Version classiqueVersion mobile

Topographie religieuse de Thugga (Dougga)

 | 
Sophie Saint-Amans

Première partie. De l'annexion du territoire à la romanisation des âmes

Chapitre II. La romanisation des cadres municipaux et religieux

Texte intégral

1. Le rattachement de Thugga a l’Empire romain

1.1. La création de l'Africa Nova

  • 1 La Numidie septentrionale qui avait été concédée à Sittius, à la lois en récompense de son soutien (...)

1César créa l'Africa Noua en 46 a.C., un siècle après la naissance de l'Africa Vetus. Constituée de la Numidie enlevée à Juba, vaincu avec Pompée à Thapsus, elle demeura séparée de la première province par la Fossa Regia pendant 4 à 10 ans. A l'ouest, sa frontière reliait du nord au sud Hippo Regius à Calama, en longeant le territoire indépendant de Cirta qui ne que deux ans plus tard1.

  • 2 Appien (8.136.648) et Solin (27.11) placent la refondation de Carthage cent deux ans après la chute (...)
  • 3 Gascou 1984, 116-120, contre l'opinion de Piganiol (1962, 76) qui attribuait à César la création d' (...)
  • 4 Les efforts de César se portèrent davantage sur les ports d'Hippo Diarrhytus, Curubis, Neapolis, Ca (...)
  • 5 L'épithète Iulium du municipe se réfère à une promotion de César qui lui a concédé la tribu Corneli (...)

2La même année, il projeta de refonder Carthage, ce qui fut fait peu de temps après son meurtre2. On ne peut cependant lui attribuer l’extension du vaste territoire colonial de Carthage à l’ouest de la Fossa Regia, territoire dans lequel sera partiellement englobée Thugga, car celui-ci aurait alors relevé de l’autorité du nouveau gouverneur, au contraire de la colonie qui demeurait soumise à l’autorité de l’ancienne province3. Du reste, la brève période que César consacra à l’Afrique ne lui laissa guère le loisir d’organiser les nouveaux territoires4 et, à l’intérieur des terres, seule Mustis bénéficia d’une promotion municipale5.

  • 6 Sur les luttes entre les gouverneurs d'Auguste et d'Antoine : Gsell, HAAN, VIII, 184-194 ; Desanges (...)
  • 7 Tert,. De Pall. 1.2 ; D.C. 52.43.1 ; cf. Gsell. HAAN, VIII, 186-194.
  • 8 D'après la révision des dates par D. Fishwick (1993, 53-62) qui considère comme non probants les so (...)
  • 9 En fait, tout au long de cette étude, pour rendre plus claires les indications géographiques, nous (...)

3Pendant les quatre années qui suivirent la mort de César, les deux Afriques devinrent l’enjeu de conflits incessants entre les gouverneurs représentant les triumvirs pour revendiquer le commandement d’une province unique et de fait, celui-ci fut à plusieurs reprises exerçé par un seul gouverneur au gré des victoires de l’un ou l’autre parti6. En 40, 56 TOPOGRAPHIE RELIGIEUSE DE THUGGA l'arrivée de Lépide ouvrit pour l'Afrique et pour Carthage quatre nouvelles années de déprédations et d'exploitation, suffisamment sinistres pour demeurer encore, presque trois siècles plus tard, dans les mémoires de l'auditoire de Tertullien7. C’est cependant très probablement durant son proconsulat que la grande province d'Africa Proconsularis fut créée à partir de la réunion de l’Africa Vetus et de l'Africa Noua8, englobant les territoires depuis la Cyrénaïque jusqu'au royaume de Maurétanie9 dont la frontière passait au nord sur le tracé de l'Ampsaga en redescendant à l'ouest de Cuicul. L'intégration politique de la région de Thugga à l'Empire fut alors complète.

1.2. L'organisation de la pertica de Carthage

  • 10 App. 8.136.647 ; D.C. 52.43.1. J. Gascou l'interprète comme une nouvelle déduction (1982a. 143-144) (...)
  • 11 Infra, p. 79-82.

4En 29 a.C., Auguste envoya un contingent de 3 000 colons afin de rénover la c(olonia) C(oncordia) I(ulia) K(arthago)10. Cette fondation fut marquée par un vaste programme urbain : d'une part, la délimitation d'un plan orthogonal qui recouvrait à peu près le quadrillage de la ville punique, au moins en certains points très localisés, et d'autre part, la construction du vaste forum de Byrsa au prix de travaux gigantesques11.

  • 12 Les colonies de Thabraca, Simitthus, Thuburnica, Sicca Veneria et Assuras sécurisaient la voie de p (...)
  • 13 Gascou 1984, 116-117.
  • 14 L’empereur devait en effet trouver de quoi lotir son armée démobilisée après Actium ; or. I’ager pu (...)
  • 15 Ce système municipal est aujourd'hui bien connu grâce à de nombreuses recherches ; cf. en particuli (...)
  • 16 ILAfr, 301 : dédicace au divin Pertinax par les ciues Romani pagani ueter(ani) pagi Fortunalis quor (...)

5Il conforta les fondements de la politique municipale mise en œuvre par César puisqu'il se préoccupa en particulier des riches terres céréalières des plaines du Bagrada qui assuraient le ravitaillement de Rome. Ce fleuve était aussi la principale voie de pénétration vers la Numidie, passage qu'il importait de contrôler, et dans cette région qui entoure Dougga, plusieurs vieilles cités bien romanisées ou qui avaient reçu un apport important de citoyens romains furent alors déduites12. Enfin, il lui fallait régulariser la situation des descendants des vétérans mariens, à présent intégrés à la nouvelle province, mais toujours dépourvus de cadres municipaux13. Alors, pour s'assurer la soumission totale de ces fertiles plaines alluviales autant que pour lotir ses vétérans14, Auguste mit en place un système municipal original dont on ignore s'il fut établi d’un seul trait et sur combien d’années. Il créa les pagi carthaginois qui constituaient les différents districts du territoire morcelé et discontinu de la c(olonia) C(oncordia) I(ulia) K(arthago)15. Certains de ces pagi résultent d’assignations viritanes aux anciens soldats arrivés en 29 a.C., hors d’une déduction colonaire, comme le pagus Fortunalis, proche mais distinct du centre indigène de Sutunurca16. Les autres pagi du type de Thugga furent constitués par des ciues Romani qui cohabitaient déjà avec une organisation indigène où qui y furent introduits et que l’empereur dota de structures territoriales et juridiques spécifiques. C’était le cas des pagi et communautés d'Agbia, de Numluli, d'Uchi Maius, de Thibaris et de Thibursicum Bure qui, pour certains, étaient nés d’une implantation marienne.

  • 17 AE, 1963, 94 ; Maurin 2000, 145-147, no 50 :---/XVuir(o) sacr(is) fac(iundis), leg(ato) pro pr(aeto (...)
  • 18 Veyne 1959, 576.
  • 19 Cl. Poinssot 1962, 55-72, traditionnellement suivi depuis. Sur les approches successives de la défi (...)
  • 20 Gascou 1982, 179 ; id. 1984, ll8 ; id. 1997, 100-103 ; Jacques 1991, 583-606. Sur cette immunitas e (...)
  • 21 His conss. Cartago liberalitatem a populo romano recepit (Consularia Constantinopolitana Octauiano (...)

6Techniquement, trois textes nous renseignent sur l’organisation du territoire de Carthage. Sous le règne de Trajan, le Carthaginois Q. Marius Faustinus. installé à Dougga, lit élever une base à un ancien gouverneur d’Aquitaine qu’il remercia en qualité de defensor immunitas perticae Carthaginiensum pour lui avoir prêté son appui lors d’une ambassade à Rome où il plaidait certainement la cause de sa seule cité17. D'après P. Veyne, dans les colonies de Capoue, Bénévent et Cirta, le terme de pertica désigne la partie du territoire prélevée à une cité autochtone voisine pour être assignée à la colonie lorsque l'ager publicus de cette dernière se révélait trop exigu. Les Cromatici Veteres décrivent ce procédé par ailleurs courant et renseignent sur le devenir des communautés ainsi spoliées, qui récupéraient parfois une portion de leur territoire, l'ager redditus, en conservant éventuellement leur autonomie municipale18. Ce texte prouve donc définitivement que la communauté des pagani– en l’occurrence de Thugga – disposait réellement d’une assise foncière qui, simple extension de l'ager de la colonie, se confondait avec lui19. Le texte indique en outre que les pagi de la pertica étaient immunes, c'est-à-dire, comme la colonie, non soumis à l'impôt foncier20, privilège qui fut concédé à Carthage lors de la déduction d'Octave, peut-être pour la dédommager les extorsions de Lépide21.

  • 22 Sur ce personnage : Broughton 1929, 64 ; 1929a ; Gascou 1982a, 163-166, n. 36 ; id. 1984, 105-120 ; (...)
  • 23 CIL. X, 6104 : M(arcus) Caelius, M(arci) lib(ertus), Phileros, accen(sus) / T(itii) Sexti imp(erato (...)
  • 24 Les luttes entre les partisans d'Antoine, Octave et Lépide monopolisèrent l'énergie des trois gouve (...)
  • 25 CIL, VIII, 26274 : [Ex aequitate Imp(eratoris) Caes(aris) Aug(usti) / M(arcus) C]ae[lius Ph]ileros (...)
  • 26 C'est l'opinion généralement admise (Beschaouch 1997, 62 ; Aounallah 2003, 249-252).
  • 27 Nicolet 1988, 159-163.
  • 28 A. Beschaouch a souligné la filiation étymologique de pagus et pangere : ficher, enfoncer en terre (...)

7Deux autres textes de la deuxième décennie avant notre ère exposent de quelle manière l'affranchi M. Caelius Phileros procéda à l'organisation de la pertica22. Le premier provient de Formies23, il détaille la carrière de ce personnage qui débuta en Afrique comme accensus du gouverneur T. Sextius entre 44 et 40 a.C. Entre les années 40 et 26 a.C.24, selon différentes hypothèses, il entreprit un cursus municipal carthaginois dont une partie fut consacrée à superviser et légaliser l’installation des pagi en tant que praefectus iure dicundo c(oloniae) I(uiliae) K(arthaginis), chargé de l'adjudication des impôts dans les 83 castella. Une autre dédicace atteste qu’il présida au partage des terres du castellum d'Uchi Maius, entre les coloni et les Uchitani pérégrins25. Rien n’assure que cette intervention s’inscrivait dans un programme global concernant l’ensemble des pagi augustéens ; on note en particulier la différence de dénomination entre les pagi qui portent une épithète divine, situés aux alentours de Sutunurca (pagi Fortunalis et Mercurialis) et ceux qui portent une épithète toponymique, regroupés dans la vallée du Bagrada. Aucun texte de Thugga ne peut être formellement daté avant le règne de Tibère ; il est toutefois probable que le partage eut lieu au même moment qu'à Uchi Maius et dans les autre pagi de la plaine de Souk-el-Khemis, dès le règne d’Auguste26. En effet, l'organisation municipale de la nouvelle province supposait un cadre fiscal bien établi, définissant les limites et le statut des propriétés des uns et des autres27 ; en particulier, il était essentiel pour Carthage de distinguer les terres assignées à la pertica qui bénéficiaient de 1'immunitas de celles qui n’en profitaient pas. Le partage était symbolisé par un bornage : il s'agissait donc d'une limite rigoureuse et tangible28 entre deux territoires juridiquement distincts, ce qui n'empêcha pas qu'elle fut fréquemment remise en question comme le montre l'épigraphie de Thugga tout au long des iie et iiie siècles.

1.3. La double communauté des pagani et des Thuggenses

8A partir de l'époque augustéenne, deux communautés cohabitèrent donc dans la même cité : d'un côté, les Thuggenses, autochtones soumis à l’impôt et dont le territoire rural avait été amputé, mais qui avaient conservé leurs propres institutions en recevant la constitution d'une ciuitas pérégrine ; de l'autre, les bénéficiaires de ces parcelles agricoles qui jouissaient de la même immunité foncière que l'ager de Carthage : les pagani, parés du prestigieux statut de citoyens de la capitale provinciale. Comme c'était à Carthage qu'ils exerçaient leurs magistratures, leur civisme et leur patriotisme ne se manifestèrent pas à Tliugga dans des constructions qui auraient seulement exprimé une autorité politique et municipale, mais dans leurs dévotions religieuses : la romanisation de la cité s'exprima d'abord par la rénovation des anciens cultes et des vieux sanctuaires et par l'installation d'un nouveau panthéon dans de nouveaux temples.

9Une question se pose d'emblée, à laquelle l'abondance de l'épigraphie à partir de la fin du règne de Tibère permet de répondre en partie. Lorsque l'on examine la composition sociale des groupes de dédicants et de donateurs des édifices religieux élevés entre les Julio-Claudiens et les Flaviens, on constate l'existence de deux groupes distincts, qui, à l’évidence, ne relèvent pas de la même autorité. Doit-on dès lors en conclure qu’il existait à Dougga deux territoires et deux panthéons, l'un défini par les pagani et à leur usage, l'autre conservé par les Thuggenses et où se serait cantonnée leur activité ? C'est un sujet qui a déjà été abordé sous deux points de vue très opposés.

  • 29 L. Poinssot 1919, 175. Son fils entreprit aussi de chercher une platea uetus au nord du forum (Cl. (...)
  • 30 L. Poinssot 1919, 170-176.

10Pour L. Poinssot, les colons qui “désiraient avoir à proximité de l'ancienne cité punico-numide un coin où ils soient chez eux’’auraient installé leur ville à l'écart de la cité indigène29. Celle-ci aurait occupé le plateau nord, aux alentours de l'aire de Ba’al. Au contraire, les Romains auraient choisi le petit plateau au sud-ouest de la ville numide pour implanter, au prix d'importants travaux d'aplanissement et de remblaiement, le forum, cœur de leur nouvelle cité. Puis la ville, dont les arcs des Sévères marquent les limites de l'extension au troisième siècle, se développa vers le sud30. Ainsi, la distinction juridique entre les citoyens du pagus et les membres de la ciuitas se serait traduite dans une partition géographique de l'habitat et des places publiques. Cette conception était grandement tributaire du modèle urbain colonial que L. Poinssot avait au quotidien sous les yeux : la ville européenne, moderne, juxtaposée à la vieille médina, sans jamais la recouper. Mais elle était aussi motivée par l’existence d’autres communautés de pérégrins et de citoyens organisées selon ce type de modèle urbain : les pagi Fortunatis et Mercurialis, par exemple.

  • 31 Khanoussi 1992, 597-602.
  • 32 ld., 602.

11En évoquant la découverte de fragments d’architecture libyco-punique sur le forum romain, M. Khanoussi a montré que celui-ci s’était bien implanté sur le forum numide et, invalidant l'hypothèse de L. Poinssot, il a rejeté le schéma d'une “ville double”, divisée entre la population numide et la population romaine31. S'il est aujourd'hui incontestable que le même site urbain a été occupé sans discontinuité, on ne peut en revanche suivre l’auteur lorsque, énumérant la liste des constructions et des restaurations d’édifices réalisées à Dougga du Ier au IIIe s. p.C., il rejette, du même coup, une organisation en “commune double”, en soulignant que ces monuments se répartissent sur l’ensemble du site, “certains (...), pourtant situés non loin du forum, construits par des membres de la ciuitas ; alors que d'autres, bien que se trouvant dans des zones qui, selon la thèse de L. Poinssot, devaient relever de la cité indigène, ont été édifiés par des membres du pagus”32. Or, Dougga était bien une commune double, composée de deux groupes juridiques distincts, se différenciant en particulier par la tribu d’inscription de leurs membres respectifs et par la constitution municipale qui les régissait indépendamment l'un de l'autre. Ces indications qui figurent sur la majorité des textes publics permettent d'identifier, d'une part, la communauté dont émane l'initiative officielle de la construction et dont les magistrats procèdent à la dédicace et, d’autre part, le statut des évergètes qui la financent. A l’évidence, dans cette ville où elles se côtoyaient, les autorités du pagus et de la ciuitas n’exerçaient pas les mêmes prérogatives sur l’ensemble du sol et des monuments publics.

12Pour chaque dédicace, il faut donc toujours prendre en compte l’ensemble de ces données relatives au statut des individus et au contexte municipal dans lequel ils agissent, les discuter précisément et les mettre en relation avec l’emplacement de l'édifice qu'elles concernent, ce qui n’a jamais été fait de manière systématique. En révisant l'ensemble du dossier épigraphique et archéologique dans cette perspective, nous avons tenté de formuler une hypothèse qui nous semble résoudre logiquement les objections que l'on peut opposer aux deux interprétations précédentes. A cette fin, nous avons étudié séparément l’organisation du forum, puis celle des quartiers urbains en mettant en évidence ce qui, dans la nature et le contexte des dédicaces, paraît caractériser l'existence de deux espaces publics distincts.

2. La présence de carthage sur le forum

13Les vestiges archéologiques montrent donc que les allogènes ont bâti leurs édifices publics sur le forum numide, et non, comme le pensait L. Poinssot, à l'écart de la ville indigène, dans un espace vierge de toute construction. Pour la première fois sous Auguste, le régime pouvait s'appuyer sur une vaste administration, centralisée et mobile, capable de mettre en œuvre à l'échelle de la province et des cités une politique de propagande dont on constate les effets partout dans l'Empire. L'architecture publique des forums est toujours un outil politique et pour notre part, il ne fait aucun doute que, tout en dépossédant les autochtones de Thugga d'une partie de leurs moyens de production et de subsistance, Carthage se soit aussi approprié des instruments de contrôle essentiel en investissant le centre public et religieux de la ville numide. Tout au long duier siècle p.C., six dédicaces traduisent clairement les moyens mis en œuvre par Rome, par l'intermédiaire des magistrats de Carthage, pour instaurer sur l’ancienne place royale des références indispensable à Rome et à l'empereur, en commençant par la doter de la parure d'un forum romain.

  • 33 ILAfr, 520 ; DFH, iT 24.

14La dédicace [no 26], gravée sur la frise de l’arc de Tibère, commémore le programme édilitaire d’envergure qui transforma profondément le centre urbain en 36-37 p.C. Il paraît évident que tous les monuments cités dans la dédicace, l’autel d’Auguste, le temple de César dont la cour lut alors pavée, et l' aedes Saturni, s'élevaient sur le forum, directement concerné par les travaux puisque lui-même reçut un dallage et que son entrée fut ornée d'un arc qui s'élevait au sud ; on édifia un autre arc, peut-être à l’ouest, exactement dans les mêmes circonstances sous le règne suivant33. La construction d'un temple du culte impérial dès l'organisation d'un forum romain est un phénomène suffisamment bien attesté pour l'admettre ici, dans un contexte particulièrement propice. Nous reviendrons sur ces arguments, mais précisons tout de suite que ces constructions n'appartiennent qu'à une deuxième phase d'aménagement du forum qui avait commencé au moins au début du règne de Tibère avec la construction du templum Caesaris dédié à l'empereur régnant.

15De ce texte découlent la plupart des observations que l'on peut appliquer à une série d'autres dédicaces, à peu près contemporaines et découvertes, elles aussi, sur le forum et en remploi dans la muraille byzantine. Elles ont principalement en commun d'avoir été présidées par un duouir carthaginois – que le monument ait été offert par les membres de l'une ou l'autre des deux communautés – et, pour quatre d'entre elles, de se rapporter au culte impérial, représenté jusqu'à la fin du ier siècle par un temple de Tibère [no 26-27], deux autels d'Auguste |n°25-26] et un édifice dédié aux Flaviens [no 28]. Un cinquième texte fait état d'un temple érigé par L. Iulius Crassus dans le même contexte pour une divinité inconnue [n°117].

2.1. Les acteurs de la transformation du forum

2.1.1. Les magistrats

  • 34 Ce chevalier a fait une partie de sa carrière à Carthage et a été élu patron du pagus de Thugga(...)
  • 35 Édile, duumuir et curateur de la sauterelle à Carthage, c'est-à-dire chargé de parer les dégâts cau (...)
  • 36 Christol 1991,613.

16Quatre des trois magistrats qui procédèrent à ces dédicaces, L. Manilius Bucco [no 26], L. Iulius Crassus [no 1 17]34 et C. Artorius Bassus [no 25]35, sont des duovirs de la c(olonia) C(oncordia) I(ulia) K(arthago) en exercice, fonction qui leur vaut de représenter les organisateurs d'un véritable programme édilitaire. M. Christol a déjà souligné la “distinction nette entre le personnage qui exécute la dédicace, toujours mentionné en premier et celui qui apparaît comme évergète, toujours cité en second”36 : cette organisation inhabituelle du texte met donc en valeur l'acte religieux et juridique plutôt que l'aspect matériel du don. Que les autorités municipales soient des magistrats de Carthage et que. de plus, elles soient toujours les premières citées, nous paraît exprimer sans ambiguïté le rôle directeur de la colonie dans l’aménagement de la vie municipale et religieuse de Thugga. L'importance attachée à cette hiérarchie apparaît plus clairement encore dans l’inscription commémorant la restauration du templum Caesaris [no 27]. La réfection d’un monument déjà dédié ne nécessitait pas de procéder à une nouvelle dédicace et effectivement, aucun Iluir ne se déplaça ; cependant, c'est quand même un Carthaginois, l’affranchi d'un membre du pagus, lui-même patron du pagus, qui est, comme les IIuiri, nommé avant les donateurs, alors qu'il n'intervient que comme curateur. Comme ces derniers étaient toujours et sans exception mentionnés à la fin des autres dédicaces, il nous semble que l'intention était bien d’affirmer malgré tout la prééminence de Carthage.

  • 37 Sur la restitution d’un magistrat, infra, p. 66.

Objet de la dédicace

Date

Dédicant

Donateur(s)

Texte

Construction d'un temple pour une divinité inconnue

32/36

L. Iulius L. f. Cor. Crassus (...), IIuir aug., Iluir quinq. des., patr. Pagi

C. Pomponius L. f. Restitutus

[no 117]

Dallage du forum et de
l'area ante templum
Caesaris
Construction de l'autel d'Auguste
Construction de l'aedes
Saturni
Construction de l'arc

36/37

L. Manilius L. f.
Arn. Bucco, IIuir.

L. Postumius C. f.Arn. Chius, patron. pag., en son nom et celui de ses fils Firmus et Rufus

[no 26]

Arc de Caligula

37/41,
regravé en 43

L. Iulius L. f. Cor. Crassus IIuir, aug., IIuir quinq., patronus pagi

C. Caesetius C. f. Arn.
Perpetuus, aed., praef iure dic.
CIK, patronus pagi,
en son nom et celui de ses fils Honoratus et Perpetuus

ILAfr, 520, cf. DFH, no 24

Autel dédié au diuus Augustus et à Claude

48

C. Artorius Bassus, pont. aed. IIuir, curator lucustae, patronus pagi

Iulius Venustus, son épouse Gabinia Felicula et leur fils
Faustus ; en leur nom, au nom de son père Faustus Thinoba et de ses frères Firmus, Saturus et Institor (exercice des magistratures de la ciuitas)

[no 25]

Réfection du templum Caesaris (auparavant offert par Viria Rustica)

50 env.

pas de dédicace

M. Licinius M. 1. Tyrannus, patronus pagi

[no 27]

Monument dédié à Vespasien et Titus
Dédicace à Domitien

70/79

inconnu37

Les fils de Nimlilis
Rufinus, fils de Rufus, fils de Nimlilis

[no 28]

Tableau 3 : Les dédicaces exécutées par un magistrat carthaginois

17Reste à déterminer le rôle exact de ces magistrats et la signification de leurs interventions dans la vie municipale locale, car la politique de Rome dans les cités provinciales n'a jamais revêtu un caractère si clairement directif et ces dernières, en particulier si leur rattachement s'était fait, comme à Dougga, de manière pacifique, bénéficièrent de toute latitude pour organiser leur panthéon, en conservant souvent leur propre fonctionnement institutionnel. Pour cette raison, on pourrait donc ne voir dans les interventions de ces magistrats que des motifs d'ordre privé, parce qu'ils étaient originaires de Thugga ou parce qu'ils y avaient des intérêts particuliers, et admettre qu'ils agissaient alors comme des évergètes locaux.

  • 38 ILAfr, 588 = MAD. no 91. Q. Iulius Artorianus, ou l’un de ses ancêtres, pourrait avoir été naturali (...)
  • 39 Infra, p. 53, n. 102.
  • 40 Le personnage apparaît également dans un texte de Carthage daté de 43 p.C. (CIL, VIII, 24542 + ILTu (...)

18D'après le peu que nous savons de ces personnages, rien ne permet cependant de le supposer. Un seul a pu entretenir des liens personnels avec la cité : il s'agit de C. Artorius Bassus qui y avait probablement des attaches puisqu'un membre de sa famille. C. Artorius Simplicianus Felix, y fut enterré à une date indéterminée38. Il est étonnant qu'il n'indique pas sa tribu alors qu’il figure au milieu de plusieurs pérégrins et néo-citoyens dont on attendrait qu'il tienne à se distinguer, mais de toute façon, sa magistrature carthaginoise assure sa citoyenneté dans la métropole. Quant à L. Iulius L. f. Corn. Crassus, il pourrait avoir entretenu des relations de voisinage avec la ville car, à moins d'être Italien, il était originaire de Mustis, seule cité africaine dont les citoyens étaient tribules de la Cornelia39 et qui se trouve à sept kilomètres au sud de Thugga, sur la route de Theueste. Ce sont toutefois les seules relations personnelles, du reste ténues, que l’on peut établir entre ces magistrats et la cité de Thugga. Sur la dédicace de l'arc de Tibère, L. Manilius L. f. Arn. Bucco affichait pour seule magistrature le duumvirat de la colonie, sans que rien ne puisse laisser supposer qu'il ait entretenu un lien quelconque avec Thugga, ni avec sa ciuitas, ni avec son pagus dont il n’a même pas été choisi comme patron comme le furent les deux précédents. On peut donc être assuré que c'est uniquement en vertu de ses prérogatives juridiques qu'il intervenait dans cette cérémonie40. Il semble finalement très probable que L. Iulius Crassus et C. Artorius Bassus ont agit principalement pour la même raison, en leur qualité de IIuir, même si l'on ne peut tout à fait exclure une implication plus personnelle.

  • 41 Mommsen, Droit Public, IV, 330-336 ; DA, II, s.v. Dedicatio, 41-45 ; Schilling 1972, 955 ; Orlin 19 (...)
  • 42 A propos de la place du marché et des monuments qui ht bordent, infra, p. 164-166.

19Or, il faut bien souligner que le duumvirat qui conférait le droit de dedicatio, indispensable pour que la dédicace soit légale et rende effectif le transfert d'un bien terrestre sous la propriété du dieu, était une magistrature municipale dont l'exercice était strictement limité au territoire de la cité41. De même que les terres agricoles attribuées aux pagani étaient administrativement et fiscalement intégrées au territoire de Carthage, force est de conclure que c’est bien la loi municipale de Carthage qui régissait le domaine d’exercice de ces trois magistrats et qu'elle semble bien s’être appliquée à l'ensemble du centre public42.

20En effet, les prérogatives des IIuiri ne se cantonnaient pas aux dédicaces de sanctuaires, mais, apparemment, à l’ensemble des constructions publiques du forum puisqu'ils dédièrent aussi ses deux arcs monumentaux entre 36 et 41, peut-être à moins d'un an d'intervalle.

  • 43 CIL, VIII, 26177a : [Claudio Caesar]i Aug(usto) Germ(anico), pont(ifici) max(imo)/[---A]rn(ensis) C (...)

21La présence de magistrats carthaginois lors de cérémonies organisées dans d’autres pagi serait la meilleure raison d’admettre que Carthage a bien mis en œuvre, de manière directive, une politique de romanisation de la vie religieuse et municipale, en partie par des transformations urbaines visibles. On manque malheureusement d'éléments de comparaison, mais on peut quand même plaider un argument a silentio car aucune des cités organisées en pagus et ciuitas n'a fourni ne serait-ce qu'un cinquième de la collection épigraphique de Dougga dont l’exploration a atteint une envergure inégalée ailleurs en Tunisie. En fait, seul un texte de Thibaris43 pourrait en rendre compte, mais sans que l'on puisse en déduire un procédé systématique, ne serait-ce qu'à l'échelle de cette cité. Il s'agit encore de la dédicace d'un arc dédié à Claude qui ornait le forum de la ville et à laquelle procéda, comme à Dougga, un carthaginois. Mais ce texte est lacunaire : la pierre est brisée à la seconde ligne, avant la mention de la tribu du personnage et au début de la ligne suivante, avant la mention de l'arc ; l'identification de [---] Celsus Ma[---] comme magistrat représentant la colonie lors de la dédicace, repose sur la comparaison avec le texte de Dougga. Cependant, les lacunes de part et d'autre de la pierre sont peu importantes et ne laissent pas la possibilité de restituer le nom d'un second personnage, cité comme donateur. La formule d.s.p.f. se rapporte donc à [--| Celsus Ma|---| et le texte n'est pas organisé, comme ceux de Dougga, en deux propositions, mais en une seule. Il est possible qu'à Thibaris également, une partie des dons édilitaires n’ait concerné que les pagani et le centre monumental ; mais on ne peut y évaluer, comme à Dougga, la part d'initiative de la colonie et l'engagement personnel du donateur.

