Version classiqueVersion mobile

Topographie religieuse de Thugga (Dougga)

 | 
Sophie Saint-Amans

Deuxième partie. Harmonisation des statuts juridiques, religieux et municipaux

Chapitre III. La vie religieuse jusqu’à la fin du iiie siècle

Texte intégral

  • 1 La pression fiscale et les confiscation des biens des cités par Maximin sont évoqués par Hérodien (...)
  • 2 Lorsque les iuuenes de Thysdrus, entraînant avec eux toute la population urbaine et rurale excédée (...)
  • 3 Il ne s'agissait probablement pas d'une simple vengeance personnelle car la légion avait démontré (...)
  • 4 SHA, Vit.Gord. III., 23.4.
  • 5 Cyprien, De mort., 14-15.
  • 6 Une première rébellion des tribus indigènes de la région d'Auzia avait troublé le règne de Sévère (...)
  • 7 Lepelley 1979, 84.
  • 8 H. Jouffroy a constaté ce déclin pour les constructions publiques à partir de la documentation épi (...)
  • 9 La révolte des iuuenes elle-même atteste la vigueur de l'idéal municipal dans ces cités qui refusè (...)
  • 10 Pour l’époque des Philippes à Aurélien, cf. Dupuis 1992. 233-280 qui commence par faire le bilan d (...)

1Au vu des nombreux chantiers publics entrepris sous les Sévères dans toute la province, et parce que, parmi-ceux-ci, les travaux de restauration se tirent de plus en plus nombreux, on constate toutefois que l'expansion et l'embellissement urbains, bien qu'encore florissants, engageaient déjà un mouvement déclinant. Quoiqu’elle ait été relativement épargnée si l'on compare sa situation aux autres provinces de l'Empire, l'entrée de l'Afrique dans la crise du iiie siècle fut tout de même brutale. Après avoir subi trois ans durant les exactions fiscales de Maximin1 elle s'y trouva plongée avec la révolte de 238 qui. pendant une année, fit de la Byzacène et des environs de Carthage la scène de plusieurs batailles et de représailles dans lesquelles certaines cités payèrent chèrement leurs choix politiques2. A la fin de l'année, l'arrivée de Gordien III à la tête de l'Empire eut une conséquence importante, car il commença son règne par dissoudre la iiie légion Auguste qui, en refusant de reconnaître la légitimité de son grand-père, l'avait conduit à l’échec3. En 240, il dut encore se débarrasser de l'usurpateur Sabinianus4 et quelques années plus tard, une épidémie de peste ravagea la province5. Au même moment, alors que les mauvaises récoltes ajoutaient le fléau de la famine aux incertitudes politiques, des bandes de barbares, profitant peut-être de la fragilité intérieure de la province et du départ des soldats de Lambèse, mirent le limes de Numidie et de Maurétanie sur le pied de guerre ; entre les principaux affrontements, des troubles endémiques perdurèrent jusqu’aux années 260 pendant lesquelles huit empereurs se succédèrent en des règnes courts et mouvementés6. Enfin, si l'Afrique protégée par la Méditerranée n'eut pas à faire directement front contre les envahisseurs perses et germaniques qui terrorisaient d'autres provinces, elle dut quand même participer fiscalement aux dépenses militaires croissantes et ses exportations pâtirent des difficultés que connaissaient ses clients, en particulier de l’effondrement de la monnaie en Italie7. C'est donc dans des conditions globalement mauvaises que se déroula le deuxième tiers du iiie siècle et la diminution spectaculaire du nombre des chantiers publics, comme celle de la production de céramique en sont la conséquence et la meilleure expression8. A partir de 235, si l'on se fie aux témoignages épigraphiques, à Thugga comme dans la plupart des cités africaines, toute vie municipale semble s’être éteinte jusqu'au règne de Gal H en. A cette date pourtant, l'obtention du statut colonial qui nécessitait au préalable des dépenses importantes et des démarches nombreuses pour aller solliciter les patrons, le gouverneur ou directement l’empereur, qui impliquait surtout que les notables avaient conservé le goût de leur res publica, montre que ce ne fut pas tout à fait le cas et que, si toute trace de construction a disparu entre 235 et 261, la vie municipale n’avait pas pour autant cessé9. Le fait est que, malgré un déclin indéniable de la province, la crise du iiie siècle doit être relativisée pour l’Afrique. Plusieurs signes indiquent que sans vraiment prospérer, les cités y ont quand même joui d’une position économique relativement enviable au regard de celle de leurs consœurs, ailleurs dans l’Empire. Ainsi, concernant les règnes de Gallien et Dioclétien, entre les phases de crises aiguës des années 235-260 et 270-285, on parle même de renaissance de plusieurs cités africaines10 et, en effet, entre 261 et 265 et à nouveau entre 286 et 305, non seulement on restaura de vieux édifices à Thugga et on les orna, mais surtout on en éleva de nouveaux et parmi ceux-ci, plusieurs sont des sanctuaires.

1. La renaissance sous Gallien

2Les conditions du passage de Thugga au rang de colonie, autant que l’embellissement monumental que suscita cette fondation, témoignent, sous le règne de Gallien, d’un bref renouveau prospère après vingt-cinq ans de léthargie évergétique puisque, comme partout, aucun texte ni monument ne peut être daté entre l’avènement de Maximin et la mort de Valérien.

1.1. Les conditions de la fondation de la colonie

  • 11 D'après M. Christol (1979, 221-223), suivant l'avis d'A. Merlin et L. Poinssot (1912, 109-158). Co (...)
  • 12 Lepelley 1997, 111-113.
  • 13 L'ambassade pro libertate publica, uolumtaria (sic) et gratuita d'A. Vitellius Felix Honoratus eut (...)
  • 14 CIL, VIII, 26561 = DFH, no 63., daté de 276-282. Pour Cl. Lepelley qui admet que Gallien supprima (...)
  • 15 Fragment inédit de CIL, VIII, 26559 + ILTun, 1416 publié dans DFH, no 62 ; infra, p. 195. n. 11.
  • 16 Beschaouch 1997, 76.

3La fondation de la colonia Licinia Septimia Aurelia Alexandriana Thugga est datée de 260-26111. Si la colonie a conservé, après celle de son fondateur, les épithètes sévériennes, elle a définitivement abandonné liberum. On en a déduit que Gallien n'avait pu maintenir l’immunité et que Thugga se trouva ainsi forcée de contribuer aux efforts de guerre ; peut-être même le statut de colonie, prestigieux et qui ne coûtait rien au Trésor, lui fut-il concédé pour compenser la suppression de son immunité12. Pourtant quatre textes publics datant de la colonie font encore état de sa libertas. Les deux premiers sont des dédicaces honorifiques à d'importants notables qui menèrent des ambassades à leurs frais, à Rome, pour y plaider la défense de leur libertas publica laquelle, selon toute apparence, incluait cette même immunité qui avait valu au municipe l'épithète liberum13. Dans un troisième texte, Probus est appelé conseruator dignitatis et libertatis et il ne paraît pas douteux que cette libertas fasse encore référence au même privilège, à nouveau menacé et à nouveau préservé14. Enfin un portique fut élevé en 265 pour commémorer la déduction ex forma de la nouvelle colonie15, ce qui signifie qu'elle fut fondée après un inventaire de ses biens et l'enregistrement de son régime d'imposition, selon un procédé qui confirmait donc d'éventuels privilèges fiscaux16.

  • 17 Entre 212 et 268, dix d'entre elles obtinrent le statut de colonie et seize autres celui de munici (...)
  • 18 Sur ce désir de romanisation des cités et la vitalité des institutions municipales, cf. Dupuis 199 (...)
  • 19 1992, 267-280.
  • 20 Tel le moissonneur de Mactar dont l’épitaphe raconte l’ascension sociale, dans les années 270, d'u (...)
  • 21 Pour ceux qui sont certainement datés. Sous Maximin, l'épigraphie n'a gardé la trace que de l’embe (...)
  • 22 Cf. Dupuis 1992, 242.
  • 23 Cf. Dupuis 1992, 243. Il faut remarquer que ces derniers avaient déjà été construits et restaurés (...)
  • 24 ILAfr, 506.

