Version classiqueVersion mobile

Topographie religieuse de Thugga (Dougga)

 | 
Sophie Saint-Amans

Deuxième partie. Harmonisation des statuts juridiques, religieux et municipaux

Chapitre II. Le panthéon du nouveau municipe

Texte intégral

  • 1 On s'en étonne pour le premier qui fut le conditor du municipe, mais, comme pour Marc Aurèle. il f (...)

1La place privilégiée que le culte impérial occupa dans la religion de Thugga pendant les deux premiers siècles ne décrut pas au siècle suivant et si aucun des Sévères n'y est formellement connu comme diuus1, la dévotion des habitants à cette dynastie si populaire en Afrique y est pourtant bien manifeste. Ainsi, on ne peut plus douter que Septime Sévère fut le véritable destinataire de l'hommage à son frère fictif divinisé et c'est dans cette perspective qu'il faut interpréter le texte [no 31]. Quant à Caracalla, il fut honoré dans le temple que Gabinia Hermiona dédia à ses Victoires en 214 [no 110-111] et, à travers le culte de l'abstraction divinisée dominante en Afrique sous les Sévères, ici entourée de divinités triomphales [no 112-115], c'est une mise en scène glorieuse de l’image impériale qui fut élaborée dans ce riche édifice.

2Dans le climat économique prospère de l’Afrique dont un natif occupait le trône de l’Empire, on vit aussi l’apogée des grands cultes nationaux comme ceux de Saturne et de Caelestis pour lesquels des temples et des dédicaces furent alors bâtis et gravées par dizaines. A nouveau, avec la construction des deux vastes sanctuaires périurbains qui leur furent dédiés sous Septime Sévère [no 88] et Sévère Alexandre [no 1-8] dans des circonstances bien connues, Thugga illustre de manière exemplaire une évolution importante des panthéons municipaux que l'on note ailleurs de manière plus ponctuelle. Il faut d'abord replacer ces manifestations religieuses dans une perspective municipale en rappelant que les règnes des Sévères constituent une charnière essentielle dans l'histoire de la cité puisque les deux premiers officialisèrent la réunion des deux communautés en leur reconnaissant la capacité de gérer seules et ensemble leur propre res publica.

  • 2 Infra, p. 15, fig. 3, no 40. Toute la famille impériale, Septime Sévère, Iulia Domna et leurs fils (...)
  • 3 Par exemple : CIL, VIII, 26622 = DFH, no 56.
  • 4 Par comparaison avec la titulature de Thihursicum Bure, municipe septimien voisin, qui incluait le (...)
  • 5 J. Toutain l'a envisagé de façon très extensive, comme la totale liberté des magistrats municipaux (...)
  • 6 Ainsi, pour P. Veyne, cette libertas était tout à fait idéale, symboliquement rattachée au statut (...)
  • 7 Jacques 1991, 583-599, en particulier 595-599, à l'appui de l'hypothèse déjà émise par Y. Debbasch (...)
  • 8 Infra, p. 116-117.

3La fondation du municipe fut commémorée en 205 par l'érection de l'arc qui, au sudest de la ville, marque l'entrée de la voie rejoignant la grande route de Carthage àTébessa2. La cité adopta alors la titulature de municipium Septimium Aurelium liberum Thugga3, portant les épithètes impériales de ses conditores, L. Septimius Seuerus et M. Aurelius Antoninus. La troisième épithète a été diversement interprétée : marque de protection divine4, signe d'indépendance vis-vis de Carthage5 ou encore liberté idéale et honoraire6, mais il est aujourd'hui bien démontré qu’elle faisait référence à un privilège fiscal et que la libertas de Thugga se définissait ici, du moins en partie, par son immunitas7. Tout au long du iie siècle, celle-ci fit l’objet de nombreuses convoitises, à commencer par celles du fisc que Trajan contra en confirmant le privilège pour les seuls Carthaginois8 ; dès lors, elle fut un moteur de la municipalis aemulatio, les notables briguant les honneurs à Carthage à la fois pour le prestige d'y être citoyens et parce que ce statut exonérait leurs terres. Cependant, à la veille de la création du municipe, cette distinction devait aussi paraître de plus en plus injuste et anachronique aux membres de la ciuitas dont les plus huppés donnaient tant de démonstrations de loyauté et devaient quand même supporter cette atteinte à leur dignitas. Une fois admise l'idée d'une fusion municipale, il était inconcevable de maintenir deux régimes d'imposition inégaux qui auraient été une inévitable source de conflits : la question de l'égalisation des statuts juridiques posait donc inévitablement celle de l'extension de l' immunitas à tout le municipe ou de sa suppression complète, et l’on peut présumer que le sujet tut au coeur des débats publics au moment de changer de statut.

1. Les formes du culte impérial

1.1. Septime Sévère, frère du divin Commode

  • 9 H. Dessau (commentaire de CIL, VIII, 27374, cf. [no 31]) avait proposé d'identifier le conseruator (...)
  • 10 Jacques 1991, 584.
  • 11 L’empereur, après sa rupture avec Albinus en 195, tenait à marquer sa filiation avec les Antonins  (...)

4C'est dans ce contexte municipal qu'il faut replacer la dédicace à Diuus Commodus [no 31], En 198, paré du titre de conseruator pagi, l'empereur divinisé reçut des décurions du pagus dévoués à son numen un hommage qui s'avère surtout politique9. L’ambassade de pagani à laquelle il s'était montré favorable était certainement venue discuter des statuts fiscaux du futur municipe ; mais celui-ci n'ayant pas été immédiatement créé, il fallut solliciter son successeur et entreprendre de nouvelles démarches, ce qui montre combien le fondement de ce genre de privilèges était fragile et devait être sans cesse confirmé10. Ériger cette statue sous le règne de Septime Sévère fut une manière de lui rappeler les attentions bienveillantes de son prédécesseur au moment où la fusion devenait imminente ; de plus, l'invoquer comme frater du diuus lui laissait présager les honneurs divins qui lui seraient rendus après sa mort par le municipe reconnaissant11. L'empereur ne s'y montra pas insensible et, en donnant à la cité la constitution d'un municipium liberum, il étendit à son ensemble le privilège d'immunitas que le pagus avait reçu à sa création.

  • 12 Statuam quam uterque ordo decreuit, respublica municipii Septimii Aurelii Liberi Thugga posuit (CI (...)
  • 13 Jacques 1991, 598-599.

5Dès lors, la fusion entre les deux communautés fut totale et une dédicace gravée en 205, l'année même de la promotion, en fournit une belle illustration : on y voit les décurions du nouveau municipe s'acquitter de la promesse des quatre statues qu'ils avaient décrétées ensemble alors qu'ils appartenaient encore aux deux ordres distincts du pagus et de la ciuitas12. A lire ces textes, il paraît évident que Septime Sévère et Caracalla n'ont fait que sanctionner juridiquement une fusion effective des deux communautés qui n'attendaient plus que des conditions fiscales satisfaisantes pour se constituer définitivement en un seul et même organisme. On peut s'étonner de la lenteur de ce processus si l'on considère le niveau de romanisation de la cité, les nombreuses promotions individuelles et les alliances passées entre familles des deux communautés dès le règne d’Hadrien. Le nombre des ambassades déléguées pour défendre les intérêts des pagani montre combien ceux-ci étaient attachés à ce privilège et se montraient déterminés à ne pas le sacrifier à un statut municipal indépendant, aussi prestigieux fut-il ; leur attitude fut certainement un frein au processus de fusion13.

  • 14 Sur la politique municipale de Septime Sévère, cf. Gascou 1972, 181-182, 226-230. L’auteur soulign (...)
  • 15 Le pagus et la ciuitas de Thibursicum Bure ont été promus en même temps que Thugga (municipium Sep (...)
  • 16 Outre le souci naturel de favoriser sa terre d’origine. Septime Sévère, se méfiant des entités pol (...)
  • 17 Parmi les municipes sévériens, outre Thugga, seules Aulodes (CIL, VIII, 14355) et Thysdrus (CIL, X (...)
  • 18 Auedda, Sululos, Thibursicum Bure et Thugga ; d’après J. Gascou (1972, 189-190) et F. Jacques (199 (...)
  • 19 CIL, VIII, 26552 = DFH, no 57. Sur ce texte : Jacques 1991, 593-594 ; Gascou 1997., 102 ; Lepelley (...)
  • 20 Une reconduction que les cités demandaient coutumièrement aux nouveaux empereurs (cf. Jacques 1991 (...)
  • 21 Une unique mention sur une dédicace à Gallien datée de 261, CIL, VIII, 1487 = DFH, no 16 : col(oni (...)

6Thugga ne fut pas seule dans ce cas et, dans la longue liste des colonies et municipes africains de l'empereur, essentiellement concentrés dans les vallées moyenne et inférieure de la Medjerda, d'autres pagi et ciuitates du même type furent également soustraits à la pertica et émancipés de l'autorité de Carthage dont l'emprise territoriale diminua alors considérablement14. Ainsi, les promotions plus ou moins bien attestées ou supposées de Thibursicum Bure et probablement d'Uchi Maius, de Numluli et d'Agbia15 pourraient rendre compte d’une politique systématique en faveur de la disparition de ces structures augustéennes. désormais archaïques. En cela, Septime Sévère poursuivit la politique de Marc Aurèle, la poussant finalement jusqu'au démantèlement organisé de la vaste pertica de Carthage au profit des nouveaux municipes16, parfois dotés de statuts enviables qui, comme à Thugga, confirmaient une ancienne Libertas17. Il est remarquable que quatre de ces municipes aient été eux aussi promus entre 198 et 211, pendant le règne conjoint de Septime Sévère et de Caracalla18. Il ne faut donc pas négliger l'image favorable que ce dernier, finalement non moins généreux que son père envers les cités africaines, a pu porter dans la province où il fit l'objet de nombreux hommages ; ce fut le cas à Thugga où on l'honora dans un sanctuaire somptueux en exaltant ses vertus militaires. Sévère Alexandre ne trahit pas l'attitude de ses prédécesseurs et prêta une attention bienveillante aux requêtes des habitants concernant le maintien de leur privilège fiscal. Il y gagna le titre de conseruator libertatis, gravé sur une frise ornant un monument qui s'élevait sur le forum19. L'inscription est datée de 231-232, ce qui implique qu'il ne s'agissait pas d'une confirmation routinière du privilège lors de l'accession au trône de Sévère Alexandre20, mais qu'il fut certainement à nouveau mis en danger et à nouveau préservé. En hommage au sauveur de sa liberté, le municipe adjoignit alors Alexandrianum à sa titulature qui afficha désormais les noms de trois empereurs sévériens21 ; c’est assez dire la popularité de cette dynastie dans la cité.

1.2. Le temple des Victoires [---] de Caracalla

  • 22 P. Labonius Institor (CIL, VIII, 26548-26550). apparenté aux Gabinii d’après les noms de leurs par (...)
  • 23 La Victoire qui figurait au nombre des vertus cardinales d’Auguste fut particulièrement populaire (...)

7En 214, probablement en complément d’une somme honoraire dont elle avait manqué de s'acquitter de son vivant, Gabinia Hermiona légua deux terrains à la cité [no 110]. L'un d'eux était déjà appelé cirque par la communauté qui l'utilisait comme tel, et il lut aménagé quelques années plus tard par l'un de ses parents22. Sur le second, qui correspondait en partie à sa propre maison dont la superficie fut alors amputée, elle finança la construction d’un sanctuaire traditionnellement appelé temple de la Victoire de Caracalla23. Ses caractéristiques qui nous préoccupent ici sont d'une part, la présence de l’arc lié au temple et d'autre part, l'organisation interne de la cella, en particulier des parois latérales qui s'ornaient de niches destinées à recevoir les effigies de plusieurs divinités dont quatre sont connues : Apollon, Liber Pater, Mercure et Neptune ; ces niches étaient apparemment surmontées de corniches portant encore d’autres noms de dieux, comme le laisse supposer la découverte d'un fragment portant le nom de Minerve.

8Le temple portait en façade une longue dédicace rappellant les circonstances de sa construction en termes détaillés, elle donnait le nom incomplet du sanctuaire : templum Victori[—] domini nostri [no 1 10]. Après Victoria dont ne subsite que la partie inférieure du A, suit une lacune d'une dizaine de lettres, d’après les restitutions bien assurées des lignes supérieure et inférieure, lacune que l’on peut combler de plusieurs manières.

  • 24 Restitution proposée par N. Kallala (1997, 151-152).
  • 25 En fait, on ne rencontre jamais son singulier, mais exclusivement son pluriel, le plus souvent abr (...)
  • 26 Sur les qualificatifs appliqués à Victoria en Afrique, cf. les tableaux d’E. Smadja (1986, 505-507 (...)
  • 27 Dans le cas d’une épithète de gentibus, la restitution de Germanica plutôt que Parthica, d'abord p (...)
  • 28 Restitution finalement adoptée par N. Kallala (2000, 117).
  • 29 A Portus Magnus, probablement en 196 : CIL, VIII, 9754.
  • 30 Sous laTétrarchie. à Cirta : CIL, VIII, 7011.
  • 31 La déesse y couronne Jupiter (Cohen, V, 72, 2).
  • 32 CIL, VIII, 11 194 : aedem Victoriis eius, p(ecunia) p(ublica) f(ecit).
  • 33 CIL, VIII, 1426 + 15259 = ILTun, 1335 : Victoriis Augustis.
  • 34 Dans un temple qui ne paraît signalé que dans Cagnat & Gauckler 1898, 98-99.
  • 35 CIL, VIII, 25371 : templum Victoriarum (...) cum statuis Victoriarum III.
  • 36 Un nombre indéterminé de statues des Victoires de Sévère Alexandre dédiées a Sua ((IL, VIII, 14816 (...)

9En Afrique, quand elle n'est pas parée de l'épithète Augusta24, presque toujours abrégée ou du génitif impérial Augusti25, les titres portées par Victoria se réfèrent généralement à une victoire de gentibus26. Dans la dédicace de Thugga, la datation de la titulature de Caracalla correspond à 214, ce qui indiquerait, d'après A. Mastino, que la divinité était qualifiée de Germanica27, soit onze lettres qui comblent parfaitement la lacune : templum Victoria[e Germanicae] domini nostri28. Une autre restitution est également possible : celle d'un adjectif qualificatif sur le modèle de deux dédicaces africaines adressées, l'une à Victoria Aeterna Aug(usti)29 et l’autre à Perpetua Victoria dddd(ominorum) nmm(ostrorum)30 ou encore, sur celui d’une monnaie qui porte la légende Victoria conseruatrix dominorum nostrorum31. En restituant un singulier, toutes ces propositions admettaient implicitement que le temple était dédié à une seule Victoire. Or, la découverte d’un nouveau fragment portant la fin d’un génitif pluriel est venue compléter une autre inscription provenant du même monument, gravée sur la frise [no 111]. Celle-ci est composée de trois blocs dont sont désormais connus les deux extrémités du premier et la totalité du troisième : V[ictor]iis [---] sacrum. Si ce nouveau fragment ne permet pas davantage de combler la lacune de la dédicace du temple, il indique cependant que l'on y honorait plus d'une Victoire. En Afrique, au moins quatre temples ont ainsi été dédiés à plusieurs Victoires impériales : par la ciuitas Thacensium, en 212, pour Caracalla32 ; par la respublica de Téboursouk en 233, pour Sévère Alexandre33 ; par la cité de Mustis pour le même empereur34 ; par un particulier de Sua, pour Gordien III35. Trois statues des Victoires se dressaient dans ce dernier sanctuaire et il faut signaler aussi les quatre dédicaces qui mentionnent plusieurs statues de cette abstraction divinisée sans indiquer le nom du monument où elles furent érigées36. La restitution d’un pluriel sur la frise [no 110] semble donc très plausible au vu du complément apporté à la frise [no 111] et des comparaisons que l'on peut établir avec des documents géographiquement et chronologiquement proches du temple de Dougga. La restitution de templum Victoria[rum ---] devrait alors être complétée par 7 lettres supplémentaires pour combler la totalité du manque, et l’on songe a la faire suivre d'[Augusti] domini nostri, formule correcte et adéquate, mais qui n'était jamais utilisée, peut-être parce qu’elle était trop redondante. En l’absence de nouveaux éléments, le plus prudent semble finalement de désigner ce monument comme le temple des Victoires de Caracalla, et non plus de la Victoire Germanique de Caracalla, en reconnaissant toutefois que nous ignorons encore comment ces victoires étaient qualifiées.

