Version classiqueVersion mobile

Topographie religieuse de Thugga (Dougga)

 | 
Sophie Saint-Amans

Troisième partie. La diversité et la proximité des sanctuaires comme expression des syncrétismes religieux

Chapitre II. La place des dieux dans la cité

Texte intégral

  • 1 1970, 123.
  • 2 G. Charles-Picard 1954, 162.

1D'ores et déjà, il faut donc rejeter le principe énoncé par P. Romanelli qui associait les temples romano-africains aux dieux locaux1 et examiner maintenant si d’autres règles théoriques se vérifient : celles qui ont trait à la constitution d'un forum romain, orné de monuments spécifiques et n’accueillant que de nouvelles divinités ; ou bien celles qui imposent de reléguer les dieux indigènes à la périphérie de la ville en leur réservant exclusivement cet espace2. Pour finir, en examinant successivement les différentes régions de la cité, nous tenterons d'établir s'il existe des relations entre l’origine ou les fonctions des dieux et la situation de leur lieu de culte et dans ce cas, si elles indiquent que des spécificités religieuses ou culturelles ont prévalu dans une zone ou dans une autre. La confrontation de ces observations aux exemples que proposent d’autres cités de Proconsulaire et de Numidie permettra de déterminer si l'on peut ou non parler de principes en matière de localisation des temples, et d’évaluer la part du hasard et du déterminisme dans le développement de la topographie religieuse des cités africaines.

2Au préalable, soulignons qu'un facteur important a joué dans la répartition spatiale des lieux de culte, tant en ville qu'à sa périphérie : il s'agit des constructions de sanctuaires sur des terrains privés que les évergètes offraient à leur communauté ; dans ce domaine, les Gabinii furent de loin les plus généreux. En ville, dans le premier tiers du iie siècle, M. Gabinius Datus et ses fils firent édifier solo privato le complexe des templa Concordiae dont l’odéon repose sur des structures d’habitat d’époque numide. En 214, Gabinia Hermiona sacrifia les pièces occidentales de sa maison pour élever à leur place le temple des Victoires de Caracalla, et ses portes, désormais bouchées, furent intégrées au podium et au péribole reposant sur son sol de mosaïque ; en même temps, elle offrit au peuple un terrain qui fut aménagé en cirque une dizaine d’années plus tard par l’un de ses parents. A la périphérie de la cité également, entre 222 et 235, Q. Gabinius Rufus Felix Beatianus et ses parents se défirent d’un terrain dont rien n'indique qu'il ait été occupé auparavant par un quelconque aménagement et ils le dévolurent à l’édification du sanctuaire de Caelestis. Le sanctuaire de Minerve II fut construit dans les mêmes conditions par lidia Paula Laenatiana, et enfin, en ville ce tut encore le cas du temple de Pietas élevé sur un modeste terrain enchâssé au milieu d’autres constructions, propriété de C. Pompeius Nahanus au bord de la place du marché. Ainsi, il faut garder à l’esprit que, si jamais il a existé des règles précises en matière de localisation des sanctuaires, elles ont de toute façon été perturbées à cinq reprises au moins par ceux qui furent édifiés solo privato et dont l’emplacement dépendait alors du hasard de la répartition des propriétés foncières et immobilières des plus riches évergètes de Thugga.

1. Dans la ville

1.1. La diversité des forums africains

  • 3 De arch., 5.1.1.
  • 4 L. Crema qui voit dans l’organisation d'un forum et la construction d’un capitole les signes de l' (...)
  • 5 Comme dans la plupart des cités de l’Empire (Ward-Perkins 1970, 1-19).
  • 6 On peut se reporter en particulier à Ben Baaziz 1987, 221-236.

3De Vitruve aux historiens contemporains, une série de critères formels ont été établis pour préciser ce que devait être un forum romain. Le théoricien antique3 le définit par opposition à l’agora grecque qui est carrée et fermée par un double portique aux colonnes serrées, alors que le forum romain doit être rectangulaire avec une colonnade suffisamment aérée pour laisser voir les spectacles de gladiateurs qui s’y déroulaient à l'origine. Sa superficie se calcule en fonction du nombre d'habitants, mais ses proportions demeurent fixes, sa largeur devant valoir les deux tiers de sa longueur. Les monuments publics qui l’entourent sont la basilique, la curie, la prison et le trésor public, alors que sous les portiques, des espaces sont réservés au négoce. Les historiens modernes y ont ajouté comme caractéristiques une situation au centre de la cité, au croisement des deux rues principales, et éventuellement la présence d’un capitole faisant face à la basilique, édifié chacun sur un des petits côtés de la place4. Cette définition du "bloc forum” est loin de se vérifier systématiquement et les places publiques africaines illustrent plus la diversité des possibilités architecturales qu'une homogénéité des formes5. Sans prétendre proposer ici une étude exhaustive de tous les forums de la province6, nous comparerons le centre public de Thugga à celui de cinq autres cités pré-romaines et, constatant que leur organisation ne fut pas moins inattendue, nous conclurons qu'un forum africain ne peut se définir d'un point de vue formel.

4Le forum de Thugga est l’un des rares dont on soit aujourd'hui assuré qu’il a remplacé une place plus ancienne même si l’on ignore encore comment elle se présentait. Cette succession est assurée dans trois sites portuaires : à Lepcis Magna, à Carthage et à Hippo Regius. A l’intérieur des terres, l’emplacement des forums numides de Mactaris, et probablement d'Althiburos et de Thubursicu Numiciarum, lut également conservé et l'on peut supposer que ce fut le cas dans bien d'autres cités, mais, comme nous l’avons déjà souligné, ces niveaux d’occupation n’ont que rarement été mis en évidence en Tunisie. Excepté à Althiburos et à Thubursicu Numiciarum, les premiers aménagements romains sont datés du ier siècle. Comme à Thugga, l’organisation et les limites de ces places primitives ne sont pas précisément établies et rares sont les cas où un monument ou un culte y ont été identifiés. Dans toutes ces villes numides et puniques, l’urbanisme antérieur imposait sa contrainte aux architectes romains qui parvinrent pourtant à y insérer les monuments définissant les fonctions traditionnelles de leur espace public, donnant forme à des ensembles originaux.

  • 7 Infra, p. 80, n. 132.

5Nous laissons de côté le cas de Carthage, déjà traité, où le nouveau forum de Byrsa, concentrant les activités religieuses et politiques doubla, dès le règne d’Auguste, l’agora maritime qui, désormais, dut être essentiellement dévolue au négoce7.

Lepcis Magna

  • 8 Infra, p. 83-85. fig. 3a.
  • 9 Ben Baaziz 1987, 231.
  • 10 Cagiano de Azevedo 1941,3-7 ; Bianchi Bandinelle Vergara Cafarelli & Caputo 1966, 95 ; Romanelli 1 (...)

6Nous avons déjà évoqué Lepcis Magna où trois temples italiques, ceux des dieux poliades entourant le temple de Rome et d'Auguste, s'élèvent sur le côté nord du forum uetus aménagé sous Auguste8, face à la basilique qui occupe toute la longueur du portique sud. Le plan du forum est irrégulier : le portique oriental, au lieu d’aboutir au droit du mur externe du temple central, oblique vers l'est et se termine devant le temple d'Hercule, ménageant une extension triangulaire au plan carré de la place, en lui-même déjà peu conventionnel. Immédiatement à l'est de la basilique se trouve la curie, désaxée par rapport à l'ensemble et sans connexion avec le forum. L'accès à la place se faisait, non pas face aux temples, mais par le portique occidental, entre un temple de Cybèle et un monument transformé en église. La nouvelle place publique, en partie aménagée grâce à la générosité impériale de Septime Sévère et de Caracalla, certainement au moment où la ville obtient le ius italicum9, se présente au contraire comme un forum impérial des plus classiques avec son temple des Sévères richement orné et la somptueuse basilique qui lui fait face10. Il ne s'agit donc là finalement que d'une réactualisation des formes architecturales de monuments qui existaient déjà sur le forum uetus et l'on n’attribua pas au nouveau forum de nouvelles fonctions ; remarquons en particulier que l’on n'y éleva pas de capitole.

Mactaris

  • 11 G. Charles-Picard 1957. 49-65 ; Lézine 1963, 150-152.
  • 12 Il est indirectement attesté par une dédicace du troisième siècle précisant que des statues impéri (...)
  • 13 CIL, VIII, 11798 ; cet arc fut érigé en 116 et fournit probablement la datation du forum.
  • 14 CIL, VIII, 11799 + ILAfr, 200. Il manque la première ligne qui précédait pro restituta salute Impe (...)
  • 15 Ben Baaziz 1987, 231.

7A Mactar, on aménagea deux places publiques dépourvues du moindre point commun. La première, au dallage irrégulier, est bordée au nord par une voie qui, d’après sa position centrale, pourrait être le decumanus maximus et qui mène au second forum aménagé sous Trajan. Cette voie la sépare d’un sanctuaire numide à crypte, réaménagé au début du iiie siècle et dédié à Liber Pater, l’un des dieux poliades11. C’est le seul élément préromain reconnu dans cet ensemble, mais l’asymétrie comme le dénuement de la place qui se signale par son plan vaguement trapézoïdal et par l’absence de portiques incitent à lui reconnaître une origine numide. La voie qui passe à l’est fut tardivement interrompue par l’escalier du grand monument public qui s’élevait originellement de l'autre côté et qui fut avancé à basse époque pour se raccorder à la place. Au nord et au sud, elle était encadrée par plusieurs bâtiments totalement arasés parmi lesquels s'élevait un temple de Rome et d'Auguste dont tous les exemples sont antérieurs au règne de Tibère12. Le deuxième forum, de plan rectangulaire et au dallage soigné, entouré de portiques et auquel on accédait par une porte monumentale au sud13, présente au contraire un plan tout à fait classique ; malheureusement, à l'exception de boutiques, aucun des monuments qui l’ornait n'a été reconnu. La découverte d’une dédicace datée de 169 attesterait l'existence d'un capitole, mais sans laisser présumer de sa localisation14. On a pu supposer que ces transformations urbaines avaient eu lieu au moment où un sénat municipal remplaça les anciens sufètes de la civitas15.

Fig. 6 : Mactar (in G. Charles-Picard 1957).
1. Forum numide. – 2. Temple de Liber Pater. – 3. Nouveau forum. – 4. Are de Trajan

Fig. 7 : Althiburos (in Merlin 1913, 68).
1. Capitole. – 2. Temple de Cérès ou Venus ? – 3. Chapelle de Minerve ? – 4. Chapelle de Jupiter ? – 5. Statue de Marsyas. – 6. Arc d’Hadrien. – 7. Arc triomphal.

Althiburos

  • 16 Merlin 1913 ; Ennaifer 1976.
  • 17 CIL, VIII, 27775.
  • 18 CIL, VIII, 27769 ; Cagnat & Gauckler 1898, 8-9 ; Merlin 1913, 26 ; Barton 1982, 280-281.
  • 19 CIL, VIII, 27772 ; cf. Merlin 1913, 13, n. 4.
  • 20 D’après CIL, VIII, 27776, dans laquelle semble apparaître le même évergète.

