Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

2e partie. Société et histoire

L’immigration à Tarragone, capitale d’une province romaine d’Occident

Note de l’éditeur

Extrait de Revista de la Universidad Complutense, XVIII (no 118), 1979 (Homenaje a Antonio Garcia y Bellido, VI), p. 95-115 (co-auteur G. Fabre).

Texte intégral

  • 1 Plin., NH, III, 3, 21 : Colonia Tarraco Scipionum opus sicut Carthago Poenorum.
  • 2 Pol.. I, 3, 76-Liv., XXI, 60.
  • 3 Liv., XXXII, 28, 11.
  • 4 Dio Cass., LIII, 12. La Lusitanie a été définitivement constituée entre 16 et 13 av. J.-C. : R. Sy (...)
  • 5 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR, 191), Pari (...)
  • 6 OGIS, II, 456, p. 43.
  • 7 Oros., VI, 21,20. Horat., Carm., VI, 14 ; Jérôme en 26 av. : Eusèbe (éd. R. Helm), p. 164.

1L’orgueilleuse définition de Pline l’Ancien1, Tarraco opus Scipionum, enregistrait le destin d’une ville qui, après le premier débarquement romain à Emporion2, devenait la capitale d’abord de l’Hispania citerior en 197 avant Jésus-Christ3 et ensuite sous Auguste, dès 27 avant Jésus-Christ4, de l’Hispania citerior Tarraconensis, qui allait couvrir les deux tiers de la Péninsule Ibérique et comprendre sous les Flaviens sept conventus juridiques. L’ancienneté de sa romanité, son prestige né des séjours impériaux – Auguste de 27 à 25 avant Jésus-Christ, Hadrien en 121, Septime Sévère en 1785 – et de la présence de l’administration impériale, son rayonnement grâce au culte impérial provincial, sa parure monumentale, tout la désignait comme un pôle d’attraction, non seulement pour les habitants du reste de la province, mais aussi pour les étrangers. Auguste n’y avait-il pas reçu une ambassade de Mytilène6, qui lui apportait un décret fondant son culte en Orient, et les ambassadeurs de l’Inde n’y étaient-ils pas venus saluer le maître du monde7 ?

  • 8 E. Albertini, Les étrangers résidant en Espagne à l’époque romaine, dans Mélanges R. Cagnat, Paris (...)
  • 9 A. García y Bellido, El elemento forastero en la España Romana, dans BRAH, CXLIV, 1959, p. 119-154 (...)
  • 10 Nous devons dire toute notre reconnaissance au professeur Geza Alföldy, de l’Université de Bochum (...)

2Or, nous disposons, par l’étude de l’immigration à Tarragone, d’un autre moyen de mesurer cet éclat de la capitale et, on peut l’affirmer, d’une façon exemplaire. Le sujet certes n’est pas neuf. Des articles nourris lui ont été consacrés, de E. Albertini8 à A. Garcia y Bellido9, mais ils n’offrent que des nomenclatures ou de pures descriptions. Nous voudrions aller au-delà et présenter non seulement l’ensemble des mouvements migratoires des individus qui viennent de provinces extérieures à la Péninsule Ibérique et de ceux qui sont originaires d’autres lieux de la Péninsule, mais préciser aussi leur évolution chronologique, leurs composantes sociales et leur caractère définitif ou temporaire10.

3Si l’on examine, en premier lieu, le cas des étrangers non hispaniques présents à Tarragone, la prépondérance des Occidentaux est écrasante : sur vingt-quatre témoignages, dix-huit – soit les trois quarts – proviennent soit d’Italie, soit d’Afrique, soit de Gaule, c’est-à-dire des régions les plus proches de l’Espagne du nord-est.

  • 11 CIL II, 4165.
  • 12 HAEp., 868 ; S. Ventura, Bol. Arqueo. Tarragona, LV, 1955, p. 15, no 11. Sur l’interprétation de M (...)
  • 13 CIL II, 4322 ; CIL II, 4226 et HAEp., 808, où est cité le même personnage P. Terentius Philetus do (...)
  • 14 Voir A. Balil, Economía de la Hispania Romana, dans Estudios de Economía antiqua de la Península i (...)
  • 15 CIL XIV, 397, un affranchi apparenté à la famille des Numisii ; sur ce point Balil, Economía, p. 3 (...)
  • 16 CIL II, 4171.
  • 17 CIL II, 4161 = RIT, 222.
  • 18 CIL II, 6107, une inscription inédite.
  • 19 CIL II, 4173. Pour CIL II, 4323, la seule mention de la tribu Voltinia n’apporte pas de certitude (...)
  • 20 Inscription inédite d’un Aquensis ex provincia Aquitanica.
  • 21 CIL XII, 3363.
  • 22 Pour les gens de Tarraconaise, par exemple à Bordeaux, voir R. Étienne, Bordeaux Antique, Bordeaux (...)

4Nous rencontrons tout d’abord cinq Italiens : un originaire de Pisaurum11, un second venant de Mevania, en Ombrie12, les trois autres étant Romains13. Cette prépondérance de l’Urbs apparaît naturelle dans la mesure où d’étroites relations économiques lient la capitale provinciale au cœur de l’Empire14. Cependant on ne relève aucun individu originaire d’Ostie, alors que dans ce port les négociants de Tarragone ou de Tarraconaise semblent nombreux15. Cinq individus sont originaires de Gaule. Hormis un migrant venant d’Albintimilium16, ces Gaulois représentent surtout la Narbonnaise (un de Narbonnaise17, deux de Vienne18, un de Nîmes19) et peu d’Aquitaine20. Les liaisons étaient aisées avec la Narbonnaise où, à Nîmes existe une regio Ispana21, et avec l’Aquitaine22.

  • 23 CIL II, 4320.
  • 24 CIL II, 6116.
  • 25 HAEp., 812.
  • 26 CIL II, 4263.
  • 27 HAEp., 811. Nous n’avons pas retenu, par manque de preuve décisive, CIL II, 6075 où un personnage (...)
  • 28 HAEp., 1949.
  • 29 CIL II, 6157 ; A. Balil, Tres aspectos de las relaciones hispano-africanas en época romana, dans I (...)

5D’Afrique du Nord sont venus cinq individus ; quatre d’Afrique proconsulaire : un de Cirta23, un de Lemta24, un de Sicca Veneria25, un se disant “exprovincia Africa26 et un seul de Maurétanie Césarienne27. La façade maritime de la Proconsulaire et de la Maurétanie Césarienne, de par sa position, permet des liaisons plus aisées avec la côte du nord-est de la Péninsule qu’avec le sud, encore qu’on trouve à Barcelone aussi bien un africain de Carthage28 qu’un maurétanien de Lixus29. Il ne faudrait pas croire à une stricte spécialisation géographique des liaisons maritimes et des migrations.

  • 30 CIL II, 6087.
  • 31 CIL II, 4147.
  • 32 Inscription inédite.
  • 33 P. Beltrán, dans JSEA, 88 [1925-26], 1927, 14 p., n. 2 avec photo. Battle Huguet, dans AIEC, VIII, (...)
  • 34 HAEp., 810, qui se dit commorans Ispali ; son déplacement à Tarragone, où il meurt, fut sans doute (...)
  • 35 S. M. Millas Vallicrosa, dans Sefarad, XVII, 1957, p. 319 (bilingue) = J. Sánchez Real, Bol. Arq. (...)
  • 36 CIL II, 4319. Albertini, p. 308-309 avait éliminé comme trop incertains deux textes que retient Be (...)
  • 37 II s’agit de l’inscription que J. Serra Vilaró a publiée pour la première fois dans JSEA, 133, 193 (...)

6Les autres régions de l’Empire jouent un rôle moins important, quoiqu’il ne soit pas négligeable. Trois individus proviennent des provinces danubiennes, de Iulia Emona30 et Poetovio31, un est dit Dalmatius32 tandis que de l’Orient grec ou de la Grèce propre sont partis cinq personnages : un Égyptien de Pitermon dans le Fayoum33, un Cilicien de Tarse34, un juif de Propontide35, un affranchi qui se dit “natione graecus”36 et un centurion originaire de Nicomédie37.

  • 38 Le “Dalmatius natione” est indatable.

7Quel rythme d’arrivée décèle-t-on si Ton classe les vingt-trois38 immigrants dont la date peut être convenablement établie ?

8Une évolution très nette se dégage de ce tableau : l’Occident est présent dès le ier siècle à Tarragone, tandis que l’Orient grec domine au ive. Si l’arrivée des Italiens et des Narbonnais est la plus précoce, c’est que l’on a affaire à des militaires, à un moment où le recrutement légionnaire se fait à partir de la mère patrie et des provinces les plus romanisées. L’arrivée des Africains, puis celle des Danubiens, se placent à la fin du ier siècle pour les premiers, à la fin du IIe pour les seconds, c’est-à-dire au moment où triomphe le recrutement local de l’armée.

