Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Augustin

 | 
Serge Lancel
, 
Stéphanie Guédon
, 
Louis Maurin

La réalité de l’implantation monumentale chrétienne au temps d’Augustin : l’exemple de quelques cités de Numidie

Jean-Pierre Caillet

Texte intégral

  • 1 Lancel S., Conférence 411, 1972-91.

1Dans le champ de l’archéologie chrétienne, le Maghreb fournit le lot le plus considérable – et de beaucoup – d’édifices cultuels attestés en toute certitude pour la Pars occidentalis du monde romain ; quant à la province ecclésiastique de Numidie, qui nous retient ici, ce sont quelque 150 églises qui ont à ce jour été reconnues, et un chiffre de cet ordre semble a priori parfaitement correspondre à la précocité et à l’ampleur de la diffusion du christianisme dans la région. L’historiographie a cependant le plus souvent tendu à considérer en bloc cette donnée numérique qui, en fait, reflète l’aboutissement de l’essor monumental tel qu’il intervient avec la reconquête byzantine, en descendant donc jusqu’aux vie-viie siècles. Mais il n’est sans doute pas moins opportun de focaliser l’attention sur la fin du ive siècle et les premières décennies du ve siècle dans la mesure où cette période, celle même de l’épiscopat d’Augustin et du paroxysme de l’opposition entre catholiques et donatistes, est aussi celle qui, à l’échelle de l’Empire, fut marquée par la proscription officielle du paganisme. Quel était exactement alors, dans le paysage bâti urbain et périurbain, le poids d’une religion dont, pour l’aire géographique qui justement nous occupe, deux rameaux s’étaient développés depuis 312 avec une âpreté de concurrence bien propre à en exacerber la vitalité ? La réponse la plus objective à cette question suppose bien entendu que l’on dispose d’une vision véritablement globale des espaces construits ; ce qui n’est hélas jamais le cas dans les pays européens où, au mieux, quelques quartiers ont pu être partiellement fouillés dans des agglomérations où les établissements médiévaux et modernes se surimposent à ceux de l’Antiquité. En revanche, l’Afrique du nord partage, avec certaines contrées du Proche-Orient, le privilège d’offrir quelques sites quasiment vierges de toute réoccupation et où, bien que l’exploration du bâti n’ait qu’assez rarement été menée sur la base des critères archéologiques les plus fiables, tous les monuments religieux et civils, aussi bien que l’essentiel de l’habitat, de la voirie et des diverses structures de délimitation du périmètre urbain ont pu être mis au jour. Il s’agit en outre de sites pour lesquels on a un minimum de données textuelles quant à la situation du christianisme : cela par les actes des conciles, et tout particulièrement ceux de la Conférence de Carthage de 4111 pour l’éventuelle attestation d’évêques catholiques et donatistes en rivalité directe ; s’y ajoute l’apport d’autres sources, dont au premier chef évidemment les écrits d’Augustin ; enfin, l’épigraphie vient aussi fort utilement clarifier ce panorama. Dans le cadre restreint de cette communication, nous ne saurions prétendre à une présentation exhaustive ; nous nous en tiendrons donc à l’aperçu de quatre sites apparemment dégagés en quasi-totalité et, par leur importance respective et leur localisation “éclatée” sur le territoire de la province, sans doute assez représentatifs pour l’ensemble de celle-ci ; nous compléterons d’ailleurs in fine ce qui ressort de l’examen de ces quatre cas par quelques observations ponctuelles sur d’autres grands sites plus partiellement fouillés.

  • 2 Pour une présentation globale, cf. Lassus J., s.v. Thamugadi. Princeton Encyclopedia, 1979. p. 899 (...)
  • 3 Gui I.. Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, 1992, p. 265-267, n° 2.
  • 4 Ibid., p. 274-278, n° 7.