8Le forum romain d’Althiburos a aussi certainement succédé à une place primitive16. Également plus carré que rectangulaire, de forme irrégulière, il est, contrairement à celui de Mactar, ceint d'un portique qui ferme chaque côté de la place sur laquelle ne donne aucun monument. En l’état de fouilles partielles, il ne comprend ni curie, ni basilique. Un arc monumental portant la titulature d’Hadrien, paré du titre de conditor municipii, indique que la voie qu’il enjambe et qui mène au forum, fut aménagée entre 128 et 13817. Il est possible que la place publique de la ciuitas ait été romanisée à cette même occasion, lors de la romanisation de son statut municipal. Dans ce cas, on constate que le capitole n’avait pas été prévu dans le projet initial puisqu’on le fit élever entre 180 et 192 seulement, de l’autre côté de la rue qui borde le forum au sud-ouest18. Au nord, un temple italique hexastyle, peut-être dédié à Cérès ou Vénus19, est aussi séparé du forum par la rue ; il est approximativement daté du milieu du iie siècle20.

Hippo Regius

  • 21 Morel 1968, 45-46 ; infra, p. 40, n. 28.
  • 22 La dédicace, gravée sur le sol, portait deux lignes dont la première occupait toute la largeur du (...)
  • 23 Marec 1954, 368-370.
  • 24 Marec 1954, 372 ; Lassus 1959, 316-319 ; Barton 1982, 288-289.
  • 25 Marec 1954, 366-367 ; Morel 1968, 63-68.

9Le forum à'Hippo Regius non plus n'est pas régulier ; son occupation dès le ier siècle a.C., alors que la cité appartenait encore au royaume numide, y est cette fois bien attestée21. Situé en bord de mer, il fut aménagé entre 77-78 p.C. par le proconsul C. Paccius Africanus, mais la dédicace ne détaille pas ces travaux22. Il était entouré d’un triple portique : celui de l’est abritait une douzaine de salles dans lesquelles ont été trouvés plusieurs autels et fragments de statues dont certaines représentent des divinités romaines23 ; celui du nord était bordé par une rue et sur le côté sud. dépourvu de colonnade, un temple à podium qui pourrait être un capitole s'élevait dans l’axe de la place24. Le forum était prolongé au sud par une place annexe rectangulaire et perpendiculaire et la curie, édifiée au iie siècle, se trouvait à l’angle extérieur nord-ouest du forum25.

Thubursicu Numidarum

  • 26 ILAlg, I, 1274-1276.
  • 27 Sassy 1953, 109-114.
  • 28 Gsell & Joly 1914, 69-71.
  • 29 Infra, p. 140, n. 159.
  • 30 Gsell & Joly 1914, 63-64 ; Barton 1982, 314-315.
  • 31 ILAlg, I, 1230-1231.
  • 32 Des tambours de fûts de colonnes en marbre de Simmithus, seulement dégrossis, ont été trouvés sur (...)
  • 33 Gsell & Joly 1914, sur la basilique : 71 ; sur la curie : 52-54.

10Le forum nouum de Thubursicu Numidarum, suivant le qualificatif que lui donnent les dédicaces de sa restauration en 361-36226, fut probablement aménagé sous Marc Aurèle et Lucius Verus d’après la découverte de deux statues des empereurs27 ; il se présente comme une place allongée, d’une quinzaine de mètres seulement, sur laquelle aucun monument n'est précisément identifié. Il se trouve à 200 m au nord-ouest de la platea uetus28 où nulle occupation n’est attestée avant le règne de Trajan, lorsque la cité obtint le statut de municipe29, ce qui, on peut le présumer, alla de pair avec le réaménagement de son cadre public afin de le rendre conforme à ses nouvelles institutions. Trois sanctuaires s’élèvent sur le côté occidental laissé libre par le triple portique, face à l’accès principal. Un temple italique tétrastyle occupe l’angle-sud-ouest du forum par rapport auquel il est légèrement décalé ; une statue de Jupiter a été découverte sur la plate-forme qui le précède, à proximité d'une statue de Minerve et les deux ne seraient pas postérieures à Antonin. On peut certainement l’identifier au capitole reconstruit au ive siècle30, dont l'existence est attestée dès le règne de Trajan par deux dédicaces gravées en 112-113, l’une pour Junon Regina et l’autre pour Minerve31. Le temple central pourrait dater du règne d’Hadrien et ne fut apparemment jamais terminé32 ; au nord de ce même portique, le troisième temple, plus petit et postérieur, est également anonyme. Les autres édifices reconnus sont de nature civique : il s’agit d’une grande esplanade à portiques qui longe le forum à l’est et qui pourrait être la basilique33, de la curie et de l'aerarium, identifiés au centre du portique méridional.

Fig. 8 : Hippo Regius (in Hippo Regius, 1973, 26).
1. Capitole ? – 2. Curie ? – 3. Place annexe. – 4. Accès principal. – 5-6. Accès secondaire.

Fig. 9 : Thubursicu Numidarum (Gsell & Joly 1914).
1. Capitole. – 2. Temple anonyme. –3. Temple anonyme. – 4. Curie. – 5. Place à portiques et basilique.

  • 34 A Carthage, l’existence de la curie est attestée en 160-169 (Apul., Fl. 18.8-9). A Thubursicum Num (...)
  • 35 Face à la mer cependant, s'élève un vaste temple à podium dédié à Jupiter Optimus Maximus Dolichen (...)
  • 36 Romanelli 1970, 70. Le forum est construit sur un terrain pentii du sud vers le nord, entouré de p (...)
  • 37 ILAlg, 1,2135 ; Gsell & Joly 1918, 62-63.
  • 38 Gsell & Joly 1918, 62-63.
  • 39 Id., 65-66 ; Barton 1982, 293-294. Le culte capitolin est cependant attesté dans la ville par une (...)

11On constate que les monuments traditionnellement constitutifs de la place publique romaine : le forum, la curie, le capitole et la basilique, ne sont attestés ensemble que sur un nombre finalement restreint de sites : à Carthage, à Thubursicum Numidarum, à Gigthis et à Bulla Regia si l’on considère que les décurions se réunissaient dans le temple d'Apollon34. A Lepcis Magna, on fit construire une curie et deux basiliques, mais pas de capitole35. Ces monuments civils ont aussi été repérés dans l’ancien centre indigène de Madauros36 : la basilique, qui fut restaurée au Bas-Empire, se trouve à l’ouest, séparée du forum par un étroit passage37 ; la curie et un temple anonyme distyle s’élevaient de l’autre côté du forum38 ; en revanche, on hésite généralement à reconnaître le temple tétrastyle qui occupe le petit côté nord de la place comme un capitole étant donné ses modestes dimensions39.

Fig. 10 : Madaure (in Gsell & Joly 1918).
1. Temple anonyme (capitole ?). – 2. Temple anonyme. – 3. Temple anonyme. – 4. Temple anonyme. – 5. Temple anonyme. – 6. Curie. – 7. Basilique. –8-10. Portes. –11. Théâtre.

  • 40 Infra, p. 74-75, fig. 1.

12Et même lorsque plusieurs de ces éléments sont réunis, on n’approche pas pour autant de la forme canonique définie par Vitruve. Les places sont elles-mêmes parfois carrées et non rectangulaires : c’est le cas des forums de Mactaris, d’Althiburos, de Thubursicu Numidarum ou de Thuburbo Maius ; éventuellement dépourvues de portiques, comme à Mactaris, ou au contraire, entièrement enfermées entre quatre colonnades comme à Althiburos ou à Madauros, avant que, dans ce dernier cas, celle du nord ne soit interrompue par la construction du temple. Si, comme à Carthage, à Thubursicum Numidarum, à Bulla Regia et à Lepcis Magna, les basiliques ouvraient directement sur le forum, ce n’était pas le cas à Madaure. Quant aux curies, elles ne se trouvent que rarement sur le forum lui-même : à Tiddis et à Thubursicu Numidarum, elles occupent effectivement la partie centrale d'un des longs côtés et à Thugga, d'après l’identification de J.-Ch. Balty40, la salle municipale fut aménagée au centre du petit côté occidental, où aurait dû se tenir la basilique qui n'est pas identifiée dans la cité. En revanche, les autres curies se trouvent toutes à proximité immédiate des forums, mais à l’extérieur. En fin de compte, rien ne paraît plus différent d'un forum africain qu’un autre forum africain.

  • 41 Le forum, orienté au sud, à une cinquantaine de mètres au nord de la voie de Carthage à Theueste, (...)
  • 42 Le forum de Sbeïtla est carré, pavé, entièrement clôt par un mur dont la porte monumentale porte u (...)
  • 43 Le capitole n’a pas été prévu sur le forum de la colonie créée en 100. Celui-ci ne comprend qu’un (...)

13Cette hétérogénéité rend compte des contraintes imposées par la présence d'un cadre public antérieur qu'il fallait adapter aux nouvelles exigences municipales et religieuses ; si on la comprend bien dans de vieilles cités indigènes, il faut remarquer qu'elle s'est également manifestée de manière plus inattendue dans des colonies créées ex nouo, comme Ammaedara41, Sufetula42 et Thamugadi43. Bien que ces trois cités aient été organisées selon un plan orthogonal et que les places publiques s’y élèvent bien au croisement du decumanus et du cardo maximi, elles n’en présentent pas moins des singularités qui les distinguent formellement des forums classiques.

1.2. L’organisation du centre public de Thugga

  • 44 La présence de boutiques n'est nulle part vérifiable en Afrique et, si les plans indiquent fréquem (...)
  • 45 Martin 1972, 914-915 ; de Ruyt 1983, 282. Ainsi lorsque Vitruve préconisait d’instaurer le culte d (...)
  • 46 Dont le marché est daté de 9 ou 8 a.C. et reçut de nouveaux aménagements en 11-12 p.C. (IRT, 319 ; (...)

14Les premiers aménagements du forum de Thugga eurent lieu sous le règne de Tibère au plus tôt, probablement sous celui d’Auguste, mais aucune trace n’en a été reconnue. On sait que le marché fut aménagé sous le règne de Claude, au sud de la place de la Rose-des-Vents, peut-être sur un emplacement déjà dévolu à cette activité, et c’est apparemment sur la bordure orientale de celle-ci que s’élevait le temple de Venus Concordia, dédié au même moment. Sous l’Empire, les activités de négoce ne se déroulaient plus sur les forums, fonction commerciale que leur assignait Vitruve44 ; les boutiques qui se trouvaient sous les portiques se rassemblèrent sur un marché en créant une spécialisation des espaces publics et l’apparition d’une place commerciale est le signe d'un urbanisme évolué45. De ce point de vue encore on note la précocité de Thugga qui, après Lepcis Magna46, possède le plus ancien marché romain d’Afrique.

