Version classiqueVersion mobile

L’élevage en Grèce (fin ve-fin ie s. a.C.)

 | 
Christophe Chandezon

Synthèse

Chapitre II. Bétail et fiscalité dans les cités grecques et les royaumes hellénistiques

Texte intégral

  • 1 Οἰκονομία est le mot utilisé par l'auteur, mais son sens se rapproche plus de celui de notre terme (...)
  • 2 Ps-Aristote, Écon., 2.1.4 = 1345d-1346a, pour l'ensemble du passage. Le texte, à propos du bétail, (...)
  • 3 Ps-Aristote, Écon., 2.2.20e = 1349a. Les troupeaux sont désignés par le mot βοσκήματα. Sur ce pass (...)

1Les sources littéraires sont peu riches sur la fiscalité grecque en général. Les taxes sur le bétail en particulier ne font l'objet que de deux brèves mentions dans le deuxième livre de l'Économique du pseudo-Aristote. D'abord, l'auteur anonyme de cet ouvrage, alors qu'il distingue quatre types différents d'“économie”1 – l'économie royale, l'économie satrapique, l'économie politique et l'économie privée – évoque l'une d'elles à propos des impôts qui caractérisent l'économie satrapique. Six espèces de revenus y feraient l'objet de prélèvements : la terre, l'activité minière, le commerce maritime, les champs et les marchés, les troupeaux et, enfin, les personnes2. La seconde référence à un impôt assis sur les troupeaux se trouve dans une anecdote du même ouvrage décrivant un stratagème financier de Denys l'Ancien qui accorde une exemption aux éleveurs siciliens3. Les textes montrent donc que l'élevage pouvait faire l'objet d'une fiscalité particulière et spécifique, ce que confirment inscriptions et papyrus. Il n’y a la rien d'anormal, car l'élevage était considéré comme l'une des formes de la chrématistique et, à ce titre, faisait l'objet de prélèvements fiscaux.

  • 4 Le livre de Böckh 1817 (trad. fr. par A. Lalignant, 1828) est resté l'une des meilleures études à (...)
  • 5 La meilleure synthèse à ce sujet que l'on puisse trouver dans un manuel sur l'époque hellénistique (...)

2On sait que la fiscalité des cités de la Grèce antique est mal connue et peu étudiée. Les sources en effet sont disparates et rarement explicites. Les auteurs permettent de connaître relativement bien le système fiscal athénien de l'époque classique et spécialement du ive s. a.C.4, mais, pour l'époque hellénistique, les inscriptions forment la seule source disponible, mis à part les quelques lignes que l'Économique du pseudo-Aristote consacre aux finances. Les inscriptions elles-mêmes sont d'une exploitation difficile dans la mesure où elles se contentent le plus souvent d'allusions à telle ou telle taxe, spécialement à propos d'une exemption accordée à un individu ou une collectivité, ou à telle ou telle personne dont la fonction est de recouvrer ces taxes (pôlètes, fermiers des impôts, etc.). Rien de tout cela ne permet de reconstruire de façon détaillée le fonctionnement de la fiscalité civique à l'époque hellénistique5.

  • 6 On pense au célèbre Papyrus Revenue Laws : voir Grenfell 1896 et Bingen 1952 pour son étude. Les o (...)
  • 7 Préaux 1939, 225-227.
  • 8 Pour les Séleucides, on peut encore consulter Bikerman 1938, 106-132, à compléter par Ma 1999, 131 (...)

3Les systèmes fiscaux mis en place à l'échelon des monarchies hellénistiques sont mieux connus, essentiellement encore grâce aux inscriptions, et grâce aux papyrus dans le cas de la monarchie ptolémaïque6. Les sources littéraires éclairent avant tout la situation en Judée sous les dominations lagide et séleucide. Il reste, même dans ce cas pourtant bien documenté, de nombreuses obscurités ; ainsi le détail du fonctionnement de l'impôt sur l'élevage, l'ennomion, reste confus7. Nos connaissances sur la fiscalité royale des autres monarchies hellénistiques sont beaucoup plus réduites et fragmentaires8.

  • 9 L’article essentiel à ce sujet est celui de Corsaro 1985. Voir également Heuss 1937, 105-124, et W (...)
  • 10 Rostovtseff 1989, 436.
  • 11 Rostovtzeff 1989, 437.
  • 12 Rostovtzeff 1989, 454 ; voir aussi Rostovtzeff 1989, 472, à propos de Milet : “Le régime fiscal ét (...)

4Reste la question essentielle des rapports entre la fiscalité civique et la fiscalité royale : l'historien sent que c'est un point crucial pour qui veut comprendre l'époque hellénistique9. La tentation a été forte d'opposer des cités mal gérées, dont les ressources fiscales furent accaparées par les rois, à des monarchies riches et drainant la plus grande partie du produit des impôts. Bien des ouvrages ont présenté le problème ainsi, voyant dans les difficultés financières une cause de la faiblesse des cités grecques à l'époque hellénistique. Rostovtseff, pour ne citer qu'un exemple, écrivait dans les années 1930 : “Nous avons déjà observé la multiplicité des impôts, le caractère oppressif qu'ils présentaient dans la plupart des cités, surtout au iie s. a.C., et leur maigre rapport”10. Cette situation aurait poussé les cités à recourir massivement aux liturgies, aux emprunts et souscriptions publiques et, enfin, à ne compter que sur les aides financières royales pour survivre11. Ailleurs, Rostovtzeff résumait ainsi les rapports entre fiscalité royale et fiscalité civique dans le royaume séleucide : “En raison du poids de la fiscalité royale, celle-ci [la cité] était en effet incapable de percevoir un revenu municipal suffisant pour subvenir aux dépenses de l'administration civile et à l'entretien des temples et des gymnases”12. La réévaluation du rôle de la cité hellénistique, la mise en valeur de son dynamisme qui est l'un des apports essentiels de la recherche récente sur cette époque, incite à revoir ce jugement. En partant du cas des impôts et taxes portant sur l'élevage, il s'agira ici de voir quel était le poids respectif et les relations des deux systèmes fiscaux concurrents et si les finances publiques des cités hellénistiques furent aussi chaotiques qu'on l’a dit.

  • 13 L'inscription de Telmessos (no 63) montre à quel point le rapprochement est parfois trompeur.

5On pourra s'étonner du parti pris de ne pas utiliser la documentation papyrologique. Les nombreux textes sur l'ennomion dans l'Égypte ptolémaïque semblent pouvoir éclairer les taxes de même nom que l'on rencontre en Asie Mineure. Disons d'emblée que la comparaison est trompeuse : le système fiscal égyptien d'une part n’est pas aussi bien connu qu'on le penserait et, d'autre part, les structures politiques (pas de cités grecques à l'exception d'Alexandrie, Naucratis et Ptolémaïs), sociales (une population indigène très peu hellénisée) et économiques (présence envahissante de l'économie royale) rendent vaine toute comparaison entre l'Égypte et le reste du monde hellénistique13.

1. Nature de la fiscalité sur le bétail

6Un propriétaire pouvait avoir à verser des taxes pour son bétail en diverses circonstances, mais il est généralement difficile de préciser ce sur quoi ces taxes portaient. La plupart des documents conservés signalent des exemptions de taxes et se contentent de formules vagues comme, dans la lettre aux katoikoi d'Apollon Tarsènos (no 50), la “dispense de taxes sur le petit bétail” (ἀτέλειαν τῶν προβάτων, cf. 1. 5-6 et 19), ce qui ne fournit guère d'informations sur les taxes abolies. Un groupe se laisse cependant assez facilement isoler, celui des droits de douane.

1.1. Le vocabulaire fiscal

  • 14 Nous avons vu que dans le règlement des baux du Pirée (no 2), qui date de 321/320 a.C., les ἐννόμι (...)
  • 15 Voir Chantraine. DELG,.s.v. νέμω et Laroche 1949, 132.
  • 16 Les noms d'impôts formés ainsi sont nombreux : on trouvera ci-dessous l'ἐμφόρβιον ; on connaît aus (...)

7C'est le mot ennomion (ἐννόμιον) qui apparaît le plus souvent pour désigner les taxes liées au bétail, même si ce terme a aussi pu servir à qualifier des terres sur lesquelles on faisait pâturer des animaux (no 2). Dans un sens fiscal, la plus ancienne occurrence se trouve dans le règlement d'Aixônè en Attique (no 3, 1. 6), en 326/325 a.C.14 A l'époque hellénistique, les mentions épigraphiques de l'ennomion se multiplient. Les inscriptions de Délos, durant l'époque de l'Indépendance, nous apprennent que le sanctuaire d'Apollon prélevait à son profit un “ennomion sur l'Isthme de Mykonos” (par exemple, no 30-A, 1. 34) et qu'il s'agissait d'une taxe ou d'un droit (τέλος). On retrouve le terme dans le règlement de la dette d'Orchomène de Béotie (no 7, 1. 49) et dans la lettre de Zeuxis à Héraclée du Latmos (no 59, 1. III-5). Le statut fiscal de Telmessos (no 63, 1. 14) mentionne des ennomia et emploie la forme au pluriel. La formation du mot est claire, à partir du préfixe ἐν-, du radical νέμειν/νομός dans le sens de “paître, faire paître/pâturage”15 et du suffixe -ιoν souvent appliqué aux taxes et impôts. L'emploi de la forme neutre de cet adjectif est induit par son application au mot neutre τό τέλος16.

  • 17 Hésychios s.v. ἐμφόρβιον· τελώνημα.
  • 18 Voir Chantraine, DELG, s.v. φέρβω. Le substantif φορβή, par exemple, désigne le fourrage.

8Le mot ennomion n'est cependant pas le seul employé pour désigner une taxe liée au bétail. Un texte mal conservé de Colophon mentionne des emphorbia (no 54, 1. 31 et 82). tandis qu'Hésychios connaît la forme au singulier emphorbion dont il se contente de dire qu'il s'agissait d'une taxe17. Ce mot appartient à la famille de φέρβω dont le sens est pratiquement identique à celui de νέμω18. Le terme emphorbion n'est donc qu'un doublet d’ennomion, peut-être spécifique à certaines régions du monde grec. Il en va sans doute de même du probatikon (προβατικόν), impôt sur le bétail en général ou sur le petit bétail en particulier qui figure dans les comptes d'une cité inconnue (no 65).

  • 19 Ps-Aristote, Écon., 2.1.4 = 1346a. voir ci-dessus, p. 309, n. 2.

9Dans d'autres cas, la taxe est simplement désignée par un génitif de l'objet sur lequel elle porte après un mot comme telos. Le règlement sacré de Cos en fournit deux bons exemples : il y est question, à Cos même, d'une “ferme (ὠνά) des quadrupèdes” (no 39, 1. 6-7) et, à Kalymna cette fois-ci, d'une “ferme des attelages” (no 39, 1. 7-8). Il arrive enfin que le nom de l'impôt sur le bétail dérive du taux d'imposition, comme c'est souvent le cas dans le vocabulaire fiscal grec avec, par exemple, la dîme (δεκάτη), le cinquantième (πεντηκοστή), etc. Le texte royal des environs d'Aigai en présente un exemple avec un “cinquantième des moutons et des chèvres" (no 52, 1. 4-7). Mais aucune occurrence d'une epikarpia (ἐπικαρπία) ou d'une dîme (δεκάτη) sur le bétail n'est attestée par les inscriptions, alors que ces noms figurent dans l'Économique du pseudo-Aristote19.

1.2. Taxes frontalières et droits de douane

  • 20 Andréadès 1931, 148 et n. 7, où le traité entre Aigai et les Olympènoi (no 51) est cité comme exce (...)
  • 21 No 58, 1. 72-77.
  • 22 Hansen 1971, 207, et Magie 1950, 729, ont vu dans ce texte une attestation de droits de douane à l (...)
  • 23 Engelmann & Knibbe 1989, 24 : τέλος μὴ διδότω ὑπὲρ σωμάτων καὶ κτηνῶν, ἅπερ ἂν οἴκοθεν ἄγωσιν ἢ πα (...)

10Le paiement de droits de douane sur les frontières terrestres des cités a parfois été contesté : Andréadès, par exemple, croyait que seuls les biens transportés par voie maritime étaient imposés, à quelques exceptions près20. Cela tenait sans doute largement à la sousévaluation du commerce terrestre par rapport au commerce maritime. On connaît cependant quelques exemples de droits de douane prélevés lors de déplacements sur terre, comme dans le traité entre Aigai et les Olympènoi (no 51) qui paraît accorder une exemption sur certaines catégories très particulières d’animaux. De même, le traité entre Milet et Héraclée du Latmos (no 58) prévoit que les propriétaires milésiens de bétail pourront traverser le territoire des Héracléotes sans avoir à payer de droits pour leurs animaux21, ce qui signifie qu'avant la conclusion du traité, les Milésiens devaient en acquitter. Dans la fiscalité royale, l'existence de taxes sur le bétail payées lors du franchissement d'une frontière est prouvée par la liste des bienfaits de Philétairos à l'égard de Cyzique : le dynaste offre à la cité l'exemption de taxe pour le bétail et pour les bovins que les Cyzicéniens voudraient faire venir du territoire en possession de Philétairos (no 47, 1. 9-12). L'absence de frontières communes entre Cyzique et les domaines de Philétairos implique dans ce cas le paiement éventuel de droits de douane lors d'un transport par mer22. De tels droits ont certainement perduré dans le royaume attalide et la loi douanière de la province d'Asie, datant de 62 p.C., en garde le souvenir dans l'une de ses clauses qui dispense les fonctionnaires romains de taxes sur leurs animaux et leurs esclaves au passage de la frontière de la province, lors des déplacements de service23.

