Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

1ère partie. Religion

Le culte impérial, vecteur de la hiérarchisation urbaine

Note de l’éditeur

Extrait de Les villes de Lusitanie romaine. Hiérarchies et territoires (Table ronde internationale du CNRS, Talence, 1988), Bordeaux, 1990, p. 215-231.

Texte intégral

  • 1 Par exemple, J. Beaujeu-Garnier et G. Chabot, Traité de géographie urbaine, Paris, 1963, passim.

1Quelle signification peut-on attribuer à la hiérarchisation des villes ? Est-ce que la doctrine des géographes modernes diffère de celle des géographes de l’Antiquité gréco-romaine ? Les premiers1 mettent en avant, comme critère de différenciation, le chiffre de la population, sans pouvoir toujours s’accorder sur les seuils numériques qui autorisent à passer de la bourgade à la petite agglomération urbaine, de cette dernière à la ville moyenne et enfin de celle-ci à la capitale régionale. Ils invoquent aussi, pour définir la pyramide urbaine, les fonctions administratives qui désignent une capitale, où se situent les pouvoirs de décision et de commandement, les fonctions économiques entraînant le développement plus ou moins important du secteur industriel et du secteur des services. Dans cette perspective, il risque de s’instaurer une dualité de capitales et donc une concurrence entre deux types d’agglomérations, l’une politique, l’autre économique. De toute façon, la ville-capitale développe un réseau relativement important avec d’autres villes, voisines ou lointaines, et son rayonnement peut se mesurer au fait qu’elle offre un pôle culturel à toute une région.

  • 2 Strab., IV, 1,6.
  • 3 Id., IV, 1, 12 : nous corrigeons la traduction de F. Lasserre.
  • 4 Id., IV, 1, 12.
  • 5 Strab., IV, 1. Sur la hiérarchie culturelle des villes chez Strabon, livres III et IV, voir P. Tho (...)
  • 6 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 40 (...)
  • 7 R. Syme, A govemor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, VIII, 1969, p. 125-133, surtout p (...)
  • 8 J. M. Serrano, L’augustalité et l’organisation des municipes sous le Haut-Empire romain : quelques (...)

2Il faut bien avouer que les géographes antiques n’ont négligé aucun de ces points de vue, même si le recensement de la population, sauf dans des cas privilégiés pour les citoyens de Rome, leur a échappé. À défaut de hiérarchie quantitative, Strabon recourt à une hiérarchie qualitative, façon déguisée de réintroduire le quantitatif. Par exemple, il note2 que Narbonne est le plus grand port de commerce (μέγιστον ἐμπόριον) de la Narbonnaise ; Arles est une ville et un centre commercial importants (ου μικρόν). Il revient3 sur l’importance de Narbonne qui sert de port aux Volques Arécomiques et surpasse les autres ports par le nombre de ceux qui l’utilisent comme place de commerce. C’est Nîmes qui est la métropole4, donc la capitale des Arécomiques, bien inférieure à Narbonne sous le rapport de sa population étrangère et de son mouvement commercial, mais elle l’emporte sur le plan politique dans le cadre d’une tribu gauloise. Donc Strabon cherche à mesurer les villes, tant sur le plan politique que sur le plan commercial et, à l’échelle d’une tribu celtique, il note avec intelligence le divorce entre le commercial et le politique. Ce détour par la Narbonnaise n’a été pris que pour montrer combien les préoccupations des géographes anciens informent celles des géographes modernes et combien la recherche d’une hiérarchie des villes, donc d’une classification, leur tient au cœur. Les vecteurs de cette hiérarchie sont multiples : le politique, le commercial sont la plupart du temps mis en avant ; le culturel n’est pas négligé, comme le prouve l’éloge de Massalia5 que fait le géographe d’Amasée. Nous pensons que le culte impérial illustre aussi et représente légitimement la hiérarchie des villes. En effet, son organisation est liée à la décision politique de Rome, implantant un culte provincial au chef-lieu de province et, pour la Lusitanie, il s’agit d’Augusta Emerita, colonie fondée par P. Carisius avec les vétérans de la Ve et de la Xe légion, en 25 avant Jésus-Christ6, et qui prend rang de capitale de l’Hispania Lusitania entre 16 et 13 avant Jésus-Christ7, lors de l’établissement du système provincial en Péninsule Ibérique. D’autre part, les prêtres et prêtresses du culte impérial municipal sont élus par les sénats municipaux et sont soumis à leur discrétion : nous aurons à nous demander si le culte fleurit davantage dans les municipes que dans les colonies. Enfin, l’augustalité entretient des liens étroits aussi avec les organes politiques de la cité8, dans lesquels les affranchis s’intègrent. Ainsi la géographie des lieux de culte n’est pas innocente : elle reflète l’importance respective des villes et éclaire souvent la fonction dominante de l’agglomération urbaine.

I. L’organisation du culte, reflet d’une double hiérarchie (fig. 1)

  • 9 R. Étienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR, 191), Pari (...)

3Dans ma thèse9, j’ai déjà lié l’organisation du culte impérial à la hiérarchie des villes en donnant, ce qui était bien naturel, la première place à la capitale, Augusta Emerita, siège du culte provincial ; mais je ne m’étais pas suffisamment interrogé sur la qualité juridique des cités qui pouvaient s’enorgueillir de voir un des leurs occuper les fonctions enviables de grand prêtre du culte impérial.