4Le maintien de cette libertas est donc un indicateur de la richesse relative des cités africaines qui ne subirent que les conséquences indirectes de la crise. Elle témoigne surtout que l'idéal civique n’était pas mort et que la pleine citoyenneté de tous les habitants de l’Empire depuis 212 n’avait pas suffi à le satisfaire. Les cités continuèrent a réclamer une promotion municipale17, ce qui leur coûtait du temps et de l'argent et ne saurait se concevoir dans des villes ruinées, désorganisées, qui auraient dû consacrer 1'essentiel de leur énergie à assurer leur survie et celle de leurs habitants18. En se tondant sur la liste des travaux menés entre 244 et 275, X. Dupuis19 a montré que les cités et les notables qui en avaient encore les moyens20 demeuraient prêts à dépenser pour ne pas déchoir de leur rang, ni sacrifier leur dignitas ; elles valent également si 1'on étend son étude à 1'époque précédente. Entre 235 et 268, de Maximin à Gallien, trente-neuf chantiers furent entrepris en Maurétanie, en Numidie et en Proconsulaire21. Ce chiffre représente certes un indice de construction élevé pour la période à l’échelle de l'Empire, mais tout de même guère plus que le total des trente-deux monuments utilitaires, civiques et religieux construits ou restaurés sous les Sévères dans les seules cités de Thugga, Lambèse, Mustis et Cuicul. Que sept tout au plus soient recensés en Maurétanie, et encore, avant 249, signale que c’est cette province qui pâtit le plus des troubles frontaliers qui ne touchèrent guère la Proconsulaire où l’on en compte en revanche presque trois fois plus22. L’autre fait important est que. dans les trois provinces, l’urbanisme public concerna l'ornatus des cités, dans vingt-quatre cas. plutôt que l’entretien de ses infrastructures ou de ses bâtiments utilitaires car, dans dix cas seulement, on restaura des voies, des canalisations et des thermes23. Ces chiffres deviennent plus significatifs encore pour la seule Proconsulaire puisque sur vingt-deux chantiers publics, si l’on excepte quatre édifices de nature indéterminée, on constate qu'un seul avait un but utilitaire, la restauration des thermes de Thibursicum Bure24. Tous les autres, quatorze temples, deux arcs et le portique du forum de Thugga, étaient destinés à embellir davantage les cités, témoignant d’une aemulatio municipalis vivace, de possibilités financières réelles et d'un cadre urbain encore en bon état malgré un climat économique et politique particulièrement défavorable.

1.2. Le portique des diui du forum

5Au moment de la fondation coloniale de Thugga, on observe justement une timide reprise de l’activité édilitaire totalement abandonnée depuis Sévère Alexandre. Bien qu'aucune structure ne soit visible, on sait par l’épigraphie qu'un monument du culte impérial fut élevé sur le forum en 265 afin de célébrer le fondateur de la colonie et son illustre ascendance.

  • 25 Infra, p. 196 n. 15. Proposition de L. Poinssot, précisant que la haste verticale conservée pourra (...)
  • 26 D’après Maurin 2000, 165-166. Abbir Cella, où un monument indéterminé fut élevé aux frais des Phil (...)
  • 27 Maurin 2000, 168.
  • 28 Livie est divinisée à partir de 42 et l’on s'attendrait ici à ce qu'elle soit appelée Diua Augusta (...)
  • 29 On ne connaît qu'une autre dédicace à Trajan divinisé, faite par le pagus Thunigabensis sous Sévèr (...)

6La dédicace à Gallien et Salonine faisant allusion à la déduction de la colonie concernait une porticus f[ori]25 qui coûta 100 000 sesterces, payés pour une moitié par l'empereur et pour l'autre par un particulier, [---]s Felix Iulianus26. Elle courait sur onze blocs dont la plupart étaient remployés dans la partie nord-ouest de la forteresse byzantine ; leur regroupement suppose qu'ils ont été débités et utilisés à proximité du lieu où l’on éleva le monument. C'est dans cette même zone, dans les portiques nord et ouest, qu’on étaient découvertes les sept bases portant les noms de sept diui, certainement gravées sous le règne de Gallien d'après leur paléographie très caractéristique [no 32-38]. D'après L. Maurin, elles ornaient le portique de 265, “les diui escortant le couple impérial qui enracinait son règne dans l'histoire impériale représentée par ses lignées les plus brillantes, confortant la légitimité de Gallien”27. Nous sommes d'autant plus portée à le croire que, outre la proximité des découvertes et la similitude de la gravure de la frise et des bases, la plupart des empereurs cités, Auguste et Livie, Claude, Vespasien, Trajan, Hadrien et Marc Aurèle, ont joué un rôle direct dans la romanisation des institutions et la promotion des habitants de Thugga : le premier, honoré avec son épouse28, passe pour le créateur du pagus que Claude a peut-être doté d'un ordo decurionum. Quant à la ciuitas, elle aurait reçu le sien d'un Flavien, mais on ignore lequel, peut-être Vespasien ; on sait en revanche que c'est Trajan qui prit la décision de lui donner une tribu29, même si les premiers à en bénéficier reçurent peut-être la Quirina d'Hadrien. Marc Aurèle, enfin, mit en marche le nivellement juridique du pagus et de la ciuitas qui aboutit à la création du municipe. Le portique comptait onze entrecolonnements et celui du centre devait être occupé par les statues de Gallien et Salonine, entourées de cinq diui à leur droite et cinq autres à leur gauche ; on peut donc supposer que trois bases restent encore à découvrir dans les murs de la forteresse. Si le critère d'élection des empereurs était bien leur attitude bienveillante envers la cité et ses citoyens. Septime Sévère et Caracalla, les fondateurs du municipe, ainsi que Sévère Alexandre qui préserva leur libertas publica pourraient compléter la série. Ainsi, non seulement Gallien se rattachait aux empereurs d'un âge d'or qui contrastait malgré tout cruellement avec la dureté des temps, mais par la fondation de la colonie, il concluait deux siècles d’évolution municipale dont toutes les étapes semblent avoir été représentées par une statue de leur promoteur.

1.3. Réfection du temple de Tellus

  • 30 Infra, p. 107-108.

7La dimension civique du culte que célébra alors publiquement la nouvelle colonie n’est pas plus négligeable : en 261, l’année même de la fondation, Botria Fortunata, fit restaurer, ou même reconstruire en totalité (a solo), le vieux temple de Tellus30. Ce qui importe ici est que dans ce temple composé de trois cellae, Pluton, le génie de Thugga, possédait la sienne et qu’il était normal de l’honorer à l’occasion d’un événement aussi important dans l’histoire de la cité. En réunissant l'uniuersus populus pour la cérémonie de la dédicace, la prêtresse du culte impérial le conviait à célébrer la vieille triade Tellus-CérèsPluton. Au moment où en recevant le statut de colonie, elle aurait théoriquement dû rompre avec ses racines pour copier pleinement le modèle d'une cité romaine, Thugga les réaffirmait donc au contraire en faisant à nouveau étalage de son riche passé, insistant sur les fondements locaux de son identité. En même temps, elle prouvait encore sa dévotion d’une part, à la personne de l’empereur puisque les travaux furent financés grâce à la somme honoraire du fiaminicat que Botria Fortunata fut. dans l’état de la documentation, la dernière à revêtir à Thugga, et que le texte [no 106] débute par la formulation des vœux pour Gallien et Salonine et d’autre part, à l’idéal municipal, en honorant aussi le génie de la cité. Au début du iiie siècle, ce culte conservait donc toute sa coloration civique et son pouvoir fédérateur.

2. Le temple de deus sol

  • 31 Cependant, X. Dupuis interprète une série de miliaires de Numidie gravées en 274 ou 275 qui exalte (...)
  • 32 CIL, VIII, 26650-26651. On ne peut mettre les dédicaces aux empereurs sur le même plan que les con (...)

8Ces deux monuments sont les seuls édifices religieux datés du règne de Gallien ; on en compte autant sous les Tétrarques, plus quatre autres constructions publiques. Dans toute la province, la décennie 270 à 280 marque, après ce bref intermède, la seconde grande phase de récession économique dont les répercussions se traduisent par une nouvelle interruption des chantiers de construction : même si les opérations militaires marquèrent alors une pause en Occident comme en Orient, la situation n’était pas pour autant totalement apaisée et la pression fiscale ne diminua pas immédiatement31. A l’exception des deux dédicaces à Probus32, ce qui est déjà notable, on ne peut dater avec certitude aucun acte officiel de la cité durant les dix-sept années qui séparent la mort de Gallien du règne de Dioclétien ; toutefois, l'activité édilitaire semble avoir repris quelques années avant l’avènement de ce dernier avec la construction du temple de Deus Sol.

  • 33 Khanoussi 2000, 121.
  • 34 Supra n. 32 ; photographies reproduites dans DFH, 45, no 18, fig. 25 et 168, no 63, fig. 118.
  • 35 Après la brève tentative d’Élagabal pour l’imposer comme dieu suprême et son bannissement de Rome (...)
  • 36 BMC, Aurelius, 301, no 321, la monnaie porte au recto : Sol dominus Imperii Romani et au verso : A (...)
  • 37 BMC, Aurelius, 256, no 6.
  • 38 C'est pourquoi, d'après la carte des cultes orientaux établie par J. Toutain (1967, 55-58). il est (...)
  • 39 Infra, p. 195, n. 14.
  • 40 Kienast 1996, 258-262.
  • 41 Bien que Carus soit connu comme diuus à Verecunda (CIL, VIII, 4221-4222) et à Rucuma (ILTun, 1197) (...)
  • 42 A Thuburbo Maius : ILTun, 719. Cf. Christol 1997, 61-71.

