Version classiqueVersion mobile

L’élevage en Grèce (fin ve-fin ie s. a.C.)

 | 
Christophe Chandezon

Synthèse

Chapitre III. Bétail et troupeaux dans les relations internationales

Texte intégral

  • 1 Platon. République, 2.14 = 373 de : Οὐκοῦν τῦς τῶν πλησίον χοϊρας ἡμῖν ἀποτμητεον εἰ μελλομεν ἱκαν (...)
  • 2 Thc. 1.15.2.

1Dans un passage de la République, Platon explique à ses lecteurs que, lorsque la population d’une cité s’accroît trop, son territoire devient insuffisant pour la nourrir. L’un des interlocuteurs du dialogue, assumant le rôle de dirigeant d’une telle cité, en tire la conclusion qui s’impose : “Dès lors ne serons-nous pas forcés d’empiéter sur le territoire de nos voisins, si nous voulons avoir assez de terre à pâturer et à cultiver ; et nos voisins de leur côté n’empiéteront-ils pas sur le nôtre, si, franchissant les bornes du nécessaire, ils s’abandonnent comme nous à l’insatiable désir de posséder ?” La conséquence logique d’une telle situation sera la guerre entre les deux communautés civiques1. L’une des formes les plus courantes de la guerre en Grèce, le conflit frontalier, était ainsi mise en évidence en même temps qu’explicitement reliée aux problèmes agraires. L’idée n’était certes pas neuve et, dans l’Archéologie, Thucydide constatait lui aussi que les premières guerres entre cités grecques auraient eu pour origine le désir d’empiéter sur le territoire du voisin, jusqu’à ce que le développement de systèmes d’alliances fît dégénérer l’un de ces conflits, la guerre lélantine entre Chalcis et Érétrie, en guerre générale2.

  • 3 Voir les réflexions de Daverio-Rocchi 1987, notamment p. 36-38.
  • 4 Les conflits entre cités voisines pour la maîtrise d’espaces de confins, de même que la reprise de (...)

2Les guerres frontalières sont donc un élément important de l’histoire militaire du monde grec. On a insisté, à juste titre, sur l’aspect fortement codifié, voire ritualisé, de ce genre de conflits qui ont pourtant laissé peu de traces dans les récits historiques3, à la différence des guerres entre coalitions nombreuses ou avec des peuples non grecs. Il ne faudrait pourtant pas y voir un aspect primitif de l’affrontement militaire, car guerres frontalières locales et grandes guerres n’ont cessé de coexister et de se nourrir les unes des autres, d’autant que les premières ne disparurent pas à la fin de l’Archaïsme, mais persistèrent aux époques classique et hellénistique. Pendant cette dernière, elles connurent même un regain avec l’effacement progressif des grandes monarchies après Apamée (188 a.C.) qui leur permit de se déchaîner. Les difficiles relations entre les cités de la basse vallée du Méandre aux iiie et iie s. a.C. témoignent de façon éloquente de la perpétuation de ces problèmes4.

  • 5 Hell. Oxy., 18(13).3-4 (ἔστι τοῖς ἔθνεσιν τούτοις ἀμφισβητήσιμος χώρα περὶ τὸν Παρνασσόν. περ[ὶ] ἧ (...)
  • 6 II ne saurait être ici question de reprendre l’histoire des frontières en Grèce ancienne. Robert 1 (...)

3Seules les inscriptions renseignent sur ces conflits frontaliers et sur les terres qu’ils concernaient, à moins qu’ils n’aient fini par déboucher sur une guerre majeure, comme cela se produisit en 395 a.C., lorsqu’une dispute entre bergers phocidiens et locriens ozoles à propos de l’exploitation des pâturages du Parnasse fut à l’origine de la Guerre de Corinthe5. Des tentatives pouvaient être faites quelquefois pour éviter ces guerres en arbitrant entre les adversaires : là encore, les inscriptions fournissent une documentation essentielle. Nous allons essayer de montrer ici que les problèmes autour des frontières6 ne sont pas seulement une façon d’affirmer le contrôle d’un espace civique, mais que ces conflits étaient aussi aiguisés par des enjeux matériels liés aux modes d’exploitation habituels des eschatiai.

1. L’enjeu territorial

4Les cités grecques ne se combattent pas uniquement par impérialisme, mais des enjeux territoriaux expliquent souvent une partie des affrontements. Ces enjeux sont fréquemment liés à une exploitation pastorale, même si le choix de textes que nous avons fait ne peut que mettre en valeur cet aspect. Il permettra aussi de se faire une idée des zones réservées au pacage dans les territoires civiques.

1.1. La localisation des territoires contestés

  • 7 No 5, La tentative pour retrouver précisément le tracé de la frontière faite par Wilhelm 1974, 3. (...)
  • 8 Sur cette méthode, voir Rousset 1994. 1 16-122.

5L’historien pourrait s’attendre à ce que les délimitations de frontières, lorsqu’il y est question de territoires consacrés à l’élevage, aident à connaître les zones de pacage de façon concrète. Ces sources sont cependant d’utilisation malaisée, car les tentatives pour retrouver sur le terrain les toponymes antiques mentionnés sont le plus souvent vouées à l’échec. Tout au mieux aboutit-on à une localisation approximative du territoire en question. Celui qui fut contesté entre Épidaure et Hermionè a ainsi pu être retrouvé grâce à la persistance de plusieurs microtoponymes depuis l’Antiquité. En revanche les tentatives pour localiser avec précision la frontière tracée par les juges de Milet et de Rhodes n’ont pas abouti à des conclusions convaincantes7. Le mieux, selon une méthode mise au point par D. Rousset, est d’examiner ce que les toponymes et les points de repère mentionnés dans ces documents nous apprennent8.

  • 9 No 18, 1. 10.
  • 10 No 58, 1. 78. C’est tout le § 10 qui est consacré au problème de ce territoire.
  • 11 Syll. 3, 685, 1. 63 et 66, voir p. 176.
  • 12 No 46, 1. 42. Voir A. J. Reinach 1911, 386.

6Ces territoires étaient souvent montagneux. Les juges de Larisa dans la querelle entre Kondaia et une cité inconnue sont conduits par un berger au sommet d’une montagne, le Nyseion, pour examiner de là le territoire contesté9. Dans le traité entre Milet et Héraclée du Latmos, il est aussi question d’un territoire montagneux objet de rivalité entre les deux cités10 et qu’elles reconnaissent comme sacré à divers titres ; il se situait sur la rive nord du golfe Latmique, dans la partie occidentale du massif du Latmos. La microtoponymie confirme parfois aussi le caractère montagneux de certaines terres. En Crète, un lieu-dit Dèras (δήρας), c’est-à-dire la Montagne, apparaît dans les délimitations de frontière entre Dragmos, Praisos et Hiérapytna11. Le même terme grec est, semble-t-il, à l’origine du nom - Daros-de l’un des sanctuaires situés au cœur du territoire que les Hiérapytniens revendiquaient sur les Itaniens12.

  • 13 Voir Robert 1937, 12-13, et Sartre 1979, 214, sur les pâturages marécageux.
  • 14 Syll. 3, 421 A.

7Il arrivait aussi que les contestations territoriales portassent sur des zones marécageuses qui pouvaient fournir d’excellents pâturages humides pour le gros bétail13. Un traité de la première moitié du iiie s. a.C. conclu entre les Étoliens et les Acarnaniens s’efforçait de régler le sort d’une telle terre située à l’embouchure de l’Achélôos14 ; une partie du territoire contesté entre Magnésie et Priène (no 56) se trouvait aussi dans les zones humides de la basse vallée du Méandre encore exploitées il y a peu par des pasteurs locaux, les Yuruks.

  • 15 Voir Robert 1960. 189-203, et spécialement p. 196-197, sur l’élevage et les autres ressources de

8Dans d’autres cas, on a affaire à des territoires de plaine, mais isolés du reste de la chôra de la cité, comme pour la région environnant le sanctuaire de Zeus Diktaios, objet de la rivalité entre Itanos et Hiérapytna. L’Oropie étudiée par L. Robert à propos d’une loi de financement des petites Panathénées en fournit un autre exemple : ce territoire disputé par Athènes aux Béotiens se trouvait au-delà de la barrière montagneuse du Parnès, nettement isolé du reste de l’Attique. Dans ce document, il n’est certes pas fait mention d’une exploitation pastorale de la région d’Oropos, mais les conditions naturelles locales la rendent tout à fait probable15.

  • 16 Sur les îlots à chèvres, voir ci-dessus, p. 303-304.
  • 17 Syll. 3, 261.
  • 18 Sur le rôle pastoral des îles dispersées le long des côtes crétoises, voir Chaniotis 1999b. 191.

9Les îles à chèvres enfin, dont il a été question dans un chapitre précédent, pouvaient aussi faire l’objet de querelles territoriales, car, dans le monde insulaire, elles offraient une réserve commode de pâturages pour les troupeaux de petit bétail, à l’écart des terres cultivées16. Un arbitrage d’Argos concerne ainsi les trois îlots cycladiques de Polyaiga, Éteireia et Libeia qui étaient revendiqués à la fois par Mélos et Kimolos17. Ce document très bref de 338 a.C. ne fournit aucune information sur l’usage que Kimolos, à qui les arbitres argiens donnèrent raison, comptait faire de ces îlots dont la valeur militaire était sans doute assez médiocre. Néanmoins, le nom de l’un d’entre eux, Polyaiga, sous-entend qu’il servait de pâturage pour les chèvres. Le décret d’Hèrakleia dans les Cyclades (no 35) montre une situation différente puisque l’île, qui faisait l’objet d’une tentative de peuplement et était devenue une cité, avait à lutter contre ceux qui l’utilisaient auparavant comme pâturage à chèvres. Enfin, dans la politique d’expansion d’Hiérapytna, en Crète, l’un des enjeux fut le contrôle de l’île de Leukè (no 46). A l’intérêt stratégique indéniable de Leukè s’ajoutait peut-être la possibilité d’une exploitation pastorale18.

1.2. Le peuplement des territoires contestés

  • 19 No 46, 1.86.
  • 20 Cf. no 17, 1. 20-23.
  • 21 No 5, 1. 14. Voir Wilhelm 1974, 3, 321.
  • 22 Sur les χώραι ἔρημοι, voir Daverio-Rocchi 1988a, 31-37.

10Les querelles semblent généralement avoir porté sur des régions faiblement peuplées et les mentions d’habitations isolées ou de villages sont rares. Un fortin (χωρίον) est le seul édifice évoqué sur le territoire d’Héleia, près du sanctuaire de Zeus Diktaios dont Hiérapytna s’était emparé, mais qu’Itanos réclamait19. L’inscription concernant les frontières de Gonnoi avec Hèrakleion (no 17) présente un cas similaire : l’un des territoires contestés, celui de Pothnaieus, servait de pâturage au moment de l’enquête d’arbitrage, vers 220-200 a.C., mais un berger interrogé se souvenait que deux citoyens de Gonnoi. Kallias et Philonbrotos, y avaient eu une ferme jusqu’à ce qu’elle soit détruite pendant la guerre de Sôsthénès, en 280-278 a.C.20 Enfin, le toponyme “les ports sauvages” (ἄγριοι λιμένες) qui apparaît dans la contestation entre Épidaure et Hermionè atteste également à sa manière la faiblesse du peuplement local21. Quelquefois, certains territoires sont habités par des non-Grecs comme les Pédieis qui vivent dans les pâturages du bas Méandre et que Magnésie ou Priène n’hésitent pas à enrôler dans les guerres frontalières qui les opposent en les poussant à commettre des coups de main sur le territoire de l’adversaire. L’impression générale est donc celle de “déserts”22 où la présence humaine n’est que sporadique et instable.