  • 39 Hübner, CIL II, p. 540. Voir aussi P. Le Roux, passim.

9Ainsi, l’évolution du recrutement de l’armée romaine commande une partie de l’évolution de l’immigration à Tarragone. C’est dire que les militaires jouent un rôle prépondérant dans le milieu cosmopolite de la capitale : on en relève neuf sur vingt-quatre, soit plus du tiers. Sans mériter le nom de “ville de garnison”, Tarragone n’en abritait pas moins des détachements, des vexillationes, en particulier un élément – la VIF Gemina – servait de garde et d’escorte au gouverneur d’Espagne citérieure et la capitale disposait ainsi d’un praetorium39.

  • 40 Bellido.p. 129-130.

10Il importe surtout de savoir s’il s’agit de militaires à la retraite, installés définitivement à Tarragone, ou bien s’ils y assument provisoirement un service militaire. La réponse est claire en ce qui concerne les vétérans qui, une fois dégagés de leurs obligations, peuvent rentrer dans leur patrie d’origine. S’ils vivent et meurent désormais à Tarragone, il faut les considérer comme des immigrés définitifs, comme le vétéran originaire de Narbonnaise. Certes, un cas limite se présente : un vétéran de la VIF G. F., originaire de Nîmes, meurt à Tarragone l’année même de sa démobilisation, à l’âge de quarante ans40. Pour les autres, aucun doute n’est permis : le vétéran de la VIIe légion, originaire de Mévania, est l’objet ainsi que son épouse (uxsor) et un(e) parente (adfinis) d’une dédicace de la part de ses affranchis. Le vétéran a parfois fondé une cellule familiale : un beneficiarius consularis, né à Sicca Veneria, reçoit une inscription funéraire de la piété de sa femme.

  • 41 II faut en tout cas admettre que, même en mission spéciale, un centurion était accompagné de sa fa (...)

11Pour les autres soldats, morts en service, on ne peut pas se prononcer sur le caractère de leur installation. Pour le légionnaire venu de Iulia Emona, mort après quinze ans de service, c’est un frère et une héritière de la même famille qui l’honorent : ainsi son propre frère l’avait suivi dans la capitale ; l’héritière peut représenter l’affranchie concubine du défunt ou du frère. Même ce soldat prématurément disparu avait pris racine à Tarragone. Seul, le soldat originaire d’Albintimilium ne semble pas avoir dépassé l’horizon de la vie proprement militaire : deux compagnons d’armes sont ses héritiers, et le centurion Aurelius Iustus est peut-être simplement venu chercher à Tarragone un contingent de la VIIa Gemina qu’il devait convoyer jusqu’en Orient41.

  • 42 CIL II, 4147.

12À côté de simples soldats, un sous-officier a trouvé femme, lui aussi, à Tarragone. Il y est mort à soixante ans, après quarante ans de service : il a achevé sa carrière comme hastatus prior de la VIIe légion et son épouse et héritière signe son épitaphe42.

  • 43 CIL II, 4319.
  • 44 CIL II, 6107.
  • 45 CIL II, 4165. Voir P. Le Roux, Recherches sur les centurions de la Legio VII Gemina, dans Mélanges (...)

13Le second groupe des migrants est constitué par les esclaves ou les affranchis. Doiton considérer leurs déplacements comme définitifs ? En tout cas, on peut les penser involontaires. Trois cas sont connus : celui d’un affranchi d’origine grecque, “educator”, mort à quatre-vingt-dix-sept ans à Tarragone43, un esclave venu de Vienne, doreur, mort à dix-neuf ans44. Tous deux ont un métier, sont des spécialistes et ne peuvent que vivre dans la maison de leur maître tarragonnais, assez riche pour posséder de tels professionnels dans sa familia. Le troisième est un affranchi, venu de Pisaurum et mort à trente-quatre ans à Tarragone45 : son patron, centurion de la VIIe légion, était-il lui-même originaire de la même ville ? Sa présence à Tarragone pouvait fort bien ne pas être définitive, comme celle de l’esclave de Pitermon ou des affranchis d’Aquae ou de Leptis.

14Pour les autres individus, seuls des renseignements d’ordre démographique peuvent nous aider à qualifier leur installation de définitive ou de provisoire.

15Dans la première catégorie nous rangeons :

  • un Africain originaire de Proconsulaire46, décurion agrégé dans la colonie de Tarragone et édile, flamine provincial ; il a donc droit de bourgeoisie à Tarragone et par la confiance que lui ont témoignée les délégués au concilium, il est encore mieux consacré définitivement tarragonais. Il est marié à une flaminique, originaire de Segobriga, qu’il a rencontrée précisément dans la capitale47 ;
  • un personnage venu de Leptis Minor48, mort à quatre-vingt-douze ans ; il est honoré par sa fille, ayant survécu à sa femme ;
  • un individu de Maurétanie Césarienne49 honore sa défunte épouse à Tarragone ;
  • un citoyen de Tarse, mort à quatre-vingts ans à Tarragone, demeurait à Hispalis et avait dû venir à Tarragone en voyage et y mourir accidentellement ( ?). Il ne faudrait plus compter ce cas parmi ceux des migrants temporaires.
  • 50 CIL II, 4171, 4226 = HAEp., 808 ; CIL II, 4322, un inédit.
  • 51 R. Cagnat, Cours d’épigraphie latine, 4e éd. Paris, 1914, p. 65-66. A. d’Ors, Epigrafía jurídica d (...)

16Quant à ceux-ci, c’est en général leur âge trop tendre, le manque de renseignements familiaux qui empêchent de croire à un enracinement définitif. Surtout la mention domo permet d’avancer par cinq fois50 qu’ils sont toujours résidents dans la ville ou le pays qui est mentionné51, ce que démentent au contraire les formules natione, ex provinc., oriundus, verna.

17Si un voyage d’affaires, une curiosité de voyageur ou un déplacement de militaire permettent de mesurer le rôle économique, le prestige et la fonction administrative de la capitale de la Citérieure, quel est le comportement de ces allogènes, une fois qu’ils décident de ne plus retourner au pays ?

  • 52 CIL II, 4263,4252.
  • 53 Nous nous séparerions ainsi de l’opinion de A. García y Bellido, Les religions orientales dans l’E (...)

18Les uns s’intègrent parfaitement à la société tarragonaise, comme celui qui devient décurion de la colonie, puis édile et en qui il faut reconnaître un prêtre du culte provincial52 : il a donc gravi les honneurs et est devenu un vrai Tarragonais. À un niveau inférieur, les militaires rendus à la vie civile vivent en personnes aisées, heureux de passer des années paisibles en compagnie de leur épouse, se faisant construire des tombeaux, laissant un témoignage de leur honnête aisance à leurs héritiers. Au total, aucune particularité et la capitale nivelle les sentiments comme elle fait oublier les origines, grand creuset anonyme où la présence d’Africains et d’Orientaux ne parvient pas à expliquer seule la vogue des divinités africaines et gréco-orientales53.

19Chaque groupe social reçoit un apport de sang exotique et se fortifie de ces nouveaux venus qui représentent certainement un niveau de romanisation convenable, qu’ils affinent dans la capitale, ou lui apportent leur savoir d’éducateur ou leur talent de doreur. Ils contribuent à donner solidité et capacité à une société, dans un chef-lieu de province.

  • 54 CIL II. 4154.
  • 55 Il s’agit de lire CIL II, 4177 à la 1.3 : ERITA AVG.

20À l’intérieur, la force d’attraction de Tarragone s’exerce sur tous les conventus de la province dont elle est la capitale. Comme étrangers à la Tarraconnaise, on ne connaît que deux militaires, l’un originaire d’Italica54, l’autre55 d’Emerita Augusta. Ainsi le rayonnement de la ville connaît ses limites, en raison de l’importance des autres capitales provinciales, Emerita et Corduba.

  • 56 Bellido 2, p. 49, n. 8, n’en trouve que 75.

21Les tableaux ci-joints nous fournissent la statistique suivante, en ordre décroissant pour les origines des quatre-vingt-quatre migrants recensés56.

