Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

1ère partie. Religion

Culte impérial et architecture

À propos d’une inscription de Lacipo (Bétique)

Note de l’éditeur

Extrait de ZPE, 43, 1981 (Gedenkschrifi für Hans-Georg Pflaum), p. 135-142.

Texte intégral

  • 1 R. Étienne, Avant-propos, Historique d’un colloque, p. 6 dans Les Cryptoportiques dans l’Architectu (...)
  • 2 En décembre 1980, à l’École française.

1Au moment même où archéologues et historiens s’interrogent sur les rapports entre architecture et idéologie1, où un colloque vient de se tenir à Rome2 pour préciser les liens entre architecture et société, une inscription de Bétique vient à point nommé nous inviter à réflexion sur les rapports entre architecture et culte impérial, et ce dès le début de l’Empire.

I. L’inscription (fig. 1)

  • 3 R. Puertas Tricas, Nuevo epigrafe monumental de Lacipo, dans Mainaké, Estudios de arqueologίa malag (...)

2Elle a été gravée dans une plaque de marbre, découverte en septembre-octobre 1975, lors de fouilles menées sur le site antique de Lacipo (Casares, Málaga) et son inventeur vient de la faire connaître3. Il l’a découverte lors de la fouille des carreaux 17J et 18J, dans une citerne de plan rectangulaire, aux angles arrondis, entièrement comblée au moment où s’installa une nécropole d’époque visigotique.

3La plaque, brisée en trois fragments, d’un marbre de couleur blanchâtre et de qualité assez médiocre, vient des carrières proches de Coin. Elle mesure 0,93 X 0,25 X 0,04 mètre et sa face arrière, bien polie, conduit à la penser fixée à la paroi d’un monument au moyen d’agrafes métalliques.

4Les cassures ne posent aucun problème de lecture des trois lignes :

DIVO. AVGVSTO
Q.FABIVS.Q.F.VARVS.PONTIF
V.VIR.CRYPTAM.HYPAETRV M.D.S.P.[D ?] DEDICAVIT

5Hauteur des lettres : ligne 1 : 0,08 ; ligne 2 : 0.05 ; ligne 3 : 0.04.

  • 4 Puertas Tricas, p. 100.

6L’auteur4 remarque bien la spécialisation des lignes : à la ligne 1, la dédicace ; à la ligne 2, le dédicant et son cursus ; à la ligne 3, l’objet de la dédicace, sans observer que V.VIR est de trop à la ligne 3, tout comme DEDICAVIT, complètement développé, jure à côté de la formule abrégée DSPD ; nous proposons donc de voir en V.VIR et DEDICAVIT des adjonctions au texte primitif.

7Par ailleurs, la volonté de symétrie de l’ordinator semble évidente, même si se manifeste un décalage vers la gauche, peu apparent pour la ligne 1(13 cm à droite, 11 cm à gauche) plus sensible à la ligne 2 (12 cm à droite, 3 cm à gauche), à la ligne 3, débarrassée de ses ajouts (24 cm à droite, 16 cm à gauche). Dans ces conditions, notre hypothèse d’une ligne 3 allégée pourrait être révoquée en doute. Or, en mesurant le retrait de la ligne 3 par rapport à la ligne 2, on trouve à droite 12 cm et à gauche 13 cm, ce qui recentre l’ensemble du texte. Nous proposons donc deux étapes dans la rédaction de ce texte épigraphique.

  • 5 Id., dessin p. 100 et texte p. 101.

a) R. Puertas Tricas oublie la ponctuation entre CRYPTAM et HYPAETRVM5

b) À quoi correspondent ces deux rédactions ? Certainement, à deux moments et de la carrière de Q. Fabius Varus et de l’accomplissement de la dédicace. Dans un premier moment, il a payé de ses deniers cryptam. hypaetrum et il a fait ce don en tant que pontife municipal ; en un second temps, après la construction du monument, il en fait la dédicace, ce qu’il a souligné en faisant inscrire tout du long DEDICAVIT. Il était à ce moment parvenu aux honneurs du quattuorvirat.

  • 6 Puertas Tricas, p. 103. Voir aussi R. Puertas Tricas et P. Rodríguez Oliva, La Ciudad de Lacipo y s (...)
  • 7 Sur la qualité sociale des sévirs, voir R. Étienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’ (...)

