Version classiqueVersion mobile

Topographie religieuse de Thugga (Dougga)

 | 
Sophie Saint-Amans

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Martin 1983, 9.
  • 2 Coarelli & Thébert 1988, 818.

1Au moment de la création de l'Africa Noua et de l'installation du pagus augustéen, il est évident que Thugga constituait une communauté politiquement organisée et culturellement élaborée depuis au moins deux siècles. Dès le iie siècle a.C. au moins, elle possédait des institutions politiques qui lui conféraient une certaine autonomie municipale. Elle s'était dotée d'un équipement monumental qui ornait son espace public et, bien que l'on en ignore l'ampleur et la distribution, son existence même révèle que les Thuggenses avaient déjà conscience d’une solidarité sociale et politique car “les exigences du développement communautaire impliquent un espace lui-même communautaire, propriété de la communauté et destiné à répondre aux besoins de la communauté, ayant elle-même les moyens de réserver et d’organiser cet espace”1. En outre, le fond numide religieux encore présent dans les thèmes astrolâtriques du mausolée était déjà fortement imprégné de la culture gréco-punique dont l’empreinte se manifeste également dans l’architecture de ce même monument. L’apparition à peu près simultanée de ces influences orientales en divers points du Maghreb marque l'accès de la Numidie à la modernité et son rattachement culturel au reste du bassin Méditerranéen, révélant “la maturation de ces contrées, l'émergence de monarchies de type hellénistique et l'entrée dans l'histoire, de façon active, de régions jusque-là perdues dans les brumes de la protohistoire”2. On voit que Thugga y a pleinement pris part. Enfin, le contexte historique avait mis en contact les autochtones et la civilisation romaine un siècle avant l’intégration de la ville à l'Empire : la voie de la romanisation était donc largement préparée pour progresser rapidement et ce d’autant plus facilement que les Thuggenses avaient déjà fait la démonstration de leur capacité à assimiler et à reproduire de nouveaux concepts culturels en les interprétant. Le degré avancé d’élaboration politique et culturelle de la cité, autant que son appartenance à un royaume allié de Rome, firent qu’elle fut annexée dans des conditions favorables et que l’on note plus de continuités que de ruptures dans son développement à l’époque romaine. L’occupation physique du territoire par une population allogène eut toutefois plusieurs conséquences sur la topographie de la cité et sur celle de ces monuments religieux en particulier.

  • 3 L. Poinssot 1919, 170-176.

2La première fut l'annexion de la place numide. Comme l’avait pressenti L. Poinssot3, la cohabitation des deux communautés se posait bien et sans ambiguïté en termes de partage de l’espace, non seulement rural, mais aussi urbain. Il faut pourtant nuancer les conclusions excessives de l’auteur car les colons n'ont pas construit une ville nouvelle à l'écart de la population africaine, mais, comme cela avait déjà été souligné, on constate bien une continuité de l’occupation du même site urbain depuis la période numide jusqu'à la fin de l’époque romaine. En revanche, l'épigraphie établit une distinction très claire dans les statuts juridiques des deux communautés et dans la gestion et l’aménagement de leurs espaces publics respectifs.

  • 4 Christol 1991,622.

3La communauté allogène des citoyens de Carthage avait accaparé la place publique numide sur laquelle elle établit son forum, et son autorité s'étendait jusqu'à la place du marché. A Thugga comme dans de nombreuses cités augustéennes, l’expression d'une nouvelle autorité politique se manifesta dans la rénovation du cadre urbain et en particulier de son équipement religieux qui constitue l’essentiel de sa parure publique : le forum fut romanisé dès les années 30/45 p.C. par la construction de portes monumentales, les arcs de Tibère et de Caligula, et de nouveaux temples publics, ceux de Tibère et de Saturne ; on y installa, en outre, un autel d’Auguste. Cependant, malgré ces signes évidents de domination, les pagani ne pouvaient disposer de cet espace sans l'assentiment de la colonie qui gardait le contrôle du centre politique et commerçant : le pagus, simple extension territoriale de Carthage au milieu d’un territoire indigène était soumis au droit de la colonie et jouissait de ses privilèges, en particulier de l’immunité fiscale des terres agricoles que possédaient ses membres ; mais de ce fait, il ne possédait ni institutions, ni organe exécutif propres. Au ier siècle, la présence des magistrats carthaginois dans toutes les dédicaces des monuments du forum reflète “le contrôle étroit que pouvait exercer sur le pagus le chef-lieu de la colonie, point central et dominant”4.

