Version classiqueVersion mobile

Itineraria hispanica

 | 
Robert Étienne

Préface

Françoise Mayet

Texte intégral

1“Itinéraires hispaniques” est un titre qui recouvre bien toute l’activité scientifique de Robert Étienne dans les Hispaniae, c’est-à-dire dans l’ensemble de la Péninsule Ibérique sous l’Empire romain. Itinéraires au pluriel, non pas seulement au sens géographique mais surtout au sens des voies diverses et variées de sa recherche. Œuvre d’historien ou œuvre d’archéologue, impossible de trancher tant l’archéologie est venue nourrir au fil des ans une œuvre historique, d’abord fondée sur les sources littéraires et épigraphiques. C’est la grande leçon que le professeur d’histoire romaine de l’Université de Bordeaux III, en même temps chef de la Mission archéologique française au Portugal et directeur du Centre Pierre Paris, a léguée à ses étudiants : impossible de faire progresser l’histoire romaine sans tenir compte des avancées de l’archéologie contemporaine. Certes, il est plus difficile aujourd’hui de maîtriser les deux domaines, la spécialisation l’emporte ; mais, ses disciples-archéologues n’oublient jamais qu’ils travaillent avant tout pour la recherche historique, que les monnaies et les céramiques contribuent davantage à mieux connaître l’histoire économique qu’à enrichir l’histoire de l’art.

2Venu à la Péninsule Ibérique dès 1943 par l’intermédiaire de la devotio iberica, citée par Dion Cassius, Robert Étienne a prouvé dans sa thèse qu’elle avait joué en faveur du culte impérial dans la Péninsule, d’Auguste à Dioclétien, et pouvait en expliquer le succès. Œuvre majeure, œuvre de jeunesse qu’il n’oublia jamais, cherchant à la compléter soit par de nouveaux documents épigraphiques, soit par l’archéologie. La religion, le culte impérial surtout, a constitué une des directions majeures de sa recherche et la fouille du centre monumental de Conimbriga est venue l’illustrer de façon magistrale. En effet, le temple du culte impérial flavien de cette petite ville luso-romaine, avec ses portiques sur cryptoportiques et sa place portiquée, comme on peut le voir aujourd’hui avec la maquette exposée au Musée Monographique du site, a constitué l’un des premiers exemples provinciaux connus de ce type d’architecture. Depuis lors, nombreux sont ceux qui ont été mis au jour et publiés, toujours ou presque selon le même modèle. La fouille de Conimbriga, puis celle de São Cucufate ont formé une génération d’archéologues, tout comme les missions épigraphiques du Centre Pierre Paris, sous sa direction, ont formé une génération d’épigraphistes.

3Un deuxième itinéraire de recherche, tout aussi important pour Robert Étienne, est sans aucun doute l’histoire économique. Dès 1949, lors de son séjour à l’École Française de Rome, il étudia les inscriptions peintes sur les amphores à huile de Bétique, déposées au IIIe siècle sur le Mont Testaccio, à Rome, et fut ainsi un des premiers savants de la deuxième moitié du XXe siècle à relancer les recherches dans ce domaine. L’huile, le vin, les sauces et salaisons de poisson constituent trois clés essentielles de l’économie de l’Hispanie romaine ; il leur consacra un certain nombre d’articles avant d’aboutir à une triple synthèse au début du XXIe siècle. Dans cette optique, il a senti l’importance que jouaient les cargaisons des épaves Ce n’est pas seulement ses propres recherches qu’il faut retenir mais aussi toutes celles qu’il a suscitées chez de nombreux étudiants et jeunes, et moins jeunes parfois, chercheurs. Combien de thèses, et de thèses majeures, a-t-il dirigées ? Combien de travaux ont-ils abouti parce que leurs auteurs ont été soutenus, encouragés et publiés par Robert Etienne. Le savant qu’il était se doublait en effet d’un pédagogue et d’un meneur d’hommes ; il savait enthousiasmer une équipe, que ce soit sur un chantier de fouille, dans un musée ou dans une salle de cours. Son objectif était de former les jeunes chercheurs, de publier leurs travaux dans la collection des Publications du Centre Pierre Paris ou dans celles de la Fédération historique du Sud-Ouest.

4Pour tout cet apport, scientifique et humain, il méritait bien qu’à la veille de ses quatre-vingt-cinq printemps l’on publie à nouveau ses principaux articles sur la Péninsule Ibérique romaine et que ces Itineraria Hispanica constituent un modèle qui pourra motiver les générations futures.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 616k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search