  • 23 No 44, 1. 38-42.
  • 24 Thc. 4.98.2, insiste sur la nécessité d’y accomplir les rites conformément à l’usage.

11Plus que des traces d’occupation humaine permanente, les textes attestent l’existence de nombreux sanctuaires ruraux dans ces terres contestées. Celui de Zeus Diktaios formait le cœur du territoire convoité par Hiérapytna. Mais souvent, ces sanctuaires n’étaient mentionnés que parce que leurs terres, considérées comme sacrées, devaient être exclues d’éventuels droits de pâturage, comme ce fut le cas pour les temenè d’Ardanitos et de Daros situés sur le territoire de Praisos23. Ces sanctuaires impliquaient probablement une fréquentation occasionnelle par les fidèles et leur contrôle par telle ou telle cité n’était pas sans importance, puisque la possession d’un territoire s’affirmait souvent à travers la maîtrise des sanctuaires qui s’y trouvaient24.

1.3. Les formes d’exploitation des territoires contestés

  • 25 Cf. IG. IX. 13, 748.1. 20 ; voir Georgoudi 1974, 173, n. 67.
  • 26 No 45, 1. 18-21 ; mais il faudra acquitter certaines taxes (τέλεα) pour cela (Guarducci 1940b, 154 (...)
  • 27 No 18, 1. 12, cf. 1. 33. Sur le sens de κελέτρα, voir p. 89-90 ; notons qu’elle était certes insta (...)

12Les cas d’exploitation agricole sont rares. Dans le traité entre Myania et Hypnia, une terre sur laquelle on semble accorder certains droits aux bergers est dite “non ensemencée” (ἄσπορος)25 et cette situation doit être la norme. Pourtant, il a pu arriver que certains de ces territoires soient mis en culture. Dans les confins de Gonnoi, celui de Pothnaieus, comme on l’a dit, avait comporté une ferme qui, en raison de son isolement, fut victime d’une guerre. Il y avait semble-t-il toujours la possibilité pour des gens audacieux de tenter une mise en culture de ces zones isolées ; les citoyens d’Hiérapytna et de Priansos s’accordèrent mutuellement le droit d’ensemencer (σπείρειν) certaines terres peut-être publiques situées aux confins des deux cités26. D’autres activités sont mentionnées à l’occasion, comme la pêcherie (κελέτρα) installée au confluent du Pénée et de l’Eurôpos qui apparaît dans l’arbitrage de Larisa entre Kondaia et une cité inconnue27.

  • 28 No 46, 1. 82, où l’action de couper du bois est exprimée par le verbe ξυλεύειν.
  • 29 Voir Buxton 1992. 6.
  • 30 No 46, 1. 60, 64 et 67. Sur le sens de λάκκος, voir Rousset & Katzouros 1992, 212. Voir aussi le t (...)
  • 31 Lerat 1952, 1. 169. Tod 1913, 56-57, insiste sur l’importance de l’eau (citerne, source, rivière, (...)
  • 32 Νo 5, 1. 20-21.

13Ces modes stables de mise en valeur semblent cependant avoir compté pour peu de chose en regard des activités traditionnelles liées au bois et à l’élevage. L’exploitation des ressources de la forêt revient en effet régulièrement et le droit de couper du bois (ἐπιξυλία) fait partie des privilèges parfois accordés aux proxènes dans certaines cités arcadiennes, au même titre que le droit de pâturage. Récurrente est aussi l’interdiction d’endommager la verdure des sanctuaires ruraux comme dans l’arbitrage sur les frontières entre Itanos et Hiérapytna à propos du sanctuaire de Zeus Diktaios28. Un autre mode de sélection des documents du corpus aurait certainement permis de mettre plus nettement encore l’accent sur l’exploitation des ressources forestières. L’élevage était l’autre grande activité exercée dans ces zones de confins montagneux, dans la réalité comme dans les mythes29. Les inscriptions sur les frontières insistent souvent clairement sur la présence des bergers, ainsi lorsque l’un d’eux vient témoigner dans une querelle frontalière où lorsqu’un accord intervient pour fixer leurs droits et devoirs. D’autres textes laissent deviner la place des activités pastorales, ainsi lorsqu’il est fait mention d’installations comme la citerne (λάκκος) qui sert de point de repère dans les délimitations de frontières auxquelles Itanos a procédé avec ses voisines orientales30. A litre de comparaison, on se rappellera que le plateau sur lequel se trouvaient Myania et Hypnia était couvert de citernes creusées dans le sol31 ; leur fonction principale était sans doute de servir d’abreuvoirs pour les troupeaux. L’impression est donc que ces terres trop éloignées des centres civiques ou trop difficiles à cultiver trouvaient naturellement leur utilité comme pâturages. Si le lien entre exploitation du bois et élevage est assez fréquent dans ces zones contestées, rares sont en revanche les échos d’une coexistence équilibrée entre élevage et agriculture. Le seul cas apparaît à propos du territoire qu’Hermionè et Épidaure se sont disputé : les deux parties y prélevaient des droits sur les activités agricoles et pastorales32.

  • 33 Νo 5, 1. 22.
  • 34 Dans ce texte, il est question des πρόβατα et de leur προβατεύς, IG. IX. 13, 748, 1. 39, 41, etc. (...)
  • 35 No 17, 1. 12.
  • 36 Cf. no 51. Le travail et le commerce de la laine semblent avoir tenu une place importante dans cet (...)

14Il est assez difficile de se faire une idée des catégories de bétail que l’on y rencontrait, car les textes emploient des termes vagues comme thremmata (θρέμματα). Lorsque le vocabulaire se fait plus précis, il est alors souvent question de petit bétail : des chèvres dans le règlement frontalier entre Épidaure ou Hermionè33, des probata dans le traité entre Myania et Hypnia-ce sont des moutons comme le montre la référence à la tonte34. Le berger qui sert de témoin dans l’enquête sur les frontières de Gonnoi et d’Hèrakleion parle lui aussi du petit bétail (probata) qu’il y menait paître35. Enfin, dans le traité entre Aigai et les Olympènoi, plusieurs catégories de petit bétail sont mentionnées (béliers, brebis, chevrettes, etc.) qui seront exemptées de taxes36. Le petit bétail dominait largement l’élevage dans les zones de confins ; cela n’a rien de surprenant, mais correspond à ce que l’on sait de la gestion de l’élevage ovicaprin dans le monde grec.

1.4. Statut des territoires contestés

  • 37 Il n’y a pas encore d’ouvrage consacré aux terres publiques et à l’ensemble de la propriété publiq (...)
  • 38 Sur cette difficulté, Rousset 1994, 122-125, qui admet que la rareté des mentions de propriétés fo (...)
  • 39 Gauthier 1976, 113-1 14, traite de la location des terres publiques à Athènes : dans cette cité, i (...)
  • 40 Arist., Pol., 7.10.1 1 = 1330a : Ἀναγκαῖον τοίνυν εἰς δύο μέρη διηρῆσθαι τὴν χώραν, καὶ τὴν μὲν εἶ (...)
  • 41 Delphinion. 149,1. 29 (τάς τε ὑπαρχούσας ἱερὰς κτήσεις καὶ δημοσίας) et 33-34 (τοῦ δὲ ἐν τοῖς ἱερο (...)
  • 42 IG. II-III2, 1035,1. 20 : τὰ δὲ ὄρη τὰ δημόσια καὶ τὰς δημοτελεῖ[ς. En dehors de l’Attique, le sén (...)
  • 43 Voir le décret de Zéleia Syll. 3, 279. Cf. Corsaro 1984. 441-493, et Corsaro 1990.
  • 44 No 17, 1. 12.

15Ces territoires sont généralement considérés comme faisant partie du domaine public37, même si cela reste difficile à démontrer38. En effet, les sources parlent des terres publiques, mais de façon abstraite, sans les relier à des localisations ou des modes d’exploitation précis39. Tantôt connues sous le nom de “terre publique” (χώρα δημοσία), tantôt sous celui de “terre commune” (κοινὴ χώρα), sans que cela recouvre une différence nette, elles apparaissent dans la Politique d’Aristote qui les oppose aux terres privées40. L’épigraphie atteste leur existence et le traité entre Milet et Pidasa mentionne des “propriétés sacrées et publiques” appartenant à Pidasa et des “montagnes sacrées” qui produisent des céréales et feront l’objet d’un statut fiscal particulier durant les premières années suivant la sympolitie avec Milet41. L’Attique avait elle aussi des “montagnes publiques ou dépendant du dème”42. Bien souvent aussi, les inscriptions parlent d’elles à l’occasion d’empiètements de particuliers sur le domaine public et des procédures de récupération43. Une autre catégorie de terres échappait à la propriété privée : les terres sacrées appartenant à des sanctuaires. Certaines, malgré les interdits habituels, pouvaient être assimilées à des pâturages publics. De façon révélatrice, le berger Ménippos, qui servit de témoin pour la délimitation des frontières de Gonnoi et d’Hèrakleion, reconnut incidemment avoir à l’occasion conduit ses brebis “dans le sanctuaire d’Apollon” de la zone contestée44.

  • 45 Guiraud 1893, 67. Voir aussi Guiraud 1893, 355-356, et Andréadès 1931, 145-146, qui, tous deux, in (...)
  • 46 Robert 1960, 196 : ces idées ont été reprises par Corsaro 1990, 222-225.

16Pourtant, les informations précises sur l’utilité économique des terres publiques des cités grecques et sur leur utilisation comme pâturages sont inexistantes. Seule la logique a conduit les savants à affirmer que les terres incultivables servaient de pâturages publics, ce qui nous paraît indéniable. Il y a un siècle, par exemple, Guiraud écrivait : “Il est donc à peu près certain que dans la Grèce antique les familles ne se partageaient pas, même par voie d’allotissement temporaire, les pâturages des montagnes, et que ces espaces étaient ouverts à tout venant”45. Plus récemment, L. Robert avait relié les “montagnes sacrées” aux activités économiques typiques des régions de confins, les considérant “pour une grande partie [comme des] domaines collectifs pour le pâturage, pour le bois et le charbon”46.

  • 47 Od., 14.103-104 : ἐνθάδε τ’αἰπόλια πλατέ αἰγῶν ἕνδεκα πάντα | ἐσχατιὴν βόσκοντ, ἐπὶ δʼἀνέρες ἐσθλο (...)
  • 48 Un tel domaine est par exemple mentionné par Eschine 1 (Contre Timarque). 97 (cette eschatia se tr (...)
  • 49 Souda, s.v. ἐσχατιάν ἔσχατον τόπον γῆς. Ἤ τὰ νομάς ἔχοντα χωρία (éd. Adler).
  • 50 Robert 1969-1990, 2. 820-821, voir aussi Robert 1949, 152-160, et Robert 1954. 27. Nous renvoyons (...)
  • 51 Un poème attribué à Érykios (ier s. a.C.) et conservé clans l’Anthologie Palatine, 6.255, montre u (...)

