Version classiqueVersion mobile

L’élevage en Grèce (fin ve-fin ie s. a.C.)

 | 
Christophe Chandezon

Le bétail en Grèce ancienne. Conclusions et perspectives

Texte intégral

1A elles seules, les inscriptions ne permettent pas de reconstituer tous les aspects de la vie pastorale dans la Grèce ancienne. Il faudrait pour cela employer l'ensemble des sources : littéraires, épigraphiques et archéologiques. Les premières ont déjà été exploitées antérieurement et les dernières commencent seulement à se multiplier. Nombreux sont les aspects de l'économie pastorale grecque que l'épigraphie ne peut éclairer. D'un point de vue strictement zootechnique, elle n'apporte rien à la connaissance des races domestiques de l’Antiquité. Plus grave encore : elle ne fournit que peu de données sociales sur la vie pastorale, puisqu'il est plus souvent question des troupeaux que des bergers. Quelques éléments seulement de leur vie quotidienne et de leur travail sont apparus au fil de ces pages : la pratique du parc, l'importance de l'eau. Répétons qu'il ne s'agissait pas ici de dresser un tableau complet ou de faire une histoire globale de l'élevage en Grèce ancienne. Pourtant, nos textes permettent d'aborder une question essentielle : celle de la place de l'élevage dans l'économie agricole, car, contrairement à une idée reçue, le bétail ne semble pas avoir été si mal intégré à l'agriculture, du moins dans certaines régions.

2Au-delà de ces quelques remarques, il paraît nécessaire d'ordonner les principales de nos conclusions en les replaçant dans un ensemble de perspectives de recherches sur l'élevage en Grèce ancienne. On connaît les dangers qui guettent l'historien de l'économie antique quand il prend en compte le monde grec comme un bloc dans l'espace et dans le temps. On peut quelquefois dresser un tableau général, mais c’est au prix du détail qui détonne et que l'on renonce à expliquer. Réintégrer ces détails exige une périodisation et une régionalisation de bien des questions. Le premier écueil à éviter est la tentation de l'amalgame chronologique des sources comme remède à la pénurie de documents. Compléter Hésiode par une inscription d'époque impériale peut être fructueux, mais aboutit souvent à des conclusions trompeuses ou à des contradictions. Il est également dangereux de procéder à un amalgame géographique. La distance spatiale qui peut séparer un document des Cyclades et un autre originaire d'Arcadie doit être gardée à l'esprit, tant les milieux sont différents et il n'y aurait rien d'étonnant à ce que ces deux documents, quoique contemporains, correspondent à des situations opposées.

1. Bétail et richesse

  • 1 Syll.3, 124, 1. 4-6, où 160 dr. sont versées pour louer des attelages. En 402/401 a.C., les travau (...)
  • 2 PCZ, 59612, du milieu du iiie s. a.C. Les contrats de location d'animaux étudiés par Bolla 1940, 7 (...)
  • 3 Eschine, Ambassade, 111 (cf. C. Ctésiphon, 76).

3La prise en compte de la fortune pastorale dans la fiscalité confirme l'idée que le bétail était une source de revenus importante. Même pour une paysannerie modeste, posséder quelques bêtes était un moyen de s'ouvrir à l'économie d'échanges. Il était en effet possible de tirer un revenu de la possession de quelques animaux de trait en les louant, car les besoins étaient multiples. Les chantiers de construction mobilisaient les attelages de mules et de bœufs pour lesquels il fallait payer un loyer (μισθός). On en a des attestations épigraphiques précoces, comme lors de la reconstruction des murailles du Pirée en 395/394 a.C.1 Les particuliers devaient aussi louer des attelages pour divers transports et déplacements. La documentation papyrologique grecque montre que cela se faisait couramment dans l'Égypte hellénistique : une lettre des archives de Zènôn traite de la location d'attelages pour un transport de figues2. Les plaidoyers laissent entrevoir qu'il en était de même dans l'Athènes classique. Eschine, au sujet de l'ambassade de 346 a.C., qui partait en Macédoine pour négocier la paix de Philocrate, explique que Démosthène avait voulu se faire bien voir de ses collègues en louant pour eux des couples de mules qui devaient permettre un voyage plus confortable qu'à cheval3.

  • 4 Nos informations sur les épizooties dans le monde grec sont pratiquement inexistantes. L'intérêt q (...)
  • 5 Orrieux 1985, 222. Une remarque (p. 262) va dans le même sens, expliquant que le bétail est souven (...)

4Un troupeau est une forme de richesse qui comporte des risques (comme les épizooties4), mais offre aussi des revenus réguliers (le croît, le lait, la laine, etc.). La façon dont Zènôn de Caunos, dans le Fayoum du milieu du iiie s. a.C., gérait son cheptel le montre clairement et Cl. Orrieux le fait remarquer à plusieurs reprises : “Le troupeau est traité à la façon d'un capital permanent dont la rente constitue les intérêts fixes”5. C'est sans aucun doute dans le même esprit qu'agissaient les sanctuaires possédant des troupeaux sacrés.

  • 6 Orrieux 1985, 217-222, a étudié le fonctionnement de ces deux modes d'exploitation. Sur le bail à (...)
  • 7 Voir un exemple du système dans PCZ, 59340 (juillet-août 240 a.C.). Dans PCZ, 59422, 1. 11-12, à p (...)
  • 8 Moriceau 1999, 24, parle du bail à cheptel comme d'un “instrument de crédit agricole”.
  • 9 Diodore 8.7, et Paus. 4.4.5-8, sur cet épisode. Le texte de Diodore est moins instructif que celui (...)

5Les moyens de faire valoir les cheptels les plus nombreux étaient divers : le propriétaire pouvait les exploiter de façon directe, en en confiant le soin à des bergers sous ses ordres, comme le recommandaient les agronomes romains. Mais la documentation égyptienne montre d’autres solutions, comme les contrats de travail avec un personnel libre ou le recours au système du bail à cheptel6. Dans ce dernier cas, on traite un troupeau comme une terre et on en loue l'exploitation à un particulier. Le preneur s'engage à verser une rente régulière (φόρος), généralement en nature, souvent sous la forme d'une partie du croît. Il arrive quelquefois qu'une rente en espèces vienne s'y ajouter. Le bail à cheptel, tel qu'il était pratiqué dans l'Égypte hellénistique, était très intéressant pour les grands propriétaires de bétail, puisque les risques de l'opération étaient assumés par le preneur qui. à l'échéance du bail, devait restituer le troupeau semblable en nombre et en qualité à celui qu'il avait loué. C'est le système du cheptel de fer où les animaux sont qualifiés d'immortels dans la mesure où leur remplacement est assuré pour le bailleur7. Il s'agissait donc d'un investissement d'une grande rentabilité, peut-être même supérieure à celle des baux fonciers. Mais les baux à cheptel ont probablement aussi permis à certains petits paysans de se constituer un capital pastoral de départ8. Le système des baux à cheptel était connu dans d'autres civilisations antiques, comme en Mésopotamie, mais il a sans doute été pratiqué en Grèce ainsi que le montre une anecdote citée par Diodore et Pausanias à propos des origines de la seconde guerre de Messénie. Il y est question d'un certain Polycharès, un Messénien, qui possédait de nombreuses vaches et en aurait confié certaines à un Spartiate, Évaiphnos, contre un partage des profits du troupeau. Le Spartiate indélicat revendit les animaux et leurs bergers à son profit, expliquant au propriétaire qu'ils avaient été volés par des brigands9.

  • 10 La méthode est décrite par les agronomes latins, la version la plus détaillée figurant dans Colume (...)
  • 11 Ces couvertures étaient retirées régulièrement afin de nettoyer la toison et les bergeries étaient (...)
  • 12 Diogène Laërce 6.41 : le philosophe Diogène le Cynique constatait que les Mégariens habillaient mi (...)
  • 13 Cf. l'exemple cité par Strabon 12.3.13 = C546, pour la côte pontique de l'Anatolie, près de l'embo (...)
  • 14 PCZ, 59195 et 59430 (voir Orrieux 1983, 91). La technique se diffusa aussi dans l'Occident romain (...)
  • 15 Strabon 12.8.16 (moutons à laine noire de Laodicée) et Columelle 7.2.4 (Clazomènes).

6L'attitude de certains grands propriétaires s'est aussi traduite par le choix de races et de méthodes spécifiques d'élevage, tournées, dans le cas des ovins, vers la production de laines de grande qualité. La technique est celle des “brebis vêtues" (ὑποδιφθέροι ποῖμναι, les ονes pellitae des Romains10). Les bêtes étaient en effet revêtues de couvertures pour conserver une toison impeccable11. Les brebis n'étaient pas tondues, mais on attendait le moment où la vieille laine se détachait naturellement pour l'arracher brin à brin. On produisait ainsi des laines fines (ἔρια μαλακά). Ce type d'élevage était en usage dans de nombreux endroits du monde grec : les textes le mentionnent en Attique, à Mégare12 ou en Asie Mineure13, dans la région de Milet d'où était issue la race dite milésienne. Il allait de pair avec une sélection attentive des animaux. Là encore, les archives de la dôrea d'Apollônios dans le Fayoum montrent cette zootechnie en action : à côté des moutons arabes de l'exploitation, Apollônios lit introduire un troupeau de brebis de race milésienne et former une partie du personnel de ses bergeries à ce type d'élevage14. Enfin, dès la basse époque hellénistique, certaines régions d'Asie Mineure s'orientèrent dans une autre direction, toujours dans le but d'obtenir des laines de grand prix : on sélectionna des animaux à toisons naturellement colorées noir corbeau ou roux15.

  • 16 PCZ, 59394 (mémorandum d'Apollônios à Zènôn). Voir Orrieux 1985, 260-263, et Préaux 1947, 31-34, s (...)

7Ce type de pratiques permet d'établir la distinction entre élevage spéculatif et élevage de subsistance. Pourtant, dans la Grèce des cités, les petits troupeaux dominaient le plus souvent, tout en étant étroitement intégrés à l'agriculture. La recherche d'une rentabilité n'est évidente que pour une frange de riches exploitants. Revenons une fois encore à Zènôn de Caunos, dont un document nous apprend qu'il possédait à lui seul 1 863 moutons et 122 chèvres : pour lui, le développement de l'élevage du petit bétail était indéniablement un moyen de faire fructifier sa fortune16. Les inscriptions offrent des parallèles au type de gestion que l'on décèle chez Zènôn : Eubôlos d'Élatée (doc. no 7), avec son autorisation de faire paître 1 000 têtes de petit bétail et 220 bovins ou chevaux, appartenait sans aucun doute à la même catégorie de propriétaires.

2. La géographie de l'élevage grec : les grandes unités régionales

  • 17 Corbier 1988, 217, avait insisté déjà insisté sur trois niveaux différents d'activités pastorales  (...)

8Au cours de notre étude, il nous est apparu que se dessinait une géographie de l'élevage, divisant le monde grec en trois grandes régions17.

  • 18 Reger 1994a, 252-253, insiste sur l'unité économique de cet espace, ce qui dépasse largement son u (...)
  • 19 Lohmann 1993, 204, fait remarquer cette conséquence du développement des terrasses de culture.
  • 20 C'est le modèle alternatif suggéré par Halstead 1987a.

9a) L'Attique, les Cyclades et le sud de l'Ionie forment un premier ensemble18. Dans ce domaine qui pourrait être qualifié d'égéen, toutes les conditions naturelles semblaient réunies pour restreindre la place du bétail dans la vie économique : la nécessité de se concentrer sur les productions céréalières et arboricoles créait une contrainte défavorable à l'élevage. A Délos et à Rhénée, elle se traduisait par une absence presque complète de pâturages naturels. Ailleurs, comme dans le sud de l'Attique, la création de terrasses de culture sur les pentes ne pouvait que limiter les superficies de pacage. Partout, laisser paître du bétail au milieu des cultures entre les moissons et les semailles nécessitait une surveillance étroite19 ; les lois sacrées et les règlements profanes en transmettent l'écho. Or, c'est aussi dans ces régions que l'on trouve les meilleurs exemples d'intégration agropastorale, comme dans les textes du sanctuaire d'Apollon à Délos. Les éleveurs devaient donc faire face à un défi qui a pu être relevé par une orientation prédominante vers le petit bétail et par une intensification de l'élevage20.