  • 37 Golvin & Khanoussi 2004.
  • 38 [V]ctoriis/[I]mperatorum/nostrorum/Col(onia) Thugg(a) deuota (CIL, VIII, 15516a = ILTun, 1380 = IL (...)
  • 39 A Madaure : ILAlg, I, 2086 ; à Tigisis : ILAlg. 11.2, 6248 (dédicace du proconsul T. Anicius Faust (...)
  • 40 Romanelli, 1970, 131-145 ; Scagliarnni-Corlàita 1979, 29-72 ; Gros 1996, 56-82.
  • 41 Tibère lit élever, de part et d'autre du temple de Mars Ultor, deux arcs dédiés, l'un à Germanicus (...)
  • 42 Elle est présente sur l'arc des Sergii à Pota, sur ceux de Glanum et de Cavaillon en Gaule, (ce de (...)
  • 43 D'après la restitution de F. Coarelli 1994,62.
  • 44 Golvin & Khanoussi 2004.

10Il était tentant de restituer la frise [no 111] sur l’arc perpendiculaire au temple, édifié en même temps que lui comme l’indique le nucleus commun de la pile orientale de l’arc et de la façade occidentale du temple37. Cette hypothèse paraissait solidement appuyée par une comparaison établie à Dougga même avec la porte édifiée entre 293 et 305 à l’est de la ville, dont les attiques étaient ornés d'inscriptions commémorant qu'elle avait été dédiée aux Victoires des empereurs et des césars38. Toutefois, la présence de soffites à panneaux sous les trois blocs rend cette restitution impossible d'un point de vue architectural. Il n’en demeure pas moins que cet arc se trouve en relation directe avec le temple des Victoires, participant du même programme architectural, et que cette relation se trouve très logiquement fondée sur le thème du triomphe. A ce propos, on peut signaler que les dédicaces des arcs de Madaure et de Tigisi furent exécutées pro salute et Victoriis des quatre premiers Sévères39. Pline définissait l’arc comme le “symbole d'une élévation au-dessus des mortels” et c'est bien ainsi qu'ils apparaissent à Rome, illustrant l'invincibilité des empereurs, dès le début du Principat40. Sur les premiers forums italiens, ils étaient déjà chargés de diffuser la rhétorique impériale élaborée autour de l'empereur militaire et vainqueur auquel des divinités guerrières prêtent leur appui : Mars, Jupiter41 et bien sûr Victoria42 qui figurait sur l'arc parthique qu’Auguste avait fait ériger en 19 a.C. Lui faisant pendant, l’arc actiaqueétait surmonté d’une statue de l’empereur menant un quadrige43. Les thèmes de la victoire et du triomphe qui ont inspiré l’ornementation du temple de Thugga sont donc anciens et des plus courants, mais ce sanctuaire africain bien documenté par l'archéologie et l’épigraphie et qui, en outre, vient de faire l’objet d'une étude complète44, fournit une lecitile particulièrement détaillée de leur mise en scène. Pour conclure sur cet élément du monument, disons qu’il s'agit bien, non pas d’une simple porte urbaine, mais d’un arc, sinon triomphal à proprement parler, du moins commémoratif de plusieurs victoires, probablement trois.

  • 45 Sur cette restitution. Golvin & Khanoussi 2004.
  • 46 Notons qu'un demi-siècle auapravant, la ciuitas Siagitana décréta également un monument aux Victoi (...)

11L’anastylose du monument par J.-Cl. Golvin ne laisse finalement qu’une possibilité pour restituer la frise [no 111] dont les trois blocs, longs de 3,03 m chacun, s'intégrent parfaitement au-dessus de la niche qui occupe une largeur de 9,09 m au fond de la cella. Elle était engagée de 0,09 m à chaque extrémité, les deux joints reposant sur des colonnettes dont l’empreinte a disparu sous le mortier qui est venu boucher cette niche à une époque indéterminée ; c’est peut-être à ces éléments qu'appartiennent une partie des fragments de fûts entreposés derrière le temple45. Ainsi, la consécration aux Victoires de Caracalla reposait au-dessus d'une niche tripartite correspondant à la division des blocs et abritant donc trois effigies des Victoires : probablement celles que l’empereur remporta au cours de la même année 213 sur les Germains, sur les Arabes et sur les Adiabènes46.

  • 47 Lexicon Topogruphicum Urbis Romae, 3, 1995, s.v. Forum Iulium, 306-307 ; Coarelli 1994, 78 ; Gros (...)
  • 48 Coarelli 1994, 79 ; Gros 1996, 150-151.
  • 49 Lexicon Topographicum Urbis Romae, 3, 1995, s.v. Hadrianus, 1-7 ; Coarelli 1994, 207 ; Gros 1996, (...)
  • 50 Dédié par un notable local, Iddibal Magonis f. Tapapius, Lepcitanus. sous le proconsulat de Q. Mar (...)
  • 51 Brouquier-Reddé 1992, 106, fig. 51.
  • 52 IRT, 21 ; Bartoccini 1964, 24-42 ; Brouquier-Reddé 1992, 53.

12L’ornementation des parois internes de la cella par l’élévation d’un ordre abritant des statues de divinités, peut-être superposé d’après la découverte de la petite corniche portant le nom de Minerve [no 116], a des antécédents anciens. Des comparaisons, sinon absolues dans leur application technique, du moins similaires dans leur organisation générale, s’offrent à Rome et en Afrique. Dans la capitale de l’Empire, il s’agit du temple d'Apollo in circo reconstruit en 34 a.C., de celui de Vénus Genitrix, dédié en 46 a.C.47, de celui de Mars Ultor, voué par Auguste dès 42 a.C. et dédié quarante ans plus tard48 et de l'Hadrianeum, élevé en 145 p.C.49 On peut les rapprocher de trois temples tripolitains : celui des Dii Augusti édifié en 43 p.C. dans le portique post-scaenam du théâtre de Lepcis Magna50, d’un temple anonyme et non daté de la même cité51, et du temple des Antonins dédié entre 166 et 169 au sud-est du forum de Sabratha52. Ces comparaisons ne sont pas parfaites : d'abord, les datations vont du milieu du ier siècle a.C. au second tiers du iie siècle p.C., c'est-à-dire que le temple le plus récent fut élevé une quarantaine d’années avant celui de Thugga ; ensuite, il faut garder à l'esprit la différence d'échelle entre un temple élevé par une notable provinciale, bien que certainement somptueux pour la cité, et les édifices offerts par César et Antonin, ou même par les riches familles des grandes villes de Tripolitaine ; enfin, des solutions techniques et décoratives différentes ont été employées à la construction des niches dont le nombre varie de 7 à 12.

  • 53 Gros 1996, 185.
  • 54 Contre l’interprétation de D. Fishwick, avec des arguments convaincants et en particulier parce qu (...)

13Ces temples à podium offrent quand même assez de similitudes avec celui de Thugga pour être pris en considération. On peut noter que tous s’élevaient au cœur de la cité et que tous, de manière plus ou moins directe, exaltaient la puissance impériale. A Rome, dans les temples d’Apollon et de Vénus, les frises des entablements médians développaient des scènes héroïques de combat et de triomphe, mettant en valeur les vertus militaires des empereurs protégés par les dieux. Dans le temple de Mars Ultor, c’était la future apothéose d’Auguste qui était annoncée sur les chapiteaux des pilastres de la paroi. Dans les temples dédiés aux diui, le thème du triomphe impérial est encore explicite : on ignore ce que contenaient les niches de celui des Antonins de Sabratha, mais on sait que des trophées étaient déposés dans celles de l'Hadrianeum et que des allégories des provinces romaines en ornaient les piédestaux des colonnes, caryatides symbolisant la “soumission des peuples vaincus à un ordre qui les dépassait”53. Quant au temple du théâtre de Lepcis Magna, on y honorait peut-être les dieux entrés parmi les premiers dans la sphère de la religion romaine, protecteurs de la cité ; cependant, les arguments pour y reconnaître un temple d’Auguste, Livie et Claude sont assez convaincants pour qu’on rappelle cette hypothèse54.

Fig. 1 : Les cellae des temples italiques à plusieurs niches latérales,
a. Le temple de Vénus Genitrix, Rome. – b. Le temple d'Apollo in circo, Rome. – c. L'Hadrianeum, Rome. – d. Le temple des Antonins, Sabratha. – e. Le temple des Dii Angusti, Lepcis Magna.

  • 55 Gros 1996, 150.
  • 56 [Pro salute et u]i[cto]ria (sic) deo Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Aurel[io diui Septimi Seueri f (...)

14Encadrant la divinité principale, éventuellement mise en valeur dans une niche ou une abside surélevée, les dieux qui soutenaient l'Empire ou les symboles qui le magnifiaient formaient ainsi une allée processionnelle qui augmentait la sacralité de la cella55. Ici, au moins six divinités, douze si l'ordre des niches était superposé, et même dix-huit si l'on admet que chaque chaque corniche médiane des ordres latéraux portait un nom de dieu, sont présentés comme les soutiens de l’invincibilité militaire de Caracalla. Si la base qui porte le nom d'Apollon est la seule occurrence de ce dieu dans la cité. Minerve, Liber Pater, Mercure et Neptune étaient déjà honorés à Thugga avant 214, sous une forme plus ou moins interprétée. Dans ce temple, qualifiés d'Augustes et directement associé à l’empereur régnant, on peut sans hésitation les reconnaître comme les grands dieux de Rome et admettre que leur personnalité n'était pas celle que l’on vénérait dans les templa Concordiae, autour du marché et à la périphérie de la cité. Groupées autour des Victoires impériales, ils dessinaient une image triomphante de l'empereur à son retour de campagne, car on ne peut douter que l'objet du culte était bien Caracalla lui-même, sous une forme à peine moins déclarée que sur une dédicace de Rome, gravée pour le salut et la Victoire du deus Caracalla, en 211, le jour de son anniversaire56.

  • 57 Sur la place de Victoria dans le régime augustéen et son développement, cf. Fears 1981,736-826.
  • 58 L'intervention du dieu debout sur son promontoire, bandant son arc contre la flotte égyptienne, re (...)
  • 59 Lorsqu'il fonda Nicopolis à l'emplacement de son dernier camp militaire (Gagé 1955, 509-512 ; id. (...)
  • 60 Suet., Aug. 18.
  • 61 Infra, p. 98.
  • 62 D.C. 77.7.4.

15On remarque pour commencer que toutes ces divinités sont attachées à la vieille religion romaine et que certaines furent intégrées au cycle religieux augustéen en donnant un appui politique fondamental au nouveau régime. Après la victoire d'Actium, Victoria en devint ainsi l'une des déesses tutélaires57 et à ses côtés, Apollon, le patron personnel d'Octave qui l’avait soutenu depuis son temple dominant la baie58, reçut une place privilégiée dans le panthéon de Rome, signalée par la construction de son temple votif sur le Palatin dès 28 a.C. Au même moment, Auguste fit restaurer son temple d'Actium59 où il honora aussi Neptune et peut-être Mars60 qui passaient également pour avoir favorisé à plusieurs reprises la victoire de son camp, le premier sur la mer, contre Pompée puis contre Antoine et Cléopâtre, le second, vengeur de César, à Philippes et encore à Actium. Quant à Mercure, nous avons déjà évoqué ses rapports privilégiés avec le princeps61. Ces liens avec le rénovateur de la religion officielle, qui fut de plus le fondateur de Thugga romaine, ne paraissent pas fortuits et nous aurons l'occasion de revenir sur certains aspects archaïsants de la religion de Thugga tout au long du iiie siècle. Les inscriptions africaines révèlent que ces cultes étaient alors toujours très populaires : nous l'avons déjà signalé pour celui de Victoria qui connaît sa pleine expansion sous les Sévères et il ne faut pas négliger le succès de Liber Pater, suscité par l’attachement de Septime Sévère à l'un des dieux protecteurs de sa cité natale. Autant par piété liliale qu'à cause du lien entre le dieu et Alexandre qu'il se donnait pour modèle, Caracalla lui témoigna aussi une affection particulière, frappant monnaie à son effigie en 205, ou paradant grimé en Bacchus, aux rênes d'un char attelé d'éléphants62.

  • 63 Gagé 1955, 282-284, 414-416.
  • 64 Id., 673-674.
  • 65 Sur une monnaie augustéenne par exemple (LIMC II. 1, 420, no 417 ; II.2, 334).
  • 66 Sur une monnaie de Commode où la Victoire tend une cithare à Apollon sous la légende Apollini Pala (...)
  • 67 A Mayence, sur un autel consacré à Jupiter, CIL, XIII, 6723.
  • 68 Reinach, Rép. Bas-reliefs, III, 171, 1.
  • 69 Gasparri in LIMC, III. 1., 564, 567.
  • 70 LIMC III.1, 557, no 234-235 ; III.2, 452.
  • 71 Sur un médaillon commandé par Hadrien (Bruhl 1953, 187-188).
  • 72 LIMC VII. 1, 491-493, no 98, 108, 110 ; VII. 2, 387-388.
  • 73 Ben Baaziz 1996, 103-111.
  • 74 LIMC II. 1, 1098, no 253 ; 1109, no 6 ; II.2, 804.
  • 75 A Venusia : CIL, IX, 425 et à Fundi : CIL, X, 6219.
  • 76 Combet-Farnoux 1980. 454. Cependant, comme Liber Pater et Apollon, Mercure recevait un bouc en sac (...)
  • 77 Combet-Farnoux 1980, 426.
  • 78 Toutain 1967, 379 ; en Afrique : CIL, VIII, 18008 ; 26652-26654 ; AE, 1988, 1117.
  • 79 A Sala : IAM, 300.
  • 80 A Mena’a, en Numidie : CIL, VIII, 2465 ; 17953.
  • 81 A Bu Aftan : CIL, VIII, 16909.
  • 82 A Volubilis : IAM, 358.
  • 83 A Tipasa : CIL, VIII, 10832.
  • 84 A Rusicade : CIL, VIII, 7983.
  • 85 A Lambèse : CIL, VIII, 18231.

