Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

1ère partie. Religion

Le culte des Lares à Conimbriga (Portugal)

Note de l’éditeur

Extrait de Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1969, p. 213-236 (coauteurs J. Alarcão et G. Fabre).

Texte intégral

1Le 28 septembre 1967, dans le secteur 12/13 du cryptoportique, jouxtant à l’est la terrasse du temple d’Auguste et de Rome, a été découvert, au cours de la quatrième campagne de fouilles menée par la Mission archéologique française au Portugal et par le Musée de Conimbriga, un autel dédié à Conimbrica et aux Lares de la ville. Ce document mérite d’arrêter notre attention dans la mesure où, pour la première fois, il nous apporte la certitude que cet oppidum de Lusitanie est devenu municipe flavien, qu’il se nomme Conimbrica et non Conimbriga et aussi, dans la mesure où le culte des Lares nous renseigne sur le processus de la romanisation dans le Nord-Ouest de la Péninsule Ibérique.

2Examinons tout d’abord l’autel et l’inscription (fig. 1).

  • 1 Hauteur totale : 17 cm ; largeur de la face épigraphique : 12,7 cm ; épaisseur du fût : 9,1/9,2 cm  (...)
  • 2 Hauteur du fronton : 5cm.
  • 3 Hauteur du tore au-dessus de la moulure : 4,9 cm.
  • 4 1,5 cm en saillie.
  • 5 Champ épigraphique : hauteur : 9,6/9,7 cm ; largeur : 12,3 cm.

3Il s’agit d’un monument de dimensions discrètes1, à fronton2 flanqué de deux tores3, posé sur une moulure en saillie4 faisant le tour des quatre faces du fût de l’autel. Le calcaire gris ocré dans lequel il a été taillé offre un champ épigraphique tronqué5, puisque toute la base a disparu et que, à droite, la pierre a souffert. Les trois lignes suivantes se lisent ainsi :

FL. CONIMBRICAE

ET. LARIB. EIV /

IVS FAVST /

soit :

Fl(aviae) Conimbrica[e]

À Flavia Conimbrica

et larib(us) eiu[s]

et à ses Lares

[...]ius Faustu[s]

[ ?...]ius Faustus

  • 6 Ligne 1 : 2,3 (F = 2,7 ; I et A = 0,8) ; ligne 2 : 2,5 (T et I = 2,9 ; A et I = 0,9/1) ; ligne 3 : (...)
  • 7 Cette fantaisie paraît être la marque de l’épigraphie de Conimbriga : petits I et O, dans l’inscrip (...)

4L’épigraphie, qui n’est pas monumentale, offre de belles lettres et trahit quelques tics de l’ordinator ou du lapicide : F et T dépassant la hauteur moyenne des lignes6, fantaisie précieuse du I dans EIVS, et surtout prédilection pour les petites capitales qui facilitent autant la mise en page qu’elles décèlent un souci d’équilibre coquet7.

Fig. 1. L’autel aux Lares de Conimbriga.

5Que dire du dédicant ? La présence d’un nomen en ius et du cognomen Faustus laisse penser qu’il possédait les tria nomina sans qu’on puisse affirmer qu’on n’ait pas affaire à un affranchi. En tout cas, le manque de filiation et de tribu permet d’écarter un citoyen : nous devons être en présence d’une dédicace d’un indigène romanisé et même le surnom de Faustus pourrait nous inviter à le croire affranchi.

  • 8 CIL II, p. 1062 ; ILS, 2223 : FL(avius) ; 4277 : T. FL(avius) ; 2375 : FL(avius) AELIANUS ; 7206 : (...)

6Que la lecture Fl(aviae) Conimbricae soit certaine, il n’est que de se reporter aux indices du CIL II ou à ceux des ILS8, où le seul développement possible pour FL est Flavius, quelle que soit la position juridique ou sociale du personnage.

  • 9 Pline, NH, IV, 21.
  • 10 Pline, NH, IV, 110 : Amanum portus ubi nunc Flauiobriga.
  • 11 Pline, NH, III, 30 : Universae Hispaniae Vespasianus lmperator augustus jactatum procellis reipubli (...)
  • 12 J. Beaujeu, dans Pline, NH, I, p. 12 (CUF).
  • 13 Rappelons par exemple que Volubilis, pourtant municipe claudien (ILM 116) est rangé parmi les oppid (...)

7Une telle épithète ne laisse, d’autre part, aucune incertitude sur la qualité de Conimbriga comme municipe flavien. Jusqu’alors nous ne connaissions que la mention de la ville par Pline l’Ancien9, parmi les oppida de Lusitanie. Mais Pline se servait de listes sans doute augustéennes qu’il a mises à jour seulement pour les créations de colonies10, et l’on ne peut s’étonner de son silence à propos de simples municipes. Il est vrai aussi que l’octroi par Vespasien en 73-74 du Latium minus11 à toute la Péninsule n’a pas été suivi d’un effet immédiat pour l’ensemble des oppida et que Pline l’Ancien, publiant vers 77 son Histoire Naturelle12, n’a pas obligatoirement enregistré tous les changements de statut des villes des Hispanies13.

  • 14 J. M. Bairrão Oleiro et R. Étienne, Les résultats de la première campagne de fouilles franco-portug (...)

8Il est assez remarquable que notre découverte épigraphique vienne confirmer les premières conclusions chronologiques que nous avions communiquées à l’Académie en 196514. En effet, nous pensions, après notre première campagne de fouilles, pouvoir affirmer qu’un premier et important horizon historique appartenait à l’époque flavienne. Même si aujourd’hui nous sommes disposés à nuancer notre affirmation, et à faire une place plus importante à la phase augustéenne de cet horizon que nous appellerions volontiers Conimbriga I a, en raison de la découverte d’un sanctuaire et d’un horizon du début du Ier siècle, il n’en reste pas moins vrai que les Flaviens ont transformé non seulement le statut juridique de la ville mais aussi son urbanisme, puisque le temple d’Auguste et de Rome ainsi que les trois cryptoportiques qui le bordent et dessinaient le temenos du temple à la hauteur de l’esplanade sacrée, appartiennent à cette époque.

  • 15 CIL II, 5264 = ILS, 261.

9Mais si une conclusion purement archéologique, qui au demeurant apparaissait plutôt comme une hypothèse de travail, est étayée aujourd’hui par un texte décisif, à son tour, l’archéologie permet de comprendre que Vespasien n’a pas accordé le statut de municipe à n’importe quelle cité. Si nous la trouvons installée dans un premier et imposant urbanisme comportant un monument à quatorze piliers, un sanctuaire situé en contre-bas du forum primitif, auquel on accédait par un large escalier, un complexe de murs au dessin géométrique, elle était certainement un centre actif, animé par une bourgeoisie qui a profité de cette promotion juridique et qui a pu déléguer un des siens, T. Iunius Latro15, en 77-78 au concilium provincial du culte impérial à Emerita, capitale de la Lusitanie, et avoir la fierté de le voir élu à la prêtrise suprême. Conimbrica a donc mérité son surnom de Flavia.

  • 16 Vaticanus Latinus 3861 (ms recentior).
  • 17 Au XVIIIe siècle, cette inscription était dans la maison de D. André de Almeida à Géria dans les en (...)
  • 18 RE, IV, 1 (1900), col. 884. Déjà, le savant allemand dans Notícias Arqueolόgicas de Portugal, Lisbo (...)
  • 19 CIL II, 5264 = ILS, 261.
  • 20 CIL II, 432.
  • 21 La lecture CONIVMBRIC avait incité Hübner, CIL II, p. 49, à penser à une autre cité : Coniumbriga o (...)

