Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

1ère partie. Religion

Du nouveau sur les débuts du culte impérial municipal dans la péninsule Ibérique

Note de l’éditeur

Extrait de Subject and Ruler : the Cult of the ruling Power in Classical Antiquity (Papers presented at a conference held in the University of Alberta on April 13-15, 1994, to celebrate the 65th anniversary of Duncan Fishwick, edited by Alastair Small) (Journal of Roman Archaeology, suppl. 17), 1996, p. 153-163.

Texte intégral

  • 1 Lettre personnelle du 9 juillet 1958.

1Nous sommes réunis pour célébrer le soixante-cinquième anniversaire d’un savant qui honore depuis des décennies la science de l’Antiquité, et qui s’est plus particulièrement consacré à l’étude du culte impérial en Occident. Où est le temps où Kurt Latte m’écrivait1 que le culte impérial était une invention des pères de l’Église et des docteurs de la foi chrétienne ? J’avoue avoir vite surmonté mon trouble et poursuivi mon chemin : l’œuvre de Duncan Fishwick est là aujourd’hui pour nous apporter le plus éclatant démenti à cette opinion réductrice. On peut dire que désormais toutes les sciences auxiliaires de l’Antiquité, au contraire, concourent à l’illustrer et à l’approfondir.

2Que Duncan Fischwick me permette de lui offrir quelques réflexions sur la triple présence dans la Péninsule Ibérique d’un temple périptère hexastyle, tant à Mérida (Emerita Augusta) et à Barcelone (Barcino) qu’à Évora (Ebora), ce qui ne peut que nous apporter quelques nouveautés sur les débuts du culte (fig. 1).

I. Le temple d’Emerita Augusta

  • 2 J. M. Álvarez Martίnez, El templo de Diana, dans Augusta Emerita (Actas del Simposión internacional (...)
  • 3 J. M. Álvarez Martínez, El templo de Diana, dans Templos romanos de Hispania (Cuademos de Arquitect (...)
  • 4 A. de Laborde, Voyage pittoresque et historique en Espagne, Paris, 1811.
  • 5 Álvarez Martínez (supra n. 3) p. 83.

3Ce sont les fouilles menées par J. M. Álvarez Martίnez en deux temps, de 1972 à 1975, et de cette date à 1986, qui ont permis d’élucider la structure du temple dit de Diane. La première tranche de travaux a été présentée par le fouilleur dans l’ouvrage collectif édité à l’occasion du bimillénaire de la fondation de la colonie romaine2, la seconde a fait l’objet d’un article dans le volume publié par le collège officiel d’architecture de Murcie et par l’université de Murcie, pour célébrer le premier cours d’archéologie classique3. Les progrès dans la connaissance du temple dit de Diane, ainsi faussement dénommé depuis le xviiie siècle à l’imitation de celui d’Éphèse, ont été décisifs ; aujourd’hui, après une restauration libérant tout le pronaos (fig. 2) et respectant une grande partie de la maison seigneuriale qui l’avait enveloppé, le palais des comtes de Los Corbos4, il est possible de préciser ses dimensions et de répondre à un certain nombre d’interrogations – mais pas à toutes – en attendant des fouilles complémentaires5.

Fig. 1. Plan des trois temples périptères (de gauche à droite : Mérida, Barcelone, Évora d’après le plan de A. García y Bellido).

Fig. 2. Temple de Mérida : façade.

  • 6 Pour tous ces détails archéologiques nous dépendons des articles de J. M. Álvarez Martínez (supra n (...)

4Installé sur une petite éminence, proche de la rue Santa Eulalia identifiée avec le decumanus maximus, le temple6 est périptère et hexastyle avec une double colonnade de façade. Orienté nord-sud, il mesure 31, 80 mètres sur les longs côtés (40,75 m en comptant les escaliers) et 21,90 mètres sur les petits. Il a été construit en granité, qui vient des carrières voisines de “Cuarto de la Charca”, “El Hinojal” et “Royanejos”, et dont la taille définitive a été réalisée sur place à Emerita.

5La colonnade s’appuie sur un haut podium de 3,23 mètres et comporte onze colonnes sur les longs côtés et six sur les petits. Le parement est lui aussi constitué de blocs de granité, isodomes, dessinant un parfait opus quadratum, recouvert d’une couche de stuc. Son couronnement est fait d’une corniche moulurée présentant un cyma inverse, que l’on retrouve à la base.

