Version classiqueVersion mobile

L’élevage en Grèce (fin ve-fin ie s. a.C.)

 | 
Christophe Chandezon

Testimonia épigraphiques

II – Grèce centrale et Grèce du nord

Texte intégral

7. Règlement de la dette d'Orchomène de Béotie auprès d'Eubôlos d'Élatée (vers 230-210 a.C.)

1Boeckh, CIG, I, 1569 ; Newton, GIBM, II, 158 (Dittenberger, IG, VII, 3171 ; IJG, XIVter ; Michel, 1362 ; Schwyzer, DGE, 526 ; B. F. Cook, Reading the Past. Greek Inscriptions, Londres, 1990, p. 40-43, avec une photographie de la pierre, fig. 34 ; L. Migeotte, L'emprunt public, 1984, 12).
Cf. M. Feyel, Contribution à l'épigraphie béotienne. Le Puy, 1942, p. 152, droit de pacage ; D. Hennig, Chiron, 7, 1977, p. 128-131, dettes des cités béotiennes ; D. Knoepfler, Chiron, 22, 1992, no 159, p. 488.
Texte utilisé : Migeotte.

  • 1 Sur Orchomène de Béotie, voir Hennig 1974 et Papahatzis 1974-1981, 5. 220-243, sur Paus. 9.34.6-38. (...)
  • 2 1er bordereau : I. 1-12 (trésorier, Ἀγχίαρος Εὐμείλω, 1. 2) ; 2e bordereau : 1. 13-24 (trésorier : (...)
  • 3 Voir 1. 28 : Εὐβώλυ Fελατιήυ et le fait que le troisième document est daté à la fois par l'archonte (...)

2L'inscription, gravée sur une stèle de marbre brisée en bas, compte 55 lignes intégralement lisibles jusqu’à la quarante-huitième, mais se compose en réalité de trois documents émanant de la cité béotienne d'Orchomène1. Les deux premiers sont des “bordereaux de paiement” (L. Migeotte) de la cité datés par l’archonte Thynarchos, le premier du mois de Teilouthios et le second du mois d'Alalkoménios2. Orchomène devait de l'argent à un Phocidien d'Élatée, Eubôlos fils d'Archédamos3. En Teilouthios, la cité lui remboursa 16 093 drachmes puis, en Alalkoménios, 5 773 drachmes, une obole et une demiobole. Les dettes d'Orchomène étaient alors totalement apurées ; pourtant, le même mois, la cité et son ancien créancier conclurent une convention (ὁμόλογα, cf. 1. 27-28) qui fit l’objet du troisième texte que nous reproduisons ici.

  • 4 Amandry & Spyropoulos 1974, no 11 ; sur la datation de l'inscription et sur les créances d'Eubôlos, (...)

3La datation à la fin du iiie s. a.C. est aujourd'hui confirmée par la découverte d'une base orchoménienne de l'année de l'archonte Thynarchos et datée de 230-210 a.C.4.

Ἄρχοντος ἐν Ἐρχομενῦ Θυνάρχω, μει-
νὸς Ἀλαλκομενίω, ἐν δὲ Ϝελατίη Με-
νοίταο Ἀρχελάω, μεινὸς πράτω, ὁμό-
[28] λογά Εὐβώλυ Fελατιήυ κὴ τῆ πόλι Ἐρ-
χομενίων· ἐπιδεί κεκόμιστη Εὔβω-
λος πὰρ τᾶς πόλιος τὸ δάνειον ἅπαν
κὰτ τὰς ὁμολογίας τὰς τεθείσας Θυ-
[32] νάρχω ἄρχοντος, μεινὸς Θειλουθίω,
κὴ οὔτ’ὀφείλετη αὐτῦ ἔτι οὐθεν πὰρ τὰImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg
πόλιν, ἀλλ’ἀπέχι πάντα περί παντòς
κὴ ἀποδεδόανθι τῆ πόλι τὺ ἒχοντες
[36] τὰς ὁμολογίας, εἶμεν ποτιδεδομέ-
νον χρόνον Εὐβώλυ ἐπινομίας Fέτια
πέτταρα βούεσσι σοὺν ἵππυς διακα-
τίης Ϝίκατι, προβάτυς σοὺν ἤγυς χει-
[40] λίης· ἄρχι τῶ χρόνο) ὁ ἐνιαυτός ὁ μετὰ
Θύναρχον ἄρχοντα Ἐρχομενίυς· ἀπ[ο]-
γράφεσθη δὲ Εὔβωλον κατ’ ἐνιαυτὸν
ἕκαστον πὰρ τὸν ταμίαν κὴ τὸν νομώ-
[44] ναν τά τε καύματα τῶν προβάτων κὴ
τᾶν ἠγῶν κὴ τᾶν βουῶν κὴ τᾶν ἵππων κ[ἤ]-
κα τινὰ ἄσαμα ἴωνθι, κὴ τὸ πλεῖθος··με[ὶ]
ἀπογραφέσθω δὲ πλίονα τῶν γεγραμ-
[48] Image 100000000000000C0000000FD292D7E5.jpgνοιν ἐν τῆ σουγχωρείσι· ἠ δέ κά τις
[πράτ]Image 10000000000000060000000F4854661A.jpgη τὸ ἐννόμιον Εὔβωλον, ὀφειλέ-
[τω ἁ πό]Image 10000000000000060000000F79944958.jpgις τῶν Ἐρχομενίων ἀργουρίω
[μνᾶς] Image 10000000000000080000000FF2E86217.jpgετταράκοντα Εὐβώλυ καθ’ ἔκα-
[52] [στον ἐ]νιαυτόν, κ[ὴ] τόκον φερέτω δρα(χμὰς) Image 100000000000000B0000000F0C287CA1.jpg
[ἀπò] τᾶς μνᾶς ἑκάστας κατὰ μεῖνα
[ἔκασ]Image 10000000000000060000000F4854661A.jpgον, κὴ ἔμπρακτος ἔστω ẸὐImage 10000000000000070000000F9AD1C6BB.jpg[ώλυ]
[ἁ πόλις] Image 10000000000000130000000FE09FD5DC.jpgImage 10000000000000130000000F7A313F63.jpg[ο]Image 10000000000000100000000FABCB5A9F.jpg[ίων-------]

4L. 27-28 : ὁμο|λογ(ί)α, Boeckh et Newton, mais ὁμόλογα est bien une forme normale en Béotie.
L. 41-42 : ἀποIγράφεσθη, Boeckh, sa copie notant bien le O.
L. 45 : κἤ, Boeckh. avec le H sur sa copie.
L. 46 : μεὶ. Boeckh, avec le I sur sa copie.
L. 49 : [πράττειτ]η, Dittenberger, pour la justification de [πράτ]τη, voir Migeotte.
L. 52 : κὴ, Boeckh, avec le H sur sa copie.
L. 52-53 : δρά[χμας I δούω], Boeckh.
L. 53 : [κατὰ]. Newton au début de la ligne.
L. 55 : τ[ῶ]ν Ἐρχομενί[ω]ν, Boeckh.

5Traduction : “(...) Sous l'archontat de Thynarchos à Orchomène, au mois d'Alalkoménios, et de Ménoitas fils d'Archélaos à Élatée, au premier mois, convention d’Eubôlos d’Élatée avec la cité des Orchoméniens ; attendu qu'Eubôlos a reçu de la cité toute sa créance en vertu des conventions passées sous l'archontat de Thynarchos, au mois de Teilouthios, et que plus rien ne lui est dû par la cité, mais qu'il la tient quitte de tout et que ceux qui les détenaient ont restitué les conventions à la cité, que l'on accorde en outre à Eubôlos un droit de pâturage pour une période de quatre années pour deux cent vingt bovins ou chevaux et pour mille moutons ou chèvres ; que l'année après celle de l'archonte Thynarchos à Orchomène marque le début de cette période ; que chaque année, Eubôlos déclare par écrit auprès du trésorier et du gardien des pâturages les marques des moutons, des chèvres, des vaches et des juments, tout ce qu'il peut y avoir de bêtes sans marque et combien il y en a en tout ; qu'il n'en déclare pas plus que ce qui est écrit dans l'accord ; et si quelqu'un réclame l'ennomion à Eubôlos, que la cité des Orchoméniens soit redevable de quatre cents mines d'argent à Eubôlos chaque année avec un intérêt mensuel de trois drachmes par mine et que la cité des Orchoméniens puisse être saisie par Eubôlos […]”.

  • 5 IJG. 1, p. 311 ; Feyel 1942b, 152, exprime une opinion semblable.
  • 6 Migeotte 1984, 52, qui insiste sur le sens véritable de ποτιδεδομένον (1. 36-37) qui signifie que l (...)

6D'après les lignes 33-36, Eubôlos déclare avoir été totalement remboursé de ses créances par la cité d'Orchomène. L'objet principal du troisième document du dossier est d'accorder à Eubôlos un avantage supplémentaire, un droit de pâturage (ἐπινομία, cf. 1. 37) gratuit sur les terres publiques de la cité, nul ne devant lui réclamer la redevance habituellement payée pour cela et appelée ici l'ennomion (ἐννόμιον, 1. 49). Le texte n'est pas très clair sur les causes de cet avantage. Les éditeurs des IJG n'y voient qu'une “monnaie d'appoint qui complétait la somme si péniblement restituée” par la cité5. Pour L. Migeotte, ce droit de pâturage serait une compensation pour une remise accordée par Eubôlos, peutêtre pour une pénalité que la cité aurait dû verser à cause de ses retards de paiement6. En tout cas, le fait que la convention sur les droits de pâturage ait été conclue le mois du second remboursement peut indiquer que cette concession avait été prévue lors des négociations sur la liquidation de la dette d'Orchomène.

  • 7 Les marques au fer rouge apparaissent aussi dans la Hiera Syngraphè de Délos (no 24, 1. 25-26) et d (...)
  • 8 Certains des chevaux de la cavalerie athénienne sont de la même façon ἅσημοι, voir Braun 1970, 199 (...)

7Cette compensation est loin d'être négligeable. On est frappé par le luxe de précautions dont s'entoure la cité. Ce droit est borné à quatre ans à partir du début de l'année suivante et Eubôlos pourra presque aussitôt commencer à l'utiliser puisque la convention date du dernier mois de l'année de Thynarchos. L'epinomia est aussi limitée en nombre et la cité distingue deux catégories d'animaux : les vaches et les juments d'une part (le gros bétail), les moutons et les chèvres d'autre part (le petit bétail). Eubôlos aura droit de faire paître 220 têtes de la première catégorie et 1 000 de la seconde. La cité tient aussi à ce qu'Eubôlos fasse chaque année inscrire auprès du trésorier et du nomônas le nombre exact des animaux et leurs marques (καύματα, 1. 44). Le mot est formé à partir du verbe καίω (“brûler”) et cela montre que ces marques étaient apposées au fer rouge et indiquaient le propriétaire des animaux7. Il est prévu que certains animaux n’aient pas encore été marqués (ἄσαμα, 1. 46). Il s'agit vraisemblablement des bêtes les plus jeunes8.

  • 9 Les trésoriers d'Orchomène étaient en fonction pour un quadrimestre, voir Roesch 1965, 210-21 1. Da (...)
  • 10 Roeseh 1965. 212-213. Le système décrit ici n'est pas sans rappeler le fonctionnement de la scriptu (...)

8Ces déclarations devaient se faire auprès de deux personnes, le trésorier et le nomônas. Puisqu'il y avait ordinairement paiement d’une redevance, l'ennomion, l'intervention du trésorier de la cité est normale9. Quel était alors le rôle du nomônas ? Les IJG traduisent par “adjudicataire des pâturages”, tandis que L. Migeotte préférait “administrateur des pâturages". P. Roesch y voyait un “magistrat chargé de percevoir la taxe sur les pâturages”10. En effet, étymologiquement, c'est le fermier de l'iennomion. Il entretenait certainement un personnel de collecteurs et devait connaître les marques de chaque propriétaire et le nombre de têtes de bétail pour lesquelles ils avaient acquitté l'ennomion.

  • 11 Sur cette clause, voir Bravo 1980, 937-938.
  • 12 CIG, I, 1569, p. 745.

9De son côté, Eubôlos recevait certaines garanties. Personne ne pourra lui réclamer la redevance pour ses animaux, sinon la cité aura à lui verser une importante amende et le texte prévoit même le taux d'intérêt au cas où la cité ne payerait pas son amende. Ultime garantie, Eubôlos aura même le droit de saisir la cité si l'amende ne lui est pas versée11. Böckh s'était étonné de voir que l’abus d'un simple citoyen pouvait rejaillir ainsi sur la cité12. Cela se comprend mieux si l'on garde présent à l'esprit que seul le trésorier ou le nomônas avaient la possibilité de réclamer à Eubôlos le paiement d'une redevance dont il était exempté : la cité était directement responsable des actes de son trésorier et du fermier à qui le recouvrement de la taxe avait été adjugé.

10Cette inscription apporte donc certaines informations sur la gestion des pâturages publics d'Orchomène de Béotie : leurs utilisateurs devaient acquitter, au début de l'année, une redevance (ἐννόμιον) payée par tête au trésorier de la cité en charge. A titre tout à fait exceptionnel, un étranger pouvait recevoir un droit de pâturage (ἐπινομία) qui le dispensait du paiement de la redevance.

  • 13 La carte de Roeseh 1965, 59-60, montre qu'Orchomène était adossée au mont Akontion, mais l'étendue (...)
  • 14 Les lacs karstiques d'Arcadie ont été étudiés par Baladié 1980, 93-116. Pour le Copaïs, la document (...)
  • 15 Voir Geiger 1922b, col. 1355-1357. Les travaux d'aménagement d'un autre lac karstique de Grèce, cel (...)
  • 16 II semblerait que le début de l’époque hellénistique fut une période de remise en fonctionnement d' (...)
  • 17 C'est cette seconde solution qui paraît la plus probable : il semblerait que les cités riveraines a (...)
  • 18 Les éditeurs des IJG, I. p. 310, η. I. pensent aussi que les pâturages publics d’Orchomène étaient (...)
  • 19 Une inscription très mutilée d'Orchomène, IG, VII, 3170, témoigne de délimitations de parcelles don (...)

11Reste une autre question : où les pâturages publics d'Orchomène étaient-ils situés ? On pourrait penser aux confins (ἐσχατιαί) montagneux du territoire de la cité13. Mais surtout il ne faut pas oublier qu'Orchomène était une cité du Copaïs ; son agglomération se trouvait presque à l’extrémité occidentale du lac. Le Copaïs était un lac karstique dont les catavothres constituaient les seuls émissaires ; il était soumis à un régime capricieux et menaçait souvent d'inonder son bassin et de détruire les récoltes14. Mais, dès l'Antiquité, les habitants de ses rives avaient fait des efforts d'assainissement. Les plus anciens travaux de canalisation remontaient à la préhistoire15, mais les efforts d'aménagement ne durent jamais cesser16. Qui pouvait les organiser ? Certainement pas de simples particuliers, mais plutôt les cités elles-mêmes, soit séparément, soit dans un effort commun17. En raison de leur humidité, les terres gagnées sur le lac étaient favorables à l'élevage, et spécialement à celui du gros bétail18. On supposera qu'une partie de ces terres était restée domaine public et que la cité faisait payer un droit d'usage à leurs utilisateurs19.

  • 20 Les deux cités étaient séparées par le territoire de Chéronée. Sur Élatée, voir Papahatzis, 5. 432- (...)

12Il faut garder présent à l'esprit le cas où Eubôlos aurait été un Élatéen habitant à Orchomène ; pourtant, il n'avait pas nécessairement besoin d'y résider pour profiter du droit qui lui était octroyé : sa patrie, Élatée, n'était pas riveraine du lac et pas même limitrophe d'Orchomène20. Les communications entre elles devaient être cependant faciles, car, d'Élatée à Orchomène, il suffisait en effet de suivre la vallée du Céphise béotien qui prend naissance sur le territoire d'Élatée et se jetait dans le lac près d'Orchomène.

13Tout cela donne en outre une idée de la fortune d'un notable de la fin du iiie s. a.C., fortune fondée en partie sur l'élevage, sur de vastes capacités financières (cf. le prêt à Orchomène) et sur des intérêts qui s'étendaient bien au-delà des limites de sa patrie.

8. Accord entre Akraiphia et Kallôn au sujet de la dette publique (vers 225-200 a.C.)

14N. G. Pappadukis, AD, 8, 1923, no B, p. 189-192 (cf. SEC, 3. 1929, 356 ; W. Schwahn, Hermes, 66, 1931, p. 342-343 ; H. W. Pleket, Epigraphica 1, 30 ; Nouveau choix, 24) ; L. Migeotte, L'emprunt public, 1984, 16.
Cf. M. Feyel, Contribution à l'épigraphie béotienne, Le Puy, p. 27, n. 1, restitutions 1. 8-9 ; R. Bogaert, ZPE, 33, 1979, p. 126-130, aspects financiers.
Texte utilisé : Migeotte.

  • 21 Sur la même pierre est gravé un second document réglant une dette d'un montant de plus de 5 000 dra (...)

15Le deuxième document du dossier béotien provient de la cité d'Akraiphia, sur la rive orientale du Copaïs. Sa première édition remonte à 1923, mais il doit maintenant être consulté dans le livre de L. Migeotte sur l'emprunt public, puisqu'il est encore question de dettes de la cité21.

[Κ]άλλων Σωσκράνιος ἀφεῖκε τὰν
[π]όλιν ἀφ’ὧ ὤοφείλε αὐτῦ, ἀπὸ δρ[α]-
[χ]μάων χειλιάων ἐξακατιάων
[4] ἐβδομείκοντα διοὺ πέντ’ ὀβολ[ῶ]ν
[ἑ]μνιωβελίω, ἀφ’ οὕτω ἀφεῖκε δρα-
[χ]μὰς ἑξακατίας ἑβδομείκοντα
διού πέντ’ ὀβολὼς ἑμνιωβέλιον
[8] [κ]ὴ τόκον παντὸς τῶ ἀργουρίω (ὦ)
[ἀν]εγέγραπτο ἀ πόλις Fετίων
[πέ]ντε, δραχμὰςὀκτακατίας
[τρι] άκοντα πέντε.
[12] [Ἁ π]όλις Ἀκρηφιείων ἔδιοκε Κάλ-
[λ]ωνι Σωσιφάνιος αὐτῦ κὴ ἐγγό-
[ν]υς ἐπινομίαν βοτῦς Fιδίυς
πεντείκοντα.

16Les restitutions sont de Papapdakis.

17L. 8 : le relatif ὧ est indispensable. Pappadakis (suivi par Migeotte) suppose qu'il a été oublié par le graveur.
L. 9 : [ὧ] ἐγέγραπτο, Feyel.

18Traduction : “Kallôn fils de Sôsiphanès a fait remise à la cité de ce qu'elle lui devait ; sur mille six cent soixante-douze drachmes, cinq oboles et une demi-obole, il a fait remise de six cent soixante-douze drachmes, cinq oboles et une demi-obole ainsi que des intérêts de la somme pour laquelle la cité était assignée pour cinq ans, huit cent trente-cinq drachmes.

19“La cité d'Akraiphia a accordé à Kallôn fils de Sôsiphanès, à lui et à ses descendants, le droit de pâturage pour cinquante têtes de bétail lui appartenant en propre”.

  • 22 Migeotte 1984, no 16B : pour la datation des deux textes, p. 76. Sur les archontes d'Akraiphia. Roe (...)

20Le texte pour Kallôn ne mentionne pas l'éponyme d'Akraiphia, mais celui qui lui fait suite sur la pierre, en faveur du Thébain Euklidas, est daté par l'archonte Phrounychos22, déjà connu par un autre document du dernier quart du iiie s. a.C.

21Comme l'a fait remarquer L. Migeotte, ce texte n'est pas à proprement parler une convention entre la cité et son créancier (comme à Orchomène, no 7), ni un décret (comme à Kopai, no 9), mais une minute extraite des archives de la cité pour être gravée sur pierre. Un autre document, sur papyrus, a probablement été remis à Kallôn confirmant officiellement l’octroi du droit de pâturage.

  • 23 R. Bogaert a pensé que cette dette pourrait provenir d'un achat à crédit de la cité à Kallôn. Comme (...)

22Kallôn était citoyen d’Akraiphia puisque le texte ne précise pas son ethnique. Sa patrie, dans un moment difficile, lui avait emprunté de l'argent, peut-être pour une somme ronde (1 000 drachmes ?)23. Avec les intérêts, la dette publique avait fini par s'élever jusqu'à un montant de 1 672 drachmes, 5 oboles et demie et Akraiphia, toujours dans l'impossibilité d'éteindre sa dette, avait accepté que les intérêts soient capitalisés. Cinq années encore s'étaient écoulées et la cité devait désormais 835 drachmes de plus pour les intérêts de cette période supplémentaire. Sa dette se montait donc alors à un total de 2 507 drachmes, 5 oboles et demie. C'est alors qu'intervint un accord entre la cité et son créancier : Kallôn fut remboursé de 1 000 drachmes, mais renonça (ἀφεῖκε, 1. 1 et 5) aux 1 507 drachmes, 5 oboles et une demi-obole restantes.

  • 24 Βοτός est une variante de βοτόν qui a le sens général de tête de bétail, mais peut prendre celui pl (...)

23A titre de compensation, il reçut le droit de pâturage (ἐπινομία, cf. 1. 14) pour cinquante têtes de son propre bétail. Le texte dit βοτῦς Ϝιδίυς (1. 14), ce qui indique peutêtre que seul le petit bétail était concerné24. Dans ce cas, outre la limitation à cinquante têtes, le privilège accordé à Kallôn pourrait paraître bien léger en comparaison de celui qui fut octroyé par Orchomène à Eubôlos d'Élatée. Mais, à la différence de ce dernier, aucune limitation dans le temps n'est spécifiée et l'epinomia de Kallôn était même héréditaire. La concession de la cité prend alors toute son ampleur, puisqu'elle hypothéquait définitivement l'une de ses sources de revenus.

  • 25 Ainsi dans le décret de proxénie de Cotyrta pour Peiitas d'Asôpos (no 68).

24On notera en passant que la formule employée aux 1. 12-15 est l'écho exact de celles que l’on trouve dans les décrets de proxénie accordant le droit de pâturage, de sorte que l'on peut se demander si l'on ne trouve pas des parallèles à notre propre texte dans certains décrets de proxénie où il est question de créances détenues par le bénéficiaire sur la cité25.

  • 26 Sur Akraiphia, voir Roesch 1965, 64, et Papahatzis 1974-1981,5. 147-156, sur Paus. 9.23.5-6.
  • 27 C'est là que se trouvait le célèbre sanctuaire du Ptôion contrôlé par la Confédération béotienne ju (...)
  • 28 Philippson 1950-1959, 1. 485-490, insiste sur le caractère montagneux des rives nord et est du Copa (...)
  • 29 Sur le lac d'Hylè (nom moderne : lac de Likéri), voir Philippson 1950-1959, 1.494.

25Le texte pour Kallôn présente aussi une particularité d'importance : l'epinomia n’est connue qu'en tant que privilège accordé à des étrangers et le texte d'Orchomène pour Eubôlos ne fait pas exception à la règle. Il faudrait donc en conclure que le mot epinomia servait aussi à qualifier le droit de pâturage accordé à un citoyen et surtout qu'à Akraiphia (comme à Kopai, no 9) les citoyens devaient payer une redevance pour avoir accès aux pâturages publics ou tout au moins à une partie d'entre eux. Pour la localisation de ces pâturages publics, on pense d'abord aux zones montagneuses du territoire d'Akraiphia26 comme la région du mont Ptoôs27. Les rives escarpées du lac Copaïs près d'Akraiphia étaient plus difficiles à assainir, mais il y a bien eu des travaux dans la baie28. Akraiphia possédait aussi une partie des berges du lac d'Hylè situé dans la partie orientale de son territoire où des pâturages publics pouvaient être gagnés sur le lac29.

9. Décret de Kopai pour la dette contractée auprès de Kleuédra et Olioumpicha (début du iie s. a.c.)

26M. Feyel, Contribution à l'épigrapliie béotienne, Le Puy, 1942, p. 148-155 (H. W. Pleket, Epigraphica 1, 32 ; SEG, 22. 1967. 432 ; L. Migeotte, L'emprunt public, 1984, 15 ; P. Roesch in : La femme dans le monde méditerranéen, Lyon, 1985. p. 81-84).
Cf. D. Knoepfler, Chiron, 22, 1992, no 177, p. 499.
Texte utilisé : Roesch avec des modifications.

  • 30 Sur Kopai, voir Geiger 1922a, Papahatzis 1974-1981,5. 158-161, et Fossey 1979,560-562.

27Ce décret de Kopai complète la série de textes provenant des cités du lac Copaïs. Il y est encore question de dettes publiques et le document a naturellement trouvé sa place dans le recueil de L. Migeotte. Kopai était une cité béotienne de la rive nord du lac Copaïs et son territoire (d'une superficie de 50 km2 environ) était limitrophe à l'est de celui d'Akraiphia. L'agglomération elle-même se trouvait sur un site semblable à celui d'Orchomène de Béotie : une colline formant presqu'île, ce qui la mettait à l'abri des caprices du lac30.

Θιός-τιούχα ἀγαθά·
Ἀρχικλίδαο ἄρχοντος, πολεμαρ-
[χιό[ντων Χαρίνω Μνασιξένω, Ἐ[μπέ?]-
[4] Image 10000000000000080000000F57E9DCFE.jpgωνος Σωσικλεῖος, Εύχειρίδαο ΝίImage 10000000000000070000000FE1193321.jpgω-
[νος], γραμματίδδοντος Χάρμωνος Ṭ[ι]-
Image 100000000000000C0000000F3D1ADB3E.jpgοImage 10000000000000070000000F5FAE8551.jpgείτω ἔδοξε τῦ δάμυ έπεψά-
[φιδ]Image 10000000000000080000000F57E9DCFE.jpgε Χαρῖνος Εὐχειρίδας Νίκ[ωνος]
[8] [ἔλεξε· π]ροβεβωλε[υ]μένον εἶμεν [αὑτῦ]
ποτὶ δᾶμον· ἐπιδεὶ Image 100000000000000B0000000F5D3DD785.jpgImage 10000000000000070000000FB1AD27A6.jpgμο[λογίη? τῆ]
πὸλι κεχρει[μ]ενάων Κλευέδ[ρας]
[κὴ] Ὀλιουμπίχας ἔν τε τῦς προιό[ντεσσι]
[12] [χρόνυς?], νιοῦν δὲ ἀφειώσας ΚλευϜέ[δρας]
[κὴ Ὀλιουμπίχας] τὰν πόλιν ὧν Image 100000000000001F0000000F7BBFF1AC.jpg[όαν]-
θImage 10000000000000050000000FE8A9B739.jpg χρειμάτων Image 10000000000000110000000FB961767D.jpg πολεμαρχυς ἐν τῆ ἀρ[χῆ],
[δοθί]Image 100000000000000F0000000FD59E5D5F.jpg[ς] δὲ αὐτής κὴ ἐν τοῖ [------]
[16] ἐπινο[μί]ας πὰρ ᾶς πόλιος καθ’ὁμολ[ογίαν]
ἐκατέρη βοτῶν ἰδίων διακατίων, [ἔττε?]
Image 10000000000000070000000FE710DFE3.jpgπικε[κ]ομίδαθη τὰ χρείματα, καλ[ὸν δέ]
ἐστι κὴ τὰν πόλιν φανεράν εἶμεν ἐμ[μέ]-
[20] [ν]ωσα[ν ἐ]Image 10000000000000080000000FD36901B5.jpg [τ]ῆς ὀμολογίης κὴ εὐϜεργ[ε]-
[τίωσαν τώς κ[εχρει[μέ]Image 10000000000000150000000FFC483490.jpg αὐτ]ῆ· δεδό[χθη]
[τῆ πόλι----------]Image 10000000000000080000000FFF087CF3.jpgΝΙImage 10000000000000050000000F94DE11EB.jpg---------]Ν ΚλImage 100000000000000C0000000F6CF3D147.jpg[Ϝέ]-
[δραν κὴ Ὀλιουμπίχαν------]

28Restitutions de Feyel pour l'essentiel.

L. 5-6 : Feyel voit un Γ et une lettre effacée à la fin de la 1. 5 et ẸΙImage 100000000000000D0000000F28EA5E00.jpgΕΙΤΩ au début de la suivante (repris par Pleket et Migeotte) ; la restitution Τ[ι]|Image 100000000000000C0000000F3D1ADB3E.jpgοImage 10000000000000070000000F5FAE8551.jpgείτω est de Roesch.
L. 7 : [φιδ]Image 10000000000000080000000F57E9DCFE.jpg[ε] pour Feyel, Pleket et Migeotte.
L. 7-8 : Νίκ[ωνος ἔλε|ξε] Feyel, Pleket, Migeotte.
L. 13-14 : Image 10000000000000220000000FB48E2580.jpg à la fin de la 1. 13 selon Feyel qui voit ensuite une haste oblique (pointée), puis ΘΙ (repris par Migeotte) ; Image 100000000000001A0000000F832B89CB.jpg[όαν]Iθι, Roesch.
L. 14 : Image 100000000000000E0000000F63CBD8F7.jpg πολεμαρχίη ENTHAI puis une lettre effacée selon Feyel ; Image 100000000000000E0000000F63CBD8F7.jpg πολεμαρχίη ἐν τῆ ἀImage 10000000000000080000000F9BE33668.jpg[χῆ], Pleket et Migeotte ; Roesch juge cette lecture impossible, πολεμαρχία ne pouvant désigner que la fonction de polémarque, non le collège des polémarques.
L. 15 : [δοθίσας?], Feyel, Pleket et Migeotte ; ἐν τοῖ, derniers mots vus sur la ligne par Feyel, repris par Migeotte, leçon que nous suivons ici ; ἐν τὸImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg [ἠὶ χρόνον], Roesch.
L. 17 : [νιοῦν?], Feyel, suivi par Pleket et Roesch ; [ἔττε?], suggéré par Feyel et repris par Migeotte ; nous suivons la leçon de Migeotte.
L. 18-19 : καImage 10000000000000070000000FDCCAF651.jpg[όν] I ἐImage 10000000000000080000000F84D54294.jpgτι, Migeotte.
L. 22 : Feyel ne voit que quelques lettres sur cette ligne, Image 10000000000000070000000F21564CDC.jpgΝImage 10000000000000050000000F0EB617E7.jpg au milieu et NKAImage 100000000000000E0000000FE7FD8200.jpg à la fin de la ligne (repris par Pleket et Migeotte).

29Traduction : “Dieu ; bonne fortune ; Archiklidas étant archonte, Charinos fils de Mnasixénos, Empédôn fils de Sôsiklès, Eucheiridas fils de Nikôn étant polémarques, Charmôn fils de Timogeitos étant secrétaire ; il a plu au peuple ; Charinos a mis aux voix ; Eucheiridas fils de Nikôn a proposé, après proposition du Conseil soumise au peuple ; attendu que Kleuédra et Olioumpicha ayant par convention accordé durant les années passées un prêt à la cité, que Kleuédra et Olioumpicha ayant tenu quitte la cité des sommes versées aux polémarques en charge, qu'un droit de pâturage perpétuel leur ayant été accordé dans le [...] par la cité par convention pour deux cents têtes de bétail leur appartenant en propre, les sommes ont été remises et attendu qu'il est bon que la cité aussi manifeste clairement qu'elle respecte la convention et quelle se montre généreuse pour ceux qui lui ont avancé de l'argent, plaise à la cité que [...] Kleuédra et Olioumpicha [...]”.

  • 31 Feyel 1937. 222, note que bien souvent en Béotie les décisions n'ont guère d’autre objet que de fai (...)
  • 32 Le décret de proxénie de Lamia (no 99) accorde lui aussi l'ἐπινομία à une femme.
  • 33 Roesch 1983, 82. Il s'agit là d'une modification importante par rapport aux théories habituelles : (...)

30A la différence des deux textes précédents, les décisions de ce décret de Kopai ont été perdues et seuls subsistent les considérants31. Les deux femmes qui ont avancé de l'argent, Kleuédra et Olioumpicha, sont manifestement des citoyennes de Kopai, peut-être deux soeurs32. Financièrement, la situation est classique. Par le passé les polémarques en charge ont trouvé les caisses de la cité vides et ont avancé de l'argent sur leur propre fortune. Pour les rembourser, la cité a emprunté la somme auprès de Kleuédra et Olioumpicha puis, comme l'état des finances publiques ne s'améliorait toujours pas, il avait fallu en arriver à un compromis : l'octroi d'un droit de pâturage (ἐπινομία, cf. 1. 16) pour deux cents têtes de bétail pour chacune des créancières ; ce sont donc quatre cents animaux qui seront autorisés à paître gratuitement sur les pâturages de la cité. Le terme utilisé pour les désigner, βoτά, s'applique peut-être plus particulièrement au petit bétail. Le remboursement intervient donc selon les mêmes méthodes que dans les deux documents précédents. Les lignes 15 à 18, qui traitent de l’octroi de l'epinomia, comportent un certain nombre de lacunes qui rendent la compréhension de cette clause difficile dans ses détails. Pour P. Roesch, le droit de pâturage était accordé à vie contre remise de la dette et les restitutions qu'il propose vont dans ce sens33. L. Migeotte suggère des restitutions différentes qui indiquent plutôt qu'à l'époque du décret le temps pendant lequel les deux femmes pouvaient exercer leur epinomia était achevé. Les parallèles, le texte d'Orchomène pour Eubôlos et celui d'Akraiphia pour Kallôn, ne permettent pas de trancher de façon certaine : l'un, le premier, montre un droit de pâturage accordé pour une durée limitée, tandis que l'autre, le second, comporte un octroi à vie.

  • 34 L'accord est désigné comme une ὁμολογίη (cf. 1. 15) une convention. Il ne faut pas la confondre ave (...)

31L'accord34 entre la cité et ses créancières a été négocié et ces dernières avaient donc sans doute l'intention d’utiliser le droit qui leur était accordé : c'étaient de riches propriétaires terriennes.

10. Brigandage et bétail d'après un décret d' Hyettos en Béotie (après 171 a.C.)

32A. Wilhelm, “Inschrift aus Hyettos”, JOEAI, 8. 1905, p. 276-285 = Abhandlungen, 1, p. 242-251 ; A. Bielman, Retour à la liberté, 1994, 49.
Cf. L. Robert, Études anatoliennes, p. 95, n. 4, brigandage ; M. Feyel, Contribution à l'épigraphie béotienne, Le Puy. 1942, p. 52, n. 2, date ; L. Robert, Hellenica, XI-XII, Paris. 1960. p. 136, n. 1, brigandage, date ; P. Ducrey, Le traitement des prisonniers de guerre dans la Grèce antique des origines à la conquête romaine, Paris, 1968, p. 26-27, 45, vocabulaire et p. 187, brigandage ; R. Étienne et D. Knoepfler, Hyettos de Béotie et la chronologie des archontes fédéraux entre 250 et 171 av. J.C., Paris, 1976, p. 11. n. 31, découverte et situation actuelle de la pierre, p. 163-168, signature d’Homolôïchos, lieu d'exposition de la base ; P. Roesch, Études béotiennes, Paris, 1982, p. 116-117, signature d’Homolôïchos ; J. et L. Robert, Amyzon, Paris, 1983, p. 109, brigandage.
Texte utilisé : Bielman.

  • 35 C’est cette signature, plus que les décrets, qui a intéressé les commentateurs. Étienne & Knoepfler (...)
  • 36 Remarque de Wilhelm 1984, 1. 245-247, reprise par tous ceux qui se sont intéressés à cette signatur (...)

33Le texte est gravé sur une base de statue brisée dont deux fragments non jointifs ont été retrouvés. La signature du sculpteur, un certain Homolôïchos fils de Sôkratès, occupe le haut de la pierre35. Par la suite, la cité d’Hyettos fit inscrire au-dessous deux décrets au moins, décrets qui n'ont probablement aucun rapport avec les personnages représentés par Homolôïchos36. Le texte du décret de gauche est assez bien conservé, jusqu'à la formule hortative du moins, avec cependant une lacune au centre droit. En revanche, du décret de droite, il ne reste que quelques lettres au début des treize premières lignes, assez cependant pour reconnaître que le texte était exactement semblable à celui du décret de gauche. En complétant l'un par l'autre, Wilhelm a pu parvenir à un texte sûr.

[Ἔ]δοξεν τῶι συνεδρίωι καὶ τῶι· δήμιοι [περί φυλακῆ]ς τῆς πό-
[λ]εως· ἐπειδὴ γινομένων ἀδικημ[άτων μει|ζόνων κατὰ
τὴν χώραν διὰ τὸ παραγινόμενον [ὄχλον ἐ]πὶ λῃστέ-
[4] [α]ι καὶ ἁρπαγῆι τῶν ἀλλοτρίων [αὐλάς] τε ἐκκό-
[π]τειν καὶ φόνους ἐπιτελεισ[θαι κ]αὶ ἁρπαγάς
[σ]ωμάτων τε και θρεμμάτων, [ἀν]αγκαῖον δέ-
[ἐ]στιν ἐν τοῖς τοιούτοις [καιροῖ]ς ἀ[ν]τέχεσ-
[8] [θ]αι μάλιστα τῶν δυναμ[ένων] βοηθεῖν
τῆι πόλει καὶ ἀνασῴζειν [τὰ ἀ]πολλύμε-
[ν]α καὶ παραφυλάττειν κ[αὶ κωλ]ύειν
τοὺς [τ]ὰ ἀδικήματα συντ[ελου] μένους·
[12] τυγ[χ]άνουσιν δὲ καὶ Πολ[έμαρχ]οςΔικα[ι]-
άρχ[ου κ]αὶ Ἁγίας Πολεμά]ρχου Ὑπ]αταῖοι
[ὑ]πάρχοντες ἄνδρες [εὐνοικῶς διὰ τέλ]ους <διὰ>-
[κ]είμε[ν]οι πρὸς τὴν ἡμετέ[ραν ττόλι]ν κα[ὶ]
[16] [χρ]είας παρεχόμενοι μεγά[λας τοῖς π]αρ[α]-
[γ]ινομένοις πρὸς αὐτοὺς [τῶν ἡμετέρων]
[π]ο[λι]τῶν [κα]ὶ ἀνεζητήκ[ασιν ὑπὲρ των ήρ]-
[π]ασμένων καί ἀ[ν]ασ[ε[σῴ[κασιν διά τῆς ἰ]-
[20] [δ]ία[ς] φιλο|π]ονίας· ἵνα ο[ὖ]ν κ[αὶ Ὑήττιοι φαί]-
[ν]ωνται |τ|ιμῶντες τούς [ἀγαθούς τῶν]
ἀ[νδρ]ῶν καὶ χάριν ἀποδι]δόντες τῆς εὐ]-
ν[οί]ας τήν [τε] σπου]δὴν] II Κ[-------]
[24] [τ]ες οἰ ΠΡΟ[- 2-3 1. -]ΟIΜΕ[..]0Γ[..]ΙΝ[------]
[-------] χρείαν [...]ΙΓ[-4-5 1. - ]Τ[-------]
[-----δεδόχθαι τ]ῶι δ[ή]μ[ωι ἐπαινέσαι Πολέ]-
[μ]αρχυν [καὶ] Ἁ[γί]α[ν---]ΥΣ[-----]

34Restitutions de Wilhelm.

35L. 12 : ΔικαIάρχ[ου, Wilhelm, mais le fac-similé qu'il donne laisse bien la place pour restituer Δικα[ι]Iάρχ[ου.
L.. 18 : Wilhelm a fait remarquer que la lacune laisse peu de place pour [κα]ὶ et Ph. Gauthier nous a suggéré une autre restitution possible : [o]ἳ.
L. 27 : Ἁ[γί]αν?, Wilhelm. Quelques lettres seulement subsistent au début des 3 lignes suivantes (A. 1. 28 ; T, 1. 29 ; Y[.]OYT, 1. 30).

