a veillé avec bonheur et rare dévouement. Pour honorer son inlassable activité, qui a pu être mesurée lors du bimillénaire de la cité9, rien ne peut m’être plus agréable que de revenir10 sur la Mérida du ive siècle, qui lui valut d’être choisie comme capitale du vicariat des Espagnes. Trop vite oubliée11 ou niée12, une telle promotion permet de mieux comprendre en particulier la place prééminente que son évêque – véritable métropolite hispanique – a occupée dans l’affaire du priscillianisme13.

  • 14 Notifia Dignitatum, éd. Seeck, Berlin. 1876, p. 250 : il en compte sept, en ayant dédoublé par err (...)

2Quand le régime constantinien crée les préfectures du prétoire régionales, l’une d’elles comprend tout l’Occident et sa capitale est Trèves. Dans sa juridiction, le préfet du prétoire des Gaules a autorité sur la Péninsule Ibérique qui constitue, depuis Dioclétien, le diocèse des Espagnes, où il est représenté par un vicaire. Ce diocèse comprend, d’après le Laterculus Veronensis14 : la Tarraconaise (capitale, Tarraco), la Gallécie (capitale, Bracara Augusta), la Carthaginoise (capitale, Carthago Nova), la Lusitanie (capitale, Emerita), la Bétique (capitale, Corduba). Chacune a à sa tête un praeses perfectissime. Dans son Ordo urbium nobilium, Ausone, le rhéteur bordelais qui par faveur impériale devint, après la mort de Valentinien Ier le 17 novembre 375, préfet du prétoire des Gaules, ne pouvait manquer de faire une place à la plus importante d’entre elles, celle qui avait le privilège d’être le siège du vicariat.

  • 15 Avson., XIX, 83 : submiltit cui tota suos Hispania fasces.

3Or, autour de cette ville, qui avait le pas sur toutes les autres capitales, se battent depuis longtemps les érudits qui se partagent entre Emerita et Hispalis. Il faut donc réexaminer avec soin la poésie ausonienne pour cesser de balancer et pour nous aider à résoudre ce problème de préséance administrative ; devant cette ville en effet l’Hispania tout entière incline ses faisceaux15 : le vicaire l’emporte sur les gouverneurs de province et le nombre de ses faisceaux, donc de ses licteurs, était supérieur au leur.

  • 16 H. de la Ville de Mirmont, Le manuscrit de l’île Barbe (Codez Leidensis Vossianus Latinus III) et (...)
  • 17 Édition dans MGH. AA., V, 2, Berlin, 1883 (la meilleure et que nous suivons).
  • 18 Édition Teubner, Leipzig, 1886.

4Examinons les leçons des manuscrits. Parmi ceux-ci, le Codex Vossianus latinus III ou manuscrit de l’île Barbe, du ixe siècle, scruté avec tant d’acribie par H. de la Ville de Mirmont16, est le seul qui propose Hispalis ; tous les autres manuscrits donnent Emerita. Comme, d’une façon générale, le texte du Vossianus est meilleur et plus complet que les autres, c’est sa leçon d’Hispalis qu’ont retenue Schenkl17 et Peiper18. Pour se prononcer, il s’agirait de savoir pourquoi le Vossianus présente un tel choix et pourquoi les érudits du xvie siècle ont hésité.

  • 19 J. Scaligeri, lul Caes. F., Ausoniarum lectionum libri duo, 1595, Bâle, Iacobus Stoer, p. 65-66 : (...)
  • 20 Avson., Epist., XXV, 74.
  • 21 H. de la Ville de Mirmont, La Moselle d’Ausone, Bordeaux-Paris, 1889, p. CXXIV.
  • 22 H. de la Ville de Mirmont, Manuscrit, I, p. 111 : post hos pour post has ; hinc non pour non non.
  • 23 É. Vinet, Ausone, Bordeaux, 1580, 204 F.
  • 24 Traduire amnis aequoreus par fleuve marin paraît une lapalissade : tous les fleuves se jettent dan (...)
  • 25 Strab., III, 2. 1.
  • 26 Avson., Epist., XXV, 74.
  • 27 Id., XVIII, 484 : aequoreae... Garumnae ; XIII, 1 : aequoream... Garumnam.
  • 28 Almagro, Guide, p. 79.