6Les colonnes en granité reposent sur des bases attiques sans plinthe ; bases et tambours étaient stuqués. Voici leurs dimensions : pour les bases, 0,63 mètre de hauteur, 1,43 mètre de diamètre ; pour les tambours, 1,32 mètre en bas, 0,65 mètre en haut, le diamètre moyen s’établissant à 0,85 mètre ; la hauteur totale des colonnes atteint 8,69 mètres.

7Quant aux chapiteaux corinthiens de 0,85 mètre de hauteur, ils sont taillés dans trois blocs de granité qui portent en bas la première corbeille de feuilles, puis au milieu la seconde et les caulicoles, et la supérieure, les hélices, les volutes et l’abaque.

  • 7 Plan donné à la fig. 7 par J. Menéndez Pidal, dans Augusta Emerita (supra n. 2) p. 214-215.

8En ce qui concerne la structure du temple, une nouveauté a été apportée par les fouilles : une seconde rangée de colonnes double la première ligne hexastyle7.

  • 8 S. B. Platner et Th. Ashby, A topographical dictionary of ancient Rome, Oxford, 1929, s.v. Iulius, (...)

9Même si les recherches n’ont pas abouti jusqu’ici à un plan absolument clair, l’entrée au sud, qui donne sur le decumanus maximus, se faisait, semble-t-il, au moyen de petits escaliers latéraux aboutissant à une sorte depulpitum, incluant un autel au milieu ; à partir de là, se plaçait le grand escalier entre la seconde et la cinquième colonne de façade. Cette disposition rappelle celle du templum divi Iuli à Rome8, dédié le 18 août 29 avant Jésus-Christ.

10Les entrecolonnements de la façade étaient fermés par un chancel, sauf celui du centre qui, par son ouverture de 4,54 mètres, permettait de saluer la statue impériale offerte au culte.

11La cella était marquée par des demi-colonnes placées à l’alignement des sixième, huitième et dixième rangées de colonnes, mais aujourd’hui elle est ruinée du fait de la construction de la maison du xvie siècle et de l’établissement d’une grande citerne au milieu de son patio.

Fig. 3. Mérida : portique du forum.

Fig. 4. Mérida : clipeus à la tête de Jupiter Ammon.

  • 9 Dimensions : 9,40 m en longueur ; 3,75 m en largeur ; 1,82 m en profondeur.
  • 10 Voir infra, p. 102-105.

12Autour du temple, une aire sacrée – sorte de jardin intérieur – est délimitée par un portique conservé au nord et à l’ouest. Sur les côtés ouest et est, deux bassins9 construits en brique et revêtus d’un enduit de tuileau, encadrent la construction ; un piédestal, au nord, accueillait probablement une statue et, à l’opposé, un escalier de cinq marches facilitait le nettoyage. Ces bassins sont-ils contemporains de la construction ou lui sont-ils postérieurs comme à Évora10 ?

  • 11 A. Roth-Congès, L’acanthe dans le décor architectonique proto-augustéen en Provence, dans RAN, 16, (...)
  • 12 R. Étienne, L’horloge de la civitas Igaeditanorum et la création de la province de Lusitanie, dans (...)
  • 13 Étienne, Culte impérial, p. 378-379.
  • 14 A. Vives y Escudero, La moneda hispánica, Madrid, 1926 (= Vives), IV, 65, no 46 (pl. CXLIII, 6). Le (...)
  • 15 Étienne, Culte impérial, p. 395.
  • 16 Álvarez Martínez (supra, n. 3) p. 57 ; effigie de M. Agrippa, patronus coloniae, Catálogo Monumenta (...)
  • 17 Pour les premières réflexions, voir J. M. Álvarez Martínez, El foro de Augusta Emerita, dans Homena (...)
  • 18 Lugli, Centro monumentale (supra, n. 8) p. 265 et fig. 73 ; F. Coarelli, Roma (Guide arch. Laterza) (...)

13Quoi qu’il en soit, le temple a suivi la fondation de la colonie d’Emerita Augusta, soit en 25 avant Jésus-Christ. Peut-on serrer de plus près la chronologie ? L’étude des chapiteaux, à ranger parmi les chapiteaux décorés d’acanthes à gouttes, type C, défini par A. Roth-Congès11, nous conduit aux années 16-15 avant Jésus-Christ, soit la date de création de la province de Lusitanie12. Ainsi, nous disposerions du temple du culte impérial municipal de la ville, hexastyle, tandis qu’un simple autel était le lieu de rendez-vous des cérémonies provinciales ; créé avec la permission d’Auguste13 il exalte la prévoyance, la providentia d’Auguste, cherchant à assurer une succession dynastique14. Précisément cette propagande en faveur de la maison impériale est lancée dès 17 avant Jésus-Christ par Auguste et vise Agrippa, célébré à Mérida en 1615. Le théâtre lui est dédié et, proche du temple, on a découvert une statue colossale du gendre d’Auguste16 dans la calle de Sagasta. Il semble bien que désormais le temple municipal, réputé contigu, est articulé avec un forum pratiqué (fig. 3)17 dont a mis au jour la décoration architecturale : divers clipei portant la tête de Jupiter Ammon (fig. 4), alternant avec celle de Méduse, et des caryatides encadrant des togati dans des niches rectangulaires. Ces clipei imitent la décoration du forum d’Auguste à Rome18. D’autres morceaux de sculpture, découverts dans les fouilles en 1980 et 1986, confirment l’exaltation de la dynastie impériale et la double datation de l’ensemble. De l’époque augustéenne date le premier portique, enduit de stuc, tandis que la décoration en plaques de marbre appartient à l’époque flavienne.

