Version classiqueVersion mobile

L’élevage en Grèce (fin ve-fin ie s. a.C.)

 | 
Christophe Chandezon

Synthèse

Chapitre I. Bétail et exploitation foncière des espaces grecs

Texte intégral

  • 1 Pour le registre des ventes de Tènos : IG, XII.5, 872, avec le commentaire d'Étienne 1990, 51-84)  (...)

1En l'absence de traités d'agronomie et de sources papyrologiques (dont nous ne disposons que pour l'Égypte hellénistique), étudier ce qu'était une exploitation agricole en Grèce aux époques classique et hellénistique peut paraître difficile. Les inscriptions viennent combler en partie cette lacune documentaire. Nombre de sanctuaires grecs ont été propriétaires de terres et ont laissé des traces épigraphiques de leur gestion. De plus, quelques inscriptions renseignent l'historien sur les exploitations des particuliers : on pense d'abord aux stèles des Hermocopides et au registre des ventes de Tènos1. Notre propos ici sera d'examiner quelle place le bétail prenait dans les exploitations grecques et comment il était géré ; cela impliquera l'examen de la documentation relative aux troupeaux sacrés que possédaient certains sanctuaires. Nous avons choisi d'ajouter à ce même ensemble l'étude des règlements sacrés ou profanes où figurent ries dispositions contre les divagations du bétail, car elles mettent en valeur le problème du manque de pâturage.

1. L'élevage dans les exploitations agricoles

  • 2 Brunet 1990b. 674-676, rappelle à propos de Rhénée ou Délos qu'il ne faut pas oublier qu'il y exis (...)
  • 3 Wilhelm 1974, 1. 126-133, a rassemblé les informations que l'épigraphie donne à leur sujet. Pour l (...)

2Trois dossiers concernant des domaines appartenant à des sanctuaires – à Délos, Mylasa et Héraclée de Lucanie (no 24-29. 60A-D et 64) – et deux textes relatifs à des propriétés privées – à Athènes et à Dodone (no 1 et 22) – permettent d'évaluer la place laissée au bétail dans les exploitations grecques de l'Antiquité. Le rapprochement est justifié, car les domaines sacrés devaient être rentables, comme les domaines privés, et assurer un revenu à la divinité. En outre, les propriétés des dieux étaient confiées à des fermiers qui appliquaient des modes de gestion ayant déjà fait leurs preuves sur les grandes exploitations privées2. Il faut cependant être conscient que ces sources ont le défaut de faire connaître seulement des domaines de grande taille, généralement situés dans des terres basses. Sont donc absentes les exploitations familiales, celles que possédaient les membres de la classe hoplitique et celles qui étaient plus petites encore. Les inscriptions n'en parlent que rarement3. Seule la donation de Symmachos à Dodone (no 22), qui concerne peut-être l'une d'elles, fait allusion à la présence du bétail, alors que les textes sont plus loquaces sur la vigne dans ce type de propriétés. Cette rareté des références à l'élevage dans les textes relatifs aux petites propriétés est probablement révélatrice non de l’absence du bétail, mais de la mise en pratique de solutions permettant soit de l’intégrer à l’exploitation agricole, soit de le rejeter sur des terres publiques.

1.1. Les structures agraires

3La géographie semble opposer ces dossiers les uns aux autres, car les régions d’où ils proviennent sont très différentes : les Cyclades pour Rhénée et Délos, l’Occident grec pour Héraclée de Lucanie, le sud-ouest de l’Asie Mineure pour Mylasa et Olymos. Cette diversité devait avoir des conséquences sur les choix agricoles de leurs locataires : les fermiers de Dionysos à Héraclée disposaient de terres non arables (maquis, garrigues, bois) qui fournissent de commodes pâturages secs, alors qu’une telle réserve n’existait pas à Rhénée où toutes les surfaces étaient soit bâties, soit cultivées. En revanche, Héraclée et Mylasa offraient des milieux plus humides que Rhénée, et le développement d’un véritable élevage de gros bétail y était possible. C’était une caractéristique que l’on retrouvait dans le bassin de Dodone.

  • 4 Voir p. 129 (Rhénée) et p. 264-265 (Héraclée).
  • 5 Le cadastre hellénistique de Larisa semble ainsi fondé sur un module de 50 plèthres, voir Salviat (...)

4Pourtant, dans l’ensemble, ces documents donnent l’impression de pratiques agricoles proches et qui paraissent s’éclairer l’un l’autre. Tous ces domaines sont de grande taille lorsqu'on les estime à l'aune de ce qui était la norme aux époques classique et hellénistique : à Rhénée, la superficie moyenne devait être de plusieurs dizaines d'hectares, tandis qu'à Héraclée, elle atteignait 90 ha pour les domaines de Dionysos4. Nous sommes donc loin des chiffres considérés comme habituels lorsqu'il s'agit de définir les superficies permettant d'assurer l'appartenance de son propriétaire à la classe hoplitique (50 plèthres – soit environ 4 ha – étant le chiffre le plus souvent avancé)5.

  • 6 Question étudiée pour les Cyclades chez Etienne 1990, 27.
  • 7 IK, 34-Mylasa, 206.
  • 8 Sur les fermes isolées dans la campagne, voir Pečírka 1973.
  • 9 Là encore, voir la description du paysage rural de Tènos dans Étienne 1990, 24-28.

5De plus, au moins à Rhénée et Héraclée, ces exploitations avaient l'avantage d'être d'un seul tenant, ce qui semble être une caractéristique des grands domaines6. A Mylasa et Olymos, la situation était plus complexe, puisqu'un même propriétaire pouvait posséder plusieurs domaines distincts les uns des autres ; ainsi un certain Diodotos fils de Dèmètrios détenait-il deux propriétés, l'une héritée de ses ancêtres et l'autre précédemment achetée à un certain Kleitolaos fils de Tychôn. Pour autant, il ne s'agit là que d'un cas d'accumulation du capital foncier, puisque chaque domaine formait une unité autonome, dotée de ses propres équipements7. Les structures de la propriété foncière n'en étaient donc pas modifiées. Les bâtiments d'habitation et d'exploitation8 étaient situés sur place, même s'il est possible que les bâtiments des fermes de Rhénée n’aient pas formé un bloc, mais aient été répartis en installations dispersées sur l'ensemble du domaine. Dans le cas où il n’y avait pas encore de bâtiments, comme pour les domaines de Dionysos à Héraclée, il était imposé aux preneurs de les faire édifier. Une autre particularité mérite d'être soulignée : nous n'avons là que des exploitations de plaine ou de vallée où le paysage rural est composé des mêmes éléments constitutifs (haies, murets et chemins qui servent de séparation)9.

  • 10 Les grandes exploitations de Grèce à l'époque impériale semblent beaucoup plus étendues que leurs (...)
  • 11 Osborne 1987, 37-40, suggère une dispersion des parcelles dans le cas des petites exploitations. L (...)

6Vastes superficies, terres d'un seul tenant, présence d'un corps de ferme sur place et localisation en plaine : même si l'on est encore très loin des grandes villoe de l'époque impériale10, ces grands domaines semblent, par tous ces points, très différents des petites fermes familiales11.

1.2. Les productions agricoles

  • 12 Voir Amouretti 1986, 58-59.
  • 13 Les Pidasiens, qui ne pouvaient en faire pousser dans la partie du massif du Grion qu'ils habitaie (...)
  • 14 On notera l'importance des figuiers qui se rencontrent dans les trois régions que nous avons étudi (...)

7Les précautions des bailleurs pour trouver des locataires qui prennent soin des oliviers ou des pieds de vigne (qui constituent une part du capital foncier)12 accentuent certainement l'importance de la viticulture et de l'arboriculture. La vigne semble avoir été partout présente : le dénombrement des ceps sur les domaines de Délos et de Rhénée l'atteste. En 250 a.C., par exemple, celui de Pyrgoi à Rhénée en comptait 2 250. De leur côté, les baux de Dionysos à Héraclée exigent des locataires qu’ils plantent des pieds de vigne de sorte qu'il y ait au moins un hectare de vignoble par domaine. A Mylasa et Olyntos enfin, outre les rangées de vigne, les inventaires mentionnent parfois les fouloirs à raisins (πατητήρια) qui équipent les bâtiments d'exploitation13. Le tableau est semblable pour l'oléiculture, à ceci près que les oliviers étaient rares à Délos et Rhénée. Les baux laissent enfin apparaître l’importance d'autres formes d'arboriculture, comme la culture des figuiers qui semble parfois avoir pris de réels aspects spéculatifs14. Viticulture et arboriculture représentaient probablement des secteurs très dynamiques de ces exploitations agricoles.

  • 15 Pour l’équilibre des productions à Mylasa et Olymos, voir Chandezon 1998, 51.
  • 16 IG, XI. 2, 142,1. 7 et 1 1 : le produit de la vente fut de 140 drachmes pour le domaine de Soloè et (...)
  • 17 Voir les résultats des conversions dans IJG, I, p. 231.
  • 18 Ce qui a été fait par Amouretti 1986, 36-39.

8On s'attendrait à voir la céréaliculture figurer en première place. Pourtant, il en est à peine question dans les inscriptions. Celles de Mylasa et d'Olymos l'ignorent totalement. On y devine sa présence par la mention de moulins et de greniers15. De la même façon, à Délos et Rhénée, elle n'est d'abord trahie que par les rares mentions d'un grenier (σιτοβολών) ou d’un moulin (μυλών) dans les inventaires. Pour qu'on apprenne que l'orge était cultivée, il faut que des fermiers mauvais payeurs soient saisis de leur récolte d'orge : les quantités produites étaient certainement importantes, puisque la vente de l'orge produite par un seul domaine rapporta 440 drachmes à Apollon16. A Héraclée l'importance des céréales transparaît à travers le versement des fermages en mesures d'orge : le fermier du quatrième lot de Dionysos devait ainsi fournir chaque année 278 médimnes d'orge, soit 139 hl17. Il fallait revenir sur ces chiffres, non pour démontrer encore une fois que l'orge était la céréale dominante de l'agriculture grecque18, mais pour dire que, quelle que soit l'image que les baux peuvent donner des systèmes de production agricole, aucune exploitation ne pouvait négliger les céréales qui, plus que la viticulture ou l'arboriculture, prenaient un caractère de production de subsistance.

1.3. La présence de bétail

  • 19 Kent 1948, 291, insiste bien sur cet aspect des inventaires de Délos et de Rhénée et ses conclusio (...)

9Pour évaluer la place du bétail, on se heurte à la même difficulté que dans le cas des céréales : les animaux ne sont pas évoqués par les baux et inventaires, car ils ne sont pas la propriété des bailleurs, mais celle des locataires19. Il faut donc recourir aux mentions de bâtiments (étables, bergeries, granges) ou de parcelles (prairies) directement ou indirectement destinés au bétail pour en étudier la présence.

  • 20 Voir p. 268.

10Il y a des étables (βουστάσεις, βοῶνες) dans les trois groupes de documents. A Délos et Rhénée, 12 des 15 domaines inventoriés en 250 a.C. en possèdent une ; dans les inventaires les mieux conservés des domaines mylasiens, l'étable fait partie des bâtiments d'exploitation dans trois cas. A Héraclée enfin, les baux de Dionysos prévoient que chaque preneur devra en édifier une : à cette occasion, la surface minimale est précisée par le contrat, 400 pieds2 soit environ 30 m2. Il s'agissait donc d'un petit bâtiment capable tout au plus d'abriter quelques animaux, sans doute le bétail aratoire. La présence du petit bétail n'est attestée que par les bergeries (προβατῶνες) présentes à Délos et Rhénée sur 11 des 15 domaines de l'inventaire de 250 a.C. A Héraclée ainsi qu'à Mylasa et Olymos, la description des bâtiments d'exploitation n'en mentionne pas qui soient clairement destinés au petit bétail. Trois explications peuvent être avancées : a) il n'y avait pas d'élevage de petit bétail ; mais cela paraît peu probable pour Héraclée où l'on sait que se trouvaient des fromageries (τυρεῖαι) et dont les baux comportaient une clause interdisant à d'autres exploitants de laisser pénétrer du bétail sur les terres sacrées afin, sans doute, de protéger les droits des locataires20 ; b) le petit bétail ne disposait pas de pièces d'exploitation spécifiques ; c) il n'était pas directement élevé dans les domaines.

  • 21 Jones, Graham & Sackett 1973, 369-370, pour les annexes. Sur ces difficultés des identifications a (...)

11Quoi qu'il en soit, ces mentions épigraphiques de pièces destinées au bétail dans les fermes antiques sont d'autant plus intéressantes que les archéologues ont souvent des difficultés à les identifier lors des fouilles de bâtiments agricoles. Telle ferme, comme celle de Vari dans le sud de l'Attique, ne comporte aucune pièce assez vaste pour avoir pu servir de bergerie au domaine, au point que l'on se demande si les animaux n'étaient pas hébergés dans des bâtiments annexes (et plus légers), un peu à l'écart du bloc-ferme21.

1.4. L'alimentation des animaux

  • 22 Les Grecs appréciaient tout particulièrement ces pâturages humides appelés λειμῶνες, et qui étaien (...)

12La solution du problème posé par la nourriture du bétail est la condition d’une bonne intégration de l'élevage dans les exploitations agricoles. Des terrains ayant pour vocation exclusive de servir de pâturage ou de fournir du fourrage n'apparaissent qu'à Mylasa et Olymos. Dans la description d'un domaine, il est question de prairies (νομοί) et dans une autre, d'un pré à faucher (χορτοκόπιον). Cela ne devrait pas étonner : le bassin de Mylasa était riche en cours d'eau et en terres humides22. La situation était, on l'a vu, identique dans le bassin de Dodone où le domaine offert au sanctuaire comportait une prairie (λειμών).

  • 23 Il existe toutefois un domaine sacré à Délos qui portait le nom de Leimôn, la Prairie, et qui étai (...)
  • 24 La paille pouvait être utilisée de plusieurs façons : une lettre royale (début du iie s. a.C.) adr (...)

13Lorsqu'il n’y a pas de prairies humides disponibles, ce qui est le plus souvent le cas dans le milieu méditerranéen, il faut avoir recours aux terres non arables : les domaines d’Héraclée disposaient de garrigues et de maquis (les parcelles qualifiées de σκῖρος et δρυμός), sans doute partiellement consacrés à l'élevage. C'est donc à Héraclée que l'opposition entre ager et saltus est la plus nette, d'autant que chaque lot taillé dans les domaines de Dionysos semble avoir été découpé de façon à former une exploitation d'un seul tenant composée d'une partie en terres arables et d'une autre en terres non arables. Délos et Rhénée ne disposent de rien de semblable : le milieu est trop sec l'été pour supposer l'existence de prairies permanentes23 et les terroirs locaux ne semblent pas avoir été assez vastes pour laisser place à des prairies sèches. A Héraclée, les baux de Dionysos obligent les preneurs à édifier des granges (ἀχύριος) dont la taille minimale est de 5 x 4 m environ. Là encore, il s'agit de bâtiments de petite taille. Les inventaires de Délos et de Rhénée font eux aussi mention de granges (ἀχυρῶνες) : après 178 a.C., le toit de celle du domaine de Charèteia était soutenu par un ou plusieurs piliers, signe que le bâtiment étail d'une taille importante. Tout ceci indique l'existence de réserves de fourrage, ce qui autorisait la stabulation du bétail pendant une partie de l'année24.

  • 25 Amouretti 1986, 51-52.
  • 26 Isager & Skydsgaard 1992, 196-198, parlent d'une “mixed agriculture” à Délos.

14A Rhénée, le fait que les domaines d'Apollon aient été de taille relativement importante et – vraisemblablement – d’un seul tenant paraît aussi avoir facilité les rapports entre élevage et agriculture. En effet, dans le système de rotation biennale, les champs restent en jachère après la moisson, et ceci jusqu'au printemps de l'année suivante, lorsque commencent les travaux de préparation en vue d'un nouvel ensemencement25. Si les parcelles sont dispersées, leur utilisation comme pâturages devient plus difficile, car il faut empêcher les animaux de divaguer. Mais lorsqu'un domaine agricole est assez étendu, l'exploitant peut y créer des soles nettement délimitées, ce qui facilite la surveillance des animaux. A Rhénée, le système semble donc avoir été purement agro-pastoral, reposant sur un équilibre délicat, mais efficace, entre agriculture et troupeaux. S'il en a été ainsi, les jachères ont bénéficié d’un amendement naturel qui aurait été perdu en envoyant les animaux dans des eschatiai. Il y a là l'une des explications de l'intensification de l'exploitation agricole dans les Cyclades et du développement d'un véritable mixed-farming26.

1.5. La composition des cheptels

  • 27 ID, 406B. I. 68, βοῦς ἐκ Τ]ήνου σὺν ναύλου ΗΔ[Δ].
  • 28 Sur la présence du gros bétail dans les îles égéennes, voir Brun 1996a, 89-92.

15Faute de dénombrement d'animaux, il est nécessaire d'utiliser d'autres indications pour évaluer les parts respectives du gros et du petit bétail. Comme il a été dit ci-dessus, les étables prévues pour les domaines de Dionysos à Héraclée étaient de petite taille et ne servaient certainement qu'au bétail aratoire, de sorte qu'il serait illusoire d'y voir une preuve du développement de l'élevage bovin. A Délos, la confiscation des biens d'un fermier de Soloè qui n'avait pas acquitté son loyer porta sur la récolte d'orge et sur deux bœufs. On constate en outre que les Déliens avaient parfois des difficultés à se procurer les bovins qu’ils devaient sacrifier : vers 190 a.C., pour les Posideia, il fallut faire venir un bovin de Tènos et payer son transport27. Tous ces indices laissent croire qu'au moins à Délos. Rhénée et Héraclée, le gros bétail se limitait aux quelques bœufs indispensables pour tirer l'araire et, à l'occasion, travailler sur des chantiers de construction. Le traité d’union de Téos avec une communauté inconnue (no 53) confirme l'importance des “bœufs de travail” (βοῦς ἐργάται) dans ces sociétés rurales. Rien d'étonnant donc dans l'attention particulière accordée à leur statut fiscal. Dans ce monde égéen, le gros bétail est donc rare, surtout lorsqu'il est élevé pour lui-même, ce qui ne signifie pas qu'il en est totalement absent : le cheptel confisqué à Panaitios, l’un des condamnés dans l'affaire de la célébration sacrilège des Mystères (no 1), compte 4 bœufs de trait et 4 vaches28.

  • 29 IK. 34-Mylasa, 206, 1. 5.
  • 30 Arist., Histoire des animaux, 3.21.522b. Aristote, qui connaît manifestement mal les techniques d' (...)
  • 31 Varron, Économie rurale, 2.5.10. Sur l'élevage bovin en Épire, voir Cabanes s.d.
  • 32 Eschyle, Suppliantes, 540, parle du λειμῶνα βούχιλον. Voir Georgoudi 1990, 275-276.

16A Mylasa et Olyntos, il en allait sans doute différemment, grâce au caractère plus humide de la plaine, au moins sur le domaine qui comportait des prairies humides (νομαί) et un pré à faucher (χορτοκόπιον)29, des terres donc spécifiquement réservées à la fonction pastorale, aptes au développement de l'élevage bovin. Dans un contexte différent, le texte de Dodone (no 22) montre, à travers la mention de λειμῶνες, une importance similaire des pâturages humides. Rien n'exclut, il est vrai, leur utilisation pour l'élevage de chevaux. Pourtant, c’est à la présence de bovins qu'il faut penser en premier lieu : les vaches épirotes (ἠπειρωτικαὶ βόες) étaient l'une des gloires de l'Épire et l'on en admirait la grande taille, la belle allure et l'abondante lactation30. Leur réputation était intacte au début de l'époque impériale puisque Varron considérait encore les bovins d’Épire comme les meilleurs qui fussent31. En outre, la littérature grecque assimile systématiquement le leimôn aux bovins, c'est la “prairie nourricière de bœufs”32.

