Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

2e partie. Société et histoire

Les sénateurs espagnols sous Trajan et Hadrien

Note de l’éditeur

Extrait de Les empereurs romains d’Espagne (Madrid-Italica, 1964), Paris, 1965, p. 55-85.

Texte intégral

  • 1 CAH, XI, p. 197, n. 2, repris par J. Beaujeu, La religion romaine à l’apogée de l’Empire, I. La po (...)
  • 2 R. Syme. Tacitus, Oxford, 1958.

1Si Mommsen a fait beaucoup pour la connaissance du Sénat impérial, dont les pouvoirs auraient d’après lui balancé ceux de l’empereur dans une dyarchie où aujourd’hui nous ne voyons qu’une fiction constitutionnelle, notre époque s’intéresse davantage aux sénateurs. Après les institutions, les hommes sollicitent la curiosité des historiens, les hommes, dont les origines, les liens de parenté, les carrières éclairent certains aspects des règnes d’empereurs qui, au iie siècle, sont provinciaux. Aussi a-t-on pu souvent parler d’un clan espagnol1, clan qui aurait été prépondérant sous le gouvernement des empereurs espagnols, Trajan et Hadrien. Après les recherches de Lambrechts et surtout de Sir Ronald Syme2, il n’est peut-être pas inutile de reprendre l’ensemble du problème.

2Deux voies s’ouvrent à nous, proposées d’ailleurs par ces deux savants. La première démarche est d’ordre statistique, il s’agit de déterminer le nombre des sénateurs espagnols par rapport à l’ensemble des membres du Sénat sous chaque règne, sans oublier celui de Nerva, et d’établir le nombre des sénateurs espagnols nouvellement créés par Trajan et par Hadrien.

3Une recherche qualitative d’origine historique doit compléter cette première démarche numérique. De quel poids ont pesé ces hommes sur les événements décisifs des règnes des empereurs espagnols ? Ont-ils toujours eu les postes clés ? Sous ce rapport, les deux règnes se ressemblent-ils ?

Nombre total de sénateurs

4Dans l’ordre de la statistique sénatoriale, la recherche a bénéficié des travaux de B. Stech, R Lambrechts et A. Garzetti, dont il convient de mesurer la valeur.

  • 3 B. Stech, Senatores romani qui fuerint inde a Vespasiano usque ad Traiani exitum, dans Klio, X, Be (...)

5B. Stech3, en 1912, prétendait reconstituer pour les règnes de Nerva et de Trajan l’album sénatorial sous sa forme hiérarchique, c’est-à-dire en plaçant au premier plan le princeps, puis en énumérant successivement par ordre alphabétique les consulares, les praetorii, les tribunicii et les quaestorii ; cette présentation était contestable dans la mesure où, à Rome, les sénateurs étaient classés par ancienneté. Une liste des sénateurs “incertains” complétait le groupe des sénateurs “certains”, soit 133 certi et 138 incerti pour Nerva, 280 certi et 143 incerti pour Trajan.

  • 4 P. Lambrechts, La composition du Sénat romain de l’accession au trône d’Hadrien à la mort de Commo (...)

6P. Lambrechts4, en 1936, en prenant sa suite, essaye de réduire pour le Sénat d’Hadrien le nombre des incerti : 100 contre 223 certi, et présente les sénateurs d’après leur rang.

  • 5 A. Garzetti, Nerva, 1950.

7A. Garzetti5 a publié à la suite de son Nerva la liste des sénateurs vivant sous cet empereur, sans se préoccuper de leur rang, et dénombre 156 certi et 165 incerti.

  • 6 Chr. Pucheu, Étude sociologique du Sénat romain de Nerva à Hadrien, Diplôme d’Études Supérieures. (...)

8D’après une recherche que nous avons dirigée6, nous obtenons les résultats suivants globaux :

pour le règne de Nerva :

329 ;

pour le règne de Trajan :

412 ;

pour le règne d’Hadrien :

322 ;

9mais les incertitudes chronologiques qui affectent les divers postes des carrières sénatoriales nous imposent de distinguer certi et incerti, soit :

pour le règne de Nerva :

144 sur 329 ;

pour le règne de Trajan :

88 sur 412 ;

pour le règne d’Hadrien :

75 sur 332 ;

10le déchet, plus grand (50 %) pour le règne trop court de Nerva, reste entre 20 et 25 %, pour les deux autres. Si le nombre des sénateurs connus sous Trajan dépasse d’un quart le chiffre qui paraît courant sous Nerva et Hadrien, nous sommes sans doute redevables à Pline le Jeune de cette abondante et exceptionnelle moisson.

Nombre et proportion des sénateurs espagnols

  • 7 P. Lambrechts, Trajan et le recrutement du Sénat, dans Antiq. Class., V, 1936, p. 103 et s.

11L’origine géographique des sénateurs a préoccupé Lambrechts qui, dans un article révolutionnaire de 19367, a voulu surtout montrer que la proportion des Orientaux introduits au Sénat par Trajan était plus forte que sous Hadrien. Nous avons réexaminé une telle affirmation dans le cadre de notre recherche sur le nombre et la proportion des sénateurs espagnols sous Trajan et Hadrien.

Origines des Sénateurs

Sénat de Nerva

Sénat de Trajan

Sénat d’Hadrien

Sénateurs recensés

329

412

322

Sénateurs d’origine inconnue

164

181

123

Sénateurs d’origine déterminée

165

231

199

Sénateurs d’origine italienne

106 (64,24 %)

127 (54,98 %)

106 (53,20 %)

Sénateurs d’origine provinciale

59 (35,76 %)

104 (45,02 %)

93 (46,73 %)

Sénateurs d’origine gauloise

20 (33,90 %)

27 (25,96 %)

18 (19,36 %)

Sénateurs d’origine espagnole

14 (23,74 %)

27 (25,96 %)

23 (24,73 %)

Sénateurs d’origine orientale

22 (37,28 %)

43 (41,34 %)

39 (41,94 %)

Sénateurs d’origine africaine

3 (5,08 %)

7 (6,74 %)

13 (13,97 %)

12D’après Lambrechts, sous le règne de Vespasien, il y avait au Sénat 148 Italiens et 30 provinciaux, dont quatorze avaient commencé leur carrière sous cet empereur. Sous le règne de Domitien, on rencontrait 125 Italiens et 38 provinciaux, dont quinze faisaient leurs débuts au Sénat. Parmi ces derniers, treize étaient fournis par les provinces occidentales de l’Empire et deux seulement par les provinces orientales. La proportion des provinciaux dans le Sénat de Domitien était de 22 % tandis que, dans celui de Trajan, Lambrechts l’estimait à 43 %. Autrement dit, le pourcentage des sénateurs provinciaux avait doublé et vingt-six d’entre eux étaient des nouveaux venus au Sénat. Pour le savant belge, c’était reconnaître là la caractéristique essentielle pour le iie siècle de la composition du Sénat et, à titre de preuve, il donnait la proportion des sénateurs provinciaux pour les règnes suivants : 42 % sous Hadrien, 42 % sous Antonin le Pieux, 44 % sous Marc Aurèle et 43 % sous Commode ; la fraction du Sénat romain composée de provinciaux aurait donc été constante de Trajan à Commode et n’aurait subi que d’infimes variations.

13Nos résultats diffèrent sensiblement des chiffres fournis par Lambrechts, encore que celui-ci n’ait donné qu’un pourcentage de provinciaux dans le Sénat de Trajan et non pas un chiffre absolu, ce qu’il fait pour Hadrien ; mais, pour ce dernier règne, s’il avance le chiffre de 60 provinciaux, nous en avons dénombré pour notre part 93.

14Si notre progression des sénateurs provinciaux est acceptable – 35,76 % sous Nerva, 45,02 % sous Trajan et 46,73 % sous Hadrien – ce serait le règne de Nerva qui aurait vu la modification principale, à condition de faire confiance aux chiffres de Lambrechts, concernant le Sénat de Domitien : celui-ci aurait fait passer la proportion des sénateurs provinciaux de 22 % à 35,76 %. Cela est fort peu vraisemblable. Nerva, empereur conservateur, n’a pas eu le temps, dans un règne très court, de bouleverser la structure du Sénat et il vaut mieux penser que les chiffres de Lambrechts pour le règne de Domitien sont insuffisants et que le pourcentage des sénateurs provinciaux était d’environ 30 %.

15À l’autre bout de notre chaîne chronologique, le règne d’Hadrien, loin de marquer une stagnation et même un recul, dénote au contraire une progression légère mais sensible des provinciaux au Sénat, ce qu’a priori il était d’ailleurs logique d’attendre.

Entrée de nouveaux sénateurs espagnols

16Mais, pour mieux comparer et mieux juger les politiques des deux empereurs espagnols, nous devons examiner maintenant l’entrée des provinciaux au Sénat. Le travail n’a pas pu être fait pour Nerva, car la composition du Sénat de Domitien serait à reprendre.

Sénateurs provinciaux nouveaux

Trajan

Hadrien

Total

53

33

Sénateurs occidentaux

25 (47,17 %)

11 (33,33 %)

Sénateurs gaulois

11 (20,75 %)

5 (15,15 %)

Sénateurs espagnols

14 (26,41 %)

6 (18,18 %)

Sénateurs orientaux

23 (43,39 %)

15 (45,45 %)

Sénateurs africains

5 (9,43 %)

7 (21,21 %)

17Ce tableau montre que, contrairement à la thèse de Lambrechts, il n’y a pas eu de révolution sous Trajan, où la suprématie des Occidentaux n’est nullement menacée. Sous le règne d’Hadrien, la proportion des Orientaux progresse légèrement, mais l’affaiblissement de l’élément occidental est compensé par la montée numérique de l’élément africain. Le recrutement de sénateurs espagnols paraît avoir nettement diminué, même si leur proportion au Sénat reste quasi-constante. Malgré l’imperfection de ces statistiques, qui nous permettent cependant de déceler des tendances, il nous appartient maintenant de dresser l’album des sénateurs espagnols connus pour chaque règne et de peser leur influence sur la politique des empereurs espagnols.

Sénateurs espagnols connus sous le règne de Nerva

1. M. Annius Verus le père8

  • 8 Sur les Annii, Syrae, Tacitus, Appendice 86.

18PIR2, I, p. 118, n. 695 ; RE, I, 1894. c. 2279, n. 93 (V. Rohden) ; Heiter, p. 59 ; Liebenam, Fasti, p. 60 ; Stech, 1152 ; Lully, p. 165, n. 1247 ; Lambrechts, 9 ; Garzetti, 9.

  • 9 SHA, M. Anton.. I, 4.
  • 10 Syme, Tacitus, p. 792, le fait venir d’Ucubi.
  • 11 SHA, M. Anton., I,6.
  • 12 Id., ibid., I, 1-2,7 ; RE, I, c. 2289.

19Origine : Fils de Annius Verus, originaire d’Ucubi (Espejo) et classé au Sénat parmi les anciens préteurs9. Lui-même pourrait être né à Ucubi10 et aurait pu émigrer vers Gadès, où seraient nés ses deux fils. Beau-père d’Antonin le Pieux11, grand-père de Marc Aurèle12, rangé parmi les patriciens par Vespasien et Titus en 73 ou 74.

  • 13 Dig., XLVIII, 8, 6 ; Degrassi, p. 288 (Aggiunte), d’après un fragment des Fastes d’Ostie : AE, 195 (...)
  • 14 CIL, VI, 31034, 32445. M. Annius Fidus devait être son affranchi.
  • 15 Ibid., VI, 1340.
  • 16 SHA. M. Anton., I, 2 ; Degrassi, p. 35.
  • 17 Id., ibid., I, 2 ; ILS, 2117.
  • 18 Degrassi, p. 36.
  • 19 CIL, XV, 245-246.
  • 20 SHA, M. Anton., IV, 2.

20Carrière : Cos. I en 97 avec L. Neratius Priscus13. Pontife ou flamine en 101-10214. Arvale en 10515. Cos. II ord. en 121 avec Cn. Arrius Augur16. Praef. urb. cette année-là17. Cos. III ord. en 126 avec C. Eggius Ambibulus18. Vivait encore en 13519 et peut-être en 13820.

2. L. Cornelius Pusio Annius Messala

21Garzetti, incerti, 59.

  • 21 De Laet, 596.
  • 22 PIR2, II, p. 352, n. 1425.

22Origine : De Gadès21, s’il est le fils de L. Cornelius Pusio Annius Messala22, lié aux Cornelii Balbi.

  • 23 F. Pot. (Athen., 1948, p. 116-126 =AE, 1949,23) ; Degrassi, p. 27.
  • 24 CIL, VI, 31034, 32445.

23Carrière : Cos. suf. en 90 aux ides de juin23. Si L. Cornelius Helius ou Cornelius Blastus est son affranchi, il a été aussi pontife ou flamine en 101 ou 10224.

3. L. Dasumius Hadrianus

24PIR2, III, p. 3, n. 14 ;c/.III, p.2,n. 13 ; RE, IV, 1901, c. 2223, n. 3 (Groag) ; Stech, 1210 ; Garzetti, 50.

  • 25 Le testament (CIL, VI, 10229 = Arangio Ruiz, Negotia, p. 132 et s.) est de lui ; Syme, Tacitus, p. (...)
  • 26 PIR2, III, p. 3, n. 15.