2Entamons cet examen avec Thamugadi (Timgad)2 (fig. 1). qui offre l’exemple de l’organisation initiale la plus rigoureuse avec ses trente-six insulae de la période trajane et son quadrillage de rues ménageant avec précision les aires des grands équipements publics (celles du forum et du théâtre, notamment), ainsi que - singularité assez étonnante – son Capitole extérieur à l’angle sud-ouest de l’enceinte coloniale ; Thamugadi qui présente aussi un cas d’extension précoce de ce noyau originel avec, dès le iie siècle apparemment, la constitution d’importants faubourgs, vers l’Ouest surtout. C’est justement dans ces faubourgs que se sont implantées, sans doute dès les temps qui nous occupent ou un peu auparavant même, deux églises ayant pu correspondre aux cathédrales catholiques et donatiste. L’une de ces églises3, extérieure à l’angle nord-ouest de la colonie de Trajan, est de dimensions déjà assez notables avec ses quelque 39 x 17 m et la possible existence de tribunes sur ses collatéraux ; et le baptistère en rapport avec son éventuelle fonction occupe l’une des pièces aux extrémités de son avant-corps. La seconde de ces églises des faubourgs occidentaux4 se trouve un peu plus loin du carré trajanien, à environ 150 m à l’Ouest du Capitole ; mais c’est elle qui s’avère la plus vaste, avec 63 x 22 m pour son corps principal, que précédait un atrium de 23 m de côté ; à l’angle nord-ouest de ce dernier, la salle du baptistère était rehaussée de mosaïques. On avait d’ailleurs là affaire à un véritable complexe puisque, perpendiculairement à cette basilique s’implantait un autre sanctuaire lui-même à nef tripartite, de 26 x 17 m, apparemment contemporain. C’est la présence d’une inscription mentionnant un sacerdos Optatus au pavement d’une maison dans l’angle formé par la grande église et le sanctuaire annexe qui a généralement induit à considérer cet ensemble comme le quartier épiscopal donatiste (le personnage en question étant identifié avec l’évêque schismatique bien connu par les écrits d’Augustin) ; cette interprétation ne saurait certes être tenue pour absolument assurée, dans la mesure où le nom d’Optat était assez répandu, et où le pavement comportant cette inscription n’est pas à niveau avec les deux sanctuaires ; mais le titre de sacerdos, de même que l’ampleur et l’organisation très structurée du complexe, incitent bien, malgré tout, à reconnaître là l’établissement de la faction que l’on sait avoir été alors particulièrement puissante dans la ville. Par contrecoup, donc, ce serait aux catholiques qu’il faudrait attribuer la basilique du Nord-Ouest évoquée ci-avant.

Fig. I. Timgad (Thamugadi), vue aérienne du site
(Gui I., Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, II, pl. CXXVI).

  • 5 Ibid.,p. 267-270, no 3.

3La situation se complique, cependant, avec la présence, dans le quart nord-occidental de la colonie trajane même, d’une autre église5, empiétant à la fois sur une rue et sur la demeure d’un certain Ianuarius ; le fait que cette église soit également pourvue d’un baptistère (salle carrée de 8 m de côté, vers l’angle nord-ouest de la nef) a naturellement amené à envisager là aussi une éventuelle cathédrale. Il reste que cette basilique est de dimensions bien plus modestes que les précédentes (environ 18 x 12 m, l’extension initiale plus à l’Ouest que suggérait P.-A. Février n’ayant jamais été vraiment confirmée par une fouille) ; et, si une attribution antérieure à la période vandale pouvait encore être retenue – ce qui s’avère également hypothétique, en raison surtout de l’empiètement sur la voirie et l’habitat –, on devrait sans doute préférer voir là une simple église urbaine administrée par un prêtre, “doublant” la cathédrale pour la collation du baptême.

  • 6 Ibid., p. 271-274, no 5-6.
  • 7 Ibid., p. 280-282, no 9.
  • 8 Ibid., p. 282-284, no 10.
  • 9 Ibid., p. 263-265, no 1 ; p. 270-271, no 4 ; p. 284-286, no 11.