  • 21 Nous ne citons que pour mémoire une solution proposée par Roy 1999, 349-356, et qu’il baptise over (...)

10b) Dans une autre partie de la Grèce (Péloponnèse, Grèce centrale, Thessalie, nord de l'Ionie, Éolide), les conditions naturelles semblaient plus favorables aux troupeaux, puisque les eschatiai montagneuses offraient une réserve pastorale à laquelle tout citoyen semble avoir eu accès. Mais, de ce fait, l'élevage s'est trouvé repoussé hors du cœur des territoires civiques. L'ensemble du système agricole en a certainement pâti : une partie de l'engrais que le petit bétail pouvait fournir, et qui est un engrais de grande qualité, ne bénéficiait plus aux cultures, mais servait seulement à l'amendement des pâturages. Cette orientation aurait pu conduire au développement d'un élevage extensif avec recours à la transhumance. Or cela ne s'est pas produit, non en raison d'obstacles naturels, mais à cause de la présence de la cité comme cadre de vie. La multiplication des frontières a gêné et limité les déplacements des troupeaux, empêchant l'exploitation la plus efficace du milieu pour l'élevage21.

11Dans ces deux premiers secteurs, c'est la cité qui règne ; quel que soit le degré d'intégration agro-pastorale, la cité apparaît avant tout comme une société de gens qui vivent dans le bas-pays et qui exploitent à leur profit les zones de montagne considérées comme marginales. Il n'en allait sans doute pas de même dans le troisième secteur.

  • 22 Ps-Scylax, Périple, 28-33, qui le répète au sujet des Chaones, des Thesprotes, des Cassopes et des (...)
  • 23 Voir Cabanes s.d.
  • 24 Vokotopoulou 1986, 1. 340-348, pour ce qui concerne l'élevage. On trouvera une présentation en fra (...)
  • 25 Arrien, Anab., 7.9.2-3, prête à Alexandre un discours expliquant que Philippe II a fait passer les (...)
  • 26 Sur l'élevage ovin en Épire, voir Arist., Histoire des animaux, 3.21 = 522b, et Plut., Pyrrhus, 5. (...)

12c) Celui-ci englobe les régions périphériques du monde grec (le versant occidental de la Grèce continentale et la Macédoine) où les conditions géographiques étaient proches de celles du deuxième groupe de régions. En conséquence une tendance semblable à l'élevage extensif est apparue. Elle a été favorisée par une organisation politique permettant la mise en place d'amples mouvements pastoraux. Pendant longtemps, la cité n'a guère eu de place dans ces régions où les populations vivaient en villages (κατὰ κώμας22). Les constructions politiques reposaient sur des ensembles vastes, monarchies et ethnè. Du coup, les barrières aux déplacements de nombreux troupeaux sur des distances importantes étaient abolies23. Ce ne sont pas les inscriptions qui peuvent renseigner sur ces pratiques pastorales, car les sources épigraphiques émanent avant tout des cités. Seule l'archéologie peut jeter un peu de lumière sur elles, comme l'ont fait les fouilles de Ioulia Vokotopoulou à Vitsa24. Le site de Vitsa se situe à une dizaine de km au nord de Janina, sur les flancs occidentaux du Pinde, à plus de 1 000 m d'altitude. Tout laisse croire que les deux nécropoles de Vitsa, en usage du ixe au ive s. a.C., sont celles de pasteurs nomades : des os de moutons et de chèvres ont été découverts en abondance, alors que les traces d'habitat dans cet endroit inhospitalier l'hiver sont très ténues ; le matériel céramique provenait de Grèce centrale, tandis que les monnaies étaient rares. Dans ces régions, l'époque hellénistique ne semble pas avoir marqué de rupture dans les pratiques pastorales, même s'il est probable qu'elles ont régressé25 : Varron décrit encore, au début de l'Empire, les déplacements du bétail en Épire, insistant sur les distances parcourues26.

  • 27 Jameson et al. 1994, 290-297.

13Cette géographie de l'élevage en Grèce ancienne ne doit naturellement pas être considérée comme un système rigide. Les nuances étaient infinies, dépendant à la fois du contexte chronologique, géographique, social et économique. Rien ne s'oppose en effet à ce que dans une même région aient coexisté plusieurs types d'élevage, comme l'a démontré le survey réalisé par l'Université de Stanford dans le sud de l'Argolide où, à l'époque moderne, la transhumance cohabitait avec des élevages plus ou moins intensifs pratiqués par les paysans de la région27. Le dossier des délimitations de la terre civique en Thessalie (textes no 17 et 18) donne un exemple de cet enchevêtrement de différentes façons d'exploiter le bétail. Nous sommes là dans la deuxième de nos grandes unités géographiques, celle où l'on constate une moindre intégration de l'élevage et de l'agriculture. Gonnoi, Hèrakleion et Kondaia disposent de territoires civiques juxtaposant des terres en plaine et d'autres dans le massif du Bas-Olympe. Dans les terres basses, la maîtrise du sol passe par une mise en valeur très diversifiée où figurent aussi bien des pêcheries de rivière, des champs cultivés que des troupeaux. C'est, semble-t-il, l’indice d'une intégration poussée du bétail aux autres activités. Au contraire, dans les zones de montagne, l'élevage semble avoir été l'activité normale qui se maintenait même lorsque les tentatives de mise en culture avaient échoué.

3. Évolutions

  • 28 Varron, Économie rurale, 2.2.9, l'évoque clairement (voir Sabattini 1977). Sur cette forme d'éleva (...)
  • 29 Kavvadias 1965 dont l'étude est surtout sociologique. On peut compléter par Hammond 1976, 37-51, e (...)
  • 30 Les Sarakatsanes parlent le grec, alors que la langue valaque est fondamentalement latine, même si (...)
  • 31 Ce sont les fêtes de la saint Georges (23 avril) et de la saint Dèmètrios (23 octobre) qui marquen (...)

14Dans le développement de la vie pastorale, quelle que soit la forme qu'elle ait prise, il n'y a certainement que fort peu de déterminisme. Nous avons rejeté l'hypothèse de la transhumance pour une bonne partie du monde grec et affirmé que cette absence ne devait pas être expliquée par des raisons liées à la géographie de la partie méridionale et orientale de la péninsule grecque. Dans l'Antiquité, la transhumance a été pratiquée dans des régions aux conditions géographiques proches, comme en Italie28. En outre, la Grèce a connu le phénomène de la transhumance à d'autres époques de son histoire : quoiqu'en perte de vitesse depuis la seconde guerre mondiale29, elle y est toujours pratiquée par les Valaques et les Sarakatsanes30, des nomades qui déplacent d'importants troupeaux de moutons alors que mules et chevaux servent aux transports des populations. Aujourd’hui, leur période d'estive dure de la fin d'avril à la fin d'octobre31, essentiellement dans le massif du Pinde. Autrefois, c'était toute la Grèce méridionale et centrale qui les accueillait pendant la mauvaise saison, jusqu'en Attique.

  • 32 Les surveys démontrent de plus en plus nettement combien les campagnes grecques à l’époque classiq (...)

15Puisque la nature n'explique pas l'absence de la transhumance aux époques classique et hellénistique, nous devons nous tourner vers les causes historiques et politiques. Elles nous paraissent être principalement au nombre de deux : a) la densité de la population rurale et le choix d'une mise en valeur strictement agricole32, b) le système de la cité. Expliquer les formes de la vie pastorale en Grèce ancienne est donc un problème fondamentalement historique, qui mérite une présentation périodisée dont nous allons essayer de retracer ici les grandes lignes.

  • 33 Cherry 1988 est le bilan le plus complet sur la question. Halstead 1987b suppose que l’élevage aur (...)
  • 34 Halstead 1990-1991, 343-354.
  • 35 Halstead 1990-1991, 354-359.
  • 36 A quoi il faut peut-être ajouter une place importante de la viande dans l'alimentation, par opposi (...)

16Dès l'achèvement de la néolithisation du monde égéen, au viie millénaire a.C., un certain nombre de traits distinctifs de l'élevage grec semblent en place, notamment la prédominance des ovicaprins sur les autres catégories de bétail et leur relative intégration à l'agriculture, même s'il paraît peu probable que se soit alors développé un élevage transhumant33. La seule modification notable est l'arrivée des équidés à la fin du iiie millénaire a.C. L'époque mycénienne est la première pour laquelle il est possible de confronter les données archéologiques à une documentation écrite, grâce à deux lots de tablettes trouvées à Pylos et à Cnossos. Ces documents, d’interprétation encore difficile, mettent l'accent sur l'implication des palais dans la gestion de l'élevage ovin (les bovins apparaissent déjà avant tout comme des animaux de travail). Les tablettes de Cnossos montrent que le palais était propriétaire d'environ 100 000 moutons élevés dans toute la Crète centrale ; leur fonction principale était de fournir de la laine aux ateliers textiles du palais et cela explique la nette prépondérance des mâles castrés34. Les documents découverts à Pylos révèlent un système très proche, quoique l'échelle en soit moindre, puisque les tablettes ne parlent que de 10 000 animaux environ35. Le monde mycénien présente donc une situation exceptionnelle dans l'histoire de l'élevage grec, très différente de celle de la Grèce des cités, avec d'importants troupeaux gérés par des États centralisés s'appuyant sur les éleveurs privés. On aimerait certes connaître les pratiques pastorales de l'époque, mais c'est la première pour laquelle les conditions nécessaires à la transhumance semblent réunies : existence d'un État capable de l'organiser, taille des troupeaux ovins, importance du travail de la laine36.

  • 37 Snodgrass 1986, 32-33.
  • 38 Voir les critiques émises par Cherry 1988 et par Isager & Skydsgaard 1992, 99.
  • 39 Benveniste 1969, 1.37-45.

17Les âges obscurs ont, en revanche, suscité des interprétations très divergentes. Snodgrass a développé une théorie selon laquelle la diminution de la population aurait fait de l'élevage la principale forme de mise en valeur du territoire, le début de l'Archaïsme se traduisant par un retour à l'agriculture37. Rien pourtant ne semble étayer solidement cet aspect de la révolution agraire du viiie s. a.C.38 Dans les poèmes homériques, beaucoup plus que chez Hésiode, l'élevage occupe une place importante dans la vie économique, mais nullement au détriment de l'agriculture. S'il fallait tirer une conclusion d'Homère, ce serait que le système en vigueur était déjà nettement agro-pastoral. La véritable originalité de l'époque se situe dans l'importance du bétail comme forme essentielle de la richesse. L’histoire du mot probata, telle que l'a retracée Benveniste, en apporte la démonstration la plus claire39 : les probata désignaient alors l'ensemble des richesses mobilières, par opposition aux keimèlia et c'est parce que le bétail était la richesse mobilière par excellence que le terme probata a très tôt fini par ne qualifier que le cheptel, puis, à partir de l'époque classique en dialecte attique, les deux espèces prédominantes dans l'élevage grec, les chèvres et les moutons.

  • 40 Van Andel & Runnels 1987, 101-117.

18L'époque classique semble présenter un monde rural à son apogée : l'apport principal des surveys est d'avoir montré que les campagnes grecques atteignent leur plus grande densité de peuplement à l'époque classique et encore au début du iiie s. a.C. et que les communautés exploitent alors le plus densément les ressources agricoles de leurs finages. Le sud de l'Argolide, par exemple, semble s'être tourné alors vers l'oléiculture commerciale et la production de céréales pour la consommation locale40. Dans certaines régions du monde grec, cette situation explique probablement l'évolution de la vie pastorale vers une intégration poussée à l'agriculture.

  • 41 Fuks 1966, 440, pour la géographie des conflits sociaux à l'époque hellénistique.