36Traduction : “Il a plu au Conseil et au peuple ; concernant la sauvegarde de la cité ; attendu que de graves injustices ont été commises sur le territoire de la cité parce qu'est survenue une troupe pour piller et voler les biens d'autrui et qui attaquait les fermes, commettait des meurtres et enlevait des personnes et des bestiaux et qu'il est nécessaire en de telles circonstances de venir en aide à ceux qui peuvent le mieux s'y opposer, recouvrer les biens perdus, surveiller et punir ceux qui commettent de telles injustices ; Polémarchos fils de Dikaiarchos et Hagias fils de Polémarchos d'Hypata, se trouvant depuis toujours remplis de zèle pour notre cité et rendant de grands services à ceux de nos concitoyens qui ont recours à eux, sont partis à la recherche des biens enlevés et ont pu les sauver grâce à leur énergie ; afin donc que les Hyettiens manifestent clairement qu'ils honorent les hommes de bien et leur savent gré de leur zèle et leur peine [...] plaise au Conseil et au peuple de décerner l'éloge à Polémarchos et Hagias [...]”.

  • 37 Polémarchos fils de Dikaiarchos et Hagias fils de Polémarchos ne sont-ils pas le père et le fils ?
  • 38 Pour ἀρπάζω dans ce contexte, voir Ducrey 1968. 45-46.
  • 39 Sur cette formule, περὶ φυλακῆς τῆς πόλεως, cf. les remarques de Wilhelm 1984. 1. 247-248, et Engel (...)
  • 40 Sur l’emploi d'ἀνασῷζειν dans ce contexte, voir Robert 1960, 136, n.l.
  • 41 Cette hypothèse a été émise par Wilhelm 1984. 1. 249, cf. Étienne & Knoepfler 1976, 244 et n. 914. (...)

37Ces textes sont les deux seuls décrets d'Hyettos connus à ce jour. Le premier honore deux citoyens37 d'Hypata en Thessalie qui sont venus en aide à Hyettos dans des moments difficiles. Le second devait honorer une troisième personne (et peut-être plusieurs) pour les mêmes faits. Les circonstances sont claires : une bande de pillards avait fait irruption sur le territoire de la cité s'en prenant aux fermes isolées, assassinant ceux qui résistaient, enlevant hommes et animaux38. La crise était donc grave et il n’est pas étonnant que ces décrets aient été classés dans la catégorie de ceux qui intéressaient la sauvegarde de la cité (1. 1-2)39. Les services rendus par les deux citoyens d’Hypata sont moins clairs : le texte dit qu'ils sont partis à la recherche des biens enlevés et qu’ils les ont sauvés (1. 18-19)40. Il est possible que la bande de brigands se soit réfugiée avec son butin dans le massif de l'OEta dont Hypata possédait le versant nord41 et que Polémarchos et Hagias ne se soient pas rendus à Hyettos. D'autre part, la nature de leur intervention n'est pas évidente : ont-ils pris en charge la rançon des personnes et biens enlevés, ce qui est une attitude courante de la part des bienfaiteurs de l'époque hellénistique, ou bien sont-ils intervenus militairement ?

  • 42 Sur le brigandage dans le monde antique, voir Ducrey 1968, 87, Robert 1937, 93-96, Robert I960, 132 (...)
  • 43 Le bétail occupait dans l'économie d'Hyettos une place sans doute ni plus ni moins importante que d (...)
  • 44 Pour les hommes et le bétail comme objet du butin à la guerre, voir Pritchett 1971-1991, 1. 74 et 5 (...)
  • 45 C'était du moins ainsi que l'on procédait à la guerre et le roi Philippe V, durant sa campagne dans (...)
  • 46 Sur la rançon, voir Ducrey 1968, 238-246, et Bielman 1994, 300-301.
  • 47 Voir les exemples rassemblés par Robert 1937, 94-95, et surtout le recueil de Bielman 1994.
  • 48 Pol. 4.3.8-10, cf. Walbank 1957-1979, 1. 452.
  • 49 Pol. 4.4.1 : συνεγγίσαντες τῇ πόλει νυκτὸς οἱ πειραταὶ καὶ προσραλὸντες κλίμακας ἐςεκοψαν τὸ Χυρῶνο (...)
  • 50 Dans les deux cas, le bétail est désigné par le mot θρέμματα. Les expressions τὰς ἐπί τῶν ἀγρῶν οκ (...)

38Le dessein de ces compagnies de brigands était de faire du butin pour le négocier par la suite42. De préférence, ils s'emparaient d'hommes (libres ou esclaves) et de bétail43, car tout cela était facile à emmener puis à monnayer44. Les animaux et les esclaves étaient immédiatement revendus45 tandis que l'on pouvait espérer une rançon de la part de la famille des hommes libres46. Les rares inscriptions d'époque hellénistique relatives au brigandage s'intéressent surtout au sort des personnes47. Le meilleur parallèle possible à notre texte n'est pas une inscription, mais le récit par Polybe des préludes de la guerre sociale. En 221 a.C., à l'annonce de la mort d'Antigone Dôsôn, les Étoliens envoyèrent à Phigalie un certain Dôrimachos de Trichônion pour surveiller les affaires péloponnésiennes. Il attira à lui des brigands (πειραταί) des environs et, ensemble, ils harcelèrent les troupeaux des Messéniens qui paissaient sur les montagnes frontalières48. Impunis malgré les protestations des victimes, ils redoublèrent d'audace : “Une nuit, les brigands s'approchèrent de la ville et, appliquant des échelles contre les murs, forcèrent une ferme dite de Chyrôn. Ils tuèrent ceux qui opposaient de la résistance, ligotèrent le reste des domestiques et les emmenèrent avec le bétail”49. Les méthodes employées par Dôrimachos et sa troupe contre les Messéniens se rapprochaient sans doute de celles que la bande de brigands utilisa contre les Hyettiens. Il est frappant de retrouver presque les mêmes expressions dans Polybe et l'inscription d'Hyettos50.

  • 51 Tarn & Griffith 1952,92, dressent un tableau très pessimiste, considérant que le brigandage et la p (...)
  • 52 Sur la datation, voir en dernier lieu Étienne & Knoepfler 1976, 244, n. 915.
  • 53 Pol. 20.4-7, analysé par Feyel 1942a (spécialement les conclusions, Feyel 1942a, 302-306). Plus réc (...)
  • 54 Pour Hyettos, voir tout spécialement Étienne et KnoepHer 1976, 201-210. Cette tendance à la baisse (...)
  • 55 Décret de Chorsiai pour Kapôn de Thisbè. IG. VII, 2383, voir Roesch 1973, 256-261 (cf. J. et L.. Ro (...)
  • 56 Sur ce type de réactions, Chandezon 2000a, 240.
  • 57 Les années qui précédèrent la guerre contre Persée semblent elles-mêmes avoir été marquées par une (...)
  • 58 Sur la dissolution de la Confédération béotienne en 171 a.C. et ses conséquences sur les petites ci (...)
  • 59 Knoepfler 1990, 492-493 et 497 : le passage de la βουλή à un συνέδριου est un tournant important da (...)

39Ces actes de brigandage, qui, sur terre, sont le pendant de ceux que sur mer commettent les pirates, conduisent à se demander si l'insécurité des campagnes et des voies de communication était un problème constant du monde hellénistique ou s'il se limitait aux périodes de crise51. L'examen du contexte des deux décrets d'Hyettos permet d'esquisser une réponse. Ces documents datent du iie s. a.C.52. Malgré la version très pessimiste des affaires béotiennes donnée par Polybe, les années 245 à 220 a.C. avaient été une période de redressement et de stabilité pour la Béotie53. Par contraste, au iie s. a.C., la région semble s'enfoncer dans une crise marquée d’abord par un recul démographique sensible durant le premier tiers du siècle, comme paraît le prouver la baisse des conscrits dans les catalogues militaires54. De plus, les cités béotiennes durent affronter pendant les années 190-180 a.C. une difficile crise de subsistance dont le décret de Chorsiai pour Kapôn de Thisbè est le témoignage le plus net55. Les cités béotiennes réagirent en décrétant chacune de leur côté un embargo sur le commerce des grains, ce qui ne pouvait que conduire les petites cités comme Thisbè ou Hyettos à de graves problèmes alimentaires56. A tout cela enfin s'ajouta une crise politique ouverte en 172/171 a.C. par la Confédération qui avait fait un mauvais choix en se rangeant du côté de Persée contre les Romains57. La réaction de ces derniers ne se lit pas attendre : la Confédération béotienne fut dissoute en 171 a.C.58 Le contexte dans lequel s'inscrivent les deux décrets d'Hyettos est donc celui d'une crise, s'ils datent d'après 171 a.C., comme le laisse penser l'absence de toute référence au Koinon et surtout la formule “Il a plu au synedrion et au peuple” (1. 1)59. On comprendrait alors que la disparition de toute structure politique et militaire fédérale ait affaibli la situation des cités les plus petites et favorisé le développement du brigandage.

11-14. Pâturages et troupeaux d'Apollon à Delphes (277/226-102/101 a.C.)

  • 60 Nos sources nous reportent souvent à cette région de Grèce centrale dont les pâturages étaient très (...)

40Depuis la première guerre sacrée, à l’époque archaïque, le sanctuaire d'Apollon de Delphes était en possession de terres dont certaines pouvaient être consacrées à l’élevage. Du sanctuaire d'Apollon proviennent plusieurs textes qui montrent l'importance de l'élevage tout près de ces montagnes du Parnasse anciennement animées par la vie pastorale60.

11. Don de cinquante bovins par la kôma lacédémonienne de Tyros (277/276 a.C.)

41Th. Homolle, CRAI. 1901. p. 671 (H. Pomtow, MDAI(A), 31, 1906, p. 551-552) ; Pomtow, Syll. 3, 407 ; É. Bourguet, “Inscription de Delphes”, BCH, 34, 1910, p. 231-232 (Bourguet, FD, III.1. 68).
Cf. J. Bousquet, BCH, 90. 1966, p. 428-430 et fig. 1.
Texte utilisé : Pomtow, avec les corrections de Bousquet.

42C'est l'une des inscriptions gravées sur la base des navarques lacédémoniens, à l'entrée du sanctuaire, sur le côté droit de la voie sacrée pour qui va vers la terrasse du temple. Elle figurait sur l'un des piédestaux. Le texte se révéla difficile à lire en raison de l'usure de la pierre et ce n'est réellement qu'à partir de l'édition par Pomtow en 1913 dans la Sylloge que les savants ont disposé d'un texte compréhensible.

Ἐπὶ Χαριξένου ἄρχοντος ἐν ΔελφοῖImage 10000000000000070000000FEA28F3E4.jpg, βουλευόντων
Κρίτωνος, Image 100000000000000B0000000FCA7B8778.jpgριστοκράτεος, Ὀρνιχίδα· Image 10000000000000080000000F6E65DB97.jpgώImage 10000000000000080000000F5A08CC2E.jpgα Λακεδαιμονίων
Τυρῖται βοῦς ἀνέθηκαν τῶι θεῶι Πυθίαν λάϊαν πεντήκοντα.

43L. 1 : [Δ]ελφοῖ[ς], Bourguet.
L. 2 : (Ἀ)ριστοκράχεος, Bourguet.
L. 3 : (ΙΙ)υρῖται, Bourguet ; Τυρῖται, Pomtow, ἀνέθεσαν, Bourguet, ἐξ Οἰαν[θ]αιᾶν, Bourguet, Pomtow ; Πυθίαν λαίαν, Bousquet.

44Traduction : “Charixénos étant archonte à Delphes, Kritôn, Aristokratès, Ornichidas étant bouleutes ; les Tyritai, une kôma des Lacédémoniens, ont consacré cinquante bovins comme cheptel pythien”.

  • 61 Tyros est mentionnée par Étienne de Byzance s.v. Τύρoς. Les inscriptions qui y ont été trouvées fig (...)
  • 62 IG, V. 1, 1517, fragment d’un vase de bronze avec [Ἀ]πέλον Τυρίτ[ας]. IG, V. 1, 1518, pour l'un de (...)

45Tyros était une agglomération lacédémonienne de Cynurie où furent retrouvés les vestiges de deux temples et quelques objets portant des inscriptions61. L'un des sanctuaires de la kôma était consacré à Apollon Tyritas. On y a retrouvé des statuettes en bronze de taureaux, ce qui peut expliquer la consécration de 50 bovins au dieu de Delphes intégrés dès lors au cheptel (λαία) sacré d’Apollon62.

  • 63 Daux 1943, 33, G3, qui conservait cependant un doute sur la datation en 277/6 a.C. Knoepfler 1995, (...)

46L’inscription de Delphes est datée de l’archontat de Charixénos que l'on situe généralement en 277/276 a.C.63. Elle était donc de quelques années postérieure à l’attaque lacédémonienne contre la Terre sacrée en 280 a.C.

12. Délimitation de pâturages dans la Terre sacrée (178 a.C.)

  • 64 Ce document figurera édité par Fr. Lefèvre dans le CID, IV, 108, avec un texte sensiblement différe (...)

47P. Foucart, BCH, 7, 1883, p. 427-439 (Ziehen, LGS, 76 ; SGDI, 2536 ; Michel, 256) ; Pomtow, Syll.3, 636 (Sokolowski. LSCG, 79)64.
Cf. W. Dittenberger, “Die delphische Amphictionie im Jahre 178 vor Christus”, Hermes, 32, 1897, p. 162-190, reproduit les 1. 1-19 et étudie la liste des Amphictions ; H. Pomtow, Philologus, 25. 1912, p. 93, proposition de restitution des 1. 25-28 ; H. Pomtow, GGA, 175, 1913, p. 152-153, monument laconien, 1. 19-25 du texte ; Fr. Lefèvre, L'Amphictionie pyléo-delphique : histoire et institutions, Athènes, 1998, p. 188, 229, rôle de l'Amphictionie dans la gestion des troupeaux sacrés et passim liste des hiéromnémons ; P. Sanchez, L'Amphictionie des Pyles et de Delphes, Stuttgart, 2001, 373-377, liste amphictionique et p. 383 sur les pâturages sacrés.
Texte utilisé : Pomtow Syll.3, 636, avec des modifications.

48Comme bien d'autres, ce texte est gravé sur le mur polygonal soutenant la terrasse du temple d'Apollon. Les premières lignes ont été lues très tôt, mais l'établissement du texte a pris beaucoup de temps. Il a d'abord fallu que la partie inférieure du document soit dégagée par Haussoullier. D'importantes lacunes affectent la fin des lignes centrales du texte et ce sont les restitutions de Pomtow qui ont fini par donner un sens satisfaisant à l'ensemble. Nous supprimons la longue liste des hiéromnémons qui occupe les lignes 2-19.

[1] Ἄρχοντος ἐν Δελφοῖς Πραξία, Πυθίοις· ἔδοξε
[2] τοῖς ίερομνημύνοις κτλ.
[19] ·τᾶς ἱερᾶς χώρας ὑπάρχειν τόπον
[20] ταῖς ἱεραῖς βόοις καὶ ἵπποις καταλελεψμένον ἀπὸ τᾶς ὁ-
δοῦ τᾶς ἐπὶ τὸ Ἄστυρον ἀγουσας, ἇι ἁ ὁδός ἄγει ἐπὶ τὸν Παι-
παλίδαν καὶ ἐν τὸ Λακωνικόν· ἀπὸ τοῦ Λακωνικοῦ ἐν σκαι-
ὰν ἐν τὰν νάπαν τὰν ἐν Ἱεραπέτειαν [κατ’ὀρθόν], ὡς ἁ ὁδός ἄ-
[24] γει ἁ ἐξ ἱπποδρόμου ἐ ξενίς ἁ ἐπί τὸ Λ[ακωνικóν, ἁ νο]Image 10000000000000080000000F5A08CC2E.jpgὰ-
ταῖς ἱεραῖς βόοις καὶ ἵπποις έστω· ποτ[ὶ νομὰν μὴ ἐξέστω]
ποτάγειν τὰ ἰδιωτικὰ θρέμματα [ἔν τε τὰν κράναν]
τὰν ποτὶ τᾶι Κεραμείαι οὖσαν τό [τε τέμενος τοῦ]
[28] Ἑλλανίκου ἡρώιου· εἰ δέ τις ἐπινέImage 10000000000000080000000F5A08CC2E.jpg[ει ἐν τούτωι τῶι]
τόπωι, ἐξουσίαν ε[ἶμεν συλῆν τάν]
τε λεία[ν κρατεῖν τῶι]
Θέλοντι· ἀναγρά-
[32] ψαι δὲ τὸ δόγμα τοὺς
ἄρχοντας τῶν Δελφῶν
ἐν τῶι ἱερῶι.

L. 22 : Foucart n'avait pas lu les lettres après Λακωνικοῦ.
L. 23 : [εἰς ὀρθόν, ὡςἁ] ὁδὸς, Foucart, Michel ; [ἄγουσαν καὶ ἇι ἁ] ὁδός, Baunack dans la SGDI. Ziehen.
L. 24 : αξενισα, Michel qui, à la fin de la ligne ne donne que λ[----]a ; c'est Pomtow, 1913, qui a reconnu la mention d'une route menant vers l'étranger, une ξενίς ; ἄ[(ρξα)]σα ἐπὶ τὸ Ἄ[στυρον, Baunack dans la SGDI, ἐπὶ τὸ Λ[-----]Ṇ Α, Ziehen ; [-----]Image 10000000000000080000000F6E65DB97.jpgα pour Sokolowski ; la restitution Λ[ακωνικόν, ἁ νο]Image 10000000000000080000000F5A08CC2E.jpgὰ est de Hiller qu'il l'a suggérée à Pomtow, au lieu de son [ἁ (δέ) νά]Image 10000000000000090000000FF6350D03.jpgα de 1913, mais elle n'est pas assurée.
L. 25 : ποτ[---], Baunack dans la SGDI, Ziehen ; ποτ[αγορευέστω δὲ], Pomtow, 1912.
L. 26 : Baunack dans la SGDI ne propose rien après θρέμματα, [ἐν τὰν κράναν?], Ziehen ; [ποτὶ τὰν κρήναν?], Pomtow, 1912 ; [ἐνταῦθα μηδὲ ἐν τὰν κράναν], Sokolowski.
L. 27 : lacune non restituée par Baunack dans la SGDI, τὸ [ἔμροσθεν? τοῦ], Pomtow, 1912 ; τό [τε φρέαρ τὸ πρὸ τοῦ], Sokolowski.
L. 28 : Foucart ne semble pas avoir vu les lettres après ἐπί ; ἐπὶ ξεν[-[pour Baunack dans la SGDI et Ziehen.
L. 29-30 ἐξουσίαν ε[ἶμεν -- 8 1. --] I τε ΔΕΓΛ[--8 1. --τῶι], Pomtow, Baunack dans la SGDI : ἐξουσίαν ε[ἶμεν συλῆν τὰ ἔτελα καί] I τέλεια [θρέμματα τώι]| θέλοντι, Sokolowski.
L. 30 : elle a été omise par Foucart, ce qui a eu des conséquences sur les éditeurs qui l'ont suivi.

49Traduction : “Praxias étant archonte à Delphes, lors des Pythia ; il a plu aux hiéromnémons (liste des hiéromnémons) ; qu'une partie de la Terre sacrée soit concédée aux vaches et aux juments sacrées depuis la route menant à Astyros, par l'endroit où la route mène vers Paipalidas et au monument laconien ; depuis le monument laconien à gauche tout droit dans le vallon de Hiérapéteia en suivant la route de l'étranger qui mène de l'hippodrome en direction du monument laconien : que cela soit le pâturage des vaches et juments sacrées ; qu'il ne soit pas possible de conduire le bétail privé pour y pâturer ni à la fontaine près de la Tuilerie, qui est le domaine sacré de l'hérôon d'Hellanikos ; si quelqu'un vient faire pâturer en cet endroit, qu'il soit possible à qui le veut de procéder à une saisie et de s'emparer du bétail ; que les archontes de Delphes fassent inscrire ce décret dans le sanctuaire”.

13. Redressement financier de la caisse des troupeaux après le “scandale de 125” (période 125-115 a.C.)

  • 65 Le texte sera lui aussi repris par Fr. Lefèvre dans le CID, IV, 119G.

50C. Wescher, “Étude sur le monument bilingue de Delphes suivie d'éclaircissements sur la découverte du mur oriental avec le texte de plusieurs inscriptions inédites relatives à l'histoire des Amphictions”, Mémoires présentés par divers savants à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, 8 (1868), p. 1-218 ; G. Colin. BCH, 27, 1903, p. 104-173 ; Pomtow, Syll.3, 826G ; Plassart, FD, III.4, 28265.
Cf. G. Daux, Delphes aux iie et ier siècles depuis l’abaissement de l'Étolie jusqu'à la paix romaine, Paris, 1936, p. 372-386 ; Fr. Lefèvre, L’Amphictionie pyléo-delphique : histoire et institutions, Athènes, 1998, p. 45 et p. 259, n. 447 ; P. Sànchez, L'Amphictionie des Pyles et de Delphes, Stuttgart, 2001, p. 408-415.
Texte utilisé : Plassart.

  • 66 Ce sont sans doute les premières inscriptions gravées sur les murs de la cella du temple du ive s. (...)
  • 67 L'une des pièces du dossier commence par ὅσον χρημάτων Ἀπόλλω[ν]ος ἄπείστι ἐκτὸς τοῦ θησαυροῦ καὶ ἐ (...)

51Les inscriptions concernant le “scandale de 125” ont été gravées sur le même orthostate du long côté sud du temple d'Apollon que les textes qui portent traditionnellement le nom de "monument bilingue” et qui concernent des délimitations de terre de la fin du règne de Trajan66. A la suite d'une plainte portée à Rome par treize Delphiens contre les administrateurs des biens du dieu, l'Amphictionie ouvrit une enquête qui aboutit à un redressement des comptes des caisses sacrées et à une réaffirmation des limites de la Terre sacrée accompagnée de l'expulsion de ses occupants illégaux. Le redressement financier fut effectué par les Amphictions, caisse par caisse, ce qui permet de dire qu’il y en avait alors trois : celle du trésor (του θησαυροῦ), celle des bestiaux (τῶν θρεμμάτων) et celle des autres revenus67. De l'ensemble du dossier, nous ne reproduisons que ce qui concerne la caisse du bétail sacré.

[20] Πρόσοδον Ἀπόλλωνι ἐκ τῶν αγελῶν καὶ θρεμμάτων ἀποκαταστῆναι δεῖ· ὅσον ἐκ τούτων χρημάτων ἄπεστι οὐ κέκρικαν
διὰ ταύτην τὴν αἰτίαν, ὅτι οὐθεὶς λόγον ἀπεδίδου πόσον θρεμμάτων ἔλαβε ἢ πόσον παρεδωκε ἢ πόσον Image 10000000000000090000000FF6350D03.jpgροσόδου γε-
γένηται·οἱ προαγόμενοι καὶ ἐρωτώμενοι πόσον θρεμμάτων παρέλαβε ἢ πόσον παρέδωκε, πάντες ἐλέγοσαν οὐκ ἐπί
[σ]Image 10000000000000060000000F4854661A.jpgασθαι, oὐδέ ἐν γράμμασι δημοσίοις γεγραμμένον ἦν·διά τοῦτο ἀκέραιον ἦν· [κα]ὶ οὐ κέκρικαν θρεμμάτων ὅσον ε[ἶ]-
[24] [χε καὶ] ἀποκαταστῆναι δει oὐχ εὑρήκασι διὰ ταύτην τ[ὴν αἰτίαν, ὅ]τι ὅσον ἕκασ[τ]οι παρέλαβον και παρέδωκαν οἰ [ἐρωτώ]-
[μενοι οὔ] φασιν ἐπίσχα|σθ]αι, οὐδέ ἐν γράμμασι δημοσ[ίoιςγεγραμ]μένον ἦν· ἐπιμελητάς οὓς ὁ δῆμος Δελφῶν π[αρίστατο]
[ὑποδίκους εἶναι ἔκριναν] ἀπέδωκαν Ξένω[ν Ἀριστοβού]λου, Ἄρχων [.......]

52L. 20 : οὐ κέκριναν. Colin, Wescher, οὗ ἔκριναν, Pomtow.
L. 21-22 : [π]ρ[ο]σόδου γ[ε]γένηται, Colin.
L. 22-23 : πα[ρ]έδωκε, π[ά]ντες ἐλέγοσα[ν οὐ]κ ἐ[πίIστ]ασθαι, Colin.
L. 23-24 : [διά τ]οῦτο ἀκέραιον [ἦν, κα]ί ο[ὐ] κέκρι[κα]ν· θρε[μμάτων ὅσον εί]|χε καὶ], Wescher. Colin (on voit que les lectures sur la pierre de ce dernier sont largement en retrait de celles de ces successeurs, elles ont été ensuite largement confirmées et nous ne les donnerons pas pour la suite du texte), [περὶ] οὐ κέκρικαν, Pomtow.
L. 24 : [δε]ῖ, Wescher, Pomtow.
L. 24-25 : oἱ ἐρωτώ|[μενοι], Pomtow.
L. 26 : ἀ[πέδωκαν [Ξέ]νω[ν Ἀριστοβού[λου, Ἄρχων [Εὐαγόρα], Pomtow.

53Traduction : “(...) Il est nécessaire de rétablir le revenu qu'Apollon tire des troupeaux et des bestiaux ; le montant de ce qui manque dans ces fonds n'a pas été jugé pour cette raison que personne n'a rendu de compte du nombre de têtes de bétail reçues ou transmises et des revenus qui en ont résulté ; ceux qui ont comparu et ont été interrogés sur le nombre de têtes de bétail reçues ou transmises ont tous dit ne le pas connaître et il n'était pas conservé par écrit dans les archives publiques ; c'est pourquoi l'affaire est restée en suspens et n'a pas été jugée ; ils n'ont pas découvert combien de têtes de bétail possédait le dieu et combien il faut lui en restituer, pour cette raison que ceux qui ont été interrogés disent ne pas connaître combien ils en ont reçu et combien ils en ont transmis et que cela n'était pas conservé par écrit dans les archives publiques : ils ont jugé que les épimélètes que le peuple de Delphes a institués sont coupables : [...] Xénôn fils d'Aristoboulos, Archôn [...] ont restitué […]”.

  • 68 Daux 1936, 376-386 et 699-707, parle du “scandale de 125”, lire toutefois p. 376. n. 1, où il insis (...)
  • 69 La fin de notre texte, par ailleurs très lisible, est assez détériorée. Colin 1903, 157-158, pensai (...)

54Nos documents datent de l'archontat d'Eukleidas qui n'a pas encore trouvé une place fixe dans la chronologie delphique : l'expression “scandale de 125” est due à Daux, mais l'affaire a pu tout aussi bien être réglée dans les premières années de la décennie suivante68. La caisse des troupeaux était gérée par des épimélètes. La fin du texte est mutilée, mais il paraît certain qu'ils furent reconnus coupables de mauvaise gestion et condamnés à rembourser une somme forfaitaire puisqu’il n’avait pas été possible, faute de preuves dans les archives, de déterminer précisément le montant des détournements69.

14. Affectation d'esclaves offerts par le roi Nicomède III Évergètc de Bithynie et son épouse la reine Laodice à la garde des troupeaux sacrés (102/101 a.C.)

55L. Couve, BCH, 18, 1894, p. 254-267, sur une copie d'Homolle (H. Pomtow, Philologue, 54, 1895, p. 358-370, SGDI, 2738 ; Dittenberger, OGIS, 345) ; M. Bourguet, BCH, 35, 1911, p. 471 ; Colin, FD. 111.4, 77 et pl. XI 3, avec photo, peu lisible, (Kl. Bringmann, H. v. Steuben, Schenkungen hellenistischer Herrscher, 1, Berlin, 1995, 98, avec une trad. all.).
Cf. Th. Reinach, RN, 1897, p. 241-260 = L'histoire par les monnaies, Paris. 1902, p. 167-182 ; G. Daux, BCH, 57. 1933, p. 77-82, couple royal, chronologie ; G. Daux, Delphes aux iie et ier siècles depuis l'abaissement de l'Étolie jusqu’à la paix romaine, Paris, 1936, p. 518-519.
Texte utilisé : Colin.

  • 70 Voir Jacquemin 1999, 225 (sur les textes gravés sur le monument), 289-290 (sur son anastylose).

56Cette inscription commémorant des générosités du roi Nicomède III Évergète, associé à son épouse, est un décret de Delphes gravé sur le pilier de Prusias II de Bithynie, son grand-père, devant le temple d'Apollon, sur l'esplanade de l'autel70. Le texte se développait sur deux blocs du monument, le premier avec les lignes 1 à 34, le second, avec les lignes 35 à 39. De ce long document, nous ne reproduisons que les considérants et la formule hortative ; les décisions occupent les lignes 26-39.

Θ ε ό[ς].Τ ύ χ α ν [ἀ] γ α [θ ά v].
[4] Ἄρχοντος Κλεοδάμου τοῦ Κλέωνος, βου[λευόντων]
τὰν πρώταν ἑξάμηνον Κλεάνδρου τοῦ Τίμωνος, Δα[μοκράτεος]
τοῦ Τείσωνος, γραμματεύοντος δὲ βουλᾶς Νικία τ[οῦ Κλέωνος],
ἔδοξε τᾶι πόλει τῶν Δελφῶν, ἐν ἀγορᾶι τελείωι, σὺμ ψά[φυις ταῖς ἐννόμοις]·
ἐπεὶ βασιλεύς Νικομήδης βασιλέως Νικομήδεος καὶ βασίλισσα Λαο[δίκα βασιλέως Μι]-
[8] θραδάτου εὐσεβῶς μὲν διακείμενοι τυγχάνοντι ποτὶ τὸν θεὸν [εὐνοϊκῶς δὲ καὶ]
ποτὶ τὰν πόλιν τῶν Δελφῶν, ἀποσταλέντων τε παρὰ τᾶς πόλιος πρε[σβευτάν τῶν]
αἰτησομένων σώματα τῶι τε θεῶι καὶ τᾶι πόλει, Ἀριστοκλέος τοῦ Ἡρ[άκωνος, Ὑβρία τοῦ]
Ξένωνος, ἄξία πράσσυντες αὐτοσαυτῶν τε καὶ τῶν προγόνων, ἐπαγγ[είλαντο τὰ σώματα,]
[12] ἅ καὶ ἐξαπέστειλαν, συνθέντες Βίαντι τῶι πρεσβευτᾷ ἀποκατασ[τᾶσαι τῶι τε θεῶι καὶ]
τᾶι πόλει, ἃ καὶ παρέδωκε Βίας διά τῶν προγεγραμμένων ἀρχόντω[ν ἐν τᾶι πρώται ἐκ]-
κλησίαι, σώματα τριάκοντα, ἃ καὶ ἔδοξε τᾶι πόλει διατάξαι [ἐπί τάς ὑπηρεσίας,]
καὶ δόμεν τοῖς μὲν ταμίαις Κλέωνι Ἥρυος καὶ Ταραντίνω[ι Δρομοκλείδα πο]-
τὶ τὰς ὄεις τὰς ἱερὰς σώματα πέντε, οἷς ὀνόματα τὰ μετο[νομασθέντα.....]
[16] σίων, Φώσφόρος, Ἱεροκλῆς, Ἡλιόδωρος, Ἴων, καὶ ποτὶ τὰς αἶγας τὰς ἱερ[ὰς.....]
σιθέου Μένωνα, Δῶρον, Ῥόδωνα, Ἱππίαν, Λυκέαν, καὶ Θεοξένωι ποτὶ [τὰς βοῦς τὰς ἱερὰς]
Ὑπατόδωρον, Ὀνάσιμον, Νικηφόρoν, Δημήτριον, καὶ ποτὶ τὰς ἵππου[ς τὰς ἱερὰς Εὐκλείδαι]
Καλλία, Ἀστοξένωι Διονυσίου Κέρδωνα, Παρνασσόν, Νυμφθῶν[α,.......καὶ παι]-
[20] δάρια ἐπὶ τέχναν τὰν τεκτονικὰν Ἀντάλλωι καὶ Ἡρακλείδαι Νικο[.....]
σον, καὶ παιδάριον ἐπὶ τέχναν Εὐαμέρωι ἀρτοκόπον Ὀλύμπιχον, καὶ [...... παιδάριον]
ἐπὶ τέχναν μάγειρον Ὀφελίωνα, καὶ παλαιστροφύλακα Ἑρ[μα]ῖο[ν καὶ τοῖς ναοκόροις]
[24] ἐν τῶι ἱερώι ὑπ(η)ρετήσοντας Λέωνα, Δορίμαχον, Σόφων[α........καὶ κερα]-
μεῖς ἐπὶ τέχναν Ὀλυμπιόδωρον, Ὀνασαγόραν· ὅπως [οὖν καὶ ἁ πόλις φανε]-
ρὰ γίνηται καταξίας ἀπονέμουσα [χ]άριτας τοῖς εὐεργε[τεῖν αὐτάν προαι]-
ρειμένοις, ἀγαθᾶι τύχαι, δεδόχθα[ι τᾶι] π[ό]λει τῶν Δελ[φῶν] κτλ.

57L. 1 : Θεός. Τύχαν ἀγα[θάν], Couve, Baunack, Dittenberger.
L. 2 : (τοῦ) Κλέωνος, Baunack dans la SGDI, Dittenberger ; l'article au génitif figure pourtant sur la pierre selon Colin, quoique Pomtow dise l'inverse ; Couve le donne entre crochets, sans le reproduire sur son fac-similé de l'inscription.
L. 3 : [Τ]ίμωνος, Couve, Dittenberger ; à cet endroit, Pomtow a proposé de corriger en [Τε]ί(σ)ωνος pour des raisons prosopogaphiques, suivi par Baunack ; Couve n'a rien vu à la fin de la ligne, Pomtow suggère [Θευχάριος], Baunack dans la SGDI et Dittenberger [Δαμοκράτεος].
L. 4 : Νικία [τοῦ δεῖνός]. Couve ; Νικία [τοῦ Κλέωνος], Pomtow.
L. 5 : σὺμ ψάφ[οις ταῖς ἐννύμοις], Couve, Baunack, Pomtow.
L. 7 : [εὐνόως δὲ καὶ). Couve, [εὐνοϊκῶς δὲ], Dittenberger, [εῦνοϊκῶς δὲ καὶ], Pomtow, Baunack dans la SGDI.
L. 9 : Βίαντος τοῦ], Couve, Ὑβρία? τοῦ], Pomtow, Baunack dans la SGDI.
L. 10 : ἐπαγ[γέλλονται τὰ σώματα], Couve, ἐπαγ[γείλαντο σώματα], Pomtow, Baunack dans la SGDI, Dittenberger.
L. 11 : πρεσβευτᾶι. Couve, Pomtow ; ἀποκαταστ[ῆσαι αὐτὰ]. Couve, ἀποκαταστ[ῆσαι αὐτὰ ἀσινῆ], Pomtow.
L. 12-13 : [ἐν ἐννύμωι ἐκ]Iκλησίαι, Couve, Pomtow.
L. 13 : pour la fin, pas de restitution chez Couve, Pomtow et Baunack.
L. 14 : Ταραντίνωι [Μνασιθέου], Couve, Pomtow, [Δρομοκλείδα] ou [Ξενοκρίτου], Baunack dans la SGDI ; le patronyme est incertain.
L. 15 : rien chez Couve pour la fin de la ligne ; μετο[νομασθέντα ἐξ ἰδίων----], Pomtow, μετο[νομασθέντα ἐκ τῶν ἐπιχωρίων----], Baunack dans la SGDI, Dittenberger.
L. 16-17 : [Ἀρχελάωι ou [Ξένωνι Πει]|σιθέου, Baunack dans la SGDI. [Πει]|Ισιθέου, Dittenberger.
L. 18 : τὰς ἵππ[ους], Couve. Pomtow.
L. 19 : Σύμφων[ον, τοῖς δὲ δαμιουργοῖς, Dittenberger, de Couve qui croit lire ΣΥΜΦΩΝ (Baunack propose aussi Σύμφων[ον]. sans rien ensuite).
L. 20 : Couve n'a pas vu la première lettre de la ligne ; à la fin, Pomtow suggère Νικό[μαχον], suivi par Baunack dans la SGDI.
L. 22 : Ἑρμαῖον [------ καί τοὺς], Baunack dans la SGDI et Dittenberger, car Couve avait lu complètement Ἑρμαῖον.
L. 23 : ὑπηρετήσοντας. Couve, Pomtow, Dittenberger, sur la pierre, ΥΠΕΡΕΤΗΣΟΝΤΑΣ.
L. 24 : Couve (ainsi que Pomtow et Dittenberger) ne donne rien pour le début de la ligne, avant ἐπὶ τέχναν ; à la fin ὅπως [ἀ πόλις τῶν Δελφῶν φανε]Iρὰ. Couve, Pomtow, Baunack dans la SGDI.
I.. 25-26 : τοῖς εὐεργε[τικῶς ποτὶ τὰν πόλιν διαIκ]ειμένοις, Couve, Pomtow, Dittenberger.
L. 26 : Δελφ[ῶν], Couve, Pomtow, Baunack dans la SGDI, Dittenberger.

58Traduction : “Dieu. Bonne fortune. Kléodamos fils de Kléôn étant archonte ; Kléandros fils de Timôn. et Damokratès fils de Teisôn étant bouleutes pour le premier semestre ; Nikias fils de Kléôn étant secrétaire de la boulè ; il a plu à la cité de Delphes en assemblée plénière avec le nombre légal de bulletins ; attendu que le roi Nicomède fils du roi Nicomède et la reine Laodice fille du roi Mithridate, se trouvant pleins de pieuses dispositions à l'égard du dieu et de bienveillance à l’égard de la cité des Delphiens, après l'envoi d'Aristoklès fils d'Herakôn et d'Hybrias fils de Xénôn comme ambassadeurs par la cité de Delphes afin de demander des esclaves pour le dieu et pour la cité, par un acte digne d'eux-mêmes et de leurs ancêtres, ont promis de donner des esclaves qu'ils ont également envoyés en chargeant Bias, leur ambassadeur, de les remettre au dieu et à la cité et Bias ayant remis ces trente esclaves par l'intermédiaire des archontes cités ci-dessus lors de la première assemblée, il a plu à la cité de les affecter au service et de confier aux trésoriers Kléôn fils d’Hèrys et Tarantinos fils de Dromokleidas pour les brebis sacrées cinq esclaves dont les noms sont après changement […]siôn. Phôsphoros, Hiéroklès, Hèliodôros, Iôn, à [...] fils de [...]sithéos pour les chèvres sacrées, Ménôn, Dôros, Rhodôn, Hippias, Lykéas, à Théoxénos pour les vaches sacrées, Hypatodôros, Onasimos, Nikèphoros, Dèmètrios, et pour les juments sacrées à Eukleidas fils de Kallias et à Aristoxénos fils de Dionysios, Kerdôn, Parnassos, Nymphôn, [...] et comme garçons charpentiers à Antallos et Hèrakleidas, Niko[...], [,...]sos, et comme garçon boulanger à Évaméros, Olympichos et [...] comme garçon cuisinier, Ophéliôn, et comme gardien de palestre. Hermaios, et aux sacristains pour servir dans le sanctuaire, Léon, Dorimachos, Sophôn, et [...] pour le travail de l'argile, Olympiodôros et Onasagoras ; afin donc que lu cité elle aussi montre qu'elle remercie dignement ceux qui choisissent de lui rendre service, à la bonne fortune, plaise à la cité des Delphiens, etc. (...)”.

  • 71 La date de l'archontat de Kléodamas n'est pas certaine : Colin, FD. 111.4, p. 125, avait proposé de (...)

59Le texte pose un problème de datation dans la mesure où l'archontat de Kléodamos n'est pas clairement situé dans la chronologie delphique71. C'est donc plutôt dans l'histoire de la dynastie bithynienne que se trouve la solution : la mention du couple royal Nicomède III Laodice nous place après leur mariage qui semble avoir eu lieu en 102 a.C.