4Quant aux autres églises du faubourg sud-ouest et à celles de la périphérie de la ville, il convient d’abstraire de notre propos deux chapelles au voisinage du Capitole6, que l’abondance de leurs matériaux de remploi dans leur structure amène à considérer comme d’époque nettement plus tardive, ainsi que la chapelle de la forteresse byzantine du Sud du site7 et une autre encore au-delà8, que leurs inscriptions placent après 533. Restent alors, plus ou moins vers le Nord-Ouest, l’Est et le Sud, trois églises9 de dimensions moyennes (de l’ordre de 25 x 15 m), dont la dernière au moins est assurément dans une zone funéraire, et pour lesquelles on ne dispose d’aucune donnée de datation.

  • 10 Lepelley C., Cités Afrique, II. 1981, p. 447. Je remercie par ailleurs Xavier Dupuis qui a eu l’ob (...)

5Au total, donc, la Thamugadi des environs de 400 semble bien avoir porté assez profondément déjà la marque du christianisme, et qui plus est de la rivalité des deux confessions, avec la présence de deux complexes cultuels d’un poids monumental certain, tous deux dans le secteur probablement le plus dynamique de la ville ; mais notons bien aussi que ces églises majeures des faubourgs occidentaux ne dominaient pas à elles seules ces derniers puisque, sous Valentinien Ier et Valens (364-67), un notable régional y avait fait restaurer les portiques du Capitole10 D’autre part, on retiendra, indépendamment de la probable existence d’un sanctuaire extra muros au moins, lié à une nécropole, l’hypothétique insertion d’une église baptismale au cœur même du noyau de la colonie.

  • 11 Pour une présentation globale, cf. Février P.-A., s.v. Cuicul, Princeton Encyclopedia, 1979. p. 24 (...)

6Moyennant un urbanisme initialement un peu moins régulier du fait de la configuration naturelle du site. Cuicui (Djemila)11 (fig. 2) présente comme Thamugadi un premier noyau, correspondant à la fondation des environs de 100 ; le forum - avec le Capitole, un autre temple et les grands bâtiments publics – y trouve sa place au cours du iie siècle ; parmi ces constructions principales, seul le théâtre se trouve rejeté hors les murs, au Sud-Est, en raison de sa masse trop importante. Mais l’extension survient essentiellement à partir de l’époque sévérienne, avec un nouveau forum juste au Sud de la limite méridionale antérieure de l’agglomération. L’habitat gagne alors au flanc de la colline dans la même direction, avec pour axe principal une grande rue prolongeant l’ancien cardo maximus ; dans le secteur occidental de cette ville nouvelle domine l’ensemble des thermes dont l’édification remonte d’ailleurs un peu plus haut, au règne de Commode ; le “quartier chrétien”, quant à lui, s’implante dans le secteur sud-est, au sommet de la colline ; outre cette position éminente, il bénéficie d’une excellente desserte par une rue ouest-est greffée perpendiculairement au cardo maximus prolongé, et rehaussée par une porte monumentale à son débouché sur ce dernier.

Fig. 2. Djemila (Thibilis). plan général du site
(d’après P.-A. Février, repris dans GUI I.. Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, II, pl. LXV, 2).

  • 12 Gui I„ Duval N„ Caillet J.-P., Inventaire Algérie, 1992, p. 92-99, no 1-3.

7On a beaucoup discuté la chronologie de ce complexe chrétien12 (de la grande basilique qui constitue l’une de ses composantes, au moins) ; mais l’hypothèse qui nous semble la plus recevable correspond à l’identification de deux basiliques parallèles (d’environ 35 x 16 m avec trois nefs pour celle du Nord, et 40 x 28 m pour celle du Sud, à cinq nefs et sans doute pourvue de tribunes), aux chevets reliés par un couloir-crypte commun, avec toute une série d’annexes dont un baptistère circulaire à déambulatoire et des thermes devant la basilique nord, plus une chapelle devant la basilique sud : l’ensemble aurait été conçu d’un seul jet, sans doute aux environs de 400 d’après la mention, parmi les donateurs du pavement de l’église nord, d’un certain Ponponius Rusticus (père d’une Ponponia Rusticula née en 436 d’après l’indication de son épitaphe retrouvée dans une autre église de la ville) ; l’épigraphie de la basilique sud confirmerait cette datation puisqu’elle comporte pour sa part une dédicace-épitaphe de l’évêque catholique Cresconius – plutôt le signataire de la Conférence de Carthage de 411 qu’un des présents au concile de Constantinople de 553 comme le suggérait P.-A. Février –, faisant apparemment allusion à la récente victoire sur les donatistes ; on ajoutera d’ailleurs que, puisque les actes de la Conférence de 411 indiquent que Cresconius s’y trouvait désormais sans opposant direct (son rival cuiculitain étant présenté comme venant de décéder), il ne serait pas exclu que le complexe ici en question ait été, quelque temps auparavant aux mains des donatistes.

