Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Céramiques antiques en Lycie (viie s. a.C. - viie s. p.C.)

 | 
Séverine Lemaître

Introduction. La Lycie dans l’histoire

Jacques Des Courtils

Texte intégral

1L’antique Lycie s’étend sur la côte méditerranéenne de la Turquie, entre les villes modernes de Fethiye et Antalya. La présence imposante des derniers prolongements occidentaux de la chaîne du Taurus lui vaut d’avoir un territoire au relief très tourmenté et une côte rocheuse peu accueillante. Quelques vallées fluviales permettent d’accéder à l’intérieur du pays : d’ouest en est ce sont les cours de l’Indos (Dalaman çay), du Xanthe (Esen çay) et de l’Arycandeus (Fenike çay). Ces vallées, orientées nord-sud, permettent, au prix d’une ascension parfois rude, d’aboutir depuis la côte au plateau d’Elmalı, en position centrale et à 1 200 m d’altitude, lui-même entouré de sommets élevés (jusqu’à 3 000 m). Les aptitudes agro-pastorales de la Lycie découlent de sa géographie. Les cultures, de type méditerranéen, s’échelonnent à partir des rares plaines côtières (les basses vallées des fleuves) jusqu’à quelques plateaux, dont celui d’Elmalı est le plus vaste, enfin dans les alpages. Les montagnes, si elles forment même aujourd’hui de redoutables obstacles aux communications, sont aussi une source de richesse, non seulement en constituant d’inépuisables réservoirs d’eau, mais aussi par la présence, déjà attestée dans l’antiquité, de superbes forêts de résineux. On notera enfin que le territoire lycien était encore, au xxe siècle, le cadre d’un mode de vie transhumant, évidemment adapté au relief et au climat, et dont le bon sens pousse à supposer qu’il était déjà pratiqué dans l’antiquité.

  • 1 On ajoutera éventuellement la baie de Kalkan, fort bien protégée mais dans laquelle on n’a pas jus (...)

2La ligne de côte de la Lycie s’étend sur une longueur d’environ deux cents kilomètres. À son extrémité ouest, le golfe de Telmessos (Fethiye) offre un mouillage extrêmement propice, mais il n’en va pas de même plus à l’est : côte rocheuse inaccessible et caps battus par les vents s’y succèdent. Seules les baies de Patara, d’Antiphellos, de Simèna et d’Andriakè offrent au marin à la fois un abri et la présence d’eau douce1. En deux points de cette côte, l’estuaire du Xanthe et celui de l’Arycandeus, les modifications géomorphologiques provoquées par les alluvions des fleuves ne permettent plus de reconnaître les conditions antiques d’accostage, mais il est tout de même probable que les bateaux anciens pouvaient y trouver refuge. Le caractère largement inhospitalier de cette côte ne l’a pas empêchée de jouer un rôle très important, évidemment dû à sa situation particulière qui en fait une clef de la Méditerranée orientale : évitant la navigation hauturière, les bateaux antiques qui se rendaient du bassin égéen vers Chypre (d’où la navigation vers l’Égypte était aisée) et la côte syro-phénicienne, longeaient cette côte. En sens inverse, les navigateurs n’avaient d’autre choix, pour revenir du Proche-Orient en mer Egée, que de longer la bordure méridionale de l’Anatolie. Tenir cette côte permettait donc de contrôler pratiquement tout le trafic entre l’Est et l’Ouest.

  • 2 Treuber 1887, bien que vieilli, reste la seule histoire complète de la Lycie antique.

3La Lycie n’occupe pas une place de premier rang dans l’histoire des mondes antiques. Cet état de fait, dû en partie à la rareté de ses occurrences dans les sources écrites ainsi qu’à la compréhension encore incomplète que nous avons des textes épigraphiques en langue lycienne, a pour conséquence de laisser encore à la recherche historique moderne un vaste champ d’investigation et de rendre particulièrement nécessaire l’approche archéologique qui peut seule tenter de combler les lacunes des sources textuelles. Aussi voudrait-on seulement ici rappeler les données principales actuellement acquises de l’histoire lycienne2 et faire apparaître a contrario les domaines où la recherche actuelle peut apporter des connaissances nouvelles, tout particulièrement – on le verra dans les communications qui suivent – la céramologie : celle-ci est en mesure de fournir quantité d’éléments à la réflexion, permettant d’éclairer d’un jour nouveau l’histoire du peuple lycien, d’analyser les relations qu’il a tissées avec le monde extérieur, de discerner le degré et les modalités de l’occupation de son territoire, enfin d’approcher les réalités de la vie quotidienne d’un peuple encore très mal connu.