5Scaliger, dans son commentaire à l’édition des oeuvres d’Ausone de 1575, pense qu’à tort un livre ancien préférait Hispalis à Emerita. Pour lui, seule cette dernière ville est baignée par un fleuve qualifié d’aequoreus19, d’autant plus que dans un autre passage, Ausone rapproche l’Anas-Guadiana, fleuve de Mérida, de la large Garonne. Il est déjà significatif qu’Ausone pense à pareille comparaison entre l’Anas et la Garonne et que jamais le Bétis n’ait été nommément mentionné dans ses poèmes20. Donc, comme à son habitude, le “philologue spadassin”21 avait tranché le nœud gordien, alors que Vinet plus prudent s’était prononcé déjà, sans donner d’explication, dès 1565, dans l’édition Ausonii Burdigalensis liber de Claris Urbibus, en faveur d’Emerita négligeant, peut-être pour des raisons philologiques22, la leçon du manuscrit de l’île Barbe qu’il connaît pourtant bien. Mais plus tard, pour son édition de 1575-1580, l’érudit saintongeais, le premier, affirmait que la précision géographique qui accompagnait le nom de la ville imposait Hispalis23. Il paraît comprendre aequoreus amnis : un fleuve remonté par la mer, sensible à la marée24, que les grands navires pouvaient remonter. Hispalis est situé à moins de distance de la mer qu’Emerita et les grands navires pouvaient remonter le Bétis jusqu’à elle25, et même plus loin. Mais ne faut-il pas interpréter aequoreus, large comme une mer, puisque ailleurs il parle de lata Garumna26 ? L’adjectif aequoreus qualifie spécialement la Garonne27 et par association d’idées s’applique sans doute aussi à l’Anas. À Bordeaux, la Garonne fait un peu moins de cinq cents mètres de large ; à Mérida, le Guadiana mesure plus de sept cents mètres. Et le pont actuel, dont une part importante est romaine, a une longueur de 792 mètres28. Mérida, moins facilement que Bordeaux certes, avait accès à la mer et jusqu’à nos jours l’activité commerciale s’est perpétuée en cette place qui sert maintenant de marché au bétail. Le Guadalquivir à Séville fait à peine deux cent cinquante mètres de large et ne fait pas spécialement pencher la balance en faveur d’Hispalis. La situation de la ville, au bord d’un aequoreus amnis ne permet donc pas de décider en toute certitude en faveur d’Hispalis ou d’Emerita.

  • 29 Cod. Theod., III, 5,6. Chastagnol, Aristocratie, p. 272.

6Mais pourquoi avoir pensé à Hispalis ? Sans doute parce qu’il existe au Code Théodosien une lettre adressée le 15 juillet 335 au vicaire d’Espagne, C. Annius Tiberianus29, et reçue à Hispalis. Certains en ont conclu aussitôt que, dans cette ville, résidait le vicaire et, au nom d’une correction savante, Emerita était abandonnée dans le Vossianus au profit d’Hispalis. Or, depuis les travaux de Seeck, on sait que le vicaire reçoit des envoyés de l’empereur les lettres du préfet du prétoire dont il dépend, dans les villes qu’il visite au hasard de ses tournées. L’argument tiré du Code Théodosien rejoint en sa fragilité le précédent, qui s’appuyait sur la géographie fluviale.

7Il est curieux que la critique n’ait pas tenu compte de la présence dans les derniers vers du poème ausonien de la mention de trois capitales de provinces hispaniques : Corduba, Tarraco et Bracara. Ce tour d’horizon, pourrait-on dire, auquel il ne manque que la capitale de la Carthaginoise, invite à penser que la Bétique, en la personne de Corduba, s’incline devant les faisceaux d’une autre cité qui ne peut appartenir à la même province. Ailleurs, les sièges des vicaires se confondent avec les chefs-lieux de province qui reçoivent ainsi une promotion particulière. Emerita, capitale de la Lusitanie, est donc le siège du vicariat. Le choix de l’administration est d’ailleurs excellent, car toutes les autres capitales provinciales étaient excentriques et seule Emerita représente le grand nœud central des communications romaines à l’intérieur de la Péninsule.

  • 30 En 398 : Chastagnol, Préfecture, p. 4 ; Notitia, p. 254-260.
  • 31 Lusitania, in qua est Emerita.