  • 72 Outre les ouvrages cités p. 74, n. I, voir au sujet de Nicomède 111 Évergète de Bithynie, Vitucci 1 (...)

60A cette date, les Delphiens ont envoyé une ambassade auprès du roi Nicomède III Évergète de Bithynie72 et de son épouse la reine Laodice afin de solliciter la générosité des souverains. Les Delphiens n'eurent pas lieu d'être déçus : ils reçurent trente esclaves qu'un certain Bias, envoyé du roi, escorta jusqu'à Delphes. En remerciement la cité vota un décret honorifique pour les donateurs. Les considérants précisent en outre les tâches auxquelles furent affectés les esclaves : aide-boulanger, entretien de la palestre et surtout garde des animaux sacrés.

Origine, situation et évolution de la Terre sacrée d'Apollon

  • 73 Eschine, C. Ctésiphon, 107-109, et Paus. 10.37.4-8, constituent nos sources les plus précises sur l (...)
  • 74 Eschine, C. Ctésiphon, 107, décrit ainsi la terre sacrée :’Έστι γὰρ [...] τὸ Κιρραῖον ὠνομασμένον π (...)

61C’est la première guerre sacrée, au début du vie s. a.C.. qui est à l'origine du domaine d'Apollon : ordonnée par un oracle du dieu, cette guerre avait été menée par l'Amphictionie des Pyles contre la cité de Krissa qui, jusque là, dominait le sanctuaire de Delphes. Vaincue, Krissa fut détruite et, avec le port de Kirrha, son territoire consacré à Apollon. Il fut interdit à qui que ce soit de le cultiver73. Le sanctuaire était désormais en possession d'une vaste terre sacrée située dans la basse vallée du Pleistos qui s'étendait jusqu'à la mer, au nord de l'actuel port d'Itéa. C'est cet ensemble que les inscriptions appellent la “plaine de Kirrha”. Outre le lleuve, elle possédait de bonnes sources et formait un riche linage aujourd'hui cultivé en céréales, tandis que sa partie nord, au débouché des gorges du Pleistos, est plantée d'oliviers74.

  • 75 On retrouve ces confins de Delphes, sans doute utilisés comme pâturages, dans la délimitation des f (...)

62Un point cependant doit être bien clair : la Terre sacrée était propriété d'Apollon, ce qui ne signifie pas qu'elle appartenait à la cité de Delphes. Cette dernière disposait de ses propres terres publiques situées dans un milieu tout à fait différent, les gorges du Pleistos et les premiers versants du Parnasse, au-dessus du sanctuaire, dans la direction de factuel bourg d'Arachova75.

  • 76 Bousquet, CID, II, chap. VIII, p. 131-143 : “Locations et fermages des biens confisqués”.
  • 77 Plutôt que la Syll.3, 610, on consultera l'édition et le commentaire de P. Roussel 1932 (texte, 3-4 (...)
  • 78 P. Roussel 1932. 3, 1. 38-41.
  • 79 Plassart, FD. III.4, 280C. 1. 37-38 : ἐντός το[ύτων ὁρίω]ν χώρα [ἐστὶν η] I καλεῖται Νάτεια γεωργου (...)

63Comme tous les domaines sacrés, celui d'Apollon de Delphes était susceptible de s'accroître au fil des siècles, par des dons ou des confiscations, comme ce fut le cas en 363/362 a.C., lorsque la cité procéda au bannissement des principaux membres du parti prophocidien dont les biens furent saisis et mis en location au bénéfice du sanctuaire. Ces biens étaient essentiellement constitués de maisons et de domaines76. Une situation similaire semble s'être présentée au début du iie s. a.C. : l'inscription Syll.3, 610, donne une liste de domaines et de maisons offertes au dieu et à la cité. Ce sont vraisemblablement des biens confisqués à des Étoliens ou à des Delphiens pro-étoliens par le consul Manius Acilius Glabrio qui avait chassé les Étoliens de Delphes en 191/190 a.C.77, mais il est difficile de préciser dans quelle mesure le produit de ces confiscations a pu être intégré à la Terre sacrée. Les maisons, situées dans la ville de Delphes, n'étaient pas attenantes à la plaine de Kirrha contrairement à certains domaines. En effet, la donation de Glahrio mentionne trois domaines (χωρία) situés “dans la Nateia” (ἐν Νατείαι78). Or dans la délimitation des frontières de la Terre sacrée après le “scandale de 125”, il est question d’une propriété appelée “Nateia [...] que Manius Acilius a donnée au dieu”79. Manifestement cette propriété donnée en 191/190 a.C. avait entre temps été intégrée à la Terre sacrée.

L'exploitation de la Terre sacrée

  • 80 Eschine, C. Ctésiphon, 108 : καὶ ταύτην τὴν χώραν μήτ’αὐτοὺς ἐργάζεσθαι μήτ ἄλλον ἐᾶν ; voir les re (...)
  • 81 Texte dans Rougemont, CID, 1, 10, sur l'inspection (πέροδος), voir p. 108-109, sur l'interdiction d (...)
  • 82 Pour l'histoire de ces abus, Kahrstedt 1953, 749-750. Le plus célèbre d'entre eux est celui des Amp (...)

64Lors de la consécration du territoire de Krissa à Apollon, conformément à l’oracle, il avait été décidé d’en interdire désormais l’exploitation : “et qu’il ne leur soit permis ni à eux [les Delphiens] ni à un autre de travailler cette terre” lit-on dans le Contre Ctésiphon d’Eschine80. Pour s'assurer du respect de cette interdiction, une inspection de la Terre sacrée par les hiéromnémons avait lieu régulièrement, ainsi que le prévoyait la loi amphictionique de 380 a.C. Elle précisait en outre que l'on n'avait le droit ni d'y bâtir ni d'y installer de moulin ou de mortier81. Certes, divers abus se sont produits au cours des siècles, soit de la part de non-Delphiens, comme les Amphisséens, soit de la part de Delphiens, comme ceux que le règlement du “scandale de 125” expulsa82.

  • 83 Ce sont les délimitations successives de la Terre sacrée qui nous signalent de telles installations (...)
  • 84 Plassart FD, 111.4, 280, col. D. 1. 1-2.

65Cette interdiction n'empêchait pas d'autres formes d'exploitation. Ce qui importait, c'était que le sol ne fût pas remué par des labours ou par l'extraction d'argile et qu'aucun homme ne s'y installât définitivement. Mais on pouvait sans sacrilège y créer des salines au bord de la mer ou y mener des troupeaux et il semblerait même qu'une partie était plantée d'oliviers83. Enfin il est possible que des domaines intégrés plus tard à la Terre sacrée aient échappé à l'interdiction de culture. Dans la délimitation de 125 a.C., il est question à plusieurs reprises d'une “terre cultivée” (χώρα γεωργουμένη84) et, du reste, c’est ainsi qu'est qualifiée la Nateia offerte par Glabrio au dieu et à la cité. Il est donc probable qu'il y ait eu une différence entre la Terre sacrée véritable, celle qui remontait à la guerre contre Kirrha et qui devait rester inculte, et des domaines sacrés, des temené, issus de confiscations au profit du dieu et qui, eux, pouvaient être mis en culture.

  • 85 Les études archéologiques sur le paysage delphien ont été conduites par J.-M. Lucc. En attendant la (...)
  • 86 La restitution [ἐπί] est celle qui a prévalu chez les premiers éditeurs, ainsi chez Boeckh. CIG, 16 (...)

66C'est naturellement l'utilisation de la Terre sacrée comme pâturage qui nous intéresse ici. Le fait est d'abord prouvé archéologiquement par les recherches sur le paysage delphien à l'époque archaïque. Dans une pure logique économique, c'était une évolution paradoxale, puisque cela conduisait à inverser l'étagement traditionnel des modes d’exploitation et poussait les Delphiens à cultiver intensément les pentes du Parnasse85. Il s'en trouve peutêtre une première attestation dans le passage de la loi amphictionique de 380 a.C. L'objet de ce texte est essentiellement de définir ce que l'on n'a pas le droit de faire sur la Terre sacrée ; il comporte une clause à propos du fumier et des ordures (le κόπρος). On lit encore dans ce passage en mauvais état :...] τᾶς ἱερᾶς γᾶς κόπρον μὴ ἄγεν μηδεμίαν (1. 21). La restitution dans la lacune du début de ligne est le point crucial : si l'on y lit ἐπί, on comprend qu'il était interdit d'introduire des ordures sur la Terre sacrée. Mais la solution le plus généralement adoptée – et aussi la plus probable – est ἐκ, ce qui fait de cette phrase une interdiction d'emporter le fumier de la Terre sacrée, afin d'éviter l'appauvrissement des pâturages86. C'est là du reste un aspect révélateur des rapports avec les activités agricoles : même si le fumier ne sert pas toujours d'amendement, il n'en est pas pour autant totalement perdu puisqu'il permet d'améliorer la repousse de la végétation.

  • 87 Un |πολυ]Ιανδρ[εῖ]ον Λακώνων est cité dans la délimitation de 125 a.C., cf. Rougemont. FD. III.4, 2 (...)
  • 88 Il s'agit de l'hippodrome pythique situé dans la plaine de Kirrha qui n'est pas précisément localis (...)

67La délimitation de 178 a.C. offre la première indication épigraphique d'une exploitation pastorale de la Terre sacrée. Ce texte vise en effet à réserver une part des terres d'Apollon aux vaches et aux juments sacrées (1. 19-20). Suit la description des limites de ces pâturages. Certains des points de repère, comme le monument laconien (le Λακωνικόν87) et l'hippodrome88, sont connus par d'autres documents ; aucun cependant n'est précisément situé, mais tous se trouvaient dans la plaine de Kirrha.

68L'originalité de cette délimitation mérite d'être notée : elle ne vise pas à séparer la Terre sacrée du territoire des cités qui l'environnent, mais pusse à l'intérieur même du domaine d'Apollon tout en en isolant une partie. Seul le gros bétail est concerné, alors qu'Apollon possédait aussi des chèvres et des brebis : une autre zone avait donc peut-être également été réservée comme terrain de pâture du petit bétail du dieu.

Les troupeaux sacrés

69Aucune inscription delphienne n'emploie jamais littéralement l'expression les “troupeaux sacrés”. Il s'en trouve cependant une forme assez proche dans la donation des Tyrites : on y lit que les cinquante bovins offerts sont destinés au “bétail pythique” (Πυθίαν λαίαν. 1. 3) ; la délimitation des pâturages utilise l'expression “les vaches et les juments sacrées” (ταῖς ἱεροῖς βόοις καὶ ἵπποις, 1. 20) et le redressement financier né du “scandale de 125” parle des “troupeaux et bestiaux” (ἀγελῶν καὶ θρεμμάτων, 1. 20) qui formaient l'une des sources de revenus d'Apollon. Enfin, la donation du roi Nicomède III distingue quatre catégories d'animaux, tous qualifiés de “sacrés” (ἱεραί).

70C'est, du reste, ce document qui fournit l'image la plus complète des troupeaux du dieu. A cette occasion, nous apprenons qu'ils étaient divisés en quatre catégories distinctes : les brebis (τὰς ὄεις τὰς ἱεράς, 1. 15), les chèvres (τὰς αἶγας τὰς ἱερ(ας], 1. 16), une troisième catégorie, dont la détermination a disparu dans la lacune de la fin de la ligne 17, comprenait sans aucun doute les vaches, la dernière étant celle des juments (τὰς ἵππυυ[ς τὰς ἱεράς], I. 18). Deux de ces catégories, celles des vaches et des juments, étaient déjà citées dans la délimitation de 178 a.C., ce qui incite à penser que les troupeaux étaient strictement séparés selon le type de bétail, car ils ne fréquentaient pas les mêmes pâturages.

  • 89 Au ive s. a.C., les comptes du sanctuaire mentionnent à plusieurs reprises de petites sommes payées (...)

71Une gestion efficace des troupeaux sacrés devait conduire à leur renouvellement voire ù leur accroissement régulier, mais la générosité des fidèles a pu également y concourir. La donation des Tyrites, le texte le plus ancien de la série, en est un bon exemple : datant de 277/6 a.C., ce document rappelle le don de cinquante bovins par la kôma lacédémonienne de Tyros. Il ne s'agit pas d'animaux destinés à un sacrifice, car notre texte précise clairement qu'ils ont été offerts “au dieu comme bétail pythique” (τῶι θεῶι ΙΙυθίαν λαίαν, 1. 3)89.

  • 90 Voir la synthèse, p. 286-293. Sur la prédominance des femelles dans les troupeaux et la prépondéran (...)

72A l'exception de la donation des Tyrites, qui ne dit rien du genre des animaux, tous nos autres textes ne mentionnent que des bêtes de sexe féminin : c'cst d'abord un fait presque grammatical, en grec comme en français, lorsqu'il est question de troupeaux, le féminin l'emporte par exception sur le masculin. Les mâles sont en tout petit nombre par rapport aux femelles qui sont, elles, les véritables productrices de revenus. L'élevage sacré à Delphes était bien à caractère spéculatif90.

Les “épimélètes des troupeaux sacrés”

  • 91 Daux 1936, 383-384, parle des “épimélètes des troupeaux” en commentant notre texte et des ἐπιμελητα (...)

73L'originalité des textes de Delphes est de donner une idée précise de la gestion du bétail d’Apollon grâce à la donation de Nicomède III et au redressement des comptes de la caisse des troupeaux sacrés lors du “scandale de 125”. Dans cette affaire, les troupeaux constituaient une source de revenus assez importante pour être gérés à part. Le redressement financier ne fournit pas explicitement le titre des administrateurs des revenus des troupeaux, mais la fin mutilée du texte parle d'épimélètes. Tous les commentateurs ont vu en eux des “épimélètes des troupeaux sacrés”91.

  • 92 Voir Pouilloux 1986, 345-363, et Lefèvre 1998, 307-308 (liste).
  • 93 Flacelière 1937, 332-339.
  • 94 Le document date de 160/159 a.C., Attale II n'est encore roi que par association avec son frère aîn (...)
  • 95 J. Bousquet, CID, II, compte 97 (en 327/326 a.C.) parle d’un versement de 45 statères Χάρητι τοῦ γυ (...)

74Des épimélètes sont connus à Delphes en quatre occasions : a) les épimélètes des Amphictions n'apparaissent qu'à l'époque augustéenne et avaient pour fonction de remplir l'intérim entre deux réunions de l'Amphictionie92 ; h) ceux de l'époque étolienne étaient des gouverneurs militaires de Delphes93 ; c) au iie s. a.C. furent institués des épimélètes des donations attalides pour la gestion du fonds de 18 000 drachmes offert par le roi Attale II à Delphes94 ; d) enfin, il y aurait eu des épimélètes du gymnase95. Il est impossible d'identifier les épimélètes cités à propos de la caisse des troupeaux avec les autres épimélètes connus à Delphes et il faut donc considérer qu'il y avait un collège d'épimélètes spécialement chargé de la gestion des troupeaux sacrés.

  • 96 Xénôn fils d'Aristoboulos fut bouleute à deux reprises : tout d'abord sous l'archonte Hagiôn fils d (...)
  • 97 Colin 1903. 158. se contente de proposer la restitution ρχιον [Εὐαγόρα] dans son commentaire, mais (...)
  • 98 Sur les épimélètes des fondations d'Attale II. voir notre n. 94. p. 66. La donation Eumène II pour (...)

75Le texte du “scandale de 125” permet de se faire une idée de leurs fonctions. D'abord, et c'est un point important, ils ne dépendent pas de l'Amphictionie, mais de la cité comme on le lit explicitement : “les épimélètes que le peuple des Delphiens a institués” (ἐπιμελητὰς οὓς ὁ δῆμος Δελφῶν π[αρίστατο], 1. 25). La lacune a la fin de la ligne 26 ne permet plus de lire que deux noms. Le premier des épimélètes mentionnés s'appelait Xénôn fils d'Aristoboulos et c'était un Delphien influent qui a assumé des fonctions importantes dans sa cité avant et après le scandale96. Le deuxième s'appelait Archôn, et son patronyme proposé (fils d'Évagoras) n'a rien de certain97. Il ne paraît pas impossible que les nom et patronyme d'un troisième épimélète aient été gravés à la suite : il reste suffisamment de place pour cela à la fin de la ligne. Un collège de trois épimélètes n'aurait rien de nouveau à Delphes : ceux des donations attalides étaient également au nombre de trois, comme, du reste, les sitônai, qui géraient l'argent donné par le roi Eumène II pour le ravitaillement en blé de la cité98. Les sitônai, ainsi que les épimélètes de la donation attalide, étaient élus par l'assemblée et c'était sans doute aussi le cas des épimélètes des troupeaux sacrés.

  • 99 Daux 1936, 383-384.
  • 100 La délimitation des pâturages pour les vaches et les juments sacrées semble comporter une clause co (...)

76Les lignes 20 à 23 du texte attestent que les gestionnaires rendaient compte (λόγος) de leur gestion. Ils devaient alors préciser le nombre d'animaux qui leur avaient été confiés et le nombre de ceux qu'ils remettaient à leurs successeurs. Cela permettait de connaître les bénéfices qu'ils en avaient tirés au profit du dieu. Il n'y a là rien que de très normal pour des magistrats chargés de la gestion de fonds publics. En 125 a.C. justement, ce sont les traces de cette reddition de comptes que l'on n'a pas retrouvées dans les archives de la cité. Il est fort probable que la gestion des épimélètes s'étail soldée par une perte de revenus pour le dieu et ils furent condamnés à verser une amende forfaitaire, dont le montant était indiqué dans la lacune99. Il n'est pas difficile d'imaginer les éventuelles malversations qu'ils ont pu commettre : aliénation d'animaux sacrés sans reversement ou avec reversement partiel du prix de vente, utilisation des pâturages à des fins privées, etc.100 Tout ceci montre qu'en temps normal le bétail du dieu n'était pas considéré comme une richesse inactive, mais plutôt comme un capital qu'il convenait de faire fructifier. De plus, ce texte est la preuve que l'entretien du bétail sacré n'était pas affermé.

La donation de Nicomède III : la main-d'oeuvre et les trésoriers dans la gestion des troupeaux sacrés

  • 101 Les lacunes du texte ne nous permettent pas de connaître avec certitude le détail de la répartition (...)

77Un quart de siècle plus tard, la donation d'esclaves par le roi Nicomède III de Bithynie confirme la gestion directe des troupeaux sacrés et montre de façon incontestable qu'une partie au moins de la main-d'oeuvre employée à cette tâche était de condition servile. Le nombre total de trente esclaves se ht de façon certaine sur la pierre (1. 13) et c’est la cité de Delphes qui s'occupe de leur affectation101. Il est donc probable qu'à leur arrivée à Delphes, ces esclaves n'étaient pas déjà spécialisés. Cinq furent chargés des brebis (cf. 1. 15), et autant des chèvres. La troisième catégorie, celle des vaches, reçut quatre esclaves tandis que trois au moins furent chargés de l'entretien des juments : trois noms sont conservés à la ligne 18, mais la lacune de la fin laisse de la place pour un quatrième nom. Ce serait en tout à dix-huit des trente esclaves, soit plus de la moitié, que fut confié le bétail sacré.

  • 102 Sur les trésoriers amphictioniques, voir Roux 1979. 121-135, et Lefèvre 1998, 261-263, et CID, IV, (...)
  • 103 Les esclaves ont été remis par l'ambassadeur du roi devant l'assemblée de la cité, cf. 1. 12-13.

78La donation pose cependant problème pour la connaissance de l'administration des troupeaux du dieu. Tous les esclaves destinés à d'autres emplois que ceux qui sont liés au bétail sacré sont directement remis à la personne concernée : le boulanger, par exemple, en reçoit un pour le service de boulangerie, de même le gardien de la palestre pour le nettoyage des bâtiments dont il a la charge. Pourquoi alors ne voit-on pas apparaître les “épimélètes des troupeaux sacrés” ? En revanche, c'est aux trésoriers (ταμίαι. 1. 14), Kléôn fils d'Érys et Tarantinos fils de Dromokleidas, que sont remis les esclaves pour les brebis sacrées. Le nom et le titre de celui qui reçoit les esclaves pour les chèvres sacrées est perdu ; seule la fin de son patronyme est connue (-σιθέου, 1. 16) ; de plus, la lacune est trop brève pour certifier que deux personnes y étaient nommées. C'est un certain Théoxénos, sans titre, qui prend en charge les esclaves pour les vaches sacrées (1. 17), ce que font Eukleidas fils de Kallias et Astoxénos fils de Dionysios, sans titre également, pour les esclaves des juments sacrées (1. 18-19). Ainsi le titre de trésorier n'a été gravé que pour Kléôn et Tarantinos ; si l'on suppose que les personnages auxquels furent confiés les esclaves pour les chèvres, les vaches et les juments sacrées étaient aussi des trésoriers, il faudrait alors proposer un collège de 5 tamiai. Il ne peut être question des trésoriers de l'Amphictionie qui n'existent plus à l'époque du décret pour Nicomède III et son épouse102. Du reste, celui-ci n'émane pas de l'Amphictionie, mais de la cité de Delphes103. Ces trésoriers sont donc ceux de la cité à propos desquels nous sommes très mal documentés.

  • 104 J. Bousquet, CID, II, 31 et 32, voir aussi p. 5 sur leurs fonctions et leur personnalité, voir auss (...)
  • 105 Syll.3, 604, 1. 16-17. ἀποστεῖλαι δὲ καὶ ξένια τοῖς παραγεγονότοις Φορμίωνι I (...)

79Au ive s. a.C., ils étaient deux, chargés de gérer les finances de la cité (δημόσια χρήματα). On les connaît alors par deux des comptes du sanctuaire104. Puis il faut attendre le début du iie s. a.C. pour retrouver leurs traces dans un décret en l'honneur des Chersonésites du Pont daté de 192/191 a.C. et qui précise que les présents d'hospitalité devaient être remis aux ambassadeurs par les deux trésoriers de la cité, Charixénos et Diodôros105. Leur nombre n'a donc pas varié. Puis il faut se reporter à notre texte pour les retrouver. On a vu que les esclaves pour les troupeaux sacrés étaient remis à cinq personnes différentes. Si toutes ont la fonction de trésorier, il faudrait croire que leur nombre, si longtemps inchangé, a été brusquement augmenté au cours du iie s. a.C. Il vaut donc mieux admettre que seuls Kléôn et Tarantinos étaient trésoriers. Mais alors on ne voit pas pourquoi ils n'interviennent que dans le cas des esclaves destinés aux brebis ni quelle était la fonction des autres personnages. D'autre part on peut se demander si pendant le quart de siècle qui sépare le redressement financier de la caisse des troupeaux après le “scandale de 125” de la donation de Nicomède III, il n’y a pas eu disparition de la fonction d'épimélète des troupeaux (par suite du scandale ?) au profit des trésoriers de la cité.

  • 106 Voir Kahrstedt 1953, 75. Sur les rapports de la cité et de l'Amphictionie. Roux 1979, 17-18.
  • 107 Remarque de Pomtow, Syll.3, 826, n. 57. Cette idée est reprise par Daux 1936, 386.
  • 108 Daux 1936, 372-373, soutient, à partir de ces textes et d'autres encore, que l'Amphictionie a progr (...)

80La Terre sacrée est indépendante de la cité de Delphes en théorie et ne fait nullement partie de son territoire106. Les Delphiens ne devraient donc pas avoir de responsabilité directe dans la gestion des pâturages et du bétail du dieu. En 178 a.C., lors de la délimitation des pâturages pour les vaches et les juments, ce sont les hiéromnémons qui interviennent et la cité n'a de rôle à jouer que pour la gravure du texte. De même, le “scandale de 125” est réglé par l'Amphictionie contre certains Delphiens qui avaient abusé des biens du dieu. Les occupants illégaux de la Terre sacrée, ceux qui ont mal géré les caisses, sont tous des citoyens de Delphes. Même si l’on a pu s'étonner de la mansuétude de l'Amphictionie à leur égard, qui ne leur a demandé que de restituer les biens usurpés et les sommes détournées107, malgré tout, c'est contre la cité de Delphes qu'est dirigé le dossier du “scandale de 125”. Mais vers 100 a.C., ce sont ces mêmes autorités qui reçoivent et répartissent les esclaves offerts par le roi de Bithynie. Faut-il en conclure que le contrôle de l'Amphictionie sur les biens du dieu s'est peu à peu affaibli au profit de la cité au cours du iie s. a.C.108 ? Il n'en est probablement rien : alors que les Amphictions prenaient, à l'occasion de leurs réunions, certaines grandes décisions, comme lors de la création de pâturages sur la Terre sacrée, l'exploitation du bétail ne pouvait que reposer sur des institutions civiques toujours disponibles dès lors que l'on avait renoncé au système de l'affermage.

15. Convention entre Myania et Hypnia en Locride Ozole (vers 190 a.C.)

81J. Bousquet, “Convention entre Myania et Hypnia”. BCH, 89, 1965, p. 665-681 (cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1967. 307 ; SEC, 23. 1968, 305) ; Klaffenbach, IG, IX.12, 748 (Pouilloux, FD, III.4, 352 ; H. H. Schmitt in Symposion 1993, Cologne-Weimar-Vienne, 1994. p. 39-44 ; Sh. L. Ager, Interstate Arbitrations, 1996, 89).
Cf. St. Georgoudi, REG, 87. 1974, p. 173-176.
Texte utilisé : Bousquet.

  • 109 Voir Lemerle 1938, 463, pour la notification de la découverte du principal fragment.

82Deux fragments d'un traité entre deux petites cités de Locride occidentale (Locride Ozole) ont été découverts à Delphes en 1938 et 1948. Des allusions à ce document furent faites dès 1938109, mais la pierre était d'une lecture très difficile et il en coûta un travail considérable à J. Bousquet avant de pouvoir en donner la première édition en 1965.

  • 110 Bousquet 1965, 667.

83La stèle était divisée en au moins trois colonnes, “comme celles d'un manuscrit”110. Le fragment de 1948 conserve de très maigres restes de la colonne I, tandis que celui de 1938 permet de lire l'ensemble des colonnes II et III, à l'exception des premières et dernières lignes de chacune.

  • 111 J. Bousquet qualifie ce texte de convention tandis que G. Klaffenbach va jusqu'à parler d'un traité (...)
  • 112 Ainsi dans la clause : ἐπεί κα πορεύωνται I πορευέσσθων κὰτ τὸ μέρος καθώς καὶ τᾶν I θυσίᾶν (...)
  • 113 Voir Bousquet 1965, 681, qui insiste sur ce point.
  • 114 Aux 1. II. 8-9, nous lisons à propos de cette dernière : κὰτ ταὐτὰ δε καὶ τὰν ἄ(...)

84Il s'agit d'un traité entre Myania et Hypnia111, deux cités limitrophes qui mettent en commun un certain nombre de services. C'est ainsi qu’à plusieurs reprises, il est fait allusion à des sacrifices, dont les frais seront partagés proportionnellement à l'importance de chacune des parties112 : Myania semble en effet avoir été beaucoup plus puissante qu'Hypnia113. Aux lignes 12-20, il est question d'un partage territorial qu'un tribunal (δικαστήριον. 1. II. 5) devra effectuer. La nature des territoires à partager est double : en premier lieu, il y a des terres désignées par l'expression τάς χώρI[ας ταύτας (1. II. 4-5) et ensuite, une terre dite ἄσπορος (“non ensemencée”)114. La clause suivante (1. II. 9-1 1) concerne les ambassades (τάς πρεσβείIας, 1. II. 9-10) qui seront envoyées en commun. Il est ensuite question (1. II. 11-14) de la désignation d'un magistrat commun et de son suppléant (ὁ ἀρχός). Les lignes II. 14-18 traitent du problème des troupes, de leur recrutement et des expéditions militaires. Puis le texte passe aux divers services qui seront assumés en commun par les deux cités (1. II 18-23) : il n'y aura qu’un seul préposé aux grains (σίταρχος), et qu'un seul médecin public (ἰατρός). D'autres “fonctionnaires” sont également évoqués (τ|σὺς ἄλλους δαμοσιεργούς, 1. II 19-20) sans autre précision. Comme le médecin, ils recevront un salaire public (μισθός). La dernière partie de la colonne II traite de la garde des frontières :

Colonne II
[24] χωροφυλακεόντων δὲ τοὶ Μυ-
ανεῖς τὰν Μυα[νιάδα] - τοὶ Ὑπνιεῖς τὰν Ὑπνι-
άδα - τὰς σκοπιὰς καὶ τὰ ὅρια κοινᾶι ἀμφό-
[τ]εροι - τὸν δὲ στατήρα μή έμφερόντων το
[ὶ ἐν] Ὑπνίαι χωροφυλακέοντες μηδὲ τοι ἐμ Μ-
[28] [υανία]ι - πρόβατα - ἑκατ[ερ.... 11 à 121.....]

85Traduction : “(...) et que les Myaniens montent la garde du territoire de Myania et les Hypniens celle du territoire d'Hvpnia ; et que les uns et les autres montent en commun la garde des postes de guet et des frontières ; et que ceux qui montent la garde à Hypnia et Myania n'aient pas à payer le statère. Moutons : les uns et les autres (...)”.

  • 115 Bousquet 1965, 676, le désigne comme un “intitulé de paragraphe”.

86La ligne 39 est la dernière lisible de la colonne II : on y distingue encore le mot πρόβατα (les moutons) entre deux tirets de ponctuation, ce qui était vraisemblablement l'intitulé de la clause suivante115. Lorsque le texte reprend en haut de ce qui reste de la colonne III, il est toujours question de moutons, jusqu'à la ligne 46. C'est donc la suite de la clause commencée en bas de la colonne II.

Colonne III
[4] [……]Ṇ τᾶι προτέραι Image 10000000000000150000000F07477A4A.jpg [-------13 1. -----]
ἑκατέρας - εἰ δέ τις τῶν προβατέων τ[ῶν χ]-
ρησαμένων τὰ πρόβατα ποτάγοι πρὸ τᾶ[ς λ]-
ώτιος λωτίξας ἀπαγέτω - ὅσοι δέ κα τῶ[ν πρ]-
οβα////τέων μὴ χρήσ[ω]νται τᾶι yώpat λω[τίζ]-
Image 10000000000000220000000FEA8FD23C.jpg τὰς πόκας νέImage 10000000000000080000000F5A08CC2E.jpgοντImage 10000000000000060000000F7FB91EDE.jpgς ἐν τὰι χώραι [α]-
ὐλιζόντω ἁμέρας δέκα·

87L. 5 : le lapicide a dû éviter un dommage sur la pierre et a espacé οβα et τέων.

88Traduction : “[...] la précédente [...] chacune des deux ; et si l'un des bergers qui l’ont utilisé vient à y conduire ses moutons avant le bain, qu’il les emmène après les avoir baignés ; et que ceux des bergers qui n’ont pas utilisé le territoire pour laver les toisons puissent y parquer leur bétail pendant dix jours (…) ”.

89Les lignes suivantes (III. 7-13) sont consacrées aux procédures à suivre pour faire adopter des rectificatifs (διορθώματα) à l’accord. Le reste de cette colonne (1. III. 13-24) traite de l’échange des registres des comptes financiers (λόγοι) des deux cités.

  • 116 SGDI, 1994.
  • 117 Sur cette “libération de Delphes”, voir Flacelière 1937, 356-364, et Will 1979-1982, 2. 218.
  • 118 La paix de 189 a.C. confirme l'influence des Étoliens en Locride occidentale, voir Daux 1936, 266-2 (...)
  • 119 Lerat 1952, 2. 88-89, pense que la conclusion de cet accord devait dater des tout premiers temps ap (...)

90La datation repose sur des données prosopographiques et historiques. La clause sur les modifications susceptibles d’être apportées au texte de la convention prend soin de désigner une commission de six membres. Parmi eux se trouve un certain Kratinos de Tritaia, connu par un affranchissement de Delphes datant de 194 a.C.116. Au iiie s. a.C., la Locride se trouvait sous la domination étolienne, mais, en 191/190 a.C.. la défaite des Étoliens entraîna un bref recul de leur influence en Grèce centrale117, car, dès 188 a.C., ils avaient repris le contrôle de la région118. Selon toute probabilité, Myania et Hypnia ont conclu cette convention durant les quelques années où, au début du iie s. a.C., elles se sont trouvées livrées à elles-mêmes, sans la protection d’une grande puissance extérieure119.

  • 120 The, 3.101.2 : Ξυνέπρασσον δὲ μάλιστα ατῷ τῶν Λοκρῶν Ἀμφισσῆς διὰ τὸ τῶν Φωκέων ἔχθυς δεδιότες· κα (...)
  • 121 La localisation des cités mentionnées par Thucydide pose encore de nombreux problèmes, comme on va (...)
  • 122 Syll.3, 827, D : περὶ τῆς ἀμφισβητήσ[ε]ως τῆ[ς Δε]λφῶν πρὸ[ς Ἀμ]Ιφισσεῖς καὶ Μυανεῖς περὶ τῶν ὅρων (...)
  • 123 Leake 1835, 2. 592-593.
  • 124 La localisation de Myania à Haghia Efthymia n'a été rejetée que par Oldfather 1933, col. 991-992. V (...)
  • 125 Ces ruines antiques sont décrites par Lerat 1952. 1. 169-173 et pl. L1V-LVIII.
  • 126 Paus. 10.38.8 : ἄνω μὲν ὑπὲρ Ἀμφίσσης πρὸς ἤπειρον Μυονία στάδιοις ἀπωτέρω τριάκοντα Ἀμφίσσης· οὗτο (...)
  • 127 Lerat 1952. 1. 169. Voir aussi Philippson 1950-1959, 1.385-386.

91Ces deux petites cités de Locride ne sont guère connues que par quelques sources littéraires et par cet accord. Myania était visiblement la plus importante des deux, celle dont les sources parlent le plus souvent ; c’est aussi la mieux localisée. Le texte le plus intéressant est un passage de Thucydide relatant une expédition Spartiate de l’été 426 a.C. destinée à s'emparer de Naupacte. Le Lacédémonien Eurylochos avait alors entrepris de rassembler une troupe à Delphes. Les premiers Locriens à le rejoindre furent les Amphisséens : “Son meilleur appui chez les Locriens était les gens d’Amphissa, inquiets de l’hostilité qui les opposait aux Phocidiens ; les premiers à donner des otages, ils persuadèrent les autres d’en donner aussi, sous la menace de l'avance des troupes, en commençant naturellement par leurs voisins de Myonia (c’est là que l’invasion de la Phocide est la plus difficile) ; puis ce furent les gens d’Hypnia, les Messapies, les Tritéens, les Chaléens, les gens de Tolophon, les Isiens et les gens d’Oiantheia”120. L'énumération de Thucydide respecte visiblement la géographie et ces cités sont mentionnées dans l’ordre où un voyageur allant d'Amphissa à Naupacte les rencontrerait sur sa route121. Myania était donc limitrophe d’Amphissa, ainsi que de Delphes, comme le montre le Monument bilingue122. Depuis le voyage de Leake123, il est communément admis que son centre civique se trouvait à Haghia Efthymia124 où l'on voit encore d'importants vestiges de fortifications, celles peut-être qui rendaient l'invasion de la Locride difficile aux yeux de Thucydide125. Pausanias, venant d'Amphissa, avait visité Myania et laissé une brève description du site : “Au-dessus d'Amphissa vers l'intérieur des terres, il y a Myonia à trente stades d'Amphissa. Ce sont, eux, les Myaniens qui ont consacré à Olympie le bouclier à Zeus. L'agglomération se trouve sur une hauteur et ils possèdent un bois sacré et un autel aux dieux Meilichioi”126. L'expression “au-dessus d'Amphissa”, employée par Pausanias, correspond exactement à la situation d'Haghia Efthymia sur un plateau suspendu à 500 m au-dessus de la vallée qui conduit d'Amphissa à Itéa. On en retrouve une description dans l'ouvrage de L. Lerat : “Le site d'Haghia Efthymia (...) occupe l’extrémité Ouest du plateau qui s'étend au pied des massifs du Diaselo et du Tourla (1427 m et 1304 m) et de celui de l'Élatovouno (1910 m) à une altitude moyenne de 400 à 500 m pour se terminer à l'Est par la falaise à pic qui domine la plaine d'Amphissa. Le roc affleure presque partout et. fortement érodé, donne à de vastes espaces un aspect étrangement chaotique (...). L'eau fait totalement défaut et les habitants n'ont d'autre possibilité que de multiplier les citernes creusées dans le rocher. Il y a néanmoins quelques cultures, d’orge surtout, là où le sol a un peu d'épaisseur, notamment dans une dépression assez large et assez profonde qui se creuse au Nord du village”127.

  • 128 Dans des affranchissements delphiens : Daux, FD, III.3, 5 et 16 ; on y lit l’ethnique Ὑ(...)
  • 129 La plus proche d'Haghia Efthymia est celle qui se trouve près de Vounichora, voir Lerat 1952, 1. 17 (...)
  • 130 Description du site de Kolopétinitsa dans Lerat 1952, 1. 167-169 et pl. LUI, et Philippson 1950-195 (...)

92Hypnia est encore moins connue que Myania. Il n’en est question que dans le passage de Thucydide cité ci-dessus et dans quelques inscriptions de Delphes128. Ces maigres informations n'aident guère à en localiser le site ; la seule certitude est que le territoire d'Hypnia jouxtait celui de Myania, comme le montre à la fois notre inscription et le passage de Thucydide. Ce dernier témoignage laisse aussi supposer qu'Hypnia se situait au-delà de Myania pour qui venait d'Amphissa. Or, sur plusieurs kilomètres, aucun site antique n'a été retrouvé sur cette route de Naupacte, hormis quelques tours isolées129. Pour cette raison, les recherches se sont portées vers le village moderne de Kolopétinitsa que l'on atteint aujourd'hui de Galaxidi, et donc de la côte, mais qui se trouve en réalité sur le même plateau qu'Haghia Efthymia. A Kolopétinitsa – qui a aujourd'hui, à tort, pris le nom de Tritaia – furent en effet découverts d'assez importants vestiges d'occupation antique130.

  • 131 Deschamps 1897, 260.

93La région est pauvre et l'élevage paraît avoir été l'une de ses seules ressources. G. Deschamps la décrit ainsi à la fin du xixe s. : “Après le village [d'Haghia Efthymia], le désert pierreux recommence. Pas d'ombre, pas d'arbres, pas d'oiseaux. Un pauvre hameau, Kolopetinitza, sordide, habité par quelques pauvres paysans, des chiens et un pappas qui ressemble à un moujik. Seulement, le Parnasse rayonne au-dessus de ces misères. Devant nous, des collines et encore des collines. Elles sont tristes, chauves, trop caillouteuses et de lignes molles. La courte végétation des πουρνάρια voile à peine leur nudité. Ce pays a un air d'abandon. Des moutons maigres, clairsemés dans les herbes rares. Mais, de loin en loin, des bergers, appuyés sur de grands bâtons à bec recourbé, font penser aux figures qui se profilent, en nobles poses, sur les vases de Corinthe et d'Argos”131.

  • 132 Bousquet 1965, 672, traduit τὰν ἄσπορον par “les terres en friche”. Voir aussi Georgoudi 1974, 173- (...)
  • 133 Bousquet 1965, 679 : “La chôra doit être (...) la terre ʻterre non cultivable’, impropre à la cultu (...)

94Il n'y a donc rien de surprenant à constater la place que tiennent les problèmes liés à la vie pastorale dans la convention entre Myania et Hypnia. Il est d'abord question d'un droit de pâturage accordé sur une terre “non ensemencée” (τὰν ἄσπορον, il faut sous-entendre χώραν, 1. II. 8-9). Il s'agit sans doute d'une terre publique qui n'est pas cultivée par les citoyens de l'une ou de l'autre cité132. D'autre part, la clause des lignes III. 4-7 mentionne un territoire (χώρα) sur lequel certains bergers auront le droit de parquer du bétail et ce territoire est vraisemblablement aussi l'objet des lignes III. 2-4. J. Bousquet et G. Klaffenbach ont supposé avec prudence que cette terre était la même que celle qui est qualifiée de “non ensemencée”. Cela est possible, mais ne doit cependant pas être considéré comme une certitude133.