2.1.2. Les évergètes

22Les pagani jouèrent dans l'aménagement de leur nouvelle cité un rôle fondamental en finançant sa parure publique. Leur présence est particulièrement marquée dans l'histoire du temple de Tibère [no 26-27].

  • 44 Ses affranchis offrirent les temples de Cérès, [no 12-13] et de Venus Concordia, [no 47] ; lui-même (...)

23Élevé par Viria Rustica à une date inconnu – au plus tôt au début du règne de Tibère ou peut-être après la défaite de Tacfarinas – l'édifice dut être restauré moins d’un demi-siècle plus tard par M. Licinius Tyrannus, affranchi de son petit fils, semble-t-il à la suite d'un incendie qui en aurait dévasté les boiseries et les statues [no 271. Viria Rustica était la grandmère de M. Licinius Rufus, chevalier romain et citoyen carthaginois, dont plusieurs dédicaces ou inscriptions honorifiques ont conservé le nom, car lui et les siens augmentèrent de trois monuments la parure de la cité julio-claudienne44. Elle est la première citoyenne connue dans la cité où sa présence remonte sans doute à la création du pagus augustéen.

  • 45 CIL, VIII, 26641 + ILTun, 1443 : [---]edficauit)/[---patr]on(o) pagi /[— lapide silice] strauit, (r (...)

24Dans une deuxième phase de construction qui intervint en 36/37, L. Postumius Chius fit daller la cour du temple [no 26] ; ses travaux commémorés sur la frise de l’arc firent alors probablement l’objet d’une dédicace particulière dans le monument même, dédicace dont proviendrait un fragment trouvé sur l’esplanade à colonnades au sud du forum et dont seule la fin des trois dernières lignes est conservée45. Ce texte s'articule en deux parties, comme toutes les dédicaces présidées par un magistrat carthaginois au ier siècle, et en l’occurrence le texte [no 261 qui en serait contemporain : le nom d'un magistrat carthaginois, L. Manilius Bucco ?, aurait précédé [--- d]ed(icauit) qui clôt la première proposition, la seconde mentionnant la nature des travaux (ici le pavage) et le nom du dédicant, L. Postumius Chius ?, patron du pagus.

  • 46 Dans la province, ce collège religieux n’est connu qu’à Ammaedara. à Utique, à Hippo Regius et à Th (...)
  • 47 Six attestations seulement aux ier et iie siècles ; cf. Smadja 1997, 973-983.
  • 48 Sur le rôle dynamique des affranchis dans l'urbanisme et la religion municipale : Fabre 1976, 420-4 (...)
  • 49 De même que le nouveau citoyen, Iulius Venustus [no 25].

25Les noms de ce dernier pourraient témoigner d’un ascendant affranchi et il a pu jouir d’une situation comparable à celle de M. Licinius Tyrannus, libertus du plus célèbre des Licinii et comme lui, patron du pagus dont il faisait partie. Lui aussi s'était suffisamment enrichi pour financer la restauration du temple sous Claude et la construction d'un autre, dédié à Cérès, alors qu'au même moment, son épouse offrait elle-même le temple de Venus Concordia. Exclus du ius honorum depuis l'adoption de la lex Visellia en 24, l’activité municipale des affranchis se cantonnait théoriquement au sévirat augustal qui n'est guère attesté en Proconsulaire, et en Afrique en général46. On n'en constate pas moins leur dévotion au culte impérial, même si elle reste comparativement faible face à celle des ingénus47. Leur richesse et leur générosité étaient les seuls moyens pour les liberti d'affirmer une position sociale supérieure48 : L. Postumius Chius et M. Licinius Tyrannus agissaient bien dans cette intention lorsqu'ils associèrent leurs enfants. Rufus, Firmus et Priscillus, à leur évergésie, inscrivant durablement leur nom au cœur de la cité pour leur préparer une destinée de notables49.

  • 50 Les curateurs, L. Vergilius Rufus [no 27] et C. Pomponius Restitutus [no 117] ne mentionnent aucun (...)

26Ainsi, aussi bien les dédicants que les donateurs et les curateurs de monuments qui apparaissent dans la majorité de ces textes étaient citoyens de Carthage ; les plus éminents y étaient magistrats, les autres étaient de simples colons installés dans sa pertica50.

27Cependant, un autre groupe d'évergètes, dont une minorité seulement avait acquis la citoyenneté romaine, appartenait au contraire à la ciuitas : il s'agit de la famille de Faustus Thinoba |no 25] et de celle de Nimilis [no 28], Dans les deux cas, leurs libéralités étaient encore liées au culte impérial et furent légalisées par un magistrat carthaginois.

  • 51 L. Poinssot 1906, 168.
  • 52 Sur leurs caractéristiques respectives, cf. Bouard. Demaison & Maurin 1997, 213.
  • 53 Le second nom du pérégrin Faustus Thinoba signale l'origine numide d'un des grands notables de la c (...)
  • 54 Christol 1991,613.
  • 55 Ben Abdallah & Maurin 2000, 141.

28Les indices qui rattachent la dédicace au divin Auguste et à Claude [n°25] à la culture locale sont nombreux. Ce sont d'abord les caractéristiques externes du support décoré, tels que les volutes éoliques des chapiteaux51 et la maladresse de la gravure qui s'oppose à la paléographie des dédicaces du pagus à la même époque52 ; c'est ensuite le double cognomen de l'aïeul, Faustus Thinoba, et le fait que seul un de ses fils ait accédé à la citoyenneté alors que les deux autres demeuraient comme lui pérégrins53 ; et c’est surtout la longue énumération des magistratures d'une ciuitas pérégrine. La double dédicace à Vespasien et Titus et à Domitien [no 28] est très lacunaire et plusieurs informations ont été occultées, dont la mention du magistrat carthaginois que M. Christol restitue avec raison au début de l'inscription54. Aucun des donateurs n’était citoyen romain et ils se dénommaient par la double filiation à la manière sémitique adoptée de longue date par les africains de Dougga. Néanmoins, dans un cas comme dans l'autre, on mesure aussi les pas accomplis vers la romanisation, perceptible dans le cadre très traditionnel de l'épigraphie officielle, dans l'adoption de pratiques romaines telles que l'attribution d'ornamenta municipaux55 et dans l'onomastique des protagonistes qui, dès la deuxième génération, même parmi les pérégrins, portent des noms latins.

2.1.3. La question de l'attributio

  • 56 Beschaouch 1997, 65-66. Son hypothèse s'appliquerait également à Thignica et Abbir Maius (1991, 137 (...)

29La présence de magistrats carthaginois ne peut s'expliquer ici par la même subordination qui place le pagus sous l’autorité directe de la colonie puisque celui-ci est partie intégrante du territoire de celle-là. D'après l'explication proposée par A. Beschaouch, il faudrait admettre que la ciuitas de Thugga avait été attribuée à Carthage par Auguste, lors de la création du pagus56.

  • 57 Mommsen, Droit Public Romain, 6.2, 407-416 ; Korneman, RE suppi. VII. 1940, s.v. Attributio, col. 6 (...)
  • 58 Strab. 4.1.12 ; cf. en dernier lieu sur le droit latin subordonné des vingt-quatre oppida ignobilia(...)
  • 59 Sur ce point, infra, p. 109-110. n. 294.
  • 60 Dans ce texte, un complément important est donné à l'institution du sufétat par l'épithète maior. O (...)

30Le régime juridique de l'attributio place une communauté sous le contrôle direct d'une cité romaine, municipe ou colonie57 ; ses habitants restent pérégrins et, comme elle ne possède pas d'institutions propres, toutes les décisions juridiques la concernant incombent à son chef-lieu. Elle peut bénéficier du droit latin, mais subordonné, c'est-à-dire que ses membres doivent revêtir les magistratures du municipe ou de la colonie pour devenir citoyens58. Or, on peut objecter que la ciuitas Thuggensis possédait son propre droit de cité qui n'était pas celui de la colonie ; il n'était pas nécessaire, pour l'obtenir, de revêtir une magistrature carthaginoise et, sans que l’on sache l'expliquer, on constate que les néocitoyens de la communauté pérégrine se distinguaient des pagani par l'absence de prénom et de tribu59. De plus, la ciuitas était dotée d'une vraie constitution pérégrine et l’un de ses sufètes, Felix, procéda lui-même à la dédicace d'un monument aux Dii Augusti en prenant soin de mentionner sa magistrature [no 39]60. Peut-on supposer qu’elle ait été, dans les faits, dépourvue de toute autonomie au ier siècle et que cette constitution ne soit qu'un dédommagement honorifique de cette spoliation ? Qu'en somme, les sufètes ne soient que les relais des autorités carthaginoises, chargés d'appliquer leurs directives dans leur communauté ?

  • 61 Isidore, Etymolog., 15. 2.11 : “Vici et castella et pagi sunt qui nulla dignitate ciuitatis ornantu (...)
  • 62 CIL, V, 4935 ; 4959 ; 4966-4967 ; 4969 ; 5101. Aucun de ces textes n'est daté par des critères inte (...)
  • 63 Mommsen, Droit Public Romain, 6.2, 41.7 ; Laffi 1969, 25.
  • 64 Korneman, RE suppi. VII. 1940, s.v. Attributio, col. 69.
  • 65 CIL, V, 4393 et 4910.
  • 66 Laffi 1969, 40.
  • 67 Chastagnol 1995, 124-125. contre l'avis de Kornemann et Laffi qui identifient la lex Pompeia que Pl (...)

31L'absence d'institutions locales est envisagée comme une condition absolue du régime de l'attributio61 et, à notre connaissance, elles ne sont en effet jamais attestées dans ce contexte juridique. La question de leur existence dans une cité attribuée s'est posée à propos des Camumni que Pline attribue à Brixia, mais où apparaissent plusieurs IIuiri i.d., des tribules de la Quirina et un sacerdos Caesaris62. Th. Mommsen, suivi par U. Laffi, a daté ces textes après l'émancipation juridique des Camumni sous les Flaviens, donc après la mort de Pline, abandonnant l'hypothèse d'une autonomie municipale qui n’avait plus de raison d’être63. Deux autres personnages qui, pour Korneman, représentent des magistrats locaux64 sont connus dans deux autres cités attribuées : un princeps Trumplinorum, praef(ectus) cohort(is) Trumplinorum et un princeps Sabinorum65. Il est possible que ces titres pompeux aient simplement qualifié un fonctionnaire du maintien de l'ordre dans la communauté, responsable d'une petite milice locale et/ou de la police champêtre66, mais on peut aussi penser qu’ils désignaient des chef de tribu qui aurait naturellement pris le commandement, c’est-à-dire la praefectura, de leur unité intégrée aux troupes auxilliaires levées par Rome. De toute façon, ces deux exemples de pseudo magistrats isolés ne sont pas comparables avec la véritable organisation municipale de la ciuitas de Thugga qui possédait deux sufètes à la tête d'un senatus et où les affaires publiques était soumise à l'approbation des portae. On pourrait encore ajouter, pour réfuter cette éventualité, que le statut de l'attributio, qui fut d'abord appliqué en Narbonnaise et dans les Alpes, semble bien être issu du régime augustéen, mais plus précisément d'une loi adoptée entre 16 et 14 a.C.67 Or, si l'on date de la praefectum iure dicundo de M. Caelius Phileros, soit entre 40 et 26 a.C., l'assignatio des terres indigènes, on constate qu'elle est antérieure au moins d'une dizaine d'années à l'invention de ce système de subordination.

  • 68 Leur mention est d'ailleurs un unicum après la chute de Carthage, cf. Seston 1967, 218-221 ; id 196 (...)
  • 69 Jacques 1992, 225.

32L'énumération répétitive des honneurs et des magistratures propres à la communauté, et surtout l'allusion à la plebs et aux portae – assemblées du peuple qui sont un organe délibératif hérité de l'occupation punique68 – montrent au contraire, le souci de souligner l'autonomie conservée par la ciuitas qui gardait le droit d'élire ses propres magistrats. Autonomie relative naturellement, dont on ne peut donner la mesure exacte, car chaque cité pérégrine “avait sa position propre qui résultait de ses rapports avec Rome et des conditions de son annexion, et qui restait susceptible d'évoluer”69. Comme le passé de la Numidie et de Rome reposait sur une vieille alliance que, depuis les Guerres Puniques, ni l’une ni l’autre n’avait jamais trahie, et même si Juba avait préféré le camp de Pompée à celui d'Octave, Rome ne se montra pas, dans la nouvelle province, aussi sévère qu'elle le fut en Africa Vetus et les cités conservèrent une part importante d'autonomie en recevant des constitutions pérégrines ou même directement le statut de municipe ou de colonie.

33Il semble donc préférable d'admettre que ces deux dédicaces aux empereurs [no 25 et 28] s'élevaient sur le forum et devaient, à ce titre, être présidées par un magistrat de la colonie. Il faut bien, comme l'a proposé M. Christol, replacer ces textes dans le contexte du pagus. Si la base claudienne était effectivement érigée sur la place publique du pagus, on comprend mieux le sens du développement ostentatoire de tous les honneurs revêtus par la famille de Iulius Venustus, inventaire qui affirme et met en valeur la position de l'élite indigène face aux allogènes dominants. Dans ces conditions, l'intervention d'un duumuir de la colonie n'était pas requise parce que, comme les pagani, les Thuggenses auraient été dépourvus d'un organe exécutif propre, mais parce qu'ils agissaient alors, non pas sur le territoire où leur juridiction s'exerçait, mais sur le forum, relevant de la pertica. Que celui-ci ait été régi par le droit de Carthage nous semble suffisamment démontré par le rôle de ses magistrats.

2.2. L'organisation de la religion officielle

2.2.1. Le culte impérial

  • 70 Étienne 1958, 4.

34Les quatre textes déjà cités [no 25-28] constituent des témoignages incomparables sur le culte impérial auier siècle et les conditions de son installation. Le forum numide avait fait une part importante au culte post-mortem de Massinissa en lui donnant une dimension dynastique et nationale ; c'est aussi la fonction du culte impérial de représenter l'autorité unificatrice dans chaque communauté de l'Empire. Ainsi, quelle que soit la distinction religieuse qui demeure entre l'apothéose impériale romaine et le culte funéraire royal numide, ils ont pu porter la même idéologie au cœur de la cité : celle du souverain personnel comme base de l'organisation et de l’unification politique. Comme le fait remarquer R. Étienne à propos de l'Espagne, “puisque les dieux romains ont si facilement recouvert les dieux locaux, pourquoi le culte impérial n'aurait-il pas profité d'un terrain favorable et d'une mentalité prête à l'accueillir ?”70 ; cette mentalité existait sans aucun doute en Afrique. D'ailleurs, dès le règne de Claude et des Flaviens, les dévotions aux diui ne sont plus le fait d'une minorité romaine, mais de deux familles d’origine pérégrine [n°25, 28], ce qui induit de toute façon un sentiment religieux plus profond que l'accomplissement d'un rituel simplement imposé de l'extérieur.

  • 71 Outre les trois dédicaces de Dougga ([no 25-26] sous Tibère et Claude ; |no 32] qui date du règne d (...)
  • 72 ILAfr, 306 = ILPB, 190 : Augusto Deo,/ciues Romani/qui Thinissut/negociantur,/curatore L(ucio) Fabr (...)
  • 73 Cagnat 1912, 115-118, suivi par Dessau, ILS, 9495 et Romanelli 1959, 221.
  • 74 Fishwick 1978, 375-380 ; id. 1991, 452-453.
  • 75 Il semble que seules quatre ou cinq divinités d'origine indigène, une vieille divinité romaine et u (...)

35En Afrique Proconsulaire, les exemples du culte de diuus Augustus sont rares : on recense dix attestations certaines71 et une onzième est considérée comme douteuse. Il s’agit d'une dédicace peu conventionnelle à Augustus deus de la part des citoyens romains faisant commerce à Thinissut, vieille bourgade située dans le golfe d'Hammamet72. Dès sa découverte, R. Cagnat et H. Dessau l'interprétèrent comme un hommage à Auguste73, alors que D. Fishwick préféra y reconnaître une dédicace à un dieu anonyme “labellisé” Auguste, parce que, contrairement à ce qui se produisit en Orient, l'Occident hésita longtemps à assimiler l'empereur vivant à un dieu74. Or. si l'on suit la construction de toutes les dédicaces religieuses africaines, un dieu anonyme, quelle que soit son origine, aurait dû être appelé deus Augustus, comme les dieux protecteurs de Thugga, de la ciuitas Thacensium ou de Lepcis Magna furent appelés Di Augusti. Au contraire de ce que l’on constate en Gaule, la formulation inverse est très exceptionnelle dans la province75.

Divinité

Dénomination

Références

Apollon

deus

CI,. VIII, 27764

Aulisua

deus

CIL, VIII, 9906 ; 9907 ; 21704

Baliddir

deus sanctus
deus patrius

CIL, VIII, 19123
CIL, VIII, 19121

Bellone

dea

CIL, VIII, 5521 : ILAfr, 354

Caelestis

dea

CIL, VIII, 1887 ; ILAfr, 197 ; 227 ; ILTun, 1052 ; [no 6 ; 59]

Dea et Aesculapius

CIL, VIII, 16417

dea sancta

CIL, VIII. 8433

dea magna uirgo

CIL, VIII, 9796

deus

CIL, VIII, 11887 ; 12006 ; 12007

Esculape

deus et Hygia

CIL, VIII, 15475 ; ILTun, 1047

Frugifer

deus

CIL, VIII, 20318

deus inuictus

CIL, VIII, 20711

deus sanctus

CIL, VIII, 8826 ; 17720

deus frugum patrius

CIL, VIII, 4581

Hercule

deus

CIL, VIII, 2295 ; 1 1430 ; 12000 ; 20964 ; 23777

deus sanctus

CIL, VIII, 8807

Jupiter

deus

CIL, VIII, 25966

deus sanctus

CIL, VIII, 9649

Liber

deus

CIL, VIII, 9325 ; 16910 ; 24520

deus Pater

CIL, VIII, 1337

Libera

dea

CIL, VIII,860

Malagbelus

Deus numen

CIL, VIII, 8795 ; 18020

deus sanctus

CIL, VIII, 18024

Mars

deus

CIL, VIII, 2634

deus inuictus

CIL, VIII, 14365

Mercure

deus

CIL, VIII, 2643 ; 9795 ; 12001 ; 12009 ; 12272 ; 12377 ; 17327 ; 22845 ; 23748-23749 ; 24348 ; ILAfr, 250 ; ILTun, 652

Mithras

deus

CIL, VIII, 8440

inuictus deus

C/L, VIII, 18235 ; ILAfr, 61 1

Neptune

deus

CIL, VIII, 23653

dominus et deus

CIL, VIII, 23343

Pluton

deus

CIL, VIII, 11217

Saturne

deus

CIL, VIII, 6961 ; 12412 ; 20848 ; 20965a ; 21606a ; 24219 ; ILAfr, 347

deus magnus

CIL, VIII, 5296 ;ILTun, 572

deus dominus

CIL, VIII, 23282

deus sanctus

CIL, VIII, 8449 ; 9181

Deus dominus sanctus

CIL, VIII, 8308

deus inuictus

CIL, VIII, 2667

Sol

deus

CIL, VIII, 4513 ; [no 104]

deus —, Honos et Virtus

CIL, VIII, 15665

deus inuictus

CIL, VIII, 1329

deus inuictus Mithras

CIL, VIII, 2675 ; 18025 ; 21523 ; ILAfr, 596

deus inuictus

CIL, VIII, 2483 ; 9322 ; 23924

Tellus

dea

CIL, VIII, 23712

Venus

dea

CIL, VIII, 15894

Virtus

dea

CIL, VIII, 1887

Tableau 4 : Deus/dea : les noms des dieux en Afrique

  • 76 C’est également ce qu'admet E. Smadja 1980, 158.
  • 77 Clauss 1999. R. Étienne (1958, 389) a souligné qu'Auguste se disait simplement Diui filius, sans se (...)

36Le dieu concerné ici est bien Auguste76 ; d'ailleurs, ni Merlin, ni Dessau n'interprètent la dédicace comme le témoignage d'un culte de l'empereur vivant, mais l'expliquent par une confusion entre deus et diuus. On ignore à quel point cette confusion était volontaire car Thinissut est une ville côtière où les négociants voyageaient et se trouvaient en contact avec des marchands orientaux, très tôt familiarisés avec le culte. Du reste, même en Occident dès leier siècle, Auguste a parfois été assimilé à un dieu77.

  • 78 Fishwick 1987, 143-146.
  • 79 CIL, VIII, 27568 : Diuo Augusto/conditori/Siccenses.
  • 80 On doit donner une signification similaire à l'épithète Augusta dans la titulature de la colonie d' (...)

37Les dix autres textes montrent que Diuus Augustus lit souvent l'objet d'une dévotion spéciale dans les cités qu’il avait lui-même fondées ou promues78 : ainsi, dans la colonie augustéenne de Sicca Veneria, il fut honoré en tant que conditor79. Comme on lui attribue la diuisio-assignatio de Thugga, c'est certainement au même titre que l'honoraient les pagani80. Ce sont sans doute aussi les sentiments de la famille de Iulius Venustus car, au même moment, la communauté qui demeurait hors du pagus recevait vraisemblablement la constitution d'une ciuitas pérégrine. Les Iulii, descendants de Faustus Thinoba. bénéficièrent rapidement de la citoyenneté et c'est sans doute pour cela qu'ils rendirent hommage à Auguste. Dans cette dédicace, l'héritier de César fournit par ailleurs la garantie dynastique d'un pouvoir légitime à l'empereur régnant, Claude.

  • 81 T. Claudius Abascantus |no 40], Abascantus est un nom africain caractéristique (Lassère 1977, 455, (...)
  • 82 Ben Abdallah & Maurin 2000, 140.
  • 83 Infra, p. 109.
  • 84 Cogitore 1992, 833-834, 853 ; cf. F. Huriet qui a recensé douze dédicaces africaines en son honneur (...)

38La dédicace de Iulius Venustus et sa famille s'adressait également à Claude, peut-être parce c'était à cet empereur que le principal donateur devait sa citoyenneté, et rien ne l'empêchait de s'octroyer le gentilice d'un empereur précédent, même si ce n’était pas la coutume ; il faut toutefois noter qu'à Thugga, Claude ne semble guère s'être montré généreux en distribuant la citoyenneté, puisque trois Claudii seulement y sont connus81. Peut-être peut-on également y lire un hommage à la suite d’un bienfait concernant le statut de la ciuitas et de ses membres, mais dans ce cas, on ignore totalement en quoi il pouvait consister : l'inscription dans une tribu romaine ? Un accès facilité au pagus ? L'inscription n’y fait aucune allusion82 et rien n'indique un changement des institutions de la ciuitas telles qu'elles sont attestées sous son règne avant la période flavienne83. Finalement, si Claude est, parmi les Julio-claudiens, l'empereur le plus honoré en Afrique, c'est surtout parce que son règne correspond - et cela a été bien mis en évidence en Italie - à une forme de propagande plus systématique et plus locale du pouvoir impérial, exprimée en particulier par la diffusion dans toutes les cités de l'image de son détenteur et de celles de sa famille qui ornaient les lieux publics84.

  • 85 ILAfr, 353.
  • 86 Étienne 1958, 300-301.

39Pour l’époque julio-claudienne, il faut encore signaler avec réserve une base dédiée au Génie de la Maison Auguste [no 24| dont la datation précoce a été proposée par Cl. Poinssot d’après la paléographie, mais que nous n'avons pas revue. Si cette datation est exacte, il faut peut-être mettre cette inscription en relation avec la dédicace de l’autel de la Gens Augusta découvert sur la colline de Byrsa à Carthage85. Ce serait, auier siècle, les seuls témoignages africains du culte de la Domus Augusta, la maison de l'Auguste au pouvoir, progressivement remplacé par celui de la Domus Diuina, la maison des empereurs morts et divinisés, des ancêtres du prince régnant86. Que la dédicace s'adresse tout spécialement au genius de cette famille souligne bien qu'elle concerne les parents vivants, les Augusti, groupés autour du Pater familias, peut-être Auguste lui-même.

  • 87 Infra, p. 109.
  • 88 Christol 1991.615.
  • 89 ILAlg, II.2, 4658.
  • 90 Contre l'opinion de M. Le Glay pour qui les dédicaces aux flaviens se seraient multipliées massivem (...)
  • 91 Dédié en 77-78 par le proconsul C. Paccius Africanus : ILAlg. 11.1, 551 : cf. Thomasson 1996 44 n° (...)

40Quant aux dédicaces aux Flaviens par deux générations de pérégrins [no 28], on pourrait les mettre en rapport avec l'évolution de la ciuitas qui leur devrait l’octroi d'un ordo decurionum87. Bien que la désignation du don ait disparu au début de la ligne 4, il est probable que cette dédicace concernait un monument du culte impérial. A l'origine, seul le tiers central des trois premières lignes était gravé afin de mettre en exergue, en les hiérarchisant, les noms de Vespasien, de Titus et du dédicant, mais la disposition en colonnes finalement conférée au texte par l'ajout de la dédicace à Domitien évoque artificiellement l'emplacement de trois statues. Le support a les proportions d'une frise et l'on pourrait imaginer que c'est un monument qui fut élevé loco publico, sur “un lieu consacré au Génie de Vespasien et de Titus, (où se) trouvaient désormais les statues de ces princes"88. Un autre nom devait faire pendant à celui de Domitien pour encadrer les noms de Vespasien et Titus et rétablir la symétrie du texte, sur le modèle d'un monument de Thibilis sur lequel Vespasien est cité entre Titus à sa gauche et diuus Augustus à sa droite89. Dans l'ensemble cependant, la dynastie a été à peine plus honorée que celle des Julio-Claudiens90 et un seul temple consacré à Vespasien est connu en Afrique91.

  • 92 Infra, p. 69, n. 72 et CIL, VIII, 15775 + ILTttn, 1668 : Diuo Augusto sacrum, conuentus ciuium Roma (...)
  • 93 Sur le rôle des élites locales et des classes inférieures dans le développement du culte impérial, (...)

41Les premiers propagateurs du culte impérial furent des citoyens romains, groupés en conuentus ou en associations de marchands, qui, comme les pagani, tenaient à se distinguer de la population locale dans des contrées peu romanisées92. Mais on voit aussi que. dès leier siècle, une partie de la population peregrine – les fils de Faustus Thinoba et de Nimlilis ou les numides de Masculula – participait aussi au culte93. Rome, qui y avait tout intérêt, a rapidement su se concilier les populations locales en leur donnant la possibilité de manifester officiellement leur loyalisme et de montrer l'exemple, mais à condition, dans un premier temps, que leurs actes soient toujours cautionnés par un garant de bonne “romanité” : simple citoyen à Masculula ou magistrat carthaginois à Dougga.

  • 94 Tac., Ann,. 3.20 ; 3.74 ; Syme 1955, 113 sq. ; Rachet 1970, 84-126.
  • 95 César n'est connu après sa mort que comme Dinas Iulius : le templum Caesaris était donc dédié à Tib (...)
  • 96 L. Poinssot 1913, 39 ; 1919, 178.
  • 97 Suet., Tïb., 26 ; Fishwick 1991.439 ; Clauss 1999, 78.
  • 98 CIL, VIII, 11912.
  • 99 Fishwick 1991, 438-439.

42Les circonstances historiques ont certainement favorisé l'expansion du culte au début duier siècle, dans un climat belliqueux où le salut de leur province dépendait pour les colons du pouvoir militaire de l'empereur. La guerre de Tacfarinas a surtout ravagé la petite Syrte et le rebelle ne remonta jamais si haut au cœur de la Proconsulaire94, mais peut-être que les pagani de Thugga n'en fêtèrent pas moins la défaite du Musulame par la construction d'un temple en l'honneur de l'empereur vainqueur95. L. Poinssot a souligné les efforts du pouvoir romain “après les guerres de Tacfarinas pour assimiler la partie du bassin de la Medjerda qui faisait partie de l'Africa Noua”96. L'initiative vint peut-être de la colonie suivant une politique concertée de municipalisation religieuse, mais elle trouva certainement un relais idéal chez les pagani, possessionnés en terres et donc directement inquiétés par une guerre de pillage. Tous reconnaissaient leur intérêt à encourager un culte qui unissait l’ensemble de la population – dont une partie n’était, en droit, sous domination romaine que depuis une cinquantaine d'années – sous une autorité politique et religieuse commune. Ainsi, les représentants du prince ne bloquèrent pas les aspirations des africains à honorer Tibère de son vivant malgré l’interdiction de ce dernier97. Comme dans toutes les provinces, on en a la preuve en Afrique : à Thugga où on lui éleva son propre temple, et à Maghrawa – dans les environs de Mactaris qui possédait elle-même un temple de Rome et d'Auguste – une dédicace fut adressée à Rome et à l'empereur César Tibère Auguste98. Quant aux dédicaces dans lesquelles Tibère paré uniquement de ses titres séculiers reçoit, comme un dieu, la consécration d'un don, elles sont extrêmement fréquentes dans toutes les provinces occidentales99.