17Tout cela doit-il conduire à localiser ces pacages publics dans les eschatiai des territoires civiques ? Il faut d’abord rappeler la définition du mot et le lien très fort qui existait entre les eschatiai et les activités pastorales. L’adjectif substantivé eschatia insiste sur l’idée d’une situation en position d’extrémité, au-delà des zones habituellement fréquentées. Le mot est déjà usuel chez Homère, souvent associé à une fonction de pâturage47. Par la suite, quand une exploitation agricole était située au bout du territoire, presque isolée, que l’on y pratiquait avant tout l’élevage, elle était qualifiée d’eschatia48 de même que les parcelles les plus éloignées de certaines propriétés49. Enfin, dans la cité grecque, pour reprendre les mots de L. Robert, la zone des eschatiai, “c’est la région au-delà des cultures, des domaines et des fermes qui occupent les plaines ou les vallons ; c’est la région ‘au bout’, les terres de mauvais rapport et d’utilisation difficile et intermittente, vers la montagne ou dans la montagne qui borde toujours le territoire d’une cité grecque ; elles jouxtent la région frontière ou elles s’y fondent, cette région de montagnes et de forêts qui sépare deux territoires de cités, laissée à l’usage des bergers, des bûcherons et des charbonniers”50. Tout ce qui vient d’être dit sur les terres dont l’exploitation pastorale a fait l’objet de contestations correspond à cette définition : ce sont des régions souvent montagneuses ou périphériques, faiblement peuplées, abondamment boisées. Le témoignage du berger Ladikos fils d’Harmodios d’Askyris qui a conduit les juges de Larisa sur des territoires contestés aux Kondaiens par une cité inconnue (no 18) en donne l’un des meilleurs exemples. Il dit être venu faire paître ses animaux (1. 16) dans ce territoire désert, montagneux et entrecoupé de gorges (1. 12), où la circulation est difficile, où il faut passer par des endroits précis et payer un droit, un paragôgion (1. 18), aux Kondaiens qui les contrôlent51. Malgré leurs défauts, ces terres ont souvent fait l’objet de rivalités entre les cités qui allèrent parfois jusqu’à l’affrontement armé.

  • 52 Voir ci-dessus p. 44-45.
  • 53 Un fragment de Pol. 9.17 semble prouver que les nécropoles qui entouraient les villes pouvaient el (...)

18Il ne faudrait pas cependant placer systématiquement les pâturages publics en position périphérique par rapport au territoire civique : en Béotie, les terres au bord du Copaïs étaient sans doute en grande partie utilisées comme pacages, mais leur situation n’avait rien de marginal52. 11 pouvait y avoir des pâturages publics au pied des murailles urbaines53, et même dans la ville intra muros. L’inscription sur les droits de pâturage d’Aléa Athéna à Tégée le prouve en montrant du bétail pâturant sur des terres appartenant au sanctuaire et proches de lui (no 6). Le cas le plus net est toutefois fourni par l’inscription de Skotoussa qui prévoit de laisser certaines terres au pied de la muraille, à l’intérieur et à l’extérieur de celle-ci, libres et disponibles comme pâturages (no 16).

2. Le bétail et l’affrontement armé

19Si les conflits frontaliers étaient nettement ritualisés, servant à affirmer l’identité civique et à former les jeunes citoyens pour des combats plus sérieux, ils n’en portaient pas moins sur des territoires non dénués d’intérêt économique pour la cité. Les activités que l’on y pratiquait, liées à l’exploitation des ressources forestières et pastorales, justifiaient que l’on se batte pour ces confins.

2.1. Le bétail et les pâturages, causes de la guerre

  • 54 Il.. 1.154-156 : οὑ γάρ πώ ποτʼ ἐμὰς βοῦς ἤλασαν οὐδὲ μὲν ἵππους | οὐδέ ποτ’ἐν Φθίῃ ἐριβώλακι βωτα (...)
  • 55 Le problème du territoire du sanctuaire d’Apollon de Delphes et de son exploitation pastorale ne f (...)
  • 56 Chaniotis 1988.
  • 57 Arist., Pol., 7,10.11 = 1330a.
  • 58 Arist., Pol., 7.10.12 = 1330a : Διὸ παῥ ἐνίοις νόμος ἐστὶ τοὺς γειτνιῶντας τοῖς ὁμόροις μὴ συμμετέ (...)

20Cet aspect n’apparaît guère dans les inscriptions et doit être évoqué grâce à d’autres sources. Les vols de bétail étaient l’un des casas belli les plus fréquents dans le monde homérique et lorsqu’Achille expliquait à Agamemnon que, pour sa part, il n’avait aucune raison de venir faire la guerre aux Troyens, il insistait sur ce point : “Jamais ils ne m’ont ravi mes vaches ou mes cavales ; jamais ils n’ont saccagé les moissons de notre Phthie fertile et nourricière”54. Dans les poèmes homériques, les razzias étaient donc un moyen essentiel d’accroître une richesse alors largement fondée sur le bétail. Par la suite, elles ont continué à survenir, comme nous le verrons un peu plus loin, mais généralement au cours d’opérations militaires commencées pour d’autres raisons. En réalité, les sources des époques classique et hellénistique font apparaître une autre cause de guerre liée à la vie pastorale. Ce ne sont désormais plus les vols d’animaux qui dégénèrent en conflits militaires, mais le besoin de contrôler les zones de pacage. Plusieurs guerres éclatèrent à ce sujet, comme la guerre de Corinthe, en 394 a.C., issue, on l’a dit, des rivalités entre Phocidiens et Locriens Ozoles pour l’exploitation des pâturages du Parnasse55. Un enjeu semblable paraît avoir eu une grande importance dans les conflits qui, en Crète, opposèrent Itanos à ses voisines successives sur sa frontière occidentale. L’arbitrage de Magnésie du Méandre (no 46) invite cependant à faire la part des motivations des belligérants, car, le plus souvent, l’enjeu pastoral n’est que l’un des éléments qui expliquent tel conflit. Le territoire autour du sanctuaire de Zens Diktaios dont Hiérapytna cherchait à acquérir la maîtrise présentait une valeur non seulement agricole et pastorale, mais aussi religieuse en raison de la présence du prestigieux sanctuaire de Zeus Diktaios56. En outre. Itanos revendiquait un second territoire, l’île de Leukè, dont la valeur était sans doute surtout militaire. Les problèmes liés à l’exploitation des eschatiai pouvaient donc avoir des conséquences sur les décisions de la cité en matière de politique extérieure et c’est pourquoi Aristote proposait d’équilibrer les klèroi de sa cité idéale en donnant à tout citoyen une parcelle près du centre civique et une autre sur les confins de la cité57. Selon le philosophe, certaines cités avaient su trouver une autre solution aux risques de guerre liés aux intérêts des citoyens qui vivaient de l’exploitation des eschatiai, car, écrit-il, “chez certains peuples, existe une loi interdisant aux citoyens des zones frontalières de prendre part aux délibérations sur des conflits avec les voisins, parce que, pense-t-on, leur intérêt personnel les rendrait incapables de délibérer sagement”58.

  • 59 A de rares exceptions près, dans le monde grec, comme dans le cas de l’île d Hèrakleia (no 35).

21Ces rivalités pour des pâturages de montagne permettent de prendre la mesure réelle de l’opposition supposée entre pasteurs et agriculteurs. C’est une notion souvent utilisée, mais qui relève largement du phantasme historique59 : la plupart du temps, les éleveurs grecs ne se sont pas opposés à des agriculteurs, dans la mesure où les troupeaux étaient, soit à l’écart des terres cultivées, soit parfaitement intégrés aux activités agricoles et surtout parce qu’agriculteurs et éleveurs étaient souvent les mêmes. En réalité, si des rivalités ont bien joué, elles ont la plupart du temps opposé les bergers entre eux.

2.2. Le bétail, victime de la guerre et du brigandage

  • 60 Sur le droit de représailles (entre particuliers ou entre un particulier et une cité), voir Bravo (...)
  • 61 Il., I 1.670-803, avec énumération d’un butin (v. 677-681).
  • 62 Thc. 7.27.5. Sur le butin, voir Pritchett 1971-1991, 1.53-100 et 5. 68-541.
  • 63 Les Phocidiens διαρπάζουσι τὰ πρόβατα et les Locriens réagissent de même, τότε δὲ τῶν Λυκρῶν ἀνθαρ (...)
  • 64 Voir Edgerton 1925 et Pritchett 1971-1991, 1. 54-58 et 5. 77-86. Au sujet des rapports entre guerr (...)

22Le bétail pouvait être à l’origine de guerres, mais, le plus fréquemment, il en était la victime. C’est d’abord ainsi qu’a perduré l’habitude des razzias homériques et le droit de représailles ne faisait qu’accroître le risque60. Les cheptels faisaient partie intégrante du butin61, au même titre que les esclaves. Comme eux, ils étaient faciles à enlever et à vendre. L’occupation de Décélie par les Spartiates, en 412 a.C., se traduisit, selon Thucydide, par la perte des troupeaux et des bêtes de somme (hypozygia) des Athéniens62. Dans l’épisode opposant Phocidiens et Locriens Ozoles, la guerre, après la première attaque, prit aussi l’allure d’une succession de “razzias” et de “contre-razzias” dont le but était de s’emparer du bétail de l’adversaire63. C’est donc tout naturellement que le même mot, leia (λεία), avait fini par désigner aussi bien le bétail que le butin64.

  • 65 No 10, 1. 4-6.

23Les inscriptions soulignent cet aspect à l’occasion des traités comportant des clauses sur l’évacuation du bétail en cas de guerre (voir ci-dessous). L’arbitrage entre Magnésie et Priène (no 56) fait allusion à une attaque (1. 71) dont il n’est pas dit par qui elle a été commise, mais qui était manifestement dirigée contre les Magnètes installés sur la terre contestée : des édifices furent alors incendiés et du bétail volé (1. 85). Ce genre d’opérations se distinguait finalement peu des actes de brigandage, comme ceux qui furent commis sur le territoire d’Hyettos et se traduisirent par des attaques de fermes, des meurtres et des vols d’esclaves et de troupeaux65.

  • 66 Pol. 4.4. 1-12.
  • 67 Hanson 1998, 19-25.
  • 68 Plut., Eumène, 8.9-10 : ἐπίπρασκεν αὐτοῖς τὰς κατὰ τὴν χώραν ἐπαύλεις καὶ τετραπυργίας, σωμάτων κα (...)

24A ce dossier, il faut ajouter l’ensemble de la documentation littéraire : nous avons déjà mentionné le parallèle que constituait pour l’inscription d’Hyettos le récit par Polybe des attaques des Étoliens commandés par Dôrimachos contre les campagnes messéniennes66. Par ailleurs, les armées régulières et plus spécialement les troupes légères67 pillaient les fermes et les troupeaux, car c’était souvent là leur seul moyen de se ravitailler. Il arrivait aussi aux chefs militaires de livrer une région au pillage pour payer la solde de leurs soldats. Plutarque raconte ainsi qu’Eumène passant un hiver de guerre en Phrygie vendit à ses troupes “les fermes et les châteaux du pays, qui regorgeaient d’esclaves et de bestiaux” ; les soldats qui les avaient reçus n’avaient plus qu’à aller s’en emparer68. Enfin, le vol de bétail pouvait entrer dans une stratégie d’ensemble visant à la destruction des ressources agricoles de l’adversaire.

  • 69 Les romans grecs n’ont fait qu’accréditer un peu plus cette “légende noire” par les nombreuses his (...)
  • 70 Voir p. 53-54.

25De tout cela se dégage une impression de campagnes livrées à une violence permanente qui est le fait à la fois d’armées régulières, dans le cadre d’une guerre déclarée, et de troupes de brigands69. La véritable question est de savoir si l’insécurité des campagnes avait été un phénomène constant durant l’époque hellénistique. Depuis les travaux de L. Robert70, la tendance est à une réponse négative et le texte d’Hyettos (no 10) date en effet bien d’une époque de crise pour l’ensemble de la Béotie.

2.3. L’affrontement judiciaire

  • 71 Delphinion, 150, 6 5, 1.36-39.
  • 72 No 58, cf. p. 229 et n. 206.
  • 73 Sur cette clause, voir Gauthier 1972, 362-363.