  • 134 Bousquet 1965. 672, qui traduit par “La même proportion vaudra pour la pâture sur les terres en fri (...)
  • 135 Sur les différents sens du verbe νέμειν, voir Laroche 1949 (voir cependant J. et L. Robert. Bull. é (...)
  • 136 Voir no 45, 1. 18 sq.
  • 137 Sur cette répartition, voir Bousquet 1965,672.

Les droits concédés sur la terre “non ensemencée” sont exprimés à l’aide du verbe nemein (κὰτ ταὐτὰ δὲ καὶ τὰν ἄImage 100000000000000D0000000F62B29062.jpgορον νI[ε]Image 10000000000000080000000F5A08CC2E.jpgόντων. 1. II. 8-9) auquel on donne généralement le sens de “faire pâturer”134. Cette traduction est plausible, mais non certaine, et pourrait tout aussi bien être remplacée par le sens “partager, distribuer”135. Il ne serait alors pas impossible que cette clause ait fixé implicitement les conditions pour la mise en culture d'une terre non encore cultivée, mais qui pourrait le devenir comme c'est le cas dans le traité entre Hiérapytna et Priansos136. La répartition des droits respectifs sur ce territoire sera conforme au partage des charges sacrificielles et respectera les différences d'importance entre les deux cités137.

  • 138 Bousquet 1965, 677-678, a expliqué que la λῶτις “ne peut être un bain, mais la tonte de printemps”, (...)
  • 139 Sur cette pratique, voir Liger 1740, 338 : "Pour taire la tonte, il faut toujours choisir un beau j (...)

95Le verbe nemein apparaît également une fois dans la clause sur les moutons qui commence 1. II. 28 et s'achève 1. III. 7 : il y est question de pratiques précises liées à l'élevage à commencer par le bain (λῶτις) que l'on fait subir aux moutons avant la tonte ; on dit alors que les animaux ont été lavés à dos138. Ce bain, qui nécessite de grandes quantités d'eau courante, débarrasse les animaux d’une partie de leurs parasites et rend les toisons plus faciles à travailler par la suite, puisque elles ont perdu la plus grande partie du suint. Plus légères aussi, le coût du transport en est moindre et les marchands les payent aussi mieux139. Or, comme nous l’avons vu, l’eau est plutôt rare sur le plateau d’Hughia Efthymiaet il est probable que les bergers des deux cités n’avaient guère le choix dans les lieux disponibles à cet effet. En mettant en commun les points d’eau, tout en enjoignant à leurs bergers de ne pas s’y attarder après le bain, Myania et Hypnia pouvaient éviter bien des querelles.

  • 140 Voir ci-dessous, 346-347.
  • 141 Ce texte ne doit pas, croyons-nous, servir d’argument en faveur de l'existence de la transhumance e (...)

96Les lignes III. 4-7 s'adressent spécialement aux bergers qui n'utilisent pas la chôra pour y baigner leurs troupeaux. On leur offre un droit de séjour limité à dix jours, exprimé par le verbe αὐλίζειν. Une partie des animaux au moins devra être parquée. Cette pratique se retrouve dans le traité entre Hiérapytna et Praisos en Crète orientale (no 44), tandis qu'elle est interdite dans deux sanctuaires, celui de Zeus Diktaios en Crète (no 46) et celui d'Apollon à Koropè, dans le Pélion (no 19)140. Il nous paraît donc probable que la terre, où les bergers reçoivent le droit de parquer leur bétail pendant dix jours, était située au milieu des zones cultivées141.

  • 142 Sur la rareté de προβατεύς, voir Bousquet 1965, 677, n. 1.
  • 143 Voir les réflexions très justes de Georgoudi 1974, 174, qui a raison de souligner que la mention de (...)
  • 144 Philippson 1950-1959. 1. 386, insiste sur la pauvreté de la région qui sépare Haghia Efthymia de Ga (...)

97Pour désigner les bénéficiaires des droits, les bergers, le texte utilise le terme rare προβατεύς, plutôt qu'un mot plus habituel comme ποιμήν142. De plus, le bétail est désigné par πρόβατα. Dans la région, on élevait surtout du petit bétail, les “moutons maigres” et les “bergers appuyés sur de grands bâtons à bec recourbé” que G. Deschamps vit vers Kolopétinitsa étaient bien les descendants de ceux dont parle la convention entre Myania et Hypnia. La pauvreté de la région, la médiocrité des pâturages sur ce plateau trop sec empêchaient qu’il en soit autrement143. Ces bergers étaient soit de Myania, soit d'Hypnia et il n'est pas question d'étrangers. Tout se passe entre deux petites cités dont les ressources sont faibles et dont le territoire s'étend en grande partie sur des plateaux où l'eau est rare144. Leur économie pastorale ne sort pas de ce cadre. Les troupeaux naturellement se déplacent à l'intérieur du territoire, allant du point d'eau peut-être situé sur le plateau jusqu'aux pâturages de montagne, mais ces déplacements restent très localisés et relèvent de pratiques courantes chez les éleveurs grecs. Des bergers transhumants venus de loin n'auraient pas profité de droits que l'on n'accorde qu'avec tant de précautions aux bergers de la cité partenaire.

  • 145 Comme par exemple celle de Tsitomi, voir Lerat 1952, 1. 149-151 et pl. XL. Elle se trouve sur une m (...)
  • 146 Le lien est souligné par Georgoudi 1974, 176.

98Sur ce plateau, se pose cependant le problème de la sécurité des biens et des personnes, surtout si l'on est dans une phase où la protection étolienne a disparu. Cinq lignes de la convention sont consacrées à la surveillance du territoire (χωροφυλακεῖν) qui devra être assumée séparément par les Myaniens et les Hypniens. Seule la garde des frontières et des postes de guet est mise en commun. La présence de nombreuses tours isolées145 dans la région confirme l'importance accordée à la surveillance du territoire dont les bergers devaient être les premiers bénéficiaires146.

16. Délimitations de pâturages le long des murailles de Skotoussa, Thessalie (entre 196 et 185 a.C.)

99V. M. Missailidou-Despotidou, “A Hellenistic Inscription from Skotoussa (Thessaly) and the Fortifications of the City”, ABSA. 88, 1993, p. 188-217 et pl. 19-22 (cf. M. Sève, Bull. ép., 94. 96) ; SEG, 43. 1993, 311, avec des lectures de A. et M Kontogiannis.
Cf. Ph. Gauthier, Bull. ép., 94, 196 ; Br. Helly, Bull. ép., 95, 336.
Texte utilisé : SEG, 43, 1993, 311.

  • 147 Sur Skotoussa, voir Stählin 1924, 106-111, el Stählin 1927.
  • 148 Sur cet espace de sécurité au pied des murailles, Missailidou-Despotidou 1993, 212-213.

100Le texte est conservé sur une stèle opisthographe découverte lors de travaux agricoles sur le territoire de l'antique Skotoussa147 et déposée au Musée de Larisa en 1983. Il est rédigé en dialecte thessalien, ce qui rend la compréhension des détails souvent difficile, et comporte deux documents distincts : un décret de la cité de Skotoussa et le rapport d'une commission chargée de délimiter un espace qui devra être laissé libre au pied de la muraille, aussi bien à l'intérieur qu’à l'extérieur, pour servir à la défense148. L'état de la face A ne permet pas de séparer clairement les deux documents et de voir les rapports qu'ils entretiennent entre eux. Le décret peut avoir eu deux fonctions : ou bien il servait à nommer la commission, ou bien il avait pour rôle d'en ratifier le travail et de lui décerner des récompenses.

  • 149 Décret de proxénie accordée par Delphes à Praylos fils de Phoxinos, Syll.3, 585, 1. 113.
  • 150 Tite-Live 36.9.13.
  • 151 Missailidou-Despotidou 1993, 206-207, semble préférer une date entre 196 et 191 a.C. On peut toutef (...)

101La datation n'est qu'approximative et repose d'abord sur l'écriture (du premier quart du iie s. a.C.), ainsi que sur des recoupements prosopographiques : deux proposants du décret, les frères Praylos et Nikokratès fils de Phoxinos, sont connus comme stratèges de Skotoussa en 190/189 a.C.149 et 183/182 a.C. Comme il n'y a d'autre part nulle trace d’intervention antigonide dans ces opérations relatives aux murailles de la ville de Skotoussa, il est tentant de placer le texte après la bataille de Cynocéphales (197 a.C.) et la proclamation de Flamininus (196 a.C.). En 192 a.C., Antiochos III prit possession de Skotoussa150 qui ne retrouva la liberté qu'en 189 a.C. Une datation dans cette décennie troublée qui commence en 196 a.C. est donc probable151.

  • 152 La forme du mot en koinè est μεσοπύργιον, cf. Pol. 9.41.1. Sur ce mot et son alternance avec la for (...)
  • 153 Une akaina fait 10 pieds : Missailidou-Despotidou 1993, 202-203.
  • 154 Cf. la formule ἐξειόντουν τὰν πύλαν, 1. B6 et B22.
  • 155 Cf. la formule τὰ ἐντὸς τᾶς πόλιος, 1. Β56, qui inaugure cette seconde partie.

102Le rapport lui-même décrit la muraille en s'appuyant sur ses éléments marquants : tours (πύργοι), courtines (μεσαπύργια152) et portes (πύλαι). Les distances sont données en unités de mesure locales : l’akaina et le pied153. Elle est d'abord considérée de l'extérieur154 (jusqu’à la 1. B55), puis vient la description de l'intérieur de la muraille155 (1. B56-B68). Des deux côtés, certaines terres servent de pâturages. Ce sont les passages les concernant que nous reproduisons et commentons ici.

FACE A
(...)
[72] ἂτ τοῖ ὄντοι τόποι μὲς πὸτ τὰν καμπὰν τοῖ μεσαπυργίοι τοῖ κὰτ τὸ Κερδοῖον, ν ἐπειδεὶ πλείουν τόπος εἶε (Σ) δά-μοσσυς, οἷ κεχόρτισται
(...)

FACE Β
(...)
[8] κἀτ τὸν προῦτον πύργον ἒτ τοῦ κρειμνοῦ, χόρτος· κὰτ τὸ ὕσ-
τερον μεσαπύργιυν ἒτ τοῦ κρειμνοῦ, χόρτος· κὰτ τὸν ὕστερον
πύργον ἓτ τοῦ κρειμνοῦ, χόρτος· κὰτ τὸν τρέττον πέργον ἒτ τοῦ κρειμνοῦ, χόρτος·
κὰτ τὸν πέτρυτυν πύργον ἒτ τοῦ κρειμνοῦ, χόρτος κὰτ τὸ ἐχόμενον μεσαπύργιον ἐπάνου τοῖ όχοι ἒτ τοῦ πρόποδι, χόρ-
[12] τος κὰτ τὸν πέντον πύργον ἐπάνου τοῖ ὄχοι ἒτ τοῦ πρόποδι, χόρτος·
κὰτ τὸν ἕκτον πύργον ἐπάνου τᾶς κράνας, χόρτος· κὰτ τὸν ἕδ-
δομον πύργον πὸτ τᾶ άλούου, χόρτος· κὰτ τὸ ἐχόμενον μεσαπύρ-
γιον πὸτ τᾶ ἀλούου χόρτος·
(...)
[25] ἂτ τοῖ τρέττοι μεσαπυργίοι κὰτ τὰν ὑδραγου-
γὸν πὸτ τὸν αὐτὸν χόρτον ἄκαιναι πέντε, πόδες πέντε·
(...)
[56] Τὰ ἐντὸς τᾶς πὸλιος ἂτ τοῦν Ἀντιλαείουν μὲς πὸτ τὸν πύργον τᾶς
πύλας τᾶς Αὑροσχαδοφόροι ἐκρίνναμεν ἂτ τοῖ τείχεος ἀπεχέμεν
πόδας δεκαδύος, ἂτ τοῖ πύργοι τοῖ ὑστέροι τᾶς Αὐροσχαδοφόροι μὲς
πὸτ τὰν πύλαν τὰν ἐπ’Ἐννεαπέλεθρον, ἐπιδεὶ πλείουν τόπος εἶε
[60] δάμοσσος, οἷ τ'ἐχορτίσθει, ἂτ τᾶς πύλας τᾶς ἐπ’’Eννεαπέλεθρον
ἂτ τοῖ τείχεος κύκλου μὲς πὸτ τὸν Μιρούνδαν, οὑς ἁ ποτοικοδομία ἐστι
τοῖ τείχεος τοῖ ἐς πόλιος πὸτ τὸ τεῖχος τᾶς ἄκρας πόδας ἴκατι ν κὰτ
τὸς τόπος, τὸς κεῖνθαι χόρτυι,

103Traduction : (face A) “(...) à partir du lieu qui se trouve près de l'incurvation de la courtine proche du Kerdoion, attendu qu'il y a beaucoup de terre publique que l'on utilise comme prairie (...)”.
(face B) “(...) près de la première tour au-dessus de la falaise, prairie ; près de la courtine suivante au-dessus de la falaise, prairie ; près de la tour suivante au-dessus de la falaise, prairie ; près de la troisième tour au-dessus de la falaise, prairie ; près de la quatrième tour au-dessus de la falaise, prairie ; près de la courtine attenante dominant la canalisation au pied, prairie ; près de la cinquième tour dominant la conduite d’eau au pied, prairie ; près de la sixième tour au-dessus de la fontaine, prairie ; près de la septième tour proche de l'aire à battre le grain, prairie ; près de la courtine attenante proche de faire à battre le grain, priairie (...) depuis la troisième courtine près de la canalisation d’eau vers la même prairie, cinq akciinai, cinq pieds (...) Nous avons décidé que les propriétés a l’intérieur de la ville, à partir d'Antiléa jusqu'à la tour de la porte de l'Auroschadophore, doivent être en retrait de douze pieds du mur, à partir de la tour suivant celle de l'Auroschadophore jusqu'à la porte de l'Ennéapélethron, attendu qu'il y a beaucoup de terre publique qui sert de prairie, à partir de la porte de l'Ennéapélethron en partant du mur en cercle jusqu'à Miroundas, là où se construit la liaison entre le mur de la ville et celui de l'acropole, vingt pieds, près des lieux où se trouvent des prairies (...)”.

  • 156 Stahlin 1924, 109, fig. 6, donne un relevé des fortifications de Skotoussa qui étaient encore bien (...)

104L'éclaircissement des données topographiques est souvent désespéré. On connaît certes les grandes lignes du tracé de la muraille antique de Skotoussa qui était resté l'élément le plus visible du site jusqu'aux dégradations que ces dernières décennies ont accélérées156. Un lien peut être établi entre certains éléments visibles sur le site et le tracé décrit par l'inscription : c'est le cas du cours d'eau (le ποταμός de la ligne A75) qui ne peut être que l'Onchestos (l'actuel Platanorevma) qui coule dans un ravin, ou, au sud-est, de l'acropole (l'ἄκρα de la ligne B62). Dans les détails cependant, le texte nomme toute une série de microtoponymes, dont on comprend que certains correspondent à des sanctuaires qu'il est impossible de localiser.

  • 157 Missailidou-Despotidou 1993, 195. Le mot a été enregistré dans ce sens par L. Dubois, Bull. ép., 94 (...)
  • 158 Cf. 1. A76. Missailidou-Despotidou 1993, 195 et 21 1, pour l’interprétation du mot.

105Une autre difficulté réside dans les obscurités du vocabulaire. Aux traits connus du dialecte thessalien (ἄτ pour ἀπό, ἔτ pour ἐπί, etc.), s'ajoutent les nombreux hapax dont le sens est difficile à préciser. Dans l'ἄλως des lignes B14 et B15. M. Missailidou-Despotidou a proposé de voir une aire à battre le grain : le mot serait équivalent à ἅλως en attique157. De même l'ὄχος des lignes B 11 et B12 serait une canalisation, comme ὀχετός en attique158. Dans la suite, le texte mentionne une conduite d'eau qualifiée cette fois-ci d'ὑδραγωγς (1. B25-26) sans que la différence de nature soit compréhensible.

  • 159 Missailidou-Despotidou 1993, 194.
  • 160 Théocrite 4.18, pour du fourrage vert destine'à une génisse. Xén., Anab., 1.5.5 : les bêtes du trai (...)
  • 161 Hésiode, Travaux, 606-607, l'emploie en décrivant les travaux qui suivent la moisson : il faut alor (...)
  • 162 II., 1 1.774 et 24.640. La nature de l'enclos en question n'est pas claire, mais dans les deux cas, (...)
  • 163 Pindare, Olympiques, 13.44 : Némée est désignée comme les pâturages du lion, χόρτοις ἐν λέοντος.

106Pour ce qui nous intéresse, l'essentiel est le sens de chortos (χόρτος. 1. B11-12 et suivantes) et du verbe qui en dérive, χορτίζω, qui apparaît ici pour la première fois (1. A72 et B60). M. Missailidou-Despotidou traduit χόρτος par “pasture” et οἷ κεχόρτισται par “to be used as grazing ground”159. C'est un choix fait parmi les sens que possède le mot. Aux époques classique et hellénistique, χόρτος désigne normalement le fourrage ; ses dérivés sont pour la plupart liés à l'alimentation du bétail, et de préférence en ce qui concerne le gros bétaill160. Ce sens est indéniablement ancien puisqu'il se rencontre déjà chez Flésiode161. Pourtant, le vocabulaire homérique lui donne parfois une autre valeur, celle d'enclos, d'enceinte162. Les causes de ce glissement de sens sont certainement à rechercher dans la pratique du parc à bétail. Quelques textes offrent de rares exemples de χόρτος pour désigner une prairie, d'une façon généralement poétique163. C’est pourtant la seule acception qui donne un sens aux passages concernant le χόρτος dans l'inscription sur la muraille de Skotoussa.

  • 164 Sur ces problèmes en général, voir Hennig 1995, 235-282.
  • 165 Voir l'inscription de Nisyros, ive s. a.C. : Hellmann 1999, no 1 ; l'espace libre y est qualifié de (...)
  • 166 La pratique a été mise en évidence dans deux quartiers de Thasos, le quartier de la porte d'Hermès (...)
  • 167 SEG, 43. 1993, 311, 1. A7 : συγκουρεισάντουν Δαιμονίοι ΙΙλειστοξενείοι, Γοργίδαο Γοργείοι ; 1. Β74- (...)
  • 168 Le texte proclame aussi le caractère public d'autres secteurs proches de la muraille, mais sans évo (...)

107L'une des questions importantes soulevées par le texte est celle des rapports entre terre privée et domaine public164, ici à propos de la muraille. Skotoussa veut améliorer sa défense en laissant un espace libre de chaque côté du mur d'enceinte. En cas de siège, la circulation des troupes et les travaux de contre-sape en seront facilités tandis que l'ennemi devra s'avancer à découvert. La pratique est ancienne, connue à la fois par les textes165 et par l'archéologie. Les quartiers d'habitation proches de la muraille à Thasos ne s'appuient par exemple jamais contre elle, mais laissent une zone de circulation intra muros que les fouilleurs ont baptisée “rue du rempart”166. A Skotoussa, l'aménagement de cette zone a certainement eu lieu en partie au détriment de particuliers. C’est de cette manière qu'a été interprété un passage du décret précisant que deux personnes, Daimonios fils de Pleistoxénos et Gorgidas fils de Gorgos, ont approuvé la décision. Or, le premier apparaît comme propriétaire d'un jardin situé intra muros et le second a donné son nom à une parcelle, les Gorgidaia, également à l'intérieur des mursl167. Mais l'aménagement de la zone de circulation au pied de la muraille a aussi concerné des terres déjà considérées comme publiques (δαμόσσος, opposé à ἰδδιουστικός, 1. A75-76) et sur lesquelles s'était établi un droit de pâturage. C'est le cas dans une première zone, à l'extérieur des murs (1. A70-72), et dans une seconde, à l'intérieur cette fois-ci, au pied de l'acropole (1. B59-60). Le texte insiste à chaque fois sur ce lien entre statut public de la terre et droit d'y mettre des animaux au pacage. Dans un autre vaste secteur extra muros (1. B7-15), ce droit d'usage est également confirmé sans que l'on rappelle un éventuel statut public antérieur de la zone168. Si les autorités de Skotoussa, dans leur plan d'amélioration des défenses de la ville avalident et peut-être même accroissent l'espace servant de pacage public, c'est évidemment que cette pratique ne nuit en rien au projet.

  • 169 L. B74. Sur les jardins urbains de Délos, voir Bruneau 1979, 89-99.
  • 170 Pol. 9.17. Voir p. 52, n. 48.

108Au-delà des aspects juridiques de cette opposition entre espace public et espace privé, le texte de Skotoussa a aussi un autre mérite, c'est celui de donner une image nuancée de la séparation entre ville et campagne. La muraille, à y bien regarder, n’est pas une frontière entre deux mondes qui, au contraire, s'interpénétrent. Il y a par exemple un jardin dans la zone intra muros-il y avait aussi des jardins urbains à Délos à l’époque de l'Indépendance169 – ainsi qu'un terrain servant de pâturage pour le bétail. L’inscription des droits de pâturage à Tégée offre un parallèle, puisque l'on voit le bétail s’installer aux abords du sanctuaire d'Aléa (no 6). Tout cela s'explique plus largement par l'usage qui se développe à partir du ive s. a.C. d'élever des enceintes urbaines tenant compte des avantages de la topographie, quitte à enclore une superficie beaucoup plus étendue que ne l'aurait demandé la seule protection des quartiers d'habitation. A l'extérieur de l'enceinte de Skotoussa, les pâturages publics s'étendent aussi jusqu'au pied de la muraille, preuve qu'ils ne sont pas forcément cantonnés aux zones frontalières du territoire civique. On a déjà évoqué l'anecdote racontée par Polybe sur la prise de Kynaitha en Arcadie où l'on voit un berger faire paître ses troupeaux dans une nécropole des faubourgs que l'on considérait sans doute aussi comme terre publique170.

  • 171 Philippson 1950-1959, 1. 72.
  • 172 Pol. 18.20.2-3. Voir Stählin 1924. 110, fig. 6, sur les autres témoignages de la richesse céréalièr (...)
  • 173 Leake 18.35, 4. 454 : “The western face of Karadagh, on either side of the road front Ghereni to Su (...)

109Si la vie pastorale et en général les activités agricoles viennent battre de la sorte le pied des fortifications de Skotoussa, au point même de pénétrer dans la ville elle-même, c'est aussi que le territoire de la cité était particulièrement riche du point de vue agricole. Il comprenait, au sud, une partie de la vallée de l'Énipeus, mais, pour l'essentiel, s'étendait dans les collines du Karadağ-Mavrovouni, dont la partie orientale portait le nom de Cynocéphales dans l'Antiquité. La faible altitude générale et la douceur des formes de ces reliefs les rendait aptes à la céréaliculture, et cela d'autant plus que, de par leur altitude, ils accrochent les précipitations dont ils reçoivent une plus abondante quantité que le plaine thessalienne171. Ainsi s'explique un passage de Polybe où l'on voit, en 197 a.C., à la veille de la bataille des Cynocéphales, Flamininus engager une course de vitesse contre Philippe V pour empêcher le roi d'aller se ravitailler en grains à Skotoussa172. Cependant, plus on progresse vers les sommets des collines, plus les pâturages pour les moutons s'étendent : Leake, lors de son passage dans la région, le 31 décembre 1809, note la juxtaposition des pâturages pour les moutons, des parcelles emblavées et des bois de chênes173. Il est vrai que le système des thehifliks avait alors notablement affaibli l'agriculture locale.

17. Inscription sur les frontières de Gonnoi et d’Hèrakleion (fin du iiie s. a.C.)

110A. S. Arvanitopoulos, AE, 1913, p. 25-38, no 165 ; Br. Helly, Gonnoi, II. 93 (Sh. L. Ager. Interstate Arbitrations, 1996, 54 ; A. Magnetto, Arbitrait interstatali, 1997, 49).
Cf. P. Roussel, Bull. ép. 1914. p. 453 ; Wilhelm, AAWW, 67, 1930. p. 89-90 et 102-106 ; Th. A. Arvanitopoulos, Polemon, 2. 1939, p. 45-46, no 108 ; G. Daverio-Rocchi, Frontiera, p. 102-106, 4-1 (1. A7-10 et B11-23) ; G. Lucas, Les cité antiques de la haute vallée du Titarèse. Étude de topographie et de géographie historique, Lyon, 1997. 36, p. 83-84, sur les lignes 27-28.
Texte utilisé : Helly.

111Ce lexte est inscrit sur une stèle opisthographe découverte à Gonnoi par Arvanitopoulos. Sur la face A, il ne reste que quelques lettres lisibles sur 18 lignes. La face B est un peu moins endommagée et on y distingue encore 29 lignes, mais dont une partie, au début, ne présente aucun sens suivi. La ligne 24 indique clairement qu'il s'agissait, par ce texte, de régler le problème des frontières de Gonnoi et de la cité macédonienne d'Hèrakleion. Le texte de la face A traitait de la même affaire (il y est à plusieurs reprises questions d'horoi). La face B conserve surtout le témoignage en style direct d'un certain Ménippos (1. 10-23) en faveur de Gonnoi. Puis, aux lignes 23-27, on lit une brève intervention en style direct d'un certain Hippokratès d'Olossôn qui était visiblement chargé de transmettre aux juges une nouvelle série de témoignages qui commencent à la ligne 27 par celui d'un Macédonien d’Erkeia, Alexandros fils de Drakôn.

[4] Γ[---------]παρὰ ΘΡ[--------------]
[. ]Λ[.Γ---|ταῦτ[α--------------------------]
[--Γ]ο[ν]νέων B[---]NT[----]
[---]τ[ὰ πρ]όβατα ἐ[ν] Ẹ------------------]
[---ο]ὔτε [νε]Image 10000000000000080000000F5A08CC2E.jpgόμ[ενα-----]
[τὰ οἰκό[π]εδ]α ὄντ[α] ἐν Π[ο]θ[ναιεῖ---------------]
[----]NIΧΟΥ[----]
[8][-------]ΝΤΩImage 10000000000000070000000FA7F4BABE.jpg-ΡΑΝImage 10000000000000150000000F6BF0C50A.jpg[------]
[ἐ]Image 100000000000000C0000000F046D92B7.jpgποικούμενα καὶ γεωργ[ούμενα ---------------]
[----] ΜΟΥ ν. Μαρτυρεῖ Image 100000000000000F0000000F306220BF.jpg[νι]ππ[ος------------τῇ]
“ΓοImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg[ν]έων πόλει· “Ἔβοσκον ὑπὲρ ΤImage 10000000000000080000000F868722DF.jpg[-------- ca 19 1. --------]
[12] [τὰ] πρό[βα]Image 10000000000000060000000F4854661A.jpgα ἔν τε τῷ τεμένει τοῦ Ἀπόλ[λω]Image 10000000000000130000000F7093F83F.jpg[---]
[….] καὶ ἐν τοῖς ἀμφισ[βη]τουμ[ένοι]ς τόποις [-----]
δρα[γα]Image 10000000000000060000000F4854661A.jpgεύοντα ὑπὸ τῶν Γοννέων, καὶ ο[ὔ]Image 10000000000000060000000F4854661A.jpgε νεμόImage 10000000000000080000000F5A08CC2E.jpg[ενα οὔτε δραγα]-
[τε]υόμενα τὰ ἐν Λίμνῃ καὶ τὰ ἐν Ποθνα[ιεῖ] οἰκόπεδα [---ca 6 1.---]
[16] [κα]ὶ οὔτε δραγατεύοντα οὔτε ν[έ]μοImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg[τα] αImage 100000000000000C0000000F14EF1419.jpgῶν πρὸς τοὺς [...]
[...]Σ τούτους οὐθένα· οἶδα δὲ καὶ ΠΕ.ΟΝΤΑŸΠΟΝ[---ca 8 1.------]
[..]ΑΝΒΟΡΕΑΣ τὴν ἐν Ποθναιεῖ καὶ τὴν ἐν ΧΑΣ[------ἃς ἔδωκαν αὐτῷ οἱ]
Γοννεῖς· ὃς καὶ τέθαπται παρὰ τὴν ὁδòν τὴν ἄγουσαν ἐκ Τ[-----------]
[20] ΟΥΣ εἰς Λίμναν· ἤκουον δὲ καὶ τῶν πρεσβυτέρων [τὰ] οἰκόπε-
δα ὄντα ἐν Ποθναιεῖ ὅτι ἦσαν Γοννέων Καλλίου καὶ Φιλον [βρότον]
[οἳ καὶ] ἐγεωργοῦντο καὶ ἐποικοῦντο ἕως τοῦ κατὰ Σωσθέ-
[ν]ην πολέμου”. Ἱπποκράτης ὁ ἐξ Ὀλόσσονος τοῖς [--------]
[24] [τοὺς] ὅρούς Γυννεῦσιν καὶ Ἡρακλειώταις ν. “Τὰς μαρτυρ[ίας ἀπέδω]-
[κα] τὰς ἐImage 10000000000000080000000F84D54294.jpgφραγισμένας πρὸς τῇ ἐπιστολῇ· γινώσκετε οὖ[ν] οὕ-
[τ]ως [πά]ντας τοῦς μάρτυρας καὶ μεμαρτυρηκότας κατὰ τὸ[ν]
[αὐ]τὸν νόμον”, ν. Μαρτυρεῖ Ἀλέξανδρος Δρά[κοντ]ος Μακε-
[28] [δ]ὼν ἐξ Image 10000000000000270000000F7CE4E8A8.jpg οἰκῶν ἐν Ἀζώ[ρ]ῳ τῇ πόλει τῇ Γοννέων
[-----]τὰ παρὰ Κορρ[άγου]το[ῦ--------]

Les restitutions d'Arvanitopoulos sont souvent audacieuses (Roussel parle de “compléments fantaisistes”) et il vaut mieux se fonder sur lu révision de la pierre par Helly.
L. 1 : [γεωρ]Iγ[οῦντας], Arvanitopoulos.
L. 3 : β[όσκο]ντ[ας, Arvanitopoulos, κ[ο]μ[ίξοντας], Th. Arvanitopoulos.
L. 5 : [ἐ]πὶ νομάς [ἰόντας], Arvanitopoulos, impossible selon Helly qui voit [ο]ὔτε, 2 lettres, IIOM.
L. 7 : .ου τοῦ Φιλ[ον]βρότου τὸ μ[έ]ν, Arvanitopoulos ; Helly ne voit que IIIXOY.
L. 8 : ἐ[πὶ] τῶ[ι] πέραν τοῦ π[ο]τα[μοῦ Πηνείου], Arvanitopoulos.
L. 9 : [ἀ]ρούμεν[α], Arvanitopoulos.
L. 10 : μ[έμνηναι], Arvanitopoulos ; pour Helly, “on attend plutôt un nom propre comme Μένιππος”.
L. 13 : ἐν τοῖς κατεστ[εγ]α[σμένοις τόποις], Arvanitopoulos.
L. 14 : τῶν gravé dans l'interligne.
L. 13 : κα[ὶ ἐ]ντό[ς ῥ]όον [ὄντα], Arvanitopoulos ; κα[ὶ] πό[τε ἐν| Ποθναιεῖ, Th. Arvanitopoulos.
L. 16 : οὔτε ἐπ[ὶ] χ[όρτον ἰόντα], Arvanitopoulos, suspect pour Roussel ; αImage 100000000000000B0000000F3D6E7AB9.jpgών ou ἄλλων, Helly.
E. 17 : ΟΙΛΕ καὶ. avec la syllabe ΔΑ gravée dans l'interligne ; καὶ [πε]σόντα ὑπὸ, Arvanitopoulos.
L. 18 : au début, Arvanitopoulos a vu ΚΟΡΝΕΣΤΗΝ.
L. 18-19 : [προτεIρο]ννεισος selon Arvanitopoulos, d'où [ΓυIImage 10000000000000090000000FF6350D03.jpg]όννεισος pour Th. Arvanitopoulos, mais, pour Helly, Γοννεῖς “ne fait aucun doute”.
L. 20 : [Χά]ους εἰς Λίμναν, Arvanitopoulos.
L. 21 : ὅτι ΗΣΓΟΝΝΕΩΝ, avec la syllabe AN gravée dans l'interligne.
L. 22-23 : Β[ατ)α[σ]ω[π]ο]υ], Arvanitopoulos, mais Helly assure la lecture ΣωσθέΙ[ν]ην πολέμου proposée par Wilhelm.
L. 23 : le second II d'Ἰπποκράτης est gravé dans l'interligne.
L. 25 : le Σ d'ἐπιστολῇ est gravé dans l'interligne.
L. 28 : la restitution Image 100000000000002B0000000FE2997CE6.jpg est d'Arvanitopoulos, mais Helly la juge incertaine.
L. 29 : [τὰ σ]ημο[ιρ]όρ[ι]α [ὄν]τα παρὰ Χόρ[αγον] τ[ὸ]ν Ἀ[σ(άν)]δρ[ου Γ]ον[νέα], Arvanitopoulos.

112Traduction : “[...] habités et cultivés]...] Ménippos fils de [...] témoigne pour la cité des Gonnéens : ʻJe faisais pâturer sur [...] mes moutons dans le sanctuaire d'Apollon]...] et dans les lieux contestés [...] surveillés par les Gonnéens, et les terrains situés à Limnè et à Pothnaieus n'étant ni pâturés ni surveillés [...] et ne surveillant ni ne faisant pâturer [...] ; et je sais aussi que [...] celle qui est située à Pothnaieus et celle qui est située à [...] que les Gonnéens lui avaient données, à lui qui est même enseveli au bord de la route conduisant depuis [...] à Limnè ; et j'ai aussi entendu les anciens dire que les terrains situés à Pothnaieus étaient la propriété des Gonnéens Kallias et Philonbrotos qui les ont cultivés et habités jusqu'à la guerre de Sôsthénès’. Hippokratès d'Olossôn pour les [...] les frontières des Gonnéens et des Hérakléotes : ʻJ'ai transmis les témoignages seellés avec la lettre ; vous connaissez donc aussi tous les témoins et témoignages conformément à la même loi’. Alexandros fils de Drakôn Macédonien d'Erkeia et habitant à Azôros témoigne en faveur de la cité des Gonnéens : [...] de la part de Korragos […]”.

  • 174 Helly 1973 : le premier tome est consacré à l'archéologie et à l'histoire de Gonnoi, le second est (...)
  • 175 Pour la description du Bas-Olympe, voir Philippson 1950-1959, 1. 106-1 16, et Heuey 1860, 66-79.
  • 176 Voir Oherhummer 1912, col. 499, et Hammond & Walbank 1988, 254, n. 7.

113Les cités en cause sont Gonnoi et Hèrakleion. La première est bien connue depuis le travail de Br. Helly174 : elle était située dans le nord de la Thessalie, en Perrhébie, à l'entrée de la vallée de Tempè pour qui se dirige vers la Macédoine. Il s'agissait d'une petite cité dont le centre civique proche du Pénée était adossé à ce que les géographes contemporains appellent le Bas-Olympe dont elle possédait une partie175. Hèrakleion se trouvait en Macédoine, au-delà donc de la vallée de Tempè, près de la côte du golfe thermaïque. Son centre civique est généralement localisé à l'emplacement de la forteresse médiévale de Platamôn176. Les deux cités étaient limitrophes.

  • 177 Helly 1973, 2. 105. Magnetto 1997, 305, suggère de façon plus probable qu'Hippokratès devait être l (...)

114La phrase que l'on lit aux lignes 23-24 paraît cependant poser problème : elle fait suite au témoignage du berger Ménippos en faveur de Gonnoi et commence par la mention au nominatif d'un certain Hippokratès d'Olossôn (1. 23). La lacune qui suit contenait vraisemblablement un participe au datif pluriel qui commandait l'expression à l'accusatif de la ligne 24 ([τοὺς] ὅρους Γοννεῦσιν καὶ Ἡρακλειώταις). Le sens de l'ensemble devait être le suivant : “Hippokratès d'Olossôn à ceux qui enquêtent au sujet de frontières des Gonnéens et des Hérakléotes”. Il s'agissait de l'adresse de la lettre envoyée par cet Hippokratès et citée aux lignes 24-27 entre deux vacat. Cette lettre servait à introduire une série de témoignages dont le premier était celui du Macédonien Alexandros fils de Drakôn. Les témoignages précédents ont été recueillis et expédiés par un autre enquêteur qu'Hippokratès. On a donc été tenté de penser qu'Hippokratès était un administrateur antigonide qui se serait chargé de régler tout ou partie du problème dans cette affaire entre deux cités sujettes du roi177.

  • 178 Datation proposée par Helly 1973, 2. 105 et 1.93.
  • 179 Sur la guerre de Sôsthénès, voir Will 1979-1982, 1. 106. et Hammond & Walbank 1988. 254. n. 7.
  • 180 Hatzopoulos 1996, 1. 372-396, sur les épistates macédoniens (8, n. 8 : il se refuse à faire de nos (...)
  • 181 Voir Helly 1973, 1, 92-93, et Daverio-Rocchi 1988a. 104-106.
  • 182 Helly 1973, no 98. Ager 1996, no 54, et Magnetto 1997, no 49, reproduisent ce document avec le doss (...)
  • 183 Helly 1973, 2. 109, sur ce titre. Voir Ager 1996, 146, sur son rôle.

115La datation de ce texte repose essentiellement sur les critères épigraphiques qui indiquent la fin du iiie s. a.C.178 Une allusion est faite à un événement historique, la guerre de Sôsthénès (τοῦ κατὰ ΣωσθέΙ[ν]ην πολέμου, 1. 22-23). Sôsthénès était un général macédonien qui, en 279-277 a.C., chassa les bandes galates infiltrées dans le sud de la Macédoinel179. Jusqu'à cette date, dit l'inscription, deux Gonnéens, Rallias et Plilonbrotos, possédaient une exploitation dans l'un des territoires contestés, celui de Pothnaieus, exploitation qui fut abandonnée lors de cette guerre. Depuis, un temps assez long avait pu s'écouler. De plus, sur la face A de la pierre, il est fait allusion à des épistates (1. 7) et à des diagramnuitu (1. 8). Les personnages chargés de régler les problèmes frontaliers sont peut-être désignés par le titre d'épistates180, tandis que les diagmmmata semblent une référence à une intervention royale, nécessairement alors d'un roi de Macédoine181. C’est pour cette raison que l’on a parfois fait le lien entre notre texte et une autre inscription très lacunaire de Gonnoi. Elle conserve deux documents, dont le second était une lettre d'un officier de Philippe V. Pétraios, aux tages de Gonnoi182. Dans cette inscription, il est question d'un géomètre, Mikiôn, dont on a parfois pensé qu'il avait eu pour mission de reconnaître et rie délimiter les frontières de Gonnoil183.

18. Inscription de Larisa sur les frontières de Kondaia (fin du iiie s. a.C.)

  • 184 Pendant longtemps, un petit fragment d'inscription, IG. IX.2, 1014, a été rattaché à ce texte, mais (...)

116N. Giannopoulos, Salpinx. 26 août 1901, p. 2 (non vidi) ; G. D. Zékidis, AE. 1901, p. 125-127, n. 1 ; Kern, IG, IX.2, 521, sur une copie de Prott (L. Piccirilli. “L'arbitrato tessalo-perrebieo fra Kondaia e Gonnos (?) alla luce dell'arbitrato fra Mondain e Azoros”, ANSP, 1970, p. 313-346, cf. J. et L. Robert, Bull, ép., 73, 241 ; G. Daverio-Rocehi. Frontiera, p. 103-106 ; Sh. L. Ager, Interstate Arbitrations, 1996, 70 ; Br. Helly in M. Brunet, éd.. Territoires des cités grecques. BCH suppl. 34. Athènes. 1999, p. 100-123).
Cf. Br. Helly, Gonnoi, I, p. 177-180, sur la topographie ; G. Lucas, Les cités antiques de la haute vallée du Titarèse. Étude de topographie et de géographie historique, Lyon, 1997, p. 88-89, no 40, avec les 1. 3-18 du texte et une trad. fr.184
Texte utilisé ; Kern avec les restitutions de Piecirilli.