16Parmi toutes les fonctions pour lesquelles Apollon, Liber Pater, Neptune et Minerve furent invoqués dans l'Empire, il en était une qu'ils possédaient en commun et qui était aussi la caractéristique principale de Victoria : tous ces dieux furent, à des degrés divers, militaires et triomphants. Un caractère triomphal se signale dans le culte officiel d'Apollon dès la deuxième guerre Punique, en 212 a.C., lorsque les ludi Apollinares furent institués non plus pour préserver la santé de Rome, c'était jusque-là l'une des responsabilités d'Apollo Medicus, mais pour lui assurer la victoire contre Hannibal63. On note dans son culte la présence de symboles liés à l'idée de triomphe comme le laurier lustratoire qui couronnait les vainqueurs. Surtout, depuis le temple du champ de Mars, Apollon voyait défiler les cortèges triomphaux acclamés au retour des guerres, et c'est en sa présence, dans son propre temple, que le Sénat délibérait des titres d'Imperator à décerner64. Il fut fréquemment représenté conduisant un quadrige flamboyant, parfois sous des traits qui entretenaient son identification avec Sol65 et l’on rencontre des exemples de son association à Victoria tant dans les modèles officiels de la numismatique66 et de l'épigraphie67 que dans le répertoire de l'ornementation privée68. La représentation triomphale est également des plus classiques pour Liber Pater : à partir de la période antonine, c'est l'image la plus répandue du dieu, éventuellement accompagné d'Ariane, mené en triomphe dans un cortège de liesse, sur un char tiré par des chèvres, des centaures ou des fauves69. Son association avec Victoria est aussi un thème bien attesté70, de même qu'avec Apollon, aux côtés duquel il mène un char attelé d'une panthère et d'une chèvre71. Quant à Neptune, l'image du maître de l'océan jaillissant triomphalement des flots appartient également à l'iconographie traditionnelle : c’est ainsi qu'il se tient, seul ou avec son épouse, sur un quadrige emporté par des tritons ou par des hippocampes sur trois mosaïques d'époque sévérienne provenant, l'une d'Utique, l’autre du frigidarium des grands thermes de Timgad et la troisième d'une maison de l'oued Blibane, à Sousse72 ; pavements qui témoignent de la popularité du thème dans le décor privé et public africain au iiie siècle73. Enfin, le char triomphal transportait naturellement Minerve au-dessus des champs de bataille : sur l'arc d'Oea, édifié sous le règne de Marc Aurèle et de Lucius Verus, la déesse figure en armes, menant un équipage de sphinges ; face à elle, Apollon s'avance sur son char pour la seconder aux côtés des empereurs en guerre74 : c'est encore une association fonctionnelle courante. Mais le thème n'est jamais appliqué à Mercure qui, bien que parfois qualifié d'Inuictus75, ne fut pas considéré comme un dieu guerrier76. Dans ce groupe, on peut penser qu'il portait le caducée de la paix qui est son attribut le plus récurrent dans les représentations officielles77 et qu'il était honoré en tant que protecteur de la Pax Romana dont le maintien justifiait des guerres nécessaires comme celle que l'empereur venait de livrer sur le Rhin et en Orient. Sa qualité de protecteur des voyageurs l'attachait aussi au monde de la guerre, car, comme lorsqu'ils se dévouaient à Neptune, les soldats qui lui ont voué des monuments en Afrique et à travers tout l'Empire78, s'adressaient d'abord à des divinités efficaces pour protéger les expéditions des troupes sur terre et sur mer. On ne peut restituer tous les noms de ce panthéon, mais on ne peut douter que les divinités qui le composaient étaient toutes liées au monde militaire et, dans les dédicaces africaines, Victoria côtoie effectivement la triade capitoline et le génie des camps79, la même triade et Mars80, Jupiter, seul81 ou accompagné de tous les autres dieux et déesses immortels82, peut-être Hercule, d'après les auteurs du corpus83, Fortuna Redux84, et enfin, Mars, Minerve, Fortuna et Diane85.

  • 86 Floriani-Scarciapino 1966, 99-103 pour le temple du forum nouum ; pour les chapelles du forum uetu (...)
  • 87 Beschaouch, Hanoune & Thébert 1977, 108-1 10.
  • 88 AE, 1913, 120, daté de 229.
  • 89 Outre les trois temples déjà mentionnés où l'on honorait plusieurs Victoires de Caracalla et Sévèr (...)

17En Afrique, les temples directement dédiés aux Sévères sont encore plus rares que ceux qui furent consacrés aux Antonins et l'on n'en connaît guère que trois : à Lepcis Magna86 à Bulla Regia87 et à Cuicul88. Mais comme au siècle précédent, les africains continuèrent de réserver à l’empereur une place de choix dans leurs panthéons municipaux et l’honorèrent sous d'autres formes : les temples de Victoria que l’on éleva sous leur dynastie en sont une. Parmi les nombreuses dédicaces que cette abstraction reçut en Afrique, au moins cinq ont formellement trait à la construction d’un temple entre les règnes de Septime Sévère et de Sévère Alexandre, sans compter toutes celles dont l’objet, comme souvent, n'est pas précisé89.

2. La célébration de Saturne et de Caelestis

  • 90 Pour le culte de Saturne, nous avons utilisé les travaux de M. Le Glay qui a déjà défini ses aires (...)

18Deux événements marquèrent la période sévérienne dans la structuration de la topographie religieuse de Thugga. En 198, les décurions du pagus et de la ciuitas procédèrent ensemble à la dédicace de grands travaux dans le sanctuaire de Saturne du plateau septentrional [no 88] et, entre 222 et 235, la famille des Gabinii fit élever celui de Caelestis, à la périphérie occidentale de la cité [no 1-8] ; deux actes dont il faut évaluer le sens et la portée en envisageant toutes les circonstances de ces constructions à l’échelle de la province d'abord, puis de la cité. Non seulement la répartition géographique et chronologique des dédicaces à Saturne et Caelestis révèle une remarquable adéquation du développement des deux cultes, mais on constate surtout que les constructions de Dougga s'insèrent dans un vaste phénomène qui, dans toute la Numidie et la plus grande partie de la Proconsulaire correspondant à l'ancienne Africa Nova, a vu, sous la dynastie des empereurs syrio-africains, l’apogée des grands cultes nationaux qui prirent alors une place officielle dans le panthéon de nombre de cités90.

2.1. Des cultes d’abord liés à l’agriculture

  • 91 En Césarienne, elles sont groupées autour de Sitifis où la déesse possédait un temple (CIL. VIII, (...)
  • 92 En Césarienne, les lieux de culte de Saturne se concentrent dans la même région que ceux de Caeles (...)
  • 93 En Byzacène, le culte n'est guère attesté sur la côte qu'à proximité d'Hadrumetum (CIL, VIII, 2292 (...)
  • 94 Le Glay 1996a, 267-268. Cependant. A. Di Vita fait état, sur la côte, de deux sanctuaires à ciel o (...)

19A l’ouest de ces provinces, en Maurétanie, les rares attestations du culte de Caelestis91 et de Saturne92 se rencontrent presque exclusivement en Césarienne orientale, dans la région frontalière entre la Sitifensis et la Cirtéenne et ils sont quasiment absents de Tingitane. Du côté oriental, on ne dénombre que six cités ayant honoré Caelestis dans toute la Byzacène et la Tripolitaine93. De même, le culte de Saturne, qui se raréfie et se disperse dans la première province, paraît tout à fait absent de la seconde94.

  • 95 Le Glay 1966a, 265.
  • 96 A Cirta (ILAlg, II. 1, 468 et avec Fortuna : ILAlg, II.1, 472) ; à Mastar (CIL, VIII, 6351) ; à Ti (...)
  • 97 Dans les Monts Batna (CIL, VIII, 4286), à Lambaesis (CIL, VIII, 2592 ; AE, 1957, 123), à Thamugadi (...)
  • 98 Dans la vallée qui s'étend entre les deux oueds, depuis leur confluence jusqu’au sud de Sicca Vene (...)
  • 99 Dans la plaine d’El-Fahs, elle fut honorée par un fundi possessor des environs de Thabbora (AE 198 (...)
  • 100 Simmithus : CIL, VIII, 25648 ; Bulla Regia : AE, 1955, 124 ; Tuccabor : CIL, VIII, 14850.
  • 101 Depuis Carthage, en remontant la côte vers le Cap Bon, le culte n’est attesté que dans le Haut-Mor (...)

20C’est en Numidie et en Proconsulaire que les cultes ont connu leur plus grande expansion, comme en témoignent presque une cinquantaine de dédicaces et d’ex-voto à la grande déesse africaine et les cent quatre-vingts lieux de culte consacrés à son parèdre masculin qui ont été recensés par M. Le Glay95. En progressant d’ouest en est, on note que la présence de Caelestis se manifeste à l’intérieur d’une zone bien délimitée qui passe, au nord, par le territoire de Cirta en remontant jusqu’à Carthage le long de la Medjerda et qui suit, au sud, les confins méridionaux de la Numidie, avant de rejoindre la métropole en longeant l’oued Miliane. En Numidie, le culte est bien attesté à la fois en Cirtéenne96 et sur les hauts plateaux du sud et de l'est97, mais il est apparemment absent des rivages septentrionaux, même des grandes cités comme Rusicade et Hippo Regius. En Proconsulaire, les témoignages de la ferveur populaire pour Caelestis se multiplient entre la Medjerda et la Siliana d’une part98, et entre la Siliana et l’oued Miliane d’autre part99. Vers le nord, la répartition des inscriptions ne franchit pas la limite de Simmithus, de Bulla Regia et de Tuccabor, sur la rive gauche du Bagrada100 Enfin, la déesse est pour ainsi dire, absente du Cap Bon. sauf sur ses côtes méridionales101. Il n'y a pas lieu de donner le détail de la répartition du culte de Saturne dont M. Le Glay a constaté qu’il s’était développé dans les mêmes zones : dans les plaines du Constantinois et dans les hauts plateaux qui bordent la Numidie de Lambèse à Calama, dans les vallées de la Medjerda et de l'oued Miliane en descendant jusqu’aux alentours de Mactaris, à Carthage et à la base du Cap Bon.

  • 102 Infra, p. 103.
  • 103 1966a, 484.
  • 104 AE, 1911, 84.
  • 105 Sur l’onomastique des fidèles du culte de Caelestis, cf. Bullo 1996, 1659-1601 ; pour les fidèles (...)
  • 106 Ainsi les propriétaires et les coloni des fundi Turris Rutundae (ILTun, 1568), Seneciosus (AE, 199 (...)
  • 107 C’est peut-être pour cette raison que Caelestis fut honorée comme protectrice du marché du Vicus P (...)
  • 108 L’étude de M. Le Glay révèle Saturne comme un protecteur tout-puissant, maître de l’au-delà, du te (...)
  • 109 Notable d’une ancienne famille dont plusieurs épitaphes ont été trouvées dans la nécropole occiden (...)
  • 110 Sur le monument, infra, p. 324-325.
  • 111 Smadja 1985, 551.
  • 112 En Afrique, on ne peut pas établir une relation aussi systématique qu'en Gaule entre l’origine loc (...)
  • 113 Que l’on peut rapprocher de trois dédicaces provenant de Carthage, gravées ex iussu deae (ILAfr, 3 (...)

21Ces cultes ont donc essentiellement fleuri dans les grandes plaines fertiles de l'Ampsaga et du Bagrada qui, au temps de Massinissa déjà, produisaient du blé en quantité, et dans la riche vallée qui, à l’est de la Siliana, avait attiré les colons agriculteurs carthaginois, puis romains ; dans ces mêmes régions où l’on explique la vitalité du culte des Cereres gréco-puniques par leurs fonctions primaires et par la politique religieuse d’un roi numide largement ouvert aux traditions orientales qu’il avait importées et durablement implantées102. Il est évident que l'on peut appliquer à Caelestis la même remarque que M. Le Glay formula à propos de Saturne qui “apparaît nettement comme le dieu de l'Afrique romanisée, agricole et riche"103. La nature et les fonctions des dieux ont déjà été longuement analysées et il est inutile d'y revenir en détail. Simplement, rappelons que, d'une part, la filiation entre la dyade Ba'al-Tanit et la dyade Saturne-Caelestis est incontestable depuis la découverte, dans le sanctuaire de Thinissut, d’une dédicace bilingue fournissant les équivalences punique et latine de leurs noms104 et que, d’autre part, la personnalité complexe de ces dieux apparaît constituée d'autant de strates que l'Afrique a connu de peuples. Issus des multiples religions que les civilisations de colons successifs greffèrent sur les cultes locaux en s'installant, caractérisés surtout par leur puissance régénératrice et fertilisante, Saturne et Caelestis apparaissent comme les dieux africains par excellence. Ils furent vénérés par des descendants de Numides, de Puniques et de vétérans105 qui vivaient dans les vastes domaines agricoles des saltus106 ou qui cultivaient, sur de petites surfaces, les produits de consommation quotidienne, destinés au commerce local107. Ce couple divin, maître des panthéons africains, est d’abord chthonien et ouranien et on l'invoquait pour l'abondance des récoltes108. Il faut enfin rappeler que c'est à Junon que Caelestis fut le plus souvent assimilée, ce qui met bien en évidence sa position hiérarchique supérieure dans les panthéons municipaux. Ce fut le cas à Thugga à la même époque, où, sur les conseils de Caelestis, l'un de ses prêtres, Magnius Felix Remmianus109, fit élever une exèdre privée et la dédia à Iuno Regina [no 59]110. E. Smadja a rapproché ce texte d'une inscription de Mastar, dans la confédération Cirtéenne, où un particulier dédia un monument à Jupiter omnipotens conseruator, ex imperato domini Saturni111. Le parallèle est en effet évident : dans les deux cas. les divinités supérieures du panthéon punique, dont la souveraineté était exaltée par leurs titres de dominus et de dea112, enjoignaient à leurs fidèles de les honorer sous une identité romaine dans laquelle leur statut hiérarchique demeurerait équivalent. La dénomination de Jupiter et de Junon souligne la super-puissance du premier (omnipotens), garant efficace du salut du Prince et de l'unité de l'empire (conseruator) et la suprématie de la seconde sur toutes les autres déesses romaines (regina), justifiant ainsi cette interpretatio par l'égalité du rang des dieux dans leurs panthéons respectifs. Il n'en demeure pas moins que les expressions ex imperato et ex praecepto113 octroyaient aux dieux locaux la supériorité d'ordonner eux-même que l'on honore leur alter ego romain.

2.2. Le rôle des Sévères dans leur développement

  • 114 D’après S. Bullo (1996, 1611), l’édicule votif découvert aux environs de Thaborra (AE, 1980, 917) (...)
  • 115 La dédicace au Numen de Caelestis, découverte entre Cuicul et Mileu fut gravée en 120 (CIL, VIII, (...)
  • 116 On lui dédia un temple à Thala pour le salut des trois premiers Sévères (ILAfr, 195). En 200, elle (...)
  • 117 Infra, p. 76, n. 108.
  • 118 A la fin du iie et au début du iiie siècle, des temples furent dédiés à Saturne dans le sud de la (...)

22Si l’on considère à présent le développement des cultes d’un point de vue chronologique, on note la même progression parallèle. A peine moins d’un tiers des documents relatifs au culte de Caelestis, une vingtaine en fait, peut être datée avec plus ou moins de précision. De cet échantillon restreint se dégage pourtant nettement son expansion sous les Sévères puisque, face aux deux textes qui pourraient appartenir au ier siècle114 et aux cinq textes du iie siècle qui mentionnent la déesse115, on n’en dénombre pas moins de quinze au siècle suivant avec une très nette concentration avant les années 235116. Au ier siècle, deux temples seulement furent dédiés à Saturne : l’un à Thugga, sous Tibère, l’autre à Uchi Maius, sous Nerva117. Les deux séries épigraphiques progressent parallèlement sous les Antonins, dans des proportions cependant plus importantes pour Saturne pour lequel on multiplie aussi les hommages, les constructions et les restaurations de sanctuaires sous les Sévères. La liste des dédicaces dressée par M. Le Glay est éloquente : elle montre que, non seulement les anciens lieux de culte ne furent pas délaissés et furent même rontanisés, agrandis ou embellis, mais encore qu'on construisit alors de nouveaux sanctuaires là où il n’y en avait pas118.

23La période sévérienne a vu une incontestable recrudescence des deux cultes dont le fond oriental est loin d’être négligeable et il était tentant de mettre ce renouveau sur le compte d'une action volontaire des membres de la dynastie syrio-africaine. C’est une position qu’il faut finalement nuancer car, s’il existe des témoignages qui l'appuient, ils ont parfois été surinterprétés.

  • 119 1966a, 402.
  • 120 Sauf pour la dédicace du temple de Lambèse (AE, 1957, 123) à laquelle participa un légat propréteu (...)
  • 121 Dont une paroi portait la formule : Caelestis sanctissima (CIL, VIII, 22686).
  • 122 BMC, Septime Sévère, 218, no 333-338 ; 332, no 844 ; BMC, Caracalla, 208-209, no 279-282, 335, no  (...)
  • 123 CIL, XIII, 6671 : Iuliae Augustae Caelestis Deae Matri Imperatoris (...).
  • 124 Von Domaszewski 1909, 148, qui s’appuie aussi sur un autre texte, beaucoup plus discutable car rie (...)
  • 125 Toutain 1943-45, 306-311 ; Mundle 1961, 228-237.
  • 126 Sur l'arc de Lepcis Magna, cf. Bartoccini 1931, 80-96 ; Romanelli 1970, 138-141. Dans la cité, ils (...)
  • 127 A cette occasion, on transféra la statue de la déesse du temple de Carthage (et son trésor avec el (...)
  • 128 CIL, X, 37170 ; cf. Halsberghe 1984, 2186-2189.
  • 129 Infra, p. 182, n. 116.

