Version classiqueVersion mobile

Topographie religieuse de Thugga (Dougga)

 | 
Sophie Saint-Amans

Introduction

Texte intégral

  • 1 Romanelli 1970, 62. Et en particulier, comme à Tiddis dont les extensions successives sont désorma (...)
  • 2 1990, 56.
  • 3 Infra, p. 172, n. 38.
  • 4 L. Poinssot 1907, 466-481. Sur la Fossa Regia, infra, p. 52.
  • 5 Lantier & Poinssot 1928, 211-216 ; de Vos 1997, 201-206. Elles sont particulièrement concentrées l (...)

1Ville d'implantation numide, passée sous domination punique avant d'être reconquise par Massinissa qui lui donna sans doute une stature royale, Dougga fut intégrée à l'Empire romain après la bataille de Thapsus. Elle s'élève à environ 120 kilomètres au sud-sud-ouest de Carthage, à 70 km au nord-nord-est de Sicca Veneria (El Kef), dans la riche vallée qui commence à la confluence de la Medjerda et de la Siliana (fig. 1 et 2). Surplombant l'antique voie qui reliait la métropole de la Proconsulaire à la garnison de Theueste, nerf commercial et stratégique de la province, la ville s’est développée sur le large flanc sud d'une colline culminant à 600 mètres, sur la pente qui descend doucement dans la plaine fertile de l'oued Khalled (fig. 3). A l'est, cette pente devient de plus en plus abrupte en montant vers le nord, pour se transformer en une falaise, le Kef Dougga, arête calcaire qui interrompt brutalement le plateau sommital et le borde sur tout son côté septentrional. De ce point, le regard porte à perte de vue du nord-ouest au sud, dominant Thibursicum Bure au nord et les terres à blé du Khalled à l'est, jusqu’à la crête montagneuse sur laquelle courait la Fossa Regia (fig. 4). Quand du Kef Dougga on progresse vers l'ouest, on atteint un autre plateau à peu près perpendiculaire dont le flanc oriental s’étale en descendant vers la ville ; dans ce demi-cirque naturel, cette dernière, alimentée par deux sources et ensoleillée du matin au soir, se trouve abritée des vents du nord et de l’ouest. La partie haute du site ne fut jamais occupée et resta dévolue aux activités cultuelles et funéraires alors que, comme dans la plupart des cités africaines implantées sur un versant, l’agglomération se développait à mi-pente et vers la base de la colline1 Les limites du territoire de la cité ne sont pas précisément connues ; on peut supposer qu’il était exigu, comme celui de toutes les cités de cette région densément urbanisée. D’après G. Ch. Picard2, qui a dénombré quatorze agglomérations dans un rayon de 100 km autour de Thugga, il ne devait guère couvrir plus de 30 km2. A l’est, un arc érigé en l'honneur des Tétrarques s'élevait à l'intersection de la voie de Carthage à Theueste et de la voie secondaire qui la rejoint en descendant de Dougga3, mais le territoire de la cité s’étendait au-delà vers le sud-est, jusqu'à la Fossa Regia qui marquait sa frontière avec un saltus impérial4. Dans les autres directions, nul indice d’un bornage en place : du sud au nord-ouest, la cité jouxtait les proches cités de Geumi, Agbia, Aunobari, Thibursicum Bure et Uchi Maius, mais les frontières de leurs territoires respectifs ne sont pas établies de sorte qu'il n’est pas possible de rattacher formellement les nombreuses villas et implantations agricoles, en particulier oléicoles, dispersées autour de la ville à son territoire ou à celui de l'une ou l'autre de ces cinq cités5.

  • 6 Infra, p. 15, fig. 3, no 30, 40.
  • 7 Saint-Amans 2002, 44-48.

2L'extension de la ville bâtie est mieux fixée. Deux portes furent édifiées sous les Sévères6 : l'arc de Septime Sévère s'élève au sud-est du site, à l'entrée de la voie quittant la ville pour rejoindre la route de Carthage ; il est inclus dans un quartier d’habitat qui n’est que partiellement dégagé, mais dont on voit qu’il s’étendait au-delà de l’arc. A l’ouest, la seconde porte, édifiée sous Sévère Alexandre, marque le débouché de la voie qui contournait le forum par le nord ; les constructions qui la bordent, comme celles qui environnent l’arc, ne sont pas déblayées. La limite la plus tangible entre le bâti et le non bâti est finalement indiquée par la ceinture discontinue des nécropoles plus ou moins bien repérées au nord-est, au nord-ouest, à l’ouest, au sud et au sud-est par la récolte de 1617 épitaphes latines7.

  • 8 Romanelli 1970, 60.

3L’espace circonscrit par ces nécropoles est encore inégalement dégagé. Les fouilles ont été étendues au sud et au sud-est du centre monumental qui, en raison de l'importance des résultats qu’il était susceptible de livrer et de l'excellent état de conservation des vestiges visibles, fut le premier objet de l'attention des archéologues. L'exploration du quartier qui s’étend au nord-est et à l’est du centre public jusqu’au théâtre, entre lesquels la jonction n'est pas encore faite, a considérablement progressé ces dernières années, mettant au jour des vestiges d'habitats très remaniés. En revanche, la région qui entoure le quartier public du sud-ouest au nord n'est pas déblayée et l'on ignore tout de l’urbanisme qui s'étendait entre le forum et les trois grands sanctuaires périphériques de Caelestis. Minerve II et Saturne qu’il n’atteignait probablement pas. Malgré l’importante superficie de la ville encore ensevelie, il faut donc remarquer que, non seulement de très nombreux monuments, mais encore une partie notable du tissu urbain (rues et places) et de nombreuses habitations sont aujourd’hui connues. On perçoit ainsi assez précisément l’organisation générale de la ville et, le plus souvent, les relations entre les édifices, alors que sur la plupart des autres sites de la province, sauf de rares exceptions comme Bulla Regia, Sufetula ou Thuburbo Mains, ceux-ci apparaissent généralement isolés de leur tissu urbain8.