  • 185 Un décret d'Akraiphia pour des juges venus de Larisa (IG. VII, 4131), par exemple, prévoit que l'ex (...)

117De cette stèle découverte en 1901 à Larisa, le haut et le bas sont perdus. Comme pour le document précédent, le fragment conservé contient des témoignages recueillis pendant la phase d'instruction de cette controverse frontalière. Les lignes 1-5 semblent concerner la publication du texte qui eut lieu à Larisa, dans le sanctuaire d'Apollon Kerdôios où d'autres textes importants furent exposés185. Puis les lignes 5 à 18 livrent un témoignage d'un certain Ladikos d’Askyris. Les dernières lignes conservées font allusion à des témoignages fournis par des citoyens de Mopsion en faveur de Kondaia, plus spécialement à ceux d'un certain Pantaios (1.21-30) et de trois citoyens de Mopsion (1. 30-37). A la ligne 37, la dernière compréhensible, on voit que commençaient les témoignages fournis par des citoyens de Kondaia.

[-------]XO[..]
[----------]ΑΡΕΙΣ
[4] [...ἐ]ν Λαρίσ[η]ι ἀ[ν]αγεγραμμένην
[ἐν τ]ῶι ίερῶι τοῦ Ἀπόλλωνος τοῦ Κε[ρ]-
[δω]ίου· καὶ Λάδικος ὁ Ἀσκυριεὺς ἐμαρ-
[τ]ύρησεν μαρτυρίαν τήνδε··“Μαρτ[υ]-
ρεῖ Λάδικος· Ἁρμ[οδ]ίου Ἀσκυριεὺς
[8] Κονδαιεῦσιν ἐπ[ίσ]ταμ[αι] τὴν χώρα[ν],
[ἣ]ν καὶ παρὼν ἐνεφάνιζυν τoῖς κρι-
ταῖς ἀπό τῆς κορυφῆς τοῦ Ν[υ]σείου
[κ]αταβαίνων τὸν ἔν[γι]ον πρὸς ήμᾶ[ς]
[12] [τ]όπον ἄχρι τῆ[ς] φάραγγος, ἧς καὶ Κον[δαι]-
εῖς ἐπεδείκ[ν]υον τοῖς κριταῖς, κ[αὶ]
τῶν πρεσβυτέρων ἤκουον προσχο[ρεῖν]
[Κ]υνδαιεῦσι κατὰ το[ῦ]τον τὸν τόπον κ[αὶ αὐ]-
[16] τὸς ἐπίσταμαι νομεύων ἐν τῆι χώρα[ι]
πλείω χρόνον καὶ [Κ]ονδαιεῖς τηροῦντα[ς]
τὸ παραγώγιον ἐν τούτῶι τῶι τόπω[ι]”·
παρείχοντο δὲ καὶ Μοψειατῶν μα[ρ]-
[20] τυρίας εἰς τὴν κάτω χώραν ἤν ἐμ[αρ]-
τύρησεν [Π]άνταιος Κλεοβούλου [Μο]-
ψειάτη [ς----------------πλη]-
[σ]ιοχοριο[..]Ο[....]Σ[. Κ]ον[δαι[-
[24] [ε]ῦσιν διὰ τοῦ ποταμοῦ ἀρξάμενο[ς ἀ]-
[π]ὸ τῶν συνβολῶν τοῦ Πηνειοῦ καὶ το[ῦ]
[Ε]ὐροποῦ ἄχρι τῆς κελέτρας καὶ τῆ[ς]
φάρανγος τῆς ἀπ’Ὀρχείου ἀγούσης, κα[ί]
[28] οἷδα γεωργοῦντας [Κ]ονδαεῖς καὶ νεμο-
μένους τὰ περὶ τὸν πύργον τὸν ὑποκ[ά]-
τω τῆ(ι)ς Μινύης· ἐμαρτύρησεν δὲ κ[αὶ]
Θεόδωρος Βραχύλλου, Σωκράτης Σιμ-
[32] [μί]α, Αἴχμων Φιλοξενίδου Μοψει(εῖ)ς Κονδ[αι]-
[εῦ]σιν οἱ τὴν κελέτραν κεκτημένοι τὴν [ὑ]-
[π]οκάτω τῆς Κρο[κ]ειάδος πλησιόχορ[ον]
[εἶνα]ι τὴν κελέτραν τὴν αὐτῶν τῆι κε[λέ]-
[36] [τραι τῆι] τῶν Κονδαιέων τῆι υποκάτω
[τῆς Κροκειάδ]ος· παρ[έσχο]ντο δὲ Κο[νδαι]-
[εῖς-----]ΕΔ[..]ΚΟΝ[-------]

118Une grande partie des restitutions remonte à Zékidis. Celles de Kern et de Piccirilli ont permis d'améliorer le texte (à noter qu'Ager s'en tient au texte de Kern).

L. 10 : τοῦ Ν[υ]σσίο[υ], Zékidis.
L. 11 : Zekidis voyait P[..]ON et proposait τὸν [βατ]ὸν ; la restitution τὸν ἔν[γι]ον a été suggérée par Wilamowitz à Kern.
L. 14 : πρόσχο[ρον], Zékidis.
L. 15-16 : κ[αὶ μό]Ινος, Kern ; pourtant, Zékidis voyait bien ΤΟΣ au début de la 1. 16 et avait proposé κ[αὶ αIὐτ]ὸς.
L. 21 : [.]ΑΝΤΑΙΟΣ. Kern (Zékidis ne voyait pas la possibilité de placer une lettre avant ΑΝΤΑΙΟΣ, d'où Ἀντ[α]ῖος) ; [Π]άνταιος, Piccirilli.
L. 23 : [πληΙσ]ιοχοριο, Zékidis, Piccirilli ; Kern voit ΝΟΧΟΡΙΟΥΝΙ[..]Ο[....]ΣΡ.
L. 31-32 : ΣΙ[..I.]Α, Zékidis ; ΣιμΙ[μί]α, Kern, Piccirilli.
L. 34 : ΚΡΟṆΕIΑΔΟΣ, Zékidis ; Κρο[κ]ειάδος suggéré par Wilamowitz à Kern et repris par Piccirilli.
L. 37 : ΟΣΠΑΡ[.]Image 10000000000000080000000FBD67A95C.jpg[.]ΝΤΟΛΕΚΟ, Zékidis ; restitutions de Kern reprises par Piccirilli.
L. 38 : Τ[.]Ρ[.]Δ[.]ΚΟ, Zékidis ; à la fin de la ligne, Kern voit ΕΔ[..|Κον[δαιε], suivi par Piccirilli.

119Traduction : “[...] transcrite à Larisa dans le sanctuaire d’Apollon Kerdôios ; et Ladikos d'Askyris a déposé le témoignage suivant : ‘Ladikos fils d’Harmodios d'Askyris témoigne en faveur des Kondaiens : je connais le territoire que j'ai précédemment fait voir moi-même aux juges depuis le sommet du Nyseion en descendant le terrain le plus proche de nous jusqu'au ravin que les Kondaiens ont aussi montré aux juges et j'ai aussi entendu des anciens qu'il confine au territoire des Kondaiens en ce lieu et moi-même je sais que cela fait longtemps que je mène pâturer du bétail sur ce territoire et que les Kondaiens y prélèvent un droit de passage’ ; et ils ont aussi fourni des témoignages des Mopsiates relativement au territoire inférieur à propos duquel Pantaios fils de Kléoboulos de Mopsion a témoigné [...] pour les Kondaiens en commençant par le lleuve depuis le confluent du Pénée et de l'Eurôpos jusqu'au barrage et au ravin venant d'Orcheion et je sais que les Kondaiens cultivent et utilisent comme pâturage les terrains environnant la tour située en contrebas de Minyè ; et Théodôros fils de Brachyllos, Sôkratès fils de Simmias et Aichmôn fils de Philoxénidès de Mopsion ont témoigné aussi pour les Kondaiens qui sont en possession du barrage situé en contrebas de Krokeias, leur propre barrage étant voisin du barrage des Kondaiens situé en contrebas de Krokeias ; et les Kondaiens ont fourni [...]”.

120D'emblée, deux particularités du texte démontrent le peu de formalisme de sa rédaction. La première est l'alternance du style direct et du style indirect pour la présentation des témoignages. La seconde porte sur la curieuse répétition des lignes 5-8 qui sert à introduire le témoignage de Ladikos : juste après avoir lu “Et Ladikos d'Askyris a déposé le témoignage suivant”, on trouve “Ladikos fils d’Harmodios d'Askyris témoigne en faveur des Kondaiens”. Cela ne peut s'expliquer que par un problème au moment du passage d’une version sur papyrus du dossier à une autre sur pierre. Sans doute, le témoignage de Ladikos avait d'abord été enregistré en style direct sur un papyrus et un secrétaire avait inscrit l'entête μαρτυρεί Λάδικος κτλ. pour faciliter le classement des pièces du dossier. Puis, lorsque le texte fut préparé pour la gravure, cet intitulé subsista, désormais doublé par la phrase ml Λάδικος κτλ. introduite pour lier les témoignages entre eux. Comme pour l'adresse de la lettre d’Hippokratès dans le texte précédent, nous avons là une trace des problèmes posés par la transcription épigraphique de documents d'archives.

  • 186 Stählin 1922a situait Kondaia à proximité de Musalar et de Bakréna et Stählin 1924, 92-93, précisai (...)
  • 187 Le confluent de l'Eurôpos et du Pénée ainsi que les gorges de Musalar sont décrites par Philippson (...)

121Des deux parties adverses, seul est connu le nom de Kondaia, une petite cité thessalienne dont le site n'a pas encore été exactement localisé186. On sait cependant que l'on est dans le nord-est de la Thessalie et, comme le texte le précise, non loin du confluent du Pénée et de l'Eurôpos et sans doute à l'est du Pénée, au pied du massif de l'Érimon, une avancée du Bas-Olympe que le Pénée entaille pour se frayer un passage jusqu'à la mer. Les gorges qu'il forme portent aujourd'hui le nom de gorges de Musalar et sont totalement impraticables. A leur issue, le Pénée entre dans le bassin de Gonnoi avant de s'engager dans la vallée de Tempè187.

  • 188 Sur la localisation récente de Mopsion, voir Helly 1999, 103.
  • 189 Sur le lac de Nézéro, voir ci-dessous. Cette localisation de la cité d'Askyris a été soutenue par H (...)
  • 190 Helly 1973. 1. 177-180, où (p. 180) quelques hypothèses sont présentées pour la localisation de cet (...)
  • 191 L'opinion selon laquelle Kondaia était opposée à Gonnoi n'apparaît pas dans IG, IX.2, 521, mais on (...)
  • 192 Helly 1999, 99-124, analysant notre texte se montre partisan d'une localisation très différente de (...)

122Le texte mentionne en outre deux autres cités, Mopsion et Askyris. Le centre civique de la première est maintenant localisé un peu au nord du point de confluence du Pénée et du Titarésios188. Quant à Askyris, la patrie de Ladikos, on la place traditionnellement, au bord de l'ancien lac de Nézéro, au centre du Bas-Olympe et au nord de Gonnoi ; Tite-Live connaît ce lac sous le nom d’Ascuris Palus189. Cette localisation a cependant été remise en cause par Br. Helly dans son ouvrage sur Gonnoi : il s'étonne en effet qu'un habitant d'Askyris ait pu déposer en faveur de Kondaia qui était située beaucoup plus loin au sud-ouest et suppose qu'une cité inconnue du nom d'Askyris ou Askyrion aurait existé dans la plaine thessalienne190. Plus gênant encore est le fait que nous ignorons à quelle autre cité Kondaia se serait opposée. L'opinio commuais a favorisé Gonnoi, mais Br. Helly, après avoir démontré que ce n'était pas nécessairement le cas191, a proposé Gyrtôn comme adversaire de Kondaia, ce qui suppose nombre de bouleversements dans la géographie historique de la région192.

  • 193 Kern, IG. IX.2, 521, dit “tertii saeculi ineuntis”. Helly 1973, 1. 178, propose plutôt le iie s. a. (...)

123Le règlement de la querelle est également sujet à de nombreux doutes en raison de l'état fragmentaire du dossier d'instruction dont seules quelques pièces sont conservées. On voit que Kondaia et son adversaire avaient fait appel à l'arbitrage de juges qui sont mentionnés aux lignes 9-10 et 13 et qui visitèrent les régions contestées. De plus, comme l'exemplaire en notre possession fut publié à Larisa, on peut supposer que cette cité fut chargée de former le tribunal d'arbitrage. Quant à la solution du problème de la date du texte, elle ne repose que sur des critères épigraphiques qui nous reportent à la fin du iiie s. a.C.193

17-18. Synthèse (fig. 2)

Les territoires contestés entre Gonnoi et Hèrakleion

  • 194 Pour la description du lac de Nézéro, voir Philippson 1950-1959, 1. 108-109. et surtout le voyage d (...)
  • 195 Cf. par ex. Tite-Live 44.2.11 : ad castellum, quod super Ascuridem Paludem erat, etc. Il n’y a pas (...)
  • 196 Heuzey 1860, 75-76. La forêt et le village de Kallipeukè faisaient partie du territoire de Gonnoi, (...)
  • 197 Pour le relief avec Létô et ses enfants. Helly 1973, 2, no 158 et pl. XXIV, avec le texte suivant : (...)
  • 198 Gallis 1973-1974, 571, cf. Catling 1979-1980, 40, et SEG. 29, 1979, 515. Le texte est le suivant : (...)

124Deux toponymes sont cités, Pothnaieus et Li mnè, et, comme le différend oppose Gonnoi et Hèrakleion, il faut rechercher la zone contestée dans la région du Bas-Olympe. Si Pothnaieus n'évoque aucun rapprochement, Limnè fait penser à un lac. Or, jusqu'à son assèchement dans les années 1920, il y avait un lac karstique dans le Bas-Olympe, le lac de Nézéro194. C'est lui que Tite-Live désigne sous le nom d'Ascaris Palus lorsqu'il fait le récit des opérations militaires menées par les Romains peu avant la bataille de Pydna195. Le lac était entouré d'une forêt qui portait dans l'Antiquité le nom de Kallipeukè. L. Heuzey l'a visitée au milieu du xixe s. et en donne une description saisissante : “Je n'ai jamais rien vu de plus sauvage et de plus magnifique que les pentes du bas Olympe sur lesquelles ils [les Romains commandés par Q. Marcius Philippus] s'engagèrent : c'est une forêt immense enveloppant de son ombre toute une région d'escarpements et de ravins. Dans des gorges boisées jusqu'au fond passent avec bruit des eaux claires et rapides. La vigueur et la variété de la végétation sont incroyables : les arbres de la plaine, qu'on est étonné de rencontrer si haut, les chênes-verts et surtout d'énormes platanes, montent le long des torrents jusqu'à d'énormes châtaigniers et presque jusqu'aux sapins”. Dans l'Antiquité, le rivage du lac accueillait une petite agglomération dépendant de Gonnoil196. C'est peut-être elle qui est ici désignée par le toponyme de Limnè. Ménippos fait également allusion à un temenos d'Apollon (no 17, 1. 12) dans lequel il laissait paître son bétail. Deux autres documents paraissent ce rapporter à ce temenos. D'abord un relief représentant Apollon, Létô et Artémis, découvert sur les bords du lac et consacré à Apollon Pylhien par une certaine Antigona fille de Xénarchos197. Puis, en 1979, K. I. Gallis publia une dédicace, trouvée sur l'acropole Gonnoi, d'une certaine Démokrita fille d’Antiochos. Elle est consacrée à Apollon Panlimnios198. L'épiclèse a intrigué, mais elle pourrait bien être une allusion au sanctuaire d'Apollon de Limnè dont parlait le berger Ménippos dans son témoignage.

Image 10000000000002870000031F213E6BAF.jpg

Fig. 2 : La région de Gonnoi.

Les territoires contestés entre Kondaia et une cité inconnue

125Notre ignorance du nom de la cité opposée à Kondaia rend la localisation des territoires contestés presque impossible. Seules les informations internes au texte permettent de s'en faire une idée.

  • 199 Hésychios s.v. Νῦσα καὶ Νυσήϊον ὄρος οὐ καθ'ἔνα τόπον ; suit une longue liste de régions où l'on tr (...)
  • 200 Etienne de Byzance s.v. Μινύα· πόλις Θετταλίας. Ἡ πρότερον Ἁλμωνία, ἀπό Μινυοῦ κληθεῖσα, ἀφ’ἡς ἡ Μι (...)

126Il y est question de deux régions bien différentes. Le témoignage de Ladikos d’Askyris porte sur une zone montagneuse que l'on aperçoit du haut du Nyseion dont on sait seulement par Hésychios que c'était le nom d'une montagne de Thessalie199 ; près de là se trouvent des gorges (ἄχρι τῆ[ς] φάραγγος, no 18, 1. 12, cf. 1. 27). Cette région montagneuse contraste avec le second territoire désigné par l'expression “territoire inférieur” (τὴν κάτω χώραν, no 18. 1. 20) situé près du confluent du Pénée et de l'Eurôpos et de Minyè, peut-être l'ancienne cité de Minya dont parle Étienne de Byzance200. Ce second territoire nous intéresse moins, car il ne semble pas faire l'objet d'une exploitation pastorale, mais il est celui des deux qui se laisse le mieux situer grâce à l'allusion au confluent du Pénée et de l'Eurôpos.

127En revanche le territoire montagneux est très difficile à localiser. Trois hypothèses peuvent être émises :

    • 201 Plutôt à l'ouest du lac cependant, près du sommet qui porte actuellement le nom de Godaman (1420 m) (...)

    Si Askyris, la patrie de Ladikos, se situait au bord du lac de Nézéro et si l'adversaire de Kondaia est bien Gonnoi, alors il faut rechercher les pâturages de Ladikos dans le Bas-Olympe201 ;

    • 202 Il nous semble que cette hypothèse est la conséquence logique de la localisation de Kondaia à proxi (...)

    Le massif de l'Érimon, une avancée du Bas-Olympe au sud du Pénée, est aussi un candidat possible ; les gorges dont parle Ladikos pourraient alors être celles que le Pénée forme entre les deux massifs (les gorges de Musalar)202 ;

    • 203 Helly 1973. 1. 179. Cette ligne de collines est décrite par Philippson 1950-1959, 1. 133-135 ; il d (...)

    Selon Br. Helly, le Nyseion serait à rechercher dans la chaîne de collines qui sépare la plaine de Thessalie de celle de Dotion et dont le plus haut sommet est le Chassabaliotiko (447 m)203.

L'utilisation des terres contestées

  • 204 Le sens d'οἰκόπεδον a fait l'objet de discussions : de son sens d'origine (“terrain à bâtir”), il s (...)
  • 205 Helly 1973. 1.92 et 2. no 2, pour le décret où l'on lit, aux lignes 2-7 : ἔδω]Ικαν δὲ καὶ γῆν ἐ(...)

128— Entre Gonnoi et Hèrakleion, cette utilisation est avant tout pastorale : Ménippos nous dit qu'il venait faire paître ses moutons dans le sanctuaire d'Apollon, que les terrains (οἰκόπεδα, no 17, 1. 15)204 de Limnè et Pothnaieus n'étaient pas pâturés (no 17, 1. 14). Les anciens avaient cependant conservé le souvenir d'une époque où ces terres étaient cultivées et habitées (no 17, 1. 22) par deux citoyens de Gonnoi. Rallias et Philonbrotos, cela jusqu'à la guerre de Sôsthénès (en 279-277 a.C.). Il est probable que l’intrusion des bandes galates dans la région entraîna l'abandon des domaines. De plus, les lignes 17-20 (no 17) semblent faire allusion à un don de terres par les Gonnéens à un homme qui aurait été enterré à Limnè. Br. Helly a rapproché ce détail d'un décret de proxénie de Gonnoi datant du milieu du iiie s. a.C. par lequel la cité donne une terre sise à Limnè à l'un de ses bienfaiteurs205. La région a donc vu coexister deux modes de mise en valeur : agricole ou strictement pastoral. On était là dans un confin qu'il était toujours possible de mettre en valeur par l’agriculture, mais dont l'exploitation pouvait s'avérer dangereuse en cas de guerre. Il suffisait d'une période d’insécurité pour que les colons qui s'y étaient installés plus ou moins poussés par la cité abandonnent leurs fermes et leurs enclos funéraires : la terre redevenait alors un pâturage.

  • 206 Hésychios s.v. Κέλετρον· ᾧ τοὺς χθύας θηρῶσιν ἐν τοῖς ποταμοῖς. C'est à tort que Blumenthal 1939. (...)
  • 207 Helly 1999, 105-1 K). Le mot grec moderne daïliani est dérivé du turc dalyan. De telles installatio (...)

129— Entre Kondaia et la cité inconnue, le premier territoire, celui dont parle Ladikos, est un territoire montagneux qui a servi de pâturage (no 18. 1. 16). Le second, proche du confluent du Pénée et de l'Eurôpos, semble avoir été soumis à un mode d'exploitation tout à fait différent. Les citoyens de Mopsion parlent plusieurs fois de keletrai (κελέτραι). Ce mot a posé quelques problèmes : on l'a rapproché du terme κέλετρον cité par Hésychios et qui désignait une pêcherie installée sur un fleuve206. C'est un équipement qui nécessitait la construction d'un barrage et que l'on a longtemps continué à utiliser en Orient ; il y a peu, Br. Helly a décrit de telles installations en Thessalie même où elles portent le nom de daïliania207. Enfin, les témoins originaires de Mopsion affirmaient que le territoire situé “en contrebas de la tour de Minyè” était cultivé et utilisé comme pâturage par les citoyens de Kondaia (γεωργοῦντας [κ]ονδαεῖς καὶ νεμοΙμένους κτλ., no 18, 1. 28-29).

Les preuves de la possession territoriale

  • 208 Le terme παραγώγιον a souvent été compris comme désignant un “droit de passage” : Tod 1913, 148. tr (...)
  • 209 Le survey du dème d'Aténé, au sud-est de l'Attique, a mis en évidence plusieurs cas d'une telle loc (...)

130Tous ces territoires avaient donc une situation périphérique par rapport au centre civique et étaient de véritables eschatiai. Les témoins sont là pour fournir les titres de possession de l'une ou de l'autre communauté. Cultiver un territoire est le premier de ces titres et c'est ainsi que des témoins venus de Mopsion rappellent que les Kondaiens cultivaient la terre en contrebas de la tour de Minyè (γεωργοῦντας, no 18, 1. 28). Garder les points de passage d'un territoire et y prélever un droit (paragôgion) peut également servir de preuve : le berger Ladikos affirme que c'est ce que les Kondaiens faisaient en un certain endroit qu'il avait coutume d'emprunter pour conduire ses animaux au pacage (no 18, 1. 17-18)208. De même, le fait que deux citoyens de Gonnoi aient autrefois exploité les terres contestées sert également de titre de possession pour Gonnoi contre Hèrakleion. Enfin, la présence de tombeaux est aussi une façon d'affirmer sa maîtrise de l'espace, pour les particuliers du moins, et c'est pour cela qu'on les installe au bord de la route, comme l'a fait le bénéficiaire d'une terre donnée par Gonnoi (no 17, 1. 19)209.

131Mais ce qui nous intéresse ici est de savoir comment on pouvait affirmer ses droits sur des terres à vocation pastorale, incultes et inhabitées. Le fait d'y mener paître des troupeaux est un premier argument : les terres près du confluent de l'Eurôpos et du Pénée, par exemple, non seulement sont cultivées par les Kondaiens, mais leur servent aussi de pâturage (νεμομ|ένους, no 18. 1. 28-29). A contrario, dans le règlement du conflit entre Gonnoi et Hèrakleion, Ménippos est bien obligé de reconnaître que les Gonnéens ne les utilisent pas comme pâturages (οὔτε νεμόμενα, no 17, 1. 14-16).

  • 210 Le rapprochement entre le verbe δραγατεύω de notre inscription et le δραγάτης de la Grèce moderne a (...)
  • 211 Miltner 1937, col. 23-25, no 23. avec mention d'un certain Αὐρ. ἈσκληπιάΙ[δου Ἀλεξ]άνδρου ἀρχιδραγά (...)

132Reste enfin l'expression inhabituelle qui, à propos des territoires contestés, revient plusieurs fois dans le règlement du conflit entre Gonnoi et Hèrakleion : οὔτε νεμόμενα, οὔτε δραγατεύοντα. Le verbe δραγατεύω a immédiatement été rapproché de ce que l’on appelle le dragatis (δραγάτης) dans la Grèce moderne et qui est une sorte de garde champêtre engagé durant les semaines précédant la moisson ou la vendange pour surveiller les champs et les vignes et les protéger des voleurs210. Le verbe aurait donc eu le sens de “garder, surveiller”. Cette interprétation a certes été contestée, à tort, comme l'a démontré une inscription d'époque impériale découverte dans les environs de l'antique Ancyre et qui mentionne un archidragatès (ἀρχιδραγάτης)211. Faire surveiller des pâturages dans une zone déserte et seulement fréquentée par des bergers pouvait donc apparaître comme un moyen d'affirmer sa possession.

  • 212 Voir Robert 1949,155-156.
  • 213 Ce dernier n'était d’ailleurs plus tout jeune si l'on en croit l'expression νομεύων ἐν τῆι χώρα[ι] (...)

133Enfin, le recours au témoignage des bergers a quelque chose d'inhabituel : généralement, on considère plutôt les bergers comme facteurs de rivalités territoriales et comme responsables de conflits. Ici, ils servent au contraire à l'apaisement grâce à leurs connaissances des eschatiai des cités212. Ils sont aussi les dépositaires de connaissances anciennes qui servent à soutenir les prétentions de l'une ou de l'autre des parties ; dans chaque cas se retrouve une expression voisine dans la bouche de Ladikos et de Ménippos : “J'ai entendu dire des anciens...”. (no 17, 1. 20 pour Ménippos ; no 18, 1. 13-14 pour Ladikos213).

19. Second décret du règlement du sanctuaire d'Apollon Koropaios (fin du iie s. a.C.)

134H. G. Lolling, MDAI(A), 7, 1882. p. 69-76 (Michel, 842 ; Ziehen, LGS, 81) ; Kern, IG. IX.2, 1 109 (Syll., II.3, 1 157 ; Sokolowski, LSCG, 84).
Cf. A. Wilhelm, MDAI(A), 15, 1890, p. 287, n. 3 et Hermes, 44, 1909, p. 41-50, une étape essentielle dans la restitution du texte ; M. Holleaux, “Note sur deux décrets de la Confédération des Magnètes”, RPh, 21, 1897, p. 181-188, et Études. 1, p. 364-366, publié en 1901, restitutions aux 1. 26, 50 et 80 ; L. Robert, Hellenica, V, 1948 : “Sur l'oracle d'Apollon Koropaios”, p. 16-28, reproduit les 1. 8-68, mais commente l'ensemble des deux documents ; G. Klaffenbach, “Zum zweiten BeschluB von Demetrias über das Heiligtum des Apollon Koropaios (Syll.3 1157,II)”, Varia Epigraphica (ADAW, 1958, 2), p. 17-19 ; G. Daux, “Sur les décrets de Démétrios relatifs au sanctuaire d'Apollon Koropaios”, BCH, 83, 1959, p. 285-287, sur les 1. 25 et 89 ; Chr. Habicht, Demetrias, V, Bonn, 1987, p. 270, n. 7 sur la 1. 28 du premier décret.
Texte reproduit : Syll.3, 1157.

  • 214 C’est la seule inscription qu'a livrée le site. La surface de la stèle est très usée et l'établisse (...)
  • 215 Voir Stählin 1922b et Stählin 1929, 219-220.

135La pierre, un marbre blanc brisé en trois morceaux non totalement jointifs, provient du sanctuaire oraculaire d'Apollon Koropaios à Koropè en Thessalie214. Koropè était une ancienne cité magnète localisée à l'est de l'actuelle ville de Volos, sur la côte occidentale de la péninsule du Pélion215. Lors de la fondation de Démétrias, au début du iiie s. a.C., elle devint une simple kômè de la nouvelle cité.

  • 216 Strabon 9.5.15 = C436, donne la liste des cités absorbées par Démétrias lors de sa fondation en 294 (...)
  • 217 Sur la datation, voir Robert 1948, 16, n. 3 : peu après 116 a.C.
  • 218 L'intitulé du premier décret fait intervenir les autorités du Koinon des Magnètes : Ἱερέως Κρίνωνος (...)

136Le sanctuaire d'Apollon Koropaios n'en resta pas moins vivant216, attirant des fidèles. Devant leur afflux pendant les quelques jours où fonctionnait l'oracle, il fallut prendre des mesures de police : c'est l'objet des deux décrets qui datent d'une même année, à la fin du iie s. a.C.217. Les considérants du premier semblent montrer que ces deux documents émanent de la cité de Démétrias, mais les éponymes mentionnés sont ceux du Koinon des Magnètes218.

137Le premier décret occupe les lignes 1 à 69 de la stèle et le second, les lignes 70 à 94. Nous ne reprenons ici que ce dernier, où il est question du bétail.

[72] Ἰερέως Κρίνωνος τοῦ Παρμενίωνος, μηνὸς Ἀρτεμισιῶνος δεκάτηι,
Κρίνων Παρμενίωνος Ὁμολιεύς ὁ ἱερεύς τοῦ Διὸς τοῦ Ἀκραίου καὶ
Διονυσόδωρος Εὐφραίου Αἰολεύς ὁ κοινὸς στρατηγὸς καὶ οἱ στρατη-
γοὶ καὶ οἱ νομοφύλακες εἶπαν· ἐπεί τὰ ὑπάρχοντα δένδρα ἐν τῶι ἱε-
ρῶι τοῦ Ἀπόλλωνος τοῦ Κο(ρ)οπαίου εἰσὶν κατεφθαρμένα, ὑπολαμ-
βάνομεν δὲ ἀναγκαῖον εἶναι καὶ συμφέρον γενέσθαι τινὰ πε-
[76] ρὶ τούτων ἐπιστροφήν, ὥ[στε] συναυξηθέντος τοῦ τεμένου(ς) ἐ-
πιφανεστέραν γίν[εσθαι τὴν τοῦ] τ[ό]που μεγαλομέρειαν· διὸ καὶ δε-
δόχθαι τῆι βουλῆι κα[ὶ τῶι δήμωι, τὸν] καθεσταμένον νεωκυρεῖν
πυιεῖν συμφανές [πᾶσιν τοῖς ἀεὶ π]αραγινομένοις εἰς τὸ (ἱερὸν τό) μηθενὶ
[80] ἐξεῖναι τῶν πολ[ιτῶν μηδὲ τῶν ἐν]οικούντων μηδὲ των ἐνδημ-
ούντων ξένω[ν δένδρα κόπτειν ἐν τ]ῶι διασαφουμένImage 100000000000000E0000000F29798350.jpg τόπωι μηδέ κο-
λούειν· ὁμοίω[ς δὲ καὶ μὴ εἰσβάλλειν θ]ρέμματα νομῆς ἕνεκεν μηδὲ
στάσεως· εἰ δ[ὲ μή, ἀποτίνειν τῆ]ι πόλει δραχμὰς [Image 100000000000000B0000000F1373BC23.jpg], τῷ δὲ προ-
[84] σαγγείλα[ντι δίδοσθαι τοῦ εἰστιραχθέ]ντος τὸ ἥμισυ παραχρῆμα παρὰ
τῶν ταμι[ῶν· ἐὰν δὲ δοῦλος ἦι, μαστ]ιγοῦσθαι ὑπò τῶν στρατηγῶν καὶ νο-
μοφυλάκ[ων ἐπὶ τῆς ἀγορᾶς πλη]γὰς ἑκατόν, του δὲ θρέμματος ἀποτί-
νειν ἑκά[στου ὀβολόν· ποιεῖσθ]αι δὲ τὰς προσαγγελίας τούτων πρὸς τοὺς
[88] διασαφο[υμένους ἄρχοντας· ἀν]αγραφῆναι δὲ καὶ τοῦ ψηφίσματος τὸ ἀν-
τίγραφ[ον ---- Ἀπό]Image 10000000000000070000000F8F91F03C.jpgλωνος, ὅ καὶ προτεθῆναι πρὸ τῆς εἰσόδου
τοῦ νεω[κορίου, γενομένης ἐγ]δόσεως ὑπὸ τῶν τειχυποιῶν, ὅπως πα-
[ρα]κολ[ουθῶσι οἱ παραγινύμενο]ι πάντες τὰ δεδογμένα· διαπαραδιδόσ-
[92] [θ]ω [δὲ τὸ ψήφισμα τόδε καὶ τοῖς] αἱρεθησομένοις μετὰ ταῦτα στρατηγοῖς
[<στρατηγοῖς> καὶ νομοφύ]λαξιν νομοθεσίας τάξιν ἔχον ἔδοξεν·
[τῆι βουλῆι] καὶ τῆι ἐκκλησίαι.

138Les restitutions de Wilhelm 1909 ont été essentielles ; sauf indications contraires, elles ont été reprises par la suite.

L. 76 : συναυξηθέντος, Kern, Sokolowski ; [κατ]ασπ[αρ]τηθέντος, Holleaux 1897.
L. 80 : [ἐν]οικούντων pour Holleaux, suivi par Wilhelm 1909 et Sokolowski ; comme l'admet Holleaux 1901, on pourrait aussi bien avoir [παρ]οικούντων (Dittenberg, Syll.3, 790), [περι]οικούντων, κατ]οικούντων ou [μετ]οικούντων (Kern).
L. 82 : [εἰσβάλλειν θ] ρέμματα restitué par Holleaux 1897, d’après le parallèle avec la loi d'Ialysos (no 41, 1. 31), suivi dans toutes les éditions ultérieures.
L. 83 : εἰ [δέ τις παρανομεῖ, δώσει τῇ] πόλει, Lolling ; εἰ [δέ τις κόπτοι, ἀποτίνειν τ]ῆι πόλει, Ziehen, Kern, avec l'indicatif κόπτει pour Holleaux 1897 ; εἰ [δὲ μή, τ<ὸν μὲν ἐλεύθερ>ον ἀποτίνειν τ]ῆι πόλει, Wilhelm 1909 ; εἰ δ[έ μή, ἀποτίνειν τῆ]ι πόλει, Sokolowski. Du chiffre en notation acrophonique, on ne voit que le Π, Lolling a proposé Image 100000000000000B0000000F1373BC23.jpg (500) et Wilhelm 1909 Image 100000000000000B0000000F1373BC23.jpg (50).
L. 85 : [εἰ δέ τις ἐννέμοι, μαστ]ιγοῦσθαι, Ziehen, Kern ; [εἰ δέ τις ἐννέμει, ζημι]οῦσθαι pour Holleaux 1897.
L. 86 : [τὸν δοῦλον? πληγ]άς, Ziehen. Kern ; [τοῦ ἀδικήματος δρα[χμάς, Holleaux 1897 ; Wilhelm 1909 a proposé deux solutions, ἐπὶ τῆς ἀγορᾶς ου ἐν τῶι κύφωνι, la première ayant été reprise par Sokolowski.
L. 87 : [ποιήσασθ]αι, Ziehen, Kern ; [ἀναγραφῆν]αι, Holleaux 1897 ; [ποιεῖσθ]αι (repris par Sokolowski) ou [γίνεσθ]αι pour Wilhelm 1909.
L. 88 : διασαφο[υμένους ἅνδρας?], Kern ; ἄρχοντας pour Ziehen, Holleaux 1897, Wilhelm 1909 et les éditions ultérieures.
L. 89 : [ἐπὶ λίθίνου πυ]λῶνος, Holleaux 1897, Ziehen. Kern ; τὸ άν]τίγραφ[ον εἰς λεύκωμα διά Φί]λωνος, Wilhelm 1909 et Syll.3, car la pierre laisserait voir IΛΩΝΟΣ. Klaffenbach : [εἰς λεύκωμα ἐν Ἀπύ]Image 10000000000000070000000F8F91F03C.jpgλωνος. Daux : [ἐν τῶι ἰερῶι τοῦ Ἀπόλ]Image 10000000000000070000000F8F91F03C.jpgωνος ; [---Ἀπό]λλωνος, Sokolowski.
L. 90 : τού ἱε[ρού], Lolling ; τοῦ νε[ώ], Kern : τοῦ νεω[κορίου[, Wilhelm 1909.
L. 93 : Wilhelm 1909 a supposé un redoublement erroné de στρατηγοῖς dans la lacune du début de la ligne.

  • 219 Les expressions μηδὲ τῶν ἐν]οικοῦντων μηδὲ των ἐνδηIμούντων ξένιον (1. 80-81) ne sont pas claires. (...)

139Traduction : “(...) Krinôn fils de Parméniôn étant prêtre, le dixième jour du mois d'Artémisiôn ; Krinôn fils de Parméniôn d'Homolion, prêtre de Zeus Akraios, Dionysodôros fils d'Euphraios d'Aiolis, stratège commun, les stratèges et nomophylaques ont proposé : attendu que les arbres qui se trouvent dans le sanctuaire d'Apollon Koropaios sont en très mauvais état, et que nous pensons qu'il est nécessaire et utile de leur donner quelque soin de sorte que, le sanctuaire s'étant en même temps développé, la majesté du lieu en devienne plus éclatante ; pour cela, plaise au Conseil et au peuple que le néocore en charge fasse connaître à tous ceux qui, à un moment ou à un autre, fréquentent le sanctuaire qu'il n'est permis à aucun des citoyens, des enoikoi219 ou des étrangers résidant de couper des arbres ou d'en mutiler dans le lieu susdit ; de même, que l'on ne puisse pas y faire pénétrer des bestiaux pour y pâturer ou y faire halte : sinon, que l'on paye cinquante drachmes d'amende à la cité et que soit aussi reversée au dénonciateur la moitié de l'amende par les trésoriers ; si le contrevenant est un esclave, qu'il reçoive sur l'agora cent coups de fouet sur ordre des stratèges et des nomophylaques et qu'il verse une amende d'une obole par tête de bétail ; que les dénonciations soient portées auprès des magistrats susdits ; et qu'une copie du décret soit gravée dans le sanctuaire d'Apollon et placée devant l'entrée de la loge du néocore après que la dépense en aura été fournie par les contrôleurs des murailles afin que tous ceux qui fréquentent le sanctuaire se conforment à ce qui a été décrété ; et que le décret soit transmis aussi à ceux qui seront ultérieurement stratèges et nomophylaques, comme ayant valeur de loi : il a plu au Conseil et au peuple”.

  • 220 Robert 1948, 20.
  • 221 Robert 1948, 27 : “Le second décret [...] avait un objet semblable : protéger les arbres du sanctua (...)
  • 222 Sur tout cela, voir Robert 1948, 22.
  • 223 Voir Robert 1948. 22.
  • 224 Robert 1948, 27-28 : certains bergers sont tentés de laisser leurs animaux pénétrer sur le sanctuai (...)

140L. Robert a insisté sur l'objet du premier texte, dont il ne faut pas attendre des précisions sur les rites religieux pratiqués lors de la consultation de l'oracle : “Les mesures à prendre concernent seulement la discipline ; il faut remédier à des abus indignes de l'antiquité du sanctuaire et de l'affluence des étrangers”220. C'est en des termes proches qu'il juge le second décret221. Il y a cependant une différence entre les deux textes, et elle explique pourquoi il a fallu faire deux décrets distincts : toutes les mesures du premier concernent le maintien de la discipline (l'εὐκοσμία) du sanctuaire pendant la période oraculaire (obligation de présence pour certaines autorités, déroulement de la consultation, etc.)222. Le second décret vise un but différent, comme le montrent les considérants : on cherche à protéger et à améliorer la végétation du sanctuaire. A cet effet, le néocore, vraisemblablement la seule autorité religieuse à rester en permanence sur place223, devra éviter que des personnes étrangères au sanctuaire viennent s'y servir en bois ou y conduisent des troupeaux, soit pour y pâturer, soit pour y faire halte à l'ombre des arbres, ainsi que le précise l'expression νομῆς ἕνεκεν μηδὲ σχάσεως (1. 82-83) expliquée par L. Robert224.