8Enfin, le Laterculus de Polemius Silvius, malgré sa date tardive30, nous apporte la preuve formelle qu’Emerita était la ville administrativement la plus importante de toutes les Espagnes. En effet, énumérant les sept provinces, dont six hispaniques, puisque depuis 370-398 les îles Baléares forment une nouvelle province, il cite pour la seule Lusitanie la ville d’Emerita31. Or, à consulter l’ensemble des diocèses, seules les villes où résident vicaire, comte ou préfet, sont signalées : par exemple Trèves, Carthage, Antioche, Alexandrie. Emerita, pour être en si bonne compagnie, ne peut déroger : elle est bien la capitale de l’Hispania du ive siècle.

9Grâce à cet argument décisif, on peut aller plus loin dans le court poème ausonien et accepter ce qu’avait fait Vinet, mais qu’ont rejeté Schenkl et Peiper : la leçon numen du Vossianus à la place du nomen. En effet, siège du vicaire, Emerita possède le représentant du préfet du prétoire et, par personne interposée, c’est la divinité impériale qui est installée. Une telle promotion dresse Emerita sur un piédestal administratif et religieux exceptionnel.

10Capitale du vicariat, Mérida non seulement concentrait tous les rouages administratifs rendus nécessaires par sa promotion, mais la colonie elle-même veilla avec fierté à se montrer digne de ce nouveau destin en restaurant les monuments principaux de la cité.

  • 32 Liste des gouverneurs chez Chastagnol, Aristocratie, p. 280-282.
  • 33 Liste des vicaires chez Chastagnol, Aristocratie, p. 273-274.

11Emerita Augusta est la résidence du praeses perfectissime de Lusitanie32 autant que celle du vicarius Hispaniarum33, et sans doute aussi celle du cornes Hispaniarum, qui d’ailleurs disparaît peu après la mort du grand Constantin, mais on ignore jusqu’à présent l’emplacement des domus “gouvernementales”. Elles donnaient un éclat nouveau à la parure architecturale d’une ville qui, depuis Auguste, présentait à la population la “vitrine” de la civilisation romaine.

  • 34 A. Chastagnol, Les inscriptions constantiniennes du cirque de Mérida, dans MÉFRA, LXXXVIII, 1976, (...)
  • 35 J’ai déjà attiré l’attention sur l’éclat des villes hispaniques au ive siècle, et en particulier M (...)
  • 36 La datation des aqueducs de Mérida reste une quaestio vexata de l’archéologie éméritaine. Malgré l (...)
  • 37 R. Lequément, Rapport préliminaire sur deux sondages effectués à Mérida (septembre-octobre 1973), (...)

12Il n’est pas indifférent, au moment où de grands propriétaires contrôlent de plus en plus l’espace rural en Lusitanie, que soit restauré le cirque où ils faisaient courir les meilleurs produits de leurs haras. Entre octobre 337 et mars-avril 34034, les travaux sont décidés par Ti. Flavius Laetus, dernier comte connu des Espagnes ; déjà entre 333 et 335, les réparations avaient affecté le théâtre. Donc les monuments de prestige, où s’exprimaient aussi les conciles annuels du culte impérial, étaient l’objet de toute la sollicitude des empereurs qui, en 340 avec Constant, en 350 avec Magnence, effacent les noms de leurs prédécesseurs. Par la survie des monuments et par l’exaltation des victoires impériales sur les Barbares, Mérida manifestait bien cette vitalité exceptionnelle d’une capitale au ive siècle35, qui a dû réparer, sinon reconstruire certains des aqueducs pour son indispensable ravitaillement en eau36. Dans la ville, aujourd’hui, il conviendrait de recueillir avec attention tous les témoins de ce siècle d’or pour mieux écrire l’histoire “civile” de la capitale des Espagnes37.

  • 38 J. Vives, Concilios visigóticos e hispano-romanos, Madrid, 1963.
  • 39 D. Mansilla, Orígenes de la organización metropolitana en la iglesia española, dans Hispania sacra (...)
  • 40 Cfr. Chadwick, p. 12-13.
  • 41 Chadwick, p. 16-17.