  • 19 CIL II, 471.
  • 20 Étienne, Culte impérial, p. 414.
  • 21 Vives (supra, n. 14), IV p. 66, no 59 (pl. CXLIV, 9) ; p. 67, no 77 (pl. CXLVI, 6) ; p. 68, no 80 ( (...)

14Quoi qu’il en soit, le temple municipal du culte impérial à Mérida était solidaire d’une scénographie habituelle dans les villes d’Occident. Nous disons bien temple municipal et non temple provincial, construit seulement sous Tibère en 15 après Jésus-Christ pour célébrer le culte de Divus Augustus19. L’édifice est curieusement dédié à l’Aeternitas Augusta20 ; représenté tétrastyle sur les monnaies21, il ne peut pas être confondu avec le temple hexastyle, sans que nous ne puissions proposer encore pour son emplacement un site précis.

II. Le temple de Barcino

Fig. 5. Temple de Barcelone : colonnes.

Fig. 6. Temple de Barcelone : plan restitué par A. Celles.

  • 22 M. A. Gutierrez Behemerid, El templo romano de Barcino. Análisis de la decoración arquitectónica, d (...)

15Il n’est que de lire le dernier article22 consacré au temple romain de Barcino pour qu’éclatent ses multiples ressemblances avec celui d’Emerita Augusta (fig. 1).

  • 23 J. Puig y Cadafalch, El templo romà de Barcino : descoberta d’elements de la cornisa, dans Anuari I (...)
  • 24 Donnés par J. Bassegoda Nonell, El templo romano de Barcelona, Barcelone, 1974 ; le plan du temple (...)
  • 25 J. Gimeno Pascual, Barcino Augusta. Distribución de espacios urbanos y áreas centrales de la ciudad (...)

16Connu depuis longtemps23, il n’en reste plus aujourd’hui que l’angle nord-est du péristyle, conservé calle Paradiso (fig. 5), au Centra Excursionista de Cataluna ; des relevés plus anciens24 – peut-être pas totalement fiables – permettent d’en connaître les structures complètes et une recherche plus récente le replace dans l’urbanisme de la ville antique25.

Fig. 7. Temple de Barcelone : chapiteau

  • 26 Vitr.4.5.

17L’édifice, comme à Mérida, est situé sur la partie la plus haute de la cité, là où fut la Barcelone primitive, sur le forum, et sa façade, comme dans la capitale de la Lusitanie, donne sur le decumanus maximus. En raison de son orientation nord-est/sud-ouest, on peut dire que le temple a été fondé au solstice de juin, dans le respect des préceptes vitruviens26, et l’on peut raisonnablement penser qu’il était dédié à Auguste.

18Il s’agit d’un temple hexastyle périptère, construit en arénisque venant de carrières proches de Montjuich, et revêtu de stuc ; on compte, comme à Mérida, onze colonnes sur les longs côtés et six sur les façades et deux entre les antes (fig. 6). Ses dimensions (35 x 17 m) donnent à la longueur une valeur double de la largeur et le pronaos mesure la moitié de la cella. Les entrecolonnements sont sur le long côté sistyles, équivalents à deux diamètres, sur le petit côté picnostyles, soit un entrecolonnement d’un diamètre et demi.

19Le podium est bâti en opus incertum, revêtu d’opus quadratum, et certains prétendent avoir retrouvé les traces de la voûte qui aurait soutenu les treize marches de l’escalier d’accès au temple. La hauteur du podium équivaut au tiers de la hauteur totale de la colonne, y compris la base et le chapiteau. Il est couronné d’une corniche présentant un cyma inverse suivi d’un petit listel, comme au temple de Mérida.

  • 27 Roth-Congès (supra, n. 11), type E : l’acanthe “à harpons”, p. 129-130 et n. 109.

