Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

1ère partie. Religion

Conimbriga et le culte impérial

Note de l’éditeur

Extrait de Perspectivas sobre Conimbriga, Conimbriga, 2004, p. 35-46.

Texte intégral

À la mémoire de João Manuel Bairrão Oleiro

1J’ai découvert Conimbriga en décembre 1962 sous la conduite de João Manuel Bairrão Oleiro, directeur du tout nouveau Musée Monographique, où officiait déjà la chère Adília Alarcão ; vous me permettrez d’avoir une pensée pour celui qui fut à mes côtés le premier co-directeur des fouilles. J’ai été impressionné et séduit par le site, par les monuments déjà mis au jour et une force intérieure irrésistible m’a poussé à offrir la collaboration française pour qu’ensemble une équipe portugaise et une équipe française puissent travailler : vous comprendrez mon émotion aujourd’hui de parler devant vous, à la si aimable invitation du Directeur Vergílio H. Correia, dans un Musée rénové et sur un site qui a révélé tant de richesses archéologiques.

2L’on peut dire que Conimbriga est un des sites majeurs du Portugal romain, tant pour la problématique nourrie de fouilles conduites avec rigueur par J. Alarcão et moi-même, que par le matériel soigneusement classifié par l’équipe du Musée Monographique ; surtout notre fierté est d’avoir publié intégralement nos travaux en sept volumes, réunissant plus de 2000 pages et 500 illustrations, plans et dessins, monument impressionnant qui sert aujourd’hui de référence et qui peut être soumis à la critique.

3Je voudrais aujourd’hui, dans cette conférence, vous entretenir d’un sujet capital pour la petite cité lusitanienne : celui des rapports entre le culte impérial – c’est-à-dire le culte rendu aux empereurs considérés comme dieux, en tout cas au-dessus de la condition humaine – et l’architecture, car à ce dieu il faut une maison, c’est-à-dire un temple. L’on comprend pourquoi le même mot – aedes – désigne en latin temple et maison. C’est dire que seul le secteur central va nous occuper, un tiers de la surface que nous avons fouillée, soit le cœur de la ville où l’on sent battre toutes les pulsations de l’histoire religieuse et culturelle de Conimbriga.

I. Conimbriga celtique et le culte du chef

4Où sommes-nous à Conimbriga ? Le nom même de la ville – le toponyme – n’ouvret-il pas une première voie à son identité ?

5Briga est issu d’une racine désignant un sommet, solidement attestée dans les Alpes. Cet oronyme se rencontre sur une aire européenne très vaste, incontestablement celtique et nul doute que dans la Péninsule Ibérique, comme en Gaule, il a été véhiculé par les peuples celtiques qui ont déferlé sur le territoire ibérique dès le début du premier millénaire jusqu’au iiie siècle avant Jésus-Christ.

6Quelle chronologie proposer ? Elle ne peut être éclairée que par l’analyse du radical Conim de Conimbriga : les géographes de langue grecque les appellent Kunesioi, Kunetes, Konioi, Kouneoi, et ceux de langue latine Conii et Cunei.

7Dans la première moitié du premier millénaire, le Périple massaliote, qui rapporte le voyage d’un navigateur marseillais, daté de 570 avant Jésus-Christ, les identifie sous le nom de Kynètes ; ils sont installés au sud du Sado et l’Anas (= Guadiana) les isolait des Tartessiens occupant l’Andalousie. Les Conii seraient le “peuple du chien” à l’image des Beribraces, le “peuple du castor”, en Espagne et dans les Pyrénées orientales françaises, à l’image aussi des Dragani-Sefes, “le peuple du serpent”.

8Ainsi les Conii appartiendraient à la première vague celtique des peuples des Champs d’Urnes, dont la masse la plus nombreuse franchit la chaîne pyrénéenne et se répandit dans l’ouest de la Péninsule, où elle fonda Conimbriga.