13Il est plus délicat de définir sur le plan ecclésiastique la prééminence de l’évêque de Mérida. En effet, au concile d’Elvire, le premier connu pour les Espagnes38, l’évêque de Mérida a approuvé les canons sous l’autorité de l’évêque d’Acci, sans doute le plus ancien évêque consacré. La règle est donc bien établie de donner la présidence à l’évêque installé depuis le plus longtemps dans son siège39. Cette hiérarchie a été respectée à Valence et à Saragosse (octobre 380) que préside Phoebade, évêque d’Agen (Aginnum, en Aquitaine seconde)40. Ossius de Cordoue, à Elvire, signe en second et pourtant il était le métropolite de Bétique et son autorité dépassait largement les frontières provinciales. Delphidius de Burdigala, lui aussi métropolite d’Aquitaine seconde, vient après Phoebade à Saragosse. Le pape Sirice en février 385 répond à Himerius, évêque de Tarragone, qui l’avait interrogé sur les questions divisant les églises d’Espagne, “pro antiquitate sacerdoti lui”41 : le pape le charge de distribuer les décrétales parmi les provinces hispaniques.

  • 42 Chadwick, p. 35 sur modèle de C. Th., XVI, 518 (17 juin 389) : ex omni orbe terrarum sed quam maxi (...)
  • 43 Priscillian., Tract., II, p. 41, 37.
  • 44 Certes, le synode de Bordeaux réuni en 384 pour juger tous les priscillianistes dépose Instantius (...)

14Toutefois, le priscillianisme, en contraignant pouvoir politique et orthodoxie religieuse à s’épauler mutuellement, a permis à l’évêque de Mérida de jouer le rôle prépondérant de primat des Espagnes. Certes, au départ il s’agit d’une affaire interne à la province de Lusitanie. On pourrait, dans ces conditions, ne pas s’étonner qu’Hygin de Cordoue se tourne vers Hydace de Mérida quand les deux évêques Instantius et Salvianus se lient par serment à Priscillien, pas plus que n’est extraordinaire de voir Hydace de Mérida s’appuyer sur Ithace d’Ossonoba (Estoï, près de Faro) en Lusitanie, qui va devenir le principal accusateur de Priscillien. Priscillien, élu à Abula (Ávila), sans le consentement d’Hydace, occupe un siège épiscopal de Lusitanie. Refusant de se laisser enfermer dans le cadre d’un synode provincial, où les évêques priscillianistes auraient pu rencontrer complicités et intelligences, Hydace, par l’intermédiaire d’Ambroise de Milan, obtient un rescrit impérial qui condamne les pseudo-évêques et les manichéens. Ce rescrit est adressé au vicaire du préfet du prétoire, en résidence à Mérida : les hérétiques devaient abandonner les églises et être bannis de tout le pays42. La voie de transmission du rescrit impérial renforce l’autorité d’Hydace, qui envoie alors une lettre circulaire aux églises hispaniques, où il dénonce Hygin de Cordoue comme hérétique, en même temps que Priscillien43. Cette intrusion dans l’ensemble de la Péninsule et cette condamnation d’un évêque de Bétique donnent à Hydace la stature d’un primat des Espagnes. Sans doute, devant cette collusion du trône et de l’autel, les priscillianistes ont beau jeu de réclamer un synode épiscopal. Les influences contraires du préfet du prétoire et du maître des offices ne font que retarder la condamnation de Priscillien, qui est acquise après l’assassinat de Gratien, le 25 août 383, sous le chef de sorcellerie plus que sous celui de manichéisme44. Maximus, qui règne à Trèves, le fait exécuter ainsi que ses compagnons. Le recours au bras séculier, sollicité tant par le métropolite de Mérida que par Priscillien, malgré Martin de Tours, a renforcé la hiérarchie ecclésiastique et Ta calquée sur la hiérarchie administrative.

  • 45 Il a dû résilier sa charge épiscopale en 388 et la retrouver assez rapidement vers 390. Chadwick, (...)
  • 46 Chadwick, p. 210-211.
  • 47 Hydat., Chron. adann 455 (Chronica minora, II, 24), éd. A. Tranoy (Sources chrétiennes, nos 218-21 (...)
  • 48 Contra Chadwick, p. 211.
  • 49 Ep. 15.
  • 50 Sur tout ceci, nous suivons Chadwick, p. 220-221.