  • 33 L'importance de ces bœufs de labour ressort bien des œuvres littéraires : Hésiode, Travaux, 405-40 (...)
  • 34 No 6, 1. 1-5.
  • 35 Dans l'alimentation des bovins, la pâture verte doit souvent être complétée par des apports de lég (...)

17Les ovicaprins étaient cependant prédominants dans la composition des cheptels, comme le montrent nombre de documents. Le domaine confisqué à Panaitios dans l'affaire des Hermocopides en 414/3 a.C. comptait 84 moutons et 67 chèvres adultes et 8 bovins adultes, dont 4 étaient des bœufs de labour (no 1)33. Le règlement des pâturages d'Aléa à Tégée (no 6) donne d'autres chiffres : le premier paragraphe de ce texte accorde un droit de pâturage au prêtre du célèbre sanctuaire tégéate pour un couple d'animaux de trait (ζεῦγος), vingt moutons (οἶς) et une chèvre (αἴξ)34. Enfin le règlement d'Orchomène de Béotie pour Eubôlos d'Élatée (no 7) accorde au bénéficiaire un droit de pâturage gratuit pour 220 têtes de gros bétail et 1 000 de petit. Ces déséquilibres n'ont rien d'anormaux, car les bovins sont des animaux dont la nourriture est onéreuse, puisqu'elle doit être prise en partie sur la production de céréales et sur les terres qui pourraient être consacrées à l'orge et au blé35. Malgré les nuances régionales, l'image selon laquelle l'élevage grec était fondé sur la chèvre et sur le mouton plus que sur les vaches est incontestable. Cette composition des cheptels était naturellement liée aux finalités de l'élevage.

1.6. Les revenus de l'élevage

  • 36 Sur ce commerce, voir l'article de Grassl 1985.
  • 37 Βουκάπηλος, Pollux 7.185 ; προβατοκάπηλος, Pollux 7. 184 ; ὑοπώλης et χοιροπώλης, Pollux 7. 187 ; (...)
  • 38 Chandezon 2000b, 92-94.

18D'une façon globale, il faut d'abord souligner que les animaux possédaient en eux-mêmes une valeur et qu'il y a eu un commerce du bétail dans l'Antiquité36. Les lexicographes nous transmettent les noms donnés aux différents types de marchands de bestiaux : il y avait des βουκάπηλοι, qui vendent des bovins, des ὑοπῶλαι, des marchands de porcs, des προβατοπῶλαι, qui font le commerce du petit bétail37, etc. Ce commerce participait au spectacle de la ville méditerranéenne : les animaux étaient souvent vendus dans un secteur particulier de l'agora, comme c'était le cas à Athènes chaque vingtième jour du mois, et sans doute à Pergame, ainsi que le montre la loi astynomique (no 49). Ailleurs, dans des régions plus isolées, les foires de panégyrie pouvaient probablement servir de cadre à ces échanges38. Les inscriptions nous informent avant tout sur le commerce des animaux les plus coûteux : bœufs de labour dans la loi de Cnossos (no 43), bêtes de trait et de bât dans la loi d'Abdère (no 23). Les rapports entre acheteurs et marchands de bestiaux étaient régis par des règlements : l'acheteur disposait par exemple d'un droit de rédhibition (ἀναγωγή) si on lui avait vendu des animaux malades sans le prévenir. A Cnossos, s'il souhaitait renoncer à son achat, il pouvait le faire sans motif particulier, à condition de respecter un délai précis. Le marché au bétail, comme toute l'agora, était bien un lieu où s'exerçait le droit.

  • 39 Voir la conclusion, p. 399-400.
  • 40 Pour la réquisition dans l'Égypte romaine, Adams 2001, 180-183.
  • 41 Syll.3, 124, 1. 4-6 : ζεύγ|εσι τὸς λίθος ἄγοσι ǀ μισθός : ΗΓΔ.
  • 42 Bolla 1940. 7-17.
  • 43 IG, II2, 1673. Voir Clinton 1971, 83-113, et Raepsaet 1984 (avec trad. fr.).
  • 44 A. Rehm, Didyma. II, no 40 et 41, par exemple.
  • 45 Mention de βοϊκὰ ζεύγη dans A. Rehm. Didyma, II, no 40,1. 34.
  • 46 J. Bousquet, CID, II. 1 13, 1. 18, pour la location d'attelages de chevaux.
  • 47 IG, II2, 1673, 1. 18. Voir aussi la célèbre anecdote sur la mule du Parthénon, qui fut récompensée (...)
  • 48 La construction des murailles de Syracuse sous Denys l’Ancien a ainsi nécessité de nombreuses jour (...)
  • 49 Pouilloux, Choix, 6, 1. 16-20.
  • 50 J. Salmon 2001, 199-201.

19La location (μίσθωσις) d'animaux de trait était une autre façon de rentabiliser bovins, chevaux et mules. Nous reviendrons plus loin sur cette pratique bien connue depuis l'époque classique jusqu'à l'époque impériale39. Les sources épigraphiques mentionnent avant tout l'emploi d'animaux de trait sur les chantiers de travaux publics. Deux pratiques sont attestées. La réquisition pure et simple est la première : le traité d'union entre Téos et une communauté inconnue montre qu'à la fin du ive s. a.C., les Téiens doivent fournir leurs bœufs de labour “pour les travaux qu'entreprend la cité” (no 53, 1. 5)40. La réquisition est pourtant moins souvent évoquée dans les sources épigraphiques que la location par la cité des couples de bœufs de labour appartenant aux particuliers. En 395/394 a.C., la reconstruction des murailles du Pirée donne lieu au versement de 160 dr. à titre de loyer (μισθός)41 pour des attelages ayant servi à transporter des pierres42. Les chantiers de construction des sanctuaires entraînent aussi le recours à la location d’attelages, comme on le voit par exemple à Éleusis au ive s. a.C.43 ou au Didymeion à l'époque hellénistique44. Même des travaux de routine engendrent ce type d'activité qui touche à la fois les propriétaires d'attelages de bovins45, de chevaux46 et de mules47. Le choix de la location plutôt que de la réquisition devait entraîner des dépenses particulièrement lourdes lors des grands opérations qu'il fallait accomplir dans l'urgence, par exemple au moment de la construction d'enceintes48, et c'est pourquoi un bienfaiteur comme Eudèmos de Platées offrit 1 000 journées d’attelages pour permettre l'achèvement à temps du stade panathénaïque selon un décret athénien de 330/329 a.C.49 La force de travail des animaux de labour était ainsi une source de revenus, d'autant que les chantiers connaissaient leur maximum d'activité au moment où les attelages étaient les moins utiles dans les travaux des champs, en juillet et en août, entre la fin du battage des grains et le début des vendanges50.

  • 51 Quant au beurre, il est chose pratiquement inconnue des Grecs, cf. Auberger 1999.
  • 52 Sur les productions dérivées de l'élevage dans le contexte grec, le chapitre de Jameson, Runnels (...)
  • 53 Berthiaume 1982, 44-70, et Grottanelli 1996, 121. Ces bouchers sont des μάγειροι, des κρεοπῶλαι qu (...)

20En soi, la force de travail des bovins et des équidés est source de revenus, mais certains animaux sont avant tout élevés pour leurs productions. Pour les bovins, le lait n'a jamais été un objectif majeur. Sauf exception, comme en Épire, les Grecs n'utilisaient guère le lait de vache et consommaient traditionnellement plutôt du lait ou du fromage de brebis et de chèvre. Le lait des vaches était donc réservé aux veaux et les mères n'avaient probablement plus de lait après le sevrage de leurs petits51. Quant à la viande bovine, nous avons dit le faible rôle qui lui était réservé, le plus souvent dans le cadre des sacrifices52. Il y a bien eu le développement d'un véritable commerce de boucherie à partir de l'époque classique dans les grandes villes53, entraînant parfois l'abattage d'animaux hors du contexte des sacrifices, mais la pratique restait maigre et de peu d'importance. Les seules raisons qui expliquaient la présence des bovins dans les campagnes étaient donc les besoins en bétail aratoire et en victimes pour les sacrifices.

  • 54 Vial 1984, 320-321. Voir ci-dessus, p. 131.
  • 55 Brun 1996a, 92, remarque que l'omniprésence des porcs dans les agglomérations cycladiques a frappé (...)
  • 56 Plut., Propos de table, 4.5.1 = 669F, qualifie la viande de porc de δικαιότατον κρέας (voir Athéné (...)

21Les baux sacrés ne parlent pas des porcs et ils sont peu présents en général dans les sources épigraphiques, si ce n'est en tant que victimes pour les sacrifices. C'est sans doute un signe de la légèreté structurelle de l'élevage porcin qui ne nécessite pas vraiment de bâtiments et de terrains spécifiques. Les inscriptions de Délos, par exemple, montrent qu'il y avait bien un élevage privé de porcs54, mais cet élevage n'était pas forcément purement rural55. En ce domaine, les sacrifices étaient sans doute un stimulant notable, mais dans les grandes cités comme Athènes, il y avait aussi place pour un commerce de la viande de porc à destination d'une consommation purement profane56.

  • 57 Dans le même esprit, on constate que les fêtes religieuses (Pâques en premier lieu) suscitent dans (...)
  • 58 La distinction entre races à laine et races à viande ne s'est affirmée que récemment dans l'histoi (...)
  • 59 Zènôn faisait venir du fromage de Chios, Kythnos et Rhénée : voir Orrieux 1985. 85.
  • 60 L'agronome Eschylide consacra un développement à cette production : Élien, La personnalité des ani (...)
  • 61 Athénée 12.542f. Sur le fromage des Cyclades en général et sur celui de Kythnos, voir Cougny 1873, (...)
  • 62 Sur les liens entre la luzerne en arbre (kytisos) et la production fromagère, voir Pline, Histoire (...)
  • 63 Voir ci-dessus, p. 132-133 et n. 100-102.
  • 64 Déonna 1938a, 151-166 et pl. LV et suivantes, en répertorie déjà un bon nombre, même si tous ne so (...)

22Pour les moutons et les chèvres, les sacrifices représentent là encore une occasion d’abattre des animaux57. Ce n’était pas en priorité pour la viande qu'on élevait le petit bétail, mais plutôt pour la laine et le lait. Les deux productions ne s'excluaient pas, un même troupeau pouvant servir les deux objectifs58. L'un des avantages de cette orientation devait être une gestion plus facile des troupeaux, puisqu'un élevage tourné vers la viande nécessite des naissances plus nombreuses et diminue la quantité de lait que l'on peut attribuer à la consommation humaine. Le lait ne pouvait guère être commercialisé tel quel, sauf à être produit dans une zone proche des centres de consommation. C'est ce qui explique qu'une grande partie de la production laitière était consacrée à faire du fromage. A Héraclée, cela est prouvé par la mention de fromageries (τυρεῖαι) à proximité des domaines de Dionysos. Délos et Rhénée, quant à elles, exportaient une partie de leur production de fromage59. Les sources littéraires mentionnent aussi souvent celui que l'on produisait à Kythnos et à Kéos : son prix pouvait être très élevé, et, dans les circuits d'exportation, il faisait figure de denrée alimentaire de luxe60. En fait, c'est dans toutes les Cyclades que l'on en produisait pour le grand commerce, même si tout le fromage “des îles” (νησιωτικός) n'était pas systématiquement un produit de qualité. Une anecdote concernant Dèmètrios de Phalère se contentant frugalement d'oignons et de fromage insulaire montre qu'il était déjà exporté vers les marchés athéniens à la fin du ive s. a.C.61 Le développement de cette production semble avoir été fondé sur l'efficacité des techniques locales d'élevage et, notamment, sur l'utilisation d'un excellent fourrage, la luzerne en arbre (kytisos), réputé pour accroître la lactation des animaux62. Quant au travail de la laine, il est attesté par la revente de la laine des brebis sacrées au ive s. a.C., par l'artisanat délien de la pourpre63 et par les pesons de lissage que l'on retrouve à l'occasion des fouilles64.

1.7. Bétail et systèmes agricoles

  • 65 “A little of everything” : c'est l’expression qu'emploie Osborne 1987, 36.

23De l'ensemble des baux sacrés, ressort l'impression que le système pratiqué correspondait à ce que les géographes ont appelé la polyculture méditerranéenne fondée sur les céréales (orge, blé, etc.), l'arboriculture (oliviers, figuiers, etc.) et la viticulture. Il ne semble pas avoir existé de spécialisation agricole dans le sens moderne du terme : la prudence imposait de cultiver “un peu de tout”65, car une mauvaise récolte aurait eu des conséquences catastrophiques pour l'exploitant. Cela n'exclut néanmoins pas certaines orientations préférentielles en fonction des possibilités locales. Ainsi à Héraclée, les domaines d’Athéna, dont les superficies étaient plus réduites que celles des domaines de Dionysos, semblent avoir mis plus nettement l'accent sur la viticulture et l'oléiculture ; pour autant, les céréales ne pouvaient pas y être totalement négligées puisque les fermages devaient vraisemblablement être payés en mesures d'orge.

  • 66 Sur cette pratique, qui n'était pas sans danger, on consultera Georgoudi 1974, 182-183, et Robert (...)
  • 67 Voir Jardé 1925, 28, et Amouretti 1986, 62-63.
  • 68 Les anciens Grecs semblent avoir été bien conscients des risques que le petit bétail, et les chèvr (...)
  • 69 Sur l'usage pastoral des chaumes, qui est recommandé par Varron, Économie rurale, 2.2.19, voir St. (...)
  • 70 Sur la gestion du calendrier agricole, voir Amouretti 1986, 77, et Amouretti 1991.
  • 71 Sur le rôle des murets dans l'agriculture cycladique traditionnelle, voir Philippson 1950-1959, 4. (...)
  • 72 Hodkinson 1988, 41-45, s'est efforcé de démontrer qu’il existait un autre système grâce auquel le (...)

24Aussi, dans cette agriculture de plaine pratiquant la rotation biennale, la place du bétail semble-t-elle avoir été ambiguë. Il y avait deux solutions pour résoudre le problème. On pouvait, comme cela était le cas couramment, éloigner les troupeaux le plus longtemps possible des zones cultivées en les conduisant sur les limites boisées ou montagneuses du finage ou bien sur des îlots inhabités66, mais cela obligeait à renoncer à une partie de la fumure animale sur les surfaces agricoles67. Lorsqu'en hiver les bêtes restaient dans les zones cultivées, on pouvait craindre que la végétation n’eût à en souffrir68. Les animaux devaient être éloignés dès qu'éclataient les bourgeons. Il existait cependant une alternative : en profitant de toutes les parcelles provisoirement négligées par l'agriculture, comme les jachères et les chaumes69, on pouvait maintenir un troupeau sur une exploitation de plaine. Ceci demandait naturellement une organisation rigoureuse du calendrier agricole70, mais les murets dont l'ancienneté est de moins en moins mise en doute pouvaient faciliter ce travail en empêchant les animaux de divaguer71. Il paraît enfin probable que les deux solutions – l’exclusion du bétail de l'ager à la belle saison ou son intégration à la production agricole – ont pu se combiner selon les circonstances72.

25Paradoxalement, la documentation délienne accorde beaucoup d'attention au petit bétail, ce qui ne laisse pas d'étonner, puisqu'en apparence le milieu lui était peu favorable. Pour nourrir leurs animaux, les locataires des domaines d'Apollon avaient à leur disposition les deux solutions qui viennent d'être décrites. L'“exportation” des troupeaux vers d'autres îles a certainement été pratiquée : les droits de pâturages payables pour l’isthme de Mykonos qui appartenait à Apollon semblent l'attester. Mais c'est sans doute l'autre solution qui a été le plus généralement adoptée ainsi que le montre l'existence de bergeries sur les domaines eux-mêmes et la présence de murets anciens.

2. Troupeaux et élevages sacrés

  • 73 Décret pour la protection des colombes : Sokolowski, LSAM, 86.
  • 74 Voir Bodson 1978 pour sa synthèse consacrée aux “animaux sacrés”, ainsi que Prieur 1988, 54-64 et (...)
  • 75 Sur le bétail sacré : Stengel 1920,93-94, Jameson 1988, 104, Isager & Skydsgaard 1992, 191-198, et (...)

26Nombre de sanctuaires grecs abritaient des animaux consacrés à la divinité comme les colombes du sanctuaire d'Aphrodite à Aphrodisias73. Ces animaux sacrés (ιερὰ ζῷα)74, qui appartenaient parfois à des espèces dénuées d'intérêt économique, n'étaient pas là pour produire un revenu, mais étaient élevés pour l'agrément et la compagnie de la divinité maîtresse des lieux et placés sous sa protection. A ce titre, ils formaient une partie constitutive du sanctuaire, de même que la végétation ou les bâtiments ; comme eux, ils étaient parfois liés au culte. C’est sur l'ensemble de ces points que les animaux sacrés doivent être distingués du bétail sacré qui, lui, faisait l'objet d'une véritable exploitation. Ce dernier, attesté dans certains sanctuaires soit par les inscriptions, soit par les sources littéraires, n'était sacré que dans la mesure où il était propriété du dieu. Il constituait plutôt une partie du capital du sanctuaire75 dont les modalités d'exploitation vont retenir ici l'attention.

2.1. La nature du phénomène

  • 76 ICret, II, XI, 3. Dictynna avait une personnalité divine proche de celle d'Artémis : elle était un (...)

27La documentation épigraphique a permis de dégager cinq exemples de sanctuaires possédant du bétail sacré : Tégée (no 6), Delphes (no 11-14), Morrylos (no 20-21), Délos (no 25-27) et Ilion (no 48). Il faudrait ajouter à cette liste le cas du sanctuaire de la déesse Dictynna à Polyrrhènia en Crète. Une inscription tardive, et de ce fait écartée, mais bien datée (6 a.C.) par la mention des consuls romains, signale la possession de bovins et de moutons par le sanctuaire. Elle précise en outre que ces animaux sont exploités, puisque certains d'entre eux sont loués, d'autres vendus et qu'ils produisent laine et fromage76.

  • 77 Pol. 4.18.10 et 19.4. Sur ce sanctuaire, voir Jost 1985, 46-51. Sinn 1992 a compris la mention des (...)
  • 78 Paus. 10.35.6-7. Voir Papahatzis 1974-1981, 5. 439-440, et la belle description du terroir agricol (...)
  • 79 Hdt. 9.93 ; cf. Cabanes 1976, 490-494, sur l'importance de l'élevage dans la vie économique de l'É (...)
  • 80 Porphyre, De l'abstinence, 1.25.8-9 : en 73 a.C., alors que le roi Mithridate VI assiégeait leur v (...)
  • 81 Diodore 4.80.6. Le site d'Engyon n'est pas identifié avec certitude, voir Wilson 1990, 145 et 149.

