Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

1ère partie. Religion

Archéologie et idéologie impériale à Conimbriga (Portugal)

Note de l’éditeur

Extrait de Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1986, p. 120-132 (coauteur J. Alarcão).

Texte intégral

  • 1 Nous nous permettons de rappeler leurs titres : Fouilles de Conimbriga, I. L’architecture, Paris, (...)

1Les fouilles de Conimbriga, site qu’il faut identifier avec le petit village de Condeixa-a-Velha, situé à quinze kilomètres de Coimbra, ont été menées conjointement par l’Institut d’archéologie de l’Université de Coimbra, le Musée Monographique de Conimbriga et la Mission archéologique française au Portugal, de 1964 à 1971. Elles n’auraient pu aboutir aussi rapidement à une publication en sept volumes, de 1974 à 19791, sans l’appui bienveillant, du côté français, des secrétaires de la Commission consultative des fouilles auprès du Ministère des Affaires Etrangères, et nous voudrions saluer avec émotion la mémoire d’André Parrot et dire notre gratitude au Secrétaire perpétuel de l’Académie, Jean Leclant. Nous savons aussi tout ce que nous devons au Service d’Architecture antique du CNRS, alors dirigé par Roland Martin, autant que nous mesurons avec quelle bienveillance Jean Pouilloux s’est penché au CNRS sur nos demandes de subventions pour l’édition de nos volumes.

2Après ce préambule, qui se veut être un hommage à l’Académie, nous voudrions rappeler que Rome, créant en 197 avant Jésus-Christ les deux provinces hispaniques d’Hispania Ulterior jusqu’au Sucro (Jucar) et d’Hispania Citerior du Sucro aux Pyrénées, s’est vite heurtée pendant une grande partie du iie siècle à une résistance armée farouche de la part des peuples de l’intérieur, Celtibères sur le plateau de la Meseta et Lusitaniens plus au sud-ouest. La prise de Numance en 133 marque la fin de ces sursauts nationaux et la Péninsule Ibérique, une fois vaincue la résistance des Astures et des Cantabres, fut définitivement pacifiée par Auguste.

3Qu’advint-il dans ces tourmentes de Conimbriga et de la région du nord-ouest du Portugal moderne ? Cet oppidum, mentionné pour la première fois par Pline l’Ancien (IV, 21, 113), a été découvert par les Romains pour la première fois en 137-136, quand le général Decimius Brutus remontait d’Olisipo (Lisbonne) vers le nord. Il s’agit d’un oppidum celtisé par les Conii dès la première vague des peuples celtiques de Hallstatt vers le viiie siècle ; vers 500, de nouvelles populations s’installent dans la région et, sur l’oppidum, on enregistre la pénétration de fibules de La Tène I et de La Tène III et la pacification césarienne en 61 a contribué à fortifier sa position et à lui donner tout son éclat d’oppidum de La Tène III, sur un éperon barré.

4Ainsi, Conimbriga au départ est une ville indigène dont nous avons reconnu auprès du temple flavien l’horizon historique, les rues obliques se coupant à angles aigus, les cases groupées autour d’une cour et où pouvaient vivre ces communautés de lignage, ces συγγενειαι dont parle Strabon. Sans doute, les influences méditerranéennes expliquent ce premier urbanisme régulier dans la dernière phase de l’habitat indigène, puisque nous connaissons ailleurs sur le site des cases entaillées dans le rocher sans un ordre cohérent.

5Quelle va être la marque de Rome sur cet oppidum ? Comment l’Empire va-t-il l’intégrer dans ses conceptions urbanistiques tournées vers l’implantation d’une grand-place publique autour de laquelle s’ordonnent les monuments principaux de la cité nouvelle et d’autres ensembles, tels les thermes et l’aqueduc qui véhiculent en même temps que l’hygiène, l’esthétique et les mœurs de l’occupant ?

I. La coexistence julio-claudienne2

  • 2 Nous avons présenté une première vision de la chronologie du site à l’Académie : J. M. Bairrão Ole (...)

