Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

1ère partie. Religion

Du nouveau sur le culte impérial en Lusitanie

Note de l’éditeur

Texte publié en portugais sous le titre Novidades sobre o culto impérial na Lusitânia, dans Religiões da Lusitânia. Loquuntur saxa, Lisbonne, 2002, p. 97-104.

Texte intégral

I. De j. leite de vasconcellos à duncan fishwick : état de la recherche

1Comment ne pas saluer avec respect l’initiative du Musée National d’Archéologie de Lisbonne qui a tenu à organiser une exposition, accompagnée d’un ouvrage documentaire, pour célébrer le centenaire de l’élaboration des Religiões da Lusitânia, na parte que principalmente se référé a Portugal par les soins de J. Leite de Vasconcellos, professeur à la Faculté des Lettres de l’Université de Lisbonne et directeur du Musée Ethnologique Portugais. Le premier volume, paru au début de 1909, fut suivi d’un second à la fin de 1911 et d’un troisième en 1913. Cet humaniste n’ignorait rien des grandes synthèses qui existaient de son temps, la Griechische Mythologie de Preller ou l’ouvrage de Wissowa, Religion und Kultus der Römer. Ses recherches furent vivifiées par la création du Musée Ethnologique en 1893, par la publication, la même année, du premier numéro de l’Arqueólogo Português et par ses efforts d’élargir sa base documentaire en multipliant tant les voyages et fouilles au Portugal que les visites à Paris, pour parfaire ses connaissances en archéologie et en philologie.

  • 1 Leite de Vasconcellos, III, p. 313-326.

2Une telle œuvre mérite considération même si le culte impérial y a reçu un traitement rapide1 : Leite de Vasconcellos se contente d’énumérer les inscriptions recueillies dans le CIL IL Sa base documentaire restreinte ne pouvait guère lui permettre de présenter pour le culte impérial en Lusitanie un panorama plus complet. Ce qui étonne davantage, c’est l’absence de réflexion critique sur l’origine du culte, sur son développement, l’absence aussi de références aux sources littéraires comme Tacite ou aux sources numismatiques et archéologiques pour l’autel et le temple de Mérida.

  • 2 Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR, 191), Paris, 1958, réi (...)

3Ainsi la voie restait ouverte à une nouvelle prise de conscience des problèmes du culte impérial dans la Péninsule Ibérique. C’est cette aventure qui m’a tenté et que j’ai exposée en 1958 dans ma thèse2. J’ai souhaité alors écrire une histoire globale du culte, qui plonge ses racines dans le passé de la Péninsule ; pour la première fois, une recherche anthropologique situait les manifestations de dévotion au chef dans les traditions des Celtes et des Ibères, préparant ainsi l’unité de l’Hispanie. La Lusitanie est présente tout au long du livre II consacré à L’organisation du culte impérial où sont étudiés successivement le culte provincial, le culte municipal, les collèges religieux. Dans le livre III, L’objet du culte, le matériel épigraphique de Lusitanie éclaire le culte de l’empereur vivant, le culte de l’empereur divinisé, le culte du genius et du numen, le culte des vertus impériales et des dieux augustes. C’est dans le livre IV, L’évolution du culte impérial d’Auguste à Dioclétien, que la dévotion aux empereurs et impératrices est saisie dans sa dynamique, qu’en sont distingués les temps forts, les moments de transformation et de faiblesse pour aboutir à une période de déclin. Dans cette étude, tous les nouveaux documents apparus depuis l’ouvrage de Vasconcellos ont été intégrés et soumis à un examen critique, facilité par la multiplication des études sur le culte provincial d’autres provinces.

  • 3 Cité désormais Fishwick, ICLW, I, II.
  • 4 Je remercie chaleureusement D. Fishwick de ses envois généreux qui vont jusqu’à me communiquer un (...)
  • 5 J.C. Edmondson, Two Dedications to Divus Augustus and Diva Augusta from Augusta Emerita and the ea (...)
  • 6 R. Étienne, Du nouveau sur les débuts du culte impérial municipal dans la Péninsule Ibérique, dans(...)