  • 24 Pour le royaume séleucide, voir Bikerman 1938, 115-117, et pour l'Égypte lagide. Préaux 19.39, 371

11Des droits de douane existaient à l'entrée d'autres royaumes hellénistiques, mais les sources ne citent pas de cas où ils auraient été payés sur le bétail24.

1.3. Droits d'usage et ennomia

  • 25 Whitehead 1986, 153, le comprend ainsi.
  • 26 La question de l'ἐννόμιον de l'Égypte lagide est loin d'être résolue : Sh. L. Wallace 1938, 87, l' (...)

12L'utilisation des pâturages publics pouvait, dans certaines cités, être soumise au versement d’une taxe : le cas est clair en Béotie avec les documents d'Orchomène, de Kopai et d'Akraiphia (no 7-9). Le texte émanant du dème d'Aixônè en Attique (no 3) mentionne un ennomion que certains devaient verser : c'est bien une somme d'argent qui est ainsi désignée (et non une terre servant de pâturage) et elle correspond peut-être à un droit d'usage sur des biens appartenant au dème25. L'ennomion mentionné dans les comptes des hiéropes de Délos (no 30) est, quant à lui, certainement un droit d'usage payé pour des pâturages appartenant à Apollon et situés à Mykonos. Il n'y a donc pas de doute sur le fait que le terme ennomion pouvait, dans le vocabulaire fiscal des cités grecques, désigner un droit d'usage sur des pâturages, même si ce n'était pas partout le cas. L'ennomion de l’Égypte lagide n'était probablement pas, comme on l'a d'abord cru, une taxe acquittée par les éleveurs qui utilisaient les pâturages dont le roi était le propriétaire, mais un impôt sur le bétail26. En outre, certaines inscriptions utilisent le terme ennomion pour désigner des taxes royales relatives à l'élevage, comme c'est le cas lorsque Héraclée du Latmos demande à Antiochos III et à Zeuxis une “exemption des taxes sur toutes les productions de la terre et de l'ennomion du bétail et des ruches” (no 59, 1. III/4-5). Il est aussi question d’une taxe qualifiée d'ennomia dans le règlement fiscal accordé par le dynaste Ptolémée fils de Lysimaque à Telmessos : la phrase où il explique qu'il a exempté les Telmessiens “des taxes sur les fruits des arbres et des ennomia” ne laisse aucun doute à ce sujet (no 63, 1. 13-14). L'emploi du même mot que dans certaines cités grecques est vraisemblablement trompeur : le fait que, dans ces deux cas, l'ennomion soit étroitement lié aux taxes sur les productions agricoles incite à penser que cette taxe royale portait sur la production et n'était pas fiée à un droit d'usage. Un même terme peut donc avoir servi à désigner des institutions sensiblement différentes selon les lieux et les époques et une même institution fiscale peut également avoir reçu des noms différents.

1.4. Taxes et impôts sur le capital et les revenus de l'élevage

  • 27 Böckh 1817, 1. 319-320 : “In Athen und gewiss in allen übrigen hellenischen Freistaaten erhob man (...)
  • 28 Francotte 1909, 4, dans la liste des “recettes ordinaires” des cités : “Pas d'impôt direct régulie (...)
  • 29 Wilhelm 1974, 3. 264-267, a rassemblé de nombreuses prises de position contre les impôts directs e (...)
  • 30 Pleket 1973, 243-257 (spécialement 251-252).
  • 31 Gauthier 1976-1977. L'opinion de Ph. Gauthier est plus nuancée que celle de Wilhelm ou celle de Pl (...)
  • 32 Il faut sans doute voir dans le cas athénien (pas d'impôts directs réguliers à l'époque classique) (...)
  • 33 Platon, Lois, 12.955d-e.
  • 34 C'est à juste titre que Isager & Skydsgaard 1992, 135-144, consacrent un chapitre de leur ouvrage (...)

13Deux textes d'Asie Mineure mentionnent, nous l'avons vu, une taxe portant le nom d'ennomion prélevée sur le bétail considéré comme capital agricole et sur les revenus de ce capital. Nous sommes là dans le cadre de la fiscalité royale. Pendant longtemps cependant, les historiens qui se sont intéressés à la fiscalité des cités grecques se sont refusés à envisager l'existence d'impôts directs prélevés régulièrement par les cités, estimant que cette absence était compensée par l’abondance des impôts indirects ou par d'autres sources de revenus (les mines, les profits de la guerre, etc.). Verser des impôts directs aurait été l'une des marques les plus nettes de la sujétion, incompatible avec le statut de citoyen d'une cité libre. L'idée remonte à l'ouvrage de Böckh sur les finances athéniennes27 et se retrouve dans ceux de Francotte. d'Andréadès ou de Finley28. Le paiement d'impôts directs aux souverains hellénistiques ne remettait pas cette thèse en cause : au contraire, il attestait de la soumission des cités. Des voix se sont cependant élevées contre cette idée, comme celle de Wilhelm à propos d'une inscription de Sinuri29 ou, plus récemment, celle de Pleket30. Dernièrement enfin, ce sont Ph. Gauthier et L. Gullo qui ont exprimé leurs doutes sur la question31 et l'existence d'une fiscalité directe régulière n'est plus guère contestée parmi les historiens, du moins dans le cas des cités qui n'avaient pas, comme Athènes, des revenus extraordinaires permettant d'éviter de taxer les biens et revenus des citoyens32. Du reste, rien n'est plus révélateur que le fait que Platon, dans les Lois, prévoyait un système de taxation directe régulière pour sa cité des Magnètes33. Il n'est donc aujourd'hui plus personne pour se refuser à l'idée que l'agriculture en général (et l'élevage en particulier) faisaient l'objet de prélèvements fiscaux34.

14Examinons ici ceux de nos textes qui indiquent une fiscalité directe (civique ou royale) sur l'élevage.

15a) L'union de Téos avec une communauté inconnue (no 53, ive s. a.C.) offre une liste très développée de taxes sur les productions agricoles : les nouveaux citoyens en seront exemptés pour un certain nombre de têtes de petit bétail et de porcs (1. 9-10). Plus loin, il était aussi vraisemblablement question d'une exemption de taxes sur les jardins et les essaims (1. 18).

16b) Le texte royal des environs d'Aigai (no 52, début du iiie s. a.C. ?) offre une liste de taxes dont on ne sait par qui elles étaient acquittées (peut-être par des dépendants royaux). Parmi elles, on trouve une taxe d'un huitième sur les productions des arbres cultivés (1. 2-4), un cinquantième sur les moutons et les chèvres (1. 4-7), un huitième sur les essaims domestiques (1. 12-14). Il est enfin question d'une taxe en nature sur la chasse (1. 14-16).

17c) Les emphorbia (ἐμφόρβια) de Colophon (no 54, entre 311 et 306 a.C.) étaient peut-être un impôt sur le bétail en tant que capital.

  • 35 Gauthier 1980b, 46.

18d) L'un des décrets de Priène en l'honneur de Larichos (no 55, après 281 a.C.) accorde au bénéficiaire une “exemption des taxes sur les troupeaux et sur les esclaves qu'il possède dans ses propres domaines et dans la cité”. Ces taxes sont payées à la cité. Celle qui portait sur les esclaves touchait certainement leur possession et non le revenu que l'on en tirait (on peut donc parler de taxe sur le capital). Il en allait peut-être de même de la taxe sur le bétail ; en tout cas, il ne peut s'agir de droits de douane, puisque les biens de Larichos ont été rattachés à la cité de Priène35.

19e) Le statut fiscal accordé à Telmessos par Ptolémée fils de Lysimaque (no 63, 240 a.C.) témoigne d’un système fiscal d'origine royale qui intègre plusieurs taxes sur les productions agricoles : les Telmessiens sont exemptés de celles qui portent sur les productions des arbres et les pâturages (1. 13-14). L'ancienne apomoira sur les grains, les plantes légumineuses, le millet, le sésame et les lupins est transformée en dîme (1. 14-19).

20f) L'arbitrage milésio-rhodien entre Hermionè et Épidaure (no 6, fin du iiie s. a.C.) fait peut-être référence à des impôts directs sur les produits de l'agriculture lorsque, dans une clause obscure, il précise : “au sujet des droits de culture et de pâturage datant d'avant le jugement, qu'aucune plainte ne soit déposée” (1. 20-22).

  • 36 J. et L. Robert, Bull. ép., 1959, 43, commentaient : “Un impôt sur le petit bétail, peut-être, mai (...)

21g) L'impôt appelé probatikon (προβατικόν) mentionné dans les comptes de remboursement d'une cité inconnue (no 65, fin iiie ou début iie s. a.C.) a pu être une taxe payée sur la possession de petit bétail36.

22h) Dans la lettre de Zeuxis à Héraclée du Latmos (no 59, entre 196 et 193 a.C.), c'est une exemption de la taxe “sur toutes les productions de la terre et de la taxe sur les pâturages pour le bétail et les essaims” (III, 1. 4-5) que demande la cité.

23i) Le traité entre Milet et Pidasa (no 57, 186 a.C.) précise que l'huile des Pidasiens sera “soumise aux taxes que les Milésiens prélèvent” (1. 19-20). Il est un peu plus loin question du bétail et des ruches (1. 21 et 23) des Pidasiens pour lesquels ils paieront une taxe symbolique d'un chalque pendant trois ans avant d'être soumis aux mêmes taxes que les Milésiens (1. 25).

24j) Les privilèges fiscaux accordés par le futur Attale II au sanctuaire d'Apollon Tarsènos (no 50, 185 a.C.) mentionnent une exemption des taxes sur le petit bétail (1. 5-6 et 19). C'est soit un impôt sur le bétail, soit un droit sur la vente de bétail durant la panégyrie du sanctuaire qui est évoquée dans le texte (1. 12).

  • 37 Gauthier 1976-1977,309-310, émet l'hypothèse que cette taxe sur le bétail ait pu être une taxe sur (...)

25k) Dans le règlement sacré de Cos (no 39, fin iie ou début ier s. a.C.), il est question d'une “ferme des quadrupèdes” (1. 6-7)37.

  • 38 Le bétail des Juifs semble avoir fait aussi l'objet de prélèvements fiscaux de la part de la monar (...)

26Ce sont donc 11 textes qui constituent le dossier sur la taxation directe de l'élevage. Parmi eux, six au moins témoignent incontestablement de ce genre de fiscalité (Téos et la cité inconnue, texte royal des environs d'Aigai, décret de Priène pour Larichos, statut fiscal de Telmessos, lettre de Zeuxis à Héraclée du Latmos, traité entre Milet et Pidasa). Ils proviennent tous d'Asie Mineure. Dans trois de ces exemples (union de Téos avec une cité inconnue, décret de Priène pour Larichos et traité entre Milet et Pidasa), il s'agit d'impôts prélevés par la cité. Dans les autres cas, il s'agit d'un impôt acquitté au profit du trésor royal séleucide (texte des environs d’Aigai et lettre de Zeuxis à Héraclée38) ou des finances d'un dynaste local (réforme fiscale de Ptolémée fils de Lysimaque à Telmessos).

  • 39 Cf. no 7,1. 41-46, no 24, 1. 25-26, et no 32,1. 3-4. Sur ces marques, voir Vanseveren 1936, 259-26 (...)

27Il n’est pas possible de dire si le prélèvement fiscal portait sur le capital (le bétail possédé) ou sur le revenu (animaux nés dans l’année). La première solution ne doit pas être écartée d’emblée, car imposer l'élevage en tant que capital ne présente pas les mêmes difficultés que pour la terre : un dénombrement est moins complexe à organiser qu'un cadastre et l'habitude de marquer les animaux au fer rouge39 pouvait le faciliter. D'autre part, le recours généralisé à l'affermage des impôts dispense du secours d'une administration fiscale qui, effectivement, n'existait pas. Dès lors, il paraît indéniable qu'une taxation directe de l'élevage a fonctionné. Elle pourrait avoir été complétée par une taxation directe sur la terre, portant cette fois-ci sur le revenu et non plus sur le capital.

1.5. Autres impôts et taxes portant sur le bétail

  • 40 L'interprétation de Th. Reinach 1891,368, qui la considère comme un “véritable impôt somptuaire su (...)
  • 41 Ce texte nous semble bien plutôt être un témoignage de l'importance des bœufs dans le travail agri (...)
  • 42 Tréheux 1958, 90.
  • 43 Cette clause n'a guère attiré l'attention des commentateurs, sauf celle de Wilhelm 1934, 279, qui (...)

28Les propriétaires d'animaux domestiques avaient à acquitter d’autres taxes. Certaines catégories à part comme les animaux de trait ou de bât pouvaient être l'objet d'un prélèvement. Le règlement sacré de Cos (no 39) mentionne une taxe sur les animaux de joug (1. 8) qui paraît n'avoir été prélevée qu’à Kalymna, alors dépendante de Cos40. C'est le traité d'union entre Téos et une communauté inconnue (no 53) qui offre l'ensemble le plus développé de taxes sur les bovins, ce qui ne signifie pas que l'élevage du gros bétail était plus répandu dans la région de Téos qu'ailleurs41. Hormis les boègiai (1. 3), qui forment une liturgie sans doute à caractère religieux, il y est question d’une exemption de “l'inscription de tous les boeufs de labour qui leur appartiennent et des boeufs haut le pied42 (1. 3-4). Ce texte mentionne aussi la possibilité de réquisitionner des boeufs de trait pour les travaux publics (1. 5-6)43.