  • 47 La relation entre les forums et les marchés est très variable en Afrique. La place commerciale de (...)

15Tel qu'il est conservé, le centre public de la cité date du iie siècle. Les comparaisons que l’on peut établir avec Bulla Regia et Thuburbo Maius, deux cités dont les ensembles publics ont en commun avec celui de Thugga de grouper le forum, le capitole, le marché et un temple de type africain47, mettent en évidence que des programmes monumentaux totalement différents pouvaient aboutir à un même résultat fonctionnel.

  • 48 Merlin 1922 ; Lézine 1968a.
  • 49 Cagnat & Gauckler 1898, 120-121, pl. XXIII.4-XXIV ; Merlin 1922, 6-16 ; Lézine 1968a, 11-14 ; id. (...)
  • 50 De Ruyt 1983, 207-217.
  • 51 CIL, VIII, 12366 ; Cagnat & Gauckler 1898, 70-71 ; Merlin 1922, 47.

16Alors qu'à Thugga, le forum, le capitole et l'ensemble commercial forment trois entités bien distinctes accolées dans un même ensemble monumental, le temple capitolin, celui de Mercure et le marché sont tous trois rassemblés autour du forum de Thuburbo Maius48. Celui-ci se présente comme une place carrée légèrement irrégulière, entourée par quatre rues et à laquelle on accède par deux voies tortueuses ménagées en paliers. On peut supposer que dans cette cité aussi, le forum romain se trouve sur la place libyco-punique, raison pour laquelle on n’a pu y développer un programme tout à fait symétrique ; toutefois, sur tout la longueur du côté nord-ouest, le capitole qui fut dédié en 168, un des plus imposants de la province49, donne toute son ampleur à cet ensemble et lui confère un axe majeur. Le marché se répartit dans deux grandes salles et une cour à portique à l’angle extérieur sud du forum50. Le temple romano-africain de Mercure en est séparé par la rue qui mène au forum depuis l’ouest et sa façade principale ouvre sur le portique sud-ouest, à angle droit du capitole. De peu postérieur au temple de Thugga, il est daté de 21151.

  • 52 Beschaouch, Hanoune & Thébert 1977, 89.
  • 53 Merlin 1908.
  • 54 La dédicace de ce dernier n’ayant pas été retrouvée, c’est principalement en raison de sa situatio (...)

17Le marché de Bulla Regia fut implanté à quelques mètres au sud du forum dont il est séparé par des structures non identifiées52 ; le forum est constitué d’une place rectangulaire à triple portique, dont celui du nord abrite le temple d’Apollon, deus Patrius de la cité53 ; à chacune de ses petites extrémités, la basilique, à l’est, fait face au capitole, à l’ouest54.

Fig. 11 : Thuburbo Maius (in Merlin 1922, 109).
1. Capitole. – 2. Autel du capitole. – 3. Temple de la paix. – 4. Temple anonyme. – 5. Marché. – 6. Temple de Mercure. – 7-8. Portes.

Fig. 12 : Bulla Regia (in Beschaouch, Hanoune & Thébert 1977, 78).
1. Capitole. – 2. Temple d'Apollon. – 3. Basilique. – 4-5. Portes.

18Le temple capitolin de Thugga présente au contraire la singularité de s’élever perpendiculairement au forum, ouvrant de ce fait vers le sud, ce qui permet de respecter l’orientation rituelle, et non vers l’ouest dans son grand axe, ce qui eut été plus conventionnel d’un point de vue architectural. Il existe deux raisons à cela : la première était une contrainte topographique, la seconde tenait au désir d’agrandir l’espace public ; mais il faut déplorer, pour le capitole, comme pour l’ensemble qui le borde à l'est, que nous ne possédions aucun élément de stratigraphie antérieure car il est évident que les structures numides et romaines du ier siècle ont fortement déterminé l’organisation de cet ensemble monumental sous les Antonins.

  • 55 Merlin 1912a, ccxlii.
  • 56 Infra, p. 135.

19Le centre public de Dougga forme un ensemble rectangulaire de presque 100 m de longueur, établi sur une aire plane, en partie artificielle. A mi-pente de la colline, un vallon de largeur irrégulière court d’est en ouest. La rue du temple de la Piété est installée dans son thalweg qui passe au sud de la place du marché, bâti quant à lui sur un éperon rocheux perpendiculaire ; elle se poursuit entre le capitole et l’exèdre avant de s’élargir en une vaste et profonde dépression dans laquelle s’élève le forum, très en contrebas du capitole. Cette dépression naturelle a été partiellement comblée par une accumulation de remblais entre la crête rocheuse qui supporte le portique sud du forum, demeuré en place, et l'extérieur nord du forum jusqu’à une limite qui n’est pas précisément fixée ; le portique nord, construit sur les terres rapportées, est celui qui a le plus souffert de l’instabilité du sol et l’on constate de nombreux affaissements du stylobate sur toute la longueur55. Il semble qu’il était donc impossible d’édifier le capitole de Thugga dans le grand axe central du forum car l’escalier, d’autant plus important qu’il n’aurait pas été interrompu par une plate-forme, aurait reposé sur la partie la plus fragile du forum. Observons cependant que la vaste area ante templum qui le prolonge au sud repose en revanche sur l’extrémité occidentale du même éperon rocheux qui supporte le marché, et son emplacement aurait pu offrir une assise solide au capitole tout en permettant de le tourner vers le forum. Si l’on admet qu’il faut dater de 173 l’aménagement de celte area par l’érection des colosses impériaux56, cet espace se trouvait apparemment disponible au moment de la construction du capitole, ou du moins, pouvait être rendu tel.

20A priori, c’est cet emplacement plus conventionnel, face au forum, que les architectes auraient dû choisir ; ils ne le firent pas, et pas seulement parce que le temple aurait alors ouvert vers l’ouest, mais plutôt nous semble-t-il, parce que le capitole était dès l’origine prévu comme l'un des éléments d’un programme monumental global et qu’il devait être édifié en fonction des autres structures existantes ou dont la construction était prévue dans un avenir proche. On peut raisonnablement supposer que le forum du ier siècle était devenu trop restreint pour la cité en pleine expansion urbaine au milieu du siècle suivant et que, lorsque les Marcii offrirent le capitole, l’aménagement de la place du marché était déjà prévue en concertation avec les Pacuuii. Ce temple, outre son rôle social et municipal fédérateur, devait être perçu comme un élément central et dominant pour relier l'espace politique et l'espace commercial et non pour les séparer en tournant le dos au second. Dix à vingt ans plus tard, la place du marché fit donc l’objet d’aménagements monumentaux importants dont le but. notamment par la construction d’une triple colonnade, était bien de donner un principe de symétrie à l’ensemble, achevant sous le règne du dernier Antonin un programme entrepris sous celui du premier. Immédiatement contre le flanc oriental du capitole, les Pacuuii firent élever le temple de Mercure.

  • 57 Lézine 1959, 247-253 ; id. 1963, 27-33.
  • 58 Infra, p. 249, n. 51.
  • 59 Merlin 1922, 32-33 ; Lézine 1963, I5.
  • 60 Cette hypothèse a été émise par A. Merlin d’après la découverte de plusieurs bases et statues hono (...)

21Comme celui de Thugga, le temple de Mercure de Thuburbo Maius entre dans la catégorie des temples dits africains, mais il ne possède qu'une cella. De plan carré, dépourvue de podium, elle était peut-être distyle in antis, caractéristique de l’architecture religieuse punique57 ; elle était précédée d’une cour rectangulaire ornée en son centre d’un portique circulaire octostyle58. L’ensemble est rigoureux et soigné et c’est encore un modèle très élaboré, romanisé disons, de ce plan d’origine africaine. La cité possédait un second temple du même type sur le forum : ouvrant dans le portique sud-est. une cour à colonnade menait à la cella distyle in antis sans podium du temple de la Paix, lequel n’est pas antérieur à Marc Aurèle et Lucius Verus d'après sa dédicace Augustorum nostrorum59 ; il est possible qu’il ait tenu lieu de curie60.

  • 61 A. Merlin fait remarquer que nulle part les murs ne sont parallèles ni ne forment d'angle droit.
  • 62 Un dieu coiffé d'une couronne murale posée sur un voile et portant une corne d’abondance qui doit (...)
  • 63 AE, 1953,48 ; CIL, VIII, 25510-25513.
  • 64 D'après A. Merlin toujours, à cause du grand nombre de statues de dignitaires qui se trouvaient au (...)
  • 65 A. Altherr-Charon (1977, 404-405) le rattache à cette catégorie en alléguant l’irrégularité des ce (...)
  • 66 CIL, VIII, 25516 ; d’après la restitution d’A. Merlin 1908, 22.
  • 67 CIL, VIII, 25512.
  • 68 Gascou 1972, 116.
  • 69 La basilique date du iie siècle ; des sondages y ont révélé des fondations d'habitations privées e (...)
  • 70 Quoniam 1952, 467.

22Le temple d'Apollon du forum de Bulla Regia est aussi de type romano-africain, mais son plan est moins régulier61 et son interprétation plus complexe. Il était à l’origine composé d'une cour à quadriportique dans laquelle on a retrouvé plusieurs bases et statues décrétées à des notables, ainsi que deux effigies de divinités poliades62. Cette area précède la cella flanquée de part et d’autre de deux pièces plus petites et irrégulières. La pièce orientale, qui se présente comme un couloir longeant la cella, communique avec une salle minuscule où été entreposées plusieurs dédicaces aux Dii Augusti et à Apollon appelé genius coloniae ou deus Patrius63 ainsi que des textes antonins et sévériens. La pièce occidentale, carrée, est pavée en marbre et aucune sculpture n’y a été retrouvée ; c’est peut-être là que se tenait le conseil municipal64. La cella centrale est distyle in antis ; elle est pavée en opus sedile et ses murs s’ornaient de luxueux parements de marbre. Le mur du fond est occupé par une base rectangulaire en blocage, semblable à celle de la cella centrale des templa Concordiae, qui portait le simulacrum d’Apollon cytharède retrouvé au sol. Comme dans la cella des templa Concordiae encore, des niches étaient pratiquées dans les murs latéraux ; elles abritaient les statues de Cérès à gauche et d’Esculape à droite. On ne peut donc classer ce monument parmi les temples africains à trois cellae65 car les trois principales divinités interprétées y étaient honorées dans une seule et même salle cultuelle. Cet état date de 34-35, d’après la dédicace mentionnant la construction d’une aedes, de portique et de quatre colonnes, découverte dans la petite exèdre qui ouvre à l’est du monument et qui prolonge la basilique au nord66. La construction d’un temple public dédié aux dieux protecteurs de Bulla Regia, dont il est très probable que les noms romains recouvrent tous une identité bien plus ancienne, eut donc lieu au même moment que la dédicace de l' aedes Saturni de Thugga. On a la preuve épigraphique et archéologique de modifications postérieures : le linteau de la cella portait une dédicace à Apollon, genius Coloniae, et aux dieux Augustes signalant la réfection de l'aedes a solo67. La cité a reçu le statut de colonie d’Hadrien68 et l’on peut penser que le temple fut reconstruit au milieu du iie siècle, alors que toute la place faisait l'objet de travaux importants, dont la construction de la basilique69 ; c'est sans doute à ce moment que la cour du temple fut amputée de son portique sud pour s’aligner sur le portique nord du forum, désormais rectangulaire et régulier70.