  • 9 Sur les voyageurs passés à Thugga du xviie au xixe siècles, outre la notice introductive de Willma (...)
  • 10 Capturé et vendu comme esclave en Tunisie, ce Français se convertit à la religion de son maître do (...)
  • 11 Ce père trinitaire espagnol était en Tunisie pour racheter des compatriotes détenus en esclavage. (...)
  • 12 Ch. Monchicourt (1916) a démêlé la vérité des emprunts que Peysonnel (1838) lit à Ximenez, notamme (...)
  • 13 Willmans, CIL, VIII, Auctorum recensus, xxiv. Médecin du Bey de Tunis, il a rencontré Peyssonnel e (...)
  • 14 Musset 1888, 341-344, 352-360, 367-369 ; Saint-Amans 2000, 557-571 ; cf. Leschke 2002, 40-42.
  • 15 Accompagné d'architectes, il ramena surtout des croquis de monuments ; une partie du texte et des (...)
  • 16 Emerit 1948, 156 ; cf. Leschke 2002, 43.
  • 17 Marcel 1850, 27 ; cf. Leschke 2002, 43.
  • 18 Saladin (1892, 6), lui-même architecte, loua la fiabilité des dessins laissés par l'équipe de Bruc (...)

4De son intégration à l’Africa Noua, sous Auguste, jusqu’à la fin du iiie siècle, presque sans trêve, le paysage urbain de Thugga se transforma au rythme des chantiers de construction et de restauration d'une cinquantaine d'édifices publics. De ce passé édilitaire, l'épigraphie et l'archéologie ont conservé la trace d'au moins 21 lieux de culte ; les vestiges de 16 d'entre eux ont été identifiés avec plus ou moins de certitude, 5 seulement demeurent anonymes et 3 autres ne sont connus que par leur dédicace. Cet important patrimoine monumental, et le bon état de conservation général des ruines, y ont attiré de nombreux voyageurs depuis le xviie siècle et lui ont toujours valu de bénéficier d'un statut exceptionnel dans l’exploration archéologique de la Tunisie, statut confirmé depuis 1997 par le classement du site au patrimoine mondial de l'UNESCO. Des dégagements quasi permanents y ont été entrepris depuis la fin du xixe siècle, mais le site était déjà célèbre depuis longtemps puisque, dès le début du xviiie siècle, les antiquaires européens connaissaient au moins le mausolée libyco-punique et le capitole, monuments récurrents de tous les récits de voyage9. En 1631, Th. d’Arcos fut le premier voyageur européen à visiter Dougga10 et, à partir de 1724, avec l'intérêt croissant de l'Europe pour les sciences et les nouveaux débouchés commerciaux en Afrique du Nord, les expéditions se multiplièrent. Les bonnes relations entre les souverains favorisèrent l'envoi d’ecclésiastiques, de naturalistes et de diplomates européens qui profitèrent presque toujours de l’accueil et de la protection des beys de Tunis ; plusieurs visitèrent le site. Le père F. Ximenez11 et J.-A. Peyssonnel12 en 1724, J. Carilos en 173013, G.-D. Dupont en 174414, J. Bruce en 176515, l'abbé Raynal en 179016 ou L. Frank en 180617, étaient prêtres, botanistes, médecins, zoologues, ingénieurs ou riches oisifs et voyageaient pour des raisons aussi diverses que l’étude des mines plombifères du Kef, la collecte d’animaux pour les jardins royaux ou le rachat de compatriotes captifs, mais tous signalèrent les ruines antiques en quelques lignes rapides dans leurs journaux de voyage, parmi les choses et faits remarquables de ces contrées exotiques. Trop approximatifs pour en dégager un intérêt scientifique direct, ces récits nous renseignent, dans le meilleur des cas, sur l’état de monuments très dégradés depuis : ainsi, le récit de Th. d’Arcos a permis d’associer avec certitude le petit temple de Pietas à sa dédicace qu’il est le seul à avoir vue en place [no 84] ; de même que les dessins du capitole laissés par les architectes qui accompagnaient J. Bruce ont assuré la restauration des murs de la cella en opus africanum, à une époque où ils étaient écroulés18.

  • 19 Cf. Monchicourt 1929, 198 ; Leschke 2002 ; 43-44.
  • 20 Partisan de Murat, exilé en Tunisie après sa chute, ses lavis du mausolée libyco-punique ont permi (...)
  • 21 1835, 308-315 ; cf. Leschke 2002, 44-55.
  • 22 Cf. Leschke 2002, 45-46.
  • 23 Délégué par le gouvernement pour une mission d'exploration scientifique (1853, 249-251 ; cf. Lesch (...)
  • 24 1849, 218-220 ; cf. Leschke 2002, 46-47.
  • 25 1862, 569-574 ; cf. Leschke 2002, 48-49. Son récit est très similaire à celui de Temple, mêmes rem (...)
  • 26 L'architecte anglais se rendit en Tunisie pour étudier les places fortes antiques, il dessina le C (...)

5La situation de paix intérieure de la Régence de Tunis, le calme politique et la sécurité que l'Europe recouvra à partir de 1815 suscitèrent encore, tout au long du xixe siècle, des expéditions d’antiquaires, de savants, d’érudits ou de chargés de mission, par exemple pour l’étude des fortifications, qui ne négligèrent pas une visite dans ces ruines déjà réputées. L. Filippi en 182919, le comte C. Borgia en 18 1 520, G. T. Temple en 183321, le prince Fürst von Pückler-Muskau en 18 3 522, E. Pelissier vers 1840-184223, H. Barth en 184524, N. Davis en 186025 et l’architecte F. Catherwood en 186226 laissèrent des descriptions à peu près similaires en contenu et en qualité. Ces voyageurs prétendaient davantage à la précision et à l’exhaustivité ; amateurs érudits, mais sans qualifications particulières, ils se passionnaient pour les antiquités, les ruines et les inscriptions, alors qu’à Berlin le Corpus Inscriptionem Latinarum était en élaboration.

  • 27 1862, t. 2 (sur Thugga : 119-142 ; cf. Leschke 2002, 49-51).
  • 28 “Utilissima hac non solum multi tituli antea ignoti in lucem prolati sunt, sed etiam Guerinianus l (...)

6Cette période se clôt avec le passage de V. Guérin27, membre de l’École Française d’Athènes, dont le livre est le résultat de la première mission exclusivement consacrée au repérage cartographique et archéologique ; c’est lui qui fournit la description la plus étayée et, sans conteste, la plus pertinente, de Dougga à cette époque28. Puis les résistances des tribus au pouvoir centralisateur du Bey de Tunis entraînèrent la Révolution d’Ali BenGhadhahem en 1864 ; la violence et l’insécurité qui troublèrent alors le Maghreb dissuadèrent les voyageurs de s’engager à l'intérieur du pays pendant une vingtaine d'années.