28Les sources littéraires fournissent quelques attestations supplémentaires de bétail sacré : au sanctuaire d'Artémis Hèméra à Lousoi (Arcadie)77, à ceux d'Artémis à Hyampolis78 (Phocide), d'Hélios à Apollônia d'Épire79, de Perséphone à Cyzique80 et des Mères à Engyon en Sicile81. Ces exemples, peu nombreux, ne permettent guère de tirer de conclusions sur la répartition géographique du phénomène ; ils proviennent de l'ensemble du monde grec, de grands sanctuaires (Delphes, Délos), aussi bien que de sanctuaires d'importance plus locale (Morrylos). Certains se trouvaient dans une région où l'élevage jouait un rôle important dans l'économie, comme à Lousoi en Arcadie, à Delphes en bordure du massif du Parnasse. A Délos également, le sanctuaire, en investissant dans la production pastorale, agissait comme les exploitants agricoles locaux.

  • 82 Od., 12.260-373, pour cet épisode. Il s'agit bien de vaches comme le montre l'emploi du féminin (c (...)
  • 83 Une inscription de Lagina mentionne des ἱερὰ βοσκήματα dans un passage très mutilé : IK, 22-1-Stra (...)

29Il est tout aussi difficile de raisonner sur la répartition chronologique en raison du petit nombre d'exemples. Toutefois, il ne semble pas que l'élevage sacré ait été caractéristique d'une époque plutôt que d'une autre. En effet, si l'âge hellénistique apparaît privilégié par les sources épigraphiques, les sources littéraires, quant à elles, attestent la permanence du phénomène pendant toute l'histoire grecque, depuis les vaches et brebis du Soleil de l'Odyssée82 jusqu'au iiie siècle p.C.83

  • 84 Benveniste 1969, 1. 37-45.
  • 85 Ἀγέλη s'emploie plutôt pour le gros bétail, voir P. Chantraine, DELG s.v. ἀγέλη ; θρέμματα dérive (...)
  • 86 Pol. 4.18.10 et 19.4 : τὰ θρέμματα της θεοῦ (à Lousoi en Arcadie) ; Paus. 10.35.7 : ὁπόσα δ'ἂν τῶν (...)

30Le caractère sacré des animaux est normalement marqué par l'emploi de l'adjectif hieros (ἱερός). Pour le reste, les textes utilisent souvent des expressions vagues. Par exemple, le texte de Tégée (no 6, 1. 15) emploie l'expression hιερὰ πρόβατα, un pluriel collectif correspondant à une forme archaïque qui, comme Benveniste l'a montré84, désignait encore en Arcadie, au début du ive s. a.C., l'ensemble des troupeaux, gros bétail compris (d'où l'opposition entre τὸ μὲν μέζον πρόβατον / τὸ δὲ μεῖον, 1. 14-15). Par comparaison, à Délos, les comptes du ive s. a.C. utilisent la même expression, ἱερά πρόβατα, mais l'achat de vases sacrés avec le produit de la vente de leur laine prouvent qu'il s'agit d'ovins. En définitive, c'est à Delphes que se rencontre le vocabulaire le plus riche. On a d'une part l'expression πυθίαν λάϊαν (no 11, 1. 3) qui signifie simplement “bétail pythique”. Dans les actes du “scandale de 125” d’autre part, les troupeaux sont désignés par ἀγέλαι et θρέμματα (no 13, 1. 20) sans qu'il soit possible de déterminer si ces deux termes sont de simples synonymes85. La délimitation des pâturages sacrés et la donation de Nicomède III distinguent quatre variétés d'animaux, toutes dites ἱεραί : les brebis sacrées (αἱ οἶες ai ἱεραί, no 14, 1. 15), les chèvres sacrées (αἱ αἶγες ai ἱεραί, no 14, 1. 16), les vaches sacrées (αἱ ἱεραί βοῦς, no 12, 1. 20) et les juments sacrées (αἱ ἱεραὶ ίπποι, no 12, 1. 20 ; aἱ ἵπποι αἱ ἱεραί, no 14, 1. 18). L'emploi du féminin permet de préciser le sexe des animaux. Il apparaît aussi dans le don attalide à Ilion (αἱ βοῦς, no 48,1. 32), alors que les décrets de Morrylos ont dû avoir recours à l'expression βοῦς ἀγελαία (no 20, 1. 6 et no 21,1. 11). Ce vocabulaire est conforme à celui des œuvres littéraires qui mentionnent des troupeaux sacrés86 et ne se distingue en rien de celui qui est employé pour le bétail profane.

2.2. Constitution et composition des troupeaux sacrés

31Les inscriptions honorifiques mettent l’accent sur le rôle de l'évergétisme dans la création de troupeaux sacrés. Il peut être royal, comme le montre le don de vaches au sanctuaire d'Athéna Ilias à Ilion par Attale II (ou Attale III, no 48). A Delphes, c'est une subdivision civique de la cité des Lacédémoniens, les Tyritai, qui fit cadeau de vaches au sanctuaire (no 11). Enfin, les deux décrets honorifiques de Morrylos (no 20 et 21) attestent l'intervention de particuliers comme évergètes, l'un, Paramonos, se contentant d'offrir une seule vache au sanctuaire local d'Asclépios, alors que le second, Alkétas, en consacra plusieurs. Cependant, il faut se garder de croire que l'évergétisme était le seul moyen d'accroître des troupeaux sacrés. Les confiscations occasionnelles pouvaient jouer un rôle. Dans le bail de Zeus Téménitès à Arkésinè d'Amorgos (no 34), il est prévu que les animaux pris en train de pâturer illégalement sur le temenos seront confisqués et nombre de lois sacrées (ainsi à Ios dans les Cyclades, no 32) comportent aussi des clauses de saisie de bétail. Certes, rien ne permet d'assurer que ces animaux n'étaient pas vendus très vite après leurs saisie, mais ces textes montrent qu'il y avait là une procédure pouvant conduire à l'accroissement d'un cheptel sacré : un même phénomène est observable avec les confiscations qui ont souvent contribué au développement de la fortune foncière et immobilière de certains sanctuaires. Le croît naturel des troupeaux intervenait aussi, comme l'attestent les dons d’animaux femelles.

  • 87 Sur la prédominance des animaux de sexe féminin, voir ci-dessous, p. 293.
  • 88 Diodore 4.80.6.
  • 89 Voir ci-dessus, p. 287, n. 80.
  • 90 On le voit à la prédiction de Tirésias, Od., 11.100-113.
  • 91 Hdt. 9.93-94.
  • 92 ICret, III, II, 2, conserve un hymne à Zeus Diktaios : le dieu y est présenté au milieu de ses tro (...)

32Dans leur composition (répartition par sexe, type des animaux), les troupeaux sacrés présentent le même aspect que ceux des particuliers. A Delphes, à Morrylos et à Ilion, il n'est question que d'animaux de sexe féminin. C'est un indice de l'aspect spéculatif de cet élevage sacré à la recherche de rentabilité par accroissement naturel et il en allait certainement de même dans la composition des grands cheptels privés87. Quelques différences notables apparaissent cependant à l'examen des animaux qui pouvaient faire l'objet d'un élevage sacré. Tout d'abord, il y manque une référence aux porcins. En revanche, on y rencontre bien tous les autres types importants de gros et de petit bétail. C'est à Delphes que cela est le plus net : en 178 a.C., la délimitation des pâturages sacrés (no 12) mentionne l'existence de deux catégories, les vaches et les juments sacrées. Plus tard, la donation de Nicomède III, en 102/101 a.C., (no 14) distingue quatre cheptels : brebis, chèvres, vaches (leur mention est restituée) et juments sacrées. A Morrylos en basse Macédoine (no 20 et 21) et à Ilion (no 48), seule l'existence de vaches sacrées est connue. S'il n'y a rien de précis à tirer de la mention des hιερὰ πρόβατα dans la loi sur les pâturages d'Aléa à Tégée (no 6), puisqu'il s'agissait de bétail en général, les πρόβατα du sanctuaire d'Apollon de Délos à l'époque amphictionique étaient bien des moutons (voir textes no 25-27). Les sources épigraphiques semblent donc accorder une place importante au gros bétail cité dans trois cas sur cinq (à Delphes, Morrylos et Ilion). C'est là une originalité de cet élevage sacré, même s'il faut compter sur le hasard des découvertes épigraphiques. Les sources littéraires sur les troupeaux sacrés semblent aller dans le même sens : les Mères, à Engyon, étaient, selon Diodore, propriétaires de 3 000 vaches sacrées88 ; de même, à Cyzique, c'étaient des vaches sacrées qui paissaient sur des terres du continent89. Les sanctuaires, qui étaient souvent aussi de grands propriétaires terriens, pouvaient, à la différence des petits exploitants, consacrer une partie de leurs ressources foncières au gros bétail au détriment de la céréaliculture ou de l'arboriculture dans l'espoir d'en tirer des profits plus grands. En outre, les bovins ont une véritable valeur symbolique. Depuis Homère, ils fondent la vraie richesse en animaux et restent source de prestige pour leurs propriétaires. De plus, ils représentent la fertilité et la prospérité de toute la communauté : l'histoire des vaches du Soleil dans l'Odyssée en est une illustration très ancienne, puisque leur mise à mort est source de malheurs90. De même, l'anecdote que raconte Hérodote à propos des vaches sacrées d'Hélios, à Apollônia d'Épire, va dans le même sens91 : l'un des gardiens, Évènios, s'est endormi et, pendant son sommeil, les loups tuent une soixantaine de bêtes ; malgré sa condamnation, le malheur s'abat sur la cité, le bétail et les terres des particuliers deviennent stériles92.

2.3. La gestion des cheptels sacrés

  • 93 Diodore 4.80.6 : βραχύ γὰρ προ ἡμῶν εἶχoν αἱ θεαὶ βοῦς μὲν ἱερὰς τρισχιλίας, χώρας δὲ πλῆθος ώστε (...)
  • 94 IK, 3-Ilion. 71 ; cette action a probablement abouti à la location des terres sacrées à des partic (...)
  • 95 L'affermage du bétail était connu dans l'Antiquité grecque, au moins pour l’Égypte ptolémaïque : v (...)

33Dans certains cas, nous savons que le sanctuaire possédait les pâturages nécessaires pour faire fonctionner un élevage sacré. L'exemple le plus célèbre est celui de Delphes, puisque toute la plaine de Kirrha appartenait au dieu et qu'une partie au moins fut utilisée comme pâturage pour le gros bétail du sanctuaire (no 12). De même, le sanctuaire des Mères à Engyon en Sicile possédait lui aussi de vastes domaines en partie utilisés pour les vaches sacrées des déesses93. Comme bien des propriétaires de bétail, certains sanctuaires se sont heurtés au manque de pâturages. A Tégée, c'est l'intervention de la cité qui vient résoudre le problème en offrant au sanctuaire des droits d'usage sur une terre située à proximité. La lettre attalide à Ilion, envoyée pour annoncer que le roi a acheté à ses frais une terre (χώρα. no 48, 1. 34), vient compléter un don précédent, celui de vaches et de leurs bouviers, comme s'il s'agissait d'offrir aussi les pâturages nécessaires à l'élevage du troupeau sacré. La tentative semble du reste avoir fait long feu, puisqu'au début du ier s. a.C., les terres sacrées d'Athéna ont été usurpées par des particuliers et qu'il fallut l'intervention d'un haut protecteur romain pour les recouvrer94. A Délos, au ive s. a.C., le sanctuaire d'Apollon était propriétaire de hiera probata et de terres (les domaines de Rhénée et de Délos). mais celles-ci étaient déjà mises en location auprès de particuliers. Les documents sont trop maigres alors pour permettre de comprendre comment les brebis sacrées étaient gérées. Les comptes des hiéropes de l'époque de l'Indépendance (314-166 a.C.) montrent que le problème ne se posait plus alors, puisqu'il n’y avait plus de bétail sacré. On peut s'étonner de l'absence dans nos sources d'une autre solution à la gestion d'un cheptel sacré, qui aurait consisté à l'affermer par un bail à cheptel95.

  • 96 Ces trois caisses étaient celles du trésor sacré (τοῦ θησαυροῦ), celle des troupeaux (τῶν θρεμμάτω (...)
  • 97 Les modernes, comme Daux 1936, 383-384, parlent d’“épimélètes des troupeaux”.

34Seule la documentation delphienne permet l'étude des modes de gestion des troupeaux sacrés. Il s'agit en général d'un faire-valoir direct : le sanctuaire de Delphes a préféré développer une administration spécifique pour son bétail sacré qui formait officiellement l'une des trois sources de revenus du sanctuaire, signe de son importance96. D'après les dossiers du “scandale de 125” (no 13), cette administration était dirigée par un collège de deux ou trois épimélètes97 qui devaient rendre compte de leur gestion sous la forme d'un double inventaire précisant le nombre de têtes qui leur avait été confiées et combien ils en avaient laissé à la fin de leur charge. Lors du “scandale de 125”, l'Amphictionie s'était chargée de l'enquête sur leurs malversations et c’est elle qui a décidé de leur faire payer une amende. Deux décennies plus tard, l'intervention des trésoriers (ταμίαν) dans la gestion du bétail sacré (no 14) n'est pas claire : ceux des esclaves donnés par Nicomède III que la cité destine à la garde des troupeaux sacrés leur sont remis. Il est possible que le “scandale de 125” ait entraîné une réforme administrative avec disparition de la fonction d'épimélète des troupeaux au profit des trésoriers.

  • 98 La répartition étant la suivante : 5 esclaves pour les brebis sacrées, 5 pour les chèvres sacrées, (...)
  • 99 On comparera cette attitude à celle du dynaste phrygien Philomèlos fils de Lysias qui offrit au sa (...)
  • 100 Ps-Théocrite 25 (Héraclès tueur de lion). 33, parle d’eux comme de “serviteurs”. Sur le réalisme d (...)

35La main d'œuvre, enfin, était de condition servile, comme l'atteste l'affectation d'au moins 17 des 30 esclaves offerts par Nicomède III de Bithynie au sanctuaire d’Apollon (no 14)98. Une telle situation s'est reproduite à Ilion où le roi Attale accompagna son don de vaches de celui de bouviers (βουκόλοι), eux aussi de condition servile (no 48)99. En cela, la gestion des troupeaux sacrés à Delphes et à Ilion devait se rapprocher de celle des troupeaux des grands propriétaires privés : les bergers travaillant sur le domaine d'Augias décrit par le pseudo-Théocrite dans sa vingt-cinquième idylle, d'après, croit-on, une grande exploitation de l'époque hellénistique, sont aussi des esclaves100.

2.4. Bétail sacré et sacrifices

  • 101 Welles, RC, p. 225 : “The purpose of the offering was, directly or indirectly, to furnish animais (...)
  • 102 Hatzopoulos & Loukopoulou 1989, 26 : “On notera que les vaches sacrées de Morrylos ne semblent pas (...)
  • 103 Jameson 1988, 104 : “But most victims did not come front sanctuary herds since the assumption in t (...)

36Confrontés à l'existence de troupeaux sacrés dans certains sanctuaires, les commentateurs ont souvent admis que l'un des objectifs de cette pratique était la fourniture de victimes pour les sacrifices. Par exemple, à propos du don attalide à Ilion, Welles écrivait : “Le but de cette offrande était, directement ou indirectement, de fournir des animaux pour les sacrifices”101. Plus récemment, Μ. B. Hatzopoulos et L. D. Loukopoulou, en publiant les décrets de Morrylos, ont été tentés d'interpréter de la même façon le cadeau de vaches fait par deux citoyens à leur patrie et à son sanctuaire d'Asclépios102. Il y a donc là une opinio communis admettant que l'élevage sacré s’est développé pour fournir des victimes aux sanctuaires. Si l'on peut penser que cela a joué un rôle dans les débuts de certains élevages sacrés, il paraît difficile de croire qu'un sanctuaire ait décidé de se charger des soucis qu'entraînait la gestion d'un troupeau pour la seule raison de se procurer les animaux de sacrifice103.

  • 104 Sur l'exemple du collège délien de βοῶναι, Vial 1984, 243-244. Sur la fourniture des animaux pour (...)
  • 105 Aristophane, Cavaliers, 1131-1140.
  • 106 Voir J. Bousquet, CID, II, compte 34, 1. I-30-31, II-33-34, 1. II-49-51 ; compte 46, 1. 4-5 ; comp (...)

37Il valait certainement mieux acheter les victimes à des éleveurs privés avant la cérémonie, ce dont se chargeaient parfois des magistrats particuliers, les boônai, que l'on connaît dans plusieurs cités du monde grec104. Ce système présentait certes un inconvénient lors des grandes fêtes religieuses où la demande devenait importante : le choix devait alors être plus limité et les prix plus élevés. C'est en partie ainsi que l'on peut expliquer l'achat à l'avance de victimes que le sanctuaire doit nourrir et garder quelque temps : il arrivait à Athènes que l'on regroupât les victimes sur la Pnyx pour les y laisser s'engraisser105. A Delphes, au ive s. a.C., les comptes du sanctuaire enregistrent le versement de salaires aux bergers qui gardent les animaux pendant les quelques jours séparant l'achat du sacrifice106.

  • 107 J. Pouilloux, Choix, 37 : προσήγαγεν δὲ καὶ θυσίαν | τῶι θεῶι ἱερεῖα χίλια καί βο[ῦς] δώδεκα (1. 6 (...)
  • 108 Herrmann 1965, 38, II, 1. 44-45 : τοὺς πριαμέ|(νους] τῷ πρότερον ἔτει τὴν παράσχεσιν τῶν ιερείων ( (...)
  • 109 Les deux textes ont été publiés par Blümel 1995, 35-39 et pl. 8, et Blümel 1997a (cf. Ph. Gauthier (...)

38D'autres sanctuaires bénéficièrent de la générosité privée et les exemples épigraphiques sont nombreux qui mettent en valeur cette forme d'évergétisme. En 288/287 a.C., par exemple, le roi Séleucos ier offrit au sanctuaire d'Apollon à Didymes, par l'intermédiaire d'un certain Polianthès, mille têtes de petit bétail (ἱερεῖα) et douze bovins (βοῦς) pour servir de victimes107. Certaines cités comme Téos ou Korèsia de Kéos utilisèrent une troisième méthode en affermant à des particuliers la fourniture des victimes108. Enfin, une inscription de Bargylia est venue apporter une lumière nouvelle sur l'engraissement des bêtes de sacrifices. Ce texte date des années 120 a.C. et organise la fête d'Artémis Kindyas : la cité désignait de riches particuliers qui prenaient le litre de boutrophoi et à qui l'on confiait les bovins destinés à être sacrifiés. Les animaux faisaient ensuite l'objet d'une examen, une dokimasia, devant l'assemblée et l'on décidait alors de l'ordre des bêtes dans la procession qui allait les conduire à l'autel109.

  • 110 Voir les exemples cités ci-dessus, n. 3.
  • 111 Voir Holleaux 1938-1957, 2. 101-102 : “On peut croire qu’il [le terme ἱερεῖα] sert souvent à désig (...)
  • 112 C'est peut-être ce qui se passait dans le sanctuaire d'Artémis fondé par Xénophon à Scillonte, Xén (...)

39Ainsi, il y a une différence entre les dons de bêtes destinées à former ou accroître les troupeaux sacrés et les dons de victimes. Dans ce second cas en effet, les textes ne négligent jamais de préciser que les animaux sont offerts pour tel sacrifice (εἰς τὴν θυσίαν)110 et, s'il s'agit de petit bétail, les mêmes documents désignent les animaux par le pluriel ἱερεῖα111 plutôt que d'employer un mot comme πρόβατα. Si les Tyritai ou le roi attalide dans leurs actes de générosité à l'égard de Delphes ou d'Ilion avaient voulu assurer la fourniture de victimes, ils l'auraient certainement fait savoir d'une manière ou d'une autre. Il faut donc renoncer à considérer la fourniture des victimes comme la finalité essentielle de l'élevage sacré. Tout au plus admettra-t-on qu'à partir du moment où un sanctuaire possédait des troupeaux sacrés, c'est parmi eux qu'il allait de préférence chercher les bêtes pour les sacrifices112. Le but véritable était d'ordre spéculatif. Comme pour les particuliers, le bétail était l'une des formes que pouvait prendre le capital : investir dans ce domaine, c'était s'assurer une source de revenus. Il y avait certes des risques, comme celui d'épizooties, mais l'élevage était certainement un investissement plus souple que la terre, comparable d'une certaine façon au commerce de l’argent. L'attitude des sanctuaires dans ce domaine est probablement le meilleur reflet que l'on puisse avoir des stratégies des notables dans le placement de leur fortune.