4L’ambition de D. Fishwick a été au départ d’une autre ampleur. Le savant d’Edmonton (Canada) a souhaité étudier le culte impérial à l’échelle de tout l’Occident. Il s’est vite rendu compte qu’un tel plan était hors de sa portée, car faisaient cruellement défaut des ouvrages étudiant le phénomène par cités ou par provinces, ce qui a posteriori légitimait le domaine de ma propre recherche. D. Fishwick a alors multiplié les enquêtes, les réflexions qu’il a publiées à partir de 1961 dans les revues savantes les plus diverses et qu’il a réunies dans deux volumes, divisés en quatre tomes, en les accompagnant de contributions inédites. Il s’est expliqué sur ce dessein éditorial, facilitant ainsi la consultation d’articles dispersés, au risque de répétitions, reproche qu’il assume volontiers. Le titre de cet ouvrage, publié dans la collection des Études préliminaires aux religions orientales dans l’Empire romain (EPRO, 108), reste fidèle à sa visée primitive – The Imperial Cult in the Latin West –, même si le sous-titre restreint ses ambitions : Studies in the Ruler Cuit of the Western Provinces of the Roman Empire3. Ainsi cet ouvrage n’offre pas une vision globale du culte impérial en Occident, mais jette autant de coups de projecteur sur les points sensibles de cette histoire. Ont paru donc en 1987 les tomes I 1 et I 2, consacrés à l’installation et au développement du culte impérial en Occident ; à la même date, a été publié le tome II, 1 où sont étudiés le genius et le numen de l’Empereur, les divinités augustes, la liturgie et le cérémonial. En 1992, le tome II 2 sert de conclusion à cette publication en offrant la bibliographie sélective et les indices. Les volumes III et IV doivent paraître dans une nouvelle série que nous attendons avec impatience. Quoi qu’il en soit, même si l’auteur est conscient de la nécessité de réviser son texte et d’y intégrer des documents nouveaux, nous ne pouvons qu’admirer l’œuvre déjà publiée et la pertinence de sa “doctrine”. Aucun problème épineux n’est esquivé et incessant est le recours à l’ensemble des sources. Un regret toutefois : l’attention à l’architecture des monuments du culte impérial, à ce que j’ai appelé les complexes monumentaux du culte impérial, aurait mérité d’être plus systématique, car le culte impérial a entraîné la conception d’une place fermée et le tracé des chemins de procession. Mais l’activité inlassable du savant canadien a réussi à combler cette faiblesse et ses derniers articles4 répondent à nos interrogations, si bien que cette masse de réflexions toutes récentes nous invite à revenir sur l’histoire du culte impérial en Lusitanie : des documents importants ont fait leur apparition et permettent de mieux retracer l’évolution du culte provincial. Surtout une étude, pleine d’intelligence et d’acribie, de J. C. Edmondson5 vient de permettre de débarrasser la recherche d’une aporie irritante. Un progrès notable a été enregistré à propos du temple d’Emerita Augusta6, la capitale, et permet de mieux comprendre son influence sur les sanctuaires municipaux, comme celui de Conimbriga.

5Nous offrons les réflexions qui vont suivre comme un hommage au courageux pionnier qu’a été J. Leite de Vasconcellos.

II. Une nouvelle vision du développement du culte provincial en Lusitanie

1. Une nouvelle chronologie des prêtres provinciaux

  • 7 Id., Culte impérial, p. 122-126.

6Nous devons revenir sur la chronologie que nous avons proposée en 19587 et présenter une nouvelle répartition temporelle des prêtres provinciaux.

  • 8 L. García Iglesias, Epigrafίa romana de Augusta Emerita, Madrid, 1972-1973, no 108.

I

CIL II, 41* AE, 1987,489

Conimbriga

L. Papirius L.f.

Tibère

Flamen augustalis

II

AE, 1966, 177 HAEp., 2640 ILER, 5540

Scallabis

L. Pomponius M. f. Capito

48

Flamen provinciae Lusitaniae divi Augusti divae Augustae

III

CIL 11,473 MM, 38, 1997, p. 91-103

Emerita

Albinus Albui f.

42-54

Flamen divi Augusti et divae Augustae provinciae Lusitaniae

IV

CIL II, 35 ILS, 2920

Salacia

L. Cornelius C. f. Bocchus

Claude

Flamen provinciae

V

CIL II, 5184 ILS, 2921

Caetobriga

L. Cornelius L. f. Bocchus

Néron-Vespasien

Flamen provinciae

VI

AE, 1967, 187

Emerita

C. Pompeius L. f. Pap. Priscus

Claude-Néron

Flamen provinciae

VII

CIL II, 5264 ILS, 261

Emerita

L. Iunius Latro

Vespasien (77-78)

Flamen provinciae

VIII

CIL II, 160

Ammaia

C. Iulius Vegetus

 ?

Flamen provinciae

IX

CIL II, 396

Bobadella

Sex. Aponius Scaenus Flaccus

 ?