Fig. 1. Organisation du culte impérial en Lusitanie. 1. Prêtre du culte provincial ; 2. Prêtresse du culte provincial ; 3. Prêtre du culte municipal ; 4. Prêtresse du culte municipal ; 5. Augustalis ; 6. Sevir augustalis ; 7. Colonie ; 8. Municipe ; 9. Civitas.

Fig. 2. Manifestations du culte impérial en Lusitanie. 1. Sous Auguste ; 2. Sous Tibère ; 3. De 37 à 96 ; 4. Sous les Antonins ; 5. De 193 à 285 ; 6. Evêché au concile d’Elvire.

1. Culte provincial

a) Augusta Emerita, capitale

  • 10 Étienne, Culte impérial, p. 378-379.
  • 11 Voir la note 7.
  • 12 Étienne, Culte impérial, p. 414.
  • 13 J. M. Álvarez Martínez, El templo de Diana, dans Augusta Emerita (Actas del simposio internaeional (...)
  • 14 M. Florian Squarciapino, lpotesi di lavoro sul gruppo di sculture da Pan Caliente, dans Augusta Em (...)

4Nous ne nous attarderons pas longtemps sur ce point parfaitement évident. Les sources numismatiques augustéennes10 assurent qu’un autel a été élevé dans la colonie, sans doute vers 15 avant Jésus-Christ : la mention de Providentiel, thème de la propagande impériale lancé vers 17 avant Jésus-Christ, incline à le croire postérieur à l’autel de Tarragone. La date de 15 n’interdit pas de le croire provincial, si nous datons de 16 la création de la Lusitanie11. D’autres monnaies sous Tibère12 nous informent qu’un temple est dédié à Divus Augustus ; les habitants d’une colonie augustéenne située dans une province impériale ne font que suivre l’exemple du concilium de Tarraconaise. Même si le temple est représenté tétrastyle et non pas octastyle comme celui de Tarragone, on ne peut que l’assimiler au temple hexastyle, fouillé ces dernières années13 et dont on a découvert le portique entourant l’aire sacrée et la décoration de boucliers aux têtes de Jupiter Ammon et de Méduse et les caryatides, inspirées de modèles augustéens14. Dans cette union culturelle avec l’Urbs, Mérida affirme encore mieux sa vocation de capitale et le proclame au travers d’un modèle architectural et décoratif qui relève bien du culte impérial.

b) Les villes d’où sont originaires les prêtres et les prêtresses du culte impérial

  • 15 La formule est appliquée par Pline le Jeune au concilium de Tarraconaise (II, 13, 4) : scis quod i (...)

5Il est évident qu’au-dessous de la capitale, vers laquelle chaque année convergeaient les délégués des cités, interviennent les villes dont sont originaires les prêtres ; en effet, l’élection du flaminique provincial, ou de la flaminique provinciale, manifeste le poids de la cité à laquelle ils appartiennent. Le jugement, plein de gravitas d’un concilium provincial15, pèse les destins personnels au travers de la qualité des villes : il est donc légitime de dresser le tableau de ces villes qui occupent, après la capitale, le premier rang.

A. Prêtres

  • 16 Sans doute un doublet (colonia Scallabitana).
  • 17 Et non pas Néron-Vespasien (Étienne, Culte impérial, p. 122).
  • 18 Dédicace double : Divo Augusto, Divae Augustae, mais il ne faut pas être aussi catégorique que dan (...)
  • 19 Date consulaire. Flamen provinciae Lusitaniae divi Augusti divae Augusti.

Inscriptions datables

Nom

Date

Origine

I. a) CIL II, 3479 et 5617
ILER, 1546*
IRCP, 189

L. Cornelius C.f. Bocchus

Claude

Alcâcer do Sal

I. b) CIL 11, 35 = ILS, 2920
ILER, 1562
IRCP, 185
AE, 1967, 19516

L. Cornelius C.f. Bocchus
(colonia Scallabitana)

Claude

Alcâcer do Sal

I. c)AE, 1985,499-500
IRCP, 1561
IRCP, 205 peut-être

L. Cornelius... Bocchus

Claude

Alcâcer do Sal

I. d) CIL II, 5184 = ILS, 2921
ILER, 1561
IRCP, 207

L. Cornelius C. ( ?) ou L. ( ?) f. Bocchus

Claude17

Trόia

II. CIL II, 473 = ILS, 6892

Albinus Albui f.18

Claude

Emerita

III. AE, 1966, 177

L. Pomponius M.f. Capito
Dédicace de Scallabis

48 ap. J.-C.19

Emerita

IV. CIL II, 41
Fouilles deConimbriga,
II, no 75

L. Papirius L.f.

Tibère ou Vespasien

Conimbriga

V. CIL II, 5264
ILER, 1082
Fouilles de Conimbriga,
II, no 34

M. lunius Latro

77-78, Vespasien

Conimbriga

VI. IRCP, 7

M. Cornelius Persa

ier siècle

Ossonoba

VII. AE, 1967,187

C. Pompeius L.f. Pap. Priscus

Première moitié du iie s.