  • 71 De Ruyt 1983, 58.
  • 72 Maurin 2000, 101.

23A Thugga, on constate la même volonté d'organiser l'espace monumental autour d’axes bien structurés. En même temps que l’on érigeait le temple de Mercure, on recula la façade du marché pour élever le portique sud de la place et, en compensation, le marché reçut une extension au nord, dont une chapelle dédiée à Mercure, consacré comme son Génie. Il faut noter que le marché de Bulla Regia est organisé selon un plan tout à fait semblable et l’abside qui clôt sa partie postérieure est certainement aussi un lieu cultuel ; cependant, aucun témoignage épigraphique n’assure la présence de Mercure dans la cité71. La nouvelle area macelli de Dougga fut pavée et ornée d’une Rose-des-Vents qui, “symbolisant à la fois le rôle du dieu comme voyageur de l'univers, et celui du marché s'approvisionnant à tous les horizons du monde”72, donnait une unité de sens à l'ensemble. Comme le forum, cette place fut enceinte d’une porticus triplex formant la façade du marché et du temple en renforçant la cohérence architecturale de ce programme dédié au négoce.

24Sur le petit côté oriental de l'area macelli, la courbe du portique répondait à la convexité du portique occidental du forum ; un axe est-ouest était ainsi mis en valeur entre les deux places rectangulaires. L’axe nord-sud était souligné par l’orientation du capitole, dédié pour le salut de Marc Aurèle et de Lucius Verus, face à la basilique ou à l'exèdre du culte impérial dans laquelle se tenaient leurs colosses, les deux édifices occupant une superficie rectangulaire à peu près équivalente. Cette même direction était également mise en valeur par la construction face à face du temple de Mercure et du marché, fermés par des absides : celle de la cella centrale du temple où se tenait une statue de Mercure negociator, aménagée au droit de la chapelle qui abritait la même divinité, mais qualifiée de genius macelli. En un siècle, un vaste programme monumental fut donc réalisé en trois étapes qui aboutirent à un ensemble tripartite très structuré, quoique de manière un peu artificielle, par les triples portiques enserrant chaque place et qui individualisaient le centre public en l’isolant du reste de la cité.

  • 73 Vitr., 1.7.1 : aedibus vero sacris quorum deorum maxime in tutela civitatis videtur esse, et lovi (...)

25Autour du capitole de plan italique, au cœur de la ville, étaient donc regroupés la place commercante avec son marché aménagé sous Claude et son temple romano-africain de Mercure dédié à la fin du iie siècle d'une part et d’autre part, la place politique où se trouvait la curie et où, dès le ier siècle, on célébra deux des cultes fondamentaux de ce panthéon civique : celui des diui et celui de Saturne. Ainsi, malgré les contraintes topographiques dont résulte sa singularité formelle et malgré les choix architecturaux particuliers faits par des évergètes qui, aussi romanisés qu’ils fussent, ne renièrent jamais complètement leurs traditions, le centre monumental de Dougga se définit bien, par ses fonctions publiques et religieuses, comme un ensemble élaboré suivant des principes urbanistiques romains73, finalement similaire en bien des points à ceux de centaines d’autres cités dans l’Empire.

1.3. Les dieux dans les quartiers urbains

26C’est au milieu des insulae que les lieux de culte sont les plus nombreux ; exceptionnellement nombreux même car aucune autre cité ne souffre la comparaison ; lorsque ailleurs, un ou deux temples sont identifiés dans ce qui paraît être un quartier d'habitat, la liaison de celui-ci avec le centre public et l’identification des structures qui les environnent sont rarement ou mal connues, de sorte qu’il est généralement impossible de déterminer leur mode d’intégration urbaine.

27C’est le cas des neuf temples de Thugga qui furent élevés entre le forum et la ceinture des nécropoles, non seulement parce qu’ils ne sont pas tous datés, mais aussi parce qu’aucun n’a fait l’objet de fouilles réelles lors des dégagements. D’ouest en est se succèdent le temple des Victoires de Caracalla, le sanctuaire présumé d’Esculape, ceux de Tellus et de Minerve I, les templa Concordiae, le temple anonyme II, celui de Pietas, celui de deus Sol et le temple anonyme I, dit de Pluton. On compte parmi ceux-ci quatre temples italiques, quatre temples africains, dont un à cella unique, et un dernier que l’on ne peut rattacher à aucun plan spécifique. Appartenant à l’une ou l’autre de ces catégories, certains sont, comme le capitole et le temple de Mercure, mitoyens : c’est le cas des templa Concordiae et du temple anonyme II, quand d’autres ne sont séparés que par une domus : celle de Vénus entre le temple des Victoires de Caracalla et le sanctuaire présumé d’Esculape.

  • 74 Une autre dédicace à la foudre a été découverte par M. Le Glay en Grande Kabylie et ce sont les se (...)

28Comme sur le forum, deux types d’architecture fondamentalement différents à l'origine se côtoyaient donc, affectés à des sanctuaires publics. Ils abritaient des dieux indifféremment romains ou africains, parfois même honorés ensemble, et se répartissaient dans les différents quartiers urbains. En ville, on ne peut noter aucune spécificité des espaces religieux liée à l’identité ou à la fonction des divinités que l'on y honorait, aucune règle de topographie religieuse apparente. Dans l’ignorance où nous sommes encore de données plus précises sur leur environnement et sur leurs origines, deux raisons principales justifient la localisation des temples urbains : pour certains d’entre eux, elle fut conditionnée par l’ancienneté du lieu de culte, c'était probablement le cas des temples de Tellus et d'Esculape pour lesquels toutefois, nous n’en possédions pas l’assurance matérielle. D’autres, au contraire, les templa Concordiae, le temple des Victoires de Caracalla et celui de Pietas, se répartissent au hasard de la localisation des terrains privés sur lesquels ils furent édifiés. Enfin, à cause du lieu de découverte de la pierre, dans les thermes Antoniniens, on peut supposer que c’est dans ces mêmes quatiers domestiques que Jupiter fit tomber la foudre [no 50], sur un point qui devint alors un locus publicus et sacer qu'il était interdit de fouler et que l'on protégeait donc par un muret dont provient cette dalle74. Toutefois, l’endroit que le dieu désigna ainsi lui-même comme sacré ne peut être plus précisément défini.

2. La zone périurbaine

2.1. L’environnement des sanctuaires périurbains

  • 75 Rossignoli 1994, 559-560, qui donne les exemples du temple anonyme et du temple d'Apollon de Bulla (...)
  • 76 Sur la localisation des nécropoles de Thugga, voir en dernier lieu : Saint-Amans 2002, 44-48.

29Le troisième et dernier espace cultuel s'étend à la périphérie de la cité, jouxtant les zones rurales à moins de 700 m du forum pour le temple le plus éloigné. Les quatre sanctuaires qui s’élèvent dans cette zone, ceux de Saturne, de Minerve II, de Caelestis et l’anonyme V, ne sont pas séparés de la ville par les nécropoles comme c'est généralement le cas75, mais ils furent édifiés au milieu des tombes, à peine franchies les portes de la cité : l’arc de Septime Sévère au sud-est et celui de Sévère Alexandre au nord-ouest. Comme les zones qui les séparent de la ville restent à dégager, on ignore comment ils lui étaient reliés. Les cinq nécropoles forment une couronne discontinue dans laquelle s’insèrent ces sanctuaires dont trois comptent parmi les plus vastes de la cité ; toutefois, leurs limites ne sont pas définies, elles n’ont jamais fait l’objet de fouilles et ne sont encore localisées que par les zones de récoltes des épitaphes76, de sorte qu'il demeure impossible de préciser la relation des lieux de culte avec les espaces funéraires.

30Le sanctuaire de Saturne borde le plateau septentrional, au sommet de la falaise sur la paroi de laquelle sont gravées quelques épitaphes ; au pied de celle-ci une première nécropole, dite du nord-est, s’étend en éventail vers le nord et vers l’est, jusqu’à la route qui mène aujourd’hui à Téboursouk et peut-être au-delà. Vers le sud, sur le replat que surplombe le sanctuaire, plusieurs monuments funéraires, stèles et cippes romains, ont été glanés autour de la chapelle de Neptune, de l’hypogée chrétien et de l’église de Victoria. En l’état, ce sanctuaire paraît donc totalement inséré dans la nécropole ; comme d’après les épitaphes qui en proviennent, cette nécropole est d’époque romaine, son implantation est postérieure à celle de l’aire de Ba'al qui a préexisté au sanctuaire de Saturne et qu'elle est venue enserrer.

31Ce ne serait pas le cas des sanctuaires de Minerve II et de Caelestis que les nécropoles dites nécropole du nord-ouest, au nord du premier sanctuaire et nécrople de l’ouest entre les deux, ne semblent pas jouxter, mais le vide funéraire qui les isole n’est peut-être qu’apparent. En tout cas, les deux nécropoles alternent avec les deux sanctuaires sur un même axe nord/sud, tous quatre implantés à équidistance de ce qui, pour l'instant, matérialise la limite occidentale de la ville : les grandes citernes d’Aïn el-Hammam et d’Aïn Dora et l’arc de Sévère Alexandre.

  • 77 Infra, p. 226-227.

32Le quatrième édifice que nous incluons dans la catégorie des sanctuaires périurbains est le temple anonyme V. Actuellement, son péribole septentrional et sa cour sont partiellement tronqués par un mur appartenant à une construction non identifiée et non datée, probablement une maison romaine. Toutefois, son orientation vers l’est, son plan singulier autant que son implantation à proximité du mausolée libyco-punique et d’une tombe numide77, au milieu d'une nécropole qui se perpétua à l’époque romaine, nous incite à le reconnaître pour un temple pré-romain et à penser que lorsqu’il fut installé, il se trouvait à l’écart de la ville numide qui ne se développait pas encore si loin vers le sud.

33Ces quatre sanctuaires, s’ils présentent par leur implantation topographique et par, ce qu’il convient de vérifier, l'origine africaine des dieux que l’on y honorait, se distinguent autant par leur plan que par les circonstances de leur installation.