Flamen provinciae

X

Inédit8

Emerita

Modestus

[Flamen ? p]rovinc(iae) Lusitan(iae)

(I) CIL II, 41* = AE, 1987, 489

  • 9 M. Krascheninnikoff, Über die Einführung des provinzialen Kaiserkultus in röm-Westen, dans Philolo (...)
  • 10 D. Fishwick, ICLW, I, l, p. 164.
  • 11 Id., Flamen augustalis, dans ICLW, I, 1, p. 164-165.
  • 12 Edmondson, 1997, p. 104 n. 58.

7Cette inscription a été rangée à tort par Hübner parmi les fausses ; Krascheninnikoff9 n’a eu aucune peine à redresser la mauvaise lecture de Britto. Ce L. Papirius L. f., flamen augustalis de Lusitanie, fait une dédicace à Divus Augustus et doit se placer sous Tibère, et non sous les Flaviens. Aucun exégète ne doute plus de son authenticité10 ni de sa datation11 : nous nous rallions à la conclusion de D. Fishwick, acceptée par J. C. Edmondson12. Sa dévotion s’adresse à Divus Augustus seul et appartient donc à la période 14-42, date de l’apparition du culte de Diva Augusta.

(II) AE, 1966, 177

8Une telle chronologie se vérifie avec L. Pomponius M. f. Capito de Scallabis qui est désigné comme prêtre de la province de Lusitanie d’Auguste divinisé et de Livie divinisée : il a exercé sa charge en 48, sous les consulats de A. Vitellius et de Vipstanus, donc sous Claude et donc après 42. Ainsi à partir de cette date, le flamine provincial honore un divus, une diva, si étroitement liés. Il n’y a pas encore de culte séparé des divae et les flaminiques n’existent pas encore.

(III) CIL II, 473

  • 13 Fishwick, Two priesthoods (à paraître).
  • 14 Étienne, Culte impérial, p. 124-125.
  • 15 P. Le Roux, L’évolution du culte impérial dans les provinces occidentales d’Auguste à Dioclétien, (...)
  • 16 Edmondson, 1997, p. 103 n. 35.

9La nouvelle lecture de l’inscription est due à J. C. Edmondson qui, dans un article particulièrement démonstratif, a convaincu D. Fishwick13 en rétablissant la partie droite du texte mutilé ; surtout, en lisant un D aprèsflamen à la ligne 2, il accorde à Albinus Albui. f. le titre de flamen d[ivi augusti et] divae augustae et, par symétrie, à la ligne 1 il restitue DIVAE AVGVSTAE. Ainsi, une telle lecture supprime toutes les apories dans lesquelles tous les savants, depuis moi-même14 jusqu’à P. Le Roux15, se sont enlisés. Toutefois, je plaiderai en faveur de ma position, qui rejoint celle d’Edmondson sans qu’on puisse y voir une simple ironie du sort16. Le point fort de doctrine reste qu’un prêtre provincial masculin ne peut servir seulement une impératrice déifiée. Albinus avait sans doute dédié deux statues placées au-dessus des inscriptions.

(IV) CIL II, 35. (V) CIL II, 5184

  • 17 Étienne, Culte impérial, p. 123-124.
  • 18 Plin., NH, XXXVII, 7,97 et 9, 127 ; voir aussi les indices des livres XXXIII et XXXIV.

10L’identité de deux titulaires du flaminat provincial, désigné seulement par flamen provinciae, pose problème et je m’en suis déjà expliqué17. Il semble bien en définitive que L. Cornelius C.f. Bocchus soit le père de L. Cornelius L.f. Bocchus ; l’inscription mutilée AE, 1967, 195 n’aide nullement à résoudre la filiation en raison de l’état de la pierre. La colonia Scallabitana se contente de manifester sa reconnaissance à un Bocchus, flamine de la province. Il faut donc toujours distinguer père et fils qui ont occupé la charge religieuse suprême de la Lusitanie, sur deux générations. Si le flamen provinciae est un titre porté après la divinisation de Claude, le premier Bocchus, fils de Caius, l’aurait assumé sous Néron et son fils au début du règne de Vespasien. Pline l’Ancien pouvait le citer18 comme spécialiste des choses de Lusitanie et de l’Hispanie.

(VI) AE, 1967, 187

11Il semble que désormais le titre canonique du prêtre provincial ne comporte que la mention de la province : il est alors fort difficile de proposer une date précise. Nous savons en tout cas grâce à l’inscription suivante du prêtre (VII) que l’on désigne ainsi en 77-78 le prêtre provincial.

(VII) CIL II, 5264

  • 19 R. Étienne, Un complexe monumental du culte impérial à Avenches, dans Bulletin de l’Association Pr (...)