Emerita

Inscriptions non datables

Nom

Origine

VIII. CIL II, 160
ILER, 5518
IRCP, 617

C. Iulius Vegetus

 ?

S. Salvador de Aramenha, Marvão, Ammaia

IX. CIL II, 396
ILER, 463

Sex. Aponius Scaevus Flaccus

 ?

Bobadela

*ILER = J. Vives, Inscripciones latinas de la España romana, Barcelone, 1971.
IRCP = J. d’Encarnação, Inscrições romanas do Conventus Pacensis, Coimbra, 1984.

  • 20 D’après H. Galsterer, Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der iberischen Halbinsel (Madri (...)

6Récapilulation par ville20 (neuf prêtres)

  • 21 Civitas avec organisation municipale. Tribu Gal. = Auguste, mais CIL II, 5141 : Quir.

Emerita :

3 prêtres

colonie augustéenne de 25 avant Jésus-Christ

Conimbriga :

2 prêtres

municipe flavien

Alcácer do Sal :

1 prêtre

municipe césarien, droit latin (Municipium Salacia Imperatoria)

Ammaia :

1 prêtre

municipe après Claude et avant les Flaviens

Bobadela :

1 prêtre

municipe (CIL II, 401)

Ossonoba :

1 prêtre

civitas21

7Les municipes sont donc essentiellement représentés.

B. Prêtresses

  • 22 Si elle est l’épouse du flamen provinciae Albinus, celui-ci pourrait bien être originaire d’Olisip (...)
  • 23 Elle se dit flaminica prima de son municipe.
  • 24 Voir aussi AE, 1969-1970,214 : on lirait II à la suite (itération du flaminat).
  • 25 Rejetée par IRCP, p. 443-445, comme un faux d’humaniste.
  • 26 IRCP, p. 442, l’élimine car elle aurait été forgée par Resende, mais les arguments paraissent insu (...)

Inscriptions

Nom

Date

Origine

I. CIL II, 195
ILER. 1660

Servilia L.f. Albini22

sous Claude

Olisipo

II. CIL II, 32 = ILS, 6893
ILER, 49
IRCP, 183

Flavia L.f. Rufina

sous les Flaviens

Emerita

III. CIL II, 895
ILS, 6895

Domitia L.f.
Proculina23

Flaviens

Caesarobriga

IV. CIL II, 122 = 5189

-a.f. Calchisia24

milieu du iie siècle

Ebora

V. CIL II, 114 = ILER 552525 CIL II, 339 = ILER 177426

Laberia L.f. Galla

 ?

Ebora
Collipo

8Récapitulation par ville (cinq prêtresses) :

Ebora :

2 prêtresses

municipe césarien, M. LiberalitasIulia
Ebora (Plin„ IV, 117 ; CIL II, 114).

Emerita :

1 prêtresse

colonie, capitale.

Olisipo :

1 prêtresse

municipe césarien, Municipium Olisipo
Felicitas Iulia (CIL II, 176 ; Plin.,IV, 117).

Caesarobriga :

1 prêtresse

municipe (CIL II, 895).

Collipo :

1 prêtresse

  • 27 R. Étienne, Sénateurs originaires de la province de Lusitanie (Epigrafia e ordine senatorio, II), (...)
  • 28 La lex provinciae leur en faisait l’obligation.

9Là encore, nous ne rencontrons que des municipes ; aucune colonie n’est sur les rangs, sauf naturellement la capitale. Ce n’est pas le hasard qui peut expliquer l’absence de colonies. Déjà, en dressant la liste des sénateurs originaires de Lusitanie27, j’avais été frappé par les villes qui les avaient vu naître, essentiellement des municipes, au premier rang desquels se détachait Ebora. L’explication proposée se vérifie pleinement pour l’horizon provincial des prêtres. La société “coloniale” n’a pas la vitalité, le poids économique ni la culture des sociétés municipales, faites des aristocraties foncières indigènes, ralliées à Rome, et qui peuvent déléguer un des leurs pendant toute une année à Mérida28. Ainsi, nous pouvons être certains du dynamisme des municipes d’époque césarienne ou triumvirale et du poids que les municipes, créés à partir de cités stipendiaires ou d’oppida, ont immédiatement pris, suivant l’exemple éclatant de Conimbriga.

10La Lusitanie n’offre aucun témoignage de culte de conventus, ce qui nous permet de passer aussitôt aux villes où le culte municipal est attesté.

2. Culte municipal

A. Prêtres

Inscriptions datables

Nom

Date

Titre

Origine

I. CIL II, 49
IRCP, 236

M. Aurelius

Tibère, 14-17

Flamen Ti.
Caesaris Aug.

Pax Iulia

II. CIL II, 194 = ILS, 6896

Q. Iulius Plotus

Tibère, 14-19

Flamen Germanici
Caesaris, Flamen
Iuliae Augustae

Olisipo

III. AE. 1915, 95

Cn. Cornelius
Severus

Tibère, 14-29

Flamen Iuliae
Augustae

Emerita

IV. CIL II, 260

L. Iulius Maelo

Tibère, 14-37

Flamen divi
Augusti

Ager Olisip.