2.2. Un espace réservé aux divinités africaines ?

  • 78 Sur la représentation de la Minerve poliade de Bulla Regia, infra, p. 253, n. 62. Sur une lampe de(...)
  • 79 Saturne [no 89-103], Mercure [no 70 ?, n 71-72] et Pluton [no 54, 56-57]

34L'origine africaine de Saturne et de Caelestis est indiscutable et celle du dieu qui était vénéré dans le temple anonyme V nous semble probable. Elle est plus difficile à déterminer pour Minerve, vénérée ici dans un temple italique, et qui ne porte jamais, ni à Thugga, ni ailleurs dans la province, d’épithètes la caractérisant comme une divinité locale. La déesse gréco-romaine, dont l’un des principaux attributs était le rameau d’olivier, trouvait naturellement dans ces régions oléicoles un terrain favorable au développement de son culte sans qu’il y fut nécessaire, comme pour d’autres divinités, de l’africaniser ni de la confondre avec une divinité locale. Cependant, si, d’un point de vue iconographique, le type de la divinité romaine a partout imposé sa suprématie, on lui a souvent adjoint des attributs divins supplémentaires, empruntés par exemple à Victoria et à Fortuna ou même à Apollon, pour définir une personnalité plus spécifique, correspondant peut-être alors à celle d’une déesse locale78. Aucune représentation de Minerve n’est connue à Thugga où elle fut honorée comme une déesse romaine, tant dans la triade capitoline que dans le temple offert à la ciuitas par un de ses patrons. Rien n’autorise à identifier la déesse du sanctuaire périurbain comme 1'interpretatio d’une divinité indigène, mais considérant que, dans le grand sanctuaire du nord, elle a reçu quatre ex-voto [no 80-82], comme d’autres dieux de Thugga qui sont tous interprétés79, et qu’en outre, elle faisait déjà l’objet de deux cultes sous sa forme romaine, on ne peut non plus exclure cette hypothèse. Cette fois, l’affirmation de G. Charles-Picard pourrait donc se vérifier puisqu'aucune divinité romaine n’est identifiée avec certitude dans la ceinture périphérique de Thugga ; reste à examiner ce qu’il en était dans d’autres cités.

  • 80 Le Glay 1961,431-434 ; Rossignoli 1994, 568.
  • 81 Le Glay 1966, 125-161, id. 1966a, 281-282 ; Romanelli 1970, 124 ; Rossignoli 1994, 582.
  • 82 Le Glay 1961,274-277 ; Romanelli 1970, 124 ; Rossignoli 1994, 572.
  • 83 Le Glay 1966, 202-206 ; id. 1966a, 289.
  • 84 Ben Hassen 1992, 201-216.
  • 85 Le Glay 1961, 323-334 ; Rossignoli 1994, 561.

35Parmi les dieux honorés hors-les-murs, Saturne occupe la première place avec cette spécificité bien connue que les sanctuaires qui l'abritaient se trouvaient généralement sur une éminence dominant la ville. L’un d’eux s’élevait sur la plus haute des trois collines qui entourent Hippo Regius : celle de St-Augustin80 ; les sanctuaires de Thamugadi81, de Thubursicu Numidarum, de Thuburbo Maius et de Thuburnica82 furent aussi construits en hauteur, dans un rayon de 700 m au maximum autour des villes qu’ils surplombent. A Cuicul, le sanctuaire de Saturne se trouve aujourd’hui à côté du temple de la gens Septimia sur le forum nouum, mais à l’origine, on l’avait construit à l’extérieur de la ville avant que celle-ci ne le rejoigne en s’étendant à la fin du iie siècle83. Dans ces temples, Saturne fut parfois vénéré avec d’autres divinités, comme Dis Pater, sur une colline à moins d’un kilomètre au sud-ouest de Thignica84 et surtout avec sa parèdre traditionnelle, appelée Dea Africa à Gemella, où elle serait même la divinité principale du sanctuaire, et Ops à Ammaedara, sur une terrasse surplombant la confluence des deux oueds85.

  • 86 In Thébert 1983, 135-163 ; Rossignoli 1994, 563-564.
  • 87 Cagnat & Gauckler 1898, 21-22 ; Rossignoli 1994, 570.

36En l'état de fouilles encore insuffisamment étendues sur l’ensemble des sites, outre un temple anonyme de Bulla Regia86, les seuls dieux identifiés dans les sanctuaires périurbains sont Apollon et Mercure. Le premier fut honoré avec Diane dans un temple qui s’élève à 600 m à l'ouest du centre urbain de Mactaris dont il était le deus Patrius, sur une pente légère descendant vers la cité ; la découverte d’une dédicace en néopunique ne laisse pas de doute sur son origine préromaine87.

  • 88 Cagnat-Gauckler 1898, 66-69, pl. XX ; Bullo 1994, 520 ; CIL, VIII, 12002 et 12006.
  • 89 Cagnat & Gauckler 1898, 72 ; Bullo 1994, 521 ; Rossignoli 1994, 573 ; CIL, VIII, 14690.
  • 90 Constans 1916, 1 10 ; Ferchiou 1988, 174-190 ; Rossignoli 1994, 565-567 ; CIL, VIII, 26595-2596.
  • 91 Bullo 1994, 526. Il faut mettre cette épithète en relation avec le tabou anti-alcoolique que devai (...)

37Quant à Mercure, il possédait un sanctuaire à la périphérie de Vazisarra88, de Thuburnica89 et de Gigthis90. Dans les sanctuaires des deux premières villes, il portait l'épithète Sobrius qui, d’après Festus, l’opposait à Mercure Epulum en signalant que, selon le rite grec, on lui offrait du lait et non du vin ; ce trait le rattachait donc à l’Hermès hellénique dont le culte fut introduit à Carthage au ive siècle a.C. puis diffusé en territoire numide91. Vénéré seul à Vazi Sarra, Mercure Sobrius était en revanche accompagné du Genius Seasae et de Pantheus Augustus dans le sanctuaire d’origine préromaine de Thuburnica ; le premier désignait certainement le génie du lieu même où s’élevait le temple, le uicus Seasa ; quant au second, il était, bien que romain, par essence universel et syncrétiste. A Gigthis enfin, le temple de Mercure s’élevait entre la mer et le forum, à 400 m au sud-ouest de la cité qu’il dominait au moins depuis la période julio-claudienne, et peut-être avant. La fonction de Mercure y était liée au contrôle de l’activité marchande entre le port et la ville, ce qui est bien un attribut de Mercure romain ; il y était d'ailleurs vénéré avec Minerve et Fortuna, qui, au moins pour la seconde sont certainement romaines. Sans doute à cause de l’absence de podium sous la cella placée au centre d’une cour, mais sans jamais proposer d’argument direct, on considère généralement que ce sanctuaire abritait une divinité interprétée ; la meilleure certitude d’un culte antérieur viendrait de témoignages matériels qui, pour l’instant, n'existent pas.

  • 92 Leschi 1947, 87-97 ; Crema 1959, 125-126 ; Le Glay 1966, 125-161 ; id. 1991a, 75-77, pl. V ; Roman (...)

38Un cas différent est constitué par le complexe cultuel de 1'Aqua Septimiana de Thamugadi associant une piscine alimentée par une source et un sanctuaire dont les trois cellae abritaient la Dea Africa, genius Patriae de la cité, Sérapis et Esculape92. Une déesse on ne peut plus africaine était donc entourée de deux divinités guérisseuses, l'une alexandrine et l’autre gréco-romaine, mais dont fréquemment, la personnalité s’est aussi africanisée ou a servi l’interprétation d'un dieu local. Ce fut peut-être le cas dans cet ancien bourg numide dont la source pouvait fort bien être tenue pour sacrée par la population locale dès avant l’arrivée des vétérans, ce qu’aucune preuve matérielle n’assure cependant.

Fig. 13 : Les autres sanctuaires périurbains d'Afrique.
a. Le temple d'Apollon à Mactaris (in Eingartner 1992, fig. 145). – b. Le temple de Mercure Sobrius à Vazzisara (in Cagnat & Gauckler 1898, fig. XX). – c. Le temple de Mercure à Gigthis (in Constans 1916, fìg. I). – d. Le temple de Mercure Sobrius à Thuburnica (in Rossignoli 1990, fig. 6). – e. Le temple anonyme de Bulla Regia (in Thébert 1983., fig. 4).

  • 93 1954, 162.

39Au vu de ces exemples, et à condition de le nuancer en rappelant l’incertitude dans laquelle nous demeurons sur les origines de Minerve à Thugga et de Mercure à Gigthis, le principe énonçé par G. Ch. Picard93 réservant les sanctuaires périurbains aux divinités indigènes semble donc se vérifier et, à Thugga comme ailleurs, elles avaient effectivement investi les abords immédiats de la cité,

2.3. Hasards et déterminismes de leur localisation

40Faut-il pour autant justifier la situation de ces sanctuaires dans l'espace extra-muros par la seule nature africaine, ou en tout cas étrangère au panthéon de Rome, des dieux que l’on y vénérait ? Ceux-ci, en effet, n'y étaient pas cantonnés, nous avons déjà eu l’occasion de le souligner à maintes reprises, et en particulier, Saturne et Neptune qui avait une chapelle près du sanctuaire du premier, furent également honorés officiellement dans la ville, et même pour le grand dieu africain, dans son centre public. Pour cette même raison, on ne peut pas non plus accepter l’explication de G. Charles-Picard qui voit dans le choix d’une position excentrée un moyen d’“éviter les intrusions indiscrètes” en préservant à la fois la sécurité des objets les plus précieux et le secret des rites initiatiques ; la meilleure preuve du contraire est la présence du sanctuaire de Liber Pater associé à l'auditorium , à une cinquantaine de mètres seulement du marché, et ce n’est pas le seul exemple de temple à cour édifié au milieu de l’habitat.

  • 94 Ainsi le temple dédié à Caelestis en 242-244 à Hr Belda (CIL, VIII, 27432) ; édifié au sommet d'un (...)
  • 95 Le Glay 1966a. 288.
  • 96 CIL, VIII, 12006 : aedes Mercurius Sobrius (...) aedem cum pronao et ara fecit (...) dedit loc(us) (...)

41Des raisons plus plausibles peuvent expliquer leur localisation périphérique et, en premier lieu, la présence éventuelle d’un espace cultuel d’origine numide ou punique. Cette sacralisation ancienne des lieux où furent édifiés des sanctuaires romains est particulièrement attestée pour ceux qui furent dédiés à Saturne à Thugga, à Thuburnica, à Thinissut, à Hippo Regius ou à Thignica, soit par l’identification des structures mêmes de l’aire de Ba’al, soit par la découverte d’ex-voto néopuniques. Dans le cas précis des sanctuaires de Saturne, leur position dominante, dans un lieu par essence propice à la sacralisation, est héritée du rituel phénicien et tiendrait autant au caractère ouranien du dieu, et céleste de sa compagne94, qu’au rituel sémitique qui imposait au fidèle de se rapprocher de la sphère céleste pour prier95. On peut supposer que dans la religion numide fortement punicisée depuis le ive s. a.C., l’implantation périurbaine d’autres sanctuaires se justifie de la même manière : ainsi pour le sanctuaire d’Apollon à Mactaris ou pour celui de Mercure Sobrius à Thuburnica pour lesquels une implantation antérieure a été prouvée. Ce n’est pas le cas du sanctuaire romain de Vazisarra, édifié entre 21 1 et 212 par l’un de ses prêtres sur un locus publicus96, mais on peut cette fois invoquer les fonctions de Mercure, gardien des frontières et des passages, rôle qu'il assumait également à Gigthis. Quant au temple anonyme V dont la construction n'est pas précisément datée, mais qui est certainement antérieur à l'annexion romaine, il est difficile de déterminer les raisons de son implantation, mais, du fait de sa proximité avec les tombes pré-romaines, on pourrait supposer que s’y pratiquait un culte lié au monde funéraire et peut-être, là aussi, expliquer sa localisation par sa fonction.