8En effet, on ne peut garder longtemps la mention de V.VIR et croire que cet hapax se rapporterait à une charge imitée des municipes italiens6. R. Puertas Tricas ne veut envisager la correction IVVIR qu’à titre de simple hypothèse, soit, encore qu’elle s’impose. Il ne saurait être question, en tout cas, d’un VI VIR, sa qualité de citoyen, même si la tribu n’est pas mentionnée, et la charge de pontifex l’interdisent absolument7.

  • 8 CIL II, 1936 = ILER, 1547.
  • 9 CIL II, 1935 = ILER, 456.
  • 10 Étienne, Culte impérial, p. 204.
  • 11 Id., ibid., p. 417-420.

9Comme dans d’autres municipes, les quattuorviri sont devenus duoviri ; pour Lacipo, on connaît un collège de deux, Valerius Titianus et Numisius Valerianus Rusticus8, tout comme on peut citer deux flamines, C. Marcius Cephalo9 et C. Marcius Niger10. Même s’ils ne peuvent pas être datés11, ils doivent appartenir à une époque déjà avancée du Haut Empire, tandis que la nouvelle inscription nous place tout au début du municipe de Lacipo autant qu’elle exprime une des premières manifestations du culte impérial dans la ville.

II. Culte impérial

  • 12 Puertas Tricas, p. 101-102 suit notre thèse.
  • 13 Fouilles de Conimbriga II, L’épigraphie (R. Étienne, G. Fabre), Paris 1976, no 25, p. 51, déjà étud (...)

10La dédicace à Auguste divinisé12 date en effet de Tibère qui organisa le culte de son père appelé, comme César, au ciel. Le monnayage officiel de Tibère répand les types de DIVVS AVGVSTVS PATER sur les as et le monnayage colonial lui fait écho. Un type officiel de statue, figurant Auguste sur une chaise curule, coiffé de la couronne radiée, est diffusé et c’est ce culte du Divus Augustus qui est pour Tibère le garant et le support du culte de l’empereur vivant. Ainsi, par cette dédicace, qui exalte la divinité impériale par la hauteur des lettres qui l’expriment, Q. Fabius Varus ne se singularise pas en Bétique, où un culte municipal du Divus Augustus se rencontre à Anticaria, Ulia, Carmo, Urgavo, en Tarraconaise, à Tarraco, Saetabis et Clunia, en Lusitanie à Emerita Augusta, où les monnaies de la ville sont illustrées du temple tétrastyle dédié à Divus Augustus Pater, à Olisipo et à Conimbriga13.

11La qualité de l’épigraphie confirme cette datation haute : très bonne mise en page, ponctuation soignée, calibrage intentionnel des lignes, gravure excellente des lettres carrées monumentales pour les deux premières lignes, partiellement actuaires à la troisième, en raison de la réduction de la hauteur, et d’un texte relativement plus abondant.

  • 14 C. Castillo García, Prosopographia Baetica, Pampelune, 1965 (= Castillo) p. 79-90. Ead., Städte und (...)
  • 15 Comme le remarque Puertas Tricas, p. 102.
  • 16 T. R. S. Broughton, The magistrates of the Roman Republic, II, New York, 1962, p. 211, préteur en 5 (...)
  • 17 A. M. Canto, Una familia bética : los Fabii Fabiani, dans Habis, 9,1978, p. 293-310.

12Ainsi, Q. Fabius Varus appartient à une des premières familles de Lacipo. Il porte un gentilice largement répandu en Bétique : vingt-quatre Fabii sont décomptés par Castillo14 ; seuls trois Fabii15 portent le praenomen Quintus et les Q. Fabii connus sont, d’une façon générale, postérieurs au ier siècle. Varus, en revanche, semble peu répandu et l’on peut, pour notre personnage vivant sous Tibère, invoquer Sextus Quinctillius Varus, proconsul de l’Ulterior de 56 à 5316. Toutefois, nous ne saurons jamais si le pontife de Lacipo est à l’origine des Fabii Fabiani17.

  • 18 Étienne, Culte impérial, p. 231-235 ; Castillo, p. 624-628.
  • 19 Id., ibid., tableau p. 200-201.
  • 20 ld., ibid., p. 126-130 et 236 ; Castillo, p. 610-614.
  • 21 Puertas Tricas, p. 103-104.