  • 13 Ibid., p. 101-103, n° 5.
  • 14 lhid.,p. 100-101, n° 4.

8Djemila ne conserve sinon, en tout cas, que les restes de deux autres églises. L’une13, à environ 300 m du “quartier chrétien” que nous venons d’envisager, est en fait extérieure à la ville dont elle est séparée par un vallon ; c’est la trouvaille de l’épitaphe de Ponponia Rusticula, morte en 445 et fille du Ponponius Rusticus de la basilique nord du groupe épiscopal, qui incite à dater cette église, de dimensions modestes apparemment, de la même époque que les précédentes (encore l’épitaphe en question, recueillie dans la nef, n’y était manifestement pas en place) ; de toute manière, la localisation de l’édifice oblige à n’y voir qu’un sanctuaire cimétérial. L’autre église restante14 se trouve par contre en situation urbaine, puisqu’elle s’implante vers l’angle sud-ouest de l’aire du municipe originel, et ses dimensions (44 x 20 m) sont assez notables : l’absence de baptistère n’incite toutefois pas à y reconnaître le loyer d’une des deux communautés concurrentes ; de plus, l’attribution de ce sanctuaire à la période qui nous concerne s’avère très sujette à caution : la crypte sous-jacente au chœur pourrait certes remonter à la seconde moitié du ive siècle, comme l’a proposé Y. Allais en raison de l’analogie de ses structures murales avec celles d’édifices contemporains, mais l’apparente utilisation d’un mur de soutènement et du rempart même pour les murs latéraux de la nef – non exactement parallèles, de ce fait – dénoterait plutôt une construction tardive (annexant alors comme crypte un local préexistant ?).

  • 15 Lepelley C„ Cités Afrique, II, 1981. p. 404-405.

9Enfin, on parachèvera ici à nouveau l’examen du site au temps d’Augustin en signalant que des constructions non chrétiennes de fraîche date s’imposaient également à la vue ; indépendamment de certaines uillae encore richement décorées de mosaïque, il s’agit surtout de deux grandes basiliques civiles élevées par les soins de notables entre 364 et 367 : l’une à caractère judiciaire sans doute, et l’autre à usage commercial (basilica uestiaria)15.

  • 16 Ibid., I. 1979. p. 65 ; II, 1981, p. 479-481.
  • 17 Gui I.. Duval N„ Caillet J.-P., Inventaire Algérie, 1992, p. 337-341, n° 1.
  • 18 Ibid.p. 341-342, n° 2.
  • 19 Ibid.p. 432-343, no 3.