4Durant toute cette période, cette sujétion permit à Rome d'exprimer la rhétorique impériale qui caractérise la plupart des villes aménagées sous Auguste et qui fut diffusée par le biais de la religion : le culte de l’empereur était au cœur du panthéon public et on l’honorait dans un temple dont on peut certainement supposer, bien que ses vestiges ne soient pas reconnus, qu’il occupait une position dominante au centre de la ville. Sur le forum, malgré la rupture évidente que marque le changement d’autorité, la permanence de certains éléments assure une réelle continuité entre les deux civilisations. Il apparaît en particulier que la rapide assimilation du culte impérial par l’élite locale a été favorisée par l’existence d’un culte funéraire qui s’adressait à Massinissa, comme à une personnalité divinisée, peut-être divine. Les Carthaginois choisirent probablement l'emplacement du temple de Tibère en fonction de celui du maqdès dédié au roi numide et tous deux ont pu occuper le portique oriental du forum sans que l’on puisse toutefois préciser leur relation architecturale exacte ; rappelons seulement la superposition de ce côté, de deux structures dont la plus ancienne est hellénistique et la seconde, d’époque romaine. Sous le règne de Claude, c’est la Cérès qui protégeait Carthage qui fut introduite à Thugga par un chevalier du pagus et ce culte renforçait les liens entre la cité et la capitale de la Proconsulaire. Rome posait ainsi solidement sur le forum les fondements de la religion qui s'affirma aux siècles suivants : une religion romaine, municipale et loyaliste où le prince était omniprésent. Mais s'il nous semble incontestable que cet espace était soumis à la seule autorité de Carthage, cela ne signifie pas pour autant qu'il ait accueilli exclusivement les dieux et leurs fidèles arrivés à partir du ier siècle a.C.

  • 5 Gros 1996, 207.

5Dans aucune ville africaine, le forum ne peut se définir en termes formels et ni ses structures architecturales, ni sa planimétrie n’apparaissent directement conditionnées par des critères immuables. En revanche, il représentait partout dans l’Empire “le lieu où se concentrent tous les signes de la dignité municipale et autour duquel les générations successives, quel que soit leur statut juridique, acquièrent ou entretiennent la conscience d'appartenir à une communauté”5. Des éléments suffisamment attractifs et fédérateurs devaient en faire le point de ralliement des différentes classes d’habitants et il fallait que chacun ait eu conscience d'y être chez soi, d’y entretenir et d’y gérer un patrimoine commun. Ceci était indispensable pour qu’à l’état de domination politique et administrative se substitue une adhésion sincère, à la fois collective et individuelle, de la population locale au modèle civique et religieux proposé par Rome, seule garantie efficace à long terme du succès d’une politique de colonisation. En particulier, il fallait éviter qu’en déniant toute place et représentation à l'élite locale dans son ancien centre public, l'annexion de ce dernier ne fut source de frustrations et de tensions car, après tout, sous le règne de Claude, le temps n’était pas éloigne où les ancêtres des autochtones qui se trouvaient alors sous domination romaine en disposaient encore à leur guise. C'est pourquoi, non seulement Saturne y reçut une place officielle dès 36/37, ce qui était aussi un acte très ostentatoire de conciliation des nouveaux arrivants envers le grand dieu poliade, mais dès 54, l'élite de la ciuitas, en contact depuis plus d'un siècle avec la culture romaine et indéniablement en attente de ces changements, y finança l’érection d’une base dédiée à Auguste divinisé et à Claude régnant.