20Encore, comme chez celui-ci, les bases sont attiques et reposent sans plinthe. Les fûts mesurent 7,9 mètres de hauteur, soit dix diamètres, les tambours sont creusés de vingt cannelures et les chapiteaux corinthiens (fig. 7) ont une hauteur d’un module. Ils sont composés de deux blocs de granité, parfois de trois ou même de quatre. Les acanthes à découpage symétrique présentent des digitations dessinant en négatif une flèche à plusieurs pointes, nommées par A. Roth-Congès, “harpon”27.

  • 28 Behemerid (supra, n. 22), p. 102 : la stylistique ne saurait l’emporter sur un fait historique bien (...)
  • 29 J.-N. Bonneville, Aux origines de Barcino romain (Barcelone), dans REA, 80, 1978, p. 37-68, corrigé (...)
  • 30 J. O. Granados, Notas sobre el estudio del Foro de la colonia Barcino, dans Los Foros romanos de la (...)

21L’architecture autant que la décoration permet de proposer diverses datations, mais il paraît difficile d’admettre que, si la construction du temple est attribuable au dernier quart du Ier siècle avant Jésus-Christ,28 cette datation irait à l’encontre de la date de fondation de la colonia Barcino. Or, celle-ci est bien établie en 9/829 au moment où s’effectue le bornage de la via Augusta : le quadrillage urbain a été alors parfaitement dessiné et l’emplacement du forum réservé30. Nous devons à J. O. Granados une proposition raisonnable : il fait du temple le centre d’un secteur religieux du forum, qu’il entoure d’un portique délimitant ainsi un temenos sacré, à la façon de Mérida, et dotant Barcelone d’une place publique dont le modèle est, à l’époque augustéenne, si présent dans les provinces occidentales et orientales.

  • 31 Elle diffère de peu de la date de 15 av. J.-C. proposée par F. Pallarès, La topografia e le origini (...)

22En tout cas, tout est cohérent si nous nous attachons à cette datation de 9/8 avant Jésus-Christ31 et tous les “montages” de M.A. Gutierrez Behemerid s’inscrivent parfaitement à l’intérieur de cette chronologie, aussi bien la structure périptère, le cyma inversé, les bases sans plinthe que les chapiteaux corinthiens à feuilles d’acanthe en “harpon”. Toute la décoration prend place dans le style du second triumvirat, tellement imité. Pour atteindre le dernier quart du ier siècle avant Jésus-Christ et plus précisément la dernière décennie, nous devons tenir compte de retards culturels provinciaux. Plusieurs influences concourent à la vitalité d’une tradition antérieure et ce sont sans doute des équipes itinérantes qui les propagent ; un atelier a pu exister à Barcelone dans cette fin de siècle : les artistes et artisans avaient-ils déjà œuvré à Mérida ?

III. Le temple d’Évora

  • 32 Plutôt que par César : H. Galsterer, Untersuchungen zum römiscben Städtewesen auf der iberiscben Ha (...)

23Troisième et dernier temple périptère, celui d’Évora (fig. 1 et 8), toujours en cours de fouille par l’Institut archéologique allemand sous l’autorité du premier directeur de l’antenne de Lisbonne, Th. Hauschild ; il orne le forum du municipe Ebora Liberalitas Iulia, créé sans doute pendant le second triumvirat32. L’appellation temple de Diane est une invention du xviiie siècle et il ne peut qu’avoir été consacré lui aussi au culte impérial. Sa situation sur le point le plus élevé de la ville lui donne un statut privilégié, comme pour les édifices de Mérida et de Barcelone.

24Ses vestiges (fig. 10) sont aujourd’hui impressionnants et attirent les touristes. Le podium est conservé sur toute la surface : il mesure 3 mètres de hauteur. Les dimensions extérieures du temple atteignent 25 mètres en longueur et 14,5 mètres en largeur : ici la largeur correspond aux deux tiers de la longueur et non pas à la moitié. Construit en opus incertum, le podium (fig. 9) devait être revêtu de plaques d’opus quadratum et était encadré à la partie supérieure d’une corniche à cyma inverse.

25Les quatorze colonnes aujourd’hui conservées s’appuient sur de puissants blocs de granité ; l’architecte avait prévu l’emplacement des colonnes en gravant des lignes de conduite sur le stylobate. Ainsi, nous pouvons connaître les entrecolonnements sud et nord : 2,60 mètres, et ouest : 2,25 mètres. Un entrecolonnement plus important, marqué sur la surface au droit de la porte de la cella, rappelle celui de Mérida. On compte onze colonnes sur le long côté, six sur les petits, comme pour Mérida et Barcelone. L’originalité du temple d’Évora vient de ce que les bases et les chapiteaux sont en marbre blanc, tandis que le fût, l’architrave et la frise sont en granite, originellement recouvert de stuc.