9Sa dédicace [no 104] fut totalement martelée, excepté la première ligne qui porte le nom du dieu et l’extrémité finale de la dernière qui porte celui de la colonie dont la mention assure que l’on se trouve après 261, et même après 268 à cause de l'absence des titres liciniens qui disparaissent de sa titulature après la mort de son conditor33. Le martelage court donc du début de la deuxième ligne aux deux tiers de la quatrième et dernière ligne, épargnant seulement la mention de la resp(ublica) col(oniae) que devait précéder le nom d'un proconsul ou d'un curateur dont la mémoire fit aussi les frais de la défaite de son protecteur. La graphie est très similaire à celle que l’on rencontre sur les inscriptions de Gallien comme les dédicaces du temple de Tellus et des bases des diui. Elle paraît plus fine et plus souple que sur les dédicaces à Probus34, mais moins qu’au style qui reste encore fondamentalement le même, on pourrait imputer ces dissemblances à un lapicide moins habile. Le règne d’Aurélien (270-275) conviendrait donc d’après les critères internes et externes de la dédicace. A l’appui de cette hypothèse, on peut invoquer le développement historique du culte de Sol dont l'apogée se situe sous son règne, lorsque l'empereur le réintroduisit dans le panthéon de Rome après un exil forcé et officiel de presque un demi-siècle35. Il lui confia la tutelle de l’Empire36, paré du titre de pacator orbis37 avec, dans cette époque incertaine, la charge de garantir l'unité et la stabilité des provinces ; le culte devint donc, sous son règne, un véritable outil de la propagande impériale, principalement diffusé par les militaires38. Mais la mémoire d'Aurélien ne fut pas damnée et le texte est postérieur à sa mort. Le règne des Tétrarques, dont la titulature garnirait bien les lignes 2/4, doit être exclu, car, si les noms de Dioclétien, Maximien et Galère ont été largement martelés, il n'en a pas été de même de Constance qui devrait alors apparaître. Il ne reste plus pour établir la datation du texte [no 104] que la décennie 276-285. Pendant ces neuf années régnèrent Probus, dont le nom fut préservé à Thugga39, puis Carus (282-283) et ses fils, Numérien (283-284) et Carin (283-285)40, trois empereurs qui furent victimes de la damnatio memoriae41. Aux deux lignes suivant la consécration à Sol, l'érasure est trop longue pour restituer la titulature d'un seul empereur. On peut donc supposer que les deux frères régnaient encore ensemble au moment de cette dédicace. D'ailleurs, une lois qu'Aurélien eut fait du culte de Sol le fondement de sa théocratie, la suprématie du dieu ne fut plus contestée, du moins par les païens, et Carin adopta, comme son père, le même titre de pacator orbis que le dieu42. Rien ne s'oppose donc à dater cette inscription du règne conjoint de Numérien et de Carin, entre 283 et 284.

  • 43 Plutôt qu'un dieu d'origine local, un nouveau Saturne interprété comme l’a proposé N. Kallala (199 (...)

10Le peu d'indications que contenait la dédicace dont le laconisme minimal révèle ici une rédaction très officielle, et le fait que la cité apparaisse à la source des travaux inclinent à reconnaître un nouvel acte civique de la cité se dévouant à un dieu impérial car, à cette époque et dans ce contexte, la divinité qui fut introduite dans le panthéon de la colonie ne pouvait que se référer à l’empereur43. Avec les deux dédicaces à Probus, ce texte constituerait donc le troisième témoignage d'une activité municipale à Thugga entre les règnes de Gallien et de Dioclétien. Celle-ci demeure encore extrêmement ténue si on la compare aux époques précédentes, mais elle reprend incontestablement avant de connaître, comme partout en Afrique, un nouvel essor à partir de 285. Les inscriptions se multiplient alors, hommages aux empereurs et dédicaces de monuments.

3. Les tétrarques

  • 44 1979,295,332.
  • 45 Mactaris : CIL, VIII, 1 1782 + 23413 ; Middidi : CIL, VIII, 608, cf. 1 1772 ; 11774 (cit. in Lepel (...)
  • 46 Lepelley 1979, 85.
  • 47 Lepelley 1979, 296-297.
  • 48 Gsell & Joly 1922, 70-73 ; Lepelley 1981, Notice Thibilis.
  • 49 CIL, VIII, 25520.

11Cl. Lepelley a recensé soixante et un chantiers publics entre 285 et 305 ; un tiers était encore consacré à des constructions et quinze à celle d'un temple44. Ce nouvel essor résulte directement des préoccupations de Dioclétien, “par la valeur et la prévoyance de qui toutes choses sont restaurées en mieux”45, puisqu'il délégua un proconsul spécialement mandaté pour quatre ans afin de superviser les travaux édilitaires dans la province et juger de leur bon aloi. A lui seul, T. Claudius Aurelius Aristobulus, veilla à l’exécution de treize chantiers entre 290 et 29446 et Cl. Lepelley, faisant le lien entre urbanisme traditionnel et patriotisme municipal, signale que l'ornatus est demeuré le principal objet des dépenses publiques47. Il est évident qu’à la fin du IIIe siècle, plusieurs cités avaient encore les moyens d’effectuer des travaux considérables et en firent la démonstration. Les plus ostentatoires sont celle de Thibilis, municipe des années 250, qui se para sous Dioclétien d’un forum et de tous ses attributs traditionnels48 et celle de Bulla Regia qui fit restaurer ses temples publics et les orna de peintures et de marbres49.

  • 50 ILAfr, 513.
  • 51 CIL, VIII, 26566 ; DFH, 50-51, no 21.
  • 52 CIL, VIII, 26567 + CIL, VIII, 26573 + ILAfr, 532.
  • 53 De l’inventaire des dédicaces de monuments publics dressée par Cl. Lepelley (1981, 219-220), il fa (...)
  • 54 Infra, p. 172, n. 38.

12A Thugga, au vu des inscriptions, les travaux furent également importants. Les magistrats dédièrent un monument public pour le salut de Maximien ; rien n’indique de quoi il s’agissait50. En 293 ou en 298, elle finança l'achèvement du temple de la Mère des Dieux et elle fit encore élever, entre 295 et 296, un autre édifice indéterminé auquel se rapportent deux dédicaces : la première est gravée sur une frise pour le salut de Constance Chlore51 ; la seconde, sur un grand bloc parallélépipédique, pour le salut de Galère, a été martelée52 ; malgré la différence du support, la similitude de la gravure, du contenu et la présence aux deux dédicaces du curateur Egnatius Tuccianus indiquent entre elles une relation architecturale. D’après leur lieu de découverte, l’édifice qu'elles paraient s’élevait sur le forum. Les deux autres chantiers publics ne sont pas précisément datés dans la Tétrarchie53 : il s'agit de la construction de l’arc qui s’élevait au nord est de la ville54 et de la restauration du temple du Génie de la Patrie.

3.1. Les dernières constructions religieuses

  • 55 L’expression Genius Patriae est du reste relativement rare ; elle apparaît en Numidie à Verecunda (...)
  • 56 Le Roux 2002, 151.
  • 57 Kallala & Maurin 2000, 272.
  • 58 Sanctum Genium Thamogadensem ciuis et amator constituit ciuitatis (Lepelley 1981, 448 ; id. 1992, (...)

13Plusieurs particuliers financèrent la nouvelle ornementation, plus belle que la précédente, du temple du Genius Patriae [n° 51J dont nous ignorons à quelle date il fut édifié, mais dont le culte remonte aux premiers temps de la cité55. Leur évergésie témoigne à la fois de leur fierté civique et de leur affection pour leur communauté ; dans le culte de cette divinité attachée à sa naissance, c’est toute l'histoire de Thugga qui était évoquée, “la singularité et la personnalité d’une cité forgée au cours du temps”56 et les liens tissés ente ses concitoyens. Un clarissime dont le nom a disparu apparaît comme le principal bailleur de fonds des travaux auxquels contribuèrent un décurion, Papirius Balbius Honoratus qui versa 61 000 sesterces, semble-t-il à titre de libéralité privée et les héritiers de Sergius Firmus Iunianus, apparemment chargés de s’acquitter de la somme honoraire que celui-ci restait devoir à la cité. L’exposition détaillée des sources de financement montre le souci de chacun d'afficher sa propre évergésie en soulignant que la cité n'y avait pas contribué57. Par cet acte dont la libéralité paraissait d'autant plus grande qu'elle n'était pas indispensable, ils célébraient l’idéal municipal en appelant pour la cité les bienfaits de son dieu tutélaire. Une base dédiée au ive siècle au Génie sacré des habitants de Thamugadi témoigne avec une “insistance quasi pléonastique sur la citoyenneté” de l’engouement tardif des africains pour le culte des génies de cité, expression sacrée de l'esprit municipal classique58.