Conventus de Carthago Nova

20

Conventus de Caesaraugusta

15 ou 16

Conventus de Clunia

15

Conventus de Tarraco

12 ou 13

Conventus de Bracara Augusta

12

Conventus de Asturica Augusta

7

Conventus de Lucus Augusti

3

Total

84

Conventus Carthaginiensis : 20

  • 57 Étienne, p. 146, et n. 9.
  • 58 Alföldy, Flamines, 46.
  • 59 RIT, 310. Contrairement à Étienne, p. 146, n. 15, L. Saenicus Iustus ne peut être compté comme ori (...)
  • 60 La dédicace faite par L. Postumius Fabullus et son épouse Manlia Silana a été découverte à Tugia ( (...)
  • 61 Alföldy, Flamines, 58.
  • 62 Trouvé à Mahón, municipe flavien, inscrit dans la tribu Quirina.
  • 63 Alföldy, Flamines, 41.
  • 64 C’est à Segobriga qu’il a accompli tout son cursus municipal. Nous corrigeons Étienne, p. 148, qui (...)
  • 65 Elle est l’épouse de L. Caecilius Porcianus, originaire de Tarragone et flamen p. h. c.

CIL II, 4200

ex (conventu carthag.) Alabensis57

Flamen p. h. c.

150-180 (RIT, 263)

CIL IL 4230 = ILS, 4250

Carthaginiensis

Flamen p. h. c.

140-160 (RIT, 294)

AE, 1908, 149

Carthaginiensis

Flamen p. h. c.

100-15058

CIL II, 4209

Castulonensis

Flamen p. h. c.

120-180 (RIT, 270)

CIL II, 4211

Consaburensis

Flamen p. h. c.

105-117 (RIT, 271)

CIL II, 4250

Dianensis

Flamen p. h. c.

70-18059

CIL II, 4254

Libisosanus

Flamen p. h. c.

140-160 (RIT, 313)

CIL II, 4213

Saetabitanus

Flamen p. h. c.

125-138 (RIT, 273)

CIL II, 4164

Toletanus

Benef. cons

Fin iie-d but iiie (RIT, 196)

CIL II, 3329

(originaire de colonia60 Salaria)

Flamen augustorum provinciae hisp. cit.

70-9061

CIL II, 3329

Id.

Flaminica eiusdem provinciae

70-90

CIL II, 4207

Vergiliensis

Flamen p. h. c.

120-180 (RIT, 269)

CIL II, 3711

(Mahón)62

Flamen provinciae hispaniae citerioris

120-25063

CIL II, 4197

Palmensis

Flamen p. h. c.

120-180 (RIT, 260)

CIL II, 4205

Palmensis

Flamen Romaedivorum et augustorum

120-180 (RIT, 267)

CIL II, 4218

Balearicus Palmensis et Guiuntanus

Flamen p. h. c.

120-180 (RIT, 280)

CIL II, 4191

(Segobriga)64

Flamen Romae et divorum augustorum

120-180 (RIT, 254)

CIL II, 4220

Segobrigensis

Flamen p. h. c.

70-180 (RIT, 282)

CIL II, 4222

Segobrigensis

Flamen Romaedivorum et Augustorum provinciae hisp. citer.

70-180 (RIT, 286)

CIL II, 4252 = (CF 4263) = ILS, 6941

Segobrigensis

Flaminica65

203-205 (RIT, 328)

Conventus Caesaraugustanus : 15 (ou 16)

  • 66 Il s’agit d’une épouse et mère honorée à Tarragone après son décès par son mari et sa fille.
  • 67 Ce sont les Ilerdenses qui font la dédicace en l’honneur d’un de leurs concitoyens.
  • 68 RIT, 327 qui corrige le texte du CIL II, 4208 : ob legationem censualem gratuitam SUMMOPERE gestam (...)
  • 69 RIT, 327, je maintiens (R. Étienne) contre Alföldy, AEA, 43,1970, p 174, n. 14, qu’elle était flam (...)
  • 70 Sur l’appartenance d’Attacum au conventus Caesaraugustanus, voir Étienne, p. 146, n. 3.
  • 71 Damania fait partie du conventus Caesaraugustanus : Plin., NH, III, 24 et Ptol., 2, 6, 63. M. Vale (...)

CIL II, 4245

Calagorritanus (sic)

Flamen p.h.c.

70-milieu du iie s.(RIT, 306)

CIL II, 4326

Calagurritana

Particulier66

iie siècle (RIT, 383)

CIL II, 4321

Cascantinus

Particulier

iie siècle (RIT, 379)

AE, 1946, 2

Complutensis

Particulier

Sans date (RIT, 915)

CIL II, 4203

Ex conv. Caesar. Ercavicensis

Flamen p.h.c

120-180 (RIT, 265)

CIL II, 4269

(Ilerdensis)67

Hadrien (RIT, 374)

AE, 1938, 14

Ilerdensis

Notable, épouse du précédent

Hadrien (RIT, 372)

RIT, 373

Hilerdensis (sic)

Notable, épouse d’un duumvir de Tarraco

iie siècle (RIT, 373)

CIL II, 4242

Ex (conv.) Caesaraug. Karensis

Notable local, flaminique

150-180 (RIT, 326)

CIL II, 4241

Osicerdensis

Flaminica p.h.c

120-140 (RIT, 325)

CIL II, 4267

Osicerdensis

Notable local (flamen et IIvir à Osicerda, IIvir à Tarraco

Epoque flaviennedébut du iie siècle (RIT, 342)

CIL II, 4208

Pompaelonensis

Notable provincial, chargé d’une ambassade à Sirmium auprès de l’empereur

Marc Aurèle 172-17368

C/L II, 4246 = ILS, 6930

Id.

Flaminica, épouse du précédent

Marc Aurèle172-17369

CIL II, 4189

Attacensis70

Flamen p.h.c

120-180 (RIT, 253)

CIL II, 4249 = ILS,6933

Damanitanus71

Flamen Romaedivorum et augustorum

140-160 (RIT, 309)

Conventus Cluniensis : 15

  • 72 Inédite.
  • 73 Contrairement à Hübner, ad CIL II, p. 979, il ne peut s’agir du Viminacium de Mésie supérieure mai (...)
  • 74 Il faut attribuer Tritium Magallum aux Vaccaei, dans le conventus Cluniensis (Plin., NH, III, 27) (...)
  • 75 Contrairement à ce que l’on croyait jusqu’alors (Étienne, p. 211, n. 3), il ne s’agit pas d’un prê (...)
  • 76 Segontia est à placer dans le conventus Cluniensis (Plin., NH, III, 27) ; corriger Étienne, p. 146
  • 77 RIT, 352. La découverte à Altafulla à onze kilomètres de Tarragone, dans la fouille d’une somptueu (...)

CIL II, 4233 = ILS, 6940

Amocensis ex gente Cantabrorum

Flaminica p. h. c.

140-180 (RIT, 323)

CIL II, 6093

Intercatiensis ex gente Vaccaeorum

Flamen p. h. c.

140-180 (RIT, 256, mari de la précédente)

RFI, 317

Gens Vaccaeorum72

Flamen p. h. c.

Début Empire (RIT, 317)

CIL II, 4192

Iuliobrigensis ex gente Cantabrorum

Notable provincial, a servi avec fidélité et constance les intérêts de la province

Fin ier-début iie siècle (RIT, 330)

CIL II, 4240

Iuliobrigensis Cantaber

Flamen p. h. c.

110-130 (RIT, 302)

CIL II, 6115

Palentina

Particulier

Fin iie-début iiie s. (RIT, 380)

CIL II, 6115

Viminaciensis73

Particulier ?

Id. (il s’agit de deux sœurs)

CIL II, 4157

Domo Segisama Brasaca

Miles leg. VII g. f.

92-100 (RIT, 209)

CIL II, 4227

Tritiensis74Magallensis

Flamen p. h. c.

Après 161 (RIT, 291)

CIL II, 4306

Uxamensis

Notable local, mag. larum

iie siècle (RIT, 385)

CIL II, 4198

Ex (conv.) cluniensi

Flaminica p. h. c.

Fin iie-début iiie s.(RIT, 320)

CIL II, 4280

Vettones Metercosani

Places réservées dans un théâtre ( ?)

 ? (RIT, 250)

CIL II, 4196

Flaviaugustanus (= Flaviobrigensis ?)

Flamen designatus p. h. c.

70-180 ou 120-18075

CIL II, 4277

Augustobrigensis

Notable local, duumvir à Tarraco

Antonin le Pieux,Marc Aurèle76

CIL II, 4195

Segontinus77

Flamen prov. hisp. cit.

120-150 (RIT, 258)

Conventus Tarraconensis : 13 (ou 12)

  • 78 Alföldy, Flamines, 101 : RIT, 319.
  • 79 C’est vraisemblable : Hübner, ad CIL II, p. 568 ; Étienne, p. 147, n. 10.
  • 80 Alföldy, Flamines, 38.
  • 81 C. Iulius Seneca est inscrit dans la tribu Aniensis, tribu de Caesaraugusta, mais il n’y a aucune (...)
  • 82 Alföldy, Flamines, 34.
  • 83 Le lieu n’est pas connu par ailleurs, inscrit dans la Quirina, M. Sempronius Capito n’a pas reçu l (...)
  • 84 Étienne, p. 147, n. 16 et p. 160-161.
  • 85 Alföldy, Flamines, 37.
  • 86 C. Vibius Latro est connu par deux dédicaces (CIL II, 4479-4480) à son père à sa mère, originaires (...)
  • 87 Alföldy, Flamines, 69 = RIT, 312.
  • 88 Ce sont les Suburitani qui, aux frais de la caisse municipale, font une dédicace à L. Furius Faven (...)