26Une clause du traité entre Milet et Héraclée du Latmos71 comporte une “amnistie réciproque des plaintes privées et publiques à la suite de la guerre”72 : le texte ne nous apprend pas quel était l’objet de ces plaintes, mais démontre que certains conflits territoriaux pouvaient être suivis par une phase de recours à la justice internationale, tant de la part des particuliers que de la communauté civique dans son ensemble73. Ces procès étaient la continuation judiciaire du conflit armé et ouvraient la voie au règlement pacifique. Dans le traité entre Aigai et les Olympènoi, il est également question de plaintes (ἐγκλήματα) déposées par des citoyens de l’une ou de l’autre partie : là encore, elles ont fait l’objet d’une amnistie (no 51, 1. 11-14). Dans ce cas, le recours aux tribunaux ne semble pas avoir été précédé par un affrontement violent entre les deux communautés, mais l’avoir remplacé. L’arbitrage de Milet et de Rhodes entre Épidaure et Hermionè comporte aussi une amnistie judiciaire : “qu’au sujet des droits de culture et de pâturage datant d’avant le jugement, aucune plainte (ἐγκλήματα) ne soit déposée ; que le jugement (κρίμα) précédent concernant les chèvres soit valable auprès des fermiers des taxes” (no 5, 1. 20-23). Les arbitres ont donc voulu couper court à toute action judiciaire concernant les taxes levées sur l’exploitation agricole ou pastorale des territoires contestés.

2.4. La protection des zones de pâturage

  • 74 Voir Vidal-Naquet 1983, 153-159 et passim.
  • 75 La bibliographie sur les fortifications grecques ne cesse de s’accroître : voir Winter 1971 qui pr (...)
  • 76 Là encore, la recherche a été initiée par J. et L. Robert : on trouvera pour l’époque hellénistiqu (...)

27Depuis quelques années, les problèmes liés à la garde du territoire (phylakè tes chorus) ont été l’objet de recherches approfondies et de discussions. Elles ont pris trois chemins différents. Le premier est celui d’une investigation du rôle à la fois anthropologique et mental de la défense des frontières74. D’autres se sont intéressés aux vestiges archéologiques laissés par cette mise en défense avec l’étude des forteresses frontalières et des tours rurales qui ont pu, pour les habitants des campagnes, assumer le même rôle que l’enceinte urbaine pour les citadins75. La troisième voie est celle de l’étude des cadres institutionnels de la défense du territoire et notamment des troupes de patrouilleurs (orophylaques, péripolarques, etc.) et c’est pour elle que l’épigraphie est la source la plus riche en informations76.

  • 77 No 18, 1. 28-30.
  • 78 Le bouclier d’Achille décrit une scène semblable où des guerriers attendent les troupeaux sur le b (...)

28Mais ici, les modalités de la garde du territoire sont moins intéressantes que l’étude des moyens mis en œuvre pour protéger les bergers et leurs troupeaux. Lorsque la cité devait assurer la sécurité de régions éloignées de son centre urbain, le problème se posait de deux façons différentes selon qu’il s’agissait d’un finage isolé, mais densément peuplé et cultivé, ou d’une région parcourue seulement par quelques bergers, charbonniers et chasseurs. Dans le premier cas, un petit nombre de fortifications rurales et leurs garnisons se justifiaient : l’arbitrage de Larisa mentionne ainsi une “tour située en contrebas de Minyè” au centre des terres cultivées par les Kondaiens77. Mais pour le reste, l’essentiel était de surveiller les points de passage du bétail, les lieux où les bergers se rencontraient comme les points d’eau où il était facile de s’emparer de grandes quantités d’animaux78. Les Kondaiens prélevaient, d’après le témoignage du berger Ladikos fils d’Harmodios d’Askyrion, un droit de passage (παραγώγιον) dans une région au relief très accidenté, ce qui indique une forme de surveillance (no 18).

  • 79 Rousset & Katzouros 1992, 213-214 : une σκοπιά, “c’est un ‘point de vue’, une ‘guette’, qui est ha (...)
  • 80 Delphinion, 150, 1. 89 : τοὺς ἐν ἐκατέραι τῶν πόλεων ὁροφύλακας. Rehm avait écrit όροφύλακας, c’es (...)
  • 81 Delphinion, 150, 1. 93-94 : τούς δὲ ἐν Ἡρακλείαι τὸ ὀροφυλακι|κὸν τέλος ἔχοντας. Cette taxe était (...)
  • 82 Chaniotis 1995, 68-70, Chaniotis 1996. 117-120, et Chaniotis 1999b, 201-202.

29Essentielle également était la présence de patrouilleurs pour surveiller les bergers et pour faire respecter les droits de pâturage de chacun. Ces troupes apparaissent parfois dans des textes comme le traité entre Myania et Hypnia (no 15, 1. 34-39) : les deux cités disposent de leurs gardes du territoire, les chôrophylaques, dont les services ne seront pas mis en commun. Seule le service des guettes (σκοπιοὶ) et la surveillance des frontières (opta) sera commune. Ces guettes ne prenaient pas toujours la forme de tours, mais pouvaient aussi être des points naturels (rochers, pics, etc.) d’où l’on avait une vue étendue79. Dans le traité entre Héraclée du Latmos et Milet (no 58), la clause sur la recherche et l’échange des esclaves fugitifs mentionne la présence de gardes des montagnes dans chacune des deux cités80. Ce même passage montre aussi qu’à Héraclée existait une taxe sur la garde des montagnes (ὀροφυλακικὸν τέλος)81. Le texte sur les frontières de Gonnoi et d’Hèrakleion (no 17) offre un autre témoignage sur la surveillance des zones rurales, car dans une partie mutilée revient à deux reprises le verbe dragateuô (δραγατεύω), cf. 1. 14-15) lorsqu’il est précisé que les Gonnéens surveillaient le territoire contesté. Cela laisse supposer l’existence d’un ou de plusieurs spécialistes, les (Imputai (δραγάται), chargés de la sécurité du territoire agricole et qui étaient peut-être de simples gardes champêtres. Comme nous le verrons ultérieurement, surveiller et garder un territoire était l’une des preuves les plus décisives de sa possession. Assurer la surveillance des zones de pâture isolées était donc l’une des tâches des péripolarques et des orophylaques, mais les bergers pouvaient également souhaiter être protégés sur les routes d’accès aux pâturages : telle était peut-être la fonction des personnes chargées de l’eunomia en Crète, ainsi qu’a cru le reconnaître A. Chaniotis, où des syneunomiôtai intervenaient sur les routes menant vers l’étranger82.

2.5. La situation en temps de guerre

  • 83 Ps-Démade, Sur les douze années, 14 : ὡς δὲ πλησίον ἔστη τῆς Ἀττικῆς ὁ πολέμιος, ἡ χώρα δʼ εις τὴν (...)
  • 84 Ro. Martin 1973, 110 : “Or les vastes enceintes d’Orchomène, d’Aléa s’expliquent aussi par les néc (...)
  • 85 Xén., Hell., 4.5.1 : οἱ ἐν τῇ πόλει πάντα μὲν τὰ βοσκήματα ἔχοιεν καὶ σῴζοιντο ἐν τῷ Πειραίῳ, πολλ (...)
  • 86 Mülier 1975 fait le point sur ces évacuations.

30La fonction de ces hommes était préventive ; elle s’exerçait aussi bien en temps de paix qu’en temps de guerre. Lorsqu’un conflit éclatait, la nécessité de protéger la richesse pastorale de la cité s’imposait, notamment en incluant le bétail dans une évacuation planifiée du territoire. Trois solutions s’offraient pour trouver des lieux de refuge : l’enceinte urbaine, si elle était assez vaste et suffisamment proche, présentait la meilleure protection. Un passage attribué à l’orateur Démade décrit ainsi la situation lors d’une évacuation : “Alors que l’ennemi était proche de l’Attique, que la campagne s’était enfermée dans la cité et que la ville la plus disputée et la plus admirée de tous était, comme un parc, pleine de bovins, de brebis et de toutes sortes de bétail, alors qu’il n’y avait plus aucun espoir d’être secouru, j’ai proposé la paix”83. L’hypothèse a été émise que les enceintes particulièrement étendues de certaines villes péloponésiennes comme Orchomène d’Arcadie avaient pour rôle d’offrir un refuge aux troupeaux84. Il existait effectivement des pâturages intra-muros, comme le montre l’inscription sur les murailles de Skotoussa (no 6) et la loi sur les droits de pâturages de Tégée (no 16). Les bergers avaient aussi la possibilité d’envoyer leurs animaux dans une partie du territoire difficile d’accès, comme les montagnes, en espérant que les ennemis ne viendraient pas les y chercher : en 390 a.C., les Corinthiens procédèrent de cette manière, utilisant la péninsule montagneuse de Peiraion comme refuge85. Les inscriptions illustrent enfin une troisième méthode, l’évacuation vers le territoire d’une cité amie86 : pendant la guerre démétriaque, le bétail des habitants du dème attique de Rhamnonte fut évacué vers le territoire d’Érétrie (no 4) et la liste des bienfaits rendus par le dynaste Philétairos à Cyzique semble signaler une semblable évacuation vers la région de Pergame (no 47).

  • 87 Sur l’intervention de bienfaiteurs étrangers dans les affaires de brigandage et de piraterie. Ducr (...)

31Une cité menacée pouvait parfois aussi compter sur le soutien d’étrangers, comme les deux citoyens d’Hypata à qui Hyettos vota un décret honorifique pour les remercier de lui être venus en aide de leur propre initiative contre les agissements d’une bande de brigands et pour avoir récupéré une partie de biens volés (no 10)87. Ce n’étaient que de simples particuliers, mais une protection royale pouvait s’avérer encore plus efficace. Face à la puissante cité d’Hiérapytna, Itanos se trouvait dans une situation très difficile, mais, pour prévenir le danger, obtint de Ptolémée VI Philomètôr l’envoi d’une garnison lagide pour la protéger (no 46).

3. Le bétail dans les rapports entre cités

  • 88 Hdt. 6.42 : συνθήκας σφίσι αὐτοῖσι τοὺς Ἴωνάς ἠνάνγκασε ποιέεσθαι, ἵνα δωσίδικοι εἶεν καὶ μὴ ἀλλήλ (...)
  • 89 Hell. Oxy., 18(13).3 : Πρότερον μὲν οὖν πολλῶν τοιούτων ἀφ’ ἑκατέρων γιγνομένων ἀεὶ μετὰ δίκης τὰ (...)

32L’affrontement armé n’était cependant pas le seul moyen de mettre fin à ce genre de disputes. Très tôt, on avait cherché à résoudre ces conflits pacifiquement, comme durant les années précédant la première guerre médique, lorsque le satrape perse Artaphernès aurait, selon Hérodote, cherché à éviter les confrontations violentes entre les cités ioniennes en les incitant “à conclure entre |elles] des conventions pour régler leurs différends par la voie judiciaire et non par enlèvements et rapines réciproques”88. Il y avait là en germe une pratique que l’on verra se développer pendant l’époque hellénistique, lorsque les souverains, relayés ensuite par Rome, avaient tout intérêt à éviter de tels conflits. Une seconde forme de solution négociée pouvait également être trouvée, cette fois-ci sans intervention extérieure. C’est ainsi que dans le cas déjà mentionné des querelles entre Phocidiens et Locriens Ozoles pour les pâturages du Parnasse, l’auteur anonyme des Helléniques d’Oxyrhynchos précise à ses lecteurs que, bien avant 395 a.C., les deux peuples avaient essayé de régler leurs problèmes “par le recours à la justice et aux pourparlers”89.

3.1. Les traités : nature et principes

  • 90 Depuis le travail d’Egger 1866 jusqu’aux recueils de Bengtson et Schmitt parus en 1962 et 1969.
  • 91 Robert 1969-1990, 7. 297-379.
  • 92 Ce problème a déjà été soulevé par Georgoudi 1974, 172-173.

