Version classiqueVersion mobile

L’élevage en Grèce (fin ve-fin ie s. a.C.)

 | 
Christophe Chandezon

Testimonia épigraphiques

IV – Asie Mineure

Texte intégral

47. Exemption de taxes sur le bétail accordée par Philétairos aux Cyzicéniens (280-275 a.C.)

1C. Smith, & R. De Rustafjaell, JHS, 22, 1902, no 3, p. 193-201, avec fac-similé p. 193 (Dittenberger, OGIS, 748 ; M. Launey, “Études d'histoire hellénistique”, REA, 46, 1944, p. 217-236 : Kl. Bringmann & H. v. Steuben, Schenkungen hellenistischer Herrscher an griechische Städte und Heiligtümer, 1, Berlin, 1995. 241-E1).
Cf. Laum, Stiftungen I, p. 89 et 11, 68, sur les 1. 15-17 : passage interprété comme une fondation ; Wilhelm, Beiträge, p. 322 sur la 1. 24 ; P. Herrmann, MDAI(I), 15, 1965, p. 79, n. 21. sur la 1.23 ; M. Segre. Athenaeum, 8. 1930, p. 488-492, chronologie ; W. F. Edgerton. AJPh, 46, 1925. p. 177-178, sur le sens de λεία ; H. Müller, Chiron, 5, 1975. p. 136, sur l'évacuation du territoire ; F. W. Hasluck, Cyzicus, Cambridge, 1910, p. 174-175 et no 23 p. 265 ; E. V. Hansen, The Attalids of Pergamon, 2e éd. Ithaca. 1971. p. 18, générosités de Philétairos ; R. Allen. The Atlalid Kingdom, Oxford, 1983, p. 14-15 et 137, générosités de Philétairos et intervention contre les Galates ; H. J. Schalles, Untersuchungen zur Kulturpolitik pergamenischen Herrscher im dritten Jahrhundert vor Christus, Tübingen, 1985. p. 39-40, générosités de Philétairos.
Texte utilisé : OGIS, 748.

2La pierre qui se présente sous la forme d’une stèle de marbre a été trouvée dans le port par les archéologues anglais qui ont fouillé de site de Cyzique au début du siècle. La partie inférieure du texte est très endommagée. La première publication de ce texte remonte à 1902, mais il n’a guère été repris depuis, quoiqu'il soit l'un des plus célèbres de l'épigrahie cyzicénienne. Les deux premières lignes sont gravées avec des lettres espacées et nettement séparées du reste du texte par une ligne laissée vide.

Τάδε ἔδωκεν Φιλέταιρυς
Ἀττάλου δωρεὰν τῶι δήμωι·
ἐπὶ Γοργιππίδου τοῦ Ἀπολλώνιου
[4] ἱππάρχεω, εἰς ἀγῶνας ἀργυρίου
τάλαντα ἀλεξάνδρεκχ εἴκοσιν,
καὶ εἰς φυλακὴν τῆς χώρας ἴππους
πεντήκοντα·
[8] ἐπι Βουφαντίδου, πολεμηθείσης
τῆς χώρας, ἀτέλειαν τῆς λείας,
καὶ τῶν λοιπῶν ὧν ἀπεσκεύασαν
καὶ βοῶν ὧν ἀγοράσαντες
[12] ἐκ τῆς αῆτοῦ ἐξηγάγοντο·
ἐπὶ Φοίνικος, φυλακήν τῆς χώρας
καὶ τὰ ἀναλώματα τὰ εἰς ταύτην γινόμενα·
ἐπι Ποσειδῶνος, εἰς ἔλαιον καὶ [σ]υναγω[γὴν]
[16] τῶν νέων, ἀργυρίου τάλαντα ἀλεξάνδρεια εἲκοσιν ἕξ·
ἐπὶ Διομέδοντος, ἐν τῶι πολέμωι
τῶι πρὸς τοὺς Γαλάτας γ[ενομένωι]
[20] πυρῶν μεδίμνους [---------- καὶ]
|κρι|θῶν μεδίμνους [----------]
[---ὑπη] ρετικòν ΔΩ[------]
[------κ]ατασκευὴν [-------]
24 [--------]ΙΟ[---]ΣΟ[---]ΣΤΗ[-----]
[---------------------]
[-------]Δ[---------------------]
[---------------------]
28 [------]ΣΚ[---------]

3L. 4 : [ἰ]ππαρχέω, Smith & Rustafjaell, Bringmann & ν. Steuhen.
L. 15 : [σ]υναγω[γὴν?], Smith & Rustatjaell.
L. 19 : γ[ινομένωι?], Smith & Rustafjaell.
L. 23 : [εἰς κ]ατασκευὴν [τειχῶν] suggéré par Herrmann.
L. 24 : le fac-simile de Smith & Rustatjaell indique deux hastes verticales avant ΣΟ : Wilhelm a proposé [ἐπι Δ]ιονύσο[υ εἰ]ς τὴ[ν] ; Bringmann & ν. Steuben suggèrent aussi [Δ]ιονυσ[ί]ο[υ].
L. 25 : restes de trois hastes verticales dans le premier tiers de la ligne selon Smith & Rustafjaell.

4Traduction : “Philétairos fils d’Attale a donné ce qui suit en cadeau au peuple : sous l'hipparque Gorgippidès fils d'Apollônios, pour les concours, vingt talents d'argent d'Alexandre et pour la garde du territoire, cinquante chevaux ; sous Bouphantidès, alors qu'il y avait la guerre sur notre territoire, l'exemption du bétail, de tout ce qu'ils avaient mis à l'abri et des bovins qu'ils avaient exportés de son territoire après les y avoir achetés ; sous Phoinix. la garde du territoire et toutes les dépenses y afférant ; sous Poséidon, pour l'huile et le banquet des neoi, vingt-six talents d’argent d'Alexandre ; sous Diomédôn, durant la guerre contre les Galates, [...] médimnes de blé et [...] médimnes d’orge [...]”.

  • 1 Phoinix est aussi l'hipparque éponyme sur une stèle votive à Héraclès où l'on voit le héros soumett (...)
  • 2 Le Ποσειδῶν de la 1. 15 est bien le dieu Poséidon, voir Wilhelm 1900a, 322, malgré Dittenberger, OG (...)

5Le document se présente comme une liste de dons faits par Philétairos fils d'Attale, le fondateur de la dynastie attalide, à la cité de Cyzique. Cette dernière a classé les bienfaits du dynaste selon l'ordre chronologique, citant d'abord le nom de son hipparque éponyme. Cinq noms subsistent (Gorgippidès, Bouphantidès, Phoinix1, le dieu Poséidon2, et Diomédôn), correspondant donc à cinq années différentes et un sixième nom apparaissait certainement à la ligne 24.

  • 3 Nachtergael 1977, 166-167.
  • 4 Ditlenberger, OGIS, 748. n. 7. Sur cette guerre, voir Will 1979-1982, 1. 142-143.
  • 5 Launey 1944, cf. J. et L. Robert. Bull, ép., 1946, 177.
  • 6 Wörrle 1975, 64.

6La mention du dynaste Philétairos fournit un élément solide de datation du texte entre 282 et 263 a.C. L’allusion à la guerre contre les Galates. dont un groupe conduit par Léonnorios et Lutarios passa en Asie durant l'hiver 278/277 a.C., invite à proposer une datation plus précise3. Dittenberger suggéra que la première année du texte, celle de Gorgippidès correspondait à 280/79 a.C. et la cinquième, celle de Diomédon, à 276/275 a.C. ; la guerre qui toucha le territoire de Cyzique sous l'hipparque Bouphantidès aurait été celle qui opposa Antiochos Ier à Nicomède Ier de Bithynie et Antigone Gonatas4. Cette chronologie a depuis été précisée par M. Launey5 : elle semble séduisante, mais, comme l'a fait remarquer M. Wörrle, elle repose sur la supposition que les cinq hipparques éponymes de Cyzique se seraient succédé sans intervalle6.

  • 7 On constate que Philétairos a offert en tout “45 talents d'argent d'Alexandre” (ἀργυρίου τάλαντα ἀλ (...)
  • 8 Voir la chronologie détaillée de Launey 1944, 232. La date de la paix entre Antiochos Ier et Antigo (...)

7Parmi les bienfaits dus à Philétairos7, c'est celui de l'année de Bouphantidès qui va nous retenir ici. Selon la chronologie de Dittenberger, cela correspondrait à 279/278 a.C. La guerre faisait alors rage sur le territoire de Cyzique (πολεμηθείσης | τῆς χώρας, 1. 8-9). D'après M. Launey, il s'agirait du conflit qui opposa Antiochos Ier à Antigone Gonatas et qui prit fin à l'automne 279 a.C. A ce moment-là, les Galates étaient encore en Europe, en Grèce centrale et en Thrace8. La situation était donc difficile pour les Cyzicéniens qui avaient probablement perdu leurs récoltes.

  • 9 Müller 1975. 136, cite cet exemple dans son étude sur les évacuations de territoire en cas de guerr (...)
  • 10 Sur le sens de λεία, voir Edgerton 1925 où l'inscription de Cyzique est citée comme l’un des cas où (...)
  • 11 Müller 1975, 147, cite un emploi de λεία dans un contexte semblable chez Plut., Alcibiade, 296, à p (...)
  • 12 L'emploi de la troisième personne du pluriel pour ἀπεσκεύασαν et ἐξηγάγοντο s'explique sans doute p (...)
  • 13 Les Élatéens en retrouvant leur territoire en 191/190 a.C. après avoir passé quelques années en exi (...)

8Dans un tel contexte, on comprend l’intérêt des dons et services de Philétairos : la possibilité d'évacuer (ἀποσκχυάζειν) leurs biens vers les territoires du dynaste resté hors du conflit entre Antiochos et Antigone9, le droit d'exporter et d'importer des animaux sans payer de taxe (ἀτέλειαν τῆς λείας). L'emploi de λεία est inhabituel dans ce contexte : on sait que ce mot possède à la fois le sens de “butin” et de “bétail”10 et c’est cette dernière signification qu'il faut lui accorder ici11. L’exemption de taxe octroyée par Philétairos s'appliquait aussi à “tout ce qu'ils avaient mis à l'abri” (καὶ τῶν λοιπῶν ὧν ἀπεσκεύασαν, 1 10). Elle était donc valable pour les taxes à l'entrée du territoire de Philétairos. Les Cyzicéniens reçurent également une exemption pour les bovins achetés dans le domaine de Philétairos et qu’ils exportèrent de chez lui (καὶ βοῶν ὧν ἀγοράσαντες | ἐκ τῆς ατοῦ |sous-entendu : χώρας] ἐξηγάγοντο12, 1. 11-12). Dans ce cas, l'exemption porta sur les taxes à la sortie du territoire du dynaste. Ces bovins importés sont peut-être plutôt des animaux de trait, indispensables pour remettre le territoire en culture, plutôt que des bovins permettant de reconstituer de véritables troupeaux13.

  • 14 Meyer 1925, 94-97, et Hansen 1971, 19-20. Parmi les libéralités de Philétairos, on notera le don de (...)
  • 15 Sur la politique extérieure de prestige de Philétairos, voir Schalles 1985, 33-43.

9Tout cela entrerait dans un cadre bien connu s'il n'y avait une difficulté de géographie historique. On sait en effet que le territoire pergaménien n'était pas très vaste à l'époque de Philétairos et qu'il ne comprenait encore que la partie centrale de la vallée du Caïque ainsi que les montagnes environnantes, c'est-à-dire le versant nord du Jiind-Dağ et le versant sud du Madra-Dağ14. Tout autour, s'étendaient les possessions séleucides. Philétairos n'avait donc aucune frontière commune avec Cyzique. Comment expliquer dans ces conditions les exemptions de taxe accordées par le dynaste aux Cyzicéniens ? Dans un premier temps on pense que ce n’était là que pure propagande15 et que ce bienfait ne recouvrait aucune réalité pour Cyzique ; pourtant, l'octroi de ces exemptions se trouve dans une série de dons bien réels.

  • 16 Thc. 2.14.1. Ce témoignage et les suivants ont été regroupés par Müller 1975.
  • 17 Voir notre no 4.
  • 18 Ps-Xén., Constitution d'Athènes, 2.16.
  • 19 Le traité entre Hermias d'Atarnée et Érylhrées (Syll.3, 229) suppose aussi un trajet par mer, en ca (...)

10Une autre solution doit être envisagée : la liaison par mer entre Cyzique et le domaine de Philétairos qui possédait déjà un débouché sur la mer avec le port d’Élaia. Un transport par mer était praticable pour quelques bovins venant de Pergame vers Cyzique et peut-être même pour l'évacuation du bétail et des biens mobiliers des Cyzicéniens. On connaît en effet d'autres cas où de telles évacuations n'ont pu être réalisées que par bateau : évacuation de l'Attique vers l'Eubée au début de la guerre du Péloponnèse16 ou pendant la guerre démétriaque17 ou bien d'Attique vers les îles18. Il y a cependant une importante différence entre ces exemples et le cas de Cyzique, où le trajet vers le domaine de Philétairos est considérablement plus long19.

48. Dons de bétail et de bouviers à Ilion et au sanctuaire d'Athéna Ilias par un souverain attalide (entre 159 et 133 a.C.)

11Boeckh, CIG, II, 3605 (Le Bas-Waddington, III, 1038 ; Welles, RC, 62 ; P. Frisch. IK, 3-Ilion, 42 ; Kl. Bringmann & H. v. Steuben, Schenkungen hellenistischer Herrscher, 1, Berlin, 1995, 250, avec une trad. all.).
Cf. L. Robert,
OMS, I, p. 167-170.
Texte utilise : Frisch.

  • 20 Ce texte est connu depuis le début du XIXe s. Nous n'avons pas cité les plus anciennes de ses éditi (...)

12Une stèle provenant d’Ilion, la cité qui avait succédé à Troie sur le site d’Hisarhk, conserve le début d'une lettre royale adressée aux habitants de la cité. Les 22 premières lignes sont illisibles et la pierre est brisée après la ligne 3420. L'étude sur ce texte publiée par L. Robert en 1930 a fait faire des progrès considérables. La pierre est aujourd'hui perdue.

[Β]αImage 10000000000000080000000F84D54294.jpgιλεImage 10000000000000080000000FF10F157B.jpgς [Ἄτταλ]oς Ἱλιέ-
[24] [ων] τῆι βουλ[ῆι καὶ] τῶι δήμ[ωι]
χα[ί]ρ[ὶ]ιν· ἥν χων δια[τελῶ αἵ]-
[ρεσ]ιν ν παντὶ καίρῶι περὶ τῆς
πρὸς τὸ θεῖον εὐσεβείας
[28] καὶ μάλιστα πρὸς την Ἀθήνᾶν,
ἐκ τῆς πρότερον γραφείσης
ἐπιστολῆς πρὸς ὑμᾶς πέ
πεισμαι πᾶσι φανερὸν πε-
[32] φυκέναι, καθ’ἥν τάς τε βοῦς καὶ
τοὺς βουκόλους ἀνετίImage 10000000000000050000000FACCBB975.jpgειν·
[κ|αὶ νῦν δὲ χώραν ἠγόραImage 10000000000000070000000FE1193321.jpg[α]

13L. 23 : la copie à la disposition de Boeckh donnait [..]AE[……]ΟΣΙΛΙΕ[...], et il proposait [..λ]ε?] ος Ἰλιέ[ων], β]α[σ]ιλέως […… υἱ]ος, Le Bas ; la restitution de cette ligne et de la suivante est due à Robert.
L. 25-26 : Χάριν ν χων δια[τελῶ ὑμ]ῖν κτλ., Boeckh, Le Bas qui considéraient donc que l’adresse s'achevait à δήμ[ῳ], 1. 24.

14Traduction : “(...) Le roi Attale au Conseil et au peuple des Iliens, salut. Je suis convaincu que le souci de piété que je n’ai jamais cessé de montrer en toutes circonstances envers les divinités et spécialement Athéna est connu de tous par la lettre que je vous ai précédemment envoyée et par laquelle j'ai fait la consécration de vaches et de bouviers ; et maintenant j'ai acheté une terre [...]”.

  • 21 Ilion était cependant une cité libre et son territoire fut agrandi lors du traité d'Apamée, cf. Tit (...)
  • 22 Voir Robert 1969-1990. 1. 167-170. Attale II avait la préférence de Welles, RC, 62, titre p. 253.

15Hormis les deux dernières lettres (ΟΣ), le nom du roi qui lut l'auteur de cette lettre est perdu dans la lacune du milieu de la ligne 23. La gravure date plutôt du iie s. a.C. et, à cette époque, l'influence attalide était prépondérante à Ilion21 : la restitution [Ἄτταλ]ος s'impose donc, d'autant que l'emploi de la première personne du singulier est caractéristique de la correspondance attalide. La lettre aux Iliens doit donc être attribuée à Attale II (159-138 a.C.) ou à Attale III (138-133 a.C.)22.

  • 23 Au début de la 1. 7, on aperçoit le mot βοῶ[ν] ; voir Robert 1969-1990, 1. 167.

16D'autre part, la ligne 23 marque bien le début de la lettre royale dont l'objet est d'offrir une terre à la cité d'Ilion et au sanctuaire d'Athéna, mais le souverain rappelle qu'il avait déjà envoyé une lettre aux Iliens (cf. 1. 29-30) à l'occasion d'un précédent cadeau (des vaches et leurs bouviers) : c'était probablement cette lettre qui était gravée en haut de la stèle23.

  • 24 Hdt. 7.43 : Ξέρξης ἐς τὸ Πριάμου Πέργαμον ἀνέβη, ἵμερον ἔχων θεήσασθαι. Θεησάμενος δὲ καὶ πυθόμενος (...)
  • 25 Cf. IK, 3-Ilion, 2. 1. 12. Sur l'importance du culte d'Athéna Ilias dans la Confédération, voir Rob (...)
  • 26 Voir Robert 1969-1990, 1. 169. Sur la prédilection des Attalides pour le culte d'Athéna, voir Hanse (...)

17Le sanctuaire d'Athéna Ilias était le principal sanctuaire de la cité, mais son influence rayonnait sur toute la région : selon Hérodote, en 480 a.C., Xerxès, dans sa marche vers les Détroits, au début de la seconde guerre médique, s'y arrêta, “monta à la Pergame de Priam, qu'il avait un grand désir de voir ; après l'avoir contemplée, il offrit à Athéna llias un sacrifice de mille vaches”24. Dès la fin du ive s. a.C., le sanctuaire était devenu le centre d’un koinon qui se rassemblait pour la panégyrie de la déesse25. Les générosités attalides à l’égard d’Athéna pouvaient donc y trouver un écho dépassant la cité d’Ilion, mais s'expliquent aussi par la piété toute particulière des rois de Pergame pour cette déesse26.

  • 27 IK. 3 Ilion, 5 (fin du iiie s. a.C., amendes aux cités qui n'accompliraient pas ce devoir) et 52 (i (...)
  • 28 Frisch, dans IK, 3 Ilion, p. 115, écrit : “Die Rinder mögen zum Teil als Schlachtopfer beim Fest de (...)
  • 29 Voir Cook 1973, 105 et la pl. 8a, qui montre des vaches passant le Scamandre à gué.
  • 30 IK. 3-Ilion. 10. 1. 23-24 : τὰς δὲ βοῦς ἀπὸ [τῆς προσόδου ὠνεῖσθαι ἐκ τῶν ἀγρών | π]άντ|ω]ν τῶν μισ (...)
  • 31 IK. 3-Ilion, 71 : ἀπυκαταστή|σαντα τὴν ἱερὰν | χώραν τῆι Ἀθηνᾶι | τῆι Ἱλιάδι καὶ ἐξελόμενον | αὐτὴν (...)

18Ce qui nous intéresse ici, c'est le don de plusieurs vaches (τὰς βοῦς, 1. 32) et de bouviers (τοὺς βουκόλους. 1. 33) par un souverain attalide. La vache est certes l'animal traditionnellement sacrifié à Athéna Ilias, comme le montre le passage d'Hérodote cité plus haut ou l'obligation faite aux cités membres du Koinon d'en envoyer une chaque année pour la fête de la déesse27. Ces considérations ont dû influencer le choix du roi dans le premier cadeau fait à Ilion. Pourtant ces vaches n'étaient pas destinées à servir de victimes, mais plutôt à créer ou à développer un élevage sacré, comme le montre le choix d'animaux de sexe féminin28. Surtout, il n’aurait pas été nécessaire de les faire accompagner par des bouviers. Comme à Delphes, les troupeaux sacrés étaient directement gérés par le sanctuaire, grâce à une main-d'oeuvre servile. Les pâturages se trouvaient certainement dans la basse vallée du Scamandre qui offre un milieu favorable à l'élevage bovin29. La terre que le roi a achetée (χώρα, cf. 1. 34) et qu’il s'apprête à offrir à la cité était peut-être une prairie pour les troupeaux sacrés. Deux textes plus tardifs viennent confirmer l'existence de terres sacrées. La loi de 77 a.C. sur l'organisation de la panégyrie d'Athéna semble prévoir l'achat des victimes grâce aux revenus des domaines sacrés30. Bien plus, une inscription en l'honneur de Lucius Iulius Caesar le remercie d'avoir “restauré la terre consacrée à Athéna Ilias et de l'avoir dispensée des impositions publiques”31.

49. Bétail et fontaines publiques dans la loi astynomique de Pergame (époque attalide)

19W. Kolbe, MDAI(A), 27, 1902, p. 47-77 et pl. VII photogr. (Dittenberger, OGIS, 483) ; G. Klaffenbach, Die Astynomeninschrift von Pergamon, Berlin, 1954 (ADAW, 1953, 6), avec une trad. all. et une photo [cf. J. et L. Robert, Bull, ép., 1955, 188] ; M.-Chr. Hellmann, Choix d'inscriptions architecturales grecques traduites et commentées, Lyon, 1999, 2 trad. fr. et commentaire.
Cf. R. Martin, L'urbanisme dans la Grèce antique, Paris, 1956, p. 58-59, trad. fr. et commentaire ; G. Klaffenbach, Varia epigraphica, Berlin, 1958 (ADAW, 1958, 2), p. 24-25 ; B. Virgilio, Gli Attalidi di Pergamo. Fama, eradità, memoria, Pise, 1993, p. 111-114 (voir pl. XXVIII-XXIX. fig. 49-31 : photo).
Texte utilisé : Klaffenbach.

  • 32 La loi astynomique de Pergame était un règlement d'urbanisme que l'on peut comparer au règlement éd (...)
  • 33 Le problème de la datation a été traité par Klaffenbach 1954, 19-25, qui accepte pleinement la solu (...)

20Le seul texte fournissant avec certitude une interdiction d'abreuver du bétail aux fontaines publiques par souci de leur propreté est un passage de la loi astynomique de Pergame. Cette inscription, découverte en 1901 dans la partie sud-est de l'agora inférieure de la ville32, conserve un texte divisé en quatre colonnes. Il est gravé sur une plaque dont l'angle supérieur gauche a été arraché de sorte que le début des colonnes I et II est perdu. Cela pose un problème de datation : la gravure ne remonte qu'à la première moitié du iie siècle p.C. (probablement au règne d'Hadrien), mais le texte porte le titre de “loi royale” (βασιλικὸς νόμος) et fait référence à des réalités disparues à l'époque impériale, ce qui conduit à penser que la rédaction daterait de l'époque de la monarchie attalide33.

  • 34 Sur les astynomes de la ville de Pergame, voir Corradi 1929, 389-395.

21Il évoque les différentes tâches de police qui incombaient aux astynomes de Pergame34 : lutte contre les particuliers tentant de s'approprier des parcelles du domaine public (colonne I), entretien de la voirie (colonne II), problèmes de mitoyenneté (colonne III) et problèmes liés à l'eau (colonne IV).

  • 35 Cf. 1. 172-174 : Περί τῶν ἐν τῆι πόλει | καὶ τοῖς προαστίοις κρηνῶν ἐπιμελὲς γεινέσΙθω τοῖς ἀστυνόμ (...)

22C'est ce dernier chapitre qui nous intéresse ici, plus précisément les mesures destinées à garantir la propreté des fontaines publiques de la ville et des faubourgs35. Aux lignes 180-196, on lit la clause suivante :

[180] μηθενὶ δὲ ἐξουσία έ
στω ἐπὶ τῶν δημοσίων κρηνῶν μήτε
κτῆνος πυτίζειν μήτε ἱμάτια πλύνειν·
μήτε σκεῦος μήτε ἄλλο ἁπλῶς μηθέν
[184] ὁ δὲ τούτων τι ποιήσας, ἐὰν μὲν ἐλεύθε
ρος ῇ, τῶν τε κτηνῶν καὶ ἱματίων καὶ
τῶν σκευῶν στερείσθω καὶ αὑτός ζη-
μιούσθω δραχμαῖς πεντήκοντα· ἐὰν δὲ
[188] οἰκέτης, ἐὰν μὲν μετὰ τῆς τοῦ κυρίου γνώ-
μης ποιήσῃ τι τούτων, ὁμοίως στερέσθω καί
αὐτὸς μασθιγούσθω ἐν τῶι κύφωνι πληγαῖς
πεντήκοντα, ἐὰν δὲ ἄνευ τῆς τοῦ κυρίου γνώ-
[192] μης, ὧν μὲν ν χῃ, στερέσθω, μαστειγω-
θεὶς δὲ ἐν τῶι κύφωνι πληγαῖς ἑκατὸν δε-
δέσθω ἐν τῶι ξύλωι ἡμέρας δέκα, καὶ ὅταν
ἀφείηται, ἀφειέσθω μαστειγωθεις μὴ ἑλά(σ)-
[196] σοσιν πληγαῖς πεντήκοντα· ἔστω δὲ τῶν ἄλ(ι)-
λων τῶι βουλομένωι ἐπίληψις τῶν κακουρ
γούντων περὶ τάς κρήνας, καὶ ό ἀναγαγών ἢ ἀ-
νενέγκας ἐπὶ τοὺς ἀστυνόμους τὰ ληφθέντα
[200] μεριζέσθω τοῦ γεινομένου ἐξ αὐτῶν διαφό-
ρου τ(ὸ) ἥμισυ, τὰ δὲ λοιπὰ κατατασσέσθω εἰς τὴν
ἐπισκευὴν τοῦ τῶν Νυμφῶν ἱεροῦ·

23L. 195 : ἀφείσθω, Kolbe.
L. 195-196 : la pierre donne ἐλά|σοσιν.
L. 201 : la pierre donne ΤΩ là où l’on restitue τ(ὸ).

24Traduction : “(...) qu’il ne soit permis à personne d’abreuver du bétail aux fontaines publiques ou d’y laver des vêtements, des outils ou quoi que ce soit d’autre ; que l’auteur d’un de ces actes, si c’est un homme libre, se voie confisquer son bétail, ses vêtements et ses outils et paye lui-même cinquante drachmes d’amende ; si c’est un esclave, s’il a commis un de ces actes avec le consentement de son maître, qu’il se voie pareillement soumis à confiscation et que lui-même reçoive cinquante coups de fouet dans le carcan et. s’il fait cela sans le consentement de son maître, qu’on lui confisque ce qu’il possède et, après avoir reçu cent coups de fouet dans le carcan, qu’il soit enchaîné pendant dix jours au bois de justice et, lorsqu'il sera relâché, qu'il ne s'en aille pas sans avoir reçu au moins cinquante coups de fouet ; que tous ceux des autres qui le désirent puissent arrêter ceux qui portent atteinte aux fontaines et que celui qui livre ou a livré aux astynomes les biens saisis puisse conserver la moitié de leur revenu et que le reste soit affecté à la restauration du sanctuaire des Nymphes (…)”.

  • 36 Sur les clauses pénales de la loi astynomique, voir Hitzig 1905, 446-447.

25La clause pénale fait une grande partie de l’intérêt de ce passage : elle rappelle, avec plus de détails encore, celle de certains règlements religieux comme celui d'Apollon Koropaios (no 19), où l'on retrouve la distinction entre les contrevenants libres, qui payeront une amende, et ceux de statut servile qui seront fouettés, ainsi que l'appel aux témoins de délits36.

  • 37 Cf. Platon, Lois, 6.735c-e, et Arist., Pol., 6.8.4-5 = 1321b : voir Louis 1982, 103-109. A Athènes, (...)
  • 38 Vanderpool 1969, 6-7 (cf. J. et L. Robert, Bull. ép.. 1971, 286, et Panessa 1983, 380. n. 66). Dans (...)
  • 39 Théophraste, Caractères. 23.7, fait allusion au marché aux chevaux athénien. Sur le commerce du bét (...)
  • 40 Plut., Le démon de Socrate, 10.580e-f (trad. J. Hani, CUF).

26Toutes ces mesures d’entretien des fontaines publiques sont habituelles et ne font que confirmer ce que nous savions sur les fonctions des astynomes dans les cités grecques37. Pourtant le texte de Pergame est le seul à faire expressément référence au bétail, même si, dans une inscription de Kèphisia, au nord d'Athènes, on a restitué une clause semblable : il y est dit que la fontaine d'une palestre a été enclose et, dans la partie restituée, le texte ajouterait que le but de ces travaux était d'en interdire l'accès aux animaux38. De Pergame à Kèphisia, le cadre change pourtant sensiblement. Les gymnases se trouvaient souvent dans des faubourgs, là où la vie rurale et les modes de vie urbains entraient en contact. A Pergame, les fontaines qu'il s'agissait de protéger se trouvaient en pleine ville. Elles intéressaient les voyageurs pour leurs montures, les citadins pour les animaux qu'ils élevaient en pleine ville et, sans doute, les marchands qui menaient leurs bêtes au marché aux bestiaux. De façon significative, la pierre comportant la loi astynomique a été découverte dans le marché inférieur de Pergame ; à Athènes, c'était dans un secteur bien précis de l'agora que l’on vendait le bétail39. Les rues des villes étaient souvent encombrées de vaches, de moutons et de porcs et une anecdote racontée par Plutarque montre bien comment ces bêtes pouvaient gêner la circulation des personnes. La scène remonte à l'époque de Socrate et semble être l'écho d'un instant vécu : “Ils suivaient la Rue des statuaires [à Athènes] et passaient près des tribunaux, lorsqu'ils rencontrèrent un troupeau de porcs couverts de fange et si nombreux qu'ils se poussaient les uns contre les autres (...) ; Charillos, lui aussi, rentra à la maison les jambes et les vêtements crottés”40.

  • 41 Chez les agronomes latins, cf. naturellement Varron, Économie rurale. 2.2.10-12, et 2.5.14, ou Virg (...)
  • 42 Sur l'approvisionnement en eau de Pergame, voir Garbrecht 1987. 11-47.

27L'autre intérêt de ce passage de la loi astynomique de Pergame est de souligner un problème important de l'élevage méditerranéen : la dépendance à l'égard de l’eau. Les agronomes anciens ont souligné la difficulté, recommandant d'abreuver le bétail à des heures particulières de la journée41. Les fontaines publiques offraient une solution commode à condition que leur débit soit suffisant. Mais cela avait pour inconvénient de salir l'eau du bassin et de détériorer rapidement les abords des fontaines qui devenaient boueux, ce qui, dans la Pergame des rois attalides, si soucieux d'embellir leur capitale, était plus difficilement supportable qu'à la campagne42.

50. Privilège fiscal accordé aux katoiko d'Apollon Tarsènos dans la vallée du Caïque (185 a.C.)

28A. Conze & et C. Schuchhardt, MDAI(A), 24, 1899, p. 212-214 (Welles, RC, 47 ; Fr. Piejko, “Two Attalid Letters on the Asylia and Aleleia of Apollo Tarsenus, 185 B.C”. Historia, 38. 1989, p. 395-409, cf. SEC, 39, 1989, 1337).
Cf. A. Wilhelm, Griechische Königsbriefe (Klio Beiheft, 48), Leipzig, 1943, p. 35-40 et p. 61, lettre d'Attale reproduite, cf. J. et L. Robert. Bull. ép., 1946-1947, 180 ; M. Feyel. “La tête d'Apollon Tarsènos”, Mélanges Radet (REA, 42, 1940), p. 137-141, cf. J. et L. Robert, Bull, ép., 1941, 125.

  • 43 Il manque la moitié gauche du texte, mais Conze & Schuchhardt 1899, 212, se contentent d’évoquer la (...)

29Cette pierre découverte en 1886 murée dans une fontaine de Soma (moyenne vallée du Caïque) conserve deux lettres du futur Attale II qui n'était alors que régent au nom de son frère Eumène II. La copie des deux inventeurs, Conze et Schuchhardt, est la base unique pour tout établissement du texte, car la stèle semble avoir disparu depuis. L'établissement du texte est difficile, en raison de l’ampleur des lacunes43 : Wilhelm puis Feyel ont permis des progrès, mais les restitutions proposées récemment par Fr. Piejko doivent, en revanche, être considérées avec méfiance. En outre, entre ces textes et la copie de Conze et Schuchardt, il faut supposer un nombre important d'erreurs du lapicide. Nous proposons ici un texte nettement en retrait de celui de Piejko et même de ceux de Wilhelm et Feyel.

Texte A
τταλος [----] χαίρειν· ἀνέδωκαν (Image 10000000000000070000000F6019E772.jpg)μῖν
[ἀξίωμα---------- ὀ ἀρχ]ιερεὺς τοῦ Ταρσηνοῦ
[Ἀπόλλ(υνος] καὶ οί συμπορευόμενοι τῆς γινυμέ-
[4] [νης πανηγύρεως κά]Image 10000000000000060000000F4854661A.jpgοικο[ι] δ[ίκ]αι’ἀξιοῦντες,
[ἡμεῖς οὖν συγχωροῦμ]εν αὐτοῖς ἀτέλειαν προβά-
[των στε μηκέτι τελ]Image 10000000000000070000000FD2096AC2.jpgῖν [τ]ὴν ἀπὸ τούτων προσ-
[--------] ·βούλονται δὲ τὰ συγχωρη-
[8] [θέντα φιλάνθρωπα ἀνα]γραφῆναι εἰς στήλην
[λιθίνην· σύνταξον οὖν ἀνατ]Image 10000000000000070000000FD2096AC2.jpgθῆναι αὐτὴν ὑπὸ
[τοῦ ἀρχιερέως εἰς τὸ ἱερ]ὸν καὶ ἀναγραφέντων
[--------------] ὑπὲρ τούτων πεμφθῆναι
[12] [---------] Image 10000000000000080000000FF2E86217.jpgανImage 10000000000000220000000FC14FD8A4.jpg ἐν τῶι ίερῶι γενέ-
[σθαι-----------] ἔρρωσο
ιβ’, Δύστρου ιϜ’
Μ(έ)νανδρος ἐκ Περγάμ[ου]

Texte Β
16 [-----------------------------] ὁ ἀρχιερεὺς καὶ οί μ[--]
[----------------τ]οῦ Ταρσηνοῦ [’Aπόλ]λων[ος]
[-----------] ΙΠΟΥΕΚΛΛΦΛΙΟ
[-----------------]ἀτέλει]αν καὶ προβάτImage 100000000000000A0000000F070771E7.jpg[ν]
[20] [καί-------------Ἂτταλ]ος ἔδωκεν
[----------------] ταῦτα ἐν στήληι συImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg
[------------ ἀνατέ]θεικεν φιάλ[ην-------------]
[-------------------------] προσεμφανίζοντImage 10000000000000070000000FD2096AC2.jpg[ς]
[24] [-----------------έ]ν τα[ῖς] ἐπιτελουμέναις θImage 10000000000000080000000F58CF57AE.jpg
[σίαις-----------------------συνε|παύξειν τ[ὰς προσ]όδοImage 10000000000000080000000F58CF57AE.jpgς

L. 1 : la lecture τταλος est sûre, même si les trois premières lettres sont endommagées (copie de Conze et Schuchhardt) ; à la fin de la ligne, OMIN.
L. 3-4 : τῆς γινομέ|[νης πανηγύρεως κά]Image 10000000000000060000000F4854661A.jpgοικοι, Feyel (qui suggère aussi l’alternative [περ]ίοικοι). Wilhelm, Piejko ; copie : IOIKO[.]Λ[..]ΑΙΑΞΙOΥΝΤΕΣ.
L. 5 : [καὶ ἡμεῖς δεδώκαμ]εν, Welles, [ἠμεῖς μὲν οὖν δίδομ]εν, Wilhelm, Piejko.
L. 5-6 : προβά|[των στε μηκέτι τελ]εῖν, Welles, Piejko ; copie : une barre horizontale supérieure, puis IN[.]IN au début de la ligne.
L. 6-7 : [τ]ὴν ἀπὸ τούτων πρ(α)σ[σομένην πρακτικὴν (?)], Wilhelm ; προσΙ[δεομένην (?) δεκάτην], Welles, προσΙ[πίπτουσαν πρόσοδον], Piejko.
L. 7-8 : τὰ συγχωρη|[θέντα... ἀνα]γραφῆναι. Welles. τὰ συγχωρη|[θέντα φιλάνθρωπα ἀνα]γραφῆναι, Piejko.
L. 8-9 : εἰς στήλην | [λιθίνην· σύνταξυν οὖν ἀνατ]Image 10000000000000070000000FD2096AC2.jpgθῆναι, Welles, Piejko ; copie : la première lettre visible de la ligne serait unsigma, et non un epsilon (ΣΘΗΝΑI).
L. 9-10 : ὑπὸ |[------ εἰς τὸ ἰερ]ὸν. Welles, ὐπὸ τοῦ | [ἀρχιερέως εἰς τὸ ἱερ]ὸν. Piejko.
L. 10-12 : ἀναγραφέντων Ι [τῶν συγχωρηθέντων φιλάνθρώπων τὰς ἀρμοζούσας ἐντολὰς] ὑπέρ τούτων πεμφθῆναι | [οἷς καθήκει? πρὸς τὸ μηδὲ](ν) ἀνι(η)ρὸ <ι> ἐν τῶι ἱερῶι γενέ[σθαι], Wilhelm ; ἀναγραφέντων | [τὰ δεδομένα· ἔδοξε μοι] ὑπὲρ, Piejko ; Pleket dans le SEG se demande comment ἀναγραφέντων s'insère dans la syntaxe de la phrase.
L. 1 1-12 : πεμφθῆναι | [----12 1.----------] ΣΑΝIΤΡΟΝΙ ἐν τῶι ἱερῶι, Welles (d'après la copie), πανήγυριν ἐν τῶι ἱερῷ γενέ[σθαι], Robert, πεμφθῆναί | [σοι να εἰδῆις τν] Image 10000000000000370000000F08177FF9.jpg, Piejko.
L. 12-13 : γενέ|[σθαι ἀτελῆ, τό τε ἱερὸν ἄσυλον], Piejko.
L. 15 : d'après la copie, ΜΗΝΑΝΔΡΟΣ.
L. 16 : [Ἄτταλος τῶι δεῖνι χαίρειν· δεῖνα], Piejko.
L. 16-17 : οἱ μ[[ετ’| αὐτοῦ συμπορευόμενοι κάτοικοι τ]οῦ, Welles, Piejko.
L. 18 : [ἀνέδωκαν ἀξίωμα πως τὸ παρ’αὑτοῖς ερὸ]Image 10000000000000080000000FD36901B5.jpgImage 10000000000000060000000F4854661A.jpgοῦ [Ἀπό]λλImage 10000000000000180000000F326A22E5.jpg[ς], Piejko.
L. 19 : [ἀξίωμα ἀπέδωκαν ἀξιοῦντες ἀτέλει]αν, Welles, [ἄσυλον ἦι, καὶ ὑπάρχειν τῶι θεῶι ἀτέλει]αν, Piejko (Pleket dans le SEG s'étonne de l'infinitif ὑπάρχειν après πως) ; dans πρυβάτω[ν, seule la partie supérieure de la boucle du ômega apparaît sur la copie.
L. 20 : la copie donne ΟΣΕΔΩΚΕΙ ; [καὶ τῶν ἄλλων, καθάπερ αὐτοῖς πρότερον Ἀντίοχ]ος, Piejko.
L. 21 : [τε παραγενόμενος τὰ φιλάνθρωπα], Piejko ; à la fin de la ligne, du nu, il ne reste que la première haste, selon la copie.
L. 21-23 : συImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg|[αναγραφέντα (?) -----14 1.----- ἀνατέ]θεικεν ΟΦΑΛ 10 1.------ καλῶς ον ποιήσετε?] προσεμφανίζοντImage 10000000000000070000000FD2096AC2.jpg[ς], Welles.
L. 22 : la copie donne ΘΕΙΚΕΝΟΦΑΛ ; [ἀνατέ]θηκεν φιάλ[ην] ου φιάλ[ας], Robert ; συImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpgΙ[κεχώρηκεν ἀναγραφῆναι καὶ ἀνατέ]θεικεν (ἐν) [τ]ο[ῦ Ἀπ]Image 100000000000000C0000000F9AD72B98.jpgλ[ω|νος τοῦ Ταρσηνοῦ τῶι παρ’αὐτοῖς ἱερῶι], Piejko qui fait violence à la copie, comme le remarque Herrmann dans le SEG : “unreasonnable for the sense”.
L. 23 : après ΕΜΦΑΝΙΖΟΝΤ, de la dernière lettre visible, ne reste que la partie supérieure droite d'une boucle d'après la copie.
L. 24 : au début de la ligne, d'après la copie, ΠΠΑ[..]ΕΠΙ ; [ἐν ταῖς ὐπὲρ τῆς -------- σωτ]Image 10000000000000100000000F1539830D.jpgα[ς] ἐπιτελουμέναις, Welles. [ἐ]ν τα[ῖ]ς ἐπιτελουμέναις θυ|[σίαις|. Robert, [ὅτι ἑν ταῖς ύπέρ τῆς ἡμετέρας σω]Image 100000000000000E0000000FF3A6F0F1.jpgρία[ς], Piejko.
L. 24, [συνε]παύξειν τ[ὰς προσ]óδους, Robert.
L. 24-26 : θImage 10000000000000080000000F58CF57AE.jpg|[σίαις ν χετε εὔνοιαν τοῖς σ]υImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpgαύξειν τ[ὰς προσ]óδοImage 10000000000000080000000F58CF57AE.jpgς | [καὶ τὰ τίμια τοῦ θεοῦ φιλοτιμουμένοις-------], Welles, θImage 10000000000000080000000F58CF57AE.jpg|[σίαις νῦν ἀναλίσκοντες δέονται] Image 1000000000000007000000114FEC9377.jpgπαύξειν τ[ὰς προσ|όImage 10000000000000080000000F57E9DCFE.jpgοImage 10000000000000080000000F58CF57AE.jpgς |[τῶι θεῶι...], Piejko.
L. 25, la copie donne ΥΠΑΥΞΕΙΝΤ, une lacune, puis ΟΛΟΝΣ.

30Traduction : “(Texte A) Attale [...] salut ; le grand prêtre d'Apollon Tarsènos et les habitants venus participer à la panégyrie nous ont remis une requête [...] pour leurs justes demandes, et nous leur accordons donc la dispense de taxes sur le petit bétail de sorte qu'ils ne payent plus la [...] dessus ; et ils veulent faire graver sur une stèle de pierre les privilèges qui leur ont été accordés ; que l'on donne donc des ordres pour qu'elle soit consacrée dans le sanctuaire par le grand prêtre et qu’ayant été gravée [...] que l’on mande à ce sujet [...] la panégyrie ait lieu dans le sanctuaire [...]. Porte-toi bien ; la douzième année, le 16 de Dystros, Ménandros de Pergame.“
(Texte B) [...] le grand prêtre et les [...] d’Apollon Tarsènos [...] la dispense des taxes sur le petit bétail [...] Attale a accordé [...] cela sur une stèle [...] a consacré une phiale eux faisant connaître dans les sacrifices accomplis [...] augmenter les revenus [...]”.

  • 44 Welles. RC, p. 191, a supposé que cette lettre aurait pu être envoyée au stratège attalido de la ré (...)
  • 45 Cardinali 1906, 122-123, n. 6, et Will 1979-1982, 2. 381.

31Le premier des deux documents se présente clairement comme une lettre du gouvernement royal, émanant d’un secrétaire de Pergame44, Ménandros, qui l’a envoyée au nom d’Attale, le frère d’Eumène II, alors souverain régnant auquel Attale devait succéder en 159 a.C., après avoir quelque temps assumé la corégence45. La datation est l’un des rares aspects du document à ne pas poser problème : le 16 Dystros de la douzième année (du règne d’Eumène II) correspond au 6 février 185 a.C.

  • 46 Il y est aussi question de l'ἀτελεια προβάτων.
  • 47 Cette opinion a aussi été reprise par Piejko 1989. 405.
  • 48 Cette hypothèse a été suggérée par Welles, RC, 191.

32En revanche, la nature du second document est beaucoup plus difficile à déterminer. Il traitait des mêmes questions que le précédent46, mais il avait été gravé en caractères plus petits. Certains commentateurs ont pensé qu’il s'agissait également d'une lettre royale47, mais ce document pourrait tout aussi bien contenir les remerciements du sanctuaire d’Apollon Tarsènos48.

  • 49 Voir Cuinet 1890-1900, 3. 542-545, avec une rapide description de la ville de Soma.
  • 50 Robert 1962, 181, n. 2.
  • 51 Cuntz 1929, 50.
  • 52 Comme la carte de la p. 18 de l'atlas Westermann.
  • 53 Robert 1962, 171-201 : “X.-Germè et les Attaeitai” et pl. IV-V pour les monnaies portant la légende (...)
  • 54 Robert 1962, 199-201, qui écrit : “Il n'est donc peut-être pas trop hardi de se demander si “Germè (...)

