Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Augustin

 | 
Serge Lancel
, 
Stéphanie Guédon
, 
Louis Maurin

La théologie du miracle dans la Cité de Dieu et le témoignage du De miraculis sancti Stethani

Anne Fraïsse

Texte intégral

  • 1 Texte publié dans l’édition bénédictine des œuvres de saint Augustin, t. VII en appendice à la Cité (...)

1À la suite d’un travail collectif de traduction et de commentaire sur un recueil de miracles, le De miraculis sancti Stephuni, dans le cadre de notre groupe de travail sur l’Afrique Antique1 il m’a paru intéressant de comparer cet ouvrage au livre XXII de la Cité de Dieu de saint Augustin, qui contient, au milieu d’une défense du dogme de la résurrection de la chair, une liste de miracles de même époque, même lieu et dont une partie concerne également les reliques de saint Étienne. Peut-on déceler des influences d’un texte sur l’autre, ces deux témoignages parallèles reflètent-ils une même conception des miracles contemporains, l’un des deux est-il à Limitation de l’autre ou avons-nous là deux états de la question simultanés mais indépendants ?

Les deux textes en présence

2Le De miraculis sancti Stephani est un petit recueil de récits de miracles provoqués par la présence de reliques de saint Étienne à Uzalis, ville épiscopale d’Evodius, ami d’Augustin. Il comporte deux livres ; le premier raconte l’installation des reliques du martyr dans la cathédrale d’Uzalis et une douzaine de miracles accompagnant cette arrivée. Ce livre fut lu lors d’une célébration de la fête du saint dans la cathédrale, comme nous l’apprend le prologue du livre II. Le second livre, d’un style plus cérémonieux rapporte longuement quatre autres miracles concernant essentiellement des fidèles d’un milieu social plus élevé. Il s’arrête sans conclusion, ce qui laisse supposer que la fin de l’ouvrage manque.

  • 2 Augustin, De ciuitate Dei, XXII. 8, p. 358, trad. G. Combès, Bibliothèque Augustinienne, Desclée de (...)

3Si ce petit ouvrage a été conservé, c’est vraisemblablement parce qu’il apporte une illustration à ce qu’écrit saint Augustin au chapitre 8 du livre XXII de la Cité de Dieu. Dans ce livre consacré à la Jérusalem céleste et à la résurrection de la chair, Augustin répond aux réactions sceptiques et aux objections que suscite le dogme chrétien ; la résurrection de la chair est incroyable, disent les sceptiques, mais ils sont obligés de reconnaître comme vrai un fait plus incroyable encore : des foules immenses ont cru et croient à cette incroyable résurrection, annoncée pourtant par des hommes ignorants et sans prestige ; beaucoup même ont accepté les pires tourments et la mort au nom de leur foi en cette résurrection. Ce sont les miracles accomplis par le Christ qui ont permis la naissance de cette foi : “Que de nombreux miracles se soient produits pour attester ce miracle unique, éclatant, salutaire, par lequel le Christ est monté au ciel avec son corps ressuscité, nous ne pouvons le nier, en effet. Car tout a été consigné dans les mêmes livres véridiques : et les miracles qui furent accomplis, et la foi qu’ils étaient destinés à soutenir. C’est pour faire naître la foi qu’ils ont été publiés : la foi produite par eux leur a donné une notoriété encore plus éclatante. On les lit aux peuples pour qu’on y croie ; mais on ne les lirait pas aux peuples si l’on n’y avait déjà cru.”2Nous avons là résumé en une phrase ce qui est l’essentiel des miracles évangéliques pour Augustin : leur but : faire naître la foi dans le Christ ressuscité, la preuve de leur valeur : la foi qu’ils font naître ; il y a, dans la pensée d’Augustin, un cercle étroit qui définit le miracle autour d’un sens et d’une finalité unique.

L’évolution de la pensée d’Augustin

  • 3 Aug.. De uera religione, XVI, 31, p. 65, trad. J. Pegon, Bibl. Aug., Paris, Desclée de Brouwer, 195 (...)
  • 4 De Ciu., XXII, 7, p. 557 : quanto magis...resurrectionem carnis Christi atque in caelum ascensionem (...)

4Augustin a toujours gardé, en effet, la même conception des miracles évangéliques, conception superbement résumée par la phrase du De uera religione : “Par ses miracles, il conquit la foi des hommes au Dieu qu’il était, par sa passion, à l’homme qu’il assumait”3. La souffrance et la mort du Christ lient en lui la Divinité à l’humanité et les miracles révèlent en l’homme Jésus la Divinité. C’est placer le miracle au cœur même du mystère des deux natures du Christ, au centre de la révélation du Salut. Dans la Cité de Dieu, Augustin présente de même les miracles du Christ comme la preuve de sa Divinité mais avec une perspective différente et plus précise : ils préparent la raison humaine à accepter la résurrection de la chair : “A combien plus forte raison... l’intelligence humaine aurait-elle trouvé inadmissible, comme une chose impossible, la résurrection du Christ et son ascension au ciel et, railleuse, les aurait-elle rejetées des oreilles et des cœurs, si la divine vérité ou la vraie Divinité n’en avait démontré, par les signes probants des miracles, la possibilité et la réalisation.”4 Comme l’indique le terme monstrarent, les miracles participent à une démonstration, à un plan logique de Dieu sur le monde pour diffuser la foi. Cette analyse des miracles fait partie d’une véritable théologie, d’un effort méthodique d’organisation de la révélation du Salut.

  • 5 Sur la position d’Augustin en ce qui concerne les miracles, voir Serge Lancel, “Saint Augustin et l (...)

5Ce qui a changé dans la pensée de saint Augustin se situe dans la situation temporelle du miracle, dans son historicité5. Nous savons que le chapitre XXII, 8 de la Cité de Dieu marque également l’aboutissement d’un long cheminement d’Augustin sur la question des miracles contemporains. Ils ont d’abord été étrangers à ses préoccupations : les miracles évangéliques étaient nécessaires pour établir la foi. Quand la foi est établie, les miracles n’ont plus de raison d’être, ils pourraient même détourner de l’essentiel.

  • 6 De itera religione, XXV, 47, p. 89 : Sed accepimus, maiores nostros eo gradu fidei, quo a temporali (...)

6Dans ses premiers textes sur le sujet, le De item religione et le De utilitate credendi, il explique que Dieu n’accomplit plus de miracles dans le monde parce qu’il n’y a plus de nécessité de convaincre par des prodiges ; c’est l’Église elle-même et sa foi au Christ qui est un miracle permanent. Les miracles n’appartiennent qu’au moment du fondement de la foi, c’est-à-dire à l’époque de la vie humaine du Christ et aux premiers développements de son Église par les apôtres : “Mais l’histoire nous apprend que nos pères, dont la foi était celle qui s’appuie sur le temporel pour s’élever à l’éternel, se sont laissés guider par des miracles visibles, la seule voie possible pour eux. Si bien que, grâce à eux, ces miracles n’ont plus été nécessaires par la suite. Une fois l’Église catholique répandue et établie par toute la terre, Dieu n’a pas laissé ces miracles continuer jusqu’à nos jours, crainte que notre esprit ne s’arrêtât au visible et que, s’habituant à eux, l’humanité ne perdît l’ardeur que, nouveaux, ils lui avaient communiquée.”6

  • 7 Aug„ Conf.,lX, VII, 16. p. 101, trad. E. Tréhorel et G. Bouissou, Bibl. Aug. 1962. Desclée de Brouw (...)
  • 8 Serin., 88, PL 38, col. 539 à 553 : De uerbis Euangelii Matthaei, ubi de duobus caecis sedentibus s (...)