CIL 11,4462

Aesonensis

Flaminica perpetua p. h. c.

100-12078

CIL II, 6110

Ausonensis

Particulier marchand

iie siècle (CIL II, p. 978)

CIL II, 4225 et 4226

(Baetulonensis)79

Flamen p. h. c.

Flaviens80

CIL II, 4264

Barcinonensis

Particulier

Fin ier-début iie s. (RIT, 165)

CIL II, 6150

(Barcino)81

Flamen p. h. c.

100-15082

CIL II, 4251 =1LS,2711

Edetanus

Flamen p. h. c.

91-100 (RIT, 31 1)

CIL II, 4229

Gerundensis

Flamen provinc. hisp. citer.

120-180 (RIT, 293)

CIL II, 4244

Gralliensis83

Flamen p. h. c.

120-180 (RIT, 304)

CIL II, 4214

Saguntinus

Flamen p. h. c.

70-180 (RIT, 274)

Plin., Ep., II, 13

(Sagonte)84

Flamen p. h. c.

9785

CIL II, 4201

Saguntinus

Notable provincial, ambassadeur auprès d’Hadrien

Hadrien (RIT, 51)

CIL II, 4253

(Sigarra)86

Flamen p. h. c.

Première moitié du iie siècle87

CIL II, 4271

Suburitanus88 ?

Particulier

ier siècle (RIT, 377)

Conventus Bracaraugustanus : 12

  • 89 La VIIa Gemina est dite Pia.
  • 90 II n’est pas de Bracara Augusta mais du conventus, car il est inscrit dans la tribu Galeria, alors (...)

EE, IX, 390

Avobrigensis

Flamen aug. p. h. c.

120-180 (RIT, 161)

CIL II, 4247

Avobrigensis

Flamen Romae Divor. et Aug. p. h. c.

100-180 (RIT, 307)

CIL II, 2427

(Bracara)

Flaminica provinciae hisp. citer.

 ?

CIL II, 4237

Bracar. augustanus

Flamen p. h. c.

120-180 (RIT, 299)

CIL II, 4324

Ex Bracara

Particulier

 ?

HAEp., 188 = AE, 1955,246

Civis Bracar.

Miles leg. VII g. p. f.

iiie siècle89

CIL II, 4204 (CF, 2473)

Aquiflaviensis, ex convent. Bracaraug.

Flamen p. h. c.

100-120 ou 180 (RIT, 266)

CIL II, 4215

Limicus

Flamen p. h. c.

Antonin le Pieux-180 (RIT, 276)

CIL II, 4236

Ex (convent.) Bracar. Aug.

Notable provinciale, flaminique du conventus, épouse d’un flamen p. h. c.

150-180 (RIT, 324)

CIL II, 4257

Id.

Flamen p. h. c., époux de la précédente

150-180 (RIT, 308)

RIT, 378

Ex conventu Bracaraug.

Particulier

Fin ier-début iie s. (RIT, 378)

RIT, 211

Bracarus90

Miles leg. VII gem.

iie siècle (RIT, 211)

Conventus Asturicensis : 7

  • 91 Alföldy, Flamines, 50.
  • 92 Id., ibid., 45.
  • 93 Id., ibid., 32.

CIL II, 2637 = MM, VI, 1965, 105 sq = AE, 1966, 187

(Asturica)

Flamen p. h. c.

80-9091

CIL II, 2638

(Asturica)

Flamen p. h. c.

70-10092

CIL II, 4144

Civis Asturicensis

Beneficiariusconsularis

iiie siècle (RIT, 185)

CIL II, 5124

Asturicensis

Flamen designatus p. h. c.

ier ou iie s.93

CIL II, 4248

Bergidus flaviensis

Notable provincial, tabularius censualis

120-180 (RIT, 333)

CIL II, 6094

Brigaecinus

Flamen p. h. c.

100-180 (RIT, 275)

CIL II, 4223

Lanciensis

Flamen augustalis p. h. c.

110-140 (RIT, 287)

Conventus Lucensis : 3

CIL II, 4255

Ex (conventus) Lucensi

Flamen p. h. c.

150-180 (RIT, 314)

EE, VIII, 199 =AE, 1897,100

Ex (conventus)Lucensi

Flamen p. h. c.

180-182 (RIT, 284)

RIT, 384

Callaecus

Particulier

iiie siècle (RIT, 384)

  • 94 Plin., AW, III, 18 et 28.
  • 95 Id., ibid., III, 28.

22À considérer les chiffres globaux des migrants, on mesure l’attraction de la capitale provinciale sur les conventus les plus proches : Carthago Nova et Clunia, par exemple ; cependant le conventus de Braga occupe une place spéciale, il vient en tête, et de loin, des trois conventus du nord-ouest et vient à égalité avec le conventus de Tarragone. La distance n’est pas seule donc à entrer en ligne de compte : la densité de population et l’urbanisation interviennent dans le décompte des legati qui se réunissent à Tarragone, pour élire le prêtre provincial du culte impérial. Au-delà de phénomènes purement mécaniques, comptent la volonté de romanisation et le désir d’être présent à Tarragone pour manifester la loyauté à l’égard de l’Empereur autant que pour exprimer un droit, celui d’avoir des représentants. Or, le conventus de Braga est le plus peuplé94 et le tissu urbain y est particulièrement dense, puisque Pline y signale vingt-quatre cités95.

  • 96 Voir note 73.

23Ainsi, le poids des cités ne résulte pas des seules considérations statistiques ou économiques. Il est aisé de le vérifier quand on cherche à préciser la place des capitales de conventus dans ces migrations. Trois capitales ne sont pas du tout représentées : Caesaraugusta, Clunia et Lucus Augusti. Même si, pour le conventus Caesaraugustanus, on peut atténuer la défection de la capitale en notant l’adlectio du Damanitanus96 ; il est assez remarquable de rencontrer à Tarragone trois migrants originaires de Lérida et deux provenant de Iuliobriga, qui appartiennent au conventus Cluniensis. Dans le conventus Carthaginensis, deux sur vingt migrants, soit 10 %, se déplacent de Carthago Nova, la capitale, alors que quatre le font de Segobriga (soit 20 %). Seules Bracara Augusta (25 %) et surtout Asturica Augusta (57 %) témoignent, par ces pourcentages substantiels, de leur rôle de capitale et même, pour Asturica Augusta, d’une domination “majoritaire”. Il se pourrait que cela tienne aux caractères particuliers de ces deux conventus, la hiérarchie urbaine et la romanisation donnant à Asturica Augusta un “leadership” incontesté.

  • 97 Étienne, p. 150.
  • 98 H.-G. Pflaum, Le marbre de Thorigny, Paris, 1948, p. 21.

24Mais à part ce cas exceptionnel, cet effacement des capitales tient à la nature des migrants, venant essentiellement pour les manifestations du culte impérial, et donc à cette liberté religieuse97 assumée par chaque colonie, municipe ou même cité stipendiaire, pour être représentée au concilium de Tarragone, et cette liberté exprime l’habile volonté de Rome d’inspirer un sentiment d’égalité aux notables locaux, même si le nombre des délégués est proportionnel au chiffre de la population98.

25Pour nuancer les chiffres globaux de nos migrants, classons les chronologiquement.

ier siècle

iie siècle

iiie siècle

Conventus Carthaginensis (20)

2(10 %)

16 (80 %)

2(10 %)

Conventus Caesaraugustanus (14) (un sans date)

1 (7,14 %)

14 (92,86 %)

Conventus Cluniensis (15) (un sans date)

3 (21,43 %)

8 (57,14 %)

3 (21,43 %)

Conventus Tarraconensis (13)

5 (38,46 %)

8 (61,54 %)

Conventus Bracaraugustanus (12) (deux sans date)

1 (10 %)

8 (80 %)

1 (10 %)

Conventus Asturicensis (7)

2 (28,57 %)

4 (57,14 %)

1 (14,29 %)

Conventus Lucensis (3)

2 (66,66 %)

1 (33,33 %)

TOTAL DE DÉPLACEMENTS (82)

14 (17,08 %)

60 (73,07 %)

8 (9,75 %)

26La fréquence des migrations au iie siècle est remarquable ; elle tient en grande partie à la documentation épigraphique, car on ne saurait imaginer l’interruption du culte impérial, par exemple dans les conventus de Caesaraugusta ou de Tarragone, où il semblerait disparaître ; mais c’est bien au iie siècle que les relations entre les cités de l’ensemble de la Tarraconaise et Tarragone ont dû être les plus étroites et la vie municipale la plus florissante. Un tel tableau nous donne donc l’image de la vitalité à la fois du culte impérial et aussi de l’aptitude au déplacement des notables locaux.

