Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Augustin

 | 
Serge Lancel
, 
Stéphanie Guédon
, 
Louis Maurin

L’Afrique et sa diversité vues par saint Augustin

Claude Lepelley

Texte intégral

  • 1 Lepelley C, 1979 et 1981 (Cités, I et II), passim.
  • 2 Cf. Brown P., 1967, p. 77-152 ; Lancee S., 1999, p. 91-187.

1La pensée philosophique et théologique de saint Augustin pouvait atteindre un très haut niveau d’abstraction. Cependant, on doit constater que sa tournure d’esprit l’amenait à illustrer cette pensée par des exemples vécus, des faits de vie concrets. Il se révèle un observateur attentif du monde qui l’entoure, sensible aux realia ; c’est très net dans sa prédication, où il cherche à faire comprendre à ses fidèles des notions théologiques complexes grâce à des images concrètes, des métaphores inspirées par la vie quotidienne. J’ai pu ainsi glaner dans son œuvre de multiples informations sur la vie des cités de l’Afrique romaine de son temps1. Il est donc légitime de scruter les écrits d’Augustin pour y déceler des témoignages sur l’Afrique qui ne soient pas des lieux communs, cette Afrique où il a toujours vécu, à l’exception des quatre années passées en Italie de 383 à 3872.

  • 3 Courtois C., 1955, en particulier p. 65-91.

2On peut relever dans ces écrits des évocations contrastées de régions très différentes : il n’y a pas une Afrique d’Augustin, mais plusieurs. C’est ce que je me propose d’analyser. Bien entendu, je pense ici à la distinction chère à Christian Courtois des “deux Afriques”, l’Afrique romanisée et l’Afrique tribale3.

  • 4 Conf., X. 21 : “Numquid ita ut meminit Carthaginem qui vidit ? Non : vita enim beata non videtur oc (...)
  • 5 Moins l’année où il fut professeur dans sa ville natale de Thagaste, entre la fin de ses études à C (...)
  • 6 Quodvultdeus, Sermo II de tempore barbarico, V, 4, CCL, 60, p. 476-477 : “Ubi est Africa, quae toto (...)
  • 7 Et non à la province de Numidie, dont la frontière passait un peu à l’ouest d’Hippone. Toutefois, d (...)
  • 8 Cf. Perler O., 1969, principalement p. 215-283.
  • 9 Je fais le point sur cette question linguistique dans Lepelley C., 2005.
  • 10 Lancel S., 2003, p. 55.
  • 11 Lettre de Maxime de Madaure, dans Aug., Lettres, 16, CSEL 34, 1, p. 37-39.
  • 12 Lettre, 17, CSEL 34, 1, p. 41 : “Neque enim usque adeo teipsum oblivisci potuisses, ut homo Afer sc (...)
  • 13 Cité dans Augustin, Contra lulianum opus imperfectum, VI, 18 (“quid enim tam prodigiale quam quod P (...)
  • 14 Aug., Contra lulianum opus imp., VI, 18.
  • 15 Lepeliey C., 2001, p. 415-431.
  • 16 Camps G., 1990-1992, p. 33-49, qui constate que c’est dans la région d’Hippone que fut retrouvé le (...)

3Commençons par une réflexion sur Carthage, qu’on lit dans le xe livre des Confessions et dont Azedine Beschaouch a souligné l’intérêt au congrès augustinien d’Alger en 20014. Ce livre X est, pour une large part, consacré à la mémoire. Le chapitre 21 porte sur le souvenir du bonheur. Augustin demande si ce souvenir est comparable à celui de la joie éprouvée par celui qui. pour la première fois, découvre Carthage (il est vrai, pour dire aussitôt que la vraie beata vita ne peut être sensorielle, comme le furent cette expérience et son souvenir). Carthage, et non Rome : Augustin n’a donc pas éprouvé, en découvrant à la trentaine la capitale de l’Empire, un éblouissement égal à celui qu’il avait ressenti en arrivant dans la métropole de l’Afrique à l’âge de 16 ans, Carthage où il séjourna douze années, comme étudiant, puis comme professeur5. Augustin est un homme de l’Africa, l’Afrique proconsulaire, le pays des “très splendides cités”, qui était “tel un jardin de délices pour le monde entier”, selon les termes de l’évêque de Carthage Quodvultdeus, quand il déplorait les malheurs du temps de l’invasion vandale6. Le pays d’Augustin, la Numidie d’Hippone, jusqu’à Madaure, appartenait, comme le nord de l’actuelle Tunisie, à ce monde privilégié, et d’ailleurs elle resta au Bas-Empire rattachée administrativement à la province d’Afrique proconsulaire7. Durant son épiscopat, Augustin emprunta très souvent les routes qui menaient vers Carthage, où il se rendait pour un concile ou des prédications, par Sicca Veneria ou par Balla Regia, par Membressa8. Il connaissait assez mal le reste de l’Afrique – à l’exception de la région de Constantine, l’ancienne confédération cirtéenne. On ne connaît avec certitude qu’un seul voyage qu’il fit en Numidie du Sud (vers 421), sur le limes, à Tubunae (Tobna), et un autre dans la lointaine Césarée de Maurétanie, où il dut régler un conflit ecclésiastique complexe. Son univers habituel était le nord-est de l’actuel Maghreb, soit la région la plus profondément romanisée. Cependant, il constatait que, dans sa Numidie d’Hippone, les paysans parlaient la punica lingua, dans laquelle il faut bien reconnaître le néo-punique. Je n’évoquerai pas ici cette question, traitée ailleurs9. Remarquons simplement que jamais Augustin ne qualifie ces paysans punicophones de barbares ; on peut constater grâce aux inscriptions et aux écrits d’Augustin qu’ils n’appartenaient pas à des tribus, mais simplement à des villages (appelés d’ordinaire castella, sans que cette dénomination impliquât l’existence de fortifications) rattachés aux cités. Comme l’a écrit très justement Serge Lancel, Augustin “reconnaissait la langue punique en tant que vecteur principal d’une identité, sinon d’une ‘conscience’, africaine10. Le grammairien païen Maxime de Madaure, qui avait été le professeur du jeune Augustin, se moquait dans une lettre des noms puniques, donc selon lui barbares, de martyrs chrétiens (ainsi Namphamo)11. Augustin lui répondit par un vibrant éloge d’une civilisation punique qu’il ne connaissait, en fait, que par les auteurs latins classiques – Virgile pour la reine Didon, Tite Live pour Hannibal. “À quel point, répondait Augustin, as-tu pu t’oublier toi-même, toi un Africain écrivant à des Africains, alors que vous vivons l’un et l’autre en Afrique, pour penser devoir tourner en dérision des noms puniques !... Assurément, tu regrettes d’être né là où demeure vivace le berceau de cette langue12. Un bon nombre d’années plus tard, un autre adversaire d’Augustin, le pélagien italien Julien d’Eclane, devait l’appeler “le Punique”, ou le “discutailleur (disputator) punique” : "Qu’y a-t-il de plus monstrueux que ce que raconte le Punique13 ?” Augustin lui répondait : “Ne vas pas, parce que tu es né en Apulie [aujourd’hui les Pouilles] penser l’emporter par ta race sur ces Puniques que tu n’es pas capable de vaincre par l’esprit14. On peut donc dire qu’existait chez Augustin une vive conscience de son africanité. Il a, d’autre part, participé à Carthage à une série de conciles où, autour de l’évêque Aurelius, on défendit fermement l’autonomie de l’Église d’Afrique, face aux prétentions déjà centralisatrices du siège apostolique romain15. Toutefois, cet état d’esprit ne l’amena pas à mettre en cause son adhésion à la communis patria romaine : il était un Romano-Africain, et l’on doit constater que, pour lui, l’Afrique était romano-punique. Mais il connaissait fort mal l’autre Afrique, l’Afrique libyque, c’est à dire paléo-berbère. En voici un exemple, bien proche géographiquement : dans la zone montagneuse, forestière et peu peuplée de La Cheffia, à mi-chemin entre Hippone et l’actuelle frontière tunisienne, ont été découvertes d’assez nombreuses inscriptions libyques, révélant la présence d’un isolat autochtone. Certaines de ces inscriptions sont bilingues (latino-libyques) et datent assurément de l’époque impériale romaine. Ceci a amené Gabriel Camps à revenir, avec beaucoup de nuances, à la théorie de Courtois, selon laquelle la punica lingua parlée selon Augustin par les paysans de la région d’Hippone pourrait être du libyque16. L’admiration que nous vouons à notre savant ami disparu ne nous dissuade pas de dire qu’il s’agissait bel et bien de punique ; mais il reste que, non loin de là vers l’Est (et assurément dans d’autres secteurs de la région), le libyque demeurait vivant, mais qu’Augustin paraît l’avoir ignoré. Cette méconnaissance était évidemment plus grande encore pour des populations lointaines du Sud ou de l’ouest maurétanien. Dans son œuvre immense, on ne trouve qu’une seule et vague allusion au libyque, soit le paléo-berbère, la langue ancestrale de l’Afrique, perdue dans le livre XVI (6, 2) de la Cité de Dieu : “Nous connaissons en Afrique de nombreuses nations barbares qui n’ont qu’une seule et même langue”. On a noté le qualificatif de barbare (in Africa barbaras gentes in una lingua plurimas novimus), qu’Augustin n’utilise jamais pour désigner les punicophones.