33Ce sanctuaire n'est connu que par notre document trouvé à Soma, une petite ville turque de la moyenne vallée du Caïque (appelé aujourd'hui Bakir Çay), à 33 km en amont de Pergame et à une égale distance d'Akhisar, l'antique Thyatire49. Soma a livré peu de traces d'occupation antique50, ce qui n'a pas empêché certains savants de situer, là ou dans les environs, une cité de Germè qui a frappé un important monnayage à l'époque impériale et qui était mentionnée par les Itinéraires comme étape sur la route de Pergame à Thyatire51. Quoique reprise depuis par certaines cartes52, cette localisation a été contestée par L. Robert qui a démontré que les monnaies attribuées habituellement à Germè du Caïque avaient en fait été frappées à Germé de Mysie hellespontique53. La seule preuve qui subsiste de l'existence d'une Germé dans la vallée du Caïque est donc fournie par les Itinéraires, une source généralement peu fiable54. De plus la localisation de cette Germé à Soma n'étant que purement hypothétique, il conviendrait, soit de renoncer à considérer que Soma avait été le site d’une agglomération antique, soit de proposer une autre identification.

  • 55 Ainsi encore dans Hansen 1971, 180 et n. 85. De plus l'identification du Tarsios antique n'a rien d (...)
  • 56 Il existe d'ailleurs en Asie Mineure un autre Apollon portant une épiclèse proche, Apollon Tarsios, (...)

34Lorsqu'il s'est agi de localiser le sanctuaire d'Apollon Tarsènos, certains commentateurs ont rapproché cette épiclèse du dieu du nom d'un fleuve de Mysie, le Tarsios55. Comment une inscription le concernant se serait-elle retrouvée considérablement plus au sud ? Il n'y a aucune raison de penser que l'on aurait pu la publier si loin du sanctuaire concerné. Il paraît d'autre part tout à fait impossible d’imaginer que la pierre ait voyagé à travers la région très montagneuse qui sépare la vallée du Caïque de celle du Tarsios. Une même racine a très bien pu servir à former l'épiclèse Tarsènos et le nom du fleuve Tarsios, sans pour autant contraindre à affirmer que le sanctuaire doit être situé près du fleuve56. L'Asie Mineure offre en effet bien des exemples où un même toponyme se retrouve dans des lieux très éloignés les uns des autres ; c’est le cas par exemple du toponyme Germé employé deux fois au moins, en Mysie hellespontique et en Galatie. Il semble donc probable que le sanctuaire d'Apollon Tarsènos était situé, soit à Sonia, soit dans les environs, à peu de distance finalement de Pergame où Ménandros rédigea sa lettre.

  • 57 Le sens de ce terme a été expliqué par Feyel 1940, 179-180, voir aussi Piejko 1989, 398.
  • 58 Cela a été mis en évidence par Wilhelm 1943, 36, et par Feyel 1940, 179-180. On sait en effet que l (...)
  • 59 Les conclusions de Rostovtzeff 1923, 384, qui pensait que c'était le bétail du sanctuaire qui était (...)
  • 60 C'est l'hypothèse retenue par Welles. RC. p. 192., il est vrai que ce savant n'avait pas reconnu le (...)
  • 61 Piejko 1989, 400.
  • 62 Sur de telles taxes dans la monarchie attalide, voir Holleaux 1938-1957, 2. 112.

35Malgré le piteux état de la pierre, mais grâce au travail de ses divers commentateurs, le contexte qui a conduit le secrétaire Ménandros à envoyer cette lettre se laisse comprendre dans ses grandes lignes. On voit que le grand prêtre d'Apollon Tarsènos a fait parvenir une requête à l'administration royale. Dans cette démarche, il avait reçu le soutien des habitants des environs (les κάτοικοι57) qui se rendaient à la panégyrie du sanctuaire58. L'objet de leur demande était d'obtenir une amélioration de leur statut fiscal sous la forme d'une exemption des taxes sur le petit bétail (une ἀτέλεια τῶν προβάτοιν). La durée de cette dispense n'est pas précisée dans ce qui a été conservé du texte ; il est cependant fort probable qu'elle correspondait à la durée de la panégyrie d'Apollon59. Un autre point peut aussi être résolu, ainsi que l'a fait M. Feyel : il est toujours délicat de préciser le type des taxes sur le bétail dont il est question lorsqu'un texte parle d'une exemption. Pour simplifier, on peut dire qu'il y a deux solutions possibles : les redevances portent sur le troupeau et ses productions ou sont payées lors de la vente des animaux. Dans notre cas, on ne voit pas bien comment l'administration royale aurait pu dispenser les propriétaires qui se rendaient à la panégyrie des taxes sur les troupeaux60. Il doit plutôt s'agir ici des taxes sur les animaux vendus lors de la foire qui accompagnait peut-être la panégyrie ou sur les victimes que l'on allait sacrifier pendant la fête61. Il faut aussi remarquer que les taxes en question étaient d'origine royale, et non civique, puisque c'est l'administration attalide62 qui en dispense le sanctuaire.

51. Clauses sur le bétail dans un traité conclu entre Aigai et les Olympènoi en Éolide (milieu du iiie s. a.C.)

36S. Reinach, REC, 4, 1891. p. 268-275 (R. Meister, IF, 1. 1892. Beibl., p. 203-204 ; Hoffmann, Gr.Dial. IL p. X. 155a ; Michel. 13) ; J. Keil & A. von Premerstein, Bericht über eine Reise in Lydien und der südlichen Aiolis (DAW, 53-2, 1910), 203, p. 97-98 (Schwyzer, DGE, 644 ; F. Solmsen, E. Fränkel, Inscr. gr. ad ill. dial, sel., 1 1 ; W. Vollgraff, Mnemosyne, 47, 1919, p. 68-71 ; L. Moretti, RHC. 94. 1966. p. 290-299 ; H. IL Schmitt, Staatsverträge, 3, 456).
Cf. K. Brodersen, W. Günther, H. H. Schmitt,
Historische griechische Inschriften in Übersetzung, II, Darmstadt, 1996, 299, trad. all. ; L. Robert. “Monnaies d'Olympos”, Hellenica, X, 1955, p. 178-187, localisation d'Olympos ; St. Georgoudi. REG, 87, 1974, p. 176178, 1. 3-19, élevage ; M. Lejeune in Mélanges Pierre Chantraine, Paris, 1972, 96-97, formes dialectales, laine ; R. Hodot, Le dialecte éolien d'Asie. La langue des inscriptions. viie s. a.C. ive s. p.C., Paris, 1990, p. 311 et en général sur le dialecte.
Texte utilisé : Schmitt.

37C'est à Yeniceköy, à 9 km au nord-est d'Aigai, que la pierre (un bloc de trachyte) portant le traité conclu entre Aigai et les Olympènoi fut découverte par le directeur local des antiquités, Démosthène Baltazi, qui en communiqua un estampage à S. Reinach. N'ayant pu voir la pierre, Reinach ne publia que les lignes les plus lisibles (1 1-19) en 1891 et il fallut attendre 1910 pour que J. Keil et A. von Premerstein, plus chanceux, puissent donner le texte complet. La stèle fut ensuite transportée à Smyrne où elle semble avoir disparu lors de l’incendie de la ville en 1922. Les éditeurs ultérieurs, essentiellement L. Moretti et H. Schmitt, dépendent donc des lectures de Keil et Premerstein.

[-------]MA[..]
[-------]ΑΙΛ[...]
[-------]]OIO[...]
[4] [----------]EMI[.]
[-------] ἐξώμ-
[ιδας....] ἄδολα ἀμ-
[όργι]Image 10000000000000080000000FD36901B5.jpg[α] τριημίσ[εον], ἰμά[τι]-
[8] [α ἐρί]ων, οἶνον ὔκοσσον
[...]ΩΝΟΙΣΙ· ἐν Ὀλύμπ[η] ἔ
[ριο]ν, ὄττι κε ἧ, μὴ ἐργά[ζ]-
εσθαι· τὰ ἐγκλήματα, ὄσ-
[12] σα ἔον Αίγαέεσσι καὶ Ὀλυ-
μπήνοις πρόσθε τᾶς ὐμ-
ολογίας, πάντα διαλέλ-
υσθαι· ἔπεροι καὶ ὰρνή-
[16] αδες ἐρίων ἀτέλεες· χ-
ιμαίραδες, αἴ κε τέκοισι,
ἀτέλεες· ἀρνηάδων ἔ-
ταλα ἀτέλεα.

38Les restitutions des 1. 6-1 1 sont de Keil et Premerstein.

L. 1 : MAN, Reinach (le N est peu lisible).
L. 2 : KAIAM le M étant peu lisible selon Reinaeh.
L. 3 : IOIOΓ, Reinach (le premier I peu lisible).
L. 4 : ΣΔΕΜ, Reinach (les deux premières lettres peu lisibles).
L. 5 : ΓΕΩΜ. Reinach (Γ peu lisible).
L. 6 : OIΑΔOΛΑΜ, Reinach (les deux premières lettres peu lisibles).
L. 6-7 : la restitution ἀμ|[όργι]Image 10000000000000080000000FD36901B5.jpg[α] ne fait pas de doute pour Keil et Premerstein ; ἀμ|[πέχο]ν[α], Moretti, Georgoudi.
L. 7-8 : TImage 10000000000000070000000F98F63766.jpgIHMImage 10000000000000070000000F98F63766.jpgḤỌNIA vu par Reinach (nous avons pointé les lettres qu'il marque comme peu lisibles) ; τριημί(εκτ)ον τνα, Hoffmann ; τριημισ[έας] μνα[ς | πυρ]ῶν. Moretti ; τρημιImage 10000000000000080000000F84D54294.jpg[...]ιμα, Georgoudi.
L. 8 : γων οἶνον ὀ (θ)ύσ(ω)ν, Hoffmann ; Keil et Premerstein mettent une ponctuation après οἷνον, tandis que la ponctuation retenue ici par Schmitt remonte à Vollgraff ; [σιτηρ]ῶν, Georgoudi ; ΟΟΥΣΟΝ à la lin de la ligne pour Reinaeh, le Y étant la seule lettre qu'il considère comme sûre.
L. 9 : ΕΤΩΝΟΙΣΙ, Reinach (les deux premières lettres étant peu visibles) ; (ἀγ)ώνοισι, Hoffmann qui suggère aussi ἐτων(ί)οισι (chaque année) ; [ἐργ]ωνοῖσι, Keil et Premerstein ; [ὀψ]ωνοῖσι, Vollgraff ; [κ]ε Image 10000000000000080000000FF2E86217.jpgώνοισι, Moretti suivi par Georgoudi, πώνω étant la forme éolienne de πίνω. Reinach, à la fin de la ligne a vu ΟΛΥΜΙΙΩ et la leçon Ὁλυμπο) est préférée par certains éditeurs (Schwyzer, Solmsen et Fränkel) ; selon Keil et Premerstein, les traces sur la pierre font préférer Ὀλύμπη à Ὀλύμπω ; ils ponctuent juste après ; ἔ|[ργ]ον, Georgoudi.
L. 10 : ΕΓΓΑΛ à la fin de la ligne, Reinach, d'où ἐγγάλ|εσθαι, Hoffmann.
L. 1 1-12 : σ|[σ]α, Reinach.

39Traduction ; “[...] qu’à Olympos on ne travaille pas la laine, quelle qu'elle soit ; que toutes les plaintes entre les Aigaiens et les Olympènoi déposées antérieurement à la convention soient toutes annulées ; que les béliers et les brebis soient exempts de taxes sur la laine ; que les chevrettes qui ont mis bas soient exemptes de taxes ; que les petits des brebis soient exempts de taxe”.

  • 63 S. Reinach 1891, 270, avait proposé une datation à la fin du ive s. a.C., mais Moretti 1966, 290-29 (...)

40La nature du texte est expliquée par les lignes 14-15 où l'on voit qu'il s'agit en tait d'une convention (ὐμολογία pour reprendre la forme éolienne) passée entre la cité d'Aigai et les Olympènoi. La datation ne repose que sur des critères épigraphiques, lesquels reportent au milieu du iiie s. a.C63.

Image 10000000000003130000030C9013DE33.jpg

Fig. 7 : La région d'Aigai et l'Éolide

  • 64 Robert 1955, 184 : “Il me paraît clair que, puisque cet exemplaire du traité entre Aigaiens et Olym (...)
  • 65 Les archéologues allemands qui ont publié les fouilles d’Aigai, mais qui travaillaient à celles de (...)

41A ce moment-là, la communauté d’Olympos (ou d'Olympè) était indépendante. Selon toute vraisemblance, elle était installée sur le lieu même où la stèle a été découverte, à Yeniceköy, comme l'a suggéré Louis Robert64. Le site de sa partenaire, l'antique cité d'Aigai, est localisé depuis un siècle environ sur la colline de Nemrud-Kalesi, en amont du Kocaçay. On peut y voir d'importantes ruines antiques qui, à une moindre échelle, ne sont pas sans rappeler celles de Pergame : on y retrouve en effet un urbanisme en terrasses certainement dû à des architectes venus de la capitale attalide65.

  • 66 Bonne description de la région d'Aigai dans Diest 1889, 26-28.

42Cette partie de l'Éolide est organisée autour du Kocaçay qui, dans l'Antiquité, portait le nom de Titnaios ou Pythikos et, comme le Caïque au nord ou l'Hermos au sud, coule d'est en ouest et se jette dans le golfe d'Élée à proximité de l’antique Myrina. La vallée de ce fleuve surtout montagnard ne s'élargit en une plaine côtière qu'à quelques kilomètres de la mer. La ville d'Aigai se trouvait sur sa rive droite, de même que le sanctuaire d'Apollon Chrestèrios, plus en amont, qui était le principal sanctuaire du territoire d'Aigai66.

  • 67 Bolin & Schuchhardt 1889, 59 : “An der Küste herrschten Kyme und Myrina. Wollte Ägä sich ein Gebiet (...)

43La chôra de la cité était exclusivement continentale, car, même si la mer n'était qu'à une dizaine de kilomètres du centre urbain, le littoral de l'Éolide était contrôlé par les cités de Kymè et Myrina pour la basse-vallée du Pythikos. Le territoire d'Aigai était donc rapidement borné à l'ouest, mais il pouvait s'étendre profondément vers l'est et le nord, dans le massif du Gundağ67. Aigai n'a joué qu'un rôle très effacé dans l'histoire. A l'époque hellénistique, qui nous intéresse ici, la grande coupure s'est produite en 218 a.C. Cette année-là, Attale ier parvint à mettre la main sur Aigai et sur d'autres cités d'Éolide (Kymè, Myrina, Phocée, etc.), mettant fin à la domination séleucide sur la région. Par la suite, Aigai resta dans le royaume attalide jusqu'à la fin de la monarchie pergaménienne.

44Les premières lignes du texte étant perdues, ce qui nous reste de plus ou moins compréhensible peut être divisé en trois grandes parties :

  • 1. 6-11 : clauses sur le commerce de certains produits, textiles et autres ;

  • 1. 11-15 : clauses judiciaires ;

  • 1. 15-19 : clause fiscale sur le bétail.

  • 68 L’expression οἶνον ὄκοσσον κτλ. de la 1. 8 a suscité de longues discussions entre dialectologues, s (...)
  • 69 Moretti 1966, 292-294 : ces lignes limiteraient non pas les exportations à partir d’Olympos, mais l (...)

45D'importantes lacunes et une ponctuation difficile à établir rendent la compréhension du texte extrêmement malaisée jusqu'à la ligne 11. L'emploi du dialecte éolien, ainsi que la présence de quelques hapax, ne font qu'accroître ces difficultés. Il est question de produits textiles (ἐξωμίδες, ἰμάτια) et de vin (οἶνος, 1. 8)68. Luigi Moretti, qui a essayé de donner un interprétation logique au texte, suppose que ces lignes auraient eu pour objet de limiter les effets qu'un berger se rendant sur le territoire de la cité partenaire pouvait emporter69.

  • 70 Keil & Premerstein 1910, 98, et Vollgraff 1919, 68-71, avaient aussi vu dans cette clause une volon (...)
  • 71 Moretti 1966, 295-296 : ce passage donne ἔ[ργ]ον, ττι κε ᾖ, μὴ ἐργά[ζ]|εσθαι dans l'édition de Mor (...)

46Les lignes 9-11 semblent concerner le travail de la laine à Olympos, si l'on reprend les restitutions et la ponctuation des Staatsverträge. Le traité aurait servi à empêcher le développement de tout artisanat de la laine à Olympus, afin d'en garder l'exclusivité pour les ateliers de tissage d'Aigai qui, eux, avaient besoin de la matière première produite à Olympos70. Luigi Moretti, qui modifie la ponctuation et propose d'autres restitutions, a cependant abouti à un sens très différent : l'interdiction pour tout citoyen d'Aigai résidant provisoirement à Olympos d'y exercer aucune activité artisanale71.

  • 72 Georgoudi 1974, 177, suppose que ces ἐγκλήματα ont été “suscités probablement par des activités ill (...)

47La clause des lignes 1115 est la seule dont on puisse dire qu'elle soit vraiment claire. Comme dans d'autres textes, on procède ici à une annulation des procédures engagées précédemment entre citoyens d'Aigai et citoyens d'Olympos. Rien ne prouve que ces plaintes aient porté spécialement sur des contestations entre bergers72.

  • 73 S. Reinach 1891. 274, a proposé la traduction par bélier et a rapproché cet hapax de ἔρος, la laine (...)
  • 74 Cet hapax a beaucoup intéressé les spécialistes du dialecte éolien : S. Reinach 1891, 274, l'a rapp (...)

48Les dernières lignes traitent de questions fiscales : la dispense de taxes (ἀτέλεια) y est accordée pour différentes catégories de bétail. Dans un premier cas, on trouve les béliers – c'est ainsi qu'il faudrait comprendre ἔπεροι73 - et les brebis (ἀρνήαδες), exempts de taxe sur la laine. Puis il est question des jeunes chèvres (χιμαίραδες) qui doivent aussi bénéficier d'une dispense de taxe. Enfin dans une troisième catégorie, elle-même exemptée de taxe, on rencontre les jeunes ovins (ἀρνηάδων ἔταλα74).

  • 75 Moretti 1966, 297, ajoute : “Pu darsi che questo dipenda dalla nostra ignoranza delle condizioni i (...)
  • 76 W. Richter 1972, col. 413-414. Certaines races de chèvres étaient élevées pour leur toison et on av (...)

49Une liste d'animaux établie de la sorte avait certainement sa logique : tout le cheptel de petit bétail ne bénéficiait pas des exemptions de taxe, car cela aurait pu être dit plus simplement. Pour comprendre, il faudrait être certain du sens des mots employés pour désigner les différentes catégories d'animaux75. Une première question se pose : de quelle taxe les jeunes chèvres et les jeunes ovins sont-ils exemptés ? De la taxe sur la laine comme les béliers et les brebis ? Cela n'a rien d'impossible, puisqu'il arrivait que l'on élevât des chèvres pour leur laine76. Mais il peut tout aussi bien s'agir d'une taxe portant non plus sur des animaux adultes, mais sur les animaux encore jeunes que l'on conduisait sur le territoire d'Aigai pour les vendre.

  • 77 Cette idée se trouve déjà chez Reinach 1891, 270 : “Le caractère de ces stipulations montre que la (...)

50L'important, c'est que ces dispositions ont pour but de faciliter les déplacements de bétail entre les deux cités. La raison de tels mouvements n'apparaît pas dans le texte. Les éleveurs de l'une des deux cités partenaires allaient peut-être vendre leurs animaux sur le territoire de l'autre. Mais certains ont aussi voulu voir dans ce texte un accord permettant aux bergers d'utiliser les pâturages île l'autre cité contre le versement de certaines taxes (accord d'πινομία)77.

  • 78 Sur les ressources de la région, voir Bohn & Schuchhardt 1889, 62, et Robert 1955, 185-186 : “... c (...)
  • 79 Voir Rostovtzeff 1923, 379-380, et Labarre & Le Dinahet 1996, 50.

51Le principal mérite de ce texte difficile est de nous informer sur les ressources de la cité d'Aigai et de cette région de l'Éolide. Les montagnes entre le Caïque et le Pythikos ne pouvaient guère être exploitées que pour l'élevage et les zones agricoles devaient se limiter aux vallées. Cet élevage portait vraisemblablement plus sur le petit bétail dont la laine était travaillée dans les ateliers textiles de la région78. Certes l'Éolide ne faisait pas partie des grands centres lainiers d'Asie Mineure comme les régions de Milet, de Laodicée du Lykos et Colosses ou comme la Phrygie79 Cela signifie non pas que l'industrie lainière y était inexistante, mais qu'elle n'était pas intégrée au grand commerce international portant sur des productions d'exception, et cherchait seulement à satisfaire une demande locale pour des productions courantes.

52. Règlement fiscal royal provenant des environs d'Aigai en Éolide (début du iiie s. a.C.)

52H. Malay, “A Royal Document from Aigai in Aiolis”, GRBS, 24. 1983, p. 349-353 et pl. 5-6, photographie (SEG, 33, 1983, 1034).
Cf. Cl. Brixhe, A. Panayotou, R. Hodot et M. Bile, Bull. ép., 1989, 533 ; M. Corsaro, REA, 87, 1985, p. 86 ; I. Savalli-Lestrade, REG, 105, 1992, p. 227, attribution à Antiochos II ; H. S. Lund, Lysimachus : A Study in Early Hellenistic Kingship, New-York, 1992. p. 149-150, attribution possible du texte à Lysimaque.
Texte utilisé : Malay.

53La pierre qui nous a fait connaître ce texte a été découverte sur le territoire de Maldan, à 5 km au sud-est du site de l'antique Aigai. Hasan Malay, après en avoir vu un premier fragment au Musée de Manisa, se rendit sur place et y découvrit un second fragment. Il est l'auteur de la première édition de la pierre, en 1983. La gravure est en stoichèdon à 12 lettres par ligne, jusqu'à la ligne 14 du fragment B où l'on passe à une gravure irrégulière (de 11 à 15 lettres par ligne). Le texte original a été ici effacé, mais la pierre en conserve quelques traces. Il y a manifestement là le signe d'un repentir du lapicide.

54La ligne B18 était bien la dernière du texte ainsi modifié, en revanche, le nombre de lignes perdues au début doit être assez important : d'autres lignes ont disparu dans la lacune entre les deux fragments.

Fragment A
[-------------δω]-
[ρ]Image 10000000000000070000000FD2096AC2.jpgὰυ τελεῖν δ[ε]-
κάτην, ξυλίνου
δὲ καρποῦ τῶν ή-
[4] μέρων ὀγδόην, π
ροβάτων δε καὶ
αἰγῶν πεντηκοσ-
τήν· λήψεται δ-
[8] ὲ ἀμνὸν καὶ χίμ-
αιραν τῆς δὲ ἐφ
ιγονῆς μὴ εἶνα-
ι τέλος· λήψετα-
[12] ι δὲ καὶ σμηνέω-
ν ἡμερων ὀγδόη-
ν θήρας δὲ ἀπὸ σ-
υὸς καὶ ἐλάφου
[16] σκέλος· εἰς δὲ λ-
ῃτουργίας παρ-
έχονται [πρό]ς σ-
τ[ρ]ατ[είαν... ]

Fragment Β
[].ΑΔΕΤΟΙ.........]
τοῖς δὲ ἐργαζ[ο]-
μένοις τὰ ἐπιτ-
[4] ήδεια παρέξου-
σι ἐ’βασιλικοῦ·
γῆν δὲ καὶ ἀμπέ-
λους καὶ οἰκία-
[8] ς ὅσα ἀφιηρημέ-
να ἦσαν, ἀπέδωκ
εν πᾶσιν τὰ ἑαυ-
τῶν· εἰ δέ τις τα-
[12] ῦτα καταλύοι ἐ
Image 10000000000000080000000FF2E86217.jpgὶ τὰ ἐλάσσυνα,
Ἀπόλλων καὶ Ζεὺς
καὶ Ἄρτεμις καὶ Ἀθ-
[16] ηνᾶ ἀτὸν ἐξο-
λέσει καὶ αὐ(τὸν) καὶ ἐ-
[γγ]Image 100000000000000B0000000FA57051EF.jpgους

55L. Al : pour les deux premières lettres, traces d'une haste verticale et partie inférieure d'unepsilon que Malay estime “doubtful”.
L. Al9 : les restes de lettres sont peu visibles sur la photo de Malay, seul l'alpha paraît certain.
L. B14-18 : la formule de malédiction a été gravée après que l'on a effacé un texte précédent dont Malay a cru voir certaines lettres.
L. B14 : du texte précédent, Malay croit lire []ξει σ[κ]οπόν ou []ξει σ[κ]οτόν ; rien ne reste de la iie lettre du texte primitif, traces d'une haste verticale pour la 12e.
L. B15 : traces du texte précédent, èta (5e lettre), nu (6e lettre) et omicron (8e lettre) ; le texte définitif porte AYKAIE à la fin de la ligne, le lapicide ayant oublié la syllabe TON.

56Traduction : “(A) [...] qu'il verse la dîme, le huitième sur les récoltes des arbres fruitiers et le cinquantième sur les moutons et les chèvres ; et il recevra un agneau et une chevrette ; qu'il n'y ait pas de taxe sur le croît du bétail ; il recevra aussi le huitième sur les ruches domestiques ainsi qu'une cuisse dans la chasse au sanglier et au cerf ; pour ce qui est des liturgies, ils fourniront pour le service en campagne [...] (B) ils fourniront les outils aux ouvriers en prenant sur le trésor royal ; pour ce qui est des terres et des vignes qu'on leur avait enlevées, il a restitué à tous les leurs ; si quelqu'un revient sur ces décisions, Apollon, Zeus, Artémis et Athéna lui apporteront la ruine à lui et à ses descendants”.

  • 80 Le texte doit émaner d’un souverain séleucide, et non d'un Attalide, car ce n’est qu’en 218 a.C. qu (...)

57La compréhension du texte est rendue difficile par la perte des premières lignes. Pour autant que l'on en puisse juger, la cité d’Aigai n'a rien à voir avec ce document qui doit plutôt être d’origine royale, comme l'indique la mention du trésor royal (ἐ'βασιλικοῦ, 1. B5). L'utilisation du style stoichèdon et la forme des lettres rappellent plutôt le début du iiie s. a.C., lorsque la région était sous le contrôle de Lysimaque ou des Séleucides80.

  • 81 Malay 1983, 351, est probablement trop prudent lorsqu'il écrit : “Because of the proximity of the f (...)

58Il est donc question d’une communauté rurale qui, à la suite d’une crise, peut-être liée à une guerre, a été dépossédée de ses biens : terres, vignobles et maisons. Par la suite, tout leur a été restitué et les travaux des champs ont pu reprendre, après qu'on leur eut fourni des outils (τὰ ἐπιτ|ήδεια, 1, B3-4). La participation financière à cet effet a été prélevée sur le trésor royal, indice que cette communauté rurale dépendait sans doute directement du roi81. Le texte se termine par des imprécations contre ceux qui seraient tentés de revenir sur ces avantages.

59Ce sont les clauses fiscales du premier fragment qui posent le plus de problèmes. La communauté devait verser des redevances agricoles, mais nous ne savons à qui. La rédaction fait alterner des verbes à la troisième personne du singulier (λήψεται, 1. A7 et A-11-12), à l'infinitif (τελεῖν, 1. A-1) et, enfin, à la troisième personne du pluriel (παρέξονται, 1. A17-18). Dans ces deux derniers cas, le sujet doit être les paysans eux-mêmes, tandis que celui des verbes à la troisième personne du singulier est peut-être quelque fermier des taxes royales, personnage dont il était sans doute question dans les lignes perdues du début du texte.

  • 82 Il est aussi question des vignes, détruites puis restituées, de la communauté, 1. B6-7 ; le vin d’A (...)
  • 83 L'opposition entre ces deux types de production se rencontre chez Strabon 5.4.2 = C240 : τὴν χώραν, (...)
  • 84 Par exemple en Attique, sous le gouvernement de Pisistrate, une dîme était prélevée sur les product (...)
  • 85 Le seul autre prélèvement d'un huitième que l'on peut rencontrer dans les inscriptions grecques est (...)
  • 86 La πεντηκοστή est bien connue à Athènes où il s'agit d'une taxe sur les importations et les exporta (...)
  • 87 Le terme ἐπιγονή a ici précisément le sens de “croît” (accroissement d'un troupeau par la naissance (...)
  • 88 Sur l'importance de l'apiculture en Asie Mineure et la fiscalité la concernant, voir Robert 1935 et (...)
  • 89 Voir Briant 1996. 412-413.
  • 90 La στρατεία est le service en campagne, par opposition au service de garde dans une forteresse, la (...)

60La liste des impôts en question ne manque pas d'intérêt : elle commence par la mention d'une dîme (δεκάτη, 1. A1-2), puis il est question d'une taxe d'un huitième (ὀγδόη, 1. B4, soit à 12,5 %) portant sur les productions arboricoles, essentiellement la vigne82 et les arbres fruitiers. L'expression utilisée pour désigner ces derniers, ξυλίνοι καρποί, est bien connue, quoiqu'elle apparaisse ici au singulier (1. A2-3). On sait qu'elle fonctionne souvent comme un antonyme de σιτικοί καρποί, qui qualifie les produits de la céréaliculture83. Il est donc fort probable que la dîme des deux premières lignes du texte portait sur les céréales. Un impôt de 10 % n'aurait dans ce cas là rien de surprenant84. En revanche le montant de l'impôt sur les productions arboricoles, un huitième, est tout à fait étonnant et, à notre connaissance, il s'agit là d'un cas unique85. Tout aussi curieuse est la taxe sur le bétail. On connaît certes des impôts du cinquantième (πεντηκοστή, 1. A6-7, soit 2 %), mais ils concernent les importations et les exportations86. Ici, cette taxe s'apparente à un impôt sur le capital pastoral, c'est-à-dire sur le troupeau lui-même, et non sur ses produits. Elle était probablement prélevée en nature. Le texte n'évoque que le petit bétail – brebis et chèvres – et il n'est nullement question des autres animaux : tout cela correspond aux conditions locales de l'élevage en Eolide et ne fait que confirmer l'image donnée par le traité entre Aigai et les Olympènoi (no 50). Le prélèvement en nature d'un agneau et d'une chevrette est la seule forme mentionnée de redevance sur les revenus de l'élevage, puisqu’il est précisé que le croît (ἐπιγονή. 1. A9-10)87 sera exempt de toute taxe. Une autre ressource de cette communauté est assujettie à un prélèvement : les ruches pour lesquelles il faudra également verser une taxe d'un huitième. Cela ne s'applique qu'aux essaims domestiques, à l'exclusion donc des abeilles sauvages qui pouvaient cependant fournir une récolte d'appoint88. Les produits de la chasse au sanglier et au cerf font également l'objet d'un prélèvement en nature : une cuisse. Sur ce point encore, le texte est sans parallèle. A partir de la ligne 16 est envisagé le cas des impôts en travail que désigne le terme λῃτρυουργία (1. A16-17). On serait tenté de parler de corvées à leur sujet. L'usage d'en imposer aux communautés rurales d'Asie Mineure date de l'époque achéménide et survit largement au début de l'époque hellénistique89. Enfin, les habitants devront effectuer le service en armes90.

53. Traité d'union de Téos avec une communauté inconnue (fin du ive s. a.C.)

61W. Judeich, MDAI(A), 16, 1891, p. 291-295, no 17 (Hoffmann, Gr.Dial., 3,106 ; SGDI, 5633) ; R. Demangel et A. Laumonier, BCH, 46, 1922, p. 307-312, no 1, avec une photographie d'un estampage (SEG, 2, 1925, 579 ; H.W. Pleket. Epigraphica 1.22) ; L. et J. Robert, JS, 1976, p. 175-188 = OMS, VII. p. 319-332, avec une photo, d'un estampage, une autre de la pierre, et une trad. fr.
Cf. J. Töpffer, MDAI(A), 16. 1891, p. 421 ; J. Wackernagel, “Inschrift aus Teos”, MDAI(A), 17, 1892, p. 143-146 ; W. Judeich, SBAW Berlin, 1898. p. 545, n. 1 ; R. Herzog, Koische Forschungen und Funde, Leipzig, 1899, p. 204, n. 3 ; Fr. Bilabel, Die lonische Kolonisation (Philologus Suppl. 14-1). Leipzig, 1920, p. 201-202 ; M. Rostovtzeff, in Anatolian Studies presented to Sir William Mitchell Ramsay, Manchester, 1923, p. 380 ; A. Andreades, Gr.Stacitswirtschaft, p. 166-170 ; A. Wilhelm, “Zu einem Beschlüsse der Teïer über die Aufnahme von Neubürgern”, Klio, 27, 1934, p. 270-285 ; M. Rostovtzeff. Hist. éc. et soc. du monde hell., Paris, 1989, p. 122 et n. 45 p. 996 ; A. Wilhelm, SO, 27, 1949, p. 30-31 : J. Tréheux, RPh, 84, 1958, p. 84-91 (cf. J.et L. Robert, Bull. ép., 1959, 82) : M. Wörrle, Chiron, 18, 1988, p. 464. n. 196.
Texte utilisé : Robert.

62La pierre, un marbre bleuâtre, a été découverte par Judeich, durant l’été 1887, encastrée la tête en bas dans le mur extérieur du cimetière du village d'Olamiş, à mi-chemin entre les sites antiques de Clazomènes au nord et de Téos au sud. Elle a depuis été revue par Judeich lui-même en 1896, puis par Demangel et par Laumonier en 1921, enfin par L. et J. Robert en 1958. La pierre est complète dans sa partie inférieure (nous avons donc la fin du texte), mais brisée à droite, à gauche et dans sa partie supérieure. Les lettres sont ornées de légers apices, la gravure est belle et régulière.

[--ὧν κ]αὶ τοῖς ἄλλοις Τηίοις μέτεστιν, ὡς ἐπί τετρα[ετίαν]
[ἀφειμένοι]ς? τῶν τελέων· ἀτελεῖς δὲ αὐτοὺς εἶναι καὶ χορηγ[ιῶν]
[καὶ -ca. 6 1.-[οχιὼν καὶ βοηγιῶν καὶ λαμπαδαρχιῶν καὶ ἐπιγρα[φῆς]
[4] [τῶν τε βοῶν] τῶν ἀρούντων ὅσοι ἔωσι αὐτοῖς πάντων καὶ περιζύγ[ων]·
[εἶναι δὲ α]ὑτοῖς τοὺς ἐργάτας βοῦς ἀτελεῖς τῶν ἔργων ὧν ν ἐ[κτε]-
[λῆι? ἡ πόλις πά]ντων· δεδόσθαι δὲ αύτοῖς ἀτέλειαν καὶ ὑποζυγίων [καὶ]
[ἀνδραπόδων κ]αὶ μισθαρνεύντων καὶ ξυληγεόντων καὶ ἄλλο ὅτι ἂν ἐρ-
[8] [γάζωνται κ]αἰ πωλέωσιν σα ἐς τὴν ξυλοπωλίην τελεῖ καὶ προβάτω[ν]
[-ca. 8 1.-ἐ]ξεῖναι δὲ τοῖς βουλυμένοις καὶ ὗς τρέ[φε]ιν ἐς τόν ἀριθμὸ[ν]
[τὸν τεταγμέν]ον προβάτων καὶ εἶναι αὐτὰς ἀτελεῖς· εἶναι δὲ αὐτοὺς καὶ
[τῶν ἄλλων τελέ]ων ἀτελεῖς πλὴν ἰατρικοῦ· ὅσα δ’ν τῶν ἀνδραπύδων
[12] [ἄνθρακας] ἣ ἄλλο τι πωλῆι ὅσα ἐς τὴν ξυλοπωλίην τελεῖ, ἀτέλειαν [αὐ]-
[τoῖς ενα]ι τούτων· καὶ πύσοι ν χλάνδια ἐργάζωνται ἢ Α[---]
[-----------] ἢ ἄλλο τι ἐξ ἐρίων Μιλησίων ἢ τρηχείων ἢ μα[λακῶν]
[-----------] τούτων αὐτοὺς ἀτελεῖς εἶναι καὶ αὐτοῦ πωλέο[ντας]
[16] [καὶ ἐξάγοντας] καὶ σα ἐσάγωσι ἐπ’ἐργασίηι τῶν χλανδίων Ε[---]
[---------] ἀλοργίην, εἶναι αὐτοῖς τὴν ἀτέλειαν [τούτων]·
[---------] καὶ κήπων καὶ σμηνέων· εἶναι δ αὐτοῖς τὴν ἀτέ[λειαν]
[-------------]πάντων, εἰὰμ βουλέωνται ἐξάγε[ιν----------]
[20] [----------εἶν]αι δ αὐτοῖς τήν ἀτέλειαν δέκα ἔτεα· ἄρχ[ειν δὲ]
[τῆς ἀτελείας] μῆνα Λευκαθεῶνα καὶ πρύτανιν Ἀρίστιππον.

L. I : [μετέσται δ αὐτοῖς πλῆν | τῆς πολιτείας, ἥσπερ κα]ὶ τοῖς ἄλλοις, Judeich, [κ]αὶ τοῖς ἄλλοις, Demangel & Laumonier, Pleket, [ὄσων κ]αὶ τοῖς ἄλλοις, Crönert, [εἶναι δὲ αὐτοῖς πολιτείας μὲν καὶ ἱερῶν καὶ τῶν λοιπῶν πάντων παραχρῆμα τὴν μετουσίαν, ἐπ'ἔτη δὲ τέσσαρα μὴ μετεῖναι αὐτοῖς τῶν ἀρχῶν ὧν κ]αὶ τοῖς ἄλλοις, Wilhelm.
L. 1-2 : à la fin de la 1. 1, après ἐπί. la copie de Judeich donne le bas d'une haste verticale, d'un epsilon, le bas d'un iota, un rhô, et le bas d'une haste oblique gauche : ἐπι[γ]έ[γραπται ἐπί τῆς στήλης καί? ἀπόλυσι?]ς, Judeich, ἐπὶ τετρα[ετίαι | ἦι ἀπόλυσι]ς, Demangel & Laumonier, ἐπὶ τετρα|ετίαν | ἦι ἀπόλυσι]ς, Crönert, ἐπὶ τετρα[ετίαν Ι ἀφειμένοι]ς, Wilhelm, Pleket.
L. 2-3 : καὶ χορηγ[ιῶν καὶ | τριηραρχιῶν καὶ ξενοδ?]οχιῶν, Judeich, καὶ χορηγ[ιῶν Ι καὶ ξενοδ]οχιῶν. Demangel & Laumonier, Crönert. Pleket.
L. 3-4 : de la dernière lettre de la ligne, un alpha, la copie de Judeich donne le bas d’une haste oblique gauche et, au début de la 1. 4, τῶν, une haste droite ; ἐπιγρ[αφέσθω | καὶ ἀτέλεια? τῶν βοῶν] τῶν ἀρούντων, Judeich, έἐπιγρα[φῶν | ὐποζυγίοιν | τῶν ἀρούντων, Demangel & Laumonier, ἐπιγρα[φῆς | ὑποζυγίων] τῶν ἀρούντων, Crönert d'après Hiller, καὶ ἐπιγρα|φῆς | τῶν τε βοῶν] τῶν ἀρούντων, Pleket.
L. 4-5 : au début de la 1. 5, la première lettre, un upsilon, est une lecture des Robert ; καί περιζυγ[ίων ; |----εἶναι δὲ αὐ|τοῖς. Judeich (α]ὐτοῖς dans sa seconde lecture de la pierre), καί περιζύγ[ων εἶναι δὲ αὐ]τοῖς, Demangel & Laumonier, Crönert. Wilhelm, Pleket.
L. 5-6 : à la fin de la 1. 5, un sigma sur la copie de Judeich ; ἂν σ[υνεπι|λαμβάνωνται? πά]ντων, Judeich, ἂν ἐ[πι|γράφωνται πά]ντων, Demangel & Laumonier, ἄν ἐ[κτείλῆι ἡ πόλις πά]ντων, Wilhelm, Pleket.
L. 6-7 : une haste droite après le nu de ὑποζυγίων sur la copie de Judeich et sur l'estampage des Robert ; καὶ ὑποζυγίων | [-------κ]αὶ, Judeich, ὑποζυγίων-------|-----κ]αὶ, Demangel & Laumonier, ὑποζυγίων Image 10000000000000080000000F6E65DB97.jpg[αὶ Ι ἀρούντων κ]αὶ. Crönert. Pleket.
L. 7-8 : de la dernière lettre visible sur la 1. 7, un rhô, ne subsiste que la haste droite sur la copie de Judeich, mais sa boucle est bien visible sur l'estampage des Robert ; ἂν ἐ[ργάζων|ται? ------κ]αὶ, Judeich, ἂν ἐρ|[γάζωνται κ]αὶ, Dernangel & Laumonier, ἂν ἐρ|[γάζωνται ἢ κ]αὶ, Crönert, Pleket.
L. 8-9 : un omicron comme dernière lettre de la ligne sur la copie de Judeich ; καὶ προβατο[τροΙφίην? ---- ἐ]ξεῖναι, Judeich, προβατο|[τροφίην· ἐ]ξεῖναι, Dernangel & Laumonier, Pleket, προβατο|[τροφίης· ἐ]ξεῖναι, Crönert, προβάτ{ω}|[ν· -------ἐ]ξεῖναι, Wilhelm.
L. 9 : sur la copie de Judeich, ΚΑI.ΙΣΤΡΕ[..]IΝ : καὶ [εἰ]στρε[φε]ιν, Judeich, καὶ [συ]στρέφειν, Wackernagel, καὶ [ο]ἶς τρέ[φε]ιν. Hoffmann, καὶ ὖς τρέ[φε]ιν. Judeich en 1898, Dernangel & Laumonier, Crönert, Pleket.
L. 9-10 : τὸν ἀριθμ[ὸν Ι τὸν συντεθειμέν?]ον, Judeich, τὸν ἀριθμὸ[ν | τὸν τεταγμέν]ον, Dernangel & Laumonier, Crönert, Pleket.
L. 10-11 : fin de la 1. 10, Judeich n'a pas vu le iota final ; κα[ὶ | τῶν ἄλλων εἰσφορ?]ῶν, Judeich, καὶ | [τῶν ἄλλων φόρ]ων, Dernangel & Laumonier, Crönert, καὶ | [τῶν ἄλλων τελέ]ων, Wilhelm, Pleket.
L. 1 1-12 : la première lettre de la 1. 12, un èta, a été vue par les Robert ; ἀνδρ[α]πόδων [τις | ---- ἤ ἄ]λλο, Judeich (ἀνδραπόδων dans sa seconde lecture), ἀνδραπόδων | [τις ξύλα ἢ] ἄλλο, Demangel & Laumonier, Crönert, Pleket, ἀνδραπόδων | [ἄνθρακας? ἢ] ἄλλο, Wihelm.
L. 12 : πο(?)λῆι. Judeich, π(ω)λῆι. Hoffmann, πωλῆι, Dernangel & Laumonier, Crönert, Pleket.
L. 12-13 : ἀτέλειαν | [ἔχειν-------κα]ὶ τοῦτον, Judeich (τούτ(ω)ν, selon Hoffmann), ἀτέλειαν [αὐ|τοῖς εἶνα]ι τούτων, Dernangel & Laumonier, Crönert, ἀτέλειαν [αὐ|τοῖς εἶναι κα]ὶ τούτων, Wilhelm, Pleket.
L. 13-14 : pour le début de la 1. 14, la copie de Judeich porte ΙΙΛΛΛ ; ἢ Α[---|------- ἢ ἄ]λλ[ο], Judeich ([ἢ] ἄλλο dans sa seconde lecture), ἢ ἀ[μπέχοΙνα ἐρίνεα] ἢ ἄλλο, Dernangel & Laumonier, Crönert. Pleket.
L. 14-15 : au début de la 1. 15. une haste oblique sur la copie de Judeich, avant τούτων ; ἢ τ[ρι]χείων ἢ μά[λλων ἢ |-----] τούτων. Judeich (τρηχείων dans sa seconde lecture), ἢ τρηχείων ἢ μα[λακῶν |--- ca 10 1.-] τούτων, Dernangel & Laumonier, ἢ τρηχείων ἢ μα[λακῶν | ἢ ὅσα ἂν ἦι ἄλλ]α, τούτων, Crönert, Pleket.
L. 15-16 : à la fin de la 1. 15, haut de la boucle d'une lettre ronde sur la copie de Judeich, visible sur la photo des estampages de Dernangel & Laumonier et des Robert ; πωλε[όντων ? |---ὅσα δ’ἂν] ἐσάγωσι, Judeich, πωλέο[ντας | καί ἐξάγοντας· κ[αὶ ὅσα ἂν ἐξάγωσι, Demangel & Laumonier, Crönert, Pleket.
L. 16-17 : de la 1. 16 à la 1. 19, à droite, les lectures des Robert sont plus étendues que celles de Judeich : fin de la 1. 16, une haste droite sur la copie de Judeich ; χλανδίων [----|----]ΛOIΓΙHΝ εἶναι. Judeich (ἀλοργίην dans sa seconde lecture et Pleket), χλανδίων [-----I---- ἀ]λοργίην εἶναι, Wackernagel, χλανδίων ἐ[ρινέΙων----] ἀλοργίην εἶναι, Demangel & Laumonier, Crönert.
L. 17-18 : ἀτ[έλειαν----|----]ΑΙΣΜΕΝΕΩΝ, Judeich, ἀτέλειαν [τούτων |----] κήπων καὶ σμηνέων, Dernangel & Laumonier, ἀτέλειαν [τούτων· | ατελείς δ'εἶναι καὶ] κήπων καὶ σμηνέων. Crönert, Pleket (Wörrle : κτήνών καὶ σμηνέων).
L. 18-19 : τὴν ἀτ[έλειαν-----|----] πάντων, Judeich, τὴν ἀτέ|λείαν----|----] πάντων, Demangel & Laumonier, Crönert, Pleket.
L. 19-20 : ἐξάγε[ιν-----|-----δεδύσθα]ι δὲ, Judeich, ἐξάγε[ιν ------|------ εἶν]αι δὲ, Hoffmann, Demangel & Laumonier, ἐξάγεβν, εἰ δὲ ξ μή, τοῦ ἠμίσεος· εἶν]αι δὲ, Crönert, ἐξάγε[ιν -------|-----]AI δὲ, Pleket.
L. 20-21 : pour le début de la 1. 21, la copie de Judeich porte ΛΙΠΛΛΕΓΙΑΘΕΩΝΑ ; ἀρχο[μέ|νην----]ΛΙΠΛΛΕΓΙΑ Θέωνα, Judeich, ἀρχο[μέ|νην μετὰ τον] μῆνα Λευκαθεῶνα, Demangel & Laumonier, Crönert, ἄρχ[ειν | δὲ τῆς ἀτελείας] μῆνα Λευκαθεῶνα, Wilhelm, Pleket.