33Depuis plus d’un siècle, les études à leur propos ont été nombreuses90. Ces traités comportent assez fréquemment des clauses fiscales ou commerciales et peuvent donc indirectement fournir des informations sur la vie économique des cités qui les concluent ; c’est ce qu’ont démontré J. et L. Robert à propos de deux traités de sympolitie conclus par Téos91. Nous avons déjà noté ce que de tels documents nous apprennent sur la fiscalité agricole ; ce qui nous intéresse maintenant, c’est de déterminer dans quelle mesure des traités internationaux pouvaient permettre une vie pastorale dépassant le cadre des cités92.

  • 93 ICret, III. III. 4, 1. 12-18 ; Ἱεραπυτν[ίοις] | καὶ Πριανσίο(ι)ς ἶμεν παῥ ἀλλάλοις ἰσυπυλιτείαν κα (...)

34Les traités comportant des clauses sur le bétail peuvent être de plusieurs types. Certains de ces documents sont des traités d’isopolitie qui prévoient l’échange automatique du droit de cité entre les deux partenaires, ceux-ci conservant toutefois leur indépendance. L’un des plus anciens, le traité entre Hiérapytna et Praisos (no 44), qui daterait du début du iiie s. a.C., comporte effectivement des clauses où l’acquisition de la citoyenneté dans la cité partenaire est soumise à des règles strictement définies (1. 16-33). Environ un siècle plus tard, le traité entre Hiérapytna et Priansos (no 45) est lui aussi un traité d’isopolitie, comme le montre le début de la première clause93. De son côté, le traité de paix entre Milet et Héraclée du Latmos (no 58) comporte une longue clause (§ 7) consacrée aux problèmes de la citoyenneté et aux procédures à suivre pour l’obtenir dans la cité partenaire.

  • 94 Delphinion, 149, 1. 49 : εἰς τὴν συμπολιτείαν.
  • 95 Cela n’est cependant pas dit dans ce qui nous reste de ce texte ; il ne fait toutefois aucun doute (...)

35La deuxième catégorie est formée par les traités de sympolitie : c’est ainsi que se définit celui qui fut conclu entre Milet et Pidasa (no 57)94, comme, sans doute, le traité entre Téos et une cité inconnue (no 53)95. Dans ces deux cas, la question de la citoyenneté prend un aspect particulier, puisqu’un traité de sympolitie doit consacrer l’intégration d’une cité au sein d’une autre et prévoit que les citoyens de la cité absorbée reçoivent automatiquement la politeia dans leur nouvelle patrie. Dès lors, il n’est pas étonnant que le problème du bétail ne soit envisagé que sous l’angle particulier d’ajustements de deux systèmes fiscaux différents.

  • 96 Bousquet 1965, 674. Klaffenbach, IG, IX, 13, 748, p. 107, lui donne le titre de “Myanensium et Hyp (...)
  • 97 Sur la nature du texte. Robert 1955, 180.

36Deux textes n’entrent cependant pas dans ces cadres : la convention entre Myania et Hypnia (no 15) et le traité entre Aigai et les Olympènoi (no 51). La nature du premier n’est pas claire : J. Bousquet y a vu une convention, tandis que G. Klaffenbach en fait un traité de sympolitie96, mais ce document semble essentiellement avoir pour objet de mettre en commun certains services coûteux et la clause sur le bétail entre dans ce cadre où il n’est nulle part question du droit de cité. Le traité entre Aigai et les Olympènoi est clairement désigné comme une convention (ὐμολογία, 1. 13-14)97 et, là encore, les problèmes de la citoyenneté ne sont pas mentionnés dans ce qui reste du texte.

37Dans l’ensemble, les droits relatifs au bétail sont abordés de façon très différente selon les catégories. La convention entre Myania et Hypnia ainsi que le traité entre Aigai et les Olympènoi se contentent de droits réduits pour les bergers : droit de passage limité dans le temps ou exemptions réservées à certaines catégories de bétail. Le traité entre Milet et Héraclée est beaucoup plus libéral pour les propriétaires milésiens, puisqu’un droit leur est accordé de traverser le territoire d’Héraclée qui était comme enclavé au milieu des terres de Milet de part et d’autre du golfe Latmique. Mais ce sont les deux documents crétois qui sont les plus intéressants : on vient de dire qu’il s’agissait de véritables traités d’isopolitie avec un octroi collectif et réciproque du droit de pâturage.

  • 98 No 44, 1. 33-46.
  • 99 Au début de la 1. 40, sur la colonne III du texte, on lit le mot έκατέρας suivi d’une ponctuation (...)

38Les textes insistent sur cette réciprocité qui peut être un second mode de classement des textes. Dans le traité entre Hiérapytna et Praisos, (no 44), une même formule est répétée en parallèle : “que tout Hiérapytnien dispose du droit de pâturage sur le territoire de Praisos [...] et que tout Praisien dispose du droit de pâturage sur le territoire d’Hiérapytna, etc.”98 Dans le traité entre Hiérapytna et Priansos (no 45), ce principe doit se déduire d’une clause précédente, tandis que dans le traité entre Myania et Hypnia (no 15), ce qui reste de la clause sur le bétail n’autorise aucune conclusion en faveur d’une éventuelle réciprocité du droit de séjourner avec des animaux et de procéder au bain des moutons99. En revanche, l’exemption de taxes accordée lors de la traversée du territoire d’Héraclée aux propriétaires de bétail de Milet (no 58) est clairement unilatérale, car elle est dictée par la situation géographique, puisque la partie du territoire de Milet située au nord du golfe Latmique était isolée du reste de la chôra milésienne par le territoire héracléote.

39Il paraît donc possible de diviser l’ensemble des traités internationaux où les problèmes de l’élevage sont évoqués en trois groupes.

  • 100 L’expression “traité d’epinomia” a été employée par Moretti 1966, 299, à propos de la convention e (...)
  • 101 ICret, III, IV, 1.1. 12-2).

40— Les deux traités conclus par Hiérapytna sont, entre autres, des traités d’epinomia100 ; le droit de pâturage y est accordé de façon collective et réciproque. La formule ἐπινομὰ | [δʼ]ἔστω du traité entre Hiérapytna et Praisos (no 44), l’existence dans le traité entre Hiérapytna et Priansos (no 45) d’une clause d’échange de l’isopolitie, du droit d’épouser une citoyenne (ἐπιγαμία), du droit d’acquérir des biens-fonds (ἔνκτησις)101 ne sont pas sans rappeler les décrets de proxénie dont la Crète n’a encore à ce jour fourni aucun exemplaire avec octroi de l’epinomia. Plus généralement, ces deux textes semblent confirmer le lien entre droit de pâturage et citoyenneté dans certaines régions de Crète.

41— Le traité entre Myania et Hypnia (no 15) et celui entre Aigai et les Olympènoi sont plus précis sur les droits accordés pour les animaux étrangers et sont d’une portée moins grande en ce domaine. Il s’agit avant tout de faciliter le passage des troupeaux tout en prenant des précautions : le traité entre Myania et Hypnia limite la durée du séjour et le traité d’Aigai avec les Olympènoi réserve les dispenses de taxes à certaines catégories bien spéciales d’animaux. Le traité entre Milet et Héraclée du Latmos se rattache à ce groupe, mais sans la réciprocité du droit de passage qui reste une concession d’Héraclée.

42— Le troisième groupe comprend le traité entre Téos et une cité inconnue et celui entre Milet et Pidasa (no 53 et 57). Dans ces deux cas, il s’agit de traités de sympolitie où la cité la plus importante (Téos dans un cas. Milet dans l’autre) accorde temporairement des privilèges fiscaux à la cité qu’elle absorbe, le temps pour cette dernière de s’adapter.

3.2. Types de droits accordés au bétail des étrangers

43Un formulaire comme celui du traité entre Hiérapytna et Praisos (“que tout Hiérapytnien dispose du droit de pâturage, etc.”, no 44) invite à rapprocher les droits accordés aux étrangers de l’epinomia des décrets de proxénie. Pourtant, une lecture attentive des traités offre des détails que l’on ne peut tirer des seuls décrets de proxénie avec octroi de l’epinomia.

  • 102 Sur l’usage du parc, voir p. 178-179.
  • 103 No 15, 1. 45-46.
  • 104 Lerat 1952. 168.
  • 105 Voir p. 337.

44Un premier point dont il est fréquemment question tient à la durée du séjour et à l’installation de parcs à bestiaux en cas de séjour prolongé. Le traité entre Hiérapytna et Praisos envisage qu’un Hiérapytnien désire parquer du bétail (αὐλοστατὲν, no 44, 1. 52-68) sur le territoire de Praisos et inversement. Le problème est également évoqué dans le traité entre Myania et Hypnia où un droit de parquer des animaux (αὐλίζεσθαι, no 15, 1. 45-46) est accordé pour une période de dix jours. La remarque est intéressante dans la mesure où elle indique que le parc à moutons (aillè) pouvait être une structure légère, mais d’un usage fréquent et devenait indispensable lorsqu’un berger stationnait quelque temps au même endroit avec ses bêtes et leur faisait passer la nuit à l’extérieur102. Les interdictions de bétail y font parfois allusion : l’arbitrage de Magnésie du Méandre entre Hiérapytna et Itanos (no 46, 1. 82) précise qu’un berger ne pourra pas faire paître ses animaux (ἐννέμειν) ni les parquer (ἐναυλοστατεῖν) dans le sanctuaire de Zeus Diktaios. Dans un contexte identique, le décret des Magnètes sur le sanctuaire d’Apollon Koropaios interdit formellement d’y laisser entrer du bétail “pour y pâturer ou y faire halte” (no 19, 1. 13-14). Les deux traités mentionnés plus haut en autorisant les bergers à parquer du bétail permettaient donc un séjour prolongé des troupeaux, certes limité à dix jours dans l’accord conclu entre Myania et Hypnia103. Le traité entre ces deux cités permet d’évoquer un autre aspect de la vie pastorale, la pratique du bain (λῶτις) des moutons qui avait lieu juste avant la tonte. Le texte octroie la possibilité aux bergers de la cité partenaire de procéder à cette opération sous certaines conditions, car on est dans une région où l’eau est rare en grande quantité104. L’obligation enfin s’impose aux bergers de respecter les sanctuaires et de ne pas y faire paître leurs animaux105.

  • 106 No 58, 1. 77.
  • 107 La plupart des traités où il est question de dispenses de taxes sur le bétail sont des traités de (...)
  • 108 No 18, 1. 17-18.

45Certains accords internationaux n’accordent qu’un simple droit de passage gratuit au bétail : l’avantage est de ne pas payer de taxe pour le transit des animaux. Dans le traité entre Milet et Héraclée du Latmos (no 58), ce droit n’est accordé qu’aux Milésiens pour le territoire d’Héraclée. Les Héracléotes prennent en outre la précaution d’exiger des Milésiens qu’ils déclarent sous serment que leurs animaux retournent bien en territoire milésien106 : c’est là un signe de la volonté des Héracléotes d’empêcher les Milésiens de vendre au passage une partie de leur cheptel. Le traité entre Aigai et les Olympènoi (no 51) comporte une clause semblable, limitée à des catégories très précises de bétail (béliers, brebis, chevrettes, etc.) qui ne formaient sans doute qu’une petite partie des troupeaux susceptibles de transiter d’une cité à l’autre. Ces restrictions font apparaître la dispense des droits de passage comme une concession importante, qu’une cité n’accordait pas aisément en temps de paix, si ce n’est lorsqu’elle absorbait une autre communauté et qu’elle voulait lui accorder un régime fiscal transitoire107. Il était toujours possible de traverser le territoire d’une cité avec du bétail étranger, mais à condition d’acquitter les droits de passage habituels. Cette situation ordinaire apparaît dans l’arbitrage de juges de Larisa entre Kondaia et une cité inconnue (no 18) où le berger Ladikos témoigne que les Kondaiens font payer un péage sur un itinéraire qui lui permet d’accéder aux terrains de pâture108.