Fig. 8. Temple d’Évora : plan de Th. Hauschild.

Fig. 9. Temple d’Évora : podium et colonnes du long côté.

Fig. 10. Temple d’Évora : vestiges vus depuis le musée.

  • 33 Roth-Congès (supra, n. 11) p. 118-123. On ne saurait, comme le suggère Th. Flauschild, “El templo r (...)

26Le diamètre de la colonne est de 0,90 mètre, la hauteur du fût de la colonne 6,60 mètres, offrant une proportion réduite par rapport aux règles vitruviennes. Les chapiteaux corinthiens sont exécutés en deux parties ; on y reconnaît deux étages de feuilles d’acanthe : elles se touchent sans se superposer et ce type d’acanthe à goutte nous renvoie au type C d’A. Roth-Congès33.

27On ne peut pas donner la longueur de la cella en raison de l’état de conservation du monument et l’accès même au temple a posé des problèmes qui ne sont pas encore résolus en toute certitude : plutôt qu’un escalier central, il faudrait envisager, d’après Th. Hauschild, comme à Mérida, deux escaliers latéraux.

28Une des surprises des travaux récents a été la découverte tout autour du temple, dessinant un Π, d’un bassin d’un mètre de profondeur, revêtu d’une couche épaisse d’opus signinum qui a cimenté aussi les trois côtés du podium, la largeur du bassin atteint quatre mètres. Comment ne rappellerait-il pas la présence des deux bassins de Mérida ?

  • 34 Hauschild (supra, n. 33) p. 114.

29Hauschild34 met en question l’existence d’un portique entourant le temple : on peut le restituer en toute certitude, tant le modèle de la capitale Mérida a pu influencer le dessin urbanistique du municipe. Nous pouvons aussi placer ce temple du culte impérial au fond d’une place de forum, ce que semble également nier Th. Hauschild, sans en donner les raisons. Il rentre certainement dans le schéma des forums occidentaux d’époque augustéenne.

  • 35 Th. Hauschild, Der peripterale Podiumtempel von Evora (Portugal), dans Akten Berlin 1988 (supra, n. (...)

30Une datation précise semble pour l’instant difficile à établir. La “marmorisation” fournirait éventuellement un indice ; le travail des chapiteaux en marbre pourrait être plus tardif que celui des chapiteaux en granite de Mérida et de Barcelone. Ne pourrait-on pas aussi bien envisager une équipe d’artisans plus habiles, appelés par une municipalité plus riche et surtout disposant en abondance du marbre, facile à obtenir des carrières voisines ? Les chapiteaux à goutte sont présents à la porte d’Auguste à Nîmes, datée de 16/15 avant Jésus-Christ, et sur le front de scène du théâtre d’Arles, de même datation. Notons simplement les hésitations de Th. Hauschild qui, à Berlin35, les estimait du milieu de l’époque augustéenne et, dans une correspondance privée du 13 juillet 1993, d’époque post-augustéenne, probablement de la première moitié du ier siècle après Jésus-Christ.

  • 36 Th. Hauschild, Zur Typologie römischer Tempel auf der Iberischen Halbinsel, peripterale Anlagen in (...)

31Quoi qu’il en soit, si à Arles l’utilisation du marbre atteste une main étrangère, il en irait de même à Évora. Ainsi le temple d’Évora n’est pas plus tardif que les temples de Mérida et de Barcelone36.

IV. Conclusions

32À la suite de cette triple analyse architecturale et historique, une première certitude se dégage : un même modèle a inspiré les architectes ou l’architecte de ces trois temples. Le tableau suivant justifie encore mieux cette affirmation.

Analyse architecturale

Mérida

Barcelone

Évora

Situation du temple

Lieu le plus élevé

X

X

X

Structure du temple

Granité

X

X

X

Hexastyle : 6 x 11 colonnes

X

X

X

Périptère

X

X

X

Podium

Hauteur aux environs de 3 m Corniche à cyma reversa

X

X

X

Colonnes

Bases attiques sans plinthe

X

X

X

Chapiteaux corinthiens

Type C

Type E

Type C

Entrecolonnement plus large sur façade

Roth-Congès

Roth-Congès

Roth-Congès

X

X

X

Escaliers

latéraux

X

 ?

X

Portique

délimitant une aire sacrée

X

 ?

X

Bassin

x (double)

 ?

x (en Π)

Lien avec le forum

X

X

 ?