15Désormais, le métropolite de Lusitanie joue un rôle prééminent : Patruinus, évêque de Mérida, préside le concile de Tolède, en septembre 400 en Carthaginoise, et c’est à lui que s’adresse le pape Innocent ier. Or, il est peu probable qu’il soit le plus ancien consacré45. Il fait référence, dans son discours d’ouverture, aux canons de Nicée qui donnent expressément au métropolitain de la province le droit de consacrer d’autres évêques dans la province et lui reconnaissent un droit de veto. Ainsi, ne sera plus renouvelée l’aventure épiscopale de Priscillien et l’autorité personnelle de Patruinus en est encore grandie. Révélatrice aussi, est la procédure46 suivie à l’occasion d’une nouvelle réfutation de l’hérésie priscillianiste par Turibius, évêque d’Asturica Augusta (440-445) et par Hydace, évêque d’Aquae Flaviae (Chaves), qui tiennent un colloque à Asturica et envoient leurs conclusions à Antoninus, évêque d’Emerita47. En tant que primat des Espagnes, Antoninus avait vocation pour extirper de la Péninsule tout relent manichéiste, et ce n’est pas parce que, à Braga, capitale du royaume suève, Turibius n’aurait pas d’audience mais parce que Emerita, devenue suève depuis sa conquête par Rechila en 439, est le siège du métropolite de Lusitanie et du primat des Espagnes, supérieur au métropolite de Galice48. Turibius a également dénoncé auprès du pape Léon seize propositions priscillianistes. Celui-ci, le 21 juillet 44749, le félicite de son zèle en faveur de l’orthodoxie et suggère un synode général des évêques de Tarraconaise, Carthaginoise, Lusitanie et Galice. Nous n’avons aucune trace de ce synode général pas plus que d’un synode particulier des évêques de Galice. De toute façon, le pape ne semble guère donner au métropolite d’Emerita une importance particulière : la papauté n’avait aucune raison de renforcer un pouvoir que l’Empire avait pu promouvoir au plus fort de la crise priscillianiste. En fin de compte, les prétentions de l’évêque de Mérida à jouer le rôle de primat des Espagnes vont être reprises par l’évêque de Tolède, Montanus, métropolite de Carthaginoise et titulaire d’un évêché où il était très conscient de ce qu’on devait à la capitale du royaume barbare50. On ne reparlera plus de l’évêque de Mérida dans les conciles.

  • 51 F. Diego Santos, De la Asturias sueva y visigoda, dans Asturiensia medievalia, 3, Oviedo, 1979, p. (...)

16Ce sont les vicissitudes du royaume visigot qui ont terni à jamais l’éclat gagné par Mérida au ive siècle. Incontestable capitale du diocèse des Espagnes à la fin du siècle, c’est bien devant elle que s’inclinaient les faisceaux des autres gouverneurs ; son métropolite avait en même temps autorité sur l’ensemble des évêques hispaniques51. La Péninsule avait-elle enfin une capitale, capable de rassembler les particularismes régionaux et de combattre les forces centripètes ? Les royaumes barbares anéantiront cette réalité et ce rêve impérial. Le destin de la première capitale des Espagnes est à jamais scellé.

Notes

1 Créée entre 16 et 13 avant Jésus-Christ : R. Syme, A govemor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, VIII, 1969, p. 125-133, surtout p. 126.

2 Daté de 16 av. J.-C. par l’inscription CIL II, 474 = ILS, 130 = ILER, 1240. Voir C. M. Badajoz (J. R. Mélida), no 706, p. 130-142 ; M. Almagro, Mérida, Guide de la ville et de ses monuments, Mérida, 1959 (= Almagro, Guide), p. 49-62 ; J. Menéndez Pidal Álvarez, Teatro Romano, dans Augusta Emerita (Actas del Simposio internacional conmemorativo del Bimilenario de Mérida, 16-20 novembre de 1975), Madrid, 1976 (= Bimilenario de Mérida), p. 207-211, surtout pour les ultimes restaurations.

3 Daté de 8 av. J.-C. par une série d’inscriptions : AE, 1959,28. J. Menéndez Pidal y Álvarez, Restitución del texto y dimensiones de las inscripciones históricas del anfiteatro de Mérida, dans AEA, XXX, 1957, p. 205-217. C. M. Badajoz, no 738, p. 157-172 ; Almagro, Guide, p. 63-69 ; R. Étienne, La date de l’amphithéâtre de Nîmes, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à André Piganiol, Paris, 1966, p. 985-1010, surtout p. 990-997.

4 Le soi-disant Temple de Diane, qui en réalité est le temple du culte impérial : R. Étienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR, 191), Paris, 1958, réimpr. 1974, p. 220-221. J. M. Álvarez Martínez, El templo de Diana, dans Bimilenario de Mérida, p. 43-52 ; il est regrettable que la stratigraphie n’ait pas pu être établie jusqu’au sol vierge pour proposer la datation du monument.