2.2.2. Le culte de Saturne

  • 100 Merlin 1915, ccxii.
  • 101 ILAfr, 521 ; infra, p. 118, n. 26 ; p. 164.
  • 102 L. Poinssot 1919, 177, 184-185.
  • 103 1913, 31 ; id. 1919, 170, 185, dans le plan du quartier du forum, il indique le temple avec un poin (...)
  • 104 Infra, p. 348-352.
  • 105 J.-Ch. Balty 1990, 97-99.

43Un autre culte, tout aussi important que le culte impérial dans ce contexte historique, fut introduit ou rénové sur le forum lors des grands travaux de L. Postumius Chius : il s'agit de celui de Saturne, officiellement intégré dans le centre politique et religieux de la ville romaine en 36-37 p.C. par la dédicace de son aedes par un IIuir de Carthage [no 26], Les fouilles de 1914 révélèrent que la forme incurvée du portique ouest du forum était due à l'existence d'un édifice rectangulaire dont subsistent le dallage et une partie des murs en grand appareil100 et dont l’orientation est décalée par rapport aux axes perpendiculaires du forum. Ce monument serait donc antérieur à la porticus fori élevée sous Antonin101 dont la ligne courbe aurait été tracée pour le préserver102. En s'appuyant sur la découverte, dans le mur d'une maison moderne construite dans ce même portique occidental, de la dédicace relative à la restauration d'un templum Saturni par la ciuitas au milieu du iie siècle [no 86|, L. Poinssot a identifié ce bâtiment à l'aedes Saturni dédiée au début du ier siècle [no 26]103. On ne peut retenir cette identification pour deux raisons : d'une part, il ne nous paraît pas concevable qu'un monument dédié sur le forum, dans le cadre du pagus, ait été restauré par la seule ciuitas sans que les représentants de la première communauté fussent présents et le texte [no 86], remployé dans une construction du xixe siècle, provient plutôt du grand sanctuaire de Saturne104. D’autre part, une autre interprétation de cet édifice, mieux argumentée par des indices archéologiques, a été proposée par J.-Ch. Balty qui en a fait la curie de la cité : le système des mortaises rectangulaires régulièrement alignées pour fixer les bancs sur les longs côtés de la salle est un système bien attesté dans d'autres curies municipales105.

  • 106 Hiesel & Strocka 2002. 73.

44Une seconde localisation a récemment été proposée par l'équipe de chercheurs de Friburg qui reconnaît ce temple dans la pièce qui occupe l’angle sud-ouest du portique du forum, accolée à la curie et partiellement prise dans la muraille byzantine. Deux sondages y ont révélé les structures arasées d’un monument pré-romain transformé par la construction d’un podium106. Toutefois, aucun argument ne nous semble assurer qu’il s’agit bien du temple de Saturne connu sous Tibère, ni même d’un édifice religieux.

  • 107 Le Glay 1966a, 289.

45On ignore donc où s'élevait précisément l'aedes Saturni et si elle a succédé ou non à un sanctuaire de Ba'al, ce qui, au fond, ne change rien aux desseins des autorités romaines. L’action de Carthage est un nouveau témoignage d'un phénomène amplement attesté et étudié : celui de la récupération des divinités locales, car le processus d’annexion, pour se transformer en adhésion, nécessitait d'intégrer les fondements religieux de la population locale au nouveau panthéon public. Il s’agissait aussi de se concilier la faveur du grand dieu poliade. Saturne fut donc honoré à la fois dans l'aire sacrée du plateau nord et dans un temple du forum. Deux cultes de Saturne répondent forcément à des exigences différentes ; à Thubursicu Numidarum, à Thuburbo Maius, à Lambèse et peut-être à Carthage, la divinité possédait aussi deux temples, “l'un au cœur de la cité, près du forum en général, l'autre sur une hauteur dominant la cité, comme si le dieu avait bénéficié d’un double culte : officiel, municipal d'un côté, privé, personnel de l'autre”107. Rien se semble plus vrai à Dougga dès le premier tiers du ier siècle p.C.

  • 108 CIL VIII, 26241.
  • 109 D'après le décor des stèles et une monnaie de Vespasien (Le Glay 1966, 69).
  • 110 Période de prospérité générale en Afrique ; les nombreuses fondations et promotions municipales rés (...)

46L'aedes Saturni de Thugga est la plus ancienne mention du culte en Afrique, et immédiatement ensuite, mais sous Nerva seulement, vient la dédicace d’un temple édifié par un affranchi, Q. Urvinius Callistus à Uchi Maius108 ; à Bir Derbal, le sanctuaire de Saturne daterait aussi duier siècle p.C.109 II faut ensuite attendre les iie et iiie siècles pour voir se multiplier les temples romains dédiés à Saturne110. De ce point de vue encore, on note la romanisation précoce de la région commerçante et agricole où Marius installa ses vétérans.

Fig. 4 : La salle centrale du portique occidental du forum.
a. Vue de l'est. – h. Plan de cette même pièce, interprétée comme curie (in J.-Ch. Balty 1991,98).

  • 111 Plin., N H, 30.13 ; Strab. 4.4.5 ; Suet., Claud., 25 ; cf. Scheid 1999, 388.
  • 112 Tert., Apolog., 9.2.
  • 113 G. Charles-Picard 1954, 132-133 ; plutôt que par Tibère lui-même, agissant en vertu de son imperium (...)

47Ce n'est probablement pas un hasard si ce temple fut dédié sur le forum sous le règne de Tibère qui, lui-même, prit des mesures coercitives contre les sacrifices humains, peut-être essentiels dans certaines cérémonies du culte de Ba'al. Auguste, Tibère et Claude les interdirent d'une manière générale et en Gaule principalement, mais on n'en sait guère plus111. D'après Tertullien, les sacrifices d'enfants perdurèrent en Afrique ad proconsulatum Tiberii112, ce qui peut signifier jusqu'à leur interdiction par un proconsul de l’époque de Tibère113. Ainsi, non seulement le dieu se romanisait sous une autorité romaine, mais il fut aussi installé dans un temple urbain, ce qui rendait impossible des pratiques religieuses illicites, et probablement d’architecture italienne, en tout cas différent d'une aire à ciel ouvert, ce qui ne pouvait qu'aider à rompre avec le rituel de Ba'al.

  • 114 Toutefois, la datation de cette inscription qui n'a pas été revue, de même que son attribution au s (...)
  • 115 L'absence de surnom date le document de la première moitié du ier siècle. A Cirta, les soldats de S (...)

48La fréquentation du grand temple du nord, qui aurait reçu ses premiers aménagements architecturaux romains sous les Flaviens [no 85]114 et dans lequel des stèles votives furent trouvées par centaines, ne souffrit cependant pas de la présence d'un nouveau lieu de culte : non seulement rien n'indique que les fidèles le délaissèrent, mais on y note même des dévotions de citoyens romains certainement précoces d'après l'ex-voto de C. Iulius C. f. [no 94]115. Dans le temple du forum en revanche, rien ne témoigne d'une telle ferveur : dans le premier s'épanchait la piété populaire des pérégrins et des citoyens alors que la religion officielle et loyaliste de la cité s'incarnait dans le second.

2.3. Les monuments romains du forum

  • 116 Infra, p. 74.
  • 117 Golvin & Khanoussi 2004.

49Toutes les structures du forum sont arasées, bouleversées ou masquées par la forteresse byzantine dont la muraille se confond avec ses murs d'enceinte. Aucune des pièces qui longent les galeries méridionale et occidentale du portique n'est identifiée, à l'exception peut-être de la curie116 ; quant au portique nord, il est trop encombré par les blocs épigraphiques et architecturaux effondrés dans les éboulis de la muraille pour que l'on y reconnaisse, de point en point, autre chose que le sol de la galerie et les dalles du stylobate. Enfin, le côté oriental de la place que surplombe le capitole est occupé sur toute sa longueur par les deux soubassements hellénistique et romain qui occupent au total environ 22 m de longueur sur 7 de largeur117. On ignore à quel moment le second fut construit en partie sur le premier et leur fonction n’est pas définie avec certitude. Cependant, on peut faire quelques remarques complémentaires concernant le devenir des monuments numides de cette place.

  • 118 L. Poinssot 1919, 171.

50La découverte de deux chapiteaux éolo-puniques remployés dans la forteresse, l’un dans la première assise de la face interne du mur oriental et l’autre, à l'extérieur de l’angle nord-ouest, pose le problème de leur date d'abandon. Ils n’ont pas été retaillés et les “Byzantins semblent bien les avoir arrachés tels quels à l'édifice en vue desquels ils avaient été façonnés”118 ; dès lors, il faudrait admettre qu'au moins une partie des monuments a pu être conservée en état sur le forum jusqu'à la construction de la muraille byzantine.

  • 119 Remise en place de dalles en 191 1, L. Poinssot 1912a, 136.
  • 120 Gauckler 1905, clxxi-clxxii.
  • 121 L. Poinssot 1907a, ccxix ; id. 1919, 179-180 ; Merlin 1908a, ccxxvi-ccxxvii ; Cl. Poinssot 1958, 38 (...)
  • 122 CIL VIII, 26593 a, b.
  • 123 CIL VIII, 26564 et 26567 + 26573 + ILAfr, 532. Cependant, rien dans ces deux derniers textes, gravé (...)

51L'autre indice d'abandon et de récupération des édifices anciens n'apporte pas de repère chronologique plus précis : il s'agit de l'arasement et de la destruction partielle du soubassement hellénistique qui appartenait peut-être au monument dédié à Massinissa. Il n'est pas exactement calé sur l'axe du forum romain, mais il était probablement bâti en fonction de celui de la place antérieure dont on ignore les limites et l'orientation. En revanche, le soubassement romain qui l'a partiellement recouvert à une époque indéterminée est aligné sur les directions que suivront au iie siècle les portiques et le Capitole, évidemment respectueux des axes fixés dès la création du forum. Il est orné d'une plinthe moulurée, surmontée d'épaisses dalles119 et au centre de la façade ouest, tournée vers le forum, la moulure suit un long décrochement extérieur. Dès sa découverte. P. Gauckler exclut l'hypothèse d’une tribune car le soubassement n'a pas d'escalier120 et celle d'un socle de statues colossales, car il est évidé. Ces deux interprétations demeurent toutefois les plus répandues car elles ont l'avantage de mettre en relation les structures conservées et des inscriptions trouvées à proximité121 : dans la première hypothèse, la tribune aurait été ornée des rostra et cancelli aerei qu'Asicia Victoria offrit l'année de la promotion municipale122 et dans la seconde, le monument dédié au culte impérial aurait supporté des statues des Tétrarques123. C’est presque à son aplomb, dans l’angle nord-est de la forteresse que sont remployés, sauf un, tous les fragments de la dédicace de la restauration du temple de Tibère qui n’est pas localisé [no 27] ; ceci laisserait supposer que la frise a été débitée sur place, à proximité de son lieu d’origine.

  • 124 DFH, no 24.
  • 125 Philon d'Alexandrie rappelait qu'il n'était pas nécessaire de procéder à de vastes aménagements pou (...)
  • 126 Infra, p. 48-49. C'est l’opinion catégorique de T. Kotula qui pense que “les sanctuaires des empere (...)

52Observons que, en l’absence du capitole, le monument qui surmontait ces soubassements marquait de sa présence le forum s'étendant à ses pieds en lui conférant un axe majeur, d’autant plus que l'un de ses accès principaux se trouvait à l'ouest, comme le laisse penser la découverte des fragments de l'arc de Caligula dans cette zone124. Or le culte impérial est l'élément dominant du panthéon officiel de Thugga et l'on s'attend naturellement à trouver un temple des diui au premier plan de l'espace public. Massinissa, qui s'était montré un allié fidèle et efficace de Scipion contre Hannibal et Syphax, ne fut probablement pas banni du forum avec l’arrivée des pagani et l'on peut supposer que son temple fut conservé, sans pouvoir toutefois déterminer s’il fut totalement préservé, partiellement modifié ou encore, renforçant la légitimité du pouvoir impérial en forgeant visuellement une continuité historique, intégré à un espace spécialement dévolu au culte des empereurs125. Même s'il est peu probable que cette question trouve un jour une réponse étant donné la destruction et le bouleversement de cet ensemble, dont l’identification, du reste, n’est pas assurée, elle mérite d'être posée car il existe une affinité de fonction certaine entre les cultes126.

2.4. Deux forums augustéens d’Afrique

  • 127 Zanker 1989, 297-339 (étude globale de plusieurs cités d'Orient et d'Occident) et en particulier 33 (...)
  • 128 Vitr., De arch., Praef. : “Je vois que vous vous êtes toujours plu à faire bâtir et que vous contin (...)

53Il ressort de cette étude deux points essentiels : d'une part, la colonie a annexé le centre politique de la ville numide, sans doute dès la défaite de Juba ; d'autre part, elle l'a rapidement modelé pour y inscrire les signes du pouvoir et de la civilisation romaine, répondant en cela au programme général d'Auguste. On a souvent mis en évidence à quel point son règne, scandé par les réformes politiques, s'était appuyé sur les réorganisations urbaines et architecturales, c'est-à-dire sur une rénovation essentielle du cadre de vie et de l'expression de l'autorité127. Dans les villes hellénistiques qui avaient déjà vécu un long passé politique, culturel et monumental, comme dans les provinces occidentales où l'urbanisme était moins développé avant le Principat, le régime augustéen a inspiré la création, sur les forums, d’axes durables qui mettent en relation des édifices, certes différents, mais choisis dans un même éventail idéologique et agencés dans des combinaisons semblables. Les découvertes archéologiques faites dans de nombreuses cités ne cessent de confirmer que lorsque Vitruve s'adressait à Octave comme au grand bâtisseur et au rénovateur de l'Empire, ce n'était pas une simple flagornerie128. Malheureusement, les témoins de cette période sont rares en Afrique, noyés dans la masse des vestiges archéologiques et épigraphiques des iie et iiie siècles.

  • 129 Au cours du ier siècle cependant, on aménagea aussi les forums des cités maurétaniennes de Sala, Vo (...)

54C’est un fait que l'on déplore en premier lieu à Carthage où l'on aborde généralement cette période par le biais d’abondants documents plus tardifs. Néanmoins, les indices archéologiques récoltés sur le forum augustéen de Byrsa témoignent aussi d'une mise en scène rigoureuse de la majesté romaine dès la fondation de la ville. Carthage, colonie au passé prestigieux, ex-ennemie et capitale provinciale, s'est naturellement trouvée en première ligne de la liste des chantiers impériaux chargés de façonner des villes modèles, car ces colonies placées à la tête de plusieurs cités secondaires avaient pour rôle de les former aux conceptions politiques et religieuses du principat, exprimées en particulier par leur architecture publique. Une autre cité africaine mérite d'être prise en exemple : il s'agit de Lepcis Magna, ciuitas foederata et donc théoriquement indépendante, qui choisit d'elle-même le modèle romain. Cette différence de taille avec les desseins des bâtisseurs de Carthage permet d’évaluer, dans une partie de l'Afrique, certes éloignée des plaines numides de Thugga, la part d'initiative privée résultant de l'acculturation et de la romanisation exacte des individus, car. à Lepcis Magna, Rome resta officiellement absente des décisions officielles de la cité jusqu'au règne de Vespasien. Aux côtés de ces deux métropoles, Thugga fait figure d’exception ; malgré sa modeste taille, aucune autre cité de Proconsulaire ni de Numidie n'a laissé, pour leier siècle, de vestiges aussi importants129 et elles méritent d’être évoquées pour mieux cerner l’évolution de Dougga.

2.4.1. Carthage

  • 130 Gros 1990, 548.
  • 131 Outre les campagnes françaises publiées dans Byrsa, I (1979), II (1982), et III (1985), cf. aussi H (...)
  • 132 Selon Victor de Vita qui situe la platea noua cum gradibus in media ciuitate (Historia persecutioni (...)
  • 133 Ses dimensions sont exceptionnelles car il couvrait au total plus de trois hectares, soit une super (...)

55On ne peut déduire de la rareté des fragments d'architecture julio-claudienne, proportionnellement à ceux que l'on peut attribuer aux règnes des Antonins, que l'aménagement de la place publique de Byrsa ait été différé jusqu'au iie siècle. La cité “a eu certes besoin de temps pour couvrir l'espace qui lui était assigné, mais on ne saurait tirer argument de la lenteur de la réalisation pour nier l'ampleur du projet"130. Les études archéologiques consacrées depuis plus d'une vingtaine d’années à la colline de Byrsa131, le cœur de la cité autour duquel s'organisa son carroyage, ont largement prouvé qu'il fallait y reconnaître le forum augustéen appelé platea noua, entièrement rebâti sous les Antonins132, mais envisagé dès l'origine comme un gigantesque complexe monumental dominant la ville133.

  • 134 Gros 1990, 551 ; Deneauve 1990, 155. Des éléments d’architecture punique ont été trouvés, à la fois (...)
  • 135 En fait, la malédiction fut certainement levée un peu plus tard, en 12 a.C. (Fishwick 1995, 243 ; i (...)

56Ce forum, directement relié à la mer par le decumanus maximus, se compose d'une vaste plate-forme tripartite occupant le sommet écrêté d'une colline prolongée au sud par un remblai artificiel que maintiennent de solides contreforts. P. Gros attribue ces grands travaux aux colons de 29 a.C.134 qui, souhaitant occuper l'espace maudit en 146, obtinrent que la malédiction fût levée et accompagnèrent cette cérémonie d'un bouleversement total des structures préservées, “en créant de toutes pièces un espace qui. ne correspondant plus aux niveaux puniques, cesserait du même coup d'être sacer”135. Cette nivellation des ruines de la ville brûlée était, de toute façon, un préalable incontournable à l’aménagement d'une nouvelle aire d'édification.

  • 136 Il fut apparemment reconstruit ou restauré avec le réaménagement antonin de la place, mais, comme l (...)
  • 137 Sur cette basilique, Gros 1982, 636-658 ; id. 1995, 45-53.
  • 138 Gros 1990, 560-562 ; Hurlet 2000, 305.
  • 139 CIL VIII, 24583.
  • 140 Gros 1990, 563-564 qui souligne la relation avec le modèle du forum Augustum.

57Au milieu de la partie centrale du forum circonscrite par un double portique, s'élevait un vaste temple périptère de 26 x 57 m, anonyme, orienté dans la longueur de la place dont il est le pivot136. L’esplanade septentrionale de la place était bordée par des portiques sur chacun des longs côtés et son petit côté oriental était fermé par une basilique137. La découverte, sur cette plate-forme, de deux portraits très soignés représentant C. Caesar et Julie, datés, au moins pour le premier, de 6 a.C., autorise à penser qu’un cycle statuaire impérial était installé dans la première basilique138. L'esplanade méridionale était peut-être à l’origine ornée, elle aussi, d’une série de statues représentant les grands personnages de l’Empire et les proches de l’Empereur, comme Sextus Appuleius, beau-frère d’Auguste dont l'elogium était enterré sur la pente sud139 : cette place aurait donc constitué une annexe impériale du forum colonial proprement dit140.

Fig. 5 : Plan de Carthage au ier siècle.
a. Plan augustéen de la colonie (in Gros & Torelli 1988, fig. 146). – b. Restitution de l'ensemble monumental de Byrsa (in Deneauve 1990, 152).

  • 141 Gros 1990, 549. On sait en même temps que l’Afrique est, avec la Sardaigne, la seule province que l (...)
  • 142 Hurlet 2002, 163-179.
  • 143 CIL, VIII, 12569 ; dédicace municipale à un flamine perpétuel d'Auguste en hommage à sa générosité (...)

58Carthage, où absolument tout devait être rebâti, fit donc l’objet d’une politique de propagande augustéenne particulièrement explicite : Virgile qui écrivit l’Enéide au moment de la fondation coloniale y présentait la cité comme une “œuvre exemplaire où les prestiges de la grande architecture urbaine devront traduire la volonté de paix et de concorde du nouveau régime”141. La Concorde, liée à la notion cardinale de consensus, est caractéristique des vertus augustéennes142 ; elle figure d’ailleurs dans la titulature de la colonia Concordia Iulia Karthago et c’est très certainement à Byrsa même qu’il faut situer l'aedes Concordia mentionnée par une inscription également trouvée sur la colline143. Les lignes directrices de l’organisation civique et religieuse de cette place paraissent donc avoir été fixées dès l’origine et il semble qu’elles ne virent guère, sous les Antonins, que des aménagements de détails – entendons d’un point de vue idéologique du moins, car l’archéologie révèle des vestiges monumentaux plus que substantiels - destinés à accroître les signes extérieurs de la puissance de Rome. Environ une décennie avant notre ère, les deux galeries de portraits qui représentaient, au nord du grand temple peut-être dédié à une ancienne divinité poliade, les détenteurs réels de l’autorité et, au sud, les grands dignitaires qui l’exercèrent par procuration, encerclaient déjà l’espace public et officiel par des portiques mettant en scène le système impérial. C’est à ce champ symbolique que les Carthaginois du iie siècle consacreront leurs évergésies édilitaires, en multipliant les références dans un répertoire et par des moyens que l’on pourra comparer à ceux utilisés à la même époque à Dougga.

2.4.2. Lepcis Magna

  • 144 Romanelli 1959, 186 sq. ; Floriani-Squarciapino 1966 ; Ward-Perkins 1993.

59L'évolution religieuse et urbaine de Lepcis Magna144 fut en bien des points identique à celle de Dougga qu’elle précéda de quelques années, mais elle se développa à l'échelle d'une riche métropole portuaire, c'est-à-dire, naturellement, avec plus de magnificence et d'ostentation que dans une modeste cité rurale. Aucune autre cité africaine n’offre de comparaison aussi lisible, même si comme partorii, il n'y a pas de concordance absolue mais une analogie d'organisation et de hiérarchisation de structures politiques et religieuses similaires.

  • 145 IRT, 338 ; 615.
  • 146 CIL, VIII, 15476 ; IRT, 287-289 ; 296-298 ; A. Di Vita 1968, 205.
  • 147 Le monnayage de la cité accorde une place importante à Auguste, représenté sur une face, et aux div (...)
  • 148 Aurigemma 1940, 1-92 ; Rose 1997, 182-185 avec la localisation des statues dans le temple et sur le (...)
  • 149 IRT., 320.
  • 150 Par ailleurs, les monuments datés de cette époque sont tous associés au pouvoir de Rome, que l’empe (...)
  • 151 IRT, 348.

60On y saisit, dès le règne d’Auguste, une profonde transformation du paysage urbain qui s'ordonna alors selon des schémas réguliers ; l'agglomération s’enrichit en même temps de nombreux monuments romains. Le forum uetus145 fut aménagé sur la place primitive dont ni l'orientation, ni les limites ne sont connues. Dotée d'un triportique, la vieille place publique reçut, sur le côté laissé libre, un temple consacré à Rome et Auguste, flanqué à sa droite de celui de Liber Pater et d'un troisième à sa gauche, probablement dédié à Hercule, seconde divinité poliade de Lepcis146. Comme à Dougga, on choisit donc l'empereur et les Dii Patrii comme cultes principaux147, apparemment honorés sur un pied d'égalité dans des temples italiques accolés. Mais très vite, la surcharge d'ornementation du temple central rompit l'équilibre entre les trois sanctuaires et le poids politique du temple impérial s'affirma aux dépens des deux autres en créant une situation ambiguë. Une dédicace néo-punique, gravée en 19 p.C., commémore qu’un groupe de dix statues représentant la famille d'Auguste fut installé dans le temple central, complété entre 45 et 46 par une autre série de cinq statues claudiennes148 : le forum uetus fut donc clairement placé sous la protection des Julio-Claudiens, parmi lesquels Auguste est appelé conseruator149 Un tel ensemble statuaire n'existe pas à Dougga, du moins toute trace en a-t-elle disparu, mais la multiplication des dédicaces impériales donnait le même résultat d'un point de vue symbolique, même si la mise en scène pouvait y paraître moins édifiante que ne l'était la représentation en vaste cortège des membres de la domus diuina150. Comme à Dougga aussi, Diuus Augustus et Claude furent honorés conjointement à la fin du principat de ce dernier et un temple à Vespasien, Titus et Domitien fut également élevé sur le forum151.

Fig. 6 : Plan de LepcisMagna.
a. Plan général (in Brouquier Reddé 1992, fig. 58). – b. Plan du forum vetus (in Brouquier Reddé 1992, fig. 29).

  • 152 Gascou 1972, 79.
  • 153 Leurs noms sont incontestablement puniques : Annobal Tapapius Rufus, fils d'Himilco, donateur du ma (...)

61Pourtant, au moment où avaient lieu ces transformations fondamentales, Lepcis Magna était encore une ciuitas foedarata, qui conserva ses institutions puniques jusqu'à ce qu'elle devienne municipe sous Vespasien, puis que Trajan en achève la romanisation juridique en lui accordant le statut de colonie152. Ce système municipal, très différent de celui qui, à la même époque, prévalait à Thugga, met en valeur la part d'initiative locale et spontanée dans l'aménagement monumental de Lepcis Magna car les dédicaces de monuments étaient présidées par les sufètes de la cité et rédigées en latin et/ou en néopunique. Il fallait que la politique de Rome fut subtile et attrayante pour susciter un tel enthousiasme collectif à adopter ses références, surtout celle qui octroyait à l'empereur romain la même place d'honneur qu'aux dieux poliades, car ces grands réaménagements sont directement le fait des principales familles locales agissant de manière autonome153. Il est donc indéniable que l'élite indigène, largement orientalisée puis romanisée par ses multiples contacts commerciaux avec le reste de la Méditerranée, aspirait profondément au statut de cité romaine.

  • 154 Infra, p. 90-93.
  • 155 Entre 35 et 37, seule intervention d’un proconsul, C. Rubellius Blandus dédia un are à Tibère pour (...)
  • 156 Smadja 1980, 164.

62Ce dernier exemple conduit à relativiser le caractère autoritaire que peuvent revêtir les interventions de Carthage dans l’aménagement religieux du forum de Dougga en supposant que les notables locaux étaient profondément réceptifs et demandeurs de celte intégration culturelle ; c’est ce que nous constaterons en les voyant introduire officiellement, dès le milieu du ier siècle, des éléments de la religion romaine dans leur propre panthéon154. A Lepcis Magna comme dans la ciuitas de Dougga, l'assimilation des concepts fondamentaux de la religion impériale a précédé l'acquisition d'institutions romaines et la référence que constituait le pagus pour la ciuitas Thuggensis, Lepcis Magna l'a trouvée dans ses échanges culturels et la présence de négociants orientaux et italiens dans ses murs. Il n'en demeure pas moins, et en dépit du statut indépendant de la cité, qu'un proconsul intervint dans son activité édilitaire155, ce que l'on constate de manière ponctuelle dans plusieurs autres cités du littoral dont l'importance économique justifiait leur rapide intégration au système impérial et les destinait à devenir un pôle culturel pour les cités placées dans leur rayonnement156.

  • 157 Infra, p. 58-59.
  • 158 La première ligne est très endommagée et L. Poinssot signalait déjà, lors de la découverte du texte (...)

63A Dougga aussi, c'est bien l’image de l’empereur qui règne sur le forum romain, encombré au fil des siècles des statues et hommages aux diui (onze au total, du ier au iiie siècle), sans compter ceux aux empereurs vivants. L'organisation romaine de Thugga remonterait aux années 40-30 avant notre ère, si l’on admet une organisation contemporaine de celle d’Uchi Maius157 ; on en perçoit les retombées urbaines à partir de la fin des années 30 p.C. et il est évident qu'elles résultent aussi d'un projet d'envergure concerté. La dédicace de l'arc de Tibère, qui présente un vrai programme d'urbanisme aux passants, en est la première preuve avec l’énumération détaillée d’un ensemble de travaux réalisés au même moment. Jusqu'alors, le forum qui n'était qu'une aire de terre battue ne possédait, à notre connaissance, qu'un temple de Tibère : ce qui sembla donc d'abord prioritaire aux membres du pagus, avant même l'établissement d'un forum en dur, fut d'y installer la personnification du nouveau pouvoir. Ce n’est qu'en 36/37 que la place reçut la parure d'un vrai forum romain : un espace structuré, pourvu de plusieurs lieux de culte et sans doute, d’une curie, dallé et orné de portes ; les dédicaces de l'autel d'Auguste et du temple de Saturne achevèrent de la définir religieusement. Il n’y a malheureusement aucun moyen d'identifier la divinité introduite sur le forum par L. Iulius Crassus et que l'on a longtemps pensé être Jupiter [no 117]158.

3. La communauté des Thuggenses

3.1. L'activité édilitaire de la civitas

64Dans la mesure où la ciuitas n’a pas été attribuée à la colonie et a conservé une part de son autonomie municipale, il est naturel de penser qu'elle possédait également un territoire public sur lequel elle exerçait son droit. On constate qu'en effet, à plusieurs reprises, la communauté et ses magistrats, sufètes puis décurions, engagèrent des frais publics pour la construction ou la restauration de plusieurs monuments. Auier siècle, cinq textes mentionnent la ciuitas Thuggensis comme dédicante [no 39, 85-86] ou comme bénéficiaire exclusive de constructions et de dons [no 60, 73] et quatre autres textes du iie siècle ([no 43, 68, 87] ; DFH, no 36) permettent de préciser l'étendue de ses prérogatives dans le domaine édilitaire.