19La baisse de l'occupation humaine des campagnes et le développement de grandes propriétés commencent dès la haute époque hellénistique et s'accentuent au iie et au ier s. a.C. Il se peut que, selon les régions, cette évolution ait été plus ou moins précoce, plus ou moins accentuée. La division géographique proposée en fonction des rapports entre bétail et cultures invite à tirer certaines conséquences historiques. On a vu que cette intégration fut plus achevée en Attique, dans les Cyclades et sur une partie de la côte d'Asie Mineure. Or, on constate aussi que c'est dans cette zone que les conflits entre possédants et non-possédants de la terre furent les moins vigoureux à l'époque hellénistique41, comme si les paysans de cette partie du monde grec avaient été mieux armés, grâce à l'agriculture minutieuse qu'ils pratiquaient, pour résister au phénomène de concentration des terres. En revanche, les zones où l'octroi de l'epinomia semble avoir été fréquent, comme le Péloponnèse ou la Grèce centrale, sont aussi celles où les staseis furent les plus nombreuses, comme si les notables fonciers avaient été les premiers bénéficiaires des facilités d'accès aux pâturages de montagne.

  • 42 Sur ces phénomènes, voir l’ouvrage de Alcock 1993, spécialement le chap. 2 (p. 33-92).
  • 43 Alcock 1993, 217-220, sur les questions de chronologie.
  • 44 Dion Chrysostome 7 (Discours Euboïque). 10-17.
  • 45 Van Andel & Runnels 1987, 111.
  • 46 Alcock 1993, 87-88.

20Le phénomène de déprise démographique dans les campagnes grecques perdure sous le Haut Empire et le retournement de situation ne se produit qu'au Bas Empire42. L'évolution du peuplement rural et des structures foncières est indéniable et place certes la rupture essentielle entre la haute et la basse époque hellénistique43, mais l'intégration de la Grèce à l'Empire romain n'a pas été sans conséquences. Elle correspond à la disparition des octrois du droit de pâturage (epinomia) et plus généralement de la proxénie. De telles institutions, typiques des cités, étaient devenues inutiles dans un monde désormais unifié par le pouvoir impérial. Comme les aqueducs, les chemins de transhumance auraient désormais pu se développer au-dessus des frontières civiques. Une mutation de la place de l'élevage semble alors avoir lieu. Certains passages d'auteurs d'époque impériale proposent l'image de campagnes presque uniquement investies par les bergers et les chasseurs44, tandis que le survey du sud de l'Argolide montre que des grottes abandonnées depuis longtemps étaient de nouveau occupées, par des bergers semble-t-il45. Il ne nous appartient pas de juger de la validité de ce schéma d'évolution et nous noterons seulement qu'il a été retenu par S. Alcock, qui a rassemblé les données fournies par les prospections46.

  • 47 Ce changement radical de perspective est l'œuvre de savants allemands de la fin du xixe s., notamm (...)
  • 48 Vairon, Économie rurale, 2.2.2, fait affirmer à l’un des interlocuteurs que “parmi les bêtes à l’é (...)
  • 49 Arist., Pol., 1.8.6 = 1256a : oἱ μὲν οὖν ἀργότατοι νομάδες εἰσίν (trad. J. Aubonnet, CUF).
  • 50 Lorsqu'Hdt. 4.17-20, oppose les Scythes paysans aux Scythes nomades, la conséquence était de prése (...)

21Après cette histoire de l'élevage en Grèce ancienne telle que l'historien peut la reconstruire, il faudrait en présenter une autre, celle que les Grecs de l'Antiquité ont pensée. Pendant longtemps, elle a influencé l'idée que l'on se faisait de la vie pastorale dans l'évolution de l'humanité. En effet, ce n'est qu'à la fin du xixe s, que le présupposé d’antériorité de l’élevage par rapport à l'agriculture a été remis en cause par une inversion des perspectives, l'élevage apparaissant désormais comme une conséquence de la révolution agricole du néolithique plutôt que comme une étape préalable à cette même révolution47. La vieille théorie faisant de l'élevage un stade antérieur à la vie agricole était déjà bien enracinée dans la pensée grecque et c'était l'un des éléments centraux de la compréhension du développement de la civilisation48. Le bétail imposait aux hommes un mode de vie nomade (βίος νομαδικός), le premier que cite Aristote dans la Politique, le plus méprisable aussi à ses yeux (“Les moins actifs sont nomades” dit-il49) et le plus éloigné de la vie agricole (βίος γεωργικός). Sans lois, sans cités, ignorants de l'araire et des céréales, les bergers nomades faisaient figure de barbares par excellence, s'opposant aux peuples de laboureurs (ἀροτῆρες), les seuls à pouvoir développer une civilisation véritable. Le rejet du nomadisme était fondé sur une perception très négative du mode de vie de ceux qui, en général, n'étaient que pasteurs. Ce rejet s'est très tôt affirmé dans la pensée grecque puisqu'il structure toute la description de la société pourtant sédentaire des Cyclopes dans le chant IX de l'Odyssée. Les Grecs ont donc élaboré une interprétation historique du nomadisme pastoral en lui concédant une valeur à la fois primordiale et barbare. Cette idée a servi d'outil intellectuel à l'ethnographie grecque, permettant un classement des peuples en fonction de leur degré d'évolution vers l'agriculture50. Elle a aussi eu des conséquences sur l'idée que les Grecs se faisaient de ceux d'entre eux qui s'occupaient du bétail.

4. L'homme grec et l’animal domestique

  • 51 Voir le panorama des espèces domestiques dressé par Louis 1970, 189-201.
  • 52 Arist., Histoire des animaux, 8.28 = 606a : en Syrie, les bovins sont ὥσπερ αἱ κάμηλοι. L'origine (...)
  • 53 Pline, Histoire naturelle, 8.70.179.
  • 54 Pour cette dernière, nous possédons le témoignage des monnaies, car, au iie s. a.C., beaucoup de c (...)

22L'Antiquité gréco-romaine a peu apporté à l'histoire de la domestication51. C'est dans le domaine de la basse-cour, qui ne nous intéresse pas ici, que les renouvellements les plus évidents ont eu lieu : poules et coqs semblent avoir pris une place de plus en plus importante et deux espèces nouvelles apparurent, les faisans et les pintades. En ce qui concerne le bétail, l'une des rares innovations, quoique géographiquement limitée, a consisté dans l'introduction du bœuf à bosse, le zébu. A l'époque d’Aristote, c'est encore un animal exotique pour les Grecs : à cause de sa bosse, il est comparé au chameau et n'est encore connu que sur les marges du monde grec, en Syrie52. La diffusion du bœuf à bosse en Grèce date surtout de l'époque hellénistique et, sous l'Empire, l'animal est désormais bien connu des naturalistes qui distinguent deux variétés, syrienne et carienne53. Une partie seulement du monde grec a été concernée. Chypre et l'Asie Mineure essentiellement54. La cause véritable de l'introduction du zébu n'est pas claire : elle est peut-être liée au caractère doux de cet animal, ce qui le rend facile à conduire.

  • 55 Cette distinction est classique dans l'analyse de l'élevage : Digard 1990. La notion existait déjà (...)

23Mis à part ces quelques modifications, la composition des cheptels grecs n'a guère changé dans ses grandes lignes entre le iie et le ier millénaire a.C. : elle est essentiellement fondée sur l'opposition entre gros et petit bétail. Leur place, au sein de l'agriculture grecque, est très différente. Le petit bétail, chèvres et moutons, est certainement au cœur d'un élevage de rente, qui vise à produire un revenu (lait et dérivés, viande, laine). L'animal n'a de valeur qu'en tant qu'unité indistincte d'un cheptel. Éleveurs et paysans ne considéraient pas ces animaux comme investis d'une valeur propre55.

  • 56 Hésiode, Travaux, 405. La citation avait frappé dans l'Antiquité : elle figure dans Ps-Aristote, É (...)
  • 57 Dans Aristophane. Acharniens, 1022 sq., un laboureur athénien de Phylé victime des Béotiens s'écri (...)
  • 58 Durand 1986.
  • 59 Porphyre, De l'abstinence, 2.29-30. Certaines épigrammes de l'Anthologie Palatine (6,40 et 228 par (...)
  • 60 Sur cette option hostile à la consommation de la viande animale, qui repose sur une conception ori (...)
  • 61 Élien, Histoire variée, 5.14 (trad. modifiée A. Lukinovich et A.-Fr. Morand, La roue à livres).

24Il en allait différemment du gros bétail qui était beaucoup plus rarement perçu comme susceptible de fournir une rente à son propriétaire. Pour cela, il fallait qu'il forme des troupeaux, comme dans certains sanctuaires. Si certains paysans louaient leurs attelages aux grands chantiers de construction, comme on l'a dit plus haut, ce qui était aussi une façon d'en tirer une rente, le plus souvent les bovins étaient considérés comme des auxiliaires du labeur humain : on connaissait mieux le couple de bœufs de labour que le troupeau de vaches. Les bœufs en tiraient une place essentielle pour les paysans : “Ayez d'abord une maison, une femme et un bœuf de labour” explique Hésiode56. Leur mort, qu’elle soit la conséquence de la guerre ou d’une maladie, était une catastrophe57. C'est en partie ce qui explique les réticences à l'égard du sacrifice des bovins et l'analyse du rite athénien des Bouphonies menée par J.-L. Durand est l'illustration la plus nette de cette attitude58. Les penseurs grecs n'ont pas cessé de témoigner de cette répugnance à sacrifier l'animal qui est le compagnon des travaux du paysan, qui lire l'araire et l'hamaxa. Dans le traité De l'abstinence, Porphyre s'est efforcé de combattre les tentatives faites par le passé pour justifier une mise à mort qu'il n'était pas loin de considérer à l'égal de l'homicide59. L'originalité de Porphyre était d'étendre, à la façon des pythagoriciens et dans la tradition platonicienne, l’interdit à l'ensemble des animaux et de vouloir systématiquement les remplacer par des offrandes végétales. Dans son radicalisme, cette option fut minoritaire60, mais l'interdit pesant sur les sacrifices de bovins ayant tiré l’araire n'en était pas moins une réalité. Une loi athénienne, citée par Élien, précisait : “Il ne fallait pas sacrifier un bœuf laboureur (βοῦν ἀρότην) qui avait travaillé sous le joug d'un araire ou même d'un char, car il était aussi un paysan (οὗτος εἴη γεωργός) et un compagnon de l'homme dans ses peines καὶ τῶν ἐν ἀνθρώποις καμάτων κοινωνός)”61.

  • 62 Lejeune 1963 : les noms sont révélateurs : Κέλαινος, le Noir, Ξοῦθυς, le Roux, etc.
  • 63 Geoponica, 17.2.4 (trad. Georgoudi 1990, 216). Sur les noms donnés aux bœufs, on consultera le com (...)
  • 64 Stobée, Ecl.Physic.et Ethic., 1.8.38 (éd. A. Meinecke, Teubner) : τόθ᾿εὑρέθη μὲν καρπὸς ἡμέρου τρο (...)

25Révélateur de la relation entre l'homme est l'animal est le fait que les paysans grecs, comme bien d'autres, ont donné des noms à leurs bovins, privilège qui ne fut accordé qu'à eux, aux chevaux et aux chiens : c'était déjà le cas à Cnossos comme le montrent des tablettes en linéaires B où l'on reconnaît les noms de bœufs de labour62. La pratique a perduré et les Geoponica précisent que “les bœufs connaissent bien la voix du bouvier, et quand on les appelle par les noms qu'on leur a donnés, ils comprennent et se dirigent là où le maître leur commande”63. Les bœufs de labour sont donc bien le signe d'une civilisation paysanne grecque centrée sur la cité et sur sa chôra ; une telle noblesse ne fut jamais reconnue aux moutons et aux chèvres qui restèrent toujours du côté de la sauvagerie et dans les marges du territoire. S’il est donc une bête qui domine la hiérarchie des animaux domestiques (hiérarchie naturellement commandée par les rapports entretenus avec l’homme), c’est bien le “bœuf travailleur", le βοῦς ἐργάτης, au point que sa mise sous le joug peut passer pour un moment essentiel de l’aventure grecque telle qu’elle a été conçue : un fragment du tragique Moschiôn (début de l’époque hellénistique), cité par Stobée64, la replace dans une chaîne d’innovations fondatrices, à côté de la découverte du vin et de la fortification des villes.