6Auguste apporte un profond remaniement à l’organisation des provinces hispaniques. C’est vers 16-13 qu’est née la province de Lusitanie, avec pour capitale Emerita Augusta (Mérida), colonie fondée en 25 avant Jésus-Christ avec les vétérans de trois légions qui ont combattu les Astures et les Cantabres, sous le commandement du légat R Carisius. Voici donc Conimbriga, sise en Lusitanie et soumise au poids de l’influence romaine diffusée par la capitale. Sans doute, la domination romaine se traduit-elle par un changement des axes de l’urbanisme, par la suppression de nombre de constructions de l’âge du Fer, mais il faut tout de suite noter que, dans sa nouvelle implantation, l’urbanisme augustéen respecte un quartier indigène et même s’articule avec lui en construisant un escalier et un cryptoportique de façade qui facilite les communications entre le forum et l’habitat de l’âge du Fer. Ainsi, la coexistence augustéenne n’est pas une vue de l’esprit, une abstraction politique choisie parmi d’autres possibilités historiques, mais une réalité archéologique.

7Une certaine planification a commandé les articulations de l’urbanisme des Julio-Claudiens. Au point haut de la ville, profitant d’une remontée du tuf calcaire qui constitue le sous-sol géologique tourmenté de Conimbriga, le forum et ses annexes ; au point bas, le secteur thermal dont la piscine d’eau froide reçoit le terminal de l’aqueduc. Entre les deux, une rue oblique qui détermine à partir de Claude les îlots irréguliers, trapézoïdaux, coupés du nord au sud de voies parallèles, qui semblent esquisser une mise en ordre de l’urbanisme : ces cardines débouchent sur l’artère maîtresse du decumanus. Dans ce réseau de voies, s’installe comme une sorte de “médina”, avec son dédale de cours intérieures, de logements à étage où vit une population d’artisans, de petites gens en tout cas. À l’extérieur du périmètre de nos fouilles, vers l’est et près du débouché de la route principale vers Aeminium (Coimbra), un quartier de domus s’implante, leurs pièces orthogonales classiques disposées autour de péristyles et de bassins – sur lesquels nous reviendrons – accueillent les notables à l’étroit dans le vieux quartier indigène en contrebas du forum ; un tel quartier annonce l’avènement du municipe flavien.

Fig. 1. Plans superposés du forum augustéen et du forum flavien.

8Le premier forum (fig. 1) installé à Conimbriga répond à la triple fonction classique des forums tardo-républicains et augustéens : c’est-à-dire religieuse, politique et commerçante. La fonction religieuse est assumée au nord par le temple du culte impérial. La fonction politique apparaît avec la présence à l’est d’une basilique et d’une curie et la fonction commerçante, à l’ouest, appartient à la série des boutiques, sans doute précédées d’un portique. Ces trois fonctions s’ordonnent canoniquement autour d’une place de 52 X 64 mètres. Le temple du culte impérial, aux abords duquel on a retrouvé une tête d’Auguste et les fragments de plusieurs statues impériales, qui devaient être plus grandes que nature, est érigé sur le point le plus élevé de la ville artificiellement surélevé par une crypte ; il occupe sensiblement l’axe de la place, du côté du nord. La basilique de 33 X 13,65 mètres compte trois nefs, le mur oriental est contreforté, le tribunal occupe le côté septentrional et la jouxte une curie de dimensions réduites – 75 mètres carrés – ce qui suffit à la gestion d’une ville qui n’est pas encore officiellement entrée dans les cadres de la vie politique romaine. Elle ne dispose pas d’un authentique conseil de décurions, seuls les anciens réunis en conseil de notables l’administrent sous la direction de magistri à l’image de la civitas Igaeditanorum. Il n’en est que plus remarquable de rencontrer, avant toute promotion juridique, un local canonique de la vie “politique” municipale où se faisait l’apprentissage des responsabilités de la cité. Même à l’intérieur d’une forme architecturale imposée par le vainqueur, il y a déjà comme la promesse de la liberté municipale. La place elle-même, bordée par des bases honorifiques, est fermée au sud par un mur de clôture accompagné d’un portique sur sa face interne ; il laisse place à une entrée monumentale. Le forum augustéen reste ainsi un lieu de rencontre : la basilique, ouverte à l’est et à l’ouest, permet une pénétration qui suit la direction primitive de l’urbanisme préaugustéen ; d’autre part, l’ouverture méridionale canalise ceux qui suivent la nouvelle voie ouverte par l’installation de l’aqueduc ; enfin le grand escalier de l’ouest de dix marches, dont la cage de 2,25 mètres de large s’inscrit dans l’alignement des tabernae qui longent le côté occidental de la place, rattrapant une dénivellation de 2,36 mètres entre le sol du cryptoportique et celui du portique. Il conduisait en effet au travers d’un cryptoportique de façade, à double nef, soutenu par une file de huit piliers, vers la place du “vieux quartier”, respecté par l’autorité romaine et où vivaient les chefs de lignage indigènes qui vont vite se romaniser. D’autre part, le cryptoportique communiquait avec la crypte du temple du culte impérial et dessinait avec elle le plan de la basilique vitruvienne de Fano. Ainsi, le temple et le portique de façade, installés au-dessus du cryptoportique-passage, fermaient scénographiquement le forum au nord ; la place, dont les proportions respectaient les règles vitruviennes, pour ainsi dire sert de temenos au temple, puisque l’espace lui était mesuré au nord par la présence du “vieux quartier”. Ainsi, le forum reste un espace de liaisons internes, le diaphragme de la circulation humaine. Toutefois, il est déjà fermé aux voitures et l’axialité du plan, plaçant au nord le temple du culte impérial, le rapproche du schéma hellénistique de la place fermée. Les deux portiques en équerre, ouest et sud, accentuant ce caractère même s’ils ne se retournent pas sur la façade de la basilique et de la curie.