  • 59 Ce collège religieux est bien attesté en Afrique Proconsulaire, à Carthage, Lepcis Magna et Mactar (...)
  • 60 Les fragments des deux textes ont été trouvés dans la zone du forum et du Capitole, mais aucun ves (...)
  • 61 Hors de Carthage, de Lepcis Magna et d’Utique, le culte n'est attesté en Proconsulaire, que dans l (...)
  • 62 Voir en particulier Pavis d’Escurac 1976. 223-242.
  • 63 C'est une constante des dédicaces de dendrophores que de débuter par une formule de sauvegarde pou (...)
  • 64 CIL, VIII, 9401.
  • 65 Pavis d'Escurac 1976, 224.
  • 66 Lucr., 2.606-609.
  • 67 Carthage : cf. Saumagne 1924, 187-190 ; Vermaseren 1986. 34-40, 173-178 ; Mactar : CIL, VIII, 2340 (...)
  • 68 CIL, VIII, 12570.
  • 69 ILAfr, 355 + ILTun, 1047.
  • 70 ILAfr, 356.
  • 71 CIL, VIII, 24521.

14Dans l'état de nos connaissance, le culte de la Mère des dieux fut le dernier a donner lieu à une dédicace publique [no°64] puiqu’entre 295 ou 298, la res publica acheva l’édification du temple que les dendrophores59 avaient entreprise à la fin du règne de Sévère Alexandre, en 234 ou en 235 [no 63]60. Il était voué tant à l’exaltation de l’empereur que de la cité et se répandit dans les zones côtières et dans les villes les mieux romanisées de l'intérieur de la province, en général des colonies, des municipes ou de vieux centres de tradition punique61. Cet ancien culte public de Rome qui connut un développement considérable sous les Sévères unissait profondément la cité qui le célébrait à la fondation et au destin de la capitale de l’Empire62. C’était un culte officiel, solidaire du culte impérial63 : ainsi, à Cirta, les dendrophores se dévouèrent aux empereurs appelés Castor et Pollux64. En Afrique d’ailleurs, ces sacrifices furent, sauf rarissimes exceptions, toujours pratiqués pour le salut de la famille impériale ; enfin, l’image et les attributs de la déesse, mater deorum furent volontiers affectés aux impératrices, mater diuorum65. C’était aussi un culte civique car la déesse parée de la couronne murale avait initialement vocation à protéger les villes élevées dans des sites naturellement fortifiés66 et il est naturel que les autorités municipales l'aient soutenu directement en s'investissant financièrement comme à Carthage, Mactar ou à Banasa67. D'un point de vue chronologique, le culte de Thugga pourrait s’être développé parallèlement à celui de Carthage où existait également un collège de dendrophores68. On ignore à quelle époque il fut fondé dans la métropole et les textes publics datés qui en font état sont une dédicace à la Mater Deum Magna Idaea pour le salut de Septime Sévère, gravée en 204-20569 et une autre pour celle de Valérien et Gallien, en 255-25970 ; ces deux textes sont mutilés et l’on ne sait pas s’ils mentionnaient des travaux ; en 331-333 enfin, le temple fut restauré aux frais publics71. Dans les trois dédicaces, la présence du proconsul assure qu’il s’agissait, comme à Thugga, d’un des cultes publics de la cité.

3.2. Caractéristiques civiques des panthéons municipaux à la fin du IIIe siècle

  • 72 Cl. Lepelley en recense encore 6 sous les Tétrarques et douze pour toute la période considérée (19 (...)
  • 73 Napotius Felix Antonianus, flamine perpétuel, fit remettre en état l’atrium des thermes de Caracal (...)

15Après le silence des règnes de Maximin à Gallien, on voit donc que l’activité économique et municipale de Thugga amorça une nouvelle phase ascendante qui s’épanouit à la fin du iiie siècle. De nombreux signes montrent que l'idéal civique y était resté vivace avant et après la promotion coloniale et la caisse publique comme les bourses privées furent mises à contribution pour le manifester. Malgré une conjecture économique défavorable, de l’argent était encore disponible et les notables continuèrent de le dépenser en libéralités et en honneurs jusqu’à la fin du ive s.72 C’est justement de Thugga que proviennent les mentions africaines les plus tardives d’un don pro honore flamonii perp(etui) entre 376 et 377 et, d’un second, entre 379 et 383, ob honorem duo[uiratus]73.

  • 74 Lepelley 1979, 317.
  • 75 Lepelley 1979, 63-66, 89.
  • 76 Une dédicace à Faustine la Jeune, datée de 163-180 (CIL, VIII, 26532), était déjà gravée sur la ba (...)
  • 77 Lepelley 1979, 316-317 ; Ben Abdallah & Maurin 2000, 311.

16Cependant, ces signes d'un nouveau souffle ne peuvent faire oublier que la pression fiscale grevait encore lourdement les ressources des particuliers comme ceux des cités74. Dans l’ensemble de la province, cela se traduit par le nombre croissant des restaurations et des embellissements au détriment de nouvelles constructions, plus onéreuses, et les dédicaces soulignent à l'envi l’incurie des précédents responsables qui avaient laissé se dégrader les monuments publics75. A Thugga. l’appauvrissement de la cité et des élites se décèle à des détails : ainsi, on a attendu quatre ans après la fondation de la colonie pour ériger le portique qui la commémorait ; de plus, pour édifier le monument, on remploya des bases du iie siècle dont on utilisa simplement une des faces anépigraphe76. Si Botria Fortunata put assumer seule la reconstruction du temple de Tellus, il fallut la contribution de plusieurs personnages pour restaurer celui du Génie de la Patrie et parmi ceux-ci, l’un d'eux était mort avant de s’être acquitté de sa dette réglementaire envers la cité. Les disponibilités financières ne correspondaient donc pas nécessairement à la bonne volonté des évergètes ou à leur désir de briller et ne leur permettaient pas non plus de toujours assumer leurs charges. Mais, comme dans d’autres cités, les traditions évergétiques conservées à Thugga avec un formalisme pointilleux, assurèrent malgré tout le maintien d'un cadre monumental digne de l'idéal de civilisation romaine77. C'est la nature et la fonction des cultes alors célébrés qui illustrent encore le mieux cet idéal : ceux de Tellus et de Pluton, génie de Thugga, de la Mère des Dieux et encore du genius Patriae.

17De ce point de vue aussi, on constate que Thugga s’inscrit dans un mouvement historique général puisque pendant cette période, la religion impériale et municipale a occupé la place la plus importante dans la majorité des panthéons municipaux, en particulier après le règne de Gallien où elle supplanta très largement les cultes d'origine nationale.

  • 78 CIL, VIII, 8460 ; ILAlg. I, 1238 ; CIL, VIII, 23145. Dans le dernier sanctuaire, certaines stèles (...)
  • 79 CIL, VIII, 21581.
  • 80 Infra, p. 180, n. 98 et p. 183, n. 116.
  • 81 Auittina : CIL, VIII, 25842 ; Macomades : AE, 1905, 35 ; Sertei : CIL, VIII, 8826 ; Asadi : CIL, V (...)
  • 82 Le Glay 1966, 242-251 ; Bénabou 1976. 304-308 ; Dupuis 1992, 243-244.
  • 83 CIL, VIII, 21665.
  • 84 CIL, VIII, 9020.
  • 85 CIL, VIII, 16319.
  • 86 Même s'il comptait encore des fidèles à la fin du ive siècle, comme en témoignent les stèles les p (...)

18Des dieux d’origine indiscutablement africaine furent encore honorés de manière officielle entre 235 et 268 : Saturne à Sitifis, à Thubursicu Numidarum, à Hr-es-Srira78 et peut-être encore à Oued-el-Hammam où l’on s’adressa au deus Aeternus79 ; Caelestis à Satafis, au fundus Turris Rutundae et à Hr-Belda80 ; et d’autres dont on ne peut garantir qu'ils ne furent introduits dans de vieilles cités libyco-puniques qu’après l’annexion romaine : Pluton à Auittina et à Macomades ; Frugifer à Sertei et les Cereres à Asadi81. Enfin, la grotte du Taya sur les parois de laquelle les magistats de Thibilis et les Dothenses qui y honoraient ensemble Bacax gravèrent leurs noms de 210 à 284, ainsi que le sanctuaire de Saturne à Nouar dont les stèles sont datées de 214 à 272, sont des exemples remarquables de la vitalité de ces vieux cultes à une date tardive82. Pour la dernière fois cependant, puisque si l’on excepte la Dea Maura dont un curateur d’Albulae fit restaurer le temple en 29983, peut-être Pluton et les Cereres qui reçurent un autel en ex-voto entre 312 et 324 à Auzia84, et encore ces dernières auxquelles un citoyen de Lares dédia une aedicula au début du ive siècle85, on ne peut plus assurer l’origine indigène d’aucune des divinités qui furent honorées après les années 270. M. Le Glay a montré que le déclin du culte de Saturne à partir des années 250 fut irrémédiable86 et il semble que ses conclusions puissent s'appliquer à tous les cultes d'origine indigène à la même époque. Ainsi, à Thugga, comme ailleurs, la rénovation du temple de Tellus apparaît comme la dernière marque de dévotion pour une des plus anciennes déesse de la cité, peut-être vieille de quatre ou cinq siècles.