  • 29 P.-A. Février 1989. t. 1,53.
  • 30 Atlas Archéologique de la Tunisie. Première série au 1/50 000e publiée par Babelon, Cagnat & Reina (...)
  • 31 Saladin 1892. 485-517, fig. 68-125.
  • 32 Voir la bibliographie.
  • 33 Gauckler 1896, 39.
  • 34 Infra, p. 308-311.

7En 1881, la signature du traité du Bardo entraîna des transformations considérables dans l’exploration archéologique qui échut alors à l'armée d’occupation29. La cartographie de la Tunisie était un enjeu économique et politique fondamental, car elle signalait la mainmise administrative de la France sur son nouveau protectorat ; comme les services topographiques appartenaient à l'armée, elle impliquait aussi la présence de nombreux militaires à travers tout le pays. Par ailleurs, l’Atlas Archéologique de l'Algérie entrepris par St. Gsell se révélait une expérience concluante et sur son modèle, les Brigades Topographiques du Service Géographique de l'armée, accompagnées d’archéologues et d’épigraphistes délégués par le Ministère de l'Instruction Publique, furent chargées d'effectuer un repérage exhaustif des sites antiques ; la publication de l’Arias Archéologique de la Tunisie commença dès 189230. En 1882-1883, la première mission officielle consacrée à Dougga était composée du Commandant Boyé et de ses deux correspondants spécialistes d'épigraphie : J. Poinssot et R. Cagnat. Parallèlement, mais sous l'égide du Comité des Travaux Historiques, l’architecte H. Saladin se rendit à Dougga en 1885 pour dresser un inventaire complet des monuments du site31. Celui-ci fournit un travail scientifique dont on ne trouve pas l’équivalent auparavant, annonçant les recherches à venir. Novateur, il ne se contenta pas de compléter les notes descriptives de ses prédécesseurs : il pratiqua les premiers sondages, releva le plan de quelques monuments accompagné d'un commentaire architectural et s'essaya à restituer précisément la couverture du capitole. L’archéologie passa alors des simples descriptions des ruines visibles et de la récolte épigraphique à un travail rationnel et pragmatique, prémisses de l'exploration scientifique qui débuta en 1891, avec l’arrivée du médecin major L. Carton, militaire de profession, archéologue amateur et éclairé, actif militant de la préservation du patrimoine et fondateur de sociétés érudites : la Société Archéologique de Sousse et la Société des amis de Carthage et des villes d'or. A Dougga, généralement secondé par le lieutenant Denis, il fit entièrement dégager le théâtre et le sanctuaire de Saturne où il entreprit d’importantes restaurations32. Il fut le premier à organiser des fouilles méthodiques et à s’intéresser aux inscriptions funéraires, alors considérées comme “la plaie de l'épigraphie latine en Afrique”33. Surtout, il travailla avec une méthode et une rigueur que reflètent la précision et la pertinence de ses observations : ainsi, en arrière du monument dit Dar Lachhab (ou Dar-el-Acheb), il est le seul à avoir fait état de structures qui assurent l'identification d’un sanctuaire, lesquelles ne furent pourtant plus jamais signalées par la suite34.

  • 35 Sur leurs travaux respectifs, voir la bibliographie.
  • 36 N. Duval 1969, 9.
  • 37 Voir la bibliographie.

8Avec la création de la Direction des Antiquités et des Arts de Tunisie en 1885, le site bénéficia à la fois d'un cadre administratif et d'un financement qui permirent d'organiser, à partir de 1894, des fouilles régulières, à raison de deux campagnes annuelles, et d'assurer leur publication ; les archéologues eurent aussi les moyens légaux de démolir les maisons modernes qui encombraient le site et les monuments. En 1901, P. Gauckler, directeur de l'institution et familier du site, confia la responsabilité des chantiers à A. Merlin, membre de l'École Française de Rome. Celui-ci fit déblayer la plus grande partie du centre monumental en descendant vers le sud, jusqu’au Dar Lachhab et chaque campagne livra des inscriptions par dizaines. L. Poinssot, qui prit sa succession en 1903, continua son travail d’archéologue et d’épigraphiste, mais les objectifs de la Direction des Antiquités se concentrèrent alors sur la restauration et la conservation du patrimoine déjà connu. Les publications de L. Poinssot concernent surtout l’épigraphie, mais il procéda également aux dégagements du forum dans les années 1910-1915 et du temple de Tellus en 1917-1918, ainsi qu'au déblaiement de plusieurs maisons au cours des années 1910-1920 ; il consacra en outre d'importants moyens à la restauration du sanctuaire de Caelestis, du capitole et du mausolée libycopunique, lequel avait été entièrement détruit au milieu du siècle précédent35. Une trentaine d'années de fouilles aboutirent finalement au dégagement complet du quartier central et à la restauration de l’ensemble monumental. Elles se concentrèrent aussi dans les vastes sanctuaires de la périphérie : les sanctuaires de Saturne, de Minerve II et de Caelestis. L’apport de ces trois savants pluridisciplinaires à la connaissance générale du site, de ses monuments comme de son histoire, est immense. Si A. Merlin fit méthodiquement dégager la plus grande partie de la ville telle qu’on la connaît actuellement, on doit à L. Poinssot la première esquisse de l’histoire municipale de Dougga, fondée sur une connaissance intime des textes et de la topographie du site. “Au tempérament fougueux et novateur de P. Gauckler, à l'oeuvre consciencieuse et méticuleuse d'A. Merlin, s'oppose l’esprit à la fois éclectique et minutieux (de L. Poinssot) qui a profondément marqué la recherche archéologique en Tunisie”36. Cette période d’intense activité archéologique et épigraphique dura jusqu’en 1919, lorsque le manque de crédits et la nécessité de se consacrer à d'autres sites entraînèrent le ralentissement puis l’interruption officielle des fouilles de Dougga en 1932. Nous n’avons que très peu de renseignements sur les fouilles que Cl. Poinssot y entreprit dans les années 1950 et qui pour l’essentiel sont demeurées inédites. En particulier, il faut signaler que les rapports sur les dégagements de plusieurs maisons et temples ainsi que les résultats des rares sondages pratiqués dans la cour de ceux-ci demeurent inacessiblcs. Hormis deux articles sur la crypte du capitole et sur les statues du sanctuaire de Saturne, les publications d’inscriptions occupent encore l’essentiel de sa bibliographie37. Avec l’indépendance, l’archéologie apparut comme un débouché économique pour les populations rurales ; les fouilles reprirent vers I960, sous la conduite de M. Boulouednine pour le compte du nouvel Institut National d’Archéologie et d’Art de Tunisie, mais ces chantiers d’emploi n’étaient pas compatibles avec une véritable recherche scientifique et se bornèrent à des dégagements qui ne furent jamais publiés. Durant cette période, à l’exception de quelques familles encore installées sur le plateau nord, la population de Dougga fut déplacée à quelques kilomètres au sud-est du site, dans le nouveau village de Dougga-Jdida, et les dernières maisons modernes furent démolies.