9À côté de cette interprétation indo-européenne de Conimbriga, il existe une seconde voie d’explication, celle du substrat méditerranéen et plus précisément ibérique, en rapprochant Conimbriga de Conistorgis dont l’emplacement reste encore inconnu. Tout compte fait, la forme Coniumbriga et non plus Conimbriga invite à faire de la ville un oppidum, un site perché, occupé par la tribu celtique des Conii, ayant migré vers 500 avant notre ère.

10Or, aux incertitudes linguistiques, l’archéologie a apporté mieux que des vraisemblances ; des jalons chronologiques sûrs permettent de reconstituer l’histoire de l’agglomération indigène à partir du ixe siècle avant Jésus-Christ. S’y sont installées des populations celtes porteuses de fibules hallstattiennes. Sans rupture apparente chronologique leur succèdent quelques siècles plus tard les témoins des civilisations de La Tène I et de La Tène III : ce n’est donc pas une nouvelle vague celtique venue du nord qui les a introduits. Il faut y voir au contraire une pénétration normale d’objets fabriqués par des populations qui s’installent dans la région et qui créent vers 500 les oppida au sud du Vouga, sous la poussée de migrations celtiques venues du sud en même temps que les Turduli Veteres.

11Ce sont les Romains qui ont baptisé Conimbriga au moment de l’expédition de Decimus Brutus en 138, qui remonte d’Olisipo (Lisbonne) vers le nord ; la pacification menée par Jules César en 61 a fortifié l’implantation de notre bourgade et lui a donné l’éclat d’un oppidum de La Tène III. Il n’en est pas moins vrai que son passé celtique remonte à des siècles antérieurs et appartient à la première vague proto-celtique qui a su reconnaître les mérites de cette éminence pierreuse. Dès le viie siècle, on rencontre à Conimbriga les témoins nombreux des échanges méditerranéens qui se sont poursuivis à La Tène. L’influence méditerranéenne explique l’ordonnancement régulier de l’habitat, au moins dans sa phase finale.

12Les structures gentilices, décelables en pleine période romaine, renforcent encore le “celtisme” de Conimbriga.

13Ainsi, la communauté des Dovilonici porte un nom typiquement celtique qui doit être rattaché à la racine Dovit, Dovib, Dovi... qui a donné de nombreux noms composés concentrés dans la Lusitanie moyenne et la zone asturo-galicienne, comme le surnom Dovib et même le gentilice – nom de famille – des Dovilonicum.

Fig. 3. Dédicace aux Lares Lubanci.

14Un clan, faisant partie de la communauté de lignage des Dovilonici, honore des Lares Lubanci, leur nom rappelle la racine de l’anthroponyme Lubaeus. Les individus se réclamant de ce clan portent des surnoms indigènes : Albuius apparaît à Mérida, à Norba, Camalus existe une seconde fois à Conimbriga : il est caractéristique de la zone luso-galicienne, dont l’origine celtique est indéniable. Une pyramide sociale se dessine de la gens des Lubanci à la communauté de lignage des Dovilonici qui se fond dans le peuple des Conii (fig. 1).

15Autre lignage, celui des Pintones qui résident dans le village du vicus Baedorus : l’origine indo-européenne de ce nom ne fait pas de doute ; signifiant le cinquième, les Pintones auraient constitué le cinquième rameau des Conii, prouvant ainsi la nature fédérale de ces derniers.

16Les familles celtiques vivent dans des cases datant de La Tène et que les Romains ont partiellement conservées au pied du forum, à l’époque augustéenne. Ces cases se singularisent par un urbanisme régulier, ordonné par des rues se croisant, non pas à angle droit : elles délimitent des cases trapézoïdales qui nous éloignent des cases circulaires des castros du Minho et de la Galice.