  • 159 On ne peut pas préciser cette datation par le nom du proconsul M. Antonius Zeno, inconnu par ailleu (...)

Objet de la dédicace

Mention de la ciuitas

Date

Réf.

— à l’initiative de la ciuitas

Dédicace aux Dieux Augustes

sufes maior/ciuitatis, dedicauit

1-100

[no 39]

Construction du sanctuaire de Saturne

ciuitas Thuggensis, decreto decurionum, p(ecunia) p(ublica).

80-130

[no 85]

Restauration du sanctuaire de Saturne

ciuitas Thuggensis, templum (...) sua pecunia restituit idemque dedicauit

140-180

[no 86]

Dédicace à Saturne

[ciuitas Th]ugga

185

[no 87]

Construction de l'aqueduc d'Aïn el-Hammam

ciuitas Aurelia Thugga (...), sua pecunia (...) fecit (...).

184-187159

DFH, no 36

Ornementation d'une cella du temple de Mercure

loco a ciuitate dato

180-192

[no 68]

— au bénéfice de la ciuitas

Dédicace d'une statue de Jupiter Auguste

ob honorem patronatus duitatis suae Thuggensis

Flaviens

[no 60]

Dédicace du simulacrum du temple de Minerve I

ciuitati donum dedit

Flaviens

[no 76]

Dédicace du sanctuaire d’Esculape ( ?)

in [amorem] ciuitatis su[ae---].

163- 164

[no 43]

Tableau 5 : La vie religieuse publique de la ciuitas

65L’inscription [no 39] n’a pas été revue et la nature de son support reste indéterminée, de sorte que l'on ne peut décider si la dédicace concernait un sanctuaire ou une statue ; il s’agissait en tout cas d'un bien public, peut-être finançé par la ciuitas, en tout cas dédié par l'un de ses magistrats.

  • 160 Sur l'attribution de ces dédicaces au même monument, infra, p. 348-352,
  • 161 Infra, p. 73-74.

66Trois textes [no 85-87] concernent un sanctuaire de Saturne, élevé et restauré aux frais de la ciuitas entre les règnes des Flaviens et des Antonins. Il s'agit très vraisemblablement du grand sanctuaire de Saturne du plateau nord dans lequel la ciuitas invoqua plus tard le dieu pour le salut de Commode160. Il est impossible en tout cas de confondre l'édifice concerné par ces textes avec l'aedes Saturni dédiée sur le forum par les pagani161.

  • 162 Chouchane & Maurin 2000, 107-109.
  • 163 AE, 1966, 512.

67Entre 184 et 211, la ciuitas Aurelia Thugga finança et réalisa seule la construction de l’aqueduc d'Aïn el-Hammam dédié par un proconsul. L'arrivée de l'aqueduc fut monumentalisée par la construction d'un lacus dans lequel il faut reconnaître le nymphée qui s'élève au nord du temple des Victoires de Caracalla162. A cette occasion, le populus Thugg(ensis), c’est-à-dire la communauté de la seule ciuitas, contribua avec reconnaissance à la souscription décrétée pour dresser une statue à L. Terentius Romanus, ob aquae curam pro meritis eius163.

  • 164 Nous y reviendrons à propos de la place du marché au iie siècle (infra, p. 65-66).

68Enfin, pour montrer que la ciuitas possédait un espace public propre, le texte [no 68] est plus explicite encore puisqu'il commémore qu'elle en concéda une parcelle au pagus lors de l'édification du temple de Mercure, pago patriae, entre 180 et 192 ; c’est certainement pour cette raison qu’elle figure parmi les bénéficiaires des largesses prodiguées par les Pacuuii à l’occasion de sa dédicace164.

  • 165 Il est à l’origine d’une importante famille de Thugga, d’ascendance indigène comme le montrent cett (...)
  • 166 Aounallah & Ben Abdallah 1997. 81, n. 22 ; Ben Abdallah & Maurin 2000, 141 ; Aounallah 2000, 145 ; (...)
  • 167 Une dédicace de la proche Agbia, elle-même organisée en pagus et ciuitas (Gascou 1972, 172, 184, co (...)

69La ciuitas apparaît aussi comme bénéficiaire de trois monuments offerts par des particuliers. L. Terentius Rufinianus |no 60], qui vécut à la période flavienne. est un citoyen romain issu de la ciuitas165. En effet, l’absence de tribu et de prénom - qui fut ajouté après coup hors du champ épigraphique – apparaît, auier siècle, comme un critère distinctif entre les pagani et les nouveaux citoyens issus de la ciuitas166. Le personnage indique le patronat comme un honos ; c’est une anomalie dont l’on connaît deux autres exemples en Afrique167.

  • 168 Cl. Poinssot 1969, 239.

70Dans l’autre dédicace flavienne [no 76], celle de la statue cultuelle du premier temple de Minerve, la formule est on ne peut plus explicite. À l’origine de cette statue, il y a le legs testamentaire de Q. Vinnicius Genialis, grand notable carthaginois, prêtre des Cereres, dont la belle carrière s’est conclue par la praefectura iure dicundo et le duumvirat de Carthage. Pourtant c’est bien à la ciuitas dont il fut patron qu’alla sa générosité et c’est un autre patronus ciuitatis, Q. Marius Perpetuus, peut-être un paganus descendant de colons mariens, qui assuma la cura des travaux. La communauté pérégrine aurait choisi le premier comme protecteur parce qu’en sa qualité de praefectus iure dicundo, il a pu, par exemple, arbitrer en sa faveur un conflit foncier qui l’opposait au pagus168.

  • 169 Infra, p. 308-312.
  • 170 CIL, VIII, 23107 ; cf. Merlin 1903, 21.
  • 171 Cascoli 1972, 147.
  • 172 Leroux 2002, 151.

71Enfin, le dernier texte [no 43], qui pourrait être la dédicace d'un sanctuaire d'Esculape169, est le plus litigieux car le sens repose sur une restitution d’A. Merlin, par comparaison avec un temple de Fortuna Redux édifié à Hr Sidi-Naoui, in amorem patriae suae170. A cette époque, compte tenu de la distinction partout proclamée entre les deux communautés, il est très improbable que ciuitas ait été mis pour patriae sans faire référence à une notion juridique171. De fait, ces deux idées de patria et de ciuitas, si elles peuvent se recouper, ne se confondent pas : les “contours et le contenu (de la première) variaient selon le degré d’identification de celui qui s’impliquait (dans la vie de sa communauté)”172 alors que la seconde se définissait dans un cadre institutionnel et/ou topographique précis. Précisons toutefois que le fragment portant les lettres in est indépendant et qu'une lacune précède ciuitas : on ne peut donc exclure tout à fait que le pagus ait été présent à ses côtés lors de la dédicace et, dans ce cas, forcément nommé en premier.

72Toutes ces inscriptions, que la ciuitas y apparaisse comme dédicante ou comme dédicataire du don, sont des dédicaces publiques qui engagent moralement et parfois financièrement toute la communauté, éventuellement représentée par son ordo decurionum. Ces textes montrent que la ciuitas possédait ses propres monuments publics qu’elle entretenait à ses frais, comme le sanctuaire de Saturne dont elle paya la construction et la restauration [n°85-86] et son propre territoire, avec un sol public qu’elle gérait à sa guise puisqu'elle pouvait en céder une partie [no 68].

  • 173 Nous abordons plus loin la question de la place du marché, infra, p. 164-166.

73Seuls le forum et la place du marché paraissent donc avoir été placés directement sous le contrôle du pagus173, tandis que plusieurs quartiers furent laissés à la gestion des Thuggenses après la victoire de Rome ; leur autorité s'y exerçait encore à la fin du deuxième siècle. Cependant, ce territoire est mal défini et seuls trois monuments qui peuvent lui être attribués sont localisés : le temple de Minerve I au sud-est du marché et le nymphée au sud-ouest du forum ; entre ces deux monuments, elle gérait peut-être le sanctuaire présumé d’Esculape. La dédicace aux Dieux Augustes a été trouvée au sud-est de ce dernier ; a priori, il semblerait donc que leur culte était célébré dans une large zone qui s'étendrait au sud du forum. On ignore où s'élevait le temple qui abritait la statue de Jupiter Auguste, mais l’on suppose que toutes les dédicaces à Saturne se rapportent au vaste sanctuaire du plateau. On constate que les dédicaces de la ciuitas concernent des monuments dispersés dans la ville ; ce n'est peut-être pas suffisant pour conclure qu'à l'exception des places publiques, toute la ville était gérée par les seules autorités pérégrines, mais il faut souligner la dispersion de ces textes en la comparant au groupement géographique des dédicaces présidées par un Carthaginois.

3.2. Les cultes de son panthéon public

74Minerve et Jupiter furent donc honorés de manière officielle par la seule ciuitas. On note d'abord que tous deux ont reçu plusieurs dédicaces du ier au iiie siècle. Ils turent honorés au sein de la triade capitoline à partir du règne de Marc Aurèle [no 9] et Minerve reçut également, dans ce même temple, une dédicace des deux ordres conjoints [no 11]. Sous Antonin, lidia Paula Laenatiana fit élever un vaste sanctuaire péri-urbain dédié à Minerve [no 77-79] dont proviennent trois ex-voto [no 80-82] et Jupiter qui fut honoré par un prêtre à lu même époque [n°61], reçut une dernière dédicace entre 230 et 235 [n°62]. Les deux dédicaces dans lesquelles apparaît la ciuitas [no 60, 76] sont les plus anciens témoignages de leur culte.

3.2.1. Minerve

  • 174 L. Harmand a noté que les patrons municipaux assuraient fréquemment la pérennité d'un nouveau culte (...)
  • 175 Dans ce texte, la mention épigraphique de la uicesima hereditatium populi Romani imposée aux legs t (...)

75Le texte [no 76] qui fait état du don du simulacrum de Minerve a été découvert en place dans la cella d'un temple édifié dans le quartier sud de la ville, sous le règne de Nerva au plus tôt, de Trajan au plus tard, tous deux fort peu représentés dans l'épigraphie de la ville. C’est certainement la divinité officielle, proche de l'empereur et conseillère du pouvoir qui a été introduite dans la ciuitas par un praefectus iure dicundo174, c'est-à-dire, malgré ses liens avec la communauté qu'il patronnait, par une autorité extérieure qui avait passé une partie de sa vie à représenter le droit de la colonie dans sa pertica. Considérant la date précoce de cette dédicace, il est très improbable qu’il s'agisse d'un ancien pérégrin, ni même d'un fils ou petit-fils de pérégrin déjà parvenu au sommet des magistratures carthaginoises, alors que même les Gabinii ni les Mardi du siècle suivant ne parvinrent à une si haute charge. On ignore s’il offrit également le sanctuaire, mais on peut noter le montant exceptionnellement élevé consacré à la statue175.

3.2.2. Jupiter

  • 176 Kallala 1997, 158-162, no 3.
  • 177 Kallala 1997, 160.
  • 178 Toutain 1905, 223-224.
  • 179 Comme l'avance N. Kallala (1997, 160). Cet argument se rencontre aussi dans une étude précédente (1 (...)

76C'est en revanche entièrement à l'initiative d'un citoyen de la ciuitas qu'eut lieu la première dédicace à Jupiter [no 60] Lors de sa publication, le texte a été présenté comme l'expression syncrétiste d'un culte africain, celui de Saturne vénéré sous le nom de Jupiter, auquel le nouveau citoyen serait resté profondément attaché en raison de ses racines indigènes176. L’auteur voit un argument en faveur de cette interprétation dans l’application de l'épithète Augustus à Jupiter qui, parce qu'elle est fréquemment attribuée à Saturne, ne ferait pas ici référence à la religion romaine mais à la religiosité personnelle du dédicant dont les racines sont africaines177. Cette explication de l'épithète Augustus, en elle-même déjà abusive, a été formulée par J. Toutain à propos du seul culte de Saturne178 et il est évident qu'on ne peut en aucun cas l'étendre à toutes les divinités de l'Empire, en particulier lorsqu’elle qualifie un dieu portant un nom romain ou une abstraction divinisée. D'autre part, le fait que L. Terentius Rufinianus soit un citoyen récent n'implique pas non plus que la divinité à laquelle il s'adressait fût africaine179, car ce serait trop vite restreindre la portée de la romanisation à une adoption superficielle de la religion officielle ; la preuve du contraire en est qu'à cette époque, de nouveaux citoyens et des pérégrins se dévouaient déjà ensemble au culte impérial [n°25, 28].

  • 180 1992, 196-200. Sur une dédicace de Sigus où Jupiter apparaît comme protecteur des ânes et des prair (...)
  • 181 IRT, 9 : Ioui Africanus. D'après son éditeur. R. Bartoccini, Africanus aurait été mis par erreur po (...)

77Au demeurant, le culte d'un Jupiter africain ne semble finalement pas si répandu qu'il faille en chercher la trace chaque fois que le dieu ne porte pas ses épithètes capitolines et son caractère local ne nous paraît vraiment indéniable que sur quatre des treize textes étudiés par N. Kallala180. Quant aux autres, si l’origine africaine de Jupiter est parfois probable, elle n'est jamais certaine et il faut en tout cas exclure de cette liste la dédicace de Sabratha à un pseudo Iupiter Africanus181.

  • 182 A Tebessa. dans le caveau d'Hr Rohbane : I(oui) O(ptimo) M(aximo) S(aturno) A(ugusto) s(acrum) (ILA (...)
  • 183 Les lampes et les candélabres font partie du rituel traditionnel (Toutain, DA, s.v. lucerna ; Talam (...)

78D’ailleurs, dans les environs de Tebessa et d’Hippone, I(upiter) O(ptimus) M(aximus) et Saturne Auguste furent honorés sur un pied d’égalité et associés comme deux divinités bien distinctes182. Ces quatre textes réfutent l’hypothèse d’une interpretatio de Jupiter et indiquent tout au plus la grande perméabilité de celui-ci, même paré des épithètes capitolines, à la religion locale. On ne peut certes exclure que le Jupiter introduit à Dougga au ier siècle ait bénéficié de l'apport d'influences indigènes, comme finalement toutes les divinités dont les fonctions étaient suffisamment universelles ou primitives pour trouver leur équivalent dans tous les panthéons de l’Empire, mais en tout cas, que le nom de Jupiter Auguste ail plus ou moins recouvert ou non la personnalité d'une divinité locale, on a voulu honorer publiquement un dieu sinon entièrement romain, du moins d'origine romaine, dont l'orthodoxie du culte était certifiée par un rituel romain183 et ses épithètes de Victor et Conseruntor.

  • 184 Dans les autres provinces, où cette épithète est quasiment absente, on en rencontre d'équivalentes (...)
  • 185 D'ailleurs l'autre divinité qui porte cette épithète est Mars.
  • 186 A Lambèse : CIL, VIII, 2618-2620 ; à Zarai : CIL, VIII, 4511 ; à Verecunda : CIL, VIII, 4196 ; à Si (...)

79Jupiter prit le titre de Conseruntor avec une grande fréquence en Afrique184. Dans cette province, on en recense neuf dont sept proviennent des villes du limes de Numidie, les dédicants étant presque toujours des militaires185. Il fut tout particulièrement invoqué sous les Sévères : à Lambèse, on le chargea de veiller sur toute la dynastie impériale ; à Zarai, il fut conseruator de Sévère Alexandre et de sa mère, et celui de Caracalla à Verecunda. On rencontre aussi quelques occurrences dans des sites de l’intérieur : à Sicca Veneria, il fut encore invoqué pour protéger Septime Sévère, ses fils et sa femme et sur un texte non daté du Castellum Dimmidi, on peut penser que le pluriel Augg. désigne Caracalla et Géta186.

  • 187 A Diana : CIL, VIII, 4577 ; à Cirta : ILAlg, II. 1, 483.
  • 188 A Segermes : CIL, VIII, 23062 ; à Thamugadi : CIL, VIII, 2347 ; à Sicca Veneria : CIL, VIII, 1628 ; (...)

80Les inscriptions qui le nomment Victor ont été gravées dans le même contexte : un militaire de Diana Veteranorum lui adressa une dédicace ob honorem et une statue le représentait armé d'une lance, avec la couronne et les palmes de la Victoire dans le capitole de Cirta187. Ces adjectifs sont donc toujours utilisés pour exalter la puissance politique et militaire de Rome ; ils parlent de la conservation des empereurs et des victoires remportées contre leurs ennemis. Le texte [no 60] n'est pas précisément daté, on l'attribue aux dernières décennies du ier siècle et il fait peut-être allusion aux triomphes de Domitien. En même temps, Jupiter Conseruator a pu aussi assurer les fonctions proprement civiques du dieu capitolin comme à Segermes où il était entouré de Junon Reine et de Minerve, à Thamugadi où il cumulait les épithètes Optimus, Maximus et Conseruator, à Sicca Veneria où IOM fut honoré, sous le règne des Tétrarques, ob conseruatam eorum salutem ; à Verecunda enfin, on peut donner une interprétation semblable aux deux bases gravées ensemble pour Iupiter Conseruator et Iuno Concordia188. On peut penser que ces deux caractéristiques jouèrent de manière conjuguée dans l'intégration de Jupiter au panthéon officiel de la communauté pérégrine car il se référait à la fois à la puissance de Rome, protégée par le plus puissant de dieux, et à celle de son maître, l'empereur ; ce sera le rôle qu’assumera l’ensemble du capitole et des colosses antonins à partir du milieu du iie siècle.

3.2.3. Les dieux Augustes

  • 189 Fishwick 1991, 383, 452 ; Clauss 1999, 283. Cette formule n’apparaît que dans deux autre inscriptio (...)
  • 190 La liste des quatre divinités explicite la formule collective Dis Aug(ustis) sacrum, apposition int (...)
  • 191 Infra, p. 101-102. Bien que lui donner un nom personnel et l'honorer parmi les Dii Augusti soit une (...)
  • 192 Infra, p. 144-146.

81Enfin, à la même époque, plusieurs dieux furent officiellement et collectivement romanisés sous le nom générique de Dieux Augustes par un pérégrin, sufes maior de la ciuitas [no 39], et, au nom de la sodalité qui leur était dévouée, par un nouveau citoyen |no 40]. A une date indéterminée, on honora également leur numen [no 41], ce qui revenait à préciser leur principale fonction, leur puissance protectrice, en la sollicitant plus explicitement189. La première dédicace, très laconique, ne fournit aucune donnée sur leur identité ; la seconde donne en revanche la liste détaillée de ces Dii Augusti190 : il s'agit du Génie de Thugga, du couple Esculape-Salus et de la Victoire. Naturellement, le premier, également désigné sous le nom de Pluton |no 52] et dont les origines sont antérieures à l'installation d'une population romaine, fut particulièrement impliqué dans la vie municipale191. Quant au culte du second, sans doute héritier de Macurgum et d’Eschmoun, l’un des grands dieux poliades de Carthage bien implanté dans toute l’Afrique, s'il s'agit bien de celui qui était célébré dans le sanctuaire dit Dar-Lachhab, il fut remis à l’honneur au milieu du iie siècle, à l'occasion d'une évolution juridique des institutions de la ciuitas et du statut de ses membres192. La Victoire en revanche, est une abstraction divinisée qui ne peut faire référence qu'à l'empereur ; elle veille à la sauvegarde de l'Empire et sa présence introduit un élément dynastique dans ce groupement de divinités indigènes.

  • 193 Temple offert par un notable lepcitain, Iddibai Magonis fil. Tapapius, Lepcitanus et dédié par le p (...)

82A Lepcis Magna, un petit temple édifié dans l'axe du théâtre fut dédié aux Dii Anglisti. Pour D. Fishwick, on y vénérait, comme à Thugga, les dieux plus spécialement attachés à la protection de la cité. Liber Pater et Hercule193 Les dieux Augustes ont donc à la fois des racines locales et des liens avec la théologie impériale ; célébrés sous une appellation commune qui les attache aux fondements de la religion romaine, ils témoignent du double mouvement de constitution d'un panthéon romano-africain.

4. L'interpretatio au ier siècle

83Au ier siècle, l’épigraphie publique révèle donc à la fois l’adoption officielle de Saturne dans le panthéon du pagus et l'installation organisée du culte impérial sur le forum par les magistrats carthaginois dans un premier temps, rapidement relayés par les plus notables des Thuggenses. Ces derniers, de leur côté, introduisirent officiellement Jupiter, Minerve et Victoria dans leur propre panthéon, tout en en romanisant de manière collective d’anciens dieux en les parant de l'épithète Auguste. Les autorités municipales, qu'il s'agisse des duouiri de Carthage ou des sufètes de la ciuitas, intervinrent donc à la fois pour fonder la religion romaine dans chaque communauté et pour donner un rôle public à de vieilles divinités de la cité. Toutefois, les cultes ancestraux ont plus généralement survécu sous une forme interprétée et dans des cadres moins officiels. Nous les appréhendons surtout à travers des actes de dévotion privés, ex-voto stéréotypés dont la valeur réside dans le nombre parce qu'il permet de préciser la composition sociologique des groupes de fidèles et, dans le meilleur des cas, grâce à ses épithètes, de préciser la personnalité de la divinité. C'est le cas, en particulier, des interprétations de Pluton et de Mercure dont de nombreux documents épigraphiques et iconographiques, malheureusement approximativement datés, témoignent qu'ils firent l’objet d'une fervente piété, tant dans les milieux pérégrins que citoyens.

  • 194 Hdt. 4.188 ; Cic., Rep., 6.9. Ces sources ont été répertoriées et critiquées à plusieurs reprises ( (...)
  • 195 Camps 1961,290-291 ; G. Camps à montré à juste titre que ces divinités étaient appelées globalement(...)
  • 196 G. Charles-Picard insiste probablement à tort en attribuant à cette catégorie la plupart des dieux (...)

84On sait que, contrairement à ce qu'écrivait Hérodote, la population libyenne n'adorait pas que les astres194 et qu'elle se dévouait au contraire à de nombreux génies et divinités. La distinction entre les uns et les autres est difficile à établir à cause du nombre limité de sources, en particulier épigraphiques, parce que seule la manière de les nommer permet de les attribuer à telle ou telle catégorie. De plus, les noms de ces dieux ne sont généralement attestés qu'une fois et sont d'autant moins repérables que les noms théophores sont courants dans l’onomastique numide195. Quant aux génies, ils sont identifiés par une épithète géographique qui les attache à un lieu précis dont ils personnifient le sacré, ce qui les rend uniques196. A ce substrat local s’est mêlée la religion punique profondément modelée par les cultes gréco-orientaux. A Thugga, si l’on excepte les ex-voto de l'aire de Ba al. ces premiers temps de la religion n'ont pas laissé de traces à l'époque romaine.

85Concernant les dieux vénérés par les Thuggenses, nous ne connaissons donc ni leurs noms ni, à l’exception de celui de Ba’al, l’emplacement de leur lieu de culte. Il ne reste donc, pour préciser les caractéristiques du panthéon libyco-punique, que les déductions que l'on peut faire en constatant qu’il existe des éléments singuliers dans le culte de certaines divinités romaines et en cherchant, à travers eux, l'essence de vieilles divinités indigènes. Parmi celles-ci, il semble que l’une ait pris le nom de Mercure, vénéré comme protecteur de la végétation arbustive avec l’épithète Siluius. Quant à l'existence des génies topiques indigènes, elle aurait naturellement favorisé l'assimilation du concept romain du genius loci que les Thuggenses identifièrent à Pluton, également appelé Génie de Thugga ou du uicus. Dans la religion, comme dans la culture matérielle, la part des influences puniques sur la vie des Numides est difficile à quantifier, mais elle apparaît importante : ainsi, outre ce que les personnalités de Pluton et de Tellus pouvaient receler de profondément libyque dans leurs attributions agraires, ils ont également été honorés comme de grandes divinités carthaginoises. Il est probable que Mercure aussi a été façonné à partir du modèle oriental d'Hermès, importé en territoire punique. L'interpretatio Romana a connu un succès important en Afrique où le terrain avait été bien préparé par les influences grecques et puniques. Pour mesurer l’importance de ce phénomène dans la religion de la cité et, dans un second temps, pour évaluer la place et le poids de ces vieux cultes romanisés dans la religion publique, il faudra à nouveau recourir à des documents des iie et iiie siècles quand ils peuvent éclairer la nature et donc l'origine des dieux. Il arrive en outre que nous n’ayons aucun indice sûrement daté de l'existence de certaines de ces divinités avant le iie ou même le iiie siècle, mais leurs racines indigènes, persistantes sur des documents plus tardifs, supposent évidemment une continuité de leur culte que n'interrompit pas l’annexion romaine. L'étude comparée des personnalités de Cérès et de Tellus, deux déesses qui firent en Afrique l'objet de syncrétismes complexes, montre les limite d’une telle démarche et conduit à nuancer toute affirmation lorsqu’il s'agit d'établir des frontières identitaires trop nettes entre les divinités, ou de définir strictement leurs fonctions et leurs attributions par leurs origines.

4.1. L'interpretatio de Mercure Silvius

  • 197 Infra, p. 15, fig. 3, no 5, 7.8.
  • 198 Infra, p. 329-331.
  • 199 Au moins deux autres ex-voto inédits ont été découverts récemment.

86Avec trois monuments cultuels consacrés au iie siècle197 et dix mentions épigraphiques mal datées, on voit que le culte de Mercure a connu une ferveur égale à celle dont bénéficièrent Saturne et Pluton, tant dans les classes fortunées qui lui dédièrent un ensemble monumental somptueux sur la place du marché198 que dans les milieux modestes où les dédicants n’avaient pas tous les moyens de s'offrir un lapicide de qualité [no 70-71, 73199]. A l'évidence, il y eut à Dougga deux cultes de Mercure : l'un, profondément grécoromain, honorait les caractères du negociator, protecteur de la merx, et l’on vénérait apparemment dans l'autre un protecteur des confins du territoire, partiellement issu du substrat religieux local.

  • 200 Gsell, HAAN, IV, 330.
  • 201 Le Glay 1975, 140-141.
  • 202 Sans mesure cependant, avec le succès que connut ce même processus en Gaule.
  • 203 Infra, p. 258.
  • 204 Le Glay 1975, 126 ; Bénabou 1976, 340. Lambèse, Cirta et Madaure pratiquaient deux cultes de Mercur (...)
  • 205 Avec les trois divinités : CIL, VIII, 9195, avec Caelestis seule : CIL, VIII, 8433 ; 1719
  • 206 CIL, VIII, 8246-8247.
  • 207 Sur la hiérarchie et le rôle des dieux dans les sanctuaires à plusieurs cellae, infra, p. 146 sq.

87Implanté sous sa forme gréco-romaine à Carthage et dans le nord-est du pays dès le IVe siècle a.C.200, Hermès figure avec le pétase et les chaussures ailées sur des stèles de La Ghorfa201 ; ce sont ces attributs et ces fonctions qu'on lui connaît le plus souvent en Afrique où il s'est cependant assez largement prêté au phénomène de l'interpretatio202. Parfois honoré selon le rite grec avec l’épithète Sobrius203, sa nature a pu se modifier au contact des panthéons locaux204 : il fut vénéré avec Saturne, les Dii Mauri et Caelestis205 et il figure dans le cortège divin de Saturne, sur les listes sacrificielles d'Azziz-ben-Tellis206. A Dougga, le temple qui lui fut consacré sous Commode, sur la place du marché, compte les trois cellae que l'on considère comme caractéristiques des temples dits romano-africains. De plus, le terrain sur lequel il s'élève a été partiellement concédé par la communauté pérégrine [no 68]. Mais surtout, le Mercure principal du marché qui trônait dans la cella centrale était accompagné d'un dieu local, nommé Mercure Siluius, qui lui était subordonné [n°67]207. Autant de faits qui inclinent à penser que, à Thugga, Mercure a été l' interpretatio Romana d'un dieu local dont le nom n'est pas connu, mais dont on peut tenter de définir les prérogatives.

  • 208 A Thiges (CIL, VIII, 87), à Lambèse, (CIL, VIII, 2646 ; cf. Le Glay 1971, 127-135), à Mastar, (CIL,(...)
  • 209 Toutain 1911, 260-261 ; Deonna 1959, 36-46 ; Le Glay 1966a, 242-245 ; id. 1971, 130-139 ; Bénabou 1 (...)
  • 210 Son principal attribut fut parfois confirmé et précisé par les épithètes Siluestris et <h>erbarius (...)
  • 211 Sur les différents types de syncrétisme. Le Glay 1975, 123-151 ; id. 1991a. 67-70.
  • 212 Combet-Farnoux 1980, 228-230.
  • 213 Paus. 2.38.7 ; 8.34.6 ; 8.35.2 ; cf. Sartre 1979, 221-222 ; Kahn-Lyotard 1978 ; id. 1979, 209-211.
  • 214 Vernant 1965, 97-143.
  • 215 AE. 1988, 1 117.
  • 216 Trousset 1986, 661-669. Sur les toponymes composés sur le nom de Mercure : Arnaud 1994, 142-153.
  • 217 Trousset 1986. 666.
  • 218 ILAIg. I, 2938. Une inscription commémore qu'un procurateur équestre y ht élever une statue du voya (...)
  • 219 CIL, VIII, 11227 ; Peyras & Trousset 1988, 189-204.