63Traduction : “[...] auxquels les autres Téiens ont droit en tant que dispensés pour quatre ans des taxes : et qu’ils soient aussi dispensés des chorégies des [...]. des boègiai, des lampadarchies et de l’inscription de tous les boeufs de labour qui leur appartiennent et des boeufs haut le pied ; et que leurs boeufs de travail soient dispensés de tous les travaux qu’entreprend la cité ; et qu’on leur accorde l’exemption des taxes sur les animaux de joug, les esclaves loués et destinés au transport du bois et pour tout ce qu’ils fabriquent et vendent et qui se rapporte au commerce du bois ; qu’il soit possible à ceux qui le souhaitent de [...] des moutons et d’élever autant de porcs que le chiffre fixé pour les moutons et qu’ils soient exempts de taxes pour ces animaux ; et qu’ils soient aussi exemptés de toutes les autres taxes, sauf de la taxe pour le médecin ; et pour tous ceux des esclaves qui vendent du charbon ou quoi que ce soit qui se rapporte au commerce du charbon, qu'ils soient exempts de taxes pour cela ; et tous ceux qui fabriquent des manteaux de laine ou [...] ou quoi que ce soit d’autre en laines milésiennes brutes ou apprêtées, [...] qu’ils soient exempts de taxes pour cela, soit qu'ils les vendent sur place, soit qu’ils les exportent : et tout ce qu’ils importent pour la fabrication des manteaux de laine 1...] le travail de la pourpre, qu’ils soient exempts de taxes pour cela ; [...] et des jardins et des ruches ; qu’ils aient l’exemption de taxes [...] pour tout, s’ils souhaitent exporter qu’ils soient exempts de taxes pour dix ans ; que l’exemption de taxes débute au mois de Leukathéôn, sous le prytane Aristippos”.

  • 91 Dans une inscription en faveur des technites de Dionysos. SEG. 2, 1925, 580, 1. 19. et encore dans (...)
  • 92 Robert 1969-1990. 1. 142-143 ; Bilabel 1920, 202, est totalement dépassé sur cette question.

64Le nom d’une seule des deux parties ayant conclu cet accord est connu : Téos (1. 1), ce que confirment la mention du mois de Leukathéôn (1. 21)91 et l’existence d’un prytane comme magistrat éponyme (1. 21), comme c’était le cas à Téos92. Enfin, le village d’Olmamiş, où la pierre a été trouvée, se situe à une vingtaine de kilomètres au nord de Téos.

  • 93 No 57. Robert 1969-1990, 1. 331-332, insiste sur la ressemblance de notre texte avec le traité entr (...)
  • 94 Les Robert 1969-1990. 1. 326, n. 112, ont recommandé de parler de “traité de sympolitie”.
  • 95 Welles. RC. 3-4 (entre 306 et 302 a.C.). Le rapprochement entre les deux textes est de Töpffer 1891 (...)

65Les divers privilèges fiscaux accordés par Téos et la ressemblance avec le traité entre Milet et Pidasa93 montrent que le texte est un accord de sympolitie94. En revanche, le nom de la communauté absorbée par Téos a disparu et, même si ce texte a quelquefois été rapproché de la lettre d’Antigone le Borgne organisant le synoecisme de Téos et Lébédos95, il faut se résigner à ignorer le nom de la communauté partenaire de Téos.

  • 96 Bonne analyse des caractéristiques du dialecte ionien de notre inscription et des atticismes que l' (...)
  • 97 La datation haute (370-350 a.C.) a été proposée par Wackernagel 1892, 146. Judeich 1898 545, n. 1. (...)

66La datation du traité ne repose que sur les critères épigraphiques et dialectaux : les lettres sont ornées de très petits apices et la langue utilisée est du ionien encore assez pur96. Sur ces constatations, plusieurs solutions ont été proposées, allant des années 370-350 a.C. au début de l’époque hellénistique97. Il existe peut-être un critère plus solide de datation : comme nous allons le voir plus bas, la cité de Téos dispose d'une totale indépendance fiscale et il n'est nullement question d'une intervention royale. Cela incite à proposer une date vers la fin du ive s. a.C.

  • 98 Voir tout l'article intitulé “Une inscription grecque de Téos en Ionie. L'union de Téos et Kyrbisso (...)
  • 99 Description par Philippson 1912, 48.
  • 100 Philippson 1912, 41-42 (57, résumant à propos des montagnes de la péninsule d'Érythrées, il écrit : (...)
  • 101 Sur Oroanna, Robert 1969-1990, 7. 316.
  • 102 On a mis en évidence la présence d'un centre assez important de peuplement datant de l'époque impér (...)

67Le cadre géographique a été étudié par J. et L. Robert98 et il nous suffira de rappeler que Téos était située sur la côte méridionale de la péninsule d'Érythrées. A l'est, elle avait pour voisine Lébédos, tandis qu'elle était limitrophe de Clazomènes au nord-ouest et de Smyrne au nord-est. La chôra de Téos comprenait la plaine littorale de Seferihisar, aujourd'hui couverte de chênes à vallonée, d'oliviers, de vignes et de champs de blé99, et s'étendait jusqu'au Kizildaǧ100, un massif montagneux boisé en pins. Kyrbissos ou Oroanna101, que Téos a absorbés à l'époque hellénistique, ont dû se trouver dans cette zone mal connue que forme le Kizildaǧ, mais qui, dans l'Antiquité, n'était certainement pas inhabitée et inexploitée102. Il y a tout lieu de penser que la communauté inconnue de notre document se trouvait dans cette partie de l’arrière-pays de Téos. Le village d’Olamis, où la pierre a été retrouvée, se situe dans l'une des vallées qui permettent d'accéder à l'intérieur du massif montagneux et les ressources locales, telles qu'elles apparaissent dans l'inscription, correspondent bien à celles du Kizildaǧ.

  • 103 Les lettres d'Antigone sur le synœcisme de Téos et Lébédos comportent aussi une clause sur les litu (...)
  • 104 Deux inscriptions de Téos concernent des victoires chorégiques : CIG, 3089 et 3090 ; un exemple d'e (...)
  • 105 A Priène, la loi sur la vente du sacerdoce de Dionysos, Syll.3, 1003. 1. 26, précise que celui qui (...)
  • 106 Judeich 1891, 293 : la βοηγία serait une “Fuhrleistung für den Staat”.
  • 107 Robert 1969-1990. 7. 323.
  • 108 Haussoullier 1898. Pour l'inscription la plus claire : Rehm, I.Didvma, 199.
  • 109 Xén., Hell., 6.4.29.
  • 110 Syll.3, 1025-1026. L'inscription de Bargylia est venue apporter de nouvelles informations, voir p.  (...)

68Ce qui reste du traité de sympolitie concerne les mesures fiscales en faveur de l'intégration de nouveaux citoyens. On en attendra donc des informations à la fois sur le système fiscal pratiqué à Téos et sur les ressources de sa partenaire. Une partie de ces clauses fiscales a été perdue au début et le texte commence maintenant par la mention d'une exemption de taxe valable pour une période de quatre ans. Il est ensuite question de quatre liturgies dont les nouveaux citoyens seront exemptés103. Deux d'entre elles sont bien connues : la chorégie104 et la lampadarchie (l'organisation de processions aux flambeaux)105, tandis que le nom d'une troisième a disparu. Les boègiai (ou boègia) sont beaucoup plus originales. Judeich avait d'abord pensé qu'il pouvait s'agir d'une obligation de prêter des attelages à la cité pour les travaux publics, ce qui n'est pas possible puisque les réquisitions du bétail privé sont mentionnées aux lignes 5-6106. Leur nom est composé à partir de βυῦς et d'ἄγειν et, comme les chorégies et les lampadarchies, elles ont dû avoir un caractère religieux : le bovin en question est sans doute un animal de sacrifice. J. et L. Robert ont rapproché ces boègiai d'une liturgie connue à Didymes à la fin du ier s. a.C.107 et autrefois expliquée par Haussoullier108 : certains notables s'engageaient à élever et à fournir à leurs frais un bovin pour un sacrifice à Zeus. Le choix des victimes pour les sacrifices peut en effet parfois prendre l’aspect d'un véritable concours entre éleveurs : il est important de choisir les animaux les plus beaux qui soient pour les divinités et ce choix fait honneur au propriétaire de la bête. On le voit dans un passage des Helléniques de Xénophon où Jason de Phères, alors au faîte de sa puissance – on est en 370 a.C. –, organisa un concours entre les cités de l'État thessalien pour choisir les animaux qu'il voulait envoyer à Delphes pour les prochaines Pythies. Plus de 10 000 têtes (bovins, moutons, chèvres et porcs) furent offertes109. Des inscriptions hellénistiques de Cos montrent en oeuvre un usage, semble-t-il, identique, mais qui opposait les différentes subdivisions civiques dans un ordre précis. Le héraut proclamait alors le choix fait par le prêtre110.

  • 111 Wilhelm 1949, 30, interprète l'ἐπιγραφή comme une “Vorschreibung einer Leistung”.
  • 112 Voir Préaux 1939, 184.
  • 113 Ainsi, Andréadès 1931, 167, n. 9, dans son analyse des clauses fiscales du texte.
  • 114 Tréheux 1958.90.

69Les boègiai forment la première d'une longue liste de charges reposant sur le bétail. Les lacunes du texte posent quelques problèmes de compréhension, comme à la fin de la ligne 3 et au début de la ligne suivante où il est question de l'épigraphe. Depuis une suggestion d'Hiller, reprise par Crönert et par J. et L. Robert, on restitue ἐπιγρα[φῆς | τῶν τε βοῶν] par référence à la procédure de déclaration écrite (ἐπιγραφή) d’un bien imposable111. Cette procédure est bien connue dans l'Égypte lagide, grâce aux papyrus qui montrent en outre que le mot ἐπιγραφή, qui ne désignait à l'origine que la démarche préalable, a fini par qualifier la taxe elle-même112. Deux types de bovins étaient soumis à l'épigraphè : les bœufs de labour (οἱ ἀροῦντες) et ceux que le texte qualifie de περίζυγοι. Pendant longtemps, les commentateurs ont cru que le texte accordait une exemption de taxe sur les harnachements (περίζυγα)113. C'est J. Tréheux qui a dégagé le sens véritable de l'adjectif περίζυγος : “En fait, il devait y avoir, dans les fermes de Téos et des cités voisines, deux sortes de boeufs : 1 °) des bœufs de labour (οἱ ἀροῦντες) ou de travail (1. 5 : οἱ ἐργάται βοῦς) qui étaient attelés et constituaient des ζεύγη ; 2°) des bœufs que nous dirions “haut le pied” et que le fermier mettait à l'engrais pour les vendre comme animaux de boucherie ou de sacrifice, mais qu'il pouvait, le cas échéant, utiliser pour remplacer dans un attelage une bête défaillante. Ces boeufs, qui venaient en plus des ζεύγη constitués, s'appelaient tout naturellement βοῦς περίζυγοι vel περίζυγες”114. Il est ensuite question des animaux de travail pour lesquels les propriétaires seront exemptés du service de la cité : ce service s'apparente à une véritable réquisition pour les travaux publics.

70A Téos, les propriétaires de bovins étaient donc redevables à l'égard de la cité de plusieurs façons : non seulement ils payaient une taxe par tête, mais de surcroît leurs animaux de travail (et les boeufs de labour n'en étaient qu'une sous-catégorie) pouvaient être réquisitionnés gratuitement par la cité pour constituer les attelages nécessaires aux grands travaux publics. A cela s'ajoutait la boègia. La place des bovins dans cette petite communauté rurale est finalement assez classique : ils ne jouent de rôle qu'en fonction de la force de travail qu'ils représentent, soit comme bétail aratoire, soit pour le transport de charges pondéreuses. Il n’y avait sans doute qu'un élevage bovin assez réduit, juste suffisant pour permettre la perpétuation du cheptel et, éventuellement, pour la fourniture de victimes pour les sacrifices.

  • 115 Sur cette partie du texte, Robert 1969-1990, 7. 329.
  • 116 La restitution est proposée par Wilhelm 1934, 291, et elle est adoptée “en toute sécurité” par les (...)

71La clause suivante (1. 6-10) concerne la fiscalité touchant l'exploitation du bois et celle qui porte sur l'élevage du petit bétail. Les nouveaux citoyens sont exemptés de charges sur tout ce dont ils ont besoin pour la gestion de leurs forêts : attelages pour transporter le bois et esclaves qui effectuent le travail de bûcheron ou guident les attelages115. Le texte semble distinguer les animaux et esclaves que l'exploitant possède en propre et ceux qu'il pourrait louer dans les situations d'urgence. Les forêts du Kizildaǧ sont donc source de richesse, non seulement en bois sec, mais aussi en charbon si l'on retient la restitution proposée par Wilhelm pour le début de la 1. 12116.

  • 117 Il suffira à ce sujet de renvoyer aux Robert 1969-1990, 7. 326 et 328, avec spécialement la n. 115. (...)

72Il est ensuite question du petit bétail : moutons et chèvres (πρόβατα) d'une part, porcs d'autre part. C'était sans doute un bétail nombreux dans la région, comme le montrent les limites posées à l'exemption de taxe qu'accorde Téos. L'atélie, dans ce domaine, ne s'appliquait qu'à un nombre déterminé de têtes, mais le chiffre exact, qui était gravé au début de la ligne 9, a disparu dans une lacune. Il en allait de même pour les porcs qui trouvaient une pâture abondante dans les forêts du Kizildaǧ117.

  • 118 Sur ce type d'élevage, voir p. 401-402.
  • 119 Sur les laines milésiennes, voir Robert 1969-1990, 1. 393, n. 4.
  • 120 La 1. 17 mentionne le travail de la pourpre (ἀλοργίη pour ἁλουργία en attique), mais il paraît diff (...)
  • 121 IK, l-Erythrai und Klazomenai, 15. Sur les débuts de l'artisanat de la laine en Asie Mineure, voir (...)
  • 122 Rostovtzeff 1989, 122, a montré l'intérêt de ce passage, mais en considérant qu'il s'appliquait à T (...)

73L'originalité principale de l'élevage local était certainement l'orientation que lui avait donnée l’artisanat de la laine. On dépassait nettement le stade d'une simple activité de subsistance, puisqu'une partie des troupeaux était composée de moutons de race milésienne. Techniquement, ils demandaient un soin particulier de la part des éleveurs, puisqu'on les recouvrait d'une sorte de manteau destiné à protéger leur toison, d'où le nom de πρόβατα ὑποδίφθερα, moutons vêtus, qui leur était donné118. On produisait ainsi une laine d'excellente qualité, à la fois très fine et très pure : ce sont les ἔρια Μιλήσια dont parle le texte (1. 14)119. Ces laines étaient tissées, soit brutes (τρηχεῖα, 1. 14), soit apprêtées de façon à être rendues plus souples (μαλακά, 1. 14). Elles étaient donc travaillées sur place et c’étaient des vêtements que l'on vendait, des χλάνδια (1. 16, pour χλανίδιον en attique), c'est-à-dire des manteaux120. La communauté d'Olarmiş appartenait donc à cette vaste région d'élevage spéculatif et d'artisanat lainier qui s'étendait de l'Éolide jusqu'à la rive méridionale du Méandre. A Érythrées, toute proche, une loi antérieure à notre inscription, puisqu’elle date du second quart du ive s. a.C., traite des conditions de vente de la laine et de la surveillance de ce commerce par l'agoranome121. L’un des intérêts du texte est aussi de montrer qu'il faut se garder d'imaginer une division géographique des opérations, où la laine aurait été produite dans l'intérieur des terres pour être travaillée sur la côte. C'était en réalité sur place que se développait la totalité de la chaîne et une part certainement importante de la population devait s'y impliquer. La communauté d'Olarmş rencontrait cependant un véritable problème pour la commercialisation de sa production : elle était tributaire du port de Téos et les manteaux qu'elle produisait pour l'exportation devaient non seulement payer la taxe du 50e sur les quais de Téos, mais acquitter sans doute aussi un droit de douane lorsqu'elles atteignaient le territoire de Téos. Avec l’accord de sympolitie, c'était le second de ces deux obstacles qui disparaissait122.

  • 123 Wörrle 1988, 464, n. 196, a proposé de lire plutôt καὶ κτήνων καὶ σμηνέων. Il vaut sans doute mieux (...)

74Après le passage sur la fiscalité de l'élevage et des produits qui en dérivent, l'état de la pierre se détériore alors qu'il est encore question de fiscalité agricole. Les nouveaux citoyens se voyaient offrir une exemption sur les produits de leurs jardins et de leurs ruches (καὶ κήπων καὶ σμηνέων. 1. 18)123 que l’on retrouve une fois de plus parmi les ressources de ces cités de la côte d'Asie Mineure.

  • 124 Le ατρικόν est un impôt paye pour les médecins et non par eux. Un décret de Delphes, Syll.3, 437, (...)
  • 125 On a vu que le roi Antigone propose de limiter à trois ans l'exemption des liturgies accordée par T (...)
  • 126 Wilhelm 1934, 277-278, a souligné cette difficulté et s'est demandé si le lapicide n'aurait pas gra (...)

75L'impression générale est donc que les Téiens ont accepté de larges concessions. Il y a cependant deux restrictions à remarquer : l'impôt servant à payer un médecin public (le ιατρικόν. 1. 11)124 est maintenu. D'autre part, il y a peut-être une limitation dans le temps de toutes ou partie des exemptions accordées : au début du texte, il est question d'une période d'exemption de quatre ans sans qu’il soit possible de comprendre à quelles taxes cela pouvait s'appliquer. De la même façon, il est stipulé à la ligne 20, dans un passage en mauvais état, que les nouveaux citoyens recevront une exemption pour 10 ans ; là encore, il n'est pas possible de comprendre quelles exemptions étaient soumises à cette restriction qui n’aurait rien d'extraordinaire125 et comment on peut la concilier avec le délai de quatre ans mentionné au début du texte126.

54. Taxes sur le bétail à Colophon (fin du ive s. a.C.)

76B. D. Meritt, AJ Ph, 56, 1935, no 2, p. 372-377 ; Maier, Mauerbauinschriften, 1, no 70.
Cf. L. Robert, RPh, 10, 1936. p. 164-165 = OMS, II. p. 1243-1244 ; A. Wilhelm in Anatolian Studies Buckler, p. 356-365, cf. R. Flacelière, J. et L. Robert, Bull, ép., 1939, 334 ; L. Migeotte, L'emprunt public, 1984, 87, fragments e et f.
Texte utilisé : Maier.

  • 127 Cinq des six fragments ont disparu durant la la guerre gréco-turque de 1922, le seul fragment resta (...)

77Six fragments d'une même stèle retrouvés par B. D. Meritt dans les ruines du sanctuaire de la Mater Antaia127 ont fourni les maigres restes d'un décret de Colophon auquel il est bien difficile de redonner un sens. L'un de ses derniers commentateurs, L. Migeotte, l'a récemment résumé ainsi : “Il y est question de travaux, d'emprunts et de gages”.

  • 128 Dans un passage très endommagé, 1. 12, on ne lit plus que les mots τειχῶν τῆς αυτῶν.

D'après l’écriture, ce décret date de la fin du ive s. a.C. et la mention du trésor royal (τὰ βασιλικά, 1.34) reporte aux années postérieures à la prise du titre royal par Antigone le Borgne, qui dominait alors Colophon (306 a.C.). A la deuxième ligne, il est dit que le décret a été voté “pour la garde et le salut des Colophoniens” ([εἰς φυλακὴν] Image 10000000000000080000000F6E65DB97.jpgαὶ σωτηρίαν τῶν Κολο[φωνίων] d'après une restitution de Wilhelm). Le texte parle à plusieurs reprises des murailles de la cité et, dans l'une de ses parties les moins mutilées, de trente talents destinés “à la construction des murailles” ([τρ]ιάκοντα τάλαντα εἰς τὴν [οἰκοδομία]ν τῶν τειχῶν, 1. 74)128

  • 129 L. 30 : ἐ]νεχύρων καὶ τῆς ἀποδόσεως ; 1. 38 : το]ὺς δανείζοντας ; 1. 40 : κ]αὶ τὰ ὑποθήματα, etc.

78D'autre part, il est fait allusion à des remboursements, des biens hypothéqués et des emprunts129, de sorte que l'on finit par comprendre que la cité avait emprunté de l'argent pour la construction de ses murailles et devait maintenant faire face aux échéances des remboursements.

  • 130 Texte complet dans Maier, Mauerbauinschriften, I, no 69, et sans la liste de souscripteurs dans L. (...)
  • 131 Discussion de ce problème dans Migeotte 1984, 283-284.

79Le sujet et la date de ce texte invitent à faire le rapprochement avec le décret de souscription publique découvert en même temps que nos fragments130. Par ce décret, les Colophoniens avaient décidé de repeupler le site de leur vieille ville (παλαιὰ πόλις) et d'agrandir les murailles pour la protéger, car ils y conservaient une partie de leurs sanctuaires. Les rapports entre les deux textes ne sont pas toujours évidents. La première nuance à apporter repose sur la chronologie des deux documents : la souscription est en effet plus ancienne que le décret et date des années entre 311 et 306 a.C. Surtout, rien n'oblige à penser que les mesures de remboursement de notre texte étaient liées aux sommes empruntées dans la souscription131.

  • 132 Ces οικόπεδα sont généralement identifiés aux terrains à bâtir récupérés sur le site de la vielle v (...)

Il est impossible de parvenir à une reconstitution claire du remboursement de Colophon. Le total des sommes dues s'élevait au moins à trente talents. De plus, la cité semble avoir mis en gage ([ἐ]νεχύρων καὶ τῆς ἀποδόσεοις, 1. 30) une partie de ses revenus et la ligne suivante fait allusion à une taxe du cinquième sur le poisson et à des emphorbia ([τῆς πέ]Image 100000000000000C0000000F3D1ADB3E.jpgπτης τῶν ἰχθύοιν καὶ τῶν ἐμφοImage 10000000000000080000000F9BE33668.jpg[βίων, 1. 31). Puis, dans la partie la mieux conservée du texte, les 1. 73-88, dont on ne peut cependant dégager aucun sens suivi, il est question de rembourser les créanciers venus se faire inscrire en utilisant pour cela des terrains à bâtir (τοῖς δὲ ἀ|π|ογραψαμένοις ἀποδοῦναι ἔκ τε τῶν οἰκοπέδων, 1. 75)132 et un tiers des revenus de la cité (κατ τò τρί|[τον μέρος, 1. 76-77).

80Il semble que les lignes 80 à 88 reviennent aux revenus destinés aux remboursements. Deux phrases de construction grammaticale presque identique les évoquent :

[----κ]αρποῦ τοῦ γινομένου μέρους κατ’καστον ἔτος τῆιδε τῆι πόλει τὸ τρίτομ μέρος καὶ Ι [----ἐ]μφορβίων πάντων τοῦ μέρους τοῦ γινομένου τῆιδε τῆι πόλει τὸ τρίτομ μέρος | [------] Ι τῆι πέμπτηι καὶ τοῖς ἐμφορβίοις· κτλ (1. 81-83. frgt. f).

81Traduction : “[...] la troisième partie de la part du karpos qui revient chaque année à cette cité et [...J la troisième partie de la part de tous les emphorbia qui revient à cette cité [...] pour le cinquième et les emphorbia (...)”.

  • 133 Voir les remarques de Wilhelm 1939. 361-362.
  • 134 Maier, Mauerbauinschriften, II, 69, 37. Le rapprochement dû à Wilhelm 1939, 361.
  • 135 On connaît aussi des karpologoi à Thasos : Pouilloux 1954b, 121-134. Sur ces magistrats, voir Gofas (...)
  • 136 Voir cependant Pleket 1973, 252, qui propose deux solutions : soit la production d'une terre publiq (...)

82Trois taxes sont donc évoquées : le karpos, les emphorbia et le cinquième. Cette taxe du cinquième est identifiée à la taxe sur les poissons dont il a été question plus haut, mais on notera que ce taux (20 %) très lourd est inhabituel dans le système fiscal grec133. Le karpos a été rapproché des karpologoi de la souscription134, mais cela n'éclaire guère le texte tant le rôle des karpologoi est mal connu135. Il est cependant probable que le karpos à Colophon ait été une taxe, mais il reste impossible de dire ce sur quoi elle reposait136.

  • 137 Meritt 1935, 377.
  • 138 Wilhelm 1939, 361.
  • 139 Migeotte 1984, 285.
  • 140 On les retrouve ensemble dans un passage de Platon, Politique, 26Id. Sur φέρβω et ses dérivés, voir (...)
  • 141 Cf. Hésychios, s.v. ἐμφόρβιον· τελώνημα.
  • 142 Voir p. 40 ; le texte no 6 emploie aussi le verbe ἰνφορβίεν. Ni le sens du verbe ni celui du substa (...)

83Quant aux emphorbia, ils ont été unanimement considérés comme une taxe sur le bétail. Meritt en parlait comme de “revenues on (...) pastures”137 ; Wilhelm a employé le terme “Weidegelder”138 et L. Migeotte celui de “droits de pâturage”139. On reconnaît la racine φέρβω qui apparaît souvent dans des mots se rapportant à l'élevage. Les substantifs hippophorbos (ἱπποφορβός) et bouphorbos (βουφορβός) servent par exemple à désigner les éleveurs de chevaux et de bovins140. Le terme lui même n'est pas totalement un hapax, car il est aussi mentionné par Hésychios qui explique qu'il s'agissait d'une taxe141. Il est donc probable que d’autres cités grecques le connaissaient. Ainsi les emphorbia de Colpohon peuvent-ils être rapprochés de l’inphorbismos (ἰνφορβισμός) qui, dans le règlement des droits de pâturage du temple d'Aléa à Tégée (no 6), est la peine appliquée à tout animal pris en train de paître illégalement142.

  • 143 Les βασιλικά sont les “fonds royaux” : Robert 1969-1990, 2. 1244.

84Un problème surgit de la double formulation qui consacre “la troisième partie de la part du karpos / des emphorbia qui revient à cette cité”. Ceci laisse entendre que la cité voyait une proportion non précisée du karpos et des emphorbia lui échapper. A qui revenaitelle alors ? Il est bien tentant de mettre le tout en rapport avec un passage très mutilé d'un autre fragment du décret de Colophon où une clause semble avoir pour objet de protéger les “fonds royaux” ([-------] οἱ τόκοι μήτ’εἰς τὰ βασιλικά μήτ’εἰ[ς----], 1. 34)143. Ne serait-ce pas avec le roi Antigone que la cité devait partager ses revenus ?

85Il est enfin une dernière information que l'on peut tirer du texte sur le système fiscal à Colophon grâce à l'un des passages les moins mutilés :

[ἐὰν δέ τις ἐναντίον το]ύτοις ἢ ῥήτωρ εἴπηι ἢ πωλητὴς ΕΠIΙ [-----] αὐτῶν τῆι θεῶι δραχμὰ[ς----] (1. 35-36, frgt. c).

86L. 35 : restitution de Wilhelm qui trouvait “hôchst verdâchtig” celle de Meritt, [α]ὐτοῖς ἢ ῥήτωρ κτλ., approuvée par Flacelière et les Robert ; à la fin de la ligne, nous conservons πωλητής malgré Wilhelm qui proposait de remplacer par ἐπιστάτης ἐπιΙ[ψηφίσει].

87Traduction : “(…) si quelque orateur ou pôlète propose à l'encontre [...] drachmes à la déesse [...]”.

  • 144 Wilhelm 1939, 363-364, qui a proposé de remplacer πωλητής par ἐπιστάτης.
  • 145 R. Flacelière, J. et L. Robert. Bull. ép., 1939, 334.

88On reconnaît là une clause courante contre toute personne qui par la suite pourrait proposer un nouveau décret allant à l'encontre de celui-ci. Wilhelm avait été étonné par la mention d'un pôlète après celle d'un orateur et avait proposé de corriger le texte144. L. Robert a cependant montré qu'il n'y a rien de surprenant à le voir apparaître ici puisque les revenus de la cité servent de gages : “Dans ces conditions, peut contrevenir aux prescriptions du décret, aussi bien qu'un orateur dans l'assemblée, un πωλητής qui affermait un impôt sans tenir compte des droits des prêteurs”145. Comme il est d’usage dans les cités grecques, à Colophon, la perception fiscale était affermée.

55. Décret de Priène accordant une exemption de taxes sur le bétail à Larichos (2e quart du iiie s. a.C.)

89Hicks, GIBM, III 1,415 (Michel, 481 ; Dittenberger, OGIS, 215 ; Hiller, IPriene, 18).
Cf. Ph. Gauthier, “Les honneurs de l'officier séleucide Larichos à Priène”. JS, 1980, p. 35-50, commentaire ; Ph. Gauthier, Chiron, 21, 1991, p. 49-68, sur l'ἀτέλεια τοῦ σώματος ; I. Savalli. Les philoi royaux dans l'Asie hellénistique, Genève, 1998, p. 7-8, personnage de Larichos.
Texte utilisé : Hiller.

90Une pierre provenant du sanctuaire d’Athéna Polias à Priène et arrivée en 1870 au British Muséum nous a transmis trois décrets de la cité de Priène en l'honneur d'un certain Larichos.

  • 146 Pour l'interprétation, voir Gauthier 1991.

91La disparition des considérants et d'une partie des décisions du premier des décrets laisse subsister des doutes sur la personne de l'lionorandus (dans ce qui nous reste, ni son patronyme ni le nom de sa patrie ne sont précisés). Les lignes conservées du premier décret débutent par la décision de faire réaliser sa “statue en bronze et de la faire ériger auprès de celles du roi Séleucos et du roi Antiochos”. Divers honneurs et privilèges lui sont accordés dont, en matière fiscale, “l'exemption de taxe de la personne146 et de ce qu'il pourrait importer ou exporter dans sa propre maison, en temps de guerre comme en temps de paix”. Il est aussi décidé de faire graver le décret sur une stèle qui sera dressée auprès de la statue.

92Le deuxième décret est daté du stéphanéphore Hippothôn. Nous le reproduisons ici car il comporte une exemption d'impôt sur le bétail.

Ἐτὶ στεφανηφόρου Ἱπποθῶντος, μηνὸς Μεταγειτνιῶνος ἔδοξε τῶ[ι]
[20] δήμωι, γνώμηι στρατηγῶν· περὶ τῶν [τιμ]ών τῶμ πρότερον ἐψηφισμέ-
νων Λαρίχωι τὰ μν ἄλλα εἶναι κα[θώς] πρότερον ὁ δῆμος ἐψήφιστ[αι],
στῆσαι δὲ Λαρίχου εἰκόνα χαλκῆν ἐφ’ἴππου ἐν τῆι ἀγορἀι ἀντὶ τῆς
πρότερον ἐψηφισμένης αὐτῶι· ὐπάρχειν δὲ Λαρίχωι ἀτέλειαγ καὶ τῶ[γ]
[24] κτηνῶγ καὶ τῶν σωμάτων σα ἂν ὑπάρχηι ἐν [τ]οῖς ἰδίοις κτήμασ[ι]
καὶ ἐν τῆι πόλει, πως μ φαίνεται ὁ δῆμος χάριτας ἀποδιδοὺς
Λαρίχωι τῶν εὐεργετημάτων ἀξίας.

93Hicks publie le texte avec des iota souscrits et non adscrits.

94L. 20 : le datif γνώμηι a surpris Hiller ; |τι]μῶν Hicks.
L. 24 : τοῖς ἰδίοις, Hicks.

95Traduction : “(...) Sous le stéphanéphore Hippothôn, mois de Métageitniôn ; il a plu au peuple, sur proposition des stratèges ; au sujet des honneurs votés précédemment à Larichos, qu'il en soit pour le reste ainsi que le peuple l'a voté, mais que l'on érige sur l'agora une statue de bronze de Larichos à cheval à la place de celle qui lui avait précédemment été votée ; et que Larichos dispose de l'exemption de taxe sur les troupeaux et les esclaves qu'il possède dans ses propres domaines et dans la cité, afin que le peuple montre qu'il rend grâces à Larichos à la mesure de ses bienfaits. (...)”.

96Le troisième décret est daté du stéphanéphore Akamas et a pour but de décider de la gravure des trois décrets sur une même stèle qui sera érigée dans le sanctuaire d'Athéna Polias.

  • 147 Dès la publication de Hicks, AG/ZÏ/W, 111-1, p. 31. Larichos a été rapproché de Larichos de Mytilèn (...)

97Le bénéficiaire, Larichos, était certainement un militaire de haut rang, comme le prouve la décision d’ériger une statue équestre. Lors du vote du premier décret, il était encore un étranger pour Priène qui lui accorda l'exemption de taxes sur les biens qu'il voudrait importer ou exporter. De plus, il paraît probable que Larichos a été au service de la monarchie séleucide, car la cité semble tenir à l'emplacement qu'elle a choisi pour dresser la première statue de Larichos, près de celles de Séleucos Ier et d'Antiochos Ier147.

  • 148 Hiller, IPriene, p. 27, a pensé que ces textes dataient vraisemblablement des années qui ont suivi (...)

98La solution du problème de la datation du texte ne repose que sur des déductions historiques. Les noms des stéphanéphores éponymes des deux derniers décrets sont certes conservés, mais nous ne savons pas les replacer dans une succession chronologique. Le seul point d'appui stable est la mention des statues de Séleucos Ier et d'Antiochos Ier, ce qui nous place après la bataille de Kouroupédion (281 a.C.) où périt Lysimaque qui avait été le maître de Priène jusqu'à cette date. Les statues des deux souverains séleucides, alors corégents du royaume, durent être élevées peu de temps après la bataille puisque Séleucos Ier fut assassiné à la fin de l'été 281 a.C. Nos trois textes datent donc des décennies qui suivirent l'intégration de Priène au royaume séleucide148.

  • 149 Cette opinion de Wilamowitz est transmise par Hiller, IPriene, p. 28.
  • 150 W. Orth 1977, 105-108.

99La succession de trois décrets pendant au moins deux, si ce n'est trois années, a posé des problèmes. La première hypothèse proposée fut celle de Wilamowitz : Priène se serait trouvée confrontée à des difficultés financières qui l'auraient empêchée de tenir sa promesse d'ériger une statue à Larichos149. Par la suite W. Orth a avancé une autre solution selon laquelle les relations de Priène avec la monarchie séleucide se seraient détériorées de sorte que la cité, ne pouvant s'en prendre directement au maître lui-même, aurait voulu faire sentir sa mauvaise humeur à l'un des serviteurs du roi en faisant traîner la réalisation de la statue promise, puis en allant jusqu'à renoncer à l'accomplissement de sa promesse par le troisième décret où il n'est plus du tout question de statue150.

  • 151 Gauthier 1980b, cf. SEG, 30, 1980, 1360. Ces conclusions sont résumées par l'auteur dans Gauthier 1 (...)
  • 152 Sur l'emplacement des statues prévues par les Priénéens, voir Gauthier 1980b, 48-49.

100Ph. Gauthier a fait justice de ces deux hypothèses151 et a prouvé que le deuxième décret avait suivi de peu le premier, de sorte que les Priénéens n'avaient pas eu le temps de faire élever la statue de Larichos, mais qu'entre temps le bénéficiaire avait dû s'installer sur un domaine qu'il possédait aux confins du territoire de la cité, domaine qu'il avait fait rattacher au territoire de Priène. En remerciement, le peuple avait accru les honneurs et les privilèges accordés. Par la suite, les Priénéens se sont aperçus qu'en dépit de la réalisation de la statue équestre152, ils avaient oublié de faire graver les deux premiers décrets. Par un troisième décret, ils décidèrent donc de faire dresser une stèle avec les décrets qu'ils avaient votés en l'honneur de Larichos.

  • 153 Gauthier 1980b, 46, insiste sur le fait que “la cité se jugeait habilitée à percevoir des taxes mêm (...)

101Larichos était donc devenu propriétaire de terres juridiquement rattachées au territoire de Priène153. Il est difficile de se faire une idée de la situation géographique de ces domaines et de leurs modes d'exploitation, mais l'octroi de l'exemption des taxes sur le bétail et sur les esclaves n'est certainement pas un hasard. Les taxes concernées sont perçues par la cité et non par le roi. L'exemption de taxes sur le bétail (ἀτέλεια τῶν κτηνῶν) apporte peu d'informations sur les taxes elles-mêmes qui pouvaient être prélevées aussi bien par têtes de bétail que sur les productions de l'élevage et frapper le gros comme le petit bétail. Quant à l'exemption des taxes sur les esclaves (ἀτέλεια τῶν σωμάτων), elle ne pouvait guère être qu'une taxe prélevée par tête. Cela montre la volonté, de la part de la cité, d'asseoir ses prélèvements fiscaux sur la fortune des propriétaires.

56. Vols de bétail dans un arbitrage de Mylasa entre Magnésie du Méandre et Priène (entre 175/174 et 160 a.C.)

102Kern. IMagnesia, 93 ; Dittenberger, Syll.2, 928 ; Hiller, Syll.3, 679 ; Hiller, IPriene, 531 ; R. K. Sherk, Roman Documents, 7 ; Sh. L. Ager, Interstate Arbitrations, 1996, 120.
Cf. M. Holleaux, Études, I. 333-335, propositions de restitutions ; V, p. 436-437 et 446-447, lettre de M. AEmilius ; Μ. N. Tod, International Arbitration amongst the Greeks, Oxford. 1913. p. 44-45. 85-86, 1 18 et passim, commentaire ; A. Wilhelm, Akademieschriften, 3. p. 67-68, restitutions ; R. Errington, “The Peace Treaty between Miletus and Magnesia”, Chiron, 18. 1988, p. 279-288, contexte ; G. Daverio-Rocchi, Frondera, p. 170-177, problèmes de frontières.
Texte utilisé : Hiller, Syll.3.

  • 154 Le résultat des fouilles a été publié par Humann 1904.
  • 155 Cf. 1. 19-23 : καὶ ἀναγραψάτω τό τε ψήφισμα τόδε καὶ τὸ δόγμα τῆς συνγλήτου καὶ τὴν [ἐ]π[ιστ]ο[λὴν (...)

103Un dossier épigraphique découvert lors des fouilles allemandes de Magnésie du Méandre (1891-1893)154, à l'angle sud-ouest de l’agora, contient un arbitrage rendu par Mylasa entre Magnésie du Méandre et Priène. Il était gravé sur toutes les faces d'un pilier quadrangulaire comportant au moins trois assises dont l’une seulement, celle du milieu, a été retrouvée. On connaît cependant la liste des pièces du dossier155 :

  1. un décret de Magnésie décidant de graver le dossier et d'honorer ceux qui ont défendu les droits de la cité ;

  2. une lettre du préteur Marcus AEmilius et le sénatus-consulte remettant la décision à l’arbitrage de Mylasa ;

  3. le décret de Mylasa constituant le tribunal d'arbitrage ;

    • 156 Et non au préteur M. AEmilius, voir Holleaux 1938-1957, 1. 334.

    la réponse de Mylasa aux Magnètes156 par laquelle elle accepte d'arbitrer le conflit entre Priène et Magnésie ;

  4. la décision du tribunal d'arbitrage mylasien en faveur de Magnésie ;

  5. la liste des juges et défenseurs des droits de Magnésie ;

    • 157 La dédicace par les Magnètes d'une phiale de bronze à Artémis Leukophryènè en remerciement de leur (...)

    la dédicace d'une phiale de bronze à Artémis Leukophryènè157.

  • 158 Colin 1905,509, n. 2.
  • 159 Ainsi dans la Svll.3, 679, dans R. K. Sherk, Roman Documents, 7, el Daverio-Rocchi 1988a, 170.
  • 160 O. Kern, IMagnesia, 93, p. 79 : “Der Schrift nach gleichzeitig oder wenig später als die Wandinschr (...)
  • 161 Holleaux 1938-1957, 5. 446, n. 1.

104Les textes des troisième et quatrième documents sont totalement perdus ; pour les autres, nous n'avons que des fragments plus ou moins étendus. La chronologie des événements reste imprécise. La mention du préteur M. AEmilius M. f. est de peu de secours, en l'absence de cognomen. G. Colin a proposé de l'identifier à un certain M. AEmilius Lepidus, préteur pérégrin en 143 a.C. puis consul en 137 a.C.158, ce qui inciterait à dater l'arbitrage de Mylasa en 143 a.C.159. Pourtant, tous ceux qui ont vu la stèle ont constaté qu'elle était gravée en belles lettres du début du iie s. a.C.160 M. Holleaux, peu convaincu par l'argumentation de Colin, a proposé une datation entre 175/174 et 160 a.C.161 et c'est cette seconde solution que nous préférons retenir.

  • 162 Le texte repris ici est celui de la Syll.3, 679.

105Seule la partie centrale du cinquième document (décision du tribunal mylasien) sera reproduite ici d'après le texte de la Sylloge : c'est là que sont évoqués les problèmes liés à l'élevage. Ces lignes sont très mutilées ; elles contiennent les justifications de Priène – la partie perdante – tandis que la défense et l'argumentation des Magnètes a disparu162.

[72] ἀλλα καὶ ἐκ τῶν ἐχομένων πολλῶι μᾶλλον
(ἀδύνατον ἦν] κατανοεῖν |τὰ ἐμπ]ρη[σθέν]τα ἐν τῆι Πριηνίδι διὰ τίνα αἰτίαν οὔτε ἐφυ
[λάττετο οὔ|τε διακατείχετο ὐπ’οὑ[δ]ενὸς Πριηνέως· εἴτε καὶ, ὡς ἐλέγοσαν οἱ Πριη
[νέων γδι|κοι, Λύσανδρόν τινα Πριηνῆ πεπιστεῦσθαι ταῦτα πρότερον ὐπὸ τῶν
[76] [περὶ τὸν Ζ]ηνόδοτον, καὶ γενέσθαι κατάδικον Λύσανδρον ὑπρ παρορίας, ὁ περ[ὶ]
[τῆς κατα|δίκης λόγος ἦν πολὺς καὶ ἱκνούμενος τοῖς Μάγνησιν· τὰ γάρ ὀφειλόμ[ε]-
[να κατὰ τ]ὴν καταδίκην τῆς καθηκούσης τετευχέναι ἐξαγωγῆς τοι εἰσ[πρα]-
[χθείσης τ]ῆς καταδίκης ἢ ἀφέσεως γενομένης ἢ κατ’ἂλλον τινὰ τρόπον λοι-
[80] [πὸν λύσεω]ς ἣν οὐδαμῶς οἱ τῶν Πριηνέων ἔγδικοι ἀπέδειξαν, ἐπίμονα δὲ εὐρέ-
[θη τι κ]αὶ μέχρι τοῦ νῦν χρόνου ὄντα· ἐν οἷς τε χρόνοις ἐλέγετο ἡ καταδίκη γ[ε[-
[γον]έναι, Διονύσιος ν φασαν πεπιστευκέναι τῶι Λυσάνδρου ἐπεδείκνυτο
ἐκ χρηματισμῶν οὐχ ὑπάρχων ἐν τοῖς τύποις τούτοις ἀλλ’ὁτέ μν πρεσβεύων εἰς Ῥώ-
[84] μην ὑπερ τῆς πατρίδος ὁτὲ δὲ φυγαδεύων· ὦν εἴπερ ἡβουλύμεθα μηδὲ μνημονεύειν,
ἱκανὸς ἦν λόγος ὁ κατὰ τὸν ἐμπρησμὸν καὶ ἡ τῶν κτηνῶν ἁρπαγὴ γεγενημένη ἐκ τῶν τό-
πων τούτων καὶ πὸ Πριηνέων ἀναμφ[ίλεκ]τοςγεγενημένη συστῆσαι ὅτι Μάγνήτες καὶ ταῦτα διακατείχοσάν τε καὶ ἐνέμοντο·

L. 76-77 : ὅπερ Ι [πρὸ τῆς ἐγ]δίκης, Ager.
L. 78 : après τετευχέναι, il manquerait un verbe comme ἔδει, cf. Syll.3, 679, n. 28.
L. 79-80 : λοι|[πογραφίας], Wilhelm ; λοι|[..] ca. 8 I. [...]σην, Ager.
L. 80-81 : εὑρέ|[θη... κ]αὶ, Ager.
L. 81-82 : ἡ καταδίκη |[.....]έναι, Ager.
L. 83 : ἄλλοτε, Ager.
L. 86 : ἀνImage 10000000000000140000000F5F958C4C.jpg[ίλεκ]τος, Ager.

  • 163 Pour le sens de τυγχάνειν ἐξαγῶγής, Ph. Gauthier nous renvoie à Durrbach, Choix d'inscriptions de D (...)