  • 87 A cause de la brièveté de leur passage et parce que plusieurs d'entre eux furent damnés à l'issu d (...)
  • 88 On célébra les Victoires de Gordien III à Thuraria (CIL, VIII, 25371), la Victoire d'Aurélien à Su (...)

19En revanche, en ces temps troublés, les cultes civiques et celui de l’empereur, refuges du patriotisme impérial et municipal contre les agressions extérieures, paraissent avoir partout drainé l'essentiel de la religion africaine, dès l’avènement de Gordien III et jusqu’à la fin de la Tétrarchie. A Thugga, on peut considérer les cultes de Sol et de la Mater Deum comme relevant en grande partie du culte impérial dont on n’a plus aucun témoignage direct après le règne de Gallien. Dans le reste de la Proconsulaire et de la Numidie, en revanche, les dévotions aux diui ont laissé des traces plus récentes, jusqu'à la Tétrarchie87 ; parallèlement, le culte de la Victoire militaire des empereurs continua de bénéficier de la piété inquiète de la population88. Les seules divinités qui connurent un succès comparable étaient attachées à l'idéal civique.

  • 89 Durant cette période, en Maurétanie, on restaura ou on embellit le capitole de Caesara (AE, 1914, (...)
  • 90 Nouar en 244 : CIL, VIII, 20429-20430 ; Thysdrus, entre 240 et 250 : CIL. VIII, 22845 ; Lepcis Mag (...)
  • 91 Infra, p. 202.
  • 92 CIL, VIII, 14891.
  • 93 CIL, VIII, 15881.
  • 94 Sermons, 62.9-10 ; cf. Lepelley 1992, 133-134.
  • 95 Augustin, Epist., 50 ; cf. Lepelley 1981, 306.

20La triade capitoline dont le culte connut une nouvelle vigueur après la vague de constructions du iie siècle89 et les Génies municipaux. Ainsi, au milieu du iiie s., on honora les Genii de Nouar, de Thysdrus et de Lepris Magna, ainsi que la Tutela coloniae Thizikae90. Le culte bénéficia d’une ferveur tardive : outre la dédicace déjà citée de Thamugadi91, on connaît un particulier qui offrit une statue en bronze du genius municipii de Tichilla sous le règne de Probus92 ; à la fin du iiie ou au début du ive siècle, un autre fit restaurer le temple de Vénus à Sicca Veneria dont la déesse était tutélaire depuis des siècles93 et, aux alentours de 399, Saint Augustin prononça un discours à Carthage dans lequel il fustigeait les chrétiens qui se compromettaient en participant encore à la cena publica organisée lors des cérémonies pour le Genius Karthaginis94. Enfin, à la même date, les chrétiens de Sufes qui avaient détruit la statue d'Hercule, genius de la cité, furent massacrés par la partie de la population restée païenne95.

4. La fin du paganisme a Thugga

  • 96 Lepelley 1979, 343-352. Dès 399, deux envoyés impériaux débarquèrent à Carthage pour procéder à la (...)
  • 97 Les thermes antoniniens, infra, p. 15, fig. 3, no 38.
  • 98 Titres dont il fut paré à Casae (CIL, VIII, 4326) et à Thibilis (ILA/g, II.2, 4674) ; cf. Lepelley (...)
  • 99 Lepelley 1979, 98-106.
  • 100 Aounallah & Maurin 2000, 310.
  • 101 En témoigne la découverte d'un ex-voto accompli in nomen Dei et in nomen martuorum (CIL VIII 27332 (...)
  • 102 La partie occidentale du sanctuaire qui comprend le temple et les portiques du fond de cour est bi (...)
  • 103 La modification la plus importante fut, à une date également indéterminée, la réfection du dallage (...)

21La Tétrarchie marqua donc un réel renouveau urbain et religieux et Thugga témoigne avec insistance d'un phénomène général à la province. Les années 303-305, pendant lesquelles les empereurs persécutèrent systématiquement les chrétiens, constituent la fin de 1'histoire païenne de Thugga et après 305, plus aucun culte n’y est attesté alors que dans le reste de l’Afrique, leur déclin puis leur disparition sont rapides96. Si l’on excepte la brève tentative de Napotius Felix Antonianus pour restaurer une partie du patrimoine d’antan, entre 376 et 38397, toujours dans les formes évergétiques les plus traditionnelles, c'est toute la vie municipale et édilitaire qui s'est alors éteinte. Même durant les règnes de Julien, “restaurateur de la religion romaine et des rites sacrés”98, puis de Valentinien ier, pendant lesquels on observe les dernières recrudescences de l’activité urbaine en Afrique99, une irrémédiable léthargie a envahi cette cité qui fut parmi les plus actives des périodes précédentes et ce n’est pas le christianisme dont les vestiges sont ténus, encore qu’il faille tenir compte à ce propos de l’absence d’études et de fouilles, qui la réveilla100. Au cours du ve siècle, si ce n’est dès la fin du ive, la cité est redevenue un simple hameau dont les monuments furent laissés à l’abandon, petit à petit pillés pour en récupérer les matériaux, ceux du sanctuaire de Saturne par exemple qui furent remployés dans la construction de l’église de Victoria où se pratiquait un culte des martyrs101. On ignore quand et comment furent abandonnés les temples romains ; contrairement à des villes comme Sufetula ou Thuburbo Maius, on ne peut déceler à Thugga aucune transformation de lieu de culte païen en église ou en basilique chrétienne. C’est ainsi qu’ont pu être interprétées les modifications apportées au sanctuaire de Caelestis dont le podium fut prolongé en arrière par deux murs rectilignes jusqu’au péribole ; cependant, leur construction sommaire et grossière fait hésiter sur l’époque et l’usage de cet ajout et il n’est pas du tout certain qu’il s’agisse bien d'une transformation en église. Dans les autres temples où des traces de modifications sont encore visibles, ceux de Minerve II102 et des Victoires de Caracalla103 on ignore quand et à quel usage on les transforma.

  • 104 Desanges 1997, 22-23.
  • 105 Procop., De aed., 6.5.15.

22Désormais, l'importance de Thugga paraît à peu près nulle : des cinq évêques dits a Thucca que mentionnent les documents ecclésiastiques entre 256 et 484, aucun ne peut être rattaché avec certitude à Thugga et deux d’entre eux sont certainement à exclure104. Il faut encore, à la suite de Procope105, mentionner la forteresse édifiée entre 533 et 698, sur le forum et qui incluait le capitole. Son rôle défensif était sans doute moindre que celui des vastes et puissantes fortifications de Thignica ou Thibursicum Bure qui se trouvaient directement sur la route de Carthage à Tebessa, alors que Thugga en était écartée. En l’état actuel de l'exploration du site, c’est donc à la fin de la Tétrarchie que se clôt le développement de la topographie religieuse de Thugga romaine.

Notes

1 La pression fiscale et les confiscation des biens des cités par Maximin sont évoqués par Hérodien (7. 3-4) et l'Histoire Auguste (Vit. Max. II. 14.1-2 ; 19. 4-5 ; Vit. Gord. III, 7.2). Plusieurs inscriptions relatent des remises d'arriérés d'impôts que les cités ne parvenaient pas a acquitter et rendent compte de leurs récriminations contre l’avidité de l’empereur (et. Kotula 1959-1960, 199-200). L'auteur souligne que les milliaires de Maximin trouvées par dizaines, sont davantage des signes de propagande que des preuves réelles de restauration des routes, sinon pour celles qui menaient aux ports de Thysdrus, Lepcis Mugita, Hadrumetum et Carthage d'où les taxes en nature et en numéraire partaient pour Rome.