9Par rapport aux misérables constructions de l’âge du Fer, même ordonnées sur des rues, la seule présence de l’ensemble monumental autour du forum marquait pour l’oppidum le début d’une ère nouvelle, illustrée par l’intervention sur son sol de la pensée mathématique de l’architecte. La tradition romaine, tradition de la vie politique, judiciaire, de la vie économique et de la vie religieuse, s’imposait comme une force d’attraction. Mais ce premier urbanisme et ce premier forum portent les marques de leur époque et illustrent l’ambiguïté même de la période augustéenne : la place n’est pas totalement fermée puisque la basilique est ouverte, à l’est et à l’ouest, le dessin du portique en L n’est pas gracieux, la symétrie est loin d’être parfaite puisqu’il faut sauvegarder un quartier ancien ; surtout le développement du secteur proprement religieux reste étriqué, comme si Auguste n’osait pas encore affirmer sa divinité.

10Cette même timidité se retrouve dans la conception architecturale des thermes augustéens, pièce essentielle du prestige du conquérant qui propose au populus de l’oppidum des habitudes d’hygiène et de loisir.

11Implantés au sud-ouest de la ville et éloignés du forum, les thermes augustéens (fig. 2) occupent une superficie de 50 x 40 mètres, dégagée aux dépens des cases de l’âge du Fer, taillées dans le roc. Le terminal de l’aqueduc imposant à l’ouest l’emplacement du frigidarium, l’architecte a conçu un plan rationnel, d’ouest en est, en disposant au milieu de la construction le secteur tiède qui comporte un labrum pour les ablutions, à l’est le secteur chaud à double baignoire qui exigeait à l’extrême est les fournaises et les services. Le bloc thermal se développe au sud d’une cour palestre, agrémentée d’un portique et d’un petit bassin au nord, cour sur laquelle ouvrent la loge du gardien au sud et des pièces annexes. Un tel plan témoigne de la vogue du modèle campanien, révélé à Pompéi aux thermes de Stabies, aux thermes du Forum et aux Thermes centraux : c’est donc un schéma préaugustéen qui est implanté, à Conimbriga, en même temps que l’architecte urbaniste prouve son attachement au plan traditionnel du forum italo-hellénistique.

Fig. 2. Plans superposés des thermes augustéens et des thermes flavio-trajaniens.

12Ainsi sous les Julio-Claudiens, Conimbriga est envahie par la tradition architecturale hellénistico-romaine qui exalte le nouveau régime, ses conquêtes spirituelles et esthétiques ; mais, dans cet héritage le passé républicain reste présent, le respect de l’oppidum indigène entraîne certaines timidités qui s’harmonisent avec la politique du premier empereur. Tout va changer avec la dynastie flavienne et les débuts des Antonins : l’idéologie impériale va régner en maîtresse grâce à une véritable révolution architecturale.