24Commençons par noter pour le culte de Caelestis ce que M. Le Glay a déjà constaté à propos de celui de Saturne119 : l’absence totale de représentants du pouvoir impérial, gouverneurs, proconsuls ou haut fonctionnaires, dans les dédicaces officielles où les autorités présentes ne dépassent jamais le cadre municipal : la respublica, ses décurions120. Si l’on excepte l’augmentation du nombre des dédicaces publiques à Saturne sous Septime Sévère, rien ne pourrait indiquer un lien privilégié entre ce dernier et le dieu qui, d'ailleurs, était apparemment absent de la terre natale de l’empereur ; toutefois, les africains ont pu se souvenir du Ba’al d’Émèse dont le père de l’impératrice était grand prêtre. Caelestis n’est guère plus attestée en Tripolitaine, mais à Lepcis Magna précisément, elle était honorée dans un sanctuaire rupestre établi sur une plate-forme rocheuse, en partie excavée de la falaise121, de sorte que le culte avait peut-être une résonnance patriotique pour Septime Sévère. Toutefois, si l’on cherche à évaluer sa responsabilité dans la renaissance des cultes nationaux en Proconsulaire et en Numidie, il faut commencer par rappeler que ses origines étaient en Tripolitaine dont la religion, plus orientalisée, différait en de nombreux points de celle des provinces qui la jouxtaient à l’ouest. Son attitude envers Caelestis indique tout au plus que l’empereur l’a reconnue de manière officielle comme la déesse de Carthage, car des monnaies frappées en 203 et 204 la représentent assise sur son lion, tenant le foudre et le sceptre au-dessus de la légende Indulgentia Augg. in Carth122 Sur la foi d'une inscription découverte à Mayence dans laquelle Iulia Domna était assimilée à Caelestis sans aucune équivoque123, on a pensé que le couple impérial avait délibérément soutenu le culte et favorisé son développement124, mais cette inscription est un exemple unique et il s'agit d'un acte privé d’un soldat qui ne peut en aucun cas traduire une politique impériale générale et volontaire125. Au contraire même, sur le grand arc tétrapyle de Lepcis Magna, comme sur la dédicace du capitole du Vicus Maracitanus, deux monuments officiels importants, le couple impérial était assimilé au couple capitolin de Jupiter et Junon, et non à des divinités africaines126. Ce n’est d'ailleurs qu’en 221 que la déesse fut officiellement reçue à Rome, lors de sa théogamie organisée par Élagabal avec Sol lnuictus127. Au contraire de son nouvel époux oriental, elle ne fit pas les frais de la désaffection populaire lorsque Sévère Alexandre rompit avec la politique religieuse de son prédécesseur et sa statue demeura à Rome, sans doute dans le temple qui lui fut dédié en 259 sur le Capitole128 ; en Afrique, on lui consacra encore cinq temples entre le règne du dernier Sévère et 269129.

  • 130 On éleva le temple des cinq dieux indigènes de Magifa (ILAlg, I, 2977), celui des Dii Mauri Castor (...)

25Ainsi, on ne peut attribuer directement à Septime Sévère la promotion des cultes de Caelestis ou de Saturne. Leur regain monte des couches populaires, des classes de notables et des autorités municipales. Ce renouveau, dans une moindre mesure cependant, a aussi touché d’autres divinités africaines dont les sanctuaires furent alors construits ou restaurés à la fin du iie et dans le premier tiers du iiie siècle130.

2.3. Leur dimension civique à Dougga

  • 131 Sur l'inspiration orientale de certains sanctuaires de la cité, infra, p. 229-231.
  • 132 Sur ce point, cf. en particulier M. Le Glay qui allègue aussi la nature inchangée de Saturne, fidè (...)
  • 133 La ciuitas Sucubi (CIL, VIII, 23860) et les ciuitates de Ziane (ILAfr, 12) et de Thuburbo Maius (I (...)
  • 134 La respublica de Lambèse et celle de Tiddis lui offrirent des monuments ex DDPP (CIL, VIII, 2592 ;(...)

26Si dans un premier temps les élites urbaines ont pu se détourner de cultes qu’elles jugeaient trop africains face à leur désir de romanité, on peut penser qu'à la fin du iie et au début du iiie siècle, suffisamment confortées dans une position sociale et économique désormais bien établie, encouragées aussi par les influences orientales que les Syriens mettaient partout à la mode131, elles se sont à nouveau tournées vers des dieux ancestraux sans crainte de passer pour conservatrices ni réfractaires aux cultes de Rome132. Les inscriptions africaines révèlent d'ailleurs que, si le culte de Caelestis fut parfois rendu publiquement dans le contexte pérégrin des ciuitates133, c'est finalement dans un environnement municipal romain que se rencontrent le plus souvent ses manifestations officielles134.

27C'est bien dans ce milieu social et dans ce contexte public que furent honorés, au même moment, à Thugga, Saturne [no 88] et Caelestis [no 6]. Les Gabinii et les Octauii pouvaient se le permettre après avoir donné tant de preuves de leur adhésion à la religion impériale car, une dizaine d’années auparavant, la famille des premiers avait élevé le temple des Victoires de Caracalla [no 110] et, sous Commode, L. Octavius Victor Roscianus avait déjà fait les frais d'un temple inconnu et anonyme, dédié pro salute Imperatoris [no 119]. Quoique leurs choix évergétiques présentent de nombreuses ressemblances, notamment dans leurs sources de financement et dans leurs caractéristiques civiques, il existe pourtant entre eux des différences importantes qu’il importe de préciser tout de suite.

  • 135 Infra, p. 351. n. 103.
  • 136 A El-Hofra (Berthier & Charlier 1955, 13-178), à Thinissut (Merlin 1910 ; Lézine 1959, 256-259 ; L (...)
  • 137 C'est le cas de Thubursicu Numidarum, de Cirta, de Tiddis, de Cuicul, de Lambaesis, de Calama, d’H (...)
  • 138 Dans un temple à cella unique, sans podium (Le Glay 1961, 113-115). Au début du iie siècle, deux p (...)
  • 139 Dans un temple à trois cellae sur podium dédié entre 198 et 208 (ILAfr. 182 ; Le Glay 1961,323-324
  • 140 CIL, VIII, 2670.
  • 141 Ceux d'Hippo Regius, Cuicul, Thamugadi, Thuburnica et Thubursicu Numidarum ; infra, p. 257.
  • 142 Infra, p. 146, n. 202.

28Le culte de Saturne était rendu dans un sanctuaire de type africain à trois cellae dont les différentes phases d'aménagement sont encore confuses ; le concernant, deux chose sont cependant certaines : le monument sévérien est établi sur une aire cultuelle aménagée dans le cours du iie siècle a.C. et il n'y a eu ni abandon ni interruption de sa fréquentation135. Caelestis, au contraire, fut installée dans un temple italique élevé solo privato au centre d’une cour semi-circulaire dans laquelle les sondages n’ont effectivement révélé aucune trace d’occupation antérieure. A priori se pose donc le problème de l’apparition tardive du culte dans la cité. Comme on ne peut admettre ni une rupture des pratiques rituelles entre l'époque libyco-punique et le règne de Sévère Alexandre, ni leur apparition tardive au début du iiie siècle, on peut présumer que la déesse fut longtemps célébrée avec Saturne dans le sanctuaire du plateau nord où L. Carton à découvert un autel dont le fronton s’orne d'une divinité coiffée à l’égyptienne. Contrairement à ce qui est attesté avec une grande fréquence pour Ba’al-Saturne, aucun sanctuaire de Caelestis n'a succédé à un sanctuaire de Tanit car il semble qu'à l’époque punique, celle-ci ne fut jamais vénérée dans un lieu de culte dont son parèdre fut absentl136. A l’époque romaine, bien que dans une même cité leurs cultes aient été le plus souvent pratiqués dans des lieux distincts137, les inscriptions font connaître de rares temples dans lesquels ils étaient réunis et nommément cités sur les dédicaces. Ce fut le cas, non seulement dans d'anciens lieux de culte, ceux de Thinissut, d'Hr-es-Srira et de Thuburbo Maius138, mais aussi dans les nouveaux sanctuaires d’Ammaedara139 et de Lambaesis140, deux cités où la déesse avait pris le nom d'Ops. Ils sont certes peu nombreux, mais à cause de la présence de symboles propres à la déesse très fréquemment exprimés sur le mobilier votif exhumé des aires et des temples de Ba’al-Saturne et parce que les dieux furent traditionnellement vénérés en couple, on peut supposer que, au moins dans les temples de Saturne de type romano-africains141, une des deux cellae latérales était réservée à Caelestis, honorée comme une divinité subordonnée à Saturne, ce qui ne nécessitait donc pas que son nom figure dans la dédicace142. Comme celui de son parèdre sous le règne de Tibère, le culte de Caelestis aurait donc été, non pas introduit, mais dédoublé avec la construction de son propre sanctuaire, deux siècles plus tard.

29Au-delà de cette distinction entre un culte établi dans un sanctuaire édifié ex nouo et un autre célébré depuis des siècles sur les mêmes lieux aménagés au fil du temps, les évergésies des Gabinii et des Octauii présentent bien des similitudes. On note d'abord que, comme la plupart des édifices publics de Dougga, les deux sanctuaires furent dédiés pro salute Imperatoris et que les travaux furent financés par les trois types de versements qui alimentèrent la vie édilitaire de la cité : le don testamentaire, la summa honoraria et la libéralité qui complétait ou non la somme promise.

  • 143 Les Octavii sont nombreux à Dougga et l'on ne peut pas assurer que tous ses porteurs soient de la (...)
  • 144 Cl. Poinssot 1955, 67-74.

30Le sanctuaire de Saturne a été reconstruit, agrandi ou embelli grâce au paiement de la summa honoraria, probablement celle du flaminat, que L. Octavius Victor Roscianus, citoyen d’origine locale dont la famille était depuis longtemps romanisée143, restait devoir à sa mort ; ces 50 000 sesterces honoraires, augmentés librement de 100 000 autres, furent versés ex testamento aux autorités décurionnales des deux communautés réunies [no 88], de sorte que l’on ne peut établir à une dizaine d’années près la date à laquelle les travaux furent décidés, qui importe davantage que celle de leur mise en œuvre. A la veille de la fusion municipale, cet acte officiel accompli conjointement par les deux ordres, souligne quand même le poids politique dont tous les habitants avaient chargé Saturne et dont les manifestations étaient déjà sensibles au début du ier siècle. Il faut ajouter qu’une statue de marbre blanc a été découverte dans la cella méridionale : il s’agit d’un togatus debout, tenant un uolumen ; sa tête est ceinte d’une couronne murale, attribut principal des divinités tutélaires qui n'est connue à Dougga que sur les représentations du Génie de la cité, Pluton. Cl. Poinssot144 l'avait identifié, avec peu de vraisemblance, au donateur héroïsé après sa mort pour avoir offert le temple, après avoir renonçé rapidement à l'hypothèse, pourtant plus séduisante, de reconnaître dans la couronne murale un des accessoires du costume rituel du prêtre du Génie municipal. On peut penser que le personnage, probablement le donateur luimême, avait exerçé cette fonction et avait souhaité être représenté dans cette tenue après sa mort ; il n’y a rien de surprenant à constater le lien qui, fondé sur l’identité et la protection de la cité, devait unir ces deux cultes ancestraux, celui du descendant du dieu poliade et celui du Génie municipal.

  • 145 Sur ces personnages et leurs dons respectifs, Golvin & Khanoussi 2004.

31Les circonstances de la construction du sanctuaire de Caelestis, également dédié pro salute, sont extrêmement semblables, si ce n’est que, cette fois, cinq personnes y concoururent. Son édification fut entreprise, non pas directement grâce à la summa honoraria du flaminat de Gabinius Rufus et de lidia Gallita, mais grâce aux 60 000 sesterces supplémentaires qu’ils avaient promis à cette occasion ; il fut achevé et embelli par leur fils Q. Gabinius Rufus Felix Beatianus qui augmenta leur don et versa lui-même, sans y être contraint, une somme supplémentaire. Enfin les legs d’Aburnius Avillius Felix et d’Avillia Venusta servirent a financer les statues cultuelles et à commémorer les réjouissances lors de sa dédicace145 lesquelles mettent en évidence, malgré l’absence de décurions et de curateurs, le contexte officiel et public de la cérémonie.

  • 146 Gauckler 1897, 404 ; id. 1901, 148 ; Cagnat & Gauckler 1898, 29 ; L. Poinssot 1906, 120-122, no 6  (...)
  • 147 Golvin & Khanoussi 2004.

32L'une des particularités du sanctuaire tient dans l’ornementation de son portique de cour sur certaines corniches duquel étaient gravés, au nominatif, les noms de plusieurs villes et provinces de l'Empire. Nous en connaissons huit : Karthago, Laodicia, Thugga, Dalmatia, Iudaea, Mesopotamia, Syria et Hispania [no 7]. D’après une hypothèse formulée dès la découverte de la première corniche et traditionnellement reprise, des statues en pied ou en buste, associées à ces tituli, auraient été disposées au-dessus de la corniche146, possibilité que permet d’envisager l’étude architecturale du monument menée par J.-Cl. Golvin en 2000 et 2001147.

  • 148 Nous avons identifié 70 % des fragments de la corniche. Huit seulement portent un nom et la plupar (...)
  • 149 Après sa victoire contre Pescennius Niger, pour affaiblir la trop puissante Syrie, Septime Sévère (...)
  • 150 La Judée, province prétorienne depuis 70, disparut théoriquement après la révolte de Bar Kochba, l (...)
  • 151 Le problème est le même pour l'Hispania : désigne-t-elle, ici, un ensemble géographique recouvrant (...)

33Le petit nombre de corniches épigraphes retrouvées rend l’interprétation de leur série problématique : si, d’après leur proportion sur l’ensemble des corniches connues, on peut supposer que le portique ne comptait pas plus de douze ou treize noms à l’origine, et que nous en connaissons donc les deux tiers148, rien ne permet de déterminer l'ordre dans lequel ces corniches se succédaient, ni le système qui a présidé à la sélection des noms. Jusqu'à la fin du iiie siècle, l’Empire comptait un peu moins d’une cinquantaine de provinces et des villes innombrables et il a bien fallu que le choix des constructeurs se réfère à une logique, qu’elle ait été historique, politique, religieuse, ou même circonstancielle. Il faut d’abord noter que, sous Sévère Alexandre, trois de ces provinces, la Syria149, la Iudaea150 et l'Hispania151 ne correspondent plus à des entités administratives ni politiques, qu’elles ont été divisées ou qu’elles ont changé de nom. Ainsi, plutôt qu’à une provincia, il semble que ces noms se référaient à une natio, une entité géographique et historique.

  • 152 Ostrowsky 1990, 67-72.
  • 153 Infra, p. 174, n. 49.
  • 154 Soixante statues des soixante peuples gaulois soumis à Rome entouraient, dans le portique de cour,(...)
  • 155 Un bas-relief représentant Claude abattant la Bretagne et quatre bases portant les noms des Daces, (...)
  • 156 Birley 1988, 179-180.
  • 157 Parlasca 1983, 263-267 ; Dareggi 1990 ; J. Balty 1981, 369.
  • 158 Hérodien 3.3-5 ; id. 6.9 ; Birley 1988, 177-180 ; Millard 1990, 7-58.
  • 159 Lepelley 1998, 393, 399.