7Pourtant, au moment de l’écriture de ces deux ouvrages (entre 387 et 392), Augustin a assisté lui-même à plusieurs miracles. En 386, il était présent lors de la découverte par Ambroise des reliques des saints martyrs Gervais et Protais et de la guérison d’un aveugle ; cet épisode qu’il raconte dans la Cité de Dieu se trouve aussi dans le livre IX des Confessions mais en décalage chronologique : “D’où as-tu ramené, où as-tu mené mon souvenir pour que je te confesse encore ces événements ? Tout grands qu’ils étaient, je les avais oubliés, ils m’avaient échappé.”7 Il ne semble pas qu’alors Augustin ait été ému par ces événements ni qu’il ait jugé utile de réfléchir à leur sens éventuel ou de les utiliser dans sa pastorale puisque dans le sermon 88 (vers 400) il affirme que les guérisons d’aveugles fréquentes au temps du Christ ne se produisent plus à l’époque contemporaine.8

  • 9 De Ciu., XXII, VIII. 3 p. 567 : lam laetitia illa laus atque gratiarum actio misericordi et omnipot (...)

8En 388, à son retour d’Afrique, il est également témoin de la guérison d’Innocentia, épisode qu’il raconte dans le chapitre XXII de la Cité de Dieu, avec force détails et beaucoup d’émotion personnelle, reflet d’une joie collective comme en témoignent les dernières lignes du récit : “Aussitôt, l’allégresse, la louange, l’action de grâce au Dieu miséricordieux et tout-puissant, jaillissent de toutes les lèvres parmi les larmes de joie ! Je n’ai pas à les décrire : il est plus facile de se les imaginer que de les exprimer.”9

9Augustin a-t-il d’abord été indifférent ou sceptique devant ces miracles ? Son silence, ses dénégations ne sont-ils pas plutôt le signe d’un embarras devant des événements non seulement irrationnels comme l’étaient également les miracles évangéliques mais dont il ne voyait pas, en plus, comment ils pouvaient s’inscrire dans l’économie du Salut, quelle place ils pouvaient prendre dans sa réflexion sur l’histoire de Dieu et du monde ? Peut-être pour Augustin n’y a-t-il pas de miracles contemporains parce qu’il ne leur trouve pas de sens.

  • 10 De Ciu., XXII. IX, 1. p. 597 : Cui, nisi huic fidei adtestantur ista miracula, in qua praedicatur C (...)
  • 11 De Ciu., XXII. VIII : Nam etiam nunc fiunt miracula in eius nomine, sine per sacramenta eius sine p (...)

10Dans la Cité de Dieu, il leur a trouvé un sens : “À quoi ces miracles rendent-ils témoignage, sinon à cette foi où le Christ est proclamé ressuscité dans la chair, monté au ciel avec la chair”10. C’est ce qui explique sans doute qu’il n’y a que dans la Cité de Dieu que son raisonnement sur les miracles prend en compte les miracles contemporains : “Même aujourd’hui, il se fait des miracles au nom du Christ soit par ses sacrements, soit par les prières et les reliques de ses saints.”11 Et, laissant provisoirement de côté sa démonstration, Augustin évoque dans l’ordre chronologique le miracle de Milan qu’il avait raconté dans les Confessions, la guérison d’Innocentius à Carthage dont il a été témoin, celle d’innocentia qui lui a été racontée par la miraculée, puis, avec la diffusion des reliques de saint Etienne en Numidie, les miracles qui se sont produits en particulier à Caluma, à Uzalis, à Hippone même, en particulier la guérison miraculeuse de Paul et Palladia de Césarée.

  • 12 Sur cette évolution de saint Augustin, cf. l’article de Marc Van Uytfanghe, 1981, “La controverse b (...)

11Ce catalogue prouve que la pensée d’Augustin a évolué, évolution sans doute favorisée par la mentalité de son peuple et ses responsabilités pastorales : il y a encore des miracles et ces miracles, comme les miracles évangéliques, ont pour fin de fortifier la foi.12

Analyse du chapitre XXII, VIII de la Cité de Dieu

12Cela n’exclut pas d’ailleurs les réticences qui étaient précédemment les siennes.

  • 13 De Ciu.. XXII, VIII, 1 p. 557 : Cur. inquiunt, nunc illa miracula, quae praedicatis facta esse, non (...)

13Les miracles contemporains ne sont pas nécessaires : “Pourquoi, demandent-ils, n’arrivent-ils plus de nos jours ces miracles, dont vous dites qu’ils ont eu lieu jadis ? Je pourrais répondre qu’ils étaient nécessaires avant que le monde crût, pour l’amener à croire. Quiconque réclame encore des prodiges pour croire est lui-même un grand prodige pour ne pas croire malgré la foi du monde.”13

  • 14 De Ciu., XXII, VIII. I p. 561 : sed non eadem claritate inlustrantur, ut tanta quanta illa gloria d (...)

14Ils sont surtout peu diffusés et seulement prouvés par des témoignages humains que l’on peut donc contester et réfuter : “mais ils ne brillent pas du même éclat que ceux du passé et ils n’étendent pas aussi loin qu’eux la gloire de leur renommée. Ceux-là, le Canon des saintes Lettres, qui devait être fixé, en fait lire partout le récit, les gravant dans la mémoire de tous les peuples ; ceux-ci, en quelque lieu qu’ils se produisent, sont à peine connus de toute la ville ou les habitants du lieu. Car, même là, ils ne sont connus, la plupart du temps, que d’un très petit nombre et ignorés des autres citoyens, surtout si la ville est grande. Et quand on les raconte ailleurs et à d’autres personnes, ils ne jouissent pas d’une garantie suffisante pour être crus sans difficulté ni hésitation, bien que les narrateurs en soient des fidèles s’adressant à des fidèles.”14

  • 15 De Ciu., XXI, VI, I, p. 397-399.

15Enfin les païens eux-mêmes se prévalent de guérisons extraordinaires ou de faits merveilleux comme le reconnaît Augustin dans le chapitre précédent15 ce qui nécessite une définition précise qui distingue les miracles chrétiens

16Mais dans la Cité de Dieu, Augustin apporte des solutions pour vaincre ces réticences.

  • 16 De Ciu., XXII, VIII. 2 p. 561 : Miraculum, quod Mediolani factum est, cum illic essemus, quando inl (...)
  • 17 De Ciu., XXII. VIII, 3, p. 561 : ubi nos interfuimus et oculis aspeximus nostris ; nondum quidem cl (...)
  • 18 De dit., XXII. VIII, 4, p. 569 : religiossissima femina de primariis ipsius duitatis.

