Version classiqueVersion mobile

Topographie religieuse de Thugga (Dougga)

 | 
Sophie Saint-Amans

Première partie. De l'annexion du territoire à la romanisation des âmes

Chapitre I. La période pré-romaine

Texte intégral

  • 1 Chef-lieu d'une des circonscriptions territoriales qui divisaient le territoire soumis à la colonie (...)
  • 2 Ses limites exactes sont d'autant plus difficiles à établir que les renseignements laissés par les (...)
  • 3 Lancel 1992, 279, 284.
  • 4 D.S. 20.57.4.

1Dougga s'est sans doute trouvée sous domination carthaginoise au cours du ve siècle a.C., lorsque la métropole punique étendit son emprise sur toute la région qui deviendra plus tard l'Africa Vetus. Vers l'ouest, son territoire englobait les Grandes Plaines et les cités de Bulla Regia, Thugga et Mactar1 en descendant jusqu'à Capsa au sud, avant de rejoindre la mer à la limite du territoire des emporia de la future Tripolitaine2. De plus, à une date indéterminée, Carthage avait installé des garnisons permanentes à Sicca Veneria et peut-être à Theueste3, aux confins de son territoire, dans une région habitée par des populations indigènes signalées notamment aux environs de Dougga4. L'intérêt des Puniques s’est donc porté en priorité sur ces mêmes terres fertiles qui, plus tard, assureront l'approvisionnement en blé de Rome.

  • 5 Tocaï, Phelliné, Meschela, Acra Hippou et Acris (D.S. 20.57.4-6 ; cf. Gsell. HAAN, II. 93-95 ; id. (...)
  • 6 D.S. 20.57.4
  • 7 Cette identification proposée par St. Gsell (HAAN. III. 50-51) et traditionnellement admise, n'est (...)
  • 8 Appien (8.68.309) mentionne le plat pays des cinquante villes que l'on appelle Tusca, parfois ident (...)
  • 9 App. 8.67.302-303 ; id. 8.106.499 ; cf. Gsell. HAAN. II. 104 ; id., III, 321-322.
  • 10 Ghaki 1997. 43 ; id. 2003, 186.

2La cité apparaît pour la première fois dans les sources littéraires entre 310 et 307, à l'occasion de l'expédition en territoire punique d'Agathocle, tyran de Syracuse qui ne put forcer l'entrée de Carthage, mais ravagea le Cap Bon et pratiqua plusieurs incursions à l'intérieur des terres. Au cours de cette campagne, l'un de ses lieutenants, Eumachos, s’empara momentanément de cinq cités carthaginoises5. Parmi celles-ci, Tocaï, “ville d'une belle grandeur”6 serait peut-être Thugga7. Rapidement réintégrée au territoire punique, la cité le quitta définitivement en 203, en même temps qu'une cinquantaine d’autres cités reconquises par le roi massyle Massinissa8, à son retour victorieux des Campi Magni où, deux ans plus tôt, avec l'armée romaine de Scipion, ses cavaliers avaient définitivement écrasé les troupes du général carthaginois Hasdrubal et de Syphax, son allié maurétanien, terminant ainsi le deuxième guerre Punique. La prise de Cirta assura définitivement à Massinissa la reconquête de son royaume dans lequel Thugga demeura jusqu’à la création de l'Africa Noua9. Il est probable qu’elle devint alors l'une de ses résidences royales, comme Bulla Regia, Zama Regia, Thimida Regia ou Mactaris10.

Fig. la : Les cités puniques (d'après Lancel 1992, fig. 138 et Fantar 1994, fig. 1).

Fig. lb : Les royaumes numides (in : Lancel 1992, 416, fig. 237).
Fig. 1 : L'Afrique pré-romaine.

  • 11 Camps 1995, Enc. Berb. 16 s.v. Dougga, 2522-2527, avec une page sur la ville pré-romaine.
  • 12 Carton 1896.

3Effectivement, les découvertes épigraphiques et archéologiques ne cessent de confirmer l’importance de la ville numide à la veille de son intégration à l'Africa Noua ; or, malgré l'intérêt que laisse présager le peu que nous savons de son passé, elle n'a longtemps fait l’objet d'aucune fouille d'ensemble et, à l’exception de la trop brève notice de G. Camps11, aucune monographie ne lui a été consacrée. De même que les niveaux postérieurs furent systématiquement sacrifiés aux sols romains, le site de Thugga a chroniquement souffert du désintérêt et des difficultés d’approche des archéologues successifs pour son urbanisme numido-punique dont les rares traces enfouies lurent découvertes accidentellement. Ainsi, sur le plateau nord, l’aire cultuelle de Ba’al fut exhumée en sondant, par précaution, la zone mitoyenne où étaient évacués les déblais du chantier ouvert dans la cour du sanctuaire de Saturne qui lui succéda. C’est le seul cas d’occupation continue d’un lieu de culte et cette permanence a été étudiée par L. Carton12. Mais, cette démarche n’a pas été par la suite étendue à un autre monument ou à un espace précis de la cité et les dégagements se sont longtemps limités aux premiers “beaux” vestiges conservés, datés principalement des iie et iiie siècles p.C.

  • 13 Khanoussi & Strocka 2002.

4La tendance historiographique et l’évolution des techniques archéologiques tendent aujourd'hui à pallier les lacunes qui demeurent dans ce domaine ; à Dougga, comme dans l'ensemble de la Tunisie, on cherche à cerner les formes propres des sociétés indigènes, et non plus seulement leur transformation au contact de nouvelles civilisations ni leurs conséquences sur l'implantation romaine. Dans cette optique, des travaux de plus en plus nombreux sont consacrés à l’occupation libyque de la Numidie et surtout de la Maurétanie. Depuis quelques années, l'INP, avec la collaboration d’équipes d’archéologues et d'architectes de l'Université allemande de Fribourg, a repris les fouilles de TGBB. Dougga numide, afin d'en définir l'organisation générale13. Elles ont déjà été décisives pour l'identification du quartier public et. bien que de nombreux points demeurent inconnus ou incertains, on envisage maintenant plus précisément l’urbanisme et la topographie religieuse qui se développèrent à Dougga avant son annexion à l’Empire romain. C'est aussi sous l'angle des influences qu’est traditionnellement envisagée sa vie religieuse et il est semble déjà évident que. comme partout, ce sera à travers le prisme de l'interpretatio Romana que l’on pourra peut-être préciser l'organisation du panthéon pré-romain. Cependant, là encore, les données fournies par l’iconographie du mausolée libyco-punique et les termes de la dédicace du temple de Massinissa sont immédiatement exploitables pour appréhender les cultes funéraire et royal tels qu’ils étaient pratiqués au iie siècle a.C.

1. Topographie et urbanisme de Dougga pré-romaine

  • 14 La racine du toponyme TBGG est héritée de TBG qui signifie protéger ; elle est très répandue dans t (...)
  • 15 Cf. en dernier lieu Chouchane & Maurin 2000, 107-108.
  • 16 Sur l'importance de la production de blé dans le royaume massyle et les efforts de Massinissa pour (...)

5Les qualités naturelles du site, tant la fertilité de son terroir que sa position défensive, ont conditionné l’implantation numide14. La cité disposait de deux sources : Aïn-Mizeb au nord et Aïn-Dora au sud, dont le débit fut complété à la fin du iie siècle p.C. par la captation d'Aïn-el-Hammam, une douzaine de kilomètres à l'ouest du site15. La vallée qui s’étend à ses pieds se prêtait peut-être aux cultures céréalières dès l'époque numide16, alors que les flancs des collines furent plus propices à l’oléiculture à l’époque romaine.

  • 17 Thubursicu Numidarum est située sur une colline dont la pointe descend brutalement vers la vallée d (...)

6Du sommet du site, partiellement protégé par la falaise, on pouvait guetter les mouvements dans les plaines à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde. Sa situation est donc caractéristique des sites numides, tout comme celle de Thibursicum Bure qui occupe, sept kilomètres plus au nord, une situation dominante comparable sur le plateau et le flanc d’une hauteur. Plus à l’ouest de la Numidie, dans les reliefs tourmentés qui s’élèvent entre le Bagrada et l'Ampsaga, il est évident que les accidents topographiques sont le principal atout de villes libyques comme Thubursicu Numidarum, Cirta, Thibilis ou Tiddis, toutes perchées sur des escarpements rocheux, entourées de gorges et de ravins qui réduisent l'accès à un seul côté de la ville17.

  • 18 Février 1967, 116-117.
  • 19 Sur plusieurs sites côtiers, la découverte de céramiques grecques, produites entre le viie et ve si (...)

7Avant de chercher à préciser l’organisation pré-romaine de Dougga afin d’appréhender sa topographie religieuse à l’époque impériale, il faut tenter de replacer la cité dans le contexte urbain de l’Africa avant son annexion par Rome et mesurer à quel degré d’élaboration les libyques étaient parvenus en matière d’urbanisme. Sur plusieurs sites côtiers, des rivages atlantiques de la Maurétanie aux échelles d’Oranie, les découvertes archéologiques ont montré qu’on pouvait certainement attribuer une origine proprement africaine à certaines installations humaines. Il est probable que les négociants orientaux ont installé leurs comptoirs de préférence là où il y avait lieu de faire commerce, dans des agglomérations indigènes apparues en Afrique, comme en Gaule et en Espagne à la même époque, au contact des commerçants qui parcouraient la Méditerranée18. Des relations avec la Grande-Grèce sont peut-être attestées dès le viie siècle a.C. sur le littoral de Maurétanie occidentale ; en revanche, à l’intérieur des terres, et en particulier dans le nord de la future Africa Noua et en Numidie où se développera le royaume massyle, ce même phénomène ne semble pas antérieur au iiie siècle a.C.19

  • 20 En superposant la carte des céramiques de G. Camps (1960, 216-217) à celle des bazinas de P.-A. Fév (...)
  • 21 Lassère 1977, 50.
  • 22 Strab. 17.3.15.
  • 23 Camps 1960, 570.