141Les rédacteurs du décret semblent surtout redouter les habitants des environs, qu'ils soient citoyens de Démétrias ou étrangers domiciliés dans la cité. Il n'est plus question des pèlerins et, lorsque le texte en vient à évoquer les sanctions applicables aux auteurs de tels délits, il distingue clairement hommes libres et esclaves.

  • 225 Mézières 1853, 36-37.
  • 226 Lolling 1882. 71 : “Ich hebe nur hervor. daΒ sich hier Weide-und Ackerland nebeneinander finden, di (...)
  • 227 Sur ces “24 villages du Pélion”, leur dynamisme pendant la turcocratie et leur prospérité, voir Lea (...)
  • 228 Pour s'en convaincre, il suffira de jeter un coup d'oeil sur la carte donnée à la fin de Stählin 19 (...)

142Le fait est que le sanctuaire d’Apollon Koropaios était situé dans une riche région agricole, à proximité de la côte sud-ouest du Pélion, à faible altitude. Au milieu du xixe s., Alfred Mézières décrit ainsi les environs225 : “La route de Volos continue à suivre le bord de la mer, au milieu des plantations d'oliviers qui remontent sur les hauteurs, jusqu'aux villages de Pinakatos et Saint-Georges. Là, comme sur tout le rivage, apparaissent de distance en distance, à travers les intervalles des arbres, des kalyvia ou cabanes qui animent le paysage et montrent que pas un coin de cette terre fertile n'est resté inculte”. H. G. Lolling, le premier éditeur de notre inscription, insiste sur l'aspect arboré des lieux226 : “Je relève juste que pâturages et champs s'y côtoient, que les hauteurs sont densément boisées et que les rives du petit fleuve de Boupha offrent un sol favorable au développement des tamaris”. Aujourd'hui, seules quelques fermes isolées, les kalyvia dont parle Mézières, parsèment les collines couvertes d'oliviers ; presque toutes sont en ruine tandis qu'un village, dont le tourisme paraît être la principale activité, s'est développé près de la plage, au bord de la route de Volos. De la côte, on aperçoit des maisons accrochées à la montagne : ce sont les villages du Pélion qui furent si prospères pendant la turcocratie et qui ont joué un rôle important à la fin du xviiie s. dans la renaissance de l'hellénisme227. En revanche, dans l'Antiquité, la géographie humaine semble avoir été exactement l'inverse de celle du temps de Mézières : toutes les cités de la péninsule étaient implantées sur le littoral, tandis que l'intérieur montagneux n'a livré aucune trace d'habitat antique228. Il est certes possible que la fondation de Démétrias, à une trentaine de km de Koropè, ait un peu affaibli la densité du peuplement, mais il n'en reste pas moins que vers 100 a.C., les environs du sanctuaire devaient encore être peuplés.

  • 229 Robert 1948, 21-22, sur la périodicité du fonctionnement de l'oracle.
  • 230 La clause pénale distingue clairement esclaves et hommes libres, comme dans la loi astynomique de P (...)

143Du texte il ressort clairement que les abus redoutés s'étaient déjà produits et avaient mis à mal la végétation dans le sanctuaire. La plus grande partie de l'année, l'activité oraculaire était en sommeil et les visiteurs devaient alors être rares229. L'entretien du sanctuaire ne reposait que sur l'honnêteté et le sens du devoir du néocore. En éloignant l'autorité centrale à Démétrias, on en avait affaibli la puissance, alors même que les alentours conservaient une importante population rurale ; la tentation devait alors être forte d'utiliser le sanctuaire comme réserve de bois et de pâture. Peu à peu, une sorte de droit d'usage avait dû s'établir et l'on en était venu à considérer cette terre sacrée comme une terre commune où ceux qui confiaient la garde de leur bétail à des esclaves aussi bien que les petits paysans y trouvaient leur compte230. La présence du bétail autour du sanctuaire fait inévitablement penser à la pratique de l’estivage : on imagine sans peine que les montagnes du Pélion devaient être d’excellents pâturages d’été. A la mauvaise saison, le bétail redescendait en plaine : c’était alors, sans doute, que les abus des bergers étaient le plus à craindre.

20. Décret de Morrylos (Macédoine) pour Paramonos (vers 185-180 a.C.)

144M. D. Hatzopoulos et L. 1). Loukopoulou, Morrylos. Cité de Crestonie, Athènes. 1989, p. 17-40 et photo, pl. LUI (SEG. 39, 1989, 606).
Cf. Μ. B. Hatzopoulos, CRAI. 1997, p. 17-21, trad. fr., photo et bref commentaire.
Texte utilisé : Hatzopoulos et Loukopoulou.

145Une grande stèle de marbre blanc trouvée dans le village d’Ano Apostoli, en Basse Macédoine, a fait connaître un décret de la cité de Morrylos. Le texte est gravé au-dessus d’une grande couronne de feuillage.

[Ε]ὔξενος Σάμου, Μένανδρος Ὁλωίχου,
Ṇικάνωρ Παραμόνου οἱ ἄρχοντες εἶπα[ν]·
Image 10000000000000080000000F6D658015.jpgπεὶ Παράμονος Σαμαγόρου ἐπὶ τῆς
[4] Δημητρίου τοῦ Σωπάτρου στρατηγίας
ἐπελθὼν ἐπὶ τὴν ἐκκλησίαν ἐδεδώκει τῆι πόImage 10000000000000070000000F8F91F03C.jpg[ει]
ὥς τ(ετ)ε τῶι Ἀσκληπιῶι βοῦν ἀγελαίαν, ἐξ ἧς καὶ ἐImage 10000000000000080000000F6E65DB97.jpg-
γενομένης ἐπιγονήῆς πλείονος ἐν τῶι πέντε
[8] [κ]αὶ δεκάτωι ἔτει τῆς Ἐπινίκου στρατηγίας δο-
[χ]θέντος τῆι πόλει στεφανῶσαι αὐτόν θαλ-
λίνωι στεφάνωι, τοὺς τότε ἄρχοντας μὴ ἀναδεδImage 10000000000000090000000F204B83A4.jpg-
κέναι τὸ ψήφισμα διὰ τῶν ἰδίων γραμ(μ)άτωImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg,
[12] [δ]εδύχθαι τῆι Μορρυλίων πόλει, ἐπεὶ πολιτε[ύ]-
[ε]ται πρὸς αὺτοὺς ἀμεμψιμοιρήτως ἐπιδImage 10000000000000050000000FB7D34EE2.jpg-
[δ]οὺς αὑτόν ἐν πᾶσιν τοῖς κατὰ κοινὸν σImage 10000000000000080000000F58CF57AE.jpg[μ]-
[φ]έρουσιν, ἐπαινέσαι τε αὐτὸν καὶ στεφαImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg[ῶ]-
[16] [σ]αι θαλλίνωι στεφάνωι, σταθῆναι δέ τὴν
[σ]τήλην δὶ’αὐτοῦ ἐν τῶι ἐπιφανεστάτωι
[τ]όπωι τοῦ Ἀσκληπιείου, ὅπως καὶ ο[ἱ] Image 10000000000000070000000F8F91F03C.jpgοImage 10000000000000050000000FB7D34EE2.jpgπoὶ
[τ]ῶν πολιτῶν ἐνβλέποντες ὡς ἀπονέ-
[20] μεταί τις χάρις τοῖς τοιοΰτοις ἀνδράσ[ι]ν
παρορμῶσιν πρὸς τὴν ὁμοίαν αἵρε[σ]ιν, ἀπο-
σταλῆι δὲ τὸ ψήφισμα ε[ἰ]ς τὸν μνήμονα·
ν Ἐπεχειροτονήθη Ὑπερβερεταίου ιζ’

L. 6 : il y a TETE sur la pierre et, d’après Hatzopoulos, le graveur semble avoir cherché à effacer les deux lettres du milieu.
L. 6-7 : sur une suggestion de Fr. Frazier, nous proposons ἐImage 10000000000000080000000F6E65DB97.jpgIγενομένης, ce qui permet de rendre ce passage compréhensible.
L. 8 : Ph. Gauthier a suggéré que le graveur aurait ici omis ἐπί après ἔτει, en raison de la ressemblance des deux mots (ΕΤΕΙΕΠΙ), ce qui permet de résoudre le problème de l'annualité de la stratégie (cf. p. 28).
L. 8-9 : δοΙ[χ]θέντος, suggéré à Hatzopoulos par Ph. Gauthier.
L. 21-22 : ici aussi, il semble y avoir une erreur du lapicide qui aurait dû graver ἀποσταλῆναι.

146Traduction : “Les magistrats Euxénos fils de Samos, Ménandros fils d’Holôichos, Nikanôr fils de Paramonos ont proposé ; attendu que Paramonos fils de Samagoras, s'étant présenté à l'assemblée sous la stratégie de Dèmètrios fils de Sôpatros, a offert à la cité et à Asclépios une vache, à cause de laquelle et de la nombreuse descendance qui en est issue, il avait plu a la cité de l'honorer d'une couronne de feuillage la quinzième année, sous la stratégie d'Épinikos, mais les magistrats d'alors n'avaient pas transmis le décret de leur propre main ; plaise à la cité des Morryliens, attendu que, parmi eux, il vit en citoyen irréprochable, se dévouant aux intérêts communs, de lui décerner l'éloge, de le couronner d'une couronne de feuillage, que sa stèle soit érigée à ses frais dans le lieu le plus en vue de l'Asclépieion de sorte que les autres citoyens, voyant que de tels hommes bénéficient de reconnaissance, soient poussés à une même conduite, et que l'on envoie ce décret à l'archiviste. Voté le 17 Hyperbérétaios”.

  • 231 Voir Hatzopoulos & Loukopoulou 1989,28.

147Le décret ne comporte pas de formule de datation. Les critères épigraphiques indiquent la première moitié du iie s. a.C. Le texte rappelle que Paramonos avait une première fois été honoré par sa cité “la quinzième année, sous la stratégie d'Épinikos” (1. 7-8), ce que les éditeurs ont interprété comme la mention d'une année du règne de Philippe V correspondant donc à 208/207 a.C. Mais le second décret doit être nettement postérieur au premier et la forme des lettres indique les années 185-180 a.C.231. Pour le contenu, nous commenterons ce texte en même temps que le suivant.

21. Décret de Morrylos pour Alkétas (entre 200 et 130 a.c.)

148M. D. Hatzopoulos et L. D. Loukopoulou, Morrylos. Cité de Crestonie, Athènes. 1989. p. 41-56 et photo pl. X (SEC. 39, 1989, 605).
Cf. C. Dobias-Lalou, RPh. 65. 1991, p. 50-51 : Fr. Gschnitzer in R. Günther et St. Rebenich, E fontibus haurire. Beiträge zur rômischen Geschichte und zu ihren Hilfswissenschaften, PaderbornMunich-Vienne-Zurich, 1994, p. 288, n. 23.
Texte utilisé : Hatzopoulos et Loukopoulou.

149La découverte du texte précédent a permis de retrouver et de publier un autre décret de Morrylos conservé au Musée de Kilkis. La pierre, une stèle de marbre blanc, est brisée dans sa partie supérieure et la fin du texte, à partir de la ligne 22, est difficile à lire.

[4] [------]Η[...]ΑΣΟΥ ἐν δαπά-
[ναις μεγά]Image 10000000000000160000000F2ECAD6B7.jpg ἐπιχορηγῶν τοῖς ἀ[φι]-
[κνουμ]ένοις ἔν τε τ[αῖ]ς ἐνδημίαις τῶν ἡ-
[γο]υμένων καὶ ταῖ[ς] Image 100000000000000E0000000FB9DABD9A.jpgιπαῖς ἐπισκηνί-
[αι]ς διαδεχόμενος καὶ δαπανῶν ἐκ
[τοῦ ἰ]δίου ν τῶι ζ’ν καὶ ι’ἔτει ἐπιδεξάμε-
[νο]Image 10000000000000070000000FEA28F3E4.jpg τιχίσαι τὴν Image 100000000000000D0000000FFAD3AB97.jpgλιν μόνος χάριν τοῦ πρ[ο[-
[8] [ν]οηθῆναι τῆς Image 100000000000000F0000000FC0699F8A.jpgντων σωτηρίας ἀγα-
γεῖν τε εἰς τὴν ἀγImage 100000000000000D0000000F2073EC77.jpgάν [σῖτ]Image 100000000000000E0000000FFD6F653C.jpg, ἐποίησεImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg
πρὸς τε τούτοις [δ]α[π]Image 100000000000000E0000000F7D565B63.jpgῶν μεγάλως
Image 10000000000000070000000F9AD1C6BB.jpgοῦς τε ἀγελαImage 10000000000000100000000F8D7AF81B.jpgImage 10000000000000140000000FE68E9010.jpgκεν τοῖς πολεί-
[12] ταις ὥς τε τῷ θε[ω]· δι’ἅ δὴ ἔδοξεν ἐπαινέ-
σαι τὸν Ἀλκέταν [ἐπί τε τῇ προ]νοίᾳ καὶ τῇ
πρὸς τοὺς π[ο]Image 10000000000000100000000F19D86A2E.jpgτας [εὐ]νοίᾳ καὶ στεφα-
νῶImage 10000000000000080000000F84D54294.jpgαι [αὐ]τὸν θ[αλ[λ[οῦ στε]φάνῳ καὶ εἰ-
[16] κόνι γραπτῇ, Image 10000000000000160000000F27DC6C81.jpgναι δὲ αὐτοῦ
τὴν εἰκόνα [ἐν τῷ ἐπι]φανεστάτῳ
[τό]Image 10000000000000080000000FF2E86217.jpgῳ τοῦ Ἀ[σ]κληπιImage 10000000000000090000000FB210083B.jpgου, ἄγεσθαι δὲ
[τὴ]ν ἡμέραν αὐ[τὴν ἑ]Image 10000000000000080000000F6E65DB97.jpgάστου Δαι[σί]-
[20] ου μη[ν]ὸς Image 100000000000001B0000000FBD53FB7D.jpg, ὅτε Ἀλκέτας ῇρέ[θη]
εἰς μεγίστας ἀ[ρ]χάς παρὰ τῶν πολ[ει]-
τῶν, ἵImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpgα [κα]ὶ [οἱ λοιποι] Image 10000000000000080000000F80948227.jpg[ροθυ]μότερ[οι]
γείνωνται πρὸς τὴν τῆς πόλεως φιλImage 10000000000000080000000F6AA2DF46.jpg[τι]-
[24] [μ]ίαν ὁρῶντες, [τὸ δὲ ψήφισμα] ἀποστα-
[λ]ῆImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg[αί] τε [παρὰ τῶν ἀρχόν]των τῷ μImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg[ή]-
[μονι κ]Image 100000000000000D0000000FED2EF5AB.jpg ἀναγραφῆναι εἰστήλ[ην]
[λιθίνη]ν, τεθήναι δε ἐν τῷ έπιφα-
[28] νεστάτω τόπῳ· ἐπεχειροτο-
νήθη [-------]

L. 2-3 : ἀ[φιΙκνουμ]ένοις, suggestion de Chr. Habieht aux premiers éditeurs.
L. 25 : les éditeurs ont aussi songé à [πολιταρ]Image 10000000000000060000000FB4119605.jpgῶν au lieu d'[ἀρχύν]Image 10000000000000060000000F4854661A.jpgων, Gschnitzer a suggéré [προέδ]Image 10000000000000080000000FD24C697A.jpgων.

150Traduction ·. “[...] rendant à grands frais service à ceux qui venaient lors des déplacements des autorités et lors des autres cantonnements, les accueillant aussi à ses propres frais ; la 17e année, ayant seul accepté de faire enclore la cité d’une muraille afin de pourvoir au salut de tous et de livrer du grain sur le marché, outre cela, il a offert à grands frais des vaches à la cité et au dieu ; c’est pourquoi, il a plu de décerner l’éloge à Alkétas pour sa prévoyance et son dévouement à l’égard des citoyens, de l’honorer d’une couronne de feuillage et d’un portrait peint, de faire placer son portrait dans le lieu le plus en vue de l’Asclépieion et de considérer comme sacré le jour du mois de Diasios où Alkétas fut choisi par les citoyens pour les magistratures les plus élevées afin que les autres, voyant cela, deviennent encore plus désireux de se distinguer pour la cité, que ce décret soit envoyé par les magistrats à l’archiviste, gravé sur une stèle de pierre et érigé dans le lieu le plus en vue ; voté [...]”.

  • 232 Voir Hatzopoulos & Loukopoulou 1989. 49-56, sur la datation de ce texte.
  • 233 Cette date a été préférée par Gschnitzer 1994, 288 n. 23. Dans son compte rendu, Zahrnt 1993, 52, p (...)

151La datation du décret pour Alkétas pose plus de problèmes que celle du décret pour Paramonos : la formule de datation a disparu avec le haut de la pierre. Deux éléments peuvent servir de base au raisonnement, l’écriture (première moitié du iie s. a.C.) et la mention d'une dix-septième année (1.6). Les éditeurs ont proposé trois solutions différentes232 : ou bien il s'agit d'une année de règne de Philippe V, et nous serions alors en 204 a.C., lorsqu'Alkétas finança la construction des murailles de Morrylos, ou bien il est fait référence à une stratégie régionale comme dans le décret de Paramonos (no 20, 1. 8), et on pourrait envisager une datation en 170 a.C., ou bien enfin la Macédoine est déjà devenue une province romaine et nous serions en 130 a.C.233. Les critères orthographiques orientent plutôt vers la deuxième de ces solutions.

Les bénéficiaires des décrets

152Il n'est pas question d'évoquer ici les différents problèmes que posent ces textes : il suffira de renvoyer au travail des premiers éditeurs.

  • 234 Ce point est l'un des problèmes les plus complexes posés par le texte : voir Hatzopoulos & Loukopou (...)

153Les deux personnages honorés sont des citoyens de Morrylos. Paramonos a offert une vache à sa cité et à Asclépios. Morrylos l'en remercia par le vote d'un décret honorifique lui octroyant une couronne de feuillage. Les magistrats d'alors négligèrent un point de la procédure d'enregistrement du texte, de sorte que la proclamation n'eut jamais lieu234. Quelques années plus tard, Paramonos obtint le vote d'un nouveau décret, celui que nous lisons : il lui renouvelait sa couronne de feuillage et lui accordait en outre la possibilité d'en faire graver le texte à ses frais dans le sanctuaire d'Asclépios.

154Comme les débuts du décret pour Alkétas sont perdus, nous entrons de plain-pied dans les considérants du texte, là où sont énumérés les services rendus, bien supérieurs à ceux de Paramonos ; ils classent leur auteur dans la catégorie des grands bienfaiteurs. Il y a tout d'abord la prise en charge de dépenses occasionnées par des campements de troupe puis le financement des murailles de la cité. Alkétas livra également du grain, sans doute lors d'une crise frumentaire, et offrit plusieurs vaches à la cité et au dieu. Morrylos le remercia en proportion en lui accordant l'éloge public, une couronne de feuillage, un portrait peint et la fondation d'un jour sacré.

L'expression bous agelaia

  • 235 Sur les dérivés d'ἀγέλη, voir Chantraine, DELG, s.v. ἀγέλη.

155Le point qui nous intéresse ici est le cadeau de vaches (βοῦς ἀγελαῖαι) fait à la fois par Paramonos et Alkétas à la cité de Morrylos et à Asclépios. L'expression en elle-même mérite quelques commentaires quoique le sens en soit clair avec l'emploi de l'adjectif ἀγελαῖος qui dérive d'ἀγέλη, “le troupeau”235.

  • 236 L'adjectif ἀγελαῖος était déjà attesté dans les inscriptions, mais dans le vocabulaire architectura (...)
  • 237 Il., 23.845-846 : ὅσσύν τις τ’ἔρριψε καλαύροπα βουκόλος ἀνήρ, I ἠ δὲ ἑλισσομένη πέτεται διὰ βοῦς ἀγ (...)
  • 238 W. Richter 1968, 47-48, ne l'inclut pas dans son étude des épithètes homériques appliquées aux bovi (...)

156C'est en effet la première fois qu'elle apparaît dans la documentation épigraphique avec son sens premier lié à l'élevage236. Elle est pourtant bien connue dans les poèmes homériques où elle revient à plusieurs reprises pour désigner des vaches : un exemple suffira. Le chant 23 de l'Iliade est consacré au récit des concours organisés lors des funérailles de Patrocle et l'exploit de l'un des concurrents lors de l'épreuve du lancer du disque y est comparé à celui d'un bouvier “lançant son bâton qui s'envole, en tournoyant, à travers toutes les vaches du troupeau (διὰ βοῦς ἀγελαίας)”237. Le sens exact de cette expression ne paraît pas avoir été bien compris par les spécialistes d'Homère qui y ont vu une expression formulaire238. Sa réapparition dans deux décrets hellénistiques dénote très probablement la culture homérique de leur rédacteur.

  • 239 Sur les problèmes du vocabulaire grec en ce qui concerne les bovins, voir Georgoudi 1990, 233. Dans (...)
  • 240 Voir Richter 1968, 51-52, sur ce genre d'animaux à l'époque homérique. L'opposition entre les βόες (...)
  • 241 Dans Preisigke, WGP, nous avons cherché en vain une occurrence de βοῦς ἀγελαία dans les papyrus. En (...)

157Or, dans les poèmes d'Homère comme dans les décrets de Morrylos, cette expression a son utilité. En premier lieu, l'adjectif ἀγελαία permet, après le substantif βοῦς, de préciser qu'il est bien question d'un animal de sexe féminin, ce qui est indispensable lorsque l'article n'est pas employé, comme c'est le cas dans les trois passages d'Homère cités et dans les deux décrets de Morrylos239. D'autre part, l'emploi de l'expression βοῦς αγελαία permet de souligner l'opposition avec d'autres catégories de bovins comme les βοῦς ἐργάται, les animaux de trait240. Ces derniers en effet devaient représenter le type le plus fréquent dans les exploitations grecques (tout fermier ou presque a besoin d'un couple de boeufs pour tirer l'araire), tandis que les troupeaux de vaches, élevées pour la production de lait ou comme animaux de boucherie, étaient nettement moins fréquents. Le recours à la formule βοῦς ἀγελαία n'est donc pas dicté par de vagues considérations d'ordre poétique, comme l'on pourrait dire des “vaches pâturantes”, mais sert à exprimer une réalité agro-pastorale241.

Importance et justification du don de vaches

  • 242 A titre de comparaison, on notera que le prix d'un bovin adulte tournait autour de 75 dr. à Délos d (...)
  • 243 Pour l'Asclépieion de Morrylos, voir Hatzopoulos & Loukopoulou 1989, 63-76.
  • 244 On peut mettre ces deux exemples macédoniens en parallèle avec la consécration par un souverain att (...)

158La principale différence entre le don de bétail de Paramonos et celui d'Alkétas tient à l'importance du cadeau. Paramonos se contenta d'offrir une seule vache comme le montre l'emploi du singulier (no 20, 1. 6), tandis qu'Alkétas, se montrant en cela aussi un plus grand bienfaiteur, en offrit plusieurs (no 21, 1. 11) sans que leur nombre soit précisé242. Paramonos fit son cadeau “à la cité et à l'Asclépieion” (no 20, 1. 5-6) et Alkétas “aux citoyens ainsi qu'au dieu” (no 21, 1. 11-12), ce qui revient au même. Ce sanctuaire était en effet le principal sanctuaire de Morrylos et son existence est attestée par d'autres documents épigraphiques ainsi que par la découverte d'une statue d'Asclépios sur le site d'Ano Apostoli243. L'association de la cité et de ses sanctuaires est normale, puisque c'est à la première que revient la gestion des biens des seconds. Le fait que deux bienfaiteurs aient accompli le même geste ne doit pas être le fruit du hasard, mais le reflet d'une pratique répandue et qui indique l'existence de troupeaux sacrés à Morrylos. En effet, ailleurs aussi, on retrouve la générosité des particuliers comme source d'enrichissement non seulement foncier, mais aussi pastoral pour les sanctuaires244.

  • 245 On notera l'emploi du terme technique ἐπιγονή qui désigne le croît du bétail et que l'on retrouve d (...)
  • 246 Hatzopoulos & Loukopoulou 1989, 26, hésitent à évacuer complètement cette finalité sacrificielle de (...)

159On ne peut pas parler d'offrande de victimes, car ces animaux n'étaient pas destinés à être sacrifiés, au moins pas dans l’immédiat : c'est ce que montre clairement le décret pour Paramonos dont le bénéficiaire est remercié pour la vache et pourr la nombreuse descendance qui en est issue (no 20, 1. 6-7)245. Les revenus de ces troupeaux sacrés alimentaient sans doute la caisse du sanctuaire d'Asclépios ; il est possible qu'ils aient servi à fournir des victimes au moment des sacrifices, mais cela n'était pas le but premier246.

Place de l'élevage dans l'agriculture locale

  • 247 Sur les légendes macédoniennes, voir Hammond & Griffith 1979, 5-14 et 31-39.
  • 248 Hdt. 8.137-138 ; cf. The. 2.99.3.
  • 249 Justin 7.1.7-12.

160Le fait que ce soient des vaches qui ont été offertes est intéressant pour l'histoire agricole de la Macédoine. L'élevage semble y avoir eu une forme et une place différente de celle qui était ordinairement la sienne dans le monde grec. Son importance est déjà sensible dans plusieurs des légendes fondatrices de la monarchie247 : Hérodote explique ainsi que trois frères descendants de Téménos, l'ancêtre de la dynastie téménide, se livraient à l'élevage avant de partir s'installer en Macédoine : l'aîné, Gauanès, gardait des chevaux, le cadet. Aéropos, des bovins et le plus jeune, Perdiccas, du petit bétail248. Selon un autre mythe, c'est un oracle qui aurait indiqué à Caranos qu'il devait fonder une ville en Macédoine, là où il apercevrait des chèvres blanches : ce fut Aigai, la première capitale royale249. Il y a là déjà un peu de l'opposition entre la Haute Macédoine vouée à l'élevage du petit bétail et la Basse Macédoine où dominaient bovins et chevaux.

  • 250 Le tabac de Yénidjé du Vardar (l'actuelle Yannitsa) était renommé dans tout l'Empire ottoman au déb (...)
  • 251 Leake 1835, 3, 260-261 : “The plain between Saloniki and Aláklisi is by no means so well cultivated (...)

161Morrylos occupait une partie de la grande plaine de Basse Macédoine à l'est de l'Axios, à l’ouest d'un fleuve côtier, l’Échédôros. Avant sa mise en valeur par les réfugiés d’Asie Mineure, c'était une région de marécages et de lacs, moins riche que les zones naturellement plus sèches de la Basse Macédoine. Au début du xxe siècle, cette dernière était partagée entre de grands tschifliks qui produisaient du blé, du coton et surtout du tabac250. En revanche, plus à l'est, l'agriculture trouvait un terrain moins favorable, mais, malgré les dangers du paludisme, il y avait d'excellents pâturages humides pour les buffles et les bovins de la population grecque. Leake, qui traversa la région en novembre 1808, la décrit ainsi : “La plaine entre Salonique et Alaklisi n'est en aucune façon aussi bien cultivée ou peuplée que celle de Serrés, en chemin nous ne rencontrâmes que quelques petites caravanes de chameaux ; elle nourrit pourtant un grand nombre de troupeaux et abonde en lièvres, pluviers et bécasses. Sur le lac, il y a des myriades de troupes de canards en hiver et des perdrix de la variété à pattes rouges sur les flancs des collines”251.

  • 252 Voir Hatzopoulos & Loukopoulou 1989, 26 et 78.

162Dans un tel milieu, il n'est pas étonnant que les troupeaux de vaches aient constitué une source de revenus appréciable à la fois pour le sanctuaire d'Asclépios et pour les notables de Morrylos, comme Paramonos ou Alkétas, qui pouvaient en offrir à leur cité. A côté de la céréaliculture, qu'atteste indirectement le grain qu'Alkétas livra sur le marché, sans doute lors d'une année de crise de subsistance, le gros bétail était certainement l'une des assises économiques de cette classe dirigeante locale où se recrutaient les bienfaiteurs252.

22. Donation de terres au sanctuaire de Zeus de Dodone (ive s. a.C. ?)

163C. Carapanos, Dodone et ses ruines, Paris, 1878, I. p. 52-53 et II pl. XXIX, 1 ; (A. R. Rangabé, Archäologische Zeitung, 36, 1878, p. 1 17 ; A. Fick, Bezzenberger Beiträge, III, 1879, p. 283 ; SGDI, 1365 ; IJG, II, p. 61 avec trad. fr.) ; D. Comparetti, ASAA, 2, 1916, p. 259-262 avec commentaire (P. Cabanes, L'Épire de la mon de Pyrrhos à la conquête romaine (272-167 av. J.-C.), Paris, 1976, 77, p. 592).
Texte utilisé : Comparetti avec modifications.

  • 253 La plaque de bronze est de forme rectangulaire dressée. Les lettres sont en pointillé. On est étonn (...)
  • 254 C'est ainsi que le texte est classé dans les IJG.

164Les fouilles menées à Dodone à partir de 1875 ont livré un nombre important de plaques de bronze inscrites, dont celle-ci, qui conserve la donation d'une exploitation agricole par un particulier, Symmachos. Le texte, publié pour la première fois par Carapanos en 1878, comportait alors des lectures notablement erronées qui ont longtemps rendu la nature du texte incompréhensible253. Ce n'est qu'avec le travail de Comparetti que l'on est parvenu à un état satisfaisant du texte : ce n’était pas un testament254, mais une donation faite par un particulier, Symmachos, à Diônè, la parèdre de Zeus Naios à Dodone.

Θεός ·τυχImage 10000000000000070000000F7EC33B29.jpg[γαθ]-
ᾶι· Σύμμ[αχος]
δίδωτι Δ[ιών]-
[4] αι τὰ επιπόλα[ι]-
α πάντα, ἄρου-
ραν ἀγ Κόσσωι,
λειμῶνα ἐπ’
[8] Ἀθερίωι, ἀμπέ-
λους παρ’Κὸτα κ-
οἰκόπεδον.
[12] [Ἐ]πὶ προστ(ά)
τα [Θρ]άσωνος
[Κε]λαίθου.

165L. 1-2 : le nom du donateur, Σύμμ[αχος], n'a été reconnu que par Comparetti qui rejette Συμμ[αχίδας] (trop long), mais envisage aussi le nom féminin Συμμ[αχία] ; Comparetti complète en conséquence le début par τυχἀ[γαθ]Iᾶι. Auparavant, diverses solutions avaient été proposées, comme aἱ σύμμ[αχοι], Carapanos, [τ]Iᾶι συμμ[αχίαι], Rangabè, [τ]Iᾶι συμμ[ορίαι?], IJG.
L. 3-4 : la restitution du nom de la divinité, Δ[ιών]Ιαι, est aussi de Comparetti. Les restitutions précédentes ne comportaient pas cette précision : δίδωτι [γᾶν? κ]Iαὶ, Rangabé.
L. 12 : le nom est une restitution de Cabanes 1976, 585 (no 68). Auparavant, diverses propostions avaient été faites : [Μν]άσωνος, Carapanos, Rangabè, IJG et Comparetti.

166Traduction : “Dieu, à la Bonne Fortune ; Symmachos donne à Diônè tous les biens mobiliers, une terre arable à Kossos, une prairie sur Athérion, des vignes près de Kotas et un terrain à bâtir. Sous le prostatès Thrasôn de Kélaitha”.

  • 255 Xén., Anab., 5.3.7-11.

167La nature exacte de la donation est obscure : pour Comparetti, Symmachos ne s'était pas réellement séparé de ses biens, mais s'était contenté de les consacrer, comme Xénophon l'avait fait à Artémis pour son domaine de Scillonte255. Si tel fut le cas, on est en droit de s'étonner de l'emploi de δίδωτι (1. 3) plutôt que d'ἀνέθηκεν.

  • 256 Cabanes 1976, 585, no 68.
  • 257 Cabanes 1976, 454.

168Il est en outre difficile de dater ce texte, si ce n’est en le rapprochant d'un autre document de Dodone, un acte d'affranchissement où figure le même prostatès, Thrasôn de Kélaitha256. Tous deux seraient d’une écriture du ive s. a.C.257.

169Le don de Symmachos est composé de quatre éléments et mentionne un certain nombre de lieux-dits certainement situés à proximité du sanctuaire de Dodone.

  • 258 Lucien, Le navire. 37.
  • 259 ICret. IV. 72, col. V, 1. 41 : ἐπιπολαίον κρεμάτον, forme dialectale pour le génitif pluriel ἐπιπολ (...)

170— Les epipolaia ne sont pas l’une de ces parcelles, car l'on attendrait logiquement la mention de sa localisation. L'adjectif ἐπιπόλαιος s'applique à ce qui se trouve à la surface, c'est ainsi qu'il peut servira dire qu’une blessure est superficielle258. Une première possibilité est donc que Symmachos a inclus dans sa donation tout ce qui se trouvait sur ses terres, récoltes sur pied et arbres. Un sens proche de celui d'ἔπιπλα doit cependant être préféré. Dans deux textes de Gortyne, dont un passage du Code, les ἐπιπόλαια sont manifestement les biens mobiliers en général259. Le don de Symmachos aurait donc englobé l'outillage de son exploitation et peut-être son bétail.

  • 260 Ainsi dans la description du bouclier d'Achille, Il., 18.541, la jachère est un “champ fertile”, πί (...)
  • 261 Voir dans une épigramme de Lipara étudiée par Robert 1969-1990, 4. 388-393, où sont évoquées les Κα (...)
  • 262 Cabanes 1976,492.

171— La première parcelle clairement définie est une terre arable (ἄρουρα). Le mot est attesté dès les poèmes homériques dans ce sens260. Ses emplois épigraphiques sont pourtant rares et limités à des contextes poétiques261. De l'emploi de la préposition ἀνά. P. Cabanes a déduit que ce champ était situé “en hauteur, loin de l'humidité”262.

  • 263 Syll.3, 57, 1. 29 : ἐπὶ λειμὼνι ἐπ’ἄκρο παρ Νύμφαις. Voir Godecken, 1986, 245-246, pour la localis (...)

172— Le don de Symmachos comprend ensuite une prairie (λειμών). C'est la désignation d'un type de terre destinée au pâturage : il y avait aussi un leimôn le long de la voie de procession conduisant de Milet au Didymeion263. La préposition ἐπί semble signifier que le lieu-dit Athérion se trouvait plutôt en plaine et l'humidité des terres basses autour du sanctuaire de Dodone correspondrait assez bien à la présence de prés.

  • 264 Cabanes 1976, 492.

173— La troisième parcelle est plantée de vignes (ἄμπελοι), qu'il faudrait plutôt rechercher sur les coteaux entourant la plaine264.

  • 265 Pritchett 1956, 265-267, étudie le mot à partir d'une occurrence dans les stèles des Hermocopides : (...)

174— En dernier lieu, la donation comportait aussi un oikopedon. Littéralement, le mot qualifie un terrain à bâtir, mais sa valeur est en général très floue. Il peut s'agir en effet aussi bien d'un terrain nu que d'un bâtiment265. Cette dernière solution aurait le mérite de compléter l'image de l’exploitation offerte par Symmachos en ajoutant la ferme aux parcelles elles-mêmes.

  • 266 On fait généralement de la dispersion des parcelles l’une des caractéristiques des exploitations de (...)
  • 267 Michel. 531. 1. 22-29 : le don de la cité se compose de diverses parcelles, ἡμικλήριον δασείης, κλ[ (...)
  • 268 Voir déjà le fragment 240 d’Hésiode (éd. Merkelbach-West) qui décrit la région de Dodone comme une (...)

175L’exploitation décrite par ce texte est donc formée non de terres d'un seul tenant, mais de parcelles dispersées sur l'ensemble du finage de Dodone, sans aucun doute dans le dessein d'en utiliser au mieux les ressources. Plus que d'un grand domaine, il doit s'agir d’une ferme de taille moyenne266. C’est le principal intérêt du texte de Dodone : il rééquilibre l'image de l’agriculture grecque dont on connaît surtout les grandes propriétés. Ce n'est pas forcément une petite exploitation : elle serait plutôt à l'image de ce que l'on considérait comme le minimum pour faire vivre une famille, une family farm, comparable à celle que fait connaître un décret de Zéleia pour l'un de ses bienfaiteurs, Kléandros, qui lui accorde un demi-klèros de bois, un klèros en plaine, une maison et un jardin267. L'originalité dans le cas de Symmachos, c'est la possession d'une prairie, d'un leimôn, et cela correspond aux conditions géographiques locales268 telles que les décrivaient ceux qui ont connu la région de Dodone au xixe s. Carapanos, par exemple, a noté le phénomène d'étagement de l'habitat et des zones de mise en valeur : les collines sont abandonnées au petit bétail qui paît au milieu des bosquets d'arbres, tandis que sur les pentes du mont Olytzika (le Tomaros dans l'Antiquité), les forêts de sapins descendent bas, les villages se trouvant à leur lisière. Carapanos enchaîne alors : “Immédiatement après les villages commencent les terrains cultivables qui, d'une nature inégale et pierreuse d'abord, s'étendent, après une centaine de mètres, par une série d'ondulations dans la première partie de la vallée, et tout à fait en plaine dans sa partie sud-est, jusqu'au pied des collines de Cosmira et de Manoliassa.

  • 269 Carapanos 1878, 8-9.

176“Les terres de cette dernière partie sont submergées presque en entier pendant l'hiver par les eaux des sources qui surgissent au pied du mont Tomaros. Une grande partie de ces sources ne tarissent pas, même pendant l'été, et, d'après le témoignage des villageois, la moitié de la plaine ne formait, il y a une trentaine d’année, qu'un marais permanent”. Les choses avaient cependant commencé à changer à l'époque des fouilles et les cultures gagnaient de plus en plus dans la vallée, au détriment des marécages : “Il ne reste actuellement du marais qu'un ou deux hectares à peine autour des lieux dans lesquels jaillissent les sources, et tout le reste de la plaine est desséché et cultivé en été”269.

177Il est probable que dans l'Antiquité, les marais avaient déjà connu une phase de recul, mais c'est dans ce qu'il en restait, au plus près des sources, qu'il faudrait chercher la prairie que Symmachos légua à Diônè.

23. Loi d'Abdère sur la vente d’esclaves et de bétail de somme (peu avant 350 a.C.)

178M. Feyel, BCH, 66/67, 1942-1943, p. 180-188 et pl. IX-1, cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1943, 43 et 1958, 138 (É. Jakab, Praedicere und cavere beim Marktkauf. Sachmängel im griechischen und römischen Redit, Munich, 1997, p. 90-93, avec trad. all. et commentaire).
Cf. St. Georgoudi, Des chevaux et des boeufs dans le monde grec, Paris-Athènes, 1990, p. 153-155 ; P. Chantraine, RPh, 91, 1965, p. 206.
Texte utilisé : Feyel.

[....] Image 100000000000000E0000000FF905B3C5.jpgImage 10000000000000210000000F4C6610C8.jpgοδοImage 10000000000000080000000FD36901B5.jpg [—]
[ἡμ]ίονον ἢ ὄνον ἢ γῖνον [----]
[πρ]ολεγέτω τοῖς ὠνεομέ[νοις---]
[4] [..]ΟΤ[.] Image 10000000000000100000000F2A2E6978.jpgύη· ἐάν δὲ μὲ ΠΡΙ [-----]
ράσηι, ἐγγΰην ἐχέτω· ΑΝΔ[------]
τῆς ἱ[ερ]ῆ[ς] νόσου, ἐνιαυτό[ν··----, δέ]-
κα μῆ[ν]ας· δυσεντερίης, τρ[εῖς μῆνας··----ἡμέ]-
[8] ρας· πυρέτου, τέσσερας ἡ[μέρας----]
βόος τε [κ]αὶ ἵππου Image 100000000000000F0000000F225BC4A0.jpgὶ ἡImage 100000000000000C0000000F3D1ADB3E.jpg[ιόνου ?--]
καὶ ἵ[π]ποImage 10000000000000080000000F58CF57AE.jpg [ὑ]πνώδεος Image 10000000000000080000000F031D884C.jpgΕ[--]
[.]αλγίης [..] Image 10000000000000080000000F6E65DB97.jpgαὶ [----]
[12] [ἡμ]έρας ( ?) [....]