  • 113 Sur la rareté des sacrifices de chevaux, voir Bodson 1978, 151-152.
  • 114 Varron, Économie rurale, 2.5.18. Ce chiffre semble peu croyable, en comparaison au moins avec les (...)
  • 115 Sur la castration des bovins, voir Georgoudi 1990, 280-282.
  • 116 Les jeunes bovins sacrifiés dans le sanctuaire de Poséidon à Tènos étaient cependant rares : Legui (...)
  • 117 PCZ, 59406. Voir Orrieux 1985, 262-263.

40Le premier argument en faveur de cette interprétation est la présence d'un personnel spécialement chargé de s'occuper du bétail : le roi Attale n’aurait pas donné à Ilion les bouviers en même temps que les vaches s'il n'avait pas voulu constituer un capital durable au sanctuaire d'Athéna Ilias. De même, l'affectation des esclaves offerts par Nicomède III au sanctuaire de Delphes à la garde des troupeaux d'Apollon prouverait, même si nous ne possédions d'autres documents à ce sujet, que ces animaux n'étaient pas destinés à disparaître lors de la prochaine fête religieuse. En outre, la mention dans ce même document de juments sacrées est difficilement compatible avec l'idée de cheptels constitués en vue des sacrifices, tant il était rare que l'on sacrifiât des chevaux113. Le choix du sexe des animaux également est révélateur : nous avons déjà dit que lorsqu'il est connu, à Delphes, à Morrylos et à Ilion, il s'agit toujours d'animaux de sexe féminin, car cela permet d'assurer un renouvellement rapide du cheptel, le croît du troupeau étant en partie vendu (les animaux de sexe masculin de préférence ou ceux qui sont devenus trop vieux). C'est aussi un reflet de la composition même des troupeaux où les femelles sont infiniment plus nombreuses que les mâles qui servent uniquement de reproducteurs : l'agronome latin Varron précise qu'un seul taureau pouvait suffire pour 60 à 70 vaches114. A la différence des génisses, les veaux devaient être systématiquement écartés du troupeau avant l'âge de deux ans. A ce moment-là, certains étaient castrés115, ce qui les rendait plus dociles pour servir de bêtes de trait. Auparavant, quelques-uns avaient pu être sacrifiés116. La gestion des autres formes de cheptel, chèvres et moutons, était sensiblement identique. On connaît par exemple la composition de certains troupeaux ovins ayant appartenu à Zènôn de Caunos, dans le Fayoum du milieu du iiie s. a.C. L'un, de 83 bêles, comportait 6 béliers pour 32 brebis et un autre, de 130 animaux, 21 béliers pour 80 brebis, les agneaux formant le reste dans les deux cas117.

41Seuls les comptes déliens du ive s. a.C. livrent quelques renseignements sur les productions du cheptel d’un sanctuaire : l'élevage ovin y avait une finalité au moins en partie lainière, puisque la laine des hiera probata était vendue afin d'acheter des vases pour la vaisselle sacrée. Cela ne signifie pas naturellement que les bêtes ne servaient pas aussi d'animaux de boucherie, la spécialisation de l'élevage ovin n'étant guère de règle.

3. Interdictions du bétail et mesures contre la divagation

  • 118 Parker 1983, 357-365, sur les tabous concernant les animaux et les aliments.
  • 119 Pour les tabous concernant les moutons, voir Waechter 1910, 89 (par exemple à Thasos, dans un sanc (...)
  • 120 Plut., Questions romaines, 111 = 290B (cf. Parker 1983, 357-358, sur le tabou contre les chiens).
  • 121 Strabon 12.8.9 = C575 (cf. Debord 1982, 334, n. 75, sur l'épisode raconté par Strabon et 58-59, su (...)
  • 122 Euripide, Hippolyte, 73-76 : Σοὶ τόνδε πλεκτὸν στέφανον ἐξ ἀκηράτου | λειμῶνος, ὦ δέσποινα, κοσμήσ (...)
  • 123 Eschine, Contre Ctésiphon, 108, et Paus. 10.37.4.

42La crainte d'une souillure religieuse (μίασμα) a souvent eu pour conséquence de rendre certains animaux tabous dans les sanctuaires grecs et de leur en interdire l’entrée118. Cela a parfois même concerné des animaux comme les moutons qui servaient pourtant souvent de victimes sacrificielles119. Pour ne citer que deux exemples, rappelons que, selon Plutarque, les chiens n’avaient pas accès à l'Acropole d'Athènes120 et que, d'après Strabon, à Comana du Pont, les porcs étaient interdits non seulement dans le sanctuaire de Ma, mais dans toute l'agglomération121. De même, cultiver une terre ou y conduire des troupeaux, l'exploiter en un mot, l'éloignait de la sacralité et c'est pour cela que les textes ne manquent pas de rappeler qu'un sanctuaire, c'est une terre que l’on n'a pas le droit de cultiver et d'utiliser comme pâturage. Les arbitres de Magnésie du Méandre le rappellent avec force à propos du sanctuaire crétois de Zeus Diktaios : “il a été, dès les origines, interdit à qui que ce soit de laisser paître du bétail dans le sanctuaire de Zeus Diktaios, d'y parquer, d'y semer ou d'y couper du bois” (no 46, 1. 81-82). Les sources littéraires permettent elles aussi d'évoquer cet aspect des croyances religieuses et l'un des passages les plus révélateurs à ce sujet se trouve au début de l'Hippolyte d’Euripide. Le héros éponyme de la pièce se rend à Trézène pour consacrer une couronne dans le sanctuaire d'Artémis et s'adresse ainsi à la déesse en lui remettant son offrande : “C'est à toi. maîtresse, que j'apporte cette couronne tressée par mes soins. Elle vient d'une prairie sans tache où le berger n’ose paître son troupeau, où le fer n'a jamais passé”122. Il faut bien comprendre ce passage : ce n'est pas le sanctuaire d'Aphrodite lui-même qui est interdit à la culture (c'est là le sens de la référence au fer de l'araire) ou qui ne doit pas servir aux bergers, mais la prairie (λειμών) sur laquelle Hippolyte est allé cueillir les fleurs pour la couronne de la déesse. Libre de toute exploitation, vierge comme l'est le héros, l'offrande n'en sera que plus sainte. Tout ce qui touche au sacré, et pas uniquement les sanctuaires eux-mêmes, pouvait être affecté par les tabous liés à l'exploitation agricole et pastorale. Pour la plaine de Kirrha, qui appartenait à Apollon de Delphes, seule l'activité agricole était interdite, une exploitation pastorale restant admise123. Il arrivait donc que les impératifs religieux pesassent d’un poids important sur les pratiques agricoles en soustrayant certaines terres à l'exploitation. Les nombreuses inscriptions qui figurent dans le recueil de textes semblent le confirmer. Pourtant, elles ne doivent pas empêcher de s'interroger sur les causes réelles de ces interdictions : sont-elles uniquement liées à la préservation de la pureté religieuse du sanctuaire, ou à un souci de police intérieure ? La documentation épigraphique en offrant de multiples exemples de telles interdictions permet d'esquisser une réponse.

Fig. 11 : Interdictions et exclusions du bétail dans les sources épigraphiques.

3.1. Bétail et sanctuaires : le vocabulaire

  • 124 Il est aussi utilisé dans la loi astynomique de Pergame, no 49,1. 182.
  • 125 Dans le texte d'Hèrakleia. les chèvres (αἶγες, no 35,1. 4) sont aussi expressément nommées, mais c (...)

43Les animaux dont l'entrée est interdite sont le plus souvent désignés par des pluriels collectifs comme τὰ πρόβατα dont on sait qu’il qualifie souvent l'ensemble du bétail et pas seulement le petit bétail : c’est le cas à Délos (no 28, 1. 45), à Ios (no 32), à Arkésinè d'Amorgos (no 34, 1. 34 et 37) et à Ialysos (no 41, 1. 31). La forme au singulier κτῆνος et celle au pluriel κτήνη reviennent également de manière fréquente, ainsi à Chios (no 37,1. 13) et à Labraunda (no 61, 1. 9)124. Elles permettent d'exclure de manière commode l'ensemble du bétail, de même lorsque figure le pluriel τὰ θρέμματα comme à Koropè (no 19, 1. 13 et 17) ou la forme βοσκήματα à Delphes (no 12,1. 26), à Délos (no 31,1. 2) ou à Érétrie (no 42, 1. 12, avec la forme rare au singulier τὸ βόσκημα). Enfin, certains textes prennent le soin d'insister sur le fait que l'interdiction s'applique au petit comme au gros bétail, ce que l'on voit par l'emploi de doublets tels que κτήνεα/βοσκήματα à Érésos (no 36, 1. 21) et βοτέα/βόεα à Rhodes (no 36, 1. 1-2). Il n'y a donc le plus souvent pas de distinction des animaux selon le genre : c'est toute forme d'exploitation pastorale qui était interdite. Rares sont donc les cas où tel type particulier de bétail est expressément interdit, comme les équidés à Ialysos (no 41)125 : alors, et c'est révélateur, le vocabulaire change, de même que les peines que l'on prévoit d'appliquer, car l'enjeu n'est plus le même.

  • 126 Sur ce vocabulaire, voir Casevitz 1984, 81-95.
  • 127 Casevitz 1984, 91-93.
  • 128 Voir Casevitz 1984, 82-87, et Le Roy 1986, 285-286.
  • 129 Cette structure est nettement affirmée dans Stengel 1920, 17-18 ; on peut lui reprocher une certai (...)
  • 130 Parker 1983, 161 : “The unworked land would normaly be that immediately surrounding the sacred bui (...)
  • 131 Voir ci-dessus, p. 294, n. 121. Les tabous sur le porc semblent avoir été assez fréquents : on les (...)
  • 132 Le temple n'apparaît jamais dans ces interdictions de bétail et c'est logique. Voir Casevitz 1984, (...)

44Pour parler des terres sacrées dont l'accès est interdit, trois mots sont employés : ιερόν, τέμενος et ἄλσος126. Le sens d'ἄλσος est clair : c'est un bois sacré, comme dans le texte de Chios (no 37, 1. 2-3)127. La distinction entre τέμενος et ιερόν pose plus de difficultés128. Un seul texte emploie les deux mots conjointement, c'est l'inscription d'Ialysos où il est interdit d'introduire des équidés ἐς τὸ τέμενος, la souillure en découlant ne pouvant être lavée que par la purification du ιερόν et du τέμενος (no 41, 1. 28). Cette précision semble indiquer une division du sanctuaire en deux espaces distincts. Le mot τέμενος, s'il peut désigner le sanctuaire lui-même et passer pour un simple synonyme de ιερόν, est souvent utilisé pour parler de domaines sacrés, c'est-à-dire appartenant à la divinité, mais exploités et mis en culture. Les comptes de Délos n'emploient pas d'autre terme pour parler des domaines d'Apollon à Délos, Rhénée et Mykonos ; mais dans l'inscription d'Arkésinè d'Amorgos (no 34) le mot τέμενος ne semble être utilisé que pour parler du sanctuaire Zeus Téménitès. C'est pourquoi il faut admettre la fréquente division en deux grandes unités des biens fonciers des dieux et opposer le sanctuaire proprement dit (τὸ ἱερόν) et les domaines sacrés (τὰ τεμένη)129. Les tabous étaient plus forts dans le premier que dans les seconds130, mais il pouvait arriver qu'ils glissent de l'un à l'autre et c'est un phénomène qui s'était peutêtre produit à Arkésinè d'Amorgos (no 34) où l'interdiction de faire paître du petit bétail sur le domaine sacré aurait été le résultat de l'extension d'un tabou d'abord limité au seul sanctuaire de Zeus Téménitès. Ce phénomène de glissement n'est pas rare dans la mesure où tout l'environnement du sanctuaire avait fini par être considéré comme sacré : à Comana du Pont, comme on l'a dit, l'interdiction du porc s'était étendue à toute l'agglomération131, mais les conséquences de la purification de Délos avec l'interdiction de naître et de mourir sur l'île montrent que cela n'avait rien de particulier à l'Orient hellénistique132.

3.2. L'ampleur des interdits

  • 133 Waechter 1910, 121, avait déjà remarqué que certains textes accordaient des délais de tolérance au (...)
  • 134 D'une certaine façon, le texte de Labraunda (no 61) qui vise les militaires séleucides campant aut (...)
  • 135 Voir Dillon 1997a, 21 1-212, et Dillon 1997b, 121-123, pour les problèmes liés aux animaux et aux (...)
  • 136 Xén., Anab., 5.3.11 : ὥστε και τὰ τῶν εις την ἐορτὴν ιόντων υποζύγια εὐωχεῖσθαι.

45Généralement, les interdictions sont conçues comme permanentes et perpétuelles. Il existe cependant deux exceptions à cette règle : à Tégée (no 6, 1. 11-15), les pèlerins venus pour les banquets sacrés, qu'ils soient citoyens ou étrangers, reçoivent l'autorisation de laisser leurs animaux d'attelage pâturer pendant un jour et une nuit sur un terrain relevant du sanctuaire d'Aléa. Le règlement sacré d'Ios (no 32) admet également un délai de tolérance de cinq jours pour les étrangers, et il faut peut-être également voir des pèlerins dans ces xenoi133. Ils posent en effet un problème particulier aux sanctuaires134. La loi d'Ialysos (no 41) montre que certains arrivaient à cheval, en mule ou en âne : il fallait bien trouver des terrains pour laisser ces animaux pendant les quelques jours que durait la fête. D'autres venaient sans doute avec les bêtes qu'ils avaient l'intention d'offrir comme victimes. L’inscription de Délos (no 31) récemment publiée précise les choses à leur sujet : le périmètre sacré délimité par les vases à lustration, les perirrhantèria, est interdit aux animaux, “sauf si c'est pour les sacrifices”. Tout cela posait des problèmes complexes de gestion135, comme le montre une disposition prise par Xénophon lorsqu'il fonda un sanctuaire d'Artémis d'Éphèse à Scillonte où il vivait retiré : il avait prévu que la déesse soit en possession d'un pâturage (λειμών) et de terres accidentées (ὄρη) “si bien que les attelages de ceux qui se rendaient à la fête y étaient abondamment nourris”136.

  • 137 Ν° 19, 1. 10-12.
  • 138 Syll.3, 984, 1. 5-7 : μηδὲ [φ]ǀέρει(ν) ξύλα μηδὲ κοῦρον μηδὲ φρύγανα μηδ[ὲ] ǀ φυλλόβολα ἐκ τού ιερ (...)

46Les règles relatives au maintien de l'ordre s'appliquaient à “tous ceux qui, à un moment ou un autre, fréquentent le sanctuaire” lors de la période d’activité de l'oracle, comme le rappelle le règlement de l'oracle d'Apollon Koropaios (no 19, 1. 79). Mais d'autres clauses du même texte, et précisément celles qui interdisent de couper du bois ou de parquer du bétail dans le sanctuaire, concernent un public différent, celui des citoyens et des étrangers résidant137, c'est-à-dire tous ceux qui habitent en permanence aux environs du sanctuaire. C'est ainsi que se dessine la seconde grande catégorie de propriétaires d'animaux visée par les interdictions de bétail dans des sanctuaires. Les habitants du voisinage sont les premiers à être tentés d'utiliser pour des fins profanes les facilités qu'offre un sanctuaire : il y a de l'ombre, de l'eau et des arbres touffus. Ce sont eux que l'ont craint le plus dans bien des textes, ainsi dans le premier document d'Ios (no 32), dans l'arbitrage entre Itanos et Hiérapytna (no 46) ou dans le règlement des baux de Délos datant de la seconde domination athénienne et, vraisemblablement aussi, à Delphes et à Chios (no 12 et 37). Une inscription athénienne pour la protection du sanctuaire d'Apollon Érithaséos, datant de la tin du ive s. a.C. vise peut-être aussi les bergers en interdisant d'emporter des branches d'arbres, garnies ou non de feuilles, et des feuilles tombées ; la ramée permettait en effet souvent de nourrir les troupeaux à la mauvaise saison138. L'inscription des droits de pâturage de Tégée (no 6) offre enfin un cas insolite, puisque la méfiance s'étend au prêtre et au sacrificateur qui reçoivent un droit limité de faire paître du bétail sur les terres relevant du sanctuaire d’Aléa ; il est possible qu'un cas semblable se rencontre dans le premier texte d'Ios (no 32) où les hiéropes semblent surtout se méfier des administrateurs des pâturages sacrés.

3.3. Les mesures pénales

47Dans l'hypothèse d'interdits édictés pour faire respecter la pureté religieuse du sanctuaire, on pourrait s'attendre dans l'étude des dispositions pénales à trouver des peines de nature religieuse. Or il n'en est rien dans la majorité des cas. Ce sont d'abord l'amende et la confiscation des animaux qui apparaissent comme les principales mesures prises à l'encontre des contrevenants.

  • 139 Le montant de l'amende a disparu dans la lacune, mais la restitution du chiffre 50 due à Wilhelm 1 (...)
  • 140 La loi de Chios (no 37) permet de se faire une idée de l'échelle des peines : 1/12e de statère pou (...)
  • 141 A Koropè. (no 19), l’amende sera versée τῆ]ι πόλει (1. 14) et à Ios (no 32, 1. 5-6), on lit ὀφειλέ (...)

48Il y a sept exemples d'amende, avec des montants très variés. A Koropè (no 19), il s'agit d’une somme forfaitaire de 50 drachmes139, comme dans le second règlement des baux de Délos (no 28) qui prévoit une amende encore plus forte puisqu'elle s'élève à 200 drachmes pour toute personne qui laisserait son petit bétail pâturer dans les vignes. Dans le nouveau document délien (no 31), le montant de l'amende est laissé au choix des magistrats de la cité. Plus habituellement, la somme varie en fonction du nombre d'animaux : une obole par tête à Ialysos (no 41), un douzième de statère à Chios (no 37)140, une drachme par tête de gros bétail à Tégée (no 6). C'est la seconde inscription d'Ios qui offre le plus de précisions avec une amende d'une drachme par jour et par tête (no 33). A Koropè et dans le second texte d'Ios (no 19 et 33), il est spécifié que les amendes devront être payées à la cité141. Sauf peutêtre à Ialysos, les montants sont élevés de façon à être dissuasifs et, en aucun cas, on ne saurait les considérer comme des droits de pâturage déguisés.

  • 142 L'amende y est réservée à ceux qui auraient illégalement boisillé sur le sanctuaire.

49La mesure pénale la plus originale à l’encontre de ceux qui introduiraient du bétail dans un sanctuaire se traduit par la confiscation, peut-être pour éviter d'éventuelles difficultés de paiement de la part des contrevenants, spécialement de ceux qui n’étaient que de passage. C'est la solution adoptée à Delphes, dans le sanctuaire du territoire érétrien (no 42142) et à Arkésinè d'Amorgos (no 34). A Ios, la confiscation des animaux peut se déduire du fait que le bétail en train de pâturer illégalement devait être marqué au fer rouge pour signaler qu'il entrait ainsi en possession du dieu. A Arkésinè d'Amorgos, les animaux confisqués deviendront la propriété de Zeus Téménitès (no 34, 1. 37).