4Nous nous proposons cependant d’examiner quelques textes augustiniens qui évoquent cette “Afrique inconnue”, pour reprendre la formule de Courtois. Le premier, qui concerne les Gétules et la Gétulie, a un grand intérêt, mais nous verrons qu’en fait, contrairement à ce que j’avais cru naguère, sa signification est uniquement géographique et non ethnique, et qu’il ne concerne donc pas “l’Afrique inconnue”.

Augustin, Enarratio in psalmum CXLVIII, 10, sermo ad plebem habitus Hipponi Regio, CCL 40, p. 2172-2173.
(p. 2172) – Si Deus plueret, numquid plueret in mare ? Qualis, inquiunt, providentia ! Getulia sitit et mare compluitur....
“Si c’était Dieu qui faisait pleuvoir, est-ce qu’il pleuvrait dans la mer ? Qu’est-ce donc, disent-ils, que cette Providence ? La Gétulie a soif, et la mer est arrosée par la pluie !”
(p. 2173) – Et quare, inquit, pisci pluit, et mihi aliquando non pluit ? Ut cogites te in regione esse deserti et in peregrinatione vitae.... Quomodo autem distribuit propria regionum ? Ecce, quia de Getulia locuti sumus, pluit hic prope omni anno, et omni anno dat frumentum ; servari hoc frumentum non potest, cito corrumpitur, quia omni anno datur. Ibi, quia raro, et multum datur et diu servatur. Sed forte putas quia ibi deserit Deus homines, aut non ibi secundum iucunditatem suam laudant et glorificant Deum ? Apprehende inde Getulum, pone inter istas arbores amoenas : fugire hinc vult, et redire ad nudam Getuliam.
“Et pourquoi, dit-on, pleut-il pour le poisson, et que pour moi, quelquefois, il ne pleut pas ? C’est pour que tu penses que tu es dans la région du désert, et dans le voyage d’exil de la vie... Comment (Dieu) répartit-il donc les biens propres à chacune des régions ? Mais puisque nous parlons de la Gétulie : ici, il (Dieu) fait pleuvoir presque toute l’année, et il donne le blé toute l’année. Ce blé ne peut pas être conservé, il est vite pourri, car il est donné toute l’année. Là-bas, comme c’est rarement, il est donné en abondance et il se conserve longtemps. Mais penses-tu par hasard que Dieu aurait abandonné les hommes de là-bas, ou que là-bas ils ne louent pas Dieu et ne le glorifient pas dans la joie ? Prends là-bas un Gétule, mets le au milieu de ces arbres agréables : il veut d’enfuir d’ici et retourner dans la Gétulie dénudée”.

  • 17 Lepelley C., 1979 (Cirés, 1), p. 46. n. 76. Mon interprétation de 1979 a été justement critiquée pa (...)
  • 18 Ibidem, p. 133, n. 77.
  • 19 Infra, p. 35-36.
  • 20 Expositio totius mundi et gentium, LX. éd. J. Rougé, SC 124. p. 200 “Quae provincia vestem et manci (...)
  • 21 Dans l’enarratio sur le psaume 149 (CCL 40. p. 2180, Augustin dit même qu’en Gétulie, on récolte 60 (...)
  • 22 Gsell St., 1920, p. 24.
  • 23 Plus précisément, “presque toute l’année” (prope omne anno) : Augustin n’oublie pas la sécheresse d (...)

5J’ai naguère commenté ce passage de l’enarratio sur le psaume 148, et je juge aujourd’hui ce commentaire contestable. Voici ce que j’écrivais en 197917 : “Augustin évoque le Gétule, c’est à dire le Saharien. S’il est capturé et installé au milieu des arbres, dans une campagne fertile, il veut fuir et retourner dans sa Gétulie désolée.... Augustin oublie de dire qu’il est légitime de préférer la liberté dans le Sahara à l’esclavage dans le Nord". Dans un contexte de guerre, le verbe apprehendere peut, de fait, signifier se saisir de quelqu’un, le capturer. J’avais donc compris “capture un Gétule” (et réduis le en esclavage), installe le au milieu de ces arbres agréables ; il veut s’enfuir d’ici.... J’ai aussi qualifié ces Gétules de “nomades irréductibles”18, imaginant donc qu’ils venaient des steppes présahariennes. Celte interprétation m’était suggérée par la lettre d’Augustin à Hesychius de Salone (Ep. 199), sur laquelle nous reviendrons, où il évoque les barbares africains restés païens “que l’on ramène captifs et que les Romains joignent à leurs esclaves19". De même, l’Expositio totius mundi mentionne l’exportation d’esclaves de Maurétanie20. En fait, cette interprétation n’était pas fondée pour le présent texte, en premier lieu parce qu’Augustin y évoque d’abord les riches récoltes de blé faites en Gétulie, ce qui exclut les steppes présahariennes21. D’autre part, apprehendere a souvent un sens banal : prends, au sens de "prends par exemple” (ici, “imagine un Gétule”), et n’implique pas nécessairement la violence, la contrainte. Il faut comprendre que le Gétule installé pour une raison quelconque dans la région d’Hippone, donc dans le Tell, n’apprécie nullement le charme de ce paysage vallonné et boisé, il préfère son pays natal, plat et sans arbres, et cette préférence révèle que Dieu répartit ses dons entre chaque région dans toute leur diversité : en Gétulie, les récoltes sont plus rares, mais elles sont abondantes, et les habitants, eux aussi, rendent grâce à Dieu, J’avais été poussé dans ma mauvaise interprétation par le commentaire rapide que Stéphane Gsell avait donné de ce texte22 : il traduit “Pluit hic prope omni anno” par “Ici, il pleut (Dieu fait pleuvoir) chaque année” ; il prend donc omni au sens de “chaque”, en oubliant le mot prope, “presque”, qui impliquerait dans cette interprétation qu’il est des années où il ne pleut pas du tout à Hippone, ce qui est aberrant. Omnis a ici le sens de l’ensemble, la totalité, soit “durant l’ensemble de l’année, toute l’année23” (cf Cicéron, Or. 11. Pro Sulla, 17, eo tempore omni, “pendant tout ce temps-là”). Dans la suite du texte, Gsell comprend qu’en Gétulie, on ne récolte le blé que certaines années fastes, alors que raro renvoie à omni anno, et signifie rarement dans l’année.