12Le prêtre provincial assiste le gouverneur de la Lusitanie dans la dédicace d’un buste en or de Titus, pesant un poids de cinq livres (322 ou 327 X 5 = 1610 ou 1635 grammes). Un tel buste suivait les processions du culte impérial qui allaient du temple à l’amphithéâtre par exemple, ou au théâtre comme à Avenches19. Une telle dédicace témoigne du culte de l’empereur vivant à côté de celui des empereurs et impératrices divinisés.

  • 20 Etienne, Culte impérial, 1958, p. 126. Personne, depuis 1958, n’a proposé une datation.

13Pour les prêtres (VIII) et (IX), nous ne pouvons pas préciser leur chronologie, comme nous l’avions déjà affirmé en 195820.

2. Du nouveau pour l’évolution du contenu du culte provincial

14Ainsi la base documentaire des prêtres provinciaux de Lusitanie s’est élargie, mais dans des proportions modestes ; surtout c’est une réflexion sur le contenu du culte qui apporte le plus de nouveauté et de certitude. On peut la schématiser par le tableau suivant.

15Le culte de Divus Augustus a été honoré dès la création du culte provincial et le prêtre est dénommé flamen augustalis (I), de 15 à 42.

  • 21 Edmondson, 1997, p. 89-91.

16Quand Claude décide le Sénat de déclarer diva la défunte impératrice Iulia Augusta, Livie, épouse d’Auguste, le flamme honore à la fois Divus Augustus et Diva Augusta. C’est le nouveau prêtre (II) qui en apporte la preuve et qui a permis à J. C. Edmondson de légitimer sa nouvelle lecture de CIL II, 473. Un nouveau document épigraphique d’Emerita21 renforce cette dévotion. Il s’agit d’une dédicace mutilée à Divo Augusto / et. Diva[e Augustae] / Sacrum [....] / [....]/[....]/[....]. Elle prouve à l’évidence que désormais les prêtres provinciaux honorent conjointement Divus Augustus et Diva Augusta et, quand Claude lui-même sera proclamé Divus Claudius, il pourra être agrégé aisément à pareille titulature.

17Une nouvelle évolution du contenu du culte provincial date des Flaviens quand le concilium fait acte de dévotion à Titus, fils de Vespasien, en juillet 77 vraisemblablement. Dans les processions du culte impérial, un buste en or de l’Empereur et de son fils, corégent, était proposé à la vénération des foules, en conformité avec une des clauses de la lex Narbonensis.

18Qu’en est-il du culte de Rome ? La titulature d’aucun prêtre n’y fait allusion et il doit se cacher derrière l’anonymat de flamen provinciae Lusitaniae. Il est évident que le changement de dynastie a éclipsé la dévotion à Divus Augustus et à Diva Augusta. Pour servir le culte des divae, on a créé les flaminiques dont six sont connues pour la province de Lusitanie.

I

CIL II, 195

Olisipo

Servilia L. f. Albini

Flaminica provinciae

II

CIL II, 32 ILS, 6893

Salacia

Flavia L. f. Rufina

Flaviens

Flaminica provinciae

III

CIL II, 895 ILS, 6895

Caesarobriga

Domitia L. f. Proculina

Flaviens

Flaminica provinciae

IV

CIL II, 122 = CIL II, 5189

Ebora

...a f. Calchisia

milieu du iie siècle

Flaminica provinciae

V

CIL IL 114 CIL II, 339

Ebora Collipo

Laberia L.f. Galla

 ?

Flaminica provinciae

VI

AE, 1989,396

Emerita

Helvia M. f.

 ?

Flaminica provinciae

19Les flaminiques portent toutes le même titre de flaminique de la province et si je renonce à faire de Servilia L. f. Albini la fille du prêtre provincial Albinus, dont on ne connaît pas le prénom, et accepte d’y voir l’épouse d’un Albinus, les prêtresses (II) et (III) suggèrent par leur dénomination qu’elles appartiennent à l’époque flavienne. Domitia Proculina se vante d’avoir été la première prêtresse à Caesarobriga, sans doute quand cette dernière cité devint municipe flavien ? Pour (IV), l’épigraphie, à en croire Hübner, conduit au milieu du iie siècle. Enfin, les prêtresses (V) et (VI) échappent à toute datation.

  • 22 Sur cette discrétion, voir Étienne, Culte impérial, p. 293-294.

20De toute façon, qu’il s’agisse des flaminiques ou des flamines, le culte provincial de Lusitanie s’est étoffé ; le culte de Rome est resté discret car il n’apparaît guère dans la genèse du culte provincial en Lusitanie22.