17Chaque case abrite une famille et le regroupement des cases un clan, mais de liens purement familiaux et personnels on est passé à des liens territoriaux : l’oppidum celtique est un centre politique, économique et surtout religieux. Les divinités celtiques y sont honorées : par exemple, un Mars celtique – Neton – qui survivra sous la domination romaine et le chef politique du clan, à plus forte raison du populus, est exalté et permet d’expliquer la popularité du chef militaire lusitanien Viriathe, chef élu et appuyé par une foule de clients. Les Lusitaniens habitent désormais une terre pacifiée par le premier empereur Auguste, qui installe sur les terres de l’Ibérie la paix auguste, la pax augusta, en même temps que naît avec lui le culte impérial.

18Les peuples ibères ont pratiqué la devotio iberica, qui vise à sauver le chef en danger de mort ; cette dévotion exalte le lien d’homme à homme, fondement des relations sociales ; elle est aussi le symbole de la soumission au pouvoir surnaturel du chef, elle appartient donc au monde religieux. Cette devotio iberica entre dans la mentalité occidentale puisqu’un tribun du peuple, Ampudius, séduit par elle, se dévoua à Rome, en plein Sénat, le 17 janvier 27 avant Jésus-Christ, à Auguste à la “mode des Ibères” et força les présents à en faire de même. Ainsi l’adhésion de l’Occident au premier empereur marque la fondation du culte impérial : il est important et singulier de rencontrer dans cet acte de naissance la présence de la mentalité ibéro-celte.

19Alors s’impose un modèle de culte qui va assurer la cohésion du monde romain, occidental et oriental, et toutes les communautés civiques élisent des prêtres municipaux qui vont promouvoir la puissance divine que l’on reconnaît à la personne de l’empereur. Ainsi, l’organisation religieuse sublime la fonction politique.

II. Architecture et culte impérial à l’époque augustéenne : la première révolution

Fig. 2. Plan poché du secteur monumental augustéen, avec au nord la survivance de l’habitat de l’âge du Fer (= Planche IV des Fouilles de Conimbriga, I**).

20Pendant longtemps, trop longtemps sans doute, l’histoire du culte impérial n’a été écrite en province que grâce à l’épigraphie, grâce aux inscriptions qui permettaient de dresser la liste des prêtres municipaux, prêtres de conventus et prêtres provinciaux et de connaître le personnel religieux, reflet des élites civiques.

21Mais les débuts du culte impérial ne sont pas faciles à dater, tant les inscriptions augustéennes sont rares. En Lusitanie, c’est Tibère, le second empereur qui a succédé à Auguste, qui est le créateur du culte provincial ; en Bétique, province sénatoriale, il faut attendre la dynastie flavienne, Vespasien (69-79 ap. J.-C.), pour le voir instaurer, tandis que la Tarraconaise, province impériale comme la Lusitanie, doit à Tibère son installation.

22Chronologiquement, le culte municipal intervient le premier en Hispanie comme dans le reste de l’empire romain. C’est en effet dans le cadre de la cité que se sont manifestés les premiers signes du nouvel attachement à l’empereur : Tarragone dès 26 avant Jésus-Christ donne un exemple qui sera suivi dans de très nombreux centres de la Péninsule ; c’est ici qu’intervient l’exemple de Conimbriga augustéen. Certes, nous ne disposons des mentions de prêtres municipaux en Lusitanie qu’à partir de Tibère, mais c’est la chance qui nous a souri pendant nos fouilles, le forum augustéen permet de mesurer la place du culte impérial dans l’installation de l’oppidum lusitano-romain de Conimbriga.

23Même s’il y a cohabitation-coexistence entre le quartier de l’âge du Fer et le centre monumental de la ville augustéenne, ce modelage du forum donne au culte impérial sa place éminente et illustre la première révolution architecturale (fig. 2).

24L’urbaniste, chargé d’implanter la nouvelle cité augustéenne, a choisi pour le site du forum une remontée du tuf primitif qui permettait de dominer le quartier de l’âge du Fer et qui lui imposait un moyen de communication entre deux niveaux différents, en aménageant un cryptoportique.