  • 65 Voir p. 286, n. 77.
  • 66 Roy 1999, 333, fournit une synthèse sur les données archéozoologiques.

26Nous avons insisté sur l’importance du cheptel aratoire dans la vie agricole. C’est effectivement sans doute d’abord à ce titre que les bovins étaient présents dans la vie paysanne. Il n’empêche que certains éleveurs ou certaines régions favorisées ont pu mettre l’accent sur un véritable élevage bovin à caractère spéculatif. Des troupeaux s’étaient ainsi constitués en Épire ou en Macédoine. Mais même ailleurs, on pouvait, par un acte volontariste, développer de véritables troupeaux de vaches : on le voit par exemple à Lousoi, dans le nord de l’Arcadie, grâce à Polybe qui parle des troupeaux sacrés d’Artémis Hèméra à l’occasion d’une opération militaire65. Les archéologues autrichiens qui ont repris les fouilles du sanctuaire ont montré qu’effectivement, à la basse époque hellénistique, il était là possible d’abattre des nombres importants d’animaux, de grande taille qui plus est, donc fruits d’un élevage sélectif66. Si les élevages sacrés apparaissent comme particulièrement dynamiques en ce domaine, c’est avant tout parce qu’il en est question dans les inscriptions, mais il ne faut pas douter qu’ils ne faisaient que reproduire les choix de certains particuliers à la recherche de rentabilité.

  • 67 Et cela dès les poèmes homériques au moins (Delebecque 1951).
  • 68 A commencer par celle de Xén., De l'art équestre. Des autres, on ne connaît que le titre et l’aute (...)
  • 69 Il faut se reporter à ouvrage complet et nuancé de Vigneron 1968.
  • 70 Xén., Écon., 11.15-17. Philopoimen, pour se rendre sur son domaine des environs de Mégalèpolis, n’ (...)
  • 71 Xén., Écon., 18.4-5.

27Les chevaux occupent, quant à eux, une place plus ambiguë. Il est inutile de rappeler combien l’animal est vu comme un marqueur social positif, en Grèce ancienne comme dans bien d’autres civilisations67. L’élevage des chevaux en ressort valorisé et sans doute favorisé : au sein de la littérature technique grecque, c’est l’animal qui a de loin suscité le plus grand nombre de monographies68, et les vétérinaires anciens se sont surtout intéressés à lui. Ses emplois aristocratiques, à la chasse, à la guerre ou lors des concours69, n’excluent pas une utilisation dans les domaines agricoles. Il permet au maître de faire le va-et-vient entre la ville et ses terres et d’en surveiller l’exploitation, comme c’est le cas d’Ischomaque70, et s’il ne tire jamais l’araire, il peut aider à battre le grain71.

  • 72 Délebecque 1951, 243-244, fait remarquer qu’il y a un lien entre la faible utilité économique du c (...)
  • 73 Voir Vigneron 1968, 1. 130-137, pour l'importance du bât dans les transports des biens et des pers (...)
  • 74 Gorteman 1957, 115, a judicieusement fait remarquer que les papyrus ne contiennent pas de signes d (...)
  • 75 Il., 23.260, et 266. Pour la place déjà ambivalente de la mule dans les poèmes homériques, voir De (...)
  • 76 Pindare, Olympiques, 4-6, célèbre des victoires olympiques avec des attelages de mule. Selon Paus. (...)
  • 77 Platon, Lysis, 208b, et Isée 5 (Succession de Dicaiogénès). 43, attestent de l’aspect prestigieux (...)
  • 78 Une remarque d'Il., 10.352-353, insiste sur la supériorité des mules sur les bœufs pour tirer l'ar (...)

28Cet emploi dévalorise certainement le cheval72 et le rapproche d’autres équidés comme les mulets ou les ânes dont on sait l’importance dans les transports, notamment grâce au bât73. Anes et mules ne sont pourtant pas tout à fait sur le même plan. Les premiers font l'objet d'un véritable mépris et, souvent, de mauvais traitements74. En revanche, mules et mulets, qui sont des hybrides de la jument et de l'âne, malgré leurs emplois économiques, conservent un certain prestige dû à leur filiation maternelle. A l'époque homérique, il arrivait que des mules fussent offertes comme prix75, ainsi lors des concours organisés pour les funérailles de Patrocle. Plus tard, au ve s. a.C., des attelages de mules ont couru dans les concours d'Olympie76 et tiré les véhicules de l'élite77. Enfin, les mules ont été les seuls animaux à concurrencer les bovins comme bétail aratoire, notamment grâce à la vigueur dont ils sont dotés78.

  • 79 Pour les mules de Phrygie, voir aussi p. 290, n. 99, et p. 417, n. 124. Pour l'Arcadie, Baladié 19 (...)

29Quel que soit le statut des uns et des autres, la présence des équidés dans la vie quotidienne a nécessité le développement d'un élevage commercial et la spécialisation de certaines régions dans ce domaine, comme le nord-est du Péloponnèse pour les chevaux, comme la Phrygie et l'Arcadie pour les mulets et les ânes79. Plusieurs souverains hellénistiques ont créé des haras pour l'élevage et le dressage des chevaux : la donation de juments par le roi Nicomède au sanctuaire de Delphes (no 14) en est certainement un indice.

  • 80 Dans Ps-Théocrite 25 (Héraclès tueur de lion). 7-17, les pâturages du gros bétail sont en plaine. (...)
  • 81 Robert 1980, 12-14. Un exemple, dans la basse vallée du Spercheios, près de Lamia, a été étudié pa (...)
  • 82 Sur les prairies humides et leur importance dans la pensée religieuse et philosophique, nous renvo (...)
  • 83 C'est ce que suggèrent judicieusement St. & H. Hodkinson 1981, 270 (à propos des terres proches de (...)
  • 84 Philippson 1897, 221-222 : “Südlich breiten sich saftige Weideflächen aus, auf denen zur Seite des (...)

30Dans la zone méditerranéenne, l'élevage des chevaux et des bovins a besoin de conditions bien particulières pour prospérer et devenir un élevage de rente. Les terres de montagne ne lui conviennent guère et il leur faut des pacages de plaine80 et des prairies humides. Les parcelles impropres à être emblavées leur reviennent donc, notamment les zones marécageuses des basses vallées fluviales que l'eau recouvre en hiver et que la malaria rend dangereuses, mais qui, en été, offrent des pâturages toujours verts et humides où les bovins paissent au milieu des herbes hautes. L. Robert a montré qu'il s'agissait d'un paysage bien méditerranéen, que le grec appelle une heiamenè81 ou un leimôn82. L'Asie Mineure en offre nombre d'exemples, car, là, les grands fleuves issus du cœur de l'Anatolie qui se jettent dans l'Égée accumulent plus qu’en Grèce le limon et forment des plaines qui gagnent peu à peu sur la mer. Les terres inondables autour des lacs karstiques forment une réserve identique, ainsi près du Copaïs en Béotie : en été, lorsque l'eau était basse, une partie de la cuvette pouvait servir de pâturage83. En de tels lieux, les anciens voyageurs se montraient alors surpris du spectacle particulier qui s'offrait à eux. Ainsi, Philippson, de passage dans la plaine d'Hajii Saranda (actuelle Épire albanaise), constatait que s'y était développée une sorte de mangrove méditerranéenne sur le cordon littoral séparant la mer Ionienne du lac de Butrinte. Le géographe allemand passait d'abord par une chapelle consacrée à saint Georges, à l’entrée nord du cordon : “Au sud, s'étendent de gras pâturages sur lesquels s'ébrouent bovins et chevaux, au bord de la forêt marécageuse. Nous traversons maintenant la plaine en direction de l'est, sur le seul chemin qui contourne le lac. (...) Le marécage est asséché à cet endroit, car les nombreux bras du fleuve ont été endigués, la forêt défrichée par bandes le long du fleuve et remplacée par des champs de maïs et des pâturages. De vastes troupeaux de magnifiques chevaux animent cette image étrange dans ce pays”84.

  • 85 Le porc n'est pourtant qu'assez rarement un animal tabou, mais son image est loin d'être positive  (...)
  • 86 Les éléments permettant de comprendre le système d'élevage mené par Eumée sont dispersés dans le c (...)
  • 87 Varron, Économie rurale, 2.4.6. Cet élevage à grande échelle est celui que décrivent de préférence (...)
  • 88 Pol. 12.4.5-14.
  • 89 Hérondas 8 (Le songe). 6-7 : [ἄστη]θι, φημί, καὶ ἅψον εἰ θέλεις λύχνον ǀ [καὶ τ|ὴν ἄναγνον χοῖρον (...)
  • 90 Voir p. 131.
  • 91 Brun 1996, 92. Voir ci-dessus p. 283.

31L'animal domestique dont l'élevage est presque totalement absent de nos sources, c'est le porc. Il n'est mentionné que dans l'inscription de Téos (no 53). où il vient compléter le cheptel local : ovins élevés pour la laine, bovins de travail. Mais, le plus souvent, il n’en est question qu'à l'occasion d'interdictions d'en laisser pénétrer dans des sanctuaires85. Le texte d'Ialysos démontre la nature purement religieuse de ces interdictions (no 41). Nul doute cependant que les porcins faisaient bien l'objet d'un élevage omniprésent dans le monde grec, élevage qui pouvait prendre des formes très variées. Il y a naturellement le modèle que l'on pourrait dire extensif où de vastes troupeaux sont menés de leurs porcheries aux pâturages forestiers où on les nourrit de fruits tombés, notamment de glands, ou de racines. C'est la méthode que décrivent les poèmes homériques lorsqu'ils montrent comment le porcher Eumée gérait les animaux qu'Ulysse lui avait confiés86. C'est cette même méthode que décrit Varron en insistant sur le caractère spéculatif de cette pratique87. Il y avait en effet dans l'Italie romaine de vastes troupeaux gérés de façon rationnelle : Polybe avait été frappé des avantages que cette méthode représentait par rapport aux usages en vigueur dans le monde grec où les troupeaux étaient mal surveillés par les porchers qui les conduisaient à la glandée, ce qui permettait de nombreux vols88. Mais les porcs, grâce à leur prolificité et à leur capacité à se nourrir de presque tous les déchets des activités humaines, étaient des animaux dont l'élevage à petite échelle était tentant pour bien des particuliers. Un passage du mime Le songe d'Hérondas présente un couple modeste dont le premier geste au petit matin, juste après avoir battu le briquet et allumé la lampe, est de faire sortir leur truie et de l'envoyer à la pâture89. A Délos durant l'époque de l'Indépendance, leur élevage était fréquent comme le montre le recours à des éleveurs privés pour l'achat des victimes des sacrifices publics90. Il est probable que même des citadins avaient la possibilité de nourrir une ou deux de ces bêtes comme on en voyait autrefois souvent le spectacle dans les agglomérations cycladiques91.

  • 92 Voir la notice de W. Richter 1972.
  • 93 L'Iliade et l'Odyssée sont beaucoup moins riches d'informations à son sujet, comparativement aux b (...)
  • 94 Il s'agit là d'une réalité déjà constatée par les Grecs : Arist., Histoire des animaux, 6.19 = 573 (...)
  • 95 Varron, Économie rurale, 1.2.17-18 (une loi romaine citée par Varron précisait que “l'agriculteur, (...)
  • 96 L'idée est clairement exprimée dans Varron. Économie rurale, 1.2.19 (Haec enim omnia novella stata (...)
  • 97 Artémidore 2.12.
  • 98 W. Richter 1968, 61.