4Précisons que les données archéologiques disponibles concernant la Lycie au cours des âges sont elles-mêmes encore très incomplètes : les fouilles, relativement récentes, n’ont atteint les strates les plus anciennes qu’à Xanthos et, dans une moindre mesure, dans son sanctuaire extra muros du Létôon. Les fouilles de Limyra et de Patara, en pleine activité, laissent espérer beaucoup de découvertes. De nombreux autres sites de Lycie ont, au mieux, fait jusqu’à présent l’objet de prospections, quand ils ne sont pas purement et simplement inexplorés. L’avenir devrait donc apporter beaucoup de précisions, et sans doute aussi de corrections, aux considérations qui suivent.

1. Les débuts de la Lycie historique

  • 3 Pour une synthèse sur cette question voir Bryce 1986.
  • 4 Laroche 1976.
  • 5 Poetto 1993 ; Hawkins 1995.

5Il existe un problème de l’origine du peuple des Lyciens3, mais il concerne principalement l’Âge du Bronze et reste donc en dehors des limites chronologiques de la présente table ronde. On se contentera de noter que malgré la tradition rapportée par Hérodote (1, 173), qui les fait venir de Crète à l’époque du roi Minos4, les Lyciens parlaient une langue d’origine asianique et que le nom même de leur peuple provient sans aucun doute de celui des populations de l’Ouest de l’Asie Mineure occidentale à la fin du 2e millénaire, connues sous le nom de Lukkas dans les textes hittites. Il n’est donc pas étonnant de trouver les Lyciens comme alliés des Troyens chez Homère. Des inscriptions hittites de la fin de l’âge du Bronze semblent montrer que plusieurs sites lyciens de l’époque historique sont alors déjà occupés5.

  • 6 À Patara (un exemplaire) et Xanthos (deux), mais aucune d’entre elles n’a été trouvée en contexte.
  • 7 Metzger 1972.

6Face à ces attestations scripturaires, et à part trois haches en pierre découvertes sur différents sites de Lycie6, on n’a pas retrouvé jusqu’à présent de trace de présence humaine dans cette région. Cette étrange absence d’indices archéologiques se prolonge curieusement jusqu’au viie siècle, dans l’état actuel de nos connaissances. La situation s’inverse à l’extrême fin du viiie siècle ou au début du viie siècle : les trouvailles de tessons, puis la présence de vestiges de constructions du vie siècle sur “l’acropole lycienne” de Xanthos, commencent à faire vivre les Lyciens sous nos yeux, mais cette fois sans qu’aucun texte, ou presque, ne complète les données archéologiques… Les conclusions d’H. Metzger concernant cette époque sont sans ambiguïté7 : la Lycie, du moins vue de Xanthos, apparaît comme une région aux contacts extérieurs limités, où sont attestées quelques rares importations en provenance d’Anatolie (Phrygie, Pisidie, Pamphylie), des îles grecques (Cyclades d’abord, puis Rhodes et Samos) et de Grèce de l’Est, enfin de Grèce continentale (Athènes surtout, pour ainsi dire rien de Corinthe…). L’existence d’une céramique locale n’a pas encore été mise en évidence de façon sûre pour cette période haute. En somme, l’utilisation de la céramique semble apparaître en ces lieux par importation, en provenance majoritaire du monde grec. Dans la plupart des cas, il s’agit de céramique fine et en nombre limité, dont la présence ne permet pas de déduire l’existence de relations commerciales suivies : sa présence sporadique, dans un contexte apparemment palatial est probablement de l’ordre du somptuaire et de l’ostentatoire.

  • 8 Isık 2000.

7La situation géographique de la Lycie rend normale la présence de ces céramiques : les Lyciens pouvaient facilement profiter du passage des navires le long de leur côte et de la nécessité qu’ils avaient certainement d’y faire des escales, mais il ne semble pas que leur pays ait constitué un véritable débouché commercial. Bien que bordée par un itinéraire maritime fréquenté, la Lycie apparaît donc, paradoxalement, comme une région un peu coupée du monde. Ce constat est également valable pour ses relations avec l’intérieur de l’Anatolie : la présence, récemment révélée, d’objets d’origine phrygienne dans le Nord de la Lycie8 ne suffit pas à établir l’existence de relations régulières avec la Phrygie. Ajoutons enfin que l’extension extrême du royaume lydien sous Crésus a laissé la Lycie à l’écart, selon le témoignage d’Hérodote (1.28).

  • 9 Bryce 1972. Sur les relations entre Rhodes et la Lycie, voir Bresson 1999.

8Le seul état avec lequel la Lycie a peut-être été en contact direct à cette haute époque est Rhodes, qui, d’après la Chronique de Lindos, aurait mené une campagne contre elle, à une date que T. Bryce propose de placer au début du vie siècle9. On ne sait rien de précis sur cet épisode.

  • 10 des Courtils 1995 ; Cavalier 2006.
  • 11 Metzger 1963, 15-47 ; Cavalier 2006.

9Quelques constatations archéologiques faites à Xanthos (sculpture d’ascendance néo-hittite10, installation de type palatial avec magasins de stockage11) suggèrent, au moins dans cette ville, l’existence au vie s., d’une société centralisée dont l’organisation pourrait être héritée des systèmes de l’Age du Bronze égéen et proche-oriental.