88L'association de Silvanus et de Mercure est assez répandue en Proconsulaire et en Numidie208. Ce dernier s'y serait africanisé sous les traits d'un dieu local en perdant l’essentiel de ses fonctions de dieu du commerce au profit de qualités frugifères209. A Dougga cependant, le cas est légèrement différent car c'est seulement l'épithète siluius qui caractérise Mercure dont la personnalité est demeurée intègre en s'enrichissant d'un pouvoir supplémentaire emprunté à Siluanus, vieille divinité italienne attachée spécifiquement à la végétation arbustive, aux forêts et aux champs210. On a donc affaire à un syncrétisme cumulatif plus complexe qu’une simple assimilation211. Si l'on admet que l’épithète exprimait bien la fonction de protecteur des champs et des bois qu’assumait une divinité locale, l'aspect de Mercure qui a pu essentiellement le rapprocher de ce dieu devait être celui de protecteur des contins, des voyageurs et des caravanes qui arrivent ou quittent la cité, traversent ses limites212. La relation d'Hermès et des passages est un thème bien connu, précisément évoqué à plusieurs reprises par Pausanias213. Contraire et complément d'Hestia, sa parèdre assignée à la protection du foyer, le dieu trônait aux carrefours et là où les routes franchissaient les frontières214. C’est pour cette raison que, dans la région de Limisa, à l'entrée du défilé qui sépare le Jebel Guitoun du Jebel Serj, Mercure était représenté dans une niche creusée dans la paroi, affectant la forme d’un petit temple215. Des attestations de son culte ont été dévoilées sur toute la ligne du limes sud et oriental216 ; en particulier, il faut relever la situation de la station Ad Mercurium, sise sur la voie de Thamugadi à Theueste, à la frontière des territoires des Musulamii et des Tribenenses217 et qui doit son nom à un temple de Mercure218. Associé à Silvanus, il protégeait aussi les voyageurs qui s’engageaient à travers les marais du Chott el Jerid219. Le dieu a donc pu être honoré à la fois comme protecteur des confins du territoire et, par extension de ses fonctions, comme protecteur de la végétation de ces régions.

  • 220 Le gentilice n’est pas courant, argument en faveur d'une origine allogène. Il n'est d’ailleurs guèr (...)

89Si l'on accepte cette définition de Mercure, on peut peut-être éclairer et proposer une datation de la dédicace qui associe le dieu à l'Équité d'Auguste |no 75]. Cette inscription ne peut être datée avec certitude par aucun critère interne, ni même externe car la pierre n'a pas été revue. L’onomastique du dédicant, P. Selicius, ne mène à aucune datation car la cassure de la pierre après son gentilice ne permet pas de savoir s'il portait les tria nomina ou si, au contraire, l'absence de cognomen suggérerait une datation précoce du texte220. Il nous paraît pourtant appartenir à la période transitoire qui vit la mise en place des structures de l'administration et de la religion romaines dans la cité numide.

  • 221 CIL, VIII, 26274.
  • 222 1995, 868 ; 1997, 63 ; 1997b, 103.
  • 223 Infra, p. 57-58.
  • 224 Il est d'ailleurs qualifié parfois de pacifer, car il est le protecteur des échanges équitables et (...)
  • 225 Sur ce pagus et le pagus Fortunatis rattaché à Sutunurca, cf. Maurin 1995, 97-135.

90Cette inscription est la seule occurrence publiée du culte de l'Équité en Afrique, mais il faut évoquer un autre texte, celui qui commémore la diuisio et l'assignatio du castellum d'Uchi Mains entre les pagani et les Uchitani en 26 a.C.221 Commençant la première ligne, A. Beschaouch a déchiffré la formule Ex aequitate Imp(eratoris) Caes(aris) Aug(usti)222, ce qui. sans être, comme à Dougga une consécration directe à une qualité divinisée du prince, n'en est pas moins une référence précise à l'une de ses vertus et cette approximation de sens paraît recevable en raison, à la fois de l'extrême rareté du culte dans la province et de la proximité des deux cités dont le destin municipal fut en bien des points similaires223. On peut présumer que le texte de Dougga fut gravé dans le même contexte et à la même époque que celui d'Uchi Maius et c'est ce parallèle qui justifierait à la fois la datation sous le règne d'Auguste et le développement Aequitas Aug(usti). Dans les deux cas, la présence de l'Équité, intrinsèque à l’empereur, devait garantir la justesse du partage et assurer aux pérégrins qu'ils ne seraient pas lésés. Si c’est bien lors de la redistribution des territoires ruraux qu'a été gravée cette dédicace, on peut penser que Mercure fut invoqué, lui aussi, pour garantir le partage et le respect des nouvelles limites établies sur les domaines qu'il protégeait traditionnellement224, vieux dieu local faisant pendant à une abstraction divinisée de la religion impériale. Enfin, il faut encore invoquer l'exemple du pagus Mercurialis, certes distinct du centre urbain indigène de Medeli, mais quand même installé sur des parcelles rurales qui lui avaient été soustraites ; le prélèvement des parcelles alloties aux vétérans d’Auguste eut également lieu sous le patronage de Mercure qui a pu tenir le même rôle dans ce partage225.

  • 226 Ces liens ont été mis en évidence à plusieurs reprises, par exemple à propos de l'ode d'Horace comp (...)
  • 227 Un groupe d'inscriptions de Pompei commémore les offrandes votives annuelles présentées par des col (...)
  • 228 Combet-Farnoux 1980, 460.

91Pour appuyer cette datation précoce, on peut aussi invoquer des raisons plus circonstancielles, favorables à l’introduction du culte de Mercure : la piété qu'Auguste lui témoigna et les liens mythologiques et cultuels qui associaient la divinité et l’empereur226 soutiendraient cette hypothèse. L’indice le plus significatif de cette relation est la fusion, dès le temps d’Auguste en Italie et en Campanie, des collegia de Mercuriales et d'Augustales qui célébrèrent le culte impérial ensemble dès le début de l'ère227. Cette absorption tiendrait au côtoiement quotidien et aux liens sociaux naturellement tissés entre les fidèles des deux cultes, recrutés dans les mêmes milieux mercantiles et affranchis228.

4.2. Le culte de Pluton, Genius Thuggae

  • 229 Lepelley 1992, 125-137.
  • 230 Thuburbo Maius : ILAfr, 228, où elle est aussi appelée Mater conseruatrix ciuium et ciuitatis (ILAf (...)
  • 231 AE, 1968, 595.
  • 232 Mactar : AE, 1953, 48 ; Bulla Regia : CIL, VIII, 25510-25513.
  • 233 CIL, VIII, 15476 ; AE, 1993, 1719 ; CIL, VIII, 11430 ; CIL, VIII, I4808 ; AE, 1975, 886, cf. AE, 19 (...)

92Les particularismes africains du Génie municipal soulignés par Cl. Lepelley229, assimilation à un dieu particulier et confusion avec les Dii Augusti, ne font pas exception à Dougga où huit textes et neuf stèles figurées rendent compte de la ferveur suscitée par Pluton, assimilé à un génie. Les racines des génies africains se révèlent parfois dans leur nom : Caelestis à Thuburbo Maius, Aenon à Auedda ou Auzius à Auzia230. Toutefois, les noms romains du Pluton Frugifer, génie de Mustis231, des Apollon, génies de Mactar et de Bulla Regia232, des Hercule d'Hr-Chett, de Sufes, de Kessera, de Sua, de Sid-Amar et de Lepcis Magna233 sont aussi, comme Pluton, \'interpretatio Romana des antiques dieux de ces vieilles cités libyco-puniques. Ses nombreuses dénominations, ainsi que ses différentes représentations sur les documents trouvés à Thugga et dont il faut déterminer si elles se rapportent toutes à la même divinité, rendent la compréhension de sa personnalité complexe.

93En premier lieu, précisons que l'on ne sait rien du lieu du culte. Les fragments de la restauration du temple du genius Patriae sous les Tétrarques [no 51] ont été découverts dans le quartier sud du site, dans une zone très localisée où l'on trouve relativement peu de blocs remployés ; cependant, aucun vestige du monument qui s'élevait peut-être dans cette région n'est connu. Les autels et stèles épigraphes et anépigraphes ont presque tous été découverts dans la région qui s’étend du forum à l'est de la place de la Rose-des-Vents où l’on ne peut exclure qu’ils aient été remployés en raison de leurs modestes dimensions. Enfin, trois stèles sont prises dans les parements d’autres sanctuaires, ce qui semble indiquer l’abandon d'un lieu de culte et de son matériel votif sous le règne de Commode au plus tard. C’est à cette date que fut élevé le temple de Mercure dans un mur duquel est encastrée la stèle [no 57], le seul des trois temples qui soit daté. Ce que l’on peut dire de ce geste, c’est qu’il ne s'agit pas d'un acte rituel lié, par exemple, à la fondation d’un nouveau temple et qu’au moment de leur remploi, ces stèles avaient perdu leur valeur votive. Eventuellement rendues invisibles, en tout cas jamais traitées comme un dépôt sacré, elles n’étaient plus considérées que comme un matériau de construction. Celle du temple de Mercure est intégrée horizontalement dans la seconde assise extérieure du mur postérieur de la cella centrale et c’est aussi dans le mur postérieur de la cella du temple de Pietas qu’est remployée la seconde stèle ; le relief de la troisième enfin, dans le mur de façade du temple A, a été raboté et masqué par le même stuc qui recouvre encore partiellement le mur.

94Les noms de la divinité

[no 5 1] : Genius Patriae

[no 52] : Pluto Aug(ustus), genius Thuggae

[no 53] : Pluto, genius loci

|no 54] : Pluto, genius uici Aug(usti)

[no 55] : Dédicace à Pluto Aug(ustus) d'une statue du genius uici

[no 56] : Genius uici regionis II Aureliana

[no 57] : Pluto

[no 108] : Pluto

  • 234 La seule inscription comparable provient d’Apisa dont les habitants lirent graver un monument pour (...)

95L’ex-voto [no 56] fut adressé au seul genius uici et les [no 57 et 108] au seul Pluton ; les dédicaces et ex-voto [no 52-54] donnent tous trois le nom de Pluton appelé sur le premier, genius Thuggae, genius loci sur le second, formulation rarissime en Afrique234, et genius uici Aug(usti) sur le dernier. Pluton apparaît donc comme un génie topique, que le lieu auquel il était par essence attaché soit appelé génériquement locus, administrativement uicus, ou encore qu'il soit désigné par son nom historique, Thugga. Le formulaire de ces trois inscriptions [n°52-54] où le nom de Pluton (Auguste) est immédiatement suivi de genius pourrait laisser croire à une identification totale entre le dieu et ce génie. Toutefois, le texte [no 55] met en évidence une distinction : l'insertion de sacrum après le nom de Pluton Auguste paraît indiquer le don était bien fait à Pluton mais que l'on honorait en lui, en particulier, son aspect de protecteur du uicus sous lequel le représentèrent plus spécifiquement les vicinaux. Les autres textes doivent certainement s'interpréter de la même manière : consacré à Pluton, ici génie de Thugga, ou ici, génie du heu. Dans l’ex-voto [no 56], adressé au génie du uicus de la seconde région aurélienne, la précision même du nom de Pluton a disparu, mais, à cause des textes [no 54, 55], on peut tenir cette identité pour assurée. Enfin, il faut certainement rapprocher de l'ensemble de cette série la dédicace de la restauration du temple du genius Patriae [no 51], qui concerne bien le génie de Thugga.

  • 235 Beschaouch 1973, 103 ; Le Glay 1966a, 121 ; id. 1973, 135 ; Lipinski 1989, 241. D’après le modèle i (...)
  • 236 Cette assimilation n'est à vrai dire attestée avec certitude qu'à Mustis dont Pluton Frugifer était (...)
  • 237 Le Glay 1975, 135. Ce qui signifierait que son culte est antérieur à l'introduction de celui de Sat (...)

96A Dougga, le nom de Pluton n'apparaît que dans cette série épigraphique dont les éléments étaient dispersés dans le centre public et dans les quartiers urbains et sur l'ex-voto découvert dans le temple de Tellus [no 108]. On a souvent conclu, à tort, à une identification unique de Pluton et de Frugifer qui était honoré dans les templa Concordiae [no 15-19]235. On observe d’abord que Pluton n’est jamais appelé Frugifer à Dougga et que les dédicaces à Pluton et les dédicaces à Frugifer concernent certainement deux divinités différentes236. A recenser les attributs du dieu sur ses représentations iconographiques, on constate ensuite qu'il figure fréquemment avec Cerbère, sur au moins la moitié des stèles, et c’est aussi le modèle de la statuette découverte dans le temple de Tellus. Il évoque donc sans conteste le dieu des enfers, l'Hadès hellénique importé via la Carthage punique où son culte fut probablement fondé avec celui de Déméter et Corée, en 396 a.C. ; c’est un modèle qui a donc pu apparaître à haute époque à Dougga237. Des attributs de Frugifer, au contraire, on ne lui voit jamais les épis de blé et s'il tient parfois une corne d'abondance, qui n'apparaît d'ailleurs que sur trois des neufs documents, on peut penser que c'est plutôt celle du Genius loci. Dans ces conditions, et parce que Saturne fut aussi une divinité essentielle du panthéon de Dougga à toutes les époques, il n'y a pas plus de raisons ni d'indices pour reconnaître Pluton de préférence à Saturne dans Frugifer qui, par ailleurs, était lui-même un dieu propre. En raison de la présence de Cerbère sur quatre ou cinq des neuf stèles, il faut d’abord s'en tenir à la personnalité du Pluton infernal pour définir celle du Génie municipal.

Tableau 6 : Les attributs de Pluton sur les documents iconographiques

  • 238 LIMC VIII. 1, 603, no 29-44 ; VIII.2, 373-374, no 30, 35-36.
  • 239 Dans l'iconographie classique, le genius Augusti fut d'abord représenté sous les traits d'un homme (...)
  • 240 D’après les monnaies, le modèle le plus courant du genius Augusti depuis le milieu du premier siècl (...)

97En laissant pour le moment de côté sa couronne murale, il faut examiner les attributs du dieu pour tenter d'interpréter les différentes facettes de cette identité aux contours assez flous, peut-être malléables. Les documents n’étant pas du tout ou mal datés, on ne peut préciser de quelle manière a évolué son modèle iconographique. On ne peut pas davantage déterminer si l'une des images l'a finalement emporté sur les autres dans le goût de ses dévots ou si, au contraire, pendant la même période, ceux-ci ont privilégié tel ou tel aspect du dieu pour des raisons personnelles. Il porte parfois la corne d'abondance et la patère du Genius loci de l'iconographie traditionnelle (stèles no 2, 5)238 ; que Cerbère lui soit associé avec ces mêmes symboles sur la stèle no 2 illustre la relation entre Pluton et ce génie local. La patère, qui est son attribut le plus récurrent avec le chien, appartenait également au Genius Augusti auquel Pluton emprunta aussi une fois le sceptre et deux fois l'autel239 (stèles no 3, 5, 7]. Deux documents seulement permettent d’établir un lien commun entre les différentes représentations et les différents noms de la divinité. Le premier porte le texte [no 55], signalant que le monument fut érigé pour le génie du uicus et consacré à Pluton ; le dieu y est représenté avec les attributs les plus courants du genius Augusti : la corne d'abondance, l'autel et la patère240. Le sceptre et la patère qu’il porte sur la représentation surmontant l'exvoto à Pluton [no 57], dans lequel il n'est pas qualifié comme génie, le rattache à ce même modèle. Ces deux monuments qui portent le nom de Pluton, sans pour autant que le dieu soit représenté sous ses traits puisqu’il n’est même pas accompagné de Cerbère, permettent de supposer que tous ces documents iconographiques et épigraphiques, malgré leurs différences, se réfèrent bien à une même divinité attachée à la naissance de la cité.

  • 241 Il faut noter qu’à notre connaissance, le Genius Augusti ne fut jamais honoré comme tel dans les in (...)

98Par ces différents symboles et modèles combinés, on peut penser que les habitants de Thugga cherchaient à exprimer la personnalité complexe de ce génie : l’image du Genius loci en exprimait l'essence originelle, attachée au sol de la communauté ; celle de Pluton, maître des enfers lui donnait, comme dans nombre d’autres cités africaines, une identité personnelle, et celle du Genius Augusti lui conférait toute sa dimension politique241.

  • 242 Une monnaie frappée sous le deuxième consulat de Clodius Albinus porte l'image du Genius Lugduni te (...)
  • 243 L. Poinssot 1909a, 97.
  • 244 ILAfr, 568 ; Carcopino 1922, 13-36.
  • 245 Beschaouch 1997a, 366.
  • 246 Ben Abdallah 2000, 273.

99Enfin, le dernier attribut, omniprésent quelles que soient les autres associations de symboles, est la couronne murale qui souligne la tutelle de Pluton sur la ville et ses entrées242. Le texte [no 56| nomme Pluton, génie du uicus de la seconde région Aurélienne ; à cause de sa découverte près des citernes d'Aïn-Mizeb et en considérant la regio comme une zone rurale, L. Poinssot avait supposé qu'il s'agissait d'un uicus extérieur à la ville243. Or, il faut distinguer la seconde regio nommée ici de l'unique regio Thuggensis connue par une dédicace de conductores sous Hadrien et qui désignait, dans ce cas, une circonscription des domaines impériaux244. A. Beschaouch a souligné le souci des petites cités africaines d’imiter Rome dans le découpage de ses 14 regiones en 10 uici245 et il faut justement remarquer que la majorité des textes proviennent de la zone urbaine. Il ne fait pas de doute, en particulier à cause de la couronne murale, que uicus comme regio désignent dans ces textes une entité topographique intra-muros, une division urbaine. Un dernier problème est posé par l'absence d'épithète ou de toponyme qui qualifierait et individualiserait les uici puisqu'un seul est qualifié de uicus Aug(usti) ou Aug(ustianus)246 ; on en est réduit à supposer que l'identification du uicus en question n'avait pas besoin d'être précisée et allait de soi, ce qui implique encore qu’au moins quelques uns de ces monuments étaient dispersés dans divers quartiers urbains et que l'on s'adressait au génie sous-entendu de ce uicus-ci, celui auquel on appartenait, dans lequel on se trouvait. Comme les autels des Lares Augusti, dont les stèles de Dougga se rapprochent à cause des attributs du Genius Augusti, les dédicaces au Génie de Thugga, du uicus ou du lieu, s'élevaient probablement aux carrefours de la ville.

100Pluton, genius Thuggae, loci ou uici aurait donc été une divinité plus urbaine qu’agraire, malgré sa nature chthonienne. Le concept du génie du lieu, avec ses attributs et ses symboles de l'abondance, est peut-être celui qui correspondait le mieux à la définition du génie topique local, mais il lui manquait un nom personnel qui l'individualisait comme dieu du territoire : c'est le dieu chthonien, maître de l'enfer et de Cerbère, se référant à l'Hadès gréco-punique qui s'est imposé comme interprétation. Le culte se répartissail apparemment sur tout le territoire urbain et civique : chaque quartier l'honorait sous l'identité de Pluton, mais chacun y mettait un contenu plus personnel en lui adjoignant le nom (sous-entendu) de son uicus par exemple. Les références directes du culte à la religion publique (la patère et l’autel) et à la majesté impériale (le sceptre), ainsi que sa qualification de Genius Patriae [no 51] appuient les conclusions de Cl. Lepelley sur sa force municipale.

4.3. Les cultes de Cérès et de Tellus

101A l'époque romaine, les cultes des Cereres, de Tellus et de Cérès connurent en Afrique une vigueur inégalée dans le reste de l'Empire et apparaissent comme une spécificité de la grande Proconsulaire. A Thugga, on honora séparément Cérès, dont le culte fut installé sous le règne de Claude [no 12-13], et Tellus [no 105-107], à une date qu’il convient de discuter en tentant, en premier lieu, de cerner leur identité et leurs fonctions le plus précisément possible.

4.3.1. Cérès et les Cereres en Afrique

  • 247 Diodore raconte comment les Carthaginois pillèrent Syracuse et comment leur général, Himilcon, rava (...)
  • 248 Toujours d’après Diodore, pour desservir ces nouveaux cultes, “ils firent des citoyens les plus dis (...)
  • 249 Gsell, HAAN, IV, 248 ; Wissowa, RE III, 1899, s.v., Ceres, col. 1970-1979 ; Carcopino 1941, 16.
  • 250 G. Charles-Picard 1954, 98.
  • 251 Comme l’indique la concordance entre les cartes de l’implantation du sufétat punique et de la répar (...)
  • 252 Carcopino 1941,20 ; Camps 1961, 221-225.
  • 253 Et précisément la culture du blé importé vers l’Italie et la Grèce (Plb. 36.16.7-9 ; infra, p. 38, (...)
  • 254 D’après la relecture par J. Carcopino (1941, 22-27) du passage de Salluste relatant le massacre de (...)

102Déméter et Coré furent introduites dans la Carthage punique depuis Syracuse en 396 a.C.247 et elles y furent honorées, probablement sur la colline de Sainte Monique, selon les rites grecs248 sans faire l'objet d'un syncrétisme249, “sans doute parce qu'il n'existait pas, dans le panthéon phénicien, de déesses qui leur ressemblassent”250. L’introduction du culte dans le panthéon punique est contemporaine de l’extension du territoire carthaginois et les colons agriculteurs le répandirent en pays conquis251. A l'époque romaine, une vingtaine de témoignages ont été signalés à travers toute la Numidie et la région des pagi, dans l’ancien royaume de Massinissa. En Africa Vetus, le culte est moins bien attesté puisqu’une demidouzaine de textes seulement ont été découverts en deux points très localisés : dans la plaine du Fahs, autour de Thuburbo Maius d'une part et sur le littoral du Cap Bon d’autre part. Massinissa et ses descendants hellénisés avaient personnellement contribué à propager le culte grec en-deça de la future Fossa Regia252 et la piété paysanne trouvait dans les déesses de la céréaliculture une protection quotidienne au moment où le roi développait l'agriculture dans son royaume253. A Vaga (Béja), du temps de son indépendance, l'ensemble de la cité aurait même fêté officiellement le “jour des Cereres”254.

  • 255 Dédicace d’un autel par le premier des prêtres Cereri Graec[ae] à Vaga (CIL, VIII, 10564, cf. 14381 (...)
  • 256 Sur deux textes gravés à Auzia en 320 : Plutoni Cyriae et Cereri Matri Diis sanctis (CIL, VIII, 902 (...)
  • 257 G. Charles-Picard 1946-49, 685-689 : épithaphe d'une sacerdos Cererum Punicarum, provenant de Macta (...)
  • 258 ILAlg, II. 1, 2033 : dédicace d’une statue à dea Caereri Maurusiae Aug(ustae), provenant de Madaure
  • 259 Elles sont invoquées sous ces noms lorsqu'elles sont honorées seules et exceptionnellement lors d'u (...)
  • 260 Plusieurs statuettes de la déesse coiffée du kernos dans lequel on brûlait rituellement des grains (...)
  • 261 G. Charles-Picard 1954, 89, 184 ; Le Glay 1975, 137.
  • 262 Cl. Poinssot 1959, 112.
  • 263 Le Glay 1975, 137.

103A l’époque romaine, les différents noms qui apparaissent dans les dédicaces, les Cereres, Tellus et/ou Cérès, ainsi que l'existence d'épithètes se référant à l’Orient : Graeca255, Cyria256, ou à l'Afrique : Punica257, Maurusia258, posent le problème de leur identité et de leur origine. A juste titre, St. Gsell et J. Carcopino ont interprété le pluriel Cereres comme le nom collectif de Déméter et de sa fille Coré, devenues respectivement Tellus, traduction littérale de Déméter, et Cérès, simple transcription du nom de Coré259. Par ailleurs, J. Carcopino a conclu de l’emploi de différentes épithètes géographiques qu'il existait deux couples de déesses : d'une part, les Cereres Punicae, venues de Sicile au ive siècle et pour lesquelles on célébrait des Kernophoria260 et d'autre part, les Cereres Graecae, les déesses aux flambeaux des mystères d'Éleusis, importées via Alexandrie à la fin de la période républicaine, c'est-à-dire à peu près au moment de la fondation coloniale de Carthage romaine261. Finalement, d’après Cl. Poinssot262, si cette hypothèse fonctionne dans certains cas, elle est loin de se vérifier systématiquement et, au contraire, les attributs des secondes avaient été indifféremment affectés aux africaines et aux grecques, traduisant à la rigueur une évolution chronologique vers le modèle éleusinien. Rien ne permet donc de réserver aux déesses puniques le rôle de protéger et féconder la terre, et aux déesses grecques, les expériences mystiques. De toute façon, les Cereres Punicae ou Graecae, entre lesquelles on saisit mal la différence, désignent toujours des déesses grecques introduites depuis l'Orient et la Sicile à Carthage, certainement à deux époques distinctes, d'abord au début du ive siècle, puis dans la deuxième moitié du ier siècle a.C. ; sans syncrétisme d'origine, mais confondues dans un deuxième temps par un “syncrétisme d'assimilation, en quelque sorte au deuxième niveau’’263.

4.3.2. Cérès à Carthage

  • 264 Dix-sept prêtres, dont quinze sont des Carthaginois, apparaissent dans vingt textes trouvés dans le (...)
  • 265 Mais tous les prêtres n'avaient peut-être pas l'honneur de donner leur nom à l'année car pour certa (...)
  • 266 CIL, VIII, 24522 : sac(erdos) Cereris ; ILAfr, 383 : sa[cerdos C]ereris.
  • 267 CIL, VIII, 12318 : sacerdos Cererum Cartilagini.
  • 268 Gascou 1987, 113. n. 37.
  • 269 César frappa monnaie à son effigie après la bataille de Thapsus en 46 a.C. ; puis, à partir de la f (...)
  • 270 C'est ce qui était traditionnellement admis (Mommsen, compì. CIL, VIII, 12318 ; Gsell, 1927, 1-21 ; (...)
  • 271 Gascou 1987, 114.
  • 272 A partir de la révision de deux cursus municipaux de ces mêmes prêtres (1996, 13-36) et en s’appuya (...)
  • 273 Fishwick 1996, 32-33.

104A Carthage, un collège de prêtres était attaché au culte de Cérès264 ; leur sacerdotium était annuel et éponyme, daté par le calendrier spécifique de l'ère265. Ils se nomment sacerdos CER. CIK ou sacerdos CERER. CIK, abréviations que l'on peut comprendre soit comme le singulier Cereris, tel qu'il est attesté à trois reprises, à Dougga [n°76] et à Carthage266, soit comme le pluriel Cererum, développé en toutes lettres sur un seul texte qui provient des environs de Bisica267. Remarquons que ce dernier texte est un unicum, au contraire des trois exemples du développement singulier, d'ailleurs découverts dans la capitale provinciale même et dans sa pertica, raison pour laquelle, d'après J. Gascou, “il n'est pas interdit d'avoir une légère préférence pour Cer(eris) ou Cerer(is)”268. Finalement, l’emploi du singulier, la représentation de Cérès sur le monnayage officiel de Carthage dès sa fondation269 et, d'après le cursus de ses prêtres, la détermination de la date de 44 a.C. comme première année du calendrier ont conduit ce chercheur à reconnaître dans ce culte celui de la Cérès romaine. Il aurait été importé depuis Rome de manière très officielle et fondé en même temps que la nouvelle colonie, peut-être même prescrit dans sa charte de fondation, comme Vénus dans celle d'Urso270. Cette identification trouve en effet un solide argument dans le contexte religieux de la fin de la République, car on lirait alors dans l'installation de la déesse à Carthage un geste politique de César représentant la plèbe de Rome dont elle était la déesse tutélaire271. Toutefois, d’après D. Fishwick, l'annus I de l’ère devrait finalement être retardé aux premières années du proconsulat de Lépide, en 40 ou en 39 a.C.272 Il ne s’agirait plus alors de la fondation d'un nouveau culte, mais de la restauration de celui des déesses préromaines qui devaient assurer la fertilité des territoires des deux Afriques désormais réunies. Le geste de M. Caelius Phileros finançant l’aedes Telluris de Carthage devrait être daté de la même année et serait, dans le même sens, une invocation à la déesse chargée de veiller à la prospérité agricole de la nouvelle pertica273. La remise en cause de la datation du culte doit-elle nécessairement entraîner celle de l'identification d’une Cérès romaine, d’autant plus que le développement de Cer. au singulier paraît plus plausible qu’au pluriel ? Et peut-on considérer le culte de Carthage uniquement dans la perspective de la création de l'A frica Proconsularis, laquelle était justifiée par une mise en exploitation plus intensive et mieux sécurisée des terres à blé ? En tenant compte de l’importance du culte dans la religion publique de Carthage et dans les cursus de ses magistrats, il nous semble difficile d’en réduire la portée aux seules préoccupations des colons agriculteurs de la nouvelle province et, certainement lié à nouvelle colonie, sa dimension était probablement sinon plus, du moins autant civique qu’agraire. La fondation de la colonie romaine intervint immédiatement après l'assassinat de César, ouvrant quatre années de trouble pendant lesquelles, comme le souligne à plusieurs reprises et à juste titre D. Fishwick, les proconsuls d’Afrique eurent d’autres soucis que la réorganisation durable de la province et la fondation d’un nouveau culte. Il n’en demeure pas moins possible, même si les deux fondations ne furent pas exactement contemporaines, qu’une fois le climat intérieur apaisé, l’introduction de l’une des déesses de prédilection de César dans le panthéon public de la toute jeune colonie ait fait directement référence à son fondateur. Rappelons qu'en 40 ou 39, Lépide était encore l’allié d’Octave qui, dès 44 a.C., s’attacha à honorer la mémoire de César et à restaurer les cultes de Rome. En fin de compte, il ne nous semble pas que l’on puisse trancher entièrement ni définitivement pour une hypothèse ou pour l’autre. Si, pour ce qui concerne la date de la fondation du culte, les arguments de D. Fishwick établissent bien qu’elle fut de peu postérieure à celle de la colonie, il reste cependant légitime de penser que le culte que ses nouveaux magistrats prirent si vite l’initiative d’honorer publiquement était bien celui de Cérès romaine, se référant à César.