13Il est tout à fait notable que Q. Fabius Varus ait été élu pontifex d’une cité ayant reçu une lex municipalis qui, sur le modèle de la lex Genetivae Iuliae18 (Urso = Osuna, province de Séville), donc dans une ville de Bétique, prévoit l’élection de trois augures et de trois pontifes, pour une colonie, il est vrai. Nous avons autrefois19 longuement discuté les diverses théories bâties sur la double présence, dans les titres des prêtres municipaux de Bétique, de flamen et de pontifex et nous avons expliqué cette coexistence par le passé républicain de la province. De toute façon, l’inscription de Lacipo prouve, encore une fois, que le pontifex adresse ses hommages à Auguste divinisé et nous connaissons de nombreuses traces d’un pontifex divi Augusti20, sous Tibère précisément : il se pourrait que le flaminat n’ait pas encore été créé d’une façon générale dans les villes de Bétique, avant l’époque flavienne, quand fut installé le culte provincial21.

14Même si Q. Fabius Varus n’a pas été l’initiateur du culte impérial, rien ne le désigne comme le premier pontife de la cité. Il n’en reste pas moins qu’il a consacré à la divinité impériale un complexe monumental, qu’il s’agit maintenant de définir.

III. Architecture

  • 22 Articles LXVI, LXVII, LXVIII. R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique (BÉFAR, 149), (...)

15Il est bien clair que la donation de Q. Fabius Varus est double : il offre à Auguste divinisé une crypta d’un côté et un hypaetrum de l’autre ; la ponctuation a une valeur ici séparative ; il ne saurait être question de lire cryptam “hypaetram”, ce qui serait contradictoire et absurde. R. Puertas Tricas22 l’a bien compris, tout comme il a bien vu qu’un lien nécessaire unissait cryptam et hypaetrum, sans peut-être les mettre suffisamment en rapport avec l’architecture religieuse du culte impérial.

  • 23 Crypta, cryptoporticus. Analisis del termine e del suo significato nella tradizione scritta, dans C (...)
  • 24 CIL I2, 1505 (= X, 5971) : cruptam et locum ubi crupta est et aream ubi viridia sunt.
  • 25 Plin., Epist., Il, 17, 16-17 et 19-20 ; V, 6, 27-31 ; VII, 21, 2 ; IX, 36, 3.
  • 26 Contrairement à ce que suggère Puertas Tricas, p. 103.
  • 27 J. de Alarcão et R. Étienne, L’architecture des cryptoportiques de Conimbriga (Portugal), dans Cryp (...)
  • 28 Voir l’adhésion à cette idée de J.-Ch. Balty, dans Cryptoportiques, p. 344. Cette scénographie est (...)

16Pour crypta, aucune hésitation ne semble permise depuis le colloque de Rome sur “Les cryptoportiques dans l’architecture romaine” et l’analyse qu’a donnée des mots crypta et cryptoporticus F. Coarelli23. Si chez les Grecs de la fin du iiie siècle, il s’agit d’un ambulacre couvert, fermé de tous les côtés, avec les premières inscriptions de la fin de la République crupta, crypta désigne un cryptoportique lié à un jardin. L’inscription de Segni est à cet égard éloquente24. Le mot cryptoporticus, inventé par Pline le Jeune25, correspond à la même réalité architecturale d’ambulatio tecta d’un édifice public ou privé. Il faut donc traduire cryptam d.s.p. par “il paya de ses deniers un cryptoportique” et bien évidemment ce n’est pas dans un lieu souterrain, même éclairé par des lucemaires, que se célèbrent les cérémonies du culte impérial26. À propos du cryptoportique de Conimbriga, nous avons montré27 quelle fonction architectonique assumait, dans le cas des sanctuaires du culte impérial, le cryptoportique, portant un portique et exaltant l’empereur divinisé sur ce socle surélevé à niveau égal à celui de la cella du temple. Ils aident essentiellement à sertir le temple du culte impérial dans l’écrin de portique en Π, ce qui crée toute une scénographie28.

17Mais qui dit cryptoportique dit espace découvert, qui lui transmet la lumière par l’intermédiaire des lucemaires – puits de jour – et ne serait-ce pas justement là le rôle de l’hypaetrum ?

  • 29 ThLL, VI 3, s.v., col. 1936-1942.
  • 30 Vitr. (ed. C. Fensterbusch) I, 2, 5.
  • 31 Id., V, 9, 5, 6 et 9.
  • 32 Id., V, 9,6.
  • 33 Id., III, 21.
  • 34 Id., III. 2,8.