  • 44 Kern, IMagnesia, no 121 : voir le commentaire de Wilhelm 1974, 1. 212-217. Sur la fiscalité lagide (...)
  • 45 No 53, 1. 13-16. Ce passage est mutilé, mais se comprend assez bien et l'on voit que cette exempti (...)

29La laine et les tissus qui en sont fabriqués faisaient également l'objet de prélèvements de la part des cités. Le règlement sacré de Cos (no 39, 1. 7-8) mentionne une taxe sur la laine à Kalymna et le traité entre Aigai et les Olympènoi (no 51, 1. 15-16) exempte les béliers et les brebis de l’impôt sur la laine. Une inscription de Magnésie du Méandre, d'autre part, montre que ceux qui vendaient de la laine sur le marché devaient acquitter un droit d'une obole44. Enfin, le traité d'union de Téos avec une communauté inconnue (no 53) dispense les nouveaux citoyens de taxes sur les produits de l'artisanat de la laine (comme sur les χλάνδια, de petits manteaux)45. La nature de cette fiscalité est difficile à définir : à Téos, il s'agissait de taxes sur les ventes de produits de laine, à Aigai, probablement de droits de douane et peut-être d'impôts sur la production à Cos.

1.6. Origines de la fiscalité hellénistique sur le bétail

  • 46 Rostovtzeff 1910, 279, et Rostovtzeff 1989, 237-238.
  • 47 Heichelheim 1958-1970, 3. 198-201. trouve des preuves de l'influence économique ptolémaïque à Délo (...)
  • 48 Un article de Bengtson 1964-1965, 319-332, développe également cette idée d'une influence du systè (...)

30Cette question s'insère dans le débat plus ample sur les origines des systèmes fiscaux connus dans les cités grecques d'époque hellénistique. L'opinion commune considère la fiscalité royale lagide comme un modèle qui aurait influencé le développement de la fiscalité dans les cités. Cette vision est notamment celle de Rostovtseff46 et surtout d'Heichelheim47 ; il est vrai qu'un texte comme la réforme fiscale de Ptolémée fils de Lysimaque à Telmessos (no 63), où sont mentionnées plusieurs taxes bien connues dans l'Égypte ptolémaïque, comme l'apomoira et l’ennomion, laisse supposer que les souverains lagides avaient exporté leurs institutions fiscales dans leurs possessions d'outre-mer48.

  • 49 L'idée a été émise par Rostovtzeff 1989, 237. Elle a été reprise dans Bagnall 1976, 109.
  • 50 Voir ci-dessus, p. 257-258.
  • 51 Mahaffy 1896, LIV, avait essayé de résoudre cette contradiction en corrigeant le texte 1. 15 de [σ (...)
  • 52 Robert, Sinuri, no 73, et commentaire de Wilhelm 1974, 3. 259-267.
  • 53 Robert 1969-1990, 7. 325 et n. 110 : la datation dans la seconde moitié du ive s. a.C. du texte de (...)
  • 54 Préaux 1939, 211-213, et Adams 2001.
  • 55 Heichelheim 1958-1970. 2. 201, avait insisté sur cette influence lagide, idée contre laquelle Robe (...)

31Un réexamen de ce tableau est cependant nécessaire, en commençant par le texte de Telmessos (no 63). L'hypothèse selon laquelle Ptolémée fils de Lysimaque aurait souhaité passer du système fiscal lagide à celui des Séleucides49 n’est pas admissible50. Outre qu’elle prouverait la médiocre efficacité du système ptolémaïque appliqué à Telmessos, les ressemblances entre la fiscalité telmessienne d’avant la réforme et celle de l'Égypte lagide ne sont qu'apparentes : l'apomoira de Telmessos porte sur les céréales (c'est une σιτηρὰ ἀπόμοιρα), alors que l'apomoira égyptienne concernait les arbres fruitiers51 ; en outre, un impôt appelé apomoira apparaît dans une inscription de Sinuri, un décret de syngeneia du ive s. a.C.52 Quant à l'ennomion, nos connaissances sur sa nature dans l'Égypte lagide sont tellement incertaines qu'il n'est pas possible de dire si la ressemblance allait au-delà du vocabulaire. De plus l'ennomion peut être d'origine grecque, puisque l'on connaît une taxe de ce nom par une inscription athénienne dès 326/325 a.C. (no 3). La seconde objection est d'ordre chronologique : certains textes évoqués en faveur de l'influence lagide, comme le traité entre Téos et une cité inconnue (no 53), sont antérieurs à la fondation de la monarchie lagide53. Dans ce texte, la mention d'une epigraphè des bovins est intéressante : on connaît en effet de tels dénombrements fiscaux dans l'Égypte lagide54, mais toute influence Ptolémaïque en ce domaine est à écarter, car le texte de Téos est antérieur à la naissance du royaume ptolémaïque55.

  • 56 Préaux 1954 développe l'idée que l'expérience des rapports fiscaux entre le roi et les cités acqui (...)
  • 57 Crampa, Labraunda, III-2, no 42. Hornblower 1982, 161-162, a étudié ces cas et remarque : “However (...)
  • 58 Sur la fiscalité achéménide et les productions agricoles, voir Briant 1982a, 175-225, et Briant 19 (...)
  • 59 Wörrle 1988, 465 : “Wenigstens hingewiesen sei jedoch auf die Möglichkeit, daβ sich an diesem Punk (...)
  • 60 Hdt. 6.42 ; sur cette question, voir Corsaro 1984, 450-462, et Briant 1996, 424.
  • 61 Welles, RC, no 19, conserve l’enregistrement d’une vente de terre à la reine Laodice par le βυβλιο (...)

32Dès lors, ne vaudrait-il pas mieux envisager, comme l'a fait Cl. Préaux, une influence du système fiscal des cités grecques sur celui de l'Égypte ptolémaïque plutôt que l'inverse56 ? Les Grecs, à leur arrivée en Égypte, trouvèrent une fiscalité déjà très élaborée et se contentèrent souvent de donner aux usages locaux des noms empruntés aux réalités fiscales des cités grecques, procédant ainsi à une sorte d'interpretatio Graeca des institutions locales. Les cités grecques fournissent donc une première piste pour qui veut reconstituer les origines des systèmes fiscaux hellénistiques. Il faut probablement y ajouter une autre hypothèse. On a vu que tous les exemples de taxation des revenus de l'élevage proviennent d'Asie Mineure, ce qui n'est peut-être pas le fruit du hasard. A l'époque classique, les cités de cette région semblent les premières avoir fait l’épreuve de la cohabitation avec une fiscalité royale. Un décret de proxénie de Lagina datant de l’époque des dynastes hékatomnides en faveur d'un certain Diôn fils de Diodôros de Cos montre, par exemple, que la formule qui pouvait paraître typiquement hellénistique et par laquelle on limitait l'ateleia aux taxes prélevées par la cité avait ses racines dans l'époque antérieure57. Le système en vigueur dans les cités grecques sous contrôle achéménide semble également avoir conduit à l'élaboration d'une fiscalité rationnelle58 qui influença ensuite les monarchies séleucide et attalide : M. Wörrle, par exemple, dans son commentaire de la lettre de Zeuxis à Héraclée du Latmos, émet l'hypothèse que l'assiette de l'impôt sur les produits de la terre et de l'élevage par estimation de la surface agricole en zeugè pourrait être de tradition achéménide59. L'existence d'un cadastre dans les cités grecques sous domination perse facilitait naturellement le recouvrement d'impôts directs sur le capital ou sur le revenu agricole : il est connu au moins dès les mesures prises par le satrape Artaphernès en 493/492 a.C. et remonte peut-être à une date plus ancienne60. Certains documents laissent penser que ce cadastre continua à être utilise' à l’époque hellénistique ; du moins enregistrait-on avec soin les mutations foncières, notamment lors de la constitution de dôreai61. Dans le domaine de la fiscalité sur l’élevage, il est possible que le dénombrement (épigraphè) des bovins à Téos soit également d’origine achéménide.

  • 62 L’idée est défendue avec force pur Briant 1996, 399-434, qui montre combien les sources grecques s (...)

33Face à la thèse d’une origine égyptienne des systèmes fiscaux hellénistiques, que les documents viennent contredire, on propose désormais un autre modèle où les pratiques fiscales achéménides jouent un rôle essentiel62. Il faudra naturellement y intégrer ce que l’on sait de la fiscalité des cités grecques qui n’avaient pas de ressources exceptionnelles comme des mines ou un grand port de commerce – et c’était l’immense majorité des cités dans les faits.

2. Importance et organisation du prélèvement fiscal

34Le fonctionnement concret du prélèvement fiscal est éclairé par quelques-uns de nos documents. S’ils paraissent, là encore, souvent peu explicites, il n’en appert pas moins qu’une certaine uniformité semble avoir régné dans ce domaine. La fiscalité grecque, qu’elle soit civique ou royale, repose essentiellement sur les paiements en espèces et sur l’affermage. Il est en revanche bien plus malaisé de se faire une idée du poids des prélèvements sur la production.

2.1. Les taux de prélèvement et les types de paiement

  • 63 Bikerman 1938, 1 17. fait remarquer que “le mot indique souvent, non le pourcentage précis, mais l (...)
  • 64 Sur le statut fiscal des laoi, voir Briant 1982a, 93-133 (et spécialement p. 1 16-117, sur la fisc (...)
  • 65 Ps-Aristote, Écon., 2.1.4 = 1346a.
  • 66 Les dîmes sont plus courantes dans la fiscalité sur les céréales. Sur la δεκάτη dans le système fi (...)

35En cette matière, il y a certainement eu une grande diversité que nos documents laissent difficilement entrevoir, si ce n’est lorsque le nom même de la taxe fait référence à un taux précis. Encore doit-on ajouter que rien n’assure qu’un impôt qui portait, par exemple, le nom de dîme induisait réellement un taux de prélèvement de 10 %63 et les dîmes de l’Ancien Régime, dont les taux pouvaient varier de 8 à 12 %, suffisent à pousser à la méfiance. Le texte royal des environs d’Aigai (no 52) parle d’une taxe sur les moutons et les chèvres qui sera d’un cinquantième (1. 6-7), soit un taux de 2 %. Ce texte comporte d’autres impôts prélevés selon le principe de la pars quanta comme un huitième (ὀγδόη) des produits de l’arboriculture (1. 2-4) et des essaims (1. 11-14), soit 12,5 %. Ces chiffres sont inhabituels dans le monde grec : la taxe du cinquantième s'applique généralement au commerce extérieur et celle d'un huitième est sans parallèle. Ces particularités s'expliqueraient peut-être par le statut des contribuables, des laoi, dont on sait qu’ils subissaient une fiscalité plus lourde64. Pour le bétail, la seule autre mention d’un taux d’imposition se trouve dans l'Économique du pseudo-Aristote qui parle d’une dîme (δεκάτη)65. Il n’existe aucun parallèle épigraphique, ce qui doit inciter à considérer cette information avec prudence66.

  • 67 Sur les prélèvements en nature dans la fiscalité achéménide, voir Briant 1996, 452-434, et Aperghi (...)
  • 68 La dîme de Telmessos (no 63, 1. 18) était sans doute aussi prélevée en nature, voir p. 258.

36En général, et contrairement à ce qui se faisait dans la fiscalité achéménide67 où les éleveurs et propriétaires de bétail acquittaient leurs impôts en espèce, par tête, la fiscalité grecque semble avoir préféré les paiements en nature. Cela avait plusieurs avantages pour la puissance publique qui n’avait pas de biens stockés à redistribuer et pouvait facilement manipuler les taux de prélèvements, en les augmentant ou en les abaissant selon les besoins. Un seul document, celui des environs d’Aigai mentionne un prélèvement en nature d’un agneau et d’une chevrette et, pour les produits de la chasse au sanglier et au cerf, d’une cuisse (no 52, 1. 7-9). C’est là peut-être un héritage supplémentaire des usages fiscaux de l’époque achéménide et le signe d’une moindre monétarisation de l’économie locale68.

2.2. L'assiette fiscale

37Logiquement, la meilleure méthode pour asseoir un impôt sur le bétail est de fixer un tarif par tête, éventuellement d’imposer en outre les autres revenus du troupeau (croît, laine, etc.).

  • 69 Ps-Aristote. Écon., 2.2.20e = 1349a, cf. ci-dessus p. 309, n. 3.
  • 70 Préaux 1939, 223-224.