  • 6 Jacques 1984, xi.

6Au moment de la création du pagus, la ciuitas avait, pense-t-on, reçu une constitution pérégrine et son indépendance fut donc partiellement préservée par la conservation bien réelle de ses institutions municipales. Ainsi, si les pagani bénéficiaient, grâce à leur immunité fiscale et à leur citoyenneté carthaginoise, d'une supériorité de prestige évidente, ils étaient privés de l’autonomie de fait dont jouissaient les Thuggenses à l'échelle de leur cité ; autonomie qui restait naturellement définie en fonction de Rome, caput mundi, sedes imperii6 et dont les limites étaient fixées, non par les décurions de Carthage, comme pour le pagus, mais par le gouverneur de la province, comme pour les autres ciuitates de la province.

7La ciuitas conserva également la gestion d'un espace urbain qui lui appartenait en propre et qui englobait, sinon toute la ville à l’exception du quartier central, du moins une grande partie de celle-ci : à la périphérie septentrionale de la cité, le sanctuaire de Ba’al-Saturne, seul lieu de culte pour lequel une occupation continue soit formellement attestée depuis le iie siècle a.C., demeura sous sa coupe. Peut-être en fut-il de même pour le temple de Tellus et celui présumé d’Esculape. On suppose qu'ils existaient aussi avant la conquête et les inscriptions révèlent justement que, parmi les monuments que la ciuitas fit élever ou que des évergètes firent édifier à son profit, deux se trouvent à proximité de ces deux sanctuaires, dans les quartiers urbains qui bordent le forum au sud : le premier est encore un temple, celui de Minerve I à l’est, l’autre est le nymphée de l’aqueduc d’Aïn el Hammam, à l’ouest. Il n’est cependant pas possible de déterminer si l’autorité des suffètes, puis des décurions de la ciuitas, s’étendait sur toute cette zone urbaine ou si elle ne concernait que quelques monuments précis. On peut en tout cas raisonnablement envisager que la communauté pérégrine conserva la gestion de ses propres temples publics élevés hors du centre monumental.

  • 7 Le Glay 1966a, 237.
  • 8 Hiérarchie nettement signifiée sur une stèle des environs de Tebessa où le couple Pluton-Proserpin (...)
  • 9 Comme l'atteste une dédicace de Carthage au deus barbarus Siluanus et à Jupiter Hammon, autre inte (...)
  • 10 Le Glay 1966a, 245 ; id. 1970, 129 ; id. 1975, 127.

8Au ier siècle, nous avons constaté que la religion ancestrale, loin d’être effacée des croyances avec l’introduction des cultes de Rome, continua d’attirer une nombreuse population de fidèles pérégrins, mais aussi citoyens en prenant les formes variées de l' interpretatio Romana, et des dieux qui ne firent pas l'objet des mêmes faveurs officielles que Saturne dans l' aedes du forum n'en suscitèrent pas moins une fervente piété populaire. Le succès de Pluton, identifié au génie de la cité, et de Mercure Siluius, protecteur des champs et des confins, n'est pas fortuit car ils faisaient tous deux partie du cycle de Ba’al-Saturne, le dieu poliade officiellement reconnu par la métropole romaine. Dans toute la province, les communautés indigènes leur attribuèrent volontiers une place de choix dans leur panthéon rénové, parmi les assesseurs du dieu suprême. Leur théologie s'y prêtait, qui “attribuait à une divinité universelle une puissance supérieure qui pouvait se manifester par le canal de divinités subordonnées”7. Leur appartenance au domaine souterrain fut à la source de la collusion de Saturne et de Pluton, mais le premier qui était aussi ouranien avait toujours la prééminence sur le second8 ; cette hiérarchie se traduirait ici par la subordination de Pluton, honoré sous la forme inférieure d'un génie des quartiers urbains, au grand dieu dont la protection s’étendait à toute la cité. Des affinités fonctionnelles semblables associaient Siluanus à Saturne, le nom latin du premier étant venu recouvrir l'identité d'une vieille divinité protectrice des arbres9 Mais comme Pluton, il demeurait subordonné au premier des dieux10. On note que ces trois cultes couvraient la totalité du territoire urbain et rural et que trois divinités d’origine libyque et/ou gréco-punique, diversement interprétées et en tout cas, profondément romanisées, protégeaient la cité de son centre à ses limites. Au ier siècle, la démonstration la plus éloquente de l’assimilation religieuse de la ciuitas est fournie par deux dédicaces publiques à plusieurs dieux civiques, collectivement romanisés par l’épithète Auguste et dont l'une fut exécutée par un sufète. Ces divinités convoquées ensemble à protéger, non seulement la prospérité matérielle, mais aussi l’harmonie politique et sociale de la cité, constituèrent la première des communautés divines romano-africaines de Thugga.