25Le premier forum installé à Conimbriga répond à la triple fonction classique des forums, c’est-à-dire religieuse, politique et commerçante. La fonction religieuse est assumée au nord par le temple du culte impérial et son cryptoportique. La fonction politique apparaît avec la présence à l’est d’une basilique et d’une curie, construites sans doute un peu plus tard, sous Claude, dont il nous reste une statue monumentale fragmentaire, et la fonction commerçante à l’ouest appartient à la série des boutiques sans doute précédées d’un portique.

26Pour construire le temple majeur d’une cité sur le point le plus élevé de la ville – ce qui obéit à une prescription de Vitruve, architecte augustéen – l’architecte de Conimbriga devait créer une terrasse artificielle et prévoir un passage pour assurer la communication entre la nouvelle place et le vieux quartier de l’âge du Fer, auquel répond le cryptoportique, coiffé d’un portique de façade.

27Le cryptoportique augustéen est constitué d’un long corridor de direction est-ouest, long de 34,40 mètres et large de 7,98 mètres, sur lequel s’ouvre au nord une crypte de direction nord-sud, de 10,50 mètres de long sur 8,30 mètres de large. Un escalier d’une dizaine de marches permettait d’accéder au cryptoportique depuis la partie septentrionale du forum et de rattraper une dénivellation de 2,36 mètres.

Fig. 3. Tête d’Auguste.

28L’axe médian du cryptoportique est rythmé par une rangée de piliers quadrangulaires, tandis que la couverture de la crypte est soutenue par deux rangées de trois piliers. Entre le mur septentrional et ces piliers, se dresse un énorme massif de maçonnerie (1,75 X 2,50 m) soutenant vraisemblablement la statue colossale du temple, statue à laquelle appartient sans aucun doute la tête de l’Auguste, rencontrée dans la couche de démolition du cryptoportique flavien.

29Le visage est charnu et fortement charpenté, les pommettes marquées, le modelé accusé, les maxillaires saillant nettement (fig. 3). La tête est légèrement inclinée vers la droite, le cou est traité en puissance. La coiffure est faite de larges mèches en accroche-coeur, beaucoup plus soignées sur le devant que sur le haut du crâne. Il faut dans cette tête, sans aucun doute, reconnaître le premier empereur, Auguste, représenté après sa mort et rassemblant les dévots autour de l’image du Divus Augustus, l’empereur divinisé qui, fondateur de la dynastie julio-claudienne, étend à jamais sa protection sur l’oppidum lusitanien.

30La statue du culte, colossale, s’insérait dans un temple ayant quatre colonnes en façade, s’élevant à environ 11,20 mètres de hauteur en fonction des dimensions de la base, du fût et du chapiteau de la colonne : le temple garde ainsi sa prééminence.

31Le plan ainsi dessiné à Conimbriga rappelle immanquablement le dessin de la basilique vitruvienne de Fano (Italie), donc contemporain de notre forum ; à Fano, dans une basilique à deux nefs s’ouvrent une crypte et une cella. Mais à Conimbriga nous n’irons pas transformer le portique de façade du temple augustéen en basilique ! Il est remarquable de retrouver le plan augustéen à Sabratha, en Tripolitaine, à Rosellae, Lucus Feroniae, Ordona, Sepino et Iuvanum en Italie. On pourrait continuer les comparaisons avec les basiliques de Glanum, en Gaule, et de Grand, dans la Belgique actuelle.

32Ainsi le temple du culte impérial qui ferme scénographiquement le forum au nord dispose de la place du forum comme d’une aire sacrée (temenos) où se pressent les dévots. Malgré les fonctions profanes de la basilique, de la curie et des boutiques, le temple sacralise tout cet espace ; il est situé justement sur l’axe sacralisant et accueille les processions du culte impérial. Il est important de donner à Conimbriga cette dignité qui intègre ses habitants dans une culture nouvelle, impériale, qui sublime sans doute les habitudes ancestrales celtiques. Cette culture donne à l’Empereur, unique pour le monde habité, toute sa puissance unificatrice, tant en Occident qu’en Orient, et présente un modèle architectural qui se répand alors dans la Péninsule Ibérique : à partir de notre fouille, on y a découvert de nouveaux complexes monumentaux du culte impérial et ce sera encore plus vrai après la révolution flavienne.