25Origine : De Cordoue25. Père adoptif de P. Dasumius Rusticus dans l’été 10826.

  • 27 Degrassi. p. 28.
  • 28 CIG, 2876 ; Waddington.p. 183, n. 120 ; Chapot, p. 309 ; Heberdey, p. 233 ; Syme. Tacitus, p. 665 (...)

26Carrière : Cos. en 93/10027. Procos. d’Asie sous Trajan en 106/10728.

  • 29 BMC, Greek Coins, Lydia, CXXII ; Waddington, p. 179 ; Heberdey, p. 232, a-3 ; Syme, JRS, 1953, p.  (...)
  • 30 Magie, Asia Minor, II, p. 1583.

27Remarque : Il serait très tentant, comme le suggère Groag, dans la PIR2, et Degrassi, d’identifier L. Dasumius avec... Hadrianus. En effet, tous deux ont été consuls une année incertaine entre 93 et 100 et proconsuls d’Asie sous Trajan29. Si Syme semble accepter cette identification, par contre Magie la repousse, puisqu’il place avant 112 le proconsulat d’Hadrianus et après 116 celui de L. Dasumius30. Mais la datation par Magie du proconsulat de L. Dasumius est conjecturale, de son propre aveu.

4. P. Herennius Severus

28PIR2, IV, p. 79, n. 130 ; RE, VIII, 1912, c. 678 et s., n. 45 (Groag) ; Stech, 1339, 1526 ; Lambrechts, p. 61 ; Garzetti, incerti, 72.

  • 31 CIL, II, 3731, 3779.

29Origine : De Valence, où l’on retrouverait la trace de ses esclaves31.

  • 32 Suidas, s.v. Φίλων Βύβλιος, dit 220e Olympiade.
  • 33 Degrassi, p. 125.

30Carrière : Cos. à une date contestée. On avait tout d’abord pensé à l’époque 101/103 d’après les indications de Suidas32. Mais l’article de la PIR2 et Degrassi localisent ce consulat sous Hadrien33.

  • 34 Plin., Ep., IV, 28, 1.

31Remarque : Herennius Severus est probablement cet érudit dont parle Pline dans une de ses lettres34.

5. L. Iulius Ursus Servianus

32PIR 1 , II, p. 221, n. 417 ; RE, X, 1917, c. 882, n. 538 (Groag) ; Stech, 1156 ; Lully, p. 165, n. 1249 ; Lambrechts, 74.

  • 35 Dio Cass., LXIX, 17, 1.
  • 36 SHA, Hadr., XXIII, 8 ; Dio Cass., LXIX, 17, 1.

33Origine : Sans doute d’Italica. Apparenté à Trajan et Hadrien, dont il était le beau-frère35, mais Domitia Paullina ne serait pas sa première femme. Né vers 4736.

  • 37 Levison, p. 93, n. 577.
  • 38 Degrassi, p. 25, donne un... Ursus comme cos. en 84. Il s’agit d’un Ursus préfet du prétoire. PIR1(...)
  • 39 Plin., Ep., VIII, 23,5 ; SHA, Hadr., 11,6 ; Ritterling, Fasti, p. 26, n. 2 ; Garzetti, p. 90.
  • 40 Plin., voir n. 39 ; Ritterling, Pannon. prov., p. 14.
  • 41 II, XIII, 1, p. 177. 195, 225 ; CIL VI, 2191 = ILS, 4965 ; CIL VI, 10244.
  • 42 SHA, Hadr., VIII, 11.

34Carrière : Vu son âge, il peut facilement avoir été préteur en 7737 et cos. en 9038. En février 98, Trajan lui confia le commandement des troupes de Germanie supérieure39. Ensuite légat de Pannonie40. Cos. II ord. avec L. Licinius Sura, puis avec L. Fabius Iustus en 10241. Cos. III ord. en 134 avec T. Vibius Varus42.

6. Q. Licinius Silvanus Granianus Quadronius Proculus

35PIR1, II, p. 284, n. 170 ; RE, XIII, 1926, c. 459, n. 159 (Groag) ; Stech, 1922, 1474 ; Lambrechts, 84 ; Garzetti, 88.

  • 43 Stein, Ritterstand, p. 326.

36Origine : De Tarraconaise, sans doute. Son père était un chevalier de Tarraco43, inscrit dans la tribu Galeria.

  • 44 CIL II, 4609 = ILS, 1028 ; Ritterling, RE, XII, c. 1612.
  • 45 F. fer. Lat., CIL VI, 2016 = XIV, 2242 = I, p. 59 = II, XIII, 1, p. 145, 155, 158 ; CIL X, 5670. D (...)
  • 46 Waddington, p. 197, n. 128 ; Chapot, p. 313.
  • 47 Justin., Apol., I, 68 ; Euseb., Hist. eccl., VI, 8, 6 et s. Cf. Chron. armen., p. 220 (Karst) ; Ge (...)

37Carrière : III vir monetalis, tribun de la légion VI Victrix44. Cos. suf. avec L. Minicius Natalis en 10645. C’est sans doute lui le proconsul d’Asie en 123/12446 auquel écrivit Hadrien sur des problèmes concernant des chrétiens47.

7. L. Licinius Sura

38PIR 1 , p. 285, n. 174 ; RE, XIII, 1926, c. 471, n. 167 (Groag) ; Teuffel, II, 7, 326, 14 ; Niccolini, p. 462 et s. ; Stech, 1138, 1409 ; Garzetti, 89.

  • 48 CIL II, 4282, 4508, 4536-4548, 6148, 6149 ; S. Mariner Bigorra, dans Cuadernos de Arqueología e Hi (...)
  • 49 Syme, Tacitus, p. 35 et 647.

39Origine : D’ordinaire, on le fait venir de Tarraconaise48, de Barcino ou de Tarraco, en raison des inscriptions de L. Licinius Secundus et d’après l’emplacement de l’arc qui lui fut dédié. Or, en raison de son appartenance à la tribu Sergia et de son intimité avec Trajan, nous le faisons venir d’Italica, mais il est difficile de découvrir ses liens de parenté49.

  • 50 CIL VI, 1444 = ILS, 1022 (Borghesi, V, p. 33 et s.) [qu’il faudrait lui refuser].
  • 51 Groag, Achaia, c. 115.
  • 52 Ritterling, RE, XII, c. 143.
  • 53 Année inconnue d’après Garzetti. Mais Degrassi, p. 29, la situe en 97 ou 98 d’après Groag, dans RE(...)
  • 54 Garzetti, p. 88.
  • 55 AE, 1923,33 ; Garzetti, p. 90.
  • 56 CIL II, 4508 ; ibid., VI, 32445. Cf. Habel, Pontif., p. 20, n. 41.
  • 57 Degrassi, p. 31.
  • 58 Id., p. 32 ; II, XIII, l,p. 177, 195, 199, 225, 227.

40Carrière : Essentiellement connue par une inscription acéphale50. IV vir viarum curandarum. Questeur d’Achaïe51. Tribun de la plèbe et préteur, dans les deux cas comme candidat de Domitien. Leg. leg. I Min.52 Leg. Aug pr. pr. prov. Belgicae en 97. Cos. I en 97 sans doute53. Leg. Aug. pr. pr. Germ. inf. de 98 à 100/10154. Leg. Aug. pr. pr. bello Dacico. Sans doute pontife ou flamine en 101/102 si L. Licinius Elanius est son affranchi55. Cos. II,ord. en 102 avec L. Iulius Ursus Servianus56. Cos. III en 107 avec Q. Sosius Senecio57, Sodalis augustalis58. Il meurt en 108 à 54 ans.

8. Marius Priscus

  • 59 Plin., Ep., III, 9, 3 ; Lully, p. 64, n. 1240.

41PIR 1 , II,p. 348, n. 239 ; RE, XIV, 1910, c. 1836, n. 59 (Miltner) ; Stech, 1139-1410 ; Garzetti, 94. Origine : De Bétique59.

  • 60 Degrassi, p. 25 ; Plin., Ep., II, 11, 12.
  • 61 Pallu de Lessert, p. 169, 171 ; B. Thomasson, II, p. 54-55.

42Carrière : Cos. une année incertaine entre 83 et 8560. VII vir epulonum. Procos. prov. Afr. en 98/9961.

9. L. Minicius Natalis

43PIR 1 , IL p. 378, n. 439 ; RE, XV, 1932, c. 1828, n. 18 (Groag) ; Stech, 1229 et 1473 ; Lambrechts, n. 95 ; Suskin, F. cons., p. 363 ; Garzetti, 101.

  • 62 Lully, p. 166, n. 1258.

44Origine : De Barcelone62. Père de L. Minicius Natalis Quadronius Verus, sénateur sous Hadrien.

  • 63 CIL II, 4509 = 6145 = ILS, 1029 ; CIL VI, 31739 ; VIII, 2478 = 17969 ; 2479 = 17971 ; 4676 = 28073 (...)
  • 64 Vers 98. Levison, p. 107, n. 683.
  • 65 Ritterling, Pannon. prov., p. 17 et s.
  • 66 CIL VIII, 22348,22349 ; AE, 1923, 26 ; B. Thomasson, II, p. 163 ; Liebenam, Legaten, p. 306, n. 8.
  • 67 Voir n. 45.
  • 68 CIL II, 4509 = 6145 ; VIII, 22785.
  • 69 Pallu de Lessert, p. 175-181 ; B. Thomasson, II, p. 62.
  • 70 Howe, F. Sac., VIII, 31.

45Carrière : Connue par de nombreuses inscriptions63. IV vir viarum curandarum. Questeur d’une province inconnue. Tribun de la plèbe, préteur64. Légat d’une légion pendant la première guerre dacique,où il se comporta brillamment65. Puis, vers 104/105, légat de laIIIa Augusta en Numidie.où il fut fort actif66. Cos. le 11 août 106 avec Q.Licinius Silvanus Granianus Quadronius Proculus67. Curator alvei Tiberis et riparum. Légat de Pannonie68, procos. d’Afrique sous Hadrien69. Sodalis augustalis70.

10. (Cn.) Pedanius Fuscus Salinator le père

46PIR 1, III, p. 19, n. 143 ; cf. III, p. 234, n. 602 ; RE, XIX, 1937, c. 20, n. 5 (Groag) ; Stech, 1140 ; Garzetti, 114.

  • 71 Lully, p. 91, n. 839, suivi par Garzetti, en fait par erreur un Sicilien. Sur la présence des Peda (...)
  • 72 PIR 1 , III, p. 20, n. 145 ; De Laet, 1074.
  • 73 Ibid., III, p. 20, n. 144.
  • 74 Plin., Ep., VI, 26, 1 ; Heiter, p. 60.

47Origine : De Barcino71. Le praenomen Cn. est déduit de celui du cos. de 60, Cn. Pedanius Salinator, sans doute père du personnage72, et de celui de Cn. Pedanius Fuscus Salinator, cos. en 118, son fils73. Famille patricienne74.

  • 75 Syme, Tacitus, p. 794 ; Degrassi, p. 25, entre 82/85.
  • 76 ILS, 8822 et monnaies ; Waddington, p. 168, n. 111, et suppl., p. 287 et s. ; Mionnet, IV, p. 157, (...)
  • 77 Plin., Ep. ad Tr., 83, 3 ; 87.

48Carrière : Cos. vers 8475. Procos. d’Asie vers 102/10476. Devait à une époque inconnue détenir un commandement militaire, puisque des inscriptions citent un praefectus cohortis qui servait sous ses ordres77.

11. T. Pomponius Mamilianus Rufus Antistianus Funisulanus Vettonianus

49PIR 1 , II, p. 326, n. 92-93 ; RE, XXI, 1952, c. 2342, n. 57 (R. Hanslik) ; Stech, 1226 ; Harrer-Griffin, F. cons., p. 361 ; Garzetti, 124.

50Origine : Peut-être espagnole, s’il appartenait à la tribu Galeria.

  • 78 CIL XVI, 46 = ILS, 9054 ; F. fer. Lat., CIL VI, 2018 = XIV, 2243 = I2, p. 59 (datation fausse) =// (...)

51Carrière : Cos. suf. le 8 mai 100 avec L. Herennius Saturninus78. Leg. Aug. pr. pr. de Bretagne au début du iie siècle.

  • 79 Plin., Ep„ IX, 16,25.
  • 80 CIL VII, 164 ; Atkinson, p. 65.
  • 81 TAM, II, 905, IV B.
  • 82 Plin., Ep., IX, 25, 1.

52Remarque : Il faudrait identifier ce personnage avec le Mamilianus correspondant de Pline79 et le légat de Bretagne80. Peut-être fut-il le père de Pomponius Antistianus Funisulanus Vettonianus, légat de Lycie et Pamphylie vers 12081 et cos. en 121. Constructeur de camps82, a peut-être aussi commencé les premiers travaux de fortifications en Bretagne.

12. M. Ulpius Traianus le père

53PIR1, III, p. 463, n. 574 ; Stech, 712, 1245 ; De Laet, 1593 ; Garzetti, incerti, 162. [RE, Suppl. Bd X, 1965, 1032-1035, R. Hanslik].