21Au total, le culte impérial provincial a connu en Lusitanie des nouveautés importantes qui ont permis de tracer un cadre logique et rationnel de son développement, d’une façon un peu inespérée. Trois étapes : 15-42, divus Augustus ; 42-54, divus Augustus et diva Augusta ; sous les Flaviens, culte de l’empereur vivant, et sans doute culte discret de Rome. Il faut espérer que de nouveaux documents permettront de préciser le contenu du culte et que l’histoire d’un phénomène important pour la mentalité antique continuera à s’enrichir.

III. Le culte municipal, vecteur de la romanisation

22La base documentaire du culte municipal n’a guère progressé. Aucune cité nouvelle n’a accueilli la dévotion à l’empereur et les nouveaux prêtres s’inscrivent dans les villes déjà honorées, telles Emerita, Olisipo, Salacia ; seule Scallabis semble devoir revendiquer un prêtre qu’une lecture erronée avait attribué à Emerita. Voici leur inventaire chronologique.

I

CIL II, 49

Pax Iulia

M. Aurelius

Tibère, 14-37

Flamen Ti. Caesaris Aug

II

CIL II, 194 ILS, 6896

Olisipo

Q. Iulius Plotus

Tibère, 14-19

Flamen Germanici Caesaris Flamen Iuliae Augustae

III

AE, 1915, 95

Emerita

Cn. Cornelius Severus

Tibère, 14-29

Flamen Iuliae Augustae

IV

CIL II, 260 AE, 1987,478a

Olisipo

L. Iulius Maelo Caudicus

Tibère, 14-37

Flamen divi Augusti

V

AE, 1982,461

Salacia

L. Iunius Philo

Tibère, 14-37

Flamen divi Augusti

VI

AE, 1966, 177 HAEp., 2640 ILER, 5540

Scallabis

L. Pomponius M. f. Capito

48

Flamen col. Aug... ?

VII

CIL II, 5617

Salacia

L. Cornelius L. f. Bocchus

Claude ou Vespasien, 41-54

Flamen perp.

VIII

AE, 1987,478d

Olisipo

P. Staius Exopatus

Titus-Domitien, 79-96

Flamen divi Vespasiani

23Les prêtres qui suivent doivent dans leur majorité appartenir au iie siècle, à partir du moment où les Flaviens honorent les divi et où le titre de flaminat, seul ou suivi du nom de la cité, embrasse le culte des divi, de Rome et de l’Empereur vivant.

IX

CIL II, 34 ILS, 6894

Salacia

L. Porcius Himerus

Flamen divi Vespasiani

X

CIL II, 51

Pax Iulia

L. Clodius Salvianus

Flamen divorum aug [g] ou [gust]

XI

CIL II, 53 ILS, 6894

Pax Iulia

C. Iulius Pedo

Flamen divorum

XII

CIL II, 55

Pax Iulia

 ?

Flamen Pacis Iuliae

XIII

CIL II, 197

Olisipo

 ? Vegeta... ?

Flamen

XIV

CIL II, 5141

Ossonoba

C. Iulius Felicior

Flamen

XV

AE, 1955, 262

Pax Iulia

... Aelianus...

Flamen reipublicae Pacis Iuliae

XVI

AE, 1967, 187

Emerita

L. Pompeius Priscus

Flam. col.

24Le contenu du culte municipal en Lusitanie s’accorde harmonieusement avec celui du culte provincial. Pax Iulia suit la même évolution qu’Emerita, la capitale de la province, s’alignant d’ailleurs pour les prêtres municipaux sur les titres des prêtres provinciaux. Une telle floraison plaide en faveur de la spontanéité du culte municipal, rendu tant à divus Augustus qu’à Divus Vespasianus et aux divi, et de son rôle structurel pour une société qui aspirait à la stabilité et à une acculturation complète : le culte impérial est ainsi un vecteur de la romanisation, à la fois acteur et témoin.

  • 23 R. Étienne, Le culte impérial, vecteur de la hiérarchisation urbaine, dans Les villes de la Lusita (...)

25Nous avons insisté23 – c’était une nouveauté – sur le rôle des municipes dans l’élection des prêtres provinciaux. La société “coloniale” n’a pas la vitalité, le poids économique ni la culture des sociétés municipales, faites des aristocraties foncières ralliées à Rome et qui peuvent déléguer un des leurs pendant toute une année à Emerita Augusta. La seule exception, en ce qui concerne les prêtres du culte municipal, vient de la colonie de Pax Iulia qui, avec une régularité exemplaire, a suivi l’évolution du contenu du culte. Mais, mise à part Emerita, les autres cités ayant élu un prêtre sont des municipes qui n’ont donné à aucun citoyen de Pax Iulia la chance d’un “destin” provincial : les indigènes ralliés ont regardé de haut cette population transplantée et d’un niveau social inférieur, qu’ils ont su parfaitement isoler. Ainsi le culte impérial illustre la hiérarchie urbaine en Lusitanie.