106Traduction : “(...) mais de ce qui suit, il était beaucoup plus difficile de comprendre pour quelle raison ce qui avait été incendié sur le territoire de Priène n'était ni gardé ni occupé par aucun Priénéen ; et si même, comme l'ont dit les avocats publics des Priénéens, un certain Lysandros, Priénéen, s'était vu auparavant confier ces tâches par le collège de magistrats de Zènodotos et que Lysandros avait été condamné pour négligence des frontières, leur discours au sujet de cette condamnation allait largement aussi en faveur des Magnètes ; en effet les sommes dues en vertu de la condamnation ont été liquidées163, que leur montant ait fait l'objet d'une saisie, d'une remise ou d'un quelconque autre règlement, mais de tout cela, les avocats publics des Priénéens n'ont pas donné la moindre preuve, tandis que au contraire il a été de surcroît trouvé que les amendes n'avaient pas été réglées et qu'elles ne le sont toujours pas jusqu’à présent ; et à l'époque où il était dit que la condamnation aurait eu lieu, il a été démontré par les archives que Dionysios, dont ils affirmaient qu'il avait confié à Lysandros (la garde du territoire en question), ne se trouvait pas en ces lieux, mais qu'il était d'abord en ambassade à Rome et ensuite en exil ; et au cas où nous ne voudrions même pas retenir ce qui précède, le développement relatif à l'incendie de même que le vol de bétail commis en ces lieux et que les Priénéens n'ont pas contesté suffiront à établir que les Magnètes occupaient et cultivaient cette terre (...)”.

  • 164 L. 9-1 1 : o (les juges) καὶ ἐπελθόντες [ἐπὶ τὴν χώραν ἡ]Ιμέρας καὶ πλείονας διήκουσαν παραχρῆμά τ (...)
  • 165 Sur Myonte, cf. Ruge 1935. On connaît maintenant un décret de proxénie de Myonte daté de la fin du (...)
  • 166 Depuis Kern, IMagnesia, 93, p. 79, cette conclusion a été reprise par tous les commentateurs et der (...)

107Nulle part le dossier ne nous précise où se situaient les terres contestées. Une indication est cependant fournie par le décret des Magnètes où il est dit que les arbitres de Mylasa se sont rendus sur place puis ont tenu séance dans le sanctuaire d'Apollon Térébintheus de Myonte164. Nous sommes dans la vallée du bas Méandre, au sud du fleuve, près des derniers contreforts du Latmos. Le sanctuaire d’Apollon Térébintheus était le plus important de cette zone et continuait à être fréquenté, alors même que la cité de Myonte avait disparu165. Cet édifice était probablement le seul capable d’accueillir une réunion de juges venus régler une contestation territoriale. Il est donc probable que le territoire disputé entre Magnésie et Priène se trouvait là où les atterrissements du bas Méandre avaient gagné sur la mer166.

  • 167 Le verbe πίμπρημι se rencontre dès les premières lignes conservées de la décision des Mylasiens ([π (...)
  • 168 L. 55-57 : οἱ αὐτοὶ ΙΙριΙηνεῖς πρεσβευταὶ κατὰ πρόσωπον πρὸς Μάγνητας πρεσβευτὰς λόγους ἐποιήσανίτο (...)
  • 169 Im Eizelnen bleibt vieles unklar” conclut Kern. IMagnesia, 93, p. 79. Voir Syll.3, 679, n. 22-27, (...)

108Les différentes étapes de l'affrontement entre les deux cités sont, elles aussi, obscures. A plusieurs reprises, il est fait allusion, dans le passage traduit, à des actions violentes des uns et des autres : incendies167 et vols de bétail. Les deux parties s'en accusent réciproquement. Les Priénéens se plaignent d'injustices (ἀδικήματα, 1. 57) dont ils auraient été victimes de la part des Magnétos168 et se reconnaissent coupables de négligences. Ainsi, un certain Lysandros, a qui la surveillance du territoire contesté avait été confiée, n'avait pas accompli sa tâche ; on l'avait condamné pour cela. Mais les juges de Mylasa mettent en doute ces affirmations des Priénéens : nulle trace du procès ne s'était retrouvée dans les archives publiques et celui qui lui avait confié cette tâche, un certain Dionysios, n'était pas à Priène au moment des événements169. De tout cela les juges de Mylasa tirèrent la conclusion que les Magnètes étaient bien les seuls à posséder, surveiller et utiliser les terres contestées et donc qu'elles leur appartenaient de droit et de fait.

Image 100000000000030C000002AFA7D22AC8.jpg

Fig. 8 : La région de Milet et la basse vallée du Méandre.

  • 170 Traité de paix entre Milet et Héraclée du Latmos d’une part et Magnésie du Méandre et Priène d'autr (...)
  • 171 IPriene, 14 à consulter plutôt dans OGIS, I I (décret honorifique de Priène pour Lysimaque) : καὶ ν (...)
  • 172 Voir Debord 1976-1977.

109A l'époque hellénistique, la vallée du bas Méandre et le massif du Mycale n'ont pas cessé de faire l'objet de querelles frontalières opposant Milet, Priène, Magnésie du Méandre, Héraclée du Latmos et Samos qui possédait une pérée dans le Mycale170. A la fin du règne de Lysimaque, vers 286-285 a.C., les Priénéens, qui lui étaient restés fidèles, avaient déjà dû affronter les Magnètes qui s'étaient rangés aux côtés de Dèmètrios Poliorcète. D'après les deux inscriptions trouvées à Priène171, les Magnètes, soutenus par un corps de troupe, peutêtre envoyé par Dèmètrios et par les Pédieis, les indigènes habitant les bords du Méandre172, avaient attaqué les Priénéens.

  • 173 Pol. 16.24.9 : Φίλιππος, ὁ Περσέως πατήρ, ὅτε τὴν Ἀσίαν κατέτρεχεν, ἀπορῶν τροφῶν τοῖς στρατιώταις (...)
  • 174 Le traité de paix est conservé par l’inscription Syll.3, 588, cf. Will 1979-1982, 2.184.
  • 175 Voir aussi Ager 1996, 326-327.

110Au début du iie s. a.C., Priène était alliée de Magnésie. Peu de temps auparavant, le roi Philippe V avait en effet offert à Magnésie du Méandre le territoire de la cité Myonte que le recul de la mer avait ruinée173. Milet, aidée par Héraclée du Latmos, avait réagi en attaquant Magnésie. Pour quelles raisons Priène s'était-elle alors rangée du côté de Magnésie ? Rien ne permet de répondre à cette question, mais on peut cependant imaginer que les Magnètes avaient promis aux Priénéens de leur donner une partie du territoire de Myonte pour prix de leur soutien. Quoi qu'il en soit, la paix fut conclue en 196 a.C. entre Magnésie et Milet et conduisit à une délimitation de frontières174. Une vingtaine d'années plus tard, comme le montre notre texte, les deux anciennes alliées, Priène et Magnésie, étaient en conflit175.

  • 176 Strabon 12.8.17 = C579 : Καὶ δὴ καὶ τὴν Πριήνην ἐπὲ θαλάττη πρότερον οὖσαν μεσόγαιαν πεποίηκε τεσσα (...)
  • 177 Rayet 1877, pl. I. où sont bien distingués les “terrains de pâture des Yuruks” en aval et les “terr (...)
  • 178 Le peintre de la mission Texier, Cl. Boulanger, mourut de la malaria le 29 septembre 1842 à Magnési (...)
  • 179 Philippson 1936, 9 : "Nur einzelne Hauser ain ‘alten’Mäander entlang und die niedrigen schwarzen Ze (...)

111Reste à essayer de comprendre le rôle joué par le bétail dans toute cette affaire. Il est vrai que les vols d'animaux sont bien souvent le prétexte à des guerres entre deux cités voisines, mais cela n'est pas le cas ici : les vols se sont produits au cours des hostilités. Le cadre géographique n'est pas totalement sans importance. Nous avons déjà dit que les terres contestées se trouvaient dans la plaine du bas Méandre. Ce fleuve n'a pas cessé de modifier son cours et d'étendre un peu plus sa vallée sur la mer qui, à l'époque des faits, était encore toute proche de Priène176, alors qu'elle en est aujourd'hui éloignée d'une quinzaine de kilomètres. Depuis, le Méandre a remblayé une superficie d'environ 170 km2 qui, de nos jours, est drainée et cultivée. Pourtant, à la fin du xixe s., il s'en fallait de beaucoup que toute la vallée fût livrée à la culture. A l’est d'une ligne Priène-Myonte, on trouvait effectivement des champs, mais l'ouest en revanche était le domaine des pasteurs nomades yuruks177. En hiver, le Méandre débordait de son lit et les inondations rendaient tout habitat permanent impossible. Le reste de l'année, la persistance de zones marécageuses entretenait la malaria dont souffraient hommes et animaux178. Philippson, qui avait visité la région pour le compte de l'exploration allemande de Milet, la décrit ainsi : “Seules de rares maisons le long du “vieux” Méandre et les tentes basses et noires îles pasteurs nomades yuruks qui, de mai à septembre, y font paître leurs moutons, leurs petites vaches et leurs chameaux, malgré les moustiques et les fièvres, interrompent la désespérante uniformité de cette plaine totalement plane et sans arbres. En été, l'air ascendant scintille au-dessus de la surface crevassée et durcie du sol desséché et fait apparaître les fantastiques mirages de la fée Morgane ; souvent les silhouettes des animaux sur leur pacage, celles des chiens et des hommes qui les gardent apparaissent à la manière de géants ; ici et là, un cavalier sur des pistes à peine perceptibles. Les herbes brûlées donnent au paysage une couleur rougeâtre. L'époque la plus malsaine se situe en septembre et début octobre ; même le bétail subit toutes sortes de maladies : les hyènes et les chacals parcourent la contrée et se nourrissent des cadavres des animaux morts. Pour améliorer la croissance de la végétation, les bergers allument des feux de steppe qui s'étendent démesurément et assombrissent le soleil des jours entiers”179.

  • 180 Pline, Histoire Naturelle, 2.91.204, semble conserver le souvenir d'une époque où lu mer remontait (...)
  • 181 Deux passages des sources littéraires semblent confirmer que l'élevage a eu une place importante da (...)
  • 182 Le mot est connu par Il., 2.461, pour qualifier un milieu semblable, la basse vallée du Caÿstre. Hd (...)

112Au début du iie s. a.C., ces terres étaient encore submergées, mais nul ne doute que la description de Philippson soit valable pour la zone entre Priène et le bourg moderne de Söke180. Les informations livrées par les inscriptions prennent alors tout leur relief. Les Pédieis dont il est question sous le règne de Lysimaque ne sont pas sans rappeler les Yuruks et les raids avec incendies et vols de bétail commis lors de la guerre entre Priène et Magnésie cadrent bien avec une exploitation pastorale, la seule possible pour les terres situées à proximité de l'embouchure du Méandre181. On aurait donc eu là une région d'élevage sur pâturages humides de bord de mer, ce que les Grecs appelaient un leimôn182.

57. Traité entre Milet et Pidasa (186 a.C. ?)

113A. Rehm, Delphinion, 149.
Cf. Maier,
Mauerbauinschriften, I, 74 1. 1-2 et 15-18 ; Sh. L. Ager, Interstate Arbitration, 1996, 103, 1.37-39 ; P. Herrmann, Inschriften von Milet, 1, Berlin-New York, 1997, p. 184-185, bibliographie, commentaire et trad. all., et pl. 10, photographie ; L. & J. Robert, OMS, VII, p. 187, exemptions et ressources de Pidasa et 192-195 ; M. Wörrle, Chiron, 18, 1988, p. 445, n. 92, sur la datation ; L. Robert. Collection Froehner, Paris, 1936, p. 79, ruches ; L. Robert, Documents d'Asie Mineure, Paris, 1987, p. 189-190, ressources locales ; K. Brodersen, W. Günther, H. H. Schmitt, Historische griechische Inschriften in Übersetzung, III, Darmstadt, 1999, 470, trad. all.
Texte utilisé : Rehm.

114Ce texte gravé sur une stèle de marbre blanc fut découvert en 1903 dans les fouilles du Delphinion de Milet et publié par Rehm en 1913. Contrairement aux traités conclus avec Magnésie du Méandre et Héraclée du Latmos, il n'a suscité qu'une faible attention et les commentaires des savants se sont surtout concentrés sur le problème de la localisation de Pidasa.

  • 183 Cf. 1. 2 : τάδε ὡμολόγησαν καὶ συνέθεντο Μιλήσιοι καὶ Πιδασεῖς et Ι. 49 : εἰς τὴν συμπολιτείαν.
  • 184 Cf. § 11,1. 47-51 : ὑπάρχειν δ[ὲ] | καὶ τἆλλα τὰ κατακεχωρισμένα ἐν τῶι ψηφίσματι τῶι γραφέντι περὶ (...)

115Le texte se présente explicitement comme un accord réglant la sympolitie des deux communautés183 et faisait suite à un décret perdu par lequel l'accord de sympolitie avait été préparé, de sorte que les clauses du texte gravé dans le Delphinion ne sont que des mesures additionnelles184.

  • 185 Errington 1989, 288, préfère la date de 188/187 a.C. Sur la datation du texte, voir P. Herrmann dan (...)

116Seul l'éponyme de Milet est mentionné en tête du document : il s'agit du stéphanéphore Pasiklès. Nous sommes au mois d’Anthéstériôn, ce qui permet de dater le traité du printemps 186 a.C. conformément à la chronologie de M. Wörrle185.

117En suivant par commodité la division du texte établie par Rehnt, on peut alors distinguer treize paragraphes ; nous reproduisons ici le seul qui nous intéresse directement, le quatrième. Il suffira de résumer le contenu des autres. Après avoir dressé la liste des Milésiens et des Pidasiens qui ont négocié le traité (§ 1), on accorde la citoyenneté milésienne aux Pidasiens tout en recommandant de dresser la liste des bénéficiaires (§ 2). Un phrourarque et des garnisaires milésiens seront envoyés à Pidasa ; Milet fera restaurer les murailles de Pidasa (§ 3). La clause suivante est celle que nous reproduisons (§ 4). Des lits seront attribués aux Pidasiens installés à Milet (§5). Les Pidasiens pouront continuer à jouir de leurs terres sacrées et publiques (τάς τε ὑπαρχοήσας ἱερὰς κτήσεις καὶ δημοσίας, 1. 29) contre une taxe symbolique d'un chalque pendant cinq ans ; de même pour le grain produit dans les montagnes sacrées (ἐν τοῖς ἱεροῖς ὄρεσιν, 1. 33) des Pidasiens (§ 6). Les Pidasiens seront dispensés de liturgies pendant dix ans (§ 7). Les Milésiens trancheront un problème de territoire (§ 8). Les Pidasiens propriétaires de vignes en Euromide pourront exporter leur vin par le port milésien d'Iôniapolis contre une taxe portuaire (ἐλλιμένιον, 1. 42-43) symbolique d'un chalque et les Milésiens construiront une route entre Pidasa et Iôniapolis (§9). Tous ces privilèges, sauf la dispense de liturgie, seront étendus aux Pidasiens qui ont déjà reçu la citoyenneté à Milet (§ 10). Les décisions du décret de Milet relatif à la sympolitie seront valables (§ 11). Les envoyés des Pidasiens devront prêter le serment de respecter le traité (le texte du serment occupe les 1. 54-61) ; les autres Pidasiens prêteront serment à Pidasa (§ 12). Imprécations contre ceux qui ne respecteraient pas le traité ; ils payeront en outre une amende de trente talents (§ 13).

τῶν δὲ ἑκφορίων τῶν γινομένω[ν]
ἐν τῆι χώραι τῆι Πιδασέων τὸ μὲν ἔλαιον εἶναι ἐπιτελές τῶν τελῶ-
[20] ν. ὧν καὶ Μιλήσιοι τιθέασιν· τῶν δὲ ἄλλων τελεῖν χαλκοῦν ἐφ’ἔτη πέImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg-
τε ἄρχοντος στεφανηφόρου Φιλίδου, καὶ των κτηνῶν των ἱσταμένω[ν]
ἐν τῆι Πιδασίδι, ὅσα έστίν Πιδασέων τῶν ἐμ Πιδάσοις κατοικούντωImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg
καὶ ζμηνῶν τὸ ἴσον [ἐ]φ’ἔτη τρία ρχοντος τοῦ αύτοῦ στεφανηφόρου,
[24] διελθόντος δὲ του προειρημένου χρόνου τελεῖν εἰς Μίλητον Πιδασεῖς
τὰ αὐτὰ τέλη, καθότι ἂν Image 10000000000000070000000FE1193321.jpgα οἱ λοιποί Μιλήσιοι τελωνῶνται

118L. 19-20 : la coupure non syllabique de τελῶ|ν est illogique, mais la photo de la pierre publiée par Herrmann ne laisse aucun doute à ce sujet.

119Traduction : “(...) parmi les productions du territoire des Pidasiens, que l'huile soit soumise aux taxes que les Milésiens prélèvent ; pour les autres, qu'ils versent un chalque pendant cinq ans à partir du stéphanéphore Philidès et, pour ce qui est du bétail élevé sur le territoire de Pidasa, pour autant qu’il appartient à des Pidasiens résidant à Pidasa, et pour les ruches, qu'ils versent la même chose pendant trois ans à partir du même stéphanéphore, et le délai ci-dessus étant écoulé, que les Pidasiens versent à Milet les mêmes taxes ainsi que les autres Milésiens les affermeront (...)”.

  • 186 Sur la localisation d'Iôniapolis, voir en dernier lieu Peschlow-Bindokat 1977-1978.
  • 187 On trouvera une description du Grion dans Philippson 1936, 14-15 : “Das Marmorgebirge war noch zur (...)
  • 188 Cook 1961, 90-96 et pl. L5-16. Voir aussi Radt 1973-1974 (avec un plan du site), Robert 1969-1990, (...)
  • 189 Voir 1’editioprinceps de Blümel 1997b. Le texte est repris dans SEG. 47. 1997, 1563.
  • 190 C'est ce que nous déduisons de l'inégalité du nombre de ceux qui devront prêter serment pour ratifi (...)

120Comme l'avait bien remarqué Rehm, la bonne compréhension de ce texte dépend en grande partie du problème de la localisation de Pidasa. La solution a longtemps été compliquée par le fait que, d'après les sources littéraires, il y avait au moins deux localités du nom de Pidasa ou Pèdasa en Carie, l'une à proximité d'Halicarnasse et l'autre près de Milet. Pour cette dernière, notre texte apporte trois informations intéressantes : le territoire de Pidasa était limitrophe de celui de Milet et peu éloigné de la plaine d'Eurômos où les Pidasiens possédaient des vignes ; le port le plus proche de Pidasa était Iôniapolis sur le littoral sud du golfe Latmique186. Tout incitait donc à placer Pidasa dans le massif du Grion187. Les ruines d'une petite forteresse antique découvertes par J. M. Cook, à Cerd Osman kalesi près du village de Kurudere, dans la partie orientale du Grion correspondent très probablement à l'antique Pidasa188. Grâce à l'accord de sympolitie publié en 1998 par W. Blümel, on possède aujourd'hui la certitude qu'en outre Pidasa était limitrophe d’Héraclée du Latmos189. Ce texte date de l'époque où Asandros gouvernait la Carie, entre 323 et 313 a.C., et, s'il n'apporte rien à la connaissance du territoire de Pidasa et de ses ressources, il éclaire l'histoire de cette petite cité. Une première tentative d'union avait eu lieu à la fin du ive a.C., avec Latmos. Cette dernière, qui se trouvait encore sur son site primitif et qui n'avait pas encore été transférée sur les bords du golfe Latmique, était déjà plus importante que Pidasa190. La tentative fit long feu, puisqu'elle ne semble pas avoir survécu à la fin du pouvoir d'Asandros. Pidasa, trop petite, ne pouvait rester isolée de ses voisines, et cela explique le traité conclu en 186 a.C. avec Milet.

  • 191 Le pluriel τὰ ἐκφόρια désigne les productions de la terre (LSJ : “that which the earth produces”), (...)
  • 192 Robert 1987, 494-496.
  • 193 La forme utilisée ici est, soit le neutre χαλκοῦν (νόμισμα), soit le masculin à l'accusatif de χαλκ (...)
  • 194 Voir no 59, 1. III-5.
  • 195 Sur les inconvénients de ce système, voir l'inscription de Colophon publiée par Étienne & Migeotte (...)

121La clause que nous avons reproduite ici a le double mérite de nous informer sur les ressources (τὰ ἐκφόρια191, 1. 18) des Pidasiens et sur le système fiscal de Milet. Au tout premier rang on trouve les oliviers qui, d'après L. Robert, étaient nombreux dans les environs de Kurudere192 et dont l'huile sera taxée de la même façon qu’à Milet. C'est la seule taxe pour laquelle les Pidasiens seront mis à égalité avec les Milésiens, peut-être parce que les deux systèmes fiscaux avant la sympolitie étaient semblables sur ce point. Pendant quelques années (trois ou cinq), toutes les autres productions des Pidasiens ne seront assujetties qu'à une taxe symbolique du montant d'un chalque193. Au premier rang, on trouve le produit des troupeaux et des essaims associés comme dans la lettre de Zeuxis à Héraclée du Latmos194. Dans ces deux cas, au bout de trois ans, le système fiscal milésien entrera en vigueur. Une formule du texte surprend, celle de la ligne 25, “ainsi que les autres Milésiens les affermeront (τελωνώνται)”. Si des aménagements dans les systèmes fiscaux sont souvent prévus lorsque deux entités politiques s'unissent, comme on l'a vu pour le cas de Téos et d’une communauté inconnue (no 53), l'emploi du verbe τελωνεῖν fait explicitement référence au système d'affermage des taxes. C'est que la procédure risque, une fois la sympolitie entrée en vigueur, d'être centralisée à Milet, ce qui peut poser des problèmes pour les gens de Pidasa qui seront désormais soumis à des fermiers des impôts dont ils n'auront plus entièrement le contrôle195. De plus, le privilège accordé par Milet est limité au bétail élevé sur le territoire de Pidasa et propriété des résidents à Pidasa. L'intention des Milésiens est claire : il s'agit d'éviter que des Pidasiens installés depuis longtemps à l'étranger n'évoquent leur origine pour venir faire pâturer des animaux à moindres frais sur les terres de Pidasa.

  • 196 Robert 1936, 77-79.
  • 197 Cook 1961, 95 : “As, on our arrivai at the well just under the ridge [la crête sur laquelle est ins (...)

122Les abeilles et le bétail étaient certainement parmi les moyens les plus efficaces d'exploiter les étendues du Grion, notamment les plateaux herbeux qui dominent Kurudere, et Pidasa appartenait à une région de l'Asie Mineure où les ruches abondaient dans l'Antiquité196 : nous retrouverons le miel non loin de là, dans le Latmos, sur le territoire d'Héraclée. L'élevage du gros et du petit bétail s'ajoutait à l’apiculture : l'emploi d'un terme vague – κτήνη – est certainement délibéré de la part des rédacteurs et montre que les cheptels étaient variés. L'agglomération de Pidasa possédait en effet un atout majeur pour la vie pastorale locale : elle disposait d'une bonne source pérenne, en fait la seule de la région. Cette source, située dans la ville basse, au pied des fortifications antiques et entre les deux acropoles, a frappé J. M. Cook lors de sa visite sur le site de Cerd Osman kalesi. Elle attirait les bergers de la région qui y menaient leur troupeaux s'abreuver197.

  • 198 Sur ces montagnes sacrées. Robert 1960, 196-197, et Robert 1969-1990, 7. 187, n. 135.
  • 199 Du site de Cerd Osman kalesi, on aperçoit très bien la plaine d'Eurômos en contrebas : voir Cook 19 (...)

123Les autres paragraphes du texte permettent d'évoquer le reste des ressources des Pidasiens. Malgré les difficultés, ces derniers parvenaient à produire un peu de grain sur des terres dont la dénomination est curieuse, ἐν τοῖς ἱεροῖς ὂρεσιν τοῖς περιωρισμενοις (1. 33) : ce sont des “montagnes sacrées”, soigneusement délimitées par des bornes198. Pour les céréales qu'on y produisait, les Pidasiens n’auront à jamais qu'une taxe d'un centième (ἑκατοστή, 1. 34) à verser. On apprend aussi que les Pidasiens possédaient des vignes en Euromide, au-delà de leurs frontières199. Cela laisserait supposer qu'ils avaient conclu un accord avec la cité d'Eurômos. L'entrée dans la cité de Milet ne devra pas remettre cet avantage en cause et pour toute importation inférieure à mille métrètes, les Pidasiens verseront un droit de douane (ἐλλιμένιον, 1. 42-43) d’un chalque.

58. Traité entre Milet et Héraclée du Latmos (184-181 a.C.)

124A. Rehm, Delphinion, 150 (Hiller. Syll. 3, 633).
Cf. P. Herrmann, Inschriften von Milet, I, Berlin-New York, 1997. p. 185-189, bibliographie, note critique, trad. all. et commentaire, et pl. 11 I photographie partielle ; Sh. L. Ager, Interstate Arbitrations, 1996. 108, 1.78-87 reproduites, arbitrage ; U. v. Wilamowitz-Môllendorf, Kleine Schriften, V. 1, p. 461, langue ; B. Haussoullier, RPh, 44, 1920, p. 31-54 ; A. Rehm, IDidynui, p. 249-255 ; M. Wörrle, Chiron, 18, 1988, p. 429-430, n. 20 et 437-448, études sur la datation ; L. Robert, Etudes de numismatique grecque, Paris, 1951, p. 173, n. 1, annonce d'une publication ; H. Müller, Chiron, 5, 1975. p. 142-143, no XXX, évacuation ; K. Brodersen, W. Günther, H. H. Schmitt, Historische griechische Inschriften in Übersetzung, III, Darmstadt, 1999, 469, trad. all.
Texte utilisé : Rehm.

  • 200 Voir le lemme ; Robert 1983, 187, n. 163, et Robert 1987, 205-206 et n. 35, a souligné les doutes q (...)
  • 201 Wörrle 1988, 443-446, pour l'histoire des relations entre Milet et Héraclée. Errington 1989, 288, p (...)

125Un traité entre Milet et Héraclée du Latmos gravé sur une stèle de marbre bleuâtre est l'une des belles découvertes épigraphiques faites dans les fouilles du Delphinion de Milet en 1903. A l'origine, la pierre était, semble-t-il, dressée contre un mur. La datation a longtemps posé problème ; dans les années qui suivirent la mise au jour de la pierre et sa publication, Rehm et Haussoullier s'opposèrent à ce sujet. Le premier proposa la date de 173/2 a.C., sans totalement convaincre200. La lettre de Zeuxis à Héraclée du Latmos (no 59) permit enfin à M. Wörrle de dater le traité entre Milet et Héraclée des années 184-181 a.C.201

  • 202 Voir la lettre des Scipion, R. K. Sherk, Roman Documents, 35.
  • 203 Le § 5 (1. 36-39) traite des plaintes déposées par suite de la guerre, de leur amnistie et des limi (...)
  • 204 Voir § 10(1. 78-87) ; le premier de ces territoires est défini comme une partie τής χώρας τής ρειν (...)

126En 190/189 a.C., alors que se préparait la campagne qui allait se terminer par la défaite d'Antiochos III à Magnésie du Sipyle, Héraclée abandonna le camp séleucide pour passer du côté de Rome202 de sorte que, par la suite, elle conserva son autonomie. Quelques années plus tard, une guerre éclata entre elle et Milet sa voisine : l'objet de notre texte est de mettre légalement fin à ce conflit203. Les causes immédiates de la guerre ressortent clairement du texte : Milet et Héraclée se sont affrontées au sujet de territoires situés pour deux d'entre eux au nord du golfe Latmique, dans la région de Myonte, et pour le troisième au sud du golfe, dans la région du port milésien d'iôniapolis. Il ne semble du reste pas que l'une des deux cités ait emporté un avantage militaire décisif sur l’autre puisque le traité prévoit le recours à l'arbitrage d'une tierce cité204.

  • 205 Berthold 1984, 167, et Gawantka 1975, 149-150.
  • 206 Gauthier 1972, 362-363, et Ager 1996, 291-292.
  • 207 Le traité entre Delphes et Pellana contient une clause semblable : Haussoullier 1917, 38-41 et 130- (...)

127Le traité lui-même se présente comme encadré dans le décret de Milet voté pour le sanctionner (1. 1-25 et 117-126). Le texte du traité proprement dit ne commence donc qu'à la ligne 25 et s'arrête à la ligne 117. A. Rehm a divisé l'ensemble du texte – décret et traité – en 17 clauses ; nous ne reproduisons ici que la huitième et la neuvième. Les autres concernent les points suivants : datation et liste des rédacteurs du traité (§ 3) ; octroi réciproque de l'isopolitie et garantie de respect du traité avec Rhodes (§ 4)205 ; amnistie des plaintes déposées à la suite de la guerre (§ 5)206 ; alliance militaire (§ 6) ; modalités d'obtention du droit de citoyenneté dans la cité partenaire (§ 7) ; droit d'évacuer des biens en cas de guerre (§ 8) ; transit du bétail des Milésiens par le territoire d'Héraclée (§ 9) ; règlement des contestations territoriales (§ 10) ; modalités de restitution des esclaves fugitifs réfugiés sur le territoire du partenaire (§ 11)207 ; octroi aux Héracléotes d'un tarif égal à celui des Milésiens pour l'utilisation du bac entre Iôniapolis et Myonte (§ 12) ; serment validant le traité (§ 13).

ἐὰν δέ τις Μιλησίων ἢ τῶν κατοικούντων ἐμ Μιλήτωι βούληται διὰ
[68] πόλεμον ἀποσκευάζεσθαί τι τῶν Ἰδίων ἢ μεθιστάνειν εἰς τὴν Ἡρακλεωτῶν πόλιν ἢ χώ-
ραν ἢ διάγειν διὰ τῆς πόλεως ἢ τῆς χώρας τῆς Ἡρακλεωτῶν, εἶναι αὐτὸν ἀτελή πάντων
τῶν προειρημένων· ὁμοίως δὲ καὶ, ἐάν τις ἩρακλεωτῶImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg ἢ τῶν κατοικούντων ἐν Ἡρακλείαι
προαιρῆται διὰ πόλεμον ἀποσκευάζεσθαί τι τῶν ἰδίων ἢ μεθιστάνειν εἰς τὴν πόλιν τὴν Μιλη-
[72] σίων ἢ χώραν ἢ διάγειν διὰ τῆς πόλεως ἢ τῆς χώρας τῆς Μιλησίων, εἶναι αὐτόν άτελῆ· κατὰ
ταὐτὰ καὶ ἐάν τινες τῶν ἐκτημένων ἐν τῆι Μιλησίων χώραι ἢ γεωργούντων διάγωσιν κτήνImage 10000000000000070000000F026DC90D.jpg
Image 10000000000000080000000F6E65DB97.jpg τῆς Μιλησίων χώρας εἰς τὴν Μιλησίαν διὰ τῆς ἩραImage 10000000000000080000000F6E65DB97.jpgλεωτῶν χώρας ἢ πόλεως, ὡς μὲν Μι-
λήσιοι ἄγουσιν, ἀπὸ στεφανηφόρου Μενάνδρου καὶ μηνὸς Μεταγειτνιῶνος, ὡς δὲ Ἡρακλε-
[76] ῶται ἄγουσιν, ἀπὸ στεφανηφόρου τοῦ μετὰ θεὸν τεσσερεσκαιδέκατον τὸν μετὰ ΔημήτρImage 10000000000000040000000F2361AB25.jpg-
ον, εἶναι αὐτος ἀτελεῖς πιστωσαμένους ρκωι, διότι ἐπὶ κτήσει ποιοῦνται τὴν διαγωγή[ν]·

128Traduction : “(...) si un Milésien ou quelqu'un résidant à Milet veut, en raison d'une guerre, évacuer l'un de ses biens ou le transporter dans la cité ou sur le territoire des Héracléotes ou traverser la cité ou le territoire des Héracléotes, qu'il soit exempt de toutes les taxes ci-dessus ; de la même façon, si un Héracléote ou quelqu'un résidant à Héraclée désire à cause d'une guerre évacuer l'un de ses biens ou le transporter dans la cité ou le territoire des Milésiens ou traverser la cité ou le territoire des Milésiens, qu’il soit exempt de taxes ; et de même, si quelque propriétaire ou quelque cultivateur du territoire des Milésiens fait passer du bétail du territoire des Milésiens vers le territoire de Milet à travers le territoire des Héracléotes, qu’à partir du stéphanéphore Ménandros, au mois de Métageitniôn, pour Milet et du stéphanéphore suivant la quatorzième stéphanéphorie du dieu depuis Dèmètrios pour Héraclée, il soit exempt de taxes sur simple serment qu’il les fait traverser pour son usage personnel (…)”.

  • 208 Delphinion, 148, 1. 50-58. Sur ce type de clauses, voir Müller 1975 : la clause du traité entre Mil (...)

129La clause sur l’évacuation des biens mobiliers en cas de guerre s'applique aussi bien aux citoyens qu'à toutes les personnes libres résidant sur le territoire du partenaire. Les droits accordés sont exprimés par trois verbes : ἀποσκευάζεσθαι et μεθιστάνειν font référence au droit de mettre des biens à l'abri tandis que διάγειν s'applique au droit de faire transiter des biens. Ce genre de disposition n'a rien d'exceptionnel et se retrouve dans un traité conclu quelques années plus tôt entre Milet et Magnésie du Méandre208.

  • 209 Sur Myonte, voir ci-dessus, p. 220. Sur la prise de possession de Myonte par Milet, voir Wörrle 198 (...)
  • 210 Il nous semble que c'est bien dans ce sens que le ternie est employé dans le traité entre Milet et (...)
  • 211 Milet possédait en outre certaines îles égéennes comme Léros, voir Manganaro 1963-1964, cf. J. et L (...)
  • 212 § 12, 1. 99-105 où il est question de l'affermage du bac (τὴν πρᾶσιν τοῦ τέλους τῆς πορθμί|δος τῆς (...)
  • 213 L'idée a été émise par Kawerau & Rehm 1914, 239.

130La neuvième clause est présentée de façon identique à la précédente et concerne directement le bétail. Comme dans le traité entre Milet et Pidasa, les rédacteurs ont employé le terme très général κτήνη. Les Milésiens et habitants du territoire de Milet reçoivent le droit de faire transiter (διάγειν) des troupeaux par le territoire et la cité d'Héraclée sans payer de droits de douane (ἀτελεῖς). On notera que ce privilège n'a pas de caractère de réciprocité au profit des Héracléotes, ce qui s'explique par la géographie politique de la région. Milet possédait en effet des terres de chaque côté du golfe Latmique. Au sud s'étendait la chôra de Milet avec la péninsule où était installé le sanctuaire de Didymes, la ville portuaire de Milet étant située sur le littoral du golfe. Sur l'autre rive du golfe, Milet avait acquis le territoire de l'ancienne cité de Myonte avec son sanctuaire d'Apollon Térébintheus209 et cette zone était devenue comme lapérée210 de Milet211. Les communications entre les deux rives du golfe ne pouvaient se faire que par bateau ; un bac reliait Iôniapolis au sud avec Myonte au nord, comme le montre le texte212. Il en est ici question, parce que cette ligne intéressait aussi Héraclée qui était en possession de l'extrémité orientale du golfe. Il est probable qu'une autre ligne de bac mettait directement en contact le port de Milet et la région de Myonte. Tout propriétaire milésien qui voulait faire passer des animaux des pâturages de montagne du Grion au sud vers les prairies humides du bas Méandre au nord n'avait donc à sa disposition que la solution peu commode et onéreuse du bateau, car il fallait payer les fermiers du bac. La concession faite par Héraclée simplifiait grandement le problème en offrant un itinéraire certes plus long, mais entièrement par voie de terre. Ce privilège doit être considéré comme permanent : il n'est en effet pas répété à son sujet qu'il ne s'appliquait qu'en temps de guerre, comme le droit d'évacuation. La clause octroyant aux Héracléotes un tarif égal à celui des Milésiens pour le bac d'Iôniapolis a toutes les chances d'avoir été la contrepartie de la neuvième clause en faveur d'Héraclée213.

  • 214 Sur le sens de cette expression, voir Francotte 1909, 275.

131Il y a toutefois deux restrictions à la concession faite par Héraclée. Les propriétaires de bétail ne pourront en jouir que si le bétail reste à leur usage personnel (ἐπ κτήσει214, 1. 77). Les Héracléotes veulent éviter que des animaux milésiens soient importés sans droit de douane pour être ensuite vendus à Héraclée. Le serment dont il est question à la ligne 77 correspond vraisemblablement à une déclaration officielle du nombre et de la nature des animaux que les propriétaires milésiens avaient à prêter à leur entrée sur le territoire d'Héraclée.

  • 215 Kawerau & Rehm 1914, 238. n. 3 : “das dürfte die Zeit sein, wo man die Herdcn aus der dürr werdende (...)
  • 216 Samuel 1972, 114-117.
  • 217 Wörrle 1988, 429, n. 20.

132L'autre restriction imposée par Héraclée est d'ordre temporel. Le droit qu'elle accorde aux Milésiens ne s'appliquera, lit-on aux lignes 74-77, qu’à partir du mois de Métageitniôn du stéphanéphore Ménandros à Milet et de la quatorzième stéphanéphorie du dieu depuis Dèmètrios (sans précision du mois) à Héraclée. Rehm avait mis cela en relation avec des nécessités pastorales et semble avoir cru que les Milésiens ne jouiraient du droit que leur avait accordé Héraclée que pendant un seul mois de l'année. En 1913, le calendrier de Milet n'était encore pas très bien connu et Rehm en concluait que Métageitniôn correspondait, soit à mai, le moment “où l'on fait passer les troupeaux de la plaine qui se dessèche aux montagnes”, soit à août, et alors on pouvait penser “au retour des troupeaux qui a lieu ensuite, après les premières pluies d'automne”215. Il est aujourd'hui possible de sortir de cet embarras, car le calendrier de Milet est désormais bien établi. L'année y commençait avec le mois de Tauréôn, à l’équinoxe de printemps et Métageitniôn était le cinquième mois de l'année, correspondant à peu près à la fin du mois de juillet et au début d'août216. Il n'y a en réalité aucune raison d'ordre pastoral à limiter les déplacements de troupeaux à cette époquelà. C'est pourquoi il faut comprendre que la date de Métageitniôn année de Ménandros correspond tout simplement au moment où les Milésiens pourront commencer à profiter du privilège qu'Héraclée leur accorde et qui sera dès lors valable pour tous les mois de l'année. L'absence de mention du mois pour la datation à Héraclée a été expliquée par M. Wörrle de façon plus que vraisemblable par le fait que Métageitniôn à Milet correspondait avec le début de l'année civile d'Héraclée217.

59. Privilèges fiscaux accordés par antiochos III à Héraclée du Latmos (entre 196 et 193 a.C.)

133S. Şahin, EA, 9. 1987, p. 55-60, avec trad. ail., édition qui ne comporte pas le bloc IV et dont le principe est contestable, cf. Ph. Gauthier et D. Rougemont, Bull, ép., 1988, 1 ; M. Wörrle, “Inschriften von Hcrakleia am Latmos I : Antiochos III, Zeuxis und Herakleia”, Chiron, 18, 1988, p. 421-476, pl. 1-3, photo, des estampages des blocs I-III et pl. 4, photo du bloc IV, avec trad. all., cf. Ph. Gauthier, Bull, ép., 1989, 277 (SEG. 37, 1987, 859 ; Kl. Bringmann, H. v. Steuben, Schenkungen hellenistischer Herrscher, I, Berlin, 1995, 296, avec une trad. all. ; J. Ma, Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, 1999, 31, p. 340-345, avec trad. angl. et commentaire).
Cf. A. Pesehlow-Bindokat,
Der Latmos. Mayence, 1996, p. 31-38 ; P. Briant in Économie antique. Les échanges dans l'Antiquité. Toulouse, 1994, p. 70-71, sur le blé de la terre royale ; K. Brodersen, W. Günther, H H. Schmitt, Historische griechische Inschriften in Ühersetzung, III, Darmstadt, 1999,451 trad. all.
Texte utilisé : Wörrle.

  • 218 Les ruines du temple d'Athéna Polias sont en bon état et dominent le site d'Héraclée du Latmos. Il (...)

134La publication en 1988 par M. Worrle d'une inscription gravée sur quatre blocs d'ante du temple d'Athéna à Héraclée du Latmos a fourni un nouveau document sur le système fiscal séleucide. Ces pierres avaient été découvertes en 1974 par la mission allemande dirigée par A. Pesehlow-Bindokat et chargée de l'exploration archéologique d'Héraclée218. Les trois premiers de ces quatre blocs sont en bon état de conservation, mais il manque à chaque fois quelques lignes aux jointures et c'est ainsi qu'a disparu le début du dossier épigraphique. En revanche la surface du quatrième bloc est très endommagée, car il avait roulé loin au bas de la colline du temple.

  • 219 Sur Zeuxis, voir en dernier lieu Gauthier 1989, 39-45, et Ma 1999, 123-130.
  • 220 La suite des événements a été résumée par Ph. Gauthier, Bull. ép., 1989, 277.
  • 221 Sur l'importance de ce nombre, voir Worrle 1988, 454-455.

135Ce dossier se compose de deux lettres : la première émanait du roi Antiochos III, la seconde du gouverneur de l'Asie Mineure séleucide, Zeuxis219. Elles étaient adressées à la cité d'Héraclée et sont présentées dans un ordre hiérarchique et non chronologique220. Héraclée venait de s'en remettre à la monarchie séleucide en se livrant sans doute volontairement à Zeuxis. La cité envoya alors une ambassade de 22 personnes221 auprès de Zeuxis afin de lui soumettre certaines demandes. Zeuxis accéda à la plupart d’entre elles comme le montre sa lettre, tout en conseillant à Héraclée d'envoyer une ambassade au roi pour le reste. Cette seconde ambassade permit aussi à la cité d'aller faire connaître à Antiochos III les honneurs qu'elle lui avait votés, à lui et à d'autres membres de la famille royale. Le roi répondit par la première des lettres gravées dans le dossier.

  • 222 Wiegand 1913, Philppson 1936, Robert 1983, 17-23, Robert 1987, 173-186, et 199-214, et Pesehlow-Bin (...)
  • 223 Elles ont été publiées par Kirschen 1922.
  • 224 Voir Philippson 1936,17-19.

136Héraclée du Latmos mérite d’être rapidement présentée, ce que facilitent les travaux de Th. Wiegand, d'A. Philippson, de L. Robert et d'A. Pesehlow-Bindokat222. Les ruines des murailles223, du temple d'Athéna et de certains aménagements urbains sont encore très impressionnantes pour qui, du site de Milet, contourne la rive du lac de Bafi par le sud. Ce lac est le reste de l'ancien golfe Latmique obstrué par les atterrissements du Méandre224, car, dans l'Antiquité, Héraclée était ouverte sur la mer. La ville n'était cependant pas installée exactement à l'extrémité orientale du golfe, mais légèrement plus au nord-ouest dans une minuscule plaine littorale. Au nord, la ville s'adossait aux pentes du Latmos (l'actuel Beşparmak) qui formait une barrière presque infranchissable en direction de la vallée du Méandre et du territoire de Myonte, qui, au début du iie s. a.C., était possession de Milet. Le Latmos présente un visage désolé dû à son caractère de montagne granitique ; l'érosion a jonché le sol d'énormes blocs et rendu l'accès à l'eau et les cultures très difficiles. On sait cependant aujourd'hui que la fertile plaine de Bafi à 3 km plus au sud faisait partie du territoire d'Héraclée et que la frontière avec Milet passait aux environs de l'actuelle Mersinet. Au-delà de Bafi, le massif du Grion formait la frontière avec la plaine d'Eurômos.

  • 225 On lit dans la lettre royale, 1. I/8-9 : Θέλοντες δ κα κατὰ τὰ λοιπὰ πο|[λυ](...)

137Nous ne reproduisons ici que la lettre de Zeuxis, qui commence à la troisième ligne du bloc II, car c'est elle qui contient les informations intéressant la fiscalité agricole séleucide, la lettre du roi ne revenant pas sur l'accord passé en son nom par Zeuxis avec la cité225.