III. Architecture et culte impérial à l’époque flavienne : la seconde révolution

33Conimbriga devait nous réserver une nouvelle surprise et une grande joie. Profitant de la décision de l’empereur Vespasien qui accorde le droit latin mineur aux habitants de la Péninsule Ibérique, l’oppidum celtique luso-romain devient, sinon un municipe de plein droit, du moins une communauté de citoyens romains. La tribu Quirina fut désormais celle des citoyens romanisés de Flavia Conimbriga, au Génie de laquelle on rend un culte (fig. 4). La transformation juridique, ici comme ailleurs, s’accompagna d’un remodelage urbain qui légitime l’appellation de révolution flavienne ; le centre monumental du forum témoigne de ce renouveau architectural qui va faire tomber dans l’oubli les débuts d’une coexistence pacifique. Réellement Conimbriga va présenter une image plus pure de Rome et va vivre dans un cadre architectural plus imposant et plus digne de ses nouvelles destinées.

Fig. 4. Autel dédié à Flavia Conimbriga et à ses lares.

34La première évidence de la révolution architecturale tient à la construction de la première enceinte de la ville. Certes, les recherches sur cette enceinte ont entraîné polémiques et conclusions divergentes : enceinte augustéenne ? muraille claudienne ? Tout compte fait, V. H. Correia nous a donné assez d’arguments numismatiques et archéologiques pour la dater de l’époque flavienne, ce qui est la seule solution acceptable tant du point de vue juridique que du point de vue de la cohérence de cette révolution.

1. La révolution flavienne et ses lignes maîtresses

35L’architecte flavien de Conimbriga fait table rase du passé : il détruit l’habitat de l’âge du Fer, le temple et le cryptoportique augustéens, les boutiques, la basilique et la curie ; il épargne seulement les fondations des anciens monuments quand elles lui servent à l’implantation de son nouveau parti architectural. Il ennoie l’escalier occidental dans un remblai uniforme qu’il arrête au niveau de la cour dallée et fait disparaître l’escalier, montant à l’est, au niveau du portique de façade du temple augustéen. Il décide d’isoler l’ensemble monumental par un réseau de rues, installées aux quatre points cardinaux pour faciliter la circulation et le drainage, et pour mettre en valeur le quartier officiel (fig. 5).

Fig. 5. Plan poché du secteur monumental flavien (= Planche V des Fouilles de Conimbriga, I**).

36Il vise surtout à dessiner un ensemble cohérent, inscrit dans des formes géométriques simples, s’animant autour d’un seul axe de symétrie. Il fait ainsi disparaître l’excroissance disgracieuse de la crypte augustéenne et l’axe de symétrie nord-sud passe désormais par le milieu du mur oriental de la crypte augustéenne.

37Dans le sens est-ouest, le mur nord du forum fournit une ligne maîtresse : il doit séparer deux espaces, celui du temple et celui de la place. Désormais, libéré de toute contrainte, l’architecte décide de balancer le portique entourant le temple, installé au-dessus d’un cryptoportique, par un portique encadrant la place, au-delà d’un promenoir découvert ; ainsi, deux surfaces en Π sur le forum répondaient à celles du cryptoportique et du portique entourant le temple.

38Dans son projet, l’architecte fait régner l’harmonie des proportions, l’intelligence des rapports dimensionnels en appliquant un module architectural simple, de 10 pieds, soit 2,98 mètres, et en faisant triompher des rapports mathématiques simples, à partir du triangle de Pythagore (la somme des carrés des petits côtés égale le carré de l’hypoténuse) et des nombres 3, 4 et 5. Pour les dimensions au sol du forum, le précepte vitruvien (la largeur égale aux deux tiers de la longueur) a été respecté à la lettre (fig. 6).