17Ces miracles doivent s’appuyer sur des témoins sûrs et de bonne réputation, ou irréfutables pair leur nombre. Pour le premier miracle de Milan, Augustin précise que “la guérison d’un aveugle a pu parvenir à la connaissance d’un grand nombre, car la ville est considérable ; c’était alors la résidence de l’empereur et l’événement eut pour témoin un peuple immense accouru pour voir les corps des martyrs Gervais et Protais”16 ; pour le second à Carthage, il signale qu’il était lui-même témoin avec Alypius : “nous étions présents et nous l’avons vu de nos yeux”, et il ajoute : “sans être clercs encore, nous étions déjà au service de Dieu”17. Les miraculés sont très pieux comme Innocentia, “dame très pieuse et parmi les plus notables de cette ville”18.

  • 19 De Ciu., XXII, VIII, 6, p. 573 : Nos autem cum hoc comperissemus, iubente sancto episcopo Aurelio e (...)

18Il faut ensuite que les bénéficiaires soient entendus par des membres de l’Église ; ainsi Augustin convoque lui-même un ancien mime de Curubis guéri à son baptême : “Mais nous, l’ayant appris, nous fîmes, sur l’ordre du saint évêque Aurélius, venir cet homme à Carthage, bien que nous connaissions déjà le fait par des personnes si dignes de foi que nous ne pouvions en douter.19

  • 20 Même ainsi il continue à craindre que les miracles contemporains sombrent vite dans l’oubli : De Ci (...)
  • 21 De Ciu., XXII, VIII, 21, p. 585 : Id namque fieri noluimus, cum uideremus antiquis similia diuinaru (...)
  • 22 Serm., 322-324, P. L., 38, c. 1444-1446 exemplar libelli a Paulo dati Augustino episcopo : Rogo, do (...)

19Puis, toujours pour diffuser ces miracles dans le temps et l’espace, Augustin qui s’inquiète de constater qu’ils sont quelquefois inconnus même des proches et que leur souvenir se perd rapidement, recommande qu’on fasse rédiger aux miraculés un libellus qui expose les faits20 : “Nous en avons ordonné la rédaction, constatant que, de notre temps même, affluent des manifestations de la puissance divine en tout semblables à celles des anciens temps et qui ne doivent pas échapper à la connaissance d’un grand nombre”21. Nous pouvons suivre grâce aux sermons22 la guérison miraculeuse de Paul, puis de Palladia et nous avons le libellus demandé à Paul.

  • 23 De Utilitate credendi, XVI. 5, p. 293 : Miraculum uoco quidquid arduum aut insolitum supra spem uel (...)
  • 24 De Ciu., XXII. IX, I p. 597 : Nam si carnis in aeternum resurrectio nel non praeuenit in Christo ue (...)

20Enfin. ces miracles ont un sens ; ils ne sont plus seulement les événements insolites du De utilitate credendi : “J’appelle miracle tout événement insolite qui manifestement surpasse l’attente ou les capacités de celui qu’il étonne.23” Ils témoignent en faveur de la résurrection de la chair, puisqu’ils sont l’œuvre de morts qui ont proclamé cette foi : “Car si la résurrection de la chair pour l’éternité n’a pas déjà eu lieu dans le Christ, ou ne doit pas avoir lieu à l’avenir comme l’a prédit le Christ et comme l’ont prédit les prophètes qui ont annoncé le Christ, pourquoi tant de pouvoir concédé à des morts qui ont donné leur vie pour une foi qui proclame cette résurrection ?”24.

  • 25 De Ciu., XXII, VIII, 10, p. 577-579.
  • 26 De Ciu., XXII, VIII, 22. p. 587.
  • 27 De Ciu., XXII, VIII, 22, p. 589.

21Augustin fait rentrer ainsi le miracle dans une construction intellectuelle visant à démontrer la vérité du Salut. Cela explique la structure très simple et l’absence de commentaire des récits de miracles du chapitre VIII puisque l’essentiel n’est pas tant dans le déroulement du miracle que dans sa simple existence. Augustin met dans sa liste de miracles une histoire d’anneau d’or trouvé dans un poisson qui rappelle plus une tradition folklorique qu’un miracle chrétien25. De même, il prend soin d’expliquer un miracle qui nous paraît bien insignifiant26. Petronia portait un anneau dans une tresse de cheveux, remède conseillé par un juif, cet anneau glisse à terre sans que soit rompu la ceinture de cheveux à laquelle l’anneau était attaché ; devant ce prodige, sûre de sa guérison, Petronia jette à l’eau son anneau. Voici comment Augustin, qui sent vraisemblablement qu’on pourrait lui reprocher le caractère dérisoire de ce tour de passe-passe, commente cet épisode en le reliant au dogme chrétien : “Qu’ils n’y croient pas ceux qui ne croient pas non plus que le Seigneur Jésus est venu au monde en laissant intacte la virginité de sa mère, et qu’il est entré portes closes chez ses disciples ! Qu’ils s’informent du moins du premier miracle et s’ils le trouvent exact, qu’ils croient aussi ces derniers. C’est une femme très en vue, de haute naissance, épouse d’un noble, elle habite Carthage ; l’importance de la ville et l’importance de la personne ne permettent pas que le fait échappe à ceux qui veulent s’en informer. Le saint martyr, dont l’intercession lui a valu la guérison, a cru certes au Fils d’une mère restée vierge ; il a cru en celui qui pénétra portes closes chez ses disciples ; enfin et voilà la raison de tout notre exposé, il a cru en celui qui est monté au ciel avec le même corps dans lequel il est ressuscité. Et si tant de merveilles s’opèrent par son entreprise, c’est qu’il a donné sa vie pour cette foi27. Ce passage est particulièrement significatif, car il résume tous les arguments précédents : un bénéficiaire bien connu, un public nombreux, la liaison, même si elle nous paraît incongrue avec la vie du Christ, la foi du martyr, cause du miracle, et le sens du miracle, preuve de la résurrection de la chair.

  • 28 De Citi., XVI, V, p. 201 : “quand il accomplit sur terre un acte, et que cet acte, accompli miracul (...)
  • 29 Serge Lancel, dans sa communication au colloque sur le De miraculis analyse très justement ainsi l’ (...)
  • 30 De Ciu., XXII, VIII, 22 p. 589 : Fiunt ergo etiam nunc multa miracula eodem Deo faciente ner quos u (...)

22Plus simple et plus forte nous semble la définition qu’Augustin donne du miracle au livre XVI de la Cité de Dieu : Dieu opère un miracle cum aliquid facit in terra, quod praeter usitatum naturae cursum mirabiliter factum, praesentiam quodam modo eius ostendat28, mais elle va dans le même sens que l’épisode précédent. Le miracle, c’est la présence de Dieu, manifestée dans le monde, qu’il s’agisse des miracles du Christ ou de ceux qui s’accomplissent encore dans son Église29. C’est l’explication qu’Augustin donne également dans le chapitre VIII du livre XXII : “Il se produit donc maintenant encore de nombreux miracles, et le Dieu qui les accomplit par ceux qu’il veut et comme il veut, est le même qui a accompli les miracles que nous lisons ; mais ils ne sont pas aussi universellement connus et, pour les garder de l’oubli, on n’en répète pas assez la lecture de manière à les piler comme du gravier dans le sol de la mémoire.”30

Les reliques de saint Étienne, quelques points communs entre les deux textes

  • 31 Plus particulièrement De Ciu., XXII, VIII, 3 et 22, p. 567 et 591.