  • 109 No 58, 1. 67-72.
  • 110 The. 2.14.1, pour l’évacuation des troupeaux de l’Attique vers l’Eubée et Énée 10.1, où l’évacuati (...)
  • 111 ICret, III, III, 1, 1. 21-27, où il n’est pas expressément question de l’évacuation du bétail.
  • 112 Sur ces évacuations, voir Müller 1975, 129-163, et Hanson 1998, 103-121 et 229-231.

46En temps de guerre, une cité pouvait se montrer un peu plus généreuse à l’égard de ses alliés. On le voit encore dans le traité entre Milet et Héraclée (no 58), car, à la clause sur le transit des bestiaux des Milésiens par le territoire d’Héraclée, s’oppose une autre clause où le droit de passage est cette fois-ci réciproque : “si un Milésien ou quelqu’un résidant à Milet veut, en raison d’une guerre, évacuer l’un de ses biens (...) ou trouver refuge dans la cité ou sur le territoire des Héracléotes, qu’il soit exempté de toutes les taxes ci-dessus”109. Cette pratique est connue à la fois par les sources littéraires, comme Thucydide et Enée le Tacticien110, et par les inscriptions qui l’évoquent souvent comme une possibilité offerte par traité à un allié. Il en va ainsi dans les accords conclus entre Milet et Héraclée du Latmos ou entre Hiérapytna et Priansos111 est plus rare que les sources épigraphiques signalent la mise en pratique effective de ce droit de transit en cas de guerre, comme dans le décret de Rhamnonte pour Dikaiarchos (no 4). Une réserve doit cependant être émise à propos de ce document, car Erétrie ne semble pas avoir accueilli les troupeaux des gens de Rhamnonte en vertu d’un traité conclu avec Athènes, mais parce que Dikaiarchos, le commandant de la garnison macédonienne stationnée à Erétrie, lui-même un Athénien au service de la Macédoine, a voulu qu’il en soit ainsi112.

3.3. Les arbitrages internationaux

  • 113 Piccirilli 1973 rassemble la documentation antérieure à 322 a.C. désormais complétée par Magnetto (...)

47Il s’agit là d’une solution typique aux conflits internationaux de l’époque hellénistique et qui a fait l’objet de nombreuses études113. Il serait hors de propos de décrire ici les différentes étapes d’une procédure d’arbitrage, nous souhaitons seulement noter qu’à l’époque hellénistique, la majorité des arbitrages concerne le règlement de querelles territoriales. Deux détails seulement vont nous retenir : l’appel aux témoignages de bergers et les décisions des arbitres à propos des territoires consacrés à l’élevage.

  • 114 Sur l’instruction, voir le chapitre que lui a consacré Tod 1913, 132-151.
  • 115 No 46, 685, 58-67.
  • 116 No 56, 1. 81-83. Sur les χρημοιτισμοί et l’ensemble des témoignages et preuves écrites, voir Holle (...)
  • 117 Sur ces témoignages de bergers. Wilhelm 1974, 2. 274, et Robert 1949. 7. 155-156.
  • 118 No 17, 1. 20-23. La guerre de Sôsthénès remonte à 279-277 a.C., alors que l’inscription ne date qu (...)
  • 119 No 18, 1. 13-15.
  • 120 Sur les souvenirs des anciens et leur utilisation, voir les remarques de Gauthier 1976. 137 et n. (...)

48Lors de la phase d’instruction de la querelle, une documentation était rassemblée et présentée aux juges par les adversaires. On y trouvait surtout des témoignages écrits tirés des archives114 : dans l’arbitrage de Magnésie entre Itanos et Hiérapytna par exemple, la première put produire trois délimitations de frontières qui sont citées en style direct115, tandis que les juges de Mylasa insistent sur le fait qu’il a été prouvé, grâce à une recherche dans les archives, que les Priénéens ne surveillaient pas le territoire contesté par les Magnètes116. Mais les juges pouvaient avoir également recours à des témoignages oraux, et, dans deux inscriptions, on voit des bergers venir mettre leur connaissance du terrain au service des juges117. Un certain Ménippos apparaît ainsi dans l’inscription sur les frontières de Gonnoi et Hèrakleion (no 17), tandis qu’un berger du nom de Ladikos fils d’Harmodios d’Askyris a témoigné dans l’enquête d’arbitrage de Larisa entre Kondaia et une cité inconnue (no 18). C’est même lui qui a conduit les juges sur le Nyseion, un sommet dominant la région disputée. Leur qualité de berger est à chaque fois mise en avant, car, en raison de leur activité, ils connaissent bien les territoires isolés qui font l’objet de la contestation et savent où se trouvaient les bornes des uns et des autres ; ils ont éventuellement eu l’occasion de rencontrer ceux qui étaient chargés de patrouiller sur ces terres, puisque cela est considéré comme une preuve de possession d’un territoire. Ces bergers étaient en outre dépositaires d’une tradition orale plus ancienne : Ménippos se rappelait ainsi avoir entendu ses aînés parler du temps où ces terres désormais livrées au bétail avaient fait l’objet d’une exploitation agricole : “et j’ai aussi entendu les anciens (τῶν πρεσβυτέρων) dire que les terrains situés à Pothnaieus étaient la propriété des Gonnéens Rallias et Philonhrotos qui les ont cultivés et habités jusqu’à la guerre de Sôsthénès”118. Des mots presque identiques furent prononcés par Ladikos devant les juges de Larisa : il se souvient que les anciens lui ont autrefois montré où se trouvait la frontière avec le territoire de Kondaia, information importante pour lui qui y mène depuis longtemps son troupeau119. Il y a là une dimension coutumière du droit grec dont l’importance mériterait d’être réévaluée120.

  • 121 No 5, 1. 15.
  • 122 Wilhelm 1974, 3. 331-332, a recensé les cas où il avait été retenu par des juges dans des contesta (...)
  • 123 The. 5.42.1 : d’anciens serments sont évoqués selon lesquels μηδετέρους οἰκεῖν ὸ χώριον ἁλλὰ κοινῇ (...)
  • 124 FD, III.2, 136 : τὸ δὲ ὕδωρ τὸ παρὰ τὴν Αἰγώνειαν ῥέον εἶνα[ι] | κοινὸν πάντων (1. 31-32). Georgou (...)

49Une fois les témoignages réunis et les droits de chacun pesés, il restait aux juges à trancher sur le territoire contesté. Deux solutions se présentaient alors : ou bien ils délimitaient précisément une frontière, ou bien ils décidaient de transformer le tout en terre commune aux deux cités. C’est cette seconde possibilité qui fut retenue par les juges de Milet et de Rhodes dans la controverse entre Hermionè et Épidaure : “que ce territoire soit commun aux Hermionéens et aux Épidauriens” sont les premiers mots de leur verdict121. Une délimitation de frontière a bien eu lieu dans ce cas, mais pour séparer la “terre commune” des territoires respectifs de chacune des deux cités. Ce type de compromis n’avait par ailleurs rien de bien original122 et il est attesté dans de nombreuses circonstances, comme pour les environs de la forteresse de Panakton, aux confins de l’Attique et de la Béotie, qui auraient dû devenir une terre commune, ainsi que le prétendirent les Béotiens lors des négociations préparatoires à la paix de Nicias en 421 a.C.123 On comprend l’intérêt de ce statut pour des terres peu ou pas peuplées, mais consacrées à l’élevage ; du reste, la délimitation de frontières entre Delphes d’une part et Ambryssos et Phlygonion d’autre part montre que certains lieux en rapport avec les troupeaux comme les points d’eau pouvaient eux aussi recevoir un statut commun124.

50Si les baux et les règlements contre les divagations du bétail nous ont souvent introduit dans un monde où agriculture et élevage paraissent avoir, de gré ou de force, fait bon ménage, c’est un autre aspect de la vie pastorale que montrent les inscriptions relatives au bétail dans les relations internationales, puisque les terres sur lesquelles on rencontre désormais chèvres et moutons sont situées à l’écart des zones habitées et cultivées, dans de véritables eschatiai. C’est le second visage de l’élevage grec qui se révèle ainsi, plus classique et plus attendu il est vrai, avec la mise en marge du bétail aux extrémités des territoires civiques. Les bergeries, étables et granges de Délos et de Rhénée, desquelles les troupeaux ne s’éloignaient guère, ne sont plus qu’une image lointaine, remplacée dans ces montagnes par l’usage du parc qui permettait d’assurer un minimum de sécurité aux animaux passant la nuit à la belle étoile.

Notes

1 Platon. République, 2.14 = 373 de : Οὐκοῦν τῦς τῶν πλησίον χοϊρας ἡμῖν ἀποτμητεον εἰ μελλομεν ἱκανὴν ἕξειν νέμειν τε καὶ ἀροῦν, καὶ ἐκείνοις αὖ τῆς ἡμετέρας, ἐὰν καὶ ἐκεῖνοι ἀφῶσιν αὑτοὺς ἐπὶ χρημάτων κτῆσιν ἄπειρον, ὑπερβάντες τὸν τῶν άναγκαίων ὅρον (trad. E. Chambry, CUF).

2 Thc. 1.15.2.

3 Voir les réflexions de Daverio-Rocchi 1987, notamment p. 36-38.

4 Les conflits entre cités voisines pour la maîtrise d’espaces de confins, de même que la reprise des émissions monétaires civiques, redevinrent une façon d’affirmer une indépendance retrouvée : Vial 1995, 34-35.

5 Hell. Oxy., 18(13).3-4 (ἔστι τοῖς ἔθνεσιν τούτοις ἀμφισβητήσιμος χώρα περὶ τὸν Παρνασσόν. περ[ὶ] ἧς καὶ πρότερόν ποτέ πεπολεμήκασιν, ἥν πολλάκις ἐπινέμουσιν ἐκάτεροι τῶν τε Φωκέων καὶ τῶν Λοκρῶν, ὁπότεροι δ’ ἂν τύχωσιν αἰσθόμενοί ποτέ <τοὺς> ἑτέρους συλλεγέντες πολλοὶ διαρπάζουσι τὰ πρόβατα). Voir MacKay 1953. 6-7, Bruce 1967 1 18-119. MacKechnie & Kern 1988, 167-169, et Lendon 1989. Xén., Hell., 3.5.3, relate aussi cet épisode avec moins de détails et ne parle pas des problèmes concernant le bétail.

6 II ne saurait être ici question de reprendre l’histoire des frontières en Grèce ancienne. Robert 1949, 155, n. 3, avait annoncé un travail sur ce sujet, travail largement ébauché à travers toute son œuvre. La question a depuis été étudiée par Daverio-Rocchi 1988a. Voir aussi Sartre 1979, Rousset 1994 et Rousset 1999.

7 No 5, La tentative pour retrouver précisément le tracé de la frontière faite par Wilhelm 1974, 3. 319-342, a par la suite été remise en cause par Jameson 1953, 148-171.