  • 274 CIL, VIII, 8442 ; 9020-9021.
  • 275 CIL, VIII, 12332.
  • 276 CIL, VIII, 27430.
  • 277 Dans tout l'Empire, Livie fut représentée sous les traits de Cérès aussi fréquemment que sous ceux (...)

105Dans le reste de la province, en particulier dans l'ex Africa Noua, les dédicaces aux deux Cereres abondent et, dans ce cas, il s’agit de cultes limités à la cité et qui n'avaient aucun lien avec celui de la métropole. De nombreuses dédicaces furent également adressées à Cérès seule et, dans ce cas, se pose à nouveau la question de son origine, probablement pré-romaine lorsqu’elle est parée d’une épithète géographique ou qu’elle apparaît en compagnie de Pluton274, de Tellus275 ou de Caelestis276, mais généralement impossible à déterminer lorsqu’elle ne porte que la plus courante des épithètes, Augusta, voire même aucune. En Afrique, comme ailleurs, même si sa personnalité ne se révèle pas toujours clairement, Cérès romaine, qui appartenait à la religion impériale et qui demeura attachée aux impératrices277, devait avoir sa place dans bien des panthéons municipaux.

4.3.3. Cérès à Dougga

  • 278 Cl. Poinssot 1969, 228-233.
  • 279 Sa grand-mère, Viria Rustica, offrit le templum Caesaris que fit restaurer son affranchi ; elle arr (...)
  • 280 Infra, p. 165-166.
  • 281 Infra, p. 284-285.

106A Thugga, au milieu du ier siècle, l'aquittement d’un voeu fut à l'origine de la construction d'une cella et d’un portique, c’est-à-dire d’un temple prostyle, consacrée à Cérès seule. Le voeu avait été formulé par M. Licinius Tyrannus et son épouse, Licinia Prisca, pour le salut de leur patron, M. Licinius Rufus [no 13], lequel procéda à la dédicace de l'édifice payé par ses deux affranchis [no 12], Ces deux textes diffèrent en de nombreux points des séries d'ex-voto précédentes : il s'agit bien d'un don votif privé à l’origine, mais c’est le seul qui concerne la construction d’un édifice, le seul également dont l’acquittement donna lieu à une dédicace. Les formes épigraphiques du texte [no 13] le rapprochent d’ailleurs davantage des dédicaces publiques contemporaines provenant du forum que des formulaires concis et stéréotypés gravés sur les petites stèles offertes à Saturne, Minerve, Mercure et Pluton ; en particulier à cause de l'organisation spécifique du texte qui distingue la proposition de la dédicace de celle du don, mentionné en second. Le rôle de M. Licinius Rufus est ambigu et singulier : il est, au ier siècle, le seul patron commun aux deux communautés278. Comme sa famille faisait partie du pagus Thuggensis au moins depuis le règne de Tibère279, on peut penser que ses liens personnels avec les Thuggenses l’avaient poussé à intervenir en faveur de la ciuitas. C'est un chevalier de Carthage, mais il n'y était pas magistrat et il n'affiche jamais, outre sa préfecture d'aile en Syrie, que le flaminat perpétuel d'Auguste dans la colonie ; sa position éminente lui permettait pourtant de procéder à des dédicaces qui firent du marché et sans doute du temple de Cérès des édifices publics. Mais, si la dédicace du marché souligne bien que celui-ci relevait du pagus280, rien n'indique que le temple de Cérès ait été placé sous la responsabilité édilitaire de l'une ou de l'autre des communautés en particulier, ni même qu’il s’agit bien d’un monument public ; d'autant plus que sa localisation, probablement à proximité du théâtre, n'est pas assurée281.

107Les protagonistes sont tous des pagani ; par ailleurs, l'emploi du singulier cella indiquerait que la déesse résidait seule dans le temple. Pour ces raisons, on reconnaîtrait donc volontiers la Cérès qui figurait au panthéon public de la métropole dans la déesse honorée à Dougga, d'abord par le chevalier carthaginois dans la seconde moitié du ier siècle, puis, sous Marc Aurèle et Lucius Verus, par P. Marcius Quadratus |no 14], récent tribule de l'Arnensis, qui affiche sa carrière carthaginoise sur la frise du théâtre. Ce temple peut être interprété comme une nouvelle manifestation de l'emprise de Carthage sur l'organisation religieuse de sa pertica, bien que dans des formes moins officielles que sur le forum. Toutefois, il ne faut pas pour autant réduire ce culte à sa seule référence politique car il était rendu par des pagani, de ce fait intéressés aux récoltes agricoles dans les terres qu'on leur avait attribuées, ce que confirme l'épithète prataria dont la dota P. Marcius Quadratus.

4.3.4. Tellus à Dougga

  • 282 Cereres, dominus [Pl]uto (IlAlg, I, 2999) ; Caereres et Pluto Aug. (ILAlg, I, 3517) ; Pluto et Cere (...)

108Tellus aussi a reçu un temple dans la cité. Il s'agit d’un sanctuaire à trois cellae dont la centrale était ornée d’une frise portant le nom de la déesse. Le nom de Pluton était gravé sur un autel [no 108] trouvé devant la cella orientale qui lui était certainement consacrée, avec une statuette en marbre le représentant assis sur un trône, Cerbère couché à ses pieds. Devant la cella occidentale, le pavement de mosaïque, ailleurs uniformément blanc, est orné d’une tige de milet portant la légende APONA, et il est tout à fait probable que Cérès se tenait à la droite de Tellus. Cette triade romaine, connue en plusieurs points de l’Afrique282, évoque évidemment Déméter, Corée et Hadès.

  • 283 Le texte est inscrit dans un cartouche gravé en profondeur, orné d’une mouluration identique à cell (...)
  • 284 Infra, p. 149-150, 159.
  • 285 Tilmant 1995, 28 ; bien que le temple de Mercure, de plan africain également, soit daté de la tin d (...)

109Le temple est couramment daté du règne de Gallien par la dédicace du portique [no 106] qui porte la titulature de l’empereur. La paléographie de ce texte, comme celle de la frise [no 107] qui surmontait la cella centrale, caractérisée par des capitales allongées et souples typiques de la période, appuie cette datation tardive. Elle a pourtant été remise en question par N. Ferchiou qui date le linteau mouluré qui surmontait la porte de la cour [no 105] entre 50 p.C., à cause de la dégénérescence des composantes archaïques du décor, et le règne de Trajan, lorsque la romanisation commence d’empreindre réellement l'architecture de Thugga283. Nous suivons d'autant plus volontiers cette datation que les capitales carrées, raides et profondément gravées du texte [no 105] se distinguent fondamentalement de la paléographie des deux autres inscriptions [no 106-107] ; si ce style très classique qui se rencontre du Ier au début du iiie siècle ne permet pas de préciser la datation par la seule paléographie, il vient en tout cas confirmer l’existence d’un état antérieur. Les termes de la dédicace paraissent pourtant sans équivoque sur la nature des travaux de Botria Fortunata qui a fait construire le temple a solo et emploie le verbe extruere. On pourrait supposer que, comme dans les templa Concordiae [no 15-18] ou le temple de Mercure [no 65], le templum ne désignait que la cella284 et que ce soit la seule partie concernée par les travaux, alors que le reste du temple serait d'un état antérieur. Mais la dédicace est gravée sur le portique de la cour qui a donc lui aussi été construit ou restauré. La seule solution satisfaisante serait d'admettre l'existence d'un temple de Tellus édifié, ou plutôt romanisé, sous le règne de Trajan au plus tard. Sous celui de Gallien, il était trop dégradé pour envisager une simple restauration et l'ensemble du temple aurait été alors totalement reconstruit (a solo) en conservant peut-être le péribole, et en tout cas, le linteau épigraphe qui couronnait déjà la porte du monument antérieur. Étant donnée la continuité historique du culte de la période numide au milieu du iiie siècle p.C., on est même fondé à croire que l’état de Trajan n’est pas le plus ancien et que le temple s’élève sur un lieu de culte antérieur à l’installation romaine. P. Tilmant a souligné l'archaïsme que représenterait, à cette époque, la construction d’un temple à trois cellae285. Au moment de la création coloniale, ce choix de l'archaïsme contre les modèles d'architecture romaine pourrait s'expliquer par la présence d'un lieu sacré depuis six ou sept siècles peut-être, si l’on fait remonter l’apparition de cette triade à la diffusion du culte par les rois Numides à l'ouest de l'Africa Vetus.

  • 286 Infra, p. 198.

110Le motif de la tige de millet inclus dans la mosaïque du portique incite certes à reconnaître ici les déesses de la céréaliculture, mais il faut noter à nouveau l'ambiguïté du culte dont la portée politique est signalée d’une part, par la présence à leurs côtés de Pluton, qui était par ailleurs le génie municipal, et d'autre part, par le fait que c'est de l'année même de la promotion coloniale de Thugga que date la dédicace de Botria Fortunata, flaminique perpétuelle286.

5. Les rapports des deux communautés a la fin du ier siècle

  • 287 A l'exception de M. Licinius Rufus.

111Quelle fut, pendant cette période, la nature des relations entretenues par les membres du pagus et de la ciutas ? L'épigraphie du ier siècle montre les deux communautés comme deux entités bien distinctes dont les membres ne se mélangeaient pas, ou peu, et dont les institutions et le sol public demeuraient bien distincts. On voit que pagani et Thuggenses ne menaient pas la même vie publique et que même le patronat ne s’exerçait en règle générale que sur une seule communauté287. Leurs statuts juridiques s’égalisèrent partiellement dès la lin du prem ier siècle avec l'obtention, pour chaque communauté, de son propre ordo decurionum, selon des modalités d'ailleurs mal définies et mal datées.

  • 288 CIL, VIII, 15529 ; cf. AE, 1969-1970, 653.
  • 289 Cl. Poinssot 1969, 225 ; Jacques 1984, 540.
  • 290 Bouard, Demaison & Maurin 1997, 214. Le second texte formellement daté qui fasse état d'un conseil (...)

112Une mention de l'ordre des décurions du pagus apparaît au bas d’une base honorifique décrétée à M. Licinius Rufus qui vécut au milieu du ier siècle288. La paléographie du texte appartient au type de l'écriture “africaine”, ce qui poussa R. Cagnat puis Cl. Poinssot à le dater entre le iie et le iiie siècle, en avançant pour hypothèse qu'il s'agissait de la copie tardive d'un original du ier siècle, actualisé par la formule ex dd289. Cependant, à partir de textes comparables gravés depuis 50/70 p.C. environ, on a rejeté cette datation pour attribuer à juste titre cette dédicace au ier siècle290. Le pagus a certainement reçu son propre conseil des décurions à l'extrême fin du ier siècle puisque les magistrats Carthaginois semblent intervenir à Thugga pour la dernière fois sous le règne de Domitien |no 28].

  • 291 On rencontre des décurions dans d'autres ciuitates pérégrines : à Thibica (CIL, VIII, 12230) ; à Th (...)

113Quant à la ciuitas, les magistratures puniques qui la régissaient disparaissent après le règne de Claude [no 25] et, à la fin de la période flavienne, un ordo decurionum apparaît dans une dédicace à Jupiter Auguste, exécutée par un néo-citoyen [no 60]. A la même époque, trois pérégrins dressèrent un monument à Vespasien, Titus et Domitien [no 28] et, sans doute sous Nerva, la Minerve de Rome fut introduite dans le panthéon officiel de la ciuitas [no 76]. Toutes ces dédicaces contemporaines indiquent qu'un changement institutionnel important se produisit à la fin du ier siècle : il s'agit de l'adoption de structures municipales latines, mais pas encore du droit latin291, que l'on voit clairement s'accompagner de la romanisation du panthéon officiel.

  • 292 D’après les auteurs de DF H, cette nomenclature aurait traduit un statut intermédiaire de la citoye (...)

114Au ier siècle, trois statuts individuels ont coexisté à Thugga : au sommet de la hiérarchie juridique et sociale, les membres du pagus étaient tous Carthaginois, tribules de l'Aniensis ; au bas de l'échelle, la majorité de la population était pérégrine ; entre les deux, se constitua une couche intermédiaire composée des notables locaux qui avaient obtenu la citoyenneté dans leur propre communauté et dont la nomenclature, pour des raisons inconnues, se caractérisait par l'absence de prénom et de tribu292. Malgré ces différences institutionnelles et juridiques, dès le début du ier siècle, un rapprochement s'opéra entre les deux communautés et le premier moteur de ce processus fut la religion. Thugga illustre avec précision le double mouvement d'implantation des cultes romains dans une communauté indigène avec le relais des élites locales, et d’intégration au panthéon public de divinités locales, sous différentes formes d'assimilation ; interaction nécessaire et bien connue pour passer de l’annexion du territoire à la romanisation des âmes.

Notes

1 La Numidie septentrionale qui avait été concédée à Sittius, à la lois en récompense de son soutien à César comme mercenaire et pour sécuriser le contact entre la nouvelle province et le royaume de Maurétanie par la création d'un état tampon, peuplé d'anciens soldats, fut finalement intégrée à l'Africa en 44, après la mort de Sittius (Gsell, HAAN, VIII, 163-187 ; id. ILAlg. II.1, p. 10).

2 Appien (8.136.648) et Solin (27.11) placent la refondation de Carthage cent deux ans après la chute de la capitale punique. Plusieurs sources (Strab. 17.3.25 ; D.C. 43.50.3-4 ; Plut., Vit. Caes., 57.8) l'attribuent également à César ; cf. Gsell, HAAN, VIII, 173-175, qui s'est plus tard employé à démontrer qu'il s'agissait d'une fondation posthume (1927, 227-233).

3 Gascou 1984, 116-120, contre l'opinion de Piganiol (1962, 76) qui attribuait à César la création d'une grande Carthage.

4 Les efforts de César se portèrent davantage sur les ports d'Hippo Diarrhytus, Curubis, Neapolis, Carpis et Clupea, chargés d'assurer le ravitaillement en blé de Rome et de contrôler le détroit de Sicile (Gascou 1972,21-22).

5 L'épithète Iulium du municipe se réfère à une promotion de César qui lui a concédé la tribu Cornelia. On y rencontre des Ouii et des Orfii descendants d'Ombriens et peut-être de citoyens d'Arpinum, arrivés sous César, ou même Marius (Teutsch 1961, 118 ; Beschaouch 1968, 137-141 ; Gascou 1972, 22 ; Desanges 1980, 197, n. 3).

6 Sur les luttes entre les gouverneurs d'Auguste et d'Antoine : Gsell, HAAN, VIII, 184-194 ; Desanges 1978, 643-645 ; Gascou 1982a, 142-143 ; Fishwick 1993, 61.

7 Tert,. De Pall. 1.2 ; D.C. 52.43.1 ; cf. Gsell. HAAN, VIII, 186-194.

8 D'après la révision des dates par D. Fishwick (1993, 53-62) qui considère comme non probants les sources habituellement utilisées pour établir la réunion des deux provinces en 27 a.C. (Strab. 17.3.25 ; D.C. 53.12.4 ; cf. Gsell, HAAN, VIII, 196). Dans les Res Gestae (25.2), l’Afrique est déjà désignée au singulier en 32 a.C., parmi les provinces partisanes d’Octave et dans les Fasti Triumphales Barheriniani, un unique proconsul ex Africa est attesté dès 35 a.C. (cf. Fishwick 1993, 53-59). L’amalgame de fait, dès 42 a.C., fut certainement entériné entre 40 et 36, à un moment où les pressions économiques et militaires rendaient cette fusion inévitable pour faciliter, sous un gouvernement unique, l’organisation et la protection de la production et du commerce céréaliers (id. 60-61). Sur la politique de César et d'Auguste dans la nouvelle province, cf. Gascon 1972, 20-27 ; Pflaum 1972. 57-60 ; Desanges 1978, 627-656 ; Lepelley 1998, 74-79.

9 En fait, tout au long de cette étude, pour rendre plus claires les indications géographiques, nous parlerons aussi de la Numidie, même si la province ne fut créée que sous Septime Sévère.

10 App. 8.136.647 ; D.C. 52.43.1. J. Gascou l'interprète comme une nouvelle déduction (1982a. 143-144). contre l'avis de St. Gsell (HAAN, VIII. 197-198) qui comprend le passage de Dion Cassius comme un simple renforcement de la population déjà sur place. D'après Dion Cassius, bien que la colonie ait déjà été fondée, on pouvait considérer que les outrages de Lépide en avaient aboli les droits, et par conséquent, autoriser une nouvelle déduction.

11 Infra, p. 79-82.

12 Les colonies de Thabraca, Simitthus, Thuburnica, Sicca Veneria et Assuras sécurisaient la voie de pénétration vers la Numidie ; Cirta serait aussi une fondation d'Auguste plutôt que de César (Gascou 1972, 24 ; 1982, 141). Les quatre sont de vieilles cités numides (Camps 1961,275-277).

13 Gascou 1984, 116-117.

14 L’empereur devait en effet trouver de quoi lotir son armée démobilisée après Actium ; or. I’ager publicus de la nouvelle colonie n'offrait pas suffisamment de terres qu'il fallut aller chercher ailleurs, nécessité dont résulte la création des colonies d’Uthina. Thuburbo Minus et Maxula, en grande périphérie de Carthage. Cf. Plin., NH. 5.29 : “colonia sex, praeter iam dictas Utinam, Thuburbi” ; id., 5.24 : “colonia et Maxula”. Pour Uthina, Maurin 1998, 216-217 ; pour Thuburbo Minus, Peyras 1991 ; pour Maxula, Desanges 1980, 221.

15 Ce système municipal est aujourd'hui bien connu grâce à de nombreuses recherches ; cf. en particulier Cl. Poinssot 1962, 55-72 (étude qui détermine l'assise territoriale des pagi comme une extension de la pertica de Carthage grâce à la découverte d'AE, 1963, 94, infra, p. 117) ; G. Charles-Picard 1969, 4-12 (définition des différents types de pagi existant en Afrique) ; Pflaum 1970, 75-1 17 (qui traite de leurs institutions et de leur évolution au iie siècle) ; Gascou 1972, 172-187 ; id. 1982, 139-141 ; id. 1982a, 139-175 ; id. 1984. 105-120 (synthèses détaillées sur le contenu juridique et territorial des pagi carthaginois et leur mise en place sous Auguste) ; Beschaouch 1995, 861-870 ; id. 1997a, 363-374.

16 ILAfr, 301 : dédicace au divin Pertinax par les ciues Romani pagani ueter(ani) pagi Fortunalis quorum parentes beneficio diui Augusti [[---]/Sutunurca agros acceperunt. D'après A. Beschaouch, on pourrait lire [[kastello]] sous le martelage (1997, 62). Sur ce texte, voir en dernier lieu Maurin 1995, 97-135.

17 AE, 1963, 94 ; Maurin 2000, 145-147, no 50 :---/XVuir(o) sacr(is) fac(iundis), leg(ato) pro pr(aetore)/imp(eratoris) Neruae Traiani caes(aris) Aug(usti)/Germanici Dacici, prouinciae Aquitanicae/[de]fensori immunitatis perticae/Carthaginiensium. /Q(uintus) Marius, Q(uinti) f(ilius), Arn(ensi), Faustinus. leg(atus), ob/eam causam, ex d(ecreto) d(ecurionum) [---]/---. Sur ce texte, outre les commentaires de Cl. Poinssot qui publia l'inscription (1962, 55-72), voir en dernier lieu Maurin 2000, 147.

18 Veyne 1959, 576.

19 Cl. Poinssot 1962, 55-72, traditionnellement suivi depuis. Sur les approches successives de la définition du pagus, Gascou 1982a, 157-158, n. 1.

20 Gascou 1982, 179 ; id. 1984, ll8 ; id. 1997, 100-103 ; Jacques 1991, 583-606. Sur cette immunitas et ses multiples remises en cause jusqu'au iiie siècle : infra, p. 116-117, 167-170, 195-196.

21 His conss. Cartago liberalitatem a populo romano recepit (Consularia Constantinopolitana Octauiano VI, Éd. Mommsen 1892. 217 ; cf. Jacques 1991, 589 ; Gascou 1997. 100, n. 12) ; Volubilis qui obtint le statut de municipe avec le privilège d'immunitas pour dix ans afin de la dédommager des ravages d'Aedemon serait un cas comparable (IAM, 2, 116 ; cf. Gascou 1982a, 146).

22 Sur ce personnage : Broughton 1929, 64 ; 1929a ; Gascou 1982a, 163-166, n. 36 ; id. 1984, 105-120 ; Fishwick 1994, 64-80. Son patron fut certainement le M. Caelius Rufus mentionné dans le Pro Caelio de Cicéron et qui, entre 62 et 59 a.C., se rendit effectivement en Afrique, où son père possédait des terres (cf. Gascou 1984, 107).

23 CIL. X, 6104 : M(arcus) Caelius, M(arci) lib(ertus), Phileros, accen(sus) / T(itii) Sexti imp(eratoris) in Africa, Cartluig(ine) aed(ilis), praef(ectus) / i(ure) d(icundo) vectig(alibus) locand(is) in castell(is) LXXXIII, / aedem Tell(uris) s(ua) p(ecunia) f(ecit) ; Iluir Clupiae bis ; Formis / August(alis), aedem Nept(uni) lapid(ibus) uari(i)s s(ua) p(ecunia) ornau(it), / Fresidiae, N(unierii) l(ibertae), Florae, uxori uiro opseq(uentissimae), Q(uinto) Octauio, (mulieris) l(iberto), Antimacho, karo amico.

24 Les luttes entre les partisans d'Antoine, Octave et Lépide monopolisèrent l'énergie des trois gouverneurs qui se succédèrent de 44 à 40 ; dans ce contexte, il est peu probable que l’on songea, sous le proconsulat de T. Sextius, à délimiter et municipaliser le territoire de la nouvelle province (Gascou 1984, 109). Par la suite, la protection du gouverneur a pu nuire à M. Caelius Phileros, au moment où son rival. Lépide, prit la tête de la province ; on peut admettre qu'il ne revînt en Afrique qua la fin des guerres civiles et J. Gascou situe sa préfecture aux environs de 26 a.C. (1982a, 165, n. 36 ; 1984, 111-112). Pour D. Fishwick au contraire, ce dernier argument n'est pas suffisant pour justifier un si long intervalle entre ses fonctions auprès du gouverneur et sa préfecture carthaginoise ; en révisant le cursus de l’affranchi, Fauteur situe cette dernière charge, et donc l'assignation de la pertica, sous le proconsulat de Lépide qui a pu voir en lui, plutôt qu'un ennemi, un administrateur expérimenté (1994, 64-76).

25 CIL, VIII, 26274 : [Ex aequitate Imp(eratoris) Caes(aris) Aug(usti) / M(arcus) C]ae[lius Ph]ileros / castellum dittisit inter colonos et Uchitanos termin(os) / que constituit. La première ligne a été déchiffrée par A. Beschaouch (1995, 868) ; sur ce texte, cf. Gascou 1982a, 148, 163-166. n. 36 ; id. 1984, 119.

26 C'est l'opinion généralement admise (Beschaouch 1997, 62 ; Aounallah 2003, 249-252).

27 Nicolet 1988, 159-163.

28 A. Beschaouch a souligné la filiation étymologique de pagus et pangere : ficher, enfoncer en terre (1981, 1 16, n. 25).

29 L. Poinssot 1919, 175. Son fils entreprit aussi de chercher une platea uetus au nord du forum (Cl. Poinssot 1967a, 1 19 : id. 1969, 258).

30 L. Poinssot 1919, 170-176.

31 Khanoussi 1992, 597-602.

32 ld., 602.

33 ILAfr, 520 ; DFH, iT 24.

34 Ce chevalier a fait une partie de sa carrière à Carthage et a été élu patron du pagus de Thugga où il a également présidé la dédicace de l’arc de Caligula (CIL, VIII, 26519 ; ILAfr, 520 ; DFH, no 24). Sa carrière est donnée en ordre direct : commencée par l'obtention des ornements édiliciens municipaux, conférés par la curie de sa cité natale, elle s'est poursuivie par un cursus équestre qui culmina avec la préfecture des ouvriers. Il se retira à Carthage où il accomplit un cursus municipal plus qu'honorable en revêtant l'augurat, entre le duumvirat et le duumvirat quinquennal (Devijver, PME, L, 16 ; Demougin. CJC, no 427).

35 Édile, duumuir et curateur de la sauterelle à Carthage, c'est-à-dire chargé de parer les dégâts causés par les vols dévastateurs de sauterelles (Desanges 1976, 281-286).

36 Christol 1991,613.

37 Sur la restitution d’un magistrat, infra, p. 66.

38 ILAfr, 588 = MAD. no 91. Q. Iulius Artorianus, ou l’un de ses ancêtres, pourrait avoir été naturalisé grâce à l'entremise du diminuir et se composer un surnom à partir du gentilice de son bienfaiteur (CIL, VIII, 26930a = MAD, no 539), mais il faut signaler la découverte d’une nouvelle épitaphe dont le défunt se nommait C. Iulius Aratoria[nus] (MAD, no 538) et peut-être lire alors Ar[a]torianus sur le cippe funéraire précédent. Il n’est pas impossible que le lien existe quand même avec notre IIuir Carthaginois.

39 Infra, p. 53, n. 102.

40 Le personnage apparaît également dans un texte de Carthage daté de 43 p.C. (CIL, VIII, 24542 + ILTun, 1498 : cf. Christol 1991, 617).

41 Mommsen, Droit Public, IV, 330-336 ; DA, II, s.v. Dedicatio, 41-45 ; Schilling 1972, 955 ; Orlin 1997 163-172.

42 A propos de la place du marché et des monuments qui ht bordent, infra, p. 164-166.

43 CIL, VIII, 26177a : [Claudio Caesar]i Aug(usto) Germ(anico), pont(ifici) max(imo)/[---A]rn(ensis) Celsus Ma[---]/[---a]rcum d(e) s(ua) p(ecunia)f(ecit).

44 Ses affranchis offrirent les temples de Cérès, [no 12-13] et de Venus Concordia, [no 47] ; lui-même fit don du marché, (AE, 1969-1970, 662 = DFH, no 69).

45 CIL, VIII, 26641 + ILTun, 1443 : [---]edficauit)/[---patr]on(o) pagi /[— lapide silice] strauit, (restitution de L. Poinssot 1913, 42 ; on notera l’extrême similitude de la paléographie avec la dédicace de l’arc de Tibère, cf. Maurin 2000, 60-61, fig. 34-35).

46 Dans la province, ce collège religieux n’est connu qu’à Ammaedara. à Utique, à Hippo Regius et à Theueste ; il est attesté à quatre reprises en Numidie : à Thibilis, à Caldis, à Thamugadi ; des sévirs augustaux exercèrent également à Banasa et à Volubilis en Maurétanie (Duthoy 1976, 175). Sur Licinia Prisca, flaminique perpétuelle, infra p. 126.

47 Six attestations seulement aux ier et iie siècles ; cf. Smadja 1997, 973-983.

48 Sur le rôle dynamique des affranchis dans l'urbanisme et la religion municipale : Fabre 1976, 420-431 ; Le Glay 1990, 621-638.