10Mais, Conimbrica ou Conimbriga ? L’hésitation a été de toutes les époques et les savants modernes, en choisissant Conimbriga, ont été peut-être victimes des érudits de la Renaissance. En effet, les éditions anciennes, et l’on peut dire la vulgate du texte de Pline l’Ancien, optent pour Conimbrica, DI16 et R2, correction de deuxième main du Codex Florentinus Riccardianus 488 le confirment, même s’ils préfèrent Conimbriga en invoquant l’inscription 391 publiée au CIL II. Il s’agit d’un texte inscrit sur une pierre de réemploi, utilisée pour construire un pont sur une rivière qui coule vers le petit village de Condeixa-aVelha, édifié avec les pierres de la cité antique très proche. Accursius le premier a copié le texte de cette inscription, au cours d’un voyage de 1527, et fait autorité pour Rambertius, Panvinius, Metellus et Vinet. Gaspar Barreiros, dans la Chorographia de 1561, affirme l’avoir vu, tandis qu’A. Coelho Gasco, qui le connaissait au moment où il étudiait à Coimbra, note qu’en 1630, à l’époque où il écrit la Conquista de Coimbra, il a disparu17. Il nous est donc impossible de contrôler sur le document la lecture de CONIMBRICA, le C est transcrit par Hübner, ce qui ne fait pour lui aucun doute. Or, en développant l’inscription Hübner impose, contre toute raison, Conimbriga, selon, nous dit-il, l’heureuse solution de G. Barreiros. Nous avouons ne pas comprendre cette conclusion, si peu logique du savant allemand qui ajustement rédigé ensuite l’article Conimbrica dans la Realencyclopädie18, et Valerius Avitus est signalé Conimbrica natus. Est-ce un repentir tardif après la découverte de l’inscription de T. Iunius Latro19, prêtre du culte provincial de Lusitanie à Emerita, qui nous livre son origine : Conimbrice(n)se. Cependant, dès le tome premier du CIL II, une autre inscription aurait dû inviter les érudits à une doctrine plus sûre : il s’agit de la dédicace20 d’un militaire dis deabusque coni<u>mbric(ensibus). Loin d’être en désaccord avec la plupart des manuscrits de Pline21, les inscriptions les confirmaient dès la parution du Corpus.

  • 22 En F. IX. 8.
  • 23 Dimensions du fût : largeur : 9,7 cm ; profondeur : 6,4 cm ; hauteur : 8 cm ; hauteur des lettres : (...)

11Le 7 septembre 196522 nous avons nous-mêmes découvert un autel de calcaire, privé de sa base, dont la tablette est décorée de deux tores et dessine une corniche saillante au-dessus du fût parallélipipédique. On peut lire, sur un champ épigraphique tronqué, l’inscription suivante (fig. 2)23 :

GENIO
CONIM
BRIC‛AE’

  • 24 FGH (Millier), III, p. 6091. Il faut sans doute corriger aussi HAEp., 668 (pierre perdue de Mérida)
  • 25 P. 421,4.
  • 26 Chronica minora (éd. Mommsen), dans MGH, II, 1894, aux années 229, 231 et 241 ; B1 donne Conymbrica (...)
  • 27 En tout cas dans HAEp., 1181 (provenant d’Egitania et au musée Leite de Vasconcellos de Lisbonne), (...)

12soit : Au génie de Conimbrica, premier témoignage certain du nom de la ville, grâce à un document découvert in situ, que celui de 1967 confirme. Il nous invite à suivre définitivement la leçon des manuscrits de Pline. Par là même, nous sommes certains de pouvoir corriger le ποέως κονιβριγησίας de Phlégon de Tralles24. Quant au Conembriga de l’Itinéraire d’Antonin25, et au Conimbriga de certains manuscrits de la Chronique d’Hydace26, faut-il les condamner ou penser qu’au début du IIIe siècle et à plus forte raison au Ve la prononciation de la sonore l’a emporté et qu’est enregistrée une orthographe nouvelle27 ? De toute façon, pendant deux siècles, le municipe flavien proche de la moderne Coimbra a été connu sous le nom de Conimbrica.

Fig. 2. L’autel du Génie de Conimbriga.

Fig. 3. L’autel aux Lares de ses pères.

  • 28 P. Veyne, dans Latomus, XXVI, 1967, p. 742-744.

13C’est aux Lares de la ville que notre dédicant s’adresse, et au travers du sens pregnant28 du génitif eius, est soulignée la relation de protection, assurée à Conimbrica par la présence de ses Lares.

  • 29 Hauteur : 51 cm ; largeur base : 27,5 cm ; profondeur : 23 cm. Inv. Conimbriga A 66. V. Correia, Mu (...)
  • 30 Lu par erreur Lares patris. Hauteur des lettres (en centimètres) : ligne 1 : 2,9/3,2 ; ligne 2 : 2, (...)

14À Conimbrica, cette présence n’est pas nouvelle, puisqu’un autel votif29, exposé aujourd’hui au Musée Monographique, célèbre les Lares patrii30 (fig. 3) :

LARIBVS
PATRIIS
SEVERVS
TANGINI
VSL‛ME’
hedera

15Laribus patriis Severus Tangini [f(ilius)] v(otum) s(olvit) l(ibenter) me(rito). Aux Lares de ses pères, Severus, fils de Tanginus, s’est acquitté de son voeu de bon coeur et à bon droit.

  • 31 Patrii dii, dans RE, XVIII, 4, 1949, col. 2242-2244 (W. Aly).
  • 32 Hygin ad Macrob., Sat., III, 4, 13.
  • 33 I, 10-15.
  • 34 Rem. Am., 237-239.
  • 35 XII, 89-90.
  • 36 ILS, 8995.
  • 37 ILS, 9266.
  • 38 ILS, 4495.
  • 39 Genius, dans RE, VII, col. 1155-1170 (W. F. Otto), col. 1158.
  • 40 ILS, 6328.
  • 41 CIL VI, 2821 = ILS, 2096.
  • 42 IRT, 296, 297,298.
  • 43 IRT, 287, 288.
  • 44 IRT, 286. Notons aussi à Sétif (CIL VIII, 28438), Mars deus augustus, Génie de la colonie.
  • 45 IRT, 289.
  • 46 Notons des dédicaces à Apollo Patrius, associé à Liber et Cérès à Mactar ; il est également dit Apo (...)

16Que faut-il entendre par ces Lares patrii ? Les Lares de la famille, du foyer que l’on rapproche des pénates31 qui sont les θεοὶ πατρῷοι32 ? ceux qu’invoquent Tibulle33, Ovide34, Juvénal35 ? Il ne le semble pas, ou plutôt ces dieux qui protègent l’individu et étendent leur protection aux lieux, ville, fleuve, pays. En 29 avant JésusChrist, à Philae, un texte conçu en latin dieis patrieis et Nilo adiutori est traduit en grec θεοῖς πατ[ρώοις καὶ Ν]είλς συνλήπτορι36. À Vechten, les dii patrii sont également praesides huius loci et la dédicace les associe à I.O.M., Oceanoque et Reno37. Chez les Maures ils protègent la peuplade : diis patriis et Mauris conservatoribus38. Les Lares patrii, dii patrii ont donc un sens topique et évoquent cette protection que le vieux mot romain de Genius désignait39. Une sorte d’équation s’établit d’ailleurs entre les dii patrii et le Genius d’un lieu. À Vechten précisément, Neptune, l’Océan et le Rhin reçoivent un hommage, en même temps que le Genius huiusque loci, substitut ici des dii patrii et praesides huius loci rencontrés plus haut. Même contamination de sens chez les Maures, qui s’adressent diis patriis et hospitibus Mauricis et Genio loci. À Pouzzoles, le deus patrius serait le Genius coloniae40. À Rome, des citoyens originaires de Saint-Quentin, militaires dans les cohortes prétoriennes, font une dédicace à 1.0.M., à Mars, à Némésis, au Soleil, à la Victoire, et omnibus diis patriensibus41. Nous avons donc affaire à des divinités quelque peu ambiguës, protégeant l’individu autant qu’une collectivité ou un lieu. L’un des exemples les plus probants vient de Lepcis Magna où Liber Pater42 autant qu’Hercule43, nommé aussi à l’occasion Deus Hercules44, sont assimilés au genius coloniae et municipii. Or, les deux divinités sont ensemble dites dii patrii45 et elles sont en même temps les divinités de Septime Sévère, né à Lepcis Magna46.