II. La révolution flavio-trajanienne

  • 3 La découverte de l’autel à Flavia Conimbriga a fait l’objet d’une communication à l’Institut : J. (...)

13L’oppidum celtico-romain devient municipe3 en vertu, d’une part, de la décision de Vespasien en 75-76 d’accorder le droit latin mineur aux habitants de la Péninsule et aussi en raison de la volonté de ses notables de profiter de l’occasion ainsi offerte d’entrer dans les cadres de la citoyenneté romaine. La tribu Quirina fut désormais celle des citoyens romanisés de Flavia Conimbriga. La transformation juridique s’accompagne d’un remodelage urbain qui légitime l’appellation de révolution flavienne. Les deux centres monumentaux, au nord le forum et son temple, au sud les thermes, témoignent de ce renouveau architectural qui va faire tomber dans l’oubli les débuts d’une coexistence pacifique. Conimbriga désormais présente une image plus pure de Rome et véhicule plus intensément l’idéologie impériale.

14Certes, un programme d’une aussi vaste ampleur, s’il illustre la richesse d’une “bourgeoisie” lusitanienne, a exigé des capitaux qui n’ont pu être mobilisés sur-le-champ. Les travaux eux-mêmes ont pu durer près d’une génération, si bien qu’il n’y a pas de contradiction à parler de révolution flavienne et à dater de Trajan le deuxième état des thermes du sud. De toute façon, c’est un même architecte qui a conçu le premier plan de masse des monuments dont nous pouvons montrer les solidarités.

1. Le forum flavien

15L’architecte flavien fait table rase du passé (fig. 1) : il détruit l’habitat de l’âge du Fer, le temple et le cryptoportique augustéens, les boutiques, la basilique, la curie et il épargne seulement les fondations des anciens monuments, quand elles servent à l’implantation de son nouveau parti. Il ennoie l’escalier occidental dans un remblai uniforme qui lui donne par exemple le niveau de la cour dallée. Il décide d’isoler l’ensemble monumental par un réseau de rues, à l’est, au nord, à l’ouest et au sud ; ainsi seront facilités la circulation et le drainage et sera mis en valeur ce quartier officiel.

16Surtout, il vise à dessiner un ensemble cohérent, inscrit dans des formes géométriques simples, s’animant autour d’un seul axe de symétrie, nord-sud, tandis qu’il se sert du mur nord du forum proprement dit pour séparer deux espaces : celui du temple et celui de la place. Désormais libéré de toute contrainte, puisque le vieux quartier des notables indigènes a disparu, l’architecte flavien a décidé de balancer le portique entourant le temple au-dessus du cryptoportique par un portique encadrant la place, au-delà d’un promenoir découvert. Ainsi, deux surfaces en Π sur le forum répondraient à celles du cryptoportique et du portique entourant le temple.

17À cette volonté de symétrie s’allie le désir d’implanter des constructions aux proportions harmonieuses. L’intelligence des rapports dimensionnels répond – notre architecte J.-Cl. Golvin l’a remarquablement démontré – à l’application d’un module architectural de dix pieds équivalant à 2,96 mètres.