2. La Lycie classique, province de l’empire perse

  • 12 Treuber 1887.
  • 13 Synthèse récente de Keen 1998. Épigraphie : Bousquet 1992 ; Borchhardt et al. 1997-1999. Numismati (...)

10Nous sommes beaucoup mieux documentés sur l’histoire de la Lycie à partir du milieu du vie siècle, époque où elle tombe, comme le reste de l’Anatolie, au pouvoir du roi de Perse (Hdt. 1.176), dans l’orbite duquel elle restera jusqu’au passage d’Alexandre le Grand (334)12. L’histoire du pays lycien au cours de ces deux siècles est relativement bien connue, grâce à l’épigraphie et à la numismatique en particulier, mais conserve encore bien des zones d’ombre13.

11Jusqu’à la “révolte des satrapes” (362/361), la Lycie semble avoir été sous l’autorité du satrape de Sardes. Cette situation n’a pas empêché le développement de pouvoirs locaux présentant une organisation d’un type particulier : les monnayages lyciens, singulièrement nombreux et variés au cours de cette période, attestent l’existence de pouvoirs personnels s’appuyant sur des bases territoriales plus ou moins stables. On a coutume de désigner leurs détenteurs sous le nom de “dynastes”. Des dizaines d’entre eux sont connus, répartis irrégulièrement sur l’ensemble du territoire. Certains ne sont pour nous que des noms déchiffrés sur quelques spécimens de monnaies, sans que l’on sache où ils exerçaient leur pouvoir ni, a fortiori, l’étendue de celui-ci. D’autres ont laissé des monnayages abondants, frappés dans plusieurs centres, ce qui ne rend pas toujours plus facile la description de leurs possessions. La chronologie de leurs règnes, leurs liens héréditaires sont le plus souvent complètement obscurs.

  • 14 Robert 1978a ; Bousquet 1992.

12Seule la dynastie régnant à Xanthos, les Harpagides, est assez bien connue, du fait que l’on a pu reconstituer approximativement sa généalogie depuis la fin du vie jusqu’au début du ive siècle14, mais on ignore si elle est d’origine perse ou indigène. L’extension géographique de son pouvoir pose aussi problème puisque plusieurs de ses membres ont battu monnaie dans d’autres cités, proches (Telmessos) ou éloignées (Limyra). Leur domaine s’étendit peut-être aussi à certains moments aux villes de Pinara et de Sidyma. À l’époque de cette dynastie, et plus précisément dans le courant du ve siècle, la ville de Xanthos a atteint le sommet de son développement matériel et artistique, comme l’attestent encore les nombreux et imposants vestiges architecturaux et sculptés de cette période, ainsi que la qualité et l’abondance des importations de céramique attique. Chez Hérodote, Xanthiens et Lyciens sont deux mots équivalents.

  • 15 Borchhardt 1967.
  • 16 Metzger et al. 1979 ; à nuancer, pour les conclusions historiques, par Briant 1999.

13Avec la mort du dernier représentant de la dynastie harpagide, vers 380, Xanthos semble avoir perdu sa prééminence régionale au profit du dynaste de Limyra nommé Périclès, premier souverain local, semble-t-il, à avoir tenté d’unifier la totalité de la Lycie sous son pouvoir15. Après la chute de ce dernier, l’ensemble de la Lycie va tomber au pouvoir des derniers Hécatomnides et de Pixôdaros tout particulièrement, agissant comme satrapes sous la tutelle assez théorique des rois de Perse16.

  • 17 Hdt. 7.82 et 121 ; 7.98 ; Bousquet 1992.

14Ces deux siècles de sujétion à la Perse paraissent avoir été propices à la Lycie. Des pouvoirs locaux se sont épanouis, les Lyciens ont participé aux guerres médiques : on trouve en effet le Lycien Gergis, parmi les chefs de l’infanterie perse, et Cyberniscos parmi les amiraux de la flotte perse17.

  • 18 ATL, 3.1.29-30 ; 4.5.32-33 ; 9, 3.33-34.

15Toutefois, la sujétion de la Lycie à l’empire achéménide n’a pas empêché cette région d’être convoitée par les Grecs : c’est ce qui ressort en particulier de la mention des Lyciens à trois reprises dans les listes du tribut athénien18, ainsi que du passage où Thucydide (2.70) mentionne brièvement une incursion athénienne en Lycie ayant pour but d’empêcher les Péloponnésiens de bloquer les navires marchands en provenance “de Phasélis, de Phénicie et de toute cette partie du continent” (430/429). Ces deux sources semblent bien indiquer que la possession de la Lycie constituait un enjeu stratégique extrêmement important (non pas pour elle-même mais en raison de sa position géographique) et introduisent la difficile question des rapports de la Lycie avec les deux empires entre lesquels elle est “coincée”.