Fig. 4. L’inscription des Lares Lubanci.

  • 47 CIL II, 4082 = ILS, 3605 (Tarraco) : Laribus et Tutelae Genio...

17C’est donc surtout dans les provinces ou à propos de provinciaux que le concept de Lares ou de Penates, au départ précis dans la mentalité romaine, a pris, accompagné de l’épithète de patrii, l’acception plus large, plus vague, de divinité protectrice, et s’est rapproché des concepts comme Genius, Tutela Fortuna47, Numen, montrant bien par là l’inadéquation du vocabulaire romain aux divers panthéons indigènes.

  • 48 Sc. Lambrino, Les cultes indigènes en Espagne sous Trajan et Hadrien, dans Les empereurs romains d’ (...)
  • 49 CIL II, 432.
  • 50 Leite de Vasconcellos, Rel., II, 185, assimile les Dii et deae aux Lares et aux Nymphes.

18Aucun doute, en effet, ne peut subsister sur la qualité des divinités qui se cachent derrière les dii patrii ou lares patrii ou Lares d’une ville. À Lepcis, deus accompagnant Hercules, ce qui semble une inutile tautologie, rappelle que l’interpretatio romana de la religion indigène dans la Péninsule Ibérique recourt au même procédé, bien analysé par le regretté Sc. Lambrino48. C’est ainsi que les Di Deaeque Conimbricenses49 sont de la même essence que les Lares patrii ou les Lares Conimbricae, et souvent même des épithètes de peuplades ou de lieux celtiques accompagnent ces mots interchangeables que sont les Lares, les Dii, Genius50. Conimbrica en donne également un exemple.

  • 51 Inv. Général A 44 no 159. Longueur : 580 mm ; hauteur : 280 mm ; épaisseur : 115 mm. Correia, p. 11 (...)

19Il s’agit d’une inscription sur une dalle calcaire51, trouvée en 1938, hors des murailles de la cité. Elle offre d’ailleurs des difficultés d’interprétation :

LARES. LVBANC ↓
DOVILONI COR ↓
HORVM ↓ ALBVIV
CAMALI ↓ F ↓ SACR

20À la ligne 3, le V final, très dissymétrique, ne semble pas de la même main que les autres lettres et le sillon de la lettre n’est pas triangulaire. Chaque mot se termine par une hedera et ce V doit remplacer une hedera plus tard effacée, et comme celle-ci, à la ligne 4, est très rapprochée du F, il faut lire après CAMAL une autre lettre, un I sans nul doute. Voici la transcription :

Lares Lubanc(i) Dovilonicor(um) Horum, Albui(us) Camal[i ou ae] f(ilius) sacr(um)

Les Lares Lubanci des Dovilonici, aux [lares] de ceux-ci, Albuius, fils de Camal(us ou a) a consacré [cette pierre].

21Que faire de Horum, le mettre en relation avec sacr. ? Il faut plutôt sous-entendre laribus avant horum pour éclaircir cette dédicace. En tout cas, les Lares ainsi nommés désignent bien des divinités celtiques honorées par un celte, fils de celte.

  • 52 Les lares turibrigenses cités par EE, IX, 125 (Villamiel prov. de Cáceres), repris par Holder, III, (...)

22Il ne reste plus qu’à dresser le tableau et les cartes des dédicaces aux Lares52, Dii et Genii topiques pour vérifier la portée de cette conclusion (cartes 1 et 2).

  • 53 Rufus.
  • 54 Q. F[ul ou la]vius Placidi f(ilius) [Fla]vin[us],
  • 55 Albinus Balesini [f(ilius)].
  • 56 Catuenus Docquirici f(ilius) : pour Catuenus, Holder, I, 848-849 ; pour Docquiricus, Holder, I, 130 (...)
  • 57 Rarius Rauu(s) ( ?).
  • 58 Celtienus Canapi f(ilius).
  • 59 Niger Proculi f(ilius).
  • 60 Cornes.
  • 61 [///]ius Faustus.
  • 62 Il s’agit d’un autel fragmentaire, découvert en 1967 dans CRY 15 (4). Sur un champ épigraphique de (...)

Divinité

Lieu

Dédicant

Indigène

Fils d’indigène

Romain

Nom flavien

Lares Erredici CIL II, 2470

Aquae Flaviae

X53

Lares Cusicelenses CIL II, 2469

Aquae Flaviae

X ( ?)54

Lares Pintenticii ou Findenticii (Leite, p. 181), CIL II, 2471

Aquae Flaviae

X55

Lares Turolici CIL II, 431

Civitas Aravorum

X56

Lares Tarmucenbaci Ceceaci CIL II, 2472

Aquae Flaviae

X ( ?)57

Lares Carieses HAEp., 1208

Civitas Igaeditanorum

X58

Lares Cerenaeci CIL, II, 2384

S. Salvador de Tuias (Conv. Bracaraug.)

X59

Lar Sefius (Leite, II, p. 334)

Adaúfe (Conv. Bracaraug.)

X60

Lares Conimbricae inédit

Conimbrica

X61

X( ?)

Lares inédit62

Conimbrica

  • 63 Severus Tangini [f(ilius)] ; pour Tanginus, voir Holder, II, 1719,
  • 64 Albui(us) Camal(i ou ae) f(ilius) ; pour Camala, voir Holder, I,707-708.
  • 65 Cet autel, aujourd’hui introuvable, a été découvert dans la maison dite “Palais extra muros” ; il o (...)
  • 66 Camala Arqui f(ilius) ; pour Camala, voir Holder I,707-708 ; pour Arquius, id., 220.
  • 67 [Fl]avius.
  • 68 Flav(us) Flavini.
  • 69 L. Monius ou L. V[oc]onius V[alen]s (Leite de Vasconcellos, II, 151).
  • 70 L. Iuventius Iulianus.
  • 71 Il s’agit d’un esclave de Claudius Martilenus au cognomen grec Artemas.