6Ainsi, quand Augustin évoque ici la Gétulie, il ne pense ni au Sahara, ni aux steppes pré-sahariennes, ni à des populations de pasteurs nomades : il évoque la région des Hautes Plaines, qu’il oppose au Tell, la zone septentrionale bien arrosée, montagneuse et boisée. Le sermon, selon son titre, a été donné à Hippone (senno ad plebem, habitus Hipponi Regio). Or, au sud de la région d’Hippone, dans ce que nous nommons le Constantinois algérien, les hautes plaines ne sont pas steppiques, comme elles le sont dans l’Algérois et l’Oranie, ce sont de riches terres à blé, grâce à une pluviosité, certes moins forte que dans le Tell, mais suffisante pour la céréaliculture. Un excellent exemple de cette définition géographique se lit dans l’Apologie d’Apulée (XIV), quand il déclare que sa patrie, Madaure, est située exactement sur les confins de la Numidie et de la Gétulie (De patria mea vero, quam eam sitam Numidiae et Gaetuliae in ipso confinio.... ostendistis). De fait, quand on vient du Nord, donc d’Hippone, on découvre le vaste horizon des hautes plaines en arrivant à Madaure (à une centaine de kilomètres au sud d’Annaba/Bône), ville d’ailleurs située à la limite du vaste territoire attribué au peuple libyen des Musulames.

7Un autre texte d’Augustin, un passage du sermon 46, énonce à propos de la même région des considérations comparables, tout en révélant le caractère parfois peu rigoureux de son vocabulaire géographique.

  • 24 Africus est un substantif, qui désigne le vent du Sud, celui qui vient d’Afrique (le siroco).
  • 25 Le muscarium est une plante terminée par une fleur en ombelle qui pouvait servir de chasse-mouche, (...)
  • 26 On ignore ce que signifie ce mot, qui est un hapax.

Augustin, sermon 46, 16, 39, éd. C. Lumbot, CCL. 41. p. 567-568.
Auctor totius huius mali Numida haereticus fuit. In Numidia unde ventum est cum tanto malo, muscarium vix invenitur, in cupsonibus habitant. Quomodo mons umbrosus in Numidia ? Dic mihi ergo. Noli huc usque recitare : Deus ab Africo24, exigo sequentia : et Sanctus de monte umbroso. Sed ostende mihi pariem Donati a Numidia de monte umbroso venire. Invenis nuda omnia, pingues tamen campos, sed frumentarios, non olivetis fertiles, non ceteris nemoribus amoenos. Unde ergo mons umbrosus in Numidiae partibus, unde hoc scandalum venit ?
“L’instigateur de tout ce mal (le donatisme) fut un hérétique numide. En Numidie, d’où est venu un si grand mal, on a peine à trouver des ombelles25, elles se trouvent dans des cupsones (?26). Comment une montagne ombragée serait-elle en Numidie ? Dis le moi donc ! Ne récite pas seulement jusqu’à ‘Dieu vient du vent d’Afrique’, j’exige ce qui suit : ‘et le Saint de la montagne ombragée’. Mais montre-moi (comment) le parti de Donat, venu de Numidie, vient ‘de la montagne ombragée’ ! Tu trouves des étendues dénudées, des champs, riches, certes, mais céréaliers, infertiles pour les oliviers, défavorables aux autres arbres. Où se trouve donc, dans les régions de la Numidie, la montagne ombragée d’où est venu ce scandale ?”

  • 27 Auster peut signifier le Sud, et aussi le vent du Sud. Ce passage d’Habacuc est très obscur dans l’ (...)
  • 28 Au temps d’Augustin, certains donatistes niaient l’identité de l’évêque Donatus de Casae Nigrae et (...)
  • 29 Gsell St., 1927, p. 110.
  • 30 Desanges J., 1962, p. 10.
  • 31 Desanges J„ 1980, p. 342-346.
  • 32 Camps G., I960, p. 156. G. Camps se fondait sur les témoignages de Salluste (Jugurtha, XVIII) et de (...)

8Dans le sermon 46, Augustin critique l’interprétation donatiste d’un passage du prophète Habacuc (3, 3) traduit (fallacieusement d’ailleurs) dans la Vetus Latina. “Dieu vient du vent d’Afrique, et le Saint de la montagne ombragée” (Deus ab Africo venit, et sanctus de monte umbroso). Jérôme, dans la Vulgate, traduit : Deus ab austro venit, “Dieu vient du Sud”27. Les donatistes voyaient dans la mauvaise traduction de la Vetus Latina la preuve que l’Afrique était la nouvelle Terre Sainte. Pour Augustin, cette interprétation était fallacieuse, non pour des questions d’erreur de traduction, mais parce que la Numidie, d’où le donatisme était sorti, ne pouvait être appelée “une montagne ombragée”, car on n’aurait trouvé dans cette région que des plaines dénuées d’arbres, propices seulement à la céréaliculture. Il pensait assurément à la région d’où serait originaire (c’est d’ailleurs controversé) l’hérésiarque Donat, Casae Nigrae, en un lieu indéterminé de la Numidie du Sud28. Or la Numidie allait jusqu’à la mer, et elle comptait dans sa partie nord bien des montagnes ombragées, surtout si l’on incluait la Numidie proconsulaire où se trouvait Hippone. Dans le sud, l’Aurès, qui est couvert de forêts, peut à juste titre être appelé un mons umbrosus. L’exégèse d’Augustin était donc aussi contestable que celle de ses adversaires donatistes ; mais on doit surtout noter qu’il réduit ici la Numidia à la région dénudée des hautes plaines, qu’il appelle Getulia dans l’en. in ps. CXLVIII. L’artifice de la rhétorique et la polémique religieuse suscitent des approximations et des déformations dont il faut tenir compte, mais qui coexistent pourtant dans d’autres textes d’Augustin avec l’observation attentive et concrète du monde environnant L’interprétation donnée ici de ces textes augustiniens confirme ce que Gsell avait déjà montré : “Les Anciens, écrivait-il, désignaient par le nom de Gétulie une zone intérieure située entre les régions voisines du littoral et le Sahara : les plaines méridionales du centre du Constantinois appartiennent à la Gétulie29”. Ceci a été définitivement démontré par Jehan Desanges. Dès 1962, dans son Catalogue des tribus africaines, il ne donnait pas d’entrée, de notice, “Gétules”, car cette catégorie écrivait-il, “fait partie des entités ethno-politiques larges et plus ou moins vagues30”. Dans le commentaire de son édition de Pline l’Ancien. Histoire Naturelle, V, 1, il note que les termes de Gétules et de Gétulie sont imprécis et ne désignent pas un ensemble ethnique cohérent, car on trouve des Gétules de l’Atlantique à la Grande Syrte31. Osons dire que c’est une catégorie fourre-tout. Gsell voyait dans les Gétules les populations restées en marge (et au sud) des royaumes numides masaesyle et massyle, dont les souverains ne pouvaient espérer qu’une allégeance vague (quand ces “Gétules” ne s’entendaient pas contre ces rois avec les Romains, Marius ou César). Gabriel Camps suivait Saliuste et Strabon en insistant sur le genre de vie particulier des Gétules au sens d’habitants des steppes, ainsi leur habitat sommaire (mapalia)32. Mais la Numidie méridionale s’était lentement urbanisée et municipalisée à partir de l’époque antonine et, au temps de saint Augustin, les termes de Getulia/Getulus ne se référaient plus à un mode de vie particulier ni à une spécificité ethnique.