2 Lorsque les iuuenes de Thysdrus, entraînant avec eux toute la population urbaine et rurale excédée, proclamèrent empereurs le proconsul Gordien I et son fils, Gordien II, ils furent presque immédiatement battus près de Carthage par le légat de Numidie, Capellianus, qui assura le soutien de la troisième légion Auguste à Maximin. Thysdrus et la capitale furent alors réprimées dans un bain de sang avant que la même année, Gordien III, petit fils du proconsul, ne monte finalement sur le trône pour six ans (sur ces événements, G. Charles-Picard 1957, 93-95 ; Kotula 1959-1960, 197-211 ; Loriot 1975, 688-702 ; Lepelley 1979, 82-85 : Jacques 1980, 224-230).

3 Il ne s'agissait probablement pas d'une simple vengeance personnelle car la légion avait démontré qu’elle constituait un enjeu important et une force décisive lors d'une guerre civile. De plus, qu'elle n'est pas été remplacée, mais bel et bien supprimée indiquerait, d'après M. Bénabou (1976, 209-21 1), un changement de la politique militaire rendu nécessaire par les conditions d'évolution du limes alors pratiquement dépassé par les colons et l'impossibilité, en tout cas la non rentabilité assurée, d'une extension du peuplement au-delà des steppes où il était déjà coûteux de se maintenir.

4 SHA, Vit.Gord. III., 23.4.

5 Cyprien, De mort., 14-15.

6 Une première rébellion des tribus indigènes de la région d'Auzia avait troublé le règne de Sévère Alexandre en 227, mais elle était demeurée très localisée (P-A. Février 1981, 143-148). De 239 à 243, les troubles causés par les Baquates restèrent cantonnés à la Tingitane. Pendant une dizaine d'années, entre 253 et 262, des tribus Maures et Bavares pratiquèrent des razzias régulières en Maurétanie Césarienne et en Numidie (Bénabou 1976, 214-231 ; Christol 1976, 69-77 ; P.-A. Février 1981, 143-148). Les troubles reprirent dans les années 290, comme l’attestent plusieurs inscriptions de Lambèse, de Miliana, d'Auzia, de Saldae et de Cherchel (recensées dans Jouffroy 1986, 239, n. 149-150).

7 Lepelley 1979, 84.

8 H. Jouffroy a constaté ce déclin pour les constructions publiques à partir de la documentation épigraphique (1986, 281) ; E. Fentress, P. Perkins et F. Jacques concluent également à une récession économique durant la même période, mise en évidence par une baisse de la production et de l’exportation des sigillées claires de 35 % par rapport à l'époque sévérienne (Fentress & Perkins 1988, 205-214 ; Jacques 1989. 238-244).

9 La révolte des iuuenes elle-même atteste la vigueur de l'idéal municipal dans ces cités qui refusèrent de se soumettre “au pouvoir d'un empereur qui les niait” ; il fondait la cohésion sociale qui avait permis d'entraîner ensemble honestiores et humiliores contre un de ses représentants officiels (Jacques 1984. 82).

10 Pour l’époque des Philippes à Aurélien, cf. Dupuis 1992. 233-280 qui commence par faire le bilan des recherches et des résultats antérieurs ; pour la période suivante jusqu'en 439. cf. Lepelley 1979. Leurs études confirment bien les témoignages des auteurs antiques sur la prospérité de l’Afrique au iiie siècle (sur ces sources, Lepelley 1979, 29-36).

11 D'après M. Christol (1979, 221-223), suivant l'avis d'A. Merlin et L. Poinssot (1912, 109-158). Contre l'opinion d'A. Beschaouch (1969, 205-208) qui attribuait plutôt la colonie aux années 253-260 des règnes conjoints de Valérien et Gallien, arguant à juste titre que, si après cette date Gallien avait été le seul conditor de la colonie, elle aurait du adopter les épithètes Licinia Gallieniana, dont la dernière servait à distinguer ses propres créations de celles de son père (cf. dans le même sens Gascou 1982, 275-276 ; Lepelley 1997, 109). C'est pourtant, et contrairement aux normes des titulatures des cités, la datation de M. Christol qui doit être retenue. Un fragment inédit d'ILTun, 1416, datée de 265, a été récemment publié dans DFH. no 62 : [I]mp(eratore) Aug(usto) col(oniam) deducent(e) ex forma. Le datif singulier confirme qu’un seul empereur, donc Gallien, était à l'origine de lacolonie.
En outre, deux bases identiques ont été découvertes près de l'exèdre, face au capitole et sur le forum, dédiées, l’une à Gallien et l'autre à Salonine (CIL., VIN. 15506 ; ILAfr, 566 = DFH, no 16-17). Leur datation en 261 incline à penser qu'elles ont été érigées à l'occasion de la fondation (Maurin 2000, 43). Sur la colonie, voir en dernier lieu Maurin 2000, 42-44. 62.

12 Lepelley 1997, 111-113.

13 L'ambassade pro libertate publica, uolumtaria (sic) et gratuita d'A. Vitellius Felix Honoratus eut lieu entre 261 et 268 (CIL, VIII, 26582 = DFH, no 70). Cette libertas publica a pu être interprétée comme la summa libertas du statut colonial et on a avancé que la délégation était venue solliciter ce rang auprès de l'empereur (Christol 1979, 221-222 ; Dupuis 1993, 63-73). Mais F. Jacques l'a identifiée ajuste titre au même privilège fiscal dont avaient joui le pagus puis le municipe, ne serait-ce que parce que, dans un cas différent, on aurait choisi un vocable moins équivoque (Sévère Alexandre devrait son titre de conseruator libertatis à la confirmation de ce même privilège ; Jacques 1991,594 ; dans le même sens : Gascou 1997. 102 ; Maurin 2000, 185). Un autre notable, L. Instanius Commodius Asicius Adiutor, avocat public ( ?), aurait également été gratilié d'une statue entre 268 et 284 pour un motif semblable (CIL, VIII, 26601 = DFH, no 78) puisque, si l'on suit la restitution de X. Dupuis (1993, 66-67), il alla se faire entendre [ad] s[acr]as aures sine one[re] rei [publicae].

14 CIL, VIII, 26561 = DFH, no 63., daté de 276-282. Pour Cl. Lepelley qui admet que Gallien supprima le privilège fiscal de la cité, cette libertas désignerait une autre faveur, comme la remise d'un arriéré d'impôts que les empereurs pratiquèrent aux ive et ve siècles et, dans ce texte, les autorités municipales l'auraient illusoirement associée à leur privilège disparu (1997, 113). L'interprétation de F. Jacques (1991,595) paraît plus convaincante : la dignitas de la cité renvoie à un ensemble de données historiques et culturelles, elle est liée à son passé et ici, son association à la libertas paraît donc encore renvoyer à l'ancienne immunitas, composante de l'identité romaine de la cité puisqu'elle déterminait, à l'origine, le statut juridique de ses membres. Il faut aussi noter à l'appui de cette interprétation que Thugga semble avoir entretenu un rapport privilégié avec Probus : non seulement l'empereur y reçut deux dédicaces (outre celle-ci, CIL, VIII, 26560 = DFH, no 18), alors qu'il est fort peu attesté dans l'épigraphie africaine, mais en plus, son nom n'y fut pas martelé, ce qui témoigne sans doute d'une reconnaissance particulière (Ben Abdallah 2000, 168-169).

15 Fragment inédit de CIL, VIII, 26559 + ILTun, 1416 publié dans DFH, no 62 ; infra, p. 195. n. 11.

16 Beschaouch 1997, 76.

17 Entre 212 et 268, dix d'entre elles obtinrent le statut de colonie et seize autres celui de municipe (Gascou 1982, 310-312).

18 Sur ce désir de romanisation des cités et la vitalité des institutions municipales, cf. Dupuis 1992, 245-247, 255-262. L’auteur note que, à la différence des constructions publiques, il n'y eut pas de rupture dans les dédicaces de bases aux empereurs et il en recense une soixantaine bien datées, très majoritairement gravées par les cités (quarante sur quarante quatre inscriptions pour lesquelles le nom du dédicant est conservé).

19 1992, 267-280.

20 Tel le moissonneur de Mactar dont l’épitaphe raconte l’ascension sociale, dans les années 270, d'un petit paysan enrichi qui parvint, au terme de sa vie, à intégrer l'ordo de sa cité (CIL, VIII, 1 1824 ; Lepelley 1979, 84). Ce texte montre aussi que l'agriculture, principale source de revenus à Thugga comme dans la plupart des autres cités, n'avait pas non plus été aussi profondément touchée par la crise que dans d'autres provinces.