10Thibilis (Announa) (fig. 3) n’avait accédé au statut de municipe que vers le milieu ou le troisième quart du iiie siècle ; et, comme l’a souligné C. Lepelley16, c’est apparemment sous la tétrarchie que la ville a décidé de se doter de la parure édilitaire – portes monumentales, voie à portiques, forum avec Capitole – correspondant à son rang ; et entre 375 et 378, on y élève encore un arc (celui de l’Est, sans doute) et les portiques bordant la rue qui y menait. Quant à l’implantation chrétienne des environs de 400, elle s’avère assez difficile à déterminer. On doit en effet déjà éliminer l’église dominant le site au Sud17 (extérieure aux murs, de toute manière), que le type des croix du linteau de son entrée principale et de son arctriomphal amène à situer à l’époque byzantine, ou peu auparavant. Un autre sanctuaire, dans le secteur nord-occidental des ruines18, passe pour avoir tenu le rôle de cathédrale : car bien que de dimensions modestes (quelque 20 x 14 m), il présente une salle annexe à cuve baptismale ; cependant, le type de la cuve en question - polylobée - correspond bien plutôt aux vie - viie siècles, et une épitaphe avec date indictionnelle au revers de la façade indique également la période postérieure à 533 ; certes, cette épitaphe peut avoir été insérée bien après coup, et l’on a pu modifier la cuve baptismale elle-même (sans que la fouille l’ait mis en évidence) ; mais la situation de l’édifice, au-delà de la citadelle byzantine et très à l’écart des quartiers d’habitation des iiie-ive siècles qui ont été dégagés, ne s’accorde pas au mieux avec la fonction épiscopale. Reste, sinon, une église au cœur d’un groupe de maisons à l’Ouest de la grande rue19, et pour laquelle on ne dispose d’aucune donnée de datation ; mais la modestie du bâtiment (à nef unique, de quelque 12x6 m) et l’absence de baptistère incitent à n’y reconnaître qu’une simple chapelle.

Fig. 3. Announa (Thibilis), plan général du
site (d’après P.-A. Février, repris dans GUI
F, Duval N., Caillet J.-P., Inventaire
Algérie, II, pl. CLXX, I).

  • 20 Lepelley C„ Cités Afrique. II, 1981, p. 480.

11On demeure, en définitive, plutôt perplexe : la ville était cependant bien représentée par un évêque à la Conférence de Carthage de 411 (un ancien catholique alors passé au donatisme), et l’inachèvement dans lequel était resté le Capitole induit à admettre que le paganisme local avait assez précocement marqué le pas20. Faut-il donc supposer que la seconde des églises mentionnées ci-dessus était bien la cathédrale des environs de 400, en marge d’un quartier qui s’étendait plus à l’Ouest que ce que la fouille en a mis au jour ? L’implantation du fort byzantin a pu, de fait, causer la disparition d’un certain nombre de structures dans ce secteur.

  • 21 Pour une présentation globale, cf. Souville G., s. v. Madauros. Princeton Encyclopedia. 1979, p. 5 (...)
  • 22 Lepelley C„ Cités Afrique. II. 1981, p. 128 131.

12Avec Madauros (Madaure, Mdaourouch)21 (hg. 4). on a affaire à une ancienne ville numide, devenue colonie à la période flavienne, et où l’activité édilitaire est encore très notable au Bas-Empire (avec notamment, sous les Sévères, la construction du théâtre à proximité immédiate du forum, puis celle de deux groupes thermaux dans le secteur nordoriental du site) ; il convient aussi de signaler les restaurations des “petits thermes” du NordEst (361-63), des “grands thermes d’été” (364, puis 366 ou 367), des portiques ou édifices bordant le forum ainsi que du temple de la Fortune, transformé alors en marché (379-83), d’édifices du forum à nouveau, et du théâtre (399-400), et encore des “thermes d’été” (407-08)22. Pour les environs de 400, on attendrait aussi une empreinte monumentale chrétienne correspondant à la présence de deux évêques concurrents signataires à la Conférence de Carthage de 411, ainsi qu’aux nombreuses épitaphes chrétiennes du ive siècle remployées dans la muraille byzantine.

Fig. 4. Madaure (Madauros), plan général du site
(d’après M. Christofle, repris dans Gui I.. Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, II. pl. CLXIV).

  • 23 Gui I., Duval N., Caillet J.-P, Inventaire Algérie, 1992, p. 327-329, n° 1.
  • 24 Ibid., p. 331-332, no 3.
  • 25 Ibid., p. 329-331. no 2.