V. AE, 1982,461
MCP, 186

L( ?) Iunius Philo

Tibère, 14-37

Flamen divi
Augusti

Salacia

VI. CIL II, 5617

L. Cornelius C.f.
Bocchus

Claude, 41-54

Flamen
perpetuus

Salacia

VII. AE, 1966, 177

L. Pomponius
Capito

Claude, 48

Flamen coloniae
Aug. Em.

Emerita

VIII. CIL II, 6894
ILER, 1585
IRCP, 187

L. Porcius Himerus

ier siècle

Flamen divorum

Salacia

IX. AE, 1967, 187

C. Pompeius C.f.
Pap. Priscus

Première moitié du iie siècle

Flamen coloniae

Emerita

X. CIL II, 51
ILER, 1583
IRCP, 238

L. Clodius ( ?)
Salvianus

Fin ier/iie siècle

Flamen divorum

Pax Iulia

XI. CIL II, 53 = ILS, 6897
IRCP, 239

C. Iulius Pedo

Fin ier/iie siècle

Flamen divorum

Pax Iulia

Inscriptions non datables

Nom

Titre

Origine

XII. CIL II, 55
IRCP, 242

anonyme

 ?

Flamen Pacis Iuliae

Pax Iulia

XIII. CIL II, 197

 ?... Vegeta... ?

 ?

Flamen

Olisipo

XIV. CIL II, 5141

C. Iulius Felicior

 ?

Flamen

Ossonoba

XV. AP, 1955, 242 IRCP, 343

... Aelianus...

 ?

Flamen rei
publicae Pacis Iuliae

Pax Iulia

11Récapitulation par ville (quinze prêtres) :

Pax Iulia :

5 prêtres

- colonie

Olisipo :

3 prêtres

- municipe

Salacia :

3 prêtres

- municipe

Emerita :

3 prêtres

- colonie

Ossonoba :

1 prêtre

- municipe ?

B. Prêtresses

  • 29 Repoussée car forgée par Resende, p. 805.

Inscriptions datables

Nom

Date

Titre

Origine

I. CIL II, 32 =
ILS, 6893

Flavia Rufina

Vespasien,
70-79

Flaminica col.
Emeritensis perp.
et municipii
Salaciensis

Salacia
Emerita

II. CIL II, 895
ILS, 6895

Domitia
Proculina

Vespasien,
70-79

Fiaminica
municipii sui
prima et perpetua

Caesarobriga

III. CIL II, 5218

Caelia Vegeta

Hadrien,
117-138

Fiaminica

Olisipo

Inscriptions non datables

Nom

Titre

Origine

IV. CIL II, 114

Laberia Galla

 ?

Fiaminica
municipii
Eborensis

Ebora

V.CIL II, 115
ILER, 5673
IRCP, p. 44329

Iunia Verecunda

 ?

Flaminica perpetua
municipii
Eborensis

Ebora

VI.CIL II, 397
ILER, 6080

Iulia Modesta

7

Fiaminica

Bobadela

VII. CIL II, 494
ILER, 5312

Valeria Viniciana

 ?

Fiaminica
perpetua

Emerita

12Récapitulation par ville (sept ou huit prêtresses) :

Emerita :

2 prêtresses

- colonie (double appartenance expliquant les huit mentions pour sept flaminiques)

Ebora :

1 ou 2 prêtresses

- municipe césarien

Salacia :

1 prêtresse

- municipe

Olisipo :

1 prêtresse

- municipe

Caesarobriga :

1 prêtresse

- municipe

Bobadela :

1 prêtresse

- municipe

13Le culte municipal fait, à la différence du culte provincial, une place à une colonie, Pax Iulia (Beja), qui se distingue par le nombre des témoignages et par leur précocité. Cette évidence constitue une sorte de contrepoint au culte provincial dans la mesure où l’horizon de la société coloniale est bouché et ne dépasse pas les limites de la cité. Sans doute seuls des prêtres municipaux de Salacia et d’Emerita ont accédé à la prêtrise provinciale et ont eu un destin personnel supra-municipal. Mais les municipes, qui ont vu un des leurs, élu par le concilium, sont également – et c’est naturel – des cités où a fleuri le culte municipal. La dynamique de la société municipale se vérifie a contrario : un destin personnel peut être limité, celui d’un municipe ne l’est pas. Même si les colons de Pax Iulia ont adhéré dès le début de l’Empire avec ferveur à l’exaltation de la personne impériale autant qu’au culte d’Auguste divinisé, ils n’ont pas réussi à imposer un des leurs à Emerita : les indigènes ralliés ont regardé de haut cette population transplantée et d’un niveau social inférieur, qu’ils ont su parfaitement isoler.

3. Les Augustales et les Seviri augustales

  • 30 Voir essentiellement Th. Mommsen, Römisches Staatsrecht, 3, Leipzig, 1887, p. 456-459. A. von Prem (...)
  • 31 Étienne, Culte impérial, p. 265-267, repris par J. d’Encamação, dans IRCP, p. 59.