8En superposant les cartes des sites où ont été trouvées des céramiques modelées locales et des bazinas avec celle de l’implantation très dense des sites romains, on constate que ces derniers ont le plus souvent pris la succession de sites plus anciens20. Dans cette région, les toponymes latins sont rares parce que, comme l'écrit justement J.-M. Lassère, les descendants romanisés des sujets de Massinissa ont continué d'habiter sur les mêmes terres en les nommant comme leurs ancêtres21. Mais si l'on peut certes constater, à partir de la fin du iiie siècle a.C.. un maillage serré des cités dans le royaume massyle, confirmant les efforts du grand chef numide à qui Strabon attribue le mérite d'avoir fixé les nomades et civilisé les barbares22. force est de constater en même temps que l'on sait peu de choses de ces nombreuses agglomérations qui, pour la plupart, restèrent longtemps de simples bourgades, parfois signalées dans les Atlas Archéologiques de Tunisie et d’Algérie avec les initiales “RR” lorsqu'elles furent occupés par la suite. Cependant, dans les villes de plus grande importance, autour des cours royales et princières, de Cirta jusqu’à Mactaris en passant par Bulla Regia et Thugga, l'architecture monumentale a laissé des vestiges plus importants, témoignant toujours d'une forte influence punique : “à ces Massyles, Carthage apprit à construire des villes. Massinissa et ses fils firent d’eux les plus policés des Numides”23.

  • 24 Utique (Lézine 1968, 83-154 ; id. 1969, 48 sq.) ; Kerkouane (Morel 1969, 471,546 ; Fantar 1994, 1 1 (...)

9En effet, l’orientalisation de l'urbanisme et du mode de vie est bien perceptible dans plusieurs villes numides placées ou non, à un moment donné de leur histoire, sous l'autorité de Carthage. Cette influence s'est exerçée sur l'ensemble de l'Africa, mais plus fortement sur les franges littorales des futures provinces de Tripolitaine, de Proconsulaire et de Numidie où, aux iiie et iie siècle a.C., plusieurs cités adoptèrent les modèles urbains orthogonaux des villes d'Asie Mineure24.

  • 25 La cité connut pendant un temps le même destin que Dougga : conquise par Carthage au moins depuis 3 (...)
  • 26 Elles montrent que, dès le iiie siècle a.C., les trente et un hectares enveloppés par la muraille n (...)
  • 27 Beschaouch. Hanoune & Thébert 1977, 54 ; Thébert 1985, 332, fig. 7-8.
  • 28 Des sondages y ont révélé un urbanisme pré-romain, en particulier, un mur de soutènement du deuxièm (...)

10Ce plan carroyé ne semble pas s'être répandu à l’intérieur des terres et, à notre connaissance, seule Bulla Regia25 pourrait en fournir un exemple ; mais c’est aussi la seule ville où les fouilles ont été suffisamment étendues pour suggérer les vestiges ténus d’une structure urbaine indigène cohérente26. Elles ont révélé, au nord du site, un quartier d'habitat du iie siècle a.C., organisé selon un plan orthogonal qui divise une insula rectangulaire en quatre lots égaux27. D’autres fondations numides conservées au sud de la ville, sous le marché et sous les thermes Memmiens, paraissent attester que ce plan était appliqué à l'ensemble de l’agglomération. Ces axes hellénistiques furent conservés à l’époque romaine. Observons toutefois que Bulla Regia, dans les Grandes Plaines, s'élève sur un site relativement plat où pouvait se développer librement un urbanisme géométrique ; de plus, par son rang de ville royale, elle a pu bénéficier d’une prestigieuse opération édilitaire. Au contraire, dans tous les autres sites anciens de Numidie. le schéma qui a prévalu est celui d'un urbanisme désordonné et spontané. Le relief ne peut en être tenu pour seule cause puisque c’est aussi le plan qui a été adopté à Hippo Regius, pourtant située au fond d’un golfe, dans une plaine littorale de faibles contraintes topographiques28. Rien dans la tradition urbaine massyle n'atteste donc des programmes d'envergure. Les cités de montagne se sont évidemment adaptées au relief, mais en plaine, un urbanisme désorganisé est signe que la culture numide, à quelque degré d'hellénisation qu'elle soit parvenue, n'a jamais vraiment assimilé les principes d’axonométrie urbaine que Grecs et Puniques implantèrent essentiellement dans les ports et en Maurétanie.

  • 29 D'une manière générale, les études d’ensemble sur les villes numides demeurent rares ou très sommai (...)
  • 30 Et dans bien d'autres cités, car, en dehors de Lepcis Magna, les grandes avenues à portiques ne se (...)

11Il est vrai que nos connaissances dans ce domaine se réduisent à très peu de données29 ; sur chaque site où une occupation pré-romaine est attestée, c'est toujours de manière ponctuelle et isolée et il en est de même de la voierie qui n'est nulle part connue sur une portion significative ; c'est bien le cas à Thugga. Toutefois, à cause des contraintes inhérentes à la topographie naturelle des sites, en particulier dans le nord-ouest de la Proconsulaire et à l'est de la Numidie, il est évident que le plan irrégulier, tortueux, des villes romaines a perpétué celui des villes antérieures. Ainsi, l'organisation élémentaire de Thugga, de Thibilis ou de Tiddis romaines par exemple, ne devait guère différer de leur aspect initial, les habitants n'y ayant certainement opéré que des modifications de détail pour y insérer les monuments fondamentaux d'une ville romaine. A Dougga, outre le tracé sinueux des voies qui contournent les édifices et les affleurement du substrat rocheux, ce qui caractérise la présence d'un habitat antérieur, c’est l’absence de tout habillage monumental des rues qui sont même dépourvues de trottoirs, leur élargissement ou leur rétrécissement en fonction des constructions qui les bordent, ainsi que les nombreux escaliers et plans inclinés qui rattrapent les importantes dénivellations30 (fig. 2a et 2b).

12L'image de TGBB numide ne nous est connue que par celle de Thugga romaine qui. naturellement s'adapta à cette double contrainte de la topographie naturelle et de l'urbanisme existant. Ce n’est donc pas dans son urbanisme que se révèlent ses influences orientales ; celles-ci, en revanche, ont profondément marqué son architecture et ses pratiques religieuses.

2. Les monuments pré-romains de la ville

  • 31 Comme c’était le cas dans d'autres sites tels que Caesara ou Bulla Regia. Une enceinte existe à Dou (...)

13Nos connaissances sur la cité numide se sont longtemps cantonnées aux monuments qui n'avaient pas été mis en danger par l’habitat romain, à l'extérieur de la ville que l'on supposait délimitée par une muraille31.

2.1. Les monuments périphériques

2.1.1. Les dolmens et le mausolée libyco-punique

  • 32 Infra, p. 15. fig. 3, no 24 ; Carton 1895, 355-364, fig. 174 ; Icard 1905, 253-256 ; id. 1917, ccxx (...)

14L'occupation la plus ancienne du site est représentée par la nécropole mégalithique qui borde le plateau septentrional. Elle regroupe une trentaine de dolmens funéraires d'un type identique et courant, composés de trois dalles posées de chant à angle droit et couvertes par une quatrième, parfois groupés dans un enclos de pierres sèches (fig. 2c). Ces monuments apparaissent entre 2000 et 1000 a.C. et sont encore utilisés au ier siècle p.C.32 A notre connaissance, ceux de Dougga qui ont été pillés ou rapidement dégagés à la fin du xixe siècle, ne sont pas précisément datés.

  • 33 Sur le mausolée (p. 15, fig. 3, no 41) et sa dédicace bilingue (RIL, 1) : Gsell. HAAN, VI, 251-256  (...)
  • 34 Rakob 1983, 333, 337. A Sabratha, davantage soumise aux influences orientales, le plus ancien mauso (...)
  • 35 Il est resté intact jusqu'à ce que en 1842, Th. Reade le fasse démolir pour emporter l’inscription (...)
  • 36 Sur le tombeau de la Chrétienne et sur un mausolée de Mactar par exemple (Cumont 1942, 137) ; il pe (...)
  • 37 Cumont 1942, 327-329 ; G. Charles-Picard 1954, 90. Il faut aussi noter la découverte d’un fragment (...)
  • 38 Elles apparaissent sur des stèles attiques des ve et ive siècle a.C. (Cumont 1942, 328). Au contrai (...)
  • 39 D'une manière générale, en dehors de ce mausolée, nous connaissons peu de documents iconographiques (...)

15A l'extérieur de la ville également, mais au sud, s'élève un autre monument funéraire, le mausolée dit libyco-punique, daté du iie siècle a.C., sépulture d'un personnage important, peut-être un prince33 (fig. 2d). Ce monument est une interprétation des tombeaux à tour importés de Phénicie centrale ; on en connaît quelques exemplaires africains, à peu près contemporains : à Siga, au Khroub, à Hr Bourgou, dans l'île de Djerba, et plusieurs à Sabratha. Unis par leur typologie et un décor d’architecture hellénistique déjà composite dans ses influences, leur construction est à chaque fois adaptée et intégrée à un répertoire local34. Celui de Dougga est haut de 21 mètres ; fondé sur le roc, il compte trois niveaux supportés par une crépis de cinq degrés35. Son décor architectonique se caractérise au premier niveau, celui de la chambre funéraire, par des chapiteaux d’angle éolo-puniques et au second niveau, par un entablement composé de chapiteaux ioniques supportant une corniche à gorge égyptienne. L'étage supérieur est décoré sur chacune de ses faces par un bas-relief représentant un quadrige ; enfin, un pyramidion, flanqué aux angles de sirènes ailées et surmonté d'un lion assis, couronne le monument. Le lion est un symbole répandu du répertoire funéraire africain, représenté sur de nombreuses tombes libyco-puniques36. Sa signification solaire et sa position au sommet du tombeau imposent l’interprétation des sirènes, chargées d'assurer le transfert des âmes à travers les différentes sphères celestes37 et qui sont, quant à elles, un motif importé de Grèce38. Cette ornementation appartient au registre iconographique courant du culte des morts qui apparaît donc fortement lié à Lastrolâtrie, ici thème eschatologique d’inspiration orientale qui a certainement trouvé un écho bienveillant dans la tendance de la religion libyque à idolâtrer le soleil et les astres39.

Fig. 2 : La ville pré-romaine.
a. La rue qui longe le temple anonyme I. - b. La rue qui longe les thermes Antoniniens au sud. - c. Un dolmen de la nécropole mégalithique du plateau nord. - d. Le mausolée vu du nord-est.

2.1.2. L’aire de Ba'al

  • 40 Infra, p. 351.