  • 97 Y. Duval 1971, 265-296.
  • 98 Rakob 1969-70, 133-175.
  • 99 1961, 265, n. 39.

42Enfin, l’implantation périurbaine du complexe de l'Aqua Septimiana de Thamugadi était, comme celle des sanctuaires de Jebel Oust97 et de Zaghouan98, directement conditionnée par la présence d’une source. A Thugga, quoique la cité ait bénéficié de la présence de deux sources, l’une au nord et l’autre au sud, et du captage d'une troisième, rien n’indique l’existence d’un semblable culte. Cl. Poinssot a brièvement signalé la découverte de stèles néopuniques à la source d'Aïn-Mizeb, stèles qui, à notre connaissance, n’ont jamais été publiées99. Sans davantage de précisions et en tenant compte du fait que cette résurgence constituait alors la fontaine publique du village moderne, il n’est pas possible de déterminer si elles se trouvaient bien in situ.

  • 100 Lois, 778 c ; cf. Martin 1983, 27-30.

43Cet ensemble de quatre sanctuaires périurbains rattache a priori l'organisation de la topographie religieuse de Thugga à celle des nouvelles cités grecques conçues selon le principe orthogonal d’Hippodamos de Milet, tels que les a énoncés Platon : “Les temples seront disposés autour de l’agora et aussi en cercle autour de la ville sur les éminences, pour la sécurité et la propreté”100. Créant une réserve d’espace dont la mise en valeur signalait la conquête, ces sanctuaires devaient protéger la ville contre les agressions venues de l’extérieur. Il ne faut pas s’y tromper : non seulement les sanctuaires périurbains de Thugga ont été installés à des époques distinctes et parfois très éloignées, entre le iie siècle a.C. et le iiie siècle p.C., mais le choix de leur emplacement a pu dépendre de raisons très circonstancielles. Si, pour le sanctuaire africain de Saturne et pour le temple anonyme V, on peut l’expliquer par l’ancienneté du culte, voire par un impératif rituel ou une raison fonctionnelle, les temples italiques de Caelestis et de Minerve ont été, quant à eux, édifiés à la périphérie de la ville parce que c’étaient là que Iulia Paula Laenatiana et les Gabinii disposaient des terrains dont ils se défirent au profit de la communauté. Leur situation n’était donc aucunement liée à un élément naturellement et depuis longtemps sacré, ce qu’aucun indice n'atteste d’ailleurs, pas plus qu’au désir concerté de créer une ceinture de protection selon un projet bien défini.

44Pour conclure sur les sanctuaires périphériques, il faut enfin réfuter totalement l’interprétation de G. Charles-Picard expliquant la position excentrée des lieux de culte par "la volonté du sacerdos africain de se tenir à l’écart de la vie publique”. Nous avons plusieurs fois souligné qu’au contraire, les divinités africaines avaient largement intégré le panthéon public de Thugga comme celui de la plupart des cités d’Afrique et l'on peut d’ailleurs rappeler que, sauf l'anonyme V, les trois autres sanctuaires périurbains de Thugga furent financés ob honorem par des flamines, érigés sous la surveillance de curateurs et dédiés publiquement pro salute Imperatoris.

45En fin de compte, la diversité des cas de figure, à Thugga comme ailleurs, empêche d’énoncer des règles précises, ou en tout cas systématiques, en ce qui concerne le choix des aires d’édification des sanctuaires et elle oblige à prendre en compte tout ce que celui-ci pouvait avoir d’aléatoire. Même lorsque des constatations suffisamment récurrentes permettent de définir quelques principes, il ne faut pas perdre de vue que les fouilles demeurent très incomplètes sur la majorité des sites et que, comparé aux centaines de cités repérées en Proconsulaire et en Numidie, l’échantillon de sanctuaires sur lequel nous pouvons raisonner se révèle au total bien mince.

46Comme l’imposaient les traditions urbaines romaines que nombre de cités adoptèrent partout dans l’Empire, et même si, d'un point de vue formel, les habitants de Thugga ne les suivirent pas à la lettre, ils ont aménagé un forum qu’ils ont orné d’un capitole et ils ont pourvu leur marché d’un sanctuaire de Mercure. Comme des dizaines de ses consœurs africaines également, la ville possédait un sanctuaire de Saturne à sa périphérie et si aucun élément naturel ne paraît avoir fait l’objet d’une sacralisation particulière dans cette cité, c’est quand même en un point d’où l’on jouit d’un panorama spectaculaire que l’on installa l’aire de Ba’al. Dans ce cas, il existait une raison rituelle à ce choix, laquelle était encore assez puissante pour que presque quatre siècle plus tard, alors que la fragilité et l’instabilité du sanctuaire étaient déjà connues, on tînt absolument à conserver cet emplacement au prix de travaux finalement aussi coûteux qu’inutiles.

  • 101 La cité possédait deux sanctuaires de Saturne. Aux environs de 100, un premier sanctuaire est atte (...)
  • 102 Le Glay 1961, 113-115 ; Lézine 1969, 120-126.
  • 103 M. Le Glay n'exclut pas la présence d'un culte plus ancien à Cuicul car il semble que la colonie f (...)
  • 104 Le temple de Thamugadi, dont la construction n'est pas antérieure à la fondation de la colonie en (...)
  • 105 Au point que certains auteurs ont jugé que sa présence justifiait d'exclure de la catégorie des sa (...)

47La présence d’anciens lieux de culte a naturellement conditionné la présence de certains sanctuaires romains, mais elle n’est guère attestée qu’à la périphérie de la cité et pour deux sanctuaires seulement, et encore pour l’un d’eux, n’est-ce encore qu’une supposition. Dans la ville aussi on peut supposer que ce fut le cas de plusieurs temples car, au vu du nombre de divinités qui apparaissent à l’époque romaine, il ne fait pas de doute que la cité libyco-punique possédait déjà un panthéon fourni et de nombreux lieux de culte. On peut penser que le temple de Tellus et celui où l’on honorait sans doute Esculape ont ainsi pris la succession de sanctuaires plus anciens, ce qui, malgré l’absence de preuves matérielles, paraîtrait raisonnablement justifié par l'ancienneté de leur culte en Numidie ; leur plan romano-africain, comme celui des deux sanctuaires périphériques, pourrait être un argument dans ce sens, sans toutefois pouvoir être établi en principe car les templa Concordiae ont été, quant à eux, édifiés ex nouo sur un terrain privé. D'ailleurs, si l’on considère rapidement de ce point de vue les sanctuaires périurbains d’autres cités, cette règle ne se confirme pas non plus de manière systématique. Effectivement l’absence de podium caractérise bien les temples de Saturne qui ont succédé à une aire de Ba'al à Thugga, Thinissut, Hippo Regius ou Thignica alors qu'au contraire, les nouveaux temples qui lui furent consacrés à partir du iie siècle à Ammaedara, à Thubursicu Numidarum101, et probablement à Thuburbo Maius102, à Cuicul et à Thamugadi103 en sont tous pourvus104 ; le temple italique de Mercure Sobrius à Vazi Sarra a lui aussi été édifié ex nouo sur une aire provenant du domaine public, affectée par décret des décurions. Toutefois des exceptions existent ; tous les anciens lieux de culte ne furent pas aménagés sur le modèle des temples romano-africains et tous les nouveaux temples ne reçurent systématiquement un podium : ainsi, à Mactaris, le temple d’Apollon, se présente comme un temple italique situé au centre d’une cour à quadriportique, bien que l’existence du culte à l'époque numide soit indiscutable. La présence de nombreuses stèles libyco-puniques dans le temple de Saturne de Thuburnica assure que l’on y avait d’abord vénéré Ba’al. Monumentalisé en plusieurs étapes à partir du iie siècle p.C., il comprend pourtant, dans son dernier état, un podium dressé au fond de la cour pour asseoir les trois cellae. Il faut noter que l’autre temple périphérique de la même cité, celui de Mercure Sobrius, bien qu’édifié ex noua, n’en comprenait pas lui-même. Même si le podium qui se généralise à l’époque impériale dans l’architecture officielle constitue un indéniable signe de romanisation105, il apparaît donc que sa présence ne peut suffire à garantir qu’il s’agit bien d’un nouveau sanctuaire. Finalement, en l’absence de fouilles plus approfondies dans l’ensemble des sanctuaires de la ville, l’implication de la présence de vieux lieux cultuels dans la topographie religieuse romaine reste impossible à évaluer.

48Restent encore tous les temples pour lesquels nulle condition particulière ne semble avoir été prise en compte lors du choix de leur implantation : ainsi pour ceux de Minerve I et de Sol. Enfin, il faudrait évidemment identifier les cinq temples qui demeurent anonymes et pouvoir localiser ceux qui ne sont connus que par l’épigraphie, ceux du Genius Patriae et de la Mater Deum, sans doute sur le forum, celui de Cérès et les trois dont on ignore jusqu’au nom, pour cerner au mieux toutes les modalités du développement de la topographie religieuse de Thugga. Mais dans ce domaine encore, il faut composer avec de nombreuses inconnues en attendant l'aboutissement des recherches en cours. Quoi qu'il en soit, on perçoit que la fusion des communautés, dont a constaté les manifestations culturelles, religieuses et municipales durant trois siècles, a trouvé un terrain d'expression privilégié dans l’architecture religieuse publique. Les multiples influences qui caractérisent ses sanctuaires illustrent le profond syncrétisme dont Thugga fournit la preuve dans bien des domaines et l’on peut en dire autant de leur proximité puisque temples italiques et temples romano-africains se côtoyaient dans tous les quartiers de la cité où l'on honorait côte à côte anciens et nouveaux dieux.

Notes

1 1970, 123.

2 G. Charles-Picard 1954, 162.

3 De arch., 5.1.1.

4 L. Crema qui voit dans l’organisation d'un forum et la construction d’un capitole les signes de l'obtention d’un statut municipal romain fait de ce dernier un des principaux monuments de la place (1959, 35) alors que pour P.-A. Février, le capitole ne figure pas nécessairement parmi les temples d’un forum (1982, 342-343).

5 Comme dans la plupart des cités de l’Empire (Ward-Perkins 1970, 1-19).

6 On peut se reporter en particulier à Ben Baaziz 1987, 221-236.

7 Infra, p. 80, n. 132.

8 Infra, p. 83-85. fig. 3a.

9 Ben Baaziz 1987, 231.

10 Cagiano de Azevedo 1941,3-7 ; Bianchi Bandinelle Vergara Cafarelli & Caputo 1966, 95 ; Romanelli 1970, 10-108 ; Ward-Perkins 1993. 16-28.