  • 83 Id., Pan., 9,2.
  • 84 Eutrop., VIII, 2.

54Origine : D’Italica. De famille patricienne83. Premier membre de sa famille qui ait atteint le consulat84.

  • 85 Joseph., BJ, III, 7,31 ; III, 9, 9 ; 10, 3 ; IV, 9, 1 ; Ritterling, dans RE, XII, c. 1675.
  • 86 Voir communication de M. Durry, p. 47 ; Syme, JRS, 1953, p. 154 ; Degrassi, p. 19, en 68/69.
  • 87 ILS, 8970 ; Durry, Plin. Pan., p. 233.
  • 88 Ibid., 8970 ; Syria, XIII, 1932, p. 276 ; AE, 1933, 205. Milliaire de Vespasien que l’on peut date (...)
  • 89 Ibid., 8970 ; Plin., Pan., 9,2 ; 14, 1 ; 16, 1 ; 58, 3 ; 89, 3.
  • 90 Ibid., 8797 = Syll., 3, 818 ; ILS, 8970 ; CIG, 3146, 3935 = IGR, IV, 845 ; OGIS, 477, 478 = IGR, I (...)
  • 91 Durry, Plin., Pan., p. 234.
  • 92 Plin., Pan., 89.
  • 93 Strack, I, P.199 et s.
  • 94 Durry, Plin., Pan., p. 233.

55Carrière : Il commandait en 67/68 la Leg. X Fretensis pendant la guerre de Judée85. Cos. en 7086. Procos. de la Bétique87. Leg. pr. pr. de Syrie entre 75 et 7788. Au cours de cette charge, il se fit adjoindre son fils comme tribunus militum et obtint les ornamenta triumphalia, sans doute pour ses actions contre les Parthes89. Procos. d’Asie en 79/8090. Xvir sacris faciundis, sodalis flavialis91. On peut penser qu’il était mort lors de l’adoption de Trajan par Nerva92. Strack93 avait cru qu’il n’était mort qu’en 112, mais Durry94 en a fait la critique et semble prêt aujourd’hui à assouplir sa position : Trajan père pourrait être mort en 113.

13. M. Ulpius Traianus Imp. Caesar Nerva Traianus Augustus

56PIR1, III, p. 575 ; Stech, 1107, 1383. [RE. Suppl. Bd. X, 1965, c. 1035-1102, R. Hanslik].

57Origines : D’Italica, fils du précédent.

  • 95 Plin., Pan., 14,1 ; 15.
  • 96 Levison, p. 104, n. 673.
  • 97 Plin., Pan., 14 ; Mommsen, Ges. Scbr., IV, 450.
  • 98 F. Pot. (Athen., 1948, p. 116-128 = AE, 1949, 23) ; Degrassi, p. 27.
  • 99 Garzetti, p. 89, n. 6 ; Plin., Pan., 9 ; Dio Cass., LXVIII, 3.
  • 100 Plin., Pan., 8,9 ; Dio Cass., LXVIII, 3.

58Carrière : Tribunus militum auprès de son père en Syrie en 76-7795. Resta dix ans tribun militaire. Questeur vers 78. Préteur avant 87, en 83/85 d’après Levison96. Légat de légion, il fit passer d’Espagne en Germanie supérieure l’armée d’Espagne sans doute pour réprimer la révolte d’Antonius Saturninus97. Cos. ord. en 91 avec M. Acilius Glabrio98. Nerva lui donna le gouvernement de la Germanie supérieure99. Adopté en 97 par Nerva, Trajan apprit en Germanie la nouvelle par le futur Hadrien. La cérémonie de l’adoption se déroula au Capitole100. Empereur de 98 à 117.

14. Q. Valerius Vegetus

59PIR 1, III, p. 379, n. 150 ; RE, VIII A, 1955, c. 237 et s., n. 375 (Lambertz) ; Garzetti, incerti, 153.

  • 101 CIL II, 2074 (concernant sa mère) ; 2076, 2077 (concernant sa femme).

60Origine : D’Illiberris en Bétique101.

  • 102 F. Pot. (Athen., 1948, p. 116-120 =AE, 1949, 23) ; Degrassi, p. 27.
  • 103 CIL VI, 2068.

61Carrière : Cos. suf. en sept. 91102 avec (P.) Metilius Nepos, fait déjà connu par les actes des Arvales103.

  • 104 F. Ost. (II, XIII, 1, p. 178, 201, 230). Par erreur, dans notre Culte impérial, p. 464, nous avons (...)

62Remarque : Probablement père de L. Mummius Niger Q. Valerius Vegetus Severinus Caucidius Tertellus, cos. en 112104.

Sénateurs espagnols créés sous Trajan

15. (1) P. Aelius Hadrianus Imp. Caesar Traianus Hadrianus Aug

63PIR2, I, p. 28, n. 184 ; RE, I, 1893, c. 493-520 (von Rohden) ; Stech, 1483 ; Lambrechts, 1.

64Origine : D’Italica, sa “patria”, même si par accident il est né à Rome.

  • 105 Weichert, WZ, 22, 1903, p. 148, n. 6.
  • 106 Brassloff, Oest. Jahrh., VIII, p. 67.
  • 107 CIL VI, 2016 ; XIV, 2242 ; I 2, p. 59 ; Degrassi, p. 32.
  • 108 Degrassi, p. 35.
  • 109 Id., p.35.

65Carrière : Tribun militaire de la IIa Adjutrix en Mésie supérieure, sans doute en 95, tribun militaire de la Va Maced. en Mésie inférieure, tribun militaire de la XXIIa Primigen. en Germanie supérieure105. Quaest. Imp. Traiani en 101106. Cos. I suf. en 108107. Cos. II ord. en 118108. Cos. III en 119109. Empereur de 117 à 138.

16. (2) P. Alfius Maximus Numer(ius) Licinianus

66PIR2, I, p. 90, n. 535 ; Stech, 1734.

  • 110 ILS, 2931 = CIL II, 4110.

67Origine : Peut-être de Tarragone, où a été trouvée une inscription que lui a élevée son fils110.

68Carrière : X vir stl. iud., quaest. urb. trib. pleb. cand. praetor Parthicarius, sous Hadrien.

  • 111 PIR2, I, p. 90, n. 534.

69Remarque : Huttl et Groag pensent qu’on peut l’identifier avec T. Alfius Maximus, gouverneur de la Galatie entre 145 et 161111.

17. (3) M. Annius Libo

70PIR2, I, p. 113, n. 667 ; Stech, 1737 ; Lambrechts, 8.

  • 112 La PIR2 le croit.
  • 113 PIR2, I, p. 118, n. 695.
  • 114 Ibid., p. 119, n. 696.
  • 115 SHA, Marc., I, 1.

71Origine : Peut-être de Gadès en Bétique112. Fils de M. Annius Verus113, qui fut trois fois consul. Frère de (M.) Annius Verus114, qui mourut préteur115.

  • 116 Degrassi, p. 37 ; AE, 1926, 151, d’après JHS, 44,158.

72Carrière : consul en 128 avec L. Nonius Torquatus Asprenas116.

18. (4) (M.) Annius Verus

73PIR 2, IL p. 119, n. 696 ; Stech, 1738 ; Lambrechts, 143.

  • 117 PIR2, I, p. 118, n. 695.
  • 118 Ibid., p. 113, n. 667.

74Origine : Peut-être de Gadès. Fils de M. Annius Verus117, qui fut trois fois consul. Frère de M. Annius Libo118, consul en 128.

  • 119 SHA, Marc., I, 1.
  • 120 Id., ibid., IV, 2.
  • 121 PIR2, I, p. 119, n. 697.

75Carrière : Mourut lors de sa préture119 après 128-129120. Père de l’empereur Marc Aurèle121.

19. (5) P. Coelius Apollinaris

76PIR2, II, p. 296, n. 1239 ; Lambrechts, 262.

  • 122 Ibid., II, p. 296, n. 1241.

77Origine : D’Italica sans doute, comme son fils122.

  • 123 Oest. Jahrh., 1935, p. 195 ; Degrassi, p. 33.

78Carrière : Cos. suf. en 111123.

20. (6) Q. Cornelius Senecio Annianus

79PIR2, II, p. 360, n. 1450 ; Lambrechts, 387.

80Origine : Peut-être de Bétique, à laquelle le rattacherait sa tribu Galeria.

  • 124 CIL II, 1929.
  • 125 Degrassi, p. 34 ; Groag dans la PIR2
  • 126 CIL II, 1929 ; Phil. Woch., LIII, 1933, 1382 ; Magie, II, p. 1591.

81Carrière : Connue par une inscription trouvée en Bétique124. Quaestor urb., tribun de la plèbe, préteur, curator viae Latinae. Leg. leg. VIIa Gem., curator viae Appiae. Cos. suf. une année discutée : a) Lambrechts croit que l’année de ce consulat est inconnue ; b) Degrassi et Groag pensent qu’il peut s’agir de 116125, ce qui ferait entrer le personnage dans le Sénat de Trajan. Procos. de Pont-Bithynie beaucoup plus tard, au moins après 143126.

82Remarque : Trente années sépareraient son consulat suffect de son proconsulat de PontBithynie. Il pourrait s’agir d’un sénateur qui n’a eu aucun avancement sous Hadrien et s’est trouvé écarté volontairement de toute carrière pour des raisons qui nous restent mystérieuses.

21. (7) M. Cutius Priscus Messius Rusticus Aemilius Papus Arrius Proculus Iulius Celsus ou M. Messius Rusticus Aemilius Papus Arrius Proculus Iulius Celsus127

  • 127 Son gentilice serait Aemilius d’après Degrassi, p. 146, Messius d’après Groag, dans la PIR2
  • 128 Sa présence dans le Sénat de Trajan est possible.
  • 129 Lambrechts ne le fait pas figurer dans le Sénat d’Hadrien, ce qui serait absurde s’il avait fait p (...)

83PIR 1 , I, p. 489, n. 1342 = PIR1, II, p. 369, n. 376 ; cf. PIR2, II, p. 398, post n. 1643 ; RE, XV, 1931, c. 1286 et s., n. 14 (Fluss) ; Stech, 1756128 ; Lambrechts, 390129.

  • 130 La tribu du personnage, Galeria, est fréquemment représentée en Bétique.
  • 131 CIL II, 1282 et 1283. Voir aussi ibid., 1371.

84Origine : De Salpensa en Bétique130, où ont d’ailleurs été trouvées les principales inscriptions le concernant131.

  • 132 Ibid., 1282, donne par erreur VII Aug., qu’il faut rétablir III Aug. d’après ibid., 1371.
  • 133 Mommsen, St. Rom., II3, 559, 1012.
  • 134 Degrassi, p. 39.
  • 135 NSA, 1933, p. 433 =AE, 1934,146. Cf. CIL II, 1283.
  • 136 Huttl, p. 83-84, localise ce gouvernement de 141 à 147, comme Jagenteufel, n. 18, p. 60-61.

85Carrière : III vir viarum curandarum. Trib. mit. leg. IIIa Aug.132. Quaestor prov. Africae. Tribun de la plèbe, préteur pérégrin. Curator viae Aureliae, leg. leg. XX Val. Victr., en 128, stationnée à Déva (Bretagne). Praef. aerarii Saturni de rang prétorien et non pas consulaire133. Cos. suf. une année incertaine a) entre 128 et 147, d’après Lambrechts ; b) plus probablement avant 138134, car il est curator operum locorumque publicorum en 138135. Leg. Aug. pr. pr. de Dalmatie entre 141 et 147136.

22. (8) M. Fabius Iulianus Heracleo Optatianus

86PIR2, III, p. 101, n. 38 ; RE, VI, c. 1772, n. 87 (Groag) ; Stech, 1759 ; Lambrechts, 190.

87Origine : Espagnole, d’après Groag.

  • 137 CIL VI, 2079 = 32379 ; 2086 = 32378.

88Carrière : Frater Arvalis sous Hadrien et Antonin le Pieux, entre 119 et 155137.

  • 138 Marc Aurel., Pensées, IV, 50.

89Remarque : C’est peut-être à lui que Marc Aurèle fait allusion dans un passage de ses Pensées138.

23. (9) C. Licinius Marinus Voconius Romanus

90PIR1, II, p. 280, n. 144 ; RE, XIII, 1926, c. 435 (Groag) ; Stech, 1634 ; Étienne, Culte impérial, p. 160-161 ; R. Syme, Historia, IX, 1960, p. 365-367.

  • 139 Plin., Ep., II, 13,4.
  • 140 CIL II. 3865 a.
  • 141 Ibid., 3865.

91Origine : De Tarraconaise139 et sans doute de Sagonte140. Famille équestre, fils du chevalier C. Voconius Placidus141, adopté par C. Licinius Marinus.

  • 142 Plin., Ep. ad. Tr., 4.

92Carrière : Introduit vraisemblablement dans le Sénat par Trajan sur recommandation de Pline142.

24. (10) Licinius Ruso

93Lambrechts, 291a.

94Origine : Peut-être espagnole : il y a beaucoup de Licinii dans la Péninsule.

  • 143 Degrassi, p. 33, d’après les Fastes d’Ostie.

95Carrière : Cos. suf. en 112143.