34Les représentations de provinces dans des monuments publics, il s'agit en majorité de sanctuaires, se réfèrent généralement aux réussites des empereurs, qu'elles soient militaires ou économiques152. Ainsi, dans l’Hadrianeum de Rome153, autour de l’autel du culte provincial à Lyon154 et dans le Sebasteion d’Aphrodisias155 par exemple, les piédestaux de colonnes et les portiques s’ornaient de statues et de bas-reliefs représentant des provinces récemment soumises à Rome et dans lesquelles les empereurs venaient d'intervenir : les Gaules, la Bretagne et la Dacie, ou, au contraire, des provinces prospères et bien pacifiées : la Sicile, Chypre et la Crète. La Mésopotamie, justement, fit l’enjeu de plusieurs conflits durant plus de deux siècles et ne fut romaine que par intermittence : d’abord de Trajan à Marc Aurèle, avant d'être à nouveau annexée par Septime Sévère. En 230, Sévère Alexandre se rendit dans la province alors envahie par les Parthes et, au terme d'une campagne de deux ans, pénible et peu glorieuse, il parvint à y installer un statu quo précaire. Trois ans plus tard, à la fin de son règne, la Mésopotamie quitta à nouveau l'Empire156. L'association de la Mésopotamie et de sa province frontalière, la Syrie, est un thème connu ailleurs : une mosaïque contemporaine du sanctuaire de Thugga et découverte à Mas'udiye, sur la rive orientale de l'Euphrate, représente le fleuve couronné de roseaux, étendu entre les personnifications féminines des deux provinces qu'il sépare et rapproche. Elle est datée de 228-229, c'est-à-dire juste avant la victoire très relative de Sévère Alexandre sur les Parthes157. Au contraire, la Syrie, province natale de la famille maternelle sévérienne, a naturellement bénéficié d’une politique favorable des empereurs : l'octroi du ius italicum à Tyr et à Laodicée par Septime Sévère en récompense de leur fidélité158 et la promotion coloniale de Bosra et peut-être de Damas par Sévère Alexandre159 témoignent des mesures favorables de tous les Sévères pour leur berceau dynastique. Mais ici, à l'exception de la Syrie et de la Mésopotamie directement impliquées dans sa politique, les autres provinces ne semblent pas se rattacher à la personne de Sévère Alexandre ni au contexte historique de son règne, ou bien dans des rapports si vagues qu'ils sont difficiles à retenir.

  • 160 H. Slim 1999, 181-190.

35En Afrique, il n’y a qu’à Thysdrus que l’on connaisse une autre association de plusieurs provinces, mais il s’agit cette fois du pavement d’une demeure privée : la maison dite Africa. Rome y est entourée des allégories de l’Afrique, de l'Égypte, de l'Espagne, de la Sicile, peut-être de l’Asie et d’une dernière représentation non identifiée, cinq et certainement six provinces dont elle importait abondamment les produits de l’oléiculture et de la céréaliculture, celles qui alimentaient son annone160. Il n’y a donc rien de comparable entre cette riche demeure appartenant probablement à un grand propriétaire terrien et le sanctuaire public de Dougga.

  • 161 1954, 161.
  • 162 L’époque de sa construction n’est pas certaine : sa dédicace est datée des ides de novembre 259 p. (...)
  • 163 On sait par les géographes antiques que l’Espagne possédait des temples de Caelestis qui l’élevaie (...)
  • 164 Sur une dédicace punique de Carthage à Tanit du Liban (CIS. I, 3914, cf. Ferron 1994, 32-42) ; sur (...)

36Pour G.-Ch. Picard, les statues qui ornaient ce dernier “symbolisaient les diverses contrées sur lesquelles la déesse exerçait son pouvoir”161 ; mais à vrai dire, hors d’Afrique, le culte ne se rencontre guère qu’à Rome162 et dans les régions phénicisées de Sicile et d’Espagne163. Même la présence de la Syrie et de Laodicée ne peut être reliée que de manière lointaine au culte de Caelestis par sa filiation avec Tanit, vénérée en Orient sous ce même nom, comme l'attestent trois mentions164. Il faut de toute façon souligner qu'en Afrique, et en l'occurrence au iiie siècle, Caelestis était avant tout ressentie comme une divinité profondément nationale, qui, bien que modelée par des origines multiples, avait fini par devenir la déesse singulière et emblématique de la Proconsulaire, et en particulier, de sa capitale.

  • 165 Elle était vénérée en particulier à Thibursicum Bure dont le municipe procéda à une dédicace Urbi (...)

37Finalement, s’il semble impossible de compléter totalement cette série de noms parce que nous n’avons pas percé le système de leur sélection, on peut au moins en proposer deux autres avec une grande vraisemblance. Parmi les villes honorées en Afrique, la capitale Rome est naturellement la mieux représentée165 et on peut être assurés que, quelles que soient les raisons qui déterminèrent les choix des constructeurs, ils ne l’oublièrent pas ; on peut raisonnablement envisager que l'Africa aussi figurait dans la parade.

  • 166 Les temples d’Hammam Berda et d’Hr Tamesmida se composent également d’un portique en demicercle et (...)
  • 167 Infra, p. 220-221.
  • 168 1990, 199-213.
  • 169 Cagnat & Gauckler 1898, 29 ; Gauckler 1905, lxv.
  • 170 Surtout depuis que Platon et Aristote imposèrent les idées pythagoriciennes, cf. Nicolet 1988, 11.

38D'un point de vue formel, son portique courbe rapproche le temple de Thugga de plusieurs temples-nymphées d’Afrique étudiés par Rakob166 mais aucune trace d’aménagement hydraulique en relation avec l’édifice n’a été repérée167. G. Dareggi a interprété cette forme comme un élément architectural spécifique des temples du culte impérial et elle a rattaché le sanctuaire de Thugga à la même typologie fonctionnelle que le temple d’Auguste à Antioche de Pisidie, par exemple168. Ses arguments toutefois semblent peu convaincants : l’empereur aurait été au coeur de ce système religieux car, lors de la dédicace, l’évergète qui était flamine perpétuel prononça des voeux pour son salut ; rappelons que ce fut le cas pour la majorité des constructions et des restaurations de sanctuaires à Dougga, comme dans la plupart des cités de la province. Dès les premiers dégagements du monument, P. Gauckler avait, quant à lui, mis l’incurvation du portique en relation avec le croissant lunaire de la déesse169. Mais, en définitive, c’est sûrement un tout autre symbole cosmographique que recèle cette courbe : la seule succession de statues que l'on puisse finalement conjecturer est un ordonnancement géographique d’ouest en est, ce qui serait conforme à l'image que l’on se faisait de la terre depuis plus de six siècles170. Cette organisation permettait ainsi de placer la divinité au centre de l'Orbis Terrarum que représentait une série de ses entités.

39Pour conclure sur ce point, on peut ajouter que le nom de Thugga, émancipée en municipe depuis une vingtaine d'années, gravé au côté de celui de Karthago témoigne que les rapports fondés sur le substrat religieux perdurèrent entre les cités. Alors que plus aucun lien juridique ne rattachait Thugga à Carthage, la première, en honorant publiquement la déesse tutélaire de la métropole, réaffirmait des relations ancestrales que l’autonomie du pagus n'avait pas brisées. Leurs noms se côtoyant au milieu d’autres noms de villes et de provinces montrent aussi que Thugga se considérait pleinement comme une cité et qu’elle jugeait son nom digne de figurer sur le même plan que ceux des prestigieuses Carthage et Laodicée. Vingt à trente ans après la création du municipe, dix à vingt ans après que la constitutio Antoniniana eut fait de tous les habitants de l’Empire des citoyens romains, le sanctuaire de Caelestis exprime visiblement la satisfaction des Gabinii en voyant triompher l’idéal municipal qui avait motivé l’ascension sociale et juridique de leurs ancêtres autochtones et avait fait d’eux les plus grands notables de leur cité.

  • 171 H. Jouffroy tire de sa recension des cultes les pourcentages suivants : 11 % au ier siècle, 35,8 %(...)
  • 172 68 constructions publiques sous les Sévères, 8 sous Gordien III et Philippe, 4 sous Gallien et 13 (...)

40Traduction de la prospérité et de la confiance des Africains, les rythmes des constructions publiques dans la province se maintinrent à un niveau à peu près égal pendant les périodes antonines et sévériennes171, cette dernière regroupant 80 % de l’ensemble des chantiers entrepris tout au long du iiie siècle172.

  • 173 D'après la liste dressée par Khanoussi 2000, 304.
  • 174 lLTun, 1500 ; DFH, no 42.
  • 175 Pavis d'Escurac 1976, 223-224.
  • 176 Infra, p. 167, n. 2.
  • 177 CIL, VIII, 26551-26552.

41On vient de le voir, Thugga bénéficia encore, durant cette période, d’aménagements urbains très importants puisque, face aux seize réalisations du siècle antonin173, on n’en recense encore neuf, sur une période moitié moins longue. Les particuliers qui offrirent les sanctuaires de Saturne, de Caelestis et des Victoires de Caracalla, avec le terrain sur lequel le cirque fut aménagé sous Sévère Alexandre sont encore, comme aux siècles précédents, les premiers bailleurs de fonds de sa parure monumentale. On ignore le nom de celui qui avait construit les thermes de Caracalla identifiés par la dédicace de leur restauration entre 375 et 383174 et, à la fin du règne de Sévère Alexandre, les dendrophores firent élever le temple de la Mère des Dieux, autre culte dont l'essor est remarquable à l’époque sévérienne175. Quant à la cité, elle fit élever les arcs de Septime Sévère176 et de Sévère Alexandre177 et procéda, entre 222 et 235, à la restauration du temple de Fortuna construit sous Hadrien [no 49].

  • 178 Sur Lepcis Magna au ier siècle, infra, p. 83-85 ; au iie siècle, la cité s'enrichit de nouveaux te (...)
  • 179 Gascou 1972, 197.
  • 180 IRT, 427-428.
  • 181 De l’amphithéâtre en 194-195 (AE, 1955, 137), des thermes en 198-199 (CIL, VIII, 2706) et du templ (...)
  • 182 Le port fut rénové, on construisit un nouvel aqueduc et on perça une grande voie bordée de portiqu (...)
  • 183 La construction du capitole fut entreprise au début du iiie siècle par un richissime évergète (CIL (...)
  • 184 Plutôt que par Nerva (Gascou 1972, 108-110, 211).
  • 185 Elle finança l’aménagement du forum, la restauration d’un édifice indéterminé et la construction d (...)
  • 186 Beschaouch 1968, 151.
  • 187 Le centurion qui offrit un temple anonyme (AE, 1968, 603), le IIuir qui en dédia un aux Dii Mauri (...)

42Au ier siècle, la cité avait montré l'exemple d'une urbanisation exceptionnellement précoce que l’on ne pouvait guère comparer qu’à celle de Carthage et de Lepcis Magna ; au iie siècle, même si plusieurs cités connurent un essor remarquable et s’enrichirent de nombreux édifices publics, en particulier de temples, Thugga continua de les surpasser. Mais au début du iiie siècle, son destin n’apparaît plus aussi singulier face à d’autres villes où une dizaine de monuments et plus furent alors élevés ou restaurés. Les circonstances historiques expliquent le développement spectaculaire de Lepcis Magna et de Lambèse, deux grands centres religieux178, qui profitèrent de l’intervention de Septime Sévère. Dans sa patrie natale qu'il dota du droit italique179, l’empereur entreprit lui-même la construction de la basilique du forum nouum achevée par Caracalla180 et dans son cantonnement de Numidie, la iiie légion Auguste procéda à plusieurs restaurations d’édifices publics181, aux frais impériaux. A Lepcis Magna182, comme à Lambaesis183, le reste de l'imposante parure monumentale fut financé à égalité par de riches notables et par le corps public. En revanche, dans la colonie de Cuicul fondée par Trajan184, la cité, en dédiant une dizaine d'édifices civiques et religieux, apparaît de loin comme l’évergète le plus important185 ; alors que dans le municipe césarien de Mustis que régissait encore ce statut sous Théodose186 et où seuls des sanctuaires semblent avoir été bâtis à cette époque, les bienfaiteurs sont au contraire en majorité des particuliers187.

Notes

1 On s'en étonne pour le premier qui fut le conditor du municipe, mais, comme pour Marc Aurèle. il faut certainement imputer cette absence au hasard des découvertes.

2 Infra, p. 15, fig. 3, no 40. Toute la famille impériale, Septime Sévère, Iulia Domna et leurs fils,
Caracalla et Géta, y étaient célébrés sur six dédicaces ornant les deux faces du monument, sur les attiques et les piliers : CIL, VIII, 26539 + ILAfr, 525 = DFH. no 10 ; CIL, VIII, 26540 + ILAfr, 526 ; CIL, VIII, 26541 ; DFH, no 11 ; ILAfr, 563 et son pendant non connu. Sur cet arc et la place des inscriptions, et. Maurin 2000, 32-35.

3 Par exemple : CIL, VIII, 26622 = DFH, no 56.

4 Par comparaison avec la titulature de Thihursicum Bure, municipe septimien voisin, qui incluait les épithètes Frugiferum Concordium Liberum (ILAfr, 506) et en tenant compte de l'existence à Thugga du templum Concordiae, Frugiferi, Liberum Patri, A. Merlin et L. Poinssot ont donné à liberum une interprétation religieuse (1912, 133-134, 142-148).

5 J. Toutain l'a envisagé de façon très extensive, comme la totale liberté des magistrats municipaux vis-àvis de la colonie (DA, III, 2033) ; pour Cl. Poinssot également, elle signalait la fin de la dépendance des institutions de Carthage, une libération (1962, 71-72).

6 Ainsi, pour P. Veyne, cette libertas était tout à fait idéale, symboliquement rattachée au statut de municipe, et n'avait pas plus de contenu juridique que sa dignitas (1961,96-98).

7 Jacques 1991, 583-599, en particulier 595-599, à l'appui de l'hypothèse déjà émise par Y. Debbasch pour qui la libertas accordée à Carthage par Octave incluait l'immunitas de son territoire (1953, 40-41 ; Gascou 1982a, 155). L'impôt était en effet considéré comme un signe de domination, la "marque de captivité” des peuples soumis (Tert., Apolog., 13.6). L'épithète liberum, libera des titulatures de cités indiquait toujours un avantage fiscal même si son contenu pouvait varier d'une cité à l'autre. La libertas de Thugga tenait à l'immunitas dont le pagus avait bénéficié comme tout le territoire de Carthage alors que celle du municipe de Singili en Bétique (CIL, II, 2025) renvoyait à un autre privilège de son fondateur flavien (Jacques 1991, 589). Cette interprétation est aujourd’hui unanimement soutenue, cf. Gascou 1972, 179-180 ; 1982a, 150-151 ; Jacques 1991, 583-606 ; Lepelley 1997, 106-109. Lepelley

8 Infra, p. 116-117.

9 H. Dessau (commentaire de CIL, VIII, 27374, cf. [no 31]) avait proposé d'identifier le conseruatorpagi a Septime Sévère, arguant que le groupe nominal génitif devait se rapporter à l'empereur dont le nom était également décliné au génitif. Or, J. Gascou a déterminé que c'est bien Commode divinisé qui fut l'objet de la dédicace et qui reçut le titre de sauveur du pagus : son nom figure au datif en tête de la dédicace, gravé en lettres plus hautes qu'aux lignes suivantes, le génitif se rapportant à signum ou statuam (Gascou 1997 98) Sur ce texte en général. Gascou 1982a, 173, no 64 ; id. 1997, 97-104.

10 Jacques 1991, 584.

11 L’empereur, après sa rupture avec Albinus en 195, tenait à marquer sa filiation avec les Antonins ; ce qui est particulièrement notable dans les dédicaces de l'arc (infra, p. 167, n. 2) où la longue filiation remontant jusqu'à Nerva illustre la politique dynastique de Septime Sévère à partir de cette date (Maurin 2000, 34-35).

12 Statuam quam uterque ordo decreuit, respublica municipii Septimii Aurelii Liberi Thugga posuit (CIL, VIII, 26591b ; formulations comparables dans CIL, VIII, 26591a. 26622 et ILTun, 1427 qui sont des hommages à deux flamines et deux flaminiques ; cf. L. Poinssot 1913, 185-187).

13 Jacques 1991, 598-599.

14 Sur la politique municipale de Septime Sévère, cf. Gascou 1972, 181-182, 226-230. L’auteur souligne que nulle part dans l’Empire, l’empereur ne lit preuve d’autant de générosités envers les cités.

15 Le pagus et la ciuitas de Thibursicum Bure ont été promus en même temps que Thugga (municipium Septimium Aurelium Seuerianum Antoninianum : ILAfr, 506). A cause d'un destin municipal qui parait comparable à celui de Thugga depuis le règne de Marc Aurèle, on peut penser que Numluli fut également promue municipe, ainsi que la proche Agbia (Gascou 1972, 184).

16 Outre le souci naturel de favoriser sa terre d’origine. Septime Sévère, se méfiant des entités politiques trop vastes, a pu chercher à diminuer l’influence de Carthage ; d'autre part, en renforçant sa popularité dans la province, il savait pouvoir compter sur l’appui de l’Afrique pour contrer le Sénat (Gascou 1972, 227-228).