21 Pour ceux qui sont certainement datés. Sous Maximin, l'épigraphie n'a gardé la trace que de l’embellissement du sanctuaire de Caelestis aux frais des coloni du fundus Turris Rutundae (ILTun, 1568) et de la construction de l'aedes Curialis Concordiae par la cité de Gales (CIL, VIII, 12221). Durant la période à peu près équivalente du règne de Gordien III, les cités de Mustis et d'Uchi Maius firent ériger deux arcs (CIL, VIII, 15572 : 26264) et l'empereur fit restaurer les thermes de Volubilis (ILAfr, 614). Pour le même règne, la liste des constructions religieuses est plus importante : des particuliers firent construire les temples de Virtus à Auzia (CIL, VIII, 9026) et des Victoires à Thuraria (CIL, VIII, 25371). Ils firent restaurer ou embellir le capitole de Sustri (CIL, VIII, 25935), le temple de Caelestis d'Hr-Belda (CIL, VIII, 27432) et celui du Genius de Novar (CIL, VIII, 20429-20430). On ignore qui se chargea des travaux entrepris dans le capitole de Caesara de Maurétanie (AE, 1914, 35) et dans un temple anonyme d'Uchi Maius (CIL, VIII, 26246). Pour les constructions entreprises dans les années 244 à 276, cf. Dupuis 1992, 267-280.

22 Cf. Dupuis 1992, 242.

23 Cf. Dupuis 1992, 243. Il faut remarquer que ces derniers avaient déjà été construits et restaurés en grand nombre au iiie siècle et n'étaient peut-être pas encore délabrés (Lepelley 1979, 84).

24 ILAfr, 506.

25 Infra, p. 196 n. 15. Proposition de L. Poinssot, précisant que la haste verticale conservée pourrait aussi bien appartenir à un E qu'à un F (1913, 161). Un P conviendrait également puisqu'une porticus pagi est encore attestée au ive siècle (Maurin 2000, 166) ; à côté de la mention de la nouvelle colonie, on peut cependant penser que celle d'une structure si archaïque, avec tout ce qu'elle pouvait rappeler de subordination, aurait été mal venue et il faut sans doute restituer porticus fori.

26 D’après Maurin 2000, 165-166. Abbir Cella, où un monument indéterminé fut élevé aux frais des Philippes (CIL, VIII, 815) leur devait aussi sa constitution en municipe (Gascou 1982. 310-312). Toutefois, du fait de la conjoncture, les évergésies impériales furent rares à cette époque (cf. Dupuis 1992).

27 Maurin 2000, 168.

28 Livie est divinisée à partir de 42 et l’on s'attendrait ici à ce qu'elle soit appelée Diua Augusta, c'est pourquoi L. Poinssot supposait que cette base était incomplète et portait à l’origine une première ligne lui donnant ce titre (1913, 37) ; mais d'après ses dimensions, elle est complète et il faut constater une erreur dans la titulature. On trouve les mêmes approximations dans celle de Claude dont le titre de diuus est omis [no 34].

29 On ne connaît qu'une autre dédicace à Trajan divinisé, faite par le pagus Thunigabensis sous Sévère Alexandre (CIL, VIII, 1147).

30 Infra, p. 107-108.

31 Cependant, X. Dupuis interprète une série de miliaires de Numidie gravées en 274 ou 275 qui exaltent à la fois les qualités militaires et l'Indulgentia d’Aurélien comme un témoignage de la générosité de l'empereur qui dut accorder des remises d’impôts à certaines cités (1992, 241).

32 CIL, VIII, 26650-26651. On ne peut mettre les dédicaces aux empereurs sur le même plan que les constructions de monuments publics qui pétrifiaient des sommes importantes ; les premières, moins onéreuses, ne s’interrompirent pas avec les crises et la continuité de ces hommages, le plus souvent décrétés par les cités, contraste nettement avec les phases de crise et de reprise de l’activité édilitaire (Dupuis 1992, 245-247).

33 Khanoussi 2000, 121.

34 Supra n. 32 ; photographies reproduites dans DFH, 45, no 18, fig. 25 et 168, no 63, fig. 118.

35 Après la brève tentative d’Élagabal pour l’imposer comme dieu suprême et son bannissement de Rome par Sévère Alexandre. Malgré le désaveu de la population de Rome, le premier avait proclamé Sol dieu officiel de l'Empire, primant sur Jupiter capitolin et sur les textes officiels, il faisait précéder son titre de pontifex maximus par celui de sacerdos amplissimus dei Soli Inuicti (CIL, X, 5827 ; CIL, XI, 3774, par exemple). Sévère Alexandre, faisant preuve d’un syncrétisme plus subtil, proclama une égalité totale entre toutes les divinités de l'Empire et commença par bannir le dieu syrien pour rétablir Jupiter premier d’entre les dieux, selon le modèle traditionnel que le peuple romain n’était pas encore prêt à abandonner. Aurélien attribua son triomphe sur Zénobie au grand dieu palmyréen qui avait abandonné la reine et s'arrogea sa protection en en faisant sa divinité personnelle (sur ces événements, cf. Halsberghe 1984, 2181-2201).

36 BMC, Aurelius, 301, no 321, la monnaie porte au recto : Sol dominus Imperii Romani et au verso : Aurelianus Augustus

37 BMC, Aurelius, 256, no 6.

38 C'est pourquoi, d'après la carte des cultes orientaux établie par J. Toutain (1967, 55-58). il est présent dans toute la Numidie alors qu'il n'est qu’exceptionnellement attesté en Proconsulaire intérieure avec une seule dédicace à Sol Inuictus pour le salut d'Aurélien, gravée à Thagaste entre 274 et 275 (ILAlg, I, 868). L’unique mention plus tardive paraît être une dédicace à Sol Inuictus de la cité d'Aradi, en 361-363, sous le règne de Julianus (AE, 1988, 1110).

39 Infra, p. 195, n. 14.

40 Kienast 1996, 258-262.

41 Bien que Carus soit connu comme diuus à Verecunda (CIL, VIII, 4221-4222) et à Rucuma (ILTun, 1197), son nom fut plus souvent martelé en Afrique (CIL, VIII, 4201 ; ILAlg, I, 247 ; CIL, VIII, 10250 et peut-être 12522) ; celui de Carin fut érasé par exemple à Sufetula (ILTun, 370).

42 A Thuburbo Maius : ILTun, 719. Cf. Christol 1997, 61-71.

43 Plutôt qu'un dieu d'origine local, un nouveau Saturne interprété comme l’a proposé N. Kallala (1997, 164-165).

44 1979,295,332.

45 Mactaris : CIL, VIII, 1 1782 + 23413 ; Middidi : CIL, VIII, 608, cf. 1 1772 ; 11774 (cit. in Lepelley 1979. 86-87 qui souligne que la formule, si elle était évidemment porteuse de propagande, n'était pas pour autant un simple lieu commun et exprimait un réel enthousiasme des cités pour Dioclétien).

46 Lepelley 1979, 85.

47 Lepelley 1979, 296-297.

48 Gsell & Joly 1922, 70-73 ; Lepelley 1981, Notice Thibilis.

49 CIL, VIII, 25520.

50 ILAfr, 513.

51 CIL, VIII, 26566 ; DFH, 50-51, no 21.

52 CIL, VIII, 26567 + CIL, VIII, 26573 + ILAfr, 532.

53 De l’inventaire des dédicaces de monuments publics dressée par Cl. Lepelley (1981, 219-220), il faut exclure le no 5, attribué à un édifice indéterminé, qui est un fragment de la dédicace du temple de la Mater Deum.

54 Infra, p. 172, n. 38.

55 L’expression Genius Patriae est du reste relativement rare ; elle apparaît en Numidie à Verecunda (CIL, VIII, 4188-4192) et à Rusicade (ILAlg, 11.1. 5).

56 Le Roux 2002, 151.

57 Kallala & Maurin 2000, 272.

58 Sanctum Genium Thamogadensem ciuis et amator constituit ciuitatis (Lepelley 1981, 448 ; id. 1992, 129 ; il existe d'autres témoignages tardifs, infra, p. 205-206).

59 Ce collège religieux est bien attesté en Afrique Proconsulaire, à Carthage, Lepcis Magna et Mactaris et en Numidie à Thamugadi. Sitifis., Rusicade et Cirta fVermascren 1986 : Pavis d'Escurac 1976). Les dendrophores construisirent les temples de Cybèle de Sétif (CIL, VIII, 8457) et de Carthage (CIL, VIII, 12570).

60 Les fragments des deux textes ont été trouvés dans la zone du forum et du Capitole, mais aucun vestige archéologique n'a été reconnu.

61 Hors de Carthage, de Lepcis Magna et d’Utique, le culte n'est attesté en Proconsulaire, que dans les vieilles cités de Sicca Veneria, Lares, Mactaris, Zama Maior et Sigus ; les attestations sont plus nombreuses en Numidie, en particulier militaire (d'après le tableau de H. Pavis d'Escurac 1976, 234). Les seules dédicaces à la Magna Mater contemporaines de celle de Tlutgga proviennent de la vieille colonie nervienne de Sitifis dont les dendrophores restaurèrent le temple en 288 (CIL, VIII, 8457) et de Mactar, qui avait reçu le même statut sous Commode, où un taurobole fut accompli pour les Tétrarques (CIL, VIII, 23401).