  • 33 Hitchner R. B. 1988 et 1989.
  • 34 Camps-Fabrer H., 1953. Voir en particulier les deux cartes h. t.

9Une remarque : ces deux textes augustiniens manifestent une notable permanence climatique, pour la différence de pluviosité entre le Tell et les Hautes Plaines du Constantinois (et aussi les Hautes Plaines tunisiennes). Autre permanence, pour le paysage : l’absence d’arbres (ou leur rareté) dans lesdites plaines, qui ne correspond donc pas à un déboisement ultérieur, médiéval ou moderne. Cependant, l’exploration archéologique a révélé dans ces régions une grande extension à l’époque romaine de la culture de l’olivier : en Tunisie dans la région de Sbeitla et de Kasserine, comme le révèle la prospection archéologique dirigée par Bruce Hitchner33, en Algérie jusqu’au sud de Theveste (Tébessa) et dans presque l’ensemble des plaines du Constantinois, comme l’a constaté Henriette Camps-Fabrer34. On prend ici Augustin en flagrant délit d’ignorance – ou plutôt de déformation polémique et rhétorique de la réalité, l’amenant à affirmer contre les donatistes qu’il n’y avait pas d’arbres en Numidie. La mention de plusieurs récoltes de céréales par an dans la région d’Hippone est plus intéressante, ainsi que celle du danger de pourrissement de la récolte dans les silos, car elles font allusion à des faits que les auditeurs du sermon pouvaient constater. Il s’agit probablement de récoltes successives de blé d’hiver et de blé de printemps (mais l’existence de récoltes de céréales et de pluies presque tout au long de l’année était évidemment une exagération rhétorique).

10C’est un tout autre univers que nous devons aborder à propos de ceux qu’Augustin appelle Afri barbari, les barbares africains. Il les connaissait mal : dans sa lettre à Hesychius de Salone (ep. 199, datable de 418), il dit qu’on peut recueillir des informations sur eux par ceux qui avaient été capturés dans leurs contrées lointaines et étaient devenus esclaves des Romains. Voyons le contexte de cette lettre. En 418, Hesychius avait écrit à Augustin que les invasions barbares (dont sa contrée balkanique souffrait tout particulièrement) annonçaient l’imminence de la fin du monde. Était d’autre part accomplie, selon lui, la prophétie scripturaire selon laquelle le jugement dernier adviendrait quand tous les peuples seraient évangélisés. Toujours hostile au millénarisme, Augustin répondait que de nombreux peuples dans le monde n’avaient encore pas reçu l’annonce de l’Évangile, et il prenait l’exemple africain qui nous retient ici.

  • 35 Il faut comprendre qu’ils gardent les cultes traditionnels de leurs divers peuples, de leurs gentes (...)

Augustin, lettre 199, à Hesychius de Salone. 13, 46, CSEL, 57. p. 284-285.
Sunt enim apus nos, id est in Africa, barbarae innumerabiles gentes, in quibus nondum esse praedicatum evangelium, ex his qui ducuntur inde captivi et Romanorum servitiis iam miscentur, cotidie nobis addiscere in promptu est. Pauci tamen anni sunt, ex quo quidam eorum rarissimi atque paucissimi, qui pacati romanis finibus adhaerent, ita ut non habeant reges suos, et super eis praefecti a Romano constituantur imperio, et illi ipsi eorum praefecti Christiani esse coeperunt. Interiores autem, qui sub nulla sunt potestate romana, prorsus nec religione Christiana, in suorum aliquibus detinentur, neque ullo modo recte dici potest istos ad promissionem Dei non perlinere.
“Il existe chez nous, c’est à dire en Afrique, d’innombrables peuples barbares chez qui l’Évangile n’a jamais été prêché ; auprès de ceux que l’on ramène captifs et que les Romains joignent à leurs esclaves, il nous est facile de l’apprendre quotidiennement. Depuis quelques années cependant, certains d’entre eux, très rares et très peu nombreux, qui, pacifiés, se rattachent au territoire romain, de sorte qu’ils ne possèdent plus de rois, mais que des préfets ont été institués pour les régir par l’empire romain, ont commencé à devenir chrétiens avec leurs préfets eux-mêmes. Mais ceux qui résident plus vers l’intérieur, qui ne sont nullement soumis à la puissance romaine et qui ne sont absolument pas de religion chrétienne, s’arrêtent à quelques religions des leurs35, sans que l’on puisse dire en aucune manière qu’ils n’appartiennent pas à la promesse de Dieu”.

  • 36 Voir le commentaire donné par Moderan Y.. 2003. p. 464-467.
  • 37 Voir infra, p. 38-39.
  • 38 Cf. Lepelley C., 2001, p. 305-317 (La préfecture de tribu dans l’Afrique du Bas-Empire). Cette publ (...)
  • 39 Optat de Milev, Contra Parmenianum Donatistam, III. 3, CSEL, 26, p. 74 (ecclesia est in re publica, (...)

11Ce texte est riche d’enseignements36. Il nous apprend l’usage de razzier des barbares dans les zones tribales extérieures au territoire impérial pour en faire des esclaves en pays romain, et ceci jusqu’à Hippone, puisque c’est de ces esclaves qu’Augustin avait obtenu des informations sur la situation religieuse dans leurs régions. Celte pratique devait assurément contribuer à aigrir beaucoup les rapports entre ces tribus et l’Empire. On apprend d’autre part que la domination romaine avait connu récemment une modeste extension dans ces zones de confins par l’admission dans l’Empire de quelques tribus. On peut penser à des opérations comparables à celles que le futur comte d’Afrique Boniface, alors simple tribun militaire, devait mener avec succès vers 416-417 en Numidie du Sud, probablement depuis la région de Tubunae (Tobna), aux confins de la Maurétanie Césarienne, selon la lettre 220 d’Augustin37. Les préfets qui remplaçaient les rois de ces tribus soumises n’étaient plus, comme sous le Haut-Empire, des officiers romains, mais des notables tribaux investis de cette fonction par l’autorité impériale38. Est particulièrement remarquable le fait que la christianisation apparaît ici limitée au territoire contrôlé par Rome, et que l’église d’Afrique ne semble pas avoir cherché à envoyer des missionnaires au-delà du limes. Constatons cependant que le christianisme se maintint et assurément se développa dans des zones abandonnées par l’Empire au ive siècle, ainsi à Volubilis, en Tingitane. Mais pour l’essentiel, demeurait valable en Afrique l’axiome d’Optat de Milev, “ce n’est pas l’État (res publica) qui est dans l’Église, c’est l’Église qui est dans l’État, c’est à dire l’empire romain39”.

  • 40 Parmi les lettres d’Augustt in. ep. 46, CSEL 34, 2, p. 123-129. Contrairement à ce qui a été parfoi (...)