18Réglons tout d’abord une question d’orthographe. Hypaetrum sans h reste un hapax29. Vitruve n’emploie que hypaethrus, a, um comme adjectif d’ailleurs, se rapportant à aedificia30, ambulationes31, loca32, prostyli33, decastyli34. En Bétique, on a créé un hypaetrum, substantif, qui ne peut que renvoyer à la même réalité.

  • 35 Id., V I, 7,5.
  • 36 H., V, 11, 4 et VI, 7,5.
  • 37 Id., V, 9,5.

19Il n’est pas question de retenir l’image de temples décastyles hypèthres35 sans couverture, d’autant qu’il n’en existe pas à Rome, et d’évoquer non plus des édifices hypèthres consacrés à Jupiter Fulgur, au Caelum, à Sol et à Luna36. On verrait mal un temple du culte impérial à l’air libre. Il faut donc s’orienter plutôt vers les ambulationes hypaethrae, dénommées chez les Romains xysta et chez les Grecs παραδομιδες37.

  • 38 Gatti, p. 310.
  • 39 CIL II, 3428, Carthago Nova.
  • 40 CIL X, 819 (=811).

20À vrai dire, quel rapport pouvaient entretenir ces larges et doubles portiques découverts, où s’exercent l’hiver les athlètes ou bien qui servent à des promenades salutaires, avec le culte impérial ? L’absence de substantif donne à hypaetrum un sens plus absolu, que nous proposons de comprendre comme aire découverte. D’ailleurs, il n’est pas besoin de préciser qu’une crypta est porteuse d’une porticus : on parle bien de la crypta Balbi sans citer les porticus Balbi : or, l’existence de celles-ci ne pose aucun problème à leur dernier exégète38. Sans doute l’épigraphie témoigne comme à Carthagène39, à Pompéi40, à Interamna Nahars, que les porticus sont citées à côté de la crypta mais cette mention n’est pas obligatoire.

  • 41 CIL XI, 4206.
  • 42 Vitr. V, 9, 5.

21Pour éclairer le sens d’hypaetrum, il faut revenir à l’inscription de Segni41 où, après la mention de la crupta, on rencontre celle de l’aire où l’on a planté un décor de verdure (viridia) ; elle mérite d’être rapprochée du passage où Vitruve parle “des espaces découverts enfermés entre les portiques sans couverture doivent être décorés de verdure, parce que les promenades à découvert (hypaethrae ambulationes) contribuent à une solide santé”42.

  • 43 Nous attendons avec impatience la publication de la thèse de J.-Ch. Balty, Curia ordinis. Recherche (...)

22Ce qui compte à Segni, c’est cette area centrale, qui est comprise, en général comme dans les porticus post scaenam, entre les branches en Π de la construction, que l’on retrouve précisément dans les cryptoportiques entourant un temple du culte impérial. Cette area s’est appelée dès le début du culte impérial en Orient, ἐξὰρεον, et elle représente une partie intégrante de l’architecture des Καισάρεια43 à Antioche et à Alexandrie.

  • 44 J. Malalas, Chronographie, IX, p. 216, 19-21 (éd. L. Dindorf, Bonn 1831) (= Malalas) et A. Schenk v (...)
  • 45 Malalas, p. 287, 1-4.
  • 46 Nous suivons l’interprétation de J.-Ch. Balty, cohérente et élégante.
  • 47 J. B. Ward Perkins et M. H. Ballance, The Caesareum at Cyrene and the basilica at Cremna, dans PBSR (...)

23Pour Antioche, J. Malalas44 rappelle la construction par César d’une “basilikè” qu’il appelle “Kaisareion”. Dans un autre passage45, il parle de l’ἐξάρεον (cour) de la même basilikè. Malgré les difficultés posées par la lettre du texte46, il ne semble pas douteux que César a fondé un sanctuaire du culte impérial, complexe architectural pourvu d’une basilique, d’une curie qui était une dépendance, pourvue d’une abside et d’une cour en avant de la basilique à l’image du Caesareum de Cyrène47. La cour, à Antioche, a reçu une statue de César extérieure à la basilique et elle était liée à un temple que le chronographe ne cite pas explicitement mais qui a permis de nommer l’ensemble Kaisarion. Donc l’ἐξάρεον est le temenos ou péribole du Kaisarion. En Orient, au départ, forum civil et enclos religieux sont mêlés. Plus tard, sous Valens pour Antioche, la basilique est détruite pour unifier l’architecture de la place, ceinte sur trois côtés de portiques, et pour distinguer nettement péribole du temple et place proprement dite. L’Orient se mettait à l’heure de l’architecture des doubles places si largement répandue en Occident.