9En écho à l'adoption des cultes romains par la population locale et à la romanisation de ses propres cultes, on constate que les dévotions aux cultes locaux ne se cantonnèrent pas aux milieux pérégrins. C'est ce que montre l’ex-voto adressé à Saturne dans son sanctuaire du nord par un certain C. Iulius dès le début du ier siècle. L’harmonie religieuse s’établit donc rapidement et, une fois ses fondements jetés et adoptés comme principes de cohésion sociale, on voit qu’elle mena progressivement à la romanisation culturelle et juridique des individus d’abord, puis de la cité, par un processus de promotions successives qui aboutirent finalement à la création du municipe en 205. Ses étapes trouvèrent une expression directe dans les transformations du panthéon et dans l’organisation de l’espace religieux tout au long du iie siècle.

10Dès la fin du siècle précédent, les statuts juridiques du pagus et de la ciuitas s'égalisèrent partiellement avec l'obtention, pour chaque communauté, de son propre ordo decurionum, selon des modalités d'ailleurs mal définies et mal datées. Au début du iie siècle, on constate l'émergence d'une nouvelle classe dominante, constituée par une élite de pérégrins devenus au fil des générations de nouveaux pagani, parfois même admis parmi les citoyens de Carthage, ou convoitant cette dignité pour eux-mêmes ou leurs enfants. Ce n'était pas seulement l’attrait d’une position sociale enviable qui motivait 1'aemulatio municipalis dont ils firent la preuve à tant de frais ; il s’agissait aussi d’acquérir avec ce statut le privilège d'immunité pour leurs terres et cet enjeu fut omniprésent dans l'évolution des rapports sociaux dans la cité pendant les deux premiers siècles de l’Empire.

11C’est dans les mains de cette minorité qui s’était montrée culturellement et financièrement capable d'intégrer le pagus que retourna la gestion du centre public dès le règne d'Antonin, avec la construction de son triple portique par un tribule de la Quirina. Preuve de l’efficacité du modèle proposé par Carthage et des moyens qu’elle employa à le mettre en œuvre au ier siècle, le forum devint alors réellement un espace de réunion pour une population désormais totalement romanisée, sans avoir jamais eu, cependant, à renier les fondements les plus anciens de sa culture. C’est ce dont témoignent les aménagements architecturaux qu'y pratiquèrent les nouveaux pagani. Malgré sa singularité formelle, l’ensemble public tel qu'ils le conçurent répond pleinement aux prescriptions de Vitruve puisque le capitole y occupe une position centrale et dominante et que le temple de Mercure s'y trouve en relation avec le marché. L’adhésion spontanée à un modèle qui n’était plus imposé de l'extérieur est encore une démonstration éloquente de l’assimilation culturelle de ces personnages. Pour autant, ils ne se rallièrent pas sans concession à une tradition purement romaine. Au moment où la fusion juridique s’annonçait par la multiplication des dédicaces officielles des décurions du pagus et de la ciuitas ensemble, puis de l'uterque ordo, l'organisation religieuse du sol public offrit une forme d'expression à cette classe de parvenus façonnés par deux cultures auxquelles ils se montrèrent également attachés. A une trentaine d’années d’écart, les Marcii et les Pacuuii firent ériger côte à côte un temple italique et un temple dit africain, issus chacun d'une longue tradition architecturale propre à chaque communauté. Rien de plus loyaliste et municipal que le culte capitolin qu’abritait le premier, d’autant plus qu'il y était associé au culte impérial. Edifié à l’occasion d'une avancée des statuts municipaux du pagus qui le déliaient en partie de la tutelle de Carthage, le capitole célébrait le rapprochement des deux entités politiques de la cité. Dans le second temple, on a noté les nombreux éléments romanisants de l’architecture et l'on ne peut douter que la divinité principale en fut Mercure romain, honoré comme protecteur des marchands. Mais, bien qu’elles lui fussent subordonnées, il ne faut pas négliger que l’on y vénérait aussi deux de ses hypostases dont on est assuré, au moins pour l’une, qu’elle interprétait la personnalité d’un dieu préromain. Le forum lui-même était donc un lieu profondément syncrétiste où s’exprimaient toutes les influences religieuses et architecturales qui fondaient l’identité de la cité.