  • 143 Parker 1983, 165 : “In general, sacred laws treat pasturing a flock or cutting wood in a god's gro (...)
  • 144 Sur les amendes dans le droit sacré, voir Latte 1920, 54-61 (mais l'auteur étudie surtout l'utilis (...)

50En regard de ces dispositions profanes, la purification du sanctuaire à la charge de l'auteur du délit n'apparaît que dans un seul document, la loi d'Ialysos (no 41) où celui qui introduirait un équidé ou qui pénétrerait dans le sanctuaire avec des chaussures en cuir de porc devra, à ses frais, procéder à une purification par sacrifice expiatoire pour restaurer la pureté religieuse du sanctuaire. En revanche, dans ce même texte, le délit de pâturage illégal ne sera puni que d'une amende. A Chios (no 37), se retrouve la même opposition : celui qui volait des objets sacrés devait offrir une victime expiatoire, tandis que l'on se contentait d’infliger une amende pour celui qui laissait des animaux pâturer dans le sanctuaire. La nature des deux délits n'était donc pas la même et R. Parker, remarquant la fréquence des cas d'amendes ou de confiscation des animaux sans que cela entraîne de purification, concluait : “En général, les lois sacrées traitent le fait de laisser pâturer un troupeau ou de couper du bois dans un bosquet consacré à une divinité plus comme un délit contre la propriété que comme un grave sacrilège”143. La remarque est juste et l'étude d'autres délits, comme le fait de couper des arbres ou d'abandonner des ordures dans un sanctuaire, montrerait de la même façon que l'on avait d'abord recours à l'amende pour faire respecter la bonne tenue des sanctuaires144.

  • 145 Voir Ziebarth 1897.

51On retrouve dans ces textes certaines caractéristiques du droit pénal grec, notamment la distinction entre hommes libres et esclaves et l'incitation à la dénonciation. A Koropè (no 19), le texte prévoit en effet 50 drachmes d'amende pour les hommes libres et 100 coups de fouet pour les esclaves qui devront en outre verser une obole par tête de bétail ayant illégalement pâturé, probablement en prenant sur leur pécule. Très souvent aussi les textes font appel aux témoins des délits éventuels et leur demandent de venir les dénoncer : c'est le cas à Koropè, à Ios, à Arkésinè d'Amorgos et à Ialysos (no 19, 32, 34 et 41). Dans les trois premiers cas, une prime sera versée au délateur : la moitié de l'amende ou du produit de la vente des animaux confisqués. Ceci n'a rien d'inhabituel dans le droit grec145 et ces dispositions ne sont pas spécifiques du droit pénal sacré, puisque la loi astynomique de Pergame (no 49, 1. 184-202), qui est un règlement profane, en prévoit de semblables et distingue les peines pour les hommes libres (amende) et celles pour les esclaves (fouet) avec une gradation selon que ces derniers ont agi avec ou sans le consentement de leur maître.

3.4. Les motifs des exclusions de bétail

52Si, en général, les clauses des lois sacrées sur le divagation du bétail ne visent pas à préserver la pureté rituelle du sanctuaire, il reste à se demander quels sont les véritables motifs de cette réglementation.

  • 146 Le chêne de Dodone ou l'olivier de l'Acropole d'Athènes prouvent cette importance des arbres dans (...)
  • 147 Robert 1948, 27. Voir aussi Robert 1949, 153-154.

53Nombreux sont les règlements sacrés qui comportent à la fois une clause contre le bétail et une autre contre tous ceux qui seraient tentés de venir endommager la végétation qui pousse dans le sanctuaire ; les deux motifs sont liés, car les arbres et la verdure, si importants dans de nombreux cultes, constituent un élément essentiel des sanctuaires grecs et contribuent à l'atmosphère qui distingue les terres consacrées du reste du territoire146. Le devoir des autorités est de les protéger comme L. Robert l'a démontré dans son étude du règlement du sanctuaire d'Apollon Koropaios147, où il est clairement précisé dans les attendus du second décret que “les arbres qui se trouvent dans le sanctuaire d’Apollon Koropaios sont en très mauvais état” (no 19, 1. 73-74).

  • 148 Thc. 3.70.4.

54Dans un monde où le bel arbre était souvent une chose rare, les particuliers des environs voyaient les sanctuaires comme de commodes réserves de bois. Thucydide explique par exemple qu’au début de la stasis de Corcyre, en 427 a.C., des notables furent attaqués en justice par les démocrates pour être allés couper des échalas dans le sanctuaire de Zeus et d'Alcinoos148. Ce sont de tels abus que les lois sacrées cherchent à prévenir comme l'inscription du territoire d'Érétrie (no 42) le montre en précisant que toute personne qui couperait du bois dans le sanctuaire devra payer 100 drachmes d'amende. Les bergers et leurs troupeaux se trouvaient ainsi à l'origine de nombreux dégâts causés à la végétation. Face à ce problème, les autorités réagissaient de manière identique dans des contextes profanes, d’où la présence d'une clause contre la divagation du bétail dans le règlement des baux de Délos à l'époque athénienne (no 28). Mais les lois sacrées considéraient en plus que la présence du bétail menaçait la décence et le bon ordre des sanctuaires. C'était un désagrément bien concret comme le montre le règlement sacré de Chios (no 37) : les animaux souillaient le temenos avec leur fumier, broutaient les jeunes pousses et dégarnissaient les arbres de leurs branches basses.

  • 149 Sur les sources et fontaines dans les sanctuaires, Burkert 1985, 86.
  • 150 Voir les exemples rassemblés dans le recueil de Le Guen-Pollet 1991, no 13 (Athènes). 14 (Délos), (...)

55L'eau des sources et fontaines sacrées149 était l'objet de sollicitudes semblables, souvent en relation avec le bétail. Nombre de lois sacrées visent à protéger les sources et fontaines des sanctuaires contre ceux qui venaient y laver du linge ou y jeter des ordures150. Là encore, les bergers, souvent à la recherche de points d'eau pour leurs troupeaux, suscitaient la méfiance, car le piétinement des bêtes autour des fontaines laissait leurs abords boueux et pleins de fange. Le texte de Delphes délimitant les pâturages des troupeaux sacrés (no 12) atteste la volonté d'écarter le bétail des particuliers d'une fontaine près du lieu-dit la Tuilerie et du puits de l'hérôon d'Hellanikos. Le règlement d’Érésos interdisait sans doute au bétail de venir s’abreuver à l'intérieur du sanctuaire (no 36). Dans ce cas aussi, ce souci se retrouve dans des contextes profanes : ainsi dans la loi astynomique de Pergame où il s'agit de protéger les fontaines urbaines (no 49).

56Il est donc clair que dans les sanctuaires, comme dans tous les lieux que l'on voulait garder propres et dignes, le souci de protéger la verdure et l'eau relevait non pas d'obsessions religieuses, liées à la question de la pureté, mais de simples mesures de police. Il fallait, dans le cas des sanctuaires, accroître leur majesté (μεγαλομέρεια), pour reprendre un mot utilisé dans les décrets sur l'oracle d'Apollon Koropaios, et y assurer le bon ordre (εὐκοσμία, no 19, 1. 76-77).

  • 151 Waechter 1910, 136, expose ainsi les trois motivations principales des interdictions de bétail : “ (...)
  • 152 On notera l'opposition entre les ἰδιωτικὰ θρέμματα (no 12, 1. 26) et les ἰεραῖς βόοις και ἵπποις ( (...)
  • 153 Les règlements festifs mentionnent parfois des exemptions de taxes pour les animaux qui étaient sa (...)

57Il n'est ainsi nul besoin de dire, comme Waechter, que les interdictions de bétail dans les sanctuaires s'expliquent par une volonté de les réserver comme pâturage pour les troupeaux sacrés151. Un tel souci n'apparaît en fait que dans deux documents. D'abord dans le texte de Delphes (no 12) par lequel le sanctuaire cherche à écarter les troupeaux des particuliers pour laisser place libre aux vaches et aux juments sacrées152. On retrouve cette motivation dans le premier document d'Ios (no 32) qui impose que tout animal devra porter une marque au feu prouvant son appartenance aux troupeaux sacrés. L'inscription des droits de pâturage d'Aléa à Tégée comportait peut-être également de telles mesures, bien que le passage sur le bétail sacré soit peu clair (no 6, 1. 15-21). Dans quelques cas, on a pu vouloir réserver certains pâturages aux animaux destinés aux prochains sacrifices153. Pour autant, il ne faudrait pas surestimer ce genre de motivations, car rares sont les cas où nous connaissons l'existence de troupeaux sacrés.

3.5. Autres formes d'exclusion du bétail

  • 154 Uguzzoni & Ghinatti 1968, 18, 1. 128-130.
  • 155 Voir p. 116 et n. 42, avec référence à une inscription d'Hiérapolis du Méandre et datant de l'époq (...)

58Quelques inscriptions font connaître des règlements contre les divagations du bétail hors de tout contexte religieux. Les baux forment un premier lot. Il faut certes en exclure le règlement d'Arkésinè d'Amorgos (no 34) sur les terres appartenant au sanctuaire de Zeus Téménitès, car l'interdiction du petit bétail (πρόβατα, 1. 35) ne porte sans doute que sur le sanctuaire lui-même inclus à l'intérieur des terres mises en location. Il en va de même des baux des Clytides (no 38) qui semblent limiter l'interdiction de pâturer à une partie seulement des terres mises en location, distinguée sous le nom d'hekutostèriè. Les raisons de cette interdiction nous échappent. Les baux de Dionysos à Héraclée de Lucanie comportent aussi une clause d'interdiction du bétail154. Enfin, le règlement des baux des domaines de Rhénée et Délos datant de la seconde domination athénienne (no 28) prévoit une interdiction du bétail limitée aux vignes et c'est là une illustration du conflit qui opposait les éleveurs aux vignerons155.

  • 156 Robert 1949, 169-170.
  • 157 Voir p. 148-149.
  • 158 Philippson 1950-1959, 4. 396, décrit cette pratique comme une conséquence de la pénurie de bons pâ (...)
  • 159 Od., 4.605-606 : ἐν δ᾿ Ἰθάκῃ οὔτ᾿ ἂρ δρόμοι εὐρέες οὔτέ τι λειμών· | αἰγίβοτος και μάλλον ἐπήρατος (...)

59C'est le problème auquel nous ramène le texte de l'île d’Hèrakleia (no 35) expliqué par L. Robert156. L'interdiction du petit bétail n’a rien à voir avec des questions religieuses. Les habitants de cette petite île des Cyclades veulent simplement empêcher que l'on introduise des chèvres chez eux par crainte de sa désertification157. Là encore, ce texte témoigne du problème des pâturages pour le petit bétail dans la Grèce égéenne en l'absence de pâturages de montagne ; l'une des solutions adoptées consistait à exporter le problème en envoyant les troupeaux sur l'un des nombreux “îlots à chèvres”, comme dans une sorte de “transhumance maritime”158. Le lien entre certaines îles et le petit bétail était ancien et Homère présentait déjà Ithaque comme une île sans pâturages (λειμών) pour les chevaux, mais “bonne pour les chèvres” (αἰγίβοτος)159. Les décisions du décret d'Hèrakleia prennent un tour dramatique en raison des circonstances et rappellent à l'échelle d'une cité toute entière celles qui figurent dans les lois sacrées. Le deuxième texte d'Ios (no 33) qui s'adresse curieusement à des étrangers qui ne peuvent venir que par mer et leur offre un droit de pâturage gratuit limité à cinq jours livre peut être un autre témoignage sur les déplacements de bétail entre les îles de l'Égée.

60La loi astynomique de Pergame (no 49) fournit enfin un exemple d'interdiction du bétail pour raisons édilitaires. Il s'agit là de protéger l'eau des fontaines qui doit d'abord servir à la consommation des habitants de la ville de Pergame en repoussant toute autre utilisation de la part des éleveurs ou de ceux qui viennent y laver du linge. Là encore, les rédacteurs emploient le même vocabulaire que les lois sacrées qui cherchent parfois, elles aussi, à protéger l'eau des fontaines de sanctuaire.

3.6. La répartition des documents

  • 160 ΜΑΜΑ, IV, 297.

61Les exemples épigraphiques d'interdiction de bétail s’étalent de la première moitié du ive s. a.C., avec les baux des Clytides (no 38), jusqu'à l'époque impériale. Il faut en effet franchir les limites chronologiques de ce travail et signaler le règlement d'Hiérapolis sur la protection des vignobles160. La répartition chronologique n'a rien de bien révélateur, si ce n'est la continuité avec laquelle le problème semble s'être posé, à la fois pour de grands sanctuaires comme ceux de Délos, de Delphes et de Labraunda et pour des sanctuaires plus modestes comme celui de Zeus Téménitès à Amorgos ou d'Apollon Koropaios à Koropè.

  • 161 C'est ce même espace formé des îles, de l'Eubée et de l'Attique qui constitue l'unité économique m (...)
  • 162 Voir fig. 13, p. 382.

62La répartition géographique des sources est plus parlante et c'est elle qui ramène à la question de la place du bétail dans l'économie agraire. La carte de la figure 11 permet de constater que cet ensemble de textes dessine un espace dont l'Égée constitue le cœur161. La Grèce insulaire est fortement représentée. Cette répartition semble faire contraste avec la carte des cités ayant accordé l'epinomia par des décrets de proxénie162, le seul point de rencontre étant Delphes. On dira plus loin que l'epinomia était une institution caractéristique de la Grèce continentale et montagneuse, une Grèce où les pâturages étaient à la fois plus nombreux et plus difficiles d'accès, car souvent éloignés des terres agricoles.

  • 163 Philippson 1950-1959, 4. 396 : “Das Fehlen des Hochgebirgs-Sommerweiden und die geringe Ausdehnung (...)
  • 164 On sait aujourd'hui que les terrasses de culture étaient connues dès l'Antiquité. On en a repéré d (...)

63En Grèce égéenne, les problèmes étaient différents. Les terrains de pâture étaient beaucoup plus rares en raison de circonstances purement géographiques ; notamment, on ne pouvait compter sur les pâturages de haute montagne comme le fait remarquer Philippson163. En outre, aux époques classique et hellénistique, une grande partie des terres disponibles avait été consacrée aux céréales et les pentes souvent aménagées à cet effet, notamment par la construction de terrasses164. De la sorte, le bétail devait en permanence composer avec les impératifs purement agricoles. Il fallait investir toutes les niches qui s'offraient, à la fois dans le calendrier agricole et dans l'espace.

  • 165 Sur la notion et la pratique, voir d'abord Robert 1960, 173-175.
  • 166 Syll.3, 621 ; voir les éditions commentées de Magnetto. 1997, no 1 et Ager 1996, no 3.
  • 167 Tournefort 1982, 211 (Donoussa qu'il appelle Sténosa), 212 (Nikouria. un îlot proche d'Amorgos, où (...)
  • 168 Sonnini 1997, 163, qui séjourna longtemps à Kimolos en 1778, fait une intéressante remarque au suj (...)

64L'illustration la plus célèbre de ce phénomène, comme nous l’avons fait remarquer, c'est le transport du petit bétail sur des îlots incultes, les îles à chèvres165, que se disputaient parfois les cités de l'Égée. Un arbitrage d'Argos entre Kimolos et Mèlos (en 337 a.C. ou peu après) porte sur trois d'entre eux, Polyaiga, Étèreia et Libeia, qui sont finalement attribués à Kimolos166. On a là, pour les cités insulaires, l'équivalent des disputes territoriales qui opposaient des cités plus continentales à propos de pâturages de montagne. C'étaient les bergers qui exploitaient ces îlots déserts comme cela se faisait encore dans les Cyclades à l'époque moderne167 : le nom de l'îlot de Polyaiga, que Kimolos se vit attribuer, fait référence aux nombreuses chèvres qui y trouvaient leur pâture168. Cette pratique n'allait naturellement pas sans heurts avec d’éventuels colons venus s’installer sur ces terres encore libres. Eux avaient besoin d’être débarrassés des troupeaux de chèvres laissés pratiquement à l’abandon par leurs propriétaires. Sans cela, il leur était impossible de planter quelques arbres et de semer des grains. C’est dans cette perspective que L. Robert a interprété le décret d’Hèrakleia (no 35) qui montre qu’à l’époque hellénistique, une certaine pression devait s'exercer sur les plus grands de ces îlots pour les convertir à l'agriculture.

  • 169 A ce sujet, l'opposition de deux périodes dans l'année pastorale de certaines régions du sud de l' (...)
  • 170 Platon, Lois, 1.639a.
  • 171 Luzerne et kytisos sont systématiquement associés lorsque les agronomes latins parlent de l'alimen (...)
  • 172 Sonnini 1997, 162.
  • 173 Voir aussi p. 178-179, sur la pratique du parc à moutons qu'attestent les inscriptions pour la Crè (...)

65Il ne faut pourtant pas considérer cet usage comme révélateur de la place de l'élevage dans la vie économique de la Grèce égéenne : ce n'était qu'une forme de marginalisation du bétail, comme elle se pratiquait en Grèce continentale. Au contraire, les sources semblent indiquer que les conflits entre agriculteurs et éleveurs, comme celui que montre le décret d'Hèrakleia, étaient un aspect secondaire de la vie pastorale locale, à la différence de ce qui se passait dans la chôra elle-même des cités égéennes où il fallait intégrer les animaux aux cultures. Toutes les parcelles qui restaient incultes ou inutilisées, comme les jachères et les chaumes, pouvaient servir de pâturages169. Dans un tel système, la surveillance étroite des animaux était impérative et Platon, dans une comparaison des Lois, insiste sur le fait que c'est en l'absence de chevrier que les chèvres font du dégât dans les cultures170. L'autre solution était le recours à des fourrages cultivés comme la luzerne en arbre (kytisos) et la luzerne qui ont pris une place de plus en plus grande dans la stabulation du bétail171. On est loin finalement de l'image que les voyageurs modernes donnent de l'élevage cycladique. Même s'il y a sans doute une bonne dose de misérabilisme dans leurs descriptions, ce qui frappe, c'est l'abandon dans lequel on laisse le bétail : Sonnini constate par exemple pour Kimolos que jamais les troupeaux de moutons “n'approchent des habitations ; ils ne connaissent point les étables ; toujours errants de montagnes en montagnes, ils naissent et vivent en plein air : quelques grandes cavernes leur servent de refuge contre les orages, et leurs gardiens partagent cet abri, comme leur vie errante”172. La suite du récit de Sonnini montre que cet usage s'est sans doute accompagné du développement de la pratique du troupeau commun, ce qui ne fait que renforcer l’impression d'une séparation nette entre agriculture et élevage. L'image que donnent les sources anciennes, et notamment les inscriptions, est bien différente, puisqu'elle est marquée par une intégration poussée des deux activités173.

66Dans ces conditions, les terres consacrées ne manquaient pas d'attirer la convoitise des bergers. Le règlement de Koropè (no 19) fait sentir la pression qu'exerçait le monde rural sur des terrains attrayants avec leurs fontaines et leurs arbres, spécialement pour les bergers et leurs troupeaux. La tentation était d’autant plus forte que, pendant la plus grande partie de l'année, le sanctuaire était déserté par les officiers du culte qui préféraient vivre à Démétrias et par les pèlerins qui n'affluaient que pendant les quelques jours de fonctionnement de l'oracle. En revanche, les environs restaient habités : Koropè était devenue une kômè de Démétrias ; le sanctuaire leur offrait un peu de bois, d'herbe et d'ombrage. Le néocore, qui seul demeurait sur place, les connaissait trop bien pour pouvoir s'opposer aux abus. Une réaction s'imposait pourtant de la part des autorités qui se devaient de protéger la majesté de l'oracle et donc sa végétation contre la communauté rurale locale qui considérait qu'elle disposait de certains droits d'usage sur ce terrain inexploité.