23Qu’est-ce qui a ainsi modifié les idées d’Augustin ? Il est clair que l’invention du corps de saint Étienne en 415 et surtout l’arrivée en Afrique d’une partie de ses reliques provoquant une série de miracles fut la cause première de cette évolution. L’émotion que provoquèrent ces miracles dans la communauté chrétienne dont Augustin était l’évêque, émotion qui transparaît dans plusieurs des récits du chapitre XXII31, l’incitèrent à chercher le sens de ces miracles contemporains et l’usage qu’il pouvait en faire pour l’instruction et l’édification de ses ouailles. Quant à son ami Évodius, évêque d’Uzalis, il fut le propagateur dans la région du culte du premier martyr et l’instigateur du De miraculis sancti Stephani. Les deux textes contiennent une description de la foule des fidèles en liesse lors d’une célébration à l’Église qui montre l’aspect fondamental de cette dimension ecclésiale dans l’interprétation des miracles.

  • 32 De Ciu., XXII, VIII, 22. p. 592 : Clamantium gratulantiumque uocibus ecclesia usquequaque completa (...)

24Dans le catalogue du chapitre XXII, VIII de la Cité de Dieu, un jeune homme agité de tremblements est guéri le jour de Pâques dans l’Église même près de la relique de saint Etienne : “De toutes parts, l’église s’emplit de cris d’allégresse et d’action de grâces. On accourt à l’endroit où je me trouvais assis, tout prêt déjà à m’avancer. Chacun se précipite l’un après l’autre, le dernier me raconte comme nouveau ce que le premier m’avait déjà appris. Tout joyeux, je rendais grâces à Dieu en moi-même, quand survient le jeune homme lui-même, bien entouré ; il se jette à mes genoux et se relève pour recevoir mon baiser. Nous nous avançons vers le peuple : l’église était comble, elle résonnait de cris de joie : Grâces à Dieu ! Louange à Dieu ! personne qui restât muet : de droite, de gauche partaient des cris ! Je salue le peuple : les acclamations reprennent avec une ardeur redoublée. Le silence s’étant enfin rétabli, on lut le passage des divines Écritures qui a trait à la fête. Quand vint le moment de prendre la parole, je dis quelques mots inspirés de la tête et de l’heureux événement qui nous remplissait de joie ; je laissai le peuple, non pas entendre de ses oreilles, mais voir plutôt de ses yeux cette éloquence de Dieu parlant dans son œuvre divine.”32.

  • 33 Toutes les traductions du texte du De Miraculis sont celles de l’ouvrage à paraître du groupe d’Afr (...)
  • 34 De miraculis, II. 1 : Et testimonium in se diuinae gratiae, ipsorum suorum illuminatione oculorum u (...)
  • 35 De miraculis, II, 1 : Praeconia diuinae laudis quibusdam contestatis palpabilibus documentis, ipsis (...)

25Dans le De miraculis sancti Stephani, la préface du livre II rapporte une cérémonie dans l’Église d’Uzalis où est lu le récit de plusieurs miracles et où l’on fait comparaître les miraculés devant l’assemblée des fidèles : “après la lecture des œuvres et des hauts faits de Dieu, les personnes elles-mêmes en qui ces miracles avaient été accomplis, toutes celles qu’on put trouver sur place, par la preuve évidente qu’elles apportaient et leurs déclarations personnelles, non seulement témoignèrent pour nos écrits mais apportèrent aussi à vos yeux attentifs la preuve que tout cela était vrai. Et ainsi, alors que les effets de la puissance divine entraient d’abord en vos oreilles par la lecture, et s’imposaient bientôt à vos regards avec le crédit que mérite ce qu’on voit, fut accompli en vous ce qui est écrit dans les Psaumes : ‘Ce que nous avons entendu, nous l’avons vu aussi’. De fait, en un si grand événement, s’offrait de la gloire céleste le spectacle grandiose”33. S’avance d’abord une ancienne aveugle et “ses yeux retrouvés proclamaient l’action en elle de la grâce divine comme des témoins fidèles qui prêchaient sans paroles”34, puis un paralytique guéri ; “la louange de Dieu qu’on venait de proclamer, il la confirmait par des preuves pour ainsi dire tangibles : tous ses membres que la guérison avait rétablis comme avant”35.

26Les deux textes mettent en évidence clairement et de façon parallèle le rôle du miracle : faire voir ce qui est dit dans les textes sacrés, la puissance de Dieu et sa bonté. Le récit du De miraculis vient comme développer, expliquer et illustrer la dernière phrase de saint Augustin : le miracle est une parole de Dieu en action.

Le De miraculis : un témoignage direct des miracles de saint Étienne

  • 36 Sur l’évêque Euodius, cf. Monceaux P.. Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne depuis les origi (...)

27Le génie de l’évêque d’Hippone, son rôle prépondérant dans l’Église d’Afrique, son intime amitié avec Evodius36, les ressemblances de certains passages, tout conduit instinctivement à voir dans le De miraculis une illustration de l’influence et des consignes d’Augustin. Et pourtant l’examen attentif de ce recueil ne confirme absolument pas ce point de vue.

  • 37 De miraculis, 1,2 : Eodem namque die quo ingressae sunt ecclesiam beati Stephani sanctae reliquiae, (...)
  • 38 Texte de cette lettre, P. L. 20, c. 731-746 sous le titre Seueri episcopi epistola de ludaeis,P.L. (...)

28Même si l’on ne connaît pas la date précise du De miraculis, il y a pas de raison de penser qu’il a été écrit après 425, date de l’établissement d’une Memoria de saint Étienne à Hippone ou après 427, date de la publication du livre XXII de la Cité de Dieu et par conséquent qu’il serait une réponse à la demande d’Augustin de rédiger des libelli. L’ouvrage ne comporte qu’un seul événement datable : lors du transfert des reliques dans la cathédrale on lit de pulpito37 la lettre de l’évêque Sévère de Minorque qui raconte la conversion en masse des Juifs de Minorque provoquée par les reliques de saint Étienne38. La date de ces événements, février 418, nous est connue avec exactitude grâce à cette lettre.

  • 39 De miraculis, I prologue : propterea, beatissime Papa Enodi, iussis paternitatis tuae studiose obte (...)
  • 40 De miraculis, 11,5 : Alia uero quae singulorum quorumque libellis etiam propriis continentur si Dom (...)
  • 41 De ciu., XXII, VIII, 22, p. 587 : Uzali etiam, quae colonia Uticae uicina est, multa praeclara per (...)