38La première pratique est attestée par une source littéraire au moins, le passage du pseudo-Aristote, dont il a déjà été question au début de ce chapitre, relatant l'un des stratagèmes fiscaux du tyran de Syracuse Denys l'Ancien69. Dans les inscriptions, cette méthode ne semble illustrée que par le règlement de dette entre Orchomène de Béotie et Eubôlos d'Élatée qui avait reçu un droit de pâturage en échange de certains aménagements de la dette publique d'Orchomène (no 7). Cela consistait en l'exonération d'une taxe que devaient normalement verser ceux qui voulaient utiliser les pâturages publics. Ce droit était annuel et payé par tête de bétail avec une tarification prenant en compte le type d'animaux : il était probablement plus lourd pour le gros bétail (bovins et chevaux) que pour le petit (moutons et chèvres). Le paiement devait avoir lieu chaque année et il fallait marquer et enregistrer les animaux. Des documents de même nature provenant d'Akraiphia et de Kopai (no 8 et 9) confirment ces pratiques. Ces textes n'apportent que des informations limitées, car ils ne concernent pas des taxes sur le bétail en tant que capital ou même sur les revenus de l'élevage, mais des droits perçus en échange d’un service ; ils ne s’appliquaient donc pas forcément à tous les animaux, mais seulement à ceux qui utilisaient les pâturages publics en bordure du lac Copaïs. Organiser par tête le recouvrement de ces droits annuels était la solution la plus simple, de même que pour le paiement des droits de douane par animal au passage d'une frontière. En revanche, faire acquitter une taxe annuelle aux particuliers possesseurs de bétail était plus complexe et nécessitait un dénombrement de tous les animaux comme il se pratiquait dans l'Égypte ptolémaïque70.

  • 71 Wilhelm 1949, 30, considère cette ἐπιγραφή comme “die Vorschreibung einer Leistung”.
  • 72 Robert 1969-1990. 8. 323-324 et η. 100, a traduit par “imposition, impôt”. Cette idée semble avoir (...)
  • 73 Crampa, Labraunda, III-2, no 42, 1. 14-17 ἐὰν δέ τις | (...)

39Le traité d’union entre Téos et une communauté inconnue pourrait attester la pratique d'un tel dénombrement dans une cité grecque. Il exempte en effet les nouveaux citoyens “de l'épigraphè de tous les bœufs de labour qui leur appartiennent et des bœufs haut le pied” (no 53. 1. 3-4). Le passage est difficile, car le texte est mutilé à l’endroit crucial. Certains commentateurs, comme Wilhelm71, ont proposé d'y voir un dénombrement à but fiscal. D'autres, comme L. Robert, virent plutôt dans le terme épigraphè le nom d'un impôt sur le gros bétail72. Un décret de la cité carienne des Plataseis, dans les années 341-334 a.C., fournit peut-être un parallèle, là encore dans un passage très mutilé, ce qui en diminue la portée. Un certain Diôn de Cos aurait reçu l'exemption de l'epigraphè73, mais rien n'indique sur quels biens elle portait. La possibilité de considérer l'epigraphè de Téos et celle des Plataseis comme un dénombrement à but fiscal ne doit donc pas être regardée comme certaine, en l'absence d'un nouveau document clair. Et l'on peut tout aussi bien adopter un mezzo termine et penser qu'à l'origine, le mot avait désigné un éventuel dénombrement, mais qu'il avait ensuite servi à qualifier l'impôt lui-même.

  • 74 Wörrle 1988, 464-465.
  • 75 Wörrle 1988, 465, attribue une origine achéménide à cette pratique.

40La lettre de Zeuxis à Héraclée du Latmos comporte quelques informations sur l'assiette des taxes royales et laisse entrevoir une méthode sensiblement différente. Dans le passage qui nous intéresse, Zeuxis rappelle que les ambassadeurs d'Héraclée venus le trouver lui ont demandé “l'exemption pour les citoyens des taxes sur toutes les productions de la terre et de la taxe sur les pâturages pour le bétail et les essaims pour le nombre d'années et de zeugè qu'il voudra” (no 59, 1. III/4-6). M. Wörrle a montré que les zeugè en question étaient une unité de mesure correspondant à la surface qu'un attelage pouvait labourer74. La superficie agricole était donc estimée à un certain nombre de zeugè et. pour baisser le montant du prélèvement fiscal, il suffisait de diminuer l'estimation. De la sorte, il n'y avait pas forcément de rapport mathématique entre le nombre de zeugè et la surface agricole réel le. La construction de la phrase ne laisse, semble-t-il, aucun doute sur le fait que ce système d'estimation par zeugè s'appliquait aussi aux productions de l'élevage et de l'apiculture75. Cette méthode devait grandement simplifier la taxation directe de l'agriculture par le roi.

  • 76 Le traité entre Milet et Pidasa (no 57) stipule que les Pidasiens se contenteront de verser une ta (...)

41La règle voulait enfin que les taxes soient versées annuellement, quelle que soit l'assiette utilisée : c'est le cas à Orchomène de Béotie où l'on constate que le créancier de la cité, Eubôlos, reçoit un droit de pâturage limité à quatre années et devra tous les ans déclarer les marques de ses animaux (no 7, 1. 42). Il en allait de même pour les taxes que Milet prélevait sur le bétail et les essaims ou pour celles que les Héracléotes du Latmos devaient verser à Antiochos III76.

2.3. Le recouvrement fiscal

  • 77 Sur l'affermage des impôts et les fermiers des impôts, on consultera encore avec profit Schwahn 19 (...)

42On retrouve dans ce domaine les habitudes les plus caractéristiques des cités grecques et en premier lieu le recours à l’affermage des impôts77.

  • 78 En grec, τοὶ ἐωνημένοι ὠνάν (1. 2) avec des variantes comme τοὶ πριάμενοι τὰν ὠνάν (1. 4) ou τοὶ ἀ (...)
  • 79 L. 1 et 2. Le sens du mot ναῦσσον est obscur : Töppfer 1891,417-418, y voit une taxe portuaire qui (...)
  • 80 L. 16. Certains, comme Sokolowski, LSCG, no 168, ont proposé de corriger en (ἱ)ατρικόν.
  • 81 De telles associations s'étaient aussi formées pour l'exploitation des mines du Laurion, voir Gaut (...)
  • 82 Voir, par ex., Migeotte 1992, no 50, 1. 22-29 (τοὶ πωληταὶ | ἐγδόντω στάλας ἐργάξασ|θαι τρεῖς κτλ. (...)
  • 83 L'affermage avait lieu selon des procédures régulières qui étaient parfois codifiées par une loi a (...)

43Le règlement sacré de Cos (no 39) en est l’illustration la plus éclatante : il s'agit d’une liste des personnes auxquelles sont imposées certaines obligations religieuses, comme des sacrifices. La partie conservée du texte mentionne toute une liste de fermiers des taxes avec, à chaque fois, l'emploi de la formule “Ceux qui ont acheté la ferme de78. Parfois, la formulation est au singulier, ce qui permet de conclure que certaines taxes n'étaient affermées que par une seule personne, comme c'est le cas du nausson79, de la taxe prélevée sur les guettes du Nautiléon, le domaine des Muses, l'Aphrodeision et le Cercle de Ga, ainsi que de la taxe dite latrikon80. Mais dans la plupart des cas, c'est un groupe de personnes réunies pour former une sorte de compagnie fermière qui prend en charge une ou plusieurs taxes à la fois81. La “ferme des quadrupèdes” correspond à la première situation (1. 6-7), tandis que l'autre taxe sur le bétail, celle des attelages, à été regroupée avec celle du vin et celle des laines (1. 7-8), probablement parce qu'elles étaient toutes perçues sur l'île de Kalymna qui dépendait alors de Cos. Par d'autres documents, nous savons qu'à Cos, il y avait des pôlètes chargés, entre autres, de mettre en adjudication la fabrication des stèles82 ; comme ailleurs, ils organisaient sans doute aussi l'affermage des taxes83.

  • 84 No 54, 1. 35, on ne lit plus que α]ὐτοῖς ἢ ῥήτωρ εἴπηι ἢ πωλητὴς ΕΠI. La ligne 36 fixait le montan (...)
  • 85 Sur l'affermage des impôts par les Lagides, voir Rostovtzeff 1989, 230-231, Rostovtzeff 1902, 10-2 (...)
  • 86 Selon Rostovtzeff 1989, 211. un passage du texte de Telmessos (no 63, 1. 17-18) fait peut-être all (...)
  • 87 Bikerman 1938, 109-110, fait remarquer que les cités n'avaient pas à supporter une intervention de (...)

44L'inscription très mutilée de Colophon (no 54) montre qu'il y avait un ou plusieurs pôlètes dans cette cité : la ligne 35, qui forme le début d'une clause de sauvegarde de la décision de la cité, s'oppose à toute initiative législative contraire d'un orateur ou d'un polète, ce qui n'a rien d'extraordinaire, car ce texte affecte certains des revenus fiscaux de Colophon au remboursement de la dette publique84. La méthode de l'affermage n'étail pas réservée aux cités, mais se retrouve dans le statut fiscal accordé par Ptolémée fils de Lysimaque à la cité de Telmessos85. Le dynaste y admet qu'ils [les Telmessiens] “étaient auparavant durement taxés” (no 63,1. 16-17) et emploie le verbe τελωνεῖν. Le recours à des telônai était donc déjà en usage sous la domination lagide et les enchères pouvaient parvenir à des sommes très élevées avec, pour conséquence, le fait que les fermiers se remboursaient au détriment des contribuables. Dans sa réforme, Ptolémée de Telmessos dut veiller à ce que les taxes ne soient pas affermées pour une somme trop importante, mais conserva le système de l'affermage, puisque le texte mentionne un fermier de la dîme, un dekatônès (δεκατώνης, voir 1. 19)86. Le système de l'affermage permettait aux hauts fonctionnaires royaux de ne s'occuper que de la phase finale du recouvrement des impôts87.

  • 88 Peut-être à Halicarnasse, d'après Syll. 3, 45 (Ière moitié du ve s. a.C.) comme le pense Corsaro 1 (...)
  • 89 Voir les remarques de Busolt 1920, 628 : “Dieses ausgedehnte Vedingungs-und Verpachtungswesen war (...)
  • 90 No 5, 1. 22-23 ; cf. Robert 1949, 157.

45Il s'agissait donc du seul mode de perception possible et le seul pratiqué, mis à part quelques cas où une fiscalité aurait pu être assise sur une connaissance directe des propriétés88 ; il permettait de faire fonctionner l'impôt sans administration fiscale développée89. Il est donc normal que de nombreux textes ne le mentionnent que de façon très allusive, comme l'arbitrage miléso-rhodien entre Hermionè et Épidaure (no 5) qui comporte une allusion à un “jugement sur les chèvres" qui devra être “valable auprès des telônai”90.

2.4. Recettes et poids de la fiscalité sur le bétail

  • 91 Les sommes ne sont pas toujours lisibles avec certitude sur la pierre, ce qui explique que nous ne (...)

46Deux documents fournissent quelques chiffres sur le produits de ce genre d'impôts. Le premier provenant d'une cité inconnue (no 65) est une procédure de remboursement d'une dette publique par hypothèque d'une partie des recettes fiscales de la cité. Ce procédé n'a rien d'extraordinaire : nous l'avons déjà rencontré pour des taxes et droits sur le bétail et les pâturages dans trois cités de Béotie, Orchomène, Akraiphia et Kopai. ainsi qu'à Colophon. Chaque mois, dans cette cité inconnue, ont lieu des remboursements à partir de deux sources de revenus essentiellement, les taxes (ἀπὸ τελών) et la pierre (ἀπὸ λίθου). Pendant deux mois de l'année, Diapatos et Ènaios, vient s'ajouter une troisième source de prélèvement, le probatikon (προβατικόν), visiblement une taxe sur le bétail. En Diapatos, il fournit 777 drachmes et une demi-obole et 799 drachmes et 3 oboles en Ènaios, ce qui, en tout, fait 1 576 drachmes et 3 oboles et demie. Pour l'année dont les comptes sont conservés, le total des remboursements sur les trois postes à la fois atteint 7 744 drachmes, un demi, un quart et deux douzièmes d'obole au moins91. Un calcul permet de dire que le probatikon a permis de rembourser au moins 20,3 % du total. A litre de comparaison, les “taxes" ont rapporté sur 10 mois au moins 3 85 1 drachmes 2 oboles et la pierre au moins 2 316 drachmes 1 obole un quart et deux douzièmes d'obole sur 10 mois également. Si ces comptes offrent un reflet exact des différentes sources de revenus de cette cité, alors le probatikon en a constitué une part non négligeable quoique limitée à une courte partie de l'année, peut-être parce qu'il était étroitement lié à une vie pastorale à caractère saisonnier.

47Les comptes des hiéropes de Délos (no 30) présentent un contexte très différent : il s'agit des revenus d'un sanctuaire, celui d'Apollon, non d'une cité. En outre, l'ennomion de l'Isthme de Mykonos que prélevaient les hiéropes n'est pas une taxe, mais un droit payé pour l'utilisation des pâturages que le dieu possédait dans le sud de l'île de Mykonos. Nous connaissons les sommes que ce telos a fourni au dieu pour quatre années de l'époque de l'Indépendance : 44 drachmes en 219 a.C., 40 drachmes en 206 a.C., 30 drachmes en 192 a.C. et 5 drachmes en 179 a.C. Ces sommes sont dérisoires et n'ont, de plus, pas cessé de diminuer.

48Dès lors, comment expliquer la différence quantitative entre Délos et la cité inconnue ? Plusieurs éléments peuvent entrer en jeu : les revenus du sanctuaire de Délos ne sont pas représentatifs de ceux de la cité et l'on peut supposer que la cité inconnue se trouvait dans une région de Grèce où les activités pastorales prenaient une part plus importante dans l'économie locale qu'à Mykonos.

  • 92 C’est Rostovtzeff 1989, 316. qui a le plus contribué à véhiculer cette idée. On le retrouve dans d (...)