  • 174 Sur la géographie d'Ios. voir Philippson 1950-1959, 4. 141-144. Sur Ios et son histoire, Othonaios (...)
  • 175 Il reste quelques pins sur les flancs du mont Pyrgo : voir Philippson 1950-1959, 4. 142. Au milieu (...)
  • 176 Voir Kolodny 1974, 2. atlas, carte B2.
  • 177 Ces deux ports sont celui de Manganari au sud-est de l'île et l'échelle par laquelle on accède au (...)
  • 178 Ce sont les plaines de Kato et Epano Kambos, voir la carte de l'île insérée dans Othonaios 1938. S (...)
  • 179 Voir Tournefort. 1982, 1. 224 : “L'île est assez bien cultivée et n'est pas si escarpée que les îl (...)
  • 180 Voir le tableau général des productions de l’île dans Fiedler 1841, 2. 212 : “Man baut nur Gerste (...)
  • 181 Sur cet usage, voir Brun 1996a, 96.
  • 182 Sur la complexité du système agricole traditionnel dans les Cyclades, voir Halstead & Jones 1989, (...)
  • 183 Voir la description de journées enneigées dans Longus 3. 3 ; de manière révélatrice, les bovins so (...)

67Si l'on revient aux Cyclades, la petite île d'Ios donnera un bon exemple des problèmes qui se posaient à l'élevage local, car le hasard a fait que cette cité a livré deux textes réglementant le pacage du bétail (no 32 et 33). Avec ses 105 km2, Ios se classe parmi les Cyclades de taille moyenne174 et, dans l'Antiquité, elle ne comptait qu'une cité. Le relief de l'île est très accidenté, mais ne culmine qu'à 735 m (mont Pyrgo) ; les sommets de l'île sont aujourd'hui totalement déboisés175 et c'est la forme la plus sèche du climat égéen qui règne à Ios176. Pour les insulaires, la piraterie a longtemps représenté une ressource complémentaire plus qu'un frein au développement économique : Ios possède en effet deux très bons ports, parmi les meilleurs des Cyclades et qui ont servi de refuge et de base aux xviie et xviiie s.177 Les conditions géographiques locales ne sont pourtant pas totalement défavorables au développement agricole et ont même permis aux habitants de l'île d'accéder à une certaine prospérité. Elle possède en effet deux plaines assez étendues, l'une près du port principal, l'autre à l'intérieur des terres178, ce qui permettait aux insulaires de produire assez de grains pour pouvoir en exporter179. On voit aussi à Ios quelques vignes, de nombreux figuiers et des oliviers qui suffisaient largement aux besoins locaux180. Pour parvenir à ces résultats, les terrains doivent être soumis à des modes d'exploitation complexes qui ne laissent aucune parcelle inutilisée. Cette organisation n'exclut pas le bétail, principalement les moutons et les chèvres, mais tout le problème est de trouver des pâturages. Les parties les plus escarpées de l'île n'échappent pas à la sécheresse estivale et ne peuvent fournir de véritables pacages de montagne. Les solutions étaient complexes et diverses : on pouvait occuper les parcelles agricoles momentanément libres comme les chaumes, donner de la ramée aux animaux181, et la paille des céréales était systématiquement récupérée pour fournir du fourrage pour les animaux182, mais l'habitude semble avoir souvent été de la réserver au gros bétail. Dans l'Antiquité, il en allait certainement de même, car étables et granges étaient liées à Délos, à Rhénée et à Héraclée ; il est possible que les deux bâtiments aient été attenants dans bien des fermes. En outre, l'hiver, les animaux pouvaient être sortis presque tous les jours et il fallait une froidure bien rude pour que l'on se résigne à laisser le bétail passer la journée à l'étable et à la bergerie183. Dans ces conditions, on comprend la pression exercée par les propriétaires privés de bétail afin d'utiliser comme pâturages les sanctuaires de l'île (no 32). Le second texte d'Ios (no 33) nous donne une idée des accommodements qu'un étranger pouvait obtenir (cinq jours de pâturage gratuit) à condition de ne pas bouleverser le système agro-pastoral local.

  • 184 Les campagnes de Tènos paraissent également avoir connu une époque de prospérité au début de l’âge (...)
  • 185 Brunet 1999b, 49.
  • 186 L'étude de deux maisons d'Halieis a permis de mettre en valeur des fosses à fumier (κοπρῶνες) : Au (...)
  • 187 C'est ce que suggèrent Halstead 1987a, 77-87, et Brun 1996a, 113-119.

68L'ensemble des textes qui viennent d'être examinés permet de tirer quelques conclusions sur la place de l'élevage dans les grandes exploitations grecques de l'Antiquité. Dans une polyculture fondée sur l'orge, la vigne et l'olivier, le plus souvent, les bovins n'étaient présents qu'en tant que bétail aratoire, les moutons et les chèvres constituant l'essentiel des cheptels. C'est un tableau typiquement méditerranéen qui ne doit pas conduire à un jugement défavorable sur les résultats de cette agriculture. Le problème essentiel était celui des pâturages et du fourrage, comme le montre la pression des éleveurs sur les terres restées libres et les mesures contre les divagations du bétail dans les sanctuaires. Dans bien des cas, la solution consistait à isoler le bétail des terres agricoles et c'est ce qui se passa dans une grande partie du monde grec, comme nous allons le voir. Pourtant, le défi a quelquefois été relevé de façon totalement différente : dans les grandes exploitations du moins, telles que les baux les laissent apparaître, il y a eu d'étonnantes réussites, ainsi dans les Cyclades des ive et iiie siècles a.C., particulièrement à Délos et à Rhénée184. Les deux îles étaient totalement dépourvues de saltus et l'ager recouvrait presque tous les terrains laissés libres par la ville, les nécropoles et les sanctuaires. Or, les inventaires des hiéropes montrent que le petit bétail s'insérait dans une gestion rigoureuse et intensive des ressources du territoire. Il était naturellement essentiel d'empêcher le bétail de divaguer : les terrasses, si elles étaient aussi fréquentes que les études récentes semblent le montrer, facilitaient la surveillance. En outre, à Délos, les chemins étaient sans doute bordés de murets et l'on évitait ainsi que chèvres et moutons fassent des dégâts dans les champs et les vergers lors de leurs déplacements185. Parallèlement, le développement de l'élevage favorisait l'agriculture en conservant le fumier sur les terres agricoles, là où l'on en avait le plus besoin186. Tout cela forme une explication possible à l’intensification de l'agriculture cycladique pendant l'époque qui nous intéresse, même si les textes disent en même temps que cette intensification n'allait pas toujours sans heurts187. Ce modèle d’intégration agro-pastorale poussée était la caractéristique de la partie de la Grèce centrée sur la mer Égée. Les cheptels semblent avoir été parfois gérés de façon dynamique et presque capitaliste par les sanctuaires qui en possédaient. C'était vraisemblablement aussi l'attitude adoptée par bien des grands propriétaires.

Notes

1 Pour le registre des ventes de Tènos : IG, XII.5, 872, avec le commentaire d'Étienne 1990, 51-84) ; il recueille les mutations foncières et immobilières entre particuliers et permet d’appréhender les fortunes et les paysages, et donc d'éclairer le contexte de l'agriculture cycladique, mais n'offre aucune allusion à la place du bétail dans l'agriculture locale. L'épigraphie n’offre qu'un seul bail passé entre des particuliers, le bail de Gambreion, trouvé à Olympie : Syll.3, 302 ; il s'agit d'un document daté de 326/325 a.C.

2 Brunet 1990b. 674-676, rappelle à propos de Rhénée ou Délos qu'il ne faut pas oublier qu'il y existait aussi des domaines privés.

3 Wilhelm 1974, 1. 126-133, a rassemblé les informations que l'épigraphie donne à leur sujet. Pour la documentation littéraire sur les exploitations moyennes, il est commode de consulter Burford Cooper 1977-1978.

4 Voir p. 129 (Rhénée) et p. 264-265 (Héraclée).

5 Le cadastre hellénistique de Larisa semble ainsi fondé sur un module de 50 plèthres, voir Salviat & Vatin 1974. Une lettre d'un roi attalide du iie s. a.C. prévoit également l'attribution de lots de 100 et de 50 plèthres de terre défrichée (avec 10 ou 5 plèthres de vignoble) : Welles. RC, 51. Sur la question des superficies, voir Burford Cooper 1977-1978 et Amouretti 1986, 204-208.

6 Question étudiée pour les Cyclades chez Etienne 1990, 27.

7 IK, 34-Mylasa, 206.

8 Sur les fermes isolées dans la campagne, voir Pečírka 1973.

9 Là encore, voir la description du paysage rural de Tènos dans Étienne 1990, 24-28.

10 Les grandes exploitations de Grèce à l'époque impériale semblent beaucoup plus étendues que leurs équivalents des époques précédentes : voir Alcock 1993, 85-87.

11 Osborne 1987, 37-40, suggère une dispersion des parcelles dans le cas des petites exploitations. L'idée est séduisante, mais elle ne doit pas être considérée comme assurée tant la documentation fait défaut à ce propos. Notons toutefois que l’exploitation épirote (no 22) semble bien composée de parcelles dispersées.

12 Voir Amouretti 1986, 58-59.

13 Les Pidasiens, qui ne pouvaient en faire pousser dans la partie du massif du Grion qu'ils habitaient, avaient acheté des vignes en Euromide, cf. Delphinion, 149, § 9.1. 39-45.

14 On notera l'importance des figuiers qui se rencontrent dans les trois régions que nous avons étudiées. On en trouve dans le bail d'Arkésinè d'Amorgos, no 34, 1. 12, et les Carmina Priapea en font l'un des principaux arbres des jardins, e.g. Anthologie grecque, 6.22 (Zonas, ier s. a.C.), 102 (Philippe de Thessalonique, ier s. p.C. très proche du précédent), etc. Sur les mentions de figuiers dans les inscriptions, voir Olck 1909b, col. 2135. Les figues séchées (ἰσχάδες) étaient facilement exportables et certaines variétés, comme celles d'Attique, auxquelles Athénée 14. 652b-653b, a consacré plusieurs pages, pouvaient coûter très cher. Sur les figues en général, on consultera, outre Olck 1909b. Reichmann 1969.

15 Pour l’équilibre des productions à Mylasa et Olymos, voir Chandezon 1998, 51.

16 IG, XI. 2, 142,1. 7 et 1 1 : le produit de la vente fut de 140 drachmes pour le domaine de Soloè et de 300 drachmes pour celui d'Hippodromos (ces deux domaines étaient situés à Délos).

17 Voir les résultats des conversions dans IJG, I, p. 231.

18 Ce qui a été fait par Amouretti 1986, 36-39.

19 Kent 1948, 291, insiste bien sur cet aspect des inventaires de Délos et de Rhénée et ses conclusions sont valables pour tous les baux conservés.

20 Voir p. 268.

21 Jones, Graham & Sackett 1973, 369-370, pour les annexes. Sur ces difficultés des identifications archéologiques dans le cadre des surveys, Lohmann 1993 1. 180-182, et Lohmann 1994 pour l'étude de plusieurs exploitations d'eschatiai intérieures de l'Attique où l'élevage semble avoir joué un rôle important. Voir aussi cidessus, p. 127.

22 Les Grecs appréciaient tout particulièrement ces pâturages humides appelés λειμῶνες, et qui étaient souvent situés à l'embouchure de petits fleuves côtiers. La plaine de Marathon en était l'un des exemples les plus caractéristiques (Aristophane. Oiseaux. 247. λειμῶνά τ' ἐρόεντα Μαραθῶνος, cf. Paus. 1.32.7). C’est aussi un λειμών qui apparaît dans le texte de Dodone, no 22. Sur ces pâturages marécageux, Robert 1980, 12-13. et Rougemont 1983a. Motte 1973, 7-9, insiste sur le lien entre les λειμῶνες et l'eau et fait remarquer qu'ils “appartiennent au monde privilégié des eaux” et que le mot λειμών “évoque donc un sol gorgé d'eau” ; voir l'ensemble du chapitre que Motte 1973, 5-25, consacre à la définition des ces “espaces privilégiés” associés également à une végétation toujours luxuriante, remplis d’oiseaux et qui servent de pâturages aux bovins el aux chevaux, si rares par ailleurs dans les campagnes.

23 Il existe toutefois un domaine sacré à Délos qui portait le nom de Leimôn, la Prairie, et qui était pourvu d'une étable, d'une bergerie et d'une grange (no 29, 1. 148-149, pour la description lors de l'inventaire de 250 a.C. ; cf. Kent 1948, 301).

24 La paille pouvait être utilisée de plusieurs façons : une lettre royale (début du iie s. a.C.) adressée à des colons installés sur le territoire de Telmessos, Wörrle 1979. 83 (cf. J. et L. Robert. Bull. ép., 1980, 484) les libère de la fourniture du fourrage et de la paille pour la cavalerie royale (τοῦ χόρτου κα[ι] | τῶν ἀχυρων παρίεμεν ὑμᾶς μηθὲν τελοῦν|τας. 1. 2-4), voir commentaire de ce passage (Wörrle 1979, 87-88 et n. 21 p. 87) : il en ressort que la paille servait de litière pour les chevaux. La paille de blé et celle d'orge pouvaient aussi être utilisées comme fourrage, cf. Théophraste. Histoire des plantes, 8.4.1. C’était un fourrage du reste fort médiocre, s'il n'était pas mélangé avec un peu d'orge, voir Jardé 1925, 125. La paille pouvait trouver d'autres emplois, comme en architecture, tout particulièrement dans les toitures où on la mélangeait à de l'argile, cf. Maier 1959-1961, no 11 (Hellmann 1999, no 7), 1. 68-69 : δο[ρ]ώσει πηλῶι ἠχυρω[μέ|ν]ωι. Le commentaire de Maier 1959-1961. 1.64, est à compléter par I laselberger 1979, 106, n. 45, et en général, par Ro. Martin 1965, 49.

25 Amouretti 1986, 51-52.

26 Isager & Skydsgaard 1992, 196-198, parlent d'une “mixed agriculture” à Délos.

27 ID, 406B. I. 68, βοῦς ἐκ Τ]ήνου σὺν ναύλου ΗΔ[Δ].

28 Sur la présence du gros bétail dans les îles égéennes, voir Brun 1996a, 89-92.

29 IK. 34-Mylasa, 206, 1. 5.

30 Arist., Histoire des animaux, 3.21.522b. Aristote, qui connaît manifestement mal les techniques d'exploitation du lait des vaches, prétend que ces animaux d'Épire étaient si grands qu’il fallait les traire debout et que chaque bête donnait une amphore et demie de lait par traite.

31 Varron, Économie rurale, 2.5.10. Sur l'élevage bovin en Épire, voir Cabanes s.d.

32 Eschyle, Suppliantes, 540, parle du λειμῶνα βούχιλον. Voir Georgoudi 1990, 275-276.

33 L'importance de ces bœufs de labour ressort bien des œuvres littéraires : Hésiode, Travaux, 405-406, qui présente la possession d'un bœuf de labour comme véritablement indispensable à un paysan pour survivre ; on consultera aussi Aristophane à ce sujet, à partir de Ehrenberg 1961,76-77.

34 No 6, 1. 1-5.

35 Dans l'alimentation des bovins, la pâture verte doit souvent être complétée par des apports de légumineuses et de céréales : voir les Geoponica, 17.3.1 et 17.12, ainsi que les commentaires de Georgoudi 1990. Les premiers résultats des études d'archéozoologie vont dans le même sens que les inscriptions sur la composition des cheptels. Elles concernent encore essentiellement les périodes antérieures à l'époque classique, cf. Klippel & Snyder 1991 pour deux sites crétois des âges obscurs où les ovicaprins représentent respectivement 70 % (site de Vronda) et 77,9 % (site de Kastro) des animaux. Carter 1987, 183, tabl. 262, donne des chiffres voisins pour des sites archaïques de Grande Grèce. Il ne faudra cependant pas oublier, dans l'exploitation des données archéozoologiques, que, la plupart du temps, le matériel provient d'un contexte sacrificiel et que les renseignements concernent plus les choix de victimes dans tel ou tel sanctuaire que la composition locale du cheptel.

36 Sur ce commerce, voir l'article de Grassl 1985.

37 Βουκάπηλος, Pollux 7.185 ; προβατοκάπηλος, Pollux 7. 184 ; ὑοπώλης et χοιροπώλης, Pollux 7. 187 ; προβατοπώλης, Aristophane, Cavaliers, 132 et 138. On trouve aussi la forme προβατοκάπηλος. Plut., Périclès, 24.6. Platon, Lois, 8.849b-c, confie l'organisation du marché aux bestiaux à ses agronomes et prévoit, selon le modèle athénien, que le foirail se tiendra le 20e jour du 3e mois.

38 Chandezon 2000b, 92-94.

39 Voir la conclusion, p. 399-400.

40 Pour la réquisition dans l'Égypte romaine, Adams 2001, 180-183.

41 Syll.3, 124, 1. 4-6 : ζεύγ|εσι τὸς λίθος ἄγοσι ǀ μισθός : ΗΓΔ.

42 Bolla 1940. 7-17.

43 IG, II2, 1673. Voir Clinton 1971, 83-113, et Raepsaet 1984 (avec trad. fr.).

44 A. Rehm, Didyma. II, no 40 et 41, par exemple.

45 Mention de βοϊκὰ ζεύγη dans A. Rehm. Didyma, II, no 40,1. 34.

46 J. Bousquet, CID, II. 1 13, 1. 18, pour la location d'attelages de chevaux.

47 IG, II2, 1673, 1. 18. Voir aussi la célèbre anecdote sur la mule du Parthénon, qui fut récompensée pour le zèle qu'elle déploya sur le chantier, même après qu'elle eut acquis ses droits à la retraite, et qui fut gratifiée de la nourriture au prytanée : Arist., Histoire des animaux, 6.23 = 577b, Plut., Caton, 5.3, et Élien, La personnalité des animaux, 6.49.

48 La construction des murailles de Syracuse sous Denys l’Ancien a ainsi nécessité de nombreuses journées d’attelage : Diodore 14.18.5.

49 Pouilloux, Choix, 6, 1. 16-20.

50 J. Salmon 2001, 199-201.

51 Quant au beurre, il est chose pratiquement inconnue des Grecs, cf. Auberger 1999.

52 Sur les productions dérivées de l'élevage dans le contexte grec, le chapitre de Jameson, Runnels & Van Andel 1994, 285-297, peut fournir un modèle, bien que cette étude soit surtout fondée sur des données concernant l'époque ottomane.

53 Berthiaume 1982, 44-70, et Grottanelli 1996, 121. Ces bouchers sont des μάγειροι, des κρεοπῶλαι qui vendent la viande au poids et dont l'étal est équipé d'une balance (voir Théophraste, Caractères, 9.4). Ils revendent parfois de la viande d'animaux sacrifiés, mais des bêtes sont aussi tuées spécifiquement pour la commercialisation de leur viande, ce qui n'empêche pas un aspect fortement ritualisé de leur mise à mort : il y a une “liaison intime, dans toute l'antiquité, entre sacrifice et boucherie, même pour la viande vendue dans les boutiques” (J. et L. Robert, Bull. ép., 1970, 511).