18Le jeu entre espaces couverts et espaces libres est aussi subtil : à la masse du temple s’oppose la place du forum, l’esplanade autour du temple fait reculer le portique qui sert d’écrin à la demeure de la divinité impériale, tandis que le forum s’agrandit du promenoir découvert. Mais, la surface “publique”, plus vaste que l’espace sacré, supporte un portique plus large, d’autant qu’il se trouve à un niveau plus bas. Les promeneurs du forum découvrent ainsi en même temps que la construction étagée du palier, de l’escalier du temple, de la cella, la colonnade double du portique. Les rapports numériques servent donc ici la perspective ; l’architecte a souhaité dessiner un ensemble à l’hellénistique, fermé sur lui-même, le temple entouré de ses portiques doubles dominant une place du forum, encadrée d’un promenoir et d’un portique, c’est-à-dire transformant l’ancienne place augustéenne en temenos supplémentaire pour le temple. Vraiment, le sacré a tout envahi, ce qui mesure la gratitude du nouveau municipe à l’empereur flavien. L’architecte a surtout fait triompher l’axialité sacralisante, illustrée à Rome par le théâtre et les portiques de Pompée et les premiers forums impériaux de César à Auguste. Il est bien évident que les portiques circonscrivent la zone destinée à être vue et qu’ils guident le regard vers le sommet de la perspective, vers le temple dont le faîte atteint 18,50 mètres et vers la statue de culte. C’est vers elle que se tournait le prêtre, à elle que s’adressaient les supplications des dévots et les portiques permettent de dessiner les chemins processionnels, quand on promène les statues destinées à cet office. Donc, le monde du recueillement sacré ne pouvait qu’être à l’écart du tohu-bohu de la circulation humaine. Dans ce but, l’architecte flavien a rompu complètement avec la conception du forum où devaient converger les courants de circulation. Désormais agrandi et occupant un rectangle de 68 X 96 mètres, il est totalement fermé ; seule entrée monumentale, une porte triomphale – un trétrapyle – représente le passage obligé à qui pénètre dans ce qui illustre le type parfait de l’agora de type hellénistique. Il est donc devenu un forum impérial, dominé par le temple où l’on honore la divinité impériale, entouré de portiques : ainsi l’architecte flavien appliquait une des exigences fondamentales de l’art comme l’avait souligné Vitrave, la scénographie : toutes les façades et les côtés convergeant vers un seul point du compas.

19Désormais donc, le forum flavien, à la différence du forum augustéen, n’assume plus qu’une seule fonction, la fonction religieuse et idéologique. Il canalise la circulation humaine en jouant un rôle essentiel de distributeur périphérique de la circulation, il détermine sur chacun de ses côtés une rue et ce quadrilatère s’articule au sud sur une place et sur la rue des thermes qui conduit la population de Conimbriga vers le second ensemble monumental grandiose de la ville, les thermes du sud.

2. Les grands thermes du sud (fig. 2)

20La révolution flavienne a bouleversé le secteur thermal augustéen de fond en comble et, au sud, elle a donc été plus complète que dans le secteur monumental du nord. L’homogénéité de conception se marque au redressement sensible vers le nord/nord-ouest du plan général de l’ouvrage et par la vision grandiose des proportions de l’édifice, qui couvre désormais près de deux fois la surface occupée par les thermes augustéens. On y retrouve la même volonté de faire table rase du passé, d’ennoyer sous des déblais l’horizon augustéen ; on a construit un établissement utilitaire mais somptueux de par ses installations et de par la présence, à côté du bloc thermal proprement dit, d’une soi-disant palestregymnase qui aménage pour le plus grand bien-être des usagers un espace privilégié, dominant le ravin qui entaille le plateau urbain. Mais, l’orientation nord-sud des bâtiments est à l’opposé de celle des thermes augustéens par l’ordonnancement axial des divers secteurs, Conimbriga adopte un plan né vers les années 60 après Jésus-Christ, affirmé sous les Flaviens et s’imposant à partir de Trajan. Ainsi, de l’adoption augustéenne du modeste et banal schéma campanien, Conimbriga est passé à la ratification d’un plan de thermes impériaux.

21L’architecte a distribué l’espace en privilégiant le rythme ternaire. En gros, on peut distinguer trois grands secteurs : la natatio à ciel découvert, le bloc thermal, la “palestre” découverte. À cette alternance, selon l’axe nord-sud du couvert et du découvert, correspond la répartition ternaire dans le sens ouest-est des salles du frigidarium, du tepidarium-laconicum et du caldarium. Ainsi, à côté d’un forum “impérial”, Conimbriga dispose de thermes impériaux adoptant les modes nouvelles des jardins et des gymnases dans l’édifice thermal lui-même. Le jardin prend ici une grande importance : il est présent le long du portique qui conduit à la palestre-gymnase, présent dans cette “palestre” promenade, où il s’intégre à l’architecture tant par les caissons de verdure que par les allées ombreuses.

22N’oublions pas que les sources anciennes citent des jardins à propos de chaque création de thermes “impériaux” d’Agrippa à Néron, de Titus à Trajan. L’architecte paysagiste est resté à Conimbriga fidèle à un schéma architectural trajanien, puisque Apollodore de Damas a combiné au forum de Trajan les absides de la basilique avec celles de la place qui la précède. À Lepcis Magna, la grande palestre des Thermes d’Hadrien comporte aussi deux absides et l’on ne saurait oublier que dans la Domus Flavia du Palatin, datant de Domitien, le prétendu stade n’est qu’un grand jardin, tout comme la prétendue palestre de Conimbriga, implantée dans un cadre qui obéit au rythme d’un module architectural de vingt-cinq pieds.