13On est en présence de deux églises urbaines, en effet. L’une23, de quelque 34 x 8 m et à nef unique, longe celle des rues nord-sud la plus à l’écart du forum ; c’est l’attestation de deux autels dans le vaisseau même qui étaie l’hypothèse d’une relative ancienneté de ce sanctuaire qui, par ailleurs, n’est pas pourvu de baptistère. L’autre église de la ville24 a réoccupé le frigidarium du plus grand des groupes thermaux mentionnés ci-dessus ; l’emplacement de l’autel au centre de la salle paraît correspondre là aussi à une époque prévandale ; et une cuve baptismale, cette fois, semble avoir été aménagée dans l’une des exèdres du frigidarium : la fonction de cathédrale – pour l’une des communautés rivales, en tout cas – peut donc être envisagée. Madaure possédait encore un troisième sanctuaire25, en zone de nécropole au Nord-Ouest ; d’une ampleur moyenne (30 x 14 m environ), le bâtiment comporte des chapiteaux susceptibles d’une datation relativement haute ; des épitaphes du ive au vie siècle, à l’intérieur et aux abords, permettent également de conjecturer une longue utilisation de l’édifice.

  • 26 Ibid., p. 346-349.

14Sans que l’on puisse bien évidemment se départir de l’extrême prudence qu’imposent des datations pour la plupart fort incertaines, les quatre cas ainsi analysés nous paraissent offrir un spectre assez complet et varié quant au problème dont nous traitons. L’essor concurrentiel des deux confessions se trouverait idéalement illustré à Timgad, avec des complexes bien ancrés dans le secteur le plus actif de la ville (et avec une sensible prépondérance de ce qui paraît être l’ensemble donatiste, ce qui correspondrait bien à l’essor particulier qu’Optat avait imprimé à son mouvement). Sur les trois autres sites en revanche, l’attestation d’une seule église avec baptistère – encore la présence de celui-ci vers 400 ne saurait-elle être tenue pour absolument certaine, à Announa et à Madaure – reflète une situation moins confortable pour l’une, au moins, des communautés ; cela à Djemila et à Madaure, particulièrement, où l’on sait que coexistaient alors deux évêques rivaux ; et l’on est naturellement conduit à envisager l’éventuelle récupération de l’unique véritable complexe cathédral par la faction en définitive victorieuse. Rappelons qu’H.-I. Marrou, J. Christern et N. Duval ont émis à bon droit cette hypothèse pour le fameux ensemble d’Hippo Regius (Hippone) fouillé par E. Marec26, et ce pourrait être advenu aussi à Djemila : d’où le ton de certains passages de l’inscription de Cresconius – bien le Cresconius de 411, en ce cas – dans la grande basilique...

  • 27 Relevé par Février P.-A., Approches Maghreb, II. 1990, p. 178.

15Pour ce qui est de l’investissement de l’espace urbain indépendamment du phénomène des confessions adverses, notons qu’il reste plus ou moins mesuré : les cathédrales supposées s’implantent toujours en secteur plutôt marginal. Cela avec une indéniable mise en valeur cependant à Djemila, où l’adhésion au christianisme de plusieurs notables – dont l’ancien président du conseil provincial du culte impérial, le sacerdotalis Tulius Adeodatus, l’un des dédicants du pavement de la basilique nord du groupe épiscopal a dû jouer à cet égard un rôle décisif. À l’opposé, la relative discrétion des établissements chrétiens de Madaure semble faire écho aux propos d’Augustin dans la lettre CCXXXII, où la plupart des décurions de la ville sont présentés comme encore idolâtres27. Mais on resoulignera aussi l’exemple paradoxal d’Announa où, bien que les païens n’aient manifestement pas été en mesure de venir à bout de l’érection de leur principal sanctuaire, l’hypothétique cathédrale se trouve fort à l’écart. Quant à l’insertion en milieu urbain encore, relevons que les églises “de quartier” demeurent peu nombreuses : une au maximum, sur chacun de nos quatre sites. Et en contexte périurbain, une seule basilique cimétériale également est alors envisageable pour Djemila et Madaure ; aucune pour Announa en l’état actuel de la fouille ; et l’on n’a guère d’éléments pour déterminer laquelle – ou lesquelles – des trois églises funéraires de Timgad peut relever de notre période.