11 G. Charles-Picard 1957. 49-65 ; Lézine 1963, 150-152.

12 Il est indirectement attesté par une dédicace du troisième siècle précisant que des statues impériales devaient y être conservées (AE, 1957, 55, cf. G. Charles-Picard 1957, 64).

13 CIL, VIII, 11798 ; cet arc fut érigé en 116 et fournit probablement la datation du forum.

14 CIL, VIII, 11799 + ILAfr, 200. Il manque la première ligne qui précédait pro restituta salute Imperatoris et portait la consécration aux dieux. Le soffite du bloc central porte une représentation d'un centaure et d'un griffon séparés par trois figures divines dans lesquelles G. Charles-Picard a reconnu la triade capitoline : "le centaure et le griffon sont les serviteurs monstrueux des Dii Patrii, Liber et Apollon ; leur association à Jupiter, Junon et Minerve nous fait croire que l'entablement provenait d'un capitole" (G. Charles-Picard 1957, 151-152).

15 Ben Baaziz 1987, 231.

16 Merlin 1913 ; Ennaifer 1976.

17 CIL, VIII, 27775.

18 CIL, VIII, 27769 ; Cagnat & Gauckler 1898, 8-9 ; Merlin 1913, 26 ; Barton 1982, 280-281.

19 CIL, VIII, 27772 ; cf. Merlin 1913, 13, n. 4.

20 D’après CIL, VIII, 27776, dans laquelle semble apparaître le même évergète.

21 Morel 1968, 45-46 ; infra, p. 40, n. 28.

22 La dédicace, gravée sur le sol, portait deux lignes dont la première occupait toute la largeur du forum (Maree 1954, 383-385).

23 Marec 1954, 368-370.

24 Marec 1954, 372 ; Lassus 1959, 316-319 ; Barton 1982, 288-289.

25 Marec 1954, 366-367 ; Morel 1968, 63-68.

26 ILAlg, I, 1274-1276.

27 Sassy 1953, 109-114.

28 Gsell & Joly 1914, 69-71.

29 Infra, p. 140, n. 159.

30 Gsell & Joly 1914, 63-64 ; Barton 1982, 314-315.

31 ILAlg, I, 1230-1231.

32 Des tambours de fûts de colonnes en marbre de Simmithus, seulement dégrossis, ont été trouvés sur la plate-forme qui le précède (Gsell & Joly 1914, 65).

33 Gsell & Joly 1914, sur la basilique : 71 ; sur la curie : 52-54.

34 A Carthage, l’existence de la curie est attestée en 160-169 (Apul., Fl. 18.8-9). A Thubursicum Numidarum. la curie et l'aerarium sont tous deux identifiés sur le même côté de la place, ce dont on a aussi l’exemple à Tiddis dont le minuscule forum (30 x 10 m) comprenait trois salles sous un même portique ; celle du centre possédait une fosse destinée à enfermer le trésor (Berthier 2000, 69-71). A Gigthis également, on a reconnu le capitole qui s'élève, selon le plan classique, au fond du forum à triple portique (Constans 1916a, 23-33 ; Barton 1982, 286-287), ainsi que l'aerarium aménagé dans la curie dédiée en 166-169 (CIL, VIII, 22710), sans doute au même moment que la basilique (Constans 1916, 37-38, 57). Sur Bulla Regia, infra, p. 249-251.

35 Face à la mer cependant, s'élève un vaste temple à podium dédié à Jupiter Optimus Maximus Dolichenus d'après la découverte à quelque distance d'un autel gravé au début du règne de Septime Sévère (IRT. 292 ; Bianchi Bandinelle Vergara Cafarelli & Caputo 1966. 1966, 122 ; Brouquier-Reddé 1992, 120-121) ; il n'est pas exclu que les déesses aient été présentes à ses côtés. En Afrique, les dévots de Jupiter, outre ses titres capitolins, lui ont aussi adjoint d'autres épithètes (infra, p. 92) ; celle de Dolichenus tiendrait à la piété personnelle du centurion de la iiie légion Auguste qui l’offrit en ex-voto.

36 Romanelli 1970, 70. Le forum est construit sur un terrain pentii du sud vers le nord, entouré de portiques dont celui du nord est interrompu par le temple italique orienté au sud. On pouvait y accéder par trois portes à grille, à l'est, à l'ouest et au sud (Gsell & Joly 1918, 60-72). Comme à Hippo Regius, la dédicace était inscrite sur le sol, en lettres de bronze dont n'est conservée que l'empreinte. Elle mentionnait la réfection du forum : cum porticu nouo (...) strauit (ILAlg, I. 2120).

37 ILAlg, 1,2135 ; Gsell & Joly 1918, 62-63.

38 Gsell & Joly 1918, 62-63.

39 Id., 65-66 ; Barton 1982, 293-294. Le culte capitolin est cependant attesté dans la ville par une dédicace à un couple de prêtres qui le desservait (ILAlg, I, 2146).

40 Infra, p. 74-75, fig. 1.

41 Le forum, orienté au sud, à une cinquantaine de mètres au nord de la voie de Carthage à Theueste, présente en lui-même un plan classique avec, au nord, un temple à péribole qu'il faut sans doute identifier au capitole. d'un plan semblable à ceux de Thugga et de Thamugadi (Baratte, N. Duval & Golvin 1973, 156-168, fig. 3-8 ; Baratte & N. Duval 1974, 46-48 ; N. Duval, 1982a, 646 ; Barton 1982, 281-282). Il paraît avoir été érigé dans le dernier tiers du iie siècle et doit être sensiblement contemporain du “bâtiment à fenêtres”, qu’il faut peut-être identifier à la basilique (Piganiol & Laurent-Vibert 1912, 94-120 ; Baratte & N. Duval 1974, 45-46) ; or celle-ci n'est pas en connexion avec le forum, mais elle s'élève au contraire quelques mètres à son angle extérieur sud-est

42 Le forum de Sbeïtla est carré, pavé, entièrement clôt par un mur dont la porte monumentale porte une dédicace datée de 140-145 (CIL, VIII, 11319). Le capitole, du moins généralement identifié comme tel (Cagnat & Gauckler 1898, 14-18, pl. VIII-X ; Merlin 1912, 6-13 ; N. Duval 1982., 606 ; Barton 1982, 304-306), est composé de trois temples italiques distincts, légèrement antérieurs au forum et accolés contre le mur d'enceinte, face à l’accès principal. Alors qu’une série de petites salles occupe les trois autres côtés, la curie se trouve enfermée dans l'angle sud-ouest du forum, écrasée par la masse des trois temples (elle est datée du milieu du iie siècle. N. Duval 1982, 606-607) ; la basilique n’est pas reconnue.

43 Le capitole n’a pas été prévu sur le forum de la colonie créée en 100. Celui-ci ne comprend qu’un petit temple, sans doute dédié au culte impérial, face à un autel de la Victoria Parthica de Trajan dédie en 116. Le capitole, colossal et somptueux, avec des chapiteaux de 1, 58 m de hauteur, s'élève en position dominante hors du centre public sur une vaste esplanade de 6 000 m2, incomparablement plus large que celle du forum. Ainsi, bien que n'occupant pas une position centrale dans le forum, il n'en apparaît pas moins comme un des principaux temples de Thamugadi (Gsell 1901, t. 1, 137-139 ; Courtois 1951,69-72).

44 La présence de boutiques n'est nulle part vérifiable en Afrique et, si les plans indiquent fréquemment de petites salles sous l'un ou l'autre des portiques, leur fonction est généralement indéterminée.

45 Martin 1972, 914-915 ; de Ruyt 1983, 282. Ainsi lorsque Vitruve préconisait d’instaurer le culte de Mercure, protecteur de la merx, sur le forum ou sur le marché, cela devait se comprendre en fonction du degré d'évolution de la cité (Bullo 1994, 522).

46 Dont le marché est daté de 9 ou 8 a.C. et reçut de nouveaux aménagements en 11-12 p.C. (IRT, 319 ; 332). Celui de Mactaris fut dédié avec la basilique en 88 (G. Charles-Picard 1957, 77).

47 La relation entre les forums et les marchés est très variable en Afrique. La place commerciale de Thibilis ne s'élève qu'à une trentaine de mètres du forum (de Ruyt 1983, 203-206) et à Mactar, le marché dans lequel a été trouvée une dédicace à Mercure, fut édifié au bord du forum de Trajan (Ben Baaziz 1987, 228). Ils étaient également proches dans les colonies militaires : à Ammaedara, le marché se trouvait à proximité du forum, s'il faut bien l’identifier avec la place à portique construite à l'est de ce dernier (Baratte & N. Duval 1974, 46) ; de même qu'à Cuicul dont le marché des Cosinii ouvre sur le portique nord-est du nouveau forum (de Ruyt 1983, 61-67). Outre le marché de Sertius qui s’élève hors du périmètre de la colonie originelle de Timgad, celle-ci possédait un deuxième marché qui existait sans doute dès la fondation et qu'une domus seulement sépare du forum (ead. 1983, 193-203). Exceptées Thugga. Thuburbo Maius. Bulla Regia. Thibilis et Mactaris, dans les autres cités préromaines, les marchés sont éloignés des places. C'est le cas à Hippo Regius dont le marché date du ier siècle (Mareec 1954, 363-365 ; De Ruyt 1983, 89-94), de même qu'à Gigthis (Constans 1916, 87-91 ; de Ruyt 1983, 75-79) ; quant au marché de Lepcis Magna, édifié au ier siècle, il est distant des deux forums (de Ruyt 1983, 97-105).

48 Merlin 1922 ; Lézine 1968a.

49 Cagnat & Gauckler 1898, 120-121, pl. XXIII.4-XXIV ; Merlin 1922, 6-16 ; Lézine 1968a, 11-14 ; id. 1963, 127-131 ; Barton 1982, 312-313.

50 De Ruyt 1983, 207-217.

51 CIL, VIII, 12366 ; Cagnat & Gauckler 1898, 70-71 ; Merlin 1922, 47.

52 Beschaouch, Hanoune & Thébert 1977, 89.

53 Merlin 1908.

54 La dédicace de ce dernier n’ayant pas été retrouvée, c’est principalement en raison de sa situation qu’il est identifié comme tel.

55 Merlin 1912a, ccxlii.

56 Infra, p. 135.

57 Lézine 1959, 247-253 ; id. 1963, 27-33.

58 Infra, p. 249, n. 51.

59 Merlin 1922, 32-33 ; Lézine 1963, I5.

60 Cette hypothèse a été émise par A. Merlin d’après la découverte de plusieurs bases et statues honorifiques dans la cour du temple (1922, 34-39). L’auteur cite à l'appui l'épitaphe du moissonneur de Mactar : ordinis in templo detectus ab ordinis sedi (CIL, VIII, 11824).