Bloc II
Ἐπì στεφανηφόρου θεοῦ τρίτου τοῦ μετὰ Δημήτριον Δημητρίου Ἡραιῶνο[ς]·
[4] Ζεῦξις Ἡρακλεωτῶν τῆι βουλῆι καì τῶι δήμωι χαίρειν· οἱ παρ᾿ὑμῶν πρεImage 10000000000000080000000F84D54294.jpgβευ-
ταὶ Φανίας, Ἐρμίας, ΑἰσχρίImage 100000000000000A0000000F070771E7.jpgν, Ἀπολλώνιος, ρμογένης, Ἰάσων, Αἰνέας, Παρ-
μενείδης, Παγκράτης, Διᾶς, Εὔανδρος, Θαργήλιος, ρμίας, Ἀριστέας, Μενε-
κράτης, Ἡρακλεόδωρος, Διονύσιος, Πρωτέας, Διονυσικλῆς, Ἀντιλέων, Ἱερο-
[8] κλῆς, Μένης νήνεγκαν τò ψήφισμα καθ’ ὃ ὤιεσθε δεῖν νακεκομισμέ-
νων μών τῶι βασιλεῖ τὴν πόλιν ἐξ ρχής πάρχουσαν τοῖς προγόνοις αὐτοῦ
θυσίας τε συντελεσθῆνImage 100000000000000D0000000F77CC9BA7.jpgImage 10000000000000060000000F4854661A.jpgοῖς θεοῖς και τοῖς βασιλεῦσιν κα τοῖς τέκνοις αὐτῶν
κα εἰς τὸ λοιπὸν μοίως γίνεσθαι κατὰ μήνα τῆι ἕκτηι ἀπιόντος, αἰρεθῆναι
[12] δὲ κα πρεσβευτὰς τος ἐμφανιοῦντας ὑπὲρ τῆς γεγενημένης στενοχω-
[ρία]ς περὶ τὴν πόλιν ἐκ τῶν ἑπάνω χρόνων διὰ τος πολέμους καὶ τὰς κα-
[ταφθ]Image 10000000000000130000000FAD304FFA.jpgς καὶ παρακαλέσοντας τά τε ὑπὸ τῶν βασιλέων συγκεχωρημένα
[συνδιατηρηθῆν]Image 100000000000000D0000000F58EE321A.jpgπως ὑπάρχῃ καὶ μετὰ ταῦτα ἥ τε ἀνεπισταθμεία καὶ τὰ
[16] [---ca. 16/17 1. --- κ]αὶ τὰ τέλη καὶ ἔγγαια καὶ τὰ εἰσαγώγια καὶ ἐξαγώγ[ια]
Une ligne manquante

Bloc III
[πρ]ᾶσις, δίδωται δὲ καὶ ἐκ βασιλ[ικοῦ εἰς διοίκη]σιν τῆς πόλεως μάλιστα <Image 10000000000000110000000F4FDAEE35.jpg>
μὲν πλέον εἰ δὲ μή γε τάλαντα [-ca. 51. - ὡ]ς πρότερον καὶ τὸ ἐλαιοχρίστιον δ[ι]-
αμένηι τὸ ἀποτεταγμένον τοῖς ν[έοις, ὃ] ἐπεκηρύσσετο τῆι ὠνῆι το λιμέ-
[4] νος, ἀξιώσοντας δὲ καὶ ατέλειαν συγχωρῆσαι τῶν τε ἐκ τῆς γῆς καρπών πάν-
των καὶ το ἐννομίου τῶν τε κτηνών καὶ τῶν σμηνών ἐφ’έτη ὅσ᾿ ν φαίνη-
ται καὶ ζεύγη τοῖς πολίταις, μνησθησομένους δὲ καὶ ὅπως στος δοθῆι τῆι πό-
[λ]ει δωρεν καὶ τέλεια‹ν› το τε εἰσαγομένου εἰς τὴν πόλιν καὶ το πωλουμέ-
[8]νου καὶ ἵνα οἱ ἐξάγοντες ἐκ τῆς τοῦ βασιλέως εἰς τὴν πόλιν ἐπί τε τὰς
ἰδίας χρείας καὶ εἰς πρᾶσιν τελείς ὦσιν ἀποκατασταθῆι δὲ ὑμῖν καὶ ἡ χώρα
καὶ οἱ δῆμοι καὶ οἱ οἰκηταὶ συναχθῶσιν καθότι καὶ πρότερον ὑπῆρχον· καὶ οἱ πρεσ-
βευταὶ περί τε τῶν δεδηλωμένων διελέγησαν ἡμῖν μετὰ σπουδῆς ἀκολούθως
[12] τoῖς ἐν τῶι ψηφίσματι κατακεχωρισμένοις εθέως δὲ καί πέρ τῶν συντεθε[ιμέ]-
[ν]ων αὐτοῖς υπομνημάτων· σπεύδοντες οὖν καὶ αὐτοὶ τòν δῆμον εἰς τὴν έξ Image 10000000000000070000000FFE0C1292.jpg[ρ]-
[χῆ]ς διάθεσιν ἀποκατασταθῆναι καὶ τά τε ἐπὶ τῶν προγόνων τοῦ βασιλέως
[συγκεχ]Image 100000000000000A0000000F070771E7.jpgρημένα συντηρηθῆναι αὐτῶι καὶ ἐν τοῖς ἄλλοις ἐπαύξεσθαι τὴν Image 10000000000000080000000FF2E86217.jpg[ό]-
[16] [λιν μετέχ]ουσαν πάντων τῶν εἰς πόλImage 10000000000000160000000F90E24C34.jpgImage 100000000000000C0000000F5E01E71F.jpgηκόImage 100000000000001D0000000F58598AF9.jpg [.. ] Σ [.. ] Image 10000000000000100000000F2AAF612B.jpg [----]

Bloc IV
Quatre lignes manquantes
[------εἰ]σαγωγImage 10000000000000070000000F026DC90D.jpg [------]
[----ca. 11 1.----]σθε··ἔσται δὲ ἡμῖν ἑπιμελ[ὲς -----]
[-----ca. 12 1.----] Image 10000000000000060000000F4854661A.jpgοῦ βασιλέως ἥ τε χώρα κ[αὶ------]
[4] [-----ca. 13 1. ---ἀπ]ọλύομεν δὲ καὶ το[ῦ---ca. 11 1. ---]ΝΩΝ[...]ỊỊΩΝ τοὺς [-----]
[-----ca. 13 1. ---κα]θῆκον ἦν λαμβάνεσθαι αὐτὸ βουλόμενοι καὶ ἐν τούτο[ις]
[---ca. 15 1. ---] ἐπιχωροῦμεν δὲ ὑμῖν καὶ τὴν πανήγυριν ἀτελῆ συντελεῖν ο[ὕ]-
[τως σπερ] Image 10000000000000080000000F6E65DB97.jpgαὶ πρότερον εἰώθειτε ἄγειν, καὶ καθόλου καὶ ἐν τοῖς ἄλλοις φρυν-
[8] [τιοῦμεν ἵνα ἐ]Image 100000000000000C0000000F3D1ADB3E.jpg μηθενὶ τῶν δυνατών καὶ καλώς ἐχόντων ὑστερῆτε ἀλλ τύ-
[χητε τῆς προ]Image 10000000000000080000000F84D54294.jpgηκούσης ἐπιμελείας· διό καί εὖ ποιήσετε καὶ αὐτοὶ διαφυλάσ-
[σοντες την εἰς] τὰ πράγματα εύνοιαν· οὕτω γὰρ πολλῶι μᾶλλImage 100000000000000F0000000F0F4D7C8F.jpgImage 10000000000000110000000F459DEA58.jpgί μεῖς
[οὐδὲν ἐλλείψομε]ν πρ(ο)θυμίας εἰς τò συγκατασκευάζειν Image 10000000000000060000000F4854661A.jpg[ὰ προς.]O[--]
[12] [-----] ΤΑ[..] φιλανθ[ρωπ------]
[------][----]

138Les restitutions sont de Wörrle pour l'essentiel ; nous ne signalons qu'occasionnellement celles de Şahin.

— Bloc II.
L. 13-14 : Image 10000000000000080000000F6E65DB97.jpgα|[ταδρομὰ]Image 10000000000000070000000FEA28F3E4.jpg, Şahin, κα|[ταφθ]Image 10000000000000150000000FD5BF7998.jpgς, Wörrle, Bringmann & v. Steuben, Ma.
L. 15 : [ἀμετάθετα] Image 10000000000000070000000F3D82FCC9.jpgπως, Şahin, [συνδιατηρηθῆν]Image 100000000000000D0000000F288F1142.jpg, Wörrle, Bringmann & v. Steuben, Ma. — Bloc III.
L. 1 = ΕΙΣ· δίδωται au début de la ligne pour Şahin ; [εἰς διοίκη]σιν τής πόλεως, Gauthier, Wörrle avait restitué [εἰς χρῆ]σιν, conservé par Bringmann & v. Steuben et Ma.
L. 15-16 : τὴν [πό|λιν ὑπάρχο]υσαν, Şahin, τὴν Image 10000000000000080000000FF2E86217.jpg[ó|λιν μετέχ]ουσαν, Wörrle, Bringmann & v. Steuben, Ma.

— Bloc IV.
L. 11 : Image 10000000000000060000000F4854661A.jpg[ὰ πρὸς π]ο[λυωρίαν ἀνήκοντα], Wörrle, p. 456, n. 151 ; Ma suggère τ[ὰ πρὸς δ]ό[ξαν | καὶ τιμὴν ἀνήκοντα.

139Traduction : (Bloc II) Le dieu étant stéphanéphore pour la troisième fois, après Dèmètrios fils de Dèmètrios, au mois d’Hèraiôn, Zeuxis au Conseil et au peuple des Héracléotes, salut ; vos ambassadeurs, Phanias, Hermias, Aischriôn, Apollônios, Hermogénès. Iasôn, Ainéas, Parméneidès, Pankratès, Dias, Évandros, Thargèlios, Hermias, Aristéas, Ménékratès, Hèrakléodôros, Dionysios, Prôtéas, Dionysiklès, Antiléôn. Hiéroklès et Ménès nous ont remis le décret par lequel vous avez jugé nécessaire, puisque nous avons recouvré pour le roi la cité qui appartenait à l'origine à ses ancêtres, d'accomplir des sacrifices aux dieux, aux rois, à leurs enfants et également par la suite chaque sixième jour de la dernière décade, et aussi de choisir des ambassadeurs chargés de lui faire connaître le dénuement qui, depuis les années précédentes, a résulté des guerres et des destructions, et de le prier de conserver les privilèges accordés par les rois afin que se perpétuent l'exemption du cantonnement de troupes et les... les taxes foncières et les taxes sur les produits importés ou exportés [...] (Bloc III) la saisie, et qu'il accorde, pris sur le trésor royal, pour l'administration de la cité au moins [...] talents ou plus si possible [...] comme auparavant et qu'il continue à fournir l'huile prévue pour les neoi qui était publiquement adjugée lors de l'achat de la taxe portuaire ; et pour demander pour les citoyens l'exemption des taxes sur tous les produits du sol et de la taxe sur les pâturages pour le bétail et les essaims pour le nombre d'années et la superficie qu'il voudra ; et pour lui suggérer d’offrir gratuitement du grain à la cité ainsi que l'exemption du grain importé et mis en vente dans la cité ; et, afin que ceux qui en exportent depuis la terre royale vers la cité tant pour leurs propres besoins que pour la vente soient exemptés de taxes, que vous soit rendu le territoire et que les populations et habitants soient rassemblés ainsi que cela était auparavant ; et les ambassadeurs nous ont entretenu avec zèle des questions ci-dessus conformément aux décisions du décret et tout de suite au sujet des mémoires qui leur ont été remis ; ainsi, étant nous-mêmes désireux que le peuple retrouve sa situation d'origine et que lui soient conservés les privilèges accordés du temps des ancêtres du roi et dans les autres domaines d'accroître la cité en la faisant participer à tout ce qui convient à une cité [...] (Bloc IV) [...] importation [...] ; et nous prendrons soin [...] la terre du roi [...] et nous dispensons aussi de [...] il convenait de recevoir, désirant cela aussi [...] et nous vous accordons en outre que la panégyrie soit célébrée avec exemption de taxes ainsi que vous aviez précédemment coutume de le faire et d'une manière générale nous allons faire en sorte que vous ne manquiez de rien de ce qui est possible et honorable, mais que vous bénéficiiez de toute l'attention convenable ; c'est pourquoi vous, de votre côté, avez raison de maintenir votre dévouement à l'égard des intérêts (du roi) ; et ainsi, quant à nous, nous ne négligerons aucun soin pour vous procurer les [...] bienfaits [...]”.

  • 226 Wörrle 1988, 428-448. Ma 1999, 344-345, présente un résumé des arguments.
  • 227 Nous ne savons pas quel dieu exerçait la magistrature éponyme à Héraclée du Latmos. Dans un décret (...)
  • 228 Delphinion, 150 (Syll.3, 633), 1. 25-27 : ἐπὶ στεφανη|φόρου ἐν μὲν Μιλήτωι Μενάνδρου τοῦ Μαίωνος μη (...)
  • 229 Delphinion, 124.
  • 230 On ne doit pas tenir compte de l'étude sur la chronologie par Ameling 1987. L'auteur, ayant constat (...)

140Le problème de la datation du texte a été amplement étudié par M. Wörrle et il n'est pas question de réexaminer ici ses conclusions226. La lettre du roi offre un premier point d'appui en mentionnant le fils aîné d'Antiochos III, Antiochos le Jeune, que son père avait associé au pouvoir, mais qui mourut en 193 a.C. Le second élément est la mention de la troisième année consécutive où le dieu assuma la magistrature éponyme227, celle de stéphanéphore, depuis Dèmètrios fils de Dèmètrios (1. II/3). Or, le traité entre Milet et Héraclée découvert dans le Delphinion de Milet est daté du stéphanéphore milésien Ménandros fils de Maiôn en même temps que de la quatorzième stéphanéphorie du dieu à Héraclée depuis celle de Dèmètrios228. M. Wörrle, réexaminant ensuite une liste de stéphanéphores de Milet229, estime que le dernier nom conservé devrait correspondre à l'année 190/189 a.C. Cette liste ne comprend pas Ménandros fils de Maiôn qui doit être placé entre 185 et 182 a.C., de même donc que la quatorzième stéphanéphorie du dieu à Héraclée. Par conséquence, la troisième (l'année de la lettre de Zeuxis) doit remonter aux années 196-193 a.C230.

  • 231 Le contexte historique a été expliqué par Wörrle 1988, 437-448, que nous résumons ici.

141La compréhension de la situation politique d'Héraclée gagne à ces éclaircissements chronologiques. Comme nous l'apprend la lettre de Zeuxis, Héraclée était passée peu de temps auparavant au pouvoir d’Antiochos III. Elle semble avoir précédemment dépendu de Philippe V dont l'influence dans la région s'effondra à la suite de sa défaite des Cynocéphales en 197 a.C. Héraclée resta séleucide jusqu'aux mois qui précédèrent la défaite d'Antiochos III face aux Romains au début de l'année 189 a.C., à Magnésie du Sipyle231.

142La lettre de Zeuxis, puis les démarches des Hércléotes eurent donc lieu immédiatement après que la cité se fut librement confiée au pouvoir du Séleucide. Héraclée était en mesure de négocier son statut au sein du royaume. Tel était l'objet des pourparlers engagés avec Zeuxis puis avec Antiochos III.

  • 232 Sur le sens exact de ce mot, voir Ph. Gauthier, Bull. ép., 1989, 277.
  • 233 Wörrle 1988, 458-459, qui propose de voir une allusion à ces terres dans le traité entre Milet et H (...)

143Dans ses démarches, la cité avait habilement rappelé qu'auparavant déjà, elle avait été séleucide, avant d'évoquer la mauvaise situation (στενοχωρία 1. II/11-12)232 dans laquelle les guerres l’avaient mise. Au premier rang de sa liste de demandes se trouvait la dispense de cantonnement (ἀνεπισταθμεία, 1. I/15). Ensuite, le mauvais état de la pierre rend les choses confuses. Il est question de taxes (τέλη), de droits sur des terres (ἔγγαια) et de droits de douane sur les importations (εἰσαγώγια καὶ ἐξαγώγια, 1. II/16). Le terme de “taxes” est trop vague, mais la formulation pour désigner les droits sur le commerce extérieur se comprend facilement. En revanche, les engaia ont posé des problèmes d'interprétation à M. Wörrle qui se refuse à y voir des taxes (des engaia telè), mais les considère plutôt comme des propriétés foncières de la cité233.

  • 234 Dans une inscription de Zélée, on avait cru reconnaître des ἔγγαια τέλη, mais ce passage a été rect (...)

144Pourtant notre passage semble associer étroitement l'adjectif engaia, devant lequel l'article n'est pas répété, avec le substantif telè. Il faut certes admettre comme M. Wörrle qu'il n'y a pas de parallèles à l'expression engaia telè234, mais on comprend mal qu'elle puisse désigner autre chose que des taxes sur la propriété foncière ou sur les revenus de la terre. La mention à cet endroit des taxes sur les importations et les exportations, qui semble faire double emploi avec le passage des lignes III/6-7 sur le même sujet, donne la clef du problème : la ligne II/16 n'était que l’annonce des principales revendications fiscales d'Héraclée, portant d’abord sur les impôts assis sur les productions agricoles (cultures et élevage), puis sur le commerce extérieur de la cité.

  • 235 Ces lignes ne sont pas tout à fait claires ; sur leur interprétation, voir Wörrle 1988, 460-463.
  • 236 Sur les figues dans la région, voir p. 222, n. 173.

145Les lignes suivantes (III/1-4) concernaient la reconduction d'une subvention qu'Héraclée recevait du trésor royal et la fourniture de l'huile des neoi à laquelle le pouvoir royal s'engageait à participer235. Puis il est question des contributions portant sur les productions agricoles qui auraient dû revenir au trésor royal, mais dont Héraclée demande l'exemption. L'expression “tous les fruits de la terre” (τῶν τε ἐκ τῆς γῆς καρπών πάντων) désigne sans doute tout aussi bien les produits de l'arboriculture que ceux de la céréaliculture (les σιτικοί et ξύλινοι καρποί) : les oliviers sont nombreux sur le site d'Héraclée, mais il pouvait aussi y avoir des figuiers236.

  • 237 Nous avons choisi cette traduction pour τὸ σμῆνος qui désigne d'abord la ruche, mais qui est aussi (...)
  • 238 P.Michigan Zenon, 29 : ἵνα τὰ ζμήνεα μ(...)
  • 239 Wörrle 1988, 464-465. Sur les rapports entre noms des surfaces agraires et labourage, voir Sallares (...)

146La même phrase comprend aussi la demande d'exemption de taxes pour le bétail et les essaims et utilise pour cela une formulation qu'il est nécessaire de reproduire ici : τέλειαν ... το ἐννομίου τῶν τε κτηνῶν κα τῶν σμηνῶν ἐφ’ἔτη σ᾿ἃν φαίνηται κα ζεύγη. L'ennomion est, on l'a déjà vu dans quelques autres inscriptions du sud de l’Asie Mineure, une redevance payée sur le bétail, ce que confirme ici l'emploi du pluriel ktènè, habituel pour désigner l'ensemble des cheptels. En revanche, il peut paraître curieux que l'ennomion s'applique aussi aux essaims237 des apiculteurs. Les choses s'éclaircissent si l'on considère que l'ennomion fournissait à l'origine un droit d'utiliser certains pâturages, car, de la même façon que les bergers, les apiculteurs tirent parti avec leurs ruches de prairies qui ne leur appartiennent pas forcément. L'expression employée par Zeuxis trouve un parallèle dans une lettre que Zènôn reçut en juillet 256 a.C. d’un certain Senchôns qui lui réclamait son ânesse pour pouvoir transporter ses “essaims sur leurs pâtures”238. La fin de la formulation de la demande d'Héraclée est également intéressante pour l'assiette des impôts sur les productions agricoles ; elle s'applique à la fois aux taxes sur l'agriculture, l'élevage et l'apiculture. Les zeugè évoqués ici sont certainement une unité de mesure de la surface comme l'a reconnu M. Wörrle, comparable au jugère romain et correspondant à la surface que peut labourer un couple de boeufs239. La durée et l'étendue de l’exemption demandée à Zeuxis est donc laissée à l'appréciation de ce dernier, ce qui signifie que la surface agricole était estimée à un certain nombre de zeugè et que le roi fixait le montant de la taxe à tant par zeugos ; pour faire baisser la somme totale payée par la cité, il suffisait de diminuer l'estimation du nombre de zeugè.

  • 240 Voir aussi dans le traité entre Téos et une communauté inconnue (no 53) ou dans la plaine de Mylasa (...)
  • 241 Wiegand 1913, 10 : “Wenn im späten Frühjahr der Ginster und die Zystusrosen blühen, wenn Asphodill, (...)

147Ce passage insiste une fois de plus sur l’importance de l’apiculture dans l’ensemble de l’agriculture grecque, spécialement en Asie Mineure. On aura encore l’occasion de le constater à propos de l’inscription de Telmessos en Lycie (no 59)240. Lorsque Th. Wiegand, dans le cadre de la publication des fouilles sur Milet, a visité la région d’Héraclée au début de ce siècle, il a eu l’occasion de constater que le miel était l’une des rares ressources que l’on pouvait tirer des montagnes désolées du Latmos : “Lorsqu'à la fin du printemps, le genêt et le cytise sont en fleur, lorsque l’asphodèle, la mauve, le trèfle et la jacinthe se trouvent même sur les versants pierreux du haut Latmos, alors la population prend soin de monter les ruches qui y sont formées à partir d'un morceau unique du tronc évidé d’un platane. Alors il faut les protéger contre la gourmandise des ours et c'est ainsi qu'on trouve souvent les abeilles installées au sommet de hauts rochers que l'on ne peut atteindre qu'avec des échelles comme le montre l'illustration 15. Dans un autre cas nous avons trouvé dans la montagne à l'est d'Héraclée un lieu appelé Gowanik-Arassi (la prairie aux ruches). On y a transformé en rucher une petite chapelle byzantine sans toit en murant la porte de sorte que l’on ne peut en atteindre les ruches à l'intérieur qu’avec une échelle. Tout autour des murs, on laisse pendiller des cordes avec des récipients de tôle et de vieux fers de chevaux que le vent fait se heurter les uns aux autres et qui éloignent les ours par leur bruit”241.

  • 242 Description du Latmos par Robert 1983. 17-21, et Robert 1987.177-184, à chaque fois avec de bonnes (...)
  • 243 Wiegand 1913, 9 : “Den Hirten sind in diesem Gebiet die seltenen Rinnsale ebenso bekannt wie den Ei (...)

148Le Latmos offrait également quelques terrains de pâture comme l'a vu L. Robert242, mais, outre leur accès difficile et le danger des bêtes sauvages, il fallait aussi y trouver de quoi faire boire les animaux. Là encore il faut citer le témoignage de Th. Wiegand qui vient de décrire le chaos granitique et désert formé par la montagne du Latmos au nord d'Héraclée où l'eau est rare et difficile à trouver en surface entre les énormes blocs de pierre qui jonchent le sol : “Les rares ruisseaux sont aussi bien connus des bergers de cette région pauvre que les trous d'eau des indigènes du sud-ouest africain ; souvent, il est nécessaire de descendre profondément sous les blocs de granit empilés pour puiser le liquide qui ruisselle sur le sable brillant. Il n'est pas rare que l'on trouve là l'empreinte et les fumées des panthères et des ours”243.

  • 244 Robert 1987, 199-213. Ces conclusions ont été confirmées par Peschlow-Bindokat 1977, 100.

149Cette partie du territoire d'Héraclée n'était donc guère riche et le village actuel de Kapıkırı Köyü paraît bien petit à l'intérieur des murailles antiques d'Héraclée et ses maisons bien modestes en comparaison des ruines magnifiques et grandioses du temple d'Athéna et des murs de soutènement de l'agora. Ses maigres ressources se composent essentiellement des produits de la pêche dans le lac de Bafi, de ceux des oliviers qui poussent sur le site antique et de l'élevage des chèvres dans le massif du Beşparmak (le nom turc du Latmos). On ne comprendrait donc pas comment une communauté assez importante, comme l'antique Héraclée, aurait pu se développer dans de telles conditions si L. Robert n'avait pas démontré que le territoire de la cité comprenait aussi la plaine de Bafi enserrée dans le massif du Grion antique, à quelques kilomètres plus au sud244.

150En réclamant l'exemption des taxes sur le bétail et les ruches, les citoyens entendaient protéger deux de leurs principales ressources, les seules en tout cas que pouvait leur procurer la partie du Latmos qui leur appartenait. Leur requête fut acceptée par Zeuxis et quelques années plus tard, dans le traité qu'elle conclut avec Milet, Héraclée put accorder à sa partenaire l'exemption de taxes pour le bétail qui passerait par le territoire d'Héraclée entre les deux rives du golfe Latmique (no 58).

  • 245 Wörrle 1988. 466-470.

151Reste à dire quelques mots sur les autres revendications d'Héraclée qui ont surtout pour but de remédier à ses problèmes d'approvisionnement : don en céréales de la part du roi. possibilité d'importer sans payer de taxes à partir d'un domaine royal sans doute limitrophe, aide pour le retour des populations chassées par les guerres, mais nécessaires à l'exploitation des terres agricoles de la cité. Enfin, sur le quatrième bloc endommagé où se continue la lettre de Zeuxis, le ministre accordait aussi une exemption de taxes pour la cité à l'occasion d'une panégyrie et encourageait par là le commerce245.

60/A-60/D. Le bétail dans l'agriculture de la plaine mylasienne (fin du iie-début du ier s. a.C.)

  • 246 Le sanctuaire de Sinuri a fait l'objet d'une publication détaillée en deux volumes : Robert 1945 (p (...)
  • 247 Voir Strabon 14.2.23 = C658-C659, pour la célébrité des sanctuaires de Mylasa.
  • 248 Pour l'ensemble, se reporter à Laumonier 1958. 39-189.
  • 249 On trouvera les baux de Mylasa et d'Olymos publiés par W. Blümel dans IK, 34-Mylasa, 200-232 (Mylas (...)
  • 250 Sur les étapes de la procédure d'achat, puis de location, voir Blümel 1987-1988, 1. 74-76, et, en f (...)

152Mylasa, qui avait été au ive s. a.C. la capitale de la dynastie hékatomnide, abritait sur son territoire plusieurs sanctuaires de grande renommée, comme celui de Zeus Labraundeus à Labraunda, celui de Sinuri246 ou celui de Zeus Osogô à Mylasa même247. La cité comptait également plusieurs autres sanctuaires de moindre importance248. Entre la fin du iie et le début du ier s. a.C., trois d'entre eux, celui de Zeus Osogô, celui d'Artémis et Apollon à Olymos, à l'autre bout de la plaine de Mylasa, et celui de Sinuri, dans les collines du sud-est, firent graver des dossiers attestant une politique originale d'investissement des richesses sacrées249. Les autorités civiques chargées de leur gestion procédaient à l'acquisition de terres mises en vente par des particuliers. Après inspection et évaluation, une commission d'acquéreurs (les κτηματῶναι) pouvait décider l'achat au nom du dieu et s'efforçait alors de réunir les sommes nécessaires. Ces terres étaient aussitôt affermées par bail perpétuel et héréditaire, généralement à leur ancien propriétaire. En dehors du versement ponctuel du fermage, aucune obligation n'était imposée au preneur qui était libre de gérer les terres comme il l'entendait250.

  • 251 Sans remonter jusqu'à la publication de l'Anglais R. Pococke en 1752, on consultera avec intérêt l' (...)
  • 252 no 212. Pour un autre domaine vendu par Thraséas, 207, le taux d'intérêt s'élève à 3,8 %.
  • 253 On trouvera une liste des hypothèses dans Blümel 1987-1988, 1. 75-76. Behrend 1973. 146-148. examin (...)

153Les premiers documents de cette série furent connus dès la fin du xviiie siècle et très vite les commentateurs ont montré que cette pratique cachait en réalité une forme de prêt sur hypothèque251. Un exemple le montrera clairement : un certain Thraséas fils de Politès vendit un domaine à Zeus Osogô pour 7 000 drachmes rhodiennes puis le reprit immédiatement en bail pour un fermage annuel de 300 drachmes rhodiennes, ce qui revenait finalement à une hypothèque au taux de 4,28 %252. La seule différence avec une hypothèque véritable était que Thraséas n’avait aucun moyen de s'en libérer. Les administrateurs des sanctuaires, d’un autre côté, avaient ainsi la possibilité de placer de l'argent sur de longues échéances. Dans le cas du domaine acheté à Thraséas, le sanctuaire de Zeus Osogô dut mettre plus de 23 ans avant de voir son investissement amorti. On s'est beaucoup interrogé sur les motivations des uns et des autres dans ces affaires, d'autant plus que le système semble être resté une particularité mylasienne253.

  • 254 Robert 1945, 70, qui compare avec la vie agricole dans la même région au début du xxe siècle ; on n (...)

154La description des domaines nous intéresse directement ; chaque achat donnait en effet lieu à un inventaire sommaire et à une délimitation du bien acquis : c'est en cela que ces textes se rapprochent des comptes des hiéropes de Délos (no 29). Ainsi que L. Robert l'a signalé en étudiant la documentation en provenance de Sinuri, ces inventaires fournissent une image très vivante de la campagne mylasienne à la fin de l'époque hellénistique254. Deux réserves doivent cependant être émises : à quelques exceptions près, cette documentation ne nous est parvenue que sous forme de fragments, ce qui interdit toute possibilité de comparaison ; d'autre part, les textes ne décrivent que la plaine mylasienne alors que les vastes régions de montagnes qui l'entourent, avec leurs forêts et leurs pâturages, sont totalement à l'écart.

Le paysage rural

  • 255 Strabon 14.2.23 = C658 : Τὰ δὲ Μύλασα ἵδρυται ἐν πεδίῳ σφόδρα εὐδαίμυνι. Judeich 1889, 367, parle d (...)
  • 256 Les inscriptions nous ont fourni le nom de deux cours d’eaux : la délimitation mylasienne des front (...)
  • 257 Un fossé, τάφρος, apparaît dans plusieurs documents d'Olymos (no 805,1. 7 ; 806.1. 18 ; 81 1,1. 9 ; (...)
  • 258 Nous interprétons comme haies vives les ἅρπεζοι qui apparaissent dans les limitations de terrain à (...)
  • 259 Un σωροβόλιον est mentionné deux fois dans la délimitation mylasienne des frontières (253, 1. 5 et (...)

155La plaine mylasienne, dont la fertilité avait déjà été notée par Strabon255, doit cette qualité aux nombreux cours d'eaux qui la traversent et qui sont tous des affluents du Sari Çay. Plus d’une fois ils apparaissent dans les délimitations de propriété256 et ont sans doute permis la mise en place d'un système d'irrigation ; enfin certaines fermes disposaient de leur propre puits257. Le paysage était marqué par des haies vives, des murs de pierres sèches et des arbres isolés258. Des tas artificiels de pierres (σωροβόλια) pouvaient aussi servir de points de repère là où l'on ne disposait d'aucun élément naturel pour marquer les séparations entre propriétés259. Ils étaient sans doute un résultat de l'épierrage des champs.

Image 10000000000003120000039218E01C58.jpg

Fig. 9 : La région de Mylasa et d'Eurômos

  • 260 Deux exemples parmi d'autres : à Mylasa, un domaine s'étend ἕως τε τῆς Τροβαλισσικῆς ὁδοῦ (214 1. 1 (...)
  • 261 Elle est signalée dans un bail d'Olymos. 814, 1. 11, où un domaine va μέχρι τής ὁδοῦ τής ἐπ᾿ Εὔρωμο (...)
  • 262 Les routes sont désignées en fonction de la cité ou du village vers lequel elles se dirigent, comme (...)
  • 263 La formule εἰσόδωι καὶ ἐξόδωι se retrouve dans plusieurs textes, à Mylasa (205, 1. 11) ou bien à Si (...)
  • 264 Ἡ αὐλή est généralement le mot utilisé pour désigner ces fermes : voir Schuler 1998, 59-62. L'une d (...)

156L'humanisation de ce paysage se manifeste d'abord par les routes et les chemins qui le traversent. Eux aussi servent fréquemment de limites entre les domaines260. La route venant de Mylasa en direction d'Eurômos et du golfe Latmique passait par Olymos : c'était certainement l'axe le plus important de la région261. D’autres routes desservaient les villages qui dépendaient de Mylasa262, tandis que des chemins devaient conduire aux bâtiments isolés dans la campagne. Du reste, certaines communications n'étaient possibles qu'en passant sur les terres du voisin, et les inventaires n’oublient pas de mentionner les droits de passage qui font partie intégrante d'une propriété263. Les fermes264 enfin semblent avoir été dispersées dans la plaine. Notre documentation en décrit quelques-unes, avec leur tour et leur cour centrale.

Les activités agricoles

  • 265 Voir les articles ἄμπελος et ἐλαία avec leurs dérivés dans l'index des IK, 35-Mylasa. p. 160 et 191 (...)
  • 266 Domaine mylasien de Thraséas : σὺν τοῖς ἐνοῦ[σιν] αμπέλων | ὄρχοις εξήκοντα δυσίν (214, 1. 2-3, cf. (...)
  • 267 Les oliviers sont généralement mentionnés par l'expression σὺν τοῖς δένδρεσιν ἐλαΐνοις. cf. ἐλάϊνος (...)
  • 268 Les termes ἐλαϊστήριον et πατητήριον, le premier se rapportant à l'huile et le second au vin, désig (...)
  • 269 Les figuiers, τὰ δένδρη σύκινα pour reprendre l'expression des textes, apparaissent surtout dans le (...)

157Comme dans la documentation délienne, la viticulture et l'arboriculture apparaissent en pleine lumière dans les baux de Mylasa et d'Olymos, au détriment des autres activités265. On trouve des vignes dans chaque description de domaine tant soit peu complète. A Mylasa, l'un des domaines de Thraséas en comptait 62 rangées, tandis qu'on en trouvait 20 sur une terre d'Olymos vendue par Thargèlios. La rangée (orchos) apparaît comme une unité de mesure de la vigne et correspondait peut-être à un nombre précis de pieds266 ; cela donne en outre une idée de l'allure que prenaient les vignobles de la plaine de Mylasa, avec leurs alignements de ceps. L'image n'est guère différente pour les oliviers qui semblent avoir été fréquents. Le domaine mylasien de Thraséas en comprenait trois rangées267. L'importance de la vigne et de l'olivier ressort non seulement de la description des terres, mais aussi de celles des bâtiments d'exploitation, qui sont souvent dotés de locaux spécialisés pour la fabrication de l'huile (elaïstèrion, avec broyeur et pressoir) et du vin (patètèrion, avec fouloir à vin)268. Les figuiers font l'objet de fréquentes mentions : c'était probablement l’un des arbres les plus courants dans les campagnes grecques de l'Antiquité269.

  • 270 Deux baux d'Olymos, 814, 1. 9 et 803. 1. 10, mentionnent un καλαμών, Blümel 1987-1988, 2. 34 tradui (...)
  • 271 Il s'agit d'un domaine d'Olymos : καὶ τῶι προσόντι ζμηνῶνι (814, 1. 15), le rucher semble avoir été (...)
  • 272 8 03, 1. 8 [εἰ]ς τὰ ἐνόντα πλινθῆα ἐν Κασωκοις πάντα, 9 et 10. Voir l'intéressante remarque de Laum (...)

158Deux inventaires d’Olymos évoquent des roselières, liées sans doute, comme l'a démontré L. Robert, à la viticulture, car les roseaux étaient utilisés comme échalas des vignes270. Un domaine enfin comprenait un rucher271. Pour être complet, il faut citer la présence de briqueteries sur l'un des domaines d’Olymos272, ce qui n'a rien d'exceptionnel tant une grande partie de la production artisanale dans l'Antiquité grecque paraît localisée en pleine campagne, près des sources de matière première.

  • 273 Ruge 1933, col. 1064, écrit : “Mylasa (Meles) liegt in einer reichen Gegend, Weizen. Gerste. Hirse, (...)

159Comme dans les inventaires des domaines de Délos et de Rhénée, la céréaliculture reste dans l'ombre : rien dans les textes ne semble en trahir la présence, alors que la plaine n’était pas défavorable à son développement273. Il ne faut pas pour autant en conclure que les Mylasiens ont renoncé à produire les grains nécessaires à leur propre subsistance. Mais les champs de céréales ne sont pas inventoriés en tant que tels, ni aucun équipement de valeur lié à la production céréalière.

Les mentions de bâtiments et de terres consacrés au bétail

160Les animaux eux-mêmes ne sont jamais signalés dans les inventaires, mais, comme à Délos et Rhénée, leur présence se devine à travers la mention de bâtiments qui leur sont destinés. On connaît ainsi des étables.

60/A

161W. Judeich, MDAI(A), 15 (1890), p. 272-275, no 21, avec copie en majuscules, d'après E. Fabricius) ; W. Blümel, IK, 34-Mylasa, 216.

162Sur un domaine loué par une certaine Alasta fille de Protéas à Mylasa (1. 1-2) :

[---]Image 10000000000000080000000F397BA064.jpgΙΟΙΣ καὶ βουστάσεσιν καὶ ἐλαϊστηρίω[ι καὶ---καὶ] | πατητηρίωι rai ἀρμένοις πᾶσι καὶ τῶι ἐνόντι ὑπαίθρω[ι----]

L. 1 : κλι]σίοις, Judeich dont la copie ne donne que la partie inférieure des premières lettres lisibles, ΣIOIΣ ; de la première lettre, on ne voit d'une barre horizontale et le début d'une barre oblique s'inclinant vers la gauche : un Ω serait possible, aussi bien qu'un Σ, d'où [ὑπερ]Image 10000000000000090000000F13227549.jpgιοις pour Blümel.

163Traduction : “[...] et avec des étables à boeufs, un pressoir à huile, une aire à fouler le raisin avec tous ses équipements et la cour qui s'y trouve [...]”.

60/B

164W. Blümel, IK, 34-Mylasa, 217.
Cf. L. Robert,
Sinuri, p. 87.

165Sur un autre ( ?) domaine de Mylasa, ou le même que louait Alasta (1. 17-19) :

  • 274 La restitution καὶ ὑπερώιο[ις καὶ βυυστά]|σεσιν est due à Robert 1945, 87, alors que le texte était (...)

τὴν αὐλὴν τὴν ἐν Κοστοβαλῳ σὺν τοῖς ἐνοῦσι οἰκήμασι πᾶσι καὶ ὑπερώιο[ις καὶ βουστά]|σεσιν274 καὶ ἐλαιειστηρίωι καὶ πατητηρίωι σὺν τοῖς ἐνοῦσι ἀρμένοις καὶ τImage 100000000000000C0000000F81D55D9F.jpgImage 10000000000000060000000FE2D7D9A9.jpg[νόντι ὑπαί]|θρωι

166L. 17 : Κοστωβαλῳ, ὑπερῴ[ιοις], Robert.

167Traduction : “(...) la ferme à Kostobalos avec tous les bâtiments d’habitation qu'elle comporte, les étages, les étables à boeufs, le pressoir à huile, faire à fouler le raisin avec tous ses équipements et la cour qui s'y trouve (...)”.

60/Ca et b

168Pour une ferme de Mylasa située “près de la ville” vendue par Diodotos, deux versions de l'inventaire sont conservées, avec des formulaires qui varient légèrement.

169a) Böckh, CIG, II, 2694a, avec une copie en majuscules (W. Blümel, IK, 34-Mylasa, 205).
Cf. L. Robert, Sinuri, p. 39 (restitution, 1. 8).

  • 275 L'importance de la lacune à gauche des lignes paraît avoir été exagérée. Les restitutions de l'extr (...)

170Le texte est affecté par des lacunes dans la partie gauche des lignes275. La mention d'une étable (βουστάσεις) est restituée 1. 11, en place de la formule τὰς προσούσας στ]άσεις ; elle correspond au βοών de la description en 206 a.C. (1. 8-11) :

τὴν] αὐλὴν κατὰ πόλιν τὴν ὑImage 10000000000000080000000FF2E86217.jpgάρ[χουσαν | ----- Διοδότωι σὺν ταῖς ἐνούσαις] οἰκίαις πάσαις καὶ ὑπερώιοις [καὶ | ----- στοαῖς καί προστώιωι καί] τὸ πα(τ)ητήριον συν τοῖς ἐνοῦ[σιν | ---- ἀρμένοις καί τὰς βουστ]άσεις σὺν εἰσόδωι καί ἐξόδωι

L. 8 : ΦΥΛΗΝ sur la copie de Böckh qui propose [τὴν] φυλὴν, puis τὴν YHAP à la fin de la ligne, Image 10000000000000080000000F84D54294.jpgυλήν et ὑImage 10000000000000080000000FF2E86217.jpgάρ[χουσαν] étant de Robert (mais déjà ὑ[π]άρ[χουσαν] chez Böckh).
L. 9 : le lapicide a gravé par erreur ΠΑΓΗΤΗΡΙΟΝ pour πατητήριον.
L. 11 : [--- ἀρμένοις καὶ τὰς προσούσας στ]άσεις, Blümel.

171Traduction : “[...] la ferme dans la ville qui appartient [...] à Diodotos, avec toutes les habitations qu'elle comporte, les étages, [...], les portiques et le vestibule, l'aire à fouler le raisin avec les [...] équipements qui s'y trouvent, les étables et le droit d'aller et de venir (...)”.

172b) Böckh, CIG, II, 2694b, avec une copie en majuscules (W. Blümel, IK, 34-Mylasa, 206).
Cf. L. Robert, Sinuri, p. 39.

173Le texte de cet inventaire est moins lacunaire (1. 7-12) :

καὶ [τὴν αὐλὴν] | τὴν αὐτοῦ τὴν κατὰ πόλιν σὺν ταῖς ἐνούσ[αις οἰκίαις] | πάσαις καὶ ὑπερώιοις καὶ στοαῖς καὶ προσ[τώιωι καὶ] | τῶι προσόντι πα(τ)ητηρίῳ καὶ τοῖς ἀρμ[ένοις καὶ τῶι] | (π)ιθῶνι καὶ τοῖς βοῶσι καὶ τῶι φρέατι, σ[ὺν εἰσόδωι καὶ] | έξόδωι

174L. 7 : [καὶ τὴν κτῆσιν?], Böckh ; la restitution αυλήν est de Robert.
L. 10 : ΠΑΓΗΤΗΡΙΩ sur la copie de Böckh.
L. 10-11 : ὀρ|ν]ιθῶνι, Böckh.
L. 1 1 : ΓΙΘΩΝΙ, sur la copie de Böckh.

175Traduction : “(...) et sa ferme dans la ville avec toutes les habitations qu'elle contient, les étages, les portiques et le vestibule, faire à fouler le raisin et son équipement, le cellier, les étables, le puits et le droit d’entrer et de sortir (...)”

60/D

176Böckh, CIG, II, 2694b, avec une copie en majuscules (W. Blümel, IK, 34-Mylasa, 206).

177Le premier domaine vendu par Diodotos, celui dont il a hérité de ses ancêtres, est ainsi décrit (1. 3-5) :

καὶ ἐλαϊστηρίου καὶ ἀρμενων ἑλαιοτρο(π)ικῶν [-----] | καὶ οἰκοπέδων καὶ ἀμπέλων καὶ παραδείσων [-----] | καὶ τῶν προσουσῶν ν(ο)μῶν

178L. 3 : ΕΛΑΙΟΤΡΟΙΚΩΝ sur la copie de Böckh qui proposait ἐλαιοτρο[π]ικῶν.
L. 5 : ΝΩΜΩΝ sur la copie de Böckh, qui proposait déjà ν[ο]μῶν.

179Traduction : “(...) un pressoir à huile et son équipement pour fabriquer de l'huile [...] des terrains à bâtir, des vignes, des jardins [...] et les pâturages attenants (...)”.

  • 276 L'absence de mentions d'étables dans les baux d’Olymos n’est peut-être pas aussi sûre qu'il y paraî (...)
  • 277 Βούστασις est le terme courant pour désigner les étables ; nous l'avons déjà rencontré dans les inv (...)
  • 278 Ce mot se retrouve cependant dans les Tables d'Héraclée, IJG, XII, 1. 139, au singulier, βοῶνα. Il (...)
  • 279 Schuler 1998, 98, en a déduit que les animaux étaient gardés à l’air libre, dans de simples enclos.
  • 280 Le mot désigne des pâturages, αἱ νομαί plutôt que οἱ νομοί, comme on le ht dans l'index des IK, 35M (...)

180Dans au moins trois fermes de Mylasa, on trouve des équipements liés au bétail. Les textes cités sont parmi les mieux préservés de la collection et rien n'empêche de supposer que les étables étaient plus nombreuses qu'il n'y paraît à première vue276. L'utilisation du pluriel βουστάσεις277 frappe d'autant plus que les inventaires de Délos utilisent toujours le singulier. Il paraît difficile de croire que ces exploitations comportaient plusieurs étables. L'emploi du pluriel doit plutôt s'expliquer par la présence de plusieurs stalles dans une même étable. Plus remarquable est l'emploi du mot βοών, là encore au pluriel278. En revanche, les textes ne font nullement allusion à des bergeries279. L'emploi de νoμαί pour désigner les pâturages est rare en épigraphie grecque280.

La place du bétail dans l'agriculture mylasienne

181Les particularités de rédaction qui viennent d'être notées posent le problème de la nature de l'élevage local. Il faut d'abord se souvenir que les baux de Mylasa et d'Olymos ne décrivent guère que la plaine et non les forêts et les montagnes qui l’environnent. Trois constatations ressortent de l'ensemble de la documentation : a) il n'est pas question d'équipements pour le petit bétail, ce qui peut s'expliquer par l'état des sources ; b) les étables pour les bovins, désignées par les mots βουστάσεις ou βοῶνες, semblent avoir été fréquentes, ce qui n’a rien d’étonnant en raison de la richesse des exploitations – la possession d’un attelage de boeufs devait y être la norme ; c) un domaine était pourvu de terres explicitement qualifiées de pâturages, ce que le milieu mylasien explique assez bien : la plaine de Mylasa, bien arrosée par le Sari Çay et ses affluents, offrait des prairies humides naturelles adaptées au gros bétail. La distinction nettement établie entre les pâturages et les autres terres, comme les vignobles ou les olivettes, semble prouver qu'il s'agissait là de pâturages permanents et non de champs abandonnés au bétail après la moisson.

  • 281 No 257,1. 9 : διὰ τοῦ χορτο[κοπίου] ἐπὶ τὴν λεω[φόρον]. Ce texte fait partie d’un dossier de docume (...)
  • 282 No 828,1. 2 : [τὰ (...)

182Le milieu était donc favorable à l'élevage des bovins et l’agriculture mylasienne paraît s'être attachée à le favoriser. Une inscription mylasienne très ruinée concernant une délimitation de frontières mentionne une prairie à foin (χορτοκόπιον)281, et le mot se retrouve dans la description d'un domaine vendu au sanctuaire d’Apollon et d'Artémis, en un passage dont le contexte ne se laisse pas comprendre282. Mais ces deux documents attestent de façon indéniable que, si certaines terres de la plaine servaient de pâturages, d'autres étaient utilisées pour fournir du fourrage. Nous sommes dans un paysage bien différent de celui de Délos et qu’explique la richesse de la plaine en eaux de surface. Il est tentant de reporter l'élevage ovin local sur les marges montagneuses de la plaine, dans des terres que les baux ne mentionnent pas. Mais c'est là un raisonnement a silentio ne reposant que sur un petit nombre de textes. Il semble cependant évident que l'on peut parler pour Mylasa d'un véritable élevage bovin et non pas seulement du maintien de quelques bovins comme auxiliaires du travail agricole : en cela, le territoire de Mylasa relève d'un système agricole différent de celui du monde égéen.