39Le jeu entre espaces couverts et espaces libres est subtil ; le portique sert d’écrin à la demeure de la divinité impériale. Les rapports numériques servent la perspective et le regard des promeneurs et des dévots est nécessairement tourné vers la cella du temple et sa statue colossale.

40À comparer l’emprise au sol des constructions augustéennes et celle des édifices flaviens autant que leurs volumes, éclatent en pleine lumière les partis des deux architectes. Il y a bien révolution puisque l’urbaniste flavien a conçu un centre monumental plus grand et plus beau, donnant au culte impérial un espace grandiose, à la mode hellénistique, fermé sur lui-même ; le temple entouré de ses portiques doubles domine une place de forum encadrée d’un promenoir à ciel ouvert et d’un portique, c’est-à-dire transforme l’ancienne place augustéenne en espace sacré supplémentaire pour le temple. Le sacré a tout envahi, ce qui mesure la gratitude de la nouvelle cité de Flavia Conimbriga à l’égard de l’empereur flavien.

Fig. 6. Recherche du module architectural du secteur monumental flavien en élévation (= Planche XVIII des Fouilles de Conimbriga, I**).

2. Un complexe monumental plus grand

41Le temple flavien se dresse au milieu d’une esplanade encadrée sur trois côtés (est, nord et ouest) de portiques. Sur cette esplanade de forme carrée – chaque côté mesurant 30 mètres, soit 10 modules – le temple atteint avec l’escalier 22,50 mètres de long et respecte une fois encore la proportion vitruvienne, en ayant une largeur de 11,80 mètres, soit la moitié de la longueur.

42Le podium du temple mesure 11 mètres de long (sens nord-sud) et 11,80 mètres de large. Le pronaos a 4,50 mètres de profondeur sur 7,50 mètres d’est en ouest et la cella 8,70 mètres du nord au sud sur 7,50 mètres de largeur. Un escalier central, aussi large que le temple, s’appuie sur deux massifs latéraux et assure la liaison avec une terrasse intermédiaire entre le niveau du forum et le niveau du temple.

43Pour calculer l’élévation du temple, nous disposons de l’étude du module architectural : la hauteur du stylobate, y compris les moulures, atteint 4,48 mètres (15 pieds). Pour un temple du culte municipal, une façade comportant quatre colonnes paraît normale, leur entre axe mesurant un module et chaque colonne s’élançant à 7,33 mètres. La hauteur du temple, depuis le sol du pronaos jusqu’au bord de la toiture, représente 13,32 mètres (soit 10,77 m, plus la flèche du fronton), soit 45 pieds (quatre modules et demi) et, depuis le sol du portique du forum, on obtient 17,56 mètres, soit six modules, et pour le dévot se tenant sur le forum, son faîte s’élance à 18,50 mètres ; nous sommes bien plus haut que les 11,20 mètres du temple augustéen, qui ne représente plus que 60 % de cette hauteur.

44Le pronaos comporte deux colonnes sur les longs côtés et ensuite cinq colonnes engagées rythment de chaque côté les murs de la cella.

45Le temple du culte impérial se dresse ainsi sur le point le plus haut de la ville et sa majesté exalte la divinité impériale. À la différence du temple augustéen, qui pourtant remplissait la même fonction, le temple flavien occupe le centre d’une aire sacrée (le temenos) qu’il domine et qui est elle-même limitée par un portique en Π reposant sur un cryptoportique de même dessin. Ce faisant, l’architecte flavien appliquait une exigence fondamentale de l’art, comme l’a souligné Vitruve, la scénographie : toutes les façades et les côtés convergent vers un seul point du compas.