5 Almagro, Guide, p. 69-76 ; J. Menéndez Pidal Álvarez, Circo romano, dans Bimilenario de Mérida, p. 212.

6 L. García Iglesias, Epigrafía romana de Augusta Emerita, 1972 (thèse dactylographiée) ; Id., Epigrafía romana en Mérida, dans Bimilenario de Mérida, p. 63-72.

7 A. García y Bellido, Esculturas romanos de España y Portugal, Madrid, 1949 : voir à l’index géographique, p. 488, s.v. Mérida.

8 A. Blanco Freijeiro, Mosaicos romanos de Mérida, Madrid, 1978 (Corpus de Mosaicos romanos de España, fasc. 1) ; M.-H. Quet. La mosaique cosmologique de Mérida. Propositions de lecture (Publications du Centre Pierre Paris, 6), Paris, 1981.

9 Voir le volume cité à la n. 2.

10 Je renvoie à mon article Ausone et l’Espagne, paru dans Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à Jérôme Carcopino, Paris, 1966, p. 319-332 ; je le reprends ici en partie en lui apportant des compléments.

11 Nous tentons, infra, de faire l’histoire de cet oubli.

12 La discussion enregistrée, dans Bimilenario de Mérida, p. 29-30, paraît à cet égard révélatrice d’un certain état d’esprit : pourquoi ne pas avoir examiné les éléments de ma démonstration. Je remercie J. A. Sáenz de Buruaga qui a soutenu mon point de vue dans La Fundación de Mérida, dans Bimilenario de Mérida, p. 19-28, surtout p. 27. A. Piganiol, L’Empire chrétien (325-395) (Histoire Générale G. Glotz, Histoire romaine, IV, 2), Paris, 1947, p. 4, reste prudent en proposant Hispalis.

13 Voir essentiellement H. Chadwick, Priscillian of Ávila. The Occult and the Charismatic in the Early Church, Oxford, 1976 (= Chadwick).

14 Notifia Dignitatum, éd. Seeck, Berlin. 1876, p. 250 : il en compte sept, en ayant dédoublé par erreur Mauretania et Tingitania. Il date de 303-306 ; voir sur cette datation, A. Chastagnol, La Préfecture urbaine à Rome sous le Bas-Empire, Paris, 1960 (= Chastagnol, Préfecture), p. 34 ; Id., Les Espagnols dans l’aristocratie gouvernementale à l’époque de Théodose, dans Les Empereurs romains d’Espagne (Madrid-Italica, 1964) (Colloques internationaux du CNRS), Paris, 1965, p. 269-290 (= Chastagnol, Aristocratie), p. 270.

15 Avson., XIX, 83 : submiltit cui tota suos Hispania fasces.

16 H. de la Ville de Mirmont, Le manuscrit de l’île Barbe (Codez Leidensis Vossianus Latinus III) et les travaux de la critique sur le texte d’Ausone. L’œuvre de Vinet et l’œuvre de Scaliger, Bordeaux-Paris 3 vol 1917 1918, 1919.

17 Édition dans MGH. AA., V, 2, Berlin, 1883 (la meilleure et que nous suivons).

18 Édition Teubner, Leipzig, 1886.

19 J. Scaligeri, lul Caes. F., Ausoniarum lectionum libri duo, 1595, Bâle, Iacobus Stoer, p. 65-66 : Mirum autem veteren librum non Emeritae sed Hispalis nomen praeferre... sed falsum puto. Nam non illam aequoream praeterlabitur amnis, ad Emeritam. Quare alibi dicit Emeritaque amnis lataque (sic) fluenta Garumnae.

20 Avson., Epist., XXV, 74.

21 H. de la Ville de Mirmont, La Moselle d’Ausone, Bordeaux-Paris, 1889, p. CXXIV.

22 H. de la Ville de Mirmont, Manuscrit, I, p. 111 : post hos pour post has ; hinc non pour non non.

23 É. Vinet, Ausone, Bordeaux, 1580, 204 F.

24 Traduire amnis aequoreus par fleuve marin paraît une lapalissade : tous les fleuves se jettent dans une mer. Si on comprend l’épithète “remonté par la marée”, il ne peut convenir qu’à des fleuves atlantiques : or Ausone ne qualifie-t-il pas le Timave (l’Isonzo ?) d’aequoreus ? Or, dans l’Adriatique, il ne saurait être question de marée. Avson., XIX 162 : aequoreo non plenior amne Timavus.