  • 19 Demargne & Coupel 1969 ; Savalli 1988 ; Demargne & Childs 1989.
  • 20 Bernard 1965 ; Asheri 1983 ; Herrenschmidt 1985 ; Savalli 1988.

16Faute de sources historiques plus précises, on a depuis longtemps essayé de mesurer les influences culturelles qui se sont exercées sur la Lycie au cours de la période classique. On a ainsi pu mettre en lumière une influence grecque (attique) de plus en plus forte (monnayage, sculpture, architecture, emploi de la langue grecque), qui culmine au tournant du ve et du ive siècle avec le dynaste Arbinas, souverain très hellénisé qui reçoit pour dernière demeure le monument des Néréides, manifeste d’allégeance à l’art grec19. Cependant, sous cet habillage grec, on a aussi pu discerner la présence de nombreux éléments perses20… L’utilisation de ces données est des plus difficiles : il semble en effet que la civilisation lycienne s’hellénise plus intensément dans les périodes où elle est politiquement le plus proche de la Perse, et vice-versa ! Mais loin de décourager la recherche, cette constatation invite à affiner notre connaissance des données matérielles et, en particulier, de la circulation des objets et des influences culturelles ou économiques dans et autour de la Lycie : la recherche en céramologie devrait apporter des éléments primordiaux dans ce débat…

17Nous manquons aussi de données pour apprécier le développement économique de la région. L’abondance et la qualité déjà signalées des monnayages d’argent “dynastiques” ne constitue pas un argument utilisable dans ce domaine, étant donné leur connotation plus symbolique ou militaire qu’économique. Le même constat vaut, malheureusement, pour les autres domaines de la civilisation matérielle qui devraient nous fournir quelques indices : si nous connaissons de mieux en mieux la céramique présente en Lycie au ve et au ive siècle, force est de constater qu’il s’agit, jusqu’à présent, presque uniquement de céramique fine importée, découverte dans des contextes particuliers (religieux notamment), qui n’a pas encore fourni les données nécessaires à un tableau général de la production et des échanges. Pourtant, tout porte à croire que la Lycie était riche et prospère : la proximité de la mer, le climat favorable aux cultures dans les vallées et l’abondance des forêts constituent un contexte avantageux. Les fameuses tombes lyciennes aux formes si particulières imitent des constructions en bois très élaborées, témoignant de la maîtrise technique atteinte par les artisans charpentiers. L’impression de prospérité matérielle émane également du grand nombre de villes recensées sur le territoire lycien, phénomène sans parallèle dans le reste de l’Anatolie indigène à pareille époque.

3. L’époque des dominations grecques

  • 21 Robert 1983.
  • 22 Demargne 1958, 54-55.
  • 23 Pap. Zénon, 433.
  • 24 Le réexamen actuellement en cours de la chronologie des temples du Létôon imposera peut-être de re (...)

18Le passage d’Alexandre le Grand (334) fit entrer définitivement la Lycie dans le monde grec : symptomatiquement, la langue lycienne disparaît dès lors des inscriptions au profit du grec et les caractéristiques indigènes ou orientalisantes de son art s’évanouissent définitivement. Après la mort du conquérant et une brève période de domination séleucide, la région passe, pour toute la durée du iiie siècle, sous l’autorité des Lagides. Si les modalités exactes de cette domination ne sont pas claires, sa raison d’être est évidente et inscrite dans la logique géographique : en tenant la côte sud de l’Anatolie, les Alexandrins contrôlaient tout le trafic maritime en Méditerranée orientale. Patara prend alors le nom de la reine Arsinoé, une inscription du Létôon de Xanthos atteste la présence d’un phrourarque lagide21 et une tombe de Xanthos a rendu un vase en faïence égyptienne22 : ces indices suggèrent l’importance que devait revêtir la possession de cette côte et de ses ports. On ne sait pourtant pas beaucoup de choses sur le iiie siècle en Lycie. Tout au plus peut-on penser que ses relations avec l’Égypte furent évidemment assez intenses : à l’instar de Zénon de Caunos, des Lyciens font carrière jusque dans la haute administration lagide, et l’on dispose aussi d’une modeste mention de la présence de produits lyciens sur les marchés alexandrins23. Un Ptolémaion monumental fut construit à Limyra et le sanctuaire du Létôon de Xanthos pourrait avoir connu alors une période particulièrement faste24.

  • 25 Bresson 2001.
  • 26 Bresson 1999.

19Le roi Antiochos III mit fin en 197 à la domination lagide. Les Xanthiens obtinrent peut-être de lui quelques avantages fiscaux assez courants à l’époque25. Mais sa défaite à Magnésie du Sipyle entraîna, par le droit du vainqueur romain exercé à la Paix d’Apamée (188), l’attribution de la Lycie aux Rhodiens. S’ouvre alors une période de troubles internes sur lesquels nous sommes aussi très mal renseignés26. À deux reprises les Lyciens se plaignirent devant le Sénat romain de la tutelle rhodienne. Ils obtinrent gain de cause et recouvrèrent leur indépendance en 166.