32De la chèvre, il se disait autrefois qu'elle était la vache du pauvre. Dans la civilisation grecque, elle en avait même pris la place92. C'est pourtant un animal qui n'a déjà plus l'importance qui était la sienne dans les civilisations nomades. En outre, dès le monde d'Homère, elle tenait un rang beaucoup plus modeste que celui des moutons93. Ses défauts (elle est difficile à garder et on ne peut pas en constituer des troupeaux importants comme pour les brebis) pèsent peu au regard de ses avantages. Elle se satisfait de terrains de pâture qu'il ne serait pas possible de rentabiliser par l'élevage ovin, elle fournit de grandes quantités de lait, comparables à celles que l'on aurait pu obtenir en milieu méditerranéen avec l'élevage des vaches, et les naissances gémellaires sont bien plus courantes que pour les brebis94. Nos textes ont montré la place qu'elle tenait effectivement dans les cheptels, juste derrière les moutons (no 1), et l'exploitation qu'elle permettait de terrains éloignés et peu fertiles. Les chèvres forment donc un bétail des zones marginales et leur présence est souvent source d'inquiétudes pour certains agriculteurs, notamment pour les vignerons et tous ceux qui prennent soin de leurs plantations95. Une croyance populaire parfois reprise par les agronomes voulait même que les chèvres, de leur seule haleine, aient été en mesure de faire périr vignes et oliviers96. C'est sans doute cette mauvaise réputation de la chèvre qui explique qu'Artémidore la considère comme de mauvais présage dans les songes, alors que les moutons, même noirs, sont de bon augure97. Si elles ont pu faire l'objet d'un élevage spéculatif de la part de grands propriétaires, comme c'était déjà le cas à l'époque homérique puisqu'Ulysse, à Ithaque, possédait des chevriers dans sa domesticité98, les chèvres restèrent avant tout un bétail typique des pratiques agraires des plus modestes.

  • 99 Il y a sans doute plusieurs hiérarchies du monde animal en Grèce ancienne ; l'une est déterminée p (...)
  • 100 Plut., Caton l'Ancien, 4. pour des anecdotes sur des tombes de chiens et de chevaux. Une épigramme (...)
  • 101 Une consommation de la viande de chien est cependant attestée dans l'Antiquité classique comme le (...)
  • 102 Apulée, Métamorphoses, 7.15 et 7.17. L'un des passages les plus révélateurs et personnels de la li (...)
  • 103 Sur la surexploitation des vieux chevaux et des ânes et les mauvais traitements qu'on leur inflige (...)

33Aux yeux des Grecs, il y a donc bien une hiérarchie dans le monde animal domestique : le chien, le cheval et les bœufs de labour en occupent les échelons les plus élevés99. Ils sont individualisés par leurs maîtres qui leur donnent des noms ; ils sont les seuls que l'on a quelquefois enterrés dans de véritables tombes100. Enfin, certaines façons de les exploiter sont consciemment rejetées : tous ces animaux ne servent guère de victimes lors des sacrifices et ne sont que rarement consommés101. C'est donc l'ensemble des attitudes de l'homme avec les animaux domestiques qu'il faudrait analyser. D'une part, il y a les marques de sollicitude où affection sincère et intérêt bien entendu se mêlent inextricablement, car les animaux de la ferme représentent souvent un capital précieux pour celui qui les possède. On le constate dans les prières pour la sauvegarde du bétail connues dans certaines régions de l'Asie Mineure à l'époque impériale et dans les papyrus grecs d'Égypte102. Mais d'autre part, il y a les mauvais traitements que l'on découvre par exemple dans L'âne d'or d'Apulée103 : souvent, les coups blessent gravement l'animal, au point de diminuer sa force de travail de façon irrationnelle. C'est un spectacle que l'on voit encore souvent dans les rues du Caire et dont l'explication tient sans doute à la condition misérable des âniers.

  • 104 Athénée 12.540c-e (voir Günther 1999) et PCZ, 59195 (janvier 254 a.C.). On comparera avec l'expéri (...)
  • 105 C'est pour les bovins que ces résultats semblent les plus évidents : les études de Boessneck 1973, (...)

34Dans l'Antiquité, les rapports entre l'homme et son bétail domestique se sont aussi traduits par de véritables tentatives zootechniques et les éleveurs les plus entreprenants avaient la volonté d'améliorer les races à leur disposition. Comme on l'a dit, dans le domaine de l’élevage ovin, la finalité était incontestablement fiée à la production de laine que l'on voulait la plus fine possible, ou de telle couleur naturelle. A l'occasion, les sources nous montrent des tentatives d'introduire des béliers de cette race milésienne pour valoriser les troupeaux locaux : Polycrate de Samos à l'époque archaïque, le dioecète Apollônios dans sa dôrea du Fayoum104 ont fait de telles tentatives. Les études d’archéozoologie semblent montrer que ces efforts ont porté leurs fruits : la documentation est certes encore maigre, mais va dans le sens d’une augmentation de la taille des animaux domestiques à partir de la fin de l'époque archaïque105. Il y a donc bien modification des races domestiques par action consciente de l'homme.

5. Le monde des bergers

  • 106 Briant 1982b, 30-32 et 39-40.
  • 107 Voir Duchemin 1960 qui établit un lien réel entre la musique, la poésie pastorale et les réalités (...)

35On a insisté plus haut sur la marginalisation idéologique de l'élevage nomade et de la vie en montagne au profit de l'agriculture de plaine. Cette vision négative a rejailli sur les bergers du monde grec. P. Briant. à qui l'on doit d'avoir montré les structures idéologiques du discours hostile aux nomades, a fait remarquer que cela n'empêchait pourtant pas, à l'occasion, de présenter une image positive d'eux en mettant l'accent sur la simplicité et la pureté de leur mode de vie106. On peut retrouver la même équivoque à propos des bergers du monde grec, le versant positif étant évoqué dans la poésie bucolique107.

  • 108 La première étude consacrée à ces séries arcadiennes est celle de Lamb 1925-1926. Voir, depuis, Jo (...)
  • 109 Théocrite 7.15-19 (trad. Ph. E. Legrand, CUF).
  • 110 Ainsi à la grotte de Pan et des Nymphes dans le Parnès, IG, II2, 4833 (Πυθάγγελ[ο]ǀχῶσι oἱ ποιμένε (...)
  • 111 Voir Robert 1955, 28-33 et pl. 7 : le berger y est représenté dans une pèlerine à capuchon qu'il a (...)

36L'image des bergers grecs est bien connue, même si ce ne sont pas les vases peints qui la montrent avec le plus d'insistance. Il faut la chercher d'abord dans des séries de statuettes votives consacrées dans des sanctuaires arcadiens, notamment autour du mont Lycée et, au nord, dans la région de Lousoi. Ces œuvres, datées généralement des vie et ve s. a.C., les montrent coiffés d'un pilos de feutre, chaussés de bottes et enveloppés dans de longues pèlerines bien fermées sous le menton par une agrafe, afin de mieux résister à la froidure108. C'est presque le même spectacle que décrit Théocrite dans Les Thalysies à propos du chevrier Lykidas : “Aux épaules, une toison fauve venant d'un bouc velu aux poils épais et sentant la présure fraîche ; autour de la poitrine, un vieux vêtement serré par une ceinture tressée ; à la main droite, une houlette courbe (koryna) en olivier sauvage”109. Les bergers étaient donc de pauvres hères, toujours sur les chemins, comme Lykidas. fréquentant les grottes où ils laissent parfois une trace écrite de leur passage110. L'image est presque intemporelle, car à l'époque impériale, plusieurs stèles d'Asie Mineure nous les montrent encore tels qu'il apparaissaient sur les statuettes votives arcadiennes de l'époque archaïque, faisant des vœux pour la santé de leurs troupeaux et de leurs chiens111. Les bergers que l'on apercevait, il n'y a encore pas si longtemps, dans les montagnes grecques n’étaient pas différents.

  • 112 Bodson 1986, 5-19.
  • 113 Platon, Lois, 7.805d-e. L'interlocuteur athénien de Clinias a demandé à quel office doivent être e (...)
  • 114 Sur les femmes et le travail de la laine, voir les remarques de Labarre & Le Dinahet 1996, 49 et 6 (...)
  • 115 Caton 152.3, dans le chapitre sur les villicae officia. Voir aussi Palladius 1.27 : “Aucune femme, (...)
  • 116 Od., 19.536-537, cf. 15.174-175.

37Un aspect de ce monde des bergers grecs frappe d'emblée le lecteur : il s'agit d'un univers masculin112. Les bergères sont largement absentes des représentations grecques de la vie pastorale : la première est Chloè, l'amante de Daphnis ; auparavant, la littérature bucolique les ignore complètement. Lorsque des femmes apparaissent en train de s’occuper du bétail, comme dans les Lois de Platon, c'est chez un peuple barbare, celui des Thraces, que la scène est située113. Normalement, dans le monde grec, les femmes n'interviennent qu'à l'extrémité de la chaîne d'exploitation des animaux, en travaillant à la maison la laine que fournissent les moutons114. La langue grecque ignore aussi le féminin pour les métiers de l'élevage et l'on cantonne les femmes aux soins de la basse-cour : si l'image est nette surtout chez les agronomes latins115, elle fait son apparition dans les sources grecques dès les poèmes homériques qui montrent Pénélope attentive aux oies du palais d'Ithaque116.

  • 117 Schumacher 2001, 91-96, sur les esclaves bergers dans l'Antiquité gréco-romaine. Dans l'Italie ant (...)
  • 118 W. Richter 1968, 19-23.
  • 119 Sophocle, Œdipe Roi, 1121-1141.
  • 120 Isée 6 (Succession de Philoctémon).33.
  • 121 [Démosthène] 47 (Contre Évergos et Mnésiboulos).52.
  • 122 Diodore 8.7.2 et Paus. 4.4.6.
  • 123 Chaniotis 1995, 70-72, le fait remarquer à propos des bergers crétois qui apparaissent dans la poé (...)
  • 124 Rehm, Didyma, II, 458 : [-- τοῦ --]Σ ἀνέθηκτν Φιλόμηλος Λ[υ]|σίυυ ζεύγη ἡμιονικὰ πέντε καὶ τοὺς ἐσ (...)
  • 125 IG, XII Suppl., 453 : Μανής | [χρ]ηστὸς | [τοῖς δ]εσπόταις ποιμήν ; voir Robert 1949, 152-153 (pho (...)

38Reste la question du statut politique des bergers qui sont souvent présentés comme des esclaves117. Les témoignages sont concordants et ce statut était déjà le leur dans l'Odyssée où les esclaves (dmôes), rares dans l'agriculture proprement dite, semblent déjà nombreux dans l’élevage, à commencer par Eumée118. Plus tard, les bergers de l'Œdipe Roi sont aussi des esclaves119, de même que les rares bergers qui apparaissent dans les plaidoyers attiques. Isée cite le cas d'un chevrier vendu en même temps que son troupeau120 et le Contre Évergos et Mnésiboulos du corpus démosthénien met en scène la saisie d'un troupeau de moutons à laine fine et de leur berger121. C'était du reste un usage fréquent que de vendre le berger avec le troupeau et l'on en possède d'autres exemples, comme dans l'anecdote sur les origines de la deuxième guerre de Messénie où le locataire indélicat d'un troupeau vend les bovins qui lui ont été confiés ainsi que les bergers qui en avaient la charge122. Dans la poésie post-classique également, les bergers sont souvent des esclaves123. Les inscriptions confirment aussi le statut servile de bien des bergers et les montrent attachés à leur troupeau, souvent parce qu'ils ont les connaissances techniques qui permettent de s'en occuper. Dans le don que fit Attale II (ou Attale III, no 48) au sanctuaire d'Athéna llias à Ilion, les bouviers furent offerts en même temps que les vaches. Le dynaste de Phrygie Philomèlos fils de Lysias agit de même en offrant à Didymes “cinq attelages de mulets et les hommes envoyés pour s'en occuper, au nombre de cinq”124. Les troupeaux sacrés d'Apollon Pythios à Delphes étaient également gardés par des esclaves et le berger Manès de Thasos, que l'on connaît par une stèle funéraire du ive s. a.C. commentée par L. Robert, était lui aussi un esclave “cher à ses maîtres”125. Il ne faut donc pas s'étonner des clauses pénales de certaines inscriptions interdisant de laisser divaguer des animaux dans les sanctuaires ou autour des fontaines urbaines lorsqu'elles ne manquent pas de prévoir des peines spécifiques pour les esclaves (voir no 19, à Koropè et no 49, à Pergame). L'inscription de Koropè contient un détail intéressant sur certains aspects du statut de ces esclaves bergers, puisqu'elle prévoit qu'ils auront à payer une amende par tête, ce qui est un indice en faveur de la pratique du pécule.