25. (11) L. Messius Rusticus

96PIR 1 , II. p. 369, n. 374 ; RE, XV, 1931, c. 1286, n. 13 (Groag) ; Stech, 1501 ; Lambrechts, 88.

97Origine : De Bétique, père du gouverneur de Dalmatie en 147.

  • 144 Id., p. 34 ; CIL XVI, 61.
  • 145 CIL VI, 1240.

98Carrière : Cos. suf. en 114144. Curator alvei et riparum Tiberis et cloacarum Urbis de 121 à 124145.

26. (12) L. Mummius Niger Q. Valerius Vegetus Severinus Caucidius Tertullus

99PIR 1 , II, p. 387, n. 515 ; Lambrechts, 296a.

  • 146 Ibid., IX, 948.
  • 147 Oest. Jahrh., 1935, p. 197 et s.

100Origine : D’Illiberris en Bétique146. Peut-être fils de Valerius Vegetus, cos. en 91147.

  • 148 Degrassi, p. 33, d’après les Fastes d’Ostie.

101Carrière : Cos. suf. en 112148.

27. (13) Cn. Pedanius Fuscus Salinator

102PIR 1 , III, p. 20, n. 144 ; Stech, 1572 ; Lambrechts, 104.

  • 149 Plin., Ep., VI, 26,1 ; Heiter, p. 60.
  • 150 PIR 1 , III, p. 19, n. 143.

103Origine : De Barcino. Famille patricienne149. Fils de Cn. Pedanius Fuscus Salinator150.

  • 151 Degrassi, p. 35 ; CIL VI, 2078.
  • 152 Dio Cass., LXIX, 17, 1 ; cf. 2, 6.

104Carrière : Cos. ord. en 118 avec Hadrien II151. On peut croire qu’il est mort avant le suicide de son beau-père et l’exécution de son fils Fuscus152.

28. (14) A. Platorius Nepos Aponius Italicus Manilianus C. Licinius Pollio

  • 153 CIL V, 877 = ILS, 1052 ; Syme, Tacitus, p. 785.

105PIR 1 , III, p. 43, n. 337 ; RE, XX, 1950, c. 2545, n. 2 (A. Betz) ; Stech, 1577 ; Lambrechts, 106. Origine : D’Italica ou de Corduba, à cause de la tribu Sergia153, mais en raison de son amitié avec Hadrien, nous penchons pour Italica.

  • 154 Kalopothakes, Leg. Thrace, p. 49, n. 41.
  • 155 Degrassi, p. 35 ; CIL VI, 2078 = 32374.
  • 156 Ritterling, Fasti, 65.
  • 157 CIL VII, 1195.
  • 158 AE, 1930, 35.

106Carrière : III vir capitalis. Tribun militaire de la légion XXII Primig. p. f. Quaestor prov. Maced. cand. divi Traiani. Trib. pleb. Praetor Curator viarum Cassiae, Claudiae, Ciminiae, Novae, Traianae. Leg. Aug. leg. I Adiutr. Leg. Aug. pr. pr. prov. Thraciae en 117/118 d’après Stein154. Cos. suf. en mars-avril 119 avec Hadrien III155. Leg. Aug. pr. pr. de Germanie inférieure en 120-122156. Leg. Aug.pr.pr. de Bretagne au moins jusqu’en septembre 124157. Il y était déjà le 17 juillet 122158. Augure.

Sénateurs espagnols créés sous Hadrien

29. (1) P. Acilius Attianus

107PIR2, I, p. 6, n. 45 ; Lambrechts, 11.

  • 159 Dio Cass., LXIX, 1, 2 : son compatriote.

108Origine : D’Italica en Bétique159. Appartenait à l’ordre équestre.

  • 160 Stein, Ritterstand, 162.
  • 161 SHA, Hadr., IX, 3, 6.
  • 162 Stein, Ritterstand, 248.

109Carrière : Préfet du prétoire, sans doute sous Trajan160 ; il aurait par la suite provoqué la jalousie d’Hadrien qui, après lui avoir enlevé la préfecture du prétoire161, le fit entrer au Sénat, sans doute inter consulares162.

30. (2) C. Calpurnius Flaccus

110PIR2, 11, p. 52, n. 268 ; Lambreehts, 183.

  • 163 Dig., XXXVII, 9, 8.
  • 164 CIL II, 4202.
  • 165 Borghesi, III, 386.
  • 166 IGR, III, 991.

111Origine : De Tarragone, mais son origine est discutée, comme l’identité du personnage. Cependant, si on l’identifie, comme le propose Lambrechts, avec le Calpurnius Flaccus auquel Hadrien adressa un rescrit163 et avec C. Calpurnius Quir. Flaccus, dont une inscription trouvée à Tarragone décrit les fonctions municipales164, dans ce cas, il serait Espagnol. Borghesi165 a partiellement confirmé cette hypothèse en faisant attribuer à C. Calpurnius Flaccus l’inscription grecque166, dédiée à un personnage qui porte le même cognomen que lui et qui appartient à la tribu Quirina.

  • 167 CIL VI, 10241 = ILS, 7912. Cf. Dig., XXIX, 5, 14 ; Degrassi, p. 116.

112Carrière : D’après l’inscription grecque citée plus haut, il aurait été IVvir viar. curand. Trib. mil. d’une légion inconnue. Questeur. Tribun de la plèbe. Préteur. Curator viae Aureliae. Légat d’une légion inconnue. Gouverneur de la Lusitanie ou de la Lugdunaise. Cos. suf. une année inconnue, sous le règne d’Hadrien ou d’Antonin le Pieux167.

31. (3) Coelius Balbinus Vibullius Pius

113PIR2, II, p. 296, n. 1241 ; RE, IV, 1900, c. 195, n. 9 (Groag) ; Lambrechts, 39.

  • 168 Dessau, Eph. Ep., III, p. 229.
  • 169 PIR2, II, p. 296, n. 1239.

114Origine : D’Italica, par sa tribu Sergia168. De famille patricienne. Fils de P. Coelius Apollinaris169.

  • 170 CIL VI, 1383 = ILS, 1063.
  • 171 Degrassi, p. 39.

115Carrière170 : X stl. iud. VI vir eq. Rom. turm. Trib. mil. Leg. XXII Primig. Adlectus inter patricios ab imperatore Caes. Hadriano Aug. Quaestor Aug. Praetor de fidei commissis. Cos ord. en 137171.

  • 172 CIL III, 2295 ; VI, 31145 ; IX, 5839 = ILS. 2084.
  • 173 Iagenteufel, n. 17.

116Remarque : Si l’inscription placée à Salone172 concerne P. Coelius Balbinus Vibullius Pius, celui-ci aurait séjourné en Dalmatie au début du règne d’Antonin le Pieux, peut-être comme gouverneur en 138-140173.

32. (4) P. Licinius Pansa

117PIR 1 , II, p. 283, n. 155 ; RE, XIII, 1926, c. 455, n. 139 (Miltner) ; Lambrechts, 83 et 646.

118Origine : Peut-être espagnole, puisque beaucoup de Licinii sont originaires de la Péninsule Ibérique.

  • 174 Degrassi, p. 39 ; CIL XVI, 79, 80.

119Carrière : Cos. suf. en 134174.

33. (5) L. Minicius Natalis Quadronius Verus

120PIR 1 , II, p. 379, n. 440 ; RE, XV, 1932, c. 1836, n. 19 (Groag) ; Lambrechts, 96.

  • 175 CIL II, 4509 = 6145.

121Origine : De Barcelone, où il est né vers 97175. Fils du grand militaire.

  • 176 Ibid., 4510, et ILS, 1061.
  • 177 Voir note précédente.
  • 178 Dittenberger, Syll., II, 3, 840.
  • 179 Huttl, p. 117 et s.
  • 180 Id., p. 117 et s. ; Thomasson, II, p. 72-73.

122Carrière176 : III vir monetalis. Trib. mil. leg. I Adiutr.p.f. Item leg. XI Claud.p.f. Item leg. XIII Gem. M. V. Quaestor cand. d’Hadrien et en même temps légat auprès de son père, proconsul d’Afrique en 123/124177. Augur. Tr. pl. Cand. praet. (il était praetorius en 129 lorsqu’il remporta une course de chars à Olympie)178. Leg. leg. VI Victr. en Bretagne vers 130. Curator viae Flaminiae. Praefect. alimentorum. Cos. suf. vers 133. Curator oper. publ. et aed. sacrar. et leg. Aug. pr. pr. Moesiae Inf. à la fin du règne d’Hadrien ou au début de celui d’Antonin le Pieux179. Procos. d’Afrique vers 150180.

34. (6) Cn. Papirius Aelianus Aemilianus Tuscillus

123PIR 1, III, p. 11, n. 80, 82 ; RE. XVIII, 1949, c. 1013, n. 27 (Hofmann) ; Lambrechts, 204 et 452.

  • 181 CIL II, 2075.
  • 182 Kubitschek, p. 175.

124Origine : D’Illiberris en Bétique, où a été trouvée une inscription181 qui a permis d’identifier le personnage avec Cn. Papirius Aelianus Aemilianus Tuscillus. D’ailleurs, il appartient à la tribu Galeria182.

  • 183 CIL III, 1446 ; Stein, Dazien, p. 21 ; CIL XI, p. 178.
  • 184 Degrassi, p. 38.
  • 185 CIL VIII, 1117 ; Huttl, p. 66.

125Carrière : Si l’on accepte l’identification proposée par Lambrechts, voici ses étapes : questeur de la province d’Achaïe. Trib. pleb. Préteur. Leg. leg. XII. Gouverneur de la Dacie supérieure en 133183. Consul un peu plus tard184. Gouverneur de la Bretagne en 146185.

Tableau général des sénateurs espagnols de Nerva a Hadrien

Identité des sénateurs

Nerva

Trajan

Hadrien

29. P. Acilius Attianus

X

15. P. Aelius Hadrianus, l’empereur

X

X

16. P. Alfius Maximus Numerius Licinianus

X

X

17. M. Annius Libo

X

X

01. M. Annius Verus, le père

X

X

X

18. M. Annius Verus

X

X

30. C. Calpurnius Flaccus

X

19. P. Coelius Apollinaris

X

X

31. P. Coelius Balbinus Vibullius Pius

X

02. L. Cornelius Pusio Annius Messala

X

X

20. Q. Cornelius Senecio Annianus

X

X

21. M. Cutius Priscus Messius Rusticus Aemilius Papus Arrius Proculus Iulius Celsus

X

X

03. L. Dasumius

X

X

22. M. Fabius Iulianus Heracleo Optatianus

X

X

04. Herennius Severus

X

X

X

05. L. Iulius Ursus Servianus

X

X

X (c)

23. C. Licinius Marinus Voconius Romanus

X

X

32. P. Licinius Pansa

X

24. Licinius Ruso

X

06. Q. Licinius Silvanus Granianus Quadronius Proculus

X

X

X

07. L. Licinius Sura

X

X (b)

08. Marius Priscus

X

X

25. L. Messius Rusticus

X

X

09. L. Minicius Natalis

X

X

X

33. L. Minicius Natalis Quadronius Verus

X

26. L. Mummius Niger Q. Valerius Vegetus Severinus Caucidius Tertullus

X

34. Cn. Papirius Aelianus Aemilianus Tuscillus

X

10. Cn. Pedanius Fuscus Salinator, père

X

X (a)

27. Cn. Pedanius Fuscus Salinator

X

X

28. A. Platorius Nepos Aponius Italicus Manilianus C. Licinius Pollio

X

X

11. T. Pomponius Mamilianus Rufus Antistianus Funisulanus Vettonianus

X

X

12. M. Ulpius Traianus, le père

X (a)

13. M. Ulpius Traianus, l’empereur

X

X

14. Q. Valerius Vegetus

X

X

Totaux

14

27

23

(a) Décède ; (b) Décède en 108 ; (c) Tué ou obligé de se suicider

Origine géographique des sénateurs espagnols

126Il est intéressant de bien connaître les villes d’où sont originaires les sénateurs pour envisager avec précision les liens familiaux et les alliances politiques. Mais l’attribution des tribus aux villes de la Péninsule Ibérique exigerait de nouvelles recherches, et nous devrons nous contenter pour l’instant de certaines approximations.

  • 186 Autant Trajan le père a fait parler de lui, autant Hadrianus Afer, père d’Hadrien et cousin de Tra (...)

127Italica est la patrie des deux empereurs Trajan et Hadrien, ainsi que celle de leurs pères186. Il est naturel que d’autres sénateurs en soient originaires, et non des moindres : L. Licinius Sura que sa tribu Sergia invite irrésistiblement à faire naître à Italica, tout comme A. Platorius Nepos ; L. Iulius Ursus Servianus, beau-frère d’Hadrien, dont nous placerons volontiers l’origine à Italica, où il épousa Domitia Paullina, et sa fille, nièce de l’empereur, unit à son tour vers 107 son destin à celui de Cn. Pedanius Fuscus Salinator, originaire de Barcelone ; P. Coelius Apollinaris, P. Acilius Attianus, P. Coelius Balbinus : soit un total de neuf.