  • 48 Philon, Legatio ad Gaium, 22, 151 (éd. S. Reiter apud E. M. Smallwood, Philonis Alesandrini legatio (...)

24Le Sebasteion, dédié à César en 48, lors de son débarquement d’Alexandrie, offrait lui aussi un enclos (τέμενος) très vaste par ses portiques, ses bibliothèques, ses “clubs”, ses bosquets, ses propylées, ses espaces découverts, ses cours48. Le sanctuaire du culte impérial comporte ici aussi un ensemble de portiques fermant un espace découvert, comme si déjà un modèle d’architecture religieuse s’était imposé dans les deux métropoles de l’Orient.

  • 49 CIL II, 1979 = R. Lazaro Pérez, Inscripciones romanas de Almerίa, Almerίa, 1980, no 2. L’inscriptio (...)
  • 50 Lazaro Pérez le considère à tort comme le destinataire de la dédicace.
  • 51 Étienne, Culte impérial, p. 435.

25Ainsi s’éclaire parfaitement le sens d’hypaetrum lié à crypta. La tradition romaine imposant un temple sur haut podium, il convenait de mettre au niveau de la cella surélevée l’aire de circulation des portiques fermant le temenos ; d’où la nécessité de les construire sur des cryptoportiques (crupta) et d’éclairer ceux-ci par les lucernaires prenant le jour sur la cour (= hypaetrum) du temenos. Q. Fabius Varus a donc préparé, à Lacipo, l’écrin architectural où doit s’inscrire le temple du culte impérial, dédié à Divus Augustus. La Bétique adoptait dès Tibère un plan proche sans doute du modèle gréco-oriental, puisqu’à Abdera (Adra, Alméria)49 une mère, sans doute prêtresse de Livie divinisée, et son fils50, pontife plutôt que flamine d’Auguste divinisé, ont élevé vraisemblablement à Divus Augustus et sous Claude51 une basilique avec son aire découverte, basilicam cum hypaetro, et ce dans un complexe monumental de culte impérial : leur fonction religieuse nous y invite. Comment alors ne pas se souvenir de Malalas et de sa βασιλικὴ flanquée de l’ἐξάρεον ?

  • 52 Suet., Claud., 11 ; Gatti, p. 311.
  • 53 G. Barruol et A. Nickels, Le Forum et le centre monumental de Ruscino, dans Ruscino. Château-Roussi (...)
  • 54 J. Lasfargues et M. Le Glay, Découverte d’un sanctuaire du culte impérial à Lyon, dans CRAI, 1980, (...)

26De toute façon désormais, les cités occidentales de la Cisalpine à la Lusitanie vont adopter ce plan stéréotypé que l’urbaniste se contente d’adapter au site. Il n’est que de consulter la figure 49 de l’article de Gatti52, le dernier en date, ou les plans qui illustrent les diverses contributions du colloque sur les cryptoportiques, pour en être persuadé. À une bibliographie déjà fournie, on peut ajouter désormais l’exemple de Ruscino53 où a été mise en œuvre une disposition canonique des bâtiments autour d’une aire centrale, mais où le temple du culte impérial reste à découvrir, et celui encore plus éclatant de Lyon54, où le temple du culte impérial est entouré d’un portique fondé sur un cryptoportique en II. Le complexe monumental a été conçu d’ensemble et remonte à Tibère.

  • 55 C’est le quadriportique qui clôt le plus sûrement une aire découverte ; en combinant temenos religi (...)

27Ainsi, grâce à l’inscription de Lacipo, nous connaissons désormais le vocabulaire qui désigne deux éléments fondamentaux d’un sanctuaire de culte impérial : le cryptoportique et son portique (crypta) et l’aire découverte autour d’un temple (hypaetrum). Il reste maintenant à nos collègues espagnols, dont il faut louer la diligence à nous faire connaître ce texte du plus grand intérêt, à découvrir les fondations du temple et du cryptoportique en II55 qui devait l’enserrer. Ils combleront les vœux de tous ceux qui voient dans l’architecture une expression de l’idéologie impériale.