61. Protection du sanctuaire de Zeus à Labraunda (203 a.C.)

183J. Crampa, Labraunda, III. 1, Lund, 1969, p. 134-135 et photo. pl. 6 (cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1970, 553) ; J. Crampa, Labraunda, III.2, Stockholm, 1972, 46, p. 61-63 et photo. pl. 12, no 46 (cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1973, 411) ; J. et L. Robert, Amyzon, p. 139-140 (SEG, 33, 1983, 870 ; Fr. Piejko, Gnomon, 57, 1985, p. 612-613 : J. Ma, Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, 1999, 15, p. 304-305, avec trad. angl.).
Cf. J. Pouilloux, AC, 42, 1973, p. 547.
Texte utilisé : Robert, Amyzon.

184La pierre, en mauvais état (le haut et le bas sont perdus, les côtés endommagés), a été découverte dans les fouilles suédoises du sanctuaire de Zeus à Labraunda.

[-----]ṬḤ[------]
[···-- ca. 8 1.--] Image 100000000000000C0000000F43618634.jpg θύον(τες -- ca. 17 1. --]
[···-- ca. 8 1.--] Image 10000000000000110000000FAB3764EB.jpgντέταχεν ἡμ[ῖν ὁ] βασιλεύς
[4] [Ἀ]Image 10000000000000080000000FD36901B5.jpgτίοχος επιμέλειImage 10000000000000070000000F429540E5.jpgν ποιεῖσθαι [τῶν]
[ίερ]Image 10000000000000080000000F932B365B.jpgν κα ἅπαντα τὰ άλλα· μείς Image 100000000000000C0000000F731C6A69.jpg[ν]
[κ]Image 10000000000000100000000F37FC512C.jpgά τε τὰ λοιπὰ εὐτακτεῖτε, ὥImage 10000000000000080000000F84D54294.jpg[περ]
[πρ]οσήκει, και μήτε ἐπισκηνοῦτ[ε ----]
[8] [..] Image 10000000000000070000000FB85BA740.jpgν Λαβραύνδοις μήτε ἐν τοImage 10000000000000060000000F25296451.jpg[ς ἱεροῖς]
[τόπ]oις καταλύετε μήδε κτήνη Image 10000000000000080000000F84D54294.jpg[υνάγε]-
[τε ?] μImage 10000000000000080000000F43A2AE30.jpgτε ἐν τοῖς πυλῶσι Image 100000000000000C0000000F3D1ADB3E.jpg[ή]Image 100000000000000A0000000F6F014176.jpg ἐν ---
··--ca. 3 1. --μ]ήτε ἐν ταῖς στ[οαῖς----J
[12] [···--ca. 8 1.--]Image 100000000000001E0000000F67766937.jpg[------]

L. 4-5 : Crampa, 1969 avait d'abord proposé ἐπιμέλειαν ποιεῖσθαι θ[υ|σι]ῶν ; la lecture [τῶν | ἱερ]ῶν est de Robert. 1970.
L. 7-8 : Crampa, 1972 proposait ἐπισκηνοῦτ[ε e.g. ἰδί|αι] ; Robert, Amyzon, p. 139, n. 10 : on pourrait aussi avoir αυτόθι ou μηκέτι.
L. 8-9 : à la fin de la 1. 8, on distingue nettement sur la photographie un T, puis une lettre ronde et une haste verticale ; au début de la 1. 9, on voit ΟΙΣ ; Robert. 1970 : μήτε ἐν τῶ[ι ἱερῶι τοῦ Διὸς] ; Crampa, 1972, restituait μήτε ἐν τοImage 10000000000000060000000F25296451.jpg|ς ἱεροῖς | οἴκ?]οις ; mais Pouilloux, 1973 a proposé ἐν τοῖ[ς ἱεροῖς | τόπ]οις repris par Robert, Amyzon, p. 139-140.
L. 9-10 : la restitution κτήνη σ[υνάγε|τε?] est de Crampa, 1972 ; Image 10000000000000080000000F84D54294.jpg[...6-7 1....], Ma.
L. 10-11 : nous n'avons pas repris la restitution de Crampa, 1972, ἐν [τῆι αὐǀλῆι (?) μή]τε.
L. 12 : Robert, 1970 : “ainsi, à la ligne 12 et dernière, nous reconnaissons l'ordre de graver la décision ἐν τῶι ἱερῶἱ τοῦ Διὸς ἐν Λαβραύνδοις” ; Image 10000000000000160000000F1B5E5409.jpg[ε], Ma.

185Traduction : “[...] ceux qui font des sacrifices [...] le roi Antiochos nous a prescrit de veiller sur les sanctuaires et tout le reste ; vous donc pour la suite, soyez disciplinés comme il convient et ne campez pas [...] à Labraunda, ne vous installez pas dans les sanctuaires et n'y rassemblez pas de bétail ni dans les propylées ni dans [...] ni dans les portiques

  • 283 Les deux identifications (Antiochos III et Zeuxis) ont été proposées par J. Crampa dès 1969 et ont (...)

186Le contexte historique semble maintenant bien éclairci. Il s'agit d'une lettre d'un fonctionnaire ou d'un officier séleucide d'Asie Mineure, vraisemblablement Zeuxis, à l'armée. Sur ordre du roi Antiochos – sans doute Antiochos III –, il doit veiller à ce que les militaires respectent l'agglomération de Labraunda et surtout le grand sanctuaire de Zeus qui s'y trouvait. S'il n'y a pas d’erreur sur l'identité de l'auteur de la lettre et sur le roi Antiochos, il faudrait alors situer ce document en 203 a.C., lorsque des détachements séleucides étaient cantonnés dans diverses cités de Carie283.

  • 284 L’emploi de καταλύειν est significatif, on le retrouve dans un règlement sacré du Létôon de Xanthos (...)
  • 285 Le seul commentateur à avoir évoqué ce passage est Crampa 1969-1972, 2. 63 : “The animais were cert (...)
  • 286 Ἐν τοῖς πυλῶσι désignerait les propylées du sanctuaire de Zeus.

187Les recommandations adressées aux soldats s'inscrivent dans une politique royale de protection des sanctuaires de la région. Elles débutent de façon très générale (καὶ ἅπαντα τὰ ἄλλα κτλ, 1. 5) puis mentionnent deux cas concrets d'abus qu'il faudra éviter. Tout d'abord, les soldats n'auront pas le droit de camper dans la ville de Labraunda ou dans le sanctuaire284. On retrouve là un écho de l'éternel problème du logement des troupes en campagne sur un territoire ami. En second lieu vient l'interdiction du bétail qui n'a guère attiré l’attention des commentateurs285. Le terme employé, κτήνη, mérite d'être relevé : il désigne d'une façon générale toute sorte de bétail. Le texte précise d'autre part les lieux dans lesquels le bétail n'aura pas le droit de pénétrer : les propylées286, les portiques et les autres parties du sanctuaire dont les noms sont perdus dans la lacune. L'état du texte ne permet pas d’affirmer avec certitude que ces bâtiments sont bien ceux du sanctuaire de Zeus plutôt que ceux de la ville.

  • 287 Cf. Plut., Fortune d'Alexandre, 1.3 = 327D-327E, qui fournit 3 séries différentes de chiffres selon (...)
  • 288 Dans l'Anabase de Xénophon, il est en permanence question de ces ὑποζύγια, souvent en même temps qu (...)
  • 289 Sur le bétail comme butin, voir Pritchett, 1971-1991. 5. 198-203. En revanche, sur le bétail dans l (...)
  • 290 Xén., Cyropédie, 7.3.7, dans l'histoire de Panthée et Abradate, nous montre Cyrus, qui vient d'appr (...)
  • 291 Les légions romaines avaient résolu le problème en réservant une partie de leur camp fortifié au bé (...)

188En revanche, le bétail en question appartient certainement à l'armée royale. Des animaux en nombre considérable suivaient les armées en campagne. Il y avait d'abord les chevaux de la cavalerie : après le passage de l’Hellespont en 334 a.C., l'armée d'Alexandre aurait compté jusqu’à 5 500 cavaliers pour 43 000 fantassins287. Il faut y ajouter tous les animaux chargés des bagages (chevaux, mulets, ânes, bovins et même chameaux dans certains cas)288, et parfois le bétail capturé comme butin si l'on avait pas encore eu l’occasion de le vendre289 ; il servait alors aux besoins de l'armée, soit pour nourrir les troupes, soit pour accomplir des sacrifices290. Dans ces conditions, on comprend mieux que le fourrage ait posé de graves problèmes d'intendance et qu'en plus du cantonnement des hommes, il fallait aussi trouver des emplacements pour les bêtes de l'armée291. Des lieux clos et couverts comme les propylées et les portiques d'un grand sanctuaire offraient des solutions commodes pour improviser écuries et étables même si la majesté et le bon ordre du lieu devaient en pâtir. C'est pour les protéger que l'auteur de cette lettre interdit aux soldats de laisser séjourner du bétail dans le sanctuaire et point n'est besoin de supposer que les animaux en étaient écartés pour des motifs de pureté religieuse.

62. Règlement sacré du sanctuaire de Zeus Panamareus en Carie (date inconnue)

189J. Hatzfeld, BCH. 51, 1927, p. 70-71 (SEG, 4, 1929, 267) ; J. Zingerle, JOEAI, 31, 1939, Beibl. p. 151-154 (Sokolowski, LSAM, 68 ; C. Şhin, IK, 21-Stratonikeia, 2).
Cf. Br. Le Guen-Pollet, La vie religieuse dans le mande grec du ve au iiie siècle avant notre ère, Toulouse, 1991, 23, trad. fr.
Texte utilisé : Şahin.

  • 292 Sur le sanctuaire de Zeus Panamareus, voir Laumonier 1958, 221-343.

190Malgré quelques difficultés de lecture, on reconnaît facilement un règlement sacré dans une inscription de Panamara connue depuis longtemps292. La pierre étant perdue sans qu'aucun estampage ni photographie aient été réalisés, nous ne disposons d'aucun élément pour dater le texte.

[Σίδ]Image 10000000000000070000000F026DC90D.jpgρο[ν]
μὴ εἰσφέρε[ιν]
πολεμίστριον
[4] μηδὲ πο[ιμαίνειν]
μηδὲ ἀποφέρειν
μηδένα μηδὲ[ν]
[---------]ΕΦ[---------]

L. 1 : ΙΙΡΟ sur la pierre selon Hatzfeld ; [εἰς τὸ] ἱερό[ν]? proposé dans le SEG et Image 10000000000000080000000FF2E86217.jpgρό[γραμμα] par Zingerle.
L. 4 : la restitution πο[ιμαίνειν] est de Zingerle.
L. 5 : Hatzfeld a vu ΑΠOΦΕΛΕΙΝ, mais avait proposé de corriger en ἀποφέρειν, solution reprise par Sokolowski et Şahin, alors que Zingerle croit en ἀποφελεῖν.
L. 7 : Zingerle a proposé d’y voir une clause, soit sur la protection de la végétation et de lire ἐκπ]εφ[υτευμένα], soit sur le feu et suggère alors un très improbable μηδὲ [ἄμα | ζ]εφ[ύρου πνοιῇ κάειν πῦρ].

191Traduction : “Interdit d'introduire une arme de guerre, de faire paître du bétail et d’emporter quoi que ce soit [...]”.

192La concision de la rédaction indique non un décret ou une loi sacrée, mais un règlement destiné à être placé à l'entrée du sanctuaire pour être lu par tous les pèlerins.

  • 293 Le règlement cultuel de Xanthos publié par Le Roy 1986, 279-280, 1. 3-4, offre un nouvel exemple d' (...)
  • 294 Sur ce genre d'interdictions, voir Parker 1983. 170-176.

193Les prescriptions que l'on y retrouve sont habituelles. L’interdiction d'introduire des armes vise à protéger la pureté rituelle293. C'est peut-être le même motif qui justitie l'interdiction de laisser paître du bétail dans le sanctuaire. La protection contre le vol d'objets sacrés rappelle, par exemple, la loi de Chios (no 37, 1. 20-30)294.

63. Réforme du statut fiscal de Telmessos en Lycie accordée par le dynastf Ptolémée (240 a.C.)

194V. Bérard, BCH, 14, 1890, p. 162-167, avec une copie en majuscules (OGIS, 55 ; Michel, 547) ; E. Kalinka, ΤΑΜ, II. 1, avec fac-similé.
Cf. J. P. Mahaffy in B. P. Grenfell, Revenue Laws of Ptolemy Philadelphus, Oxford, 1896, p. LII-LV ; M. Rostovtzeff, Studien zur Geschichte des römischen Kolonates, Leipzig et Berlin. 1910, p. 278-279 ; M. Rostovtzeff, Histoire économique et sociale du monde hellénistique, trad. fr., Paris, 1989, p. 237 aspects fiscaux ; M. Holleaux, “Ptolémée de Telmessos” Études, 3, p. 365-404, sur Ptolémée de Telmessos, les 1. 21-25 sont retranscrites p. 375 ; I. Savalli, ANSP, 17, 1987, p. 130-131 Ptolémée, son pouvoir, sa réforme fiscale ; M. Wörrle, Chiron, 8, 1978, p. 223-224, réforme fiscale ; F. Piejko, Berytus, 30, 1982. p. 99 ; F. Papazoglou, Laoi et paroikoi. Belgrade, 1997, p. 122-123 et 180-181 1. 28-29 et bref commentaire ; J.-M. Bertrand, Inscriptions historiques grecques, Paris. 1992, no 103, trad. fr.
Texte utilisé : Kulinka.

195La pierre se présente sous la forme d’une stèle de marbre blanc ornée d’un fronton, mais brisée en deux morceaux parfaitement jointifs, le fragment de droite étant légèrement plus large que celui de gauche ; le bord gauche est endommagé. Cette stèle a été découverte en 1889 par Bérard et Fougères dans la ville de Makri (aujourd'hui Fethiye) et a fourni la première pièce d'un dossier épigraphique sur l'histoire de Telmessos à la haute époque hellénistique. Ce document est une source essentielle sur le régime fiscal d’une cité d'Asie Mineure dépendant de la monarchie lagide et sur le dynaste qui la gouvernait, Ptolémée fils de Lysimaque.

Ἀγαθῆι τύχηι
[Βα]σιλεύοντος Πτολεμαίου το Πτολε-
[μα]ίου καὶ Ἀρσινόης θεῶν Ἀδελφῶν ἔτους
[4] [ἑβδ]όμου μηνὸς Δύστρου ἐφ’ἱερέως Θεοδό-
[το]υ τοῦ Ἡρακλείδου, δευτέραι, ἐκκλησίας κυ-
[ρία]ς γενομένης, ἔδοξε Τελμησσέων
[τ]ῆι πόλει· ἐπειδὴ Πτολεμαῖος ὁ Λυσιμά-
[8] [χ]ου παραλαβὼν τὴν πόλιν παρὰ βασιλέ-
[ως Π]τολεμαίου τοῦ Πτολεμαίου κακῶς
[διακει]μένην διὰ τοὺς πολέμους ἔν τε τοῖ[ς]
[ἄλλοις] ἐπιμελόμενος διατελεῖ κοινῆι τε τῶν
[12] [πολιτ]ῶν καὶ ἰδίαι ἑκαστου [κ]αὶ ὁρων ν πᾶσιν
[θλιβο]μένους ἀφεῖκεν ἀτελεῖς τῶν τε ξυλί-
[νων] καρπῶν καὶ ἐννομίων, ἐποίησε δὲ καὶ τῆς
[σιτ]ηρᾶς ἀπομοίρας καὶ σπρίων πάντων καὶ κέ[γ]-
[16] [χρ]ου καὶ λύμου καὶ σησάμου καί θερμών, πρό-
|τε]ρον τελωνουμένους σκληρῶς, κατὰ τὸν
[νό]μον τελεν δεκάτην μετροντας ΝΑΤΑ
[τῶ]ι τε γεωργῶι καὶ τῶι δεκατώνηι, τῶν δὲ λο[ι]-
[20] [πῶ]ν τῶν συνκυρόντων τῆι σιτηρᾶι ἀπομ[οί]-
[ραι ἀ]φῆκεν πάντων ἀτελεῖς· δεδόχθαι Τελ-
[μη]σσεῦσιν ἐπαινέσαι τε [Π]τολεμαῖον ἐπὶ Image 10000000000000080000000FF2E86217.jpg[ᾶ]-
[σι?]ν εὐνοίας ἕνεκεν ἣν ἔχων διατελεῖ εἰς τὴ[ν]
[24] [πό]λιν τὴν Τελμησσέων καὶ ἱδρύσασθαι ὑ-
[πὲ]ρ αὐτοῦ Διὶ Σωτῆρι βωμὸν ἐν τῆι ἀγορᾶι ἐν
[τῶ]ι ἐπιφανεστάτωι τόπω[ι] καὶ θύειν κατ’ἐνια[υ]-
[τὸ]ν ἐν μηνὶ Δύστρωι τῆι ἑνδεκάτηι βοῦν τρι-
[28] [έτ]ην, συμπορεύεσθαι δὲ πάντας τοὺς π[ο]-
[λί]τας καὶ τοὺς παροίκους ἐπὶ τὴν θυσίαν· ἐ[ν]
[δὲ] μὴ συντελῆι ὁ ἄρχών καὶ οἱ πολῖται τὴν
[θυσ]ίαν κατ’ἐνιαυτόν, ἁμαρτωλοὶ ἔστωσαν
[32] [θεῶ]ν πάντων καὶ ἀποτ(ι)νέτω ὁ ἄρχών ἱερὰς
[τοῦ] Διὸς τοῦ Σωτῆρος δρα[χ]μὰς χιλίας, ἐὰ[ν]
[μὴ] διὰ πόλεμον εἴργηται τὴν θυσίαν συ[ν]-
[τελεῖ]ν· τὸ δὲ ψήφισμα τοῦτο ἀναγραψάτω ὁ ἄρ-
[36] [χω]ν εἰς στήλην λιθίνην καὶ στησάτω ἐν τῶι
[τῆ]ς Ἀρτέμιδος ἱερῶι ἐν τῶ[ι] ἐπιφανεστάτωι τό-
[πω]ι, τὸ δὲ γενόμενον ἀνήλωμα ἀνενενκάτ[ω]
[τ]ῆι πόλει.

196Les restitutions sont pour la plupart celles de Bérard. Son édition donne des lacunes plus importantes à gauche et Kalinka a souvent pu gagner quelques lettres par ses lectures. Nous n'indiquons pas ces différences mineures (ex. 1. 12 : [πολιτῶ]ν, Bérard).

197L. 4 : Δύστ[ρ]ου, Bérard, Dittenherger, Michel.
L. 10 : [ποιου]μένην, Bérard, ce qui ne donne pas de sens ; [διακει]μένην est dû à Dittenherger, repris par Michel.
L. 13 : [ἐφθαρ]μένους, Bérard ; la restitution [θλιβο]μένους est de Dittenherger, et elle est excellente (reprise par Michel) ; ἀτε[λε]ῖς, Bérard, Dittenherger.
L. 14 : [ἐ]ποίησε, Bérard, Dittenherger, Michel.
L. 15 : [οἰν]ηρᾶς ἀπομοίρας, Mahaffy, Michel.
L. 15-16 : κέ[γ|χρ]ου, Bérard, Dittenherger, Michel ; κέ[ν?|χρ]ου, Kalinka, mais ce doute est injustifié.
L. 18 : ΝΑΤΑ sur la pierre, dès Bérard, comme le montre sa copie et le fac-similé de Kalinka ; il y a certainement là une erreur du graveur, comme l'a fait remarquer Dittenherger, OGIS, 55, n. 12 ; μετροῦντας ν(ε)ατά, Michel ; μετροῦντας (τὰ δυ)νατά, Piejko ; voir ci-dessous, p. 258, n. 320.
L. 20-21 : Mahaffy a proposé de lire plutôt τῆι οἰνηρᾶι ἀπομ[οίΙραι, cf. 1. 15 (Michel, qui l'a suivi 1. 15. conserve ici σιτηρᾶι).
L. 21 : la haste oblique droite de l'alpha est visible sur le fac-similé de Kalinka.
L. 22-23 : ἐπαινέσαι Πτολεμαῖον ἐπι|[…..]N ενοιας ἕνεκεν, Bérard ; sa copie indique cependant ΕΠIΓ suivi d'une lacune à la fin de la 1. 22 : la dernière lettre peut être aussi bien un Γ qu'un Π, le fac-similé de Kalinka orientant plutôt en faveur d'un Π ; Dittenherger donne donc ἐπαινέσαι Πτολεμαῖον ἐπιγ..|....Ν εὐνοιας ἕνεκεν, alors que le Πτολεμαίον ἐπι[ήμελη|τήν] de Michel est impossible comme le fait remarquer Holleaux qui a essayé de justifier la restitution [Π]τολεμαῖον Ἐπί|γο|νο]ν ; ἐπί [πᾶ|σι?]ν, Kalinka.
L. 26 : τόπωι, Bérard, Dittenherger, Michel.
L 28 : le lapicide a laissé l'espace d'une lettre avant συμπορεύεσθαι selon le fac-similé de Kalinka.
L. 29 : ἐάν, Bérard, Dittenherger, Michel ; la première haste du nu est visible sur le fac-similé de Kalinka.
L. 31 : la barre supérieure d’une lettre est visible au début de la ligne sur le fac-similé de Kalinka, ce qui confirme la restitution [θυσ]ίαν.
L. 32 : ἀπο[τι]ν[έ]τω, Bérard, Dittenherger. Michel ; il y a eu là une erreur du lapicide qui a gravé ΑΠΟΤΝΕΤΩ.
L. 33 : Διὸς Σωτῆρος, Bérard, Dittenherger, Michel ; Διὸς τοῦ Σωτῆρος, Kalinka dont le fac-similé comporte bien le τοῦ.
L. 34 : εἴ[ργη]ται, Bérard, Dittenherger, Michel.

198Traduction : “A la bonne fortune. Sous le règne de Ptolémée fils de Ptolémée et d'Arsinoè, les dieux frère et soeur, la septième année, mois de Dystros, sous la prêtrise de Théodotos fils d’Hèrakleidès, le deuxième jour, en assemblée principale, il a plu à la cité des Telmessiens : attendu que Ptolémée fils de Lysimaque, alors qu'il a reçu la cité du roi Ptolémée fils de Ptolémée en mauvais état du fait des guerres, entre autres soins qu'il ne cesse de prendre en général de tous les citoyens et en particulier de chacun, les voyant en tout accablés, il les a en particulier exemptés des taxes sur les productions des arbres et sur les pâturages et, alors qu'ils étaient auparavant durement taxés par la contribution sur les grains et celles sur les plantes légumineuses, le millet commun, le millet des oiseaux, le sésame et les lupins, il a fait en sorte qu'ils acquittent une dîme, conformément à la loi, après mesure (en présence ?) du propriétaire et du fermier de la dîme et qu'il les a dispensés de toutes les autres taxes additionnelles sur les grains ; plaise aux Telmessiens de décerner l'éloge à Ptolémée pour la totale bienveillance qu'il ne cesse de montrer à l'égard de la cité des Telmessiens, de fonder pour lui un autel à Zeus Sôtèr sur l’agora, à l'endroit le plus en vue, et de sacrifier un bovin de trois ans chaque année le onzième jour du mois de Dystros ; que tous les citoyens et parèques se rendent au sacrifice ; si l'archonte et les citoyens n'accomplissent pas chaque année le sacrifice, qu'ils soient coupables au regard de tous les dieux et que l'archonte verse mille drachmes d'amende sacrée à Zeus Sôtèr, à moins qu'il ne soit empêché par la guerre d'accomplir le sacrifice ; que l'archonte fasse graver ce décret sur une stèle de pierre et le fasse ériger dans le sanctuaire d'Artémis à l'endroit le plus en vue, et que la cité assume la dépense afférente”.

  • 295 Leur première publication est celle de Choiseul-Gouffier 1782, 1 16-123 et pl. 64-69.
  • 296 Pour la description de Telmessos et de sa région. Robert 1969-1990, 7. 400-407.

199Quoique dépourvue de ruines antiques – mis à part les célèbres tombeaux creusés dans la falaise rocheuse qui domine la ville295 – le site de l'antique Telmessos, occupé aujourd'hui par la ville de Fethiye, frappe encore le visiteur par ses qualités portuaires. Sa rade, certainement l'une des meilleures de toute la Méditerranée orientale, est accrochée aux montagnes de la partie occidentale de la côte lycienne296. S'enfonçant profondément dans les terres, elle est en outre protégée à son entrée par plusieurs îlots. Jusqu'au début du xxe siècle, les Grecs qui vivaient là (la ville s'appelait alors Makri) se livraient au commerce des produits de l'arrière-pays avec Constantinople, Rhodes et l'Égypte.

200Le port est situé au débouché d'un fleuve côtier qui porte aujourd'hui le nom de Kargiçay et c'est certainement dans sa riche vallée que l'on cultivait le blé, le sésame et le millet dont il est question dans notre inscription. Vers l'ouest, le territoire de Telmessos jouxtait la Carie voisine et la première cité que l'on rencontrait dans cette direction était Caunos, la patrie de Zènôn, l'administrateur du dioecète Apollônios. Pourtant, comme l'a bien montré L. Robert, les communications terrestres entre les deux ports sont quasiment impossibles en raison de la chaîne de montagne qui les sépare. En revanche Telmessos est bien mieux reliée au reste de la Lycie grâce à son fleuve qui, lorsqu'on le remonte, permet de rejoindre la vallée du Xanthos au niveau de Tlôs et, de là, de se diriger soit vers Araxa au nord, soit vers Xanthos et son sanctuaire au sud.

  • 297 Dans la formule de datation, le prêtre Théodotos fils d'Hèrakleidès pose un petit problème. Pour Bé (...)
  • 298 Voir Holleaux 1938-1957, 3. 365-404. où sont rassemblés tous ses articles sur ce sujet parus entre (...)
  • 299 Voir les conclusions de M. Segre 1938 (cf. R. Flacelière. J. et L. Robert, Bull. ép. 39. 380-381) e (...)

201L’histoire de Telmessos à l'époque hellénistique ne serait guère connue sans les inscriptions. Notre texte, l’un des premiers découverts, est daté par les premières lignes (1. 3-4) du mois de Dystros de la septième année du règne de Ptolémée III Évergète, fils de Ptolémée II Philadelphie et d'Arsinoè II, cequi correspond exactement à février 240 a.C. Parmi les honneurs votés par les Telmessiens figure la fondation d'une fête anniversaire en souvenir de la réforme fiscale octroyée par le dynaste Ptolémée, le 11 Dystros de chaque année. Cette date donnée dans le calendrier macédonien pourrait fort bien commémorer le jour ou les Telmessiens décidèrent de remercier leur bienfaiteur par le présent décret, à moins que ce ne soit la date de la réforme fiscale elle-même qui dut être connue très rapidement des Telmessiens, puisque Ptolémée résidait dans leur cité297. Toute la Lycie était alors possession lagide, mais Telmessos jouissait d'un statut particulier, car Ptolémée fils de Lysintaque l'avait reçue (παραλαβών, 1. 8) du roi Ptolémée. La personnalité de ce Ptolémée fils de Lysintaque a fait couler beaucoup d'encre, jusqu'à ce que de nouvelles découvertes épigraphiques viennent confirmer une hypothèse émise par Holleaux298 selon laquelle il s'agissait du fils du diadoque Lysintaque et d'Arsinoè II, sœur et future épouse de Ptolémée II299.

  • 300 Wörrle 1978 avec le texte p. 201-202.

202Grâce à un texte datant de septembre 279 a.C., on constate qu'à cette date Telmessos était encore sous l'administration directe du roi Ptolémée II. Dans une lettre, le souverain faisait à la cité la promesse de ne pas la transformer en dôrea. Les Telmessiens firent graver la lettre royale ainsi qu'un décret contenant des imprécations contre tous ceux qui pourraient solliciter du roi la transformation de Telmessos en dôrea300.

  • 301 M. Segre 1938, 183-184. Ce décret de Telmessos n'est pas daté avec précision, car le chiffre des un (...)
  • 302 Sur le sens de παραλαμβάνο) et de son dérivé παράληψις, voir Holleaux 1938-1957, 2. 88-91 : ils sig (...)
  • 303 Ptolémée possède bien Telmessos à titre de δωρεά, même si le mot n'apparaît pas dans le texte, voir (...)

203Ces mesures firent cependant long feu puisqu'un décret de Telmessos daté entre 265 et 256 a.C. honore un certain Leimôn, ami de Ptolémée fils de Lysimaque301. Rien pourtant dans ce texte ne nous permet de comprendre la nature des rapports entre la cité et Ptolémée le Lysimachide. En revanche notre texte, qui, en 240 a.C., constitue l'étape suivante, est clair sur ce problème : le fils du diadoque est bien le maître de la cité qu’il a reçue302 comme dôrea303. Ses pouvoirs sont étendus et il peut procéder à une réforme fiscale de vaste ampleur sans qu'il soit fait mention du souverain d'Alexandrie.

  • 304 C'est l'hypothèse soutenue par M. Segre 1938, 184-185.

204Les lignes 7-9 posent pourtant problème : leur lecture laisse l'impression que Ptolémée venait juste de recevoir la cité. Cela peut se concilier avec sa mention dans le décret pour Leimôn de plusieurs façons. Ou bien entre 265 et 256 a.C. Ptolémée n'était qu'un simple particulier, peut-être propriétaire d'un domaine dans la campagne telmessienne et ce ne serait qu'en 240 a.C. ou peu auparavant qu'il aurait reçu la cité304. Ou bien les lignes 7-9 du texte de 240 a.C. font allusion à une réalité plus ancienne et inviteraient alors à faire remonter dans le temps la réforme fiscale en question.

  • 305 M. Segre 1936.

205Quelques années après, un nouveau décret de Telmessos, qui n'est daté que sur la base des critères épigraphiques, mentionne une lettre de Lysimaque en faveur d'un certain Aristéas fils de Kléandros, un Macédonien, pour lui faire obtenir le droit d'acheter des maisons et des terres à Telmessos. Ce Lysimaque est très probablement le fils et successeur de Ptolémée. Nous en sommes donc déjà à la deuxième génération de cette “dynastie des Lysimachides”305.

  • 306 Tite-Live 37.56.4-5 : Haec omnia quae supra sunt scripta regi Eumnii iussa dari. Rhodiis Lycia data (...)
  • 307 M. Segre 1938, 190-208. Ce texte a été repris par Maier, Mauerhauinschriften, I. 76.

206Par la suite, on ne retrouve la trace de cette famille que dans des documents datant des années qui suivirent la paix d'Apamée en 188 a.C. Il y a tout d'abord la seule mention des descendants du diadoque Lysimaque dans toute la documentation littéraire. Tite-Live explique qu'à Apamée les Romains décidèrent d'attribuer toute la Lycie aux Rhodiens sauf Telmessos : “Tous ces pays désignés plus haut devaient être donnés à Eumène, La Lycie fut donnée aux Rhodiens sauf Telmessos, les forts des Telmessiens et le domaine qui avait appartenu à Ptolémée de Telmessos ; ce dernier fut exclu des territoires donnés à Eumène et aux Rhodiens”306. Le dernier témoignage important est une inscription découverte par M. Segre contenant une lettre d'Eumène II datée de 181/180 a.C. à l'un de ses fonctionnaires à propos d'une colonie militaire, le village des Cardaques (Καρδάκων κώμη), installée sur le territoire de Telmessos. Ce document était suivi d’une autre lettre royale, celle-ci écrite par Antiochos III en 193 a.C., et il est plus que probable que ce dernier roi a été le fondateur de la colonie des Cardaques durant les années où il a dominé la Lycie. Après Apamée, le village s'est trouvé dans une situation matérielle difficile et a demandé à son nouveau maître de lui accorder quelques faveurs. L'une des causes des difficultés des Cardaques provient de ce qu'ils ne sont pas parvenus à payer le prix d'une terre achetée à Ptolémée307.

  • 308 Dans l'édit d'Eriza émis au printemps 204 a.C. par le roi Antiochos III, il semble être question d' (...)
  • 309 Une lettre royale trouvée à Telmessos semble dater de cette époque : Wörrle 1979 (cf. J. et L. Robe (...)

207Ce Ptolémée que l'on retrouve à deux reprises est sans doute le fils et successeur de Lysimaque et arrière-petit-fils du diadoque. Il représente la troisième génération des dynastes lysimachides de Telmessos. Jusqu'à la conquête de la Lycie et de Telmessos par la monarchie séleucide, il semble avoir conservé sur la cité les mêmes pouvoirs que ses ancêtres308. Ensuite, Antiochos III dut se contenter de lui laisser la jouissance de son propre domaine pour finir par le lui confisquer. Le traité d'Apamée lui restitua ses domaines sans lui rendre son autorité sur la cité de Telmessos désormais placée sous domination attalide309.

  • 310 Ces guerres seraient celles qui ont opposé Ptolémée III Évergète à Séleucos II Kallinikos entre 246 (...)
  • 311 Voir Amouretti 1986, 54-56, et pour l'Égypte, Schnebel 185-197.
  • 312 Le lupin est l'une des plantes légumineuses : Amouretti 1986, 283, et Schnebel 1925, 194-195.
  • 313 Voir Amouretti 1986, 40 : cette céréale de mauvaise réputation parmi les anciens Grecs fournissait (...)
  • 314 Voir Amouretti 1986, 40.
  • 315 Le sésame est toujours cultivé dans la région, voir Robert 1969-1990, 7. 393. En Égypte, il était à (...)

208Ce pour quoi Ptolémée de Telmessos a obtenu les honneurs d'un autel de la part des Telmessiens, sa réforme fiscale, est le point essentiel du texte pour nous. Elle a été rendue nécessaire par la situation difficile dans laquelle se trouvait la cité à la suite des guerres310. A l'origine, les Telmessiens devaient acquitter des taxes très variées, portant sur l’ensemble de leurs productions agricoles. Cela concernait essentiellement trois cultures principales : les arbres fruitiers (τῶν τε ξυλίνΙ[ων] καρπῶν, 1. 13-14), les pâturages et l'élevage en général (καὶ ἐννομίων, 1. 14), ainsi que l'ensemble des productions des champs, céréales et autres. La liste de ces dernières est intéressante et comporte les plantes légumineuses (ὄσπρια)311 avec mention spéciale du lupin (θερμός)312, du millet commun (κέγχρος)313, du millet des oiseaux (ἔλυμος)314 et d'une plante oléagineuse, le sésame (σήσαμον)315. L'ensemble des impôts était affermé par le pouvoir central.

  • 316 Sur Γἐννόμιον en Égypte, voir Préaux 1939, 225-227 : ce n’est pas un droit d’accès aux pâturages ro (...)
  • 317 Il y a une cohérence dans l'expression ἀτελεῖς τῶν τε ξυλίΙ[νων] καρπῶν καὶ ἐννομίων (1. 13-14) où (...)
  • 318 Voir Préaux 1939, 171-181. La proposition de Mahaffy 1896. LIV, corrigeant le texte au profit de l' (...)

209Deux d'entre eux semblent rappeler la fiscalité en vigueur en Égypte : l'ennomion (ἐννόμιον) et la sitèra apomoira (σιτηρ ἀπόμοιρα). On retrouve en effet l'ennomion en Égypte, où il peut tout aussi bien avoir été une taxe sur le bétail prélevée par tête qu'un droit payé pour pouvoir utiliser certains terrains de pâture316. La formulation à Telmessos est légèrement différente avec l'emploi de l'adjectif pluriel ἐννόμια qui fait plutôt référence aux pâturages sur lesquels porte cette taxe qu'au nom de la taxe elle-même, que l'on aurait plutôt désigné par un singulier, ἐννόμιον (sous-entendu τέλος)317. En revanche l'apomoira connue en Égypte ne s'est jamais appliquée aux céréales, mais aux productions des vignobles et des vergers318. On sait que, en 259/8 a.C., le produit de cet impôt a été affecté par Ptolémée II Philadelphe au culte de sa défunte sœur et épouse, Arsinoè II mère en outre de notre Ptolémée de Telmessos. Cette apomoira était un impôt d'un sixième (16,6 %).

  • 319 Préaux 1939. 131-133.
  • 320 C'est ici qu'il faut évoquer le problème de la lecture de la fin de la 1. 18 où l'on lit clairement (...)
  • 321 Ce passage encore n'est pas très clair puisque l'expression κατὰ τὸν | [νό]μον peut tout aussi bien (...)
  • 322 Papazoglou 1997, 121-122, fait de la δεκάτη une caractéristique de la fiscalité des cités d'Asie Mi (...)
  • 323 Cette thèse a été soutenue par Rostovtseff 1910, 278-279, et Rostovtzeff 1989, 237 et 1034, n. 131. (...)
  • 324 Bengtson 1964-1965, 325, a souligné les différences entre le système fiscal de Telmessos et celui q (...)
  • 325 Il faut signaler un dernier point : nous avons déjà mentionné l'importance du port de Telmessos. or (...)

210La réforme de Ptolémée de Telmessos a d'abord consisté à renoncer à certaines taxes : celles qui portent sur les productions des arbres fruitiers et les pâturages, ainsi que toutes les taxes additionnelles frappant la céréaliculture (τῶν συνκυρόντων τῆι σιτηρᾶι ἀπομ[οί|ραι, 1. 20-21). La documentation égyptienne permet de se faire une idée du foisonnement de ces taxes additionnelles : taxe d'arpentage, frais de garde du grenier public, taxe d'entretien de l'aire, etc.319 Les prélèvement fiscaux sur la production céréalière elle-même ont été simplifiés et l'on a remplacé l'ancienne sitèra apomoira par une dîme, dekatè. Le prélèvement devait cependant continuer à être affermé à des décimateurs (nous reprenons ici un mot en usage sous l'Ancien Régime pour désigner les collecteurs de la dîme, le texte dit en grec δεκατῶναι). Le propriétaire de la parcelle se voyait donner des garanties en présence du collecteur venu pour mesurer la part du fisc320, ce qui atteste que le prélèvement avait bien lieu en nature. Il est de plus question d'une loi (κατὰ τὸν | [νό]μον, 1. 17-18) qui semble régler les modalités de prélèvement de la dîme321. Le terme de dekatè est effectivement attesté en Asie Mineure322. Il nous paraît cependant hasardeux d'en conclure à un changement radical de système fiscal qui se serait traduit par l'adoption du modèle séleucide par Ptolémée, au détriment d'un modèle lagide introduit précédemment à Telmessos323. Il y a en effet trop de distance entre l'apomoira que l'on connaît pour l'Égypte et celle qui était pratiquée à Telmessos324. Il reste cependant possible que la contribution telmessienne sur les grains ait été levée au taux de 1/6e, comme l'apomoira égyptienne ; dans ce cas passer à une dîme uniforme constituait un beau progrès pour les producteurs puisque le changement équivalait à passer d’un taux de 16,6 % à un taux de 10 %325.

Notes

1 Phoinix est aussi l'hipparque éponyme sur une stèle votive à Héraclès où l'on voit le héros soumettant un adversaire dans lequel Ch. Picard 1932, 513-514 et pl. 25. a reconnu un Galate.

2 Le Ποσειδῶν de la 1. 15 est bien le dieu Poséidon, voir Wilhelm 1900a, 322, malgré Dittenberger, OGIS, 748, n. 11. Ce témoignage est repris dans Robert 194b, 55, dans une liste de divinités éponymes. Le sixième éponyme était peut-être Dionysos ; ces éponymies divines sont un élément de plus pour montrer que la situation à Cyzique était alors difficile, Bringmann & v. Steuben 1995, 273.

3 Nachtergael 1977, 166-167.

4 Ditlenberger, OGIS, 748. n. 7. Sur cette guerre, voir Will 1979-1982, 1. 142-143.

5 Launey 1944, cf. J. et L. Robert. Bull, ép., 1946, 177.

6 Wörrle 1975, 64.

7 On constate que Philétairos a offert en tout “45 talents d'argent d'Alexandre” (ἀργυρίου τάλαντα ἀλεξάνδρεια) : il s'agit naturellement de ce que nous appelons des alexandres, c'est-à-dire de monnaies frappées en étalon attico-délien et au type d'Alexandre (Giovannini 1978. 38-39, propose de traduire l'expression ἀργύριυν ἀλεξάνδρειον par “étalon alexandrin”). Pour συναγωγή signifiant “banquet”, voir Dittenberger, OGIS. 748, n. 12.

8 Voir la chronologie détaillée de Launey 1944, 232. La date de la paix entre Antiochos Ier et Antigone Gonatas est sujette à discussions : Will 1979-1982, 1. 109.

9 Müller 1975. 136, cite cet exemple dans son étude sur les évacuations de territoire en cas de guerre.

10 Sur le sens de λεία, voir Edgerton 1925 où l'inscription de Cyzique est citée comme l’un des cas où λεία a le sens de “troupeau” et non de “butin”.

11 Müller 1975, 147, cite un emploi de λεία dans un contexte semblable chez Plut., Alcibiade, 296, à propos des Chalcédoniens qu'Alcibiade s'apprêtait à attaquer : τὴν λείαν ἅπασαν ἐκ τῆς χώρας συναγαγόντες εἰς Bιθυνος ὑπεκτίθενται φίλους ντας κτλ.

12 L'emploi de la troisième personne du pluriel pour ἀπεσκεύασαν et ἐξηγάγοντο s'explique sans doute par l'aspect collectif de δήμος.

13 Les Élatéens en retrouvant leur territoire en 191/190 a.C. après avoir passé quelques années en exil à Stymphale ont besoin de semences pour reprendre l'exploitation de leurs terres : ISE, I. 55, 1. 15-16.

14 Meyer 1925, 94-97, et Hansen 1971, 19-20. Parmi les libéralités de Philétairos, on notera le don de cinquante chevaux : les haras de la région autour du Mont Ida étaient déjà réputés à l'époque d'Alexandre et des diadoques et ils allaient devenir une source importante de richesses pour le royaume de Pergame, voir Rostovtzeff 1923, 366-367.

15 Sur la politique extérieure de prestige de Philétairos, voir Schalles 1985, 33-43.

16 Thc. 2.14.1. Ce témoignage et les suivants ont été regroupés par Müller 1975.

17 Voir notre no 4.

18 Ps-Xén., Constitution d'Athènes, 2.16.

19 Le traité entre Hermias d'Atarnée et Érylhrées (Syll.3, 229) suppose aussi un trajet par mer, en cas de mise en application de sa clause d'évacuation (voir Müller 1975, 137-138).

20 Ce texte est connu depuis le début du XIXe s. Nous n'avons pas cité les plus anciennes de ses éditions.

21 Ilion était cependant une cité libre et son territoire fut agrandi lors du traité d'Apamée, cf. Tite-Live 38.39.10. Pour l'histoire d'Ilion à l'époque hellénistique, voir A. Brückner in Dörpfeld 1902, 576-588, et Ruge 1939, col. 539-543.

22 Voir Robert 1969-1990. 1. 167-170. Attale II avait la préférence de Welles, RC, 62, titre p. 253.

23 Au début de la 1. 7, on aperçoit le mot βοῶ[ν] ; voir Robert 1969-1990, 1. 167.

24 Hdt. 7.43 : Ξέρξης ἐς τὸ Πριάμου Πέργαμον ἀνέβη, ἵμερον ἔχων θεήσασθαι. Θεησάμενος δὲ καὶ πυθόμενος ἐκείνων ἕκαστα, τῇ Ἀθηναίη τῇ Ἰλιάδι ἔθυσε βοῦς χιλίας (trad. Ph.-E. Legrand modifiée, CUF).

25 Cf. IK, 3-Ilion, 2. 1. 12. Sur l'importance du culte d'Athéna Ilias dans la Confédération, voir Robert 1966, 18-41.

26 Voir Robert 1969-1990, 1. 169. Sur la prédilection des Attalides pour le culte d'Athéna, voir Hansen 1971, 448-449.

27 IK. 3 Ilion, 5 (fin du iiie s. a.C., amendes aux cités qui n'accompliraient pas ce devoir) et 52 (iie s. a.C., fondation d'Hermias prévoyant le financement de la vache destinée à la procession). De curieuses monnaies d’Ilion montrent une vache attachée à une colonne : voir Robert 1966. 75-78.

28 Frisch, dans IK, 3 Ilion, p. 115, écrit : “Die Rinder mögen zum Teil als Schlachtopfer beim Fest der Athéna Ilias gedient haben”.

29 Voir Cook 1973, 105 et la pl. 8a, qui montre des vaches passant le Scamandre à gué.

30 IK. 3-Ilion. 10. 1. 23-24 : τὰς δὲ βοῦς ἀπὸ [τῆς προσόδου ὠνεῖσθαι ἐκ τῶν ἀγρών | π]άντ|ω]ν τῶν μισθουμένων ὑπὸ τῆς θεοῦ.

31 IK. 3-Ilion, 71 : ἀπυκαταστή|σαντα τὴν ἱερὰν | χώραν τῆι Ἀθηνᾶι | τῆι Ἱλιάδι καὶ ἐξελόμενον | αὐτὴν ἐκ τῆς δημοσιωνίας. L. lulius Caesar fut consul en 90 a.C. Sur la ἱερὰ χώρα d’Athéna Ilias, voir Preuner 1926, 119, et Robert 1966, 38.

32 La loi astynomique de Pergame était un règlement d'urbanisme que l'on peut comparer au règlement édilitaire de Thasos publié par Duchène 1992, désormais le plus ancien pour le monde grec.