IV. Culte impérial et espace sacré

  • 24 CIL XII, 6038 = ILS, 6964. Pour la date, voir D. Fishwick, dans ICLW, p. 240-243 ; id., Our first (...)
  • 25 Étienne, Culte impérial, p. 410.

26La plus grande nouveauté, dans ces cinquante dernières années, vient de la modélisation architecturale du culte impérial. Désormais, on ne peut pas tenir compte simplement de la présence d’un autel ou d’un temple autour desquels s’organiserait le culte impérial. Il faut penser à un complexe architectural où le temple est logé dans un écrin de portiques qui dessinent les chemins des processions, où les statues de prêtres et prêtresses sont installées sur le territoire sacré, le temenos du temple, intra fines eius templi statuae ponendae ius esto, pour reprendre la formule de la lex de flamonio provinciae Narbonensis, remontant certainement à Vespasien24. Pourquoi d’ailleurs ne pas croire à l’existence d’une lex de flamonio provinciae Lusitaniae, vel Tarraconensis25 ?

  • 26 Fouilles de Conimbriga I, 1977, p. 28-34.
  • 27 Vois D. Fishwick, Flavian Regulations at the Sanctuary of the Three Gauls, dans ZPE, 121, 1999, p. (...)
  • 28 Ce qui pourrait être un faux problème ; D. Fishwick, “Provincial forum” and “municipal forum” : Fi (...)

27Ce sont les explorations archéologiques qui se sont multipliées dans la Péninsule Ibérique qui le confirment, et ce en Lusitanie dès Auguste. Nous avons rencontré à Conimbriga26 le sanctuaire augustéen du culte impérial comme une dépendance du portique de façade du forum, faisant penser à la disposition du sanctuaire de la basilique de Fano. La révolution flavio-trajanienne a transformé le forum traditionnel en forum de type impérial, avec le temple entouré de trois portiques, où la circulation se fait au même niveau que celui du pronaos et de la cella du temple ; une deuxième place, située en face de la première, est elle aussi entourée de portiques et accueille la population des dévots. Il est important de retenir la datation flavienne27 qui marque dans d’autres provinces, tant pour le culte provincial que pour le culte municipal28, l’adoption de ce plan en II qui tend à devenir canonique.

  • 29 Voir ci-dessus la note 6, p. 153-157.
  • 30 J. M. Álvarez Martínez et T. Nogales Basarrate, Schéma urbain d’Augusta Emerita, le portique du fo (...)

28À Mérida, le temple municipal du culte impérial est à identifier avec l’édifice désigné comme temple de Diane29. Construit en 16-15 avant Jésus-Christ, il est contemporain de la date de création de la province de Lusitanie et il est contigu avec un forum portiqué30, décoré de clipei portant la tête de Jupiter Amon et imitant la décoration du forum d’Auguste à Rome. Le portique augustéen est enduit de stucs tandis que la décoration en plaques de marbre appartient à l’époque flavienne. Ainsi le temple municipal du culte impérial à Mérida est solidaire d’une scénographie habituelle dans les villes d’Occident, que nos fouilles à Conimbriga ont mise en valeur et que les explorations archéologiques qui se sont multipliées dans la Péninsule Ibérique ont confirmée.

  • 31 D. Fishwick, The “Temple of Augustus” at Tarraco, dans Latomus, 58, 1999, p. 121-138.
  • 32 Id., ibid., p. 135 que nous suivons.
  • 33 R. Étienne, Un complexe monumental du culte impérial à Avenches, dans Pro Aventico, 29, 1985, p. 5 (...)

29Mais l’archéologie ne saurait aller à l’encontre des sources littéraires et numismatiques. Une première difficulté est née à Tarragone des conclusions tirées de fouilles récentes. La date de construction du complexe provincial à Tarragone31 semblait avoir été définitivement réglée par les fouilles du “Taller-Escola Arqueológica de Tarragona” qui la fixe aux années 69-70, ce qui coïncide avec les premiers textes épigraphiques venant de la terrasse moyenne ; mais il ne faut pour autant délaisser le temple octostyle des monnaies de Tarraco qui nous donnent l’image du temple provincial32. L’aménagement flavien a visé seulement à construire les portiques des terrasses, et aussi le cirque de la terrasse inférieure. Pendant une longue période, le temple provincial de Tarraco serait-il resté seul ? À la différence de ce que croit D. Fishwick, le temple du culte impérial provincial n’a pas été élevé sans la construction d’un portique en U ; l’architecte s’est coulé dans le même modèle architectural qui a triomphé à l’époque flavienne ; nous l’avons trouvé tant à Conimbriga qu’à Aventicum33.