27Au premier siècle, il faut noter l’importance relative du conventus de Tarraconaise. Voici la répartition par conventus des quatorze migrants :

Conventus Tarraconensis

5 =

35,71 %

Conventus Cluniensis

3 =

21,43 %

Conventus Carthaginensis

2 =

14,29 %

Conventus Asturicensis

2 =

14,29 %

Conventus Caesaraugustanus

1 =

7,14 %

Conventus Bracaraugustanus

1 =

7,14 %

28Le conventus Lucensis n’a aucun représentant. Sans doute, là encore, il convient de ne pas tirer de conclusions trop hâtives d’un tel tableau et de telles carences, qui relèvent encore une fois de la nature de la documentation et de l’état éventuel de la recherche. Il n’est toutefois pas étonnant que les conventus de nord-ouest soient moins présents à Tarragone, à une époque où la romanisation, à l’époque flavienne, n’avait certainement pas porté encore ses fruits. Au second siècle, la hiérarchie des conventus reflète la répartition globale des inscriptions. Notons l’équilibre entre les conventus de Clunia, Bracara et Tarragone et la poussée des autres conventus du nord-ouest, indices des progrès de la romanisation.

  • 99 On peut le déduire de CIL XII, 6038,1. 17-21.

29Parvenus à ce point de notre analyse, nous devons surtout insister sur cet éclatement géographique des migrants. Leur présence à Tarragone manifeste une sorte de participation des communautés urbaines à l’organisation religieuse provinciale ; cette possibilité de représentation au concilium relève du domaine politique. Elle mesure également le niveau de romanisation et les possibilités économiques des notables, qui doivent obligatoirement résider au chef-lieu provincial99 et qui ne peuvent plus gérer directement leur patrimoine. Ceci vaut pour les prêtres du culte impérial tandis que les militaires, installés à Tarragone, prouvent le prestige de la capitale où ils ont déjà servi de longues années. C’est dire que le problème est posé de la nature des migrants et de la qualité de leurs migrations, temporaires ou définitives.

30Voici le classement des quatre-vingt-quatre migrants suivant leur nature :

  • 100 Plin., Ep., II, 13, 4 : scis... quianta sit gravitas.
  • 101 Étienne, p. 164-165.

31Globalement, éclate l’attraction de Tarragone, en tant que capitale religieuse, avec la présence de 65,05 % des migrants. Il ne faut pas s’en étonner ; depuis Auguste et Tibère, c’est l’une des fonctions essentielles de la ville, celle qui lui donne un prestige incomparable, qu’enregistre avec révérence sous Trajan Pline le Jeune100. Mais le rôle du concilium dépasse le plan religieux ; il confie des ambassades auprès d’Hadrien et de Marc Aurèle, des fonctions d’archiviste à ceux que nous avons comptés parmi les notabilités provinciales ; si bien que le rôle du concilium p.h.c. explique la présence à Tarragone de 65,05 % + 7,06 % – soit 73,11 % – donc près des trois quarts des migrants101. Le quart restant se partage entre les notables locaux, les militaires peu nombreux et les particuliers où l’on ne compte qu’un seul marchand, spécialiste des relations commerciales. C’est fort peu ; ce qui ne veut pas dire que Tarragone ne soit pas aussi une capitale économique. Il faut penser que les notables de la ville ont un “visage” économique caché, la politique et la religion étant leurs seules préoccupations avouables.

  • 102 Plin., Ep., IX, 28, 2.
  • 103 Id., ibid. IX, 28, 1.

32Mais pour mieux mesurer l’attraction d’une ville, il faut déterminer la qualité de la migration, temporaire ou définitive. Nous savons que les flamines et flaminiques n’exercent leurs fonctions sacerdotales que pendant un an. C’est en particulier le cas de Voconius Romanus qui, son temps de services religieux accompli, est retourné dans sa patrie, Sagonte, où il s’occupe de ses vignes102, d’où il entretient une correspondance avec l’impératrice Plotine103. Les missions confiées aux notables provinciaux sont également temporaires : ambassades précises auprès d’un empereur, comme à Sirmium, charge d’archiviste qui, à la vérité, peut durer plus d’une année, mais qui n’attache pas définitivement à la ville. Seuls, un mariage avec un Tarragonais ou une sépulture apportent les preuves d’une migration définitive.

33Voici, par nature de migrants, la répartition entre migrants définitifs et migrants temporaires :

  • 104 CIL II, 4252, voir RIT, 374.
  • 105 CIL II, 4164. Il est mort à Tarragone à 42 ans ; son âge au décès laisse présumer qu’il était en f (...)
  • 106 CIL II, 4241. Porcia Materna est mariée à un Tarragonais ; voir RIT, 374.
  • 107 Il s’agit d’abord de trois Ilerdenses installés à Tarragone : Atilia Valeriana (AE, 1938, 14) y es (...)
  • 108 Il s’agit tout d’abord pour CIL II, 4326 d’une épouse et mère honorée à Tarragone, après son décès (...)
  • 109 CIL II, 4198. Son époux est flamine municipal de Tarragone (CIL II, 4198 et 2648), sans doute orig (...)
  • 110 CIL II, 4306. La fonction de mag. larum ne peut être donnée qu’à un résident ; le tombeau familial (...)
  • 111 CIL II, 4157 : il meurt à cinquante-deux ans, sans doute à la retraite, et est enterré à Tarraco.
  • 112 CIL II, 6115. L’une des deux femmes est décédée à Tarragone, sans qu’on puisse connaître les raiso (...)
  • 113 CIL II, 4253. Il est installé à Tarragone, marié à Fulvia Celera, et a deux héritiers.
  • 114 CIL II, 6110 : il s’agit du marchand mort à Tarragone ; CIL II, 4264 : c’est la dédicace à un gran (...)
  • 115 AE, 1955, 246 : le militaire est marié à Tarragone, où il est enterré ; RIT, 211 : ce militaire ré (...)
  • 116 CIL II, 4324 : l’inscription est dédiée à la mémoire du migrant et de son épouse par la sœur du pr (...)
  • 117 CIL II, 4144 : il est mort à quarante-cinq ans ; son affranchi, selon sa volonté, lui consacre une (...)
  • 118 RIT, 384 : il est mort à trente-cinq ans et reçoit une sépulture à Tarragone ; il a une affranchie

Conventus

Migration définitive

Migration temporaire

Conventus Carthaginensis (20)

Flamines : 19

1 (flaminique)104

18

Militaire : 1

J105

Conventus Caesaraugustanus (15)

Flamines : 5

1 (flaminique)106

4

Notables provinciaux : 2

5107

2

Notables locaux : 5

Particuliers : 3

3108

Conventus Cluniensis (14)

Flamines : 8

1 (flaminique)109

7

Notable provincial : 1

1

Notables locaux : 2

2110

Militaire : 1

1111

Particuliers : 2

2112

Conventus Tarraconensis (13)

Flamines : 9

1113

8

Notable provincial : 1

1

Particuliers : 3

3114

Conventus Bracaraugustanus (12)

Flamines : 7

7

Notable provincial : 1

1

Militaires : 2

2115

Particuliers : 2

2116

Conventus Asturicensis (7)

Flamines : 5

5

Notable provincial : 1

1

Militaire : 1

1117

Conventus Lucensis (3)

Flamines : 2

2

Particulier : 1

1118

Totaux 84

27 (32,15 %)

57 (67,85 %)

34Ainsi, près des deux tiers des migrants ne sont venus à Tarragone que pour une période limitée dans le temps. Le plus souvent, les élites locales reconnaissent le prestige de la capitale, se font désigner pour participer aux panégyries du culte impérial et assument la fonction annuelle de prêtre du culte impérial. Parfois, certains notables acceptent d’être envoyés en ambassade auprès d’un empereur ou de revêtir une charge en relation étroite avec les tâches du concilium. Mais, une fois leur devoir accompli et la charge remplie, ces notables retournent dans leur patrie d’origine ; il n’existe pas d’écrémage des élites des conventus au profit d’une capitale monstrueuse, mais un équilibre heureux et un dialogue fécond.

35Seules trois flaminiques sont restées à Tarragone pour raison de mariage, sans que l’on soit renseigné sur les motifs de leur déplacement.