Divinité

Lieu

Dédicant

Indigène

Fils d’indigène

Romain

Nom flavien

Lares Patrii (Correia, p. 10)

Conimbrica

X63

Lares Lubanci (Correia, p. 11)

Conimbrica

X64

Lares Aquites65 AE, 1946,8

Conimbrica

Genius Tiaranceaicus AE, 1952,65

Civitas Limicorum

X66

Genius Toncobricensium CIL II, 5564

Caldas de Vizella

X67

Genius Laquiniesis CIL II, 2405

Caldas de Vizella

X68

Deus Tutela Genius loci CIL II, 3021

Bilbilis

Deus Tutela Genius CIL II, 3377

Mentesa

Domina Turibrig(ensis) Adaegina CIL II, 605

Metellinum

D(ea) S(ancta) Turibrige(nsis) CIL II, 71

Pax Julia

X69

Dea Sancta Ataecina Turibrigensis Proserpina CIL II, 462 = ILS, 4515

Emerita

Dea Sanc(ta) Turib(rigensis) (Leite, II, p. 149)

Emerita

X70

D(ea) S(ancta) A(taecina) T(uribrigensis) P(roserpina) EE, IX,41

Emerita

Dea Ataecina Turobrigensis invicta EE, IX, 42

Emerita

X71

  • 72 Viriatus, voir Holder, III, 378.
  • 73 Victorin(us) Ser(vus) C. Severae.
  • 74 Cocceius Modestianus.
  • 75 Marcus A[e]turi f(ilius) ; pour Aeturius, voir Holder, I,54.
  • 76 Ti. Claudius Sancius porte un cognomen hispanique (Holder, II, 1348).
  • 77 Voir D. de Pinho Brandão, As inscrições luso-romanas dos apontamentos de Frei Bento de Santa Gertru (...)
  • 78 Borc(ius) désigne le dédicant plutôt que l’épithète de Dii et deae (Holder, I,489).
  • 79 Q(intus) M... ( ?).

Divinité

Lieu

Dédicant

Indigène

Fils d’indigène

Romain

Nom flavien

Ataecina EE, IX, 101

Turgalium

X72

D(ea) s(ancta) T(urobrigensis) At(aecina) ( ?) CIL II, 5298 = AE, 1946, 193

Norba

X73

D(ea) s(ancta) A(taecina) T(uribrigensis)

Norba

X74

Di Ceceaigi CIL II, 2597

Galice (lieu inconnu)

X75

Di Deaeque Conimbricenses CIL II, 432

Conimbrica

X76

Deae et Dii Call(aeciae)

Vega de la Barca (Haute-Estrémadure)

Di Lares Gapeticorum gentilitatis CIL, II, 804 = ILS, 3639

Capera

Deae Nymphae77 CIL II, 5572 = CIL II, 2457

Caldas de Vizella

Di et Deae HAEp., 399

Plasencia (Cáceres)

X78

Drubus BRAH, CLVII, 1965, p. 40, n. 24

Santiago de Campo (Cáceres)

Di et Deae Zephyrus, XVIII, 1967, p. 106-107

Plasenzuela (Cáceres)

X79

  • 80 J. M. Blázquez, Religiones primitivas de Hispania, I, 1962, p. 225 ; Lambrino, p. 227.
  • 81 R. Etienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, Paris, 1958 (BÉFAR (...)
  • 82 Lambrino, p. 233.
  • 83 CIL II, 2572, 2576 (= 5734 = HAEp., 308), 5634, HAEp. 313 (= AE, 1955, 210), HAEp., 1715, 1716.
  • 84 HAEp., 1744.
  • 85 HAEp.. 1746.
  • 86 HAEp., 1743.
  • 87 HAEp., 1745.
  • 88 HAEp., 1747.
  • 89 CIL II, 2518.
  • 90 CIL II, 2417.
  • 91 CIL II, 5734.
  • 92 AE, 1903, 185.
  • 93 CIL II, 2987.

23Une première conclusion s’impose : la concentration des dédicaces des Lares topiques, des Dii et Deae, des génies topiques80 au nord du Douro, en Galice, dans le pays des Astures et des Cantabres ; il s’agit de la région la plus récemment conquise, la moins romanisée ; ces inscriptions intéressent un territoire occupé par des tribus celtes dont le régime social était fondé sur un particularisme très vivace81 ; ou bien chaque oppidum est habité par une seule communauté de lignage, disposant de l’autonomie politique puisqu’il peut contracter un pacte de clientèle ou d’hospitium avec un voisin ; ou bien le populus n’est que la fédération de ces communautés de lignage, et c’est le nom de la gentilité qui apparaît avec la mention de la filiation dans la dénomination des individus de ces régions. À la Galice, bien connue aussi par l’existence de centuries, cellule fondamentale de cent hommes servant aussi bien au recrutement qu’à la fiscalité, se joint la partie centrale de la Lusitanie, les villes importantes, et même la capitale Emerita, y voisinent avec les cités de dimension médiocre ou les écarts campagnards. Pour accentuer encore ce particularisme, il suffit de cartographier les dédicaces aux Lares des routes, Lares viales, qui représentent l’évolution dernière des Lares de localités ou de gentilités82. Le conventus Lucensis l’emporte avec onze dédicaces dont six à Lucus Augusti83, une à Caldas de Reyes84, à Turris Augusti85, à São Julian de Requeixo86, à Grava87, à Santa Cruz de Fragaso88, le conventus Bracaraugustanus se contente de deux, une à Civitas Limicorum89, une à Bracara Augusta90, une dans le conventus Asturum à Santianes de Tuña91 ; seules échappent à ce groupement géographique une dédicace de Segobriga92 et une de Turiaso93.

  • 94 CIL II, 4302, 4304, 4307, 4309, 4293 (= ILS, 6947), 4297 (= ILS, 6947a), AE, 1929,231.
  • 95 CIL II, 3113 (probable).
  • 96 CIL II, 5929 (= ILS, 3624 ; = HAEp., 16).
  • 97 CIL II, 2013.
  • 98 CIL II, 1133 = ILS, 3623.
  • 99 CIL II, 2233.
  • 100 CIL II, 2181.
  • 101 EE, IX, 252.
  • 102 AE, 1915, 96. Nous laissons de côté les inscriptions au génie de l’empereur découvertes à Braga (C/ (...)
  • 103 CIL II, 816-817.
  • 104 CIL II, 174. Il s’agit d’un collège de cultores Larum dans les deux villes.
  • 105 CIL II, 404.
  • 106 CIL II, 5135.
  • 107 Zephyrus, XVIII, 1967, p. 98, n. 10 : Flaus est le dédicant.
  • 108 Zephyrus, XVIII, 1967, p. 93, n. 7, pl. V = CIL II, 729 : Rufus Tongi f(ilius) est le dédicant.
  • 109 CIL II, 4082, (= ILS, 3605), 4306, 6106 (= AE, 1929, 234).
  • 110 AE, 1900, 118. Présence de cultores Larum.
  • 111 HAEp., 1574.
  • 112 CIL II, 3081.
  • 113 CIL II, 3563.
  • 114 AE, 1953, 17.
  • 115 CIL II, 1980 (= ILS, 3604).

24Une contre-épreuve est alors nécessaire et aussi concluante. Il s’agit de localiser les inscriptions aux Lares augustes ou purement romains, et au génie romain. Ce sont les villes de Tarraconaise et surtout celles de Bétique qui manifestent ainsi leur degré de romanisation. Le culte des Lares augustes fleurit en Tarraconaise : neuf dont sept à Tarraco94, une à Cabeza del Griego95, une à Carthago Nova96 ; cinq en Bétique au total, soit une pour chaque cité, Singilia Barba97, Italica98, Corduba99, Adamuz100, Esparragos101, et pour confirmer qu’exceptionnellement ce culte a entamé la Lusitanie, seule une inscription le mentionne à Emerital102. Si le culte des Lares romains y connaît des adeptes, par deux fois à Capera103, à Olisipo104, à Viseu105, à Ossonoba106, à Valencia de Alcántara107 et à Norba108, c’est encore la Tarraconaise qui l’emporte avec quatre dédicaces à Tarraco109, une à Emporiae110, à Sagonte111, à Toletum112, à Lucentum113 dans la Sierra de Portmannl114, et une seule pour la Bétique, à Abdera115.