  • 27 Mais pas seulement : les fouilles des années 1990 à Xanthos ont apporté très peu de matériel d’épo (...)

20Si les événements politiques de cette période sont assez bien connus grâce à plusieurs auteurs antiques et aux sources épigraphiques, il n’en va pas de même des échanges économiques. Le retard des fouilles et des publications explique en partie cet état de fait27, ce qui confère une importance particulière à toute avancée des connaissances dans ce domaine : les études de céramique sont concernées au premier chef…

4. La confédération lycienne

21À partir de cette date et jusqu’en 48 p.C., la Lycie connaît un système politique dont l’origine est peut-être plus ancienne, mais qui, à coup sûr, profite de l’indépendance concédée par Rome pour déployer son efficacité : la confédération lycienne. Les cités lyciennes s’unissent dans un système particulier, différent du koinon grec. Son fonctionnement est étonnamment moderne, les cités étant représentées par un nombre de délégués proportionnel à leur population.

22L’histoire interne de la Lycie au cours de cette période nous échappe comme d’habitude, mais on peut faire un certain nombre de constatations :

  • l’agriculture connaît certainement une phase de prospérité particulière, attestée localement par des prospections qui ont révélé une forte densité d’installations rurales (fermes avec tours) principalement en Lycie centrale28 ;
  • la population se développe, comme le montre l’extension des nécropoles au ier siècle (Patara, mais aussi probablement Xanthos29) ;
  • les traits indigènes sont désormais complètement oblitérés (architecture, religion, onomastique).
  • 30 Festival des Rômaia Létôia célébré au Létôon de Xanthos, Robert 1978b. Le culte impérial apparaît (...)
  • 31 Marek 1995.
  • 32 Baker & Thériault 2005.

23En somme, la Lycie entre de plain-pied dans la koinè hellénistique, mais elle y garde une place un peu à part, ne jouant pas de rôle significatif dans les événements internationaux, pas plus que dans le commerce. Elle semble avoir manifesté un grand loyalisme à l’égard du pouvoir romain qui lui avait rendu son indépendance en 166. Le culte de Rome s’y introduit en effet très tôt30 et des inscriptions, à Patara31 comme à Xanthos32, indiquent que les Lyciens restèrent de fidèles alliés de Rome. Tout cela explique sans doute pourquoi la Ligue lycienne conserva aussi longtemps un statut “protégé” dans l’organisation provinciale romaine.

  • 33 App., BC, 4.10.76-80.

24C’est un peu par hasard, semble-t-il, que la Lycie eut à subir le choc de la guerre civile : au dire d’Appien, Brutus, cherchant désespérément des subsides, assiégea et réduisit en cendres la ville de Xanthos en 42 a.C.33 Jusqu’ici cet événement n’a pas connu de vérification dans les vestiges archéologiques : il y a même plus généralement un blanc dans notre documentation archéologique portant sur le ier siècle a.C. et sur le ier siècle p.C., qu’il incombera aux études en cours d’essayer de combler…

5. La période impériale

25Des troubles internes, survenus sous le règne de Claude, amenèrent la réduction de la Lycie en province (48 p.C.). La Lycie profita largement de la pax romana. De nombreux témoignages en fournissent des indices sans ambiguïté : accession de Lyciens aux plus hautes charges de l’État romain, émergence d’immenses fortunes, développement monumental des centres urbains. Comme partout en Asie Mineure au ier et au iie s. p.C., les villes se couvrent de monuments (thermes, théâtres, voies dallées…). L’activité économique, portuaire en particulier, a bénéficié de cette situation : sous Hadrien sont construits les magnifiques horrea de Patara et d’Andriakè, deux ports qui connaissent alors une prospérité éclatante, alors que de grandes cités comme Xanthos ou Limyra, moins favorablement situées par rapport à la mer, semblent un peu oubliées.

  • 34 Parmi lesquels le célèbre Opramoas de Rhodiapolis, Balland 1981, 173-224.

26Le pays eut aussi à souffrir au cours de cette période de séismes particulièrement intenses et ravageurs, notamment aux environs de 80 et de 145 p.C. Ces plaies furent rapidement pansées, grâce aux interventions massives de riches évergètes34. L’activité économique semble ensuite se maintenir à l’époque sévérienne et au-delà.

  • 35 Coulton 1986.

27Les fortifications urbaines, désaffectées depuis longtemps, sont restaurées à grand renfort de remplois vers la fin du iiie siècle : ce phénomène, attesté à Oinoanda et Xanthos, pourrait être en relation avec l’incursion des Goths aux environs de l’année 27035.