14Avec l’ordo Augustalium30 – que nous ayons affaire aux Augustales ou aux Seviri augustales qui dans le temps leur ont succédé – nous changeons de milieu social. Il était composé d’affranchis riches et influents qui, en raison de leur origine servile, ne peuvent ni entrer dans l’ordre des décurions ni exercer de magistratures ou de fonctions sacerdotales officielles. Ainsi, ces parvenus pouvaient par leur appartenance à l’ordre des Augustales détenir un rang social respectable et même jouer un certain rôle politique ; écartés des fonctions religieuses importantes, notamment le pontificat, l’augurat et surtout le flaminat, ils expriment leur attachement à l’Empereur non pas au nom de la communauté civique tout entière mais à celui d’une couche sociale jouant un rôle de poids dans l’économie. Ils sont donc liés au phénomène urbain et caractérisent essentiellement les ports. Leur présence nous renseigne donc sur une fonction occultée par la seule mention d’une colonie ou d’un municipe : la ville prend grâce à eux une nouvelle dimension, qui renforce et explique la dynamique d’une société, au chef-lieu de la province, Emerita, dans les ports31 tels qu’Olisipo où la concentration est particulièrement remarquable, Ossonoba et Balsa sur la côte sud, ou encore à Pax Iulia, où la structure “romaine” de la population comportait nécessairement une frange “libertine”.

a) Augustales

  • 32 Ce pourrait être aussi bien flam(ini) augustal(i).
  • 33 Augustalis de Pax Iulia et d’Ebora.

Inscriptions

Nom

Date

Dedicace

Origine

CIL II, 175 ILER, 186

M. Afranius Euporio
L. Fabius Daphnus

Tibère Tibère

Esculape

Olisipo
Olisipo

CIL II, 181
ILER, 173

C. Iulius...

Tibère

Mercure aug.

Olisipo

CIL II, 182
ILER, 1033

C. Arrius Optatus
C. Iulius Euticus

premier quart du ier siècle

Divus Augustus

Olisipo

CIL II, 183-196
ILER, 2062-1522

C. Heius Primus

Néron 13 oct. 56-12 oct. 57

à Néron

Olisipo

CIL II, 264
ILER, 6376

... Iulius Italicus

Olisipo

AE, 1936, 107

M. Iulius Tigrannus

ier siècle

Apollo

Olisipo

Ep. Olisipo, 8

... lis

début du ier siècle

---

Olisipo

IRCP, 246

C ? Iulius Niger

début du ier siècle

Pax Iulia

CIL II, 57c IRCP, 341

Inconnu32

 ?

Pax Iulia

EE, VIII, 6
ILS, 6900
IRCP, 241

L. Marcius Pierus33

début de l’Empire

Pax Iulia

AE, 1962, 69

M. Acilius Hymnus

début Julio-Claudiens

Emerita

AE, 1967, 188

Q. Aefulanus
Phosphorus

 ?

Emerita

15Récapitulation par ville (quatorze Augustales) :

Olisipo :

9 Augustales

- municipe

Pax Iulia :

3 Augustales

- colonie

Emerita :

2 Augustales

- colonie, capitale

b) Seviri augustales

Inscriptions

Nom

Date

Dedicace

Origine

CIL II, 5133
ILER, 1513

M. Cornelius Eridanus

iie siècle

Ossonoba

IRCP, 11

C. Iunius Receptus

iie siècle

Ossonoba

CIL II, 13 = ILER, 5069
ILER, 449
IRCP, 73

Annius Primitivus

deuxième moitié
iie/iiie siècle

Fortune aug.

Balsa

CIL II, 115

C. Antonius Flavinus

 ?

Ebora

CIL II, 495
ILER, 3235

L. Iuvinius

 ?

Emerita

16Récapitulation par ville (cinq seviri augustales) :

Ossonoba :

2 seviri augustales

- municipe

Balsa :

1 sevir augustal

- municipe

Ebora :

1 sevir augustal

- municipe

Emerita :

1 sevir augustal

- colonie, capitale

17Au terme de l’étude de l’organisation du culte impérial, la hiérarchie des villes s’établit pour la Lusitanie de la façon suivante, par ordre décroissant dans chaque catégorie :

  • capitale : Augusta Emerita ;
  • villes de premier rang : 1. Olisipo ; 2. Salacia ; 3. Ebora ; 4. Ossonoba ; 5. Conimbriga ; 6. Caesarobriga ; 7. Bobadela ; 8. Ammaia ;
  • ville de second rang : Pax Iulia ;
  • ville de troisième rang : Balsa.

18Les manifestations du culte impérial, constructions sacrées, dédicaces impériales (y compris les dédicaces aux membres de la famille impériale), statues, peuvent-elles infléchir ce classement ? Leur nombre mesure la ferveur religieuse et l’évergétisme renvoie à la richesse des membres des aristocraties municipales et donc à un niveau certain de prestige des villes.

II. Les manifestations du culte impérial (fig. 2)

1. Les édifices sacrés

  • 34 J. Alarcão et R. Étienne, L’architecture (Fouilles de Conimbriga, I), Paris, 1977, p. 28-34 et p.  (...)
  • 35 J. M. Bairrão Oleiro, J. Alarcão, Le cryptoportique d’Aeminium (Portugal), dans Les cryptoportique (...)
  • 36 Alarcão, Portugal romano, p. 198-199.
  • 37 Id., ibid., p. 199-200.