25Le culte romain de genius (carte 2), qu’il s’agisse du génie d’un individu ou d’une d’une divinité, d’une entité morale, d’un corps administratif – oppidum, municipe, colonie, conventus –, d’un monument – marché, magasins –, a pénétré plus facilement les pays dernièrement soumis. Nous sommes seulement sûrs qu’ailleurs que dans la zone étroite du conventus Bracaraugustanus et du nord de la Lusitanie, on ne rencontre pas de mention d’un génie de type indigène ; ce particularisme ne veut pas dire que les indigènes sont absents d’un culte romain qui, pour eux, pouvait bien représenter un transfert du culte topique des villes, puisque les Lares indigènes des villes équivalent au génie, précisément à Conimbriga.

LUSITANIE116 (6)

  • 116 Il ne saurait être question de mentionner ici HAEp., 981 = AE, 1961, 342.

AE, 1954, 90

genius defensor

San Pedro do Sul

AE, 1959, 112

genius

Aeminium

Basele

CIL, II, 401

genius municipii

Midões

C. Cautinus Modestinus

O Arquólogo Português, Ser. III, 1, 1967, p. 214

genius oppidi

Aramenha

L. Annius Valens

inédit

genius Conimbricae

Conimbriga

CIL II 618

genius Turg(alii)

Turgalium

Rufinus Primigenius

BÉTIQUE (14)

  • 117 On peut se demander si Deus ne cache pas une divinité indigène, mais le texte de l’inscription est (...)

C/L II, 5550 = 5068

genius Lacimurgae

Lacimurga

Norbana Q. F. Quintilla

CIL II, 2193

genius oppidi sabetani

Corduba

C. Fabius Nigellio

CIL II, 2191

genius pagi aug.

Corduba

C. Fabius Nigellio

CIL II, 1280

genius municipii

Salpensa

CIL II, 2034

genius municipii anticariensis

Anticaria

Iulia M. f. Comelia Materna

CIL II, 1943

Deus genius117

Suel

EE, VIII, 82

genius municipi c.i. nertobrigae

Nertobriga

Octavia

CIL II, 2126

sacerdos geni municipi

Obulco

C. Cornelius Caeso

CIL II, 2186

genius municipum municipi martialis

Sacili Martialis

CIL II, 1362

genius municipi

Arcos de la Frontera

L. Caecilius Attarius

CIL II, 1060

genius municipi flavii arvensis

Arva

L. Coranius Tuscus

CIL II, 1163

genius Baetis

Hispalis

L. Iulius...

CIL II, 1346

genius oppidi

Acinipo

M. Servilius Asper

CIL II, 1433

turris genius

Sabora

TARRACONAISE (16)

CIL II, 2413

genius macelli

Bracara Augusta

Flavius Urbicio

CIL II, 2407

genius Jovis, Martis victoriae meus

Caldas de Vizella

CIL II, 6338f

genius

Caldas de Vizella

Saturninus Caturonis f.

AE, 1916,74

genius loci

Poza de la Sal

 ?

CIL II, 2991

genius tutelae horreorum

Caesaraugusta

A. Annius Eucharistus

CIL II, 4071

genius col I.V.T. tarraconensis

Tarraco

L.Minucius Apronianus

AE, 1955, 245

genius coloniae triumphalis

Tarraco

T. Quintus Ambarius (Holder, I, 116)

CIL II, 4072

genius conventus asturicensis

Tarraco

CIL II, 4073

genius conventus Caesaraugustanus

Tarraco

CIL II, 4074

genius convent(us) (tarraconensis) ?

Tarraco

HAEp., 1493

genius conventus cluniensis

Tarraco

CIL II, 3228

genius municipi laminitani

Laminium

L. Livius Lupus

CIL II, 3408

genius oppidi

Carthago nova

L. Baebius, L. Catius, L. Tauricus

AE, 1953, 16

genius castelli

Carthago nova

C. Voconius Phoebus

CIL II, 3525

genius loci ficariensis

Murcie

Albanus

CIL II, 3526

genius S. municipi

Acariens.

Murcie

idem

  • 118 C. Marcius Apilus est dit magister Larum Augustor(um) et genii Caesaris Augusti.
  • 119 CIL II, 5929 ; voir Étienne, p. 282.
  • 120 CIL II, 2181.
  • 121 CIL II, 2469.
  • 122 CIL II, 2472.
  • 123 CIL II, 432.
  • 124 Il serait nécessaire de reprendre le problème de cette typologie, surtout dans le Nord-Ouest. Les i (...)

26À l’opposition géographique ne faut-il pas ajouter le contraste chronologique ? Il est évident que l’introduction du culte des Lares Augustes dans la Péninsule date d’Auguste lui-même à Italica118, du moins de Tibère (c’est entre 14 et 19 qu’est tracée l’inscription de Carthago Nova119), en 28 celle d’Adamuz120 si on ne se réfère qu’aux inscriptions publiques du CIL ; or il faut attendre les Flaviens ou le début des Antonins pour les dédicaces aux Lares Cusicelenses121, aux Lares Tarmucenbaci Ceceaigi122, aux dii Deaeque Conimbricenses123. Ce décalage dans le temps rend compte aussi de la personnalisation des zones de culte et il mesure les progrès de la romanisation. La forme romaine du nom des Lares recouvre aussi une réalité religieuse celtique, dont le caractère barbare disparaît sous le vêtement nominal des Lares, mais un vêtement interchangeable, ce qui fait que le vocabulaire latin est inadéquat à la réalité religieuse ; celle-ci est traduite par Lares, Penates, Dii Deaeque, Genius, qui sont mis ainsi sur le même rang. Mais quels sont les agents possibles, les responsables de la romanisation qui s’exprime au travers d’une forme littérale parfaitement romaine, et même, avec un autel à fronton flanqué de deux tores, au travers d’une forme plastique typiquement officielle124 ?

  • 125 CIL II, 2405.
  • 126 CIL II, 5564.
  • 127 CIL II, 2413.

27Il suffit de considérer le nom des dédicants pour être mis sur la voie d’une réponse : un Flavius Flavinus à Aquae Flaviae, un Flavius à Valencia de Alcántara, font des dédicaces aux Lares, si bien que nous avons proposé pour notre autel de Conimbriga qu’un Flavius Faustus en soit l’auteur. La présence des Flavii est encore plus nette dans les inscriptions élevées en l’honneur du genius. Un Flavius Flavini f. honore le genius Laquiniesis125, un Flavius126 le genius Toncobricensium, un Flavius Urbicio le genius macelli127.

  • 128 Étienne, p. 447-549.

28Tous ces dédicants ont bénéficié d’une promotion juridique soit personnelle, soit collective pendant la censure des empereurs flaviens, Vespasien associé à son fils Titus, et l’intervention des Flaviens a donc été capitale dans le processus de la romanisation dans cette région tardivement conquise, où l’intervention augustéenne s’est appuyée sur l’armée et sur l’implantation d’une administration plus militaire que civile. Par les progrès du culte impérial128 autant que par ceux du culte des Lares et du genius, nous assistons à la mutation de la société celtique en une société celtico-romaine, étape sur la voie d’une romanisation complète, et à la transformation de sa mentalité.

29En effet, le nom que portent les dédicants autant que l’épithète qui qualifie certaines des cités, telle Aquae Flaviae qui se remarque par la densité des inscriptions, telle maintenant Flavia Conimbriga, ne peuvent que renforcer le lien qui existe entre les gens du Nord-Ouest et la dynastie.