33Certes, subsistent encore quelques interrogations, essentiellement pour le temple de Barcelone en raison de fouilles insuffisamment développées, ou même à Évora à cause de publications pas aussi claires qu’on l’aurait souhaité. Toutefois, la présence d’un modèle est absolument sûre, ce qui entraîne des escaliers latéraux pour l’édifice de Barcino, tout comme Th. Hauschild les a installés à Évora, en se démarquant ainsi de A. Garcia y Bellido (fig. 1 et 8).

34La chronologie augustéenne des trois édifices est bien établie et c’est en cela la deuxième certitude ; certes, les dates de fondation des deux colonies et du municipe ne fournissent qu’un repère post quem et les chapiteaux, datés selon la grille d’A. Roth-Congès, apportent d’utiles précisions. On pourrait, dans ce cas, établir une certaine contemporanéité entre le temple de Mérida et celui d’Évora, malgré les différences du matériau travaillé. Les années 16/15 avant Jésus-Christ pourraient convenir à leur édification, tandis qu’à Barcelone il faudrait attendre 9/8 avant Jésus-Christ.

  • 37 G. A. Mansuelli, L’urbanistica e architettura della Cisalpina romana fino al III secolo e.n. (Coll. (...)

35On ne saurait considérer ces trois temples comme des édifices isolés dans l’urbanisme des villes augustéennes. Les dernières découvertes de Mérida, tout comme les réflexions sur l’emplacement du forum de Barcino, conduisent à mettre leurs deux temples en série avec ceux des colonies augustéennes de Gaule et de Cisalpine37, c’est-à-dire qu’ils occupent sur un axe sacralisant une partie d’un temenos portiqué : celui-ci fait face au decumanus maximus qui traverse à la perpendiculaire la place du forum proprement dite, occupée symétriquement par la basilique. C’est là notre troisième certitude, qu’il faut étendre à Évora et que des recherches ultérieures sur le terrain confirmeront.

  • 38 Vitr., 4. 8.6.

36Donc double modèle du temple hexastyle périptère et du temple lié à un forum portiqué et cohérence chronologique illustrent les débuts du culte impérial colonial et municipal, qui a précédé l’établissement du culte impérial provincial. Que ces trois temples aient été dédiés à la divinité impériale, il y a unanimité parmi les savants modernes, de J. M. Alvarez Martinez à Th. Hauschild : ils nous fournissent notre quatrième certitude. D’ailleurs, un plan identique entraîne l’identité des actes cultuels ; les escaliers latéraux, les portiques jouent un rôle essentiel dans le cheminement des processions : Vitruve38 lui-même n’a-t-il pas, trop brièvement, lié architecture sacrée et liturgie ? Le déroulement du culte, par exemple, exige une aire sacrée fermée. Si l’architecture religieuse est identique, c’est qu’elle préside à une liturgie unique.

  • 39 Vitr. 1.7. 1.
  • 40 J. Alarcão et R. Étienne, Le forum augustéen et ses monuments, dans L’architecture (Fouilles de Con (...)
  • 41 P. Gros, Hermodoros et Vitruve, dans MÉFRA, 85, 1973, p. 137-161 ; Gros, Aurea templa (supra, n. 8) (...)
  • 42 E. Akurgal, Griechische und römische Kunst in der Türkei, Munich, 1987, p. 73, fig. 79 : c’est un p (...)

37Installés sur le point le plus élevé de la ville suivant le précepte de Vitruve39, ils font partie des programmes architecturaux de propagande impériale, comme nous l’avons découvert à Conimbriga40. C’est Rome qui en est l’inspiratrice ; le modèle canonique des temples périptères vient d’une interprétation italique à partir du pseudo-diptère sans opisthodome41. Précisément à l’époque augustéenne, le temple d’Athéna à Priène42, modèle du périptère ionique construit au ive siècle avant Jésus-Christ, vénère l’Empereur à côté de la déesse Athéna. L’espace sacré se dilate jusqu’aux limites d’un portique qui offre au temple un écrin digne de la majesté impériale. Les différences de dimension des trois temples tiennent à la perception de hiérarchies diverses qu’elles soient juridiques – temples coloniaux et temple municipal –, financières ou technologiques. Tous les trois attestent par la présence de la statue du culte l’unité cultuelle et culturelle, qui embrasse la capitale et les villes de l’Occident, et illustrent l’universalité de la romanisation, dont ils sont les instruments les plus actifs et les éternels garants.

Notes

1 Lettre personnelle du 9 juillet 1958.

2 J. M. Álvarez Martίnez, El templo de Diana, dans Augusta Emerita (Actas del Simposión internacional conmemorativo del Bimilenario de Mérida, 16-20 de Noviembre de 1975), Madrid, 1976 (= Augusta Emerita), p. 43-53.