  • 34 Étienne, Culte impérial, p. 414.

30Les monnaies datées de Tibère34 offrent, pour Emerita Augusta, au revers un temple tétrastyle, et non octostyle comme à Tarragone, dans la ligne des représentations de temple du sud et du sud-est de la Péninsule. Les acrotères ressemblent à ceux de l’autel Arae Providentiae qui représente non une copie de l’autel de Rome, mais un monument réel, construit à Emerita ; même si le monument éméritain s’en inspire, il représente un acte de dévotion particulier et non une imitation qui n’aurait eu aucune signification ; il est décoré de la corona civica comme le temple de Tarraco. Le temple provincial ne peut pas être le temple de Diane, temple hexastyle que l’on doit dater de la période augustéenne, mais un temple tétrastyle dédié à Aeternitas Augusta : les pièces ont été frappées à l’imitation de celles de Tarraco. Donc le temple provincial de Mérida est situé dans une enclave “provinciale” représentée par la “Plaza del Parador Nacional de Turismo” et le “Cerro del Calvario”, ce qui n’a rien à voir avec le forum civique où préside le temple de Diane.

31On a identifié à Mérida en 1983, calle de Holguín, un temple monumental ; on ne peut pas savoir s’il est tétrastyle car il n’est pas totalement dégagé des bâtiments voisins. Les proportions toutefois suggèrent un plan pseudo-périptéral avec une cella, comme celle du temple de Concordia à Rome. Le diamètre des colonnes de marbre atteint 1,50 mètre et le temple est entouré de portiques, l’Arc de Trajan en permettant l’accès par le cardo Maximus et demandant un escalier monumental. La décoration architectonique donne une datation fin Auguste-début Tibère.

Conclusion

32En un siècle, les recherches sur le culte impérial ont permis d’éclairer d’un nouveau jour les origines, le développement de la dévotion à l’empereur et de lui attribuer des espaces cultuels bien personnalisés même s’ils dépendent d’un même modèle.

33On peut ainsi définir cinq certitudes, à condition de raisonner sur la globalité des sources. Les remises en cause, certes nécessaires, n’ont abouti en général qu’à valoriser à nouveau les sources littéraires et numismatiques, parfois oubliées ou minimisées, au profit des sources épigraphiques et archéologiques. Si bien que souvent les recherches de D. Fishwick redonnent à mes conclusions leur totale efficacité.

34Première certitude : le culte municipal a été fondé à Emerita Augusta dès Auguste, autour d’un autel et d’un temple hexastyle.

35Seconde certitude : le culte provincial a été rendu dans un temple tétrastyle, à l’imitation d’un temple provincial octostyle de Tarraco.

36Troisième certitude : qu’il soit municipal ou provincial, le temple est entouré d’un portique en Π ; seule la décoration est différente.

37Quatrième certitude : le culte provincial s’adresse tout d’abord à Divus Augustus, puis à partir de 42 à Divus Augustus et Diva Augusta, et aux divi, enfin à partir des Flaviens à l’Empereur vivant.

38Cinquième certitude : le culte impérial municipal est le vecteur de la romanisation et de la hiérarchisation urbaine du Portugal méridional.

39Certes, malgré ces progrès dans la connaissance, il faut poursuivre l’exploration archéologique tant de Mérida que des colonies et municipes de la Lusitanie. Ainsi sera conservé le message de J. Leite de Vasconcellos et pérennisé son savoir encyclopédique.

Notes

1 Leite de Vasconcellos, III, p. 313-326.

2 Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR, 191), Paris, 1958, réimprimé en 1974.

3 Cité désormais Fishwick, ICLW, I, II.

4 Je remercie chaleureusement D. Fishwick de ses envois généreux qui vont jusqu’à me communiquer un de ses derniers manuscrits. Voici ses derniers titres, postérieurs à ICLW :

  • “Provincial forum” and “municipal forum” : fiction or fact ?, dans Anas, 78,1994-1995,/p. 169-186.
  • Coinage and Cuit. The provincial Monuments at Lugdunum, Tarraco and Emerita, dans Roman Coins and public Life under the Empire (E. Togo Salmon Papers, II), Ann Arbor, 1995 11999], p. 96-121, pl. 53-80.
  • Un sacerdotalis provinciae Sardiniae à Cornus (Sardaigne), dans CRAI, 1997, p. 449-459.
  • Our first high priest : a Gallic Knight at Athens, dans Epigraphica, LX, 1998, p. 83-112.
  • The “Temple of Augustus” at Tarraco, dans Latomus, 58,1999, p. 121-138.
  • Flavian Regulations at the Sanctuary of the three Gauls ?, dans ZPE, 124, 1999, p. 249-260.
  • Two Priestshoods of Lusitania, dans Epigraphica (à paraître).