  • 126 Dion Chrysostome 7 (Discours euboïque). 11 met en scène des bergers salariés, mais libres.
  • 127 De même, le chevrier Lykidas dans Théocrite 7.12-13, était aussi un homme libre originaire de Kydô (...)
  • 128 La présence des esclaves est massive dans l'élevage transhumant de l'Italie romaine : voir Varron, (...)

39Pourtant, il ne faudrait pas croire que tous les bergers étaient des esclaves. Nous l'avons expliqué, les archives de Zènôn montrent la diversité des modes de gestion du bétail et le recours fréquent à des baux à cheptel et à des bergers salariés. Les bergers du Discours euboïque de Dion Chrysostome, sous l'Empire, étaient également des salariés126. Nos inscriptions fournissent un cas indéniable d'un homme libre exerçant la fonction de berger avec Ladikos d'Askyris qui témoigne dans la querelle sur les frontières de Kondaia (no 18)127. Même si cela était certainement minoritaire, il a donc dû exister des bergers libres dans l'Antiquité grecque. En l'état de la documentation, il reste difficile de tirer des conclusions de ces différences, mais deux facteurs ont pu intervenir. D'abord la taille des exploitations : il semble que les gros propriétaires, au moins en Attique à l'époque classique, ont eu massivement recours aux esclaves pour garder leurs troupeaux. Mais les structures mêmes de la vie pastorale ont pu jouer et induire des types différents de main-d’œuvre dans les régions que nous avons définies au début de cette conclusion128.

40Il fallait, pour terminer, rappeler que fondamentalement, l'histoire de la vie pastorale, c'est aussi celle de rapports entre des hommes et des animaux. Ces problématiques sont bien éloignées des perspectives économiques que nous avons mises en avant au cours de ce travail et relèvent plutôt de l'histoire sociale et, pour tout dire, d'une anthropologie historique de l'homme grec. C'est sans doute l'un des avantages qui découle de cette pénurie de chiffres dans l'étude des économies de l'Antiquité classique : cela incite à remettre sans hésiter l'homme au centre de la réflexion.

Notes

1 Syll.3, 124, 1. 4-6, où 160 dr. sont versées pour louer des attelages. En 402/401 a.C., les travaux de l'enceinte construite par Denys l'Ancien autour de Syracuse auraient mobilisé 6 000 attelages de bœufs. Diodore 14.18.5.

2 PCZ, 59612, du milieu du iiie s. a.C. Les contrats de location d'animaux étudiés par Bolla 1940, 7-17, sont rares cl tardifs, ce qui s'explique sans doute par le recours aux accords oraux dans ces circonstances.

3 Eschine, Ambassade, 111 (cf. C. Ctésiphon, 76).

4 Nos informations sur les épizooties dans le monde grec sont pratiquement inexistantes. L'intérêt que les sources littéraires portent aux maladies qui frappent le bétail (à propos des Geoponica, voir les remarques de Georgoudi 1990, 265 et 321-322 ; elle constate par exemple que 21 des 29 paragraphes consacrés aux bovins dans le livre XVII traitent des maladies) n'en est pas forcément un indice : les recettes semblent plutôt s'appliquer à des maladies sans caractère épizootique, les seules que l'on savait combattre très probablement. Un cas d'épizootie figure dans Il., 1.50 (Apollon fait périr les mules et les chiens des Achéens). La seule autre attestation figure dans Virgile. Géorgiques, 3.470-477 : “... et ces fléaux ne saisissent pas seulement les bêtes l'une après l'autre, mais fondent soudain sur le parc d'été tout entier, sur l'espoir du troupeau et sur le troupeau lui-même, tarissant dans sa source l'ensemble de la race...” (trad. H. Goelzer, CUF). Les autres exemples avancés nous paraissent douteux. L'interprétation du mythe expliquant un rite accompli à Tanagra pour Hermès Criophore (un éphèbe portait un bélier sur ses épaules en faisant le tour de la ville), tel qu'il figure dans Paus. 9.22.1-2, ne fait pas forcément allusion à une épizootie (le Périégète dit que l'épiclèse s'explique ὡς ὁ Ἑρμῆς σφισιν ἀποτρέψαι νόσον λοιμώδη περὶ τὸ τείχος κριόν περιενεγκών). On connaît un exemple de crise dans l'histoire de l'élevage athénien : cette σπάνις mentionnée par Philochore aurait conduit à limiter provisoirement l'ampleur des sacrifices de bovins en Attique (Athénée 9.375c), mais elle ne s'explique pas obligatoirement par une épizootie. De même une loi athénienne interdisait de sacrifier un ovin qui n'avait pas encore mis bas ou qui n'avait pas été tondu pour éviter que ces animaux ne deviennent trop rares (Philochore et Androtiôn mentionnaient cette loi dans des passages cités par Athénée 1.9c-d et 9.375b-c ; sur cette loi, voir Georgoudi 1988).

5 Orrieux 1985, 222. Une remarque (p. 262) va dans le même sens, expliquant que le bétail est souvent traité “comme un capital monétaire produisant des intérêts réguliers”. Dans le cas de Zènôn. il a même été possible de calculer la rentabilité d’un troupeau de chèvres (p. 262).

6 Orrieux 1985, 217-222, a étudié le fonctionnement de ces deux modes d'exploitation. Sur le bail à cheptel en Égypte, voir Bolla 1940, 28-112, Bolla 1949, col. 2472-2474, et Préaux 1939, 218-220. On pourra comparer à certaines formes de location de bétail pratiquées dans la Crète moderne et que décrit Chaniotis 1995, 47-48. Les réflexions de Moriceau 1999, 24-30, sont stimulantes et permettent aussi de mesurer les différences juridiques entre les baux à cheptel de l'Égypte hellénistique et ceux de la France d'Ancien Régime.

7 Voir un exemple du système dans PCZ, 59340 (juillet-août 240 a.C.). Dans PCZ, 59422, 1. 11-12, à propos de chevreaux, Zènôn dit τοὺς δὲ Δημητρίου παǀρέξομαί σοι ἀθανάτους.

8 Moriceau 1999, 24, parle du bail à cheptel comme d'un “instrument de crédit agricole”.

9 Diodore 8.7, et Paus. 4.4.5-8, sur cet épisode. Le texte de Diodore est moins instructif que celui de Pausanias : pour le premier de ces auteurs, Polycharès et Évaiphnos concluent un accord pour l'exploitation des terres frontalières (συνθέσθαι μεθορίων κοινωνίαν). Les troupeaux en question sont composés de bovins gardés par des bergers de statut servile. Pausanias, lui, met en valeur le partage des revenus pastoraux que cela supposait : Σπαρτιάτη σφᾶς δίδωσιν Εὐαίφνῳ βόσκεσθαί τε ἐν ἐκείνου καὶ μοίραν εἶναι καὶ Εὐαίφνῳ τοῦ καρποῦ τῶν βοών (Paus. 4.4.5), et fait d'Évaiphnos un propriétaire terrien. Bolla 1940, 97-99, qui a analysé ces passages, a montré que le vocabulaire employé est le même que celui des baux à cheptel connus par les papyrus.

10 La méthode est décrite par les agronomes latins, la version la plus détaillée figurant dans Columelle 7.4. Voir Thédénat 1904, 919-920, et Kroll 1924, col. 597.

11 Ces couvertures étaient retirées régulièrement afin de nettoyer la toison et les bergeries étaient tenues particulièrement propres.

12 Diogène Laërce 6.41 : le philosophe Diogène le Cynique constatait que les Mégariens habillaient mieux leurs moutons que leurs enfants (la Mégaride était depuis longtemps réputée pour sa laine : Aristophane, Acharniens, 519). Voir aussi l'exemple arcadien cité par Pol. 9.17.6, à Kynaitha. Les laines de Tarente étaient produites de la même façon : Morel 1978.

13 Cf. l'exemple cité par Strabon 12.3.13 = C546, pour la côte pontique de l'Anatolie, près de l'embouchure de l'Halys et celui de Laodicée du Lykos, Strabon 12.8.16 = C578. Sur les centres producteurs d’Asie Mineure, voir Labarre & Le Dinahet 1996.

14 PCZ, 59195 et 59430 (voir Orrieux 1983, 91). La technique se diffusa aussi dans l'Occident romain et Strabon 4.4.3 = C196, montre qu'elle avait été introduite en Gaule du sud. Des expériences agronomiques ont été tentées au xviiie et au xixe s. pour vérifier l'efficacité de la pratique antique : Daubenton an X, 417-419, explique qu'il éleva des moutons vêtus à la Bergerie Royale de Rambouillet juste avant la Révolution. Sous la Restauration, le maréchal Marmont lit une tentative identique sur son domaine de Châtillon-sur-Seine, mais mourut avant son aboutissement : Boigne 1999, 162-163.

15 Strabon 12.8.16 (moutons à laine noire de Laodicée) et Columelle 7.2.4 (Clazomènes).

16 PCZ, 59394 (mémorandum d'Apollônios à Zènôn). Voir Orrieux 1985, 260-263, et Préaux 1947, 31-34, sur ces attitudes capitalistes.

17 Corbier 1988, 217, avait insisté déjà insisté sur trois niveaux différents d'activités pastorales : “l'élevage intégré à l'agriculture (...)”, “un secteur pastoral d'une agriculture sédentaire, représenté le plus souvent par la transhumance (...)” et”de véritables sociétés de pasteurs, généralement nomades (...)”. Cette tripartition est reprise par Amouretti 1994, 90 : “Les enquêtes récentes mettent en lumière trois niveaux d'activité dite pastorale : un élevage intégré à l’agriculture, que les enquêtes récentes font très bien ressortir ; un secteur pastoral plus spéculatif, souvent lié à l'agriculture sédentaire, avec des éléments de transhumance ; un véritable pastoralisme nomade, pour lequel nous disposons surtout de comparaisons de type ethnologique”.

18 Reger 1994a, 252-253, insiste sur l'unité économique de cet espace, ce qui dépasse largement son unité sur le plan de la vie pastorale.

19 Lohmann 1993, 204, fait remarquer cette conséquence du développement des terrasses de culture.

20 C'est le modèle alternatif suggéré par Halstead 1987a.

21 Nous ne citons que pour mémoire une solution proposée par Roy 1999, 349-356, et qu’il baptise overwintering : il s'agit d'un système où les troupeaux passent aussi l'hiver en montagne, en stabulation le plus souvent. Il fait lui-même remarquer que cela demande beaucoup de fourrage : d'où venait-il ? En outre, cela compliquerait grandement la commercialisation des produits de l'élevage. Les sources épigraphiques sont suffisamment nombreuses pour montrer que les mouvements pastoraux entre plaine et montagnes voisines étaient de règle (c’est ce que Roy 1999, 353, appelle une limited local transhumance).

22 Ps-Scylax, Périple, 28-33, qui le répète au sujet des Chaones, des Thesprotes, des Cassopes et des Molosses.

23 Voir Cabanes s.d.

24 Vokotopoulou 1986, 1. 340-348, pour ce qui concerne l'élevage. On trouvera une présentation en français des fouilles de Vitsa dans Vokotopoulou 1984, 53-64.