29De plus, le De miraculis ne connaît pas la pratique du compte-rendu écrit du miracle par celui qui en a bénéficié. Tout suggère que l’auteur transcrit à sa manière le récit oral et immédiat des miraculés. Il est probable qu’il ne savait rien de précis de la pensée de saint Augustin sur les miracles et que son texte relève plutôt de l’initiative de l’évêque Evodius39 et du souci de ce dernier de répandre en Afrique le culte du protomartyr. Seule une phrase du texte du De miraculis, la toute dernière dans les manuscrits complets, nous permet d’envisager que s’est instaurée la pratique du compte-rendu à Uzalis, peut-être après la visite d’Augustin vers 424 : “Mais il y en a d’autres (miracles) qui sont racontés chacun dans un livret (libellus) qui lui est exclusivement consacré, si avec l’aide de Dieu, nous pouvons les ajouter à cet ouvrage, il vaudra mieux les étudier en commençant une nouvelle partie”40. Cette phrase semble coïncider dans le temps avec le passage du livre XX il où Augustin évoque le début probable, sur ses conseils, de cette pratique à Uzalis : “Nous connaissons beaucoup de miracles obtenus par l’intercession du même martyr à Uzalis, cité voisine d’Utique où la Memoria avait été construite bien avant la nôtre par l’évêque Evodius. Mais on n’y a pas l’habitude d’en rédiger les actes, ou plutôt on ne l’avait pas, car peut-être maintenant a-t-on commencé. Récemment, en effet, comme nous étions dans cette ville, sur le désir de ce même Evodius, évêque du lieu, nous exhortions Petronia, dame illustre – elle avait été miraculeusement guérie d’une maladie grave et tenace contre laquelle tous les secours de la médecine étaient restés inefficaces – d’en rédiger un libelle en vue de la lecture publique, et elle acquiesça très volontiers”41. On peut supposer qu’Evodius et Augustin ont chacun choisi un procédé différent pour propager la nouvelle de ces miracles, le premier s’est adressé à un de ses clercs pour lui en demander la rédaction, le second a préféré constituer des archives réunissant les différents comptes rendus de chaque miraculé, pratique qui s’est peut-être répandue ensuite à Uzalis.

  • 42 De miraculis, I, 4.
  • 43 De miraculis, I,3. Sur l’influence du latin oral dans la langue du De miraculis, cf. en particulier(...)

30Cela donne, en tout cas, aux deux textes un aspect très différent ; alors que l’exposé des miracles est chez Augustin un simple énoncé des faits, succinct et sans commentaire, sauf pour les miracles dont il a été le témoin, le De miraculis est un recueil plein de vie, de dialogues, de surprises, qui nous fait pénétrer au cœur du petit monde d’Uzalis avec ses artisans, boulangère, barbier, boucher, forgeron, avec leur langage familier reflétant leur étonnement devant le miracle qui fait irruption dans leur quotidien ; “tu me laisses tomber et tu te tires”42 reproche le malheureux Concordius à la femme qui lui apparaît en songe ; quant au fils de l’aveugle guérie, il s’étonne en ces termes : Vt quid mentiris ? “Qu’est-ce que tu as à mentir ?”, puis il s’indigne devant ce qu’il prend pour une tromperie : Quare te faciebas non uidere ? “Et pourquoi tu faisais comme si tu ne voyais pas ?”43.

  • 44 De miraculis, I, 14.
  • 45 De miraculis, II, 3 : cuiusdam corruptissimi et faeculentissimi liquoris squalore.

31Les miracles correspondent également aux préoccupations des fidèles, ce sont d’abord des guérisons d’affections diverses : cécité, paralysie pathologique ou accidentelle, mais certaines requêtes nous semblent plus futiles, car après la santé, ce qui préoccupe surtout c’est l’argent ; pour le boucher Rusticianus, le miracle c’est le retour de son fils, mais aussi de quarante-quatre porcs et d’une grosse somme d’argent44. Quant au caviste dont le vin a tourné en horrible piquette, il prie saint Etienne pour que ses deux cents cuves cessent de contenir “une espèce de liquide complètement tourné, épaissi et d’aspect repoussant’’45si visiblement mauvais qu’aucun acheteur ne serait assez stupide pour en vouloir même à vil prix. Et si nous pensons tout de suite aux noces de Cana, le texte n’y fait aucune allusion ; le miracle concerne simplement un viticulteur pour qui son vin est important.

  • 46 De miraculis, I, 2 : Verum haec dicta sunt ut commendare fratribus aliquo modo possemus, quam non u (...)

32Enfin la différence majeure vient du fait que, dans le De miraculis, chacun de ces miracles est inséré dans une structure de récit qui met en évidence le sens que l’auteur lui donne ; la force de la prière, la présence constante et efficace des fidèles d’une communauté, le rappel d’éléments bibliques ou liturgiques donnent une unité à ces miracles de nature différente. L’ensemble est construit non comme un simple recueil d’événements miraculeux successifs, mais comme la réalisation actuelle de la parole de Dieu et de son dessein sur le monde. L’auteur l’annonce dès le chapitre 2 du livre I : “Mais puissions-nous avoir dit tout cela pour nous donner le moyen de bien faire comprendre à nos frères à quel point ce n’est pas le hasard ni les circonstances, mais la condescendance divine qui, visiblement a porté chez nous, malgré tous nos péchés, ces saintes reliques”.46

  • 47 De miraculis, II. 4 : Ad haec accedit etiam aliud quiddam ex hoc ipso miraculo mirabilius.
  • 48 De miraculis, II, 4 : Gestae quippe rei fidem praecedentis diei commendabat in animis omnium attest (...)

33Le miracle est souvent l’adéquation entre un songe et sa réalisation ; la réalité démontre la vérité de la vision et la vision le sens vrai de la réalité ; il en est ainsi dans l’histoire du dragon apparu dans le ciel un jour de marché et, premier miracle, dispersé par la miséricorde de Dieu et l’intercession de saint Etienne ; mais comme l’explique l’auteur, “ce miracle comporte une suite plus miraculeuse encore”47. Un marchand donne à un diacre de la ville un voile sur lequel est représenté saint Etienne portant la croix et terrassant un dragon qui fuyait hors de la ville. Les fidèles sont instruits alors du sens profond du miracle réalisé : “Ainsi ce qu’on croyait sur l’événement de la veille se trouvait confirmé dans tous les esprits par la preuve donnée le lendemain : car ce qu’on contemplait avec une attention croissante sur le voile renforçait ce qu’on croyait de la réalité vécue. Il y avait en effet concordance entre la peinture et la grâce accordée et ils reconnaissaient Dieu en se rappelant le bienfait qui les avait sauvés la veille aussi bien qu’en le retrouvant ensuite sur le voile peint. Enfin, l’accord entre l’événement de la veille et sa vérification du lendemain, comme entre une image et ses copies, enflammaient chez beaucoup de gens stupéfaits une telle ferveur mêlée d’admiration et de reconnaissance qu’il n’y avait plus rien d’autre sur toutes les lèvres que ces seuls mots, cette seule affirmation : Oui, c’est vraiment Dieu qui par son ami a libéré cette ville et détourné de nous un grand fléau !48”.

  • 49 De miraculis, I, 3 : conscia perceptae nouae lucis.
  • 50 De miraculis, II, 2 : Ecce ergo qui illi erant oculi prius curandi, non utique corporis, sed cordis

34Ainsi, l’image donne le sens de l’apparition du dragon et l’apparition du dragon donne sa réalité à l’image, comme le confirme le jeu sur la similitude des mois : “quod studiosius cernebatur in itelo, hoc iam credibilius tenebatur in itero”. Le miracle de la délivrance d’un danger ou de la guérison physique est aussi et enfin le chemin d’un approfondissement qui commence avec la lumière rendue matériellement et spirituellement à Hilara, la première miraculée qui “se rendait compte qu’elle avait reçu une lumière nouvelle”49, et culmine au livre II avec la vision du dragon au-dessus de la tête de Mégétia, symbole de son péché qui oblige curieusement saint Étienne à lui soigner les yeux alors qu’elle souffre d’une déformation de la mâchoire. Car “les yeux qu’il fallait soigner d’abord n’étaient pas du tout ceux du corps mais ceux du cœur”50 ; après cela seulement, Mégétia pourra guérir et recevoir la lumière que lui tend saint Étienne.