  • 28 Gui I., Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, 1992, p. 31 I-316, no I.
  • 29 Février P.-A., Approches Maghreb, II. 1990. p. 29.
  • 30 Caillet J.-P., Basilica, 1990, col. 613.

16En matière de grands sanctuaires spécifiquement martyriaux par ailleurs, la province ecclésiastique de Numidie peut se prévaloir de l’érection, entre 395 et 420 sans doute, du complexe de pèlerinage apparemment dédié à sainte Crispine aux abords immédiats de Theueste (Tébessa)28 ; dressé sur un podium bien en vue dans la plaine – et particulièrement pour ceux qui venaient par la grande route de Carthage, comme le soulignait P.-A. Février29-, l’édifice imposait là de la façon la plus ostentatoire la marque du christianisme triomphant. Pour Hippo Regius (Hippone), Augustin fait également mention d’une “basilique des Vingt-Martyrs” et d’une “basilique des Huit-Martyrs” (cette dernière édifiée en 425/26 par les soins du prêtre Leporius)30, qui nous restent malheureusement inconnues du fait de la fouille très incomplète du site. Mais les implantations de ce type ne doivent probablement pas non plus être envisagées en trop grand nombre, aux temps qui nous concernent : aucune de nos quatre cités de référence, en tout cas, n’en offre d’attestation assurée.

  • 31 Caillet J.-P. Transformation en église. 1996, p. 194-202.
  • 32 Gui I., Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, 1992, p. 205-207, no 1.
  • 33 Duval N., Église et thermes, 1971 (1973), p. 305-317.

17Le caractère somme toute encore limité – à ces nuances près – de l’implantation monumentale chrétienne des environs de 400 ne ressort que davantage aussi du maintien de la parure édilitaire traditionnelle. Timgad et Madaure n’offrent certes pas de nouvelles constructions païennes ou profanes de véritable relief pour le ive siècle, mais il semble du moins que l’essentiel des réalisations antérieures y ait été entretenu ; et Djemila et Announa connaissent bien le lancement de chantiers (respectivement, deux basiliques civiles, et un arc avec les portiques d’une rue) jusque dans les années 360-70. En outre, ces édifices païens ou profanes s’avèrent pour la plupart respectés, dans leur intégrité physique du moins : quant aux temples, nous avons par ailleurs nous-même eu lieu de rappeler que leur transformation en église n’était pas si fréquente qu’on avait parfois tendu à l’admettre31 ; dans le cadre de la province qui ici nous occupe, notons justement que la “conversion” du Capitole de Cirta (Constantine) ne semble pas antérieure à la période byzantine (d’après le plan polygonal de l’abside)32, et ce cas reste bien isolé ; certes, Madaure montre une installation d’église dans un groupe thermal (suivant un processus dont N. Duval a relevé un autre exemple encore à Mactar33), mais il s’agit également de quelque chose d’assez exceptionnel.

  • 34 Relevé par Lepelley C.. Cités Afrique, I. 1979, p. 111.

18En résumé, cette extension “en devenir” du christianisme urbain de Numidie, telle que l’archéologie semble en restituer les contours concrets, paraît s’accorder au mieux à ce que suggère Augustin dans son commentaire du Psaume CII : les notables qui dilapidaient des sommes toujours considérables pour les spectacles s’y trouvaient en effet invités à remettre plutôt cet argent à l’évêque, pour qu’il bâtisse des églises-dont le besoin se faisait donc encore impérieusement sentir34. C’est d’ailleurs là une situation qui, si la documentation africaine permet de la cerner de manière assez précise, était sans doute commune aux villes de bien d’autres régions de l’Occident.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Caillet J.-P., 1990, s.v. Basilica, dans Mayer C. éd„ Augustinus-Lexikon, 1/4. Bâle, col. 608-614.

Caillet J.-P., 1996, La transformation en église d’édifices publics et de temples à la fin de l’Antiquité, dans Lepelley C. éd., La fin de la cité antique et le début de la cité médiévale[Actes du colloque de Paris X-Nanterre, 1993], Bari, p. 191-211.