25 Arrien, Anab., 7.9.2-3, prête à Alexandre un discours expliquant que Philippe II a fait passer les Macédoniens de la vie de bergers à la vie grecque.

26 Sur l'élevage ovin en Épire, voir Arist., Histoire des animaux, 3.21 = 522b, et Plut., Pyrrhus, 5.12. La finalité de cet élevage ovin transhumant est probablement lainière : ce type d'éleveur n'exploite le lait de ses brebis que pour sa propre consommation. Cette transhumance épirote devait concerner les brebis à grosse laine dont parle Varron, Économie rurale, 2.2.20, pour l'Épire, plus que les brebis vêtues dont il est question dans le même passage et qui réclament plus de soin.

27 Jameson et al. 1994, 290-297.

28 Varron, Économie rurale, 2.2.9, l'évoque clairement (voir Sabattini 1977). Sur cette forme d'élevage, Pasquinucci 1979 et les mises au point récentes de Corbier 1999. La transhumance s'est développée dans des milieux très différents, comme dans la province romaine d'Arabie chez les tribus safaïtes entre les montagnes du Djebel Druze et le désert à l'est (Sartre s.d.).

29 Kavvadias 1965 dont l'étude est surtout sociologique. On peut compléter par Hammond 1976, 37-51, et Sivignon 1986. Voir aussi l’étude géographique de différentes formes de la vie pastorale récente dans une autre région du monde grec ancien menée par Planhol 1958.

30 Les Sarakatsanes parlent le grec, alors que la langue valaque est fondamentalement latine, même si une grande partie de son vocabulaire est d’origine grecque ou turque.

31 Ce sont les fêtes de la saint Georges (23 avril) et de la saint Dèmètrios (23 octobre) qui marquent les déplacements du bétail.

32 Les surveys démontrent de plus en plus nettement combien les campagnes grecques à l’époque classique étaient des mondes pleins. Voir les bilans dressés récemment de ces recherches : Alcock et al. 1994, Alcock 1993, 33-72, et Étienne et al. 2000, 88-108.

33 Cherry 1988 est le bilan le plus complet sur la question. Halstead 1987b suppose que l’élevage aurait longtemps été tourné vers la production de viande, avant de s'orienter vers celles de laine dans les mondes minoen et mycénien.

34 Halstead 1990-1991, 343-354.

35 Halstead 1990-1991, 354-359.

36 A quoi il faut peut-être ajouter une place importante de la viande dans l'alimentation, par opposition avec les Grecs du ier millénaire a.C. qui ont surtout été des consommateurs de céréales : voir Howe 1958.

37 Snodgrass 1986, 32-33.

38 Voir les critiques émises par Cherry 1988 et par Isager & Skydsgaard 1992, 99.

39 Benveniste 1969, 1.37-45.

40 Van Andel & Runnels 1987, 101-117.

41 Fuks 1966, 440, pour la géographie des conflits sociaux à l'époque hellénistique.

42 Sur ces phénomènes, voir l’ouvrage de Alcock 1993, spécialement le chap. 2 (p. 33-92).

43 Alcock 1993, 217-220, sur les questions de chronologie.

44 Dion Chrysostome 7 (Discours Euboïque). 10-17.

45 Van Andel & Runnels 1987, 111.

46 Alcock 1993, 87-88.

47 Ce changement radical de perspective est l'œuvre de savants allemands de la fin du xixe s., notamment d'E. Hahn : Digard 1990, 60-61.

48 Vairon, Économie rurale, 2.2.2, fait affirmer à l’un des interlocuteurs que “parmi les bêtes à l’état sauvage, ce sont les brebis qui, les premières, ont été capturées par les hommes et domestiquées” (trad. Ch. Guiraud, CUF). L’état actuel des connaissances laisse plutôt croire que le chien fut le premier animal domestiqué (au paléolithique supérieur). Les moutons n’apparaissent que lors d'une seconde vague de domestication, au début du néolithique (la chèvre vers 10000 a.C., le mouton vers 9000 a.C.).

49 Arist., Pol., 1.8.6 = 1256a : oἱ μὲν οὖν ἀργότατοι νομάδες εἰσίν (trad. J. Aubonnet, CUF).

50 Lorsqu'Hdt. 4.17-20, oppose les Scythes paysans aux Scythes nomades, la conséquence était de présenter ces derniers comme les plus barbares de tous (voir Hartog 1979, 1137-1154). Sur la perception très négative du nomadisme par les Grecs et les Romains, voir aussi Shaw 1982-1983, 5-31. L'idéologie sous-jacente à la vision des rapports entre les Grecs et les peuples nomades, telle qu'elle apparaît dans les sources, a été analysée par Briant 1982b, 9-56 (“L'anthropologie antique du pasteur nomade”).

51 Voir le panorama des espèces domestiques dressé par Louis 1970, 189-201.

52 Arist., Histoire des animaux, 8.28 = 606a : en Syrie, les bovins sont ὥσπερ αἱ κάμηλοι. L'origine de l'espèce est l'Inde du nord, mais l'animal a déjà atteint la Mésopotamie et l'Égypte au iie millénaire a.C : sur les zébus, voir Keller 1887, 66-72, Déonna 1938b, 213-216, et Bökönyi 1997.

53 Pline, Histoire naturelle, 8.70.179.

54 Pour cette dernière, nous possédons le témoignage des monnaies, car, au iie s. a.C., beaucoup de cités de Carie, de Lydie, de la vallée du Méandre, etc. ont choisi le zébu comme type monétaire de revers : Robert 1954, 135-137 (voir pl. XX-31, XXI, 1 à 4 et 23). Le buffle, qui va devenir typique de bien des régions humides du bassin méditerranéen, n'apparaît que durant le haut Moyen Age.

55 Cette distinction est classique dans l'analyse de l'élevage : Digard 1990. La notion existait déjà chez les Anciens : Columelle 6.pr.6, distingue d'un côté bœufs, chevaux, mules et ânes exploités pour leur travail (in consortium operum) des autres qui sont nourris pour l'agrément ou pour en tirer un revenu (voluptatis ac reditus et custodiae causa).

56 Hésiode, Travaux, 405. La citation avait frappé dans l'Antiquité : elle figure dans Ps-Aristote, Écon., 1.2.1 = 1343a.

57 Dans Aristophane. Acharniens, 1022 sq., un laboureur athénien de Phylé victime des Béotiens s'écrie : “Je suis ruiné, j'ai perdu ma paire de bœufs”. Hors du domaine grec, sur le drame que constitue la mort du bœuf, voir Virgile, Géorgiques, 3.515-536.

58 Durand 1986.

59 Porphyre, De l'abstinence, 2.29-30. Certaines épigrammes de l'Anthologie Palatine (6,40 et 228 par exemple) illustrent également cet interdit du sacrifice du bœuf de labour. La seconde indique que certains paysans étaient tout de même tentés de vendre au boucher les animaux de travail devenus trop vieux. Sur l'interdiction de la viande des bœufs de labour, voir aussi Grottanelli 1996, 1 18-119.

60 Sur cette option hostile à la consommation de la viande animale, qui repose sur une conception originale des rapports entre les hommes et les animaux, voir Bertier 1989.

61 Élien, Histoire variée, 5.14 (trad. modifiée A. Lukinovich et A.-Fr. Morand, La roue à livres).

62 Lejeune 1963 : les noms sont révélateurs : Κέλαινος, le Noir, Ξοῦθυς, le Roux, etc.

63 Geoponica, 17.2.4 (trad. Georgoudi 1990, 216). Sur les noms donnés aux bœufs, on consultera le commentaire de Georgoudi 1990, 257-258 : elle rappelle que seuls les poètes bucoliques livrent quelques noms de bovins, généralement fondés sur la couleur de la robe de l'animal.

64 Stobée, Ecl.Physic.et Ethic., 1.8.38 (éd. A. Meinecke, Teubner) : τόθ᾿εὑρέθη μὲν καρπὸς ἡμέρου τροφῆς ǀ Δήμητρος ἁγνῆς. εὑρέθη δὲ Βακχίου ǀ γλυκεῖα πηγή· γαῖα δ᾿ἡ πρὶν ἄσπορος ǀ ἤδη ζυγουλκοῖς βουσὶν ἠροτρεύετο (1. 20-23, p. 61).

65 Voir p. 286, n. 77.

66 Roy 1999, 333, fournit une synthèse sur les données archéozoologiques.

67 Et cela dès les poèmes homériques au moins (Delebecque 1951).

68 A commencer par celle de Xén., De l'art équestre. Des autres, on ne connaît que le titre et l’auteur, ainsi pour le traité de Kléodamas d’Achnai (Thessalie) que cite Étienne de Byzance, s.v. ᾿Άχναι· πόλις Θεσσαλίας. Ἐντεῦθεν ἦν Κλεοδάμας ὁ περὶ ἱππικῆς καὶ πωλοδαμαστικῆς γράψας.

69 Il faut se reporter à ouvrage complet et nuancé de Vigneron 1968.

70 Xén., Écon., 11.15-17. Philopoimen, pour se rendre sur son domaine des environs de Mégalèpolis, n’utilisait sans doute pas d’autre moyen de transport (Plut., Philopoimen, 4.3).

71 Xén., Écon., 18.4-5.

72 Délebecque 1951, 243-244, fait remarquer qu’il y a un lien entre la faible utilité économique du cheval et sa valeur religieuse et sociale.

73 Voir Vigneron 1968, 1. 130-137, pour l'importance du bât dans les transports des biens et des personnes. Sur le bât, voir aussi Nachtergael 1989, 323-324.

74 Gorteman 1957, 115, a judicieusement fait remarquer que les papyrus ne contiennent pas de signes d'attachement aux ânes, alors qu'il est assez souvent question du bien-être et de la santé des chevaux dans les lettres de particuliers. Nachtergael 1989, 324-325, remarque aussi que les ânes sont beaucoup moins représentés dans les terres cuites égyptiennes par rapport aux chameaux, alors qu'ils étaient certainement plus nombreux. Pour les mauvais traitements, voir ci-dessous, p. 414.

75 Il., 23.260, et 266. Pour la place déjà ambivalente de la mule dans les poèmes homériques, voir Delebecque 1951, 59 et 161, et W. Richter 1968, 78-80.

76 Pindare, Olympiques, 4-6, célèbre des victoires olympiques avec des attelages de mule. Selon Paus. 5.9.1, des mules auraient participé pour la dernière fois aux agônes en 444 a.C.

77 Platon, Lysis, 208b, et Isée 5 (Succession de Dicaiogénès). 43, attestent de l’aspect prestigieux qu'avait la possession d’attelages de mules pour les grands propriétaires athéniens.

78 Une remarque d'Il., 10.352-353, insiste sur la supériorité des mules sur les bœufs pour tirer l'araire. Artémidore 2. 12, constate l'endurance des mules : cette vigueur provient d'un phénomène normal chez les hybrides et que l'on appelle l’hétérosis. Leur patience est aussi soulignée par Hésiode, Travaux, 46, 791 et 796.

79 Pour les mules de Phrygie, voir aussi p. 290, n. 99, et p. 417, n. 124. Pour l'Arcadie, Baladié 1980, 180-191.

80 Dans Ps-Théocrite 25 (Héraclès tueur de lion). 7-17, les pâturages du gros bétail sont en plaine. Rostovtzeff 1989, 854-855, insiste avec raison sur le réalisme de la description du domaine d'Augias. certainement inspirée par une grande exploitation hellénistique.

81 Robert 1980, 12-14. Un exemple, dans la basse vallée du Spercheios, près de Lamia, a été étudié par Rougemont 1983a, 285-289.

82 Sur les prairies humides et leur importance dans la pensée religieuse et philosophique, nous renvoyons à Motte 1973.

83 C'est ce que suggèrent judicieusement St. & H. Hodkinson 1981, 270 (à propos des terres proches des catavothres sur le territoire de Mantinée) et Roy 1999, 330 (Arcadie en général). Le qualificatif d’ἱππόβοτος est appliqué à la région de Trikkè et surtout à la plaine d'Argos dans l'Iliade : voir références dans Delebecque 1951, 39.