Fig. 1. Inscription de Lacipo (Casares, Málaga).

Notes

1 R. Étienne, Avant-propos, Historique d’un colloque, p. 6 dans Les Cryptoportiques dans l’Architecture romaine (colloque, Rome, 1972) (CÉFR, 14), Rome, 1973 (= Cryptoportiques). P. Gros, Aurea templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste (BÉFAR, 231), Rome, 1976, passim et par exemple p. 53, 142, 242.

2 En décembre 1980, à l’École française.

3 R. Puertas Tricas, Nuevo epigrafe monumental de Lacipo, dans Mainaké, Estudios de arqueologίa malagueña, 1, 1979, p. 99-104 (= Puertas Tricas), repris dans R. Puertas Tricas et P. Rodriguez Oliva, Estudios sobre la ciudad romana de Lacipo (Casares, Málaga), Valladolid, 1980 (Studia archaeologica, 64) (= Puertas Tricas-Rodríguez Oliva). Le site antique était connu depuis longtemps (J. A. Ceán Bermúdez, Sumario de las antigüedades romanas que hay en España, Madrid 1832, p. 230) ; il est installé sur une hauteur qui culmine à 344 mètres et qui est une digitation de la sierra Crestellina. Il apparaît comme un point défensif naturel important, renforcé de murailles, à l’image des oppida ibériques de la région (voir J. Fortea, J. Bernier, Recintos y fortificaciones ibéricas en la Bética, Salamanque, 1970).

4 Puertas Tricas, p. 100.

5 Id., dessin p. 100 et texte p. 101.

6 Puertas Tricas, p. 103. Voir aussi R. Puertas Tricas et P. Rodríguez Oliva, La Ciudad de Lacipo y sus monedas, dans Mainaké, 1, 1979, p. 105-127, p. 106 n. 8, l’admettent désormais comme un fait bien établi.

7 Sur la qualité sociale des sévirs, voir R. Étienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien (BÉFAR 191), Paris 1958, réimp. 1974 (= Étienne, Culte impérial), p. 263-265.

8 CIL II, 1936 = ILER, 1547.

9 CIL II, 1935 = ILER, 456.

10 Étienne, Culte impérial, p. 204.

11 Id., ibid., p. 417-420.

12 Puertas Tricas, p. 101-102 suit notre thèse.

13 Fouilles de Conimbriga II, L’épigraphie (R. Étienne, G. Fabre), Paris 1976, no 25, p. 51, déjà étudié dans Étienne, Culte impérial, p. 125 : CIL II, 41.

14 C. Castillo García, Prosopographia Baetica, Pampelune, 1965 (= Castillo) p. 79-90. Ead., Städte und Personen der Baetica, dans ANRW, II, 3, 1975, p. 601-654 ; 641-642 pour les Fabii.

15 Comme le remarque Puertas Tricas, p. 102.

16 T. R. S. Broughton, The magistrates of the Roman Republic, II, New York, 1962, p. 211, préteur en 57. Notons un Varus à Abdera (Alméria) : CIL II, 1987 = ILER, 2666.

17 A. M. Canto, Una familia bética : los Fabii Fabiani, dans Habis, 9,1978, p. 293-310.

18 Étienne, Culte impérial, p. 231-235 ; Castillo, p. 624-628.

19 Id., ibid., tableau p. 200-201.

20 ld., ibid., p. 126-130 et 236 ; Castillo, p. 610-614.

21 Puertas Tricas, p. 103-104.

22 Articles LXVI, LXVII, LXVIII. R. Thouvenot, Essai sur la province romaine de Bétique (BÉFAR, 149), Paris, 1940, réimp. avec suppl., 1973, p. 292.

23 Crypta, cryptoporticus. Analisis del termine e del suo significato nella tradizione scritta, dans Cryptoportiques, p. 9-21.

24 CIL I2, 1505 (= X, 5971) : cruptam et locum ubi crupta est et aream ubi viridia sunt.

25 Plin., Epist., Il, 17, 16-17 et 19-20 ; V, 6, 27-31 ; VII, 21, 2 ; IX, 36, 3.

26 Contrairement à ce que suggère Puertas Tricas, p. 103.

27 J. de Alarcão et R. Étienne, L’architecture des cryptoportiques de Conimbriga (Portugal), dans Cryptoportiques, p. 372-405, repris dans Fouilles de Conimbriga, I, L’architecture, Paris, 1977, p. 29-30, 32-34, 93-99.