III. Les maisons

  • 4 J. Alarcão et R. Étienne, Les jardins à Conimbriga, dans Ancient Roman Gardens (Seventh Dumbarton (...)

23Que l’architecture du nouveau municipe ait répondu pour les monuments publics à la diffusion de modèles canalisés par la capitale provinciale, on ne peut s’en étonner : un tel phénomène entre dans la volonté d’intégration des élites hispano-romaines ; il est beaucoup plus exceptionnel de retrouver une influence “impériale” dans l’architecture privée des maisons à péristyle de Conimbriga4.

24De 1930 à 1944, V. Correia fouilla quatre riches maisons que nous pouvons considérer comme quasi-inédites ; si leur chronologie reste à préciser, leurs plans restent clairs, la destination des pièces principales facile à identifier. Nous analyserons essentiellement les structures des péristyles pour deux d’entre elles.

25La Maison aux Jets d’eau, ainsi nommée parce que son jardin central est agrémenté de plus de quatre cents jets d’eau, est située à l’extérieur de la muraille qui, sans doute au début du IVe siècle de notre ère, entoura la cité. L’espace central du péristyle (fig. 3) est entièrement occupé par un bassin, au milieu duquel l’architecte a disposé, suivant un rythme parfaitement régulier, six caissons. Si les bords externes restent rectilignes pour dessiner un euripe continu au pied même de la colonnade, les bords internes sont creusés d’exèdres semi-circulaires (en réalité en forme de U) et qui se font vis-à-vis ; les deux exèdres des caissons centraux sont d’un diamètre plus important, suivant le grand axe, ces mêmes bords internes ont des évidements rectangulaires qui, en se combinant deux à deux, dessinent un rectangle allongé traversé de canaux perpendiculaires. Cette combinaison baroque d’éléments curvilignes et rectilignes rappelle la frons scenae du théâtre. N.B.

Fig. 3. Maison aux Jets d’eau ; bassin du péristyle central.

26À la Maison de Cantaber, nous rencontrons un péristyle plus simple et plus ample que celui de la Maison aux Jets d’eau. Les quatre caissons copient les caissons les plus extérieurs de la Maison aux Jets d’eau. Ils dessinent ainsi un large bassin central, rectangulaire, communiquant avec le canal périphérique par le moyen de quatre éléments circulaires ou même ovales. Un autre bassin agrémente un péristyle tronqué : notons le dessin capricieux que suivent les caissons plongeant dans le bassin ; au centre, quatre petits éléments circonscrivent un octogone, au milieu duquel s’insère un jet d’eau ; de part et d’autre, deux caissons semblables, carrés, recoupés par des exèdres semi-circulaires. Là encore, se vérifie l’unité de conception avec la maison précédente, tout comme on retrouve la même conception dans la Maison aux Swastikas et dans celle des Squelettes.

27Au total, dans les grandes domus de Conimbriga, l’espace découvert des péristyles est occupé par un bassin au ras même de la colonnade. Des caissons maçonnés y accueillent un jardin, agrémenté de jets d’eau. Ainsi, nous retrouvons sous l’Empire une sorte d’impluvium puisque l’eau de chaque aile du péristyle peut s’y déverser. Mais, alors que l’impluvium des maisons de Pompéi autant d’ailleurs que les bassins de leurs péristyles sont restés libres de plantations, le jardin étant extérieur au bassin, ici il leur est intérieur. L’unité autant que l’originalité de ce schéma résident dans ce rapport nouveau entre l’eau et l’espace du jardin.

28Il faut nous tourner encore une fois vers Rome, vers la Domus Augustana, la résidence privée de Domitien qui présente dans son péristyle C un jardin dessiné dans un bassin. Entre les colonnes, celui-ci est défini par un mur bas de briques. L’espace intérieur du bassin est occupé par des caissons dessinant des peltes ou boucliers d’Amazones, un sur chaque côté, et, au centre, le rectangle curviligne rappelle par sa forme les deux petits caissons du péristyle tronqué de la Maison de Cantaber. L’eau circulait autour de ces massifs plantés d’arbustes ou de fleurs ou des deux à la fois.