16Enfin, dernière occupation attestée à l’extérieur de la ville, l’aire sacrée de Ba’al est l'une des plus importantes en Afrique ; elle constitue le seul lieu de culte antérieur à l’arrivée de la population romaine formellement reconnu sur le site. Son existence est attestée par la découverte de stèles anépigraphes ou inscrites en grec et en néo-punique, dans les fauissae et les murs d'enceinte du grand sanctuaire de Saturne ; le matériel des dépôts votifs qui les accompagnait permet de dater son installation au milieu du iie siècle a.C. L’implantation du lieu de culte de la grande divinité carthaginoise sur le plateau culminant qui, à l’extérieur de la cité, domine toute la vallée est un héritage des règles rituelles phéniciennes. Mais pour l'instant, et en dehors du matériel exhumé, on ne sait rien de Faire dont les limites ne sont pas établies et aucune fouille n'a encore permis d'identifier précisément les états antérieurs à la construction du sanctuaire sévérien40.

  • 41 Différentes études sont actuellement en cours et, comme dans plusieurs autres domaines, les hypothè (...)

17Une nécropole dolménique et deux monuments datés du iie siècle a.C., le mausolée libyco-punique et l'aire de Ba’al, fixaient l'extension urbaine au nord, au nord-est et au sud, mais on ignorait tout de la répartition de l'habitat et des monuments publics de la ville. Dans ce domaine, nos connaissances, bien que restant d'ordre encore très général, ont augmenté récemment et changé l'image que l'on se faisait de l'urbanisme de la cité pré-romaine et romaine41.

2.2. La place publique numide

2.2.1. Identification du centre public numide

18Les indices archéologiques et épigraphiques récoltés dans le centre de la ville, sur le forum romain, se réfèrent tous à un ensemble monumental et il ne fait plus de doute qu'il s’agissait déjà de la place publique au milieu du iie siècle a.C.

  • 42 Merlin 1912a, ccxlii-ccxlviii ; L. Poinssot 1919, 170-171. Ils ont été relevés lors des missions "A (...)
  • 43 RIL. 3,4, 6 et 7 ; Ghaki 1997, 29 ; id. 2003, 181.
  • 44 Hiesel & Strocka 2002, 72-75.

19C'est ce qu’attestent, pour commencer, les découvertes anciennes sur le forum et à ses abords immédiats de plusieurs blocs architectoniques se rattachant à des modèles d'architecture punique : des chapiteaux historiés, des chapiteaux éoliques et des corniches à gorge égyptienne42 (fig. 3c et 3d), ainsi que cinq textes bilingues publics, gravés en punique et libyque. Parmi ces derniers, RIL, 2 commémore la construction d’un monument édifié en l’honneur de Massinissa, à l’initiative de son fils Micipsa ; quant à RIL. 3, ce pourrait être la dédicace collective d’un autre monument public43. Récemment, les sondages de l'équipe allemande de l'université de Fribourg ont mis en évidence des niveaux d’occupation préromaine, en particulier d'importantes structures de fondation, en deux points opposés de la place, aux angles sud-ouest et nord-est44.

20Tous ces indices assurent que l’on est ici au cœur du vieux centre public, orné entre autres, d'un édifice dédié à la mémoire d'un roi fondateur et qui a peut-être été identifié dans un ensemble complexe de constructions arasées qui bordent le flanc occidental du capitole, dégagé en 1905 (fig. 3a et 3b).

Fig. 3. Le monument de Massinissa.
a. Vue des deux soubassements depuis le nord. – b. Vue des deux soubassements vers le nord-est. - c. Chapiteau éolique remployé dans l'angle nord-ouest de la forteresse. – d. Corniche à gorge égyptienne trouvée au nord du forum.

  • 45 L. Poinssot 1909, xvi-xviii.
  • 46 L. Poinssot 1919, 179-180.
  • 47 Khanoussi 199, 119 ; id. 1998, no 14 ; Hiesel & Strocka 2002, 73-74.
  • 48 L. Poinssot 1919, 170-171 ; infra p. 00.
  • 49 Saladin 1892, 389-391, fig. 10-12 ; Ferchiou 1989, 201-202, pl. LIII a.
  • 50 Cl. Poinssot 1967a, 1 19. Il les a mis en relation directe avec une série de Tarente, sculptée entr (...)
  • 51 Cl. Poinssot 1967a, 119 ; Ferchiou 1989, 204.
  • 52 Ferchiou 1989, 207, pl. LIV d.

21Au nord-est du forum, une plate-forme d’époque hellénistique est partiellement masquée par un soubassement plus récent, construit dans son prolongement vers le sud, sur 14,5 m de longueur45 (fig. 3a et 3b). Une faible élévation des murs nord et est en est conservée. Le sol est grossièrement aplani et le rocher affleure en plusieurs endroits ; comme les parois internes, il est couvert d'un enduit au tuileau, ce qui conduisit L. Poinssot à y reconnaître une fontaine dont il attribuait la construction à l’époque julio-claudienne, sans cependant justifier cette datation46. Le monument a été récemment réinterprété comme le soubassement de l’édifice dédié à la mémoire de Massinissa47, que L. Poinssot situait au nord du temple de Mercure48. Cependant, sa mise en relation avec RIL, 2 ne repose encore que sur la proximité des découvertes et des datations. Un rapprochement a été proposé avec le temple de Simmithus, mais il ne se fonde finalement que sur un soubassement arasé et très ordinairement rectangulaire d'une part, et d'autre part sur une typologie des blocs architectoniques qu’il convient d’approfondir en précisant d’emblée que des séries distinctes de chapiteaux et de corniches indiquent l’existence d’au moins deux monuments, et probablement plus. Des chapiteaux d’antes à sphinges ornaient le maqdès de Simitthus49 et Cl. Poinssot proposait déjà d’attribuer ceux qui furent découverts à Thugga au temple de Massinissa50. On peut objecter que leurs dimensions sont faibles pour un édifice monumental et que leur style les rattache plutôt aux années 100-50 a.C. qu’à l’époque de Micipsa51. D'autre part, le thème des sphinges (ou des sirènes) ne caractérise pas nécessairement l'architecture religieuse publique puisqu'on trouve un chapiteau très semblable sur un monument funéraire d’Assuras52 et que des sphinges surmontent aussi le mausolée de Thugga ; cette comparaison semble donc un argument difficile à maintenir. En revanche, d’après N. Ferchiou, les chapiteaux d’angle éolo-puniques pourraient correspondre à ce monument du point de la vue à la fois des proportions et de la datation. Quant aux chapiteaux ioniques, leur temps d'emploi s'étend au moins jusqu'au ier siècle p.C. et rien ne permet de les rattacher à ce même monument. On ne peut douter en tout cas que, même si ce soubassement ne lui appartenait pas, l’édifice consacré à Massinissa s’élevait sur le forum numide et que celui-ci occupait déjà l’emplacement du futur forum romain.

2.2.2. Le monument de Massinissa

  • 53 Gsell, HAAN, VI. 132.
  • 54 Ibid., 126-129.
  • 55 Ni Polybe, ni Saliuste, ni Tite-live, ni Appien qui rendent pourtant compte des usages de la cour m (...)
  • 56 Tert., Apolog., 24.7 ; id. Ad Nat., 2.8 ; Lact., Diu. Instit., 1.15.6 ; cf. Gsell, HAAN, VI, 130 ; (...)
  • 57 Il ne c table deo Masi[---] où l'on pourrait aussi bien restituer le nom de Masidice, de Masiden ou (...)
  • 58 Traduction donnée par J. G. Février (1964-65) : Les citoyens de Toubgga ont élevé ce temple au roi (...)
  • 59 Camps 1961, 283. C’est également l’opinion du Père Ferron (1972, 98) : “le monument bâti par la cit (...)
  • 60 J.-G. Février 1951, 139-150 ; Camps 1961, 28.3. Pour M. Coltelloni-Tranoy, ce texte serait la seule (...)
  • 61 Plusieurs tumulus protohistoriques possèdent des autels, des plate-formes d'offrandes ou des niches (...)
  • 62 Coarelli & Thébert 1988, 812
  • 63 Coarelli & Thébert 1988, 817-818 ; Rakob 1983, 330, 337.
  • 64 Camps a finalement admis l’existence d’un culte royal : “Les puissants et les rois profitèrent de c (...)

22Il reste cependant à préciser la fonction d’un tel monument car l’existence d’un culte des rois numides est discutée. Le iiie siècle, qui s’achevait à l'avènement de Massinissa, avait vu se multiplier, dans tout l'Orient, les apothéoses des surhommes, en particulier celle d’Alexandre, et l’on a pu présumer que “Massinissa (aussi) aurait jugé bon de renforcer son autorité en lui donnant un caractère divin et (que) ses successeurs auraient suivi son exemple”53. Le culte aurait été organisé sur le modèle hellénistique du culte Ptoléméen et son introduction aurait trouvé un terrain favorable dans la tendance religieuse des libyques à l’anthropolâtrie54. A cette théorie assez répandue s’oppose la critique des sources minutieusement menée par G. Camps et qui conduit à nuancer fortement les opinions précédentes. Ce qui est remarquable d’abord, c'est le silence des auteurs païens à ce sujet, qui ne rapportent que des marques de déférence dues au rang royal55. Quant aux sources chrétiennes tardives qui mentionnent un culte royal, elles ne sont guère convaincantes56. Les inscriptions latines qui feraient allusion à un roi numide divinisé sont plus nombreuses que les sources littéraires57, mais à l'examen, seules les dédicaces de Dougga et de Cherchel se révèlent intéressantes. Dans RIL, 2, Massinissa n’est qualifié que par sa fonction terrestre de roi, aucun titre ne lui donne de caractère divin58. Il s’agirait donc bien d’un simple culte funéraire rendu à sa mémoire et “les précisions généalogiques apportées dans la rédaction de l’inscription montrent que ses contemporains ne lui reconnaissaient d’autres origines qu’humaines”59. En revanche, des formules de respect ou d’adoration des textes religieux traditionnels se trouvent à Cherchel, dans la dédicace plus emphatique du “sanctuaire funéraire du vivant des vivants, Micipsa, roi des massyles (...) en souvenir glorieux de la Majesté illustre, de la Perfection illustre”, document qui ne fait encore aucune allusion explicite à la divinité de Micipsa, mais où ses vertus extraordinaires justifient clairement le culte60. L’archéologie ne fournit pas de preuve plus décisive que les sources littéraires61 et, dans l’état de la documentation, on ne peut donc affirmer avec certitude qu'un culte royal existait à l'époque numide, mais il semble plausible et la dédicace de Cherchel pourrait en témoigner. Il faut s'en tenir à constater l’“ambiguïté dans laquelle les rois se confinent car si la divinisation n'est jamais proclamée, l'ambition de modeler leur pouvoir sur celui d'Alexandre le Grand et des princes grecs n’en est pas moins claire”62. En effet, les rois numides se formèrent aux conceptions orientales, et donc probablement à celle de l’apothéose, en prenant modèle des monarques hellénistiques, ce que met particulièrement en évidence l’architecture funéraire63. La divinisation qui place presque le défunt au rang des dieux n’est peut-être qu’une forme relativement récente du culte qui était rendu à sa mémoire64 et ce glissement de sens se traduirait dans l’évolution des termes entre la dédicace de Dougga à Massinissa et celle de Cherchel à Micipsa, gravée une génération plus tard.