46Le cryptoportique mesure 46,70/47,30 mètres (sens est-ouest, contreforts non compris) et 41,25 mètres du nord au sud, ce qui donne une forme carrée à l’esplanade interne entourant le temple. Il est constitué de trois ailes disposées en Π de même largeur et composition : largeur interne : 7 mètres ; les ailes sont rythmées par une rangée de piliers situés dans leur axe, au total vingt-six piliers (= 8 x 3, plus deux piliers d’angle). Au milieu de chaque aile, se dessine une exèdre. Des lucernaires, alignés au-dessus du sol de l’esplanade, devaient aider à augmenter la lumière et à faciliter la circulation interne ; on pénétrait dans ce cryptoportique par deux entrées étroites méridionales, à l’est et à l’ouest. La couverture de ce cryptoportique était horizontale, même si nous divergeons avec certains architectes sur les détails de cette couverture.

47Un portique en forme de Π encadrait harmonieusement et de façon très classique le temple flavien. La toiture à double pente, couverte de tuiles, était soutenue sans doute par une double colonnade ; un chancel – balustrade – courait entre les dés qui portaient les colonnes de façade ; à un niveau inférieur de 3,87 mètres par rapport au sommet du fronton du temple, la toiture du portique enserrait dans ses lignes horizontales la Maison des Empereurs divinisés qui touchait au ciel par sa verticalité.

48Pas plus utilisé pour une circulation nécessaire, comme c’était le cas du cryptoportique augustéen, que conçu comme horrea, un tel cryptoportique, et le portique qui le coiffe, enferme dans l’écrin des colonnades en Π l’édifice sacré prestigieux qui dominait un forum agrandi et embelli. Le temple disposait d’un temenos, d’une aire sacrée, tout comme le firent les premiers architectes césariens à Alexandrie d’Égypte, Antioche en Asie Mineure, Cyrène en Libye et Rome. Quel prestige pour la cité flavienne que de s’insérer dans une telle tradition, continuée par les architectes augustéens à Aoste (Italie), Arles, Glanum (Gaule), à Bénévent, Pise, Este, Buccino, Castiglione in Teverina (Italie) ; plus tard ce modèle sera repris à Brescia (Italie), Reims (Gaule), Augst (Suisse), Bavai, Trèves (Belgique romaine). Il s’agit bien d’une création architecturale destinée à exalter la divinité impériale. Le temple devait présider aux destinées de la jeune cité flavienne.

49En conservant le même emplacement et les mêmes dimensions pour la place centrale, l’architecte a procédé tout autour du forum proprement dit à des changements radicaux ; les monuments qui auparavant attestaient ses fonctions politique, judiciaire et économique disparaissaient ; seuls trois portiques en II balancent les trois portiques du temenos.

50La place centrale mesure toujours 23,60 mètres d’est en ouest et 36,80 mètres du nord au sud ; elle est dallée et le niveau du dallage s’est poursuivi jusqu’aux invasions des Suèves et à la destruction de la cité. En pente du sud vers le nord, il permet l’écoulement des eaux de pluie vers une canalisation située au pied du mur nord et divisée en deux branches. La place était peuplée de bases honorifiques rectangulaires : neuf à l’est, cinq ou six au sud, neuf à l’ouest : vingt-trois ou vingt-quatre au total. Par exemple, l’une d’entre elles pouvait avoir recueilli la dédicace à Turranius Rufus. Ainsi le forum flavien de Conimbriga, comme les autres forums du monde romain, est le conservatoire des gloires présentes et surtout passées : il s’est naturellement élargi sur trois côtés par un double espace, puisqu’en avant d’un portique court un promenoir découvert. Le portique en Π, qui a réutilisé les fondations solides des constructions augustéennes, a une profondeur intérieure qui varie de 5,70 mètres à l’ouest à 4,80 mètres à l’est. Le rythme architectural exige huit colonnes au sud, douze à l’est et à l’ouest, soit un total de trente colonnes. Grâce aux vestiges subsistants, nous savons que la hauteur totale du portique atteignait 9,35 mètres, et le faîte du toit de ce portique passe alors au-dessous de la corniche du portique du temple.