  • 38 Infra, p. 287-290.

9Le déblaiement et la restauration des grands bâtiments publics, souvent remarquablement conservés, furent toujours prioritaires à cause de leur caractère spectaculaire et les fouilles se concentrèrent dans le centre monumental de la cité, c'est-àdire le centre politique et religieux. Toutes les campagnes apportèrent la découverte de nombreux textes publics latins qui fournirent rapidement un nombre considérable de données sur les institutions, sur la vie municipale et religieuse de Thugga, mais monopolisèrent aussi les travaux des responsables du site au détriment de l'archéologie et de la période pré-romaine. En subordonnant systématiquement l'archéologie à l’épigraphie, cette recherche a ainsi occulté de nombreuses informations irrémédiablement perdues et conduit à des hypothèses erronées dont l'interprétation traditionnelle des templa Concordiae, exclusivement fondée sur le contenu de ses dédicaces, donne le meilleur exemple38. Dans l’état de la documentation disponible, lorsqu'il s'agit d'étudier un sanctuaire, les chercheurs se trouvent donc tributaires de deux sources dont les limites apparaissent d'emblée.

10D'une part, les rapports de fouilles dont nous disposons ne tiennent compte que d'un seul état archéologique, pour un moment donné de l'histoire du monument, ce qui handicape forcément une recherche sur la permanence et l'abandon des lieux de culte. En l’absence de toute stratigraphie, il est difficile d’évaluer le décalage chronologique entre l'état du monument lors de sa dédicace et le contexte archéologique que nous percevons aujourd'hui, souvent après diverses restaurations et modifications opérées dès l'Antiquité et dont les vestiges ont été presque systématiquement détruits pour atteindre les niveaux romains, supposés d’origine.

  • 39 Ainsi, au sud du forum, la dédicace de l’arc de Tibère [no 26] est remployée dans la face externe (...)
  • 40 Ainsi, les faces épigraphes de cinq blocs provenant du sanctuaire de Minerve II apparaissent dans (...)
  • 41 Sur l'identification de ce dernier sanctuaire, infra, p. 308-312.

11D'autre part, si l’épigraphie demeure d’un apport essentiel en fournissant tous les renseignements immédiats que nous ne pourrions connaître par ailleurs, en particulier la datation précise et le nom du monument, il faut cependant compter avec les dangers qu'elle induit. La longue occupation du site a entraîné le remploi et donc, la dispersion de nombreuses frises, bases et stèles épigraphes, parfois loin de leur lieu d'origine. Lorsqu'on 439, la domination vandale s’imposa sur la cité, les nouveaux occupants ne semblent pas avoir sensiblement modifié la ville. Mais, à partir de 533, les Byzantins ruinèrent totalement les structures du centre public et détruisirent certains des monuments environnants pour élever, avec les matériaux de récupération, la forteresse défensive qui englobe le forum et le capitole. Plusieurs fragments épigraphiques et architecturaux furent ainsi remployés à proximité de leur lieu d'origine39. Cependant, la quantité de blocs disponibles sur place se trouva insuffisante et les Byzantins en récupérèrent d'autres dans la région nord du site, en contre-haut du forum, situation qui facilitait le déplacement de blocs de dimensions parfois considérables40. Concernant les textes trouvés sur le forum ou dans la muraille, ce n'est pas leur lieu de découverte, mais leurs critères internes et externes qui restent déterminants pour localiser le monument concerné. Au contraire, les monuments du sud ont été préservés de cette dispersion et les blocs des frises épigraphes des sanctuaires de Caelestis, des Victoires de Caracalla, de Tellus et du temple présumé d'Esculape, dit Dar-Lachhab41, ont été trouvés dans leur monument d’origine ou à ses abords immédiats. Enfin, jusque dans les années 1960, le site fut habité sans discontinuité et plus ou moins transformé selon les zones par les occupants successifs ; ceux-ci n’opérèrent généralement que de modestes modifications en remployant surtout des blocs de petites dimensions, des stèles et des fragments de frises, dans des murs de pierres sèches. Il faudrait donc pouvoir toujours s’assurer de l’attribution d'une inscription à un sanctuaire, ce que nous avons cherché à vérifier pour les architraves et les linteaux portant les dédicaces en contrôlant la cohérence architecturale entre les mesures des supports chaque fois que l'état de conservation des structures le permettaient. En revanche, concernant les stèles et les autels errants ou remployés, l'identification de leur provenance n’est pas toujours possible, soit que la divinité qu’ils mentionnent ait été honorée dans plus d’un sanctuaire, soit qu'au contraire, aucun lieu de culte précis n'ait été identifié.

Fig. 5 : Le quartier central
5a : Le forum et la place du marché (in Cl. Poinssot 1958, 34). (en hachuré : la forteresse byzantine). 5b : La place du marché (in Merlin 1905, pl. XVI).

Fig. 6 : Vues du forum depuis le capitole,
a. Portique sud. – h. Vue générale vers l'ouest, – c. Portique nord.

  • 42 Programme dirigé par M. Khanoussi (directeur de recherches. INP, Tunis) et J.-Cl. Golvin. (directe (...)
  • 43 Programme dirigé par M. Khanoussi et L. Maurin (professeur émérite de l’Université de Bordeaux 3, (...)

12Les grandes lacunes qui demeurent concernent l’architecture, l’urbanisme et la topographie de la cité. Une partie des problèmes précis que posent ces champs d’étude doit être résolue progressivement dans le cadre d’un programme de recherche sur l’Architecture Religieuse de Thugga. Mis en oeuvre en 1998 sous la direction de l’Institut National du Patrimoine de Tunis et de l’Institut Ausonius de Bordeaux, il doit aboutir à une étude exhaustive des sanctuaires de la cité, de leur architecture et de leur décor, de leur évolution et de leur implantation dans le cadre urbain42. Depuis 1993, les mêmes partenaires collaboraient à un programme épigraphique (Petrae-Thugga) dont le but était la constitution et la publication d'un corpus informatisé de cette riche collection épigraphique d’environ 2000 textes43. C’est dans le cadre de ces deux projets que nous avons eu la chance enviable d’accéder directement aux sources de cette étude, tout en profitant des compétences de spécialistes d'épigraphie, d’architecture et d’archéologie.