12Ce même syncrétisme empreint aussi les quartiers urbains. La vie religieuse y apparaît dense et très diversifiée puisqu'on n'y dénombre pas moins de dix temples et deux chapelles, mais on ne peut, pour la très grande majorité, les rattacher à l’une ou l’autre des communautés. Les dieux locaux et les dieux romains se partagèrent cet espace à égalité alors qu'à sa périphérie, les sanctuaires furent surtout édifiés pour les premiers. Les abstractions divinisées qui connurent un succès exceptionnel à Thugga  : Fortuna, Pietas, Victoria et Concordia, y côtoyaient des dieux interprétés, toujours profondément romanisés par une épithète romaine et par les cadres de l’épigraphie latine, Neptune, Frugifer, Esculape et peut-être Tellus. L’interpretatio Romana prit à Thugga des formes variées, de la plus complexe, celle qui dans les templa Concordiae groupait deux couples divins, l’un romain, l'autre d’origine africaine, autour d'un dieu issu de ces deux cultures et qu’ils secondaient dans ses fonctions spécifiques, à la plus simple, l’assimilation d’un dieu indigène à un dieu romain, plus ou moins justifiée par la communauté de certains attributs et prérogatives : ce fut le cas de Neptune ou d’Esculape par exemple. Dans la plupart de ces temples, qu’ils aient été de modèle italique ou africain, dédiés aux anciens ou aux nouveaux dieux, ou encore à des communautés divines mixtes, les cultes avaient une profonde dimension civique que mettaient en évidence, à la fois la participation presque systématique de responsables municipaux intervenant dans leur mise en place : décurions et curateurs veillant à l’érection de temples promis par des flamines, et les nombreuses manifestations collectives que leur dédicace et ses anniversaires occasionnaient, réunissant l'uniuersus populus, au-delà de toute distinction juridique, autour de jeux et de banquets communs. Tous avaient pour fonction de renforcer le sentiment d’appartenir à une même communauté.

13Il est remarquable que cinq des temples de Thugga aient été édifiés solo priuato ou solo suo. Ceci invite à souligner deux points : d’une part, dans les quartiers urbains comme à leur périphérie, la topographie religieuse de la cité a partiellement dépendu du hasard de la répartition des propriétés des plus riches évergètes ; ce fait révèle d’autre part l'implication de ces mêmes personnages dans la réalisation de leur cadre religieux, disposés à pétrifier une partie de leur patrimoine pour l’enrichir. Ces familles favorisaient ainsi la proximité entre les divinités et les hommes qui habitaient et vivaient quotidiennement au milieu des temples. Leur participation directe et volontaire au processus de romanisation religieuse illustre bien le fondement populaire du profond syncrétisme dont ils se firent les représentants et les promoteurs. On voit qu’ils ne se contentèrent pas d’assimiler les divinités romaines en les interprétant, mais qu’ils firent de même avec les modèles d’architecture religieuse et n’affectèrent jamais un plan précis à un monument en fonction de l’origine des dieux, faisant preuve, comme leurs ancêtres numides, d’une grande souplesse et d'une grande inventivité dans l’élaboration de leurs propres références culturelles.