  • 65 Sur RIL, 3 par exemple.
  • 66 Camps 1961, 294-295.

23Quoique l’on ne puisse que présumer l’existence d’un culte des rois divinisés, il est possible de préciser les circonstances dans lesquelles l’édifice de Dougga fut bâti et la signification de ce geste dans un contexte bien particulier. Le texte a été gravé en 139 a.C., “l’an 10 du roi Micipsa”. On constate d’abord que la datation est donnée à la fois en années du règne de Micipsa et par la mention du magistrat éponyme local qui suffit d’habitude seule à dater une inscription65 ; il est donc fort probable que le projet a été décidé par le roi lui-même. D’autre part, si le dessein de Micipsa n’eût été autre que d’honorer la mémoire de son père, il serait étonnant que l’on ait attendu dix ans après sa mort pour prendre cette décision. On peut plutôt penser que la construction a été motivée par un événement particulier66. En effet, Micipsa est seul mentionné dans la dédicace ; ses frères corégnants, Gulussa et Mastanabal, étaient morts et il se trouvait alors le seul à régner, comme Massinissa dix ans plus tôt : honorer sa mémoire revenait alors à rappeler que l'unité fondamentale du territoire reposait à nouveau sur une majesté unique et indivisée. Ainsi la décision officielle de construire ce sanctuaire apparaît finalement comme un acte plus politique que religieux. Plus qu’à la divinité de Massinissa, c’est à son destin historique que l'on rendit hommage dans une perspective d’unification nationale : on constate déjà sur le forum numide l’expression d’une propagande politique servie par la religion officielle, tendance qui ne fera que croître et s’affirmer aux ier et iie siècles p.C. à travers le culte des empereurs romains divinisés.

3. Les contacts avec les autres civilisations

  • 67 Massinissa avait reçu des statues à Délos ; son fils, Micipsa, était un lettré helléniste qui prisa (...)
  • 68 Rakob 1983, 337 ; Coarelli & Thébert 1988, 816.

24Bien qu’encore très fragmentaires, toutes ces données dessinent une image plus précise du niveau culturel de la cité, un siècle et demi avant son intégration à l’Empire romain, car il faut souligner que les témoignages datés se cantonnent aux règnes de Massinissa et de Micipsa, à partir du moment où Dougga passa sous contrôle numide après avoir éprouvé la domination de Carthage pendant environ deux siècles. C’est ce contact prolongé avec la culture punique qui a introduit la civilisation orientale à Thugga et dans les cours numides ; on sait que son adoption a été encouragée par les rois eux-mêmes, gros commanditaires de cet art. orientalistes et lettrés67, “qui se considéraient les égaux des monarques hellénistiques”68 et entendaient faire de leurs cités les égales de leurs modèles.

3.1. Les influences orientales

  • 69 Lassère 1977, 66.
  • 70 Strab. 17.3.13 ; D.S. 34.35.5. La découverte d'amphores rhodiennes et des ex-voto grecs d'El-Hofra (...)
  • 71 Broughton 1929, 17 ; Camps 1961, 176 ; Nicolet 1978, 626.

25Il faut se demander également si les habitants ont pu être en contact direct avec la Grèce, sans passer par l’intermédiaire de Carthage. En effet, des communautés de commerçants grecs s’échelonnaient d'Hippo Diarrytus à Hippo Regius69 et une communauté hellénique vivait à Cirta, seule ville numide, avec peut-être Sicca Veneria, où la présence de grecs soit réellement attestée70. Mais il est probable que plusieurs colonies grecques s’étaient implantées dans les chefs-lieux prospères du royaume numide. Toutefois, la part de cette influence est d'autant plus délicate à cerner qu’après la chute de Carthage, on peut penser que de nombreux Carthaginois ont préféré la vie des cours massyles, au milieu de leurs anciens vassaux punicisés, au joug sévère imposé par Rome71 et les contacts entre les deux civilisations se maintinrent certainement avec le retour de Thugga dans le royaume numide.

  • 72 Thieling 191 1 ; Maurin 2002, 709-710 (tableau récapitulatif des noms grecs).
  • 73 “Pour certains noms qui sont d’origine grecque évidente (qui apparaissent sur les épitaphes latines (...)
  • 74 Des dépôts de monnaies numides ont été trouvés dans les dolmens du plateau nord (Icard 1917, ccxxx- (...)
  • 75 Camps 1960, 432-433 ; 1961, 134.
  • 76 Carton 1896, 413 ; Chabot 1916, 128. Elle est répandue en pays numide, de Cherchel à Zama Regia en (...)
  • 77 Ainsi, elle ne figure pas sur les ex-voto grecs de Bir-Derbal ni d'El-Hofra.
  • 78 Au contraire de Cirta ou de Tiddis où la présence d’amphores rhodiennes atteste ces liens (Lassère (...)
  • 79 Lassère 1977, 67-68.
  • 80 Coarelli & Thébert 1988, 814.
  • 81 Camps 1961, 259.

26W. Thieling a déjà relevé, après L. Poinssot, nombre de noms d'origine hellénique parmi ceux des défunts de Dougga romaine ; la nouvelle édition des inscriptions funéraires en a révélé de nouveaux72. La plupart se présentent par le système de dénomination africaine du nom unique et, parfois, de la double filiation qui remonte aux traditions pré-romaines, vraisemblablement sémitiques. Ces patronymes grecs formèrent des gentilices et des cognomina tels qu’Anicetius/Anicetus ou Silenius/Silenus, mais leurs porteurs peuvent aussi bien descendre de carthaginois hellénisés, d’esclaves ou d’affranchis73 et l’onomastique ne peut être retenue comme un critère indiscutable de la présence d'une communauté hellénique. Quant à l'adoption, dans les pratiques funéraires, du rite grec des dépôts de monnaie74 qui se répand à partir du iiie siècle a.C., il se rencontre aussi bien chez les Puniques que chez les Numides les plus organisés de la Berbèrie orientale75. On ne peut pas non plus tenir les ex-voto grecs à Ba’al qui ont été trouvés dans le temple nord pour des preuves fiables de l’installation ni même du passage de commerçants orientaux, car sur l’un d’eux, la formule introductive est l’exacte traduction grecque de celle qui ouvre les textes libyco-puniques et qui signifie “Au jour heureux et béni76 ”, également exprimée en latin par diem bonum et faustum. Les textes de Dougga sont d’ailleurs la seule occurrence grecque de la formule en Afrique77. De toute façon, il est toujours délicat de faire la part des influences hellénistiques reçues de Carthage ou du commerce direct avec les Grecs et les Phéniciens, d’autant plus qu'à Thugga, comme dans la plupart des cités, la céramique qui serait le meilleur moyen de la déterminer n’a jusqu'ici fait l’objet d’aucune étude78. En tout cas, quelle qu’ait été son importance, cette civilisation s’est rapidement dissoute dans la culture locale et, en dehors de l'onomastique, elle n’a guère laissé de traces dans cette région79. De ce fait, il faut sans doute modérer l’importance que l’on a pu accorder aux échanges commerciaux des Numides avec la Grèce, au point de leur attribuer “la transformation profonde du cadre de vie quotidien de l’ensemble de la population”80 car ce que les villes numides portent d’hellénique, c’est avant tout Carthage qui le leur a transmis. On a d'ailleurs noté la profonde punicisation de Cirta81 et, entre les deux métropoles. Thugga se trouvait au cœur d’une zone d’influence indéniablement plus carthaginoise que grecque.

  • 82 Ferron 1972, 87.
  • 83 Ferchiou 1989, 204.
  • 84 Il suffit de comparer l'exécution des chapiteaux à sphynges de Dougga avec celui d’Assuras (Ferchio (...)
  • 85 Immédiatement après être donnée en années du règne de Micipsa, la datation est à nouveau indiquée p (...)
  • 86 Ainsi, le terme numide MCCKW a été simplement translittéré en msskwy ; J.-G. Février le rapproche d (...)
  • 87 Gsel, HAAN, III, 264.
  • 88 Ghaki 1997, 39. A Cirta, au contraire, l’abondance des noms puniques sur les épitaphes et sur les s (...)

27Si ces influences orientales, véhiculées donc plutôt par la colonie phénicienne que par un contact direct avec la Grèce, marquent très visiblement l’architecture et la religion de la cité, il ne faut pas pour autant négliger le maintien actif de la culture locale qui se traduit surtout par sa capacité à assimiler des modèles étrangers en les mettant en œuvre de manière originale. Nous avons déjà rappelé que les architectes du mausolée libyco-punique, pour son plan comme pour son décor architectonique, se sont directement inspirés de références orientales ; en même temps, la partie conservée de sa dédicace bilingue, qui fournit la liste des ouvriers qui participèrent à sa construction, montre que tous portaient des noms numides, d'où l’on a déduit que l'équipe fût recrutée sur place82. De même, si le carton initial des chapiteaux à sphinx trouvés sur le forum est directement importé de Grande Grèce, ils ont aussi été façonnés par une main d’œuvre locale83. La part active de la population est donc forte, tant dans le choix des modèles copiés que dans leur réalisation car les artisans locaux maîtrisent, certes avec plus ou moins d’habileté84, des thèmes religieux communs aux deux civilisations, tel que le lion, ou clairement orientaux, comme les sirènes. Les variations des résultats obtenus à Dougga par rapport aux modèles d’origine expriment la persistance d’un savoir faire et d'un champ de références propres à la communauté numide, capable d'appliquer une technique architecturale singulière à un concept importé. Même constatation pour ce que nous savons de sa constitution politique. Ainsi, dans la dédicace bilingue du monument de Massinissa, la charge supérieure de la cité, la magistrature éponyme probablement devenue par la suite le sufétat de la ciuitas pérégrine, évoque certes la constitution tyréenne, comme d’autres institutions, mais elle porte un nom libyque en propre85. De même, les noms d'autres magistratures spécifiques à la communauté locale ont été simplement tranlittérés en punique86, procédé qui souligne la persistance d'un système municipal local au iie siècle a.C. : “il ne semble pas que les institutions municipales (des villes numides) aient été jamais servilement copiées sur celles des cités phéniciennes”87. Il faut signaler, pour conclure sur ce point, que l’attachement à l’identité locale transparaît aussi clairement dans l'onomastique libyque qui continue de triompher sur les noms puniques, tant dans le nombre que dans la diversité88.