  • 44 Toutes les données archéologiques et épigraphiques relatives aux cultes de Dougga à l'époque romai (...)

13Les 21 lieux de culte dont les vestiges ont été repérés se répartissent tous à l’intérieur de la ville, du centre à sa périphérie immédiate. 119 inscriptions, ex-voto et dédicaces publiques44, font connaître le nom de nombreuses divinités qui apparaissent à plusieurs reprises et dans des contextes différents, du ier au iiie siècle p.C. Ce qui frappe en premier lieu, outre la richesse quantitative et qualitative exceptionnelle des sources, c’est la multiplicité des origines du panthéon, la diversité des plans affectés aux sanctuaires et leur proximité géographique qui signalent d’emblée Thugga comme un centre religieux d’importance et profondément syncrétiste. Jusqu’à présent, ces sanctuaires n'ont pourtant guère été envisagés, et encore rarement, que comme des entités architecturales et archéologiques indépendantes de tout contexte ; c'était faire l’impasse sur les nombreux indices qui permettent d'appréhender de manière précise le développement du panthéon de la cité et de sa topographie religieuse en les rendant à leur cadre historique. Nous avons donc mené notre recherche en envisageant tous les éléments susceptibles d’éclairer le contexte social, municipal, urbain et topographique de l’introduction des cultes dans la cité et des constructions de temples et tenté ainsi de restituer sa cohérence à l’organisation religieuse de Thugga. Engager cette démarche revenait à évaluer de quelle manière les dieux se partagèrent le territoire urbain et l’espace dans les sanctuaires ; à comprendre quand, comment et pourquoi les temples furent élevés, dans quel contexte social et municipal ; à cerner l’identité et le statut de ceux qui les dédièrent et les financèrent, comme ceux des divinités qu’ils abritaient : à définir enfin d’une manière générale, les critères et les impératifs qui ont conditionné leur emplacement et le développement de leur topographie.

14Certains sont conventionnels, communs à toutes les cités de l’Empire : ils concernent les lieux de culte liés à un élément naturellement propre à la sacralisation, une grotte, une montagne, une source, ou à un rituel qui imposait au fidèle un site géographique précis, comme les hauts lieux, pour honorer certains dieux ; dans ce cas, la localisation des sanctuaires dépend de la topographie naturelle du site. La place d’une divinité dans la cité pouvait aussi lui être assignée en fonction de ses prérogatives particulières à l’égard de telle ou telle activité pratiquée dans tel ou tel quartier ; il s'agit alors de critères fonctionnels liés aux compétences du dieu et éventuellement définis par des principes d’urbanisme tels que ceux qui sont énoncés par Vitruve. D’autres raisons expliquent de manière plus spécifique les choix particuliers faits par une cité. Ils sont d'abord liés à l’occupation antérieure du site et principalement, à la présence d’anciens lieux sacrés ; ils sont ensuite étroitement dépendants de sa propre histoire, des statuts juridiques de ses membres et de leur identité culturelle qui, dans une mesure que nous tenterons d'évaluer, ont pu conditionner leurs choix religieux. Nous essaierons de déterminer lesquels de ces critères ont participé à l’élaboration du paysage religieux de Thugga tel qu’il nous apparaît au terme du Haut Empire romain.

15Un des objectifs de cette étude est de préciser les étapes du développement de sa topographie religieuse dans l’espace et dans le temps. Il fallait donc, pour commencer, déterminer les continuités et les ruptures entre les civilisations qui modelèrent Thugga romaine. Les fouilles récentes y révèlent des vestiges d’architecture monumentale libycopunique toujours plus nombreux, certains provenant probablement d’édifices cultuels. Notre connaissance de cette période s’approfondissant, on appréhende maintenant davantage que la simple attestation d'une présence indigène et l'on commence à entrevoir son environnement culturel et son organisation institutionnelle aux alentours du iie siècle a.C. De nombreux indices permettent, non seulement de chercher à établir la permanence de l’occupation ou, au contraire, l’abandon de certains espaces de la cité, mais encore d’apprécier le degré de conscience politique de la communauté locale pour évaluer au mieux sa capacité à intégrer des modèles religieux et municipaux romains. Car les seconds n'allèrent jamais sans les premiers et l'adhésion à certains aspects de sa religion publique fut toujours un des préalables attendus par Rome pour décider de l'octroi de structures municipales romaines ; c'est un point que nous tenterons de mettre en évidence.

16A l'époque romaine, l'une des originalités de Thugga consiste dans sa double structure politique : probablement sous le règne d'Auguste, un pagus carthaginois, c’est-à-dire un groupe de colons citoyens de Carthage, se vit attribuer des terres prélevées sur le territoire agricole de Dougga et fiscalement rattachées à la pertica de la capitale provinciale. Jusqu’à la création du municipe qui entérina leur fusion en 205, ce pagus cohabita avec la ciuitas pérégrine des Thuggenses, héritière de la communauté indigène et qui avait sans doute été, elle-même, constituée au même moment. Nous envisagerons dans quelles conditions juridiques naquit Thugga romaine. Dans cette cité fondée plusieurs siècles avant son annexion par Rome, la présence physique, effective, des représentants d'une autre culture, qui plus est, se trouvaient dans une position dominante et privilégiée, eut inévitablement des répercussions sur la topographie et la vie religieuse de l'ensemble de la cité autochtone. Il faudra envisager toutes les conséquences nées de la confrontation de deux panthéons et de deux cultures, au quotidien, dans un même cadre urbain.

  • 45 Une étude récente de M. Sebai sur la vie religieuse à Dougga (1999, 81-94) a bien montré l'intérêt (...)