8 Sur cette méthode, voir Rousset 1994. 1 16-122.

9 No 18, 1. 10.

10 No 58, 1. 78. C’est tout le § 10 qui est consacré au problème de ce territoire.

11 Syll. 3, 685, 1. 63 et 66, voir p. 176.

12 No 46, 1. 42. Voir A. J. Reinach 1911, 386.

13 Voir Robert 1937, 12-13, et Sartre 1979, 214, sur les pâturages marécageux.

14 Syll. 3, 421 A.

15 Voir Robert 1960. 189-203, et spécialement p. 196-197, sur l’élevage et les autres ressources de

16 Sur les îlots à chèvres, voir ci-dessus, p. 303-304.

17 Syll. 3, 261.

18 Sur le rôle pastoral des îles dispersées le long des côtes crétoises, voir Chaniotis 1999b. 191.

19 No 46, 1.86.

20 Cf. no 17, 1. 20-23.

21 No 5, 1. 14. Voir Wilhelm 1974, 3, 321.

22 Sur les χώραι ἔρημοι, voir Daverio-Rocchi 1988a, 31-37.

23 No 44, 1. 38-42.

24 Thc. 4.98.2, insiste sur la nécessité d’y accomplir les rites conformément à l’usage.

25 Cf. IG. IX. 13, 748.1. 20 ; voir Georgoudi 1974, 173, n. 67.

26 No 45, 1. 18-21 ; mais il faudra acquitter certaines taxes (τέλεα) pour cela (Guarducci 1940b, 154). Cette clause peut toutefois être liée à une exploitation pastorale en laissant aux bergers la possibilité de pratiquer des cultures temporaires sur les pâturages de montagne.

27 No 18, 1. 12, cf. 1. 33. Sur le sens de κελέτρα, voir p. 89-90 ; notons qu’elle était certes installée sur une zone de confins montagneux, mais en plaine.

28 No 46, 1. 82, où l’action de couper du bois est exprimée par le verbe ξυλεύειν.

29 Voir Buxton 1992. 6.

30 No 46, 1. 60, 64 et 67. Sur le sens de λάκκος, voir Rousset & Katzouros 1992, 212. Voir aussi le toponyme Ardanitos, dans le traité entre Hiérapytna et Praisos (no 44, 1.40-41) qui semble faire référence à un abreuvoir.

31 Lerat 1952, 1. 169. Tod 1913, 56-57, insiste sur l’importance de l’eau (citerne, source, rivière, etc.) dans les disputes territoriales : elle nous semble liée aux besoins d’équipements pour abreuver du bétail. A titre d’exemple, on notera que dans le bornage du territoire de Delphes avec Ambryssos et Phlygonion, FD, III.2. 136, un point d’eau est déclaré commun aux trois parties : τὸ δὲ ὕδωρ τὸ παρὰ τὴν Αἰγώνειαν ῥέον εἶνα[ι] | κοινὸν πάντων (1. 31-32).

32 Νo 5, 1. 20-21.

33 Νo 5, 1. 22.

34 Dans ce texte, il est question des πρόβατα et de leur προβατεύς, IG. IX. 13, 748, 1. 39, 41, etc. Le plateau sur lequel se trouvaient ces deux petites cités n’était d’ailleurs guère favorable au gros bétail, voir Bousquet 1965, 677.

35 No 17, 1. 12.

36 Cf. no 51. Le travail et le commerce de la laine semblent avoir tenu une place importante dans cette région montagneuse.

37 Il n’y a pas encore d’ouvrage consacré aux terres publiques et à l’ensemble de la propriété publique dans le monde grec, de sorte que l’on doit encore se reporter aux travaux anciens de Guiraud 1893, 66-68 (pâturages communs dans la “Grèce primitive”) et 344-381 (chapitres sur “le domaine de l’État” et sur “la propriété sacrée”) ainsi qu’à Busolt 1920, 604-606, où est rassemblé l’ensemble de la documentation connue à l’époque sur le sujet.

38 Sur cette difficulté, Rousset 1994, 122-125, qui admet que la rareté des mentions de propriétés foncières dans les zones frontalières est bien un indice fort de la présence des terres publiques.

39 Gauthier 1976, 113-1 14, traite de la location des terres publiques à Athènes : dans cette cité, il s’agissait beaucoup plus de terres mises en culture et affermées ou de mines que de territoires en position de contins. Il remarque qu’en ce domaine, l’intervention de la cité prenait un “caractère à la fois juridique et fiscal” – mais nullement “économique” : cette remarque pourrait être répétée au sujet des sources concernant les terres publiques et c’est pour cette raison qu’il est si difficile d’établir un lien entre les terres publiques mentionnées dans les textes et des localisations ou des modes d’exploitation précis.

40 Arist., Pol., 7.10.1 1 = 1330a : Ἀναγκαῖον τοίνυν εἰς δύο μέρη διηρῆσθαι τὴν χώραν, καὶ τὴν μὲν εἶναι κοινήν, τὴν δὲ τῶν ἰδιωτῶν. Cette division du territoire de la cité idéale a pour but d’assurer le financement des repas communs grâce aux revenus de la terre publique.

41 Delphinion. 149,1. 29 (τάς τε ὑπαρχούσας ἱερὰς κτήσεις καὶ δημοσίας) et 33-34 (τοῦ δὲ ἐν τοῖς ἱεροῖς ορεσιν περιωρισμένοις γινομένο[υ] | σίτου) ainsi que l’ensemble du § 6 (1. 28-35). Sur les “montagnes sacrées”, voir Robert 1960, 196-197. La séparation entre terre sacrée et terre publique n’avait rien de rigoureux : les terres des sanctuaires étant elles aussi administrées par la cité, elles étaient en quelque sorte également des terres publiques.

42 IG. II-III2, 1035,1. 20 : τὰ δὲ ὄρη τὰ δημόσια καὶ τὰς δημοτελεῖ[ς. En dehors de l’Attique, le sénatus-consulte aux Thisbéens en 170 a.C. mentionne aussi les montagnes de la cité, à côté du territoire, des ports et des revenus de la cité : Syll. 3, 646, 1. 18 (καὶ περὶ ὀρέων) ; de même, le sénatus-consulte pour Aphrodisias, en 39 a.C., accorde à la cité la maîtrise de ses κωμῶν, χωρίων, ὀχυρωμάτων, ὀρῶν, προσόδων (OGIS, 455, 1. 14). Dans ces deux documents d’origine romaine, les ὄρη sont le saltus, mais cette vision étrangère des choses correspond bien aux réalités grecques. Voir aussi la lettre de Skaptopara à l’empereur Gordien, Syll. 3, 888, 1. 120-121. καλῶς μὲν τῶν ὀρῶν | καὶ πεδίων ἔχουσα.

43 Voir le décret de Zéleia Syll. 3, 279. Cf. Corsaro 1984. 441-493, et Corsaro 1990.

44 No 17, 1. 12.

45 Guiraud 1893, 67. Voir aussi Guiraud 1893, 355-356, et Andréadès 1931, 145-146, qui, tous deux, insistent sur l’importance des pâturages publics en Crète sur la base des traités conclus par Hiérapytna.

46 Robert 1960, 196 : ces idées ont été reprises par Corsaro 1990, 222-225.

47 Od., 14.103-104 : ἐνθάδε τ’αἰπόλια πλατέ αἰγῶν ἕνδεκα πάντα | ἐσχατιὴν βόσκοντ, ἐπὶ δʼἀνέρες ἐσθλοὶ ὄρονται (en parlant de pâturages situés sur l’île d’Ithaque) ; cf. W. Richter 1968, 42.

48 Un tel domaine est par exemple mentionné par Eschine 1 (Contre Timarque). 97 (cette eschatia se trouve dans le dème de Sphettos, sans doute sur les pentes orientales de l’Hymette). Voir aussi la définition de la Souda, s.v. ἐσχατιά τὰ πρὸς τοῖς τέρμασι τῶν χιορίων ἐσχατιὰς ἔλεγον, οἶςγειτνιᾷ εἴτε ὄρος εἴτε θάλασσα (éd. Adler). La controverse au sujet de cette note (Lewis 1973, 210-212) a été tranchée par L. Robert, Bull., 1980, 200.

49 Souda, s.v. ἐσχατιάν ἔσχατον τόπον γῆς. Ἤ τὰ νομάς ἔχοντα χωρία (éd. Adler).

50 Robert 1969-1990, 2. 820-821, voir aussi Robert 1949, 152-160, et Robert 1954. 27. Nous renvoyons aussi à certaines pages du livre sur Pan de Borgeaud 1979, 73-114.

51 Un poème attribué à Érykios (ier s. a.C.) et conservé clans l’Anthologie Palatine, 6.255, montre une situation voisine : on y voit un bouvier garder ses animaux sur des coteaux boisés et dans un ravin (κνημούς τε κατὰ λασίους τε χαράδρας, v. 3), non loin d’un fleuve où le troupeau allait s’abreuver. Robert 1954. 27, a décrit une autre région d’eschatiai très semblable à celles dont nous venons de parler.

52 Voir ci-dessus p. 44-45.

53 Un fragment de Pol. 9.17 semble prouver que les nécropoles qui entouraient les villes pouvaient elles aussi être considérées comme des pâturages publics : Aratos et sa troupe attendaient cachés devant Kynaitha (Arcadie du nord) que leurs complices de l’intérieur leur envoient le signal de l’attaque ; un propriétaire de bétail cherchant son berger entre les tombeaux fit croire à Aratos que le signal avait été donné, ce qui entraîna l’échec de son attaque prématurée. Sur cet épisode, voir Walbank 1936.

54 Il.. 1.154-156 : οὑ γάρ πώ ποτʼ ἐμὰς βοῦς ἤλασαν οὐδὲ μὲν ἵππους | οὐδέ ποτ’ἐν Φθίῃ ἐριβώλακι βωτανείρῃ | καρπὸν ἐδηλήσαντ’ (trad. p. Mazon, CUF). On retrouvera de telles idées en d’autres passages de l’œuvre d’Homère : c’est ainsi que Nestor évoque ses querelles avec les Éléens au sujet de vols de bétail : Il., 1 1. 671-672 : ώς ὁπότ’ Ἠλείοισι καὶ ἡμῖν νεῖκος ἐτύχθη | ἀμφὶ βοηλασίη. Sur le vol de bétail dans le monde homérique, voir Korner 1930,42, et W. Richter 1968, 34.

55 Le problème du territoire du sanctuaire d’Apollon de Delphes et de son exploitation pastorale ne faisait qu’envenimer les conflits frontaliers de la région, voir Lerat 1952, 2. 100-102.

56 Chaniotis 1988.

57 Arist., Pol., 7,10.11 = 1330a.

58 Arist., Pol., 7.10.12 = 1330a : Διὸ παῥ ἐνίοις νόμος ἐστὶ τοὺς γειτνιῶντας τοῖς ὁμόροις μὴ συμμετέχειν βουλῆς τῶν πρὸς αὐτοὺς πολέμων, ὡς διὰ τύ ἴδιον οὐκ ἄν δυναμένυυς βουλεύσασθαι καλῶς (trad. J. Aubonnet, CUF).

59 A de rares exceptions près, dans le monde grec, comme dans le cas de l’île d Hèrakleia (no 35).

60 Sur le droit de représailles (entre particuliers ou entre un particulier et une cité), voir Bravo 1980, 843-

61 Il., I 1.670-803, avec énumération d’un butin (v. 677-681).

62 Thc. 7.27.5. Sur le butin, voir Pritchett 1971-1991, 1.53-100 et 5. 68-541.

63 Les Phocidiens διαρπάζουσι τὰ πρόβατα et les Locriens réagissent de même, τότε δὲ τῶν Λυκρῶν ἀνθαρπασάντων ἀνθʼ ὧν άπέβαλον προβάτων : Hell. Οxy., 18(13).3 ; voir Osborne 1996. 140.

64 Voir Edgerton 1925 et Pritchett 1971-1991, 1. 54-58 et 5. 77-86. Au sujet des rapports entre guerre et agriculture, Hanson 1998 qui s’est surtout intéressé à l’époque classique sur la base des sources littéraires et Chandezon 2000a pour l’époque hellénistique.