  • 129 CIL II, 1133 = ILS, 3623.
  • 130 CIL VI, 449 = ILS, 3617.
  • 131 Laribus Augustis seuls dans CIL VI, 450 = ILS, 3618.
  • 132 CIL VI, 451 =ILS, 3619.
  • 133 CIL VI, 452 = ILS, 3620.
  • 134 CIL VI, 30960 = ILS, 3621.

30Certes, le lien reste discret. À Conimbriga, ni le genius ni les Lares ne sont dits augustes, ils demeurent bien le génie de la ville, les Lares de la ville, alors qu’à Italica nous avons rencontré un magister Larum Augustorum, qui l’est aussi du Genius Caesaris Augusti129. Cette liaison en Bétique fait écho aux dédicaces Laribus Augusti et Genio Caesarum qui sont le fait, à Rome, des vicomagistri en 83130, en 98 ou 99131, en 100132, en 109133 et en 223134.

  • 135 Suet., Div. Aug., XXXI ; Étienne, p. 275-276.
  • 136 Étienne, p. 275-276.
  • 137 R. Étienne, La vie quotidienne à Pompéi, Paris, 1966, p. 263.

31Fondé par Auguste135, ce culte des Lares Augustes a bénéficié de la restauration flavienne. Il permettait aux classes inférieures, essentiellement aux affranchis, d’exprimer leur attachement au souverain ; et il est assez remarquable de constater qu’à partir de Trajan les seviri sont en même temps magistri larum augustorum augustales et qu’un affranchi, L. Flavius Chrysogonus, doive être compté parmi eux. Autant qu’à Trajan136 il faudrait penser aux Flaviens pour cette organisation du culte des seviri, ces Flaviens qui également, à Pompéi, ont rebâti le temple des Lares ébranlé par le tremblement de terre du 5 février 62137.

  • 138 Étienne, p. 410, 453 sq. ; contestée par H.-G. Pflaum, dans Les empereurs romains d’Espagne, Paris, (...)

32Mais si les Flaviens qui pourtant introduisaient à Cordoue, chef-lieu de la Bétique, le culte impérial provincial138, comme pour “normaliser” le culte provincial dans les trois provinces et entamer la marche vers l’unité de la Péninsule Ibérique, n’ont pas pratiqué la même politique pour le culte des Lares, c’est qu’ils ont senti combien la situation de cette région restait particulière : conquise depuis peu, elle restait occupée par des tribus celtiques attachées à leur autonomie ethnique, et les Flaviens ont préféré une évolution lente permettant à la romanisation de transformer autant la dénomination que la mentalité des gens.

Fig. 5. La tête colossale d’Auguste.

33Cependant, le culte du souverain reste présent. Même si notre autel ne porte aucune trace de l’attachement de Faustus à la personne de l’Empereur, le dédicant s’adresse à une ville flavienne, qui peut considérer l’Empereur comme héros fondateur, χτίστης, et implicitement les Lares d’une ville flavienne, autant que son génie, sont augustes.

  • 139 Sûrement posthume, cette tête de 0,55 m a été faite peut-être sous Vespasien.

34Mais ce qui n’est pas ambigu, c’est la place de l’autel. Découvert au fond d’un cryptoportique, où ont été conservés les restes du temple voisin et du portique l’entourant, il était peut-être placé dans une chapelle avoisinant le temple lui-même. Mais il a été trouvé dans le même secteur que la tête colossale d’Auguste139 (fig. 5), tête appartenant à la statue de culte placée dans le temple ; et l’on peut penser que cet autel dédié à Flavia Conimbrica et à ses Lares bénéficiait de la protection et de l’aura religieuse du temple de Rome et d’Auguste. Tout en respectant les croyances d’une population celte ou celtisée, les autorités de la ville savaient canaliser l’élan religieux vers la dynastie régnante et contribuaient par là même à l’œuvre de romanisation.

  • 140 En Afrique, on observe le même phénomène : Leglay, Flaviens, p. 240-246.

35À l’occasion de notre découverte, nous avons suivi l’évolution de toute cette région nord-ouest de la Péninsule qui encore aujourd’hui reste marquée par une forte personnalité. Le rôle des Flaviens, que l’on connaît d’une façon générale, s’y vérifie sur le cas particulier de la cité de Conimbrica qui reçoit d’eux le glorieux qualificatif de Flavia : un tel don fait entrer un simple oppidum dans la hiérarchie juridique des villes de l’Empire. T. Iunius Latro, fils du nouveau municipe flavien, porte aussitôt les hommages de la cité à la capitale de la Lusitanie, où le concilium l’élit grand prêtre. Mais à la naturalisation juridique est liée la naturalisation religieuse qui transforme une divinité celtique en une divinité romaine. Si de leur côté les affranchis et les hommes libres se contentent d’honorer la ville, ses lares et son génie, ils apportent leur ex-voto au temple de Rome et d’Auguste qui, sur l’esplanade sacrée, étend sa protection à l’ensemble du corps social, et ils prennent, même modestement, leur place dans un concert de louanges qui témoigne de la conquête progressive de leurs âmes140.

***

36M. Jacques Heurgon présente l’observation suivante :

37“M. Étienne avait présenté à l’Académie en 1965 les premiers résultats de ses fouilles de Conimbriga. Aujourd’hui la communication qu’il vient de nous donner se rattache à l’enquête qu’il avait entreprise pour sa thèse en 1958 sur Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique, et c’est un aspect très intéressant de la romanisation des tribus celtiques qu’il a étudié, à partir d’une inscription récemment découverte à Conimbriga à proximité du temple de Rome et d’Auguste. Cette dédicace à Flavia Conimbriga et aux Lares de la ville ne nous apprend pas seulement la promotion de cet oppidum au rang de municipe flavien ; replacée dans l’ensemble des nombreuses et curieuses inscriptions qui mentionnent des Lares topiques, en même temps que les dii patrii et le genius de telle gentilité, elle correspond à un premier stade de la romanisation des croyances indigènes là où le culte des Lares Augustes hésitait encore à s’imposer.

38J’ai beaucoup apprécié les nuances avec lesquelles M. Étienne a analysé cette étape de ce qu’il a appelé “la conquête progressive des âmes”. Sur deux points de détail, je voudrais exprimer une légère réserve.

39D’abord, je ne crois pas que Conimbrica, avec un C, représente plus exactement le nom de la ville que Conimbriga, avec un G. Il ne s’agit là que d’une variante orthographique, explicable si l’on veut comme un archaïsme, parce que le C a longtemps servi à exprimer en latin la sonore aussi bien que la sourde. On a des exemples de Cartaciniensis et de Kartacinis du IIe siècle avant au IVe siècle après Jésus-Christ. Et le rapport étymologique de Conimbriga avec tant de toponymes celtiques en -briga, en particulier dans la Péninsule Ibérique (Segobriga, Caesarobriga, Nertobriga, etc.) fait croire que les manuscrits de Pline et les inscriptions qui donnent Conimbriga ne sont pas moins corrects que ceux qui donnent Conimbrica.

40D’autre part, dans une inscription qui nous a été présentée : Lares Lubanci Douilonicorum horum Albuius Camali filius sacrum, que M. Etienne traduit : “Les Lares Lubanci des Douilonici, aux Lares de ceux-ci...”, j’ai peine à croire que horum puisse dépendre d’un Laribus sous-entendu. Ce serait contraire aux règles de la grammaire latine, qui veut qu’on ne sous-entende le substantif que lorsqu’il devrait être répété au même cas. Et naturellement les Conimbrigenses n’écrivaient pas sans doute un latin impeccable. Mais le voisinage immédiat invite à rattacher horum à Douilonicorum. La gentilité des Lubanci semble avoir fait partie d’un groupe plus vaste, celui des Douilonici, dont peut-être une fraction résidait à Conimbriga, et d’autres ailleurs. Je me demande si l’on ne pourrait pas essayer de traduire : “Les Lares Lubanci des Douilonici qui sont ici”.