17Ce côtoiement permanent contribua à dynamiser l'aemulatio municipalis dont l'une des expressions les plus lisibles est l’ornementation de la ville en monument publics, et en particulier en sanctuaires, offerts par des notables des deux communautés rivalisant de générosité. Face à l'arrivée des nouveaux habitants et des dieux allogènes, les communautés humaines et divines locales virent leur place et leur statut dans la cité redéfinis en fonction de nouvelles références et de nouvelles hiérarchies qui ne cessèrent d'évoluer avec le renouvellement des groupes sociaux dominants et l’ascension municipale. Plus des deux tiers des inscriptions religieuses de Thugga sont des textes officiels qui commémorent la construction de sanctuaires offerts à la cité, l'érection de statues décrétées par celle-ci dans les lieux publics ou les travaux édilitaires qu'elle-même engagea. Elles fournissent donc de nombreux renseignements sur l'environnement municipal dans lesquels les cultes furent introduits ainsi que sur le statut de leurs promoteurs45. Elles mettent surtout en évidence que. jusqu'à la fin du iie siècle, le pagus et la ciuitas ne menèrent pas la même vie municipale et qu'au ier siècle, les deux communautés possédaient deux panthéons distincts qui tendirent de plus en plus à se fondre, traduisant en cela un processus de rapprochement culturel entre deux groupes juridiquement inégaux, c'est-à-dire l'un des mécanismes fondamentaux de la romanisation.

  • 46 Scheid, in Jacques & Scheid 1992, 1 11-112 ; id. 1997, 51.
  • 47 Scheid 1999, 387.
  • 48 Jacques 1984, XI.

18Les cultes ne peuvent se définir que dans un environnement précis, géographiquement et chronologiquement, mais surtout socialement déterminé. La pratique religieuse d’un individu tenait à sa condition juridique, à sa place dans la société et celles-ci, à sa naissance. Il faisait partie ou non du corps des ciues Romani ; il appartenait à une province, à une cité, à l'un de ses quartiers, à une famille, éventuellement à une corporation professionnelle, autant de groupes sociaux qui conditionnaient sa piété personnelle46 ; d'où l’existence de “divinités redondantes (...). versions socialement différentes d'un même culte que rien n'obligeait à fusionner puisqu'il n’existait ni contrainte ni aspiration à une unification religieuse”47. A Thugga dont le panthéon inclut plusieurs Mercure, Minerve ou Jupiter par exemple et où l'on ne perçoit guère que l’aspect public de la religion, les seuls groupes permanents que l'on identifie sont les deux entités politiques qui constituent la cité, le pagus et la ciuitas. Définir la composition et l’organisation de leurs panthéons respectifs est indispensable non seulement pour raisonner sur la place des dieux dans la cité, mais aussi pour préciser les relations entre leurs fidèles de conditions inégales, et mesurer ainsi l'apport de la religion dans le processus de municipalisation. “Une étude des cultes offre toujours une appréhension plus juste de l’histoire des cités”48.

19Les sources libyco-puniques ne mentionnent aucune des divinités que vénéraient les Thuggenses ; on ne les identifie que rétrospectivement, sous leur personnalité romaine interprétée. L'origine africaine d'un dieu est rarement aisée à établir, surtout en l'absence presque totale, comme ici, d'épithètes spécifiques et de documentation iconographique ; ce que son identité doit respectivement à l'une et l'autre des deux cultures est plus difficile à apprécier encore. Il importe cependant de considérer les transformations du panthéon local au contact des dieux importés car les rythmes et les modalités complexes de l'interpretatio Romana permettent de mesurer la capacité des Thuggenses à s’assimiler religieusement. Véhicules de la romanisation, les nouveaux cultes devaient convaincre la population d'adapter, voire d’abandonner, ses pratiques cultuelles traditionnelles pour se tourner vers celles de Rome. Nous essaierons de montrer que la religion, telle qu’elle apparut à Thugga avec la conquête, fut conçue par Rome comme le ferment de l’homogénéisation sociale et municipale et l’épigraphie révèle de manière claire les moyens, plus ou moins directifs, employés à cet effet par Carthage. Il faudra en même temps évaluer dans quelle mesure la population locale était en attente de ces changements et jusqu'à quel point elle-même les suscita, car on constate que la romanisation des panthéons fut aussi rapide dans d'autres cités qui n'étaient pas juridiquement placées dans la dépendance de Carthage.

20Toute 1'histoire de la cité, religieuse, municipale et topographique, doit donc être envisagée en termes de relations, rapprochements ou oppositions entre la communauté locale, longtemps restée en majorité pérégrine, et celle des immigrés, parés de la citoyenneté de la nouvelle Carthage. A partir de la création du municipe qui. en 205, entérine juridiquement leur fusion culturelle et sociale, les choix des nouvelles formes collectives de la vie religieuse et municipale résulteront directement de l’évolution de leurs rapports pendant les deux siècles précédents.

  • 49 Ainsi, après sa dévastation par les hordes gauloises et malgré le désir de ses concitoyens, Camill (...)
  • 50 Zaccaria-Ruggiu 1995, 11-12.
  • 51 Gros 1991, 127.

21Ces mutations religieuses trouvèrent une traduction matérielle dans la topographie urbaine de Thugga, ce qui était inévitable car les temples avaient pour fonction de définir l’espace urbain ; les dieux étaient bel et bien considérés présents parmi les hommes et les sanctuaires étaient leurs demeures inamovibles49. De même que l’organisation de l’espace urbain structurait les relations politiques entre ses habitants50, la répartition des lieux de cultes dans la cité traduisait les rapports qu'entretenaient les divinités convoquées à la protéger et leur place dans la hiérarchie divine. L'aménagement architectural et religieux des lieux publics, regroupant les populations urbaines et rurales, citoyennes et pérégrines autour de valeurs communes, physiquement visibles dans leur ornementation, illustre les stratégies urbaines élaborées à la fois par les familles dominantes cherchant à marquer leur pérénité, et par les autorités municipales, relais officiel de Rome. “Plus que la forma urbium, au sens spatial et topographique de l’expression, ce qui nous paraît décisif, c'est le mode d’intégration socio-politique et religieux dont procèdent ces compositions”51. Définir le statut juridique de ces lieux est indispensable car les inscriptions publiques montrent que le pagus et la ciuitas géraient indépendamment l’un de l’autre plusieurs sanctuaires publics à l’intérieur de la même ville.