3.2. Les contacts avec la population romaine

  • 89 App. H.61, qui rapporte le discours d'un des partisans de la paix avec Carthage. Sur l'apparition d (...)
  • 90 App. 8.69.313-315.
  • 91 Le territoire punique avait été brutalement assujettie par la suppression de toute autonomie munici (...)
  • 92 CIL, VIII, 25967 ; L. Poinssot 1907, 466-481 ; Romanelli 1959, 43-46 ; Saumagne 1962 ; Ferchiou 197 (...)
  • 93 Elle passe sur la ligne de crête qui, à l'est de Thugga, marque le partage des eaux entre l'oued kh (...)
  • 94 Tentative avortée, puisque, bien qu'elle ait été élevée hors du périmètre maudit par les commissair (...)

28Enfin, pendant un siècle, après la chute de Carthage punique, la cité vécut en contact avec la civilisation romaine tout en demeurant rattachée au royaume numide. Dès 201 a.C., après la victoire de Zama, le devenir de la métropole, dans l'hypothèse où elle serait prise, avait été envisagé selon trois perspectives : son abandon au royaume numide, sa colonisation ou sa destruction89. C'est cette dernière solution qu'imposèrent les partisans de Caton, cinquante-cinq ans plus tard90. Lorsque Carthage fut rayée de la carte à la fin de la troisième guerre Punique, ses territoires confisqués formèrent la province d'Africa Vetus91, délimitée à l’ouest par une frontière inscrite dans le sol et connue sous le nom de Fossa Regia. Son tracé est établi d’après la découverte de plusieurs bornes érigées à l’occasion d’une nouvelle opération de démarcation sous le règne de Vespasien92 : dans la région de Thugga, la Fossa Regia suivait la crête rocheuse qui passe à l’est de la cité (fig. 4c) et de Thibursicum Bure, laissées au territoire numide de Gauda93. Le roi avait pris le parti de Rome contre la métropole punique, ce qui valut à la Numidie de conserver son indépendance pendant un siècle encore ; vers l’ouest, le royaume numide s’étendait jusqu’à la Maurétanie dont il était séparé par l'Ampsaga (Oued-el-Kébir). Durant ce siècle, à quinze ans d’écart, eurent lieu à la fois la première déduction coloniale de Carthage, fondée sous le nom de Colonia lunonia Carthago par Caius Gracchus, en 122 a.C.94, et, ce qui nous intéresse davantage, la première implantation de colons hors de l’Afrique romaine, dans la région de Dougga.

  • 95 Gascou 1969, 555-568 : id. 1972. 16-17 ; Lassère 1977, 115-132.
  • 96 Parallèlement aux flux vers l'Orient, les Numides entretenaient un commerce céréalier avec l’Italie (...)
  • 97 Chevalier 1958, 81-82 ; Heurgon 1967, 7-24.
  • 98 Gascou 1969, 555-568.

29Marius battit Jugurtha en 105 a.C. et, deux ans plus tard, le Sénat fit voter la Lex Appuleia Saturnina par laquelle on attribua des lots de 25 ha aux vétérans italiens et aux Gétules partisans du vainqueur. Ces terres furent prélevées sur le territoire des cités indigènes implantées à l’ouest de la Fossa Regia, dans la moyenne vallée du Bagrada95 où les militaires vinrent renforcer la présence des negotiatores et des hommes d'affaire italiens restés sur place96. La répartition des nombreux Marii et Gaetulici qui tous rappellent que la citoyenneté romaine a été conférée par le général aux soldats italiens et africains de son armée, couvre les feuilles 26-28 et 33-35 de l'Atlas Archéologique de la Tunisie97. Soixantedeux Marii ont été répertoriés entre la Fossa Regia et la Cirtéenne, dont plus de la moitié dans la région des futurs pagi augustéens, entre les oueds Tessa, la Siliana et le Bagrada98.

  • 99 Thibaris : CIL, VIII, 26181 ; Uchi Maius : CIL, VIII, 26270 ; cf. Pflaurn 1970, 78 ; Gascon, 1972, (...)
  • 100 Lassère 1997, 115-118.
  • 101 AE, 1951, 81. P. Quoniam a montré que ce titre ne devait pas être interprété au sens strict de fond (...)
  • 102 kubitschek 1889, 70-72 ; Beschaouch 1968, 150.

30Uchi Maius et Thibaris, à quelques kilomètres au nord-ouest de Thugga, inclurent les épithètes Marianum et Mariana dans leur titulature après la promotion commune de leur pagus et de leur ciuitas99. En outre, Simitthus100, Thuburnica, qui qualifie Marius de conditor coloniae101, et Musti, à qui fut dévolue la tribu Cornelia du général102, ont aussi reçu un apport de vétérans mariens.

  • 103 Plin., NH, 5.29. Sur les différentes hypothèses quant à la datation de la situation municipale dres (...)
  • 104 “A la fin de la République romaine, si l'on met à part la création sans lendemain de C. Gracchus, a (...)

31On constate donc que même si, pendant cette période, la Numidie est demeurée un royaume théoriquement libre, elle n'en constituait pas moins un territoire soumis à Rome, qui pouvait, au besoin, lui en soustraire une partie pour l’affecter à ses vétérans. Toutefois, les oppida c.R. qui s’y formèrent ne constituèrent jamais de véritables cités organisées juridiquement et l'on ne peut en tout cas conclure des écrits de Pline103 qu'une importante colonisation officieuse ait été mise en œuvre en Numidie104.

  • 105 Zacitanus, par exemple ; les surnoms tels que Faustus, Fortunata. Rufinus, ou Saturninus ont été ch (...)

32A Thugga, rien dans l’onomastique n’assure la présence de vétérans mariens ni d’allogènes de la Péninsule avant la création du pagus. Les Marii ne sont pas suffisamment attestés (douze personnes sur trois siècles) pour que l’on soit certain d’une implantation d'italiens dès le ier siècle a.C. Bien que certains, Q. Marius Faustinus qui honora un défenseur des intérêts du pagus, Q. Marius Perpetuus et P. Marius Venator, apparaissent incontestablement comme des Carthaginois, la filiation par le cognomen paternel et les cognomina de ces modestes citoyens, qui n’ont généralement laissé que leurs épitaphes comme souvenir assurent même, pour la plupart, l’origine locale de leur ascendance105.

MAD, no 762

Maria Fortunata

ILTun, 1378

Marius, fils de Venatorianus

MAD, no 755

Marius Adzutor

CIL, VIII. 15542 = MAD, no 756

L. Marius Candidus

CIL, VIII, 1522 = MAD, no 757

L. Marius Clodius

AE, 1963.94 Q.

Marius Faustinus

MAD, no 758

M. Marius Faustus Zacitanus

MAD, no 759

Marius Honoratus

[no 76]

Q. Marius Perpetuus, patronus ciuitatis

ILTun, 1511

Q. Marius Rufinus

CIL, VIII. 27030 = MAD, no 760

Marius Saturninus

CIL, VIII, 27031 = MAD, no 761

P. Marius P. f. Arn. Venator

Tableau 2 : Les Marii de Dougga

  • 106 Moins d'une vingtaine de Iulii apparaissent dans les inscriptions publiques ; les autres sont connu (...)
  • 107 Baric, Namphamina/Namphamo, Messor, et plusieurs Felix, Faustus et Rufus (cf. Jacques 1984, 546 ; B (...)
  • 108 La découverte d'un petit fronton d'époque numide, mais d'inspiration romaine, pourrait témoigner du (...)

33Quant aux Iulii, dont une partie seulement devaient leur gentilice à César ou à Auguste, ils sont en revanche fort nombreux puisqu'on en dénombre au moins 146 parmi les textes publiés106. Leur composition sociale est la même que chez les Marii, avec des éléments d’onomastique locale comparables107 et aucun gentilice proprement italique ne peut finalement être attribué avec certitude à une époque antérieure à la création du pagus. Il ne fait pourtant pas de doute que, par le biais du commerce et simplement du voisinage proche et constant de colons et de négociants italiens, l'élite locale se soit formée aux modes et usages de Rome en subissant, sinon sa domination politique et administrative, du moins son influence culturelle108. Il faut ajouter que la constitution de la ville libyco-punique faisait état de fonctions législatives et exécutives ainsi que de responsabilités édilitaires à l'échelle de la cité : il s’agit donc d’un système politique évolué, organisé et hiérarchisé, par conséquent apte à accepter rapidement un gouvernement municipal dans des conditions d'autonomie similaires. Il semble donc que la voie de la romanisation était bien ouverte pour progresser rapidement.

Notes

1 Chef-lieu d'une des circonscriptions territoriales qui divisaient le territoire soumis à la colonie punique. G. Charles-Picard a recensé sept pagi : le Cap Bon ; le pagus Muxsi, au nord de la Medjerda ; la plaine de Souk-el-Arba, dont le chef-lieu aurait été Vaga (Béja) ; la région s'étendant entre la Medjerda et l'oued Miliane ; le pagus Gunzuzi, dans la vallée de l'oued el Kébir ; la future Byzacène et le pagus Thuscae autour de Mactar (1969, 4-7 ; Nicolet 1978, 597 ; Lancel 1992, 279-283).

2 Ses limites exactes sont d'autant plus difficiles à établir que les renseignements laissés par les auteurs anciens sont vagues : d'après Appien (8.57.249), les Carthaginois auraient occupé plus de la moitié de la Libye ; ou ils sont exagérés : lorsque Strabon parle des trois cents villes et de tous les territoires “qui ne comportaient pas de vie nomade” sur lesquels la colonie phénicienne étendit son emprise (Strab. 17.3.15 ; cl. Lancel 1992, 277-283).