128Par sa mère, Domitia Paullina, originaire de Gadès, Hadrien et donc Trajan étaient liés à des familles de Gadès. On peut supposer que M. Annius Verus, originaire de Ucubi, émigra vers Gadès où naquirent les deux M. Annius Verus et M. Annius Libo, inscrits dans la tribu Galeria. L. Cornelius Pusio est également originaire de Gadès et se nomme Annius Messalla : soit quatre pour Gadès.

129D’Illiberris, viennent trois sénateurs : Q. Valerius Vegetus, L. Mummius Niger, Cn. Papirius ; de Cordoue, un seul : L. Dasumius, comme de Salpensa : M. Cutius Priscus... À la Bétique, se rattachent encore Marius Priscus, Q. Cornelius Senecio Annianus, L. Messius Rusticus.

  • 187 CIL VI, 10229, lignes 6 et 110.
  • 188 Syme, Tacitus, p. 793.

130L. Dasumius était lié à Iulius Ursus Servianus et à sa fille Iulia, qu’il désigne comme exécuteur testamentaire187 ; une Dasumia a dû être la première épouse de P. Calvisius Ruso Iulius Frontinus188, arrière-grand-père de Marc Aurèle. Portant d’ailleurs le surnom Hadrianus, Dasumius doit être lié à la famille d’Hadrien.

Fig. 1. Lieux d’origine des sénateurs espagnols.

131En Tarraconaise, Tarraco a fourni trois sénateurs : Q. Licinius Silvanus, P. Alfius, C. Calpurnius Flaccus ; Barcino, quatre : L. Minicius Natalis, L. Minicius Natalis Quadronius, Cn. Pedanius Fuscus Salinator père, Cn. Pedanius Fuscus Salinator ; Valence, un : Herennius Severus, tout comme Sagonte : Licinius Marinus Voconius Romanus.

132Si nous ne pouvons guère préciser à quelle province il faut attribuer T. Pomponius, M. Fabius Iulianus Heracleo Optatianus, Licinius Ruso et Licinius Pansa, nous tenons au moins une certitude : sur trente sénateurs dont la patria est connue, vingt et un, soit 70 %, sont originaires de Bétique, et neuf, soit 30 %, de Tarraconaise. Italica, la première ville romaine de la Péninsule, en fournissait près du tiers. Cette répartition géographique donne bien la mesure du degré de civilisation des centres de Bétique et aussi celle des liens assurés par le voisinage : on peut bien parler de coterie espagnole et même de “patriotisme de clocher”.

La place des sénateurs espagnols dans le gouvernement de l’Empire

133Nous passons maintenant à la partie qualitative de notre travail ; mais, pour échapper à trop de subjectivité, nous nous devons de rechercher quelques critères qui fassent apparaître le rôle décisif des sénateurs espagnols.

La famille impériale

134À souligner les noms des sénateurs espagnols sur un tableau généalogique succinct des Antonins, on retrouve dix sénateurs espagnols sur un total de vingt personnages masculins, soit la moitié, et parmi eux les deux empereurs et les beaux-frères d’Antonin le Pieux, le père de Marc Aurèle, donc le grand-père de Commode. La dynastie des Antonins a donc dans ses veines une forte teinture de sang espagnol.

Fastes consulaires

  • 189 Voir R. Étienne, Culte impérial, p. 466-467, moins T. Calestrius Tiro.

135Les Fastes consulaires laissent éclater la même évidence, à les suivre de l’année qui marque l’avènement de Nerva à celle qui voit la mort d’Hadrien189.

97 (suf.)

Annius Verus le père.

97 (suf.)

Licinius Sura.

98

Imp. Caesar Nerva Traianus IL

100

Imp. Traianus III.

100 (suf.)

T. Pomponius Mamilianus Rufus Antistianus Funisulanus Vettonianus.

101

Imp. Traianus IV.

102

L. lulius Ursus Servianus II. L. Licinius Sura II.

103

Imp. Traianus V.

106 (suf.)

L. Minicius Natalis. Q. Licinius Silvanus Granianus Quadronius Proculus.

107

L. Licinius Sura III.

108 (suf.)

P. Aelius Hadrianus.

111 (suf.)

P. Coelius Apollinaris.

112

Imp. Traianus VI.

112 (suf.)

Licinius Ruso. L. Mummius Niger Q. Valerius Vegetus Severinus Caucidius Tertullus.

114 (suf.)

L. Messius Rusticus.

116

Q. Cornelius Senecio Annianus.

118

Imp. Caesar Traianus Hadrianus Augustus II. Cn. Pedanius Fuscus Salinator.

119

Imp. Hadrianus III. P. Dasumius Rusticus.

119 (suf.)

A. Platorius Nepos Aponius Italicus Manilianus C. Licinius Pollio.

121

M. Annius Verus le père II.

126

M. Annius Verus le père III.

128

M. Annius Libo.

130/134

L. Minicius Natalis Quadronius Verus.

134

L. Iulius Ursus Servianus III.

137

P. Coelius Balbinus Vibullius Pius.

av. 138

M. Cutius Priscus Messius Rusticus Aemilius Papus Arrius Proculus Iulius Celsus.

Triple consulat

  • 190 Syme, JRS, 1953, p. 149, note combien le fait est remarquable.

136Il est encore plus frappant de noter que sur sept sénateurs qui ont géré trois consulats190, si l’on excepte les empereurs, on rencontre trois Espagnols : M. Annius Verus, le père, L. Licinius Sura et L. Iulius Ursus Servianus. Ce sont eux dont l’opinion comptait au Sénat et dont l’autorité risquait de faire et de défaire les empereurs. C’est ici qu’entre en jeu l’influence déterminante des sénateurs espagnols.

Le poids des sénateurs espagnols

  • 191 Dio Cass., LXVIII, 1,2-3.
  • 192 Id., ibid., 3, 3-4.
  • 193 Syme, Tacitus, p. 598 et s.
  • 194 PIR2, A 765. Il mourut en 93 ou 94 en Cappadoce.

137Devant son pouvoir à un coup d’état qui n’aurait pas pu réussir sans l’appui des sénateurs, Nerva lit tout ce qu’il put pour les satisfaire. Ce prince, qui manquait à la fois de santé et d’autorité, fut vite débordé et, comme le signale Dion Cassius, les aristocrates qu’avait persécutés Domitien revinrent d’exil, résolus à se venger. Paradoxalement, c’est par une sorte de terreur blanche que commença le règne de Nerva. Devant les excès de cette réaction, l’inquiétude s’empara de nombreux esprits. Dion Cassius écrit191 : “Beaucoup de délateurs furent condamnés à mort, entre autres, le philosophe Seras. Un trouble extraordinaire étant survenu parce que tous se faisaient les accusateurs de tous, on rapporte que le consul Fronton dit que si c’est un malheur d’avoir un prince sous qui il n’est permis à personne de ne rien faire, c’en est un pire encore quand il permet tout à tous, et Nerva, qui entendit ces paroles, défendit d’user à l’avenir d’une telle licence”. Nerva fut donc obligé de freiner ses propres partisans, mais l’excès venu d’un côté allait entraîner une réaction en sens inverse. C’est la fameuse affaire de la révolte des prétoriens. Initialement débordé par les civils, Nerva allait l’être par les militaires. Dirigés par le préfet du prétoire, Casperius Aelianus, les prétoriens obligèrent en 97 Nerva à leur livrer les meurtriers de Domitien et les exécutèrent. Affolé et désolé, Nerva ne pouvait, pour échapper aux extrémistes, que se jeter dans les bras de l’armée, et il se décida, le 27 octobre 97, à adopter Trajan192, candidat des généraux et d’un clan espagnol bien en place. Ayant bénéficié de l’appui de Domitien193 pour leur carrière, apparaissent Ser. Iulius Servianus – le futur L. Iulius Ursus Servianus – L. Licinius Sura et Cn. Pedanius Fuscus Salinator le père, plus âgés que Trajan et tous hommes d’expérience. Après l’insurrection d’Antonius Saturninus en 89, matée par Trajan, le futur empereur qui vole sur le Rhin avec les troupes d’Espagne, il est symptomatique de trouver en 90, au premier rang des consuls suffects, accompagnant l’empereur Domitien XV et le futur empereur Nerva II, L. Cornelius Puso de Gadès, L. Antistius Rusticus, espagnol194, et Ser. Iulius Servianus, sans doute d’Italica.

  • 195 Aurel. Victor, Ep., 13, 6 : Surae cuius studio imperium arripuerat.

138L’adoption de Trajan par Nerva fut faite dans des formes aussi peu dynastiques que possible, puisque Trajan garda ses nomina. Ce détail ne pouvait que satisfaire la masse des sénateurs favorables à l’élection du meilleur à l’empire, mais il masquait mal la défaite du parti conservateur et pacifique dont Nerva voulait réaliser les aspirations. Trajan fut choisi pour sa popularité dans l’armée, lui, le chef de la province et de l’armée de Germanie supérieure, lui qui devait tout à Domitien, à l’instar de L. Licinius Sura, qui, précisément fit pression sur Nerva pour que celui-ci adoptât Trajan195. Il y avait donc eu des contacts, sinon un complot, pour supplanter Nerva, qui réussit à se maintenir en agitant l’épouvantail de Casperius et de ses prétoriens.

  • 196 SHA, Hadr., II, 56.

139Pour annoncer la bonne nouvelle de l’adoption à Trajan196, c’est son petit cousin d’Italica, dont il était le tuteur vigilant, Hadrien, qui lui est dépêché pour lui apporter les félicitations de l’armée de Mésie inférieure et qui est, pour ce faire, transféré comme tribun militaire à la XXIIa Primigenia Pia Fidelis, qui tenait garnison en Germanie supérieure. C’est encore lui qui se hâte d’apprendre le premier à Trajan, qui se trouve à Cologne, la mort de Nerva, survenue en janvier 98, et de devancer même à pied le messager expédié par son propre beau-frère, L. Iulius Ursus Servianus, qui avait dénoncé à Trajan les folies de jeunesse du jeune cousin, pour au moins en retirer un bénéfice moral. Trajan d’ailleurs ne trouva guère à son goût les frasques de son parent, et il fallut toute l’habileté et toute l’autorité de L. Licinius Sura pour refaire l’unité morale du “clan espagnol” qui, au moins, se partageait les postes importants.

  • 197 Plin., Ep., VIII, 23,5.
  • 198 AE, 1923, 33.
  • 199 SHA, Hadr., III, 1.

140L. Iulius Ursus Servianus, après l’adoption de Trajan par Nerva197, avait reçu le commandement des troupes de Germanie supérieure, et hérita donc du commandement de Trajan, tandis que, à la même date, en février 98, le futur empereur avait nommé sans doute L. Licinius Sura au gouvernement de la Germanie inférieure198. Après s’être encore mieux attaché Hadrien, en lui faisant épouser la fille de sa soeur Marciana, Vibia Sabina – ce qui semblait annoncer une politique dynastique – il en fit aussi en 101 son questeur, chargé des relations avec le Sénat199 Même si sa première intervention ne fut pas un succès, il représenta, en s’occupant plus tard du journal officiel du Sénat, le visage civil de l’équipe espagnole.

  • 200 CIL VI, 1444 = ILS, 1022.
  • 201 Dio Cass., LXVIII, 9, 2.
  • 202 SHA, Hadr., III, 36.
  • 203 Plin., Ep., III, 17.
  • 204 Syme, Tacitus, p. 650.
  • 205 Id., ibid., p. 600.
  • 206 Dio Cass., LXVIII, 15, 16.
  • 207 CIL VI, 1444 = ILS, 1022 ; Dio Cass., ibid.

141Mais pas pour longtemps, car le parti de la guerre trouve en Dacie par deux fois un champ de bataille où la moisson des lauriers le dispute à la quête du butin, l’or magique des Daces. Certes, l’empereur Trajan assume naturellement les plus hautes responsabilités, mais son chef d’état-major, celui qui a vraiment battu les Daces et leur roi Décebale200, est L. Licinius Sura, qui apparaît l’homme fort du régime, le premier après l’empereur, à qui celui-ci pouvait songer comme successeur. Trajan le charge de négocier la paix avec Décebale201, le couvre de décorations et d’honneurs en lui accordant un deuxième et un troisième consulat. Tous les sénateurs espagnols qui comptent sont présents dans cette guerre : Hadrien accompagne son cousin et fait partie de son état-major particulier lors de la première campagne ; dans la seconde, il commande la Ia Minervia et gagne une flatteuse renommée militaire202. Ser. Iulius Servianus participe à une partie des opérations203, et L. Minicius Natalis, jeune général de la nouvelle génération204, commande une légion pendant la première guerre dacique. La cohésion de ce parti espagnol de la guerre, récompensé par de nombreux consulats gérés en commun, cohésion renforcée par la volonté même de L. Licinius Sura qui, en 108, alors que son troisième consulat en 107 lui avait donné la suprême consécration, au grand dam d’un L. Iulius Servianus, aurait pu annoncer à Hadrien, âgé alors de trente-deux ans et gérant un consulat suffect, qu’il devait être adopté par Trajan. Par deux fois, le même homme joue donc un rôle décisif pour assurer la continuité du pouvoir en faveur de compatriotes et pour que la même politique continuât. Même si ce détail a été arrangé par Hadrien lui-même205, il révèle combien ce confident écouté de l’empereur, ce vice-empereur fut capax imperii. Ne nous étonnons donc pas qu’il ait soulevé bien des envies, bien des haines. Trajan n’écouta jamais les ragots de la cour et garda son estime206 à celui qui reçut en 108, à sa mort, du Sénat, avec l’assentiment de l’empereur, les ornements triomphaux et une statue207.