84 Philippson 1897, 221-222 : “Südlich breiten sich saftige Weideflächen aus, auf denen zur Seite des Sumpfwaldes Rinder und Pferde sich tummeln. Wir kreuzen nun die Ebene in östlicher Richtung auf dem einzigen Weg, der den See umgeht. (...) Der Sumpf ist hier durch Eindämmung der zahlreichen Flussarme trocken gelegt, der Wald bis auf Streifen an den Flüssen ausgerodet und durch Maisfelder und Wiesen ersetzt. Grosse Herden von prächtigen Pferden beleben das für dieses Land fremdartige Bild”.

85 Le porc n'est pourtant qu'assez rarement un animal tabou, mais son image est loin d'être positive : voir Sergent 1999, 24-28, à propos de sa place dans les rites religieux.

86 Les éléments permettant de comprendre le système d'élevage mené par Eumée sont dispersés dans le chant 14 de l'Odyssée. Sur l'analyse de cet élevage, voir W. Richter 1968, 64-69.

87 Varron, Économie rurale, 2.4.6. Cet élevage à grande échelle est celui que décrivent de préférence les auteurs de l'Antiquité (Geoponica, 19.6). C'est pour cela qu'il a retenu le plus nettement l'attention des chercheurs : voir son analyse dans E. Orth 1921 b, et spécialement col. 805-811.

88 Pol. 12.4.5-14.

89 Hérondas 8 (Le songe). 6-7 : [ἄστη]θι, φημί, καὶ ἅψον εἰ θέλεις λύχνον ǀ [καὶ τ|ὴν ἄναγνον χοῖρον ἐς νομὴν πέμψ[ον]. Elle a passé sa nuit dans sa loge où elle ne pouvait se rouler dans la fange : 2, τὴν δὲ χοῖρον ἐς αὐονὴ δρύπτει.

90 Voir p. 131.

91 Brun 1996, 92. Voir ci-dessus p. 283.

92 Voir la notice de W. Richter 1972.

93 L'Iliade et l'Odyssée sont beaucoup moins riches d'informations à son sujet, comparativement aux brebis, voir W. Richter 1968, 60.

94 Il s'agit là d'une réalité déjà constatée par les Grecs : Arist., Histoire des animaux, 6.19 = 573a sq., qui lie les naissances gémellaires (chez les moutons aussi bien que chez les chèvres) à la bonne alimentation des animaux et à leur hérédité. Les agronomes n'ont pas cessé d’insister par la suite sur cette qualité des chèvres, voir ainsi Geoponica 18.9.2 : διδυμοτοκεῖ δὲ ὡς ἐπιπολύ.

95 Varron, Économie rurale, 1.2.17-18 (une loi romaine citée par Varron précisait que “l'agriculteur, dans un terrain planté d'arbustes, ne doit faire paître aucun petit de chèvre”, trad. J. Heurgon, CUF) et 2.3.7 (dans les baux, le locataire doit s'engager à ne pas introduire de chèvres). L'incompatibilité entre les chèvres et la vigne est un thème récurrent dans la littérature agronomique, développé bien au-delà des seules civilisations classiques : un arrêt de mai 1725 interdit d’élever des chèvres dans toute la province du Languedoc (voir Moriceau 1999, 86). Sur l'alimentation des chèvres et les craintes que cela entraîne, voir Brulé 1998, 260-264.

96 L'idée est clairement exprimée dans Varron. Économie rurale, 1.2.19 (Haec enim omnia novella stata carpendo corrumpunt, non minimum vites atque oleas). C'est une preuve de plus de la dette de l'agronomie européenne antérieure au mouvement physiocratique à l'égard des auteurs anciens que de retrouver cette légende dans Liger 1740, vol. I. 335 : “La morsure des chèvres est pernicieuse aux arbres, surtout l'olivier, il devient stérile pour peu qu’elles le lèchent”.

97 Artémidore 2.12.

98 W. Richter 1968, 61.

99 Il y a sans doute plusieurs hiérarchies du monde animal en Grèce ancienne ; l'une est déterminée par leurs rapports avec les hommes, l'autre par les liens que certains animaux entretiennent avec les divinités. On aura une idée de cette autre hiérarchie, celle des dieux et non plus celle des hommes, dans Bodson 1978.

100 Plut., Caton l'Ancien, 4. pour des anecdotes sur des tombes de chiens et de chevaux. Une épigramme peut-être authentique, Anthologie grecque, 7.304, serait celle d'un chasseur enterré avec son cheval et son chien. Les fouilles du métro d'Athènes ont entraîné la découverte de trois tombes de chien dont la plus belle est datée du Haut Empire : voir City 2000, 157 et 177. On connaît aussi les épigrammes composées par Zènôn de Caunos pour l'un de ses chiens mort à la chasse : Orrieux 1983, 135-136. Pour les tombes de chevaux, voir Schäfer 1999, 49-55.

101 Une consommation de la viande de chien est cependant attestée dans l'Antiquité classique comme le montre deux dépôts de boucherie découverts à Corinthe (iie s. p.C.) : Reese 1987, 257 et 259. Hippocrate, Du régime, 2.46.4, évoque les qualités de la viande canine, et spécialement celle des jeunes chiens.

102 Apulée, Métamorphoses, 7.15 et 7.17. L'un des passages les plus révélateurs et personnels de la littérature grecque sur ce sujet figure dans Plut., Caton l'Ancien, 5 (qui sert de réponse à Caton 3.7). Bodson 1980 a insisté sur le souci du bien-être des animaux dont font preuve ces inscriptions. Voir aussi Bodson 1989 et Gorteman 1957 pour les sources papyrologiques.

103 Sur la surexploitation des vieux chevaux et des ânes et les mauvais traitements qu'on leur inflige en leur faisant tourner la meule, cf. Vigneron 1968, 1. 177-183.

104 Athénée 12.540c-e (voir Günther 1999) et PCZ, 59195 (janvier 254 a.C.). On comparera avec l'expérience menée par M. Columella dans son domaine de Gadès et que décrit son neveu Columelle 7.2.4-5.

105 C'est pour les bovins que ces résultats semblent les plus évidents : les études de Boessneck 1973, 15, Boessneck & Driesch 1983, 623-636, et Boessneck & Schäffer 1986, 262-281, ont les premières montré la présence en Orient à l'époque impériale de bovins de grande taille et d'allure élancée, ce qui a été attribué à une influence romaine. Forstenpointer & Hofer, 686-687, et Leguilloux 1999, 435, ont montré qu'il s'agissait tout autant du résultat de progrès réalisés dès les époques classique et hellénistique. Pour les ovins, l'accroissement en taille des animaux est plus réduit : voir Leguilloux 2000, 77-78 et 95. La taille au garrot ne doit pas, pour les moutons, être considérée comme un signe de progrès zootechnique : ces animaux ne sont pas élevés pour leur viande, qui n'est qu'un sous-produit, mais pour leur laine.

106 Briant 1982b, 30-32 et 39-40.

107 Voir Duchemin 1960 qui établit un lien réel entre la musique, la poésie pastorale et les réalités de l'élevage ; cet ouvrage traite notamment du berger musicien, Duchemin 1960, 87-126.

108 La première étude consacrée à ces séries arcadiennes est celle de Lamb 1925-1926. Voir, depuis, Jost 1975, 339-345, pour les statuettes de bergers et Amouretti 1979 qui élargit la documentation à l'ensemble de la Grèce. Hübinger 1992 a proposé une interprétation très différente de ces statuettes qui représenteraient les aristocrates chasseurs fréquentant le sanctuaire (Roy 1999, 345-346, accepte une partie des conclusions de Hübinger).

109 Théocrite 7.15-19 (trad. Ph. E. Legrand, CUF).

110 Ainsi à la grotte de Pan et des Nymphes dans le Parnès, IG, II2, 4833 (Πυθάγγελ[ο]ǀχῶσι oἱ ποιμένε[ς]) ou sur un rocher dans les montagnes d'Égine, IG, IV, 127 ; voir Robert 1949, 154-155.

111 Voir Robert 1955, 28-33 et pl. 7 : le berger y est représenté dans une pèlerine à capuchon qu'il a rabattu sur la tête, c'est la seule différence avec les bergers arcadiens de la fin de l'Archaïsme. Voir aussi la stèle d'Épagathos, berger des environs d'Aphrodisias, Robert 1969-1990, 6. 383-384.

112 Bodson 1986, 5-19.

113 Platon, Lois, 7.805d-e. L'interlocuteur athénien de Clinias a demandé à quel office doivent être employées les femmes, et celui-ci commence par se poser cette question : “Sera-ce celui dont usent, pour les femmes, les Thraces et beaucoup d'autres tribus : labourer, soigner les bœufs ou les brebis, faire exactement les mêmes besognes que les esclaves ?” (trad. A. Diès, CUF).

114 Sur les femmes et le travail de la laine, voir les remarques de Labarre & Le Dinahet 1996, 49 et 65, où les deux auteurs rappellent qu'il y a eu aussi très tôt un artisanat textile impliquant l'intervention d'artisans spécialisés, souvent des hommes.

115 Caton 152.3, dans le chapitre sur les villicae officia. Voir aussi Palladius 1.27 : “Aucune femme, pour peu qu'elle se montre active, n'est incapable d'élever les poules” (trad. R. Martin, CUF).

116 Od., 19.536-537, cf. 15.174-175.

117 Schumacher 2001, 91-96, sur les esclaves bergers dans l'Antiquité gréco-romaine. Dans l'Italie antique aussi, les bergers sont souvent des esclaves : Corbier 1991, 161 et n. 109-110.

118 W. Richter 1968, 19-23.

119 Sophocle, Œdipe Roi, 1121-1141.

120 Isée 6 (Succession de Philoctémon).33.

121 [Démosthène] 47 (Contre Évergos et Mnésiboulos).52.

122 Diodore 8.7.2 et Paus. 4.4.6.

123 Chaniotis 1995, 70-72, le fait remarquer à propos des bergers crétois qui apparaissent dans la poésie. Les comédies de Ménandre posent plus de problèmes : Ménandre, Héros, 20-27, présente un berger du nom de Tibeios qui fut affranchi. L’un de ses fils, Gorgias, est devenu berger à son tour. Dans la comédie Epitrepontes, 240 sq., le berger Daos, malgré son nom qui semble typique des esclaves de la Néa, semble être un homme libre qui, le matin, conduit lui-même ses bêtes au pâturage (v. 256-257), secondé par des aides (v. 299-300).

124 Rehm, Didyma, II, 458 : [-- τοῦ --]Σ ἀνέθηκτν Φιλόμηλος Λ[υ]|σίυυ ζεύγη ἡμιονικὰ πέντε καὶ τοὺς ἐσ[ταλ]|μένους ἐπὶ τῆς τούτων θεραπείας ν | ἅνδρας τὸν ἀριθμὸν πέντε ν. Cf. Wilhelm 1974, 1.66-69 (Holleaux 1938-1957, 3. 357-363, pour ce dynaste). Wilhelm a montré que ces mulets étaient des bêtes coûteuses issues des élevages phrygiens réputés dans ce domaine.

125 IG, XII Suppl., 453 : Μανής | [χρ]ηστὸς | [τοῖς δ]εσπόταις ποιμήν ; voir Robert 1949, 152-153 (photo, dans Robert 1937, pl. 22-1).

126 Dion Chrysostome 7 (Discours euboïque). 11 met en scène des bergers salariés, mais libres.

127 De même, le chevrier Lykidas dans Théocrite 7.12-13, était aussi un homme libre originaire de Kydônia en Crète.

128 La présence des esclaves est massive dans l'élevage transhumant de l'Italie romaine : voir Varron, Économie rurale, 2.10.4-5 ; Suétone, Vie de César, 42.1 (cf. Pasquinucci 1979, 135-136).

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search