49Reste à tenter d'évaluer le poids que la fiscalité faisait reposer sur l'ensemble des activités liées à l'élevage. Nous sommes réduits à des conjectures : généralement, les historiens de l'économie ont estimé que le prélèvement fiscal a été beaucoup plus lourd à l'époque hellénistique qu'aux périodes précédentes et donnent l'image d'une fiscalité oppressive92. Il ne sera sans doute jamais possible de confirmer ou d'infirmer cette idée par des courbes et statistiques, mais quelques remarques peuvent être faites à partir de la documentation épigraphique.

50L'affermage des impôts a mauvaise presse chez les historiens qui se souviennent essentiellement de son emploi – au détriment des contribuables – dans la France d'Ancien Régime. Pour autant, il ne faudrait pas en conclure qu'il a aggravé la pression fiscale dans les cités grecques.

  • 93 Voir p. 159, n. 218.
  • 94 Sokolowski, LSCG, 168, 1. 5-6 : plusieurs personnes se sont regroupées pour prendre l'ὠνὰν οἴνου ἐ (...)

51Il faut d'abord constater que les fermages n'étaient pas forcément très importants et on a vu que l'ennomion de l'Isthme de Mykonos était, par exemple, affermé pour des sommes très faibles (44 drachmes à la meilleure période, en 219 a.C.). En outre, même si l'on sait par un vers d'Hérondas qu'à Cos, les fermiers des taxes étaient craints par la population93, le règlement sacré (no 39) laisse supposer qu'il y avait un grand nombre de fermiers puisque la plupart des taxes étaient affermées par plusieurs personnes en même temps94. A Cos donc, de nombreuses personnes étaient impliquées dans le système d'affermage des taxes.

  • 95 Voir p. 137.
  • 96 Ps-Aristote, Constitution d'Athènes, 47.2, précise qu'il y avait dix pôlètes à Athènes, un par tri (...)
  • 97 La distance entre le fermier des taxes royales et les contribuables devait être plus grande lorsqu (...)

52A Délos, pour l'époque de l'Indépendance, nous avons une idée des origines sociales des fermiers de l'ennomion de l'Isthme de Mykonos : les inventaires ont en effet conservé leurs noms et la prosopographie délienne permet d'en connaître certains. En 179 a.C., c'est à un certain Orthoklès que sont affermés deux des telè du sanctuaire, l'ennomion et le droit de cabestan : c'était un notable délien95. Il est donc indéniable que certains de ceux qui affermaient les impôts appartenaient à l'élite politique et économique délienne, mais ce n'était probablement pas le cas de tous, dans la mesure où bien des fermiers des telè nous sont inconnus par ailleurs. Quoi qu'il en soit, il est peu probable que les fermiers des taxes aient, dans le monde grec, formé une caste à part de financiers capables de s'isoler du reste de la population et de s'enrichir sans vergogne au détriment des contribuables, leurs concitoyens. On a souvent dit que la cité grecque était une société du face à face : tout fermier des impôts, même s’il abandonnait les basses besognes de la perception à des aides, savait que tous les jours il rencontrerait ceux à qui il demandait de s'acquitter des taxes dues à la cité. Il n'ignorait pas non plus que la taxe qu'il affermait était chaque année remise en jeu et que les pôlètes qui menaient les enchères étaient choisis par l'assemblée96. Celui qui voulait profiter du système de l'affermage des impôts pour s'enrichir savait qu'il était directement sous le regard et le contrôle de ses concitoyens, ce qui a dû largement limiter les abus. Il y avait donc loin d'un fermier général de l’Ancien Régime à un fermier des taxes dans une cité grecque97.

53Il faut donc admettre qu'il n'est pas possible d'évaluer le poids que la fiscalité faisait peser sur l'économie pastorale ; il apparaît néanmoins que le mode de perception presque uniquement adopté, l'affermage, n'a sans doute pas été un facteur aggravant.

3. Fiscalité civique et fiscalité royale

54Pour les habitants de bien des cités, l'une des caractéristiques de l'époque hellénistique fut la cohabitation d'un pouvoir supérieur émanant d'un roi et d'un pouvoir civique local. La fiscalité fut l'un des terrains où il fallut organiser cette cohabitation. Il importe dès lors de voir si, dans ce domaine, il y eut plutôt coexistence ou concurrence entre deux sources de pouvoir.

3.1. La permanence d'une fiscalité civique à l'époque hellénistique

55Plusieurs documents attestent l'existence de taxes et impôts civiques sur le bétail et l'élevage avant l'apparition des monarchies hellénistiques, puis leur persistance après cette époque. En voici la liste, avec la précision du statut politique des cités à la date du document.

56— Un règlement du dème attique d'Aixônè de 326/325 a.C. (no 3) fait connaître des ennomia, probablement des droits de pâturage acquittés par les démotes.

57— Le traité d'union entre Téos et une communauté inconnue (no 53) semble être antérieur de peu aux débuts des monarchies hellénistiques (il daterait de la fin du ive s. a.C.). C'est le texte qui donne l'image la plus complète des diverses taxes prélevées sur le bétail : taxe sur les boeufs de labour, taxes sur les animaux de trait, réquisition d'animaux de trait au profit de la cité, impôts sur les porcs et le petit bétail.

  • 98 Ce document contient une mention du trésor royal. 1. 34.

58— A Colophon, juste après 306 a.C., (no 54), il est fait allusion à des taxes civiques sur le bétail appelées emphorbia. La cité dépendait alors du roi Antigone le Borgne98.

59— Le deuxième décret de Priène pour Larichos (no 55) lui accorde une exemption pour le bétail et les esclaves qu'il possède dans son domaine. Il s'agissait peut-être d'un impôt sur le capital. Larichos était un officier des Séleucides sous l'influence desquels Priène se trouvait alors.

  • 99 En 218 a.C., Aigai fut conquise par Attale ier, cf. Pol. 5.77.4 (voir Will 1979-1982, 2. 47).

60— Le traité entre Aigai et les Olympènoi (no 51) datant du milieu du iiie s. a.C. montre l'existence de droits de douane prélevés sur le bétail par la cité d'Aigai. Si ce texte date bien d'avant 218 a.C., Aigai se trouvait alors dans la sphère d'influence de la monarchie séleucide99.

  • 100 Roesch 1965, 47.

61— Les règlements de dettes des trois cités du lac Copaïs, Orchomène, Akraiphia et Kopai (no 7-9), dalent de la fin du iiie siècle a.C. Ils signalent que les cités faisaient payer l'accès à leurs pâturages publics. Ces trois cités étaient alors membres du troisième Koinon béotien100.

  • 101 Ce n'est qu'en 229 a.C. qu'Hermionè a adhéré au Koinon des Achéens (Pol. 2.44.6, et Strabon 8.7.3 (...)

62— Une clause de l'arbitrage miléso-rhodien entre Hermionè et Épidaure (no 5, 1. 22-23), à la fin du iiie s. a.C., prouve qu'un impôt sur les chèvres aurait dû être prélevé par l'une ou l'autre cité. Il faudrait que cet arbitrage soit antérieur à 229 a.C. pour qu'Hermionè et Épidaure aient été membres de la Confédération achéenne101.

63— Les comptes d'une cité inconnue (no 65) datent de la fin du iiie ou du début du iie s. a.C. et mentionnent un impôt appelé prubatikon, mais de nature incertaine.

  • 102 Voir Pol. 21.46.5 (cf. Walbank 1957-1979, 3. 169-170).

64— Le traité entre Milet et Pidasa (no 57) montre que Milet faisait payer une taxe annuelle sur le bétail. Ce texte date de 186 a.C. A cette époque, Milet était une cité libre et cela depuis la paix d'Apamée au moins (188 a.C.)102.

  • 103 Malgré l'influence rhodienne qu'atteste le fait que certains sacrifices étaient organisés pour la (...)

65— Le règlement religieux de Cos (no 39) cite des fermiers des taxes sur les quadrupèdes et les attelages de Kalymna. Le texte est daté de la fin du iie s. ou du début du ier s. a.C., à une époque où Cos était libre103.

3.2. Mentions de taxes royales

  • 104 Nous laissons de côté les attestations mentionnées par les papyrus grecs d'Égypte.

66Les inscriptions qui mentionnent des taxes ou des impôts perçus sur l'activité pastorale par les rois et les dynastes hellénistiques sont un peu moins nombreuses104.

  • 105 On peut penser à Lysimaque, si nous sommes avant Kouropédion en 281 a.C.

67— Au début du iiie s. a.C., un texte fait connaître le statut fiscal d'une communauté des environs d'Aigai en Éolide (no 52). Ce document est sans doute d'origine royale, puisque le trésor royal, le basilikon, y est mentionné (1. B/4) ; il est cependant bien difficile de déterminer de quel souverain cette communauté dépendait alors105. Les taxes prélevées sur l'élevage sont un cinquantième des moutons et des chèvres (1. A/4-7) ainsi qu'un prélèvement en nature d'un agneau et d'une chevrette (1. A/7-9) ; la taxe sur le croît (ἐπιγονή) des troupeaux y est abandonnée.

  • 106 La loi douanière d’Asie Mineure mentionne également les droits de douane aux frontières de la prov (...)

68— Dans les années 270 a.C., Philétairos accorde son aide à Cyzique face à la menace galate en l'autorisant à exporter des bovins depuis son royaume sans payer de droits de douane (no 47,1.8-12)106.

69— En 240 a.C., le dynaste Ptolémée fils de Lysimaque modifie le statut fiscal de Telmessos (no 63). Auparavant, les Telmessiens payaient plusieurs impôts sur les productions agricoles, dont un sur les ennomia (1. 14) dont ils sont exemptés. Cet impôt remonte à l'époque où Telmessos dépendait de la monarchie lagide. Il n'est plus question d'impôt sur l'élevage dans le nouveau système fiscal.

70— La lettre de Zeuxis à Héraclée du Latmos (no 59) montre que les Héracléotes avaient demandé une exemption des taxes royales “sur toutes les productions du sol et de la taxe sur les pâturages pour le bétail et les essaims” (1. III/4-5). Cette fiscalité porterait sur les revenus de l'agriculture. Ce document date des années entre 196 et 193 a.C. et Héraclée venait de passer au pouvoir d'Antiochos III.

71— En 185 a.C., une lettre d’Attale frère du roi Eumène II au sanctuaire d'Apollon Tarsènos dans la moyenne vallée du Caïque (no 50) mentionne une exemption du petit bétail (ἀτέλεια τῶν προβάτων, 1. 5-6 et 19) qui semble s'appliquer aux droits de vente lors de la panégyrie du sanctuaire.

3.3. Principes des rapports entre fiscalité royale et fiscalité civique

  • 107 Cette formule se retrouve dans toute une série de décrets honorifiques d’Iasos qui accordent à leu (...)
  • 108 Crampa, Labraunda, III-2. no 42, 1. 10-17.
  • 109 Hahn 1978. 15. et Corsaro 1985, 84.

72A l'époque hellénistique, bien des cités grecques, lorsqu'elles devaient accorder l'exemption de taxes. l'ateleia, prirent le soin de préciser que cette dernière ne serait valable que pour les taxes qui dépendaient d’elles, “dont elle était maîtresse” (ὧν ἡ πόλις κυρία ἐστίν) ; les taxes ainsi désignées étaient celles qui relevaient de la fiscalité civique107. Cette formule attestant la cohabitation des deux systèmes fiscaux était apparue dans les communautés grecques sous domination achéménide ou hékatomnide avant même le début des monarchies hellénistiques108. Les cités grecques d'Asie Mineure prirent donc les premières l'habitude de voir cohabiter une fiscalité royale avec la leur propre109 et le problème n’était pas totalement nouveau à l'époque des diadoques. Il reste à essayer d'expliquer comment cette coexistence s'organisait dans les détails. C'est à travers la question des taxes portant sur l'élevage que nous allons essayer de le faire.

  • 110 Cette courte liste laisse de côte d'autres revenus que les rois pouvaient tirer des cités sujettes (...)
  • 111 On retrouve cette conception systématique dans nombre d'ouvrages généraux comme celui de Francotte (...)
  • 112 Voir Francotte 1909. 63-96, dans un chapitre sur le vocabulaire fiscal ou Andréadès 1931,84-85.
  • 113 Pol. 21.45.2, semble considérer les deux mots comme synonymes lorsqu'il écrit à propos de l'une de (...)

73Pendant longtemps, la tradition historiographique voulait qu'aux yeux des souverains, il y ait eu deux sortes de cités : les plus nombreuses étaient sujettes du roi et devaient donc lui payer un tribut (φόρος), diverses contributions (συντάξεις) ainsi que des impôts sur les productions110. A cette première catégorie s'opposaient les cités, peu nombreuses, qui bénéficiaient du privilège de l'exemption de tribut (άφορολογησία). Cette reconstruction d'un système rationnel et généralisé à toutes les monarchies hellénistiques et toutes les cités qui en dépendaient111 a le mérite de simplifier la question et reste juste dans ses grandes lignes. Deux objections doivent cependant être soulevées. La première tient au vocabulaire institutionnel grec qui n'a pas le caractère rationnel que peut avoir celui de nos sociétés modernes : les discussions sur le sens respectif de phoros (φόρος) – qui serait un tribut imposé par une puissance dominante – et syntaxis (σύνταξις) – qui désignerait une contribution plus ou moins volontaire112 – ont, par exemple, abouti à une impasse, car les deux mots sont souvent employés l'un pour l'autre dans les inscriptions ou par les auteurs113.