  • 208 H.-G. Pflaum découvre son identité dans un prochain article.
  • 209 Dio Cass., LXIX, 1.
  • 210 Syme, Tacitus, p. 600.
  • 211 CIL II, 6145 = ILS, 1029.
  • 212 M. Durry, Cohortes, n. 164 et n. 8 ; SHA, Hadr., IX, 4.

142Cette mort, semblait-il, ne devait être qu’un épisode dans l’histoire de l’influence du clan espagnol, puisque Hadrien devient le chef d’état-major de Trajan pour l’ensemble des forces armées qui se préparent à la campagne d’Orient contre les Parthes. Mais il semble que le jeune général ne partage pas toutes les idées impérialistes des conseillers de l’empereur et de l’empereur lui-même. Il fréquente sans doute des sénateurs espagnols, Sosius Papus, oncle de L. Messius Rusticus208, et son compatriote A. Platorius Nepos, mais en même temps il se rapproche d’un clan de chevaliers, conduit par un autre de ses compatriotes et ancien tuteur, Acilius Attianus, préfet du prétoire sous Trajan. Malgré les éventuelles promesses faites à Licinius Sura, l’empereur ne semblait guère pressé de désigner Hadrien comme son successeur. C’est à un complot mené par l’impératrice Plotine dont il était amoureux209, et appuyé par P. Acilius Attianus, qu’Hadrien fut redevable de son adoption le 9 août 117. Le 11 août 117, la mort officielle de Trajan était annoncée, et Hadrien, gouverneur de Syrie, devenait empereur. Cette comédie de l’adoption par un empereur moribond ou déjà mort – en tout cas dans l’impossibilité de signer le codicille de l’adoption – semblait faire triompher une politique dynastique. Cette fois-ci, c’est un chevalier espagnol qui occupe le devant de la scène, appuyé il est vrai par toute une armée dévouée à la personne d’Hadrien, petit cousin de l’empereur défunt. Cependant, le choix de l’empereur échappe aux sénateurs. À ce premier grief va s’en ajouter vite un autre : Hadrien tourne le dos à l’impérialisme. Sans doute, autour de lui, certains sénateurs espagnols continuent à jouer un rôle important. Il partage le consulat en 118 avec son neveu Cn. Pedanius Fuscus Salinator, en 119 avec P. Dasumius Rusticus et A. Platorius Nepos210, tandis qu’il confirme L. Minicius Natalis dans son gouvernement de premier plan en Pannonie211. Après l’exécution des quatre consulaires, due peut-être à son préfet du prétoire, P. Acilius Attianus, il chercha ailleurs des appuis : celui de son ancien tuteur ne lui fit pas défaut, mais, de par la pérennité de sa fonction, P. Acilius Attianus posait un problème d’autorité à Hadrien212. Justement, pour se débarrasser de sa trop encombrante tutelle, il lui décerne les ornementa consularia et en fait un sénateur. C’est souligner la place honorifique que dans l’esprit d’Hadrien mérite un sénateur. Le Sénat est vraiment le conservatoire des gloires passées.

  • 213 SHA, Hadr., VIII, 11.
  • 214 J. Cacopino, L’hérédité dynastique chez les Antonins, dans REA, LI, 1949, p. 262-321.
  • 215 SHA, Hadr., XXIII, 2 ; Dio Cass., LXIX, 17, 3.
  • 216 Ou le fit exécuter : les traditions divergent. Dio Cass., LXIX, 2, 6 ; 17, 1 ; SHA, Hadr., XV 8 ; (...)
  • 217 Dio Cass., LXIX, 2, 6 ; 17, 1 ; SHA, Hadr., XXIII, 3.
  • 218 SHA, Hadr., XXIII, 4 ; XV, 3.
  • 219 Id., ibid., XV, 3.

143Il honore ainsi Annius Verus, lié – mais très discrètement – au clan espagnol et qui n’a pas trempé dans la politique de guerre, d’un deuxième et troisième consulat, lui donnant le pas sur L. lulius Ursus Servianus, qui n’obtint son troisième consulat qu’en 134. Il témoigne cependant à son beau-frère la plus grande déférence213. Mais cet effacement honorifique, au moment où montent les Africains, ne suffit pas à Hadrien, surtout au moment où se pose le problème de sa succession. L’adoption de Trajan par Nerva, les espoirs d’adoption d’Hadrien par Trajan, œuvre du si intelligent L. Licinius Sura, n’imposent pas à Hadrien une ligne de conduite qui ménagerait les intérêts du clan espagnol. Même si tout dans l’exécution des quatre consulaires ne s’explique pas par le refus d’Avidius Nigrinus, un des leurs, à se plier au projet dynastique de l’empereur, cherchant à sauvegarder le trône impérial pour son fils naturel, Ceionius Commodus214, il n’en reste pas moins que le problème de la succession impériale demeurait pendant. En apparence, Hadrien paraissait laisser une liberté de choix et ne refusait pas d’envisager comme possible la candidature de L. lulius Ursus Servianus, son beau-frère, nonagénaire en 136215. N’était-ce pas là un hommage tardif, de pure forme, rendu au doyen d’âge du Sénat, au parent peu susceptible de lui survivre ? Malgré tout, il dut se heurter à son opposition pour l’obliger à se donner la mort216 et, craignant les ambitions de son petit-fils Fuscus, son propre petit-neveu, âgé de dix-huit ans, qui aurait été encouragé par des prédictions lui promettant l’empire217, il le fit mettre à mort. Le sang de sa soeur, Domitia Paullina, morte vers 132, à qui le titre d’Augusta avait été refusé de son vivant, portait décidément malheur ! Il abhorra alors son cher ami, A. Platorius Nepos218, traita en ennemi Acilius Attianus219 : le clan espagnol est dissous en raison de l’adoption de Ceionius Commodus, et seul le consulat de M. Cutius Priscus rappelle avant 138 que l’empereur fut très lié à l’oncle du nouveau consul et apporte l’exceptionnel témoignage d’une rare fidélité.

144Nous sommes maintenant à même de répondre à la question que nous posions au début de cet exposé : les deux empereurs ont-ils eu une attitude identique en face du clan espagnol, dont on se plaît à reconnaître l’influence sous leur double règne ?

145Un problème de génération se pose tout d’abord. Il ne faut pas oublier que Trajan fut à trente-trois ans le tuteur du jeune Hadrien, orphelin de père à dix ans, et que certains froissements se produisirent entre le général et son petit cousin ; un jeune homme oublie difficilement certains heurts familiaux, d’autant plus que son mariage, qui devait l’attacher encore davantage à la famille de l’empereur Trajan, fut sans amour et sans postérité.

146Hadrien a ainsi moins supporté les pressions du clan espagnol auquel Trajan dut certainement son avènement. C’est bien ce dernier qui fut l’empereur espagnol, porté au pouvoir par le complot d’Espagnols déjà en place, et Trajan voyait certainement en Licinius Sura plus qu’en Hadrien son successeur. Trajan s’est trouvé pendant tout son règne en communion d’idées avec ceux qui avaient choisi l’optimus, soit le meilleur pour échapper aux emportements versatiles des prétoriens et le meilleur aussi pour rétablir une certaine politique guerrière, mère de talents militaires qui ne demandaient qu’à s’employer.

147Hadrien, avec intelligence et souplesse, après une adoption qui ne pouvait pas manquer de faire jaser et qui respectait sinon la volonté formelle de Trajan, du moins les intérêts des Espagnols, rompit au début moins brutalement avec les hommes du clan qu’avec la politique impérialiste. Il avait su s’entourer de gens de sa génération et fréquentait les jeunes généraux de Trajan. Surtout, il sut découvrir le prix de l’appui des chevaliers en la personne du préfet du prétoire, lui aussi espagnol, mais qui fut ensuite brutalement écarté des responsabilités du pouvoir.

  • 220 M. G. Jarrett, The African Contribution to the Imperial Equestrian Service, dans Historia, XII, 19 (...)

148À cet éloignement sensible marqué par l’empereur Hadrien pour les sénateurs espagnols, bien en cour sous Trajan, s’ajoute son désir d’échapper à tout groupe de pression pour être lui-même, varias, multiplex, multiformis. Son goût du dépaysement, son sens de l’humain sous toutes ses formes, sa versatilité le poussaient à un cosmopolitisme qui se traduit par la montée des Africains parmi les sénateurs autant que parmi les chevaliers en poste220. Lui qui était peut-être né à Rome, dont Italica était la patria, se souvenait sans doute aussi des liens anciens de sa famille avec l’Afrique, symbolisés par le cognomen de son père, Afer. Donc, autant qu’une affaire de génération, c’est une question de caractère, de philosophie politique et de conception du monde qui sont en jeu. Hadrien, en tout cas, a été moins “espagnol” que Trajan et s’est révélé infidèle à sa famille légitime quand il a choisi ses successeurs, au prix de brouilles haineuses et de sanglantes exécutions, qui décapitèrent le groupe des sénateurs espagnols, fussent-ils ses parents les plus proches. Pareille attitude ne saurait étonner de la part de l’empereur des chevaliers, du Graeculus et du dominateur, qui fonde une dynastie. Au père fidèle à sa terre espagnole, avait succédé un fils ingrat.

Discussion

149M. Piganiol. – Il est évident que la méthode statistique de M. Étienne est contestée, mais je pense que c’est à tort. En réalité, sur la démographie des provinces, sa contribution est des plus importantes : âges, mortalité, et nous nous souvenons qu’au Congrès d’épigraphie de Rome, sa communication avait suscité le plus vif intérêt. Du point de vue de la méthode, je suis tout prêt à le défendre.

150M. Syme. – En ce qui concerne la démographie, personnellement, je ne me méfie pas du tout de la statistique, mais quand il est question des sénateurs et des origines de sénateurs, je deviens très méfiant. On se souvient d’un article ancien sur les sénateurs à l’époque flavienne, où il n’y avait que 3 % ou 4 % de sénateurs dalmates. En vérité, il ne s’agissait que d’un individu, et il n’était pas dalmate. Or, ce que je redoute un peu pour Italica, c’est justement qu’on ait trouvé un peu trop de sénateurs originaires de la ville. Sans les sources littéraires, nous ne connaîtrions pas de sénateur d’Italica, puisque les inscriptions ne nous en ont jusqu’à présent révélé aucun. En Tarraconaise, nous avons beaucoup d’inscriptions de Tarraco et de Barcino, mais il y a trois villes d’une importance assez marquée : Osca, Caesaraugusta et Celsa sur l’Èbre. Or, pour chacune de ces villes, nous ne disposons que d’une demi-douzaine d’inscriptions. La tribu Sergia se rencontre dans des fondations de l’époque de César, et Osca en fournirait un échantillon. C’est pourquoi je me suis demandé si Licinius Sura, qui a tant d’attaches avec Barcino et Tarraco, ne serait pas à l’origine un citoyen de Celsa, fondation du triumvir Lepidus, puisqu’il y a pas mal de Licinii et de Liciniani en Tarraconaise. Pour Iulius Servianus, beau-frère d’Hadrien, on ne connaît pas sa tribu et l’on pourrait penser à une ville de Bétique. Or, c’est à peine si l’on rencontre des Iulii parmi les sénateurs de Bétique.

151De plus, à propos de ces individus qui deviennent sénateurs, nous pensons à leur ville d’origine, à leur province, mais, une fois sénateurs, ils abandonnent leurs coloniae ou leurs municipes, et la plupart de leurs alliances familiales sont conclues à Rome même. C’est là, peut-être, que les gens se connaissent. Pedanius, jeune homme de Barcino, fait la connaissance de Iulius Servianus et épouse sa fille ; autre alliance, le mariage de Trajan avec Pompeia Plotina, originaire sans doute de Narbonnaise (Nîmes). Un tel fait a des conséquences sur le prétendu caractère espagnol de ces gens qui sont de souche provinciale, mais qui ont quitté leur ville natale, leurpatria, plusieurs générations auparavant.

152M. Étienne. – À propos du sens à donner à patria, il faudrait savoir si Hadrien est né à Rome ou à Italica. Finalement, peu importe, puisque nous savons par les sources littéraires qu’il est revenu en Bétique, où il a séjourné pendant assez longtemps pour en avoir gardé un accent si provincial que son premier discours au Sénat, en tant que questeur de Trajan, souleva les rires des auditeurs.

153M. Pflaum. – Je partage, en ce qui concerne les sénateurs, et bien entendu les chevaliers, les réserves manifestées par Sir Ronald Syme. Depuis ma thèse, je suis devenu plus réservé en face des statistiques. Or, en général, nous disposons de très peu de sources pour les établir. Pendant les quatre-vingts ans où la Sardaigne a été province proconsulaire, nous connaissons seulement deux proconsuls sur les quatre-vingts qui ont certainement existé, et la part des lacunes interdit d’employer la méthode statistique. Par ailleurs, certaines attributions de M. Étienne font difficulté. C’est ainsi que je suis certain que le cursus acéphale que la communis opinio attribue à Licinius Sura appartient à quelqu’un d’autre. Il n’est pas possible qu’un légat d’Auguste de la province de Belgique en 97 ait pu faire un empereur. Il aurait été utile de se pencher sur les dernières années du règne de Domitien : nous parlons beaucoup d’un complot de généraux, sans avancer de noms. Or, certains de ceux-ci ne sont pas obligatoirement les ter consules que nous voyons apparaître au début du règne de Nerva et de Trajan, car ils sont trop âgés.