19Nous rappellerons pour mémoire l’autel augustéen d’Augusta Emerita et son temple tibérien. Les fouilles de Conimbriga34 ont amené la découverte d’un temple augustéen et la construction d’un temple flavien beaucoup plus important, entouré de portiques qui le sertissent dans une aire sacrée. Un tel plan de complexe architectural dédié au culte impérial se retrouve à Aeminium (Coimbra), dont on ne connaît que le cryptoportique35, entourant aujourd’hui la place où s’élève le palais épiscopal et où devait se dresser autrefois, là aussi, un temple du culte impérial. Enfin, le temple d’Évora, dont est conservée une partie de la colonnade, était sans doute consacré au culte impérial36, sans que l’on puisse se prononcer sur la nature de ceux de Beja, Faro et Mirobriga, insuffisamment relevés37.

  • 38 Nous avons tenu compte pour Conimbriga de Fouilles de Conimbriga II, Épigraphie et sculpture, où P (...)

20Nous avons actualisé les cartes du Culte impérial en enregistrant les découvertes d’inscriptions et de statues après 195638, en conservant toutefois le même découpage chronologique.

a) Auguste

2110 mentions à Emerita ; 2 mentions à Myrtilis ; 1 mention à Salacia ; 1 mention à Metellinum ;

221 mention à Conimbriga ; 1 mention à Ebora ; 1 mention à Civitas Igaeditanorum.

b) Tibère

232 mentions à Emerita ; 1 mention à Metellinum.

c) De 37 à 96

244 mentions à Emerita ; 3 mentions à Olisipo ; 1 mention à Conimbriga ; 1 mention à Aeminium ; 1 mention à Salacia ; 1 mention à Ammaia ; 1 mention à Metellinum.

d) Antonins

254 mentions à Olisipo ; 3 mentions à Emerita ; 2 mentions à Pax Iulia ; 2 mentions à Aeminium ; 1 mention à Conimbriga ; 1 mention à Civitas Aravorum ; 1 mention à Mirobriga ; 1 mention à Collipo ; 1 mention à Trutobriga ; 1 mention à Myrtilis ; 1 mention à Ammaia.

e) De 193 à 285

261 mention à Trutobriga ; 1 mention à Mirobriga ; 1 mention à Capera ; 1 mention à Norba ; 1 mention à Emerita ; 2 mentions à Olisipo ; 2 mentions à Ebora ; 3 mentions à Ossonoba.

27Si nous faisons le décompte des manifestations du culte – et nous pouvons d’une certaine manière ne pas tenir compte des édifices sacrés, tant il est évident que les flamines et flaminiques connus ne peuvent avoir officié que dans un temple et les Augustales, autour d’un autel ou dans le temple lui-même – nous aboutissons à un classement éloquent.

  • La capitale toujours en tête : Augusta Emerita.
  • Villes de premier rang : 1. Olisipo ; 2. Ebora ; 3. Salacia et Ossonoba ; 5. Conimbriga ; 6. Caesarobriga ; 7. Ammaia ; 8. Bobadela.
  • Villes de second rang : Pax Iulia.
  • Villes de troisième rang : Myrtilis, Metellinum, Aeminium, Mirobriga, Trutobriga, Balsa, Civitas Igaeditanorum, Civitas Aravorum, Collipo, Capera, Norba.

28Les villes de premier rang changent peu dans l’ordre hiérarchique. Leur destin est scellé et les grands ports, surtout Olisipo, sont en très bonne place. Il est évident également que, dans les villes de troisième rang, apparaissent des cités stipendiaires, mais aussi des colonies qui confirment combien les sociétés coloniales ont végété. Les municipes de cette classe, qui ont sans doute marqué la progression des sociétés indigènes romanisées, n’ont pas toujours pu poursuivre leur développement. Notons aussi la place d’Ebora qui, au iiie siècle, fournit à Rome la plupart des sénateurs lusitaniens, acquérant donc une notoriété plus grande.

  • 39 Terme que je serai amené à réviser lors d’une deuxième édition de ma thèse, p. 497.
  • 40 Analyses dans Etienne, Culte impérial, p. 497-512.

29Les fouilles archéologiques nous enseignent à repenser ce qu’il est convenu d’appeler la crise du iiie siècle39, même si des changements sont nettement perceptibles dans l’évolution du culte impérial40. Paradoxalement, il est encore plus lié aux entités municipales, si la dévotion personnelle aux empereurs perd de sa ferveur, encore que les nombreux milliaires inscrits au datif portent le témoignage de l’attachement aux empereurs. Ce que l’on perd en profondeur, on le gagne en dispersion : le culte impérial assure la survie des cités et enregistre leur vitalité.

  • 41 AE, 1975, 472-474. A. Chastagnol, Les inscriptions constantiniennes du cirque de Mérida, dans MEFR (...)
  • 42 R. Étienne, Ausone et l’Espagne, dans Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à (...)
  • 43 Fouilles de Conimbriga, I, p. 155-163.
  • 44 A. Chastagnol et moi-même avons contesté la position pessimiste de J. M. Blázquez, dans Transforma (...)