49 De même que le nouveau citoyen, Iulius Venustus [no 25].

50 Les curateurs, L. Vergilius Rufus [no 27] et C. Pomponius Restitutus [no 117] ne mentionnent aucun honneur.

51 L. Poinssot 1906, 168.

52 Sur leurs caractéristiques respectives, cf. Bouard. Demaison & Maurin 1997, 213.

53 Le second nom du pérégrin Faustus Thinoba signale l'origine numide d'un des grands notables de la ciuitas. L'un des ses quatre fils, Iulius Venustus, le principal donateur, est le premier citoyen de la famille ; cette citoyenneté a été acquise par concession vintane et se reporta sur son épouse et sur ses enfants (loi d'Irni, XXI ; Chastagnol 1994, 217-227 ; id. 1997, 54), alors que son père et ses trois branches fraternelles demeurèrent pérégrines pendant au moins une génération supplémentaire (nom unique et double filiation dans les épitaphes des neveux : Faustus Saturi Thinobae f., CIL, VIII, 26481 = MAD, no 336 et Faustus Institoris Thinobae f., ILAf, 588 = MAD, no 330). L'épouse de Iulius Venustus, Gabinia Felicula est issue de la gens des Gabinii qui apparaît régulièrement dans les inscriptions à partir du début du iie siècle. Iulius Faustus et Iulius Firmus, les deux fils de Iulius Venustus et Gabinia Felicula, également citoyens romains, n'exercèrent aucune magistrature dans la ciuitas, bien que le premier ait reçu les ornamenta du sufétat. Au contraire on sait, sans les connaître en détail, que Faustus Thinoba, deux de ses fils. Iulius Venustus, le citoyen, et Institor, le pérégrin, gérèrent des honneurs locaux et le flaminat du divin Auguste, indépendamment de leur statut (plusieurs études sur ce texte avec une bibliographie antérieure dans les trois plus récentes : Chastagnol 1997, 51-61. Stemmata : Ben Abdallah & Maurin 2000, 141 ; Maurin 2002, 81).

54 Christol 1991,613.

55 Ben Abdallah & Maurin 2000, 141.

56 Beschaouch 1997, 65-66. Son hypothèse s'appliquerait également à Thignica et Abbir Maius (1991, 137-144).

57 Mommsen, Droit Public Romain, 6.2, 407-416 ; Korneman, RE suppi. VII. 1940, s.v. Attributio, col. 65-71 ; Laffi 1966 ; Chastagnol 1995, 113-129.

58 Strab. 4.1.12 ; cf. en dernier lieu sur le droit latin subordonné des vingt-quatre oppida ignobilia de Nîmes, Chastagnol 1995, 116-123.

59 Sur ce point, infra, p. 109-110. n. 294.

60 Dans ce texte, un complément important est donné à l'institution du sufétat par l'épithète maior. On savait qu'il pouvait être revêtu au moins deux fois par le même magistrat, mais le comparatif implique ici que le collège était composé de deux magistrats, en indiquant, ou la supériorité de l'âge, ou plus probablement, un exercice individuel en alternance (Belkaia & Di Vita-Evrard 1995, 263, n. 28).

61 Isidore, Etymolog., 15. 2.11 : “Vici et castella et pagi sunt qui nulla dignitate ciuitatis ornantur, sed uulgari hominum conuentu incol untur, et propter parilitatem sui maioribus, ciuitatibus adtibuuntur”. Quoique ce texte soit très tardif et que l'on ne puisse lui attribuer une valeur absolue, c'est quand même l'opinion couramment adoptée depuis Mommsen (Droit Public Romain, 6.2, 415) ; Laffi 1966, 14, 95 : “riguardo al problema delle giuridizione, possiamo affermare con certezza che le communita attributae mancavano di magistri e di giuridizione propia” ; Jacques 1992, 246 ; Cascou 2003, 242.

62 CIL, V, 4935 ; 4959 ; 4966-4967 ; 4969 ; 5101. Aucun de ces textes n'est daté par des critères internes.

63 Mommsen, Droit Public Romain, 6.2, 41.7 ; Laffi 1969, 25.

64 Korneman, RE suppi. VII. 1940, s.v. Attributio, col. 69.

65 CIL, V, 4393 et 4910.

66 Laffi 1969, 40.

67 Chastagnol 1995, 124-125. contre l'avis de Kornemann et Laffi qui identifient la lex Pompeia que Pline dit être à l'origine de I'attributio (NH. 3.20.138) avec la loi qui, à la fin de la guerre sociale en 89 a.C., avait statué sur l'extension du droit romain en Italie et en Transpadane.

68 Leur mention est d'ailleurs un unicum après la chute de Carthage, cf. Seston 1967, 218-221 ; id 1967a 277-294.

69 Jacques 1992, 225.

70 Étienne 1958, 4.

71 Outre les trois dédicaces de Dougga ([no 25-26] sous Tibère et Claude ; |no 32] qui date du règne de Gallien) et deux dédicaces de Lepcis Magna (IRT, 325-326 et IRT, 327, dédiée à diua Augusta), le culte de diuus Augustus est attesté à quatre reprises dans les régions limitrophes de Proconsulaire et de Numidie (à Sicca Veneria : CIL, VIII, 27568 ; à Masculula : CIL, VIII, 15775 ; à Thibursicum Bure : CIL, VIII, 15260). A Cirta, une flaminique de Livie offrit un monument dédié à l'impératrice divinisée, la dédicace fut présidée par le proconsul Q. Marcius Barea Soranus (ILAlg., II.1, 550), ce qui souligne le rôle des autorités provinciales dans le développement du culte impérial. Aussi significative est l’intervention du proconsul Passenius Rufus, en 3 a.C., à Ellès, où il dédia un monument à Iuno Liuia Augusti (uxor), intégrant à la fois un élément dynastique et religieux romain dans la cité (CIL, VIII, 16456 ; cf. Thomasson 1996, 25, no 12). Une autre flami[nica diuae Liu]iae est peut-être attestée à Hippo Regius (AE, 1958, 144).

72 ILAfr, 306 = ILPB, 190 : Augusto Deo,/ciues Romani/qui Thinissut/negociantur,/curatore L(ucio) Fabricio.

73 Cagnat 1912, 115-118, suivi par Dessau, ILS, 9495 et Romanelli 1959, 221.

74 Fishwick 1978, 375-380 ; id. 1991, 452-453.

75 Il semble que seules quatre ou cinq divinités d'origine indigène, une vieille divinité romaine et une abstraction divinisée font exception : Auzius deus (CIL, VIII, 9014), Baliddir deus (CIL, VIII, 19122), Caelestis dea (CIL, VIII, 993), S(aturnus) d(eus) (CIL, VIII, 872 ; 2401 1), Sol deus (CIL, VIII, 4513) et enfin. Nutrix dea Aug. (CIL, VIII, 2664) et Virtus dea sancta aug(usta) (CIL, VIII, 9026).

76 C’est également ce qu'admet E. Smadja 1980, 158.

77 Clauss 1999. R. Étienne (1958, 389) a souligné qu'Auguste se disait simplement Diui filius, sans se rattacher précisément à César, plaçant directement son origine dans le divin et non dans l'ascendance d'un divinisé : “Entre fils de divin et divin, la distance n'est pas grande ; bien des Espagnols l'ont franchie sans doute". M. Le Glay (1991, 126) formule la même remarque à propos de la Gaule où, même si seul le pouvoir de l'empereur était officiellement conçu d'essence divine, il fut pour beaucoup “un dieu présent parmi les hommes".

78 Fishwick 1987, 143-146.

79 CIL, VIII, 27568 : Diuo Augusto/conditori/Siccenses.

80 On doit donner une signification similaire à l'épithète Augusta dans la titulature de la colonie d'Uchi Maius (CIL, VIII, 26270). J. Desanges l'attribuait à un bienfait d’Auguste qui aurait promu la communauté pérégrine directement de castellum à municipium, celui-ci fusionnant avec le pagus lors de la promotion coloniale de Sevère Alexandre (1980, 296-297). Cette organisation semblait déjà difficilement acceptable à L. Poinssot et A. Merlin (1908. 19) et S. Aounallah a proposé une solution à notre avis bien mieux adaptée au système municipal que l'on connait dans celte région : Augusta rappelle l'action de M. Caelius Phileros qui concerne, comme à Dougga, la naissance d'un pagus issu de la division d’un castellum, celui-ci se désignant en l'occurence par l'ethnique Uchitanum, sous le règne d'Auguste (1996, 1508-1511).

81 T. Claudius Abascantus |no 40], Abascantus est un nom africain caractéristique (Lassère 1977, 455, n°40) ; à Dougga, on connait l'épitaphe d'un personnage portant le même gentilice, mais abrégé, Cl(audius) Maxenti(us) : CIL,.. VIII, 26793 = MAD, no 236 et celle d'une [Cla]udia = MAD, no 237.

82 Ben Abdallah & Maurin 2000, 140.

83 Infra, p. 109.

84 Cogitore 1992, 833-834, 853 ; cf. F. Huriet qui a recensé douze dédicaces africaines en son honneur (2000. 304. n. 21).

85 ILAfr, 353.

86 Étienne 1958, 300-301.

87 Infra, p. 109.

88 Christol 1991.615.

89 ILAlg, II.2, 4658.

90 Contre l'opinion de M. Le Glay pour qui les dédicaces aux flaviens se seraient multipliées massivement (1968, 233) ; l'étude de F. Huriet montre au contraire que la vraie rupture du point de vue quantitatif se situe à la période antonine (2000. 313. n. 50 ; 315).

91 Dédié en 77-78 par le proconsul C. Paccius Africanus : ILAlg. 11.1, 551 : cf. Thomasson 1996 44 n° 49d.

92 Infra, p. 69, n. 72 et CIL, VIII, 15775 + ILTttn, 1668 : Diuo Augusto sacrum, conuentus ciuium Romanor(um) et Numidarum qui Mascututae habitant.

93 Sur le rôle des élites locales et des classes inférieures dans le développement du culte impérial, cf. Zanker 1989. 316-323.

94 Tac., Ann,. 3.20 ; 3.74 ; Syme 1955, 113 sq. ; Rachet 1970, 84-126.

95 César n'est connu après sa mort que comme Dinas Iulius : le templum Caesaris était donc dédié à Tibère bien que celui-ci ne soit pas encore mort. Le texte [no 27], qui débute par une consécration à l'empereur Tibère César, confirme avec vraisemblance cette hypothèse (L. Poinssot 1913, 37-45).

96 L. Poinssot 1913, 39 ; 1919, 178.

97 Suet., Tïb., 26 ; Fishwick 1991.439 ; Clauss 1999, 78.

98 CIL, VIII, 11912.

99 Fishwick 1991, 438-439.

100 Merlin 1915, ccxii.

101 ILAfr, 521 ; infra, p. 118, n. 26 ; p. 164.

102 L. Poinssot 1919, 177, 184-185.

103 1913, 31 ; id. 1919, 170, 185, dans le plan du quartier du forum, il indique le temple avec un point d’interrogation ; c’est la même construction qui porte la lettre h sur le plan du forum de Cl. Poinssot 1958. M. Le Glay (1961, 208) et M. Khanoussi (1992, 602) reprennent cette identification.

104 Infra, p. 348-352.

105 J.-Ch. Balty 1990, 97-99.

106 Hiesel & Strocka 2002. 73.

107 Le Glay 1966a, 289.

108 CIL VIII, 26241.

109 D'après le décor des stèles et une monnaie de Vespasien (Le Glay 1966, 69).

110 Période de prospérité générale en Afrique ; les nombreuses fondations et promotions municipales résultent de la politique des empereurs provinciaux qui ceuillirent les fruits des périodes augustéenne, julio-claudienne et flavienne (Le Glay 1966a, 68-70).

111 Plin., N H, 30.13 ; Strab. 4.4.5 ; Suet., Claud., 25 ; cf. Scheid 1999, 388.

112 Tert., Apolog., 9.2.

113 G. Charles-Picard 1954, 132-133 ; plutôt que par Tibère lui-même, agissant en vertu de son imperium proconsulare (Carcopino 1941, 42).

114 Toutefois, la datation de cette inscription qui n'a pas été revue, de même que son attribution au sanctuaire nord, reposent sur des hypothèses fondées uniquement sur le contexte historique (infra, p. 352).

115 L'absence de surnom date le document de la première moitié du ier siècle. A Cirta, les soldats de Sittius adoptèrent également avec enthousiasme certains des cultes locaux de leur nouveau territoire ; ainsi, l'un d'eux exerça le sacerdotium Caelestis Sittianae (ILAlg, II. 1, 807). M. Bénabou (1976 367-368) interprète ce dernier texte comme l’expression des préoccupations d’une élite locale “en voie de romanisation, soucieuse de ne pas se couper de ses traditions religieuses et de les adapter à une situation juridique et politique nouvelle” contre l’interprétation de M. Le Glay (1966a, 78-79) qui pense que les Sittiani, désignaient des colons romains et que l’épithète qu’ils donnèrent à la déesse était le signe d’une démarche vers les cultes locaux ; mais, il est bien connu aujourd’hui que le gentilice fut aussi octroyé aux soldats africains qui combattirent pour César aux côtés de Sittius et y gagnèrent la citoyenneté romaine.

116 Infra, p. 74.

117 Golvin & Khanoussi 2004.

118 L. Poinssot 1919, 171.

119 Remise en place de dalles en 191 1, L. Poinssot 1912a, 136.

120 Gauckler 1905, clxxi-clxxii.

121 L. Poinssot 1907a, ccxix ; id. 1919, 179-180 ; Merlin 1908a, ccxxvi-ccxxvii ; Cl. Poinssot 1958, 38, 8.

122 CIL VIII, 26593 a, b.

123 CIL VIII, 26564 et 26567 + 26573 + ILAfr, 532. Cependant, rien dans ces deux derniers textes, gravés sur des dalles tout à fait semblables à celles du soubassement, ne permet d'affirmer qu'il s'agit de dédicaces de statues, colossales ou pas.

124 DFH, no 24.

125 Philon d'Alexandrie rappelait qu'il n'était pas nécessaire de procéder à de vastes aménagements pour ce faire, mais qu'une dédicace, une effigie officielle ou un autel suffisait à consacrer un monument public ancien aux empereurs romains (Legatio ad Gaium, 150 ; cf. Gros 2000, 308-309).

126 Infra, p. 48-49. C'est l’opinion catégorique de T. Kotula qui pense que “les sanctuaires des empereurs remplaçaient dans les vieilles cités numides ceux du culte des rois divinisé, et même du divin Massinissa” (1962, 164-165).

127 Zanker 1989, 297-339 (étude globale de plusieurs cités d'Orient et d'Occident) et en particulier 335-339 (conclusion sur les systèmes de communication visuelle, images, symboles et thèmes architecturaux introduits sur les forums par les autorités) ; Gros & Torelli 1988, 167-179 (sur la représentation du pouvoir dans la réorganisation urbaine et architecturale de Rome par Auguste et la poursuite de sa politique par Tibère puis Claude) ; Mierce 1990, 314-333 (plus généralement sur les programmes urbains augustéens dans les cités d'Italie, de Gaule et de la Péninsule ibérique) ; Kuhoff 1990, 943-960 (qui étudie l'omniprésence de l'image de l'empereur dans les édifices africains, avec une longue énumération de documents) ; Pensabene 1994, 153-168 ; Gros 1991, 128-140 (synthèse sur Athènes, Thasos, Arles et Nîmes) ; Smadja 1995, 279-294 ; Zaccaria-Ruggiu 1995, 124-125 ; Gros 1995 (sur les images du pouvoir impérial sur le forum de Byrsa) ; id. 1996, 229-231 (généralités sur le culte impérial dans les forums) et récemment Hurlet 2000, 297-304 (mise au point sur l'installation et les manifestations du culte impérial à travers l'ensemble des documents livrés par plusieurs cités africaines, du ier au iie siècle).

128 Vitr., De arch., Praef. : “Je vois que vous vous êtes toujours plu à faire bâtir et que vous continuez avec dessein d'achever plusieurs édifices, tant publics que particuliers, pour laisser à la postérité d'illustres monuments de vos belles actions" (trad. Cl. Perrault, 1684). Suétone aussi loue l'activité édilitaire d'Auguste, en particulier en Égypte et à Rome (Aug., 18, 30).

129 Au cours du ier siècle cependant, on aménagea aussi les forums des cités maurétaniennes de Sala, Volubilis et peut-être Tipasa, ainsi que celui de Sabratha, au même moment que celui de Lepcis Magna (cf. Jouffroy 1986, 180-182).

130 Gros 1990, 548.

131 Outre les campagnes françaises publiées dans Byrsa, I (1979), II (1982), et III (1985), cf. aussi Hurst 1985, 143-156 ; Deneauve 1990, 143-155 ; Gros 1982, 636-658 ; id. 1990, 547-573 (qui développe les thèmes architecturaux, politiques et religieux présents sur le forum) ; id. 1995, 45-56.

132 Selon Victor de Vita qui situe la platea noua cum gradibus in media ciuitate (Historia persecutionis Africanae prouinciae, 2.13) ; soit, conformément aux prescriptions vitruviennes, au croisement du decumanus maximus et du cardo principal (Vitr., 1.7.1), ce qui correspond bien à la situation de la plateforme de Byrsa (Saumagne 1924, 131-140 ; Lézine 1963, 41-44 ; Gros 1982, 658). Bien que le forum, dans son premier état, date d'Auguste, l'adjectif noua ferait référence, d'après P. Gros, à la vaste restauration antonine (id., 645). Il faut distinguer cette nouvelle place du vieux forum de la ville basse qui apparaît pour la première fois chez Tacite (Hist 4.49.3), à l'occasion d'un épisode relatant l'assassinat de L. Calpurnius Piso au début des années 70. Dans ce passage, c'est à l’agora maritime (Procop., De aed., 6.5.10) qu'il est fait allusion. Celle-ci aurait concentré essentiellement les activités marchandes et économiques liées au port ; ce que confirme l'inaccessibilité aux charrettes de la place de Byrsa, précédée de deux escaliers, dévolue aux activités administratives, judiciaires et cultuelles, et à ce titre, certainement considérée comme le véritable forum de Carthage (Gros 1982, 657 ; id. Byrsa III, 147-157). Quant à la platea maritima (Augustin, Ciu. Dei, 16.8), elle désigne une avenue bordée de portiques qui menait à la mer (cf. l’intervention de N. Duval à la suite de la communication de C. Lochin (1990, 262).

133 Ses dimensions sont exceptionnelles car il couvrait au total plus de trois hectares, soit une superficie dix à douze fois supérieure à la moyenne des autres forums africains. P. Gros souligne que cette surface équivalait à la plus vaste séquence monumentale de la Rome impériale, qui englobait le forum Traiani, la basilica Ulpia et le templum Traiani (1990, 553, n. 26).

134 Gros 1990, 551 ; Deneauve 1990, 155. Des éléments d’architecture punique ont été trouvés, à la fois dans les profondes tranchées de fondation du temple central et dans le remblai sud ; sur la datation du matériel exhumé et l'organisation de la place augustéenne, cf. Lancel Byrsa I, 72 ; id. Byrsa II, 379-383 ; Deneauve 1990, 145. Les fouilles ont donc confirmé les dires de Pline : “Colonia Carthago Magnae in uestigiis Cartilaginis” (NH, 5.24), cf. Desanges 1980, 218-219 ; Fishwick 1995, 240. D'autre part, la construction des contreforts de l’esplanade de Byrsa en opus caementicium permet de les dater sans douter du milieu du règne d'Auguste. Quoique d’usage courant dans le reste de l’empire, c'est un type d'appareil qui ne se rencontre guère en Afrique, à l'exception de Césarée de Maurétanie et d’Utique. la première capitale provinciale, certainement aménagées, comme Carthage plus tard, par des bâtisseurs venus d'Italie (Gros 1990, 550-551).

135 En fait, la malédiction fut certainement levée un peu plus tard, en 12 a.C. (Fishwick 1995, 243 ; id. 1996a).

136 Il fut apparemment reconstruit ou restauré avec le réaménagement antonin de la place, mais, comme la basilique, il date du premier urbanisme romain (Deneauve 1990, 151-153). Sa dédicace n'a pas été retrouvée et l'on ignore à quelle divinité il était dédié, mais plusieurs possibilités se proposent. On pourrait songer à l'identifier à un capitole, à cause du contexte colonial, mais nul indice archéologique ne l’assure. Cette opinion fréquemment exprimée (voir par exemple Audollent 1901, 288 ; Lézine 1963, 43 ; Barton 1982, 289), est en particulier fondée sur un passage de St Cyprien relatant les persécutions de Dèce forçant les chrétiens à monter (ascendere) sacrifier au Capitole (De laps., 1 ; 8.24). Rien ne permet d’affirmer que Carthage ait reçu un capitole dès sa fondation, ce qui serait une date très précoce pour l’Afrique, mais on peut cependant noter que l’état le plus ancien du temple identifié comme le capitole d'Utique, première capitale d'Africa, daterait du milieu du ier siècle a.C. (Lézine 1969, 91-106, 134-136). La seule dédicace connue concernant la capitole de Carthage est celle de sa restauration, dans laquelle rien n’indique sa date de construction (CIL, VIII, 1013). P. Gros juge cette hypothèse, sinon impossible, du moins invérifiable (Byrsa I, 47 ; 1982, 641-642). On peut aussi proposer d'y reconnaître le temple d’Esculape-Eshmoun, grande divinité carthaginoise (infra, p. 143).

137 Sur cette basilique, Gros 1982, 636-658 ; id. 1995, 45-53.

138 Gros 1990, 560-562 ; Hurlet 2000, 305.

139 CIL VIII, 24583.

140 Gros 1990, 563-564 qui souligne la relation avec le modèle du forum Augustum.

141 Gros 1990, 549. On sait en même temps que l’Afrique est, avec la Sardaigne, la seule province que l’empereur n’a jamais visité (Suet., Aug., 47).

142 Hurlet 2002, 163-179.

143 CIL, VIII, 12569 ; dédicace municipale à un flamine perpétuel d'Auguste en hommage à sa générosité pour avoir érigé un temple de Concordia. La découverte de la base sur le forum de Byrsa et le caractère officiel de l’inscription, décrétée et dédiée par les décurions, incite naturellement à y reconnaître un culte municipal de la colonie (sur la localisation du temple, cf. Deneauve in Byrsa I, 47 ; id. 1990, 155).

144 Romanelli 1959, 186 sq. ; Floriani-Squarciapino 1966 ; Ward-Perkins 1993.

145 IRT, 338 ; 615.

146 CIL, VIII, 15476 ; IRT, 287-289 ; 296-298 ; A. Di Vita 1968, 205.

147 Le monnayage de la cité accorde une place importante à Auguste, représenté sur une face, et aux divinités poliades figurées sur l'autre (cf. Smadja 1980, 164).

148 Aurigemma 1940, 1-92 ; Rose 1997, 182-185 avec la localisation des statues dans le temple et sur le podium qui le précédait. La première série représentait Rome, Auguste. Tibère et Livie ; Drusus et Germanicus ; Agrippine l'ancienne, Antonia minor, Vispania Agrippina et Livilla. La seconde série représente Auguste, Livie, Tibère. Messaline et Claude (IRT, 326-327 ; 333 ; 336-337 ; 340). Un autre groupe statuaire, datant de 42 p.C. au plus tard, a été dédié sur le forum de Ziane, sa détérioration n'a épargné qu'Agrippine l'ancienne et l'un des fils de Germanicus (Queyrel 1993, 71-119).

149 IRT., 320.

150 Par ailleurs, les monuments datés de cette époque sont tous associés au pouvoir de Rome, que l’empereur soit nommés dans la dédicace ou que son image soit intégrée à l'édifice. Par exemple, sur la statue de Cérès Augusta offerte par le proconsul C. Rubellius Blandus (IRT, 269) et représentée sous les traits de Livie dans le théâtre, cf. Caputo & Traversari 1976, 58, fig. 95 ; Smadja 1978, 184 ; Zanker 1989, 336.

151 IRT, 348.

152 Gascou 1972, 79.

153 Leurs noms sont incontestablement puniques : Annobal Tapapius Rufus, fils d'Himilco, donateur du marché et du théâtre entre 8 a.C. et 2. p.C. (IRT, 319-323) ou Iddibal Caphada Aemilius qui finança l'essentiel des monuments de la place du marché en 11-12 p.C. (IRT, 324). A propos de ces familles, cf. Amadasi Guzzo 1983, 377-385.

154 Infra, p. 90-93.

155 Entre 35 et 37, seule intervention d’un proconsul, C. Rubellius Blandus dédia un are à Tibère pour commémorer le dallage des rues (IRT, 330-331 ; cf. Thomasson 1996, 31-32, n° 25a-b). Sans doute les rues de la regio V, au sud-ouest du forum uetus, car l'urbanisme s'adapta aussi au modèle carroyé que Dougga n'avait pas la possibilité de mettre en œuvre. Hors du quartier urbain primitif correspondant à la regio VI, la ville s'est développée sur un plan orthogonal autour de trois decumani dont le principal aboutit face aux trois temples en les reliant aux nouveaux axes urbains. Surtout, la chronologie du réseau viaire et des monuments datés (le théâtre, le marché, le chalcidicum, toute une parure monumentale dont les axes sont soulignés de nombreux portiques) montre que, comme à Carthage, il y a eu, dès l'origine, une perspective à long terme d'un développement ordonné de ce nouveau quartier.

156 Smadja 1980, 164.

157 Infra, p. 58-59.

158 La première ligne est très endommagée et L. Poinssot signalait déjà, lors de la découverte du texte, que lu lecture I(oui) O(ptimo) [M(aximo)] n'était pas certaine (1909a, 84). Il signale un O très abîmé après le I, suivi d'un blanc et de deux lettres illisibles. D'après la mise en page, centrée sur l'axe vertical, il semble ne pas y avoir la place de restituer un nom avant sacrum. Les éclats et épaufrures de la surface épigraphique ont pu être interprétés comme des traces de lettres, mais le nom de la divinité était plutôt gravé sur un bloc distinct, posé au-dessus de celui-ci qui est complet en haut. D'autre part. L. Maurin, qui n’a pas retenu la lecture de Jupiter (2000, 180) nous fait remarquer qu'en Afrique, et en dehors des consécrations à la triade capitoline, sacrum ne suit jamais IOM, à l'exception d’un texte de Theueste qui porte la formule abrégée SAC (ILAlg, I. 3004).

159 On ne peut pas préciser cette datation par le nom du proconsul M. Antonius Zeno, inconnu par ailleurs (Thomasson 1996, 72, no 92), d’autant plus que l’on ne peut ici se fier totalement à la titulature de Commode qui indique les années 184-187, mais qui a été martelée et regravée après 195 avec des titres légèrement différents (sur ce point, cf. Maurin 2000, 104).

160 Sur l'attribution de ces dédicaces au même monument, infra, p. 348-352,

161 Infra, p. 73-74.

162 Chouchane & Maurin 2000, 107-109.

163 AE, 1966, 512.

164 Nous y reviendrons à propos de la place du marché au iie siècle (infra, p. 65-66).

165 Il est à l’origine d’une importante famille de Thugga, d’ascendance indigène comme le montrent cette dédicace et le cognomen d’un autre de ses membres, L. Terentius Luxurius [no 99] ; quelques parents et descendants furent chargés de curatèles édilitaires au iie siècle : M. Terentius Gell[---] fut curateur des travaux du sanctuaire de Minerve II [n°77-78] ; C. Terentius Iulianus représenta l’héritier de Nanneia Instania Fida lors de la dédicace des colosses de Marc Aurèle et Lucius Verus |n°30] ; L. Terentius Romanus fut curator aquae du grand aqueduc construit sous Commode pour le compte de la ciuitas ; il est peut-être le fils de C. Terentius Iulianus : AE, 1966, 512 (Cl. Poinssot 1966, 777-778). On perd leur trace à la fin du iie siècle.

166 Aounallah & Ben Abdallah 1997. 81, n. 22 ; Ben Abdallah & Maurin 2000, 141 ; Aounallah 2000, 145 ; sur ce point, infra, p. 109-110.

167 Une dédicace de la proche Agbia, elle-même organisée en pagus et ciuitas (Gascou 1972, 172, 184, contre l’avis de Cl. Poinssot 1962, 72, n. 2, qui l’identifiait à un uicus de Thugga) commémore la restauration par Cincius Victor du portique du temple de Cérès, en même temps qu’il offrit une statue du genius Curiae pour l’honneur du patronat ; son fils M. Cincius Felix Iulianus augmenta ses libéralités, également à l’occasion de son double patronat (CIL, VIII, 1548, daté de la période antonine). Sur une inscription de Missua du Bas-Empire, le clarissime Flavius Arpacius fut honoré par ses concitoyens ob insignia eius erga remp(ublicam) merita et praecipue ob pat(ronatus) benef(icium) statuam ad aeternitatem meritorum eius (CIL, VIII, 989) ; bien qu'H. Dessau juge préférable de restituer ob pat(erna) beneficia) (ILS, 9043), les deux exemples précédents autorisent le développement adopté par les auteurs du Corpus.

168 Cl. Poinssot 1969, 239.

169 Infra, p. 308-312.

170 CIL, VIII, 23107 ; cf. Merlin 1903, 21.

171 Cascoli 1972, 147.

172 Leroux 2002, 151.

173 Nous abordons plus loin la question de la place du marché, infra, p. 164-166.

174 L. Harmand a noté que les patrons municipaux assuraient fréquemment la pérennité d'un nouveau culte en finançant son installation ex testamento (1957, 367). Sur ces patrons africains : Warmington 1954, 39-55.