22Enfin, l'arrivée d'une nouvelle population eut aussi d'importantes conséquences sur l'expression architecturale des cultes avec l'introduction du modèle du temple italique que les habitants de Thugga à l'époque romaine semblent avoir autant prisé que celui des sanctuaires à trois cellae, traditionnellement appelés romano-africain. Nous n'avons pas approfondi l’aspect comparatif et typologique des sanctuaires, car c’est un des objectifs du programme de recherche “Architecture Religieuse de Tlnigga” actuellement en cours, et la publication de ses résultats sera inévitablement plus complète et pertinente que ce que nous pourrions en dire ici. Il conviendra pourtant de se demander si l'on peut définir ou non des espaces religieux distincts et, dans ce cas, s’ils se caractérisaient par des critères communs tels que l’origine des évergètes qui les aménagèrent, celle des dieux que l'on y vénérait ou l’organisation planimétrique de leurs lieux de culte.

23C’est en considérant de manière convergente toutes les données disponibles sur la topographie naturelle du site et son occupation pré-romaine, sur les racines et les fonctions des divinités qui y sont attestées, sur le plan et la localisation de leur lieu de culte, sur les origines et le statut juridique des évergètes qui les honorèrent et sur le contexte municipal dans lequel ils agirent, que l’on pourra cerner au mieux toutes les modalités de la mise en place et l'évolution de la topographie religieuse de la cité qu’il faudra toujours considérer comme un organisme social vivant et en mutation permanente.

Tableau 1 : La vie religieuse à Thugga d’après les inscriptions.

Notes

1 Romanelli 1970, 62. Et en particulier, comme à Tiddis dont les extensions successives sont désormais bien établies grâce à l'identification des remparts protohistorique, numide et romain, progressivement étendus du sommet à la base d'un des flancs de la colline (Berthier 2000. 40-42).

2 1990, 56.

3 Infra, p. 172, n. 38.

4 L. Poinssot 1907, 466-481. Sur la Fossa Regia, infra, p. 52.

5 Lantier & Poinssot 1928, 211-216 ; de Vos 1997, 201-206. Elles sont particulièrement concentrées le long des voies de circulation secondaires, comme celle qui reliait Thiburskum Bure à Aunobari en traversant Thugga et Agbia, bordée d'édifices et de grandes villas (Carton 1895 ; id. 1904, 343). La prospection de M. de Vos 2001 vient de donner une bonne image des paysages et de la nature des établissements campagnards de Dougga, mais elle ne s’est pas attachée aux limites politiques du territoire de la cité. Celles-ci ont été étudiées à l'occasion de la publication du recueil des épitaphes latines de Dougga, lorsque s'est posée la question de déterminer si les pierres répertoriées aux environs de la ville devaient ou non être rattachées à son territoire (Maurin 2002, 31-39).

6 Infra, p. 15, fig. 3, no 30, 40.

7 Saint-Amans 2002, 44-48.

8 Romanelli 1970, 60.

9 Sur les voyageurs passés à Thugga du xviie au xixe siècles, outre la notice introductive de Willmans, complétée par Mommsen, dans le CIL. VIII (Auctorum recensus, xxiv-xxvi). cf. Leschke 2002. 31-35 avec, en annexe, la reproduction de leurs récits (38-51).

10 Capturé et vendu comme esclave en Tunisie, ce Français se convertit à la religion de son maître dont il gérait les domaines ; il fit parvenir des descriptions de sites antiques, dont celui de Thugga, à Peiresc, son correspondant en France. Cette correspondance a été publiée par Tamizey de Larroque (Les correspondants de Peiresc. t. XV : Thomas d’Arcos. Alger, 1889). Une partie des lettres, celle qui concerne Thugga et Thignica, a été reéditée et commentée par L. Poinssot (1903, 166-182 ; cf. Leschke 2002. 38).

11 Ce père trinitaire espagnol était en Tunisie pour racheter des compatriotes détenus en esclavage. Son voyage est relaté dans trois manuscrits inédits conservés à la Real Academia de la Historia de Madrid : le Diario de Tunez, la Historia del regno de Tunez (1730) et la Historia de los Carthagineses (1732). Une partie des notes du voyage de 1724 a été publiée par R. Thouvenot (1938, 317-320 ; cl. Leschke 2002, 38-39).

12 Ch. Monchicourt (1916) a démêlé la vérité des emprunts que Peysonnel (1838) lit à Ximenez, notamment dans sa relation des visites de Kasserine et de Sbeïtla qu'il n'a certainement jamais vues, comme le pense également N. Duval (1965). Concernant Thugga. s'il n'y a aucune raison de présumer qu'il ne s’y est pas rendu, il est quand même évident qu'il s'est inspiré, avec plus ou moins de fantaisie, des notes de Ximenez (cf. Leschke 2002, 39-40). Willmans a jugé ainsi son travail : “leuitatis autem summae adeoque fraudi proximae fuisse demonstrant inter alios tituli” (CIL, VIII, xxv).

13 Willmans, CIL, VIII, Auctorum recensus, xxiv. Médecin du Bey de Tunis, il a rencontré Peyssonnel en 1730 ; ses notes et observations ont été publiées par son correspondant J. Locke (1763. 213-223 ; cf. Leschke 2002, 40).

14 Musset 1888, 341-344, 352-360, 367-369 ; Saint-Amans 2000, 557-571 ; cf. Leschke 2002, 40-42.

15 Accompagné d'architectes, il ramena surtout des croquis de monuments ; une partie du texte et des dessins a été publiée en deux volumes par R. L. Playfair en 1877 (description de Tluigga : Leschke 2002, 42-43) : l’autre demeure encore dans les archives familiales. Ceux du capitole sont reproduits dans Saladin 1892, 496-497. tig. 112-1 13 et dans Khanoussi & Strocka 2002, pl. 1-6.

16 Emerit 1948, 156 ; cf. Leschke 2002, 43.

17 Marcel 1850, 27 ; cf. Leschke 2002, 43.

18 Saladin (1892, 6), lui-même architecte, loua la fiabilité des dessins laissés par l'équipe de Bruce, “d'une exactitude presque mathématique”, qui aidèrent aussi à la restauration du mausolée, totalement arasé en 1842.

19 Cf. Monchicourt 1929, 198 ; Leschke 2002 ; 43-44.

20 Partisan de Murat, exilé en Tunisie après sa chute, ses lavis du mausolée libyco-punique ont permis de déterminer l'emplacement originel de l'incription bilingue que le consul Th. Rende lit rapporter au British Museum en 1842, après avoir totalement fait tomber le monument qu'elle ornait (Cl. Poinssot & Salomonson 1959. 141-149).

21 1835, 308-315 ; cf. Leschke 2002, 44-55.

