Version classiqueVersion mobile

Topographie religieuse de Thugga (Dougga)

 | 
Sophie Saint-Amans

Préface

Mustapha Khanoussi et Louis Maurin

Texte intégral

1Inscrit en 1997 sur la Liste du Patrimoine Culturel de l'UNESCO, le site de Dougga n'a retrouvé que récemment le devant de la scène de la recherche scientifique, après de longues années de relatif oubli. Il doit ce regain d'intérêt à la décision du Conseil Ministériel présidé par le Chef de l'État tunisien le 21 juillet 1991 d’aménager le site en Parc archéologique national. Ce fut le début d’un vaste programme qui a relancé à la fois la recherche et l'inventaire et a engagé d'importants travaux de sauvegarde et de mise en valeur. Les recherches de Sophie Saint-Amans sur la topographie religieuse de l’antique Thugga s’inscrivent dans ce cadre. Le volume issu de sa thèse de doctorat inaugure des travaux et des publications sur les monuments cultuels de cette ville d'Afrique Proconsulaire à l'époque romaine.

2Dès le milieu du xviie siècle, époque lointaine où les premiers explorateurs européens visitèrent Dougga, qui n'était alors qu'un pauvre bourg rural installé sur et dans des ruines antiques, le site acquit sa célébrité grâce à son temple capitolin ; depuis sa construction sous le règne conjoint de Marc Aurèle et de Lucius Verus, il continue de marquer le paysage et de dominer de toute sa hauteur la vallée de l'oued Khalled. Les explorations et les fouilles qui ont été entreprises dans l’agglomération à partir de la lin du xixe siècle ont porté à la lumière du jour de nombreux autres vestiges de monuments cultuels et révélé en grande partie son histoire à travers les siècles de l’Antiquité.

3Ville numide fortement imprégnée de la civilisation punique, ayant connu à l'époque romaine la coexistence pendant plus de deux siècles, dans le même cadre urbain, de deux communautés juridiquement distinctes - les autochtones pérégrins et les colons citoyens romains-, avant de les voir fusionner, Thugga constitue un exemple emblématique pour l'étude de la vie religieuse en Afrique proconsulaire. L'introduction de nouveaux cultes au côté de ceux qui étaient rendus aux divinités locales, plus ou moins romanisées, et l'adoption de nouvelles pratiques religieuses comme le culte rendu aux empereurs et aux membres de leur famille, ont eu, comme on peut aisément l’imaginer, d'importantes conséquences tant sur la topographie religieuse de la ville que sur son paysage urbain. Les vestiges archéologiques retrouvés à ce jour sont à ce propos d'une grande éloquence. Ils sont formés de plus d'une vingtaine d'édifices plus ou moins bien conservés et d'une grande variété typologique, et comptent des dizaines d’inscriptions, auxquelles on peut ajouter les très nombreux témoignages iconographiques. Pour l'essentiel, cette riche documentation était connue depuis longtemps, mais elle n'avait jamais tait l'objet d'une étude d'ensemble. C'est à Sophie Saint-Amans qu'est revenu le mérite d'ouvrir ce dossier et de l'instruire. C’était là un travail d’autant plus difficile à mener à bien que les fouilles anciennes ont rarement été publiées de façon satisfaisante. Elle a pu conduire ses propres recherches sur le terrain en participant successivement à deux programmes de recherche tuniso-français qui ont porté, l'un sur l'inventaire informatisé de la collection d'inscriptions latines, l’autre sur l'architecture religieuse païenne.

4Sophie Saint-Amans donne ici un état de la question qui renouvelle largement une connaissance souvent sommaire, ou vieillie, et un tableau qui restitue la vie religieuse de Thugga. Chemin faisant, elle souligne avec beaucoup de justesse et de pertinence l’influence de 1'histoire religieuse locale sur la topographie et ses conséquences sur la transformation du paysage urbain. Mais elle a aussi le souci de ne jamais séparer l’étude archéologique des monuments de celle des problèmes non seulement religieux, mais aussi institutionnels et sociaux. C’est la religion civique, et avant tout le culte impérial, qui a été le moteur du rapprochement progressif entre les deux communautés, africaine et romaine, puis de leur fusion. On suit cette évolution à travers le développement des édifices cultuels dans l'agglomération - le centre civique et sa périphérie. L’étude de la topographie religieuse de Thugga aboutit ainsi à des vues originales sur l’histoire d’une ville qui sans conteste est une référence constante pour la civilisation africo-romaine.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search