36Deuxième conclusion : l’émigration définitive touche les militaires qui souvent ont servi, en fin de carrière, à l’état-major du gouverneur, comme beneficiarius, et qui, en vertu de ce beneficiant, ont pu s’installer à Tarragone et y faire figure de notables. Certes, ils ne représentent qu’une minorité parmi les migrants définitifs : cinq sur vingt-sept, si l’on ne compte que ceux qui sont originaires de la Tarraconaise – soit 18,52 % – sept sur vingt-neuf si on ajoute les deux militaires originaires d’Italica et d’Emerita – soit 24,13 % ou près d’un quart – et, si Ton combine ce résultat avec celui que nous avons déjà rencontré pour les militaires venus de pays extérieurs à la Péninsule, neuf sur vingt-quatre, nous obtenons en définitive une proportion légèrement supérieure, seize sur cinquante-trois, soit 33,12 % de l’ensemble. Il est plus intéressant de noter que la plupart des militaires s’est installée définitivement à Tarragone. Ayant quitté depuis de nombreuses années – parfois depuis plus de vingt ans – leur patrie d’origine, ils ont perdu contact avec une société locale qui les accueillerait parfois avec réserve et qu’ils peuvent estimer étriquée. Ils préféraient terminer leur vie dans la capitale.

  • 119 Voir la note 76.

37Les civils représentaient donc la plus grosse part des migrants définitifs. Le plus remarquable d’entre eux est Valerius Avitus119, certainement un riche propriétaire d’Augustobriga qui est venu s’installer à Altafulla dans une somptueuse villa, remarquable tant par son architecture que par les sculptures d’inspiration hellénistique qu’il y collectionnait ; il gérait à Tarragone le duumvirat. Parmi les civils, le rôle des femmes est assez remarquable et inattendu. Nous l’avons déjà noté pour trois flaminiques provinciales, au total neuf femmes (une pour le conventus Carthaginensis, cinq pour le conventus Caesaraugustanus, trois pour le conventus Cluniensis) sur vingt-sept migrants définitifs – soit un tiers – ce qui prouve une étonnante mobilité féminine.

38Même si on ignore les occupations des douze autres civils, le treizième est marchand ; on ne risque pas de se tromper en y voyant des notables d’un rang inférieur à ceux qui tiennent le haut du pavé à Tarragone même. On y trouve par exemple des duumvirs, qui l’avaient été ailleurs, une flaminique, épouse d’un duumvir, un magister larum. Nous avons affaire, semble-t-il, à des gens qui, pour des raisons qui nous échappent, n’ont pas atteint dans leur patrie d’origine la situation que leur ambition leur faisait espérer. Ils sont venus dans la capitale pour échapper à une société locale qui les bloquait, chercher une nouvelle dignité ; mais la concurrence est plus rude et, même s’ils sont fort riches comme Valerius Avitus, ils ne peuvent forcer toutes les portes et devront attendre une génération peut-être pour que leurs rêves d’avenir soient exaucés.

39D’où vient-on précisément, pour s’établir définitivement à Tarragone ?

40Quand on dresse une carte des lieux d’origine on note les régions éloignées, comme les conventus de Bracara Augusta et de Clunia, celles qui connaissent un relief tourmenté et un climat ingrat, comme Segobriga et Segisama, autant que les zones proches, comme les villes de la côte ou celles de l’intérieur, Sigarra, Aeso et surtout Lérida. On ne fuit pas seulement des “bouts du monde”, mais positivement certains décident de résider pour jouir d’un climat plus clément, pour goûter une douceur de vivre et disposer de possibilités meilleures de travail (pour le mercator) ou d’ascension sociale.

  • 120 R. Étienne, Bordeaux Antique, Bordeaux, 1962, p. 139-142 et carte no 15.

41Au total, l’attraction urbaine dans cette capitale reste modeste. Celle de Burdigala120, pourtant proche de l’Atlantique, paraît relativement plus importante et semble plus cosmopolite que le port méditerranéen, capitale d’une province qui s’étend sur les deux tiers de la Péninsule.

42Il n’existe pas de déracinés et les migrants définitifs s’enracinent au contraire à l’intérieur des structures juridiques, institutionnelles et politiques solides : l’immigration renforce donc les caractères traditionnels de la société.

43Les migrations temporaires assurent par ailleurs la pérennité des élites locales, en assurant une liaison entre la capitale et chaque grande ville des conventus. La panégyrie du mois d’août symbolise l’unité provinciale, aide à forger une conscience collective, des sentiments communs qui définissent une personnalité provinciale, pleine de sérieux au jugement de Pline le Jeune, et c’est ainsi que la Péninsule Ibérique a surmonté les oppositions ethniques et les différences de structures sociales.

  • 121 CIL II, 4071 ; 4072 (Conv. Asturic) ; 4073 (Conv. Caesaraug.) ; 4074 ; HAEp., 1493 (Conv. Clun.).

44Par là, l’étude de ces migrations nous permet de saisir le dialogue entre une certaine centralisation et une autonomie municipale, foyer d’esprit local. Elle témoigne de l’absence d’absolutisme centralisateur, qui tarit les vitalités des petites communautés : n’oublions pas que c’est à Tarragone que sont exaltés les génies des divers conventus121.

  • 122 CIL II, 4488.

45Au demeurant, Tarragone assume bien le prestige d’une capitale politique et religieuse, attirant les militaires retraités et cette attraction proclame assez le charme d’une ville, bien différente de Legio ou d’autres villes de garnison. Elle joue un rôle de pivot politique et religieux de la province, sans peser. Elle aide, au contraire, chaque cité à prendre conscience de sa liberté et distribue les honneurs à tous ceux qui l’ont aidée, par une ambassade gratuite auprès de l’empereur, par leur dévouement fidèle à ses intérêts. Une ville où converge annuellement l’élite provinciale, où les femmes ne sont pas les dernières à jouer un rôle, une capitale qui offre à certains un refuge ou un tremplin social, mais sans aucune fièvre. Il y fait bon vivre puisqu’on ne la quitte que pour aller saluer Apollon à Caldas de Montbuy. Ce seul déplacement salutaire caractérise bien une ville heureuse122.

Notes

1 Plin., NH, III, 3, 21 : Colonia Tarraco Scipionum opus sicut Carthago Poenorum.

2 Pol.. I, 3, 76-Liv., XXI, 60.

3 Liv., XXXII, 28, 11.

4 Dio Cass., LIII, 12. La Lusitanie a été définitivement constituée entre 16 et 13 av. J.-C. : R. Syme, A governor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, 8, 1969, p. 125-133, surtout p. 126.

5 R. Étienne, Le culte impérial dans la péninsule ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR, 191), Paris, 1958 (= Étienne), p. 362-365, p. 470, p. 498-499. Sur Septime Sévère en Tarraconnaise, voir A. Birley, Septimius Severus, The african emperor, Londres, 1971, p. 94-95.

6 OGIS, II, 456, p. 43.

7 Oros., VI, 21,20. Horat., Carm., VI, 14 ; Jérôme en 26 av. : Eusèbe (éd. R. Helm), p. 164.

8 E. Albertini, Les étrangers résidant en Espagne à l’époque romaine, dans Mélanges R. Cagnat, Paris, 1912, p. 297-318 (= Albertini).

9 A. García y Bellido, El elemento forastero en la España Romana, dans BRAH, CXLIV, 1959, p. 119-154 (= Bellido). Id., Dispersión y concentración de itinerantes en la España romana, dans Archivum, XII, p. 39-52 (= Bellido, 2). Voir aussi L. Arias, Materiales epigráficos para el estudio de los desplazamientos y viajes de los españoles en la España romana, dans Cuadernos de Historia de España, XII, 1949, p. 1-50. A. Balil, La economía y los habitantes hispánicos del Levante español durante el Imperio romano, dans Archivo de Prehistoria Levantina, V, 1954, p. 251-273, plus particulièrement, p. 259-273 : “Extranjeros residentes en el Levante español durante el Imperio” (= Balil).

10 Nous devons dire toute notre reconnaissance au professeur Geza Alföldy, de l’Université de Bochum qui, avec une parfaite libéralité, nous a permis de consulter en septembre 1971 le manuscrit de ses Flamines provinciae Hispaniae Citerions, publié comme Anejo de l’AEA de Madrid, et surtout son corpus des inscriptions de Tarragone et des environs qui est sous presse (Römische Inschriften von Tarraco, RIT, Madrider Forschungen, X).

11 CIL II, 4165.

12 HAEp., 868 ; S. Ventura, Bol. Arqueo. Tarragona, LV, 1955, p. 15, no 11. Sur l’interprétation de Mevania, voir Bellido, p. 125-126 et n. 1.