6. La période proto-byzantine et byzantine

  • 36 Foss 1994 ; Manière-Lévêque 1998.
  • 37 1995. Sur ces dernières voir les rapports de fouille d’A.-M. Manière-Lévêque dans AnatAnt. depuis

28Les troubles, mal connus, de la fin du iiie siècle laissent place à trois siècles de prospérité largement documentée par l’archéologie, dans la plupart des villes de la région36. La diffusion du christianisme suscite la construction de nombreuses églises, au moment où plusieurs villes lyciennes deviennent des sièges épiscopaux (Xanthos, Patara, Myra). Les ports restent très actifs, Myra passe au premier rang comme capitale civile et religieuse de la province, mais les petits sites de l’intérieur bénéficient aussi de ce contexte favorable. À Xanthos, des travaux d’ordre public et d’ordre privé sont entrepris : décoration des portiques de la ville au moyen de mosaïques, installation de spacieuses maisons de luxe dans le secteur dit de l’acropole lycienne37. Le même phénomène s’observe dans plusieurs autres cités.

29La Lycie profite certainement à fond, dans l’empire byzantin naissant, de sa situation géographique qui lui donne un rôle de relais maritime, a fortiori depuis que l’émergence de Constantinople a revigoré la navigation le long des côtes ouest et sud de l’Anatolie, grâce aux relations commerciales entre la nouvelle capitale et les ports du Levant. Les recherches archéologiques actuelles, et tout particulièrement celles qui portent sur les céramiques, devraient permettre de préciser les termes de ces échanges.

  • 38 Armstrong 1998.

30Le vie siècle et le viie vont modifier de façon dramatique ce tableau prometteur : la succession de violents séismes, d’une invasion sassanide, de la peste, enfin des incursions de la flotte arabe, va mettre un terme à l’âge d’or de la période protobyzantine. La Lycie ne se remettra jamais complètement de ces événements. Certes – et contrairement à ce que l’on a pu croire un temps – tous les sites urbains ne sont pas complètement abandonnés, mais ils continuent une existence recroquevillée. Les campagnes de l’intérieur, peut-être grâce à la protection de l’écran montagneux, conservent une population agricole dont on découvre actuellement les traces38.

7. Le Moyen Âge et l’époque moderne

  • 39 Sodini 1980 ; Foss 1994 ; Cavalier & des Courtils 2001.

31La période médiévale est en Lycie une époque obscure au cours de laquelle se produisent des mutations profondes, pour lesquelles notre source de documentation presque unique, encore incomplètement exploitée, est l’archéologie. Deux faits majeurs sont à retenir, qu’il appartiendra à la recherche de préciser dans leur chronologie et leurs modalités : d’une part les sites urbains de Lycie semblent connaître au xie et au xiie siècle un réveil qui, sans égaler l’éclat de jadis, marque le retour d’une société organisée et apaisée. En témoigne la reconstruction de nombreuses églises, bien que dans des proportions beaucoup plus modestes que dans les siècles antérieurs (Xanthos39, Arycanda). Les listes d’évêques suffragants continuent à mentionner les évêchés de Lycie, mais il est difficile de savoir si cela n’est pas seulement la conséquence d’une reproduction des mêmes listes à travers le temps. Quelques ports de Lycie (Patara, Phasélis) conservent une certaine activité, notamment à l’époque des Croisades, comme étapes sur la route maritime entre l’Europe méridionale et la côte palestinienne.

  • 40 Armstrong 1998.
  • 41 Fellows 1839 ; Metzger 1988.

32D’autre part, à partir du xiie siècle, commence l’infiltration des tribus turkmènes qui tirent parti des défaites successives des armées byzantines. Il s’agit de populations nomades (ou nomadisantes) qui laissent peu de traces archéologiques40. Les recherches en cours à Xanthos mettent en lumière, à partir de cette date, une fréquentation sporadique du site dans un espace urbain désorganisé. La plupart des villes de Lycie semblent définitivement abandonnées au-delà du xiiie siècle : cette partie de l’Asie Mineure se trouve désormais à l’écart des nouveaux itinéraires commerciaux et son économie semble péricliter. Pour la période suivante, la documentation historique et archéologique fait largement défaut, jusqu’à la réouverture progressive de la région, notamment aux voyageurs occidentaux qui y font escale à partir du xviiie siècle. La redécouverte et l’exploration de la Lycie à l’époque moderne seront réellement inaugurées par l’expédition de Ch. Fellows en 183841.

Bibliographie

Bibliographie

Asheri, D. (1983) : Fra Ellenismo e Iranismo : Menecrate di Xanthos e le tradizioni culturali della Licia antica, Bologne.

Armstrong, P. (1998) : “Nomadic Seldjuks in ‘Byzantine’ Lycia : New evidences”, I byzantini Mikra Asia, Athènes, 321-338.

Baker, P. et G. Thériault (2005) : “Les Lyciens, Xanthos et Rome dans la première moitié du ier s. a.C. : nouvelles inscriptions”, REG, 118, 329-366.

Balland, A. (1981) : Inscriptions d’époque impériale du Létôon, Fouilles de Xanthos VII.

Bernard, P. (1965) : “Remarques sur le décor sculpté d’un édifice de Xanthos”, Syria, 42, 261-288.