54 Vial 1984, 320-321. Voir ci-dessus, p. 131.

55 Brun 1996a, 92, remarque que l'omniprésence des porcs dans les agglomérations cycladiques a frappé les anciens voyageurs. Les porcs peuvent en effet jouer la fonction d'éboueurs dans les villes. Les troupeaux plus importants doivent être menés au pâturage.

56 Plut., Propos de table, 4.5.1 = 669F, qualifie la viande de porc de δικαιότατον κρέας (voir Athénée 9.375a-e). Les pièces de triperie de porc occupent une grande place dans l'inscription agoranomique du Pirée et sans doute aussi dans l'alimentation populaire à Athènes ; pour le texte et un commentaire développé, voir en dernier lieu Bresson 2000, 151-182 (ce document date de la période post-syllanienne).

57 Dans le même esprit, on constate que les fêtes religieuses (Pâques en premier lieu) suscitent dans la Grèce moderne une importante consommation de viande ovine : Jameson, Runnels & Van Andel 1994, 295. Dans l’Antiquité, les distributions de parts des victimes devaient fournir les rares occasions de consommer de la viande d'ovins ou de bovins. Encore le nombre de ceux qui y avaient droit était-il limité et les quantités peu importantes, hormis dans quelques grandes cités comme Athènes où les sacrifices de bovins étaient nombreux : voir Jameson 1988, 105-106. L'impérialisme athénien du ve s. a.C. semble s'être aussi manifesté par la possibilité que l'archè donnait de collecter des victimes chez les alliés et de procéder à des distributions plus larges : Hodkinson 1992. Sur l’importance réelle des sacrifices dans la consommation de viande, Gallant 1991, 174-177.

58 La distinction entre races à laine et races à viande ne s'est affirmée que récemment dans l'histoire de l'élevage (xixe s.). Les races réputées dans l’Antiquité comme lainières, telles que la race milésienne, sont peu nombreuses : voir Bodson 1982.

59 Zènôn faisait venir du fromage de Chios, Kythnos et Rhénée : voir Orrieux 1985. 85.

60 L'agronome Eschylide consacra un développement à cette production : Élien, La personnalité des animaux, 16.32, le cite et évoque le fromage de Kéos et celui de Kythnos qui se vendait 90 dr. le talent et était le κάλλιστος. C'étaient des fromages de brebis (sur les ressources de Kythnos, voir Robert 1969-1990, 6. 175-178). A Skyros, les chèvres étaient réputées pour leur lait dès la première moitié du ve s. a.C. comme on le voit dans un fragment d'une Ode pythique de Pindare cité par Athénée 1.28a-b. C’est sans doute pour cette raison que Polycrate aurait introduit à Samos des chèvres de Skyros : Athénée 12.540c-e.

61 Athénée 12.542f. Sur le fromage des Cyclades en général et sur celui de Kythnos, voir Cougny 1873, 931-935. spécialement 633, et Kroll 1919. spécialement col. 1492-1493, avec les références aux textes. Les autres fromages de luxe, qu'énumère Athénée 14.658a-d, proviennent de Sicile ou d'Achaïe.

62 Sur les liens entre la luzerne en arbre (kytisos) et la production fromagère, voir Pline, Histoire naturelle. 13.134, et les explications de Hodkinson 1988, 45-46, et de Brun 1996a, 95-96. Voir aussi ci-dessous, p. 304 et n. 171.

63 Voir ci-dessus, p. 132-133 et n. 100-102.

64 Déonna 1938a, 151-166 et pl. LV et suivantes, en répertorie déjà un bon nombre, même si tous ne sont pas des pesons de tissage. Pour les quenouilles et fusaïoles, voir Déonna 1938a, 267-271 et pl. LXXXIII. Les fouilles récentes ont encore enrichi ce matériel, ainsi pour l'îlot de la maison des comédiens.

65 “A little of everything” : c'est l’expression qu'emploie Osborne 1987, 36.

66 Sur cette pratique, qui n'était pas sans danger, on consultera Georgoudi 1974, 182-183, et Robert 1949, 161-170.

67 Voir Jardé 1925, 28, et Amouretti 1986, 62-63.

68 Les anciens Grecs semblent avoir été bien conscients des risques que le petit bétail, et les chèvres en particulier, faisaient courir à la végétation : voir le passage de Platon, Lois, 1.639a. qui insiste sur la nécessité de bien garder les chèvres si l’on veut éviter de tels problèmes. Porphyre, De l'abstinence, 2.9.1, explique que les chèvres sont devenues des animaux de sacrifice par la mise à mort de l'une d'entre elles qui avait brouté une vigne, cf. W. Richter 1972, col. 423-424. Cette obsession atteint son sommet dans l’inscription de la petite île cycladique d'Hèrakleia (no 35) expliquée par Robert 1949, 161-170. Voir aussi Brulé 1998.

69 Sur l'usage pastoral des chaumes, qui est recommandé par Varron, Économie rurale, 2.2.19, voir St. & H. Hodkinson 1981,280, n. 139.

70 Sur la gestion du calendrier agricole, voir Amouretti 1986, 77, et Amouretti 1991.

71 Sur le rôle des murets dans l'agriculture cycladique traditionnelle, voir Philippson 1950-1959, 4. 396 : “Auf manchen Inseln verzichtet man daher auf den Herdentrieb des Kleinviehes, und die Tiere weiden auf den Grundstücken der einzelnen Besitzer, besonders nach der Ernte, daher die Grundstücke sorgfältig mit Feldmauern eingefasst sind (z.B. Kea, Kythnos, Andros)”. La présence de troupeaux importants sur des pentes aménagées en terrasses doit cependant être contrôlée : le passage des animaux d'une terrasse à l'autre a tendance à détériorer très vite les murets, voir Van Andel & Runnels 1987, 148.

72 Hodkinson 1988, 41-45, s'est efforcé de démontrer qu’il existait un autre système grâce auquel le “divorce” élevage/agriculture pouvait être surmonté par l'emploi de plantes fourragères intégrées à une rotation des cultures plus élaborée que la rotation biennale, ce qui n'a visiblement pas convaincu Skydsgaard 1988, 81-84, pour lequel ces tentatives sont plus des expériences agronomiques que des pratiques communes : cette remarque est frappée au coin du bon sens.

73 Décret pour la protection des colombes : Sokolowski, LSAM, 86.

74 Voir Bodson 1978 pour sa synthèse consacrée aux “animaux sacrés”, ainsi que Prieur 1988, 54-64 et 121-149.

75 Sur le bétail sacré : Stengel 1920,93-94, Jameson 1988, 104, Isager & Skydsgaard 1992, 191-198, et Isager 1992.

76 ICret, II, XI, 3. Dictynna avait une personnalité divine proche de celle d'Artémis : elle était une divinité de la chasse et des zones sauvages. Un traité entre Polyrrhènia et Phalasarna. ICret. II, XI, 1, est surmonté d'un intéressant relief associant Dictynna, déesse protectrice de Polyrrhènia, à une chèvre sauvage et un arbre (voir la photo ; le texte figure dans Chaniotis 1996, no 1 ; il date du début du IIIe s. a.C.).

77 Pol. 4.18.10 et 19.4. Sur ce sanctuaire, voir Jost 1985, 46-51. Sinn 1992 a compris la mention des θρέμματα τῆς θεοῦ dans Polybe de façon surprenante : les animaux seraient ceux des paysans de la région qui auraient cherché à les placer sous la protection de l'asylie du sanctuaire contre les pillages des Étoliens. Cette théorie n'est pas tenable : c'est bien un bétail sacré, comme le montrent le vocabulaire employé par Polybe et la fréquence du phénomène du bétail sacré, même dans des sanctuaires d'Artémis. Les vestiges osseux découverts lors des fouilles du sanctuaire d’Artémis Hèméra de Lousoi sont en cours d'étude : voir Forstenpointer 1991 et Forstenpointer & Hofer 1997. L'un des apports de ces recherches a été de démontrer l’importance locale de l'élevage (un décret de proxénie de Lousoi prévoit l'octroi de 1'ἐπινομία, voir no 85). Les bovins sacrifiés dans le sanctuaire sont d'une taille importante : 130 et 141 cm au garrot pour deux animaux dont la taille a pu être calculée (les vaches de la race charolaise atteignaient 145 cm au garrot au début du xxe siècle). C'est nettement plus que les bovins de l'époque néolithique en Grèce ; ces chiffres sont comparables à ceux du Kabirion de Thèbes à l'époque hellénistique (voir Boessneck 1973, 15, et Forstenpointer & Hofer 1997. 686-687). L’un des bovins sacrifiés dans le sanctuaire de Poséidon et d'Amphitrite à Tènos durant l'époque classique faisait 141 cm au garrot : Leguilloux 1999, 435. Il semblerait que les éleveurs grecs et romains soient parvenus à créer des races d'animaux relativement grands et, à Lousoi, l’élevage sacré a pu être un facteur local d'amélioration de la race bovine. Rappelons que la romanisation de la Gaule se traduit aussi par une augmentation de la taille des animaux domestiques par contraste avec les races indigènes antérieures à la conquête : Méniel 1987, 22-23. Les troupeaux sacrés d’Artémis étaient probablement l'une des fiertés de la cité de Lousoi et l’une des plaques de bronze conservant un décret de proxénie, IG, V.2, 392, cf. pl. V, était surmontée d'un animal en train de paître, un bovin plutôt qu'une chèvre (Hiller dans le lemme de IG, V.2, 392) ou un daim (Wilhelm 1984, 1. 123).

78 Paus. 10.35.6-7. Voir Papahatzis 1974-1981, 5. 439-440, et la belle description du terroir agricole d'Hyampolis dans Frazer 1898, 5. 442-444.

79 Hdt. 9.93 ; cf. Cabanes 1976, 490-494, sur l'importance de l'élevage dans la vie économique de l'Épire.

80 Porphyre, De l'abstinence, 1.25.8-9 : en 73 a.C., alors que le roi Mithridate VI assiégeait leur ville, les Cyzicéniens craignirent de ne pouvoir célébrer la fête de Perséphone faute de victime ; une vache avait été choisie, mais elle paissait avec le reste des troupeaux sacrés sur le continent avec lequel les communications étaient coupées. Le jour de la fête cependant, elle parvint à traverser le détroit à la nage et à se présenter au sacrifice en ville. La même anecdote est racontée par Plut., Lucullus, 10.1-2, et Appien, Guerre de Mithridate, 75. Chez ces auteurs, il n'est plus alors question de troupeaux sacrés et Plutarque se contente d'évoquer les animaux des Cyzicéniens (ἄλλα βοτὰ τῶν Κυζικηνῶν).

81 Diodore 4.80.6. Le site d'Engyon n'est pas identifié avec certitude, voir Wilson 1990, 145 et 149.

82 Od., 12.260-373, pour cet épisode. Il s'agit bien de vaches comme le montre l'emploi du féminin (cf. ἔνθα δ᾿ἔσαν καλαὶ βόες εὐρυμέτωποι, 262). Le Soleil possédait aussi des troupeaux de petit bétail (δεινοῦ γὰρ θεοῦ αἵδε βόες και ἴφια μῆλα, 322).

83 Une inscription de Lagina mentionne des ἱερὰ βοσκήματα dans un passage très mutilé : IK, 22-1-Stratonikeia, 513.

84 Benveniste 1969, 1. 37-45.

85 Ἀγέλη s'emploie plutôt pour le gros bétail, voir P. Chantraine, DELG s.v. ἀγέλη ; θρέμματα dérive du verbe τρέφω et, au pluriel, désigne toute sorte de bétail : cf. Hésychios s.v., θρέμματα· βοσκήματα, πρόβατα.

86 Pol. 4.18.10 et 19.4 : τὰ θρέμματα της θεοῦ (à Lousoi en Arcadie) ; Paus. 10.35.7 : ὁπόσα δ'ἂν τῶν βοσκημάτων ἱερὰ ἐπονομάσωσιν είναι τῇ Ἀρτέμιδι (à Hyampolis en Phocide) ; Hdt. 9.93 : ἱρὰ Ήλιου πρόβατα (à Apollônia d'Épire) ; Porphyre, De l'abstinence, 1.25.8 : ἱεραὶ ἀγέλαι (à Cyzique) et Diodore 4.80.6 : ἱεραὶ βοῦς (à Engyon en Sicile).

87 Sur la prédominance des animaux de sexe féminin, voir ci-dessous, p. 293.

88 Diodore 4.80.6.

89 Voir ci-dessus, p. 287, n. 80.

90 On le voit à la prédiction de Tirésias, Od., 11.100-113.

91 Hdt. 9.93-94.

92 ICret, III, II, 2, conserve un hymne à Zeus Diktaios : le dieu y est présenté au milieu de ses troupeaux de bovins et d'ovins (v. 24 : ἀλλὰ βῶν θόρ'ἐς ποί]μνια καὶ θόρ'εὔποκ'ἐ[ς πώεα]).

93 Diodore 4.80.6 : βραχύ γὰρ προ ἡμῶν εἶχoν αἱ θεαὶ βοῦς μὲν ἱερὰς τρισχιλίας, χώρας δὲ πλῆθος ώστε λαμβάνειν μεγάλας προσόδους.

94 IK, 3-Ilion. 71 ; cette action a probablement abouti à la location des terres sacrées à des particuliers, car, dans la loi de 77 a.C. sur l'organisation de la panégyrie d'Athéna Ilias, il est prévu d'acheter les victimes à partir des revenus des domaines sacrés (IK, 3-Ilion, 10, 1. 23-24).

95 L'affermage du bétail était connu dans l'Antiquité grecque, au moins pour l’Égypte ptolémaïque : voir Préaux 1947, 33, Orrieux 1985, 261-262, et Bolla 1940, 1-115, pour l'Égypte (le reste de cet ouvrage – qui s'intéresse surtout aux aspects juridiques de la question – est consacré à la documentation babylonienne). Il est probable qu'il a existé ailleurs même si, pour l’instant, nos sources n'en font pas clairement mention. Voir ci-dessous, p. 400-401.

96 Ces trois caisses étaient celles du trésor sacré (τοῦ θησαυροῦ), celle des troupeaux (τῶν θρεμμάτων) et celle des autres revenus : Daux 1936, 382.

97 Les modernes, comme Daux 1936, 383-384, parlent d’“épimélètes des troupeaux”.

98 La répartition étant la suivante : 5 esclaves pour les brebis sacrées, 5 pour les chèvres sacrées, 4 pour les vaches sacrées et 3 au moins pour les juments sacrées (mais il y avait vraisemblablement quatre noms : voir Colin, FD, III.4, 77, p. 123).

99 On comparera cette attitude à celle du dynaste phrygien Philomèlos fils de Lysias qui offrit au sanctuaire de Didymes cinq attelages de mules avec les cinq serviteurs chargés d'en prendre soin : Rehm, IDidyma, IL 458. 1. 2-4 (ζνύγη ἡμιονικὰ πέντε καὶ τοὺς ἐσ[ταλ]ǀμένους ἐπὶ τῆς τούτων θεραπείας ǀ ἄνδρας τον ἀριθμὸν πέντε). Sur Philomèlos et sa famille, voir Holleaux 1938-1957, 3. 357-363.

100 Ps-Théocrite 25 (Héraclès tueur de lion). 33, parle d’eux comme de “serviteurs”. Sur le réalisme de cette description, voir Rostovtzeff 1989, 854-855.

101 Welles, RC, p. 225 : “The purpose of the offering was, directly or indirectly, to furnish animais for sacrifice”, mais cette idée était déjà présente chez Boeckh, CIG, II, p. 895, et se retrouve dans IK, 3-Ilion, p. 115. Dans l’article de la Pauly-Wissowa sur les bovins, Krämer 1940, col. 1172. explique de façon générale que les troupeaux sacrés avaient pour fonction de fournir des victimes pour les sacrifices. Récemment, on retrouve cette idée dans Gallant 1991, 176, à propos de Tégée.

102 Hatzopoulos & Loukopoulou 1989, 26 : “On notera que les vaches sacrées de Morrylos ne semblent pas avoir été tuées systématiquement, à l'exception de celles qui étaient consommées lors des sacrifices publics”, cf. p. 78. L'idée réapparaît chez Isager 1992, 17, et suscite la réprobation de J. Tréheux au cours de la discussion (p. 19-20).

103 Jameson 1988, 104 : “But most victims did not come front sanctuary herds since the assumption in the listing of prices in leges sacroe is that animals will be purchased”.

104 Sur l'exemple du collège délien de βοῶναι, Vial 1984, 243-244. Sur la fourniture des animaux pour les sacrifices, voir Gallant 1991, 176.

105 Aristophane, Cavaliers, 1131-1140.

106 Voir J. Bousquet, CID, II, compte 34, 1. I-30-31, II-33-34, 1. II-49-51 ; compte 46, 1. 4-5 ; compte 50, 1. II, 3-4 ; compte 55, 1. 13-15 (ces documents s'échelonnent de 345 à 337 a.C. et les versements vont de 1,5 oboles à 2 drachmes). Pour cette pratique à Délos à l'époque de l'Indépendance, Jacquemin 1991, 98.

107 J. Pouilloux, Choix, 37 : προσήγαγεν δὲ καὶ θυσίαν | τῶι θεῶι ἱερεῖα χίλια καί βο[ῦς] δώδεκα (1. 61-62). Voir Debord 1982, 236. On pourrait citer d'autres exemples comme dans le décret de Rhamnonte pour Dikaiarchos, Choix, 19 : ἔδωκεν δὲ καὶ ἱερεῖα εἰς τὴν θυ|σίαν τῶν Νεμεσίων καὶ τοῦ βασιλέως ἑκ τῶν ιδίων, ἐγλειπου|[σ]ῶν τῶν θυσιῶν διὰ τον πόλεμον (1. 27-29) qui montre que ces offrandes de victimes devaient intervenir principalement lorsque la communauté était en difficulté. Voir un cas semblable dans le décret trouvé à Brousse et étudié par Holleaux 1938-1957, 2. 74-75, 1. 13-16 (ἐνδεῶς τε ἀπαλλασσόν|των τῶν πολιτών διὰ τὸν πόλεμον παρά | τε αυτοί) ἐχαρίσατο εἰς τὰς δημοτε|λεῖς θυσίας βοῦς καί ἱερεῖα, cf. p. 101-102).

108 Herrmann 1965, 38, II, 1. 44-45 : τοὺς πριαμέ|(νους] τῷ πρότερον ἔτει τὴν παράσχεσιν τῶν ιερείων (cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1969, 495) pour le document de Téos. Document de Korèsia : Syll.3, 958, 1. 4-5.

109 Les deux textes ont été publiés par Blümel 1995, 35-39 et pl. 8, et Blümel 1997a (cf. Ph. Gauthier, Bull. ép., 1997, 541 ; les textes repris dans le SEG, 45, 1995, 1508).

110 Voir les exemples cités ci-dessus, n. 3.

111 Voir Holleaux 1938-1957, 2. 101-102 : “On peut croire qu’il [le terme ἱερεῖα] sert souvent à désigner, sans autre précision, le menu bétail destiné aux sacrifices”.

112 C'est peut-être ce qui se passait dans le sanctuaire d'Artémis fondé par Xénophon à Scillonte, Xén., Anab., 5.3.9-13, où l’on fournissait aux participants des banquets “une portion des victimes élevées dans les pâturages sacrés" (trad. P. Masqueray, CUF). L'anecdote sur la vache de Cyziquc va dans le même sens, voir cidessus, p. 287 et n. 80.