17 Parmi les municipes sévériens, outre Thugga, seules Aulodes (CIL, VIII, 14355) et Thysdrus (CIL, XII, 686) qui, d’après Pline l’Ancien, possédait ce privilège dès le début de l’Empire (NH, 5.1.30) adoptèrent l’épithète liberum, probablement parce que, d’après J. Gascou (1982a, 155), la mesure aurait été trop coûteuse pour la généraliser à toutes les nouvelles créations. Ce n’est pas l’avis de F. Jacques (1991,592-593) qui pense que. si l’on se trouvait effectivement dans le contexte d’une municipalisation systématique de Septime Sévère et Caracalla, toutes les cités durent recevoir ce privilège, dans un geste financier particulièrement libéral qui. finalement, grevait surtout les caisses du Sénat. Cela paraîtrait en tout cas logique pour les municipes constitués au détriment de Carthage et dont les pagi, comme celui de Thugga, devaient bénéficier de l'immunitas depuis leur création et n’être pas davantage prêts à y renoncer.

18 Auedda, Sululos, Thibursicum Bure et Thugga ; d’après J. Gascou (1972, 189-190) et F. Jacques (1991, 585), on peut penser que c’est aussi le cas d'Aulodes et de Thysdrus, dont les titulaires (municipium Septimium liberum) nous sont parvenues mutilées, ou peut-être intentionnellement abrégées.

19 CIL, VIII, 26552 = DFH, no 57. Sur ce texte : Jacques 1991, 593-594 ; Gascou 1997., 102 ; Lepelley 1997, 108 ; Aounallah & Maurin 2000, 157-158.

20 Une reconduction que les cités demandaient coutumièrement aux nouveaux empereurs (cf. Jacques 1991,584).

21 Une unique mention sur une dédicace à Gallien datée de 261, CIL, VIII, 1487 = DFH, no 16 : col(onia) Licinia Sept(imia) Aurel(ia) Alex(andriana) Thugg(a).

22 P. Labonius Institor (CIL, VIII, 26548-26550). apparenté aux Gabinii d’après les noms de leurs parents communs : L. Gabinius Primigenius Labonius (CIL, VIII, 26881 = IIAfr, 544).

23 La Victoire qui figurait au nombre des vertus cardinales d’Auguste fut particulièrement populaire en Afrique. Dès le règne de Tibère, on éleva à Lepcis Magna une statue de Victoria Aug. qui avait aidé Dolabella à préserver l’intégrité de cette partie de l’Empire contre Tacfarinas (AE, 1961, 107) et, dans la deuxième moitié du Ier siècle, elle fut honorée parmi les Dii Augusti de Thugga [no 40]. Son culte connut un développement spectaculaire à partir des guerres de Marc Aurèle et de Lucius Verus, mais c'est à l'avènement de Septime Sévère, empereur militaire dont le régime prenait appui sur son succès dans l'armée, que fleurirent partout en Afrique, en même temps que les dédicaces à Jupiter vivtor conseruntor, des vœux adressés à Victoria pour le salut de toute la dynastie. On a déjà souligné que l'importance du culte de la Victoire en Afrique, particulièrement en Numidie et aux marges extérieures de sa frontière orientale, faisait de la province une exception dans l'Empire (Fears 1981, 743-744 ; Smadja 1986, 04).

24 Restitution proposée par N. Kallala (1997, 151-152).

25 En fait, on ne rencontre jamais son singulier, mais exclusivement son pluriel, le plus souvent abrégé en Augg(ustarum) ; dans cette série, on peut signaler la dédicace très insistante des décurions de Gurza à Victoria Invictissimorum Augus torum (CIL, VIII, 71). Lorsqu'il n'y avait qu’un empereur, les fidèles africains mentionnaient explicitement qu’ils s'adressaient bien à lui. celui qui régnait, l'Augustus. Afin d’éviter une possible confusion entre les abréviations d'Aug(usta) et d'Aug(usti), ils l’ont précisé, comme à Thugga, par des périphrases telles que domini nostri ou par les noms plus ou moins développés du prince.

26 Sur les qualificatifs appliqués à Victoria en Afrique, cf. les tableaux d’E. Smadja (1986, 505-507).

27 Dans le cas d’une épithète de gentibus, la restitution de Germanica plutôt que Parthica, d'abord proposée par Cl. Poinssot (1972, 159) est justifiée par la chronologie des titres de l'empereur (établie par A. Mastino 1981,53). A la fin du mois de septembre 213, Caracalla bat les Alamans sur le Main et rentre à Rome le 6 octobre 213 où il est acclamé Imperator pour la 3ème fois. Pour A. Mastino, c'est à cette occasion que Gabinia Hermiona offrit un temple dédié à la Victoire [Germanique] de l'empereur dont il date la dédicace de la fin de 214, avant le 10 déc. Elle est donc relativement proche du triomphe d'octobre 213 et le décalage chronologique entre la rédaction du testament et la construction du temple n'excède pas un an, délai qui n'a rien d'extraordinaire lors de l'exécution d’un legs testamentaire et les héritiers ont naturellement réactualisée la titulature de l'empereur. Sur ce point, cf. l’intervention d’A. Mastino à la suite de la communication de N. Kallala (1997, 174).

28 Restitution finalement adoptée par N. Kallala (2000, 117).

29 A Portus Magnus, probablement en 196 : CIL, VIII, 9754.

30 Sous laTétrarchie. à Cirta : CIL, VIII, 7011.

31 La déesse y couronne Jupiter (Cohen, V, 72, 2).

32 CIL, VIII, 11 194 : aedem Victoriis eius, p(ecunia) p(ublica) f(ecit).

33 CIL, VIII, 1426 + 15259 = ILTun, 1335 : Victoriis Augustis.

34 Dans un temple qui ne paraît signalé que dans Cagnat & Gauckler 1898, 98-99.

35 CIL, VIII, 25371 : templum Victoriarum (...) cum statuis Victoriarum III.

36 Un nombre indéterminé de statues des Victoires de Sévère Alexandre dédiées a Sua ((IL, VIII, 14816) ; deux Victoires de Marc Aurèle près de Vaga (CIL, VIII, 14427) ; peut-être deux Victoires également sur un texte non daté de Carthage (CIL, VIII, 12496 que leur éditeur propose de mettre en relation avec le fragment CIL, VIII, 12500) et sur un texte gravé à Caluma, sous les Tétrarques (ILAlg, I, 179).

37 Golvin & Khanoussi 2004.

38 [V]ctoriis/[I]mperatorum/nostrorum/Col(onia) Thugg(a) deuota (CIL, VIII, 15516a = ILTun, 1380 = ILPB, 227) ; [Victoriis]/Caesarum/ nostrorum/ [C]ol(onia) Thugg(a) denoti a] (CIL, VIII, 15516b).

39 A Madaure : ILAlg, I, 2086 ; à Tigisis : ILAlg. 11.2, 6248 (dédicace du proconsul T. Anicius Faustus ; cf. Thomasson 1996, 172, n° 50v).

40 Romanelli, 1970, 131-145 ; Scagliarnni-Corlàita 1979, 29-72 ; Gros 1996, 56-82.

41 Tibère lit élever, de part et d'autre du temple de Mars Ultor, deux arcs dédiés, l'un à Germanicus et l'autre, à Drusus le Jeune (Scagliarni-Corlàita, 1979, 42). C'est certainement leurs noms que portaient aussi les deux arcs qui encadrent le temple de Jupiter à Pompéi, fermant le fond de la place (ead., 43.) Ces arcs honorifiques célébraient la mémoire de deux jeunes généraux qui s’étaient distingués par leurs succès militaires et la Victoire est bien le sujet de cette composition architecturale organisée autour de Mars Ultor qui avait combattu aux côtés de Jules César puis d'Auguste, et de Jupiter qui fut aussi un dieu particulièrement à l'honneur dans les armées. Hercule, également, figure avec Mars, Victoria et d’autres divinités non reconnues sur l’arc à trois baies qui célébre, sur le forum romain, les victoires de Septime Sévère contre les Parthes en 195 et 198 (Coarelli 1994, 49-50 ; Gros 1996, 73-74).

42 Elle est présente sur l'arc des Sergii à Pota, sur ceux de Glanum et de Cavaillon en Gaule, (ce dernier étant actuellement recomposé à partir de deux arcs qui devaient aussi encadrer un temple), sur l'arc de Titus au pied du mont Palatin, sur celui de Trajan. à l’entrée du forum trajanien (Gros 1996, 58-70). Sur un des reliefs triomphaux de la porte tétrapyle de Lepcis Magna, c’est lidia Domna qui est représentée en Victoria, brandissant une palme (Le Glay 1975., 145).

43 D'après la restitution de F. Coarelli 1994,62.

44 Golvin & Khanoussi 2004.

45 Sur cette restitution. Golvin & Khanoussi 2004.

46 Notons qu'un demi-siècle auapravant, la ciuitas Siagitana décréta également un monument aux Victoires Arméniaque, Parthique et Médique de Marc Aurèle et Lucius Vérus (CIL, VIII, 965 = ILPB, 378) et que les statues du temple de Sua étaient aussi au nombre de trois (infra, p. 172, n. 35).

47 Lexicon Topogruphicum Urbis Romae, 3, 1995, s.v. Forum Iulium, 306-307 ; Coarelli 1994, 78 ; Gros 1996, 150-151.

48 Coarelli 1994, 79 ; Gros 1996, 150-151.

49 Lexicon Topographicum Urbis Romae, 3, 1995, s.v. Hadrianus, 1-7 ; Coarelli 1994, 207 ; Gros 1996, 185-186.

50 Dédié par un notable local, Iddibal Magonis f. Tapapius, Lepcitanus. sous le proconsulat de Q. Marcius Barea Soranus (IRT, 273). Sur ce temple, Caputo 1950, 166-167 ; Hanson 1959, 95-96 ; Brouquier-Reddé 1992, 111 ; infra, p. 93.

51 Brouquier-Reddé 1992, 106, fig. 51.

52 IRT, 21 ; Bartoccini 1964, 24-42 ; Brouquier-Reddé 1992, 53.

53 Gros 1996, 185.

54 Contre l’interprétation de D. Fishwick, avec des arguments convaincants et en particulier parce que la dédicace est précisément datée de 43 par le proconsulat de Q. Marcius Barea Soranus (Thomasson 1996, 34, n° 30d), c’est-à-dire l'année suivant la divinisation de Livie, on a également proposé d'identifier les Dii Augusti à Auguste et son épouse, accompagnés de César ou de Claude, leurs statues se tenant sur les trois socles retrouvés dans les niches du fond de la cella (Caputo 1950, 166-167 ; A. Di Vita 1982, 559). Ajoutons qu'à Cirta, Q. Marcius Barea Soranus dédia aussi le temple offert à Livie divinisée par sa flaminique (ILAlg, II. 1. 550). Il faut d'ailleurs signaler l'emprise du culte impérial dans cet ensemble monumental de Lepcis Magna : le temple s'élève face à celui des Cereres dont l'une était honorée sous les traits de Livie et les effigies de Marc Aurèle, Faustine la Jeune. Lucius Verus et Lucille, trouvées à proximité (Caputo & Traversari 1976, 92-97. no 71-75), sont peut-être les seuls vestiges d’un cortège impérial plus important ; sur ces statues, infra, p. 106, n. 278.

55 Gros 1996, 150.

56 [Pro salute et u]i[cto]ria (sic) deo Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Aurel[io diui Septimi Seueri f(ilio)] (CIL, VI, 1080 ; cf. AE, 1996, 90). Un monument postérieur, érigé après la divinisation de l’empereur, évoque le même sujet : un décurion de Rusicade fit élever une statue de diuus Magnus Antoninus avec son tétrastyle et la dédia à Victoria Augusta ILAlg, II. 1, 10).

57 Sur la place de Victoria dans le régime augustéen et son développement, cf. Fears 1981,736-826.

58 L'intervention du dieu debout sur son promontoire, bandant son arc contre la flotte égyptienne, relatée par Virgile appartiendrait à un plan symbolique bien calculé de la propagande officielle (Gagé 1955, 506-507). Cependant, des marques de la piété apollinienne d'Octave sont connues avant le miracle d'Actium (id. 485-494).

59 Lorsqu'il fonda Nicopolis à l'emplacement de son dernier camp militaire (Gagé 1955, 509-512 ; id. 1981,563).

60 Suet., Aug. 18.

61 Infra, p. 98.

62 D.C. 77.7.4.

63 Gagé 1955, 282-284, 414-416.

64 Id., 673-674.

65 Sur une monnaie augustéenne par exemple (LIMC II. 1, 420, no 417 ; II.2, 334).

66 Sur une monnaie de Commode où la Victoire tend une cithare à Apollon sous la légende Apollini Palatino (BMC, Commodus, 387).

67 A Mayence, sur un autel consacré à Jupiter, CIL, XIII, 6723.

68 Reinach, Rép. Bas-reliefs, III, 171, 1.

69 Gasparri in LIMC, III. 1., 564, 567.

70 LIMC III.1, 557, no 234-235 ; III.2, 452.

71 Sur un médaillon commandé par Hadrien (Bruhl 1953, 187-188).

72 LIMC VII. 1, 491-493, no 98, 108, 110 ; VII. 2, 387-388.

73 Ben Baaziz 1996, 103-111.

74 LIMC II. 1, 1098, no 253 ; 1109, no 6 ; II.2, 804.

75 A Venusia : CIL, IX, 425 et à Fundi : CIL, X, 6219.

76 Combet-Farnoux 1980. 454. Cependant, comme Liber Pater et Apollon, Mercure recevait un bouc en sacrifice, animal assez rare qui pouvait avoir valeur générale d'offrande aux héros et aux morts (ead. 1980, 282 : Gagé 1955, 163).

77 Combet-Farnoux 1980, 426.

78 Toutain 1967, 379 ; en Afrique : CIL, VIII, 18008 ; 26652-26654 ; AE, 1988, 1117.

79 A Sala : IAM, 300.

80 A Mena’a, en Numidie : CIL, VIII, 2465 ; 17953.

81 A Bu Aftan : CIL, VIII, 16909.

82 A Volubilis : IAM, 358.

83 A Tipasa : CIL, VIII, 10832.

84 A Rusicade : CIL, VIII, 7983.

85 A Lambèse : CIL, VIII, 18231.

86 Floriani-Scarciapino 1966, 99-103 pour le temple du forum nouum ; pour les chapelles du forum uetus : IRT, 397.

87 Beschaouch, Hanoune & Thébert 1977, 108-1 10.

88 AE, 1913, 120, daté de 229.

89 Outre les trois temples déjà mentionnés où l'on honorait plusieurs Victoires de Caracalla et Sévère Alexandre (infra, p. 172), deux temples autres furent dédiés, l’un à la Victoire de Septime Sévère en 197, à Hr R'mada en Maurétanie, par les cultores de son numen (AE, 1904, 75) et l’autre, à celle de Caracalla en 213, à Verecunda (CIL, VIII, 4202).

90 Pour le culte de Saturne, nous avons utilisé les travaux de M. Le Glay qui a déjà défini ses aires et ses périodes de diffusion (en particulier 1966a 89-92, 265-268). Concernant Caelestis, une telle analyse n'a jamais été entreprise de manière systématique. Les chercheurs qui se sont penchés sur son culte, que ce soit en Italie ou en Afrique, ont privilégié l'étude des collèges sacerdotaux qui le desservaient, celle des origines et de la transformation de Caelestis au contact du panthéon romain et celle de l'origine de ses fidèles (G. Charles-Picard 1954, 57-72. 105-114 ; Bénabou 1976, 362-369 ; Halsberghe 1984a, 2203-2223 ; La Rocca 1990, in L1MC. V.l. 835-839 ; Cordischi 1990, 161-191 ; Bullo 1996, 1597-1628 ; Bullo & Rossignoli 1998, 249-273).