61 A. Merlin fait remarquer que nulle part les murs ne sont parallèles ni ne forment d'angle droit.

62 Un dieu coiffé d'une couronne murale posée sur un voile et portant une corne d’abondance qui doit sans doute être identifié à Saturne frugifer ; il était accompagnée d'une déesse dont le modèle principal était celui de Minerve coiffée du casque et portant une lance à laquelle furent ajoutées des ailes et une corne d'abondance qui la rapprochaient aussi de Victoria et de Fortuna ; elle portait également une couronne murale (Merlin 1908, 13).

63 AE, 1953,48 ; CIL, VIII, 25510-25513.

64 D'après A. Merlin toujours, à cause du grand nombre de statues de dignitaires qui se trouvaient aussi dans la cour antérieure (1908, 27 ; sur ces bases, 6-14).

65 A. Altherr-Charon (1977, 404-405) le rattache à cette catégorie en alléguant l’irrégularité des cellae ; mais la pièce de l'est constitue bel et bien un couloir menant à une autre salle et il n'y a ni abside, ni socle pour une statue cultuelle dans la pièce occidentale.

66 CIL, VIII, 25516 ; d’après la restitution d’A. Merlin 1908, 22.

67 CIL, VIII, 25512.

68 Gascou 1972, 116.

69 La basilique date du iie siècle ; des sondages y ont révélé des fondations d'habitations privées et elle fut reconstruite, peut-être à la suite d’un incendie, en 253, d'après une monnaie prise dans le support de la mosaïque du sol (Quoniam 1952, 463-464). L’abside où fut découverte la dédicace à Tibère fut ajoutée à cette époque et dut alors remplir la fonction de curie ôtée au temple (Beschaouch, Hanoune & Thébert 1977, 88).

70 Quoniam 1952, 467.

71 De Ruyt 1983, 58.

72 Maurin 2000, 101.

73 Vitr., 1.7.1 : aedibus vero sacris quorum deorum maxime in tutela civitatis videtur esse, et lovi et lunoni et Minervae, in excelsissimo loco unde moenium maxima pars conspiciatur aerae distribuantur. Mercurio autem in foro (---) in emporio.

74 Une autre dédicace à la foudre a été découverte par M. Le Glay en Grande Kabylie et ce sont les seules inscriptions faisant directement référence à ce type de monument en Afrique (1959, 101-109). Toutefois, M. Khanoussi rapproche ces textes d une inscription d'Uchi Maius où est attesté un sacerdos bidental(is), chargé d'enterrer la foudre (1999, 469-479).

75 Rossignoli 1994, 559-560, qui donne les exemples du temple anonyme et du temple d'Apollon de Bulla Regia, des temples de Saturne d'Ammaedara, de Gemmellae et à'Hippo Regius.

76 Sur la localisation des nécropoles de Thugga, voir en dernier lieu : Saint-Amans 2002, 44-48.

77 Infra, p. 226-227.

78 Sur la représentation de la Minerve poliade de Bulla Regia, infra, p. 253, n. 62. Sur une lampe de Thysdrus dont elle était le Génie, Minerve était représentée avec un trépied et une lyre (Le Glay 1975, 126). D’une manière générale, “la Minerve romano africaine ne manifeste son originalité dans l'iconographie qu'en ajoutant des attributs à ceux que lui avait donnés la Grèce” (G.-Ch. Picard, LIMC II. 1. 1109-1 110).

79 Saturne [no 89-103], Mercure [no 70 ?, n 71-72] et Pluton [no 54, 56-57]

80 Le Glay 1961,431-434 ; Rossignoli 1994, 568.

81 Le Glay 1966, 125-161, id. 1966a, 281-282 ; Romanelli 1970, 124 ; Rossignoli 1994, 582.

82 Le Glay 1961,274-277 ; Romanelli 1970, 124 ; Rossignoli 1994, 572.

83 Le Glay 1966, 202-206 ; id. 1966a, 289.

84 Ben Hassen 1992, 201-216.

85 Le Glay 1961, 323-334 ; Rossignoli 1994, 561.

86 In Thébert 1983, 135-163 ; Rossignoli 1994, 563-564.

87 Cagnat & Gauckler 1898, 21-22 ; Rossignoli 1994, 570.

88 Cagnat-Gauckler 1898, 66-69, pl. XX ; Bullo 1994, 520 ; CIL, VIII, 12002 et 12006.

89 Cagnat & Gauckler 1898, 72 ; Bullo 1994, 521 ; Rossignoli 1994, 573 ; CIL, VIII, 14690.

90 Constans 1916, 1 10 ; Ferchiou 1988, 174-190 ; Rossignoli 1994, 565-567 ; CIL, VIII, 26595-2596.

91 Bullo 1994, 526. Il faut mettre cette épithète en relation avec le tabou anti-alcoolique que devaient respecter certains prêtres : un prêtre d’Esculape de Theveste s'y conforma 34 ans (ILAlg, I, 2979 ; cf. Palmer 1997, 80-103) alors qu’un prêtre d'Hercule de Tipasa s’est vanté de l’avoir respecté pendant 123 ans (ILAlg. I, 1984 ; cf. G. Charles-Picard 1954, 128).

92 Leschi 1947, 87-97 ; Crema 1959, 125-126 ; Le Glay 1966, 125-161 ; id. 1991a, 75-77, pl. V ; Romanelli 1970, 125-126 ; Bullo 1994, 531-532 ; Le Glay 1991,73-75 ; Rossignoli 1994, 582.

93 1954, 162.

94 Ainsi le temple dédié à Caelestis en 242-244 à Hr Belda (CIL, VIII, 27432) ; édifié au sommet d'un des pics rocheux du Jebel Alia qui domine la plaine du Krib et la route de Carthage à Theveste, il appartient à la catégorie des sanctuaires de hauts lieux, implanté sur un site naturel extraordinaire, et fut probablement édifié sur un très ancien lieu de culte (Cagnat & Gauckler 1898, 30-31).

95 Le Glay 1966a. 288.

96 CIL, VIII, 12006 : aedes Mercurius Sobrius (...) aedem cum pronao et ara fecit (...) dedit loc(us) dat(us) d(ecreto) d(ecurionum).

97 Y. Duval 1971, 265-296.

98 Rakob 1969-70, 133-175.

99 1961, 265, n. 39.

100 Lois, 778 c ; cf. Martin 1983, 27-30.

101 La cité possédait deux sanctuaires de Saturne. Aux environs de 100, un premier sanctuaire est attesté à l'extérieur de la cité, mais avec l'extension de cette dernière, afin de respecter l'éloignement rituel des sanctuaires de Saturne, il devint nécessaire d’en construire un second, de type italique, sur une colline dominant la ville, peut-être dès l’aménagement du forum novum de la cité entre Trajan et Commode. Comme l'origine des stèles trouvées sur le site, dont les plus anciennes sont datées du iie siècle a.C., n’a pas été indiquée lors de leur découverte, rien ne permet de déterminer si ce sanctuaire a été ou non une aire sacrée auparavant où si toutes les stèles proviennent du premier temple (Le Glay 1961,367, 371).

102 Le Glay 1961, 113-115 ; Lézine 1969, 120-126.

103 M. Le Glay n'exclut pas la présence d'un culte plus ancien à Cuicul car il semble que la colonie fut installée à proximité d'une petite implantation numide (1966, 206). On peut en dire autant de Thamugadi. Dans une cité comme dans l'autre cependant, aucun vestige n'atteste une occupation primitive.

104 Le temple de Thamugadi, dont la construction n'est pas antérieure à la fondation de la colonie en 100, possédait un podium dès l'origine. Sa romanisation était encore renforcée par la façade tétrastyle de la cella centrale, la seule qui possédait un escalier axial menant à un pronaos ; ce qui d'un point de vue visuel, reléguait les deux cellae latérales qui en étaient dépourvues, au rang de simples annexes et donnait à l'ensemble l’allure d'un temple italique. Le podium du temple de Cuicul, édifié entre 100 et 150, puis embelli sous les Sévères, serait intégré à la basilique de Valentinien ier qui lui succéda (Le Glay 1966a, 281-282). Une des dédicaces du temple de Saturne de Khamissa mentionnerait des escaliers qu'il faut apparemment attribuer à un podium (ILAlg, I, 1237 : [templum cum porticibus et sc]alis ; cf. Le Glay 1961,367-369 ; id. 1966a, 282).

105 Au point que certains auteurs ont jugé que sa présence justifiait d'exclure de la catégorie des sanctuaires romano-africains tous les temples qui en étaient pourvus, sans qu'ils appartiennent pour autant au modèle italique puisqu’ils comptaient quand même trois cellae dont les proportions d’ensemble demeuraient plus allongées que profondes (infra, p.222, n. 29).

Table des illustrations

Légende Fig. 6 : Mactar (in G. Charles-Picard 1957).1. Forum numide. – 2. Temple de Liber Pater. – 3. Nouveau forum. – 4. Are de Trajan
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 7 : Althiburos (in Merlin 1913, 68).1. Capitole. – 2. Temple de Cérès ou Venus ? – 3. Chapelle de Minerve ? – 4. Chapelle de Jupiter ? – 5. Statue de Marsyas. – 6. Arc d’Hadrien. – 7. Arc triomphal.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7968/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 8 : Hippo Regius (in Hippo Regius, 1973, 26).1. Capitole ? – 2. Curie ? – 3. Place annexe. – 4. Accès principal. – 5-6. Accès secondaire.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7968/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 9 : Thubursicu Numidarum (Gsell & Joly 1914).1. Capitole. – 2. Temple anonyme. –3. Temple anonyme. – 4. Curie. – 5. Place à portiques et basilique.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7968/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 10 : Madaure (in Gsell & Joly 1918).1. Temple anonyme (capitole ?). – 2. Temple anonyme. – 3. Temple anonyme. – 4. Temple anonyme. – 5. Temple anonyme. – 6. Curie. – 7. Basilique. –8-10. Portes. –11. Théâtre.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7968/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 11 : Thuburbo Maius (in Merlin 1922, 109).1. Capitole. – 2. Autel du capitole. – 3. Temple de la paix. – 4. Temple anonyme. – 5. Marché. – 6. Temple de Mercure. – 7-8. Portes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7968/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 12 : Bulla Regia (in Beschaouch, Hanoune & Thébert 1977, 78).1. Capitole. – 2. Temple d'Apollon. – 3. Basilique. – 4-5. Portes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7968/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 13 : Les autres sanctuaires périurbains d'Afrique.a. Le temple d'Apollon à Mactaris (in Eingartner 1992, fig. 145). – b. Le temple de Mercure Sobrius à Vazzisara (in Cagnat & Gauckler 1898, fig. XX). – c. Le temple de Mercure à Gigthis (in Constans 1916, fìg. I). – d. Le temple de Mercure Sobrius à Thuburnica (in Rossignoli 1990, fig. 6). – e. Le temple anonyme de Bulla Regia (in Thébert 1983., fig. 4).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7968/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search