12Les relations avec les “barbares africains” pouvaient être pacifiques : on le voit dans la lettre adressée à Augustin dans les années 395/399 par un certain Publicola40, propriétaire de terres dans le pays des Arzuges, soit le Sud tunisien actuel, la région située au sud des chotts Fejej et Jerid, et probablement, au nord de ces chotts, vers Tozeur et Netta.

Lettre de Publicola à saint Augustin, parmi les lettres d’Augustin, ep. 46, 1, CSEL. 34. 2, p. 123.
In Arzugibus, ut audivi, decurioni qui limiti praeest vel tribuno solent iurare barbari, iurantes per daemones suos. Qui ad deducendas bastagas pacti fuerint, vel aliqui ad servandas fruges ipsas, singuli possessores ve ! conductores solent ad custodiendas fruges suscipere quasi iam fideles, epistulam decurione mittente, vel singuli transeuntes, quibus necesse est per ipsos transire.
“Chez les Arzuges, à ce que j’ai entendu dire, les barbares ont la coutume de prêter serment au décurion qui commande la frontière (limes) ou au tribun, et ils jurent par leurs démons. Ceux qui concluent des engagements pour accomplir des transports de bagages (bastagae), ou bien les propriétaires ou les fermiers, pour protéger leurs récoltes, ont l’habitude de les accueillir comme des gens de confiance pour assurer la garde de leurs récoltes, le décurion ayant envoyé une lettre. Les voyageurs qui doivent traverser le pays en les prenant pour guides font de même”.

  • 41 Lepelley C„ 2002, p. 81-96.
  • 42 Sur les Arzuges et l’Arzugitana, voir Desanges J.. 1989, p. 950-952 ; Modéran Y., 2003, p. 364-373.(...)

13Ce texte rapporte que des barbares se présentaient à la frontière, où ils étaient contrôlés par un tribun militaire (ou un décurion de cavalerie), et qu’ils étaient autorisés, pour gagner quelque argent, à accomplir divers travaux en territoire romain. J’ai donné ailleurs de ce document important un commentaire détaillé que je ne fais que résumer ici41. La migration évoquée par Publicola est assurément la transhumance annuelle de ces tribus nomades venues des steppes présahariennes, à la limite du grand erg oriental, transhumance qui paraît être réglée par la coutume et se dérouler pacifiquement. Contrairement à ce qu’on dit des commentateurs modernes, les Arzuges sont les habitants de la région du Jerid, donc d’un territoire romain, et non les barbares transhumants42. Mais là aussi apparaît clairement la non christianisation des peuples extérieurs au limes (même s’ils transhumaient en territoire romain) : pieux chrétien, Publicola exposait à Augustin les scrupules qu’il éprouvait à employer sur ses terres ces barbares restés fidèles au paganisme et à ses rites.

14Avec la lettre adressée par Augustin en 426 ou 427 au comte d’Afrique Boniface, on aborde l’un de ces conflits violents qui opposaient périodiquement les autorités impériales et les populations des zones romanisées aux tribus de l’ouest maurétanien.

  • 43 Les domestici (protectores domestici) étaient une troupe d’élite constituant la garde impériale ; l (...)

Augustin, lettre 220, 7, au comte d’Afrique Boniface, CSEL, 57, p. 436.
Quid autem dicam de vastatione Africae quam faciunt Afri barbari resistente nullo, dum tu talis tuis necessitatibus occuparis nec aliquid ordinas unde ista calamitas avertatur ? Quis autem crederet, quis autem timeret Bonifatio domesticorum et Africae comite in Africa constituto, cum tanto magno exercitu et potestate, qui tribunus cum paucis foederatis omnes ipsas gentes expugnando et terrendo pacaverat, nunc tamtum fuisse barbaros ausuros, tantum progressuros, tantum vastaturos, tanta rapturos, tanta loca quae plena populis fuerant, deserta facturos ? Qui non dicebant quandocumque comitivam sumeres potestatem, Afros barbaros non solum domitos, sed etiam tributarios futuros Romanae rei publicae ? Et nunc quam in contrarium versa sit spes hominum, vides nec diutus hinc tecum loquendum est, quia plus ea tu potes cogitare quam nos dicere.
“Que dirai-je alors de la dévastation de l’Afrique, accomplie par les barbares africains sans que personne de résiste, alors que toi, homme éminent, tu es accaparé par tes impérieuses nécessités, et tu n’ordonnes rien qui pourrait détourner cette calamité ? Qui aurait cru, qui aurait craint qu’alors que Boniface était établi en Afrique comme comte des domestiques43 et d’Afrique, avec une si grande armée, une si grande puissance, lui qui, quand il était tribun, avec un petit nombre de fédérés, avait pacifié ces mêmes tribus en les combattant et en les frappant de terreur, qui donc aurait cru que les barbares auraient eu tant d’audace, se seraient tant avancés, auraient tant dévasté, auraient tant pillé, auraient rendu déserts tant de lieux qui avaient été densément peuplés ? Qui ne disait pas, quand tu as assumé l’autorité comtale, que les barbares africains ne seraient pas seulement domptés, mais qu’ils deviendraient des tributaires de l’empire romain ? Et maintenant tu vois qu’a été renversée l’espérance des gens : inutile d’en parler ici plus longtemps, car tu en as toi-même encore davantage conscience que nous, nous ne pouvons le dire”.

  • 44 Sur ces événements, voir Modéran Y., 2003, p. 392-396.
  • 45 Sur la carrière de Boniface, voir PLRE, 2, Bonifatius 3, p. 237-240. Voir aussi Mandouzf. A. et ali (...)
  • 46 Sur cette insurrection et l’invasion de la Numidie par les révoltés maurétaniens, voir Salama P. 19 (...)
  • 47 Aug., Lettre 199 ; cf. supra p. 35-36.
  • 48 Une autre mention des succès initiaux de Boniface se trouve dans un fragment d’Olympiodore, Histoir (...)
  • 49 Visite évoquée dans la lettre 220 d’Augustin, § 12 (CSEL 57, p. 440), que Perler O., 1969, p. 366-3 (...)
  • 50 Aug., Lettre 93, 8, 24, CSEL.34, 2, p.469 : “Mauretania tamen Caesariensis, occidentalis quam merid (...)
  • 51 Expositio totius mundi et gentium, 60. éd. Rouge, SC 124, p. 200 : “Hommes qui inhabitant barbaroru (...)
  • 52 Sur ce limes intérieur de la Maurétanie, voir Lengrand D., 1999, p. 221-239.
  • 53 Modéran Y., 2003. p. 446, n. 5. Sur la lente émergence du nouveau sens du mot, cf. ibidem, p. 449-4 (...)