30Rien au ive siècle ne vient troubler l’ordre hiérarchique. À Augusta Emerita, les diverses réparations du cirque41 sont dédiées aux fils de Constantin, entre octobre 337 et mars-avril 340, et les inscriptions sont martelées vers 340 sur l’ordre de Constant, vers 350 sur l’injonction de Magnence, et Constantin II finit par être le seul nommé. Emerita célèbre Crispus, nobilissimus Caesar, entre 317 et 326 après Jésus-Christ : la colonie continue d’émerger donc au début du ive siècle et ce d’autant mieux que, outre son rôle permanent de capitale de la province, elle assume celui de chef-lieu du vicariat des Espagnes42. Devant le silence des autres villes qui pourtant, comme Conimbriga43, continuent à vivre au ive siècle, sa préminence est encore plus éclatante et en dit long sur la pérennité du phénomène urbain en Lusitanie44.

  • 45 Étienne, Culte impérial, p. 514.
  • 46 J. Orlandis, D. Ramos Lisson, Die Synoden auf der iberischen Halbinsel bis zum Einbruch des Islam (...)
  • 47 Id., ibid., p.33.
  • 48 ld., ibid., p. 41.
  • 49 Id., ibid., p. 129-130.
  • 50 Id., ibid., p. 86-92.

31Les flamines, même dans un Empire qui va adopter le christianisme, sont toujours élus et le concile d’Elvire45 examine leur position en face des exigences de la foi chrétienne. Surtout à ce concile, réuni vers 30646, assistent trois évêques lusitaniens, ceux d’Emerita, d’Évora et d’Ossonoba : n’est-il pas remarquable de voir l’Église se modeler sur la hiérarchie des villes, même si la non-représentation d’Olisipo et de Salacia fait problème ? En 380, au concile de Saragosse47, Hydace, évêque de Mérida, est présent en même temps qu’Ithace, évêque d’Ossonoba et, en 440, au premier concile de Tolède48, Patruinus est dit métropolite de Lusitanie, tout comme en 59749, Massona au concile de Tolède pluriprovincial ; quelques nouveaux représentent Egitania, Pax Iulia et Évora. L’émergence tardive d’Egitania, de Pax Iulia et même de Conimbriga au deuxième concile de Braga50 n’est pas faite pour nous étonner. Le culte impérial avait parfaitement dessiné une hiérarchie urbaine dans laquelle peu à peu s’est coulée l’Église.

32Certes nous n’avons pas épuisé tout ce que nous aurions à dire sur le réseau relationnel des villes, sur le rayonnement de Salacia : Cornelius Bocchus reçoit l’hommage de la colonie de Scallabis, car ce notable municipal est un homme de poids pour une société coloniale fermée. Il n’est pas étonnant non plus de voir une flaminique de la colonie-capitale l’être aussi du municipe de Salacia : elle sera aussi flaminique provinciale, favorisée par les suffrages de Salacia, n’en doutons pas.

33Il existe des villes multifonctionnelles dont Olisipo est le prototype, pour ne pas parler de Mérida. Une société dynamique produit de la richesse, quand le milieu des propriétaires fonciers reçoit l’appoint d’un milieu libertin aisé. S’affirme aussi la puissance des propriétaires fonciers d’Évora qui entrent au Sénat de Rome avec leurs épouses et leurs fils. Notre arithmétique, même si elle mérite d’être corrigée parfois par l’archéologie, comme à Beja (Pax Iulia), n’était pas aussi naïve qu’elle a pu paraître : les convergences sans négliger les évolutions sont multiples. Sans penser avoir tout dit des villes, nous avons au moins saisi l’une des clés de leur hiérarchie.

Notes

1 Par exemple, J. Beaujeu-Garnier et G. Chabot, Traité de géographie urbaine, Paris, 1963, passim.

2 Strab., IV, 1,6.

3 Id., IV, 1, 12 : nous corrigeons la traduction de F. Lasserre.

4 Id., IV, 1, 12.

5 Strab., IV, 1. Sur la hiérarchie culturelle des villes chez Strabon, livres III et IV, voir P. Thollard, Barbarie et civilisation. Strabon, étude critique des livres III et IV de la Géographie (Centre de recherches d’Histoire ancienne de Besançon, 77), Paris, 1987, p. 75.

6 P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409 (Publications du Centre Pierre Paris, 8), Paris, 1982, p. 69-72.

7 R. Syme, A govemor of Tarraconensis, dans Epigraphische Studien, VIII, 1969, p. 125-133, surtout p. 126 ; voir dans ce volume l’article “L’horloge de la civitas Igaeditanorum et la création de la province de Lusitanie”, p. 253-260.

8 J. M. Serrano, L’augustalité et l’organisation des municipes sous le Haut-Empire romain : quelques remarques, dans RHD, 66,1988, p. 231-240.

9 R. Étienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR, 191), Paris, 1958 (réimpr. en 1974) : la documentation a été ici entièrement réactualisée (= Étienne, Culte impérial).

10 Étienne, Culte impérial, p. 378-379.

11 Voir la note 7.

12 Étienne, Culte impérial, p. 414.

13 J. M. Álvarez Martínez, El templo de Diana, dans Augusta Emerita (Actas del simposio internaeional conmemorativo del Bimilenario de Mérida, 16-20 noviembre de 1975), Madrid, 1976 (= Augusta Emerita), p. 43-53.

14 M. Florian Squarciapino, lpotesi di lavoro sul gruppo di sculture da Pan Caliente, dans Augusta Emerita, p. 55-62.

15 La formule est appliquée par Pline le Jeune au concilium de Tarraconaise (II, 13, 4) : scis quod iudicium provinciae illius, quanta sit gravitas.

