Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Céramiques antiques en Lycie (viie s. a.C. - viie s. p.C.)

 | 
Séverine Lemaître

Avant-propos

Sèverine Lemaître

Texte intégral

1Cet ouvrage reproduit les actes d’une table-ronde organisée à l’UFR Sciences humaines et arts de l’Université de Poitiers les 21 et 22 mars 2003. La manifestation, intitulée Les produits et les marchés. Céramiques antiques en Lycie (viie s. a.C. - viie s. p.C.) fut l’occasion de réunir une quinzaine de chercheurs, de nationalités différentes, étudiant le mobilier en terre cuite découvert en Lycie. L’idée de regrouper pour la première fois, en un même lieu les personnes qui travaillent sur les sites lyciens est née du besoin impérieux de comparer et d’échanger nos informations et nos connaissances sur les céramiques antiques de la région.

2Localisée sur la côte sud anatolienne, cette partie du monde antique est caractérisée par un relief accidenté, en contact brutal avec la mer et qui n’offre que peu de zones propices au mouillage des navires. Elle a pourtant été densément occupée par les hommes au cours de son histoire, développant une identité culturelle forte, tout en établissant des contacts précoces avec le monde grec. Les sites archéologiques, dont il sera question dans les pages qui suivent appartiennent à la zone littorale, depuis le sanctuaire du Létôon à l’ouest, jusqu’à Limyra à la limite orientale de la région, en passant par Xanthos et Patara.

3Si la recherche archéologique lycienne s’est d’abord tournée vers l’architecture, la sculpture ou l’épigraphie, aujourd’hui, de jeunes chercheurs ont engagé des études sur le mobilier céramique, dont l’abord peut parfois paraître ingrat, mais qui n’en constitue pas moins un marqueur culturel désormais incontournable si l’on veut approcher le quotidien des habitants de la Lycie antique. Artisanat, commerce, pratiques cultuelles, habitudes alimentaires sont autant de domaines que les céramiques permettent en effet d’aborder.

4Qu’il me soit permis de remercier ici les différents auteurs pour leur participation à la table-ronde et leur engagement dans la publication des actes, ainsi que pour leur patience. Cette rencontre et l’ouvrage qui en découle n’auraient pu voir le jour sans l’accueil de l’Université de Poitiers et le soutien de l’équipe IPPER (Identités et phénomènes inter-culturels dans les provinces de l’Empire romain), aujourd’hui HeRMA, EA 3811 et sa directrice P. Ballet.

5Ma gratitude va également à J. des Courtils, directeur de la Mission archéologique française de Xanthos-Létôon, qui a encouragé, depuis une dizaine d’années, le développement des études céramologiques sur les deux sites.

6Si nous sommes encore loin d’une synthèse régionale, cet ouvrage offre un premier aperçu des produits céramiques circulant en Lycie dans l’Antiquité et permet de dégager les pistes de la recherche future.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540