15Les graves événements auxquels Augustin fait allusion ici ne sont pas connus par d’autres documents. On peut les dater d’environ 42744. La lettre évoque en effet le conflit opposant alors Boniface, comte d’Afrique depuis 423 ou 424, à la cour de Ravenne : à la suite des intrigues du maître de la Milice Aétius, l’impératrice Galla Placidia avait ordonné la destitution et le rappel du comte d’Afrique. Boniface ayant refusé d’obtempérer, il était considéré comme rebelle. Réhabilité ensuite, il était en poste au moment de l’invasion vandale du printemps 429, à laquelle il fut incapable de s’opposer45. Accaparé par son conflit personnel avec la cour. Boniface avait négligé la situation africaine et n’avait pas réprimé l’invasion d’Afri barbari relatée ici par Augustin. Il s’agissait très probablement d’une incursion de tribus maurétaniennes ayant pénétré en Numidie, par la trouée du Hodna ou la région de Tobna (c’est ce que suppose Yves Modéran). Les conflits avec les tribus étaient récurrents en Maurétanie ; la gravité particulière des événements évoqués ici était liée au fait qu’étaient envahies des régions d’ordinaire à l’abri de ces troubles, assurément en Numidie, ce qui n’était pas arrivé depuis la grande insurrection maurétanienne des années 253-26046. L’allusion, au début du texte, aux succès antérieurs de Boniface, alors simple tribun militaire, sur des tribus qu’il avait vaincues et pacifiées, se rapporte à des événements datables vers 416-417. La lettre d’Augustin à Hésychius de Salone, datable de 4 1 847, fait allusion aux mêmes événements48. La visite que firent à Boniface Augustin et Alypius à Tubunae (Tobna) en Numidie du Sud49, près du limes, permet de penser que ces succès avaient eu pour théâtre ces confins de la Maurétanie Christian Courtois parlait de deux Afriques, en pensant à l’opposition entre les régions romanisées et les autres. L’opposition se constate d’abord entre la Maurétanie Césarienne et les autres provinces. Augustin a écrit dans une lettre que “la Maurétanie Césarienne, qui est plus proche de l’Occident que du Midi, ne veut pas même être appelée Afrique50”, ce qui suppose un sentiment identitaire maurétanien, s’opposant à l’Africa (laquelle incluait la Numidie). L’auteur de l’Expositio totius mundi, qui véhicule beaucoup d’idées reçues, affirme que "les hommes qui l’habitent [la Maurétanie] ont une vie et des mœurs de barbares, bien qu’ils soient soumis aux Romains51. Le fait que des tribus berbères étaient incluses dans les parties montagneuses de la province romaine (et surveillées par les soldats de ces limites intérieurs que révèle la Notitia Dignitatum)52, tout en gardant leurs structures et leurs genre de vie coutumier paraissait, vu de l’Est et surtout de Carthage, étranger et aberrant. Une évolution sémantique constatable aux ve et vie siècles révèle ce lien établi dans les esprits entre la Maurétanie et le monde barbare : le mot Maurus désignait tout habitant de la Maurétanie, quel que fût sa langue ou son mode de vie. Or, il allait être employé pour désigner tout Berbère non romanisé, y compris dans les provinces orientales (ainsi, à l’époque byzantine, pour désigner les envahisseurs venus des régions syrtiques, donc géographiquement à l’opposé de la Maurétanie, ou encore les Aurasiens). On peut constater que jamais Augustin n’emploie ce mot dans ce sens53.

16Un document révèle clairement cette opposition entre l’Est et l’Ouest de l’Afrique, et il manifeste même ce que j’appellerai un certain snobisme carthaginois. Il s’agit, non d’un écrit d’Augustin, mais d’une intervention de l’évêque Aurelius de Carthage au concile général d’Afrique de 397, auquel d’ailleurs Augustin participa. Étaient présents deux évêques nommés Honoratus et Urbanus, délégués de la province de Maurétanie Sitifienne, qui semblent être intervenus au nom de la Césarienne autant que de la Sitifienne. Ils demandèrent que le primat de Carthage fil une visite pastorale dans la province de Maurétanie, cette formule désignant assurément à la fois la Sitifienne et la Césarienne.

Registri ecclesiae Carthaginiensis excerpta – Concile de Carthage de 397 –, ed. C. Munier, CCI. 149, p. 189.
De visitandis provinciis
Canon LII
- Honoratus et Urbanus dixerunt : Et illud nobis mandatum est, ut quia constitutum est in concilio Hipponensi singulas debere provincias tempore concilii visitandas esse, dignemini etiam, quod hoc anno secundum ordinem distulistis, vel alio anno Mauretaniam provinciam visitare.
Aurelius episcopus dixit : Tunc de provincia Mauretaniae, propterea quod in finibus Africae posita sit, nihil statuimus, siquidem vicinae sunt barbarico. Sed praestet Deus ut ex abundanti non pollicitentes, venire possimus ad vestram provinciam. Cogitare enim debetis, fratres, quia hoc sibi et Tripolitani et Arzugitani fratres poterant exigere, si ratio pateretur.
“Honoratus et Urbanus ont dit : Nous avons été mandatés aussi pour ceci : puisqu’il a été établi au concile d’Hippone que les diverses provinces doivent être visitées au temps du concile, daignez aussi, ce que cette année, selon l’ordre du jour, vous avez différé, visiter si vous le voulez une autre année la province de Maurétanie.
L’évêque Aurelius a dit : Pour l’heure, nous ne décidons rien quant à la province de Maurétanie, car elle est située aux confins de l’Afrique, puisque ces confins sont voisins du monde barbare. Mais, sans promettre avec excès, puisse Dieu nous accorder de pouvoir venir jusqu’à votre province. En effet, frères, vous devez, penser que, si une raison se présentait, les frères Tripolitains et Arzuges pourraient exiger cela également pour eux”.

  • 54 Au môme concile de 397, les deux mêmes évêques maurétaniens demandèrent que les ordinations épiscop (...)

17La réponse d’Aurelius est une fin de non-recevoir à peine déguisée. Son style maladroit révèle l’embarras (et aussi le fait que le texte est la simple transcription de la sténographie des débats). L’évêque de Carthage n’a nulle envie de faire ce long voyage, et il exprime très clairement le lien établi dans les esprits entre la Maurétanie et le barbaricum, le monde barbare, auquel il associe d’ailleurs le pays des Arzuges et la Tripolitaine. Le primat d’Afrique semble peu se soucier de ces contrées jugées exotiques ; c’est ce que j’ai appelé le snobisme carthaginois. Son refus, à peine courtois, d’y faire une visite pastorale (refus qui a dû humilier les deux évêques maurétaniens) révèle aussi l’absence de tout projet d’évangélisation des Afri barbini, ces habitants de ce barbaricum si proche de la province maurétanienne, dont Augustin disait pourtant “qu’ils n’étaient pas étrangers à la promesse de Dieu”. C’était là une faiblesse évidente de l’Église d’Afrique, qui devait avoir, dans la suite des temps, des conséquences désastreuses pour la survie même de cette église54.

  • 55 “Registre des provinces et des cités d’Afrique”, dans Victor de Vita, Histoire de la persécution va (...)