29L’architecte de la Domus Augustana a donc fait triompher ici une esthétique qui fait à l’eau une grande place dans l’architecture depuis la fin de la République, depuis le rôle des niches fontaines ou celui des nymphées de la Domus Transitoria et de la Domus Aurea, cette scénographie – une architecture posée sur un plan d’eau – inspirera le fameux théâtre maritime de la Villa Hadriana à Tivoli, et même le soi-disant Serapeum. Le jardin romain exige cette omniprésence de l’eau et les jardins de la Renaissance sauront remettre en honneur les jets d’eau ; les sources, les cascades, les rivières et les bassins à Conimbriga sont le reflet du cours d’eau qui traverse le jardin ; les jets d’eau plus ou moins hauts épousent les rythmes architecturaux, celui du centre étant le plus haut et le plus abondant. Ainsi, ils créent les volumes qui animent, par leur verticalité qui rappelle celle de la colonnade, une architecture dessinée sur le même plan horizontal autant que leur murmure humanise un espace. Il est assez remarquable que ce modèle aulique de la Cour impériale, imaginé par un architecte qui s’est directement inspiré de la Domus Aurea, peu répandu dans le monde romain, ait été employé massivement à Conimbriga. En tout cas, la nouvelle bourgeoisie hispano-romaine, qui a créé tout ce quartier neuf de grandes domus, a accueilli avec faveur ce modèle impérial pour vivre dans la fraîcheur de ces péristyles une vie quelque peu inimitable.

30Désormais, il n’y a plus place à Conimbriga pour la moindre ambiguïté. La divinité de l’empereur s’est dilatée à la mesure d’un temenos sacré, elle a même envahi l’espace public, chassant boutiques, basilique et curie, qui restent à retrouver. L’architecture impériale a même pénétré dans l’intimité des notables qui s’offrent, à l’image des Pompéiens rêvant des paradis orientaux, un jardin impérial à leur échelle. Ainsi se mesure, tant dans les monuments publics et les actes de la collectivité que dans le cœur des maisons et le secret des consciences individuelles, le poids de l’idéologie impériale, assurée de survivre en cette terre lusitanienne plus de quatre siècles.

31N.B. Depuis la rédaction de cet article, ont paru deux ouvrages importants sur la Maison aux Jets d’eau : J. M. Bairrão Oleiro, Conimbriga, Casa dos Repuxos (Corpus de mosaicos romanos de Portugal. Conventus Scallabitanus, I), Conimbriga, 1992. I. Morand, La Maison aux Jets d’eau de Conimbriga (Portugal). Progammes architectural et décoratif, Paris, 2005.

Notes

1 Nous nous permettons de rappeler leurs titres : Fouilles de Conimbriga, I. L’architecture, Paris, 1977 ; II. Épigraphie et Sculpture, Paris, 1976 ; III. Les monnaies, Paris, 1974 ; IV. Les sigillées, Paris, 1975 ; V. La céramique commune locale et régionale, Paris, 1975 ; VI. Céramiques diverses et verres, Paris. 1976 ; VII. Trouvailles diverses. Conclusions générales, Paris, 1979.

2 Nous avons présenté une première vision de la chronologie du site à l’Académie : J. M. Bairrão Oleiro et R. Etienne, Les résultats de la première campagne de fouilles franco-portugaises à Conimbriga (Portugal), dans CRAI, 1965, p. 442-451.

3 La découverte de l’autel à Flavia Conimbriga a fait l’objet d’une communication à l’Institut : J. Alarcão, G. Fabre, R. Étienne, Le culte des Lares à Conimbriga (Portugal), dans CRAI, 1969, p. 213-236.

4 J. Alarcão et R. Étienne, Les jardins à Conimbriga, dans Ancient Roman Gardens (Seventh Dumbarton Oaks Colloquium on the history of Landscape Architecture), Washington, 1981, p. 67-80.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plans superposés du forum augustéen et du forum flavien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 2. Plans superposés des thermes augustéens et des thermes flavio-trajaniens.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 3. Maison aux Jets d’eau ; bassin du péristyle central.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search