Duval N., 1971 (1973), Église et thermes en Afrique du Nord, BCTHS, n.s., 7, p. 297-317. Février P.-A., 1990, Approches du Maghreb romain. II, Aix-en-Provence.

Gui I., Duval N., Caillet J.-P., 1992, Basiliques chrétiennes d’Afrique du Nord, I. Inventaire de l’Algérie, Paris.

Lancel S., 1972-91. Actes de le conférence de Carthage en 411, I-IV. Paris.

Lepelley C., 1979-81, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, I-II, Paris.

The Princeton Encyclopedia of Classical sites, Princeton, 1979.

Notes

1 Lancel S., Conférence 411, 1972-91.

2 Pour une présentation globale, cf. Lassus J., s.v. Thamugadi. Princeton Encyclopedia, 1979. p. 899-902.

3 Gui I.. Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, 1992, p. 265-267, n° 2.

4 Ibid., p. 274-278, n° 7.

5 Ibid.,p. 267-270, no 3.

6 Ibid., p. 271-274, no 5-6.

7 Ibid., p. 280-282, no 9.

8 Ibid., p. 282-284, no 10.

9 Ibid., p. 263-265, no 1 ; p. 270-271, no 4 ; p. 284-286, no 11.

10 Lepelley C., Cités Afrique, II. 1981, p. 447. Je remercie par ailleurs Xavier Dupuis qui a eu l’obligeance de me mettre en garde quant à l’éventualité, parfois abusivement présentée, de l’érection d’une basilica uestiaria en ces mêmes années 364-67.

11 Pour une présentation globale, cf. Février P.-A., s.v. Cuicul, Princeton Encyclopedia, 1979. p. 249-250.

12 Gui I„ Duval N„ Caillet J.-P., Inventaire Algérie, 1992, p. 92-99, no 1-3.

13 Ibid., p. 101-103, n° 5.

14 lhid.,p. 100-101, n° 4.

15 Lepelley C„ Cités Afrique, II, 1981. p. 404-405.

16 Ibid., I. 1979. p. 65 ; II, 1981, p. 479-481.

17 Gui I.. Duval N„ Caillet J.-P., Inventaire Algérie, 1992, p. 337-341, n° 1.

18 Ibid.p. 341-342, n° 2.

19 Ibid.p. 432-343, no 3.

20 Lepelley C„ Cités Afrique. II, 1981, p. 480.

21 Pour une présentation globale, cf. Souville G., s. v. Madauros. Princeton Encyclopedia. 1979, p. 541-542.

22 Lepelley C„ Cités Afrique. II. 1981, p. 128 131.

23 Gui I., Duval N., Caillet J.-P, Inventaire Algérie, 1992, p. 327-329, n° 1.

24 Ibid., p. 331-332, no 3.

25 Ibid., p. 329-331. no 2.

26 Ibid., p. 346-349.

27 Relevé par Février P.-A., Approches Maghreb, II. 1990, p. 178.

28 Gui I., Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, 1992, p. 31 I-316, no I.

29 Février P.-A., Approches Maghreb, II. 1990. p. 29.

30 Caillet J.-P., Basilica, 1990, col. 613.

31 Caillet J.-P. Transformation en église. 1996, p. 194-202.

32 Gui I., Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, 1992, p. 205-207, no 1.

33 Duval N., Église et thermes, 1971 (1973), p. 305-317.

34 Relevé par Lepelley C.. Cités Afrique, I. 1979, p. 111.

Table des illustrations

Légende Fig. I. Timgad (Thamugadi), vue aérienne du site(Gui I., Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, II, pl. CXXVI).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Légende Fig. 2. Djemila (Thibilis). plan général du site(d’après P.-A. Février, repris dans GUI I.. Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, II, pl. LXV, 2).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 3. Announa (Thibilis), plan général dusite (d’après P.-A. Février, repris dans GUIF, Duval N., Caillet J.-P., InventaireAlgérie, II, pl. CLXX, I).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 4. Madaure (Madauros), plan général du site(d’après M. Christofle, repris dans Gui I.. Duval N., Caillet J.-P., Inventaire Algérie, II. pl. CLXIV).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/8097/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540