62 Voir en particulier Pavis d’Escurac 1976. 223-242.

63 C'est une constante des dédicaces de dendrophores que de débuter par une formule de sauvegarde pour les empereurs et les noms de Sévère Alexandre puis ceux des Tétrarques figurent bien en tête des deux inscriptions de Dougga. Des dédicaces à la Magna Mater ou à Mater Deum pour le salut des empereurs régnants ont aussi été gravées à Carthage (ILAfr. 355 ; 356) ou à Lepcis Magna (IRT, 300) par exemple. Mais ceci vaut pour la plupart des dédicaces religieuses publiques dans la plupart des cités africaines.

64 CIL, VIII, 9401.

65 Pavis d'Escurac 1976, 224.

66 Lucr., 2.606-609.

67 Carthage : cf. Saumagne 1924, 187-190 ; Vermaseren 1986. 34-40, 173-178 ; Mactar : CIL, VIII, 23400-23401 ; Banasa : AE, 1957, 63. Il est par ailleurs possible que l'ordo municipal ait également eu un droit de regard sur le recrutement des dendrophores (cf. Pavis d’Escurac 1976, 226).

68 CIL, VIII, 12570.

69 ILAfr, 355 + ILTun, 1047.

70 ILAfr, 356.

71 CIL, VIII, 24521.

72 Cl. Lepelley en recense encore 6 sous les Tétrarques et douze pour toute la période considérée (1979.

73 Napotius Felix Antonianus, flamine perpétuel, fit remettre en état l’atrium des thermes de Caracalla (CIL. VIII, 26568 + ILAfr, 573 = DFH, no 43) ; il embellit un autre monument pour s’acquitter de l'honneur du duumvirat qu'il avait revêtu depuis longtemps (CIL, VIII, 26569 ; ILTun, 1418 = DFH, no 22).

74 Lepelley 1979, 317.

75 Lepelley 1979, 63-66, 89.

76 Une dédicace à Faustine la Jeune, datée de 163-180 (CIL, VIII, 26532), était déjà gravée sur la base de diuus Hadrianus [no 37] et celle de diuus Augustus [no 32] portait une dédicace à Antonin le Pieux, datée de 138 (ILAfr, 556b).

77 Lepelley 1979, 316-317 ; Ben Abdallah & Maurin 2000, 311.

78 CIL, VIII, 8460 ; ILAlg. I, 1238 ; CIL, VIII, 23145. Dans le dernier sanctuaire, certaines stèles pourraient dater de la seconde moitié du iiie siècle (Le Glay 1961,307-320).

79 CIL, VIII, 21581.

80 Infra, p. 180, n. 98 et p. 183, n. 116.

81 Auittina : CIL, VIII, 25842 ; Macomades : AE, 1905, 35 ; Sertei : CIL, VIII, 8826 ; Asadi : CIL, VIII.,

82 Le Glay 1966, 242-251 ; Bénabou 1976. 304-308 ; Dupuis 1992, 243-244.

83 CIL, VIII, 21665.

84 CIL, VIII, 9020.

85 CIL, VIII, 16319.

86 Même s'il comptait encore des fidèles à la fin du ive siècle, comme en témoignent les stèles les plus récentes du Mons Balca ranensis et les discours de saint Augustin, faisant aussi allusion aux processions rituelles de Caelestis qui se déroulaient à Carthage (Le Glay 1966a, 101-105 ; Lepelley 1979, 350-351).

87 A cause de la brièveté de leur passage et parce que plusieurs d'entre eux furent damnés à l'issu de leur règne, les dédicaces aux empereurs divinisés du iiie siècle sont toutefois moins nombreuses qu'aux périodes précédentes. Les listes établies par X. Dupuis (1992, 276-280) montrent qu'entre 235 et 268, on ne peut citer, pour l'Afrique, que la dédicace d'Abbir Cella adressée au Genius de l’Empire et des Philippes et celle de Dèce, trouvée à Cuicul. Leur nombre s'accroît à la fin du siècle puisqu'on a trouvé une dédicace à Gallien et deux à Aurélien dans les environs de Mascula, une à Claude II et une à Aurélien à Thamugadi. Une autre dédicace à Claude divinisé provient de Carthage, mais il pourrait aussi s'agir du Julio-Claudien. Claude Il fut également honoré comme diuus à Sicililibba et il fut même, de son vivant, appelé deus à Thubursicu Numidarum et au Vicus Annaeus. Un document original qui concerne Valérien et Gallien provient d'Auzia : I(oui) O(ptimo) M(aximo) Geniique dii immortales [Vict]oriaeq(ue) (CIL, VIII, 20827). Les deux derniers monuments du culte impérial furent dédiés, l'un à Verecunda en 284, à diuus Carus (CIL. VIII, 4221-4222) suivant un formulaire très semblable à celui qui est gravé sur une base de Rucuma (ILTun, 1197) et l'autre fut dédié à Thignica. entre 302 et 305, aux génies des Tétrarques (CIL, VIII., 14910 + ILTun, 1308).

88 On célébra les Victoires de Gordien III à Thuraria (CIL, VIII, 25371), la Victoire d'Aurélien à Sufetula (CIL, VIII, 1 1318) ; de Tacite à Membressa (CIL, VIII, 25836) et à nouveau, à Verecunda, celle de Carus, Carin et Numérien (CIL, VIII, 4201).

89 Durant cette période, en Maurétanie, on restaura ou on embellit le capitole de Caesara (AE, 1914, 3) et à Rapidum une base fut dédiée à I(upiter) O(ptimus) M(aximus) et à tous les autres dieux et déesses pour le salut de Dèce (AE. 1951, 142). Le jour anniversaire de Gordien III, les habitants de Sustri dédièrent la restauration de leur capitole dans lequel la Fortuna de l’empereur occupait la place de Minerve (CIL, VIII, 25935) et dans celui de Lambèse dont on fêta l'achèvement, c'est le Genius Lambaesis qui était associé à IOM, Junon et Minerve (CIL, VIII, 261 I). Quant à celui de Carthage, il demeura un pôle religieux d’importance puisque Dèce contraignait les chrétiens relapses à y sacrifier (Cyprien, Ep., 59.13.3 ; De laps., 1). Le succès du culte capitolin fut tardif : la respublica de Segermes fit élever son capitole à ses frais entre 285 et 292 (CIL, VIII, 23062) et, au début du ive siècle, on entreprit la construction de celui de Thibilis qui demeura inachevé (Gsell & Joly, 1922, 70). Entre 364 et 367, on restaura celui de Lambèse (CIL, VIII, 18229) et les portiques de celui de Thamugadi (CIL, VIII, 2388).

90 Nouar en 244 : CIL, VIII, 20429-20430 ; Thysdrus, entre 240 et 250 : CIL. VIII, 22845 ; Lepcis Magna : IRT, 284 ; Thizika, entre 241 et 270 : AE, 1952, 41.

91 Infra, p. 202.

92 CIL, VIII, 14891.

93 CIL, VIII, 15881.

94 Sermons, 62.9-10 ; cf. Lepelley 1992, 133-134.

95 Augustin, Epist., 50 ; cf. Lepelley 1981, 306.

96 Lepelley 1979, 343-352. Dès 399, deux envoyés impériaux débarquèrent à Carthage pour procéder à la fermeture des lieux de culte païens (Augustin, Civ. Dei, 18.54) et certains temples, comme le capitole d’Abthugni ou encore le temple de Caelestis à Carthage, furent alors détournés à des usages profanes ou chrétiens (Lepelley 1979,353).

97 Les thermes antoniniens, infra, p. 15, fig. 3, no 38.

98 Titres dont il fut paré à Casae (CIL, VIII, 4326) et à Thibilis (ILA/g, II.2, 4674) ; cf. Lepelley 1979,

99 Lepelley 1979, 98-106.

100 Aounallah & Maurin 2000, 310.

101 En témoigne la découverte d'un ex-voto accompli in nomen Dei et in nomen martuorum (CIL VIII 27332 = DFH, no 45).

102 La partie occidentale du sanctuaire qui comprend le temple et les portiques du fond de cour est bien conservée, mais des traces de modifications témoignent de l'installation d'habitations rudimentaires et non datées. On remarque notamment, au nord du podium, la division du portique en trois pièces par des murs d'assemblage grossier qui ont entraîné la destruction du sol d'origine et la disparition des dalles de cancel.

103 La modification la plus importante fut, à une date également indéterminée, la réfection du dallage de la cella avec les cancels et les piliers des bassins ou des jardinières qui ornaient la cour ; toute une série de remploi y a été relevée, sur la destruction de ce temple, cf. Golvin & Khanoussi 2004.

104 Desanges 1997, 22-23.

105 Procop., De aed., 6.5.15.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search