3 J. M. Álvarez Martínez, El templo de Diana, dans Templos romanos de Hispania (Cuademos de Arquitectura romana 1), Murcie, 1992, p. 83-93.

4 A. de Laborde, Voyage pittoresque et historique en Espagne, Paris, 1811.

5 Álvarez Martínez (supra n. 3) p. 83.

6 Pour tous ces détails archéologiques nous dépendons des articles de J. M. Álvarez Martínez (supra n. 3), vivifiés par ses commentaires oraux lors d’une visite effectuée à Mérida le 21 juin 1993.

7 Plan donné à la fig. 7 par J. Menéndez Pidal, dans Augusta Emerita (supra n. 2) p. 214-215.

8 S. B. Platner et Th. Ashby, A topographical dictionary of ancient Rome, Oxford, 1929, s.v. Iulius, Divus, aedes, p. 286-288 ; G. Lugli, Roma antica. Il centro monumentale, Rome, 1946, p. 198-201, avec les fig. 43-44 (= Lugli, Centro monumentale) ; P. Gros, Aurea templa (BÉFAR, 231), Rome, 1976, p. 26, 57, 66, 85-91, 102. 103, 108,153, 200, 210, 276 (= Gros, Aurea Templa).

9 Dimensions : 9,40 m en longueur ; 3,75 m en largeur ; 1,82 m en profondeur.

10 Voir infra, p. 102-105.

11 A. Roth-Congès, L’acanthe dans le décor architectonique proto-augustéen en Provence, dans RAN, 16, 1983, p.109-134 (= Roth-Congès), p. 123 ; J. L. de La Barrera Anton, Los capiteles romanos de Mérida (Monografίas emeritenses 2), Badajoz, 1984, p. 72, aurait tendance à les vieillir à l’époque tardo-augustéenne et tibérienne.

12 R. Étienne, L’horloge de la civitas Igaeditanorum et la création de la province de Lusitanie, dans REA, 94, 1992, p. 355-362.

13 Étienne, Culte impérial, p. 378-379.

14 A. Vives y Escudero, La moneda hispánica, Madrid, 1926 (= Vives), IV, 65, no 46 (pl. CXLIII, 6). Les monnaies sont des dupondii et non des as.

15 Étienne, Culte impérial, p. 395.

16 Álvarez Martínez (supra, n. 3) p. 57 ; effigie de M. Agrippa, patronus coloniae, Catálogo Monumental de España (= CME) Badajoz, no 705, 1021-26, 1037-38, 1047, 1485-1486 ; une représentation en habit militaire, une autre en prêtre, un relief avec une scène de sacrifice dont M. Agrippa est le protagoniste : W. Trillmich, Ein historisches Relief in Mérida mit Darstellung des M. Agrippa beim Opfer, dans MM, 27, 1986, p. 279-304.

17 Pour les premières réflexions, voir J. M. Álvarez Martínez, El foro de Augusta Emerita, dans Homenaje a Sáenz de Buruaga, Badajoz, 1982, p. 53-68.

18 Lugli, Centro monumentale (supra, n. 8) p. 265 et fig. 73 ; F. Coarelli, Roma (Guide arch. Laterza), Rome, 1981, p. 105. Sur le rapprochement Mérida-Rome, voir M. F. Squarciapino, Ipotesi di lavoro sul gruppo di sculture da Pan Caliente, dans Augusta Emerita (supra, n. 2) surtout p. 56-60. En dernier lieu, J. M. Álvarez Martínez et T. Nogales Basarrate, Schéma urbain de Augusta Emerita, le portique du forum, dans Akten des XIII Internationalen Kongresses für klassiscbe Archaologie (Berlin, 1988), Mayence, 1990 (= Akten Berlin 1988), p. 336-337 et fig. 1.

19 CIL II, 471.

20 Étienne, Culte impérial, p. 414.

21 Vives (supra, n. 14), IV p. 66, no 59 (pl. CXLIV, 9) ; p. 67, no 77 (pl. CXLVI, 6) ; p. 68, no 80 (pl. CXLVI, 8).

22 M. A. Gutierrez Behemerid, El templo romano de Barcino. Análisis de la decoración arquitectónica, dans Templos romanos de Hispania (supra, n. 3) p. 95-105.

23 J. Puig y Cadafalch, El templo romà de Barcino : descoberta d’elements de la cornisa, dans Anuari Institut d’Estudis Catalans, 8,1927-31, p. 89-97 ; id., L’arquitectura romana a Catalunya, Barcelone, 1934, p. 305-319 ; Étienne, Culte impérial, p. 219-220.