91 En Césarienne, elles sont groupées autour de Sitifis où la déesse possédait un temple (CIL. VIII, 8432-8433 ; AE, 1955, 59) : à Satafis (AE. 1957, 58), à Thamallula (AE. 1909, 127) et à Ad Saua Municipium (CIL, VIII, 20320). En longeant la frontière vers l'est, on trouve encore quelques témoignages du culte à Rapidum (AE. 199.3, 1781) et à Auzia (CIL, VIII, 9015, 20743-20746) ; une seule dédicace a été trouvée en Tingitane, à Albulae (CIL, VIII, 9796).

92 En Césarienne, les lieux de culte de Saturne se concentrent dans la même région que ceux de Caelestis ; en particulier, les deux divinités étaient honorées à Rapidum, à Sétif et à Auzia ; des témoignages de la présence de Saturne ont également été identifiés à Portus Magnus, Seriei, Tigzirt, Sillègue et Cherchel (cf. Le Glay 1966a, 267). En Tingitane, malgré la découverte de stèles, aucun sanctuaire de Saturne n'a été sûrement identifié et trois inscriptions seulement font assurément état d'un culte de Saturne (Thouvenot 1954, 150-153). Quant au temple B de Volubilis qui présente les caractéristiques d'un sanctuaire africain et où ont été trouvées plus de neuf cent stèles de tradition punique, il semble que malgré la ressemblance du rituel qui s'y pratiquait avec celui de Saturne, il faille l'attribuer à une divinité locale attestée par d’autres textes de la cité, et qui portait le nom d’Aulisua (Ponsich 1976, 131-144 ; Morestin 1980 ; Brouquier-Reddé, Ichkhakh & El Khayari 1999, 343-370).

93 En Byzacène, le culte n'est guère attesté sur la côte qu'à proximité d'Hadrumetum (CIL, VIII, 22920 ; AE, 1968, 629) et à Siagu (AE, 191 1, 84) ; à l'intérieur des terres, deux dédicaces ont été trouvées à Thala et à quelques kilomètres de là (ILAfr, 195 et CIL, VIII, 23280). En Tripolitaine, seules Ziane (ILAfr, 12), Lepcis Magna (CTL, VIII, 22686) et Sabratha (CIL, VIII, 22689) lui rendirent un culte.

94 Le Glay 1996a, 267-268. Cependant. A. Di Vita fait état, sur la côte, de deux sanctuaires à ciel ouvert qui pourraient lui avoir été dédiés (1968a, 14-44).

95 Le Glay 1966a, 265.

96 A Cirta (ILAlg, II. 1, 468 et avec Fortuna : ILAlg, II.1, 472) ; à Mastar (CIL, VIII, 6351) ; à Tiddis (ILAlg. II. 1, 3571) ; entre Cuicul et Mileu (CIL, VIII, 8239, cf. 20076) ; à Cuicul (AE, 1957, 276) ; au Kef Tazerout (CIL, VIII, 8241) ; à Sila (ILAlg. II.2, 6864) ; au Vicus Phosphoris (ILAlg. II.2, 6225) ; à Bu Aftan (CIL. VIII, 16918) ; à Thibilis (ILAlg. 11.2, 4662) ; à Caluma (inscription mentionnée dans Toutain 1891, n. 25, cit. in Bullo 1996. 1619) et au fundus Seneciosus, près de Castellum Mastarenses (AE, 1991, 1687).

97 Dans les Monts Batna (CIL, VIII, 4286), à Lambaesis (CIL, VIII, 2592 ; AE, 1957, 123), à Thamugadi (AE, 1987, 1075), à Mascula (CIL, VIII, 27476), à Theueste (CIL. VIII, 1887, cf. 16510 ; ILAlg. I, 2998 ; 3066 ; ILAlg. II.1, 2997), à Vazaiui (CIL, VIII, 17619), à Hr-Hammam (AE, 1957, 92), à Ad Molas (ILAlg. I, 2815) et à Madauros (ILAlg, I, 2053 ; 2060 ; 2069).

98 Dans la vallée qui s'étend entre les deux oueds, depuis leur confluence jusqu’au sud de Sicca Veneria : à Hr Belda où elle était honorée avec Cérès (CIL, VIII, 27432), à Thibursicum Bure (CIL. VIII, 1424, 26439, et peut-être 25994), à Mustis (CIL, VIII, 16415 ; 16417 ; AE, 1968, 595-596), au pagus Tac[---] (CIL, VIII, 27416), à Rokba, au bord de l’oued Mellègue (CIL, VIII, 27721). Entre le Kef et les Grandes Plaines, peut-être jusqu’à Mactaris (G. Charles-Picard 1984, 13-28) : au fundus Turris Rutundae (ILTun, 1568), au fundus Tapp[---] (ILTun, 627) et dans la plaine d'el-Sers (CIL, VIII, 27763).

99 Dans la plaine d’El-Fahs, elle fut honorée par un fundi possessor des environs de Thabbora (AE 1980, 917), au castellum Biracsaccarensium (CIL, VIII, 23858), à Bisica (CIL, VIII, 1360 ; 23881), dans la ciuitas de Sucubi (CIL, VIII, 23860) et surtout à Thuburbo Maius dont le génie porte son nom (ILAfr, 226-235 ; ILTun, 708) ; en remontant vers Carthage, le culte se rencontre encore à Giufi (CIL, VIII, 12376) et à Vallis (ILTun, 1281).

100 Simmithus : CIL, VIII, 25648 ; Bulla Regia : AE, 1955, 124 ; Tuccabor : CIL, VIII, 14850.

101 Depuis Carthage, en remontant la côte vers le Cap Bon, le culte n’est attesté que dans le Haut-Mornag (ILAfr, 345), à Jemajeur (CIL, VIII, 24047), à Carpis (CIL, VIII, 993) et àTaffeloune (ILTun, 843).

102 Infra, p. 103.

103 1966a, 484.

104 AE, 1911, 84.

105 Sur l’onomastique des fidèles du culte de Caelestis, cf. Bullo 1996, 1659-1601 ; pour les fidèles de Saturne, cf. Le Glay 1966a, 402-404.

106 Ainsi les propriétaires et les coloni des fundi Turris Rutundae (ILTun, 1568), Seneciosus (AE, 1991, 1687) et Tapp[---] (lLTun, 627).

107 C’est peut-être pour cette raison que Caelestis fut honorée comme protectrice du marché du Vicus Phosphoris (ILAlg, II.2, 6225).

108 L’étude de M. Le Glay révèle Saturne comme un protecteur tout-puissant, maître de l’au-delà, du temps et du monde terrestre ; il était envisagé comme le géniteur suprême, régnant dans les mondes souterrains d'où il commandait la fertilité du sol et, quand ils ne lui donnèrent pas le nom de Saturne, les africains l'appelèrent Pluton ou Frugifer. Caelestis aussi gouvernait l’abondance de la terre : ses stèles portent souvent des signes de fécondité tels que les grenades ou les poissons. D’ailleurs outre Junon. Tanit fut aussi assimilée à Ops, protectrice des récoltes et à Nutrix, la mère nourricière de Saturne (Le Glay 1966a, 219-222 ; 1975, 139), identification qui mettait alors l’accent sur ses pouvoirs chthoniens. Toutefois, les témoignages de son culte montrent que ses fidèles ont préféré l’adorer comme une divinité céleste, dispensatrice de la pluie fécondante et capable de tempérer les forces ouraniennes négatives de Saturne qui déchaînait les tempêtes. Ainsi, elle fut peut-être appelée deae Caelo à Thuburbo Maius, pluuiarum pollicitatrix (Tert., Apolog., 23.6) et elle était pourvoyeuse de pluie à Naraggara (cit. in Le Glay 1975, 139).

109 Notable d’une ancienne famille dont plusieurs épitaphes ont été trouvées dans la nécropole occidentale avec celles des Gabinii, à proximité aussi du mausolée des Remmii (Carton 1895, 233-234 ; Maurin 2000, 254).

110 Sur le monument, infra, p. 324-325.

111 Smadja 1985, 551.

112 En Afrique, on ne peut pas établir une relation aussi systématique qu'en Gaule entre l’origine locale d’une divinité et le fait qu’elle soit appelée deus ou dea (Fishwick 1991,450). Elles sont souvent africaines, mais de nombreuses sont romaines (infra, p. 69-70) ; elles peuvent aussi être qualifiées dans la même inscription de deus/dea et porter l’épithète Augustus/Augusta (Nutrix dea Aug. : CIL, VIII, 2664 ou Sol deus Aug. : CIL, VIII, 4513).

113 Que l’on peut rapprocher de trois dédicaces provenant de Carthage, gravées ex iussu deae (ILAfr, 352 ; ILTun, 1052, 1053). Selon un ancien attribut de la tradition punique, la déesse possédait un pouvoir oraculaire et intervenait auprès de ses prêtres par le biais du songe ; des passages de l'Histoire Auguste confirment qu’un oracle exerçait dans le temple de la capitale provinciale (SHA, Vit. Macr., 3.1 ; Vit. Pert. 4.1-2 ; Audollent 1901, 390 ; Bénabou 1976, 369). A Valence, en Bétique, un autel daté de la fin du ier siècle a.C. ou du début du ier siècle p.C. fut érigé [ex] iussu dom(inae) Cael(esti) : AE, 1993, 1067. A Rome même, une dédicace découverte dans la regio X et gravée ex iussu deae était peut-être adressée à V(enus) C(aelestis) : AE, 1996, 687.

114 D’après S. Bullo (1996, 1611), l’édicule votif découvert aux environs de Thaborra (AE, 1980, 917) daterait de la première moitié du ier siècle. Une dédicace du Haut-Mornag à Caelestis Graniamo fait état de la restauration d’un temple détruit par la crue du fleuve voisin (ILAfr, 345). L’épithète attache la déesse à la gens des Granii (Merlin 1908, ccxliii) qui paraît issue des premières vagues de colons romains qui, au ier siècle, occupèrent les plaines fertiles les plus proches des rivages par où ils arrivaient (ainsi, les Granii sont aussi attestés dans le conuentus ciuium Romanorum d’Hadrumète, cf. Lassère 1977, 135-142 ; Bullo 1996, 1610). Dès leur arrivée, les Granii ont pu honorer la déesse du territoire dont ils prenaient possession.

115 La dédicace au Numen de Caelestis, découverte entre Cuicul et Mileu fut gravée en 120 (CIL, VIII, 20076) et en 132, on embellit son temple à Vallis (ILTun, 1281). Un autre texte provient de Theueste où l'on fit ériger des statues de la déesse, de Virtus et d'Esculape dans la première moitié du iie siècle (AE, 1977, 859). Le culte est attesté à Mustis en 145, lorsqu’un de ses desservants fit restaurer et embellir son temple (AE, 1968, 595) et à Sabratha, on dédia un monument à Domina Caelestis pour le salut de Marc Aurèle et Commode (CIL, VIII, 22689).

116 On lui dédia un temple à Thala pour le salut des trois premiers Sévères (ILAfr, 195). En 200, elle reçut une dédicace officielle dans une cité située à trois kilomètres à l'ouest d’Hadrumetum (AE, 1968, 629) et la même année, on éleva un temple au Dii Caelestes d'Auzia (CIL. VIII, 9015), où la déesse fut à nouveau honorée en 213 (CIL, VIII, 20744), avant que son temple ne soit restauré en 222 (CIL, VIII, 20745). Entre 202 et 205, à Lambèse, on lui dédia un temple dont la construction avait été entreprise en 194 ou en 195 (AE, 1957, 123) et un autre à Thala entre 209 et 210 (cit. in Jouffroy 1986, 254, dédicace qui, à notre connaissance, ne se trouve pas dans les recueils). En 210, c’est apparemment un temple de Saturne et Caelestis que l’on éleva à Mactar (G. Charles-Picard 1984, 13-28). Probablement sous Élagabal, le propriétaire d’un fundus des environs de Cirta, en fit aussi construire un (AE, 1991, 1687). Le culte est encore attesté de manière officielle à Madauros sous Sévère Alexandre (CIL, VIII, 4673-4674) et, en 235, ce sont les coloni du fundus Turris Rutundae qui lui dédièrent un monument (si c'est bien le nom de Maximin qui est martelé, cf. ILTun, 1568). L'année suivante, à Sitifis, c'est Mercure que l'on honora suivant les prescriptions de Caelestis (CIL, VIII, 8433) et entre 242 et 244, on embellit son temple d'Hr-Belda (CIL, VIII, 27432). Les documents les plus récents proviennent, l'un de Safaris et l’autre de Tiddis où on lui dédia des monuments, respectivement en 250 et en 269 (AE, 1957, 58 ; ILAlg, II. 1,3571).

117 Infra, p. 76, n. 108.

118 A la fin du iie et au début du iiie siècle, des temples furent dédiés à Saturne dans le sud de la Cirtéenne (à Guelma, à Ksiba et à Aïn Nechma), dans la région des saltus (Souk-el-Tleta, Oued-Klitan, Ellès, Aïn-Tounga, Thibaris, Mustis, Mactaris, Vicus Maracitanus, Kessera, Ousseltia, Hr-es-Srira) et à Auzia. Seul un temple des environs de Kairouan est précisément daté de 216. A la même époque, on embellit et l’on restaura les temples d'Ammaedara (entre 198 et 208), de Thamugadi (entre 202 et 205), de Tiddis, de Miler, de Cuicui, de Mons, de Calama, d’Hr-Hammam et de Lambèse (Le Glay 1966a. 89-92).

119 1966a, 402.

120 Sauf pour la dédicace du temple de Lambèse (AE, 1957, 123) à laquelle participa un légat propréteur d'Auguste ; mais il est possible qu'il ait agit à cette occasion, non comme gouverneur de Numidie. mais comme autorité municipale de la cité où siégeait sa légion.

121 Dont une paroi portait la formule : Caelestis sanctissima (CIL, VIII, 22686).

122 BMC, Septime Sévère, 218, no 333-338 ; 332, no 844 ; BMC, Caracalla, 208-209, no 279-282, 335, no 831-832 ; Babelon 1903, 161. On a d’abord pensé à mettre ce monnayage en relation avec l’octroi du ius italicum par Septime Sévère, mais la capitale semble finalement avoir obtenu ce privilège sous le règne de Caracalla seulement, entre 211 et 217 (Dupuis 1996, 57-65).

123 CIL, XIII, 6671 : Iuliae Augustae Caelestis Deae Matri Imperatoris (...).

124 Von Domaszewski 1909, 148, qui s’appuie aussi sur un autre texte, beaucoup plus discutable car rien n'assure qu’il concerne bien Iulia Domna (CIL, VII, 759 = Vermaseren 1986, no 500), son opinion fut souvent adoptée par la suite (voir la mise au point de G. H. Halsberghe 1984a, 2211-2212).

125 Toutain 1943-45, 306-311 ; Mundle 1961, 228-237.

126 Sur l'arc de Lepcis Magna, cf. Bartoccini 1931, 80-96 ; Romanelli 1970, 138-141. Dans la cité, ils furent aussi assimilés, l'un à Hercule, sur un buste trouvé dans le théâtre, et l’autre peut-être à Cybèle, ou encore à Junon selon la lecture d'IRT, 291 (cf. Le Glay 1975, 145). Sur le capitole du Vicus Maracitanus : [I(oui) O(ptimo) M(aximo) Septimio Seu]ero Aug(usto). Iunoni Reginae Iuliae Domn[ae] (AE, 1949, 109).

127 A cette occasion, on transféra la statue de la déesse du temple de Carthage (et son trésor avec elle) à Rome, dans l’Élagabalium du Palatin, et l’empereur organisa de nombreuses et somptueuses festivités (D.C. 79.12.1). Sur cette cérémonie, “point culminant de la conquête romaine par Dea Caelestis", cf. Halsberghe 1984a. 2213-2215.

128 CIL, X, 37170 ; cf. Halsberghe 1984, 2186-2189.

129 Infra, p. 182, n. 116.

130 On éleva le temple des cinq dieux indigènes de Magifa (ILAlg, I, 2977), celui des Dii Mauri Castores de Mustis (AE, 1968, 590) et celui des Dii Mauri conseruatores de Satafis (CIL, VIII, 20251). Parmi les nombreux temples dédiés à Esculape, Hercule, Apollon ou Mercure dont on ne peut toujours garantir qu’ils abritaient une divinité romaine ou interprétée, il faut noter la restauration de plusieurs sanctuaires dont les dédicaces soulignent l'ancienneté : celui des Cereres à Vaga, en 197 (CIL, VIII, 14394), de Tellus à Hr-Ghadaia, entre 193 et 199 (CIL, VIII, 23712), de Pluton à Laveran, en 211 (AE, 1957, 82) ou de Frugifer à Madauros, en 195-197 (ILAlg, I, 2041).