3 Lancel 1992, 279, 284.

4 D.S. 20.57.4.

5 Tocaï, Phelliné, Meschela, Acra Hippou et Acris (D.S. 20.57.4-6 ; cf. Gsell. HAAN, II. 93-95 ; id. III, 50 ; Desanges 1997, 21).

6 D.S. 20.57.4

7 Cette identification proposée par St. Gsell (HAAN. III. 50-51) et traditionnellement admise, n'est pas tenue pour certaine par tout le monde : sur ce point, voir en dernier lieu la mise au point d'A. Grüner 2002, 55-57.

8 Appien (8.68.309) mentionne le plat pays des cinquante villes que l'on appelle Tusca, parfois identifié à Dougga (Gsell, HAAN, II, 110 ; Camps 1961, 194 ; P.-A. Février 1982, 333). A juste titre, cette localisation n'a pas été retenue par G. Charles Picard (1966, 1257), suivi par A. Grüner (2002, 57-59) qui reconnaissent dans ces cinquante villes le territoire des environs de Mactar nommé pagus Thuscae. Toutefois, c'est très certainement lors de ce périple, mais plus tard, que Thugga fut reconquise.

9 App. 8.67.302-303 ; id. 8.106.499 ; cf. Gsell. HAAN. II. 104 ; id., III, 321-322.

10 Ghaki 1997. 43 ; id. 2003, 186.

11 Camps 1995, Enc. Berb. 16 s.v. Dougga, 2522-2527, avec une page sur la ville pré-romaine.

12 Carton 1896.

13 Khanoussi & Strocka 2002.

14 La racine du toponyme TBGG est héritée de TBG qui signifie protéger ; elle est très répandue dans toute la Numidie (Chabot 1916a. 136-137 ; Camps 1995, Enc. Berb. 16 s.v. Dougga, 2522).

15 Cf. en dernier lieu Chouchane & Maurin 2000, 107-108.

16 Sur l'importance de la production de blé dans le royaume massyle et les efforts de Massinissa pour développer l'agriculture traditionnelle : Strab. 17.3 ; Plb. 36.16.7-9 (cf. Camps 1961. 197-201 ; Desanges 1978, 651-652).

17 Thubursicu Numidarum est située sur une colline dont la pointe descend brutalement vers la vallée de la Medjerda, deux ravins la bordent au nord-est et au sud et une chaîne de montagne ferme l'accès à l'ouest (Gsell & Joly 1914, 26 ; Romanelli 1970, 73-74). Cirta et Tiddis ont été bâties chacune sur un piton rocheux surplombant le ravin de l'Ampsaga, à 15 km de distance. Dans ces deux cités également, il n'existe qu'un seul accès (Bertrandy 1994. Enc. Berb. 13 s.v. Cirta. 1964 : Pflaum. notice de Tiddis dans ILAlg, II. 1, 322 ; Berthier 1972, 10-11 ; id. 2000, 33).

18 Février 1967, 116-117.

19 Sur plusieurs sites côtiers, la découverte de céramiques grecques, produites entre le viie et ve siècles, confirme que des agglomérations indigènes se sont très tôt trouvées en relation avec la Grèce, sans passer par l'intermédiaire de Carthage (Villard 1960. 1-26). A cette époque cependant, seules ces villes de littoral, commerçantes, avaient déjà une importance suffisante pour que les géographes et les historiens anciens prissent la peine de les mentionner, depuis les colonnes d'Hercule jusqu’à Lepcis Manna. C'est ce qui ressort de la liste dressée par G. Camps des villes mentionnées avant le iiie siècle a.C dans les sources antiques (1961, 52-54). Ce n'est qu’à partir de la première guerre punique que sont mentionnées des villes de l'intérieur comme Thugga, et les proches Mustis et Sicca Veneria. Des amphores de Rhodes datées de la fin du iiie s a.C. ont été découvertes à Tiddis (Berthier 1972, 16 ; id. 2000. 34-35) dont la première occupation remonte aux alentours du ve s. a.C. (Berthier 1956, 147-154 ; Camps 1956, 155-203). Les premiers grands mausolées hellénistiques sont connus par des peintures de la nécropole du Jebel Mazza datées de la fin du iiie siècle, mais, hors de la Tripolitaine, les vestiges africains les plus récents sont du iie siècle (Rakob 1983, 333).

20 En superposant la carte des céramiques de G. Camps (1960, 216-217) à celle des bazinas de P.-A. Février (1967, 122-123).

21 Lassère 1977, 50.

22 Strab. 17.3.15.

23 Camps 1960, 570.

24 Utique (Lézine 1968, 83-154 ; id. 1969, 48 sq.) ; Kerkouane (Morel 1969, 471,546 ; Fantar 1994, 1 14-1 15) ; Carthage où ce quadrillage n'ait finalement repéré que dans les quartiers de Byrsa et de Magon (Romanelli 1970, 63 ; Lancel 1985, 722-751 ; Gros 1990, 547-573 ; Rakob 1992, 29-39).

25 La cité connut pendant un temps le même destin que Dougga : conquise par Carthage au moins depuis 303 a.C., elle repassa sous le contrôle de Massinissa au milieu du iie siècle (Plb. 15.18.5). Elle devint la capitale royale d'Hiarbas (Orose. Ad. pag. 5.21.14 ; cf. Camps 1961, 275), jusqu'à ce que César ou Auguste en fasse un oppidum liberum (Plin., HN, 5.22 ; Gascou 1972, 116). L'ancienneté des échanges commerciaux avec le reste du pourtour méditerranéen y sont attestés archéologiquement par des monnaies carthaginoises du iiie siècle et une abondante céramique campanienne du iie (Thébert 1973, 247-310 ; id. 1992, Enc. Berb. 1 1, s.v. Bulla Regia, 1650).

26 Elles montrent que, dès le iiie siècle a.C., les trente et un hectares enveloppés par la muraille numide étaient bâtis et les fondations d'un vaste bâtiment du ier siècle a.C. y attestent la présence de monuments publics urbains dont la construction renvoie directement aux techniques grecques (Thébert 1992, Enc. Berb. 11,1650).

27 Beschaouch. Hanoune & Thébert 1977, 54 ; Thébert 1985, 332, fig. 7-8.

28 Des sondages y ont révélé un urbanisme pré-romain, en particulier, un mur de soutènement du deuxième tiers du ier siècle a.C. constitue la première occupation datée du site en un point identifié comme le forum numide (Morel 1968, 45-46 ; P.-A. Février 1982, 334). Dans cet espace de faibles contraintes, la ville avait toute la possibilité à la fois de s'étendre et de se structurer ; pourtant, ce n'est que sous Vespasien que l'on constate la mise au cordeau de certaines rues, en particulier dans le quartier du forum, travaux probablement liés à l'installation de l'égout (Lassus 1965, 254-256).

29 D'une manière générale, les études d’ensemble sur les villes numides demeurent rares ou très sommaires, au contraire des études consacrées aux cités maurétaniennes (cf. par exemple Euzennat 1965, 262-278). Mais le décalage historique et politique entre les provinces de Maurétanie et de Numidie, en particulier pour ce qui touche aux influences gréco-romaines, est trop important pour autoriser à comparer ce qui se passe dans le premier royaume et dans celui de Massinissa et de ses successeurs. Cl. Lepelley formule la même remarque concernant leur développement à l’époque romaine (1998, 73).

30 Et dans bien d'autres cités, car, en dehors de Lepcis Magna, les grandes avenues à portiques ne se rencontrent que dans les fondations romaines telles que Thamugadi ou Cuicul (Romanelli 1970 ; P.-A. Février 1982, 342).

31 Comme c’était le cas dans d'autres sites tels que Caesara ou Bulla Regia. Une enceinte existe à Dougga, particulièrement visible au nord-ouest du site et les savants lui ont toujours attribué une origine numide (Gsell, HAAN. II. 1 10, n. 10 ; Icard 1905, 253-256 ; Romanelli 1970, 73 ; Cl. Poinssot 1958), proposant même de la dater du règne de Jugurtha, entre 118 et 105 a.C. (Khanoussi 1998, 62, no 43). Une nouvelle étude vient finalement de mettre en évidence une datation générale de l'Antiquité Tardive pour cette muraille qui jouxte la nécropole dolménique et dont l'une des tours englobe deux monuments funéraires numides (Hiesel & Strocka 2002, 81-86).

32 Infra, p. 15. fig. 3, no 24 ; Carton 1895, 355-364, fig. 174 ; Icard 1905, 253-256 ; id. 1917, ccxxx-ccxxxi ; Cl. Poinssot 1958 ; Camps 1960, 135 ; même situation que les nécropoles des villes numides de Bulla Regia et de Thibursicum Bure (Camps 1960. 145).

33 Sur le mausolée (p. 15, fig. 3, no 41) et sa dédicace bilingue (RIL, 1) : Gsell. HAAN, VI, 251-256 ; Cl. Poinssot 1958, 58-61 ; J.-G. Février 1959-60. 51-57 ; Cl. Poinssot & Salontonson 1959, 147-151 ; A. Di-Vita 1968a, 28-30 ; Rakob 1969-70, 156-162 ; 1983, 334-335 ; Ferron 1972, 83-110 ; Ghaki 1997, 27-28, 34-35.

34 Rakob 1983, 333, 337. A Sabratha, davantage soumise aux influences orientales, le plus ancien mausolée daterait de la fin du iiie s. a.C. (A. Di Vita 1968a, 46).

35 Il est resté intact jusqu'à ce que en 1842, Th. Reade le fasse démolir pour emporter l’inscription libycopunique au British Museum. Lorsque la Direction des Antiquités décida de le restaurer, il se présentait comme un amoncellement chaotique de pierres qui servait de carrière aux habitants de Dougga (sur les descriptions de ses états successifs et sa restauration : Merlin 1908a, ccxv ; L. Poinssot 1909, ccxi-ccxii ; id. 1910, ccxxx-ccxxxii ; Saint-Amans 2000, 567-568).