18Pour conclure, disons que ces textes révèlent bien l’existence des deux Afriques chères à Christian Courtois, mais que bien des nuances doivent être apportées à sa vision des choses. Pour Augustin et ses contemporains, deux blocs s’opposaient. À l’Est, les provinces de Proconsulaire, de Byzacène et de Numidie constituaient la véritable Afrique romaine, l’authentique Africa (qui allait devenir l’Ifriqiia), s’étendant de la mer au Sahara. Son particularisme dans l’Empire était évident ; ainsi on pouvait considérer comme peu romanisés les paysans punicophones vivant dans leurs castella, soit des bourgs semi-autonomes ; pourtant, ils étaient intégrés dans le système commun, politique, municipal (ils relevaient d’une cité), juridique (ils ne possédaient pas de ius gentis). Il en était ainsi, on l’a vu, pour les habitants des Hautes Plaines de la Numidie, qu’Augustin s’obstinait pourtant à appeler Gétules. On ne connaît pas parmi eux de structures tribales, bien qu’il y en ait probablement existé dans le sud de la Byzacène et de la Numidie, en tout cas au sud de l’Aurès. La transposition par Courtois de la situation maurétanienne dans ces provinces de l’Est ne doit pas être retenue. En revanche, en Maurétanie Césarienne (et en Tingitane évidemment), la romanisation se limitait à des secteurs limités, entourés par un monde tribal qui lui restait étranger, ce dont Augustin et Aurelius avaient une claire conscience. L’autorité romaine ne s’exerçait que sur le Tell, et les Hautes Plaines restaient extérieures à l’Empire : le barbaricum était donc toujours proche, comme le constatait Aurelius de Carthage. On peut cependant observer que ces îlots de romanité pouvaient être solides et durables : les inscriptions révèlent l’usage du latin, le christianisme et, probablement, une structure de type municipal, à Volubilis ou à Altava jusqu’au viie siècle, au temps de la conquête arabe. La Notitia de 484 n’énumère pas moins de 123 sièges épiscopaux en Maurétanie Césarienne, et 44 pour la petite Maurétanie Sitifìenne55. Il ne faut donc pas confondre la réalité avec la vision entachée de préjugés et d’idées reçues qu’on avait à Carthage ou à Hippone d’une Maurétanie presque entièrement barbare. Il reste que les invasions “maures” du VIe siècle (dont celle de tribus syrtiques restées païennes, qui allaient se convertir à l’Islam dès le viie siècle et participer à la conquête arabe) allaient manifester que la sécurité dans laquelle avaient vécu les habitants des riches provinces de l’Est était précaire, davantage même qu’Augustin ne l’avait pensé, et que le faible souci, de la part des évêques, de la christianisation de ces peuples extérieurs avait eu de graves conséquences.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Beschaouch A., 2003, Saint Augustin et le pays de Carthage, dans Augustinus Afer. Saint Augustin, africanité et universalité, Actes du colloque d’Alger-Annaba, avril 2001, Fux P.-Y, ROESSLI J.-M.. Wermelinger O. éd„ Éditions Universitaires, Fribourg, p. 307-309.

Brown P. 1967, Vie de saint Augustin, Paris.

Camps G., I960, Massinissa ou les débuts de l’histoire, Libyca – Archéologie et épigraphie, 8, Alger.

Camps G., 1990-1992, Punica lingua et épigraphie libyque dans la Numidie d’Hippone, BCTH – Afrique, n. s. 23, p. 33-49.

Camps-Fabrer H,. 1953, L’olivier et l’huile dans l’Afrique romaine, Alger.

Courtois C., 1955, Les Vandales et l’Afrique, Paris.

Desanges J., 1962, Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique, Dakar.

Desanges J., 1980, Commentaire dans Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre V, 1-46, CUF, Paris.

Desanges J„ 1989, Arzuges, dans Encyclopédie Berbère, VI. Aix-en-Provence, p. 950-952.

Gsell St., 1920, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. I, Paris.

Gsell St., 1927, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, tome V, Paris.

Hitchner R. B., 1988 et 1989. The Kasserine Archaeological Survey, Antiquités Africaines, 24 et 26, p. 7-41 et 231-258.

Cancel S., 1991, Actes de la conférence de Carthage en 411, t. IV, SC, 373, Paris.

Lancel S., 1999, Saint Augustin, Paris.

Lengrand, D., 1999, Le limes intérieur de la Notitia Dignitatum : des barbares dans l’Empire, dans Frontières et limites géographiques de l’Afrique du Nord antique. Hommage à Pierre Salama, Lepelley C. et Dupuis X. éd., Paris, p. 221-239.

Lepelley C., 1979, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. I, Paris.

Lepelley C., 1981, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. II, Paris.

Lepelley C., 2001, Aspects de l’Afrique romaine, Bari.

Lepelley C., 2002, La diabolisation du paganisme et ses conséquences psychologiques ; les angoisses de Publicola, correspondant de saint Augustin, dans Impies et païens entre Antiquité et Moyen Âge, Mary L. et Sot M. éd., série Textes, images et monuments de l’Antiquité au haut Moyen Âge, Paris, p. 81-96.

Lepelley C., 2005, Témoignages de saint Augustin sur l’ampleur et les limites de l’usage de la langue punique dans l’Afrique de son temps, dans Identités et cultures dans l’Algérie antique, Briand-Ponsart CL. éd., Rouen, p. 117-141.

Mandouze A. et alii, 1982, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, I, Afrique, Paris.

Modéran Y., 2003, Les Maures et l’Afrique romaine (ive-viie siècle), BÉFAR 314, Rome.

Perler O., 1969, Les voyages de saint Augustin, Paris.

Salama P., 1991. Vues nouvelles sur l’insurrection maurétanienne dite de 253 : le dossier numismatique, dans L’armée et les affaires militaires. Actes du ive colloque international d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, (Strasbourg, 1988). t. II, Paris, p. 455-470.

Weber D., 2003, “For what is Monstruous as what the Punic Fellow Says ?”, dans Augustinus Afer. Saint Augustin, africanité et universalité. Actes du colloque d’Alger-Annaba, avril 2001, Fux P.-Y. Roessi.i J.-M., Wermelinger O. éd., Fribourg, p. 75-82.

Notes

1 Lepelley C, 1979 et 1981 (Cités, I et II), passim.

2 Cf. Brown P., 1967, p. 77-152 ; Lancee S., 1999, p. 91-187.

3 Courtois C., 1955, en particulier p. 65-91.

4 Conf., X. 21 : “Numquid ita ut meminit Carthaginem qui vidit ? Non : vita enim beata non videtur oculis, quia non est corpus”. Cf. Beschaouch A., 2003, p. 307.

5 Moins l’année où il fut professeur dans sa ville natale de Thagaste, entre la fin de ses études à Carthage et sa nomination comme rhéteur dans la métropole, soit probablement en 373-374.

6 Quodvultdeus, Sermo II de tempore barbarico, V, 4, CCL, 60, p. 476-477 : “Ubi est Africa, quae toto mundo fuit velul hortus deliciarum, ubi lot regiones, ubi tantae splendidissimae civitates ?”.

7 Et non à la province de Numidie, dont la frontière passait un peu à l’ouest d’Hippone. Toutefois, du point de vue ecclésiastique, la région appartenait à la Numidie, non à la Proconsulaire, la frontière entre les deux provinces ecclésiastiques correspondant à peu près à l’actuelle frontière algéro-tunisienne.

8 Cf. Perler O., 1969, principalement p. 215-283.

9 Je fais le point sur cette question linguistique dans Lepelley C., 2005.

10 Lancel S., 2003, p. 55.

11 Lettre de Maxime de Madaure, dans Aug., Lettres, 16, CSEL 34, 1, p. 37-39.

12 Lettre, 17, CSEL 34, 1, p. 41 : “Neque enim usque adeo teipsum oblivisci potuisses, ut homo Afer scribens Afris, cum simus utrique in Africa constituti, Punica nomina exagitanda existimares.... Paeniteat te certe ibi natum, ubi huius linguae cunabula recalent’’.

13 Cité dans Augustin, Contra lulianum opus imperfectum, VI, 18 (“quid enim tam prodigiale quam quod Poenus eloquitur ?”). Sur cette polémique, voir Weber D., 2003, p. 75-82.

14 Aug., Contra lulianum opus imp., VI, 18.

15 Lepeliey C., 2001, p. 415-431.

16 Camps G., 1990-1992, p. 33-49, qui constate que c’est dans la région d’Hippone que fut retrouvé le plus grand nombre des inscriptions libyques.