Borchhardt, J. (1967) : “Limyra : Sitz des lykischen Dynasten Perikles”, IstMitt, 17, 151-167.

Borchhardt, J., H. Eichner, M. Pesditschek et P. Ruggendorfer (1997-99) : “Archäologisch-sprachwissenschaftliches Corpus der Denkmäler mit lykischer Schrift”, Anzeiger der philosophisch-historischen Klasse, 134/2, 11-96.

Bousquet, J. (1992) : Les inscriptions du Létôon en l’honneur d’Arbinas et l’épigramme grecque de la stèle de Xanthos, Fouilles de Xanthos IX, 155-199.

Bresson, A. (1999) : “Rhodes and Lycia in Hellenistic Times”, in : Gabrielsen et al. 1999, 98-131.
— (2001) : “Dédicace des Xanthiens à Antiochos III”, in : Bresson & Descat 2001, 235-240.

Bresson, A. et R. Descat, éd. (2001) : Les cités d’Asie Mineure occidentale au iie siècle a.C., Bordeaux.

Briant, P. (1999) : “Cités et satrapes dans l’Empire achéménide : Pixôdaros et Xanthos”, CRAI, 305-340.

Bryce, T.R. (1986) : The Lycians in Literary and Epigraphic Sources, Copenhague.

Cavalier, L. (2003) : “Nouvelles tombes de Xanthos”, Anat. Ant., 11, 201-214.
— (2006) : “Observations sur l’architecture de Xanthos à l’époque archaïque”, REA, 108, 327-354.
— (2007) : “L’architecture archaïque de Xanthos”, REA, 109/1.

Cavalier, L. et J. des Courtils (2001) : “The City of Xanthos from Archaic to Byzantine Times”, in : Parrish 2001, 148-171.

Colloque Lycie (1980) : Actes du colloque sur la Lycie antique, Bibliothèque de l’institut français d’études anatoliennes d’Istanbul, 1977, Paris.

Coulton, J. (1986) : “Oenoanda : the agora”, JHS, 36, 61-90.

des Courtils, J. (1995) : “Un nouveau bas-relief archaïque de Xanthos”, RA, 337-364.
— (2001) : “Xanthos et le Lètôon au iie siècle a.C.”, in : Bresson & Descat, éd. 2001, 213-224.

Davesne, A. (2000) : “La région des portiques du Létôon de Xanthos”, CRAI, 615-631.

Demargne, P. (1958) : Les piliers funéraires, Fouilles de Xanthos I, Paris.

Demargne, P. et P. Coupel (1969) : Le Monument des Néréides, architecture, Fouilles de Xanthos III.

Demargne, P. et W.A.P. Childs (1989) : Le Monument des Néréides, le décor sculpté, Fouilles de Xanthos VIII.

Fellows, Ch. (1839) : Asia Minor, A Journal Written during an Excursion in Asia Minor, Londres.

Foss, C. (1994) : The Lycian Coast in the Byzantine Age, DOP, 1994, 1-52.

Gabrielsen, V., P. Bilde, T. Engberg-Pedersen, L. Hennestad et J. Zahle, éd. (1999) : Hellenistic Rhodes : Politics, Culture and Society, Studies in Hellenistic Civilization, 9, Aarhus.

Hawkins, J.D. (1995) : The Hieroglyphic Inscription of the Sacred Pool Complex at Hattusa (Südburg), Wiesbaden.

Herrenschmidt, C. (1985) : “Une lecture iranienne du poème de Symmachos de Pellana”, REA, 87, 125-134.

Houwink ten Cate, P.H.J. (1965) : The Luwian Population Groups of Lycia and Cilicia Aspera during the Hellenistic Period, Leiden.

Isık, F. (2000) : Die Statuetten von Tumulus D bei Elmali, Lykia 5 [2003].

Keen, A.G. (1998) : Dynastic Lycia : A Political History of the Lycians and Their Relations With Foreign Powers, c. 545-362 BC.

Konecny, A. (1997) : Hellenistische Turmgehöfte in Zentral-und Ostlykien, Wiener Forschungen zur Archäologie, 2, Vienne.

Laroche E. (1976) : “Lyciens et Termiles”, RA (Mél. P. Demargne), 15-19.

Marek, C. (1995) : “Der Lykische Bund, Rhodos, Kos und Mithradates”, Lykia, 2, 9-21.

Manière-Lévêque, A.-M. (1998) : “Les niveaux byzantins de l’agora romaine et de l’acropole lycienne”, AnatAnt, 6, 462-466.

Melchert, H.G. (2003) : The Luwians, Leiden.

Metzger, H. (1963) : L’acropole lycienne, Fouilles de Xanthos II, Paris.
— (1972) : Les céramiques archaïques et classiques de l’acropole lycienne, Fouilles de Xanthos IV, Paris.
— (1988) : “Étapes de la découverte du monde lycien et perspectives nouvelles offertes à l’étude des périodes préhellénistiques en Lycie”, REG, 101, 3-19.