28 Voir l’adhésion à cette idée de J.-Ch. Balty, dans Cryptoportiques, p. 344. Cette scénographie est en partie d’origine théâtrale : voir en dernier lieu G. Gatti, Il teatro e la crypta di Balbo in Roma, dans MÉFRA, 91, 1979 (= Gatti), p. 237-313, reprenant G. Gatti, “Crypta Balbi”, dans Cryptoportiques, p. 131-136. Elle est largement attestée à l’époque augustéenne.

29 ThLL, VI 3, s.v., col. 1936-1942.

30 Vitr. (ed. C. Fensterbusch) I, 2, 5.

31 Id., V, 9, 5, 6 et 9.

32 Id., V, 9,6.

33 Id., III, 21.

34 Id., III. 2,8.

35 Id., V I, 7,5.

36 H., V, 11, 4 et VI, 7,5.

37 Id., V, 9,5.

38 Gatti, p. 310.

39 CIL II, 3428, Carthago Nova.

40 CIL X, 819 (=811).

41 CIL XI, 4206.

42 Vitr. V, 9, 5.

43 Nous attendons avec impatience la publication de la thèse de J.-Ch. Balty, Curia ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, soutenue à Bruxelles en mai 1969 que, grâce à son amicale générosité, j’ai pu consulter en dactylographie. Voir aussi E. Sjöquist, Kaisareion. A study in architectural iconography, dans Opusc. Rom., I, 1954, p. 86-108.

44 J. Malalas, Chronographie, IX, p. 216, 19-21 (éd. L. Dindorf, Bonn 1831) (= Malalas) et A. Schenk von Stauffenberg, Die römische Kaisergeschichte bei Malalas, Stuttgart, 1931, p. 3.

45 Malalas, p. 287, 1-4.

46 Nous suivons l’interprétation de J.-Ch. Balty, cohérente et élégante.

47 J. B. Ward Perkins et M. H. Ballance, The Caesareum at Cyrene and the basilica at Cremna, dans PBSR, 26, 1958, p. 137-167 et 186-194.

48 Philon, Legatio ad Gaium, 22, 151 (éd. S. Reiter apud E. M. Smallwood, Philonis Alesandrini legatio ad Gaium, edited with an introduction, translation and commentary), Leyde, 1961, p. 92-93.

49 CIL II, 1979 = R. Lazaro Pérez, Inscripciones romanas de Almerίa, Almerίa, 1980, no 2. L’inscription mutilée a disparu ; depuis Hübner, on lit à la ligne 4 : [basili]CAM CVM HYPA[etro] (= Lazaro Pérez).

50 Lazaro Pérez le considère à tort comme le destinataire de la dédicace.

51 Étienne, Culte impérial, p. 435.

52 Suet., Claud., 11 ; Gatti, p. 311.

53 G. Barruol et A. Nickels, Le Forum et le centre monumental de Ruscino, dans Ruscino. Château-Roussillon, Perpignan (Pyrénées-Orientales) (Études archéologiques, 1. État des travaux et recherches en 1975 (RAN, supplément 7), Paris, 1980, p. 41-66. Voir surtout la figure 61.

54 J. Lasfargues et M. Le Glay, Découverte d’un sanctuaire du culte impérial à Lyon, dans CRAI, 1980, p. 394-414.

55 C’est le quadriportique qui clôt le plus sûrement une aire découverte ; en combinant temenos religieux et place publique, l’architecte pouvait avoir à bâtir seulement un cryptoportique en n, pour ménager les passages entre les deux parties d’un même ensemble.

Table des illustrations

Légende a) R. Puertas Tricas oublie la ponctuation entre CRYPTAM et HYPAETRVM5
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende b) À quoi correspondent ces deux rédactions ? Certainement, à deux moments et de la carrière de Q. Fabius Varus et de l’accomplissement de la dédicace. Dans un premier moment, il a payé de ses deniers cryptam. hypaetrum et il a fait ce don en tant que pontife municipal ; en un second temps, après la construction du monument, il en fait la dédicace, ce qu’il a souligné en faisant inscrire tout du long DEDICAVIT. Il était à ce moment parvenu aux honneurs du quattuorvirat.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 1. Inscription de Lacipo (Casares, Málaga).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search