25 Strab., III, 2. 1.

26 Avson., Epist., XXV, 74.

27 Id., XVIII, 484 : aequoreae... Garumnae ; XIII, 1 : aequoream... Garumnam.

28 Almagro, Guide, p. 79.

29 Cod. Theod., III, 5,6. Chastagnol, Aristocratie, p. 272.

30 En 398 : Chastagnol, Préfecture, p. 4 ; Notitia, p. 254-260.

31 Lusitania, in qua est Emerita.

32 Liste des gouverneurs chez Chastagnol, Aristocratie, p. 280-282.

33 Liste des vicaires chez Chastagnol, Aristocratie, p. 273-274.

34 A. Chastagnol, Les inscriptions constantiniennes du cirque de Mérida, dans MÉFRA, LXXXVIII, 1976, p.259-276.

35 J’ai déjà attiré l’attention sur l’éclat des villes hispaniques au ive siècle, et en particulier Mérida, p. 93, dans la discussion qui suivit la communication de J. M. Blázquez, Conflicto y cambio en Hispania durante el siglo IV, dans Transformations et conflits au ive siècle après Jésus-Christ (colloque FIEC, Bordeaux, 1970), Bonn, 1978, p. 53-93.

36 La datation des aqueducs de Mérida reste une quaestio vexata de l’archéologie éméritaine. Malgré les récents articles de Th. Hauschild, Problemas de construcciones romanas en Mérida, dans Bimilenario de Mérida, p. 107-110 et de A. Jiménez Martín, Los acueductos de Emerita, dans ibid., p. 111-125, il est difficile de proposer des séquences chronologiques, parfaitement fondées : les phases de construction sont certes reconnues à partir d’Auguste, des étapes flavienne, trajanienne et sévérienne suggérées. On ne saurait non plus négliger l’opinion de A. Garcia y Bellido, Arte romano, Madrid, 1972, p. 588, qui parlait d’ouvrages en partie constantiniens. La logique, en tout cas, impose cette dernière ( ?) phase. Une recherche des céramiques présentes dans le mortier du canal des aqueducs permettrait de sortir en partie de ces apories : nous partageons là l’opinion de Th. Hauschild.

37 R. Lequément, Rapport préliminaire sur deux sondages effectués à Mérida (septembre-octobre 1973), dans NAH, Arqueología, 5,1977, p. 145-166 ; p. 149 : grand plat en sigillée hispanique tardive avec décor estampé sur le fond central. Du matériel datable du Bas Empire a été trouvé dans les fouilles récentes effectuées dans la ville à l’Alcazaba, au temple dit de Diane. La couche d’abandon de ce monument, fouillée par J. M. Álvarez, a donné de nombreux fragments de sigillée estampée d’origine africaine et même de sigillée grise paléochrétienne.

38 J. Vives, Concilios visigóticos e hispano-romanos, Madrid, 1963.

39 D. Mansilla, Orígenes de la organización metropolitana en la iglesia española, dans Hispania sacra, 12, 1959, suivi par Chadwick, p. 4.

40 Cfr. Chadwick, p. 12-13.

41 Chadwick, p. 16-17.

42 Chadwick, p. 35 sur modèle de C. Th., XVI, 518 (17 juin 389) : ex omni orbe terrarum sed quam maxime de hac urbe (il s’agit de l’expulsion des Manichéens).

43 Priscillian., Tract., II, p. 41, 37.

44 Certes, le synode de Bordeaux réuni en 384 pour juger tous les priscillianistes dépose Instantius (Salvianus était mort à Rome, lors de la vaine ambassade auprès de Damase). Priscillien et Euchrotia préfèrent comparaître à Trèves devant un tribunal impérial, ce qui est contraire à la loi canonique.

45 Il a dû résilier sa charge épiscopale en 388 et la retrouver assez rapidement vers 390. Chadwick, p. 157.

46 Chadwick, p. 210-211.

47 Hydat., Chron. adann 455 (Chronica minora, II, 24), éd. A. Tranoy (Sources chrétiennes, nos 218-219), Paris, 1974, & 130 et note 2.

48 Contra Chadwick, p. 211.

49 Ep. 15.

50 Sur tout ceci, nous suivons Chadwick, p. 220-221.

51 F. Diego Santos, De la Asturias sueva y visigoda, dans Asturiensia medievalia, 3, Oviedo, 1979, p. 17-73, surtout, p. 67.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search