24 Donnés par J. Bassegoda Nonell, El templo romano de Barcelona, Barcelone, 1974 ; le plan du temple a été proposé par l’architecte Antoni Celles.

25 J. Gimeno Pascual, Barcino Augusta. Distribución de espacios urbanos y áreas centrales de la ciudad, dans Boletin del Museo Arqueológico Nacional (= Bol. MAN) I, 1, 1983, p. 9-30.

26 Vitr.4.5.

27 Roth-Congès (supra, n. 11), type E : l’acanthe “à harpons”, p. 129-130 et n. 109.

28 Behemerid (supra, n. 22), p. 102 : la stylistique ne saurait l’emporter sur un fait historique bien établi.

29 J.-N. Bonneville, Aux origines de Barcino romain (Barcelone), dans REA, 80, 1978, p. 37-68, corrigé par le même, Les patrons du municipe d’Emporiae (Ampurias, Espagne), dans REA, 88, 1986, p. 181-200, 195, n. 61 : ILER, 1987, date de 9/8 et non de 8/7.

30 J. O. Granados, Notas sobre el estudio del Foro de la colonia Barcino, dans Los Foros romanos de las provincias occidentales, Madrid, 1987, surtout p. 68.

31 Elle diffère de peu de la date de 15 av. J.-C. proposée par F. Pallarès, La topografia e le origini di Barcelona romana, dans RStLig, 36, 1973, p. 63-102.

32 Plutôt que par César : H. Galsterer, Untersuchungen zum römiscben Städtewesen auf der iberiscben Halbinsel (Madrider Forschungen 8), Berlin, 1971, p. 68, no 7.

33 Roth-Congès (supra, n. 11) p. 118-123. On ne saurait, comme le suggère Th. Flauschild, “El templo romano de Evora”, 107-17 dans Temples romanos de Hispania (supra, n. 3, le rapprocher de celui de Barcelone, bien identifié comme type E (p. 111).

34 Hauschild (supra, n. 33) p. 114.

35 Th. Hauschild, Der peripterale Podiumtempel von Evora (Portugal), dans Akten Berlin 1988 (supra, n. 18) p. 541.

36 Th. Hauschild, Zur Typologie römischer Tempel auf der Iberischen Halbinsel, peripterale Anlagen in Barcelona, Mérida und Évora, dans Homenaje a Sáenz de Buruaga (supra, n. 17) p. 145. Rappelons pour mémoire notre propre datation trop tardive : iie siècle, dans Étienne, Culte impérial, p. 221 ; et celle, fin ier-début iie siècle ap. J.-C., proposée par C. Fabião dans Histόria de Portugal, I. Antes de Portugal, Lisbonne, 1992, p. 233.

37 G. A. Mansuelli, L’urbanistica e architettura della Cisalpina romana fino al III secolo e.n. (Coll. Latomus, III), Bruxelles, 1971. Voir aussi J. B. Ward Perkins, From Republic to Empire : reflections on the early provincial architecture of the Roman West, dans JRS, 60, 1970, p. 319.

38 Vitr., 4. 8.6.

39 Vitr. 1.7. 1.

40 J. Alarcão et R. Étienne, Le forum augustéen et ses monuments, dans L’architecture (Fouilles de Conimbriga, I* et 1**, Paris 1977) ch. II : p. 27-39.

41 P. Gros, Hermodoros et Vitruve, dans MÉFRA, 85, 1973, p. 137-161 ; Gros, Aurea templa (supra, n. 8) p. 108-115 et pl. XV, nos 2 et 3.

42 E. Akurgal, Griechische und römische Kunst in der Türkei, Munich, 1987, p. 73, fig. 79 : c’est un périptère avec 6 x 11 colonnes, qui mesure 19,55 x 37,20 m.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan des trois temples périptères (de gauche à droite : Mérida, Barcelone, Évora d’après le plan de A. García y Bellido).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 2. Temple de Mérida : façade.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8219/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 3. Mérida : portique du forum.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8219/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 4. Mérida : clipeus à la tête de Jupiter Ammon.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8219/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 5. Temple de Barcelone : colonnes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8219/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 6. Temple de Barcelone : plan restitué par A. Celles.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8219/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 7. Temple de Barcelone : chapiteau
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8219/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Fig. 8. Temple d’Évora : plan de Th. Hauschild.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8219/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 9. Temple d’Évora : podium et colonnes du long côté.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8219/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 10. Temple d’Évora : vestiges vus depuis le musée.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8219/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search