113 Sur la rareté des sacrifices de chevaux, voir Bodson 1978, 151-152.

114 Varron, Économie rurale, 2.5.18. Ce chiffre semble peu croyable, en comparaison au moins avec les critères de l'élevage français traditionnel où l’on considère qu'il faut un taureau pour environ 12 à 15 vaches. Sur cela, voir Georgoudi 1990, 233-235, qui explique ainsi le fait que le féminin est systématiquement employé en grec pour désigner les animaux, notamment dans l'épopée, les quelques mâles présents étant comptés pour partie négligeable.

115 Sur la castration des bovins, voir Georgoudi 1990, 280-282.

116 Les jeunes bovins sacrifiés dans le sanctuaire de Poséidon à Tènos étaient cependant rares : Leguilloux 1999, 434 et tabl. 3 (seulement 4 animaux, sur les 24, avaient moins de 2 ans). Perpétuer le cheptel, servir de victimes de sacrifice ou tirer l'araire sont les trois sorts qui attendent les jeunes animaux : Virgile, Géorgiques, 3.157-161.

117 PCZ, 59406. Voir Orrieux 1985, 262-263.

118 Parker 1983, 357-365, sur les tabous concernant les animaux et les aliments.

119 Pour les tabous concernant les moutons, voir Waechter 1910, 89 (par exemple à Thasos, dans un sanctuaire des Nymphes et d'Apollon Nymphagète, Sokolowski, LSCG, 114). La chèvre faisait beaucoup plus souvent encore l'objet de telles mises à l'écart : Robert 1949, 163, n. 3, et W. Richter 1972, col. 427.

120 Plut., Questions romaines, 111 = 290B (cf. Parker 1983, 357-358, sur le tabou contre les chiens).

121 Strabon 12.8.9 = C575 (cf. Debord 1982, 334, n. 75, sur l'épisode raconté par Strabon et 58-59, sur ce sanctuaire).

122 Euripide, Hippolyte, 73-76 : Σοὶ τόνδε πλεκτὸν στέφανον ἐξ ἀκηράτου | λειμῶνος, ὦ δέσποινα, κοσμήσας φέρω, ǀ ἔνθ᾿οὔτε ποιμὴν άξιοι φέρβειν βοτά ǀ οὐδ᾿ ἦλθέ πω σίδηρος (trad. L. Méridien CUF).

123 Eschine, Contre Ctésiphon, 108, et Paus. 10.37.4.

124 Il est aussi utilisé dans la loi astynomique de Pergame, no 49,1. 182.

125 Dans le texte d'Hèrakleia. les chèvres (αἶγες, no 35,1. 4) sont aussi expressément nommées, mais cette particularité ne tient pas à des raisons religieuses.

126 Sur ce vocabulaire, voir Casevitz 1984, 81-95.

127 Casevitz 1984, 91-93.

128 Voir Casevitz 1984, 82-87, et Le Roy 1986, 285-286.

129 Cette structure est nettement affirmée dans Stengel 1920, 17-18 ; on peut lui reprocher une certaine rigidité, mais elle aide à se représenter les choses, au moins dans le cas des sanctuaires les plus vastes.

130 Parker 1983, 161 : “The unworked land would normaly be that immediately surrounding the sacred buildings or altar, while the broader periphery and field belonging to the shrine but not attached to it might be cultivated”.

131 Voir ci-dessus, p. 294, n. 121. Les tabous sur le porc semblent avoir été assez fréquents : on les retrouve dans le texte de Ialysos (no 41) où il est interdit de porter des chaussures en cuir de porc à l'intérieur du sanctuaire ; voir Waechter 1910, 82-87, et Le Guen-Pollet 1991, 87.

132 Le temple n'apparaît jamais dans ces interdictions de bétail et c'est logique. Voir Casevitz 1984, 87-89, sur le terme νάος qui désigne obligatoirement un bâtiment et ne peut jamais être synonyme de “sanctuaire”.

133 Waechter 1910, 121, avait déjà remarqué que certains textes accordaient des délais de tolérance aux étrangers. On peut comparer ces délais avec les dix jours accordés dans la convention entre Myania et Hypnia (no 15) qui se justifient par des raisons profanes : voir Bousquet 1965, 679.

134 D'une certaine façon, le texte de Labraunda (no 61) qui vise les militaires séleucides campant autour du sanctuaire de Zeus pose un problème identique.

135 Voir Dillon 1997a, 21 1-212, et Dillon 1997b, 121-123, pour les problèmes liés aux animaux et aux véhicules des pèlerins.

136 Xén., Anab., 5.3.11 : ὥστε και τὰ τῶν εις την ἐορτὴν ιόντων υποζύγια εὐωχεῖσθαι.

137 Ν° 19, 1. 10-12.

138 Syll.3, 984, 1. 5-7 : μηδὲ [φ]ǀέρει(ν) ξύλα μηδὲ κοῦρον μηδὲ φρύγανα μηδ[ὲ] ǀ φυλλόβολα ἐκ τού ιεροῦ.

139 Le montant de l'amende a disparu dans la lacune, mais la restitution du chiffre 50 due à Wilhelm 1909, 44-45, semble assez sûre.

140 La loi de Chios (no 37) permet de se faire une idée de l'échelle des peines : 1/12e de statère pour avoir illégalement pâturé, 5 statères pour avoir déposé des ordures dans le sanctuaire et pour le témoin qui n'aurait pas dénoncé le délit, une victime expiatoire pour celui qui aurait dérobé des biens sacrés.

141 A Koropè. (no 19), l’amende sera versée τῆ]ι πόλει (1. 14) et à Ios (no 32, 1. 5-6), on lit ὀφειλέτω εκατόν δραχ[μὰς τῶι]ǀ δημοσίων Dans les autres textes, rien n'est précisé et il faut sans doute en conclure que l'amende allait alors à la caisse du sanctuaire : le document de Chios (no 37) le sous-entend, lorsqu'il précise que l'amende de 5 statères que devra payer celui qui laisserait des ordures dans le sanctuaire sera versée ἁγνῶ[ς] ǀ πρὸς τõ θεõ (1. 16-17).

142 L'amende y est réservée à ceux qui auraient illégalement boisillé sur le sanctuaire.

143 Parker 1983, 165 : “In general, sacred laws treat pasturing a flock or cutting wood in a god's grove as an offence against property rather titan a threatening sacrilege”.

144 Sur les amendes dans le droit sacré, voir Latte 1920, 54-61 (mais l'auteur étudie surtout l'utilisation des amendes sacrées dans le droit profane). Les amendes sont très souvent utilisées pour punir des sacrilèges avec de grosses variations dans les montants : de 2 dr. à Délos pour celui qui se sera baigné dans la fontaine Minoè (Sokolowski, LSCG, 50) à 1 000 dr. pour celui qui aura coupé des cyprés sacrés dans l'Asklèpieion de Cos (Sokolowski, LSCG, 150). L'un de nos textes prouve qu'une amende pouvait effacer une souillure sacrilège : la loi de Chios (no 37) protégeant les bois sacrés précise que celui qui laisserait des ordures devra payer 5 statères ἁγνῶ[ς] ǀ προς το θεõ (1. 16-17).

145 Voir Ziebarth 1897.

146 Le chêne de Dodone ou l'olivier de l'Acropole d'Athènes prouvent cette importance des arbres dans les cultes et l'atmosphère religieuse des sanctuaires : voir Burkert 1985, 85-86, et Robert 1967a, 82-85, sur l'importance de l'arbre dans certains cultes. Sur la protection de la végétation des sanctuaires, voir Dillon 1997b (la conscience écologique que l'auteur attribue aux Grecs de l'Antiquité semble quelque peu anachronique).

147 Robert 1948, 27. Voir aussi Robert 1949, 153-154.

148 Thc. 3.70.4.

149 Sur les sources et fontaines dans les sanctuaires, Burkert 1985, 86.

150 Voir les exemples rassemblés dans le recueil de Le Guen-Pollet 1991, no 13 (Athènes). 14 (Délos), 15 (Cos). Sur ce problème de l'eau dans les sanctuaires, Panessa 1983 et Dillon 1997a, 213-214.

151 Waechter 1910, 136, expose ainsi les trois motivations principales des interdictions de bétail : “Es ist möglich, daß bei den Weideverboten vereinzelt der Gesichtpunkt der Verunreinigung des τέμενος durch mit Mist massgebend war [ex. de Chios]. Im allgemeinen aber, besonders wenn Tempelvieh vorhanden war, wird der Grund darin zu suchen sein, dass man die Tempelweide nicht von fremdem Vieh abfressen lassen wollte. Doch kann man auch daran denken, dass durch die Weideverbote die Berührung des heiligen Viehs mit fremdem vermieden werden sollte [ex. de Delphes]”. Dillon 1997b. 121-122, accorde aussi une certaine importance à cette motivation.

152 On notera l'opposition entre les ἰδιωτικὰ θρέμματα (no 12, 1. 26) et les ἰεραῖς βόοις και ἵπποις (no 12, 1. 20).

153 Les règlements festifs mentionnent parfois des exemptions de taxes pour les animaux qui étaient sacrifiés lors d'une panégyrie ou pour ceux qui étaient vendus lors d'une foire se déroulant à l'occasion des fêtes religieuses, mais il n'est pas question de leurs pâturages. Xén., Anab., 5.3.9, explique cependant que, lors de la fête, on fournissait aux participants “une portion des victimes élevées sur les pâturages sacrés” (καὶ τῶν θυομένων ἀπὸ τῆς ἱερᾶς νομής λάχος) du sanctuaire d'Artémis fondé sur son domaine de Scillonte.

154 Uguzzoni & Ghinatti 1968, 18, 1. 128-130.

155 Voir p. 116 et n. 42, avec référence à une inscription d'Hiérapolis du Méandre et datant de l'époque impériale commentée par Robert 1937, 104, et Robert 1949, 153.

156 Robert 1949, 169-170.

157 Voir p. 148-149.

158 Philippson 1950-1959, 4. 396, décrit cette pratique comme une conséquence de la pénurie de bons pâturages : “Die kleinen unbesiedelten Eilande werden von der nächsten größeren Inseln aus, zu der sie gehören, zu gewissen Jahreszeiten mit Kleinvieh beweidet, manche übrigens auch teilweise ausgebaut : die Hirten wohnen während der Weidezeit in primitiven Steinhütten oder auch in Höhlen. Voraussetzung für die Beweidung ist eine genügende Wasserversorgung auf dem Eiland, die meist durch Zisternen geschieht”. Pour cette pratique dans l'Antiquité, voir Robert 1949, 161-170 (“Les chèvres d'Héracleia”), et Robert 1960. 173-175. Georgoudi 1974, 182-183, Sartre 1979, 215, et Baladié 1980, 4-6, se sont également intéressés à ces “îlots à chèvres”.

159 Od., 4.605-606 : ἐν δ᾿ Ἰθάκῃ οὔτ᾿ ἂρ δρόμοι εὐρέες οὔτέ τι λειμών· | αἰγίβοτος και μάλλον ἐπήρατος ἱπποβότοιο. Voir W. Richter 1968, 41 : Ulysse envoyait son gros bétail sur le continent.

160 ΜΑΜΑ, IV, 297.

161 C'est ce même espace formé des îles, de l'Eubée et de l'Attique qui constitue l'unité économique mise en valeur par Reger 1994a, 252-253.

162 Voir fig. 13, p. 382.

163 Philippson 1950-1959, 4. 396 : “Das Fehlen des Hochgebirgs-Sommerweiden und die geringe Ausdehnung der Gebirgsweiden überhaupt hat eine Beschränkung der Viehzucht zur Folge. Auf manchen Inseln verzichtet man daher auf den Herdentrieb des Kleinviehes, und die Tiere weiden auf den Grundstücken der einzelnen Besitzer, besonders nach der Ernte, daher die Grundstücke sorgfältig mit Feldmauern eingefasst sind”.

164 On sait aujourd'hui que les terrasses de culture étaient connues dès l'Antiquité. On en a repéré dans le sud de l'Attique (Lohmann 1993, 1. 196-198, pour qui ces terrasses servaient à l’oléiculture) et à Délos (Brunet 1990a). Sur les terrasses de culture, voir aussi Foxhall 1996 et Brun 1996a, 64-71 et 74-78, qui insiste sur l'efficacité de la céréaliculture égéenne dont il fonde en partie le succès sur la pratique des terrasses.

165 Sur la notion et la pratique, voir d'abord Robert 1960, 173-175.

166 Syll.3, 621 ; voir les éditions commentées de Magnetto. 1997, no 1 et Ager 1996, no 3.

167 Tournefort 1982, 211 (Donoussa qu'il appelle Sténosa), 212 (Nikouria. un îlot proche d'Amorgos, où “on ne voit que des chèvres assez maigres”) et 222 (à Raclia où le monastère d'Amorgos entretenait “huit ou neuf cents chèvres et brebis" qui produisent un bon fromage). On rapprochera cela de la notice de Strabon 10.5.13 = C488 : “Icaria est déserte et possède seulement des pâturages utilisés par les Samiens” (trad. Fr. Lasserre, CUF).

168 Sonnini 1997, 163, qui séjourna longtemps à Kimolos en 1778, fait une intéressante remarque au sujet de Polyaiga. qu'il appelle Polivo : “Quelques habitants de Milo et de l'Argentière [c’est le nom que les marins français donnaient alors à Kimolos] ont aussi des troupeaux sur l'île de Polivo”. Selon lui, cette transformation en pacage ne remontait alors qu’au début du xviiie s. ; il avait fallu pour cela que les oliviers de l'îlot soient brûlés par les Vénitiens lors de leurs guerres contre les Turcs. Il signale d’autres îles à chèvres dans son récit : voir Sonnini 1997, 92 et 98.

169 A ce sujet, l'opposition de deux périodes dans l'année pastorale de certaines régions du sud de l'Asie Mineure au milieu du xxe s. est éclairante : de juin à décembre, les troupeaux qui restent dans les zones basses n'ont plus besoin d'être surveillés aussi étroitement que pendant le reste de l'année, c'est la période du bozuk, entre moisson et semailles. Voir Planhol 1958, 286 et 298-299.

170 Platon, Lois, 1.639a.

171 Luzerne et kytisos sont systématiquement associés lorsque les agronomes latins parlent de l'alimentation du bétail : Varron, Économie rurale, 2.1.17, fait du kytisos et de la luzerne des aliments appréciés des vaches tandis que Columelle 7.3.2, recommande la luzerne et le kytisos pour nourrir les brebis vêtues pendant l'hiver. Une grande partie des informations des agronomes latins provenait de leurs devanciers grecs : on sait qu'un certain Amphilochos d'Athènes avait, à l’époque hellénistique, écrit un traité Περὶ κυτίσου και μηδικῆς (Pline, Histoire naturelle. 13.47, résume l'ouvrage d'Amphilochos). Sur l'usage des fourrages artificiels dans l'élevage égéen, voir Brun 1996a, 96-98.

172 Sonnini 1997, 162.

173 Voir aussi p. 178-179, sur la pratique du parc à moutons qu'attestent les inscriptions pour la Crète hellénistique, usage qui semble avoir disparu à l'époque moderne.

174 Sur la géographie d'Ios. voir Philippson 1950-1959, 4. 141-144. Sur Ios et son histoire, Othonaios 1938. En 1879, l'île comptait 2 113 habitants et 1 270 en 1971, voir Kolodny 1974, 2.795, tabl. VIIb. Les recensements de 1981 et 1991 ont donné respectivement 1 450 et 1 650 habitants d'après le démarque de l'île que nous tenons à remercier ici pour son accueil : cette remontée démographique est due à l’essor du tourisme. Le chiffre de 1879 donne une assez bonne idée des capacités humaines de l'île.

175 Il reste quelques pins sur les flancs du mont Pyrgo : voir Philippson 1950-1959, 4. 142. Au milieu du xviie s., le voyageur Thévenot 1980, 169, y aurait vu “des bois fort épais de chênes et autres sortes d'arbres qu'ils [les habitants] coupent pour les vendre en divers endroits” ; ce témoignage n'est peut-être pas tout à fait fiable : Tournefort 1982, 1. 224, remarquait quelques années plus tard qu'Ios manquait de bois. Les parties incultes de l'île sont recouvertes d'une végétation de phrygana. Sur la végétation d'Ios, voir Fiedler 1840-1841, 2. 210.

176 Voir Kolodny 1974, 2. atlas, carte B2.

177 Ces deux ports sont celui de Manganari au sud-est de l'île et l'échelle par laquelle on accède au bourg de Chora, à l'emplacement de l'agglomération antique. Tous les voyageurs évoquent les pirates d'Ios, voir par ex., au xviie s., Tournefort 1982, 225-226. L’indépendance de la Grèce n’a pas immédiatement fait disparaître la piraterie et Ross 1912, 1. 172, craignait encore en 1837 de rencontrer des pirates au moment de repartir d'Ios où il était venu dans l'espoir d'éclaircir la question du tombeau d'Homère qui, d'après la légende, était mort dans l'île.

178 Ce sont les plaines de Kato et Epano Kambos, voir la carte de l'île insérée dans Othonaios 1938. Sur les conditions locales et l'ouverture d'Ios vers la mer. voir aussi Brun 1996b, 305.

179 Voir Tournefort. 1982, 1. 224 : “L'île est assez bien cultivée et n'est pas si escarpée que les îles voisines ; les terres en sont excellentes et l'on estime beaucoup le froment qu'elle produit et qui fait presque tout le commerce de ses habitants ; mais elle manque d'huile et de bois”, voir aussi Ross 1912, 1. 132-133.

180 Voir le tableau général des productions de l’île dans Fiedler 1841, 2. 212 : “Man baut nur Gerste und ist nur Gerstenbrot. Wein wird wenig erbaut, Oliven aber mehr als die Insel bedarf. Es gibt nur nur ein paar Schaf-und Ziegenherden, die nicht bedeutend sind. An Fischen guter und grosser Art wimmelt der Hafen, aber niemand fängt sie”.

181 Sur cet usage, voir Brun 1996a, 96.

182 Sur la complexité du système agricole traditionnel dans les Cyclades, voir Halstead & Jones 1989, 41-55 et spécialement 49, pour l'intégration du bétail dans l'agriculture.

183 Voir la description de journées enneigées dans Longus 3. 3 ; de manière révélatrice, les bovins sont alors nourris de paille (ἄχυρον), les chèvres et les moutons de feuillage (φυλλάς) et les porcs de faînes et de glands (ἄκυλον καὶ βαλάνους).

184 Les campagnes de Tènos paraissent également avoir connu une époque de prospérité au début de l’âge hellénistique, cf. Étienne 1990, 25-29. Mais l'île possédait des pâturages d'altitude qui ne se trouvaient pas à Rhénée et Délos : Philippson 1950-1959, 4. 101 : “Auf den Höhen hindern die Etesien den Baumwuchs ; hier dienen Phrygana und Kräuter, von den an den Bergen sich bildenden Wolken benetzt, einigen Herden zur Nahrung”.

185 Brunet 1999b, 49.

186 L'étude de deux maisons d'Halieis a permis de mettre en valeur des fosses à fumier (κοπρῶνες) : Ault 1999, 556-559, établit un lien entre cette collecte du fumier et son épandage sur les terres agricoles.

187 C'est ce que suggèrent Halstead 1987a, 77-87, et Brun 1996a, 113-119.

Table des illustrations

Légende Fig. 11 : Interdictions et exclusions du bétail dans les sources épigraphiques.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search