  • 114 Dans Will. Mossé & Goukowsky 1990, 451-461 (la citation se trouve en p. 460). Ma 1999, 150-174, qu (...)
  • 115 Ma 1999, 131-135, remarque que la pratique fiscale royale “may seem cumbersome and unsystematic to (...)
  • 116 Wörrle 1988, 445-448, sur le contexte historique et la montée en puissance d'Antiochos III dans ce (...)
  • 117 Wörrle 1988,466.
  • 118 IK, 28.1-Iasos, 3 (voir J. et L. Robert, Bull, ép., 1971,620), présente une situation très voisine (...)
  • 119 L. 1/9. Les décisions de Zeuxis n'ont pas été conservées et ont dû disparaître dans une lacune, vo (...)
  • 120 Wörrle 1988, 460-463 et 466.

74D’autre part surtout, il n’y avait pas de statut fiscal fixe et contraignant pour les cités qui étaient soumises à un roi ; dans les faits, chaque cité présentait un cas à part et disposait d'un statut qui lui était propre. Il serait donc vain de supposer un caractère exagérément formaliste et juridique aux différents statuts des cités grecques. Édouard Will, dans quelques pages consacrées au problème à propos des cités du royaume séleucide, concluait que “ce sont l'empirisme, l'intérêt et les circonstances qui régissent les rapports des souverains et des cités”114. Il en allait de même pour les rapports fiscaux entre cités et rois115. Les deux lettres d'Héraclée du Latmos donnent un exemple de la façon dont ce statut pouvait être fixé entre le roi, ses représentants et la cité. Cette inscription se place juste après l'entrée d'Héraclée dans la dépendance d'Antiochos III, entre 196 et 193 a.C. ; la transition s'est certainement faite de façon pacifique, car, si le rapport de force était favorable à Antiocho's III116, Héraclée s'était librement soumise au roi, sans chercher à lui résister117. La cité se soucie donc d'obtenir des précisions sur son futur régime fiscal dans le royaume séleucide en envoyant une ambassade de 22 personnes auprès de Zeuxis, le gouverneur royal, pour le négocier118. Les demandes des Héracléotes étaient précises et portaient sur l'exemption du cantonnement (ἀνεπισταθμεία, 1. 11-15), sur des exemptions de certaines taxes royales, dont celle qui frappait le bétail, et sur des subventions attendues du roi, Zeuxis accéda à la plupart de ces demandes tout en recommandant à la cité d'envoyer une autre ambassade destinée, celle-ci, à Antiochos III pour obtenir de lui certains éclaircissements sur ce statut et pour annoncer au souverain les honneurs que la cité lui avait votés. Les Héracléotes s'exécutèrent : Antiochos III, après avoir accepté les honneurs qu’ils lui décernaient et confirmé les décisions de Zeuxis119. leur accorda en outre certains avantages supplémentaires comme une subvention pour l'huile du gymnase120.

  • 121 Holleaux 1938-1957, 2. 73-125, et spécialement la conclusion.
  • 122 Holleaux 1938-1957, 2. 111 : “Ainsi, la ville, contrairement a ce que l'on a pu croire, n'est poin (...)

75Le document trouvé à Héraclée n’est pas le seul à montrer les négociations qui avaient lieu entre un roi et une cité qui venait de se soumettre à lui. C’est la preuve qu’il n’y avait pas un statut fixe et rigide des cités sujettes, mais les circonstances dans lesquelles une cité s'intégrait dans une monarchie faisaient que ce statut était particulier dans chacun de ses détails. Il n'est donc pas possible de reconstruire à partir de documents de lieux et d'époques différentes un modèle applicable partout ; il faut se contenter de constater qu'à telle époque et dans telle situation ce statut prenait tel aspect. De plus, il ne faut pas oublier qu'il était toujours "précaire et révocable” comme l'a dit M. Holleaux à propos de l'inscription trouvée à Brousse121. Le phoros, dont on a voulu faire la base de la fiscalité royale envers les cités, n'avait pas le caractère rigide d'un tribut comme on le pense parfois, mais prenait plutôt la forme d'un ensemble de taxes122 portant sur telle ou telle source de revenus comme l'inscription d'Héraclée en a fourni un exemple de plus. Ce système donne l'impression d'une multiplication du nombre de taxes et démontre la volonté de mettre en place un régime fiscal nuancé, tenant compte des cas particuliers et de toutes les sources de revenus possibles.

3.4. Les rapports entre fiscalité royale et fiscalité civique : quelques constatations à partir des taxes et impôts sur l’élevage

76Une première remarque s'impose : il n'y a pas de différence de nature essentielle entre les taxes civiques et les taxes royales portant sur l'élevage et, des deux côtés, on retrouve des taxes sur le capital, le revenu ou des droits de douane. Ces derniers, par exemple, sont aussi bien attestés en Éolide (no 51) que pour le royaume attalide (no 47). On ne peut donc pas dire qu'il y ait eu une répartition particulière des différents types de taxes entre la cité et le trésor royal.

  • 123 Gauthier 1989, 12 : τῆς προσεπιβληθείσης εἰκοστῆς | ἐπὶ τὴν πολιτικήν, 1. 5-6. Pour le commentaire (...)
  • 124 IK, 28.1-Iasos, 3,1. 5-6 (voir J. et L. Robert, Bull, ép., 1971, 620) : τῶ[ν δε] | λιμένων και τῶν (...)
  • 125 Wörrle 1988, 458, reconnaît cependant : “Mit Doppelbesteuerung der Landwirtschaft durch König und (...)

77On a vu que les deux systèmes fiscaux ont souvent coexisté dans les cités grecques. La question se pose dès lors de savoir s'il a pu être possible qu’une même production, qu'un même revenu ait été l'objet d’une double taxation, à la fois civique et royale. Nos textes, à propos des taxes sur l'élevage, n'en fournissent aucun exemple. Il en existe toutefois un cas dans un autre domaine, qui concerne Sardes après sa reddition dans les mains d'Antiochos III à la fin de 214 ou au début de 21.3 a.C. La cité fut alors durement traitée, mais ne tarda pas à obtenir quelques améliorations de son statut fiscal. Dès mars 213 a.C., le roi lui fait remise d’un impôt “du vingtième qui avait été ajouté à celui de la cité”123. On était là dans une situation de crise et le double vingtième, qui ne dura pas plus de quelques mois, était une mesure particulièrement vexatoire. L'impression est plutôt que, sur un même objet, l'existence d’une taxe royale excluait celle d'une taxe civique et qu'il s'agissait avant tout de partager les prosodoi entre le roi et la cité. La lettre envoyée à Iasos par Aristoboulos, un haut fonctionnaire de Ptolémée Ier Sôtèr, nous apprend que les Iasiens lui avaient envoyé une ambassade pour s'informer du statut de leur patrie dans le royaume ptolémaïque ; ils demandaient par exemple à conserver la maîtrise "des revenus du port et des autres revenus”, comme s'il ne pouvait pas y avoir à la fois une fiscalité royale et une fiscalité civique sur un même objetl124. Il est vrai que l'on touchait là à un revenu des plus rentables et qu'il n'aurait pas été envisageable de taxer doublement le trafic maritime sans chasser tous les marchands du port. La lettre de Zeuxis à Héraclée du Latmos (no 59) va dans le même sens et, lorsque les ambassadeurs héracléotes réclament l'exemption de toute taxe royale sur l'agriculture et l'élevage, c’est manifestement pour réserver ces domaines à la fiscalité civique125.

78Il ne s'agissait ici que de faire un sondage dans les systèmes fiscaux en prenant un exemple, celui des taxes portant sur l'économie pastorale. La démarche permet toutefois de mettre en évidence un certain nombre de réalités fiscales grecques. En général, les revenus de la terre ont bien fait l'objet de prélèvements. Le capital pastoral et les revenus de l'élevage en particulier n'y ont pas échappé, au moins dès le début du ive s. a.C., car l'élevage était une source de richesse importante. Enfin, au-delà de l'absence d'une véritable administration fiscale, remplacée en fait par le recours à l'affermage des taxes, l'ensemble du système apparaît comme plus complexe qu'on ne pourrait le croire.

Notes

1 Οἰκονομία est le mot utilisé par l'auteur, mais son sens se rapproche plus de celui de notre terme “gestion”.

2 Ps-Aristote, Écon., 2.1.4 = 1345d-1346a, pour l'ensemble du passage. Le texte, à propos du bétail, dit que l'impôt qui le frappe porte tantôt le nom d’epicarpia, tantôt de dîme (Πέμπτη δὲ ἡ ἀπὸ τῶν βοσκημάτων, ἐπικαρπία τε καὶ δεκάτη καλουμένη). L'ensemble de ce développement pose de nombreux problèmes aux historiens. On se demande par exemple si cette description se rapporte à l'organisation fiscale de la fin de l'Empire achéménide ou à celle de l’Orient hellénistique à ses débuts : voir la discussion de ce problème par Rostovtzeff 1989, 308-309, Pour lui. le deuxième livre de l'Économique du pseudo-Aristote a été rédigé au début de l'époque hellénistique à l'intention de ceux qui devaient gérer les conquêtes orientales d'Alexandre. Cette opinion est aussi celle de Van Groningen 1933, 37-43. On pourra comparer ce que dit le pseudo-Aristote aux réalités de la fiscalité satrapique telle qu'elle est analysée par Briant 1996, 414-416.

3 Ps-Aristote, Écon., 2.2.20e = 1349a. Les troupeaux sont désignés par le mot βοσκήματα. Sur ce passage, voir Berthiaume 1982, 69-70.

4 Le livre de Böckh 1817 (trad. fr. par A. Lalignant, 1828) est resté l'une des meilleures études à ce sujet. On consultera encore Francotte 1909 et Andréadès 1931. Depuis, l'histoire fiscale des cités grecques semble avoir été relativement négligée. Pour un bilan des recherches sur les finances des cités grecques, voir Migeotte 1995.

5 La meilleure synthèse à ce sujet que l'on puisse trouver dans un manuel sur l'époque hellénistique reste celle de Moretti 1977 ; on consultera aussi le bref, mais clair exposé de A. H. M. Jones 1974, 151-160. Des cas régionaux commencent à être abordés, comme celui d'Athènes par Faraguna 1992, 171-194.

6 On pense au célèbre Papyrus Revenue Laws : voir Grenfell 1896 et Bingen 1952 pour son étude. Les ostraka ont aussi beaucoup apporté à la connaissance de la fiscalité lagide. La synthèse la plus détaillée reste celle de Préaux 1939.

7 Préaux 1939, 225-227.

8 Pour les Séleucides, on peut encore consulter Bikerman 1938, 106-132, à compléter par Ma 1999, 131-137 et 154-156, et Aperghis 2001. Pour le royaume attalide, Hansen 1971,203-216, tandis que Allen 1983, 49-55, est surtout intéressant sur l'histoire des relations entre la fiscalité civique et la fiscalité royale. Enfin, sur les possessions européennes et asiatiques des Lagides, Bagnall 1976, passim.

9 L’article essentiel à ce sujet est celui de Corsaro 1985. Voir également Heuss 1937, 105-124, et W. Orth 1977, 89-92, qui n'aborde que très indirectement cette question, ainsi à propos d'Érythrées.

10 Rostovtseff 1989, 436.

11 Rostovtzeff 1989, 437.

12 Rostovtzeff 1989, 454 ; voir aussi Rostovtzeff 1989, 472, à propos de Milet : “Le régime fiscal était, comme d'ordinaire dans les cités grecques, très complexe et sans doute très oppressif”. Ces idées se retrouvent dans Chamoux 1981, 299 : “A la différence des cités, si souvent incapables de faire face aux dépenses collectives, il ne semble pas que les rois aient jamais connu de difficultés financières”.

13 L'inscription de Telmessos (no 63) montre à quel point le rapprochement est parfois trompeur.

14 Nous avons vu que dans le règlement des baux du Pirée (no 2), qui date de 321/320 a.C., les ἐννόμια (1. 13) ne sont pas des taxes, mais des pâturages.

15 Voir Chantraine. DELG,.s.v. νέμω et Laroche 1949, 132.

16 Les noms d'impôts formés ainsi sont nombreux : on trouvera ci-dessous l'ἐμφόρβιον ; on connaît aussi le μετοίκιον, le χειρωνάξιον etc.

17 Hésychios s.v. ἐμφόρβιον· τελώνημα.

18 Voir Chantraine, DELG, s.v. φέρβω. Le substantif φορβή, par exemple, désigne le fourrage.

19 Ps-Aristote, Écon., 2.1.4 = 1346a. voir ci-dessus, p. 309, n. 2.

20 Andréadès 1931, 148 et n. 7, où le traité entre Aigai et les Olympènoi (no 51) est cité comme exception. Même idée chez Francotte 1909, 11-12.

21 No 58, 1. 72-77.

22 Hansen 1971, 207, et Magie 1950, 729, ont vu dans ce texte une attestation de droits de douane à l'exportation.

23 Engelmann & Knibbe 1989, 24 : τέλος μὴ διδότω ὑπὲρ σωμάτων καὶ κτηνῶν, ἅπερ ἂν οἴκοθεν ἄγωσιν ἢ παραπέμπωσιν πρὸς τὴν ἰδίαν χρῆσιν ταύτης ǀ [τῆς πορείας χάριν (1. 62-63, voir commentaire. 86-88).