17 Lepelley C., 1979 (Cirés, 1), p. 46. n. 76. Mon interprétation de 1979 a été justement critiquée par Modéran Y.. 2003, p. 461.

18 Ibidem, p. 133, n. 77.

19 Infra, p. 35-36.

20 Expositio totius mundi et gentium, LX. éd. J. Rougé, SC 124. p. 200 “Quae provincia vestem et mancipia negociatur...”. Cet écrit anonyme a été rédigé vers 360.

21 Dans l’enarratio sur le psaume 149 (CCL 40. p. 2180, Augustin dit même qu’en Gétulie, on récolte 60 ou 100 épis par grain semé, alors qu’en Numidie (c’est à dire au nord des Hautes Plaines), on ne récolte que dix pour un).

22 Gsell St., 1920, p. 24.

23 Plus précisément, “presque toute l’année” (prope omne anno) : Augustin n’oublie pas la sécheresse de l’été méditerranéen.

24 Africus est un substantif, qui désigne le vent du Sud, celui qui vient d’Afrique (le siroco).

25 Le muscarium est une plante terminée par une fleur en ombelle qui pouvait servir de chasse-mouche, d’où le nom.

26 On ignore ce que signifie ce mot, qui est un hapax.

27 Auster peut signifier le Sud, et aussi le vent du Sud. Ce passage d’Habacuc est très obscur dans l’original hébreux, où on lit : “Dieu vient du Témân, et le Saint du mont Parân”, soit deux toponymes désignant des lieux du pays d’Edom, au sud de la Judée, sans nul rapport avec l’Afrique.

28 Au temps d’Augustin, certains donatistes niaient l’identité de l’évêque Donatus de Casae Nigrae et de l’éponyme de leur schisme ; cf. Mandouzr A. et alii. 1982, p. 492-303. L’emplacement de ces “Cases Noires” serait à chercher du côté du massif des Némencha (cf. Lancel S., 1991, p. 137).

29 Gsell St., 1927, p. 110.

30 Desanges J., 1962, p. 10.

31 Desanges J„ 1980, p. 342-346.

32 Camps G., I960, p. 156. G. Camps se fondait sur les témoignages de Salluste (Jugurtha, XVIII) et de Strabon (XVII). Voir les critiques de Desanges J., 1980, p. 343.

33 Hitchner R. B. 1988 et 1989.

34 Camps-Fabrer H., 1953. Voir en particulier les deux cartes h. t.

35 Il faut comprendre qu’ils gardent les cultes traditionnels de leurs divers peuples, de leurs gentes : ils sont des gentiles au sens chrétien du terme, c’est à dire des païens.

36 Voir le commentaire donné par Moderan Y.. 2003. p. 464-467.

37 Voir infra, p. 38-39.

38 Cf. Lepelley C., 2001, p. 305-317 (La préfecture de tribu dans l’Afrique du Bas-Empire). Cette publication reprend celle parue dans les Mélanges William Seston (Paris, 1974, p. 285-295), en la développant et en l’amendant substantiellement.

39 Optat de Milev, Contra Parmenianum Donatistam, III. 3, CSEL, 26, p. 74 (ecclesia est in re publica, id est imperium romanum). Comme le remarque Yves Modérait (Modéran Y.. 2003, p. 518, cf. p. 516-523), "dans cette logique, il fallait donc laisser l’Empire intégrer les barbares avant d’espérer les convertir, ce qui rendait inutile tout projet missionnaire indépendant”.

40 Parmi les lettres d’Augustt in. ep. 46, CSEL 34, 2, p. 123-129. Contrairement à ce qui a été parfois écrit, ce personnage n’était qu’un simple notable africain propriétaire foncier, et non un Valerius Publicola, membre de l’illustre gens patricienne romaine. En effet, Augustin, dans sa réponse (ep. 47) n’utilise pas le strict protocole épistolaire qu’il respecte quand il écrit à un sénateur de haut rang (cf. Lepelley C., 2002, p. 85-86).

41 Lepelley C„ 2002, p. 81-96.

42 Sur les Arzuges et l’Arzugitana, voir Desanges J.. 1989, p. 950-952 ; Modéran Y., 2003, p. 364-373. Courtois C., 1955, p. 93-95 pensait à tort que les barbares transhumants étaient Les Arzuges. On constate que durant le temps de leur séjour sur le territoire impérial, les barbares n’accomplissaient pas de travaux agricoles : ils gardaient les récoltes, ils transportaient des marchandises, ils servaient de guides à des voyageurs : ces pasteurs nomades ignoraient l’agriculture.

43 Les domestici (protectores domestici) étaient une troupe d’élite constituant la garde impériale ; le rang devint aussi une dignité accordée à des militaires servant dans les diverses unités. Le titre de comes domesticorum conférait le niveau des plus haut dignitaires du consistoire impérial : il révèle la faveur dont Boniface fut l’objet avant sa disgrâce.

44 Sur ces événements, voir Modéran Y., 2003, p. 392-396.

45 Sur la carrière de Boniface, voir PLRE, 2, Bonifatius 3, p. 237-240. Voir aussi Mandouzf. A. et alii, 1982, p. 152-155.

46 Sur cette insurrection et l’invasion de la Numidie par les révoltés maurétaniens, voir Salama P. 1991.

47 Aug., Lettre 199 ; cf. supra p. 35-36.

48 Une autre mention des succès initiaux de Boniface se trouve dans un fragment d’Olympiodore, Histoire, fr. 42 (dans Bl.ocki.ey R. C„ The Fragmentary Classicising Historians of the Later Roman Empire, II, 1983, Liverpool, p. 206-207. Cf. Modéran Y, 2003, p. 394.

49 Visite évoquée dans la lettre 220 d’Augustin, § 12 (CSEL 57, p. 440), que Perler O., 1969, p. 366-369, date de 421.

50 Aug., Lettre 93, 8, 24, CSEL.34, 2, p.469 : “Mauretania tamen Caesariensis, occidentalis quam meridianae parti vicinior, quando nec Africam se vult dici...”

51 Expositio totius mundi et gentium, 60. éd. Rouge, SC 124, p. 200 : “Hommes qui inhabitant barbarorum vitam et mores habent, tamen Romanis subditi”.

52 Sur ce limes intérieur de la Maurétanie, voir Lengrand D., 1999, p. 221-239.

53 Modéran Y., 2003. p. 446, n. 5. Sur la lente émergence du nouveau sens du mot, cf. ibidem, p. 449-434. Déjà Ammien Marcellin (Histoires, XXVI. 4. 5) nommait Mauricae gentes des populations berbères de la Tripolitaine.

54 Au môme concile de 397, les deux mêmes évêques maurétaniens demandèrent que les ordinations épiscopales fussent accomplies par douze évêques. Aurelius répondit de se limiter à l’usage traditionnel exigeant trois évêques au moins. Il ajouta qu’il était impossible de réunir tant d’évêques en Tripolitaine, ou il n’en existait que cinq, et que cette province, tout comme l’Arzugie, comptait dans sa population des barbaricae gentes (canon 49, Concilia Africae, éd. C. Munier, op. cit., p. 187-188) : c’était donc, pour un Carthaginois, une “autre Afrique”, tout comme la Maurétanie.

55 “Registre des provinces et des cités d’Afrique”, dans Victor de Vita, Histoire de la persécution vandale en Afrique, éd. S. Lancel, CUF, Paris, 2002, p. 264-271.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540