  • 11 On peut penser en particulier à celui de Caelestis. Son culte, comme celui de Cybèle dont elle éta (...)

14Tous les éléments que nous percevons de la vie religieuse et municipale de Thugga aux Ier et iie siècles illustrent donc les prémisses d’une fusion juridique que l’assimilation culturelle des Thuggenses et de leurs descendants rendait de plus en plus pressante, même si les négociations sur ses conditions fiscales la retardèrent longtemps. En 205, les empereurs la reconnurent et l’entérinèrent par la création d'un municipium liberum. Dès lors, les communautés divines comme les communautés humaines fusionnèrent et il n’y eut plus qu’un panthéon et un sol public que le nouveau municipe eut toute latitude d’aménager à sa guise. Comme les pagani et les Thuggenses avaient adhéré aux mêmes références religieuses pendant deux siècles, il n’y avait pas de raison pour que la transformation juridique changeât les caractéristiques du panthéon officiel. Toute l’évolution religieuse de Thugga suit un développement continu du ier au iiie siècle et les nouveaux cultes régulièrement introduits pour régénérer le panthéon, loin d’en modifier l’organisation, venaient au contraire en renforcer les principes établis depuis l'origine de la cité romaine. Sous les Sévères, la bourgeoisie d’origine locale, sentant sa position sociale désormais solidement confortée, réserva une place d’honneur aux deux grandes divinités africaines, Saturne et Caelestis, sans craindre que cela puisse être interprété comme un phénomène de résistance à la romanisation ; pas plus d’ailleurs que la conservation d’un plan africain lors de la restauration du temple de Tellus en 261, l’année même de l’élévation de Thugga au rang de colonie. En 265, la construction sur le forum d’un portique abritant les statues de dix empereurs divinisés, érigé en relation directe avec la promotion coloniale, montre la persistance des valeurs religieuses adoptées dès le début du ier siècle : la référence encore au fondateur de la cité romaine et aux promoteurs de son évolution vers son nouveau statut. Il apparaît que, la crise du iiie siècle ayant relativement épargné la province, la parure religieuse de Thugga brillait encore sous le règne de Gallien et que la cité et les citoyens s’attachèrent à la maintenir en état encore sous les Tétrarques. A cette époque, en particulier avec la restauration du temple du Genius Patriae, s'affirmait à nouveau la dimension civique de la religion de Thugga qui, en des temps difficiles, réunissait toujours les habitants dans l’idéal municipal. Depuis 205, il n’y avait plus lieu de distinguer deux entités politiques à Thugga ; à partir de 212, ce fut l’inégalité entre citoyens et pérégrins qui disparut partout dans l’Empire. Il est clair que le même phénomène se développa dans le domaine religieux et que la population ne considérait plus l’origine africaine ou romaine d’un dieu, qu’il soit installé depuis 50 ou 200 ans dans la cité. Les Gabinii propriétaires de la maison de Vénus se sentaient certainement aussi bien concernés par le culte impérial que par celui d’un vieux dieu poliade de la ciuitas, Esculape, tous deux honorés de part et d’autre de leur demeure. En même temps, citoyens d’origine locale convaincus comme leurs ancêtres par le système municipal proposé en modèle, ils devaient aussi bien sacrifier au capitole que dans les grands temples périurbains de leurs anciennes divinités depuis longtemps romanisées. Pour peu qu’ils aient vécu d’une production agricole destinée à la vente, ils devaient également invoquer les faveurs de Tellus, Neptune, Frugifer et Mercure ; enfin, s’ils cherchaient à satisfaire des aspirations plus spirituelles, ils pouvaient s’initier aux mystères de Liber Pater, et probablement à ceux d’autres divinités vénérées dans d’autres sanctuaires aux vastes cours closes11.