33 Le problème de la datation a été traité par Klaffenbach 1954, 19-25, qui accepte pleinement la solution proposée par Kolbe (texte d'époque attalide, gravure d'époque impériale). Oliver 1951, 200, avait émis l'hypothèse que le texte serait aussi d'époque impériale avant d'y renoncer, voir Oliver 1955. 88-92. J. et L. Robert, Bull. ép., 1952, 137, avaient proposé une troisième solution selon laquelle le texte et la gravure seraient tous deux d'époque hellénistique. La solution de Kolbe pose la question de la raison de la gravure sous Trajan ou Hadrien d'une loi vieille de 250 ans au moins : voir Amelotti 1958, 81-111. Est-ce un simple exemple de l'intérêt des contemporains d’Hadrien pour les vieilles institutions ou le texte était-il toujours en vigueur ? Klaffenbach 1954, 24-25, défend la première de ces hypothèses. Contra : Virgilio 1993, 112. Ce dernier essaie en outre de montrer que les empereurs du iie s. p.C. tendaient à se poser en continuateurs des Attalides.

34 Sur les astynomes de la ville de Pergame, voir Corradi 1929, 389-395.

35 Cf. 1. 172-174 : Περί τῶν ἐν τῆι πόλει | καὶ τοῖς προαστίοις κρηνῶν ἐπιμελὲς γεινέσΙθω τοῖς ἀστυνόμοις πως καθαραί τε ὦσιν κτλ.

36 Sur les clauses pénales de la loi astynomique, voir Hitzig 1905, 446-447.

37 Cf. Platon, Lois, 6.735c-e, et Arist., Pol., 6.8.4-5 = 1321b : voir Louis 1982, 103-109. A Athènes, on élisait chaque année un épimélète des fontaines spécialement chargé du problème de l'approvisionnement en eau : cl. Ps-Aristote, Constitution d'Athènes, 43.1 ; voir Ro. Martin 1974, 63-65. Voir aussi une inscription de Poièssa de Kéos. IG, XII.5, 569 (cf. Wilhelm 1900b, 105), qui nous montre qu'il y avait là un épimélète des fontaines qui devait empêcher les particuliers d'aller laver leur linge à la fontaine publique (l'amende prévue n'était que de 10 dr.).

38 Vanderpool 1969, 6-7 (cf. J. et L. Robert, Bull. ép.. 1971, 286, et Panessa 1983, 380. n. 66). Dans un contexte différent, puisqu'il s'agit du règlement d'un sanctuaire, à Érésos (île de Lesbos), on aurait peut-être aussi interdit que le bétail vienne s'abreuver à l'intérieur d’un temenos (no 36).

39 Théophraste, Caractères. 23.7, fait allusion au marché aux chevaux athénien. Sur le commerce du bétail, voir Grassl 1985.

40 Plut., Le démon de Socrate, 10.580e-f (trad. J. Hani, CUF).

41 Chez les agronomes latins, cf. naturellement Varron, Économie rurale. 2.2.10-12, et 2.5.14, ou Virgile. Géorgiqties. 3.327-338. Sur le problème de l’eau dans l'élevage antique, voir E. Orth 1921a. 390.

42 Sur l'approvisionnement en eau de Pergame, voir Garbrecht 1987. 11-47.

43 Il manque la moitié gauche du texte, mais Conze & Schuchhardt 1899, 212, se contentent d’évoquer la perte d’un fragment de la pierre en bas à droite. L’état du texte ne s’explique donc pas par la perte d’une partie de la pierre, mais parce que celle-ci est “ausserordentlich verrieben”.

44 Welles. RC, p. 191, a supposé que cette lettre aurait pu être envoyée au stratège attalido de la région où se trouvait le sanctuaire.

45 Cardinali 1906, 122-123, n. 6, et Will 1979-1982, 2. 381.

46 Il y est aussi question de l'ἀτελεια προβάτων.

47 Cette opinion a aussi été reprise par Piejko 1989. 405.

48 Cette hypothèse a été suggérée par Welles, RC, 191.

49 Voir Cuinet 1890-1900, 3. 542-545, avec une rapide description de la ville de Soma.

50 Robert 1962, 181, n. 2.

51 Cuntz 1929, 50.

52 Comme la carte de la p. 18 de l'atlas Westermann.

53 Robert 1962, 171-201 : “X.-Germè et les Attaeitai” et pl. IV-V pour les monnaies portant la légende ΓΕΡΜΗΝΩΝ.

54 Robert 1962, 199-201, qui écrit : “Il n'est donc peut-être pas trop hardi de se demander si “Germè du Caïque” ne serait pas une erreur, une mauvaise localisation sur la route d'un embranchement partant de la route Pergame-Thyatire vers Germè de l'Hellespont” (p. 200).

55 Ainsi encore dans Hansen 1971, 180 et n. 85. De plus l'identification du Tarsios antique n'a rien de certain, cf. Ruge 1931. Piejko 1988. 94, a cru reconnaître Apollon Tarsènos dans OGIS, 330,1. 1 : [Θεῶι Ἀπόλλωνι Θαρση]|νῶι, mais Herrmann SEG, 38. 1988, 1260, a raison de rejeter cette suggestion à cause des problèmes géographiques (en outre, le choix de Θαρση]|νῶι, plutôt que Ταρση]|νῶι est surprenant). Voir aussi l'inscription publiée dans le SEG, 37, 1987. 1735, une dédicace de 151/152 p.C. Μητρὶ Ταρσηνῇ | κ(αὶ) Ἀπόλλωνι, sur le marché de l'art.

56 Il existe d'ailleurs en Asie Mineure un autre Apollon portant une épiclèse proche, Apollon Tarsios, en Méonie, voir Robert 1967a, 56, n. 43. La stèle funéraire d’un prêtre d'Apollon Tarsios, un certain Artémôn, a été publiée par Cremer & Nollé 1988, 207-210 et pl. 4, elle date 138/9 p.C. et sa provenance est lydienne (les éditeurs expliquent qu'elle leur a été montrée “von einem mitteleuropäischen Kunstsammler”, mais, à la fin des années 1990, nous l'avons vue dans la collection d’un marchand d'antiquités parisien). Sur l'épiclèse Tarsios, voir Cremer et Nollé 1988, 201-202.

57 Le sens de ce terme a été expliqué par Feyel 1940, 179-180, voir aussi Piejko 1989, 398.

58 Cela a été mis en évidence par Wilhelm 1943, 36, et par Feyel 1940, 179-180. On sait en effet que les panégyries fournissaient souvent l'occasion d'organiser des foires : Paus. 10.32.14-18, raconte que la fête d'isis à Tithoréa en Grèce centrale donnait lieu à un rassemblement de marchands. Ces foires panégyriques étaient quelquefois encouragées par des allégements fiscaux : Chandezon 2000b, 85-92. La solution proposée par Feyel et par Wilhelm-qui n'avait pas eu connaissance du travail de Feyel – a été rejetée par Welles 1948, 391, cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1949, 147a.

59 Les conclusions de Rostovtzeff 1923, 384, qui pensait que c'était le bétail du sanctuaire qui était exempté, sont donc caduques.

60 C'est l'hypothèse retenue par Welles. RC. p. 192., il est vrai que ce savant n'avait pas reconnu le fait que la dispense de taxe s'appliquait au temps de la panégyrie du sanctuaire,

61 Piejko 1989, 400.

62 Sur de telles taxes dans la monarchie attalide, voir Holleaux 1938-1957, 2. 112.

63 S. Reinach 1891, 270, avait proposé une datation à la fin du ive s. a.C., mais Moretti 1966, 290-291, a rapproché la gravure de cette inscription de celle qui a été trouvée à Çamlicaköy, SEG, 19, 1953, 720, et qui date du règne d'Antiochos II Théos (261-246 a.C.).

64 Robert 1955, 184 : “Il me paraît clair que, puisque cet exemplaire du traité entre Aigaiens et Olympènoi n'avait pas été exposé à Aigai même, ce n'est pas dans quelque village dépendant d'Aigai qu’il l’avait été mais à Olympos même, et qu'ainsi Yeniköy marque le site de cette Olympus, ville autonome à l’époque hellénistique, et qu'il y avait tout proche un mont Olympe”. Dans cet article, L. Robert identifie quelques exemplaires du monnayage d’Olympos et établit que c'est bien le nom Olympos qu’il faut employer, et non Olympè : voir Keil 1939.

65 Les archéologues allemands qui ont publié les fouilles d’Aigai, mais qui travaillaient à celles de Pergame. ont souligné cette ressemblance : Bohn & Schuchhardt 1889. Sur l’influence de l’urbanisme pergaménien à Aigai, voir Robert 1937. 83-86, et Ro. Martin 1965, 154. Sur les rapports entre les Attalides et Aigai, voir Schalles 1985, 33-36.

66 Bonne description de la région d'Aigai dans Diest 1889, 26-28.

67 Bolin & Schuchhardt 1889, 59 : “An der Küste herrschten Kyme und Myrina. Wollte Ägä sich ein Gebiet erwerben, so blieb ihm schon in griechischer Zeit nur der Weg nach Osten über das Gebirge hin”. Keil & Premerstein 1910, 98, publient deux bornes du territoire d’Aigai et Moretti 1966, 298, fait le point sur ce problème. Remarquons que si ce territoire d'Aigai était effectivement étendu vers l'est, il devait y avoir des enclaves comme le territoire d'Olympos ou les propriétés royales séleucides (voir la borne publiée par Herrmann 1959, 4-6, no 2, cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1960, 340).

68 L’expression οἶνον ὄκοσσον κτλ. de la 1. 8 a suscité de longues discussions entre dialectologues, sans qu’il soit possible de parvenir à une solution satisfaisante permettant de comprendre ce passage, voir Bechtel 1909, 44-45, et Kretschmer 1912, 301.

69 Moretti 1966, 292-294 : ces lignes limiteraient non pas les exportations à partir d’Olympos, mais les importations vers Olympos auxquelles pourraient procéder les citoyens d'Aigai se rendant sur le territoire de leur voisine.

70 Keil & Premerstein 1910, 98, et Vollgraff 1919, 68-71, avaient aussi vu dans cette clause une volonté protectionniste, mais en faveur des Olympènoi qui auraient voulu empêcher que des citoyens d'Aigai ne vinssent à Olympos pour y travailler la laine et y vendre leur production.

71 Moretti 1966, 295-296 : ce passage donne ἔ[ργ]ον, ττι κε ᾖ, μὴ ἐργά[ζ]|εσθαι dans l'édition de Moretti.

72 Georgoudi 1974, 177, suppose que ces ἐγκλήματα ont été “suscités probablement par des activités illégales des bergers”.

73 S. Reinach 1891. 274, a proposé la traduction par bélier et a rapproché cet hapax de ἔρος, la laine, cf. Hésychios s.v. ἔρραος· κριός ; ce qui a été repris par Meister 1892, 203, et par Hoffmann 1891, 2. X. qui traduit en allemand par “Bock, Widder”. Voir aussi Schulze 1934. 367-368.

74 Cet hapax a beaucoup intéressé les spécialistes du dialecte éolien : S. Reinach 1891, 274, l'a rapproché d'αταλός, c'est-à-dire “jeune, d'âge tendre”, cf. Il., 20.222, πώλοισιν ἀγαλλόμεναι ἀταλῇσι. Meister 1892, 204, lui donne le même sens, de même que Hoffmann 1891,2. X (“Jährling, junges Thier” avec rapprochement du latin vitulus).

75 Moretti 1966, 297, ajoute : “Pu darsi che questo dipenda dalla nostra ignoranza delle condizioni in cui si svolgeva l'allevamento e lo sfruttamento degli ovini nella zona Ege-Olimpo”.

76 W. Richter 1972, col. 413-414. Certaines races de chèvres étaient élevées pour leur toison et on avait l'habitude de les tondre : un passage d'Élien, La personnalité des animaux. 16.30, est intéressant à cet égard dans la mesure où il montre que c'était un usage de certaines régions du monde grec comme la Lycie (Ἐν Λυκίᾳ λέγει Καλλισθένης ὀ Ὀλύνθιος κείρεσθαι καὶ τὰς αἶγας ὥσπερ οὖν πανταχῆ tὰ πρόβατα). Callisthène d'Olynthe était un philosophe et naturaliste aristotélicien de la fin du ive s. a.C. (Arist., Histoire des animaux. 8.28 = 606a, parle déjà de cet usage lycien ; rappelons que l’élevage des chèvres angora a longtemps été une spécialité du centre de l'Anatolie, de la région d’Ankara). D'autres sources parlent de pratiques semblables en Cilicie (Varron, Économie rurale, 2.11.12 : les vêtements de feutre que l'on fabriquait ainsi portaient, en latin, le nom de cilicia – cf. Columelle 1.pr.26 sur les chèvres à longs poils de Cilicie). Élien ajoute que l’on fabriquait ainsi des cordages pour les navires. L'information est complétée par les Geoponica. 18.9.3, qui précisent que cette laine servait aussi la fabrication de feutre et de cordages pour les machines de guerre (pour d'autres références, voir W. Richter 1972, 414).

77 Cette idée se trouve déjà chez Reinach 1891, 270 : “Le caractère de ces stipulations montre que la convention est relative au passage des troupeaux de chèvres et de moutons d'un territoire à l'autre”. C'est cependant Moretti 1966, 299, qui a parlé d'un “trattato di ἐπινομία”. Georgoudi 1974, 178, est plus nuancée : “En réalité, on ne saurait dire, à partir de ce document fragmentaire, si les bergers pouvaient faire paître leurs troupeaux sur les pâturages communs d'Olympos”.

78 Sur les ressources de la région, voir Bohn & Schuchhardt 1889, 62, et Robert 1955, 185-186 : “... cultures et vignes étaient dans la vallée ; les montagnes nourrissaient les moutons et les chèvres dont parle l'inscription...”. L'autre inscription de la région d’Aigai dont nous aurons ici à parler confirme l'importance du petit bétail dans l'économie régionale à côté d'autres ressources comme les céréales, l'oléiculture, l'apiculture et la chasse ; le nom même de la cité d'Aigai fait référence aux chèvres et une tête de chèvre est représentée sur une stèle d'Assos en l'honneur des Aigéens, cf. Robert 1937, 74.

79 Voir Rostovtzeff 1923, 379-380, et Labarre & Le Dinahet 1996, 50.

80 Le texte doit émaner d’un souverain séleucide, et non d'un Attalide, car ce n’est qu’en 218 a.C. qu’Aigai fut prise par Attale Ier (Pol. 5.77.4 ; voir Will 1979-1982, 2. 47). Mais il n'y a aucune raison de préférer une datation sous le règne d'Antiochos Ier (281-261 a.C.), comme le fait Malay 1983, 352. Savalli-Lestrade 1992, 227, a proposé une datation sous le règne d'Antiochos II (261-246 a.C.). Lund 1992. 149-150, avait suggéré avec prudence d'attribuer ce texte à Lysimaque.

81 Malay 1983, 351, est probablement trop prudent lorsqu'il écrit : “Because of the proximity of the findspot to the site of Aigai, property wliich is said to have been given back by a king (or by one of his officers) to the people living here possibly belonged to the territory of Aigai”. Il vaut mieux suivre l'opinion de Corsaro 1985, 86, qui fait de ce village une propriété royale. Les Séleucides possédaient en effet des domaines dans la région comme le prouve une borne délimitant l'un d'eux avec le territoire d'Aigai, Herrmann 1959, 4-6, no 2, cf. J. et L. Robert, Bull, ép., 1960, 340 (cette borne date du règne d'un Antiochos, peut-être Antiochos II).

82 Il est aussi question des vignes, détruites puis restituées, de la communauté, 1. B6-7 ; le vin d’Aigai, toute proche, était célèbre dans l'Antiquité, voir Robert 1955. 180, n. 4.

83 L'opposition entre ces deux types de production se rencontre chez Strabon 5.4.2 = C240 : τὴν χώραν, ἀγαθὴν πρὸς ἅπαντα, βελτίω δὲ τοῖς ξυλίνοις καρποῖς τοῖς σιτικοῖς (description du Picenum) ; cf. Geoponica, 1.12.35 (il est une saison où les vents causent beaucoup de dommages τῷ σιτικῷ καρπῷ, καὶ μάλιστα τῷ ξυλίνῳ). Il en existe une occurrence épigraphique, dans le décret du dème de Rhamnonte pour le stratège Épicharès, Heinen 1972, 152-153 (2e quart du iiie s. a.C.), cf. ci-dessus, p. 28, n. 51. J. et L. Robert, Bull, ép., 1968, 247, et 1969, 496, traduisent σιτικοὶ καρποί par “fruits des champs” et ξύλινοι καρποί par “fruits des arbres”.

84 Par exemple en Attique, sous le gouvernement de Pisistrate, une dîme était prélevée sur les productions agricoles, Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 16.4 : ἐπράττετο γὰρ ἀπο τῶν γιγνομένων δεκάτην. Nous possédons en outre de nombreuses attestations épigraphiques de cette taxe, ainsi dans un compte de naopes béotiens (ier s. a.C. ou même début de l'époque impériale), Knœpfler 1988b, 266 : καὶ τῆς δέκατης τῶν ξηρῶν | [κα]ρπ[ῶν (1. 7-8). Sur la δεκάτη en Asie Mineure, voir Papazoglou 1997, 121-122.

85 Le seul autre prélèvement d'un huitième que l'on peut rencontrer dans les inscriptions grecques est, à notre connaissance, celui qui figure dans une loi sacrificielle de Mégara Hyblaea datant de la première moitié du vie s. a.C., Manni Piraino 1975, 141-143 (SEG, 26, 1976-1977, 1084) : ὀγδ|όαν ἀποτ[ι]|σάτο (1. 4-6), voir aussi Manganaro 1980-1981,457, qui interprète ce texte comme une borne hypothécaire où l’on envisagerait un paiement en nature sous la forme d’un prélèvement d'un huitième sur les productions agricoles (cf. Guarducci 1986-1988. 13-18).

86 La πεντηκοστή est bien connue à Athènes où il s'agit d'une taxe sur les importations et les exportations prélevée par les πεντηκοστόλογοι. On trouvera la bibliographie à son sujet dans Robert 1960, 192-199, à propos d'une mention de la πεντηκοστή dans le décret d'Athènes sur les petites Panathénées (époque de Lycurgue, 1. 11-13 : τοὺς δ|ὲ πωλητὰς τὴ]ν πεντηκοστὴν πωλεῖν την ἐν τῆ[ι Νέαι χω|ρὶς τῶν ἄλλω]ν (1. 11-13). Le premier éditeur du texte, Lewis 1959, 243-244, pensait que cette πεντηκοστή était un impôt – affermé – sur la production agricole. L. Robert a repoussé cette interprétation et s'est efforcé de démontrer que cette taxe avait bien porté sur le commerce du port d'Oropos. Le document du territoire d'Aigai devrait inciter à reprendre le problème dans la mesure où il montre la possibilité d'une πεντηκοστή comme impôt sur l'agriculture.

87 Le terme ἐπιγονή a ici précisément le sens de “croît” (accroissement d'un troupeau par la naissance des petits), comme dans un décret de Morrylos en faveur d'un certain Paramonos (no 20, 1. 5-7).

88 Sur l'importance de l'apiculture en Asie Mineure et la fiscalité la concernant, voir Robert 1935 et Robert 19.36, 79, sur les ruchers de Théangéla. Sur la fiscalité les concernant, on pourra aussi consulter pour l’Égypte Préaux 1939, 233-238, et Launey 1942. L'exploitation des ruches sauvages et de leurs productions était bien connue dans l'ancienne France, voir Figer 1740, 405 : “Quant aux essaims sauvages, on en trouve de bonne espèce dans les bois, dans les trous d'arbres et dans les murailles, soit qu'elles [les abeilles] se soient échappées ou qu'elles s'y soient établies de race en race. On les y va chercher non seulement pour en avoir les essaims dans le temps, mais aussi pour en lever le miel et la cire”.

89 Voir Briant 1996. 412-413.

90 La στρατεία est le service en campagne, par opposition au service de garde dans une forteresse, la φυλακή, voir J. et L. Robert, Bull. ép., 1976, 572. Il n'y a rien d'étonnant à le voir ici réglementé, son exemption étant limitée à quelques cas très particuliers, voir Gauthier 1991, 58-59.

91 Dans une inscription en faveur des technites de Dionysos. SEG. 2, 1925, 580, 1. 19. et encore dans un texte publié il y a peu. SEG. 35. 1985, 1152.1. 1. Leukathéôn était probablement le premier mois de l'année à Téos.

92 Robert 1969-1990. 1. 142-143 ; Bilabel 1920, 202, est totalement dépassé sur cette question.

93 No 57. Robert 1969-1990, 1. 331-332, insiste sur la ressemblance de notre texte avec le traité entre Milet et Pidasa.

94 Les Robert 1969-1990. 1. 326, n. 112, ont recommandé de parler de “traité de sympolitie”.

95 Welles. RC. 3-4 (entre 306 et 302 a.C.). Le rapprochement entre les deux textes est de Töpffer 1891. 421. n. 1. et de Herzog 1899, 204, n. 3 : il a été combattu à juste titre par Wilhelm 1934, 282-285. La lettre d'Antigone au sujet du synœcisme de Téos et Lébédos, qui a échoué après la mort du roi, est de toute façon postérieure à notre document.

96 Bonne analyse des caractéristiques du dialecte ionien de notre inscription et des atticismes que l'on peut déjà y rencontrer (ἐρίων 1. 14. au lieu d'eἰpίωv par exemple) dans Wackernagel 1892. 143-146.

97 La datation haute (370-350 a.C.) a été proposée par Wackernagel 1892, 146. Judeich 1898 545, n. 1. s'y est rallié alors qu'il avait d’abord proposé le début de l'époque hellénistique, Judeich 1891, 293. Demangel & Laumonier 1922, 310. n. 6, préfèrent aussi la fin du ive s. a.C., tandis que les Robert 1969-1990, 7. 325, s'en tiennent avec prudence à “la seconde partie du ive siècle”.

98 Voir tout l'article intitulé “Une inscription grecque de Téos en Ionie. L'union de Téos et Kyrbissos”, Robert 1969-1990, 7. 297-379.

99 Description par Philippson 1912, 48.

100 Philippson 1912, 41-42 (57, résumant à propos des montagnes de la péninsule d'Érythrées, il écrit : “In den Gebirgen herrscht, wie überalle. die Kleinviehzucht, im südöstlichen Teil von Zeltnomaden betrieben”).

101 Sur Oroanna, Robert 1969-1990, 7. 316.

102 On a mis en évidence la présence d'un centre assez important de peuplement datant de l'époque impériale autour de Benler : Baran & Petzl 1977-1978, 301-308.

103 Les lettres d'Antigone sur le synœcisme de Téos et Lébédos comportent aussi une clause sur les liturgies : Welles, RC, 3, 1. 66-72, où seule la triérarchie est expressément nommée, le roi suggère d'accorder aux Lébédiens une exemption des liturgies valable pour trois ans et d'en dispenser ceux qui en ont déjà assumé une.

104 Deux inscriptions de Téos concernent des victoires chorégiques : CIG, 3089 et 3090 ; un exemple d'exemption de la chorégie à Delphes au iiie a.C. : Syll.3, 437.

105 A Priène, la loi sur la vente du sacerdoce de Dionysos, Syll.3, 1003. 1. 26, précise que celui qui achèterait la prêtrise pour plus de 6 000 dr. serait exempté de certaines liturgies comme la lampadarchie (iiis. a.C.).

106 Judeich 1891, 293 : la βοηγία serait une “Fuhrleistung für den Staat”.

107 Robert 1969-1990. 7. 323.

108 Haussoullier 1898. Pour l'inscription la plus claire : Rehm, I.Didvma, 199.

109 Xén., Hell., 6.4.29.

110 Syll.3, 1025-1026. L'inscription de Bargylia est venue apporter de nouvelles informations, voir p. 292.

111 Wilhelm 1949, 30, interprète l'ἐπιγραφή comme une “Vorschreibung einer Leistung”.

112 Voir Préaux 1939, 184.

113 Ainsi, Andréadès 1931, 167, n. 9, dans son analyse des clauses fiscales du texte.

114 Tréheux 1958.90.

115 Sur cette partie du texte, Robert 1969-1990, 7. 329.

116 La restitution est proposée par Wilhelm 1934, 291, et elle est adoptée “en toute sécurité” par les Robert 1969-1990, 7. 320. Sur l'exploitation du charbon dans l'Antiquité, voir Robert 1969-1990, 1.556, n. 1, le document le plus célèbre à ce sujet étant la loi de De'los sur le commerce du charbon : Syll.3, 975. Pour la documentation athénienne, Oison 1991, 411-420.

117 Il suffira à ce sujet de renvoyer aux Robert 1969-1990, 7. 326 et 328, avec spécialement la n. 115. On ajoutera W. Richter 1968, 64-69.

118 Sur ce type d'élevage, voir p. 401-402.

119 Sur les laines milésiennes, voir Robert 1969-1990, 1. 393, n. 4.

120 La 1. 17 mentionne le travail de la pourpre (ἀλοργίη pour ἁλουργία en attique), mais il paraît difficile de croire qu'elle avait lieu sur place. L a ligne est très mutilée.

121 IK, l-Erythrai und Klazomenai, 15. Sur les débuts de l'artisanat de la laine en Asie Mineure, voir Labarre & Le Dinahet 1996, 51-53.

122 Rostovtzeff 1989, 122, a montré l'intérêt de ce passage, mais en considérant qu'il s'appliquait à Téos et non à la communauté absorbée par elle.

123 Wörrle 1988, 464, n. 196, a proposé de lire plutôt καὶ κτήνων καὶ σμηνέων. Il vaut sans doute mieux ne pas le suivre sur ce point, car Demangel et Laumonier ainsi que J. et L. Robert ont, eux aussi, bien vu κήπων sur la pierre.

124 Le ατρικόν est un impôt paye pour les médecins et non par eux. Un décret de Delphes, Syll.3, 437, 1. 4-5, accorde l'exemption du ατρικόν.

125 On a vu que le roi Antigone propose de limiter à trois ans l'exemption des liturgies accordée par Téos aux Lébédiens, Syll.3, 344, 1. 67. que l'exemption de taxes sur les troupeaux accordée par Milet à Pidasa ne sera que de 5 ans et celle pour les liturgies de 10 ans : no 57, 1. 20-21 et 35-37.

126 Wilhelm 1934, 277-278, a souligné cette difficulté et s'est demandé si le lapicide n'aurait pas gravé par erreur τετραετίαν au lieu de δεκαετίαν. Il nous paraît tout à fait possible que, dans un même accord, on ait accordé des délais plus ou moins longs pour certaines exemptions et même que d'autres aient été accordées à perpétuité : on retrouve une telle diversité dans le traité entre Milet et Pidasa, Delphinion, 149.

127 Cinq des six fragments ont disparu durant la la guerre gréco-turque de 1922, le seul fragment restant est conservé au Musée de Smyrne.

128 Dans un passage très endommagé, 1. 12, on ne lit plus que les mots τειχῶν τῆς αυτῶν.

129 L. 30 : ἐ]νεχύρων καὶ τῆς ἀποδόσεως ; 1. 38 : το]ὺς δανείζοντας ; 1. 40 : κ]αὶ τὰ ὑποθήματα, etc.

130 Texte complet dans Maier, Mauerbauinschriften, I, no 69, et sans la liste de souscripteurs dans L. Migeotte, Souscriptions publiques, no 69.

131 Discussion de ce problème dans Migeotte 1984, 283-284.

132 Ces οικόπεδα sont généralement identifiés aux terrains à bâtir récupérés sur le site de la vielle ville lors de l'élargissement des murailles et qui sont mentionnés dans la souscription, Maier, Mauerbauinschriften I 69 1 25-27.

133 Voir les remarques de Wilhelm 1939. 361-362.

134 Maier, Mauerbauinschriften, II, 69, 37. Le rapprochement dû à Wilhelm 1939, 361.

135 On connaît aussi des karpologoi à Thasos : Pouilloux 1954b, 121-134. Sur ces magistrats, voir Gofas 1969 et Wehrli 1970 qui considèrent tous deux que les καρπόλογοι étaient des percepteurs.

136 Voir cependant Pleket 1973, 252, qui propose deux solutions : soit la production d'une terre publique affermée, soit une taxe payée en nature par l'ensemble des personnes vivant de la terre.

137 Meritt 1935, 377.

138 Wilhelm 1939, 361.

139 Migeotte 1984, 285.

140 On les retrouve ensemble dans un passage de Platon, Politique, 26Id. Sur φέρβω et ses dérivés, voir Chantraine. DELG, s.v. φέρβω.

141 Cf. Hésychios, s.v. ἐμφόρβιον· τελώνημα.

142 Voir p. 40 ; le texte no 6 emploie aussi le verbe ἰνφορβίεν. Ni le sens du verbe ni celui du substantif ἰνφορβισμός ne sont clairs : voir Dubois 1986, 2. 21-23, qui a fait le rapprochement entre le texte de Te'gée et celui de Colophon. Le passage cité pose deux problèmes dont l'un au moins a été signalé par L. Migeotte qui s'étonne “que dans un texte officiel, la cité de Colophon soit désignée deux fois par un démonstratif [τῆιδε τῆι πόλει, 1.81 et 82] : en général, l'article est d'usage. Il ne peut s'agir non plus d'une autre cité : elle serait désignée autrement et du reste on verrait mal son rôle ici”. (Migeotte 1984, 285, n. 94, qui conclut qu'il n'a pas de réponse à cette question).

143 Les βασιλικά sont les “fonds royaux” : Robert 1969-1990, 2. 1244.

144 Wilhelm 1939, 363-364, qui a proposé de remplacer πωλητής par ἐπιστάτης.

145 R. Flacelière, J. et L. Robert. Bull. ép., 1939, 334.

146 Pour l'interprétation, voir Gauthier 1991.

147 Dès la publication de Hicks, AG/ZÏ/W, 111-1, p. 31. Larichos a été rapproché de Larichos de Mytilène connu à la cour de Philippe II de Macédoine (Arrien, Anabase, 3.6) et qui était le père de Laomédôn, officier d'Alexandre (cf. Diodore 18.3.1, etc.) puis satrape de Syrie. Ce Larichos I aurait été le grand-père du nôtre et Hiller, IPriene, p. 27, a essayé de dresser l'arbre généalogique de la famille. L'hypothèse est retenue par Grainger 1997, 445, et par Savalli 1998, 7-8, qui pense que le Larichos honoré à Priène était “sans doute” le petit-fils de Larichos de Mitylène.

148 Hiller, IPriene, p. 27, a pensé que ces textes dataient vraisemblablement des années qui ont suivi la victoire d'Antiochos Ier sur les Galates en 270 a.C. En revanche, l'opinion de Hicks, AGIBM, II-1, p. 31, selon lequel le texte daterait du lendemain de la deuxième guerre de Syrie (248 a.C.), n'a pas été reprise.

149 Cette opinion de Wilamowitz est transmise par Hiller, IPriene, p. 28.

150 W. Orth 1977, 105-108.

151 Gauthier 1980b, cf. SEG, 30, 1980, 1360. Ces conclusions sont résumées par l'auteur dans Gauthier 1991,50.

152 Sur l'emplacement des statues prévues par les Priénéens, voir Gauthier 1980b, 48-49.

153 Gauthier 1980b, 46, insiste sur le fait que “la cité se jugeait habilitée à percevoir des taxes même dans les ἴδια κτήματα de Larichos”, car ce dernier les avait rattachés (προσορίζειν) au territoire civique de Priène. C'est l'occasion de signaler ici le sens de bétail, cheptel que le mot κτήματα prend dans certaines occasions : Chantraine 1946.

154 Le résultat des fouilles a été publié par Humann 1904.

155 Cf. 1. 19-23 : καὶ ἀναγραψάτω τό τε ψήφισμα τόδε καὶ τὸ δόγμα τῆς συνγλήτου καὶ τὴν [ἐ]π[ιστ]ο[λὴν Ι τ]ὴν γραφεῖσαν ὑπὸ Μαάρκου πρὸς Μυλασεῖς καὶ τὸ ψήφισμα καθ’ [ἡιρεθη] Μ[υ]Ιλασέων τὸ δικαστήριον καὶ τὴν Μυλασέων ἀπόκρισιν καὶ τὴν ἀπό[φασιν τῶν δικασ]Ιτῶν καὶ τὰ ὀνόματα πατρόθεν τῶν τε δικαιολο[γ]ηθέντων [ιτ]ε[ρὶ τῆς χώρας δι]κα|σ]τῶν Ι καὶ τῶν ἐγδίκων κτλ. Hiller, IPriene, 531, a tenté de reconstituer la répartition des documents sur le pilier. Sur le lieu originel d'exposition de la stèle, voir Holleaux 1938-1957, 1. 334-335.

156 Et non au préteur M. AEmilius, voir Holleaux 1938-1957, 1. 334.

157 La dédicace par les Magnètes d'une phiale de bronze à Artémis Leukophryènè en remerciement de leur succès fait partie des décisions du décret de Magnésie (1. 24-29) où le texte de cette dédicace est développé. On ne le retrouve pas parmi la liste des documents qui doivent être gravés, mais il est bien à sa place sur la face D du pilier, avant la liste des noms.

158 Colin 1905,509, n. 2.

159 Ainsi dans la Svll.3, 679, dans R. K. Sherk, Roman Documents, 7, el Daverio-Rocchi 1988a, 170.

160 O. Kern, IMagnesia, 93, p. 79 : “Der Schrift nach gleichzeitig oder wenig später als die Wandinschriften der ersien Période” (tout début du iie s. a.C., cf. pi. 30-32).

161 Holleaux 1938-1957, 5. 446, n. 1.

162 Le texte repris ici est celui de la Syll.3, 679.

163 Pour le sens de τυγχάνειν ἐξαγῶγής, Ph. Gauthier nous renvoie à Durrbach, Choix d'inscriptions de Délos, 45, I. 25-26, τὴν I ἐξαγωγὴν ἐποὴσατο καλώς καὶ δικαίως, traduit par “il a heureusement liquidé les différends”.

164 L. 9-1 1 : o (les juges) καὶ ἐπελθόντες [ἐπὶ τὴν χώραν ἡ]Ιμέρας καὶ πλείονας διήκουσαν παραχρῆμά τε ἐπὶ τῶν τόπων [καὶ μετ ταῦτα ἐν] | τῶι ἱερῶι τοῦ Ἀπόλλωνος τοῦ ἐμ Μυοῦντι.

165 Sur Myonte, cf. Ruge 1935. On connaît maintenant un décret de proxénie de Myonte daté de la fin du ive s. a.C. : SEG, 45, 1995, 1619.

166 Depuis Kern, IMagnesia, 93, p. 79, cette conclusion a été reprise par tous les commentateurs et dernièrement encore par Daverio-Rocchi 1988a, 171.

167 Le verbe πίμπρημι se rencontre dès les premières lignes conservées de la décision des Mylasiens ([π]ρησθεντων στεγνῶν ἐν τῆι καταδρομῆ[ι], 1. 70). Ce sont les Magnètes qui visiblement sont accusés par les Priénéens.

168 L. 55-57 : οἱ αὐτοὶ ΙΙριΙηνεῖς πρεσβευταὶ κατὰ πρόσωπον πρὸς Μάγνητας πρεσβευτὰς λόγους ἐποιήσανίτο περὶ ἀδικημάτων ἅ αὐτοῖς Μάγνήτες πεποιήκεισαν.

169 Im Eizelnen bleibt vieles unklar” conclut Kern. IMagnesia, 93, p. 79. Voir Syll.3, 679, n. 22-27, où Hiller essaye de débrouiller ces problèmes.

170 Traité de paix entre Milet et Héraclée du Latmos d’une part et Magnésie du Méandre et Priène d'autre part : Syll.3, 588 (196 a.C.). Conflit entre Priène et Samos, tranché par un arbitrage de Rhodes : Syll.3, 599 (début du iie s. a.C.). Conflit entre Priène et Milet tranché par Smyrne, IPriene, 27 (début du iie s. a.C.). Sur ces questions, voir Daverio-Rocchi 1988a, 126-129 et 170-177, et Errington 1989.

171 IPriene, 14 à consulter plutôt dans OGIS, I I (décret honorifique de Priène pour Lysimaque) : καὶ νῦν ἀποσ[τεί |λας δύναμ[ιν ἐπὶ τοὺ ΜάγνηΙτας] καὶ τοὺς ἄλλους Πεδιεῖς κατὰ γῆ[ν διέσωσε Ι τὴν] πόλιν, δεδόχθαι τῶι δήμιοι κτλ. (1. 5-7) et IPriene. 15. Welles, RC, 6 (réponse de Lysimaque aux Priénéens) : les Priénéens ont obéi à l'officier royal Sôsthénès καίπ[ερ πορθου]|μένης τῆς [χ]ώρας ὑπό τε Μαγνήτων [...] | |κ]αὶ τῶν σρ[ρατιω]τῶν τῶν συνεπιπορ[ευομένων] κτλ. (1. 13-15). Sur cette guerre, voir Welles, RC, p. 42-44. On en retrouve peut-être un écho dans l’arbitrage de Mylasa entre Magnésie et Priène, car les Magnètes semblent faire référence à une première victoire remportée sur les Priénéens dans la dédicace de la phiale : Ὁ δῆμος νικήσας τὸ δεύτερον Πριηνεῖς τῆι ἡπὲρ τῆς χώρας κρί|σει ἑπὶ ΜυλαΙσέ]ων δικαστηρίου κτλ. (1. 26-27. cf. 1. 91).

172 Voir Debord 1976-1977.

173 Pol. 16.24.9 : Φίλιππος, ὁ Περσέως πατήρ, ὅτε τὴν Ἀσίαν κατέτρεχεν, ἀπορῶν τροφῶν τοῖς στρατιώταις παρὰ Μαγνήτων, ἐπεὶ σῖτον οῦκ εἶχον, σῦκα ἔλαβε. Διὸ καὶ Μυοῆντος κυριεύσας τοῖς Μάγνησιν ἐχαρίσατο τὸ χωρίον ἀντὶ τῶν σύκων. L'événement a dû se produire durant la campagne de Philippe V en Carie, en 201 a.C., cf. Walbank 1957-1979, 2. 532-533. Sur les figues, dans la basse vallée du Méandre, voir J. et L. Robert 1983, 179, n. 137. Ce cadeau offrait à Magnésie un accès à la mer, mais sans modifier beaucoup ses ressources, le véritable centre agricole du territoire de Magnésie étant le bassin du Léthaios, une dépression alluvionnaire située entre les massifs du Thôrax au sud et du Mycale au nord et à l'ouest, ouverte à l'est sur la vallée du Méandre dont le Léthaios était l’un des affluents. Philippson 1936. 4, en parle comme d’une “Seitenkammer der Maander-Ebcne”, partiellement marécageuse, mais surtout couverte de vignes et de figuiers, ce qui n'est pas sans rappeler l'anecdote transmise par Polybe et citée ci-dessus. Le centre urbain de la cité est tourné vers cette dépression et non vers le Méandre ; voir aussi Rayet 1877, 118-119.

174 Le traité de paix est conservé par l’inscription Syll.3, 588, cf. Will 1979-1982, 2.184.

175 Voir aussi Ager 1996, 326-327.

176 Strabon 12.8.17 = C579 : Καὶ δὴ καὶ τὴν Πριήνην ἐπὲ θαλάττη πρότερον οὖσαν μεσόγαιαν πεποίηκε τεσσαράκοντα σταδίων πρυσχώματι. Ces 40 stades font environ 7 km et Priène possédait alors un port appelé Naulochos. Strabon écrit à l'extrême fin du ier s. a.C., mais l'information remonte peut-être à Poseidonios, donc au début du iie s. a.C. L’une des cartes les plus convaincantes du rivage antique est donnée dans Wiegand & Schrader 1904, pl. II. Pour une carte détaillée de la région, voir Philippson 1936 (carte dressée au début du xxe s. par le capitaine Lyncker).

177 Rayet 1877, pl. I. où sont bien distingués les “terrains de pâture des Yuruks” en aval et les “terres labourées” en amont.

178 Le peintre de la mission Texier, Cl. Boulanger, mourut de la malaria le 29 septembre 1842 à Magnésie du Méandre ; il y était arrivé le 10 septembre de la même année, voir Texier 1839-1849, 3. 99 (c’est la mission Texier qui rapporta à Paris une partie des sculptures du temple d'Artémis Leukophryènè exposées aujourd’hui au Louvre). En 1908, le capitaine allemand Lyncker dut interrompre quelque temps ses travaux de cartographie pour ne pas succomber à la malaria.

179 Philippson 1936, 9 : "Nur einzelne Hauser ain ‘alten’Mäander entlang und die niedrigen schwarzen Zelte der jürükischen Wanderhirten, die hier von Mai bis September, den Mückcn und Fiebern trotzend, ihre Schafe, kleinen Rinder und ihre Kamele weiden, unterbrechen die trostlosc Einförmigkeit der vollig platten, baumlosen Ebene, lin Sommer llimmert die aufsteigende Luft üher der von Trockenrissen gespaltenen, verhärteten Oherfläche des ausgedörrten Bodens und zaubert die phantastischen Trugbilder der Fata Morgana hervor ; riesengroB erschienen oft die Gestalten der weidenden Tiere und der sie bewaehenden Hunde und Menschen ; hier und da ein Reiter auf kaum erkennbarem Pferde, Die verbrannten Kräuter geben der Landschaft einen rötlichen Ton. September und Anfang Oktober ist die ungesundeste Zeit ; auch das Vieh erliegt vielfach Krankheiten ; Hyänen und Schakale durchstreifen das Land und nähren sich von den Kadavern der gefallenen Tiere. Die Hirten legen Steppenbrände an, um den Krankenwuchs zu verbessern, die ungeheuren Umtang annehmen und tagelang die Sonne verhstern”. On trouvera des descriptions semblables dans Rayet 1877, 20-21, et Wiegand & Schrader 1904, 11-14. Tous décrivent également l’hiver court, mais rude : en décembre-janvier, les températures sont souvent négatives et la plaine inondée.

180 Pline, Histoire Naturelle, 2.91.204, semble conserver le souvenir d'une époque où lu mer remontait jusqu'à Magnésie, ce qui est possible, mais n’était déjà plus le cas à l'époque historique.

181 Deux passages des sources littéraires semblent confirmer que l'élevage a eu une place importante dans l'économie de Magnésie du Méandre : Arist., Problèmes physiques, 10.47 = 896a, πειτα τὰ αὐτά ἄλλοθι μεν ἅπαξ τίκτει, ἄλλοθι δὲ πλεονάκις, οἷον τὰ πρόβατα ἐν Μαγνησίᾳ καὶ Λιβύῃ τίκτει δίς (mais s’agit-il bien de Magnésie du Méandre ?). D'autre part Porphyre, voulant démontrer qu’il ne sert à rien de faire des sacrifices très coûteux s’ils ne viennent pas du cœur, raconte d’après Théopompe l'histoire d’un Magnète dont les victimes furent dédaignées par Apollon à Delphes : Porphyre, De l'abstinence, 2.16.1-5, Τὰ παραπλήσια δὲ καὶ Θεόπομπος ἱστορηκεν, εἰς Δελφούς ἀφικέσθαι ἄνδρα Μάγνητα ἐκ τής Ἀσίας φάμενος. πλούσιον σφόδρα, κεκτημένον συχνὰ βοσκήματα κτλ.

182 Le mot est connu par Il., 2.461, pour qualifier un milieu semblable, la basse vallée du Caÿstre. Hdt. 2.10, compare la basse vallée du Méandre avec le delta du Nil. Voir aussi Wicgand & Schrader 1904. 14. Sur ce type de milieu naturel, voir aussi p. 411-412.

183 Cf. 1. 2 : τάδε ὡμολόγησαν καὶ συνέθεντο Μιλήσιοι καὶ Πιδασεῖς et Ι. 49 : εἰς τὴν συμπολιτείαν.

184 Cf. § 11,1. 47-51 : ὑπάρχειν δ[ὲ] | καὶ τἆλλα τὰ κατακεχωρισμένα ἐν τῶι ψηφίσματι τῶι γραφέντι περὶ τῶ[ν] Ι άἀηκόντων εἰς τὴν συμπολιτείαν κύρια καὶσυντελεῖσθαι αὐτά, καθό[τι] Ι συγκεχώρηται προσφερομένων Πιδασέων πόλιν τε καὶ χώραν καὶ τὰ[ς | ἐ]κ τούτων προσόδους. Pour le commentaire de ce passage, Kawerau & Rehm 1914, 231.

185 Errington 1989, 288, préfère la date de 188/187 a.C. Sur la datation du texte, voir P. Herrmann dans Rehm & Herrmann 1997, 184, qui estime qu'une date certaine n’est pas possible.

186 Sur la localisation d'Iôniapolis, voir en dernier lieu Peschlow-Bindokat 1977-1978.

187 On trouvera une description du Grion dans Philippson 1936, 14-15 : “Das Marmorgebirge war noch zur Zeit Rayets (in den siebziger Jahren [du xixe s.]) zum groBen Teil von prächtigen Waldungen, unten von Laubholz. oben von Kiefern. überzogen ; jetzt sind nur noch einige Kiefernbestände übrig. Meist ist es kahl und steinig odcr von dem gewöhnlichen dürftigen immergrünen Gebüsch überzogen ; die Wege sind sehr schlecht”.

188 Cook 1961, 90-96 et pl. L5-16. Voir aussi Radt 1973-1974 (avec un plan du site), Robert 1969-1990, 7. 193-194, et Robert 1987, 186-196 (avec photos du site). Ces ruines fortifiées rappellent que Milet s'était surtout intéressée aux avantages militaires du site de Pidasa comme le montre le § 3. Les considérations d'ordre purement économique qu'a avancées Rostovtzetf 1989, 473 (Milet aurait voulu détourner les productions agricoles vers son propre marché) ne sont guère crédibles.