13 CIL II, 4322 ; CIL II, 4226 et HAEp., 808, où est cité le même personnage P. Terentius Philetus domo Roma qui fait une dédicace à Q. Licinius Silvanus Granianus, d’une part, et à son épouse, d’autre part ; enfin une inscription inédite.

14 Voir A. Balil, Economía de la Hispania Romana, dans Estudios de Economía antiqua de la Península ibérica, Barcelone, 1968, p. 289-370, plus particulièrement, p. 303-306.

15 CIL XIV, 397, un affranchi apparenté à la famille des Numisii ; sur ce point Balil, Economía, p. 352, n. 195.

16 CIL II, 4171.

17 CIL II, 4161 = RIT, 222.

18 CIL II, 6107, une inscription inédite.

19 CIL II, 4173. Pour CIL II, 4323, la seule mention de la tribu Voltinia n’apporte pas de certitude sur une patrie nîmoise. Quant au Narbonnensis de CIL II, 4239, il ne représente qu’un cognomen.

20 Inscription inédite d’un Aquensis ex provincia Aquitanica.

21 CIL XII, 3363.

22 Pour les gens de Tarraconaise, par exemple à Bordeaux, voir R. Étienne, Bordeaux Antique, Bordeaux, 1962, p.140.

23 CIL II, 4320.

24 CIL II, 6116.

25 HAEp., 812.

26 CIL II, 4263.

27 HAEp., 811. Nous n’avons pas retenu, par manque de preuve décisive, CIL II, 6075 où un personnage se dit Afer (Bellido, p. 145 ; Balil, p. 267 ; Albertini, no 39).

28 HAEp., 1949.

29 CIL II, 6157 ; A. Balil, Tres aspectos de las relaciones hispano-africanas en época romana, dans I Congreso Arqueológico del Marruecos español, Tetuán, 1954, p. 387-404.

30 CIL II, 6087.

31 CIL II, 4147.

32 Inscription inédite.

33 P. Beltrán, dans JSEA, 88 [1925-26], 1927, 14 p., n. 2 avec photo. Battle Huguet, dans AIEC, VIII, 1927-1931, p. 371, n. 123. Olives, dans Bol. Arch. Tarragone, 1946, p. 41. Pourquoi Bellido, p. 146, le mêle-t-il aux autres Africains ?

34 HAEp., 810, qui se dit commorans Ispali ; son déplacement à Tarragone, où il meurt, fut sans doute au départ, temporaire et occasionnel.

35 S. M. Millas Vallicrosa, dans Sefarad, XVII, 1957, p. 319 (bilingue) = J. Sánchez Real, Bol. Arq. Tarrag., LVII, 1957, p. 91 s.

36 CIL II, 4319. Albertini, p. 308-309 avait éliminé comme trop incertains deux textes que retient Bellido, CIL II, 4327 et 4443 ; or nous préférons à notre tour ne pas les décompter. Quel sens donner à ce natione graecus ? Un Cilicien de Tarse s’enorgueillit de faire partie de la nation grecque : HAEp., 810, natione greca civis Tarsus Cilici.

37 II s’agit de l’inscription que J. Serra Vilaró a publiée pour la première fois dans JSEA, 133, 1934 (1935), p. 66-67, pl. XXXIV, 2. P. Le Roux, À propos d’une inscription de Tarragone : la carrière du centurion Aurelius Iustus, dans AEA, 50-51,1977-1978, p. 77 sq. propose avec raison de développer NI en Ni(comedia). Qu’il soit remercié de nous avoir permis de consulter son manuscrit.

38 Le “Dalmatius natione” est indatable.

39 Hübner, CIL II, p. 540. Voir aussi P. Le Roux, passim.

40 Bellido.p. 129-130.

41 II faut en tout cas admettre que, même en mission spéciale, un centurion était accompagné de sa famille puisque son épouse et ses enfants lui ont élevé un monument funéraire à Tarragone.

42 CIL II, 4147.

43 CIL II, 4319.

44 CIL II, 6107.

45 CIL II, 4165. Voir P. Le Roux, Recherches sur les centurions de la Legio VII Gemina, dans Mélanges d la Casa de Velázquez., VIII, 1972, p. 89-161, no 41, p. 139.

46 CIL II, 4263.

47 Ce déplacement est fort possible.

48 CIL II. 6116.

49 HAEp., 811 : au lieu de VE(ma), il faut lire VRET, ce qui rend nécessaire [ma]VRET[ania].

50 CIL II, 4171, 4226 = HAEp., 808 ; CIL II, 4322, un inédit.

51 R. Cagnat, Cours d’épigraphie latine, 4e éd. Paris, 1914, p. 65-66. A. d’Ors, Epigrafía jurídica de España Romana, Madrid, 1954, p. 151 sq.

52 CIL II, 4263,4252.

53 Nous nous séparerions ainsi de l’opinion de A. García y Bellido, Les religions orientales dans l’Espagne romaine, Leyde, 1967, p. 142 ; notons que G. Avidius Primulus, sacerdos Caelestis, n’avoue d’aucune façon être d’origine africaine (CIL II, 4310), pas plus que Caecilia lanuaria ou L. Caecilius Epitynchanus (CIL II, 4081) ; d’ailleurs pourquoi Iuno augusta cacherait-elle une Iuno Caelestis, p. 58 ? les Attis funéraires de la “Torre de los Escipiones” suffisent-ils à prouver un culte d’Attis ? p. 93-94 : le culte de Nemesis, naturel dans un amphithéâtre, est à détacher d’éventuels dévots africains ou orientaux. Seule une Sempronia Lychnis pourrait avoir un lien avec Isis, p. 111, n. 6 (CIL II, 4080) : il faut ne pas oublier que l’ala I Hispanorum Campagonum ( ?) fait aussi une dédicace à Deae Is(idi)/Reg(inae) (CIL III, 1342) ; Veczel (Devae, Dacie). Sans qu’on puisse croire que ces cavaliers, s’ils sont recrutés dans la Péninsule, aient été d’origine gréco-orientale. Il ne faut pas davantage croire que la vogue de la cupa-cupula dans la Péninsule Ibérique (D. Julia, Les monuments funéraires en forme de demicylindre dans la province romaine de Tarraconaise, dans Mélanges de la Casa de Velázquez, I, 1965, p. 19-74) soit due essentiellement à l’importance de ces courants : voir G. Fabre, Un affranchi impérial à Conimbriga (Portugal) (à paraître dans REA, 1973).

54 CIL II. 4154.

55 Il s’agit de lire CIL II, 4177 à la 1.3 : ERITA AVG.

56 Bellido 2, p. 49, n. 8, n’en trouve que 75.

57 Étienne, p. 146, et n. 9.

58 Alföldy, Flamines, 46.

59 RIT, 310. Contrairement à Étienne, p. 146, n. 15, L. Saenicus Iustus ne peut être compté comme originaire de Dianium ; c’est son frère qui a pu opérer la migration : pour le problème qui nous occupe, la réalité du déplacement ne peut être mise en doute ; elle n’est que reculée.

60 La dédicace faite par L. Postumius Fabullus et son épouse Manlia Silana a été découverte à Tugia (Toya) ; mais L. Postumius Fabullus est dit duovir coloniae Salariae (Ubeda la Vieja). D’autre part, il est inscrit dans la tribu Sergia, ce qui ne convient guère au municipium flavium Tugiense, sans qu’aucune inscription (CIL II, 3251, 3252) ne fasse connaître sa tribu. Nous corrigeons donc Etienne, p. 147, n. 3.

61 Alföldy, Flamines, 58.

62 Trouvé à Mahón, municipe flavien, inscrit dans la tribu Quirina.

63 Alföldy, Flamines, 41.

64 C’est à Segobriga qu’il a accompli tout son cursus municipal. Nous corrigeons Étienne, p. 148, qui, à la suite de Hübner ad CIL II, 4191 la plaçait dans le conventus de Tarraconaise et l’identifiait à Segorbe. Il est plus sage de suivre Plin., NH, III, 25 et XXXVI, 160 et CIL II, 4252, et de la placer avec A. Garcia y Bellido, La Espana del sigloprimero de nuestra era, Madrid, 1947, p. 239, n. 108, à Cabeza del Griego, ce que confirment d’ailleurs les fouilles passées et en cours (H. Losada Gómez, R. Donosa Guerrero, Excavaciones en Segobriga (EAE, 43), Madrid, 1965).

65 Elle est l’épouse de L. Caecilius Porcianus, originaire de Tarragone et flamen p. h. c.

66 Il s’agit d’une épouse et mère honorée à Tarragone après son décès par son mari et sa fille.

67 Ce sont les Ilerdenses qui font la dédicace en l’honneur d’un de leurs concitoyens.

68 RIT, 327 qui corrige le texte du CIL II, 4208 : ob legationem censualem gratuitam SUMMOPERE gestam sub imperatore en SIRMI PROSPERE gestam APVT imperatorem. Voir aussi G. Alföldy, Eine spanische Gesandtschaft in Pannonien, dans AEA, 43, 1970, p. 169-174.