175 Dans ce texte, la mention épigraphique de la uicesima hereditatium populi Romani imposée aux legs testamentaires est singulière ; elle n'apparaît que rarement dans les inscriptions car elle était obligatoire et n'ajoutait rien à la générosité du testateur (Corbier 1974, 688 ; Jacques & Scheid 1992, 97). Elle est cependant mentionnée dans une autre inscription d’Afrique : sestertium octo milibus uicesimap(opuli) R(omani) m(inus) (CIL, VIII, 2354, v. 15). A Mileu, au contraire, P. Sittius Adiutor se vante de ne pas s’être acquitté de cette somme et d’avoir intégralement consacré son argent à l'érection d'une statue du Génie de la colonie (integ[ris] HS m. n. : CIL, VIII, 19980). La somme fut taxée ici de 500 sesterces, ce qui porte le prix de la statue à 9 500 sesterces, soit 3 000 à 5 000 sesterces de plus que la moyenne du prix d'une statue cultuelle en Afrique, ce qui induit sans doute qu’elle avait été réalisée en métal, peut-être précieux (Duncan-Jones 1962, 83-89 ; id. 1974, 94-96).

176 Kallala 1997, 158-162, no 3.

177 Kallala 1997, 160.

178 Toutain 1905, 223-224.

179 Comme l'avance N. Kallala (1997, 160). Cet argument se rencontre aussi dans une étude précédente (1992, 196) où l'auteur voit dans l'onomastique locale de M. Granius Secundus et de C. Mummius Africanus la preuve de la personnalité de Saturne sous le nom de Jupiter Auguste (textes d'Hr-Medjine : ILAlg. I, 2937 et de Sigus : ILAlg, 11.2, 6494).

180 1992, 196-200. Sur une dédicace de Sigus où Jupiter apparaît comme protecteur des ânes et des prairies, attributs champêtres généralement dévolus à Saturne (ILAlg, II.2, 6494) ; dans une inscription provenant des environs de Sétif. il était honoré avec Juba, le Genius Vanisnesi et les Dii Ingirozoglezim (CIL, VIII, 20627) ; à Althiburos, un collège de l'encens l'honora avec Esculape en néo-punique et en latin (CIL, VIII, 27774).

181 IRT, 9 : Ioui Africanus. D'après son éditeur. R. Bartoccini, Africanus aurait été mis par erreur pour Africano, mais s'il s'agissait d'une simple faute de grammaire, et, en admettant à la rigueur que le lapicide l'eut faite deux fois, on aurait peut-être pu avoir Concordiae Africana sur une base jumelle, mais sûrement pas, comme c'est le cas, Concordiae Africanus (IRT, 4). Africanus est ici le nom unique d'un autochtone qui fit graver deux dédicaces au premier des dieux romains, même s'il ne porte pas les épithètes capitolines, et à Concordia qui assurait une entente harmonieuse entre les habitants de la ville.

182 A Tebessa. dans le caveau d'Hr Rohbane : I(oui) O(ptimo) M(aximo) S(aturno) A(ugusto) s(acrum) (ILAlg, I, 3005) et Ioui Optimo Maximo, Saturno (ILAlg, I, 3006). A Gounifida : I(oui) O(ptimo) M(axinio), Saturno Aug(usto) sac(rum) (ILAlg, I, 3473). Dans la région d'Hippone : Ioui Optimo Maximo, Saturno Aug[usto---] (ILAlg, I, 3518).

183 Les lampes et les candélabres font partie du rituel traditionnel (Toutain, DA, s.v. lucerna ; Talama, DE, s.v. lucerna).

184 Dans les autres provinces, où cette épithète est quasiment absente, on en rencontre d'équivalentes comme tutator ou protector qui appellent toujours à veiller sur l'empereur et sa domus ; Fishwick 1991,448.

185 D'ailleurs l'autre divinité qui porte cette épithète est Mars.

186 A Lambèse : CIL, VIII, 2618-2620 ; à Zarai : CIL, VIII, 4511 ; à Verecunda : CIL, VIII, 4196 ; à Sicca Veneria : CIL, VIII, 1628 ; au Castellum Dimmidi : CIL, VIII, 23794.

187 A Diana : CIL, VIII, 4577 ; à Cirta : ILAlg, II. 1, 483.

188 A Segermes : CIL, VIII, 23062 ; à Thamugadi : CIL, VIII, 2347 ; à Sicca Veneria : CIL, VIII, 1628 ; à Verecunda : CIL, VIII, 4196-4197.

189 Fishwick 1991, 383, 452 ; Clauss 1999, 283. Cette formule n’apparaît que dans deux autre inscriptions provenant de Rome (CIL, VI, 539-540).

190 La liste des quatre divinités explicite la formule collective Dis Aug(ustis) sacrum, apposition introductive à l’énumération qui suit ; elle ne lui est pas juxtaposée, cf. L. Poinssot 1913, 6-7 ; Fishwick 1989, 111-114 ; id. 1991, 451, n. 37 ; Maurin 2000, 263-264, contre l'avis de M. Clauss qui les identifie à deux Augustes (1999,282, n. 13).

191 Infra, p. 101-102. Bien que lui donner un nom personnel et l'honorer parmi les Dii Augusti soit une anomalie, ce cas est loin d'être unique. Ainsi, Lepcis Magna, qui, outre son génie propre (Genius coloniae Lepcis Magnae : IRT, 280-284), honorait également Hercule et Liber Pater comme génies de la cité (genius coloniae : IRT, 287-288 ; 296-298 ; genius municipi : IRT, 286) et parmi ses Dii Patrii (IRT, 289), fournit un bel exemple de ce type de confusion (Lepelley 1992, 125-137).

192 Infra, p. 144-146.

193 Temple offert par un notable lepcitain, Iddibai Magonis fil. Tapapius, Lepcitanus et dédié par le proconsul Q. Marcius Barrea Soranus(IRT, 273 ; sur l'interprétation de ces Dii Augusti, cf. Fishwick 1991, 450-451).

194 Hdt. 4.188 ; Cic., Rep., 6.9. Ces sources ont été répertoriées et critiquées à plusieurs reprises (G. Charles-Picard 1954, 22 ; id. 1957, 34-35 ; Camps 1961,221-227 ; Bénabou 1976, 267-299).

195 Camps 1961,290-291 ; G. Camps à montré à juste titre que ces divinités étaient appelées globalement Dii Mauri par la population non autochtone, administrateurs et surtout militaires qui souhaitaient honorer les divinités ancestrales de la région où ils étaient installés (1964, 233-260 ; id. 1990, 131-153). Sept de ces dieux apparaissent sur une stèle de Béja avec les noms de Magurtam et Iunam, entourant Macurgum, Matilam, Bonchor et deux déesses. Vihinam et Varsissima (AE, 1948, 114 = ILPB, 185 ; Merlin 1947, 355-371 ; Camps 1964, 233-260). G.-Ch. Picard, qui a recensé une vingtaine de ces noms, y voit l'indication qu'ils n'avaient pas une personnalité bien forte même si certains jouissaient d'une popularité assez large sur le territoire (1954, 24).

196 G. Charles-Picard insiste probablement à tort en attribuant à cette catégorie la plupart des dieux dont les noms lui paraissent généralement être des épithètes topiques : les Libyens se seraient “montrés incapables de parvenir véritablement au concept d'une divinité personnelle” (1954, 24-25). M. Bénabou, au contraire, souligne à raison que si certains de ces dieux reçoivent des statues ou des temples, c'est qu'ils possédaient forcément une image et une représentation propres, mais aussi qu'ils n'étaient pas attachés à un lieu naturellement sacré puisqu'on pouvait les loger dans des constructions humaines (Bénabou 1976, 296).

197 Infra, p. 15, fig. 3, no 5, 7.8.

198 Infra, p. 329-331.

199 Au moins deux autres ex-voto inédits ont été découverts récemment.

200 Gsell, HAAN, IV, 330.

201 Le Glay 1975, 140-141.

202 Sans mesure cependant, avec le succès que connut ce même processus en Gaule.

203 Infra, p. 258.

204 Le Glay 1975, 126 ; Bénabou 1976, 340. Lambèse, Cirta et Madaure pratiquaient deux cultes de Mercure à l'époque romaine (Gsell & Joly 1922, 42-43 ; Le Glay 1971, 127-135).

205 Avec les trois divinités : CIL, VIII, 9195, avec Caelestis seule : CIL, VIII, 8433 ; 1719

206 CIL, VIII, 8246-8247.

207 Sur la hiérarchie et le rôle des dieux dans les sanctuaires à plusieurs cellae, infra, p. 146 sq.

208 A Thiges (CIL, VIII, 87), à Lambèse, (CIL, VIII, 2646 ; cf. Le Glay 1971, 127-135), à Mastar, (CIL, VIII, 6355), au bord du Chott el Jerid, (CIL, VIII, 11227) et à Aradi (ILTun, 99).

209 Toutain 1911, 260-261 ; Deonna 1959, 36-46 ; Le Glay 1966a, 242-245 ; id. 1971, 130-139 ; Bénabou 1976, 346.

210 Son principal attribut fut parfois confirmé et précisé par les épithètes Siluestris et <h>erbarius (CIL, VIII, 8248 et CIL, III, 3498, cf. L. Poinssot 1913, 225). Une inscription découverte dans la plaine d’El-Sers le qualifie de protecteur des terres ensemencées et des forêts verdoyantes (CIL. VIII, 27764 : omnisata omnigena e terra (...) uirident nemus). On l'adorait en des lieux naturellement sacrés qui n'étaient pas nécessairement construits.

211 Sur les différents types de syncrétisme. Le Glay 1975, 123-151 ; id. 1991a. 67-70.

212 Combet-Farnoux 1980, 228-230.

213 Paus. 2.38.7 ; 8.34.6 ; 8.35.2 ; cf. Sartre 1979, 221-222 ; Kahn-Lyotard 1978 ; id. 1979, 209-211.

214 Vernant 1965, 97-143.

215 AE. 1988, 1 117.

216 Trousset 1986, 661-669. Sur les toponymes composés sur le nom de Mercure : Arnaud 1994, 142-153.

217 Trousset 1986. 666.

218 ILAIg. I, 2938. Une inscription commémore qu'un procurateur équestre y ht élever une statue du voyageur Énée à la fin du iie siècle (AE, 1983, 976, cf. AE, 1987, 1026). Ad Mercurium est aussi un toponyme attesté dans le Cap Bon, lui-même universellement connu dans l’Antiquité comme le promontorium Mercurii et dont l’apparition à l’horizon signalait aux marins l’arrivée prochaine sur les côtes africaines (Strab. 17.3.13 ; Liv. 29.27.8 ; Aounallah 2001, 145-146).

219 CIL, VIII, 11227 ; Peyras & Trousset 1988, 189-204.

220 Le gentilice n’est pas courant, argument en faveur d'une origine allogène. Il n'est d’ailleurs guère connu que dans des zones de colonisation augustéenne : dans la région d'Oudna (Selici[us] : Ben Hassen & Maurin 1998, 57, no 4.1.3) et à Zaouia Kdima (Q. Silicius Victor, texte daté de 209-211, cf. Maurin 1995, 106, qui note que la pierre n'a pas été revue et que lu lecture serait plutôt Selicius). Rien dans ces trois inscriptions ne permet de conclure formellement sur le milieu socio-juridique des porteurs du gentilice. La première est une épitaphe des plus banales ; quant aux deux autres, il s'agit de textes officiels dans lesquels les personnages apparaissent comme des notables : Q. Selicius Victor, si c'est bien ainsi qu'il faut corriger son nom, pourrait être un descendant des vétérans augustéens installés dans la moyenne vallée de l’Oued Miliane, et, en l'occurrence, appartenir au pagus Mercurialis (Maurin 1995, 98). A Aïn-el-Asker, en revanche, le gentilice est porté par un néo-citoyen. Selicius Saturninus qui, à la fin du iie siècle, se présente encore par sa double filiation : fils de Felix et petit-fils de Selicius (AE, 1992, 1798, cf. AE, 1993, 1737).

221 CIL, VIII, 26274.

222 1995, 868 ; 1997, 63 ; 1997b, 103.

223 Infra, p. 57-58.

224 Il est d'ailleurs qualifié parfois de pacifer, car il est le protecteur des échanges équitables et des accords négociés au sens général (le caducée est un symbole de paix et de concorde) avant d'être plus spécifiquement consacré aux échanges commerciaux, ce qui n’est qu'une partie d'un champ d’action plus vaste (Combet-Farnoux 1980, 440).

225 Sur ce pagus et le pagus Fortunatis rattaché à Sutunurca, cf. Maurin 1995, 97-135.

226 Ces liens ont été mis en évidence à plusieurs reprises, par exemple à propos de l'ode d'Horace composée après Actium, mais avant l'apparition du titre Augustus (Carm. 1.2) et qui prolonge le parallèle entre Apollon. Vénus. Mars et les Iulii par celui entre Mercure et Auguste en faisant de ce dernier l'héritier légitime de l'empire, et du dieu auquel il est assimilé, le seul capable de rétablir la pax deorum (Scott 1928, 15-33 ; CombetFarnoux 1980, 449-453).

227 Un groupe d'inscriptions de Pompei commémore les offrandes votives annuelles présentées par des collegia de ministri serviles ou affranchis : entre 14 et 2 a.C., leur dénomination est passée de ministri Mercurii Maiae à ministri Augusti Mercurii Maine puis à ministri Augusti. Mommsen, CIL, X, p. 109 : Combet-Farnoux 1980, 434, 457-460 ; ead. 1981,457-502.

228 Combet-Farnoux 1980, 460.

229 Lepelley 1992, 125-137.

230 Thuburbo Maius : ILAfr, 228, où elle est aussi appelée Mater conseruatrix ciuium et ciuitatis (ILAfr, 235) ; Auedda : AE, 1973, 602 ; Auzia : CIL, VIII, 9014.

231 AE, 1968, 595.

232 Mactar : AE, 1953, 48 ; Bulla Regia : CIL, VIII, 25510-25513.

233 CIL, VIII, 15476 ; AE, 1993, 1719 ; CIL, VIII, 11430 ; CIL, VIII, I4808 ; AE, 1975, 886, cf. AE, 1987. 1056 ; pour Lepcis Magna, infra, p. 83, n. 146.

234 La seule inscription comparable provient d’Apisa dont les habitants lirent graver un monument pour un deus loci qui ne porte pas de nom spécifique (CIL, VIII, 774).

235 Beschaouch 1973, 103 ; Le Glay 1966a, 121 ; id. 1973, 135 ; Lipinski 1989, 241. D’après le modèle iconographique de ces stèles, A. Merlin (1909, 68-74) et L. Poinssot (1909a. 98) l'avaient aussi identifié au type romain de Saeculus Frugifer ; or, à Hadrumète, sur des monnaies frappées par Clodius Albinus. le dieu est représenté voilé, assis sur un trône orné de sphinx ailés et il tient des épis, c'est-à-dire qu'il n'a aucun point commun avec le Pluton de Dougga (Le Glay 1975, 132).

236 Cette assimilation n'est à vrai dire attestée avec certitude qu'à Mustis dont Pluton Frugifer était le Génie (AE, 1968, 595).

237 Le Glay 1975, 135. Ce qui signifierait que son culte est antérieur à l'introduction de celui de Saturne et remet en question la filiation de Pluton et de Ba'al Addir (Gsell, HAAN, IV, 297 ; Lipinski 1989. 247) ; il n'en demeure pas moins qu'ils partagèrent des prérogatives communes.

238 LIMC VIII. 1, 603, no 29-44 ; VIII.2, 373-374, no 30, 35-36.

239 Dans l'iconographie classique, le genius Augusti fut d'abord représenté sous les traits d'un homme âgé, barbu, portant une corne d’abondance et un sceptre jusqu'à ce qu'avec l’introduction au Capitole des statues de Tyché et de Bonus Euentus de Praxitèle, on tranforme son image en celle d’un jeune homme imberbe et qu’on remplace son sceptre par une patère (Hild, DA, II. 1488, s.v. ; Aust, RE III.1, 1897, s.v. Bonus Eventus, col. 715-716 ; Wissowa2 1912, 172 ; Cesano, DA, III, 449 s.v. ; LIMC, VIII. 1, 599-601). A partir de ce moment, les attributs du type ancien continuent d’être frappés sous Hadrien et Antonin sur des monnaies portant la légende Genius Populi Romani (BMC, Hadrien, 273, pi. 51.20, 656 ; BMC, Antonin, 209, pl. 5.9).

240 D’après les monnaies, le modèle le plus courant du genius Augusti depuis le milieu du premier siècle le représente debout devant un autel, tenant une patère et une corne d’abondance (type BMC, Néron, 369, pl. 47.3, 373 ; LIMC VIII. 1, 605-606, no 7-58 ; VIII. 2, 375-377, no 57, 60-63. 65a, 66b, 68 a-b).

241 Il faut noter qu’à notre connaissance, le Genius Augusti ne fut jamais honoré comme tel dans les inscriptions africaines à l’exception d'un unicum de Gigthis : ILTun, 9.

242 Une monnaie frappée sous le deuxième consulat de Clodius Albinus porte l'image du Genius Lugduni tenant un sceptre et une corne d’abondance, coiffé de la couronne tourelée (LIMC, VIII. 1,604, no 10).

243 L. Poinssot 1909a, 97.

244 ILAfr, 568 ; Carcopino 1922, 13-36.

245 Beschaouch 1997a, 366.

246 Ben Abdallah 2000, 273.

247 Diodore raconte comment les Carthaginois pillèrent Syracuse et comment leur général, Himilcon, ravagea le temple de Déméter et Koré en insultant les déesses. Comme l'armée fut immédiatement défaite, la faute en fut attribuée au sacrilège du général et pour se réconcilier les divinités offensées, les Carthaginois fondèrent le culte dans leur cité. Himilcon mourut comme un misérable, après avoir abandonné les Ibères et les Numides à la vengeance des Grecs lorsqu'ils reprirent Syracuse (D.S. 14. 70.4 et 14.76.2-4 ; cf. Maurin 1962, 26-29).

248 Toujours d’après Diodore, pour desservir ces nouveaux cultes, “ils firent des citoyens les plus distingués les prêtres de ces déesses, leur élevèrent des statues en grande pompe et leur offrirent des sacrifices selon le rite grec. Ils choisirent encore, parmi les Grecs résidant chez eux les plus considérés et les attachèrent au culte des déesses” (D.S. 14.77.5).

249 Gsell, HAAN, IV, 248 ; Wissowa, RE III, 1899, s.v., Ceres, col. 1970-1979 ; Carcopino 1941, 16.

250 G. Charles-Picard 1954, 98.

251 Comme l’indique la concordance entre les cartes de l’implantation du sufétat punique et de la répartition du culte des Cereres à l’époque romaine (Cl. Poinssot 1959, 127-128). Sur l’agriculture punique et la colonisation agraire. Lancel 1992, 290-294.

252 Carcopino 1941,20 ; Camps 1961, 221-225.

253 Et précisément la culture du blé importé vers l’Italie et la Grèce (Plb. 36.16.7-9 ; infra, p. 38, n. 16).

254 D’après la relecture par J. Carcopino (1941, 22-27) du passage de Salluste relatant le massacre de 109 a.C (Jug., 66-67) : par erreur, un copiste aurait transmis in diem [t]er[ti]um, dont le sens est inexplicable dans le contexte, à la place de in diem [C]er[er]um, qui aurait fixé une date précise et bien connue de tous, d'autant plus que Salluste ajoute que ce jour-là était célébré dans toute l'Afrique. Dans la même ville, un temple de Tellus fut restauré dès 2 a.C., ce qui suppose une construction probablement antérieure à la création de la province d'Africa Noua qui inclut la cité (CIL, VIII, 14392 = ILPB, 184).

255 Dédicace d’un autel par le premier des prêtres Cereri Graec[ae] à Vaga (CIL, VIII, 10564, cf. 14381) et dédicace aux Cereru(m) gr(a)ekaru(m) à Cuicul (cit. in Carcopino 1941, 16) qui ne paraît pas recensé dans les recueils épigraphiques.

256 Sur deux textes gravés à Auzia en 320 : Plutoni Cyriae et Cereri Matri Diis sanctis (CIL, VIII, 9020) ; Plutoni et Cyriae Cereri, Diis sanctis (CIL, VIII, 9021).

257 G. Charles-Picard 1946-49, 685-689 : épithaphe d'une sacerdos Cererum Punicarum, provenant de Mactar.

258 ILAlg, II. 1, 2033 : dédicace d’une statue à dea Caereri Maurusiae Aug(ustae), provenant de Madaure.

259 Elles sont invoquées sous ces noms lorsqu'elles sont honorées seules et exceptionnellement lors d'une dédicace commune (Telluri Cereri Aug. : CIL, VIII, 1233), la règle générale étant de les invoquer sous le nom des Cereres (cf. Gsell 1927, 229 ; Carcopino 1941, 16-19), avec, parfois, une formulation plus explicite : ainsi sur un autel dédié aux Cereres, mater et filia du Castellum Celtianis (ILAlg, II. 1. 2084). C'est l'opinion traditionnellemet adoptée depuis (cf. aussi P. A. Février 1975, 39-43 ; Drine 1990, 6-9).

260 Plusieurs statuettes de la déesse coiffée du kernos dans lequel on brûlait rituellement des grains de blé, ont été découvertes dans la nécropole de Ste Véronique à Carthage (Delattre 1923, 360-363), dans la fauissa d'un sanctuaire du Bordj-Djedid de Carthage (Cintas 1949, 115-119). ainsi que dans le sanctuaire de Curuhis, dans le Cap Bon (G. Charles-Picard 1956, 183, pl. 65). A Carthage encore, la fouille d'un four de potier abandonné en 146 a.C. a livré plusieurs kernoï (G. Charles-Picard 1954, 86-87).

261 G. Charles-Picard 1954, 89, 184 ; Le Glay 1975, 137.

262 Cl. Poinssot 1959, 112.

263 Le Glay 1975, 137.

264 Dix-sept prêtres, dont quinze sont des Carthaginois, apparaissent dans vingt textes trouvés dans le nord de la Proconsulaire ; neuf de ces témoignages proviennent de Carthage et de sa pertica : de Thugga, d'Uchi Maius et du pagus Suttuensis (Gascou 1987, 97-107).

265 Mais tous les prêtres n'avaient peut-être pas l'honneur de donner leur nom à l'année car pour certains, la mention de la prêtrise n’est pas suivie de l'indication d'une année spécifique ; cette distinction était peut-être réservée au personnage le plus éminent du collège (Gascou 1987, 96).

266 CIL, VIII, 24522 : sac(erdos) Cereris ; ILAfr, 383 : sa[cerdos C]ereris.

267 CIL, VIII, 12318 : sacerdos Cererum Cartilagini.

268 Gascou 1987, 113. n. 37.

269 César frappa monnaie à son effigie après la bataille de Thapsus en 46 a.C. ; puis, à partir de la fondation romaine de Carthage et jusqu'en 42, Q. Cornificius la représenta également sur les monnaies de la ville (Le Bonniec 1958,375-378).

270 C'est ce qui était traditionnellement admis (Mommsen, compì. CIL, VIII, 12318 ; Gsell, 1927, 1-21 ; G. Charles-Picard 1954, 87) et que J. Gascou s’est employé à démontrer par la datation des cursus municipaux de ses prêtres (1987, 120-128).

271 Gascou 1987, 114.

272 A partir de la révision de deux cursus municipaux de ces mêmes prêtres (1996, 13-36) et en s’appuyant sur le contexte de la création de l'Africa Proconsularis plutôt que sur celui de la fondation de la colonie (sur ses arguments en général : id. 1993, 29. 53-62 ; id. 1994, 57-80 ; infra, p. 56, n. 8).

273 Fishwick 1996, 32-33.

274 CIL, VIII, 8442 ; 9020-9021.

275 CIL, VIII, 12332.

276 CIL, VIII, 27430.

277 Dans tout l'Empire, Livie fut représentée sous les traits de Cérès aussi fréquemment que sous ceux de Junon et de Vénus (Bayet 1956, 176). En Afrique plus spécialement, une statue de Cérès-Livie ornait le théâtre de Lepcis Magna (Caputo & Traversari 1976, 76-81, no 58-60. fig. 95 ; Smadja 1978, 984 ; Zanker 1989, 336 ; IRT, 269) et dans celui de Bulla Regia, deux statues de Cérès représentaient sans doute Faustine la Jeune et Lucille (Beschaouch, Hanoune & Thébert 1977, 131-132).

278 Cl. Poinssot 1969, 228-233.

279 Sa grand-mère, Viria Rustica, offrit le templum Caesaris que fit restaurer son affranchi ; elle arriva peut-être avec les premiers colons augustéens (infra, p. 64).

280 Infra, p. 165-166.

281 Infra, p. 284-285.

282 Cereres, dominus [Pl]uto (IlAlg, I, 2999) ; Caereres et Pluto Aug. (ILAlg, I, 3517) ; Pluto et Ceres (CIL, VIII, 8442) ; Pluto, Cyria et Ceres mater, dii sancti (CIL, VIII, 9020) ; Pluto et Cyria Ceres (CIL, VIII, 9021) : également attestée au Cap Bon par des statuettes de terres cuites dans les sanctuaires de Clupea et de Curubis et dans le sanctuaire punique de Sucubi (Cl. Poinssot 1959, 93-129).

283 Le texte est inscrit dans un cartouche gravé en profondeur, orné d’une mouluration identique à celle des montants de la porte, avec un décrochement central de la partie inférieure du cadre. Séquence de la mouluration : denticules courts et espacés surmontés d'une rangée de perles en tiges de bambou, alternant avec des perles tronquées par des pirouettes comprimées. La dernière rangée est ornée de globes ellipsoïdes, montés sur leur pointe. Ce type de décor se retrouve dans d'autres cités africaines au début de l’Empire. L’auteur le rapproche aussi des galons perlés qui ornent les monuments syriens (Ferchiou 1989, 330-331).

284 Infra, p. 149-150, 159.

285 Tilmant 1995, 28 ; bien que le temple de Mercure, de plan africain également, soit daté de la tin du iie siècle.

286 Infra, p. 198.

287 A l'exception de M. Licinius Rufus.

288 CIL, VIII, 15529 ; cf. AE, 1969-1970, 653.

289 Cl. Poinssot 1969, 225 ; Jacques 1984, 540.

290 Bouard, Demaison & Maurin 1997, 214. Le second texte formellement daté qui fasse état d'un conseil des décurions du pagus est la dédicace ex decreto decurionum à Q. Marius Faustinianus, qui défendit l'immunité du pagus sous le règne de Trajan (AE, 1963, 94, cf. Maurin 2000, 50).

291 On rencontre des décurions dans d'autres ciuitates pérégrines : à Thibica (CIL, VIII, 12230) ; à Thelepte (CIL, VIII, 12248) ; à Auitta Biba (CIL, VIII, 797, cf. 12265) : les Chiniauenses peregrini aussi possédaient un ordo (CIL, VIII, 25450) ; cf. Gascou 1972, 108, n. 6.

292 D’après les auteurs de DF H, cette nomenclature aurait traduit un statut intermédiaire de la citoyenneté, une première étape, en somme, avant l’acquisition des droits complets (cf. en particulier les conclusions et les notices no 29, 46, 49, 56, 69, 74, 81). Il est vrai que, comme l’a fait remarquer M. Dondin-Payre, cette gradation de la citoyenneté, ce “fractionnement du corps de citoyens romains en plusieurs catégories hiérarchiques” fait figure d’aberration juridique et institutionnelle (2002, 233). Toutefois cette différenciation existe bel et bien et l'hypothèse avancée par l’auteur qui la subordonne au choix individuel des citoyens, tous pourvus d’un prénom et d’une tribu, de les mentionner ou non (ead. 234), ne paraît pas expliquer suffisamment ce qui ressemble souvent à un système. La question de la nomenclature comme expression des statuts juridiques individuels reste loin d’être parfaitement élucidée et, elle-même conclut que, pour ce faire, l’enquête devrait être étendue à l’ensemble du répertoire onomastique, non seulement de Thugga, mais de toutes les communautés doubles de la pertica Carthaginoise. Comme le cadre de ce travail ne permet pas d’approfondir ce point, nous nous en tiendrons aux conclusions générales de DFH.

Table des illustrations

Légende Fig. 4 : La salle centrale du portique occidental du forum.a. Vue de l'est. – h. Plan de cette même pièce, interprétée comme curie (in J.-Ch. Balty 1991,98).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 5 : Plan de Carthage au ier siècle.a. Plan augustéen de la colonie (in Gros & Torelli 1988, fig. 146). – b. Restitution de l'ensemble monumental de Byrsa (in Deneauve 1990, 152).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7941/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 6 : Plan de LepcisMagna.a. Plan général (in Brouquier Reddé 1992, fig. 58). – b. Plan du forum vetus (in Brouquier Reddé 1992, fig. 29).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7941/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Tableau 6 : Les attributs de Pluton sur les documents iconographiques
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7941/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search