51Ainsi en retrait par rapport au portique supérieur, cette colonnade du forum ferme la place avec discrétion pour dégager la vision du secteur sacré ; des pilastres animent murs intérieurs et murs extérieurs des portiques. Une double toiture s’impose pour les portiques ouest et est, un toit à un seul versant au contraire couvre le portique méridional plus étroit.

52Pour assurer la liaison entre la place du forum proprement dit et le secteur sacré, deux escaliers latéraux rattrapaient la dénivellation de 1,48 mètre et accueillaient, lors des processions du culte impérial, deux cortèges qui alors abordaient de concert le grand escalier du temple dont les degrés inférieurs incluaient peut-être l’autel, comme au Capitole de Pompéi. Des portiques du forum aux portiques autour de temple, il n’y avait qu’un seul cheminement possible, par l’escalier central, ce qui servait encore mieux la perspective axiale et mettait mieux en valeur le sanctuaire impérial.

3. Un complexe monumental plus beau

53Malgré l’état fragmentaire des éléments du décor, il est évident que l’architecte flavien a souhaité construire un complexe monumental plus beau que le complexe augustéen.

54On est certain que des pilastres corinthiens ornent la cella du temple, le portique du temenos et les portiques du forum ; les linteaux de marbre sont artistiquement moulurés, tout comme les plaques de revêtement. Les marbres de diverses couleurs traitent certaines surfaces comme de la marqueterie, témoignant du goût et de la richesse des notables de Conimbriga.

55Ainsi une nouvelle scénographie a été inventée par l’architecte flavien, une place sacrée dominant l’aire publique du haut de ses 18,50 mètres et cette aire publique est devenue une annexe de la Maison de T Empereur-Dieu ; les diverses toitures s’ordonnaient avec goût et mesure. Il fallait à cet ensemble une entrée majestueuse côté sud, dans l’axe médian de l’ensemble monumental, et une porte face au temple permettait tous les itinéraires sacralisants. Cette porte se présente comme un élégant tétrapyle à quatre baies, comme on en trouve au Forum de la Paix de Vespasien à Rome, à Mactar, à Sbeitla en Tunisie et surtout à Caparra (Espagne). Ce tétrapyle permet d’accéder aux bâtiments situés à l’est et à l’ouest de la porte, bâtiments dont la destination exacte nous échappe.

56En conclusion, comme le prouve la maquette réalisée par le Bureau d’architecture antique du CNRS de Pau (fig. 7), un forum flavien plus grand, plus beau fait oublier le forum augustéen, d’autant que la révolution a surtout consisté dans un changement de nature. Le forum de type tardo-républicain, même s’il faisait une place majeure au temple de culte impérial, est abandonné au profit d’un forum “impérial” où triomphe la seule majesté du souverain, qui sacralise tous les espaces. Héritière d’une tradition qui remonte à Pompée et à César, Conimbriga offre une transformation plus radicale et plus spectaculaire que ses modèles : c’est une singularité dont il faut lui faire gloire.

57On comprend aisément quel bonheur cela a été que de fouiller un site désormais prestigieux, ressuscité par le talent de notre architecte Jean-Claude Golvin, où l’acculturation entre société indigène et société romaine a été accélérée par le culte impérial et l’on saisit quelle joie c’est de venir retrouver ici une source du savoir et son jaillissement toujours si amical.

Fig. 7. Maquette du secteur monumental flavien.

Table des illustrations

Légende Fig. 3. Dédicace aux Lares Lubanci.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 2. Plan poché du secteur monumental augustéen, avec au nord la survivance de l’habitat de l’âge du Fer (= Planche IV des Fouilles de Conimbriga, I**).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 3. Tête d’Auguste.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8231/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 4. Autel dédié à Flavia Conimbriga et à ses lares.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8231/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5. Plan poché du secteur monumental flavien (= Planche V des Fouilles de Conimbriga, I**).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8231/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 6. Recherche du module architectural du secteur monumental flavien en élévation (= Planche XVIII des Fouilles de Conimbriga, I**).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8231/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 7. Maquette du secteur monumental flavien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8231/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search