65 No 10, 1. 4-6.

66 Pol. 4.4. 1-12.

67 Hanson 1998, 19-25.

68 Plut., Eumène, 8.9-10 : ἐπίπρασκεν αὐτοῖς τὰς κατὰ τὴν χώραν ἐπαύλεις καὶ τετραπυργίας, σωμάτων καὶ βοσκημάτων γεμοΰσας (trad. R. Flacelière, CUF). Sur cet épisode, voir Kreissig 1979, 204-205, et Briant 1982a. 56-67.

69 Les romans grecs n’ont fait qu’accréditer un peu plus cette “légende noire” par les nombreuses histoires de brigands qu’ils contiennent : voir Saïd 1987 qui montre que cette “légende noire” a coexisté avec une “légende rose”.

70 Voir p. 53-54.

71 Delphinion, 150, 6 5, 1.36-39.

72 No 58, cf. p. 229 et n. 206.

73 Sur cette clause, voir Gauthier 1972, 362-363.

74 Voir Vidal-Naquet 1983, 153-159 et passim.

75 La bibliographie sur les fortifications grecques ne cesse de s’accroître : voir Winter 1971 qui privilégie les fortifications urbaines et Adam 1982. Sur les tours rurales, on pourra consulter un résumé des recherches récentes dans Osborne 1987. 63-67, et Osborne 1992. Sur les fortifications rurales et la protection de l’agriculture, voir Hanson 1998, 79-102 et 226-229, pour l’époque classique. Il faut enfin citer le livre de Ober 1985 pour sa vision globale du problème de la défense du territoire (vision contestée par Harding 1988) et celui de Munit 1993.

76 Là encore, la recherche a été initiée par J. et L. Robert : on trouvera pour l’époque hellénistique une partie de leurs conclusions dans Robert 1983, 101-109, et, pour l’époque impériale, dans Robert 1954, 41-42. Voir aussi Pélékidis 1962, Daverio-Rocchi 1988a, 183-199, Cabanes 1979 et Cabanes 1991. Schuller 1998, 45-53, offre également un certain nombre d’informations sur le vocabulaire épigraphique appliqué aux fortifications rurales d’Asie Mineure.

77 No 18, 1. 28-30.

78 Le bouclier d’Achille décrit une scène semblable où des guerriers attendent les troupeaux sur le bord d’un fleuve, à l’endroit où les bergers les conduisent pour s’abreuver : Il., 18.520-540. Voir Polignac 1995, 57-58, sur la perception de l’espace dans les sociétés pastorales.

79 Rousset & Katzouros 1992, 213-214 : une σκοπιά, “c’est un ‘point de vue’, une ‘guette’, qui est habituellement désigné par ce ternie, et non pas un bâtiment construit, tel qu’une ‘tour’”.

80 Delphinion, 150, 1. 89 : τοὺς ἐν ἐκατέραι τῶν πόλεων ὁροφύλακας. Rehm avait écrit όροφύλακας, c’est-à-dire “gardes des frontières”. Robert 1954, 42 et 281-283, et Robert 1983, 101-109, a expliqué qu’il fallait en fait lire ὀροφύλακας, donc “gardes des montagnes”.

81 Delphinion, 150, 1. 93-94 : τούς δὲ ἐν Ἡρακλείαι τὸ ὀροφυλακι|κὸν τέλος ἔχοντας. Cette taxe était peut-être affermée et servait certainement à financer les services des όροφύλακες. Un document de Telmessos mentionne le service de l’ὀροφυλακία : Wörrle 1979, 83, 1. 8, (voir p. 95-104) qui, accompli par des artisans, les dispensera de payer un impôt qui leur est propre, le χειρωνάξιον.

82 Chaniotis 1995, 68-70, Chaniotis 1996. 117-120, et Chaniotis 1999b, 201-202.

83 Ps-Démade, Sur les douze années, 14 : ὡς δὲ πλησίον ἔστη τῆς Ἀττικῆς ὁ πολέμιος, ἡ χώρα δʼ εις τὴν πόλιν κατεκλείετο, καὶ τὸ περιμάχητον καὶ θαυμαζόμενον ὑπὸ πάντων ἄστυ βοῶν καὶ προβάτων ὥσπερ ἔπαυλις καὶ τῶν βοσκημάτων ἐπληροῦτο, βοηθείας δ’οὐδαμόθεν ἦν έλπίς, ἔγραψα τὴν εἰρήνην Fr. Blass, Teubner). Brun 2000, 72 et n. 6, considère que cette évacuation aurait eu lieu au printemps 335 a.C., au moment de la prise de Thèbes par Alexandre. La référence à une paix invite cependant à envisager une date juste après Chéronée.

84 Ro. Martin 1973, 110 : “Or les vastes enceintes d’Orchomène, d’Aléa s’expliquent aussi par les nécessités de réglementer, de protéger et de contrôler le passage des transhumants, et aussi d’abriter les grandes foires de bestiaux dont nous avons encore l’image actuelle dans les régions de la Grèce centrale”.

85 Xén., Hell., 4.5.1 : <οἱ> ἐν τῇ πόλει πάντα μὲν τὰ βοσκήματα ἔχοιεν καὶ σῴζοιντο ἐν τῷ Πειραίῳ, πολλοί δὲ τρέφοιντο αυτόθι (le Peiraion correspond à l’actuelle péninsule de Pérachora). On connaît aussi l’exemple des Delphiens qui, pendant la seconde guerre médique, allèrent trouver refuge dans le Parnasse pendant que les Barbares approchaient du sanctuaire : Hdt. 8.36.

86 Mülier 1975 fait le point sur ces évacuations.

87 Sur l’intervention de bienfaiteurs étrangers dans les affaires de brigandage et de piraterie. Ducrey 1968, 187, Robert 1937, 94-96, et Bielman 1994, 277-294.

88 Hdt. 6.42 : συνθήκας σφίσι αὐτοῖσι τοὺς Ἴωνάς ἠνάνγκασε ποιέεσθαι, ἵνα δωσίδικοι εἶεν καὶ μὴ ἀλλήλους φέροιέν καὶ ἄγοιεν (trad. Ph.-E. Legrand, CUF).

89 Hell. Oxy., 18(13).3 : Πρότερον μὲν οὖν πολλῶν τοιούτων ἀφ’ ἑκατέρων γιγνομένων ἀεὶ μετὰ δίκης τὰ πόλλα καὶ λόγοιν διελύοντο πρὸς ἀλλήλους.

90 Depuis le travail d’Egger 1866 jusqu’aux recueils de Bengtson et Schmitt parus en 1962 et 1969.

91 Robert 1969-1990, 7. 297-379.

92 Ce problème a déjà été soulevé par Georgoudi 1974, 172-173.

93 ICret, III. III. 4, 1. 12-18 ; Ἱεραπυτν[ίοις] | καὶ Πριανσίο(ι)ς ἶμεν παῥ ἀλλάλοις ἰσυπυλιτείαν καὶ ἐπιγα|μίας καὶ ἔνκτησιν καὶ μετοχὰν καὶ θείων καὶ ἀνθρωπίνων | πάντων κτλ.

94 Delphinion, 149, 1. 49 : εἰς τὴν συμπολιτείαν.

95 Cela n’est cependant pas dit dans ce qui nous reste de ce texte ; il ne fait toutefois aucun doute qu’il s’agissait bien d’un traité de sympolitie, voir Robert 1969-1990, 7. 326, η. 112.

96 Bousquet 1965, 674. Klaffenbach, IG, IX, 13, 748, p. 107, lui donne le titre de “Myanensium et Hypniensium sympolitia”.

97 Sur la nature du texte. Robert 1955, 180.

98 No 44, 1. 33-46.

99 Au début de la 1. 40, sur la colonne III du texte, on lit le mot έκατέρας suivi d’une ponctuation (un tiret) : une phrase de la clause sur les πρόβατα s’achevait donc ainsi et c’est peut-être là qu’il était question de la réciprocité.

100 L’expression “traité d’epinomia” a été employée par Moretti 1966, 299, à propos de la convention entre Aigai et les Olympènoi : elle n’était, dans ce cas-là, pas adaptée, mais pourrait être reprise pour nos deux textes crétois.

101 ICret, III, IV, 1.1. 12-2).

102 Sur l’usage du parc, voir p. 178-179.

103 No 15, 1. 45-46.

104 Lerat 1952. 168.

105 Voir p. 337.

106 No 58, 1. 77.

107 La plupart des traités où il est question de dispenses de taxes sur le bétail sont des traités de sympolitie, comme ceux qui furent conclus entre Milet et Pidasa ou entre Téos et une cité inconnue (no 57 et 53). On ne peut plus alors considérer ces mesures comme des droits de passage, puisque leur dessein est seulement d’harmoniser peu à peu les systèmes fiscaux des deux communautés qui s’apprêtent à s’unir. Les informations qu’ils fournissent concernent donc plutôt les ressources et la fiscalité des cités qui concluent le traité.

108 No 18, 1. 17-18.

109 No 58, 1. 67-72.

110 The. 2.14.1, pour l’évacuation des troupeaux de l’Attique vers l’Eubée et Énée 10.1, où l’évacuation du bétail est étudiée comme possibilité. Voir Millier 1975, 136, et Whitehead 1990, 116-117.

111 ICret, III, III, 1, 1. 21-27, où il n’est pas expressément question de l’évacuation du bétail.

112 Sur ces évacuations, voir Müller 1975, 129-163, et Hanson 1998, 103-121 et 229-231.

113 Piccirilli 1973 rassemble la documentation antérieure à 322 a.C. désormais complétée par Magnetto 1997 (documents jusqu’en 196 a.C.) et par Ager 1996 (cette dernière propose une synthèse sur les procédures, p. 3-33). Pour la pratique de l’arbitrage international à l’époque hellénistique, les ouvrages anciens – Raeder 1912 et Tod 1913 – restent utiles.

114 Sur l’instruction, voir le chapitre que lui a consacré Tod 1913, 132-151.

115 No 46, 685, 58-67.

116 No 56, 1. 81-83. Sur les χρημοιτισμοί et l’ensemble des témoignages et preuves écrites, voir Holleaux 1938-1957,1.403-405.

117 Sur ces témoignages de bergers. Wilhelm 1974, 2. 274, et Robert 1949. 7. 155-156.

118 No 17, 1. 20-23. La guerre de Sôsthénès remonte à 279-277 a.C., alors que l’inscription ne date que de la lin du iiie s. a.C.

119 No 18, 1. 13-15.

120 Sur les souvenirs des anciens et leur utilisation, voir les remarques de Gauthier 1976. 137 et n. 21.

121 No 5, 1. 15.

122 Wilhelm 1974, 3. 331-332, a recensé les cas où il avait été retenu par des juges dans des contestations territoriales (voir aussi Daverio-Rocchi 1988a, 37-40). L’arbitrage entre Hermionè et Épidaure est le seul qui montre explicitement qu’il lut appliqué à un territoire consacré à l’élevage.

123 The. 5.42.1 : d’anciens serments sont évoqués selon lesquels μηδετέρους οἰκεῖν ὸ χώριον ἁλλὰ κοινῇ νέμειν. J. de Romilly, CUF, traduit κοινῇ νέμειν par “s’en partagent l’exploitation”, mais la traduction de la collection Loeb, qui donne “but they should graze it in common”, est peut-être meilleure. Sur ce passage, voir Osborne 1987, 149.

124 FD, III.2, 136 : τὸ δὲ ὕδωρ τὸ παρὰ τὴν Αἰγώνειαν ῥέον εἶνα[ι] | κοινὸν πάντων (1. 31-32). Georgoudi 1974, 181, a raison de dire que ce point servait d’“abreuvoir commun”.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search