154Je voudrais examiner le cas de quelques autres sénateurs, Licinius Silvanius Granius Quadronius Proculus. Je suis certain que nous avons affaire là à deux personnages. Le premier est celui qui a été consul suffect en 106, le deuxième est celui qu’on lui a toujours attribué à tort, c’est le triumvir ad monetam. Or, nous savons depuis Groag qu’un triumvir ad monetam est le meilleur poste du vigintivirat ; pour le gérer, il faut être patricien ou candidatus Augusti. Nous disposons donc d’une ascension sociale sur trois générations : Licinius Silvanius avait son père procurateur, lui-même fut consul suffect, et son fils sera triumvir ad monetam et destiné à être consul ordinaire. D’autre part, je ne crois pas que Lucius Mummius Niger, l’homme de Grenade, soit le consul de 112. Là encore nous aurions trois générations, car les trois procurateurs du Kalendarium Vegetianum se placent entre 160 et 200 :

  • la première sous Domitien ;
  • la deuxième avec Q. Valerius Vegetus, ainsi appelé dans les Fastes ;
  • la troisième avec L. Mummius Niger.

155En outre, la relative fréquence des consuls sous Trajan par comparaison au règne d’Hadrien vient de ce que nous disposons, pour le règne de Trajan, de plusieurs années des Fastes d’Ostie et de deux seulement pour le règne d’Hadrien, 127 et 128.

156Pour ce qui est de l’interruption de l’influence espagnole à la fin du règne d’Hadrien, je serais d’accord avec vous. Dans ses dernières années, Hadrien a connu l’appréhension de la mort, ce qui assombrissait son humeur.

157Dans un prochain article sur la succession d’Hadrien, je vais essayer de démontrer que le véritable successeur d’Hadrien a été Marc Aurèle et qu’il avait donc l’intention de laisser le trône à un Espagnol, ce qui contredit la conclusion de M. Étienne, et qu’il est resté très fidèle à sa petite patrie espagnole.

158M. Balil. – Je suis dans l’ensemble d’accord avec la thèse de M. Étienne sur la dissolution du clan espagnol sous Hadrien. Cette méfiance à l’égard de ses compatriotes est ancienne, puisqu’il a destitué en 117 le légat de Pannonie, l’Espagnol L. Minicius Natalis, au profit d’un procurateur. Nous trouvons la même tendance avec le fils de L. Minicius Natalis, dont la carrière a été arrêtée pendant le règne d’Hadrien. Je ferai une petite correction à propos de la date du consulat suffect de L. Minicius Natalis Quadronius Verus, qui se place en 139 et non en 132.

159À propos de Licinius Sura, nous trouvons la tribu Sergia à Osca, Caesaraugusta, dans plusieurs villes de la vallée de l’Èbre, comme Labitolosa. D’autre part, son accensus, L. Licinius Secundus, se retrouve sur les inscriptions plus nombreuses à Barcino qu’à Tarraco, faites par la cité, mais aussi par des particuliers qui ne sont jamais originaires de la Bétique.

160Pour Platorius Nepos, il faut penser à une origine de Cordoue, où un Platorius Nepos a exercé des fonctions municipales. Pour ce qui est de l’origine de Minicius Natalis le père, il faut noter que les Minicii sont surtout nombreux à Tarraco.

161M. Oliver. – En ce qui concerne les Orientaux, un siècle avant Hadrien, il existait une nette distinction entre les Orientaux de souche italique et les autres. Mais à l’époque de Trajan et d’Hadrien, cette distinction avait disparu, et M. Étienne a raison.

162M. Étienne. – Je voudrais revenir sur un problème de méthode et je voudrais reprendre celle des convergences. En effet, il est curieux de constater que Jarrett, en étudiant dans un article récent d’Historia la place des procurateurs d’origine africaine, a reconnu la même montée des Africains que celle que j’ai indiquée pour l’ordre sénatorial.

163M. Pflaum. – Pour l’Afrique, nous sommes dans une situation bien meilleure que pour l’Espagne. Nous disposons au total de 40 000 inscriptions, pour l’Espagne de 7000 à 8000, et c’est une grande différence. Je suis d’accord avec Jarrett pour parler d’ascension africaine dans le corps des chevaliers au iie siècle, qui culminera sous les Sévères, mais je me refuse à noter par 0,5 % ces progrès.

164M. Étienne. – Certes, quand on dispose, comme en Afrique, de 40 000 inscriptions, les résultats obtenus sont des plus probants. Quand on applique la même méthode statistique à une province qui n’est riche que de 6 000 inscriptions, et que les résultats convergent, nous sommes fondé à penser à la légitimité de notre méthode. À partir d’un certain seuil quantitatif, les proportions ne varient pour ainsi dire pas. La statistique, pour nous, n’a pas d’intérêt dans l’absolu, mais dans la mesure où elle manifeste une tendance.

165M. Piganiol. – Je voudrais interroger M. Étienne sur l’affaire du clan espagnol. Quels sont les hommes qu’il voit faire partie de ce clan ? Trajan père évidemment, Licinius Sura... qui encore ?

166M. Étienne. – Il faut penser aux Espagnols que Sir Ronald Syme trouve en 90 autour de Domitien. La succession chronologique est éloquente : 89, révolte de Saturninus ; 90, les trois premiers consuls suffects d’une liste très longue sont des Espagnols et, parmi eux, le futur beau-frère d’Hadrien. Je suis bien d’accord sur la nécessité d’une recherche plus approfondie sur ce milieu.

167Il semble bien que ces chefs militaires ne se sont jamais coupés totalement du Sénat et que l’avènement de Nerva, princeps senatus, ait pu se faire sans leur accord. Par ailleurs, ils ont soutenu Nerva contre les prétoriens.

168M. Piganiol. – J’ai moi-même noté l’ascension de ces Espagnols sous les Flaviens. C’est vers 83, d’après Martial, que Sura se montrait un homme actif à Rome.

169Une seconde question. Vous avez terminé en parlant d’Hadrien, fils ingrat envers sa patrie. Garderons-nous cette formule ? À l’instant, M. Pflaum tendait à l’écarter, puisqu’il nous montrait, dans Antonin le provençal, le conservateur mis sur le trône pour attendre le moment favorable à l’exercice du pouvoir par le Verissimus. Cela paraît très vraisemblable.

170M. Étienne. – J’ai répondu par avance en étendant jusqu’à Commode le bénéfice de l’influence espagnole. Dans ce qu’elle a d’excessif, ma formule est destinée à répondre à tous ceux qui parlent sans nuance d’un clan espagnol, aussi bien sous Trajan que sous Hadrien. Il n’en reste pas moins qu’il a fait exécuter son plus proche parent, qui pouvait immédiatement fonder une dynastie espagnole. Nous tempérerons donc la formule. Bien qu’Hadrien ait été ingrat envers sa patrie espagnole dans un geste d’humeur, il a sans doute conservé le trône impérial à un Espagnol, mais en gardant du sang espagnol sur les mains.

Notes

1 CAH, XI, p. 197, n. 2, repris par J. Beaujeu, La religion romaine à l’apogée de l’Empire, I. La politique religieuse des Antonins (96-192), Paris, 1955, p. 84.

2 R. Syme. Tacitus, Oxford, 1958.

3 B. Stech, Senatores romani qui fuerint inde a Vespasiano usque ad Traiani exitum, dans Klio, X, Beiheft, Leipzig, 1912.

4 P. Lambrechts, La composition du Sénat romain de l’accession au trône d’Hadrien à la mort de Commode, Anvers, 1936.

5 A. Garzetti, Nerva, 1950.

6 Chr. Pucheu, Étude sociologique du Sénat romain de Nerva à Hadrien, Diplôme d’Études Supérieures. Bordeaux, 1962.

7 P. Lambrechts, Trajan et le recrutement du Sénat, dans Antiq. Class., V, 1936, p. 103 et s.

8 Sur les Annii, Syrae, Tacitus, Appendice 86.

9 SHA, M. Anton.. I, 4.

10 Syme, Tacitus, p. 792, le fait venir d’Ucubi.

11 SHA, M. Anton., I,6.

12 Id., ibid., I, 1-2,7 ; RE, I, c. 2289.

13 Dig., XLVIII, 8, 6 ; Degrassi, p. 288 (Aggiunte), d’après un fragment des Fastes d’Ostie : AE, 1954, 220.

14 CIL, VI, 31034, 32445. M. Annius Fidus devait être son affranchi.

15 Ibid., VI, 1340.

16 SHA. M. Anton., I, 2 ; Degrassi, p. 35.

17 Id., ibid., I, 2 ; ILS, 2117.

18 Degrassi, p. 36.

19 CIL, XV, 245-246.

20 SHA, M. Anton., IV, 2.

21 De Laet, 596.

22 PIR2, II, p. 352, n. 1425.

23 F. Pot. (Athen., 1948, p. 116-126 =AE, 1949,23) ; Degrassi, p. 27.

24 CIL, VI, 31034, 32445.

25 Le testament (CIL, VI, 10229 = Arangio Ruiz, Negotia, p. 132 et s.) est de lui ; Syme, Tacitus, p. 784.

26 PIR2, III, p. 3, n. 15.

27 Degrassi. p. 28.

28 CIG, 2876 ; Waddington.p. 183, n. 120 ; Chapot, p. 309 ; Heberdey, p. 233 ; Syme. Tacitus, p. 665 et 794.

29 BMC, Greek Coins, Lydia, CXXII ; Waddington, p. 179 ; Heberdey, p. 232, a-3 ; Syme, JRS, 1953, p. 148-161 ; id., Tacitus, p. 664.

30 Magie, Asia Minor, II, p. 1583.

31 CIL, II, 3731, 3779.

32 Suidas, s.v. Φίλων Βύβλιος, dit 220e Olympiade.

33 Degrassi, p. 125.

34 Plin., Ep., IV, 28, 1.

35 Dio Cass., LXIX, 17, 1.

36 SHA, Hadr., XXIII, 8 ; Dio Cass., LXIX, 17, 1.

37 Levison, p. 93, n. 577.

38 Degrassi, p. 25, donne un... Ursus comme cos. en 84. Il s’agit d’un Ursus préfet du prétoire. PIR1, III, p. 491, n. 688 ; Garzetti, Incerti, 165 ; Syme, Tacitus, 635-636. Degrassi indique L. Iulius Ursus Servianus comme consul soit avant 87, soit en 93. Les Fasti Potentini donnent un Ser. Iulius Servianus, suff. en 90. Après une adoption en 101, il devient L. Iulius Ursus Servianus ; Syme, Tacitus, p. 636.

39 Plin., Ep., VIII, 23,5 ; SHA, Hadr., 11,6 ; Ritterling, Fasti, p. 26, n. 2 ; Garzetti, p. 90.

40 Plin., voir n. 39 ; Ritterling, Pannon. prov., p. 14.

41 II, XIII, 1, p. 177. 195, 225 ; CIL VI, 2191 = ILS, 4965 ; CIL VI, 10244.

42 SHA, Hadr., VIII, 11.

43 Stein, Ritterstand, p. 326.

44 CIL II, 4609 = ILS, 1028 ; Ritterling, RE, XII, c. 1612.

45 F. fer. Lat., CIL VI, 2016 = XIV, 2242 = I, p. 59 = II, XIII, 1, p. 145, 155, 158 ; CIL X, 5670. Diplôme militaire du 11 août 106 publié par Daicoviciu, dans Dacia, VII-VIII, 1937-1940, p. 330 et s., et tab. I-III = AE, 1944, 57 ; Stein, Dazien, p. 6 ; Degrassi, p. 32.

46 Waddington, p. 197, n. 128 ; Chapot, p. 313.

47 Justin., Apol., I, 68 ; Euseb., Hist. eccl., VI, 8, 6 et s. Cf. Chron. armen., p. 220 (Karst) ; Georg.-Syncell., I, p. 658 (Dindorf). Le nom est cependant maltraité : Σερεννιος Γρανιανος.

48 CIL II, 4282, 4508, 4536-4548, 6148, 6149 ; S. Mariner Bigorra, dans Cuadernos de Arqueología e Historia de la Ciudad, Barcelone, 1961, p. 16-18 ; Martial, I,49,40 (Lully, p. 164, n. 1245).

49 Syme, Tacitus, p. 35 et 647.

50 CIL VI, 1444 = ILS, 1022 (Borghesi, V, p. 33 et s.) [qu’il faudrait lui refuser].

51 Groag, Achaia, c. 115.

52 Ritterling, RE, XII, c. 143.

53 Année inconnue d’après Garzetti. Mais Degrassi, p. 29, la situe en 97 ou 98 d’après Groag, dans RE ; Syme, Tacitus, p. 641, penche pour 97, sans exclure 93.