24 Pour le royaume séleucide, voir Bikerman 1938, 115-117, et pour l'Égypte lagide. Préaux 19.39, 371-

25 Whitehead 1986, 153, le comprend ainsi.

26 La question de l'ἐννόμιον de l'Égypte lagide est loin d'être résolue : Sh. L. Wallace 1938, 87, l'interprétait comme un droit d'usage, mais Préaux 1939, 226-227, concluait que l'ἐννόμιον “n'est (...) pas le loyer des pâtures royales” (Orrieux 1985, 262, sur notre ignorance du fonctionnement de la fiscalité sur le bétail dans l'Égypte lagide).

27 Böckh 1817, 1. 319-320 : “In Athen und gewiss in allen übrigen hellenischen Freistaaten erhob man keine unmittelbare Steuer vom Eigenthum, ausser etwa von Sklaven [...]”. et plus loin : “ausser diesen hatte man indirecte Steuern, welche alle, und directe, welche die Fremden trafen”.

28 Francotte 1909, 4, dans la liste des “recettes ordinaires” des cités : “Pas d'impôt direct régulier et spécialement pas d'impôt sur la principale richesse, c'est-à-dire sur la terre” tout en admettant quelques exceptions. Andréadès 1931, 134-138, avec une rubrique intitulée “Das Fehlen einer regelmässigen direkten Besteuerung der Bürger”. Cette thèse a été reprise par Moretti 1977, 338-339 : “È ignota all'età ellenistica, corne all'età precedente, un'imposta diretta, ordinaria, sul reddito dei cittadini”. (Moretti 1977, 338). L. Moretti fonde son argumentation sur le fait qu'il aurait fallu que les cités grecques disposent pour cela d’un véritable cadastre ; dans certains cas au moins, l'existence de cadastres est désormais admise, ainsi à Zéleia : voir Corsaro 1984, 450-462. Finley 1975, 125 : “Dans une cité-État, de plus, la terre était en principe libre de tout impôt régulier. Une dîme ou tout autre forme d'impôt sur la terre, disaient les Grecs, constituait la marque d'une tyrannie, et cette idée était si profondément ancrée qu'ils ne permirent jamais à un impôt exceptionnel de guerre, comme l'eisphora d'Athènes, de devenir permanent (les Romains de la République non plus), à la différence du modèle qu'ont connu d'autres sociétés”.

29 Wilhelm 1974, 3. 264-267, a rassemblé de nombreuses prises de position contre les impôts directs et a montré, à partir d'un décret de Sinuri (Robert, Sinuri, no 73), qu'il existait des exemples contraires.

30 Pleket 1973, 243-257 (spécialement 251-252).

31 Gauthier 1976-1977. L'opinion de Ph. Gauthier est plus nuancée que celle de Wilhelm ou celle de Pleket : il n'exclut pas l'existence d'une fiscalité directe sur le revenu et en fournit quelques exemples (comme le traité entre Milet et Pidasa, no 57), mais remarque aussi qu'“une fiscalité directe et régulière requiert apparemment une administration assez complexe et suppose donc un État organisé, phénomène que l'on n'observe guère dans les communautés grecques”. Il faudrait, à notre sens, distinguer la fiscalité directe sur le capital de celle sur le revenu, cette dernière étant plus facile à organiser, surtout lorsque l'on a massivement recours à l'affermage des impôts. Gallo 2000 remet même en question l'idée selon laquelle les impôts directs auraient été ressentis comme une marque de tyrannie par les Grecs de l'Antiquité.

32 Il faut sans doute voir dans le cas athénien (pas d'impôts directs réguliers à l'époque classique) une situation à part : Gauthier 1976, 238-239. Selon Hdt. 6.46-47, Thasos a joui des même avantages au début du ve s. a.C. : grâce à ses mines situées à la fois sur l'île et sur la pérée thasienne, τὸ ἐπίπαν Θασίοισι ἐοῦσι καρπῶν ἀτελέσι. Cf. Salviat 1986. 181, pour qui cette situation n'était plus valable à la fin du ve s. a.C.

33 Platon, Lois, 12.955d-e.

34 C'est à juste titre que Isager & Skydsgaard 1992, 135-144, consacrent un chapitre de leur ouvrage aux taxes sur l'agriculture.

35 Gauthier 1980b, 46.

36 J. et L. Robert, Bull. ép., 1959, 43, commentaient : “Un impôt sur le petit bétail, peut-être, mais non nécessairement en rapport avec le droit de pâture”.

37 Gauthier 1976-1977,309-310, émet l'hypothèse que cette taxe sur le bétail ait pu être une taxe sur le revenu.

38 Le bétail des Juifs semble avoir fait aussi l'objet de prélèvements fiscaux de la part de la monarchie séleucide ; la lettre de Dèmètrios II les relève de cette partie du φόρος à son avènement en 145 a.C., I Macc. 10. 33 (καὶ πάντες ἀφιέτωσαν τούς φόρους καὶ τῶν κτηνῶν αυτῶν).

39 Cf. no 7,1. 41-46, no 24, 1. 25-26, et no 32,1. 3-4. Sur ces marques, voir Vanseveren 1936, 259-260.

40 L'interprétation de Th. Reinach 1891,368, qui la considère comme un “véritable impôt somptuaire sur les voitures" est à rejeter au profit de celle d'Andréadès 1931, 162, qui y voit une taxe sur les “Zugtiere”.

41 Ce texte nous semble bien plutôt être un témoignage de l'importance des bœufs dans le travail agricole ; voir Amouretti 1986, 79-93 (sur l’araire grec).

42 Tréheux 1958, 90.

43 Cette clause n'a guère attiré l'attention des commentateurs, sauf celle de Wilhelm 1934, 279, qui s'est surtout intéressé à l'établissement du texte, et celle de Tréheux 1958, 90, qui ne fait que la mentionner. Dans les cités grecques, les inscriptions laissent plutôt supposer que les attelages de bœufs utilisés sur les chantiers publics étaient loués : pour Athènes au ive s. a.C., nous disposons de deux témoignages en ce sens : Syll. 3, 124 (date : 395/394 a.C.) et 288 (date : 330/329 a.C.). Le chantier du temple d'Apollon à Didymes, au iie s. a.C., louait ou utilisait des attelages qui lui avaient été offerts : Rehm, Didyma, II, no 40, 41 et 458. Voir p. 282-283 et 399-400.

44 Kern, IMagnesia, no 121 : voir le commentaire de Wilhelm 1974, 1. 212-217. Sur la fiscalité lagide sur le tissage et le commerce de la laine. Préaux 1939, 106-110.

45 No 53, 1. 13-16. Ce passage est mutilé, mais se comprend assez bien et l'on voit que cette exemption s'appliquait à des taxes sur la vente et peut-être aussi sur l'exportation de produits de laine (1. 15-16).

46 Rostovtzeff 1910, 279, et Rostovtzeff 1989, 237-238.

47 Heichelheim 1958-1970, 3. 198-201. trouve des preuves de l'influence économique ptolémaïque à Délos, Cos et Téos et conclue ainsi p. 201 : “The great historical achievement of the Ptolemaic kingdom is revealed here in that it was able to set up a System of economy and of state governance, which was put into general practice and which educated to its use the majority of Greek polis”.

48 Un article de Bengtson 1964-1965, 319-332, développe également cette idée d'une influence du système fiscal lagide qu'il croit reconnaître même en Sicile, dans la Lex Hieronica.

49 L'idée a été émise par Rostovtzeff 1989, 237. Elle a été reprise dans Bagnall 1976, 109.

50 Voir ci-dessus, p. 257-258.

51 Mahaffy 1896, LIV, avait essayé de résoudre cette contradiction en corrigeant le texte 1. 15 de [σιτ]ηρᾶς ἀπομοίρας en [οἰν]ηρᾶς ἀπομοίρας, mais la pierre donne sans erreur possible τῆι σιτηρᾶι ἀπομ[οί]ραι 1. 20-21.

52 Robert, Sinuri, no 73, et commentaire de Wilhelm 1974, 3. 259-267.

53 Robert 1969-1990, 7. 325 et n. 110 : la datation dans la seconde moitié du ive s. a.C. du texte de Téos “exclut toute spéculation sur des influences lagides ou attalides concernant le système des impôts à Téos”. Une remarque semblable avait déjà été faite par Tréheux 1949, 1024. qui note que certaines des taxes connues à Délos apparaissaient déjà au ive s. a.C. et ne peuvent être des signes d'une influence lagide comme l'avait écrit Heichelheim.

54 Préaux 1939, 211-213, et Adams 2001.

55 Heichelheim 1958-1970. 2. 201, avait insisté sur cette influence lagide, idée contre laquelle Robert 1969-1990, 8. 325, n. 110, s'est élevé.

56 Préaux 1954 développe l'idée que l'expérience des rapports fiscaux entre le roi et les cités acquise par les Grecs d'Asie Mineure aurait influencé le développement du système fiscal lagide, ceci d'autant plus que de nombreux administrateurs de l'Égypte lagide étaient originaires des cités micrasiatiques.

57 Crampa, Labraunda, III-2, no 42. Hornblower 1982, 161-162, a étudié ces cas et remarque : “However, new inscriptions front Karia prove that here as elsewhere the Persians had anticipated the Seleucids”. Corsaro 1985, 85, parle d'une “logica di continuità”.

58 Sur la fiscalité achéménide et les productions agricoles, voir Briant 1982a, 175-225, et Briant 1996, 452-456.

59 Wörrle 1988, 465 : “Wenigstens hingewiesen sei jedoch auf die Möglichkeit, daβ sich an diesem Punkt eine auf die achämenidische Zeit zurückreichende Tradition abzeichnet”.

60 Hdt. 6.42 ; sur cette question, voir Corsaro 1984, 450-462, et Briant 1996, 424.

61 Welles, RC, no 19, conserve l’enregistrement d’une vente de terre à la reine Laodice par le βυβλιοφύλαξ de Sardes en 254/253 a.C. Voir Faraguna 2000 sur l’enregistrement des mutations foncières.

62 L’idée est défendue avec force pur Briant 1996, 399-434, qui montre combien les sources grecques sur l’époque des diadoques et sur le haute époque hellénistique permettent souvent de mieux comprendre ce que l’on sait du système fiscal en vigueur dans l’empire perse. On connaît mal la fiscalité achéménide sur l’élevage et les documents que nous possédons concernent pour le moment surtout les zones au cœur de l’Empire (Briant 1996, 453-454).

63 Bikerman 1938, 1 17. fait remarquer que “le mot indique souvent, non le pourcentage précis, mais le mode de prélèvement ad valorem”.

64 Sur le statut fiscal des laoi, voir Briant 1982a, 93-133 (et spécialement p. 1 16-117, sur la fiscalité) et Papazoglou 1997, 1 19-127.

65 Ps-Aristote, Écon., 2.1.4 = 1346a.

66 Les dîmes sont plus courantes dans la fiscalité sur les céréales. Sur la δεκάτη dans le système fiscal séleucide, voir Bikerman 1938, 116-117. Sur les différentes formes de dekatè, voir Volkmann 1964.

67 Sur les prélèvements en nature dans la fiscalité achéménide, voir Briant 1996, 452-434, et Aperghis 2001, 78-79.

68 La dîme de Telmessos (no 63, 1. 18) était sans doute aussi prélevée en nature, voir p. 258.

69 Ps-Aristote. Écon., 2.2.20e = 1349a, cf. ci-dessus p. 309, n. 3.

70 Préaux 1939, 223-224.

71 Wilhelm 1949, 30, considère cette ἐπιγραφή comme “die Vorschreibung einer Leistung”.

72 Robert 1969-1990. 8. 323-324 et η. 100, a traduit par “imposition, impôt”. Cette idée semble avoir été la première qu'ait soutenue Wilhelm 1934, 279, qui écrit : “Es wird sich um eine Gebühr handeln, die für das vorhandene. in der Landwirtschaft verwendete Rindvieh zu entrichten war”.

73 Crampa, Labraunda, III-2, no 42, 1. 14-17 ἐὰν δέ τις | Image[ιγραφὴ ?] γίνη[τα]ImageImageλα[τ]ImageεImage[σ]ιν [βασ]Imageὴ ἢ πολιτική, | Image κImageί τοὺς ἐγγόνοImageImage[ε]Image[ρ]Image καὶ ἀτελεῖImage εἶν[αι | τὸν ἀεὶ χ]Imageνον, τὰ δὲ βασιλικ[ὰ] τέλη τελεῖν. Crampa évoque aussi la possibilité de restituer ἐγγραφή au lieu d'ἐπιγραφή.

74 Wörrle 1988, 464-465.

75 Wörrle 1988, 465, attribue une origine achéménide à cette pratique.

76 Le traité entre Milet et Pidasa (no 57) stipule que les Pidasiens se contenteront de verser une taxe symbolique d'un chalque pendant trois ans, ce qui laisse supposer qu'elle était payée annuellement. D'autre part, les Héracléotes, dans les requêtes qu'ils ont présentées à Zeuxis (no 59), demandent une diminution d'impôts pour le nombre d'années qu’il plaira au roi.

77 Sur l'affermage des impôts et les fermiers des impôts, on consultera encore avec profit Schwahn 1934, s.v. Telonai, col. 418-425. Sur la logique du système, A. H. M. Jones 1974, 151-160.