36 Sur le tombeau de la Chrétienne et sur un mausolée de Mactar par exemple (Cumont 1942, 137) ; il peut symboliser les forces destructrices de la mort ou au contraire, un gardien du tombeau (cf. G. Charles-Picard 1954, 11 ; 1957, 38-39 ; Le Glay 1966a, 142). En Afrique, les plus anciens documents qui le représentent sont les gravures rupestres néolithiques du Jebel Amour (Gsell 1901, t. 1, 47-48). mais il n'est réellement attesté dans le domaine religieux qu'au début du iie siècle a.C., sous une forme nettement punicisée. G. Camps (1960, 555) a noté que sa représentation est toujours en relation avec des influences étrangères, puniques ou grecques sur des constructions tardives, modérant à raison l'exagération de G. Charles-Picard sur son origine locale.

37 Cumont 1942, 327-329 ; G. Charles-Picard 1954, 90. Il faut aussi noter la découverte d’un fragment de fronton appartenant à une petite chapelle dont le tympan semble avoir été également orné d’une sirène à queue de dauphin, à moins qu’il ne s'agisse d'une femme assise sur un monstre marin car la pierre est brisée et il manque la liaison entre les deux parties du motif (Cl. Poinssot 1967a, 122, fig. 13).

38 Elles apparaissent sur des stèles attiques des ve et ive siècle a.C. (Cumont 1942, 328). Au contraire du motif du lion, l'image des sirènes n'est guère répandue dans le culte funéraire africain, même à l'époque romaine : à notre connaissance, une seule stèle funéraire en fait état aussi précisément en Afrique, elle provient d'Auzia, site numide également, mais la stèle est d'époque romaine ; elle porte dans son registre supérieur deux lions affrontés de part et d'autre d'une sirène ailée (CIL, VIII, 9057, cf. 20738).

39 D'une manière générale, en dehors de ce mausolée, nous connaissons peu de documents iconographiques d’époque pré-romaine. Outre le fragment de fronton cité ci-dessus (n. 37), il faut noter la découverte de deux autres fragments provenant d'un monument semblable et qui semblent sortir du même atelier. (Cl. Poinssot 1967a, 123-124, fig. 14-15). On ne peut pas identifier avec certitude la divinité en tunique, encadrée de deux fleurs de lotus qui figure sur le tympan d'un troisième entablement de naïkos, trouvé au sud du forum. Elle pourrait représenter Tanit car on peut l’assimiler au modèle des stèles de la Ghorfa (id. 126, fig. 18-19).

40 Infra, p. 351.

41 Différentes études sont actuellement en cours et, comme dans plusieurs autres domaines, les hypothèses ou les interprétations que nous formulons aujourd’hui sont toujours en attente d'être infirmées ou confirmées par les publications à venir.

42 Merlin 1912a, ccxlii-ccxlviii ; L. Poinssot 1919, 170-171. Ils ont été relevés lors des missions "Architecture Religieuse de Dougga". La première catégorie est composée de trois chapiteaux d'antes de type éolopunique (Ferchiou 1989, 83), appartennant à deux séries distinctes dont la seconde se différencie par des proportions plus importantes. Deux chapiteaux ioniques tout à fait semblables (Ferchiou 1989. 424, pl. XXIII c) et deux chapiteaux d’ante à crosses historiées (Cl. Poinssot 1967a. 1 14-122. fig. 1-3 ; Ferchiou 1989, 203-205, pl. LIV a-b), forment les deuxième et troisième catégories ; la cinquième se répartit entre deux séries de corniches à gorges égyptiennes dont l'une se distingue par un boudin à la base.

43 RIL. 3,4, 6 et 7 ; Ghaki 1997, 29 ; id. 2003, 181.

44 Hiesel & Strocka 2002, 72-75.

45 L. Poinssot 1909, xvi-xviii.

46 L. Poinssot 1919, 179-180.

47 Khanoussi 199, 119 ; id. 1998, no 14 ; Hiesel & Strocka 2002, 73-74.

48 L. Poinssot 1919, 170-171 ; infra p. 00.

49 Saladin 1892, 389-391, fig. 10-12 ; Ferchiou 1989, 201-202, pl. LIII a.

50 Cl. Poinssot 1967a, 1 19. Il les a mis en relation directe avec une série de Tarente, sculptée entre le iiie et le iie siècle a.C., ce qui impliquerait une datation des relations italiennes très précoce, nulle part prouvée ni même supposée si tôt en Numidie. Il vaut mieux ne pas exclure l'hypothèse de sources communes puisées en Grèce séparément ; en fait seul le rapprochement des chapiteaux d'Utique plus tardifs (début iie et milieu ier siècles a.C.) avec des exemplaires de Sicile et de Campanie pourrait s’appuyer sur la nature cosmopolite du port.

51 Cl. Poinssot 1967a, 119 ; Ferchiou 1989, 204.

52 Ferchiou 1989, 207, pl. LIV d.

53 Gsell, HAAN, VI. 132.

54 Ibid., 126-129.

55 Ni Polybe, ni Saliuste, ni Tite-live, ni Appien qui rendent pourtant compte des usages de la cour massyle ne font état d’un tel culte rendu par les Africains à leur roi. Il est vrai aussi que l’on a peu de sources littéraires sur les Massyles qui n’apparaissent dans la littérature latine que lorsque leur rôle dans les Guerres Puniques le justifie ; c'est pourquoi “on ne connaît que les phases initiale et terminale du règne de Massinissa : son avènement qui correspond à la fin de la deuxième guerre punique et ses dernières années parce que se prépare la destruction de Carthage”, Camps 1961, 184.

56 Tert., Apolog., 24.7 ; id. Ad Nat., 2.8 ; Lact., Diu. Instit., 1.15.6 ; cf. Gsell, HAAN, VI, 130 ; Camps 1961,281. En particulier Tertullien, dans l'Apologétique, affirme d’abord que “chaque province, chaque cité a son dieu, la Syrie a Astarté, l’Afrique, Caelestis, la Maurétanie, ses rois", mais qui. dans Ad Nationes, cite Varsutina comme divinité principale des Maurétanies.

57 Il ne c table deo Masi[---] où l'on pourrait aussi bien restituer le nom de Masidice, de Masiden ou d’une autre divinité inconnue (CIL, VIII. 20731 ; Gsell, HAAN, VI, 131 ; Camps 1961, 285, n. 887). La dédicace à Masgawa d’Hr-Belda (CIL, VIII, 27431) pourrait aussi bien s'adresser au fils de Massinissa qui portait ce nom (Liv. 45.13.12) qu’à un dieu inconnu par ailleurs, car les noms théophores sont courants dans l’onomastique numide (Camps 1961, 290-291). Ainsi Suggan est un nom porté à la fois par l’un des dieux de Magifa, par un chef des Mazices de la révolte de Firmus et peut-être aussi par la montagne sur laquelle il était honoré (cf. Benabou 1976, 292). La dédicace latine de Tubusuptu à Hiempsal s’adresse bien à un roi, fils de roi, mais rien ne lui confère un caractère divin (Rex [Num(idarum)] Hiemsa[l]. Gaudae reg[is fi]lius : CIL, VIII, 8834). Quant aux deux autres textes, ils ne présentent pas un caractère religieux évident : CIL, VIII, 18752 de Gadiaufala et ILAlg, I, 1242 de Thubursicum Numidarum.

58 Traduction donnée par J. G. Février (1964-65) : Les citoyens de Toubgga ont élevé ce temple au roi Massinissa, fils de Gava, le roi, fils de Zalalsan, le sufète, en l'an 10 du roi Micipsa, / la première année de Safot, le roi, fils d’Afsan, le roi ; étant chefs des Cents : Sanok, fils de Hanoi et Safot, fils de (Magon), fils de Tanakou ; / Magon, fils de Yaroustan, fils de Sadîlan ; Magon, fils de Safat, chef du Conseil des Cents, fils d’Abdesmoun, le roi ; / Zamar, fils de Masnaf, fils d’Abdesmoun, président des cinquante hommes ; Maqla, fils de Asin, le roi ; / préposés à ce travail : Asin, fils de Anakekan, fils de Fatas et Aris, fils de Safot, fils de Sanak / et les constructeurs : Hanno, fils de Yatonba'al, fils de Hannibal et Nafatsan, fils de Sat (...). Sur ce texte, cf. aussi Berger 1904, 406-407 ; Halévy 1913, 136-138 et Dussaud 1914, 41.

59 Camps 1961, 283. C’est également l’opinion du Père Ferron (1972, 98) : “le monument bâti par la cité en l’honneur du prince numide rentre dans la catégorie des édifices funéraires, puisqu’il est dédié à un dynaste défunt”.

60 J.-G. Février 1951, 139-150 ; Camps 1961, 28.3. Pour M. Coltelloni-Tranoy, ce texte serait la seule preuve d'un culte du roi divinisé (1992, 72).

61 Plusieurs tumulus protohistoriques possèdent des autels, des plate-formes d'offrandes ou des niches votives qui font de ces bazinas des sanctuaires funéraires, orientés à l’est, parfois ornés de disques en relief qui soulignent le rapport entre le culte des morts et le soleil (Camps 1960, 551 ; id. 1961, 173 ; Rakob 1983, 329). Les sépultures royales numides, comme le Medracen qui est antérieur à Massinissa et le Tombeau de la Chrétienne qui lui est postérieur, se distinguaient certes de celles de leurs sujets par leur richesse, mais elles étaient structurellement organisées de la même manière : le culte funéraire concernait donc aussi bien les rois que leurs sujets, ce qui exclurait a priori l’idée d’une divinisation (Camps I960, 176, 194-195 ; id. 1961, 289).

62 Coarelli & Thébert 1988, 812

63 Coarelli & Thébert 1988, 817-818 ; Rakob 1983, 330, 337.

64 Camps a finalement admis l’existence d’un culte royal : “Les puissants et les rois profitèrent de ces sentiments religieux ancrés dans l’âme berbère (l’anthropolâtrie) pour accéder à la divinisation” (1960, 556 et 565 ; id. 1961,293).

65 Sur RIL, 3 par exemple.

66 Camps 1961, 294-295.

67 Massinissa avait reçu des statues à Délos ; son fils, Micipsa, était un lettré helléniste qui prisait particulièrement les philosophes grecs (D.S. 34-35.35).

68 Rakob 1983, 337 ; Coarelli & Thébert 1988, 816.

69 Lassère 1977, 66.

70 Strab. 17.3.13 ; D.S. 34.35.5. La découverte d'amphores rhodiennes et des ex-voto grecs d'El-Hofra corrobore ces textes. Des Grecs de Rhodes et de Délos importaient du blé africain en Grèce et en Asie Mineure (Camps 1961, 197-201), la capitale ne pouvait que jouir de cette prospérité et la vie opulente de la cité y attirait de nombreux étrangers (Bcrtrandy 1994, Eric. Berb. 13, 1966). Quant aux Grecs de Sicca, ce pouvaient être des mercenaires révoltés et cantonnés là en 238 a.C. et qui y seraient restés en s'accaparant des terres pour se dédommager de leur solde qui n'avait pas été payée (Lassère 1977, 68).