189 Voir 1’editioprinceps de Blümel 1997b. Le texte est repris dans SEG. 47. 1997, 1563.

190 C'est ce que nous déduisons de l'inégalité du nombre de ceux qui devront prêter serment pour ratifier la sympolitie : d'un côté, 100 Pidasiens, face à 200 Latmiens (SEG. 47, 1997, 1563,1. 28-30).

191 Le pluriel τὰ ἐκφόρια désigne les productions de la terre (LSJ : “that which the earth produces”), mais est très rare : il nous semble qu'il s'agit là de son unique emploi dans une inscription. On le trouve rarement dans les textes littéraires (à noter un exemple clair chez Hdt. 4.198 : Τῶν δὲ ἐκφορίων τοῦ καρποῦ ταὑτὰ μέτρα τῇ Βαβυλωνίῃ γῇ κατίσταται où il est question de la richesse agricole de la Libye). Au singulier, le mot ἐκφόριον désigne le plus souvent la rente payée pour une location (voir Bolla 1940, 17-22), et le sens fiscal qui lui est donné dans Ps-Aristote, Écon., 2.1.4= 1345 b, semble sans parallèle (voir Van Groningen 1933, 36-38).

192 Robert 1987, 494-496.

193 La forme utilisée ici est, soit le neutre χαλκοῦν (νόμισμα), soit le masculin à l'accusatif de χαλκοῦς. Cette unité monétaire équivalait à Athènes au 8e d'une obole et représentait donc une somme très faible (l'inscription Athenian Agoni, XXI, F129, le montre bien). On la retrouve dans la loi sur les mystères d'Andanie : Syll.3, 736 : ἀλείμματος καὶ λουτροῦ ὀ ἀγορανόμος εἐπιμέλειαν ἐχέτω ὅπως οΐ θέλυντες | [βαλανεύε]ιν ἐν τῶι ἱερῶι μὴ πλεῖον πράσσωντι τοὺς λουομένους δύο χαλκῶν (1. 106-107). Sur le chalque, voir Tod 1946.

194 Voir no 59, 1. III-5.

195 Sur les inconvénients de ce système, voir l'inscription de Colophon publiée par Étienne & Migeotte 1998 et le commentaire.

196 Robert 1936, 77-79.

197 Cook 1961, 95 : “As, on our arrivai at the well just under the ridge [la crête sur laquelle est installée Pidasa], we were searching for a means of drawing water, a great herd of black goats came suddenly scampering down the bank ; and lhey were followed by a small girl from the herdsmen's encampement, who poured water for them in long wooden troughs alongside the well. After a few minutes the goats as suddenly disappeared as a herd of young caille charged down the bank to take their turn at the troughs. The importance of this well was thus made clear to us at the outset. The supply is said to be unfailing. [...] When we inquired of the herdsmen here, we were told that there is no other water point in the whole region of the Ilbira Dağ [le nom titre du Grion] known to them. If this is so, the position on the ridge here was not only the best possible position for the herdsmen of Pidasa on Mt. Grion, but the only one possible”. Sur cette source, cf. aussi Radt 1973-1974. 172-173.

198 Sur ces montagnes sacrées. Robert 1960, 196-197, et Robert 1969-1990, 7. 187, n. 135.

199 Du site de Cerd Osman kalesi, on aperçoit très bien la plaine d'Eurômos en contrebas : voir Cook 1961, pl. 15b.

200 Voir le lemme ; Robert 1983, 187, n. 163, et Robert 1987, 205-206 et n. 35, a souligné les doutes que lui inspirait la datation de Rehm.

201 Wörrle 1988, 443-446, pour l'histoire des relations entre Milet et Héraclée. Errington 1989, 288, préfère cependant la date de 185/184 a.C.

202 Voir la lettre des Scipion, R. K. Sherk, Roman Documents, 35.

203 Le § 5 (1. 36-39) traite des plaintes déposées par suite de la guerre, de leur amnistie et des limites de celle-ci : εἶναι δὲ καὶ αμνηστίαν ὡς ἑκατεροις τῶν προγεγενημέ|νων ἐγκλημάτων κατὰ πόλεμον καὶ ἱδίαι καί δημοσίαι, πλὴν εἰ κτλ. (1. 36-37, le ὡς avant ἑκατέροις est certainement un ajout fautif du graveur, voir Wilamowitz-Möllendorf 1971-1972, 5-1. 461). Si l’on a eu le temps de déposer des plaintes, c'est que l'état de guerre avait pris fin dans les faits, mais il manquait encore le traité qui devait le faire légalement cesser. Sur l'amnistie et les aspects judiciaires du texte. Gauthier 1972, 362-363.

204 Voir § 10(1. 78-87) ; le premier de ces territoires est défini comme une partie τής χώρας τής ρεινής (1. 78).

205 Berthold 1984, 167, et Gawantka 1975, 149-150.

206 Gauthier 1972, 362-363, et Ager 1996, 291-292.

207 Le traité entre Delphes et Pellana contient une clause semblable : Haussoullier 1917, 38-41 et 130-131.

208 Delphinion, 148, 1. 50-58. Sur ce type de clauses, voir Müller 1975 : la clause du traité entre Milet et Héraclée est étudiée (no XXX) et l'auteur propose de traduire μεθιστάνειν par “von einern Ort weg- und zu einem anderen hinbringen” et ποσκευάζεσθαι par “etwas transportieren” (p. 146).

209 Sur Myonte, voir ci-dessus, p. 220. Sur la prise de possession de Myonte par Milet, voir Wörrle 1988, 444.

210 Il nous semble que c'est bien dans ce sens que le ternie est employé dans le traité entre Milet et Magnésie du Méandre, Delphinion, 148, 1. 28-29 : τῆς δὲ χώρ[ας Ι τ]ῆς περαίας ὑπὲρ ἧς διεφέροντο Μάγνητες καὶ Μιλήσιο[ι].

211 Milet possédait en outre certaines îles égéennes comme Léros, voir Manganaro 1963-1964, cf. J. et L. Robert. Bull. ép., 66, 312.

212 § 12, 1. 99-105 où il est question de l'affermage du bac (τὴν πρᾶσιν τοῦ τέλους τῆς πορθμί|δος τῆς ες τὸν Ἰωνοπολιτικὸν κόλπον, 1. 100-101), des fermiers qui s'en chargaient pendant un an (οἱ πριάμενοι τὴν ὡνὴν τὲν εἰς τòν ἐνιαυτὸν | τὸν μετ στεφανηφόρον Μένανδρον, 1. 101-102) et des πορθμες (1. 104). Ces bacs offraient une facilité essentielle sur les côtes d'Asie Mineure, pour se rendre d'un bord à l'autre d'un golfe ou du continent à une île proche. Ils étaient aussi une source de revenus pour les cités puisque leur exploitation était affermée : à Smyrne, sous l'Empire, une inscription parle des ententes illicites des fermiers du bac, IK, 24.1-Smyrna, 712.

213 L'idée a été émise par Kawerau & Rehm 1914, 239.

214 Sur le sens de cette expression, voir Francotte 1909, 275.

215 Kawerau & Rehm 1914, 238. n. 3 : “das dürfte die Zeit sein, wo man die Herdcn aus der dürr werdenden Ebene in die Berge treibt. Ist aber der Métageitniôn, wie regular anzunehmen, etwa gleich dem August, so kann wohl nur an den spatter, nach den ersten Herbstregen, erfolgenden Abtrieb der Herden gedacht werden”.

216 Samuel 1972, 114-117.

217 Wörrle 1988, 429, n. 20.

218 Les ruines du temple d'Athéna Polias sont en bon état et dominent le site d'Héraclée du Latmos. Il s'agissait d'un temple dorique distyle in antis construit en granit, mais dont la façade était décorée de marbre (ainsi les blocs d’ante). A son propos et sur l'ensemble des ruines d'Héraclée, voir Pesehlow-Bindokat 1977.

219 Sur Zeuxis, voir en dernier lieu Gauthier 1989, 39-45, et Ma 1999, 123-130.

220 La suite des événements a été résumée par Ph. Gauthier, Bull. ép., 1989, 277.

221 Sur l'importance de ce nombre, voir Worrle 1988, 454-455.

222 Wiegand 1913, Philppson 1936, Robert 1983, 17-23, Robert 1987, 173-186, et 199-214, et Pesehlow-Bindokat 1996.

223 Elles ont été publiées par Kirschen 1922.

224 Voir Philippson 1936,17-19.

225 On lit dans la lettre royale, 1. I/8-9 : Θέλοντες δ κα κατὰ τὰ λοιπὰ πο|[λυ]Image 10000000000000110000000F91881556.jpgεῖν ὑμών τά τε ὑπὸ Ζεύξιδος συγχωρηθέντα ὑμῖν κυροῦμεν κτλ.

226 Wörrle 1988, 428-448. Ma 1999, 344-345, présente un résumé des arguments.

227 Nous ne savons pas quel dieu exerçait la magistrature éponyme à Héraclée du Latmos. Dans un décret de la cité en faveur de deux citoyens de Kalymna, M. Segre 1944-1945, 25, a cru pouvoir restituer le début ainsi : [Ἐπὶ στεφανηφό|ρου θεοῦ |Ἀπόλλωνος | τοῦ] τρ[ί]του μετὰ Δημήτριον Ἀπολλωνί[ου | μη]νὸς Ἀρτεμισιῶνος ἕκτῃ, πρυτάνε|[ων] γνώμη· κτλ. J. et L. Robert 1983, 187, n. 163, font remarquer que la restitution Ἀπόλλωνος ne s'impose pas, Athéna Polias et Héraklès étant les divinités principales d'Héraclée, celles que l'on retrouve sur les monnaies stéphanéphores hellénistiques de la cité (sur ces monnaies, voir Robert 1987, 200).

228 Delphinion, 150 (Syll.3, 633), 1. 25-27 : ἐπὶ στεφανη|φόρου ἐν μὲν Μιλήτωι Μενάνδρου τοῦ Μαίωνος μηνὸς Ταυρεῶνος, ἐν Ἡρακλείαι δ ἐπὶ τοῦ θεοImage 10000000000000080000000F7626EC56.jpg | τοῦ τεσσερεσκαιδεκάτου τοῦ μετὰ Δημήτριον μηνὸς Γαμηλιῶνος. Malgré l'absence de patronyme dans le traité entre Milet et Héraclée, il doit cependant bien s'agir du même Dèmètrios, voir Wörrle 1988, 430.

229 Delphinion, 124.

230 On ne doit pas tenir compte de l'étude sur la chronologie par Ameling 1987. L'auteur, ayant constaté le problème, est parvenue à une solution erronée, car elle ne connaissait que l'édition de Şahin, cf. Ph. Gauthier, Bull. ép., 1989,277.

231 Le contexte historique a été expliqué par Wörrle 1988, 437-448, que nous résumons ici.

232 Sur le sens exact de ce mot, voir Ph. Gauthier, Bull. ép., 1989, 277.

233 Wörrle 1988, 458-459, qui propose de voir une allusion à ces terres dans le traité entre Milet et Héraclée, Delphinion. 150, 1.78-87.

234 Dans une inscription de Zélée, on avait cru reconnaître des ἔγγαια τέλη, mais ce passage a été rectifié avec raison dans l'édition SGDI. 5533, 1. 5. En revanche les ἔγγαια mentionnés par Démosthène 30 (Contre Onètor I).30, n'aident guère : ce sont des biens immeubles liés à l'exploitation.

235 Ces lignes ne sont pas tout à fait claires ; sur leur interprétation, voir Wörrle 1988, 460-463.

236 Sur les figues dans la région, voir p. 222, n. 173.

237 Nous avons choisi cette traduction pour τὸ σμῆνος qui désigne d'abord la ruche, mais qui est aussi bien attesté pour qualifier un “essaim” : cf. Eschyle, Perses, 127-130, Πας γρ ππηλάτας | κα πεδοστιβὴς λεὼς | σμῆνος ὣς ἐκλέλοι|πεν μελισσᾶν σν ὀρχάμῳ στρατοῦ (“Hélas ! tout un peuple de cavaliers, de fantassins s'en est allé, pareil à un essaim d'abeilles, derrière son conducteur d'armées”, trad. P. Mazon, CUF).

238 P.Michigan Zenon, 29 : ἵνα τὰ ζμήνεα μImage 100000000000001B0000000FD272F6EF.jpg[ά]Ιγωμεν ἐπὶ τς νομάς (1. 5-6). Sur les impôts dûs par les apiculteurs dans l'Égypte grecque, voir Launey 1942, et Chouliara-Raïos 1989, 71-74.

239 Wörrle 1988, 464-465. Sur les rapports entre noms des surfaces agraires et labourage, voir Sallares 1991, 342.

240 Voir aussi dans le traité entre Téos et une communauté inconnue (no 53) ou dans la plaine de Mylasa, Chandezon 1998. 52.

241 Wiegand 1913, 10 : “Wenn im späten Frühjahr der Ginster und die Zystusrosen blühen, wenn Asphodill, Malven, Sternklee und Hyazinthen selbst an den steinerfüllten Abhängen des höheren Latmos zu finden sind, dann pflegt die Bevölkerung die Bienenstöcke hinauszubringen, die hier aus einem einzigen Stück ausgehöhlen Platanenstammes gebildet sind. Dann gilt es, sie vor die naschhaften Bären zu bewahren, und so findet man denn oft auf hohen Felsen, nur mit Leiter ersteigbar, die Bienenvölker untergebracht, wie es Abb. 15 verdeutlicht. In einem anderen Fall fanden wir im Gebirge östlich von Heraklea eine Stelle namens Gowanik-Arassi (Bienenkorbwiese). Man hat dort eine dachlose byzantinische Kapelle als Bienenhaus hergerichtet und die Tür vermauert, so dass man nur mit einer Leiter ins Innere zu den Binenstöcken gelangen kann. Rings um die Mauer läßt man an Stricken Blechgefäße und alte Hufeisen baumeln, welche vom Winde bewegt aneinanderschlagen und mit ihrem Lärm die Bären fernhalten”. L'illustration mentionnée par Wiegand se trouve p. 13 : on y voit des troncs d'arbres fermés à leur extrémité et empilés les uns sur les autres au sommet d'un haut rocher, comme des bûcherons l'auraient fait avec des grumes (voir aussi Robert 1987, 513, ill. 35). Les anciens Grecs connaissaient cette façon de faire des ruches, tout en la considérant comme très archaïque et inspirée de la nature ; elle est évoquée par Nicandre, Alexipharmaca, 448-449 : ἔνθα δ καὶ κοίλοιο κατὰ δρυὸς ἐκτίσσαντο | πρῶτóν που θαλάμας συνομήρεες, ce qu'un scholiaste commente ainsi : κατὰ δρυός· παλαιάν τινα μελιττουργίαν ἐκτίθεται· μήπω γὰρ ἱμερούμεναι αἱ μέλισσαν, ἀλλ᾿ἔτι ἄγριαι οὖσαι, ἐν τοῖς κοιλώμασι τῶν δρυῶν τὰ κηρία συνετίθεσαν, καὶ νῦν ἔτι ἔστιν ὅτε τοῦτο ποιοῦσιν. Τò δ'ἐκτίσαντο ἀντὶ τοῦ κατεσκεύασαν, cf. l'éd. Η. Keil des scholia sur les Alexipharmaca, p. 101, dans l'éd. de Nicandre publiée par O. Schneider à Leipzig en 1856. On peut aussi se reporter au commentaire d'un autre scholiaste de Nicandre, Euteknios, qui vivait au iiie s. p.C. : Papathomopoulos 1976, 77 (là encore, les abeilles préfèrent les chênes). Sur cette forme de ruches, Balandier 1993, 96 ; elle était aussi connue dans l'Égypte pharaonique, voir Chouliara-Raïos 1989, 37. La pratique décrite ici par Th. Wiegand n'est pas à proprement parler comparable à la transhumance des ruches comme celle que connaissait la Provence ; toutefois un bon apiculteur ne peut laisser ses essaims passer l’hiver en pleine montagne, mais doit les enfermer et les conserver chez lui pendant la mauvaise saison pour aller les installer là où il le désire au printemps comme on le voit dans Liger 1740, 1. 415.

242 Description du Latmos par Robert 1983. 17-21, et Robert 1987.177-184, à chaque fois avec de bonnes photographies.

243 Wiegand 1913, 9 : “Den Hirten sind in diesem Gebiet die seltenen Rinnsale ebenso bekannt wie den Eingeborenen Südwestafrikas ihre Wasserlöscher. Oft gilt es. tief unter die aufgetürmeten Granitblöcke hinabzuklettern, um das über den helleuchtenden Quarzsand rieselnde Naß zu schöpfen. Da findet sich nicht selten Spur und Losung der Panther und der Bären”. Voir aussi Philippson 1936. 15-17 : pour lui, le Latmos est “das wildeste Gebirge des westlichen Kleinasien” et se présente comme une “Felsenmeer” dont il donne une description saisissante : “Jähe Felstürme, senkrechte Abgründe und enge Klüfte unterbrechen hier und da die Wirrnis mit heroischen Gestalten. Nur an wenigen, von den Wildtieren aufgesuchten Wasserstellen tritt das zwischen den Blöcken versinkende Naß auf kurzer Strecke zutage. (...) Infolge des Gedränges von Höckern, Blöcken und Klippen. welche alle Hänge bedecken und die Ausbildung normaler Täler hindern, ist die Fortbewegung in diesem Gebirge außerhalb der wenigen Pfade fast unmöglich und selbst auf diesen eine Qual für Mensch und Tier. (...) Im ganzen ist die Granitmasse eine fast unbewohnte Wildnis, in der noch Bären und Leoparden hausen”.

244 Robert 1987, 199-213. Ces conclusions ont été confirmées par Peschlow-Bindokat 1977, 100.

245 Wörrle 1988. 466-470.

246 Le sanctuaire de Sinuri a fait l'objet d'une publication détaillée en deux volumes : Robert 1945 (pour l'épigraphie) et Devambez & Haspels 1959 (pour l'archéologie).

247 Voir Strabon 14.2.23 = C658-C659, pour la célébrité des sanctuaires de Mylasa.

248 Pour l'ensemble, se reporter à Laumonier 1958. 39-189.

249 On trouvera les baux de Mylasa et d'Olymos publiés par W. Blümel dans IK, 34-Mylasa, 200-232 (Mylasa) et IK, 35-Mylasa, 801-854 (Olymos) ; c'est à cette publication que nous ferons désormais référence en citant un chiffre sans autre indication. Les baux du sanctuaire de Sinuri ont été publiés par Robert 1945, no 47-72, 69-93. Des fragments découverts en 1994 ont été publiés par Blümel 1995, 45-55, et ont permis de compléter certains dossiers d'Olymos (ainsi pour IK, 35-Mylasa, 807-810). Un autre sanctuaire du territoire mylasien semble avoir pratiqué la même politique d'achat de terres, celui d’Apollon et Artémis à Hydai (cf. 903 et quelques autres fragments), mais on n'est cependant pas certain qu'il s'agisse là d'un sanctuaire distinct de celui d'Olymos. Signalons enfin que la datation proposée (fin iie–début ier s. a.C.) ne repose que sur des critères épigraphiques, cf. Judeich 1889, 395, et les remarques de Robert 1945. 11.

250 Sur les étapes de la procédure d'achat, puis de location, voir Blümel 1987-1988, 1. 74-76, et, en français, Debord 1982, 153-158. Voir aussi les remarques de Robert 1945, 72-75, sur la clause qui modifie au bout de 10 ans les devoirs du preneur dans certains cas.

251 Sans remonter jusqu'à la publication de l'Anglais R. Pococke en 1752, on consultera avec intérêt l'édition de l'un des textes les mieux conservés, celui de la vente de Diodotos, dans Bœckh. CIG, II, Berlin, 1843, 2694 a et b. Pour l'aspect hypothécaire de ces ventes, cf. IJG, I, p. 272-274. Soulignons qu'il s'agit bien de ventes, car, quoi qu'il en soit, le domaine restera propriété sacrée.

252 no 212. Pour un autre domaine vendu par Thraséas, 207, le taux d'intérêt s'élève à 3,8 %.

253 On trouvera une liste des hypothèses dans Blümel 1987-1988, 1. 75-76. Behrend 1973. 146-148. examine plusieurs problèmes que suscitent certaines de ces hypothèses.

254 Robert 1945, 70, qui compare avec la vie agricole dans la même région au début du xxe siècle ; on notera d'ailleurs que les baux d'Olymos sont souvent plus riches d'informations sur la vie agricole que ceux de Mylasa.

255 Strabon 14.2.23 = C658 : Τὰ δὲ Μύλασα ἵδρυται ἐν πεδίῳ σφόδρα εὐδαίμυνι. Judeich 1889, 367, parle de la “fruchtbare mylasäer Ebene”. Nous avons développé l’étude de ces problèmes dans un article : Chandezon 1998.

256 Les inscriptions nous ont fourni le nom de deux cours d’eaux : la délimitation mylasienne des frontières parle du ποταμὸς Κυβερσος (257, 1. 11 et 17) et un bail d'Olymos dans la situation suivante : πέραν του πο[τ]αμοῦ τοῦ Κενιω (805, 1. 4). L'identification de ces noms antiques avec les cours d'eaux actuels est complexe : voir Tischler 1977, 85-86, pour le Kybersos et 77-78, pour le Kénios.

257 Un fossé, τάφρος, apparaît dans plusieurs documents d'Olymos (no 805,1. 7 ; 806.1. 18 ; 81 1,1. 9 ; 812. 1. 9 ; 854, 1. 7 : καὶ σὺν τοῖς ἐν[οῦ|σι δένδρεσιν παρὰ τῆι τάφρωι τῆι | [---] et 1. 15), peut-être lié à des travaux d'irrigation ; à Olymos encore “les eaux” sont signalées dans la description d'un domaine (803, 1. 13 : καὶ τ ὕδατα) entre les terrains à bâtir et une plantation d'arbres, et. à Tènos, “les eaux” font partie d'un domaine mis en vente cf. IG, XII.5, 872, 1. 79 (contrat 32 ; voir Étienne 1990, 25 et 27). A Mylasa le puits (φρέαρ) est inclus dans la description des bâtiments de la ferme “près de la ville” (206, 1. 11, cf. dans une ferme d'Olymos, 814, 1. 15).

258 Nous interprétons comme haies vives les ἅρπεζοι qui apparaissent dans les limitations de terrain à Olymos (803, 1. 11 et 810, 1. 6) ; les murets de pierres sèches étaient ceux qui entouraient les αἱμασιαί. Cf. Robert 1945, 79-80, qui étudie le sens de ce mot apparu dans un bail de Sinuri, 46a, p. 77, et que l'on retrouve dans la délimitation de Mylasa, no 225, 1. 3-4, et dans un bail d'Olymos, 814, 1. 9 et 11.

259 Un σωροβόλιον est mentionné deux fois dans la délimitation mylasienne des frontières (253, 1. 5 et 256, 1. 7). Un autre apparaît dans un bail d'Olymos, 814, 1. 10 : ἕως τοῦ σωροβολίου τοῦ ὄντος ὑπεράνω τοῦ βω|μοῦ?, W. Blümel traduit par “Steinhaufen” et précise qu'il servait “als Grenzmarkierung” ; cette interprétation nous paraît plus convaincante que celle de Laumonier 1958, 149, qui traduit le passage que nous venons de citer par “le tombeau qui est au dessus de l'autel ( ?)”. Judeich 1889, 377, en fait un synonyme de σιτοφυλακεῖον. Sur ces tas de pierre pour marquer les frontières, cf. Daverio-Rocchi 1988a, 53.

260 Deux exemples parmi d'autres : à Mylasa, un domaine s'étend ἕως τε τῆς Τροβαλισσικῆς ὁδοῦ (214 1. 12), “jusqu’à la route de Trobalissos”. Un domaine du sanctuaire de Sinuri va [πέρα]ν τής ὁδοῦ τής ἐφ᾿ Ἱερᾶς Κώμης | [φερούσης], “au-delà de la route allant à Hiéra Kômè” ; cf. Robert 1945, no 47a. 1. 10-11, avec commentaire p. 78.

261 Elle est signalée dans un bail d'Olymos. 814, 1. 11, où un domaine va μέχρι τής ὁδοῦ τής ἐπ᾿ Εὔρωμον φερούσης. Sur l'importance de cette route, voir Marchese 1986, 288.

262 Les routes sont désignées en fonction de la cité ou du village vers lequel elles se dirigent, comme nous avons déjà pu l’observer pour la route de Trobalissos (ci-dessus, n. 260). Un bail de Mylasa (217, 1. 15) parle de τής ὀδοῦ τής απ’ Ὀμβων εἰς Λευκήν Κώμην φερούση[ς, “la route qui va d'Omboi à Leukè Kômè”.

263 La formule εἰσόδωι καὶ ἐξόδωι se retrouve dans plusieurs textes, à Mylasa (205, 1. 11) ou bien à Sinuri, cf. Robert 1945, 91, no 62. 1. 4, avec des exemples papyrologiques.

264 Ἡ αὐλή est généralement le mot utilisé pour désigner ces fermes : voir Schuler 1998, 59-62. L'une des descriptions les plus complètes de ferme mylasienne concerne celle que Diodotos possédait “près de la ville”, 206, 1. 7-12. Sur ces descriptions, voir Robert 1945, 87.

265 Voir les articles ἄμπελος et ἐλαία avec leurs dérivés dans l'index des IK, 35-Mylasa. p. 160 et 191, pour apprécier la fréquence des mentions de vignes et d'oliviers.

266 Domaine mylasien de Thraséas : σὺν τοῖς ἐνοῦ[σιν] αμπέλων | ὄρχοις εξήκοντα δυσίν (214, 1. 2-3, cf. 207, 1. 8). Domaine olymien : [σὺν τοῖς ἐνοῦσιν ἀ]μπέλων ὄρχοις εἴκοσιν (803, 1. 7).

267 Les oliviers sont généralement mentionnés par l'expression σὺν τοῖς δένδρεσιν ἐλαΐνοις. cf. ἐλάϊνος dans l'index des IK, Mylasa 35, p. 191 ; notons dans un texte d'Olymos l'expression καὶ φυτοῖς ἐλαΐνοις dans la délimitation d'un domaine, 814, 1. 12 ; le domaine de Thraséas : σὺν τοῖς ἐνοῦ[σιν] ἀμπέλων | ὄρχοις ἑξήκοντα δυσν κα δένδρεσιν έλαΐνοις τρισίν (214, 1. 2-3). Sur la permanence du l'olivier dans le territoire de Mylasa, voir Robert 1945, 7 et 87.

268 Les termes ἐλαϊστήριον et πατητήριον, le premier se rapportant à l'huile et le second au vin, désignent non pas les pressoirs eux-mêmes mais les pièces dans lesquelles ils se trouvent ; cf. le bail de Diodotos (206) où l'on trouve dans le premier domaine ἐλαϊστηρίου καὶ άρμενων έλαϊοτρο(π)ικῶν (1. 3) et dans la ferme “près de la ville” τῶι προσόντι παιητηρίῳ και τοῖς ἀρμ[ένοις (1. 10). Sur ces équipements dans les exploitations d'Asie Mineure. Schuler 1998. 91-93.

269 Les figuiers, τὰ δένδρη σύκινα pour reprendre l'expression des textes, apparaissent surtout dans les textes d'Olymos (803, 1. 12 ; 814. 1. 9 ; 818, 1. 6). C'est aussi à Olymos qu'est attesté le toponyme Συκών (806,1. 16 et 810, 1. 7 : ὃ πρότερον καλείτο Συκών, voir Robert 1945, 86, note 2 : “le mot montre que le lieu a été un temps planté en figuiers mais le domaine a pu porter ce nom quand il avait cessé d'être ainsi cultivé”). Une plantation de figuiers est mentionnée dans la délimitation d'un domaine à Mylasa (211,1. 12) et à Sinuri, Robert 1945, 86, no 51, 1. 1 et 88, no 52,1. 3, (voir 86, sur le sens de ce mot). Enfin très souvent apparaît l’expression vague σὺν τοῖς ένοῦσι δένδρεσι πᾶσι, cf. δένδρος dans l'index des IK, 35-Mylasa, p. 187.

270 Deux baux d'Olymos, 814, 1. 9 et 803. 1. 10, mentionnent un καλαμών, Blümel 1987-1988, 2. 34 traduit par “Rohricht” ; le rapport avec la viticulture a été établi par Robert 1969-1990, 1. 383 et 389-390. Amouretti 1988, 13, a montré l'importance cruciale des échalas lorsqu'un vignoble commençait à prendre de l'importance.

271 Il s'agit d'un domaine d'Olymos : καὶ τῶι προσόντι ζμηνῶνι (814, 1. 15), le rucher semble avoir été attenant à la ferme. Sur le miel carien, voir Robert 1936, 78-79, et Schuler 1998, 98-99.

272 8 03, 1. 8 [εἰ]ς τὰ ἐνόντα πλινθῆα ἐν Κασωκοις πάντα, 9 et 10. Voir l'intéressante remarque de Laumonier 1940, 203 : “Il s'agit de ces sècheries de briques crues comme on en voit encore aujourd'hui dans la plaine de Mylasa”. On rapprochera du πλινθούλκιον situé sur un territoire contesté entre Milet et Héraclée du Latmos, Delphinion, 150 = Syll.3, 633, 1. 81-83.

273 Ruge 1933, col. 1064, écrit : “Mylasa (Meles) liegt in einer reichen Gegend, Weizen. Gerste. Hirse, Mais, Feigen, Oliven gedeihen”. Debord 1982, 172, s'est étonné de la rareté des mentions des cultures de céréales dans les documents concernant les richesses sacrées.

274 La restitution καὶ ὑπερώιο[ις καὶ βυυστά]|σεσιν est due à Robert 1945, 87, alors que le texte était encore inédit.

275 L'importance de la lacune à gauche des lignes paraît avoir été exagérée. Les restitutions de l'extrémité droite des lignes semblent ne pas se justifier, elles pourraient glisser sans difficulté vers le début de la ligne suivante, sans que la règle de la coupure syllabique soit violée. La perte de la pierre empêche la vérification de cette hypothèse.

276 L'absence de mentions d'étables dans les baux d’Olymos n’est peut-être pas aussi sûre qu'il y paraît : on lit dans le 814, 1. 15 [...]ΟΣΤΑΣIΝ καὶ πύργωι καὶ τῶι προσόντι ζμηνῶνι καὶ φρέατι dans la description d'une ferme. W. Blümel a restitué ( ?) πρ]όστασιν. Auparavant Judeich 1889, 376, avait proposé ἀπ]όστασιν, mais il faudrait peut-être lire β]ο(ύ)στασιν.

277 Βούστασις est le terme courant pour désigner les étables ; nous l'avons déjà rencontré dans les inventaires de Délos, ainsi dans celui de 250 a.C., no 29, 1. 144, etc.

278 Ce mot se retrouve cependant dans les Tables d'Héraclée, IJG, XII, 1. 139, au singulier, βοῶνα. Il apparaît très rarement dans les œuvres littéraires, voir les références du LSJ et Husson 1983, 60, s.v. βοών βουστάσιον. Le passage correspondant dans le 205, 1. 11. donne καὶ τὰς προσούσας στ]άσεις σὺν εἰσόδωι καὶ έξóδωι, d’après le texte de Blümel, qui reprend Bœckh, CIG, 2694 a. Ce dernier plaçait cependant un point d'interrogation après στ]άσεις. Στάσις n'apparaît en rapport avec le bétail qu'avec un sens très général, cl. Athénée 9.380f, citant Ephippos, ἔνθ᾿ὄνων ἵππων τε στάσεις et toutes les références données par le LSJ, s.v. στάσις B2, sont en rapport avec des chevaux ou des ânes. Il nous semble donc à la lumière des no 216, 1. 11 et 217, 1.1-18, que Bœckh ne connaissait pas, qu'il vaudrait mieux restituer καὶ τὰς προσούσας βουστ]άσεις à la 1. 1 1 du no 205.

279 Schuler 1998, 98, en a déduit que les animaux étaient gardés à l’air libre, dans de simples enclos.

280 Le mot désigne des pâturages, αἱ νομαί plutôt que οἱ νομοί, comme on le ht dans l'index des IK, 35Mylasa. s.v. νομός, p. 204. Le LSJ, s.v. νομή, en donne de nombreux exemples littéraires. On le retrouve dans un texte tardif, le décret des Battynéens, au IIe s. p.C., SEG, 30. 1980, 568,1. 13-14 : τὴν (ἄλ)λην | γῆν χαρακισμοῦ τε καὶ νομῆς.

281 No 257,1. 9 : διὰ τοῦ χορτο[κοπίου] ἐπὶ τὴν λεω[φόρον]. Ce texte fait partie d’un dossier de documents tous très endommagés à propos d'une délimitation des frontières mylasiennes (251-260). Pour l'interprétation de ce passage et celle du suivant, voir Robert 1938, 224-225, qui étudie le sens de χορτοκόπιον (voir aussi Robert 1949, 157, n. 1).

282 No 828,1. 2 : [τὰ Image 10000000000000070000000F4E05C1F2.jpgορτοκό[ια].

283 Les deux identifications (Antiochos III et Zeuxis) ont été proposées par J. Crampa dès 1969 et ont été acceptées par la suite. Le contexte historique est étudié par Mastrocinque 1979, 160-161, et surtout par Robert 1983. 132-142.

284 L’emploi de καταλύειν est significatif, on le retrouve dans un règlement sacré du Létôon de Xanthos, Le Roy 1986, 295-296 (= SEG, 1986, 1221), 1. 11-14 : μηδ'ἐν ταῖς | στοιαῖς καταλύειν | μηθένα ἄλλ' τοὺς ǀ θύοντας et commentaire, p. 295-296.

285 Le seul commentateur à avoir évoqué ce passage est Crampa 1969-1972, 2. 63 : “The animais were certainly intented for sacrifices since their presence on the shrine was not prohibited”. Cette idée est liée à la lecture οἱ θύον[τες (1. 1), mais elle ne paraît pas mériter d'être retenue, le mot κτήνη n'étant pas adapté pour des animaux de sacrifice. Robert 1983, 140, n. 12, ont orienté différemment leur explication de ce passage : “Il s'agit des montures pour les soldats ou leurs familles, chevaux, mulets et ânes”.

286 Ἐν τοῖς πυλῶσι désignerait les propylées du sanctuaire de Zeus.

287 Cf. Plut., Fortune d'Alexandre, 1.3 = 327D-327E, qui fournit 3 séries différentes de chiffres selon les sources (30 000 fantassins et 4 000 cavaliers selon Aristobule, 30 000 fantassins et 5 000 cavaliers selon le roi Ptolémée, 43 000 fantassins et 5 500 cavaliers selon Anaximène). Voir Brunt 1963, 32-36.

288 Dans l'Anabase de Xénophon, il est en permanence question de ces ὑποζύγια, souvent en même temps que des prisonniers de guerre (αἰχμάλωτοι) et des esclaves de l'armée (ἀνδράποδα). C'est ainsi que, lors de la traversée hivernale de l'Arménie, le froid en lit périr un grand nombre : στε καὶ τῶν ὑποζυγίων καὶ τῶν ἀνδραπόδων πολλὰ ἀπώλετο (Xén., Anab., 4.5.4) ; il pouvait s'agir d'animaux très différents et un Rhodien constate au moment où les Dix Mille essayent de franchir le Tigre, Xén., Anab., 3.5.9 : πολλὰ δ'ὁρῶ πρόβατα καὶ αἶγας καὶ βοῦς καὶ ὄνους. Il faut naturellement garder et nourrir tous ces animaux : l'armée du roi Artaxerxès se signale au loin par ceux qui paissent autour d'elle : Xén.. Anab.. 2.2.15 : Ἐν ᾦ δὲ ὡπλίζοντο [les Grecs], ἧκον λέγοντες οἱ προπεμφθέντες σκοποὶ ὅτι οὐχ ἰππεῖς εἰσιν ἀλλ’ποζύγια νέμοιντο. Καὶ εὐθὺς γνωσαν πάντες ὅτι ἐγγύς που ἐστρατοπεδεύετο βασιλεύς.

289 Sur le bétail comme butin, voir Pritchett, 1971-1991. 5. 198-203. En revanche, sur le bétail dans le bagage des armées, nous ne disposons d'aucune étude comparable à celle de Holleaux 1938-1957, 3. 15-26, pour les personnes. Pour l’expédition d'Alexandre, voir Engels 1978, 14-25.

290 Xén., Cyropédie, 7.3.7, dans l'histoire de Panthée et Abradate, nous montre Cyrus, qui vient d'apprendre la mort d'Abradate, se précipiter sur le lieu où le corps est exposé, après avoir donné des ordres sur les cadeaux à faire pour les funérailles : Gadatas et Gobruas devaient choisir une belle parure pour le défunt καὶ ὅστις εἶχε τὰς ἑπομένας ἀγέλας καὶ βοῦς καὶ ἵππους, εἶπε τούτῳ καὶ λλα πρόβατα πολλὰ ἐλαύνειν ποι ν αὐτὸν πυνθάνηται ὄντα ὡς ἐπισφαγείη τῷ Ἀβραδάτ. Selon Paus. 9.13.4, l'armée Spartiate à l'époque classique était également accompagnée de petit bétail pour faire les sacrifices : τοῖς βασιλεῦσιν αὐτῶν [les Lacédémoniens] ἐς τὰς ἐξόδους πρόβατα εἵπετο θεοῖς τε εναι θυσίας καὶ πρὸ τῶν ἀγῶνων καλλιερεῖν· ταῖς δὲ ποίμναις ἡγεμόνες τῆς πορείας ἦσαν αἶγες, κατοιάδας οἱ ποιμένες ὀνομάζουσιν αὐτάς. Cf. à ce propos M. Jameson 1991. 199.

291 Les légions romaines avaient résolu le problème en réservant une partie de leur camp fortifié au bétail : Pol. 6.31.13.

292 Sur le sanctuaire de Zeus Panamareus, voir Laumonier 1958, 221-343.

293 Le règlement cultuel de Xanthos publié par Le Roy 1986, 279-280, 1. 3-4, offre un nouvel exemple d'interdiction des armes dans un sanctuaire.

294 Sur ce genre d'interdictions, voir Parker 1983. 170-176.

295 Leur première publication est celle de Choiseul-Gouffier 1782, 1 16-123 et pl. 64-69.

296 Pour la description de Telmessos et de sa région. Robert 1969-1990, 7. 400-407.

297 Dans la formule de datation, le prêtre Théodotos fils d'Hèrakleidès pose un petit problème. Pour Bérard 1890, 165, el Dittenberger dans OGIS, 55, n. 3, il s'agirait du prêtre alexandrin d'Alexandre et des Ptolémée, mais Mahaffy 1896. LII, a aussitôt contesté ce point et a suggéré de voir en lui un prêtre local de Telmessos.

298 Voir Holleaux 1938-1957, 3. 365-404. où sont rassemblés tous ses articles sur ce sujet parus entre 1894 et 1921. M. Holleaux a beaucoup bataillé pour défendre sa restitution des 1. 22-23 : [Π]τολεμαῖον Ἐπί[γο/νο]ν sans convaincre tout à fait ; d’après lui Ptolémée aurait reçu le surnom d'épigone, car il était fils du diadoque Lysimaque.

299 Voir les conclusions de M. Segre 1938 (cf. R. Flacelière. J. et L. Robert, Bull. ép. 39. 380-381) et, en dernier lieu, Bagnall 1976, 106-109.

300 Wörrle 1978 avec le texte p. 201-202.

301 M. Segre 1938, 183-184. Ce décret de Telmessos n'est pas daté avec précision, car le chiffre des unités de l’année de règne de Ptolémée II Philadelphe a disparu dans une lacune, mais on voit que l’on était entre la 21e et la 29e année ; on lit 1. 7-10 [ἐπειδὴ] | Λειμὼν Ἀντιπάτρ[ου-----ἀνὴρ] | καλὸς καὶ ἀγαθὸς [ὢν καὶ φίλος] | Πτολεμαίου τοῦ Λ[υσιμάχου].

302 Sur le sens de παραλαμβάνο) et de son dérivé παράληψις, voir Holleaux 1938-1957, 2. 88-91 : ils signifient “prendre possession” et “prise de possession” sans idée de violence.

303 Ptolémée possède bien Telmessos à titre de δωρεά, même si le mot n'apparaît pas dans le texte, voir Wörrle 1978, 218-221, et Savalli 1987, 129-137.

304 C'est l'hypothèse soutenue par M. Segre 1938, 184-185.

305 M. Segre 1936.

306 Tite-Live 37.56.4-5 : Haec omnia quae supra sunt scripta regi Eumnii iussa dari. Rhodiis Lycia data extra eundem Telmessum et castra Telmessium et agrum qui Ptolemaei Telmessii fuisset, hic et ab Eumene et a Rhodiis exceptas. Holleaux 1938-1957, 3. 279. n. 5, a supposé que le second Ptolémée se serait rendu à Rome pour plaider sa cause et se serait arrêté à Délos sur le chemin du retour pour y consacrer une phiale dans le sanctuaire d'Apollon.

307 M. Segre 1938, 190-208. Ce texte a été repris par Maier, Mauerhauinschriften, I. 76.

308 Dans l'édit d'Eriza émis au printemps 204 a.C. par le roi Antiochos III, il semble être question d'un autre membre de la famille des Lysimachides : le roi nomme comme grande prêtresse du culte de la reine Laodice une certaine Βερενίκην | τὴν Πτολεμαίου τοῦ Λυσιμάχου θυγατέρα (Welles, RC, 37, 1. 4-5). Pour Holleaux 1938-1957, 3. 371-372, quoiqu'il se fonde encore sur une datation haute du texte, c'est l'indice d'un rapprochement progressif des Lysimachides et de la monarchie séleucide.

309 Une lettre royale trouvée à Telmessos semble dater de cette époque : Wörrle 1979 (cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1980. 484).

310 Ces guerres seraient celles qui ont opposé Ptolémée III Évergète à Séleucos II Kallinikos entre 246 et 241 a.C. ; voir à leur propos Will 1979-1982. 1.250-261.

311 Voir Amouretti 1986, 54-56, et pour l'Égypte, Schnebel 185-197.

312 Le lupin est l'une des plantes légumineuses : Amouretti 1986, 283, et Schnebel 1925, 194-195.

313 Voir Amouretti 1986, 40 : cette céréale de mauvaise réputation parmi les anciens Grecs fournissait un complément en pain.

314 Voir Amouretti 1986, 40.

315 Le sésame est toujours cultivé dans la région, voir Robert 1969-1990, 7. 393. En Égypte, il était à la base de la production d'huile, voir Sandy 1982, 23-30.

316 Sur Γἐννόμιον en Égypte, voir Préaux 1939, 225-227 : ce n’est pas un droit d’accès aux pâturages royaux, mais plutôt une taxe sur le bétail en général.

317 Il y a une cohérence dans l'expression ἀτελεῖς τῶν τε ξυλίΙ[νων] καρπῶν καὶ ἐννομίων (1. 13-14) où l'ateleia est définie par les biens sur lesquels elle va porter, les fruits des arbres et les pâturages.

318 Voir Préaux 1939, 171-181. La proposition de Mahaffy 1896. LIV, corrigeant le texte au profit de l'expression οἰνηρὰ ἀπόμοιρα I. 15 et 20-21, est irrecevable, car les taxes sur les vignes ont déjà été abolies avec toutes celles qui portent sur les ξυλίνοι καρποί.

319 Préaux 1939. 131-133.

320 C'est ici qu'il faut évoquer le problème de la lecture de la fin de la 1. 18 où l'on lit clairement μετροῦντας ΝΑΤΑ. Diverses solutions ont été proposées, mais aucune n’est satisfaisante : voir OGIS, 55, η.12.
Notons celle de Mahaffy 1896, LIV, νέατα, qui désignerait des champs. La dernière proposition est celle de Piejko 1982. 99, n. 8 : μετροῦντας (τὰ δυ)νατά.

321 Ce passage encore n'est pas très clair puisque l'expression κατὰ τὸν | [νό]μον peut tout aussi bien porter sur ce qui précède, c'est-à-dire l'ancienne façon d'affermer les impôts, que sur ce qui suit, c'est-à-dire la nouvelle façon, après la réforme de Ptolémée. Rostovtseff 1989, 237. a préféré la première de ces solutions, croyant voir là une allusion à un νόμος τελωνικός.

322 Papazoglou 1997, 121-122, fait de la δεκάτη une caractéristique de la fiscalité des cités d'Asie Mineure.

323 Cette thèse a été soutenue par Rostovtseff 1910, 278-279, et Rostovtzeff 1989, 237 et 1034, n. 131. Elle est aussi admise par Bagnall 1976, 109, et par Papazoglou 1997, 122-123.

324 Bengtson 1964-1965, 325, a souligné les différences entre le système fiscal de Telmessos et celui qui était en vigueur en Égypte. Il existe quelques exemples d'ἀπόμοιρα en dehors d'Egypte, à Arsinoè de Chypre, dans une inscription très fragmentaire : M. Segre 1952, 319-330 (cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 54, 262, et Bagnall 1976, 228-229). A Sinuri en Carie, une ἀπόμοιρα est mentionnée dans un décret de la syngeneia de Pélékos qui accorde une ἀτέλειαν πλὴν ἀπομοίρας : voir Wilhelm 1974, 3. 264-265, sur un texte publié par Robert 1945, no 73, 1. 12.

325 Il faut signaler un dernier point : nous avons déjà mentionné l'importance du port de Telmessos. or, dans notre texte, nulle allusion n'est faite aux taxes portuaires qui devaient être une importante source de revenus. C'est qu'il n'est ici question que de la fiscalité fondée sur les autochtones, qui est à la fois directe et prévisible.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search