131 Sur l'inspiration orientale de certains sanctuaires de la cité, infra, p. 229-231.

132 Sur ce point, cf. en particulier M. Le Glay qui allègue aussi la nature inchangée de Saturne, fidèle à ses origines et préservé par ses relations continues avec les classes populaires les moins romanisées (1966a, 95) et M. Bénabou qui insiste sur l’attachement des notables urbains aux signes extérieurs de leur rontanité comme à ceux de leur riche passé (1976, 373-375).

133 La ciuitas Sucubi (CIL, VIII, 23860) et les ciuitates de Ziane (ILAfr, 12) et de Thuburbo Maius (ILAfr, 228 ; ILTun, 708) dans lesquelles des sufètes procédèrent aux dédicaces. A Thala, c'est la mention des seniores qui indique que l'on se trouve en milieu indigène (ILAfr, 195).

134 La respublica de Lambèse et celle de Tiddis lui offrirent des monuments ex DDPP (CIL, VIII, 2592 ; ILAlg, II.1, 3571) ; le pagus Thac[---] lui dédia un arc cum orbi (sic) c(iuium) Romanorum (CIL, VIII, 27416). A Giufi, un questeur et un édile s’acquittèrent de la promesse d’un monument (CIL, VIII, 12376) et à Vazaiui, un décurion offrit un autel à Caelestis, Saturne. Mercure, Fortune et aux Dii lavantibus (CIL, VIII, 17619). A Carpis, c'est une flaminique de Plotine qui s'acquitta du voeu d'une aedes de Caelestis Augusta (CIL, VIII, 993) ; enfin, des prêtres publics lui dédièrent également des temples dans le municipe de Mustis (AE, 1968, 595-596) et dans la colonie de Madauros (CIL, VIII, 4673-4674). On peut encore citer, dans un contexte romain, les trois propriétaires de fundi qui lui firent élever un temple sur leurs terres : ILTun, 627 ; 1568 et AE, 1991. 1687.

135 Infra, p. 351. n. 103.

136 A El-Hofra (Berthier & Charlier 1955, 13-178), à Thinissut (Merlin 1910 ; Lézine 1959, 256-259 ; Le Glay 1966a, 276) et à Hr-es-Srira (Le Glay 1961, 307-308), Tanit était accompagnée de Ba’al et les inscriptions mentionnent toujours son nom. Les dieux n'étaient pas égaux : si, entre 600 et 500 a.C.. le culte de Caelestis avait pris le pas sur celui de son compagnon à Carthage, le dieu conservait sa suprématie sur le reste du territoire et sur les stèles de ces trois sanctuaires, la formule d'invocation traditionnelle qui commençait par "Tanit Pene Ba’al" impliquait que la déesse était subordonnée au dieu (G. Charles-Picard 1954, 60.)

137 C'est le cas de Thubursicu Numidarum, de Cirta, de Tiddis, de Cuicul, de Lambaesis, de Calama, d’HrHammam et de Thamugadi en Numidie ; c’est aussi le cas de Thugga, de Mustis et de Thuburbo Maius en Proconsulaire, et celui d’Auzia, de Sitifis et de Rapidum en Maurétanie.

138 Dans un temple à cella unique, sans podium (Le Glay 1961, 113-115). Au début du iie siècle, deux prêtres du genius ciuitatis, c’est-à-dire Caelestis, consacrèrent un monument à Saturne (ILAfr, 255).

139 Dans un temple à trois cellae sur podium dédié entre 198 et 208 (ILAfr. 182 ; Le Glay 1961,323-324,

140 CIL, VIII, 2670.

141 Ceux d'Hippo Regius, Cuicul, Thamugadi, Thuburnica et Thubursicu Numidarum ; infra, p. 257.

142 Infra, p. 146, n. 202.

143 Les Octavii sont nombreux à Dougga et l'on ne peut pas assurer que tous ses porteurs soient de la même famille ; une série d'épitaphes de pérégrins et de nouveaux citoyens donne un échantillon onomastique d'origine indigène patente (Octavia Victoria Zabulli f. : CIL, VIII, 15546 = MAD, no 908 ; Octavia Rufina : CIL, VIII, 27097 = MAD, no 906 ou Octavia Tida : CIL, VIII, 27096 = MAD, no 907). Le nom de son épouse, Venustina et ses variantes sont fréquents parmi les noms uniques des pérégrins (Venusta : CIL, VIII, 25458, 27164, 27238, 27240 ; Venustinula : CIL, VIII, 27241 ; Venustus : CIL, VIII, 27242 ; Venustianus : CIL, VIII, 26991).

144 Cl. Poinssot 1955, 67-74.

145 Sur ces personnages et leurs dons respectifs, Golvin & Khanoussi 2004.

146 Gauckler 1897, 404 ; id. 1901, 148 ; Cagnat & Gauckler 1898, 29 ; L. Poinssot 1906, 120-122, no 6 ; Cl. Poinssot 1958, 41.

147 Golvin & Khanoussi 2004.

148 Nous avons identifié 70 % des fragments de la corniche. Huit seulement portent un nom et la plupart sont anépigraphes. En respectant ces proportions, on peut estimer à quatre ou cinq maximum le nombre de fragments inscrits parmi les 30 % non retrouvés. Sur ce point : Golvin & Khanoussi 2004.

149 Après sa victoire contre Pescennius Niger, pour affaiblir la trop puissante Syrie, Septime Sévère la divisa entre la Coelé, au nord, et la Phoénicie, au sud (Birley 1988, 177-180 ; Lepelley 1998, 393, 399). La province de Syrie n’existait donc plus en tant que telle au iiie siècle, quand bien même, sous Dioclétien, les rédacteurs du Code Justinien utilisaient encore le vocable Syria sans autre qualificatif pour désigner les deux provinces (Cod. Just. 9.44 ; 7.33 ; 2.13 ; cf. L. Poinssot 1906, 122).

150 La Judée, province prétorienne depuis 70, disparut théoriquement après la révolte de Bar Kochba, lorsqu’en 134, Hadrien changea le nom de Jérusalem en Colonia Aelia Capitolina et celui de la Judée en Syria Paelestina. Dans un texte daté de 135, c'est-à-dire assez peu de temps après que la province eut changé de nom pour que son usage n'en soit pas encore répandu, Iulius Severus reçut les ornamenta triumphalia ob res in [Iu]daea propere ge[st]as (CIL, III, 2830). Mais ensuite, à l'exception de rares textes grecs, comme celui qui fut gravé à Éphèse en 170, le nom de la Judée disparut définitivement des documents officiels (cit. L. Poinssot 1906, 122).

151 Le problème est le même pour l'Hispania : désigne-t-elle, ici, un ensemble géographique recouvrant toute la Péninsule ibérique ou une unité culturelle ne désignant que la Cisterior et I'Ulteriori ? d’après M. Marchetti, cet ensemble serait plus probablement désigné comme les Hispaniae, car “la division administrative contemporaine de l'organisation provinciale de la Péninsule ibérique requit l'ajout d'une détermination plus spécifique du nom générique de la province, limitant l'usage de celui-ci, et de manière isolée, dans les documents officiels" (DE, III, 754). Le singulier est absent de l'épigraphie impériale, sauf dans une dédicace officielle à un légat (CIL, VI, 31801). mais en revanche, dans l'expression Patria Hispania connue par deux exemples (CIL, XI, 3312 ; CIL, XII, 4366), le singulier se réfère clairement à une entité culturelle personnelle et identitaire et non plus à une organisation administrative.

152 Ostrowsky 1990, 67-72.

153 Infra, p. 174, n. 49.

154 Soixante statues des soixante peuples gaulois soumis à Rome entouraient, dans le portique de cour, l'ara ad confluentem (Strab. 4.3.2 ; restitution de R. Turcan 1982, 635-644, à partir des monnaies dites à l’autel de Lyon).

155 Un bas-relief représentant Claude abattant la Bretagne et quatre bases portant les noms des Daces, de Chypre, de la Sicile et de la Crète ornaient son double portique (Reynolds 1981, 317 ; Erim 1981, 227 ; id. 1982, 163-172).

156 Birley 1988, 179-180.

157 Parlasca 1983, 263-267 ; Dareggi 1990 ; J. Balty 1981, 369.

158 Hérodien 3.3-5 ; id. 6.9 ; Birley 1988, 177-180 ; Millard 1990, 7-58.

159 Lepelley 1998, 393, 399.

160 H. Slim 1999, 181-190.

161 1954, 161.

162 L’époque de sa construction n’est pas certaine : sa dédicace est datée des ides de novembre 259 p.C. (CIL, VI, 37170), mais pour Wissowa, cette dédicace serait la reconnaissance officielle du culte auparavant installé par Caracalla (1912, 374) ; Halsberge propose une datation plus récente : le temple aurait été construit par Élagabal lors de la théogamie de la déesse africaine et de Sol invictus (1984, 2214).

163 On sait par les géographes antiques que l’Espagne possédait des temples de Caelestis qui l’élevaient près des anciens comptoirs phéniciens de Gibraltar et de Gadès (Strab. 3.5.3 ; 3.5.5) ; le culte est également attesté à l’époque impériale, par l’épigraphie à Valence (AE, 1993, 1067), au Lucus Augusti (Rodriguez Colmenero 1997. 1 195-1204) et à Tarraco (CIL, VI, 2570).

164 Sur une dédicace punique de Carthage à Tanit du Liban (CIS. I, 3914, cf. Ferron 1994, 32-42) ; sur un ivoire votif daté du viie ou du vie s. a.C (Pritchard 1978, 104-108) et sur une lampe découverte à Carthage, mais provenant d'un atelier de Byblos qui produisit au xe siècle (Ferjaoui 1992, 380-385).

165 Elle était vénérée en particulier à Thibursicum Bure dont le municipe procéda à une dédicace Urbi Romae Aeternae Aug(ustae) (CIL, VIII, 1427).

166 Les temples d’Hammam Berda et d’Hr Tamesmida se composent également d’un portique en demicercle et d’une cella où l’on honorait une divinité dont le nom n’est pas conservé (Rakob 1972 ; id 1974 ; infra p. 220).

167 Infra, p. 220-221.

168 1990, 199-213.

169 Cagnat & Gauckler 1898, 29 ; Gauckler 1905, lxv.

170 Surtout depuis que Platon et Aristote imposèrent les idées pythagoriciennes, cf. Nicolet 1988, 11.

171 H. Jouffroy tire de sa recension des cultes les pourcentages suivants : 11 % au ier siècle, 35,8 % au iie, 32 % pour les Sévères et le iiie, 21,2 % pour ie siècle suivant et le début du ve (1986, 398-408). Les forums en particulier, firent l'objet de restauration et d'embellissements à la fin du iie et au début du iiie siècle : ceux d’Uchi Maius (CIL, VIII, 26528) et de Gigthis (Constans 1916, 36-42) reçurent des portiques et des aménagements sévériens sont visibles sur celui de Thibilis (Gsell & Joly 1922, 73-75). Le forum trajanien de Mactar fut agrandi (CIL, VIII, 23411) et Caesara de Maurétanie reçut peut-être une nouvelle place publique (Leveau 1982, 700-705).

172 68 constructions publiques sous les Sévères, 8 sous Gordien III et Philippe, 4 sous Gallien et 13 après 280 (Jouffroy 1986, 249).

173 D'après la liste dressée par Khanoussi 2000, 304.

174 lLTun, 1500 ; DFH, no 42.

175 Pavis d'Escurac 1976, 223-224.

176 Infra, p. 167, n. 2.

177 CIL, VIII, 26551-26552.

178 Sur Lepcis Magna au ier siècle, infra, p. 83-85 ; au iie siècle, la cité s'enrichit de nouveaux temples dédiés par deux femmes, l'un peut-être à Antonin en 152-153 (IRT370-371) et l’autre à Apollon (IRT, 707). M. Le Glay a souligné à de nombreuses reprises l’importance de la vie religieuse à Lambèse et son rayonnement (1956, 300-307 ; 1966, 80, n. 3 ; 1971, 125-153).

179 Gascou 1972, 197.

180 IRT, 427-428.

181 De l’amphithéâtre en 194-195 (AE, 1955, 137), des thermes en 198-199 (CIL, VIII, 2706) et du temple de Silvanus en 209 (CIL, VIII, 18107) ; en 226, elle aménagea l’aqueduc et le nymphée (CIL, VIII, 2658).

182 Le port fut rénové, on construisit un nouvel aqueduc et on perça une grande voie bordée de portiques et ouverte par une porte triomphale à trois baies (Romanelli 1970, 95-98, 193-195, 211 ; Floriani-Squarciapino 1966, 95-110). Elle longeait le forum nouum sur lequel on fit élever le temple des Sévères face à la basilique (ead. 1966, 99-103) ; les auteurs de ces travaux ne sont pas connus, mais on peut supposer que la cité finança certains d'entre eux. Un particulier offrit, pour un million de sesterces, seize statues qui ornaient le nymphée construit sous le même règne de Septime Sévère (IRT, 706) alors qu’un troisième entreprenait des restaurations importantes dans les thermes d’Hadrien (IRT, 396).

183 La construction du capitole fut entreprise au début du iiie siècle par un richissime évergète (CIL, VIII., 18226-18227). Un autre acheva, entre 202 et 203, le temple de Caelestis (AE, 1957, 123) dont les travaux avaient été entrepris par un légat de légion entre 194 et 195 (Le Glay 1956, 300-307). On ne sait pas qui aménagea les jardins du temple de Neptune en 203 (CIL, VIII, 2655), mais on sait que c’est un particulier qui l’embellit d'un nouveau pavement de mosaïque et plaqua ses murs de marbre entre 208 et 210 (CIL, VIII, 18252). Ce sont encore des particuliers qui firent restaurer le temple d’Esculape en 203-210 (CIL, VIII, 18091) et construire celui de Saturne et Ops (CIL. VIII, 2670).

184 Plutôt que par Nerva (Gascou 1972, 108-110, 211).

185 Elle finança l’aménagement du forum, la restauration d’un édifice indéterminé et la construction du marché en 199 (P.-A. Février 1964, 10-12 ; AE, 1911, 106) ; en 215-216, et à nouveau en 222-235, elle fit restaurer les voies (AE, 1911, 101 ; AL, 1912, 155) et elle dédia encore un arc à Caracalla en 216 (CIL, VIII, 8321). Elle se consacra aussi aux aménagements religieux : entre 194 et 195, elle fit élever le temple de Tellus Genitrix qu’un particulier orna de statues (CIL, VIII, 8309, cf. 20135) et le temple de la gens Septimia Aurelia en 229 (AL, 1913, 120). On ignore qui finança les travaux du temple de Saturne dont les vestiges archéologiques témoignent qu’il fut agrandi à cette époque (Le Glay 1966, 202-204) et seule la construction du temple de Frugifer, offert par deux femmes, relève d’une évergésie privée (AE, 1946, 106). Sur la cité à cette époque, cf. P.-A. Février 1968, 17-19, 53-61 ; id. 1982, 353-354.

186 Beschaouch 1968, 151.

187 Le centurion qui offrit un temple anonyme (AE, 1968, 603), le IIuir qui en dédia un aux Dii Mauri (AE. 1968, 590) et l’important notable qui fit bâtir celui de Mercure entre 217 et 218 (AE, 1968, 591). Seule collectivité politique représentée parmi les évergètes, la troisième classe de la curie Auguste restaura et équipa le temple de Pantheus en 222-235 (AE, 1968, 593). Le dédicant, entre 233 et 235, du temple des Victoires est inconnu (Cagnat & Gauckler 1898, 98-99).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Les cellae des temples italiques à plusieurs niches latérales,a. Le temple de Vénus Genitrix, Rome. – b. Le temple d'Apollo in circo, Rome. – c. L'Hadrianeum, Rome. – d. Le temple des Antonins, Sabratha. – e. Le temple des Dii Angusti, Lepcis Magna.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search