179L. 1-2 : on pourrait suppléer βοῦν ἢ ἵππον, cf. 1. 9 (Μ. Feyel).
L. 4 : on peut proposer ἐὰν δὲ μὴ πρί[ηται] ou une phrase plus longue, ἐὰν δὲ μὴ πρὶ[ν κτλ.] (Feyel).
L. 4-5 : un subjonctif comme [ἀγο]ράσηι ou [ἐνεχυ]ράσηι est possible (M. Feyel).
L. 5 : à la fin de la ligne, peut-être ἀνδ[ραπόδου] (M. Feyel).
L. 9-10 : [βόος τε] καὶ ἵ[π]που [ὑ]πνώδεος, πέ[ντε ἡμέρας] ou μῆνας (Μ. Feyel).
L. 11 : peut-être [κεφ]αλγίης ou un nom de maladie formé de la même façon (M. Feyel).

180Traduction : “[...] esclave [...] un mulet ou un âne ou un bardot [...] qu’il le déclare aux acheteurs [... ] dépôt de garantie : et si [... ], qu’il conserve le dépôt de garantie ; [... ] de la maladie sacrée, une année, [... ] dix mois, de la dysenterie, trois mois, [... ] jours ; [...], de la fièvre, quatre jours, [...], du boeuf ainsi que du cheval et du mulet [...] et du cheval somnolent, [... ] et [... ] jours [...]”.

181Cette inscription très mutilée, en style stoichèdon, a été trouvée sur le site d’Abdère et c’est probablement une loi d’Abdère, quoique le nom de la cité ne soit pas mentionné dans ce qui reste du texte. La datation, peu avant 350 a.C., a été établie par M. Feyel, le premier éditeur du texte, sur la base des critères épigraphiques et dialectaux, notamment par comparaison avec la loi thasienne sur le commerce du vin.

  • 270 La possibilité d'annuler la vente disparaît si le vendeur a prévenu l'acheteur, Platon, Lois. 11.91 (...)
  • 271 Hypéride, C. Athénogène, 15 : ὅταν τις πωλῇ ἀνδράποδον, προλέγειν ἐάν τι ἔχη ἀρροιστημα εἰ δέ μή, ἀ (...)
  • 272 Feyel 1942-1943, 187, propose deux solutions : le dépôt était laissé soit par le vendeur, soit par (...)

182Cette pierre conserve l’une des deux seules lois grecques sur la vente du bétail, avec la loi de Cnossos (no 43). Son sens a été clairement établi par M. Feyel grâce à un rapprochement que l’abbé Sokolowski lui avait suggéré avec un passage de Platon dans les Lois (11, 916a-c) où il est question du droit de rédhibition (ἀναγωγή) que conserve l’acheteur d’un esclave affecté par une maladie que le vendeur ne lui aurait pas déclarée au moment de la transaction270. Platon suggère en effet d’accorder à l’acheteur un délai d’un an (pour le mal sacré) ou de 6 mois (pour les autres maladies) afin de lui permettre d’annuler la vente. Une telle possibilité existait effectivement dans le droit athénien et, dans le Contre Athénogène, Hypéride cite la loi à ce sujet : “En vendant un esclave, on est tenu de prévenir de toute infirmité qu’il peut avoir ; sinon, il y a action rédhibitoire à son sujet”.271 Le document d’Abdère permet d’ajouter quelques détails à ces procédures : il y est question, d’une façon certes obscure, d’un dépôt de garantie (ἐγγύη)272. On voit aussi que Platon ne fait pas preuve d’un excès de méticulosité lorsqu'il distingue deux délais différents, selon le type de maladie dont un esclave pourrait être affecté, puisque la loi abdéritaine n'hésite pas à dresser un catalogue des maladies possibles, prévoyant pour chacune un délai particulier (un an, 10 ou 4 mois dans ce qui reste du texte).

  • 273 Un passage de Lysias, 8 (Accusation contre des co-associés). 10, semble évoquer un cas dἀναγωγή pou (...)
  • 274 IGLS. VII. 4028, 1. 37-38 : ἀνδράποδα δὲ καὶ τετράποδα I καὶ λοιπά ζῶὰ ὁμοίως πωλείσθω ἐν τῷ τόπῳ χ (...)
  • 275 Paus. 10.32.15-16.

183On apprend avec intérêt par ce texte que le droit de rédhibition s'appliquait aussi bien au commerce des esclaves (1. 1 et probablement 5) qu'à celui de certains types de bestiaux, notamment les animaux de trait et les bêtes de somme273. C'était en effet souvent aux mêmes endroits que l'on venait acquérir les uns et les autres. C'était le cas dans les foires organisées sous le règne d'Auguste dans le sanctuaire de Baitokaiké en Syrie274 ou, au iie s. p.C., dans la panégyrie d'Isis à Tithoréa en Phocide275. La liste des animaux concernés par ce droit de rédhibition est sans doute incomplète. Elle fournit l'une des deux attestations épigraphiques du mot γίννος/γῖνος, avec la loi sacrée d'Ialysos où l'accès du sanctuaire d'Alektrôna est interdit aux chevaux, aux ânes, aux mulets et aux ginoi (no 41, 1. 21-23). Ce rapprochement appelle deux remarques.

184— D'abord, il paraît probable que dans le texte d'Abdère, apparaissait la même séquence ἵππος, ὄνος, ἡμίονος, γῖνος, amputée de son premier élément par une lacune. Il paraît donc possible de restituer 1. I-2 : ἵππον ἢ] I [ἡμ]ίονον ἤ ὄνον ἤ γῖνον.

  • 276 Louis 1957 (cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1958, 138) et Chantraine 1965, 205-211, dont l'intérêt (...)
  • 277 Arist., Génération des animaux, 2.8. = 748b.
  • 278 Varron, Économie rurale, 2.8, et Columelle 6.36-37. Pour les agronomes grecs, voir Geoponica, 16.21 (...)
  • 279 Sur les élevages de mulets en Arcadie et dans le Péloponnèse, voir Baladié 1980. 188.
  • 280 Varron, Économie rurale, 2.8.6 : le bardot (hinnus) est plus petit que le mulet. Columelle 6.37.5, (...)
  • 281 Hésychios s.v. γίννος <ζῷον οὗ> ὁ πατὴρ ἵππος, ἡ δὴ μήτηρ ὄνος.

185— Se pose aussi la question de ce qu'était exactement un γίννος/γῖνος parmi les animaux formant les équidés. P. Louis, l'éditeur des traités zoologiques d'Aristote, a proposé d'y voir un “un cheval de petite taille, autrement dit un bidet", ce en quoi il a été suivi par P. Chantraine276. Les textes du corpus aristotélicien sont, il est vrai, formels : unginnos est un animal contrefait, produit d’une gestation défectueuse277. C'est en se fondant sur ces textes que P. Louis avait donc écarté d'emblée la traduction par “bardot”. On sait en effet que la forme usuelle de la saillie mulassière consiste à faire couvrir une jument par un âne ; il en naît des mulets (animaux de sexe masculin) ou des mules (de sexe féminin). La technique était parfaitement connue dans l'Antiquité, elle est notamment décrite par les agronomes latins278 ; des régions du monde grec, comme l'Arcadie, s'étaient spécialisées dans ce type d’élevage279. Lorsque l'éleveur inverse les rôles, qu'il fait monter une ânesse par un cheval, on obtient un bardot. Cet hybride n'a jamais eu bonne réputation : il est vrai qu'il est généralement de constitution plus faible que le mulet, ses membres paraissent grêles, sa taille plus petite. On le considère donc comme moins utile que le mulet280. Il n'en reste pas moins que c'était une bête assez fréquente, plus que les “bidets” qui, eux, devaient être rares et de peu d'emploi. On voit mal pourquoi le bidet plutôt que le bardot aurait été explicitement mentionné par deux inscriptions, comme une variété distincte qu'il valait la peine de nommer. Le mot γίννος a bien été utilisé pour désigner le bardot et c'est Hésychios qui en donne la preuve dans son explication de ce mot : c'est selon lui un “animal dont le père est un cheval, mais la mère une ânesse”281. Dans notre inscription, dans celle d'Ialysos et dans Hésychios, il faut donc bien donner le sens de “bardot” au mot γῖνος. Une chose est le vocabulaire scientifique d'Aristote, une autre celui des éleveurs.

  • 282 Varron, Économie rurale, 2.5.10-11, trad. Ch. Guiraud, CUF. Voir les formules identiques qu'il prop (...)
  • 283 Sur ce point, voir Georgoudi 1990, 154-155.

186Quoi qu'il en soit, la loi d'Abdère, telle qu'elle nous est conservée, ne mentionne que les chevaux (1. 9 et 10), les mules, les ânes, les γίνοι (1. 2) et peut-être les boeufs, si l'on accepte la restitution suggérée par M. Feyel pour la ligne 1. Toutes ces bêtes ont en commun d'être des animaux de somme et de trait. Pour beaucoup, leur achat était un moment délicat, où l’on investissait une somme importante. Le cavalier achetant son cheval et le paysan son âne craignaient la mauvaise affaire : acquérir une bête qui allait très vite se révéler impropre à l'emploi qu'il comptait en faire. Varron recommande ainsi aux acheteurs, pour les aider à ne pas tomber dans les pièges des maquignons, de poser les questions de façon précise : “Est-ce que tu me promets que ces boeufs sont sains et que tu répondras de leurs dommages ?”, “Estce que tu me promets que ces bouvillons sont tout à fait sains et que tu me répondras de leurs dommages ?”282 Les bouchers, ajoute-t-il, prudents, s'en tiennent à un formulaire précis283. Eux avaient en outre l'avantage d'être des acheteurs réguliers et pouvaient ainsi mieux résister aux vendeurs.

  • 284 Robert 1955, 28-33 et pl. VII, pour un exemple, et Bodson 1980 ; voir p. 414.

187Ce problème de la santé du bétail que l'on achète est enfin un témoignage du souci que les maladies du bétail représentaient pour les paysans. En Asie Mineure, à l'époque impériale, il se traduisait par les prières que certains d'entre eux faisaient pour leurs animaux afin qu'ils conservent la santé284.

Notes

1 Sur Orchomène de Béotie, voir Hennig 1974 et Papahatzis 1974-1981, 5. 220-243, sur Paus. 9.34.6-38.5.

2 1er bordereau : I. 1-12 (trésorier, Ἀγχίαρος Εὐμείλω, 1. 2) ; 2e bordereau : 1. 13-24 (trésorier : Ϝάpvωv Πολυκλεῖος, 1. 13) ; cinq mois séparent ces deux versements.

3 Voir 1. 28 : Εὐβώλυ Fελατιήυ et le fait que le troisième document est daté à la fois par l'archonte d'Orchomène et par celui d’Élatée (1. 25-27).

4 Amandry & Spyropoulos 1974, no 11 ; sur la datation de l'inscription et sur les créances d'Eubôlos, voir Migeotte 1984, 52-53.

5 IJG. 1, p. 311 ; Feyel 1942b, 152, exprime une opinion semblable.

6 Migeotte 1984, 52, qui insiste sur le sens véritable de ποτιδεδομένον (1. 36-37) qui signifie que l'ἐπινομία a été accordée en plus (ποτι-) des remboursements et qu’il ne s'agit pas du prolongement d'un droit déjà accordé avant la convention comme l’avait cru Boeckh.

7 Les marques au fer rouge apparaissent aussi dans la Hiera Syngraphè de Délos (no 24, 1. 25-26) et dans une inscription d'Ios no 32, 1. 3-4). Sur ces marques, voir Vanseveren 1936, 259-260.

8 Certains des chevaux de la cavalerie athénienne sont de la même façon ἅσημοι, voir Braun 1970, 199 et 256.

9 Les trésoriers d'Orchomène étaient en fonction pour un quadrimestre, voir Roesch 1965, 210-21 1. Dans les remboursements par une cité inconnue (no 65) ce sont aussi les trésoriers qui gèrent l'ennomion.

10 Roeseh 1965. 212-213. Le système décrit ici n'est pas sans rappeler le fonctionnement de la scriptura italienne au iie-ier s. a.C. où le prélèvement de cette taxe d'accès aux pâturages de l'ager publicus était affermé à des scripturarii : voir Pasquinucci 1979, 137-138.

11 Sur cette clause, voir Bravo 1980, 937-938.

12 CIG, I, 1569, p. 745.

13 La carte de Roeseh 1965, 59-60, montre qu'Orchomène était adossée au mont Akontion, mais l'étendue et les frontières de son territoire restent mal connues.

14 Les lacs karstiques d'Arcadie ont été étudiés par Baladié 1980, 93-116. Pour le Copaïs, la documentation est plus abondante encore, mais plus dispersée aussi : les premières études importantes sont celles de Kambanis 1892 et Kambanis 1893. Les travaux de l'équipe allemande sur le Copaïs sont présentés par Lauffer 1985 et résumés en français par Argoud 1987, 31-38.

15 Voir Geiger 1922b, col. 1355-1357. Les travaux d'aménagement d'un autre lac karstique de Grèce, celui de Phénéos en Arcadie, furent attribués à Héraclès, cf. Paus. 8.14.2-3.

16 II semblerait que le début de l’époque hellénistique fut une période de remise en fonctionnement d'installations anciennes : ce serait l'oeuvre de l'ingénieur Kratès de Chalcis travaillant sur ordre d'Alexandre le Grand, cf. Strabon 9.2.18 = C407, et Diogène Laërce 4.4.6, voir Geiger 1922b, col. 1358-1360.

17 C'est cette seconde solution qui paraît la plus probable : il semblerait que les cités riveraines aient pris soin de faire dresser des bornes pour délimiter leur part respective des terrains bordant le lac, cf. IG, VII.2792, borne de Kopai et Akraiphia.

18 Les éditeurs des IJG, I. p. 310, η. I. pensent aussi que les pâturages publics d’Orchomène étaient situés au bord du lac. Sur la place du gros bétail en Béotic, voir Michell 1957, 64. On se souviendra surtout de la célèbre cavalerie béotienne : voir P. Salmon 1953, 350-352, pour l’époque classique, et Feyel 1942a, 201-204. A propos des bassins karstiques d’Arcadie orientale. Roy 1999, 330, fait judicieusement remarquer que les zones inondables pouvaient servir de pâturages humides en été, lorsque le niveau de l’eau était au plus bas.

19 Une inscription très mutilée d'Orchomène, IG, VII, 3170, témoigne de délimitations de parcelles dont on précise le prix. Ces parcelles semblent être situées près du lac : ne pourrait-il pas s’agir de terres gagnées sur le Copaïs et que la cité met en location ou vend ? Sur ce document, voir Roesch 1965, 60 et 185-186.

20 Les deux cités étaient séparées par le territoire de Chéronée. Sur Élatée, voir Papahatzis, 5. 432-436, sur Paus. 10.34.1-35.1.

21 Sur la même pierre est gravé un second document réglant une dette d'un montant de plus de 5 000 drachmes contractée auprès d'un certain Euklidas (la forme du nom n'est pas certaine, voir Knoepfler 1992, 478-479, no 127) fils de Théopompos de Thèbes, mais où il n'est pas question de droit de pâturage (voir Migeotte 1984, no 16B).

22 Migeotte 1984, no 16B : pour la datation des deux textes, p. 76. Sur les archontes d'Akraiphia. Roesch 1965.48.

23 R. Bogaert a pensé que cette dette pourrait provenir d'un achat à crédit de la cité à Kallôn. Commentaire nuancé de la partie financière du texte dans Migeotte 1984, 76-77.

24 Βοτός est une variante de βοτόν qui a le sens général de tête de bétail, mais peut prendre celui plus particulier de “petit bétail” : on retrouve βοτόν dans le texte de Kopai (no 9, 1. 17). Voir DELG, s.v. βόσκω (βοτόν désigne une “bête d'un troupeau” et s'oppose à θηρίον). Cf. la loi sacrée de Rhodes, no 26.

25 Ainsi dans le décret de proxénie de Cotyrta pour Peiitas d'Asôpos (no 68).

26 Sur Akraiphia, voir Roesch 1965, 64, et Papahatzis 1974-1981,5. 147-156, sur Paus. 9.23.5-6.

27 C'est là que se trouvait le célèbre sanctuaire du Ptôion contrôlé par la Confédération béotienne jusqu'en 228 a.C. Par la suite, le sanctuaire a été administré par Akraiphia : voir Feyel 1942a, 254-256, et Guillon 1962.

28 Philippson 1950-1959, 1. 485-490, insiste sur le caractère montagneux des rives nord et est du Copaïs par opposition à celles de l'ouest et du sud. A Akraiphia, il parle d'une “senkrechte Kliff” (p. 488).

29 Sur le lac d'Hylè (nom moderne : lac de Likéri), voir Philippson 1950-1959, 1.494.

30 Sur Kopai, voir Geiger 1922a, Papahatzis 1974-1981,5. 158-161, et Fossey 1979,560-562.

31 Feyel 1937. 222, note que bien souvent en Béotie les décisions n'ont guère d’autre objet que de faire graver le texte, les décisions véritables étant signalées dans les considérants, ce qui est le cas ici puisque l'accord entre la cité et ses deux créancières porte sur le droit de pâturage.

32 Le décret de proxénie de Lamia (no 99) accorde lui aussi l'ἐπινομία à une femme.

33 Roesch 1983, 82. Il s'agit là d'une modification importante par rapport aux théories habituelles : on croyait généralement que l'ἐπινομία n'était accordée aux deux femmes que jusqu'à la fin des remboursements de la dette publique.

34 L'accord est désigné comme une ὁμολογίη (cf. 1. 15) une convention. Il ne faut pas la confondre avec la convention mentionnée 1. 9 qui est celle par laquelle les deux femmes ont accordé le prêt à la cité.

35 C’est cette signature, plus que les décrets, qui a intéressé les commentateurs. Étienne & Knoepfler 1976, 163-168. ont proposé de voir en Homolôïchos un citoyen d'Anthédôn et ont restitué [Ὁ]μολώϊχος Σωκρά[ους Ἀνθηδόνιος ἐ]οίησε. Cette suggestion n'a pas été retenue par Roesch 1982, 116-117. A ce sujet, voir aussi Knoepfler 1992, 501-502, no 180.

36 Remarque de Wilhelm 1984, 1. 245-247, reprise par tous ceux qui se sont intéressés à cette signature.

37 Polémarchos fils de Dikaiarchos et Hagias fils de Polémarchos ne sont-ils pas le père et le fils ?

38 Pour ἀρπάζω dans ce contexte, voir Ducrey 1968. 45-46.

39 Sur cette formule, περὶ φυλακῆς τῆς πόλεως, cf. les remarques de Wilhelm 1984. 1. 247-248, et Engelmann 1973, 88, n. 2.

40 Sur l’emploi d'ἀνασῷζειν dans ce contexte, voir Robert 1960, 136, n.l.

41 Cette hypothèse a été émise par Wilhelm 1984. 1. 249, cf. Étienne & Knoepfler 1976, 244 et n. 914. Pour rejoindre l'OEta à partir d'Hyettos, les brigands auraient parcouru une cinquantaine de kilomètres et traversé le territoire de plusieurs autres cités sans avoir pour autant besoin de s'aventurer en terrain découvert en plaine. Toutes les montagnes de la région comme le Chlomon, près d'Hyettos, sont restées infestées de klephtes jusqu'au début du siècle qui vient de s’achever, voir Étienne & Knoepfler 1976. 191, n. 629.

42 Sur le brigandage dans le monde antique, voir Ducrey 1968, 87, Robert 1937, 93-96, Robert I960, 132-139, et J. & L. Robert 1983, 104 et 106-109.

43 Le bétail occupait dans l'économie d'Hyettos une place sans doute ni plus ni moins importante que dans d’autres cités grecques. Gomme 1911-1912, 202, a écrit à propos d'Hyettos : "The ancient, like the modem, inhabitants must bave been almost exclusively shepherds”. L’étude du territoire d'Hyettos par Étienne & Knoepfler 1976, 97-201, a bien montré qu'en réalité les Hyettiens pratiquaient toutes les activités agricoles permises par leur territoire (céréales, vignes, oliviers), l’élevage n'ayant qu'une place normale dans cette économie (Étienne & Knoepfler 1976, 198-199). La grande originalité des ressources d'Hyettos était en fait l'exportation du fer (Étienne & Knoepfler 1976, 200-201).

44 Pour les hommes et le bétail comme objet du butin à la guerre, voir Pritchett 1971-1991, 1. 74 et 5. 198-203.

45 C'était du moins ainsi que l'on procédait à la guerre et le roi Philippe V, durant sa campagne dans le Péloponnèse, ht vendre le butin (hommes et animaux) à Hèraia : Pol. 4.77.5, cf. 75.2. Sur ces méthodes, voir Ducrey 1968, 235-237, qui remarque que les pirates écoulaient leurs prises de la même manière.

46 Sur la rançon, voir Ducrey 1968, 238-246, et Bielman 1994, 300-301.

47 Voir les exemples rassemblés par Robert 1937, 94-95, et surtout le recueil de Bielman 1994.

48 Pol. 4.3.8-10, cf. Walbank 1957-1979, 1. 452.

49 Pol. 4.4.1 : συνεγγίσαντες τῇ πόλει νυκτὸς οἱ πειραταὶ καὶ προσραλὸντες κλίμακας ἐςεκοψαν τὸ Χυρῶνος καλούμενον ἐπαύλιον, καὶ τοὺς μὲν ἀμυνομένους ἀπέσφαξαν, τοὺς δὲ λοιποὺς τῶν οἰκετῶν δήσαντες καὶ τὰ κτήνη μετ’αὐτῶν ἀπήγαγον, trad. J. de Foucault, CUF, modifiée. Bergers et fermiers avaient un moyen simple de se protéger contre ces brigands : l'emploi de gros chiens de race molosse, qui aboient à chaque fois que quelqu'un s'approche et n'hésitent pas à attaquer lorsque cela est nécessaire, cf. Ps-Lucien, Lucius, 18, et Apulée, Métamorphoses, 4.3. Sur les chiens de ferme et les chiens de berger, voir E. Orth 1913, col. 2558-2561, et sur les chiens de race molosse, Keller 1905, 258-269. On rappellera que la fonction essentielle attribuée aux chiens de bergers est de protéger le troupeau contre voleurs et bêtes fauves, loups, ours et hyènes : ce sont des chiens de garde et de défense (Aristophane, Les Guêpes, 954-955 : le chien du procès est un chien de berger, et c'est un animal utile : ἀγαθὸς γάρ ἐστι καὶ διώκει τοὺς λύκους, ν. 952). “Dociles à leur seul maître, féroces pour tous les autres homme” : c'est ainsi que les décrit Robert 1955, 32, à propos d'une stèle provenant de Galatie (époque impériale) où un berger de condition servile fait à une divinité locale une dédicace ὑπέρ δIεσποτῶIν καὶ I τῶν θρεμάτωIν καὶ τῶν κυνῶν. Les chiens de berger de l'Antiquité grecque ne participaient pas à la conduite du troupeau : ce n'est qu'à partir du xve s. que les chiens de conduite commencent à prendre de l'importance dans l'élevage occidental, voir Planhol 1969. Auparavant, il fallait donc des bêtes puissantes plutôt que légères et la conduite du troupeau reposait uniquement sur le berger (qui s'aidait de sa houlette, de son lagobolon et éventuellement de son instrument de musique) et sur un animal servant de meneur.

50 Dans les deux cas, le bétail est désigné par le mot θρέμματα. Les expressions τὰς ἐπί τῶν ἀγρῶν οκίας ἐκκόπτειν et ἐξέκοψαν τὸ Χυρῶνος καλούμενον ἐπαύλιον employées par l’historien rappellent celle de l’inscription d’Hyettos, αὐλάς τε ἐκκόπτειν (1. 4-5). Les biens perdus par les Hyettiens sont exprimés par τὰ ἀπολλύμενα (1. 9-10) et Polybe parle de τὰ μεν ἀπολωλότα πάντα τοῖς Μεσσηνίοις (Ροl. 4.4.3) ; ἀδικήματα se retrouve aussi dans Pol. 4.3.12, pour désigner les crimes commis par Dôrimachos et ses brigands.

51 Tarn & Griffith 1952,92, dressent un tableau très pessimiste, considérant que le brigandage et la piraterie étaient endémiques à l'époque hellénistique. Robert 1937, 96, estime au contraire, pour l'époque impériale il est vrai, qu'au ier et au iie s. p.C.. le brigandage avait été efficacement combattu et qu'il n'avait repris de l'importance qu'à la fin du iie et au début du IIIe s. p.C.

52 Sur la datation, voir en dernier lieu Étienne & Knoepfler 1976, 244, n. 915.

53 Pol. 20.4-7, analysé par Feyel 1942a (spécialement les conclusions, Feyel 1942a, 302-306). Plus récemment : Hennig 1977 et Migeotte 1985 ont renforcé cette thèse tendant à montrer que le iiie s. avait été une époque de relative prospérité pour la région.

54 Pour Hyettos, voir tout spécialement Étienne et KnoepHer 1976, 201-210. Cette tendance à la baisse du nombre des mobilisables semble apparaître également à Thespies et à Akraiphia, voir Hennig 1985b.

55 Décret de Chorsiai pour Kapôn de Thisbè. IG. VII, 2383, voir Roesch 1973, 256-261 (cf. J. et L.. Robert, Bull, ép., 1974, 266).

56 Sur ce type de réactions, Chandezon 2000a, 240.

57 Les années qui précédèrent la guerre contre Persée semblent elles-mêmes avoir été marquées par une grave crise qui toucha toute la Grèce centrale, voir Knoepfler 1990, 491.

58 Sur la dissolution de la Confédération béotienne en 171 a.C. et ses conséquences sur les petites cités comme Hyettos, voir Étienne & Knoepfler 1976, 242-245.

59 Knoepfler 1990, 492-493 et 497 : le passage de la βουλή à un συνέδριου est un tournant important dans l'histoire institutionnelle des cités béotiennes et semble devoir être daté des années qui suivirent Pydna.

60 Nos sources nous reportent souvent à cette région de Grèce centrale dont les pâturages étaient très contestés, cf. Hell. Oxy., 13.3-4 (voir Bruce 1967, 118-119) et devaient être surveillés par les cités des environs ainsi que le montre l'inscription des péripoles d'Ambryssos, Robert 1937.108-110. Rousset 1991 a (à paraître) sur le territoire de Delphes offrira bientôt une synthèse de premier ordre sur ces questions. Nous tenons à remercier D. Rousset et Fr. Lefèvre de l’aide qu'ils ont bien voulu nous apporter pour cette partie de notre travail.

61 Tyros est mentionnée par Étienne de Byzance s.v. Τύρoς. Les inscriptions qui y ont été trouvées figurent dans les IG, V. 1, 1517-1522.

62 IG, V. 1, 1517, fragment d’un vase de bronze avec [Ἀ]πέλον Τυρίτ[ας]. IG, V. 1, 1518, pour l'un de ces taureaux qui porte l'inscription Ἀπέλον Κλε —. Sur le sens de λαία, voir Edgerton 1925, 177-178.

63 Daux 1943, 33, G3, qui conservait cependant un doute sur la datation en 277/6 a.C. Knoepfler 1995, 157, a proposé de décaler Charixénos d'une année et de placer son archontat en 276/5 a.C.

64 Ce document figurera édité par Fr. Lefèvre dans le CID, IV, 108, avec un texte sensiblement différent de celui que nous utilisons à partir de la 1. 23.

65 Le texte sera lui aussi repris par Fr. Lefèvre dans le CID, IV, 119G.

66 Ce sont sans doute les premières inscriptions gravées sur les murs de la cella du temple du ive s. a.C. ; elles se multiplieront à l'époque impériale : voir Plassart, FD, III.4, p. 1-4. Certaines parties de ce dossier sont connues depuis Cyriaque d’Ancône. Sous les pièces du “scandale de 125” furent gravées les versions grecque et latine de l'arbitrage d'Avidius Nigrinus de 117 p.C. sur les frontières de Delphes : c'est pour cette raison que l'ensemble des orthostates inscrits du mur sud de la relia du temple reçut le nom de “Monument bilingue”. Les textes en furent reproduits par Wescher 1868, puis dans la Syll.3, 826 (dossier de 125 a.C.) et 827 (dossier de 117 p.C.). On consultera aujourd'hui Plassart, FD, 111.4, p. 5-24.

67 L'une des pièces du dossier commence par ὅσον χρημάτων Ἀπόλλω[ν]ος ἄπείστι ἐκτὸς τοῦ θησαυροῦ καὶ ἐκτος τῶν θρεμμάτων προσόδου : Plassart, FD, III.4, 281. col. D, 1. 7-8. Voir Daux 1936, 382. note 1, sur cette expression.

68 Daux 1936, 376-386 et 699-707, parle du “scandale de 125”, lire toutefois p. 376. n. 1, où il insiste sur l’incertitude de la datation. La Syll.3, 826A. n. 1, préfère placer le texte en 117/116 a.C. Sur ce problème chronologique, Plassart, FD, III.4, p. 3, n. 6. Par commodité, nous conservons l'expression “scandale de 125”. Elle n’est d'ailleurs pas sans rappeler le contexte français dans lequel G. Daux écrivait, celui des années 1930. Sur cette affaire, voir aussi Lefèvre 1998, 50-51.

69 La fin de notre texte, par ailleurs très lisible, est assez détériorée. Colin 1903, 157-158, pensait que la décision des Amphictions lavait nos deux hommes de toute accusation de malversation ou de négligence : c’est aujourd'hui l'opinion contraire qui a prévalu. Daux, 1936, 383, n. 2.

70 Voir Jacquemin 1999, 225 (sur les textes gravés sur le monument), 289-290 (sur son anastylose).

71 La date de l'archontat de Kléodamas n'est pas certaine : Colin, FD. 111.4, p. 125, avait proposé de dater ce texte de 94 a.C., mais Daux 1936, 179-182. a démontré que 102/1 a.C. était plus plausible.

72 Outre les ouvrages cités p. 74, n. I, voir au sujet de Nicomède 111 Évergète de Bithynie, Vitucci 1953, 97-105.

73 Eschine, C. Ctésiphon, 107-109, et Paus. 10.37.4-8, constituent nos sources les plus précises sur la première guerre sacrée.

74 Eschine, C. Ctésiphon, 107, décrit ainsi la terre sacrée :’Έστι γὰρ [...] τὸ Κιρραῖον ὠνομασμένον πεδίον καὶ λιμὴν ὁ νῦν ἐξάγιστος καὶ ἑπάρατος ὠνομασμένος ; voir aussi Paus. 10.37.5 : τò δὲ πεδίον τὸ ἀπὸ τῆς Κίρρας ψιλόν ἐστιν ἅπαν, καὶ φυτεύειν δένδρα οὐκ ἐθέλουσιν ἢ ἔκ τινος ἀρᾶς ἢ ἀχρεῖον τὴν γῆν ἐς δένδρων τροφήν εἰδότες. La délimitation de 125 a.C. indique cependant la présence d'un rang de vieux oliviers, Plassart, FD, III.4, n. 280, col. D, 1. 4, σ[τίχ]ον ἐλαίῶν παλαιῶν. On trouvera une description moderne de la plaine de Kirrha dans Frazer 1898, 5. 458-460. Sur la terre sacrée, voir Kahrstcdt 1953 et Daverio-Rocchi 1988b. En attendant la publication de sa thèse, voir Rousset 1991b.

75 On retrouve ces confins de Delphes, sans doute utilisés comme pâturages, dans la délimitation des frontières entre Delphes et Ambryssos-Phlygonion, Colin. FD, III.2 (1913), 136, qui mentionne une source dite Αἰγώνεια (1. 31-32) commune aux deux parties. L'Antre Corycien, sur les premiers versants du Parnasse, était lui aussi dans une zone de contact entre Delphes et Ambryssos puisque les péripoles de cette dernière cité y font une dédicace aux Nymphes, cf. Robert 1937, 108-1 10. Sur cette partie du territoire delphien, voir la publication des fouilles de l'Antre, Antre 1981-1984, et en particulier Péchoux 1981,3, sur les pâturages des environs.

76 Bousquet, CID, II, chap. VIII, p. 131-143 : “Locations et fermages des biens confisqués”.

77 Plutôt que la Syll.3, 610, on consultera l'édition et le commentaire de P. Roussel 1932 (texte, 3-4) repris par Sherk 1969, 221-224, no 37. Le texte a depuis été complété d'un nouveau fragment : Michaud 1977. Pour le contexte historique, voir Daux 1936, 225-233 ; l'attribution de cette donation à Glabrio ne fait guère de doute malgré l'absence d'une preuve décisive ; la donation des maisons et des domaines est explicitement faite τῶι θεῶι καὶ τᾶι πόλει, 1. 11-12 et 44.

78 P. Roussel 1932. 3, 1. 38-41.

79 Plassart, FD. III.4, 280C. 1. 37-38 : ἐντός το[ύτων ὁρίω]ν χώρα [ἐστὶν η] I καλεῖται Νάτεια γεωργουμένη, ἣν Μάνιος Ἀκίλιος τῶι θεῶι [δέ]δωκε.

80 Eschine, C. Ctésiphon, 108 : καὶ ταύτην τὴν χώραν μήτ’αὐτοὺς ἐργάζεσθαι μήτ ἄλλον ἐᾶν ; voir les remarques sur l'emploi d'ἐπιεργάζεσθαι pour parler de la mise en culture sacrilège de la terre consacrée à Apollon dans Rougemont, CID, 1, p. 108.

81 Texte dans Rougemont, CID, 1, 10, sur l'inspection (πέροδος), voir p. 108-109, sur l'interdiction d'habiter et d’y bâtir des moulins, 1.21-26 et commentaire p. 110-111.

82 Pour l'histoire de ces abus, Kahrstedt 1953, 749-750. Le plus célèbre d'entre eux est celui des Amphisséens, dénoncé en 340/39 a.C. par Eschine, C. Ctésiphon. 1199sq.. qui montra aux Amphictions les fermes et tuileries sacrilèges installées par les Amphisséens sur la Terre sacrée. Lors du “scandale” de 125 a.C., ce sont au moins 8 domaines, certains avec des maisons, qui doivent être évacués par les Delphiens ; l'un des occupants, un certain Hagiôn, affirma avoir acheté le bien sacré qu'il occupait, cf. Plassart, FD, III.4. 280, col. D, 1. 2-3, pour le cas d'Hagiôn.

83 Ce sont les délimitations successives de la Terre sacrée qui nous signalent de telles installations car elles servent de point de repère : ainsi Plassart FD, III.4, 280, col. D, 1. 6 (délimitation de 125 a.C.). signale un |τόπο]ν ἀ(λ]είας πρὸς τὴν θάλασ[σ]αν, sans doute une saline (voir Syll.3, 826E, n. 48), et col. D, 1. 4. une rangée de vieux oliviers (voir notre note 74), la délimitation des pâturages des vaches et des juments parle d'une Κεραμεία, 1. 27, peut-être un atelier de tuilier, ce qui serait en contradiction avec Eschine, C. Ctésiphon, 119. La loi amphictionique de 380 a.C., CID. 1, 10, 1. 21-24, semble admettre la possibilité d'édifier des bâtiments communs dans un secteur bien précis. Sur le bétail sacré à Delphes, voir Isager & Skydsgaard 1992. 192-193.

84 Plassart FD, 111.4, 280, col. D. 1. 1-2.

85 Les études archéologiques sur le paysage delphien ont été conduites par J.-M. Lucc. En attendant la publication de sa thèse, voir Lucc 1999.

86 La restitution [ἐπί] est celle qui a prévalu chez les premiers éditeurs, ainsi chez Boeckh. CIG, 1688 ; sur ce problème irritant. G. Rougemeont. CID, 1. 10. p. 97 (apparat critique) et p. 110. avec une suggestion de G. Roux. Sur la collecte du κόπρος, voir Salviat 1972, 370-371.

87 Un |πολυ]Ιανδρ[εῖ]ον Λακώνων est cité dans la délimitation de 125 a.C., cf. Rougemont. FD. III.4, 280.1. C-31-32. 11 est identifié au Λακωνικόν de notre texte par Pomtow, Syll.3, 636, n. 18 et 19, qui y voit la tombe des Lacédémoniens tués lors de l'attaque lacédémonienne de Delphes de 280 a.C. (cf. Justin 24. 1-8, voir Flacelière 1937, 80-85 : ces événements y sont qualifiés de “guerre sacrée”). Le monument était situé dans la plaine sacrée ; voir Kahrstedt 1953, 753.

88 Il s'agit de l'hippodrome pythique situé dans la plaine de Kirrha qui n'est pas précisément localisé, voir Paus. 10.37.4 ; cf. Frazer 1898. 5. 458. Papahatzis 1974-1981, 5. 434, n. 1. Il est peut-être question de l'hippodrome dans la loi amphictionique de 380 a.C., Rougemont. CID, I. 10. 1. 36. et commentaire p. 116-117. Bousquet 1956, 591-593, a publié une petite roue de bronze avec l’inscription Φάλας πεδιαρχέον ἀνέθεκε τὀπόλονι, peut-être la dédicace d'un pédiarque, un gardien de la plaine sacrée chargé de la police au moment des courses de l'hippodrome.

89 Au ive s. a.C., les comptes du sanctuaire mentionnent à plusieurs reprises de petites sommes payées pour la “garde des brebis” (φυλακᾶς προβάτων), cf. Bousquet, CID, II, compte 34, 1. 1-30-31 (automne 345 a.C., 1,5 oboles), I. II-33-34 (printemps 343 a.C., 3 oboles), 1. II1-49-51 (automne 343 a.C., 4,5 oboles) ; compte 46, 1. 4-5 (non daté, 1,5 oboles) ; compte 50, 1. II, 3-4 (non daté, 1,5 oboles) et compte 55, 1. 13-15 (printemps 337 a.C., 2 paiements, l'un de 1,5 oboles et l'autre de 2 drachmes). Il s'agit bien cette fois d'animaux de sacrifice et du reste le salaire du μάγειρος est souvent mentionné juste après, comme dans le compte 34, 1. I-31-33. Ces animaux de sacrifice devaient sans doute être gardés à proximité du sanctuaire pendant quelques jours.

90 Voir la synthèse, p. 286-293. Sur la prédominance des femelles dans les troupeaux et la prépondérance du féminin dans leur désignation en grec, voir Georgoudi 1990, 233-235.

91 Daux 1936, 383-384, parle des “épimélètes des troupeaux” en commentant notre texte et des ἐπιμεληταί des troupeaux sacrés p. 431. Roux 1979, 92, cite les “épimélètes des troupeaux sacrés” par allusion à notre texte. Colin 1903. 157, avait préféré rester plus vague : “ce terme [épimélètes] désigne les intendants, les administrateurs des biens d'Apollon”.

92 Voir Pouilloux 1986, 345-363, et Lefèvre 1998, 307-308 (liste).

93 Flacelière 1937, 332-339.

94 Le document date de 160/159 a.C., Attale II n'est encore roi que par association avec son frère aîné Eumène II. On en consultera le texte dans la Syll.3, 672, on lit aux 1. 21-22. ἐγδανειIσάντω δὲ τὸ ἀργύριον οἱ αἱρεθέντες ἐπιμεληταὶ ἄνδρες τρεῖς, οὕς κα οἱ πολλοὶ ἔλωντ[αι]. Sur les donations attalides à Delphes voir Daux 1936, 502-509, et l'Appendice X. 682-698 (“Les donations attalides”) avec textes et traductions ; J. Pouilloux, Choix, 10-13. a redonné les principaux de ces textes avec une traduction et un court commentaire (no 13 : donation d'Attale II).