54 Garzetti, p. 88.

55 AE, 1923,33 ; Garzetti, p. 90.

56 CIL II, 4508 ; ibid., VI, 32445. Cf. Habel, Pontif., p. 20, n. 41.

57 Degrassi, p. 31.

58 Id., p. 32 ; II, XIII, l,p. 177, 195, 199, 225, 227.

59 Plin., Ep., III, 9, 3 ; Lully, p. 64, n. 1240.

60 Degrassi, p. 25 ; Plin., Ep., II, 11, 12.

61 Pallu de Lessert, p. 169, 171 ; B. Thomasson, II, p. 54-55.

62 Lully, p. 166, n. 1258.

63 CIL II, 4509 = 6145 = ILS, 1029 ; CIL VI, 31739 ; VIII, 2478 = 17969 ; 2479 = 17971 ; 4676 = 28073 = ILS, 5958 a = ILAlg., 2828 ; CRAI, 1923, p. 72 = AE, 1923,26 = ILT, 1653.

64 Vers 98. Levison, p. 107, n. 683.

65 Ritterling, Pannon. prov., p. 17 et s.

66 CIL VIII, 22348,22349 ; AE, 1923, 26 ; B. Thomasson, II, p. 163 ; Liebenam, Legaten, p. 306, n. 8.

67 Voir n. 45.

68 CIL II, 4509 = 6145 ; VIII, 22785.

69 Pallu de Lessert, p. 175-181 ; B. Thomasson, II, p. 62.

70 Howe, F. Sac., VIII, 31.

71 Lully, p. 91, n. 839, suivi par Garzetti, en fait par erreur un Sicilien. Sur la présence des Pedanii à Barcino, voir Syme, Tacitus, p. 785 et 794.

72 PIR 1 , III, p. 20, n. 145 ; De Laet, 1074.

73 Ibid., III, p. 20, n. 144.

74 Plin., Ep., VI, 26, 1 ; Heiter, p. 60.

75 Syme, Tacitus, p. 794 ; Degrassi, p. 25, entre 82/85.

76 ILS, 8822 et monnaies ; Waddington, p. 168, n. 111, et suppl., p. 287 et s. ; Mionnet, IV, p. 157, n. 898 ; Borghesi, II, p. 210 ; Chapot, p. 315 ; Heberdey, p. 232.

77 Plin., Ep. ad Tr., 83, 3 ; 87.

78 CIL XVI, 46 = ILS, 9054 ; F. fer. Lat., CIL VI, 2018 = XIV, 2243 = I2, p. 59 (datation fausse) =//, XIII, I, p. 145, 153, 158 ; Degrassi, p. 30.

79 Plin., Ep„ IX, 16,25.

80 CIL VII, 164 ; Atkinson, p. 65.

81 TAM, II, 905, IV B.

82 Plin., Ep., IX, 25, 1.

83 Id., Pan., 9,2.

84 Eutrop., VIII, 2.

85 Joseph., BJ, III, 7,31 ; III, 9, 9 ; 10, 3 ; IV, 9, 1 ; Ritterling, dans RE, XII, c. 1675.

86 Voir communication de M. Durry, p. 47 ; Syme, JRS, 1953, p. 154 ; Degrassi, p. 19, en 68/69.

87 ILS, 8970 ; Durry, Plin. Pan., p. 233.

88 Ibid., 8970 ; Syria, XIII, 1932, p. 276 ; AE, 1933, 205. Milliaire de Vespasien que l’on peut dater entre le 1er janvier et le 1er juillet 75. BCH, LX, p. 199 et s., monnaies ; Harrer, Syria, p. 12 et s. ; Groag, Achaïa,c. 102 et s.

89 Ibid., 8970 ; Plin., Pan., 9,2 ; 14, 1 ; 16, 1 ; 58, 3 ; 89, 3.

90 Ibid., 8797 = Syll., 3, 818 ; ILS, 8970 ; CIG, 3146, 3935 = IGR, IV, 845 ; OGIS, 477, 478 = IGR, IV, 1411, 1412 ; BCH, XII, 1888, p. 281, n. 6 ; Ann. Assoc. Encouragement Et. grecques, 1875, p. 276, n. 4 ; Magie, p. 1582, p. 1441-1442, n. 33 ; Waddington, p. 152, n. 100 ; Chapot, p. 319. En 78 pour Durry.

91 Durry, Plin., Pan., p. 234.

92 Plin., Pan., 89.

93 Strack, I, P.199 et s.

94 Durry, Plin., Pan., p. 233.

95 Plin., Pan., 14,1 ; 15.

96 Levison, p. 104, n. 673.

97 Plin., Pan., 14 ; Mommsen, Ges. Scbr., IV, 450.

98 F. Pot. (Athen., 1948, p. 116-128 = AE, 1949, 23) ; Degrassi, p. 27.

99 Garzetti, p. 89, n. 6 ; Plin., Pan., 9 ; Dio Cass., LXVIII, 3.

100 Plin., Pan., 8,9 ; Dio Cass., LXVIII, 3.

101 CIL II, 2074 (concernant sa mère) ; 2076, 2077 (concernant sa femme).

102 F. Pot. (Athen., 1948, p. 116-120 =AE, 1949, 23) ; Degrassi, p. 27.

103 CIL VI, 2068.

104 F. Ost. (II, XIII, 1, p. 178, 201, 230). Par erreur, dans notre Culte impérial, p. 464, nous avons fait de Calestrius Tiro un Espagnol : il est plus vraisemblable qu’il est originaire du Picenum. Voir PIR2, II, p. 44, n. 222.

105 Weichert, WZ, 22, 1903, p. 148, n. 6.

106 Brassloff, Oest. Jahrh., VIII, p. 67.

107 CIL VI, 2016 ; XIV, 2242 ; I 2, p. 59 ; Degrassi, p. 32.

108 Degrassi, p. 35.

109 Id., p.35.

110 ILS, 2931 = CIL II, 4110.

111 PIR2, I, p. 90, n. 534.

112 La PIR2 le croit.

113 PIR2, I, p. 118, n. 695.

114 Ibid., p. 119, n. 696.

115 SHA, Marc., I, 1.

116 Degrassi, p. 37 ; AE, 1926, 151, d’après JHS, 44,158.

117 PIR2, I, p. 118, n. 695.

118 Ibid., p. 113, n. 667.

119 SHA, Marc., I, 1.

120 Id., ibid., IV, 2.

121 PIR2, I, p. 119, n. 697.

122 Ibid., II, p. 296, n. 1241.

123 Oest. Jahrh., 1935, p. 195 ; Degrassi, p. 33.

124 CIL II, 1929.

125 Degrassi, p. 34 ; Groag dans la PIR2

126 CIL II, 1929 ; Phil. Woch., LIII, 1933, 1382 ; Magie, II, p. 1591.

127 Son gentilice serait Aemilius d’après Degrassi, p. 146, Messius d’après Groag, dans la PIR2

128 Sa présence dans le Sénat de Trajan est possible.

129 Lambrechts ne le fait pas figurer dans le Sénat d’Hadrien, ce qui serait absurde s’il avait fait partie du Sénat de Trajan et ce qui, de toute façon, est infirmé par la date de son consulat, probablement antérieur à 138.

130 La tribu du personnage, Galeria, est fréquemment représentée en Bétique.

131 CIL II, 1282 et 1283. Voir aussi ibid., 1371.

132 Ibid., 1282, donne par erreur VII Aug., qu’il faut rétablir III Aug. d’après ibid., 1371.

133 Mommsen, St. Rom., II3, 559, 1012.

134 Degrassi, p. 39.

135 NSA, 1933, p. 433 =AE, 1934,146. Cf. CIL II, 1283.

136 Huttl, p. 83-84, localise ce gouvernement de 141 à 147, comme Jagenteufel, n. 18, p. 60-61.

137 CIL VI, 2079 = 32379 ; 2086 = 32378.

138 Marc Aurel., Pensées, IV, 50.

139 Plin., Ep., II, 13,4.

140 CIL II. 3865 a.

141 Ibid., 3865.

142 Plin., Ep. ad. Tr., 4.

143 Degrassi, p. 33, d’après les Fastes d’Ostie.

144 Id., p. 34 ; CIL XVI, 61.

145 CIL VI, 1240.

146 Ibid., IX, 948.

147 Oest. Jahrh., 1935, p. 197 et s.

148 Degrassi, p. 33, d’après les Fastes d’Ostie.

149 Plin., Ep., VI, 26,1 ; Heiter, p. 60.

150 PIR 1 , III, p. 19, n. 143.

151 Degrassi, p. 35 ; CIL VI, 2078.

152 Dio Cass., LXIX, 17, 1 ; cf. 2, 6.

153 CIL V, 877 = ILS, 1052 ; Syme, Tacitus, p. 785.

154 Kalopothakes, Leg. Thrace, p. 49, n. 41.

155 Degrassi, p. 35 ; CIL VI, 2078 = 32374.

156 Ritterling, Fasti, 65.

157 CIL VII, 1195.

158 AE, 1930, 35.

159 Dio Cass., LXIX, 1, 2 : son compatriote.

160 Stein, Ritterstand, 162.

161 SHA, Hadr., IX, 3, 6.

162 Stein, Ritterstand, 248.

163 Dig., XXXVII, 9, 8.

164 CIL II, 4202.

165 Borghesi, III, 386.

166 IGR, III, 991.

167 CIL VI, 10241 = ILS, 7912. Cf. Dig., XXIX, 5, 14 ; Degrassi, p. 116.

168 Dessau, Eph. Ep., III, p. 229.

169 PIR2, II, p. 296, n. 1239.

170 CIL VI, 1383 = ILS, 1063.

171 Degrassi, p. 39.

172 CIL III, 2295 ; VI, 31145 ; IX, 5839 = ILS. 2084.

173 Iagenteufel, n. 17.

174 Degrassi, p. 39 ; CIL XVI, 79, 80.

175 CIL II, 4509 = 6145.

176 Ibid., 4510, et ILS, 1061.

177 Voir note précédente.

178 Dittenberger, Syll., II, 3, 840.

179 Huttl, p. 117 et s.

180 Id., p. 117 et s. ; Thomasson, II, p. 72-73.

181 CIL II, 2075.

182 Kubitschek, p. 175.

183 CIL III, 1446 ; Stein, Dazien, p. 21 ; CIL XI, p. 178.

184 Degrassi, p. 38.

185 CIL VIII, 1117 ; Huttl, p. 66.

186 Autant Trajan le père a fait parler de lui, autant Hadrianus Afer, père d’Hadrien et cousin de Trajan l’empereur, ancien préteur et donc sénateur, n’a éveillé aucun écho : restons à notre tour aussi discret que l’histoire, d’autant qu’il est mort en 86, alors que le futur empereur Hadrien avait dix ans ; lui-même décéda à 40 ans (PIR2, I, p. 31, n. 185 ; Syme, Tacitus, p. 603 et 792).

187 CIL VI, 10229, lignes 6 et 110.

188 Syme, Tacitus, p. 793.

189 Voir R. Étienne, Culte impérial, p. 466-467, moins T. Calestrius Tiro.

190 Syme, JRS, 1953, p. 149, note combien le fait est remarquable.

191 Dio Cass., LXVIII, 1,2-3.

192 Id., ibid., 3, 3-4.

193 Syme, Tacitus, p. 598 et s.

194 PIR2, A 765. Il mourut en 93 ou 94 en Cappadoce.

195 Aurel. Victor, Ep., 13, 6 : Surae cuius studio imperium arripuerat.

196 SHA, Hadr., II, 56.

197 Plin., Ep., VIII, 23,5.

198 AE, 1923, 33.

199 SHA, Hadr., III, 1.

200 CIL VI, 1444 = ILS, 1022.

201 Dio Cass., LXVIII, 9, 2.

202 SHA, Hadr., III, 36.

203 Plin., Ep., III, 17.

204 Syme, Tacitus, p. 650.

205 Id., ibid., p. 600.

206 Dio Cass., LXVIII, 15, 16.

207 CIL VI, 1444 = ILS, 1022 ; Dio Cass., ibid.

208 H.-G. Pflaum découvre son identité dans un prochain article.

209 Dio Cass., LXIX, 1.

210 Syme, Tacitus, p. 600.

211 CIL II, 6145 = ILS, 1029.

212 M. Durry, Cohortes, n. 164 et n. 8 ; SHA, Hadr., IX, 4.

213 SHA, Hadr., VIII, 11.

214 J. Cacopino, L’hérédité dynastique chez les Antonins, dans REA, LI, 1949, p. 262-321.

215 SHA, Hadr., XXIII, 2 ; Dio Cass., LXIX, 17, 3.

216 Ou le fit exécuter : les traditions divergent. Dio Cass., LXIX, 2, 6 ; 17, 1 ; SHA, Hadr., XV 8 ; XXIII 5 ; XXV, 8

217 Dio Cass., LXIX, 2, 6 ; 17, 1 ; SHA, Hadr., XXIII, 3.

218 SHA, Hadr., XXIII, 4 ; XV, 3.

219 Id., ibid., XV, 3.

220 M. G. Jarrett, The African Contribution to the Imperial Equestrian Service, dans Historia, XII, 1963, p. 209-226, p. 220.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Lieux d’origine des sénateurs espagnols.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search