16 Sans doute un doublet (colonia Scallabitana).

17 Et non pas Néron-Vespasien (Étienne, Culte impérial, p. 122).

18 Dédicace double : Divo Augusto, Divae Augustae, mais il ne faut pas être aussi catégorique que dans Étienne, Culte impérial, p. 125.

19 Date consulaire. Flamen provinciae Lusitaniae divi Augusti divae Augusti.

20 D’après H. Galsterer, Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf der iberischen Halbinsel (Madrider Forschungen, 8), Berlin, 1971, p. 68-69.

21 Civitas avec organisation municipale. Tribu Gal. = Auguste, mais CIL II, 5141 : Quir.

22 Si elle est l’épouse du flamen provinciae Albinus, celui-ci pourrait bien être originaire d’Olisipo. Il faudrait mettre en question les deux prêtres originaires d’Olisipo.

23 Elle se dit flaminica prima de son municipe.

24 Voir aussi AE, 1969-1970,214 : on lirait II à la suite (itération du flaminat).

25 Rejetée par IRCP, p. 443-445, comme un faux d’humaniste.

26 IRCP, p. 442, l’élimine car elle aurait été forgée par Resende, mais les arguments paraissent insuffisants.

27 R. Étienne, Sénateurs originaires de la province de Lusitanie (Epigrafia e ordine senatorio, II), dans Tituli, V, 1982-1984, p. 521-529.

28 La lex provinciae leur en faisait l’obligation.

29 Repoussée car forgée par Resende, p. 805.

30 Voir essentiellement Th. Mommsen, Römisches Staatsrecht, 3, Leipzig, 1887, p. 456-459. A. von Premerstein, Augustalis, dans Diz. Epig., I, 1894, p. 824-877. G. Alföldy, Römische Sozialgeschichte, Wiesbaden, 1975. R. Duthoy, Les Augustales, dans ANRW, II, XVI, 2, p. 1254-1309.

31 Étienne, Culte impérial, p. 265-267, repris par J. d’Encamação, dans IRCP, p. 59.

32 Ce pourrait être aussi bien flam(ini) augustal(i).

33 Augustalis de Pax Iulia et d’Ebora.

34 J. Alarcão et R. Étienne, L’architecture (Fouilles de Conimbriga, I), Paris, 1977, p. 28-34 et p. 90-99.

35 J. M. Bairrão Oleiro, J. Alarcão, Le cryptoportique d’Aeminium (Portugal), dans Les cryptoportiques dans l’architecture romaine (Coll. ÉFR, 14), Rome, 1973, p. 349-369, p. 350 et 356 pour l’existence du temple que les têtes impériales d’Agrippa, Vespasien et Trajan confortent. J. Alarcão, Portugal romano, 4e éd., Lisbonne, 1987 (= Alarcão, Portugal romano), p. 96-98, fig. 18-19.

36 Alarcão, Portugal romano, p. 198-199.

37 Id., ibid., p. 199-200.

38 Nous avons tenu compte pour Conimbriga de Fouilles de Conimbriga II, Épigraphie et sculpture, où P. et M. Lévêque ont étudié l’ensemble des statues impériales ; pour Aeminium, de A. Garcia y Bellido, Retratos romanos impériales de Portugal, dans Arq. de Beja, XXIII-XXIV, p. 280-291.

39 Terme que je serai amené à réviser lors d’une deuxième édition de ma thèse, p. 497.

40 Analyses dans Etienne, Culte impérial, p. 497-512.

41 AE, 1975, 472-474. A. Chastagnol, Les inscriptions constantiniennes du cirque de Mérida, dans MEFRA, 88, 1976, p. 259-276.

42 R. Étienne, Ausone et l’Espagne, dans Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à J. Carcopino, Paris, 1966, p. 985-1009. Id., Mérida, capitale du vicariat des Espagnes, dans Homenaje a J. Álvarez Sáenz de Buruaga, Badajoz, 1982, p. 201-207.

43 Fouilles de Conimbriga, I, p. 155-163.

44 A. Chastagnol et moi-même avons contesté la position pessimiste de J. M. Blázquez, dans Transformations et conflits au ive siècle ap. J.-C. (Colloque de la FIEC, Bordeaux, 7-12 septembre 1970), Bonn, 1978, p.93.

45 Étienne, Culte impérial, p. 514.

46 J. Orlandis, D. Ramos Lisson, Die Synoden auf der iberischen Halbinsel bis zum Einbruch des Islam (711), Paderborn, 1981, p. 7.

47 Id., ibid., p.33.

48 ld., ibid., p. 41.

49 Id., ibid., p. 129-130.

50 Id., ibid., p. 86-92.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Organisation du culte impérial en Lusitanie. 1. Prêtre du culte provincial ; 2. Prêtresse du culte provincial ; 3. Prêtre du culte municipal ; 4. Prêtresse du culte municipal ; 5. Augustalis ; 6. Sevir augustalis ; 7. Colonie ; 8. Municipe ; 9. Civitas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 2. Manifestations du culte impérial en Lusitanie. 1. Sous Auguste ; 2. Sous Tibère ; 3. De 37 à 96 ; 4. Sous les Antonins ; 5. De 193 à 285 ; 6. Evêché au concile d’Elvire.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search