15Sous Dioclétien, plusieurs faits attestent que Thugga se plaçait encore à un rang honorable parmi les cités qui avaient conservé une vie religieuse active ; sa totale disparition après la Tétrarchie n’en paraît que plus surprenante, puisqu’en l’état des découvertes, aucun témoignage d’un acte religieux ne peut être daté après 305, pas même lors des renouveaux de prospérité que connut l’Afrique sous Julien et Valentinien. C’est un silence que l’on ne peut expliquer ni par l’emprise du christianisme dont les traces paraissent plus que modestes, ni par l’abandon total du cadre municipal puisque les derniers monuments civiques y furent restaurés à la fin du ive siècle, parfois en acquittement d’honneurs municipaux.

16Nul doute que les nombreux programmes de recherche en cours sur le site, consacrés à des domaines d'investigation aussi divers que la topographie, l’architecture ou l’étude du décor architectonique et de la sculpture, permettront de préciser et de compléter les résultats de cette étude, en particulier pour mieux définir les limites et le devenir de la ville numide au début du ier siècle et pour préciser les rythmes et les modalités de l’acculturation de ses habitants. On voit finalement que la topographie religieuse de Thugga n'a que peu dépendu de critères conventionnels : son centre public était aménagé pour exprimer les mêmes références indispensables au pouvoir et à la religion de Rome que celui de nombre de ses consœurs dans l’Empire. Comme dans bien d'autres cités africaines également, la romanisation de la vie religieuse, culturelle, juridique et municipale n'avait pas entraîné l'abandon du lieu de culte du vieux dieu poliade que ses habitants continuèrent de vénérer sous le nom de Saturne. Mais ce sont surtout les conditions du développement juridique et culturel, les choix politiques et sociaux que firent la cité et ses habitants qui imposèrent finalement à l’organisation du panthéon et à la topographie religieuse de Thugga son profil spécifique, exprimé par la variété et la proximité qui la caractérisent comme une ville profondément religieuse et syncrétiste. Réunissant des populations au passé et au statut différents sous les valeurs communes de Rome, avec ses nombreuses particularités qui persistèrent sous les signes évidents de la romanisation, Thugga illustre avec un luxe de précisions qui en font un cas incomparable dans la province, le rôle fondamental et fédérateur de la religion dans la structuration de l’espace social et politique, dans le processus de municipalisation et, finalement, dans la gestation d’une société proprement romano-africaine.

Notes

1 Martin 1983, 9.

2 Coarelli & Thébert 1988, 818.

3 L. Poinssot 1919, 170-176.

4 Christol 1991,622.

5 Gros 1996, 207.

6 Jacques 1984, xi.

7 Le Glay 1966a, 237.

8 Hiérarchie nettement signifiée sur une stèle des environs de Tebessa où le couple Pluton-Proserpine est représenté sous le couple dominant de Saturne et Caelestis (Le Glay 1961,349, no 46 ; id. 1966, 235).

9 Comme l'atteste une dédicace de Carthage au deus barbarus Siluanus et à Jupiter Hammon, autre interpretatio de Ba'al : CIL, VIII, 24519.

10 Le Glay 1966a, 245 ; id. 1970, 129 ; id. 1975, 127.

11 On peut penser en particulier à celui de Caelestis. Son culte, comme celui de Cybèle dont elle était proche, comportait des rites initiatiques dont Salvien assure le succès (De guuematione dei, 8.2 : Caelestem afrorum (...) quis illis non initiatus ? Quis non a stirpe forsitan et natiuitate deuotus ?). L’épigraphie toutefois, fournit comme seuls témoignages les épitaphes de jeunes initiées d’El-Jem (AE, 1937, 41-43 ; cf. Pavis d'Escurac 1976, 230).

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search