22 Cf. Leschke 2002, 45-46.

23 Délégué par le gouvernement pour une mission d'exploration scientifique (1853, 249-251 ; cf. Leschke 2002,47-48).

24 1849, 218-220 ; cf. Leschke 2002, 46-47.

25 1862, 569-574 ; cf. Leschke 2002, 48-49. Son récit est très similaire à celui de Temple, mêmes remarques et mêmes erreurs ; d'ailleurs l'auteur qui visita Thugga 30 ans après ce dernier, signale qu'il s'est guidé avec ses notes.

26 L'architecte anglais se rendit en Tunisie pour étudier les places fortes antiques, il dessina le Capitole, englobé dans la forteresse. Ses dessins ont été publiés avec ceux de Bruce par R. Lambert-Playfair (1877).

27 1862, t. 2 (sur Thugga : 119-142 ; cf. Leschke 2002, 49-51).

28 “Utilissima hac non solum multi tituli antea ignoti in lucem prolati sunt, sed etiam Guerinianus liber primus est, qui regionis titulos eos certe cum fide repraesentet”, Willmans, Auctorum recensus, xxix. St. Reinach lui rendit aussi hommage : “L’auteur a parcouru, montre et boussole en main, une grande partie de la Régence ; il a décrit minutieusement beaucoup de ruines (...). On peut dire que M. Guérin ne se trompe jamais lorsqu'il décrit ce qu'il a vu". Préface du livre de Ch. Tissot 1888, XII.

29 P.-A. Février 1989. t. 1,53.

30 Atlas Archéologique de la Tunisie. Première série au 1/50 000e publiée par Babelon, Cagnat & Reinach, de 1892 à 1913 ; seconde série au 1/100 000e, publiée par Cagnat & Merlin, de 1914 à 1926.

31 Saladin 1892. 485-517, fig. 68-125.

32 Voir la bibliographie.

33 Gauckler 1896, 39.

34 Infra, p. 308-311.

35 Sur leurs travaux respectifs, voir la bibliographie.

36 N. Duval 1969, 9.

37 Voir la bibliographie.

38 Infra, p. 287-290.

39 Ainsi, au sud du forum, la dédicace de l’arc de Tibère [no 26] est remployée dans la face externe de la muraille byzantine sud, au-dessus de l'escalier qui devait conduire à l'arc ; de même, les bases dédiées au IIIe siècle à plusieurs diui [no 32-38] toutes découvertes au pied de la forteresse, étaient probablement alignées dans le portique occidental ou septentrional du forum romain (infra, p. 197-198). Les byzantins procédèrent de la même manière sur la place de la Rose-des-Vents : la plupart des blocs de la frise de façade du temple de Mercure |no 65] sont remployés les uns à la suite des autres dans le parement externe oriental de la forteresse.

40 Ainsi, les faces épigraphes de cinq blocs provenant du sanctuaire de Minerve II apparaissent dans la face externe de la muraille nord [no 77-78] ; dimensions moyennes des blocs : 250 x 59 x 42 cm.

41 Sur l'identification de ce dernier sanctuaire, infra, p. 308-312.

42 Programme dirigé par M. Khanoussi (directeur de recherches. INP, Tunis) et J.-Cl. Golvin. (directeur de recherche CNRS, UMR 5607, Institut Ausonius, Bordeaux). Cinq missions d'un mois chacune ont déjà eu lieu en 1997 et de 1999 à 2002, consacrées au capitole, aux temples de Massinissa, des Victoires, de Caelestis, et au temple anonyme dit de Pluton (Cf. Golvin & Klianoussi 2004, pour les trois derniers).

43 Programme dirigé par M. Khanoussi et L. Maurin (professeur émérite de l’Université de Bordeaux 3, UMR Ausonius, Bordeaux). Le premier fruit de cette collaboration fut la publication d'une table ronde tenue à Bordeaux en 1996 qui réunissait une trentaine de chercheurs sur le thème de l’épigraphie de Dougga (Dougga [Thugga], Études Épigraphiques. 1997). Par la suite est également paru un grand recueil thématique et commenté de textes choisis pour l'éclairage qu'ils donnent aux différents aspects de la vie institutionnelle, administrative, sociale et culturelle de la cité (Dougga, Fragments d'Histoire, 2000). Enfin, un corpus de 1 617 épitaphes vient de paraître (Mourir à Dougga, 2002).

44 Toutes les données archéologiques et épigraphiques relatives aux cultes de Dougga à l'époque romaine, squelettes de monuments, textes publics et privés, sont regroupées dans le catalogue qui figure à la fin de l'ouvrage. Les notices, classées par ordre alphabétique à l'initiale de la divinité concernée, présentent chaque lieu de culte avec son dossier épigraphique : la dédicace de sa construction, voire celle de sa restauration, les bases des statues cultuelles qu'il abritait et les ex-voto privés que l'on y a déposé ; c'est à ces inscriptions numérotées en continu que se refèrent les numéros entre crochets dans le texte.

45 Une étude récente de M. Sebai sur la vie religieuse à Dougga (1999, 81-94) a bien montré l'intérêt et l’efficacité qu'il y avait à “replacer les documents épigraphiques dans le contexte institutionnel de la cité (pour pouvoir), en prenant comme cadre l’évolution du statut juridique de Thugga, (...) dresser un tableau cohérent de (sa) vie religieuse” (ead. 83).

46 Scheid, in Jacques & Scheid 1992, 1 11-112 ; id. 1997, 51.

47 Scheid 1999, 387.

48 Jacques 1984, XI.

49 Ainsi, après sa dévastation par les hordes gauloises et malgré le désir de ses concitoyens, Camille refusa d’abandonner Rome en arguant de l'enracinement de ses sacra et de ses templa inamovibles (Tite-Live 5.51 ; cf. Gros 1996, 122).

50 Zaccaria-Ruggiu 1995, 11-12.

51 Gros 1991, 127.

Table des illustrations

Légende Fig. 5 : Le quartier central5a : Le forum et la place du marché (in Cl. Poinssot 1958, 34). (en hachuré : la forteresse byzantine). 5b : La place du marché (in Merlin 1905, pl. XVI).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7932/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Fig. 6 : Vues du forum depuis le capitole,a. Portique sud. – h. Vue générale vers l'ouest, – c. Portique nord.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7932/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Légende Tableau 1 : La vie religieuse à Thugga d’après les inscriptions.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7932/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 423k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search