78 En grec, τοὶ ἐωνημένοι ὠνάν (1. 2) avec des variantes comme τοὶ πριάμενοι τὰν ὠνάν (1. 4) ou τοὶ ἀγοράζοντες τὰν ὠνάν (1. 7).

79 L. 1 et 2. Le sens du mot ναῦσσον est obscur : Töppfer 1891,417-418, y voit une taxe portuaire qui porte ailleurs le nom de ναῦλον.

80 L. 16. Certains, comme Sokolowski, LSCG, no 168, ont proposé de corriger en (ἱ)ατρικόν.

81 De telles associations s'étaient aussi formées pour l'exploitation des mines du Laurion, voir Gauthier 1976, 163.

82 Voir, par ex., Migeotte 1992, no 50, 1. 22-29 (τοὶ πωληταὶ | ἐγδόντω στάλας ἐργάξασ|θαι τρεῖς κτλ.) avec commentaire p. 152-154. Ils étaient aussi chargés de procéder à la vente des prêtrises : Segre, I.Cos, 178a, 1. 5-6 : τοὶ πωληταὶ ἀποδόσθων τὰν ἱε|ρωσύναν κτλ.

83 L'affermage avait lieu selon des procédures régulières qui étaient parfois codifiées par une loi appelée tantôt νόμος πωλητικός, comme celle dont il est souvent question dans les baux de la tribu des Otôrcondes à Mylasa (IK, 34-Mylasa, 206, 1. 13 ; 218, 1. 10, etc. avec la formule κατὰ τὸν πωλητικὸν νόμον), tantôt νόμος τελωνικός commes celle à laquelle Démosthène 24 (Contre Timocrate).96 et 101, fait allusion.

84 No 54, 1. 35, on ne lit plus que α]ὐτοῖς ἢ ῥήτωρ εἴπηι ἢ πωλητὴς ΕΠI. La ligne 36 fixait le montant de l'amende infligée aux contrevenants. Wilhelm 1939, 361, s'était étonné de cette association dont R. Flacelière, J. et L. Robert, Bull. ép., 39, 334, ont montré la logique.

85 Sur l'affermage des impôts par les Lagides, voir Rostovtzeff 1989, 230-231, Rostovtzeff 1902, 10-21, et Préaux 1939,450-459.

86 Selon Rostovtzeff 1989, 211. un passage du texte de Telmessos (no 63, 1. 17-18) fait peut-être allusion à un νόμος τελωνικός ou à un νόμος πωλητικός.

87 Bikerman 1938, 109-110, fait remarquer que les cités n'avaient pas à supporter une intervention des rois dans le détail de leur administration financière. Sur les magistrats financiers des différentes monarchies hellénistiques, Moretti 1977, 333.

88 Peut-être à Halicarnasse, d'après Syll. 3, 45 (Ière moitié du ve s. a.C.) comme le pense Corsaro 1985, 91.

89 Voir les remarques de Busolt 1920, 628 : “Dieses ausgedehnte Vedingungs-und Verpachtungswesen war für die Staatshaushaltung und Finanzverwaltung von gratter Bedeutung. Es ersparte Beamte und bot für einen Überschlag der Einnahmen und Ausgaben festere Sätze, gewährte aber auch reichlichen Spielraum für Spekulationen und geschäftliche Verbindungen zum Nachteile und zur Übervorteilung des Fiskus”. Nous nous efforcerons de démontrer plus loin que ces inconvénients ne sont pas si importants que l'on peut se les imaginer.

90 No 5, 1. 22-23 ; cf. Robert 1949, 157.

91 Les sommes ne sont pas toujours lisibles avec certitude sur la pierre, ce qui explique que nous ne sommes pas en mesure de donner le total absolu des remboursements de ce compte sur les trois postes des taxes, de la pierre et du probatikon.

92 C’est Rostovtzeff 1989, 316. qui a le plus contribué à véhiculer cette idée. On le retrouve dans des ouvrages récents comme celui de Gallant 1991, 187-193, qui présente une liste de taxes supposées se cumuler, le but recherché étant de montrer que les Grecs de l'époque hellénistique étaient accablés de taxes, par opposition à ceux de l'époque classique.

93 Voir p. 159, n. 218.

94 Sokolowski, LSCG, 168, 1. 5-6 : plusieurs personnes se sont regroupées pour prendre l'ὠνὰν οἴνου ἐπὶ θαλάσσαι, ἑταιρᾶν, ξύλων, ἀλφίτ(ω)ν. ἐν|οικίων. Le texte en fournit d'autres exemples.

95 Voir p. 137.

96 Ps-Aristote, Constitution d'Athènes, 47.2, précise qu'il y avait dix pôlètes à Athènes, un par tribu, et qu'ils étaient tirés au sort.

97 La distance entre le fermier des taxes royales et les contribuables devait être plus grande lorsque les fermiers étaient directement choisis par le pouvoir central : un texte de Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, 12.4.3.169 sq., décrit la foule des notables venus de la Syrie lagide à Alexandrie pour affermer pour une année les impôts que les Ptolémées y levaient : ἔτυχε δὲ κατ᾿ ἐκεῖνον τὸν καιρὸν πάντας ἀναβαίνειν τοὺς ἀπὸ τῶν πόλεων τῶν τῆς Συρίας καὶ Φοινίκης πρώτους καὶ ἄρχοντας ἐπὶ τὴν τῶν τελών ὠνήν· κατ᾿ἔτος δὲ ταῦτα τοῖς δυνατoῖς τῶν ἐν έκαστῃ πόλει ἐπίπρασκεν ὁ βασιλεύς. Un tel système permettait que les fermiers des impôts échappent à tout contrôle de la part des contribuables ; sur l'affermage des impôts dans le système ptolémaïque. Rostovtzeff 1989, 230-231. Rostovtzeff 1902, 10, a raison d'insister sur le fait que, si l'affermage des taxes a des origines juridiques grecques, sa mise en pratique dans un milieu radicalement différent de celui de la cité en a profondément modifié le sens (voir aussi Préaux 1939, 458). Dans le monde des cités, une situation semblable avec les abus qu'elle entraînait pouvait se produire lorsque les fermiers des impôts se trouvaient face à des paysans dépendants, extérieurs au corps civique, comme le montre l’inscription de Colophon, Étienne & Migeotte 1998.

98 Ce document contient une mention du trésor royal. 1. 34.

99 En 218 a.C., Aigai fut conquise par Attale ier, cf. Pol. 5.77.4 (voir Will 1979-1982, 2. 47).

100 Roesch 1965, 47.

101 Ce n'est qu'en 229 a.C. qu'Hermionè a adhéré au Koinon des Achéens (Pol. 2.44.6, et Strabon 8.7.3 = C385, voir Will 1979-1982, 1. 365), alors qu’Épidaure en était déjà membre.

102 Voir Pol. 21.46.5 (cf. Walbank 1957-1979, 3. 169-170).

103 Malgré l'influence rhodienne qu'atteste le fait que certains sacrifices étaient organisés pour la déesse Rhodos (Sokolowski, LSCG, 168,1. 19, par exemple).

104 Nous laissons de côté les attestations mentionnées par les papyrus grecs d'Égypte.

105 On peut penser à Lysimaque, si nous sommes avant Kouropédion en 281 a.C.

106 La loi douanière d’Asie Mineure mentionne également les droits de douane aux frontières de la province d'Asie, voir p. 312, n. 23.

107 Cette formule se retrouve dans toute une série de décrets honorifiques d’Iasos qui accordent à leurs bénéficiaires une ἀτέλεια ὧν ἡ πόλις κυρία ἐστίν : voir par ex. IK, 28.1-Iasos. 33, 1. 8. Un décret de Pergame pour Asklépiadès, prêtre d’Asclépios, Syll. 3, 1007, 1. 19-20, précise : [εἶναι δ]ὲ καὶ ἀτέλειαν Ἀσκληπιάδηι πάντων [ὧν| ἡ πόλις κυρία. De même lorsque la cité de Téos achetait un terrain pour les technites de Dionysos, elle précisait qu’il était ἀτελὲς ὧν ἡ πόλις επιβάλλει τελῶν : SEG, 2. 1925, 580, 1. 9. Sur cette formule, voir Heuss 1937, 113 : “Daraus lässt sich nur die eine Schluss ziehen, dass die Stadt nicht mehr Herr über ihre sämtlichen Ahgaben war”.

108 Crampa, Labraunda, III-2. no 42, 1. 10-17.

109 Hahn 1978. 15. et Corsaro 1985, 84.

110 Cette courte liste laisse de côte d'autres revenus que les rois pouvaient tirer des cités sujettes comme les droits de douane, la perception de revenus du domaine public civique, etc. : Heuss 1937, 108-1 14, pour leur étude.

111 On retrouve cette conception systématique dans nombre d'ouvrages généraux comme celui de Francotte 1909, 66 et passim, ainsi que dans des ouvrages consacrés à un seul royaume comme dans Bikerman 1938, 106-120, ou dans Hansen 1971, 203-216. Elle est reprise dans des ouvrages sur l'époque hellénistique comme Chamoux 1981.299.

112 Voir Francotte 1909. 63-96, dans un chapitre sur le vocabulaire fiscal ou Andréadès 1931,84-85.

113 Pol. 21.45.2, semble considérer les deux mots comme synonymes lorsqu'il écrit à propos de l'une des clauses du traité d'Apamée : ὅσαι δ'Ἀττάλῳ σύνταξιν ἐτέλουν, ταύταις ἐπέταξαν τὸν αὐτόν Εύμένει διδόναι φόρον. Heuss 1937, 109-110, convient du peu d'intérêt de ces distinctions pour l’époque hellénistique. Notre propre vocabulaire fiscal n'est lui-même pas toujours rationnel et, en français, taxe et impôt n'ont pas deux sens nettement distincts, voir Trotahas & Cottcret 1990, 22, qui parle de “l’imprécision du vocabulaire utilisé par le législateur fiscal”.

114 Dans Will. Mossé & Goukowsky 1990, 451-461 (la citation se trouve en p. 460). Ma 1999, 150-174, qui a étudié le statut des cités d'Asie Mineure liées aux Séleucides, présente des conclusions qui vont dans le même sens.

115 Ma 1999, 131-135, remarque que la pratique fiscale royale “may seem cumbersome and unsystematic to a modem eye”.

116 Wörrle 1988, 445-448, sur le contexte historique et la montée en puissance d'Antiochos III dans cette région après la défaite de Philippe V aux Cynocéphales.

117 Wörrle 1988,466.

118 IK, 28.1-Iasos, 3 (voir J. et L. Robert, Bull, ép., 1971,620), présente une situation très voisine de celle d'Héraclée : les Iasiens ont également envoyé une ambassade à Aristoboulos, un haut fonctionnaire de Ptolémée Ier Sôtèr, pour obtenir de ce dernier des précisions sur le statut d'Iasos dans la monarchie lagide (παραγεν[όμενοι oἱ πρέσβεις] [διελέγοντό μοι φέροντες τὰ παρ'ὑμῶν ἀξιώματα κτλ., 1. 1-2). Ces ambassadeurs ont naturellement abordé le problème fiscal (διελέγοντο δὲ καὶ ὑ|πὲρ συντάΙξε]ω[ς, 1. 4-5) et, comme Zeuxis, Aristoboulos les a renvoyés au roi sur ces questions (ὑπέρ δὲ τῆς συντάξεως ἐδόκει μοι ἀνενέγκαι εἰς τὸ[ν] | βασιλέα, 1. 7-8). Là encore les négociations ont commencé avec un représentant du roi avant de se poursuivre avec le souverain lui-même. Le cas de Sardes après sa reddition de 214 a.C. montre qu'une cité prise de vive force pouvait toujours espérer une amélioration de son statut fiscal (Gauthier 1989, 33-35).

119 L. 1/9. Les décisions de Zeuxis n'ont pas été conservées et ont dû disparaître dans une lacune, voir Worrle 1988, 465-466.

120 Wörrle 1988, 460-463 et 466.

121 Holleaux 1938-1957, 2. 73-125, et spécialement la conclusion.

122 Holleaux 1938-1957, 2. 111 : “Ainsi, la ville, contrairement a ce que l'on a pu croire, n'est point astreinte au paiement d'un φόρος global une fois fixé. De même, à Téos (renvoi à SEG, 2, 1925, 580), les habitants sont tenus à payer divers τέλη”.

123 Gauthier 1989, 12 : τῆς προσεπιβληθείσης εἰκοστῆς | ἐπὶ τὴν πολιτικήν, 1. 5-6. Pour le commentaire de ce passage, voir Gauthier 1989, 33-36.

124 IK, 28.1-Iasos, 3,1. 5-6 (voir J. et L. Robert, Bull, ép., 1971, 620) : τῶ[ν δε] | λιμένων και τῶν λοιπῶν προσόδων ὑμάς κυρίους εἷναι, ce que leur accorde Aristoboulos.

125 Wörrle 1988, 458, reconnaît cependant : “Mit Doppelbesteuerung der Landwirtschaft durch König und Stadt [...] könnte durchaus auch in Herakleia zu rechnen sein, aber die Möglichkeit. daΒ es auf diesem Sektor gar keine städtischen Gefalle gab, Solange die Stadt königlich war, läβt sich eben nicht ausschlieβen”.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search