35Avec les reliques du premier martyr, Dieu est à Uzalis, feu divin qui transfigure l’univers quotidien et rappelle à la communauté ecclésiale le message toujours vivant du Christ. Le récit du De miraculis, malgré sa vivacité et son apparente spontanéité, n’est pas un simple reportage. Il manifeste la présence active de Dieu dans le monde, sa bonté envers les hommes ; il est le témoignage plein d’allégresse d’une communauté illuminée par la certitude de l’amour divin. Le catalogue de miracles de la Cité de Dieu s’inscrit dans le cheminement chrétien de la résurrection du Christ à la résurrection des hommes ; le sens des miracles y est collectif et rattaché à la proclamation de la foi par les martyrs, vérité que leur mort garantit. Il est probable que ces deux textes parallèles reflètent, sans contamination, une même expérience collective. Augustin a voulu l’insérer dans sa démarche intellectuelle de grand théologien, l’auteur du De miraculis rendre la jubilation de cette nouvelle Pentecôte. Mais ce qui fait la valeur du De miraculis, c’est qu’il n’est pas justement le simple reflet de la pensée de saint Augustin ou de son action mais un témoignage précieux sur les réactions et la conception des miracles des fidèles et des clercs d’Uzalis. On pourrait dire que nous découvrons d’habitude le peuple chrétien et ses clercs à partir de l’œuvre de l’évêque d’Hippone ; le De miraculis nous permet de changer de côté et de perspective et de voir les mêmes événements ou des événements semblables non plus depuis la cathèdre épiscopale mais depuis la nef ou depuis l’abside où se tiennent les clercs.

Notes

1 Texte publié dans l’édition bénédictine des œuvres de saint Augustin, t. VII en appendice à la Cité de Dieu (1685). C’est ce texte que nous lisons dans PL. 41,833-854. Trois éditions antérieures (Louvain 1564, Louvain 1576, Cologne 1618 sont mentionnés dans la BHL. Traduction par Charpentier dans les Œuvres complètes de saint Augustin, XXV, Paris 1870, p. 165-192. Nouvelle éd. Critique et traduction (en préparation) par le Groupe de recherches sur l’Afrique Antique de Montpellier III. En attendant cette publication, on trouvera divers renseignements sur ce texte dans Delehaye H.. “Les premiers libelli miraculorum”, dans Analecta Bollencliana, 29, 1910, p. 427-433 ; “Les recueils antiques des miracles des saints”, ibid.. 43, 1925, p. 74-85 ; Saxer V ., Culte des morts, des martyrs et des reliques dans l’Afrique chrétienne des premiers siècles, 1980, Paris.

2 Augustin, De ciuitate Dei, XXII. 8, p. 358, trad. G. Combès, Bibliothèque Augustinienne, Desclée de Brouwer, 1960 : Nam facta esse multa miracula, quae adtestarentur itti uni grandi satubrique miraculo, quo Christus in caelum cum carne in qua resurrexit ascendit, negare non possumus. In eisdem quippe lienicissimis libris cuncta conscripta sunt et quae facta sunt, et propter quod credendum facta sunt. Haec, ut fidem facerent, innotuerunt ; haec per fidem, quam fecerunt, multo clarius innotescunt. Leguntur quippe in populis, ut credantur ; nec in populis tamen nisi credita legerentur.

3 Aug.. De uera religione, XVI, 31, p. 65, trad. J. Pegon, Bibl. Aug., Paris, Desclée de Brouwer, 1951 : Miraculis conciliami fidem Deo qui erat, passione homini quem gerebat.

4 De Ciu., XXII, 7, p. 557 : quanto magis...resurrectionem carnis Christi atque in caelum ascensionem, tamquam id quod fieri non potest, mens Inumimi ferre non posset eludensque ab auribus cordilmsque respueret, nisi eam fieri potuisse atque factam esse diuinitas ipsius ueritatis uel diuinitatis ueritas et contestantia miraculorum signa monstrarent.

5 Sur la position d’Augustin en ce qui concerne les miracles, voir Serge Lancel, “Saint Augustin et le miracle” (à paraître dans l’ouvrage collectif du groupe d’Afrique Antique), De Vooght D. P., “Les miracles dans la vie de saint Augustin”, dans Recherches de Théologie ancienne et médiévale, 11, 1939, p. 5-16 et Courcelle P., Recherches sur les Confessions de saint Augustin, Paris, 1968, p. 141-153.

6 De itera religione, XXV, 47, p. 89 : Sed accepimus, maiores nostros eo gradu fidei, quo a temporalibus ad aeterna conscenditur, uisibilia miracula (non enim aliter poterant) secutos esse : per quos id actum est, ut necessaria non essent posteris. Cum enim Ecclesia catholica per totum orbem diffusa atque fundata sit, nec miracula illa in nostra tempora durare permissa sunt, ne animus semper uisibilia quaereret, et eorum consuetudine frigesceret genus humanum, quorum nouitateflagrauit. On retrouve la même idée dans un passage du De Utilitate credendi, XVI, 34 il n’y a plus de miracles car leur répétition les rendrait ordinaires et leur enlèverait toute valeur de preuve : Ita quaedam corpori manifestiore beneficio, quaedam uero menti occultiore signo, et omnia hominibus maiestatis testimonio consulebant : sic in se tunc animas errantes mortalium diuina commouebat auctoritas. Cur, inquis, ista modo non fiunt ? Quia non mouerent, nisi mira essent : at si solita essent, mira non essent : “Certains de ces miracles apportaient au corps un bienfait manifeste, d’autres à l’esprit une indication secrète ; tous signalaient aux hommes la haute valeur d’un témoignage. Ainsi une autorité divine touchait, pour les tourner vers elle, les âmes égarées des mortels. — “Pourquoi, demandes-tu, n’en est-il plus ainsi ?” — Parce que ces miracles ne toucheraient personne s’ils n’étaient étonnants ; et ils ne seraient pas étonnants s’ils étaient habituels.”

7 Aug„ Conf.,lX, VII, 16. p. 101, trad. E. Tréhorel et G. Bouissou, Bibl. Aug. 1962. Desclée de Brouwer : unde et quo duxisti recordationem meam, ut haec etiam confiterer tibi, quae magna oblitus praeterieram ?

8 Serin., 88, PL 38, col. 539 à 553 : De uerbis Euangelii Matthaei, ubi de duobus caecis sedentibus secus uiam et clamantibus. Domine miserere nostri, fili Dauid. Caput III, coi. 540 : Haec ergo fecit Dominus, ut inuitant ad fidem. Haec fides nunc feruet in Ecclesia, toto orbe diffusa. Et nunc maiores sanitates operatur propter quas non est dignatus tunc exhibere illas minores.

9 De Ciu., XXII, VIII. 3 p. 567 : lam laetitia illa laus atque gratiarum actio misericordi et omnipotenti Deo, quae fusa est ore omnium lacrimantibus gaudiis, non est commitenda meis verbis : cogitetur potius quam dicatur.