71 Broughton 1929, 17 ; Camps 1961, 176 ; Nicolet 1978, 626.

72 Thieling 191 1 ; Maurin 2002, 709-710 (tableau récapitulatif des noms grecs).

73 “Pour certains noms qui sont d’origine grecque évidente (qui apparaissent sur les épitaphes latines), nous sommes tentés de croire qu’il pourrait s'agir, pour certains d'entre eux, d’esclaves qui ne donnent pas le nom du maître, de même que les citoyens romains ne donnent pas ordinairement leur filiation sur les épitaphes. Mais cette onomastique pourrait bien traduire une hellénisation du milieu local”, Aounallah & Ben Abdallah 2002, 79.

74 Des dépôts de monnaies numides ont été trouvés dans les dolmens du plateau nord (Icard 1917, ccxxx-ccxxxi).

75 Camps 1960, 432-433 ; 1961, 134.

76 Carton 1896, 413 ; Chabot 1916, 128. Elle est répandue en pays numide, de Cherchel à Zama Regia en passant par Cirta et la région de Téboursouk.

77 Ainsi, elle ne figure pas sur les ex-voto grecs de Bir-Derbal ni d'El-Hofra.

78 Au contraire de Cirta ou de Tiddis où la présence d’amphores rhodiennes atteste ces liens (Lassère 1977, 66).

79 Lassère 1977, 67-68.

80 Coarelli & Thébert 1988, 814.

81 Camps 1961, 259.

82 Ferron 1972, 87.

83 Ferchiou 1989, 204.

84 Il suffit de comparer l'exécution des chapiteaux à sphynges de Dougga avec celui d’Assuras (Ferchiou 1989.pl. LIV.d).

85 Immédiatement après être donnée en années du règne de Micipsa, la datation est à nouveau indiquée par le nom du magistrat éponyme local dont le nom existait en libyque (Camps 1995, Enc. Berb. 16 s.v. Dougga, 2522-2527. 2524). Comme J. G. Février, St. Gsell a reconnu dans cette magistrature l’équivalent du chef de l'assemblée des Quatre-Cent de Carthage (HAAN, II, 188). Sur les institutions puniques, voir surtout Sznycer 1978, 461-585 ; sur leur influence dans la constitution municipale des villes numides, Rotula 1973, 75-79 et à propos de la constitution de Thugga d'après les textes publics de la ville libyco-punique, J.-G. Février 1964-1965, 85-91.

86 Ainsi, le terme numide MCCKW a été simplement translittéré en msskwy ; J.-G. Février le rapproche du rab(rb) carthaginois délégué aux questions édilitaires et financières (d'après Rép. Ep. Sém., 17, 132 et 1589 qui nomment ce magistrat à la suite des deux sufètes dans trois textes relatifs à l’équipement en nouveaux sanctuaires). D'après lui, ce serait effectivement les responsabilités financières dont il avait la charge qui auraient conduit Tite-Live (28.37.2) à traduire sa fonction par le terme latin quaestor en relatant les tortures que Magon fit subir en représailles à trois hauts personnages municipaux de Gades, colonie tyrienne comme Carthage, qui lui avait refusé l'accès à son port : sufetes, qui summus Poenis est magistratus cum quaestores ; cf. J.-G. Février 1964-65, 87-88. En même temps, la fonction et donc le terme existaient évidemment en punique, ce qui implique que le mot libyque se réfère forcément à une magistrature originale.

87 Gsel, HAAN, III, 264.

88 Ghaki 1997, 39. A Cirta, au contraire, l’abondance des noms puniques sur les épitaphes et sur les stèles d'El-Hofra, montre une punicisation plus profonde encore (Lassère 1977, 65).

89 App. H.61, qui rapporte le discours d'un des partisans de la paix avec Carthage. Sur l'apparition de l'idée de colonisation en Afrique, Pflaum 1972, 56-59.

90 App. 8.69.313-315.

91 Le territoire punique avait été brutalement assujettie par la suppression de toute autonomie municipale, à l'exception des sept villes partisanes de Rome, Utique, Hadrumetum, Thapsus, Lepcis Minus, Acholla, Uzalis et Theudalis (Lex agraria de 111 a.C.) qui demeurèrent libres et se virent même attribuer de nouveaux territoires (App. 8.135.640-641), mais le reste des 25 000 km2 de la province fut annexé à l'ager publicus populi Romani et soumis au cadastre que l'archéologie révèle antérieur aux Gracques (Caillemer & Chevalier 1954, 433-460 ; id. 1957, 12, 257-286).

92 CIL, VIII, 25967 ; L. Poinssot 1907, 466-481 ; Romanelli 1959, 43-46 ; Saumagne 1962 ; Ferchiou 1978 ; Desanges 1978, 628 ; G. Di Vita 1986 ; Ferchiou 1986. La Fossa Regia suivait approximativement la limite du territoire laissé à Carthage après la deuxième guerre punique et qui, aux dires d'Appien (8.32.135 ; 8.59.259) était compris à l'intérieur des “fosses phéniciennes”, marquant la frontière du royaume numide dans lequel les garnisons puniques n'étaient plus tolérées (id. 8.54.235) ; des vestiges de ces fossés, également mentionnés par Eumachos, historien d'Hannibal (Lancel 1992, 283-290) ont été identifiés sur un tracé à peu près superposable en plusieurs points à celui de la Fossa Regia (G. Di Vita 1986, 34-58).

93 Elle passe sur la ligne de crête qui, à l'est de Thugga, marque le partage des eaux entre l'oued khalled et la Siliana. Sur cette crête, L. Poinssot a récolté 11 bornes marquant la limite de la civitas Thuggensis (1907, 471 - 475 ; CIL, VIII, 25988 ; en dernier lieu : Maurin 2002, 32-33).

94 Tentative avortée, puisque, bien qu'elle ait été élevée hors du périmètre maudit par les commissaires sénatoriaux (App. 8.135.639 ; id. 8.136.647), la jeune colonie fut abolie dès 121 a.C., victime de la défaite politique de son conditor et, peut-être, des pressions de spéculateurs empressés de racheter les terres que les colons avaient été autorisés à revendre (Benabou 1976, 34).

95 Gascou 1969, 555-568 : id. 1972. 16-17 ; Lassère 1977, 115-132.

96 Parallèlement aux flux vers l'Orient, les Numides entretenaient un commerce céréalier avec l’Italie dont proviennent les céramiques campaniennes de Cirta ou Bulla Regia (Heurgon 1957, 7-24). Il était peut-être garanti par un traité (Lassère 1977, 69). Les togati et les Italici de Cirta avaient un poids politique assez, important pour convaincre le roi Adherbal de livrer la ville à son demi-frère Jugurtha (Sall., Jug., 26), mais comme la communauté de Vaga, ils n'en furent pas moins tous massacrés (id. 66-67 ; Romanelli 1959, 51-53 ; Lassère 1977, 69-70). Il y avait peut-être aussi un conuentus à Simmithus (Teutsch 1961, 171), mais la densité d'Italiens à l'intérieur du pays demeurait peu importante, au contraire des sites côtiers d'Utica. Hadrumetum ou Thapsus (Lassère 1977, 69-77), certainement du fait que ces villes étaient d'ailleurs demeurées libres et immunes à la suite de l'annexion de l'Africa Vêtus.

97 Chevalier 1958, 81-82 ; Heurgon 1967, 7-24.

98 Gascou 1969, 555-568.

99 Thibaris : CIL, VIII, 26181 ; Uchi Maius : CIL, VIII, 26270 ; cf. Pflaurn 1970, 78 ; Gascon, 1972, 16-17, n. 5 ; Beschaouch 1997b, 97-103

100 Lassère 1997, 115-118.

101 AE, 1951, 81. P. Quoniam a montré que ce titre ne devait pas être interprété au sens strict de fondateur, mais pour souligner qu'il fut à l'origine des premières implantations colonaires dans la plaine de Souk-elKhémis (1950, 332-336).

102 kubitschek 1889, 70-72 ; Beschaouch 1968, 150.

103 Plin., NH, 5.29. Sur les différentes hypothèses quant à la datation de la situation municipale dressée par la liste de Pline et la localisation des sites, cf. Gascon 1972, 17-19 et Desanges 1980, 276-281.

104 “A la fin de la République romaine, si l'on met à part la création sans lendemain de C. Gracchus, aucune cité à constitution romaine ou latine n'a été établie de façon certaine en Afrique du Nord”, Gascou 1972, 19.

105 Zacitanus, par exemple ; les surnoms tels que Faustus, Fortunata. Rufinus, ou Saturninus ont été choisis de préférence par la partie naturalisée de la population (Pflaurn 1959, 126-127).

106 Moins d'une vingtaine de Iulii apparaissent dans les inscriptions publiques ; les autres sont connus par leurs épitaphes (MAD, no 537-658, cf. en particulier le répertoire des gentilices, 656-657).

107 Baric, Namphamina/Namphamo, Messor, et plusieurs Felix, Faustus et Rufus (cf. Jacques 1984, 546 ; Ben Abdallah 2000, 238).

108 La découverte d'un petit fronton d'époque numide, mais d'inspiration romaine, pourrait témoigner du contact avec un peuplement italien (Ferchiou 1989, 81).

Table des illustrations

Légende Fig. la : Les cités puniques (d'après Lancel 1992, fig. 138 et Fantar 1994, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. lb : Les royaumes numides (in : Lancel 1992, 416, fig. 237).Fig. 1 : L'Afrique pré-romaine.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 2 : La ville pré-romaine.a. La rue qui longe le temple anonyme I. - b. La rue qui longe les thermes Antoniniens au sud. - c. Un dolmen de la nécropole mégalithique du plateau nord. - d. Le mausolée vu du nord-est.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 3. Le monument de Massinissa.a. Vue des deux soubassements depuis le nord. – b. Vue des deux soubassements vers le nord-est. - c. Chapiteau éolique remployé dans l'angle nord-ouest de la forteresse. – d. Corniche à gorge égyptienne trouvée au nord du forum.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7938/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 407k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search