Notes

1 Hauteur totale : 17 cm ; largeur de la face épigraphique : 12,7 cm ; épaisseur du fût : 9,1/9,2 cm ; épaisseur du fronton : 9,5 cm.

2 Hauteur du fronton : 5cm.

3 Hauteur du tore au-dessus de la moulure : 4,9 cm.

4 1,5 cm en saillie.

5 Champ épigraphique : hauteur : 9,6/9,7 cm ; largeur : 12,3 cm.

6 Ligne 1 : 2,3 (F = 2,7 ; I et A = 0,8) ; ligne 2 : 2,5 (T et I = 2,9 ; A et I = 0,9/1) ; ligne 3 : 2 (F = 2,3 ; V = 0,8/0,9).

7 Cette fantaisie paraît être la marque de l’épigraphie de Conimbriga : petits I et O, dans l’inscription CIL II, 5243, p. 1030 et 1031. M. de L. Rodrigues, p. 130 (I-FRON) ; un grand T, id., p.125 : A T/CONTUBERNAL ; place du I au-dessus d’une lettre : id., p. 128 ; notons là aussi le petit S contenu dans le V.

8 CIL II, p. 1062 ; ILS, 2223 : FL(avius) ; 4277 : T. FL(avius) ; 2375 : FL(avius) AELIANUS ; 7206 : M.Fl(avius) AGRIPPA ; 8257 : FL(avius) ALATANCUS ; 805 : FL(avius) ALEXANDER CRESCONIUS, etc. En aucun cas, on ne saurait envisager FL = Felix.

9 Pline, NH, IV, 21.

10 Pline, NH, IV, 110 : Amanum portus ubi nunc Flauiobriga.

11 Pline, NH, III, 30 : Universae Hispaniae Vespasianus lmperator augustus jactatum procellis reipublicae Latrium tribuit.

12 J. Beaujeu, dans Pline, NH, I, p. 12 (CUF).

13 Rappelons par exemple que Volubilis, pourtant municipe claudien (ILM 116) est rangé parmi les oppida (Pline, NH, V, 5).

14 J. M. Bairrão Oleiro et R. Étienne, Les résultats de la première campagne de fouilles franco-portugaises à Conimbriga (Portugal), dans CRAI, 1965, p. 442-451 ; voir aussi, des mêmes, Resultados da primeira campanha de excavações luso-francesas em Conimbriga, Museo Monográfico de Conimbriga, 1966, p. 12.

15 CIL II, 5264 = ILS, 261.

16 Vaticanus Latinus 3861 (ms recentior).

17 Au XVIIIe siècle, cette inscription était dans la maison de D. André de Almeida à Géria dans les environs de Coimbra, comme nous l’apprend un manuscrit des archives nationales de Torre do Tombo à Lisbonne “Memorias parochiais de 1758”. Cf. Pedro A. de Azevedo, dans O Archelogo Português, IV, 1898, p. 152.

18 RE, IV, 1 (1900), col. 884. Déjà, le savant allemand dans Notícias Arqueolόgicas de Portugal, Lisbonne, 1871, p. 58, en publiant l’inscription qui deviendra CIL II, 391, ajoutait que Conimbrica, nom donné par Pline, est la forme la plus ancienne et la meilleure.

19 CIL II, 5264 = ILS, 261.

20 CIL II, 432.

21 La lecture CONIVMBRIC avait incité Hübner, CIL II, p. 49, à penser à une autre cité : Coniumbriga ou Contumbriga. Il semble évident qu’il s’agit d’une diplographie d’un jambage du M ou d’une erreur de l’ordinator : il faut donc lire CONIMBRIC(ensibus), ce qui a l’avantage de supprimer une seconde cité portant le même nom. Cette inscription a incité H. Rackham, dans l’édition Loeb, à proposer Coniumbrica dans Pline, IV, 21 et le mauvais usage de l’épigraphie a donc fait une nouvelle victime.

22 En F. IX. 8.

23 Dimensions du fût : largeur : 9,7 cm ; profondeur : 6,4 cm ; hauteur : 8 cm ; hauteur des lettres : 1,7 cm ; lignes de conduite pour les lettres. Largeur de l’entablement : 13 cm ; hauteur : 6,3 cm ; profondeur : 9,5 cm.

24 FGH (Millier), III, p. 6091. Il faut sans doute corriger aussi HAEp., 668 (pierre perdue de Mérida).

25 P. 421,4.

26 Chronica minora (éd. Mommsen), dans MGH, II, 1894, aux années 229, 231 et 241 ; B1 donne Conymbricam, B2 Conimbrigam.

27 En tout cas dans HAEp., 1181 (provenant d’Egitania et au musée Leite de Vasconcellos de Lisbonne), il faut lire CONIMBRIGENSIS sans aucun doute. Voir F. d’Almeida, Egitânia, histόria e arqueologia, Lisbonne, 1956, p. 230-231 et fig. 161.

28 P. Veyne, dans Latomus, XXVI, 1967, p. 742-744.

29 Hauteur : 51 cm ; largeur base : 27,5 cm ; profondeur : 23 cm. Inv. Conimbriga A 66. V. Correia, Museu Machado de Castro (Secções de Arte e Arqueologia), 1944, p. 10. M. de L. Rodrigues, Inscrições romanas do Museu Machado de Castro, dans Humanitas, VIII, n. s., p. 112-132 ; il faut maintenir la lecture de V. Correia, Tangini.

30 Lu par erreur Lares patris. Hauteur des lettres (en centimètres) : ligne 1 : 2,9/3,2 ; ligne 2 : 2,9/3,3 ; ligne 3 : 3,4/3,2 ; ligne 4 : 3/3,2 ; ligne 5 : 3,2.

31 Patrii dii, dans RE, XVIII, 4, 1949, col. 2242-2244 (W. Aly).

32 Hygin ad Macrob., Sat., III, 4, 13.

33 I, 10-15.

34 Rem. Am., 237-239.

35 XII, 89-90.

36 ILS, 8995.

37 ILS, 9266.

38 ILS, 4495.

39 Genius, dans RE, VII, col. 1155-1170 (W. F. Otto), col. 1158.

40 ILS, 6328.

41 CIL VI, 2821 = ILS, 2096.

42 IRT, 296, 297,298.

43 IRT, 287, 288.

44 IRT, 286. Notons aussi à Sétif (CIL VIII, 28438), Mars deus augustus, Génie de la colonie.

45 IRT, 289.

46 Notons des dédicaces à Apollo Patrius, associé à Liber et Cérès à Mactar ; il est également dit Apollo Genius. Il est deus patrius de Bulla Regia et, dans ces villes, il représente un Apollon punique. Cf. G. Picard, Civitas Mactaritana, Paris, 1957 (Karthago, VIII), p. 35-38 et id., dans RA, 1968, 2, p. 303.

47 CIL II, 4082 = ILS, 3605 (Tarraco) : Laribus et Tutelae Genio...

48 Sc. Lambrino, Les cultes indigènes en Espagne sous Trajan et Hadrien, dans Les empereurs romains d’Espagne (Colloque Int. du CNRS, Madrid-Italica, 1964), Paris, 1965, p. 223-239 (= Lambrino), p. 226.