5 J.C. Edmondson, Two Dedications to Divus Augustus and Diva Augusta from Augusta Emerita and the early development of the Imperial Cult in Lusitania re-examined, dans MM, 38, 1997, p. 89-105.

6 R. Étienne, Du nouveau sur les débuts du culte impérial municipal dans la Péninsule Ibérique, dans Subject and Ruler : the Cult of the Ruling Power in Classical Antiquity (JRA Suppl. no 17), Ann Arbor, 1996, p. 153-163.

7 Id., Culte impérial, p. 122-126.

8 L. García Iglesias, Epigrafίa romana de Augusta Emerita, Madrid, 1972-1973, no 108.

9 M. Krascheninnikoff, Über die Einführung des provinzialen Kaiserkultus in röm-Westen, dans Philologus, LIII, 1896, p. 147-189.

10 D. Fishwick, ICLW, I, l, p. 164.

11 Id., Flamen augustalis, dans ICLW, I, 1, p. 164-165.

12 Edmondson, 1997, p. 104 n. 58.

13 Fishwick, Two priesthoods (à paraître).

14 Étienne, Culte impérial, p. 124-125.

15 P. Le Roux, L’évolution du culte impérial dans les provinces occidentales d’Auguste à Dioclétien, dans Les Années Domitien (Colloque Toulouse, 1992), Toulouse, 1994, p. 397-411.

16 Edmondson, 1997, p. 103 n. 35.

17 Étienne, Culte impérial, p. 123-124.

18 Plin., NH, XXXVII, 7,97 et 9, 127 ; voir aussi les indices des livres XXXIII et XXXIV.

19 R. Étienne, Un complexe monumental du culte impérial à Avenches, dans Bulletin de l’Association Pro Aventico, 29, 1985, p. 6-26, p. 15. On connaît ces processions à Gythion et à Éphèse : L. Robert, Recherches épigraphiques. Inscription d’Athènes, dans REA. 62, 1960, p. 316-324 : H. W. Pleket, Nine inscriptions from the Cayster-Valley in Lydia : a re-publication, dans Talanta, 2, 1979, p. 66-72. Fishwick, ICLW. II, 1, p. 535-536.

20 Etienne, Culte impérial, 1958, p. 126. Personne, depuis 1958, n’a proposé une datation.

21 Edmondson, 1997, p. 89-91.

22 Sur cette discrétion, voir Étienne, Culte impérial, p. 293-294.

23 R. Étienne, Le culte impérial, vecteur de la hiérarchisation urbaine, dans Les villes de la Lusitanie, hiérarchies et territoires (Table ronde int. CNRS, Talence 1988), Paris, 1990, p. 215-231.

24 CIL XII, 6038 = ILS, 6964. Pour la date, voir D. Fishwick, dans ICLW, p. 240-243 ; id., Our first High Priest. A Gallic Knight at Athens, dans Epigraphica, 61, 1998, p. 83-112 ; C. H. Williamson, A Roman Law from Narbonne, dans Athenaeum, 65,1987, p. 173-189.

25 Étienne, Culte impérial, p. 410.

26 Fouilles de Conimbriga I, 1977, p. 28-34.

27 Vois D. Fishwick, Flavian Regulations at the Sanctuary of the Three Gauls, dans ZPE, 121, 1999, p. 249-260 : réorganisation administrative du culte impérial.

28 Ce qui pourrait être un faux problème ; D. Fishwick, “Provincial forum” and “municipal forum” : Fiction or fact ?, dans Anas, 7-8, 1994, p. 169-186.

29 Voir ci-dessus la note 6, p. 153-157.

30 J. M. Álvarez Martínez et T. Nogales Basarrate, Schéma urbain d’Augusta Emerita, le portique du forum, dans Akten des XIII Internationalen Kongresses für klassische Archeologie (Berlin, 1988), Mayence, 1990 p. 336-337, fig. 1.

31 D. Fishwick, The “Temple of Augustus” at Tarraco, dans Latomus, 58, 1999, p. 121-138.

32 Id., ibid., p. 135 que nous suivons.

33 R. Étienne, Un complexe monumental du culte impérial à Avenches, dans Pro Aventico, 29, 1985, p. 5-26.

34 Étienne, Culte impérial, p. 414.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search