Metzger, H., E. Laroche, A. Dupont-Sommer et M. Mayrhoffer (1979) : La stèle trilingue du Létôon, Fouilles de Xanthos VI, Paris.

Morkholm, O. et J. Zahle (1972) : “The Coinage of Kuprlli – A numismatic and archaeological study”, ActaArch. 43, 57-113.
— (1976) : “The Coinage of the Lycian Dynasts Kheriga, Kherei and Erbbina – A numismatic and archaeological dtudy”, ActaArch., 47, 47-90.

Parrish, D., éd. (2001) : Urbanism in Western Asia Minor, JRA Suppl. 45.

Poetto, M. (1993) : L’iscrizione luvio-geroglifica di Yalburt, Pavie.

Robert, L. (1978a) : “Les conquêtes d’Arbinas”, Journal des Savants.
— (1978b) : “Catalogue agonistique des Rhômaia de Xanthos”, RA, 277-290.

Robert, J. et L. (1983) : Fouilles d’Amyzon en Carie, 1, 124-127.

Savalli, I. (1988) : “L’idéologie dynastique des poèmes grecs de Xanthos”, AntCl., 57, 103-123.

Sodini, J.-P. (1980) : “Une iconostase byzantine à Xanthos”, in : Colloque Lycie, 118-148.

Treuber, O. (1887) : Geschichte der Lykier.

Zimmermann, M. (1992) : “Die lykischen Häfen und die Handelswege im östlischen Mittelmeer”, ZPE 92, 201-217.
— (1993) : “Bemerkungen zur rhodischer Vorherrschaft in Lykien”, Klio, 75.

Notes

1 On ajoutera éventuellement la baie de Kalkan, fort bien protégée mais dans laquelle on n’a pas jusqu’ici repéré de trace de fréquentation antique. Voir Zimmermann 1992.

2 Treuber 1887, bien que vieilli, reste la seule histoire complète de la Lycie antique.

3 Pour une synthèse sur cette question voir Bryce 1986.

4 Laroche 1976.

5 Poetto 1993 ; Hawkins 1995.

6 À Patara (un exemplaire) et Xanthos (deux), mais aucune d’entre elles n’a été trouvée en contexte.

7 Metzger 1972.

8 Isık 2000.

9 Bryce 1972. Sur les relations entre Rhodes et la Lycie, voir Bresson 1999.

10 des Courtils 1995 ; Cavalier 2006.

11 Metzger 1963, 15-47 ; Cavalier 2006.

12 Treuber 1887.

13 Synthèse récente de Keen 1998. Épigraphie : Bousquet 1992 ; Borchhardt et al. 1997-1999. Numismatique : Morkholm & Zahle 1972 et 1976.

14 Robert 1978a ; Bousquet 1992.

15 Borchhardt 1967.

16 Metzger et al. 1979 ; à nuancer, pour les conclusions historiques, par Briant 1999.

17 Hdt. 7.82 et 121 ; 7.98 ; Bousquet 1992.

18 ATL, 3.1.29-30 ; 4.5.32-33 ; 9, 3.33-34.

19 Demargne & Coupel 1969 ; Savalli 1988 ; Demargne & Childs 1989.

20 Bernard 1965 ; Asheri 1983 ; Herrenschmidt 1985 ; Savalli 1988.

21 Robert 1983.

22 Demargne 1958, 54-55.

23 Pap. Zénon, 433.

24 Le réexamen actuellement en cours de la chronologie des temples du Létôon imposera peut-être de remonter cette période de prospérité au iiie siècle, comme le propose déjà Davesne 2000, au lieu du iie s. a.C., des Courtils 2001.

25 Bresson 2001.

26 Bresson 1999.

27 Mais pas seulement : les fouilles des années 1990 à Xanthos ont apporté très peu de matériel d’époque hellénistique, voir Cavalier & des Courtils 2001.

28 Voir en particulier Konecny 1997, avec bibliographie des prospections de l’équipe de Tübingen dans la région de Kyaneai.

29 Cavalier 2003.

30 Festival des Rômaia Létôia célébré au Létôon de Xanthos, Robert 1978b. Le culte impérial apparaît aussi de façon très précoce dans ce sanctuaire, voir Balland 1981.

31 Marek 1995.

32 Baker & Thériault 2005.

33 App., BC, 4.10.76-80.

34 Parmi lesquels le célèbre Opramoas de Rhodiapolis, Balland 1981, 173-224.

35 Coulton 1986.

36 Foss 1994 ; Manière-Lévêque 1998.

37 1995. Sur ces dernières voir les rapports de fouille d’A.-M. Manière-Lévêque dans AnatAnt. depuis

38 Armstrong 1998.

39 Sodini 1980 ; Foss 1994 ; Cavalier & des Courtils 2001.

40 Armstrong 1998.

41 Fellows 1839 ; Metzger 1988.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540