69 RIT, 327, je maintiens (R. Étienne) contre Alföldy, AEA, 43,1970, p 174, n. 14, qu’elle était flaminique de Pompaelo et que l’honneur exceptionnel consenti par le concilium à son mari lui a été également accordé.

70 Sur l’appartenance d’Attacum au conventus Caesaraugustanus, voir Étienne, p. 146, n. 3.

71 Damania fait partie du conventus Caesaraugustanus : Plin., NH, III, 24 et Ptol., 2, 6, 63. M. Valerius Capellianus a été agrégé à la colonie de Caesaraugusta et il est inscrit dans la tribu Aniensis. Il faut corriger Étienne, 147, n. 11.

72 Inédite.

73 Contrairement à Hübner, ad CIL II, p. 979, il ne peut s’agir du Viminacium de Mésie supérieure mais d’une localité située chez les Vaccaei. A. Schulten, Los Cántabros y Astures y su guerra con Roma, p. 222.

74 Il faut attribuer Tritium Magallum aux Vaccaei, dans le conventus Cluniensis (Plin., NH, III, 27) et donc corriger Étienne, p. 146.

75 Contrairement à ce que l’on croyait jusqu’alors (Étienne, p. 211, n. 3), il ne s’agit pas d’un prêtre municipal, car au xviiie siècle, on lisait P. H. C. à la ligne 6, aujourd’hui disparue. Voir RIT, 259. Sur ces flamines designati, voir CIL II, 5124. Si Flaviaugusta est inconnue, on pourrait penser à Flaviobriga (= Alföldy, Flamines, no 8).

76 Segontia est à placer dans le conventus Cluniensis (Plin., NH, III, 27) ; corriger Étienne, p. 146.

77 RIT, 352. La découverte à Altafulla à onze kilomètres de Tarragone, dans la fouille d’une somptueuse villa, d’un sceau de bronze portant l’inscription C. Valeri Aviti Augustobrig = RIT, 916 (voir M. Berges, Informe sobre “Els Munts”, dans Bol. Arqueol. Tarragona, LXIX-LXX, 1969-1970, p. 140-150, p. 149, pl. IX), permet de résoudre le problème de la véritable origine de C. Valerius Avitus, transféré à Tarragone par Antonin le Pieux du municipe d’Aug(ustobriga) chez les Pelendones (ad CIL II, p. 390).

78 Alföldy, Flamines, 101 : RIT, 319.

79 C’est vraisemblable : Hübner, ad CIL II, p. 568 ; Étienne, p. 147, n. 10.

80 Alföldy, Flamines, 38.

81 C. Iulius Seneca est inscrit dans la tribu Aniensis, tribu de Caesaraugusta, mais il n’y a aucune trace de son transfert à Barcino où il a exercé les charges municipales.

82 Alföldy, Flamines, 34.

83 Le lieu n’est pas connu par ailleurs, inscrit dans la Quirina, M. Sempronius Capito n’a pas reçu l’Aniensis, tribu de Caesaraugusta, or il est agrégé au sénat de la colonie où comme à Grallia il gravit tous les honneurs municipaux. Faudrait-il alors, comme pour le Damanitanus, le placer dans le conventus Caesaraugustanus ?

84 Étienne, p. 147, n. 16 et p. 160-161.

85 Alföldy, Flamines, 37.

86 C. Vibius Latro est connu par deux dédicaces (CIL II, 4479-4480) à son père à sa mère, originaires tous deux du municipe de Sigarra. Le père exerce les fonctions de quattuorvir, le fils a émigré pour une raison qui nous échappe à Tarraco où il a exercé toutes les charges municipales.

87 Alföldy, Flamines, 69 = RIT, 312.

88 Ce sont les Suburitani qui, aux frais de la caisse municipale, font une dédicace à L. Furius Faventinus. Est-ce un de leurs concitoyens ? C’est vraisemblable, voir la dédicace CIL II, 4269 par exemple. Les Suburitani sont à localiser à Sitges (A. Garcia y Bellido, La España del siglo I, p. 49, n. 40).

89 La VIIa Gemina est dite Pia.

90 II n’est pas de Bracara Augusta mais du conventus, car il est inscrit dans la tribu Galeria, alors que celle de Bracara Augusta est la Quirina.

91 Alföldy, Flamines, 50.

92 Id., ibid., 45.

93 Id., ibid., 32.

94 Plin., AW, III, 18 et 28.

95 Id., ibid., III, 28.

96 Voir note 73.

97 Étienne, p. 150.

98 H.-G. Pflaum, Le marbre de Thorigny, Paris, 1948, p. 21.

99 On peut le déduire de CIL XII, 6038,1. 17-21.

100 Plin., Ep., II, 13, 4 : scis... quianta sit gravitas.

101 Étienne, p. 164-165.

102 Plin., Ep., IX, 28, 2.

103 Id., ibid. IX, 28, 1.

104 CIL II, 4252, voir RIT, 374.

105 CIL II, 4164. Il est mort à Tarragone à 42 ans ; son âge au décès laisse présumer qu’il était en fin de carrière ou déjà à la retraite ; sa mère avait pu rester à Toletum, mais c’est un Tarragonais, Terentius Bassinus, son héritier, qui a fait graver l’inscription.

106 CIL II, 4241. Porcia Materna est mariée à un Tarragonais ; voir RIT, 374.

107 Il s’agit d’abord de trois Ilerdenses installés à Tarragone : Atilia Valeriana (AE, 1938, 14) y est enterrée ; Fabius Paulinus (CIL II, 4269) reçoit des hommages des Tarragonais (voir notre Chronique d’épigraphie hispano-romaine I, dans AEA, 46, 1972), une Ilerdensis est l’épouse d’un duumvir de Tarragone (RIT, 373), un notable d’Osicerda devint duumvir à Tarraco (CIL II, 4267) et une flaminique de Tarragone a sans doute épousé un Tarraconais (CIL II, 4242).

108 Il s’agit tout d’abord pour CIL II, 4326 d’une épouse et mère honorée à Tarragone, après son décès, par son mari et sa fille ; pour 4321, d’une autre défunte ; pour AE, 1946, 2, le caractère définitif de la migration est moins certain.

109 CIL II, 4198. Son époux est flamine municipal de Tarragone (CIL II, 4198 et 2648), sans doute originaire de cette ville ou du moins installé à demeure.

110 CIL II, 4306. La fonction de mag. larum ne peut être donnée qu’à un résident ; le tombeau familial, où épouses, affranchis et affranchies, descendants, etc... sont enterrés, est érigé à Tarraco même. CIL II, 4277 : il est dit duumvir à Tarraco, après avoir été coopté par l’ordo.

111 CIL II, 4157 : il meurt à cinquante-deux ans, sans doute à la retraite, et est enterré à Tarraco.

112 CIL II, 6115. L’une des deux femmes est décédée à Tarragone, sans qu’on puisse connaître les raisons du déplacement ; la sœur qui fait la dédicace doit résider à Tarragone ; si le décès était intervenu pendant un voyage, cette singularité serait notée.

113 CIL II, 4253. Il est installé à Tarragone, marié à Fulvia Celera, et a deux héritiers.

114 CIL II, 6110 : il s’agit du marchand mort à Tarragone ; CIL II, 4264 : c’est la dédicace à un grand personnage d’un ami de Barcelone qui a toutes chances de résider. CIL II, 4271 : un corps de Suburitani existe-il à Tarraco ? Un de leurs compatriotes, installé dans la capitale, a pu les aider.

115 AE, 1955, 246 : le militaire est marié à Tarragone, où il est enterré ; RIT, 211 : ce militaire réside.

116 CIL II, 4324 : l’inscription est dédiée à la mémoire du migrant et de son épouse par la sœur du premier ; celle-ci pourrait également être originaire de Bracara et l’avoir suivi à Tarragone ; RIT, 378 : il réside.

117 CIL II, 4144 : il est mort à quarante-cinq ans ; son affranchi, selon sa volonté, lui consacre une inscription et est donc installé à Tarragone.

118 RIT, 384 : il est mort à trente-cinq ans et reçoit une sépulture à Tarragone ; il a une affranchie.

119 Voir la note 76.

120 R. Étienne, Bordeaux Antique, Bordeaux, 1962, p. 139-142 et carte no 15.

121 CIL II, 4071 ; 4072 (Conv. Asturic) ; 4073 (Conv. Caesaraug.) ; 4074 ; HAEp., 1493 (Conv. Clun.).

122 CIL II, 4488.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search