10 De Ciu., XXII. IX, 1. p. 597 : Cui, nisi huic fidei adtestantur ista miracula, in qua praedicatur Christus resurrexisse in carne et in caelum ascendisse cum carne ? Sur cette question, voir l’article de Marrou H. I., “Le dogme de la résurrection des corps et la théologie des valeurs humaines selon l’enseignement de saint Augustin" Patristica Sorboniensia, 9, Paris, 1976, Le Seuil.

11 De Ciu., XXII. VIII : Nam etiam nunc fiunt miracula in eius nomine, sine per sacramenta eius sine per orationes uel memorias sanctorum eius.

12 Sur cette évolution de saint Augustin, cf. l’article de Marc Van Uytfanghe, 1981, “La controverse biblique et patristique autour du miracle, et ses répercussions sur l’hagiographie dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Age latin, en particulier dans Hagiographie, cultures et sociétés ive-xiie siècles, Paris, Études Augustiniennes, p. 21 1-212.

13 De Ciu.. XXII, VIII, 1 p. 557 : Cur. inquiunt, nunc illa miracula, quae praedicatis facta esse, non fiunt ? Possem quidem dicere necessaria fuisse, priusquam crederet mundus, ad hoc ur cerderet mundus. Quisquis adhuc prodigia ut credat inquirit, magnum est ipse prodigium, qui inundo credente non credit.

14 De Ciu., XXII, VIII. I p. 561 : sed non eadem claritate inlustrantur, ut tanta quanta illa gloria diffamantur. Canon quippe sacrarum litterarum, quem definitimi esse oportebat, illa facit ubique recitari et memoriae cunctorum in haerere populorum ; haec autem ubicumque fiunt, ibi sciuntur nix a tota duitate uel quocumque commanentium loco. Nam plerumque etiam ibi paucissimi sciunt ignorantibus ceteris, maxime si magna sit duitas ; et quando alibi aliisque narrantur, non tanta ea commendat auctoritas, ut sine difficultate uel dubitatione credantur, quatnuis Christianis fidelibus a fidelibus indicentur.

15 De Ciu., XXI, VI, I, p. 397-399.

16 De Ciu., XXII, VIII. 2 p. 561 : Miraculum, quod Mediolani factum est, cum illic essemus, quando inluminatus est caecus, ad multorum notitiam potuit peruenire, quia et grandis est ciuitas et ibi erat tunc imperator et inmenso populo teste res gesta est concurrente ad corpora martyrum Protasii et Geruasii.

17 De Ciu., XXII. VIII, 3, p. 561 : ubi nos interfuimus et oculis aspeximus nostris ; nondum quidem clericos, sed iam Deo seruientes.

18 De dit., XXII. VIII, 4, p. 569 : religiossissima femina de primariis ipsius duitatis.

19 De Ciu., XXII, VIII, 6, p. 573 : Nos autem cum hoc comperissemus, iubente sancto episcopo Aurelio etiam ut veniret Carthaginem fecimus, quamvis a talibus prius audierimus, de quorum fide dubitare non possemus.

20 Même ainsi il continue à craindre que les miracles contemporains sombrent vite dans l’oubli : De Ciu„ XXII. VIII, 22, p. 589 : Nam et ubi diligentia est, quae nunc apud nos esse coepit, ut libelli eorum, qui beneficia percipiunt, recitentur in populo, semel hoc audiunt qui adsunt pluresque non adsunt, ut nec illi, qui adfuerunt, post aliquot dies quod audierunt mente retineant et uix quisque repedatur illorum, qui ei, quem non adfuisse cognouerit, indicet quod andini ! : “Là même, en effet, où l’on apris soin, comme chez nous récemment, de lire au peuple les libelles composés par ceux qui ont obtenu des faveurs, les fidèles présents ne l’entendent qu’une seule fois, et beaucoup sont absents, de sorte que ceux-là mêmes qui furent présents oublient, après quelques jours, ce qu’ils ont entendu, et que parmi eux il s’en trouve difficilement un seul, qui soit capable de raconter à quelqu’un qui n’était pas présent, ce qu’il a entendu.” Sur les archives des miracles, voir l’ouvrage de Van Der Meer F., 1959, Saint Augustin pasteur d’âmes, II, Colmar-Paris, p. 393 sqq.

21 De Ciu., XXII, VIII, 21, p. 585 : Id namque fieri noluimus, cum uideremus antiquis similia diuinarum signa uirtutum etiam nostris temporibus frequentari et ea non debere mullorum notitiae deperire.

22 Serm., 322-324, P. L., 38, c. 1444-1446 exemplar libelli a Paulo dati Augustino episcopo : Rogo, domine beatissime papa Augustino, ut hunc libellum meum, quem ex praecepto tuo obtuli, sanctae plebi iubeas recitari.

23 De Utilitate credendi, XVI. 5, p. 293 : Miraculum uoco quidquid arduum aut insolitum supra spem uel facultatem mirantis apparet.

24 De Ciu., XXII. IX, I p. 597 : Nam si carnis in aeternum resurrectio nel non praeuenit in Christo uel non uentura est, sicut praenuntiatur a Christo uel sicut praenuntiata est a prophetis, a quibus praenuntiatus est Christus : cur et mortui tanta possunt, qui pro ea fide, qua haec resurrectio praedicatur, occisi sunt ?

25 De Ciu., XXII, VIII, 10, p. 577-579.

26 De Ciu., XXII, VIII, 22. p. 587.

27 De Ciu., XXII, VIII, 22, p. 589.

28 De Citi., XVI, V, p. 201 : “quand il accomplit sur terre un acte, et que cet acte, accompli miraculeusement en dehors du cours ordinaire de la vie, révèle en quelque sorte sa présence”.

29 Serge Lancel, dans sa communication au colloque sur le De miraculis analyse très justement ainsi l’évolution de la pensée d’Augustin sur le miracle : dans un premier temps Augustin voit d’abord dans le miracle “son effet d’impact à la fois émotionnel et mental” : c’était là “une définition subjective. Or la pleine acceptation du miracle passait par une réflexion sur son statut ontologique. En l’espace de quelques années entre 405 et 410/12, l’élaboration des grandes œuvres théologiques lui donna l’occasion de reprendre plus à fond ce problème majeur de la foi.” Enfin, “le miracle n’est donc pas un phénomène erratique échappant à toute rationalité. Il a désormais pour Augustin une assise théologique ferme. Mais son impact sur le cœur des hommes demeure toujours aussi fort, car par cette sortie hors de l’ordre naturel qui leur est seul connu. Dieu fait irruption parmi eux.”

30 De Ciu., XXII, VIII, 22 p. 589 : Fiunt ergo etiam nunc multa miracula eodem Deo faciente ner quos unii et quem ad modum uult, qui et illa quae legimus fecit : sed ista nec similiter innotescunt neque, ut non excedant animo, quasi glarea memoriae, crebra lectione tunduntur.