49 CIL II, 432.

50 Leite de Vasconcellos, Rel., II, 185, assimile les Dii et deae aux Lares et aux Nymphes.

51 Inv. Général A 44 no 159. Longueur : 580 mm ; hauteur : 280 mm ; épaisseur : 115 mm. Correia, p. 11 ; L. Rodrigues, p. 122.

52 Les lares turibrigenses cités par EE, IX, 125 (Villamiel prov. de Cáceres), repris par Holder, III, 2005, ne doivent pas être retenus, selon J. Mallon et T. Marin, Las inscripciones publicadas por el marqués de Monsalud, 1897-1908, Estudio crίtico, p. 90, no 85.

53 Rufus.

54 Q. F[ul ou la]vius Placidi f(ilius) [Fla]vin[us],

55 Albinus Balesini [f(ilius)].

56 Catuenus Docquirici f(ilius) : pour Catuenus, Holder, I, 848-849 ; pour Docquiricus, Holder, I, 1300.

57 Rarius Rauu(s) ( ?).

58 Celtienus Canapi f(ilius).

59 Niger Proculi f(ilius).

60 Cornes.

61 [///]ius Faustus.

62 Il s’agit d’un autel fragmentaire, découvert en 1967 dans CRY 15 (4). Sur un champ épigraphique de 7 X 9 cm, on lit LARIBV[S] à la ligne 1 ; à la ligne 2, on lirait I sous le B et le début d’un M. Ici encore peut-on penser à LARIBVS CONIMBRICENSIBUS ?

63 Severus Tangini [f(ilius)] ; pour Tanginus, voir Holder, II, 1719,

64 Albui(us) Camal(i ou ae) f(ilius) ; pour Camala, voir Holder, I,707-708.

65 Cet autel, aujourd’hui introuvable, a été découvert dans la maison dite “Palais extra muros” ; il ornait une fontaine dans un atriolum. Il a été enfin retrouvé, voir dans ce volume p. 327-332.

66 Camala Arqui f(ilius) ; pour Camala, voir Holder I,707-708 ; pour Arquius, id., 220.

67 [Fl]avius.

68 Flav(us) Flavini.

69 L. Monius ou L. V[oc]onius V[alen]s (Leite de Vasconcellos, II, 151).

70 L. Iuventius Iulianus.

71 Il s’agit d’un esclave de Claudius Martilenus au cognomen grec Artemas.

72 Viriatus, voir Holder, III, 378.

73 Victorin(us) Ser(vus) C. Severae.

74 Cocceius Modestianus.

75 Marcus A[e]turi f(ilius) ; pour Aeturius, voir Holder, I,54.

76 Ti. Claudius Sancius porte un cognomen hispanique (Holder, II, 1348).

77 Voir D. de Pinho Brandão, As inscrições luso-romanas dos apontamentos de Frei Bento de Santa Gertrudes, dans Lucerna, II, 1962, p. 23-51. La lecture LAG de Hübner est impossible d’après la photographie.

78 Borc(ius) désigne le dédicant plutôt que l’épithète de Dii et deae (Holder, I,489).

79 Q(intus) M... ( ?).

80 J. M. Blázquez, Religiones primitivas de Hispania, I, 1962, p. 225 ; Lambrino, p. 227.

81 R. Etienne, Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, Paris, 1958 (BÉFAR, 191) (= Étienne), p. 58 sq.

82 Lambrino, p. 233.

83 CIL II, 2572, 2576 (= 5734 = HAEp., 308), 5634, HAEp. 313 (= AE, 1955, 210), HAEp., 1715, 1716.

84 HAEp., 1744.

85 HAEp.. 1746.

86 HAEp., 1743.

87 HAEp., 1745.

88 HAEp., 1747.

89 CIL II, 2518.

90 CIL II, 2417.

91 CIL II, 5734.

92 AE, 1903, 185.

93 CIL II, 2987.

94 CIL II, 4302, 4304, 4307, 4309, 4293 (= ILS, 6947), 4297 (= ILS, 6947a), AE, 1929,231.

95 CIL II, 3113 (probable).

96 CIL II, 5929 (= ILS, 3624 ; = HAEp., 16).

97 CIL II, 2013.

98 CIL II, 1133 = ILS, 3623.

99 CIL II, 2233.

100 CIL II, 2181.

101 EE, IX, 252.

102 AE, 1915, 96. Nous laissons de côté les inscriptions au génie de l’empereur découvertes à Braga (C/L II, 5123) et à Dume (Braga) (Vasconcellos, Rel., III, p. 326).

103 CIL II, 816-817.

104 CIL II, 174. Il s’agit d’un collège de cultores Larum dans les deux villes.

105 CIL II, 404.

106 CIL II, 5135.

107 Zephyrus, XVIII, 1967, p. 98, n. 10 : Flaus est le dédicant.

108 Zephyrus, XVIII, 1967, p. 93, n. 7, pl. V = CIL II, 729 : Rufus Tongi f(ilius) est le dédicant.

109 CIL II, 4082, (= ILS, 3605), 4306, 6106 (= AE, 1929, 234).

110 AE, 1900, 118. Présence de cultores Larum.

111 HAEp., 1574.

112 CIL II, 3081.

113 CIL II, 3563.

114 AE, 1953, 17.

115 CIL II, 1980 (= ILS, 3604).

116 Il ne saurait être question de mentionner ici HAEp., 981 = AE, 1961, 342.

117 On peut se demander si Deus ne cache pas une divinité indigène, mais le texte de l’inscription est mutilé et peu sûr.

118 C. Marcius Apilus est dit magister Larum Augustor(um) et genii Caesaris Augusti.

119 CIL II, 5929 ; voir Étienne, p. 282.

120 CIL II, 2181.

121 CIL II, 2469.

122 CIL II, 2472.

123 CIL II, 432.

124 Il serait nécessaire de reprendre le problème de cette typologie, surtout dans le Nord-Ouest. Les inscriptions du Musée de León et leur support apportent à cet égard un témoignage saisissant.

125 CIL II, 2405.

126 CIL II, 5564.

127 CIL II, 2413.

128 Étienne, p. 447-549.

129 CIL II, 1133 = ILS, 3623.

130 CIL VI, 449 = ILS, 3617.

131 Laribus Augustis seuls dans CIL VI, 450 = ILS, 3618.

132 CIL VI, 451 =ILS, 3619.

133 CIL VI, 452 = ILS, 3620.

134 CIL VI, 30960 = ILS, 3621.

135 Suet., Div. Aug., XXXI ; Étienne, p. 275-276.

136 Étienne, p. 275-276.

137 R. Étienne, La vie quotidienne à Pompéi, Paris, 1966, p. 263.

138 Étienne, p. 410, 453 sq. ; contestée par H.-G. Pflaum, dans Les empereurs romains d’Espagne, Paris, 1965 p. 100 (retractatio, p. 121), cette chronologie a été acceptée par J. Deiniger, Zur Begründung des provinzial Kultes in der Baetica, dans MDAI(M), V, 1964, p. 167-179 ; voir en dernier lieu M. Leglay, Les Flaviens et l’Afrique, dans MEFR, LXXX, 1968, p. 201-246, p. 235, n. 1.

139 Sûrement posthume, cette tête de 0,55 m a été faite peut-être sous Vespasien.

140 En Afrique, on observe le même phénomène : Leglay, Flaviens, p. 240-246.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. L’autel aux Lares de Conimbriga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 2. L’autel du Génie de Conimbriga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8198/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 3. L’autel aux Lares de ses pères.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8198/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 4. L’inscription des Lares Lubanci.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8198/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8198/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8198/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 5. La tête colossale d’Auguste.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8198/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search