31 Plus particulièrement De Ciu., XXII, VIII, 3 et 22, p. 567 et 591.

32 De Ciu., XXII, VIII, 22. p. 592 : Clamantium gratulantiumque uocibus ecclesia usquequaque completa est. Inde ad me curritur, ubi sedebam iam processurus ; inruit alter quisque post alterum, omnis posterior quasi nouum, quod alius prior dixerat, nuntiantes ; meque gaudente et apud me Deo gratias agente ingreditur etiam ipse cum pluribus, inclinatur ad genua mea. erigitur ad osculum meum ; Procedimus ad populum, plena erat ecclesia, personabat uocibus gaudiorum : Deo gratias. Deo laudes ! nemine tacente hinc atque inde clamantium. Salutoni populum, et rursus eadem feruentiore noce clamabant. Pacto tandem silentio scripturarum diuinarum sunt lecta sollemnia. Ubi autem uentum est ad mei sermonis locum, dixi pauca pro tempore et pro illius iucunditate laetitiae. Magis enim eos in opere dittino quondam Dei eloquentiam non audire, sed considerare permisi.

33 Toutes les traductions du texte du De Miraculis sont celles de l’ouvrage à paraître du groupe d’Afrique Antique. De Miraculis. Il, 1 : ut post recitationem diuinarum operum atque gestorum, ipsarum etiam personarum in quibus illa mirabilia facta, quaecumque in praesenti repe ri ri potuerunt, demonstratio perspicua et profession propria, non solum scriptis nostris testimonium perhiberent, iterum etiam oculis aspectibusque uestris fidem iteritatis ingererent ; Vnde factum est ut. dum ipsae uirtutes Dei uestris auribus primitus per lectionem intimarentur et iam nisibus uestris oculata fide praesentarentur, illud in uobis quod in Psalmis scriptum est compleretur : Sicut audiuitnus, ita et uidimus. Erat quippe in tanta re caelestis gloriae spectaculum grande.

34 De miraculis, II. 1 : Et testimonium in se diuinae gratiae, ipsorum suorum illuminatione oculorum ueluti fidelium testium tacita quadam praedicatione proclamabat.

35 De miraculis, II, 1 : Praeconia diuinae laudis quibusdam contestatis palpabilibus documentis, ipsis sanatis sui corporis integris membris.

36 Sur l’évêque Euodius, cf. Monceaux P.. Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne depuis les origines jusqu’à l’invasion arabe, Paris, Leroux, t. 7, 1901, p. 42-45 et Mandouze A., Prosopographie de l’Afrique chrétienne (303-533), Paris. CNRS, 1982, p. 366-373.

37 De miraculis, 1,2 : Eodem namque die quo ingressae sunt ecclesiam beati Stephani sanctae reliquiae, in ipso principio canonicarum lectionum, epistola ad nos quoque delata cuiusdam sancti episcopi. Seueri nomine, Minoricensis insulae, de pulpito in auribus Ecclesiae cum ingentifauore recitata est, quae continebat gloriosi Stephani uirtutes quas in insula memorata per praesentiam reliquiarum suarum in salutem omnium illic credentium perfecerat ludaeorum. : “En effet, le jour même où entrèrent dans l’église les reliques du bienheureux Étienne, à l’instant où l’on commençait les lectures canoniques, une lettre que nous avions reçue nous aussi, d’un saint évêque. Sévère, de l’île de Minorque fut lue au pupitre à toute l’assemblée qui l’entendit dans l’enthousiasme, elle disait les miracles du glorieux Etienne, qu’il avait accomplis dans cette île, grâce à la présence de ses reliques, pour le salut de tous les Juifs du lieu en les amenant à la foi.”

38 Texte de cette lettre, P. L. 20, c. 731-746 sous le titre Seueri episcopi epistola de ludaeis,P.L. 41, c. 821 – 832 sous le titre Seueri ad omnem Ecclesiam de uirtutibus ad ludaeorum conuersione in Minoricense insula factis in praesentia reliquiarum sancti Stephani. Nouvelles éditions critiques de Segui Vidal. G., Ut carta enciclica de Obispo Severo, Estudio critico de su autenticidad e integridad, con un basquejo del cristianismo balear anterior al siglo viiie, Palma de Majorque, 1937 et de Amenguai. I Batle J., Origens del cristianismo a les Balears i el seu desenvolupment fins a l’època musulmana. Palma de Majorque, 1991. Sur cette lettre, cf l’article de Fontaine J.. “Une polémique stylistique instructive dans la lettre encyclique de Sévère de Minorque” dans Mélanges Automi Bastiaensen, Steenbrugge, 1991, p. 119-135.

39 De miraculis, I prologue : propterea, beatissime Papa Enodi, iussis paternitatis tuae studiose obtemperare citraui.

40 De miraculis, 11,5 : Alia uero quae singulorum quorumque libellis etiam propriis continentur si Domino adiuuante huic operi potuerimus annectere, ab alio melius exordio digeremus.

41 De ciu., XXII, VIII, 22, p. 587 : Uzali etiam, quae colonia Uticae uicina est, multa praeclara per eundem martyrem facta cognouimus ; cuius ibi memoria longe prius quam apud nos ab episcopo Euodio constituta est. Sed libellorum dandorum ibi consuetudo non est nel potius non fuit ; nam fortasse nunc esse iam coepit. Cum enim nuper illic essemus, Petroniam, clarissimam feminam, quae ibi mirabiliter ex magno atque diuturno, in quo medicorum adiutoria cuncta defecerant, languore sanata est, hortati sumus, uolente supradicto loci episcopo, ut libellum daret, qui recitaretur in populo, et oboedientissime paruit.

42 De miraculis, I, 4.

43 De miraculis, I,3. Sur l’influence du latin oral dans la langue du De miraculis, cf. en particulier Griffe M., “L’oralité dans les Miracles de saint Étienne, un test : la subordination par ut” et Meyers J., “Le De miraculis sancti Stephani. Un témoignage précieux sur l’oralité africaine au Ve siècle”, dans Les structures de l’oralité en latin, ParisSorbonne (Lingua Latina), 1996, respectivement p. 119-130 et p. 109-117.

44 De miraculis, I, 14.

45 De miraculis, II, 3 : cuiusdam corruptissimi et faeculentissimi liquoris squalore.

46 De miraculis, I, 2 : Verum haec dicta sunt ut commendare fratribus aliquo modo possemus, quam non utcumque et temere, seddiuina dit ;natione ad nos quamtumlibet homines peccatores sanctae istae reliquiae uideantur peruenisse.

47 De miraculis, II. 4 : Ad haec accedit etiam aliud quiddam ex hoc ipso miraculo mirabilius.

48 De miraculis, II, 4 : Gestae quippe rei fidem praecedentis diei commendabat in animis omnium attestatio sequentis diei. Namque illud quod studiosius cernebatur in uelo, hoc iam credibilius tenebatur in uero. Concurrebat enim pictura cum gratia, et tam diuinitus illud pridie salutis beneficium recolebatur quam postea in ueli imagine aduertebatur. Denique ex ipsa congruentia diei praecedentis atque sequentis ueritatis, et imagine rerum et quorumdam exemplariorum, tantus in multis stupor pariterque amor, admiratio et gratulatio accendebatur ut a cunctis nihil aliud omnino uel diceretur uel affirmaretur nisi hoc unum : “vere quia per amicum suum Deus istam liberauit duitatem, et grandem a nobis depulit pestem

49 De miraculis, I, 3 : conscia perceptae nouae lucis.

50 De miraculis, II, 2 : Ecce ergo qui illi erant oculi prius curandi, non utique corporis, sed cordis.

Auteur

Université Montpellier III.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540