95 J. Bousquet, CID, II, compte 97 (en 327/326 a.C.) parle d’un versement de 45 statères Χάρητι τοῦ γυμνασίου ] [τῆς ἐ]πιμελείας μ[ην]ῶν ἕξ (1. 36-37) ; le compte 99 (en 326/325 a.C.). 1. 12 13, et le compte 110 (en 321/320 a.C., 1. 19-20. τῶι τοῦ γυμνασίου ἐπιμελομέν[ωι] et 1. 22) signalent d'autres versements à ce même Charès. Roux 1979, 92, mentionne l'épimélète du gymnase parmi les magistrats de Delphes.

96 Xénôn fils d'Aristoboulos fut bouleute à deux reprises : tout d'abord sous l'archonte Hagiôn fils d’Échéphylos, pendant le premier semestre, voir par ex. SGDI, 283 et 2727 (cet archontat est placé avec certitude en 130/29 a.C. : Daux 1936, 198) puis sous l'archonte Timokratès, pendant le deuxième semestre, voir par ex. SGDI. 2314 (dernier quart du IIe s. a.C. : Daux 1936, 200). Enlin. Xénôn devint archonte pendant les toutes premières années du ier s. a.C. cf. G. Daux, FD, III.3, 133 (voir Daux 1936, 202) ; le scandale ne l'a pas empêché de continuer sa carrière politique.

97 Colin 1903. 158. se contente de proposer la restitution ρχιον [Εὐαγόρα] dans son commentaire, mais ne l'intègre pas à son texte ; cette prudence est suivie par Plassart, FD. III.4, 282, qui ne signale cette possibilité que dans son apparat critique. Seul Pomtow, Syll.3, 826G. 1. 26. restituait le patronyme sans point d'interrogation. Cet Archôn fils d'Évagoras devint archonte dans le dernier quart du iie s. a.C.. donc après le scandale, cf. par ex. Bourguet, FD. III. 1, 333 (datation : Daux 1936, 200).

98 Sur les épimélètes des fondations d'Attale II. voir notre n. 94. p. 66. La donation Eumène II pour le ravitaillement en blé de Delphes est elle aussi datée de 160/169 a.C.. voir Daux, FD, III.3, 239. 1. 14, καθιστάμεν δὲ σ[ε]ιτώ[να]ς ἄνδρας τρεῖς, ce texte peut aussi être consulté dans la Syll.3, 671. On en retrouvera texte et traduction dans Daux 1936, 682-686, et dans Pouilloux, Choix, 12.

99 Daux 1936, 383-384.

100 La délimitation des pâturages pour les vaches et les juments sacrées semble comporter une clause contre l'utilisation des pâturages par des particuliers, 1. 28-30.

101 Les lacunes du texte ne nous permettent pas de connaître avec certitude le détail de la répartition : Colin, FD, III.4, 77. p. 123 (d'après Couve 1894. 264) l'a reconstitué de façon probable : 5 esclaves pour les brebis. 5 pour les chèvres. 4 pour les vaches, 4 pour les juments. 3 charpentiers, 1 boulanger, 1 cuisinier, 1 pour le gardien de la palestre, 4 pour le service du sanctuaire, 2 pour le travail de l'argile.

102 Sur les trésoriers amphictioniques, voir Roux 1979. 121-135, et Lefèvre 1998, 261-263, et CID, IV, 17, commentaire. Cette charge a été créée au ive s. a.C. et nous perdons sa trace après le milieu du iiie s. a.C., cf. ibid., p. 135.

103 Les esclaves ont été remis par l'ambassadeur du roi devant l'assemblée de la cité, cf. 1. 12-13.

104 J. Bousquet, CID, II, 31 et 32, voir aussi p. 5 sur leurs fonctions et leur personnalité, voir aussi Bousquet 1988. 277, n. 13.

105 Syll.3, 604, 1. 16-17. ἀποστεῖλαι δὲ καὶ ξένια τοῖς παραγεγονότοις Φορμίωνι I αὶ ἩρImage 10000000000000070000000F429540E5.jpg[κλε]Image 10000000000000060000000F8FB9F0FF.jpgδαι τοὺς ταμίας Χαρίξενον, Διόδωρον. Voir aussi Daux 1936, 658-663 (“Appendice V : décret de Delphes pour les Chersonésites du Pont”), texte, traduction et commentaire.

106 Voir Kahrstedt 1953, 75. Sur les rapports de la cité et de l'Amphictionie. Roux 1979, 17-18.

107 Remarque de Pomtow, Syll.3, 826, n. 57. Cette idée est reprise par Daux 1936, 386.

108 Daux 1936, 372-373, soutient, à partir de ces textes et d'autres encore, que l'Amphictionie a progressivement perdu de son influence au profit de la cité. Pour une vision plus nuancée des rapports entre l’Amphictionie et la cité, voir bientôt Fr. Lefèvre, CID, IV, 110, commentaire.

109 Voir Lemerle 1938, 463, pour la notification de la découverte du principal fragment.

110 Bousquet 1965, 667.

111 J. Bousquet qualifie ce texte de convention tandis que G. Klaffenbach va jusqu'à parler d'un traité de sympolitie (l'envoi en commun d'ambassades, la garde des frontières et l'existence d'institutions communes semblent aller dans ce sens), mais Pouilloux, FD, III.4. p. 7, se refuse à le considérer comme un traité de sympolitie.

112 Ainsi dans la clause : ἐπεί κα πορεύωνται I πορευέσσθων κὰτ τὸ μέρος καθώς καὶ τᾶν I θυσίᾶν Image 100000000000000E0000000FF3E6C138.jpg[τέχ]οντι (1. II. 16-18).

113 Voir Bousquet 1965, 681, qui insiste sur ce point.

114 Aux 1. II. 8-9, nous lisons à propos de cette dernière : κὰτ ταὐτὰ δε καὶ τὰν ἄορον νI[ε]όντων (“et qu'ils utilisent aussi la terre non ensemencée selon les mêmes conditions”).

115 Bousquet 1965, 676, le désigne comme un “intitulé de paragraphe”.

116 SGDI, 1994.

117 Sur cette “libération de Delphes”, voir Flacelière 1937, 356-364, et Will 1979-1982, 2. 218.

118 La paix de 189 a.C. confirme l'influence des Étoliens en Locride occidentale, voir Daux 1936, 266-270, et Lerat 1952, 2. 74-75.

119 Lerat 1952, 2. 88-89, pense que la conclusion de cet accord devait dater des tout premiers temps après la défaite étolienne de 191/0 a.C. Quoi qu'il en soit, les caractères épigraphiques confirment une datation tin iiie-début iie s. a.C., voir Bousquet 1965, 668.

120 The, 3.101.2 : Ξυνέπρασσον δὲ μάλιστα ατῷ τῶν Λοκρῶν Ἀμφισσῆς διὰ τὸ τῶν Φωκέων ἔχθυς δεδιότες· καὶ αὐτοὶ πρῶτοι δόντες ὁμὴρους καὶ τος ἄλλους ἔπεισαν δοῦναι φοβουμένους τὸν πιόντα στρατόν, πρῶτον μὲν οὖν τοὺς ὁμόρους αὐτοῖς Μυωνέας (ταύτῃ γὰρ δυσεσβολώτατος ἡ Λοκρίς), ἔπειτα Ὑπνιέας καὶ Μεσσαπίους καὶ Τριτέας καὶ Χαλειέας καὶ Τολοφωνίους καὶ Ἰσιους καὶ Οἰανθέας (trad. J. de Romilly, CUF). Les éditions de Thucydide donnaient Ἰπνεάς avant la découverte de notre convention. Sur l'épisode évoqué par l’auteur, voir Lerat 1946, 329-336, et Lerat 1952, 2. 37-38, où il est montré que la liste citée par Thucydide correspond à un ordre géographique.

121 La localisation des cités mentionnées par Thucydide pose encore de nombreux problèmes, comme on va le voir avec Hypnia. Sur ces difficultés, voir Rousset 1999, 44-45.

122 Syll.3, 827, D : περὶ τῆς ἀμφισβητήσ[ε]ως τῆ[ς Δε]λφῶν πρὸ[ς Ἀμ]Ιφισσεῖς καὶ Μυανεῖς περὶ τῶν ὅρων (1. 1-2). Sur Myania, on consultera d'abord Robert 1938, 237-242.

123 Leake 1835, 2. 592-593.

124 La localisation de Myania à Haghia Efthymia n'a été rejetée que par Oldfather 1933, col. 991-992. Voir la carte de Rousset 1999, 77 (et 75. no 90) qui reprend la localisation habituelle.

125 Ces ruines antiques sont décrites par Lerat 1952. 1. 169-173 et pl. L1V-LVIII.

126 Paus. 10.38.8 : ἄνω μὲν ὑπὲρ Ἀμφίσσης πρὸς ἤπειρον Μυονία στάδιοις ἀπωτέρω τριάκοντα Ἀμφίσσης· οὗτοι καὶ τῷ Διὶ ἐν Ὀλυμπίᾳ εἰσὶν οἱ ἀναθέντες Μυᾶνες τὴν ἀσπίδα. Κεῖται δὲ τὸ πόλισμα ἐπὶ ὑψηλοῦ, καὶ σφισιν ἄλσος καὶ βωμὸς θεῶν Μειλιχίων ἐστί. Voir Papahatzis 1974-1981, 5. 456-457, pour le commentaire de ce passage. Cf. Paus. 6.19.4-5, sur le bouclier consacré à Olympie.

127 Lerat 1952. 1. 169. Voir aussi Philippson 1950-1959, 1.385-386.

128 Dans des affranchissements delphiens : Daux, FD, III.3, 5 et 16 ; on y lit l’ethnique ὙImage 100000000000000A0000000FD89149EE.jpgνιεύς corrigé en Ὑνιεύς par Daux 1939, 166-167.

129 La plus proche d'Haghia Efthymia est celle qui se trouve près de Vounichora, voir Lerat 1952, 1. 173-174 et pl. LIX, fig. 1 et 2.

130 Description du site de Kolopétinitsa dans Lerat 1952, 1. 167-169 et pl. LUI, et Philippson 1950-1959, 1. 385. Rousset 1999, 77 (et 75, no 93) reprend la localisation d'Hypnia à Kolopétinitsa. Les inscriptions découvertes sur le site ont été rassemblées par Klaffenbach, IG, IX.I2, 741-745, mais aucune ne confirme l'identification de Kolopétinitsa avec Hypnia.

131 Deschamps 1897, 260.

132 Bousquet 1965, 672, traduit τὰν ἄσπορον par “les terres en friche”. Voir aussi Georgoudi 1974, 173-176. qui étudie les passages de ce texte concernant l’élevage et elle rapproche ἄσπορος de ἄσπαρτος et fait de ce territoire une “terre de pacage, non ensemencée” (Georgoudi 1974, 67).

133 Bousquet 1965, 679 : “La chôra doit être (...) la terre ʻterre non cultivable’, impropre à la culture, mais faisant encore partie du territoire commun aux deux cités, différente cependant des hauts pâturages d’été qui n’appartiennent sans doute à personne”. Klaffenbach, IG. IX.12. p. 109, suggère aussi l’identité de l'ἄσπορος avec la terre concernée par les 1. 40-46.

134 Bousquet 1965. 672, qui traduit par “La même proportion vaudra pour la pâture sur les terres en friche”.

135 Sur les différents sens du verbe νέμειν, voir Laroche 1949 (voir cependant J. et L. Robert. Bull. ép., 1951, 55).

136 Voir no 45, 1. 18 sq.

137 Sur cette répartition, voir Bousquet 1965,672.

138 Bousquet 1965, 677-678, a expliqué que la λῶτις “ne peut être un bain, mais la tonte de printemps”, mais Georgoudi 1974, 175, a fait valoir avec raison que la tonte était précédée d’un bain des moutons.

139 Sur cette pratique, voir Liger 1740, 338 : "Pour taire la tonte, il faut toujours choisir un beau jour sans vent ; la veille sur le soir, on lave le troupeau bête après bête dans une rivière ou un ruisseau bien clair ; l'eau de mare serait trop sale à cet effet”. Buffon 1758, 23, explique la même chose : “C'est au mois de mai que se fait cette opération |la tonte], après les avoir bien lavés [les moutons], afin de rendre la laine aussi nette qu'elle peut l'être”. La scène est décrite avec détail par Daubenton an X, 167-168 : “On fait entrer chaque mouton dans une eau courante jusqu'à ce qu’il en ait au moins à mi-corps ; le berger est aussi dans l'eau au moins jusqu'au genou ; il passe la main sur la laine et la presse à différentes fois pour la bien nettoyer”. Cette pratique est aussi connue dans l'Asie Mineure contemporaine, voir Planhol 1958. 165. n. 1 : “On barre un petit cours d'eau de façon à constituer un réservoir (büret) et tous les troupeaux du voisinage, berger en tête, passent dans la rivière, où les bergers ont de l'eau jusqu’au cou et où les moutons doivent nager”. Pour le bain des moutons dans l'Antiquité grecque, voir Brendel 1934, 114.

140 Voir ci-dessous, 346-347.

141 Ce texte ne doit pas, croyons-nous, servir d’argument en faveur de l'existence de la transhumance en Grèce antique comme le croit Georgoudi 1974, 175-176 : les bénéficiaires de ces avantages sont soit des bergers de Myania, soit des bergers d'Hypnia, ce qui n'implique pas les déplacements à longue distance de la transhumance.

142 Sur la rareté de προβατεύς, voir Bousquet 1965, 677, n. 1.

143 Voir les réflexions très justes de Georgoudi 1974, 174, qui a raison de souligner que la mention des toisons (τὰς πόκας, 1. 45) est déterminante.

144 Philippson 1950-1959. 1. 386, insiste sur la pauvreté de la région qui sépare Haghia Efthymia de Galaxidi : “eine trostlose Landschaft”.

145 Comme par exemple celle de Tsitomi, voir Lerat 1952, 1. 149-151 et pl. XL. Elle se trouve sur une montagne à l'ouest de Galaxidi et semble avoir eu pour fonction de surveiller une zone agricole isolée.

146 Le lien est souligné par Georgoudi 1974, 176.

147 Sur Skotoussa, voir Stählin 1924, 106-111, el Stählin 1927.

148 Sur cet espace de sécurité au pied des murailles, Missailidou-Despotidou 1993, 212-213.

149 Décret de proxénie accordée par Delphes à Praylos fils de Phoxinos, Syll.3, 585, 1. 113.

150 Tite-Live 36.9.13.

151 Missailidou-Despotidou 1993, 206-207, semble préférer une date entre 196 et 191 a.C. On peut toutefois penser que la reddition de 192 a.C. a pu pousser la cité à accorder plus d'attention à ses murailles dans la période qui suivit la libération de 189.

152 La forme du mot en koinè est μεσοπύργιον, cf. Pol. 9.41.1. Sur ce mot et son alternance avec la forme μεταπύργιον, cf. Garlan 1974, 340.

153 Une akaina fait 10 pieds : Missailidou-Despotidou 1993, 202-203.

154 Cf. la formule ἐξειόντουν τὰν πύλαν, 1. B6 et B22.

155 Cf. la formule τὰ ἐντὸς τᾶς πόλιος, 1. Β56, qui inaugure cette seconde partie.

156 Stahlin 1924, 109, fig. 6, donne un relevé des fortifications de Skotoussa qui étaient encore bien visibles à son époque. Depuis, les vestiges de la muraille de Skotoussa se sont amenuisés et le relevé plus récent (1985), présenté par Missailidou-Despotidou 1993, 214-216 et fig. 2 p. 215, est, d’une certaine façon, plus hypothétique que celui de Stählin. On pourra aussi lire la description des murailles de Skoutoussa qu'a donnée Leake 1835,4. 455.

157 Missailidou-Despotidou 1993, 195. Le mot a été enregistré dans ce sens par L. Dubois, Bull. ép., 94. 217.

158 Cf. 1. A76. Missailidou-Despotidou 1993, 195 et 21 1, pour l’interprétation du mot.

159 Missailidou-Despotidou 1993, 194.

160 Théocrite 4.18, pour du fourrage vert destine'à une génisse. Xén., Anab., 1.5.5 : les bêtes du train dans l'armée de Cyrus périssent faute de fourrage. Voir aussi les prairies, Image 10000000000000070000000F1785D254.jpgορτοκόπια, mentionnées dans deux textes de Mylasa (cf. p. 248).

161 Hésiode, Travaux, 606-607, l'emploie en décrivant les travaux qui suivent la moisson : il faut alors faire provision de fourrage et de litière pour le bétail, pour les bovins et les mules : Χόρτον δ’ἐσκομίσαι καὶ συρφετόν, ὄφρα τοι εἴη I βουσὶ καὶ ἡμιόνοισιν ἐπηετανόν. Sur l'évolution du mot et de ses sens, voir Chantraine. DELG, s.v. χόρτος.

162 II., 1 1.774 et 24.640. La nature de l'enclos en question n'est pas claire, mais dans les deux cas, il est lié à une αλή. Χόρτος a d'ailleurs la même origine que le latin hortus.

163 Pindare, Olympiques, 13.44 : Némée est désignée comme les pâturages du lion, χόρτοις ἐν λέοντος.

164 Sur ces problèmes en général, voir Hennig 1995, 235-282.

165 Voir l'inscription de Nisyros, ive s. a.C. : Hellmann 1999, no 1 ; l'espace libre y est qualifié de δαμόσιος.

166 La pratique a été mise en évidence dans deux quartiers de Thasos, le quartier de la porte d'Hermès et celui de la porte du Silène. Grandjean & Salviat 2000, 99-102 et 123-128.

167 SEG, 43. 1993, 311, 1. A7 : συγκουρεισάντουν Δαιμονίοι ΙΙλειστοξενείοι, Γοργίδαο Γοργείοι ; 1. Β74-75 : ἐν τοῦ κάπου Δαιμονείου τοῖ Πλειστοςενείοι, κὰτ τὰν κπάνI[α]ν τὰν κὰτ τὰ Γοργίδαια, κὰτ τὰν ὄμβασιν τὰν κὰτ τὰ Γοργίδαια. Voir Missailidou-Despotidou 1993, 204, pour l'interprétation.

168 Le texte proclame aussi le caractère public d'autres secteurs proches de la muraille, mais sans évoquer à leur sujet de droit d'usage particulier (1. A75-76, 1. B37).

169 L. B74. Sur les jardins urbains de Délos, voir Bruneau 1979, 89-99.

170 Pol. 9.17. Voir p. 52, n. 48.

171 Philippson 1950-1959, 1. 72.

172 Pol. 18.20.2-3. Voir Stählin 1924. 110, fig. 6, sur les autres témoignages de la richesse céréalière de Skotoussa.

173 Leake 18.35, 4. 454 : “The western face of Karadagh, on either side of the road front Ghereni to Supli, consists of easy slopes of pasture land, diversified with small levels of corn-fields mixed with groves of oaks and copses of underwood”.

174 Helly 1973 : le premier tome est consacré à l'archéologie et à l'histoire de Gonnoi, le second est le corpus des inscriptions découvertes à Gonnoi.

175 Pour la description du Bas-Olympe, voir Philippson 1950-1959, 1. 106-1 16, et Heuey 1860, 66-79.

176 Voir Oherhummer 1912, col. 499, et Hammond & Walbank 1988, 254, n. 7.

177 Helly 1973, 2. 105. Magnetto 1997, 305, suggère de façon plus probable qu'Hippokratès devait être l'un des enquêteurs, chargé de réunir des témoignages de gens incapables de se déplacer en personne.

178 Datation proposée par Helly 1973, 2. 105 et 1.93.

179 Sur la guerre de Sôsthénès, voir Will 1979-1982, 1. 106. et Hammond & Walbank 1988. 254. n. 7.

180 Hatzopoulos 1996, 1. 372-396, sur les épistates macédoniens (8, n. 8 : il se refuse à faire de nos épistates des représentants du pouvoir royal).

181 Voir Helly 1973, 1, 92-93, et Daverio-Rocchi 1988a. 104-106.

182 Helly 1973, no 98. Ager 1996, no 54, et Magnetto 1997, no 49, reproduisent ce document avec le dossier sur les frontières de Gonnoi cl d'Hèrakleion.

183 Helly 1973, 2. 109, sur ce titre. Voir Ager 1996, 146, sur son rôle.

184 Pendant longtemps, un petit fragment d'inscription, IG. IX.2, 1014, a été rattaché à ce texte, mais il est désormais démontré qu’il doit être laissé à part : Helly 1973, 1. 178, n. 1.

185 Un décret d'Akraiphia pour des juges venus de Larisa (IG. VII, 4131), par exemple, prévoit que l'exemplaire d'Akraiphia sera gravé dans le sanctuaire d'Apollon Ptôios. puisque l'on écrira à la cité de Larisa, car οἴεσθαιδεῖν αὐτὴν τὸ ψήφισμα ἀ[να]γράΙ[ψ]αι καὶ ἀναθεῖναι αὐτό ἐν τῷ ἱερῷ τοῦ Ἀπόλλωνος I τοῦ Κερδῴου (1. 27-29).

186 Stählin 1922a situait Kondaia à proximité de Musalar et de Bakréna et Stählin 1924, 92-93, précisait que la cité devait se trouver à proximité de Satobasi.

187 Le confluent de l'Eurôpos et du Pénée ainsi que les gorges de Musalar sont décrites par Philippson 1950-1959, 1. 21 et surtout 1. 1 10 : “Er [le Pénée] durchbricht dieses [le Bas-Olympe] in einern maandrierenden Engtal von 8,5 km Länge, dem kein Weg folgen kann, genannt nach dem vor dem oberen Beginn der Schlucht gelegenen Dorf Musalar” ; dans les pages suivantes, Philippson décrit le reste du cours inférieur du Pénée.

188 Sur la localisation récente de Mopsion, voir Helly 1999, 103.

189 Sur le lac de Nézéro, voir ci-dessous. Cette localisation de la cité d'Askyris a été soutenue par H. Kirsten in Philippson 1950-1959, 1. 108-109. Sur l'Askyris du Bas-Olympe. Lucas 1991 (cf. Br. Helly, Bull. ép., 1993. 331) et Lucas 1997. 153-154 et 195-196. n. 135, sur la disparition de cette cité à la fin de l'époque hellénistique.

190 Helly 1973. 1. 177-180, où (p. 180) quelques hypothèses sont présentées pour la localisation de cette seconde Askyris (voir J. et L. Robert. Bull. ép., 1973, 241).

191 L'opinion selon laquelle Kondaia était opposée à Gonnoi n'apparaît pas dans IG, IX.2, 521, mais on la trouve par exemple dans Stählin 1922a, col. 1306, (il reste cependant prudent) et dans le commentaire de Piccirilli 1970. Helly 1973. 1. 179, conclut : “Cette cité adverse peut être Gonnoi, mais tout aussi bien une ville thessalienne”. Daverio-Rocchi 1988a. 106, continue à faire de Gonnoi l'adversaire de Kondaia.

192 Helly 1999, 99-124, analysant notre texte se montre partisan d'une localisation très différente de Kondaia (à l'ouest du Pénée et non pas à l'est) et suggère que Gyrtôn aurait été son adversaire. L’hypothèse a été reprise par Lucas 1997. Outre le changement de cours que cela suppose pour le Pénée, on ne voit pas bien où les pâturages fréquentés par le berger Ladikos auraient été situés.

193 Kern, IG. IX.2, 521, dit “tertii saeculi ineuntis”. Helly 1973, 1. 178, propose plutôt le iie s. a.C.

194 Pour la description du lac de Nézéro, voir Philippson 1950-1959, 1. 108-109. et surtout le voyage d'Heuzey 1860, 66-71, qui a vu le lac avant son assèchement, alors que toute la région était encore infestée par les klephtes.

195 Cf. par ex. Tite-Live 44.2.11 : ad castellum, quod super Ascuridem Paludem erat, etc. Il n’y a pas de doute, d'après les informations données par Tite-Live, que l'Ascuris Palus était bien le lac de Nézéro. Sur les opérations militaires conduites dans la région du lac Ascuris et de la forêt de Kallipeukè par Q. Marcius Philippus en 169 a.C., lors de la guerre de Persée, cf. Tite-Live 44.1-5, et voir Hammond & Walbank 1988, 526-527.

196 Heuzey 1860, 75-76. La forêt et le village de Kallipeukè faisaient partie du territoire de Gonnoi, cf. Helly 1973, 1. 177, et Lucas 1997, 152-153.

197 Pour le relief avec Létô et ses enfants. Helly 1973, 2, no 158 et pl. XXIV, avec le texte suivant : Ἀπόλλωνι ΓΙυθίωι I Ἀντιγόνα Ξενάρχου ἀνέθηκεν (première moitié du iie s. a.C.).

198 Gallis 1973-1974, 571, cf. Catling 1979-1980, 40, et SEG. 29, 1979, 515. Le texte est le suivant : Ἀπόλλωνι Πανλιμνίωι Ι Λημοκρίτα Ἀντιύχου Ι εὐξαμ(έ)νη(ι). Cette stèle daterait de la première moitié du iie s. a.C.

199 Hésychios s.v. Νῦσα καὶ Νυσήϊον ὄρος οὐ καθ'ἔνα τόπον ; suit une longue liste de régions où l'on trouve un mont Nysa ou Nyseion, liste dans laquelle se trouve la Thessalie.

200 Etienne de Byzance s.v. Μινύα· πόλις Θετταλίας. Ἡ πρότερον Ἁλμωνία, ἀπό Μινυοῦ κληθεῖσα, ἀφ’ἡς ἡ Μινύα καὶ Μινύειον καὶ Μινυηίς καὶ Μινυήιος. Voir Stahlin 1924, 93.

201 Plutôt à l'ouest du lac cependant, près du sommet qui porte actuellement le nom de Godaman (1420 m), car la zone à l'est du lac est celle qui fait l'objet du différend entre Gonnoi et Hèrakleion. Helly 1973, 1. 179, a cependant démontré de façon convaincante que le Godaman ne pouvait pas être le Nyseion au sommet duquel le berger Ladikos avait accompagné les juges.

202 Il nous semble que cette hypothèse est la conséquence logique de la localisation de Kondaia à proximité de Musalar et de Satobasi due à Stählin 1922a, col. 1309. Le massif de l'Érimon est décrit par Philippson 1950-1959, 1. 110) : “Er hat die Gestalt eines regelmäBigen gewölbten Schildes mit aufgesetztem Buckel in der Mine”, et par Helly 1973, 1. 6 : “Au sud. l'Érimon, vaste sommet conique (591 m), a lui aussi des pentes très raides”.

203 Helly 1973. 1. 179. Cette ligne de collines est décrite par Philippson 1950-1959, 1. 133-135 ; il donne à la plaine de Dotion le nom de plaine de Mégalokéserli et décrit ainsi la zone de contact entre les collines et la plaine : “Die Ränder der Ebene und die niederen Berghänge sind Weidflächen. zum Teil mit weitständigem Kermeseichengebüsch” (p. 135).

204 Le sens d'οἰκόπεδον a fait l'objet de discussions : de son sens d'origine (“terrain à bâtir”), il semble que l'on soit passé à un sens plus général de “terrain” comme dans Robert 1945, no 55, 1. 4. Husson 1983, 209-21 1, s. v. οἰκόπεδον, insiste sur l'acception originelle du mot, tandis qu'Étienne 1990, 23, met en valeur un cas où οἰκόπεδον a nettement le sens de “terrain cultivé”.

205 Helly 1973. 1.92 et 2. no 2, pour le décret où l'on lit, aux lignes 2-7 : ἔδω]Ικαν δὲ καὶ γῆν ἐ [Λίμνηι ατῶι]I τὴν ἐπέκεινα τοῦ πο[ταμοῦ τοῦ π]Iαραρ(έο)ντος ἀπὸ τῆς χαρ[άδρας]I μέχρι ιῶν ορῶν τοῦ Λει[ηθρίων]| κεκτῆσθαι πατρώιαν κτλ.

206 Hésychios s.v. Κέλετρον· ᾧ τοὺς χθύας θηρῶσιν ἐν τοῖς ποταμοῖς. C'est à tort que Blumenthal 1939. 98-99, a proposé de voir dans ces κελέτραι des pressoirs à huile (Ötkelter).

207 Helly 1999, 105-1 K). Le mot grec moderne daïliani est dérivé du turc dalyan. De telles installations sont connues dans l'Asie Mineure contemporaine, voir Robert 1967a, 509-513, pour celles qui se trouvent près de l'antique Caunos.

208 Le terme παραγώγιον a souvent été compris comme désignant un “droit de passage” : Tod 1913, 148. traduit ainsi en anglais : “the Condaeans keep the passage-duty at this spot” et Daverio-Rocchi 1988a, 104, par “pedaggio”. Pour παραγώγιον, le LSJ donne “Toll levied on ships visiting a port” et l'on pourra ainsi citer un passage de Pol. 4.47.3, où παραγώγιον apparaît dans un contexte maritime. Un contexte fiscal est fréquent, comme dans une lettre de Ptolémée II Philadelphe envoyée à Milet (262-260 a.C.), Delphinion, 139, où le roi rappelle que son père avait déjà amélioré le sort de la cité φόρων τε I σκληρῶν καὶ χαλεπῶν ἀπολύσαντα καὶ παραγωγίων (1. 5-6) : Rehm traduisait παραγώγια par “Durchgangszöllen” (Welles 1934, 75, écrit “The παραγώγια were duties levied on goods in transit” ; voir aussi p. 351-352). Un mot proche, παραγωγή, est connu dans des papyrus égyptiens : voir Preisigke. WGP. II. s.v. παραγωγή, avec le sens de “Durchfuhrschein”.

209 Le survey du dème d'Aténé, au sud-est de l'Attique, a mis en évidence plusieurs cas d'une telle localisation des enclos funéraires ; voir Lohmann 1993, 1. 186-187.

210 Le rapprochement entre le verbe δραγατεύω de notre inscription et le δραγάτης de la Grèce moderne a immédiatement été fait par Arvanitopoulos 1913, 28. Les étymologies slaves ou albanaises que l'on donnait jusquelà à δραγάτης (dont les plus anciennes attestations, il est vrai, ne remontaient alors qu'au Haut Moyen Age byzantin) s'effondraient du fait de l'apparition du verbe δραγατεύω dans une inscription hellénistique. Malgré quelques résistances, δραγατεύω est donc entré dans les dictionnaires avec le sens de “garder un champ de céréales ou une vigne" pour ne reprendre que la traduction proposée par Chantraine, DELG. s.v. δραγατεύω. Notons enfin qu'une telle institution (“le garde-moissons”) existait dans la France rurale de l'ancien régime ainsi que l'on peut le constater sur une aquarelle de Carmontelle reproduite dans Duby 1975-1977, face à la p. 529.

211 Miltner 1937, col. 23-25, no 23. avec mention d'un certain Αὐρ. ἈσκληπιάΙ[δου Ἀλεξ]άνδρου ἀρχιδραγάτου (1. 16-17). Les commentateurs traduisent ἀρχιδραγάτης par “Vorsteher der Fluchwärter”, cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1939, 438. On rapprochera cette inscription de CIG. III. 4018.

212 Voir Robert 1949,155-156.

213 Ce dernier n'était d’ailleurs plus tout jeune si l'on en croit l'expression νομεύων ἐν τῆι χώρα[ι] | πλείωι χρόνον (no 18, 1. 16-17).

214 C’est la seule inscription qu'a livrée le site. La surface de la stèle est très usée et l'établissement du texte a été difficile : une comparaison du texte publié en 1882 par Lolling avec celui de la Syll.3 le montre. Les problèmes qui subsistent encore sont mineurs. Br. Helly, Bull, ép., 1993, 338, signale une inscription trouvée à Miliès, le village du Pélion qui domine le site de Koropè, publiée par Thémélis comme pouvant provenir du sanctuaire d'Apollon Koropaios.

215 Voir Stählin 1922b et Stählin 1929, 219-220.

216 Strabon 9.5.15 = C436, donne la liste des cités absorbées par Démétrias lors de sa fondation en 294 a.C. et qui devinrent de simples κῶμαι, voir Kip 1910. 81-82, et surtout Stählin et al. 1934. 181-189. Koropè ne figure pas dans la liste de Strabon.

217 Sur la datation, voir Robert 1948, 16, n. 3 : peu après 116 a.C.

218 L'intitulé du premier décret fait intervenir les autorités du Koinon des Magnètes : Ἱερέως Κρίνωνος τοῦ Παρμενίωνος, μηνὸς Ἀρείου δεκάτηι· | Κρίνων Παρμενίωνος Ὁμολιεύς ὁ ερεὺς τοῦ Διὸς τοῦ ἈκραίΙου καὶ Διονυσóδωρος Εὐφραίου Αἰολεύς ὁ στρατηγòς τῶν ΜαΙγνήτων καὶ οἱ στρατηγοί (suivent 3 noms avec patronyme et ethnique) καὶ οἱ νομοφύλακες (suivent 4 noms avec patronyme et ethnique) επαν· (1. 1-8 ; comparer à l’intitulé du second décret). L'initiative du décret est donc bien venue de magistrats fédéraux. Les considérants commencent cependant ainsi : ἐπεὶ τῆς πόλεως μῶν καὶ πρὸς τοὺς ἄλλους μὲν θεοὺς | εὐσεβῶς διακειμένης (1. 8-9) et il est par la suite souvent fait référence à la cité qui n'est autre que Démétrias. Kern. IG. IX.2, 1109, a classé ce texte parmi les décrets des Magnètes, tandis que Stählin 1922b, col. 1436, affirme : “Die Inschrift ist eine Urkunde der Stadt Demetrias, in die Korope eingemeindet war.” (même position dans Stählin 1929, 220). Robert 1948. 16, parle aussi de décrets de Démétrias. Le problème a été posé par Wilhelm 1890, 286, n. 2, et examiné par Reichl 1891 (non vidi). Il est donc indéniable que le Koinon et la cité de Démétrias ont oeuvré ensemble à ces décrets, soit qu’ils émanent de la cité, mais que l'on ait exceptionnellement sollicité la collaboration du Koinon, soit qu'ils émanent des autorités fédérales, Démétrias ayant alors pesé de tout son poids dans la décision, car elle était la plus importante cité du Koinon (voir Holleaux 1938-1957, 1. 247). Quoi qu'il en soit, cette collaboration montre bien l'importance régionale du sanctuaire et de l'oracle.

219 Les expressions μηδὲ τῶν ἐν]οικοῦντων μηδὲ των ἐνδηIμούντων ξένιον (1. 80-81) ne sont pas claires. Les premiers sont peut-être les comètes de Koropè, auquel cas, il ne faut pas faire porter ξένων sur ἐν|οικούντων. En outre, il serait alors mieux de préférer la restitution παρι]οικούντων : selon Gschnitzer 1958. 148-149, c’est souvent l'expression περιοικίδες κῶμαι qui sert à désigner les cités intégrées par synoecisme et devenues des κῶμαι de la nouvelle cité.

220 Robert 1948, 20.

221 Robert 1948, 27 : “Le second décret [...] avait un objet semblable : protéger les arbres du sanctuaire contre les dégradations".

222 Sur tout cela, voir Robert 1948, 22.

223 Voir Robert 1948. 22.

224 Robert 1948, 27-28 : certains bergers sont tentés de laisser leurs animaux pénétrer sur le sanctuaire “pour les mettre à l'ombre pendant la grosse chaleur : στάσεως ἕνεκεν”. Les moutons supportent en effet très mal la chaleur et, au milieu de la journée, les bergers doivent conduire leurs bêtes à l'ombre : Daubenton an X. 56-57, témoigne de cette obligation (“Il faut les [les moutons] mettre à l'ombre d'un mur ou d'un arbre dans le milieu du jour”). La règle était déjà affirmée avec force dans les Geoponica, 18.2.3 : ἀλλ'ταν ἥλιος ὀξύτατος ᾖ, ὑπὸ σκιάν ἀγέσθω. Sur l’importance de cette pause de midi, voir W. Richter 1968, 56.

225 Mézières 1853, 36-37.

226 Lolling 1882. 71 : “Ich hebe nur hervor. daΒ sich hier Weide-und Ackerland nebeneinander finden, die Höhen starck bewaldet sind und die Ufer des Buphaflüsschens für das Fortkommen des Tamarisgestrauches geeigneten Boden bieten”. Kern 1903. 326, insiste lui aussi sur les arbres des environs du sanctuaire : “Heute stehen die machtigen Bäume in der Gegend von Loto, in deren Nähe das alte Heiligtum gelegen haben muΒ, vielleicht schöner als im ersten vorchristlichen Jahrhundert”. Stählin 1929, 219, ill. 1, fournit une petite carte du site de Koropè.

227 Sur ces “24 villages du Pélion”, leur dynamisme pendant la turcocratie et leur prospérité, voir Leake 1835, 4. 387-391, et Mézières 1853, 32-34.

228 Pour s'en convaincre, il suffira de jeter un coup d'oeil sur la carte donnée à la fin de Stählin 1924 ou des IG, IX.2.

229 Robert 1948, 21-22, sur la périodicité du fonctionnement de l'oracle.

230 La clause pénale distingue clairement esclaves et hommes libres, comme dans la loi astynomique de Pergame (no 49.1. 184-202).

231 Voir Hatzopoulos & Loukopoulou 1989,28.

232 Voir Hatzopoulos & Loukopoulou 1989. 49-56, sur la datation de ce texte.

233 Cette date a été préférée par Gschnitzer 1994, 288 n. 23. Dans son compte rendu, Zahrnt 1993, 52, privilégie la seconde hypothèse.

234 Ce point est l'un des problèmes les plus complexes posés par le texte : voir Hatzopoulos & Loukopoulou 1989, 27-33, avec des suggestions de Ph. Gauthier. Grandjean 1991, 378-379, et le SEG. 39, 1989, 806, y voient la conséquence de rivalités politiques plutôt que le résultat d'une négligence administrative.

235 Sur les dérivés d'ἀγέλη, voir Chantraine, DELG, s.v. ἀγέλη.

236 L'adjectif ἀγελαῖος était déjà attesté dans les inscriptions, mais dans le vocabulaire architectural : Hellmann 1992, 25-26 s.v. ἀγελαῖος, montre qu'il s'employait à propos “d'éléments ‘courants’ par opposition à ceux qui sont d'un type spécial” ; voir aussi Orlandos & Travlos 1986, 2. s.v. ἀγελαῖος.

237 Il., 23.845-846 : ὅσσύν τις τ’ἔρριψε καλαύροπα βουκόλος ἀνήρ, I ἠ δὲ ἑλισσομένη πέτεται διὰ βοῦς ἀγελαίας (tract. P. Mazon, CUF). L'expression apparaît au moins deux autres fois chez Homère : Il., 11.729, et Od., 10.410. On la retrouve enfin dans Sophocle, Ajax, 175, et les ἀγελαῖα βοσκήματα d'Euripide, Bacchantes, 677, ne sont qu'une variante.

238 W. Richter 1968, 47-48, ne l'inclut pas dans son étude des épithètes homériques appliquées aux bovins.

239 Sur les problèmes du vocabulaire grec en ce qui concerne les bovins, voir Georgoudi 1990, 233. Dans les sources littéraires et les inscriptions, βοῦς est souvent traduit de façon automatique par “bœuf”, ce qui est abusif. Si la marque du féminin est présente, il faut privilégier une traduction par “vache”, sinon préférer le mot imprécis “bovin”. Cette habitude est particulièrement gênante dans les contextes sacrificiels, car le boeuf de labour est justement un animal qu’il n'est pas possible de sacrifier (voir Durand 1986 et ci-dessous, p. 409).

240 Voir Richter 1968, 51-52, sur ce genre d'animaux à l'époque homérique. L'opposition entre les βόες ἐργάται et les γελαίοι βόες apparaît de façon très claire chez Artémidore, 2.12 : les premiers sont de bon augure dans les songes, les seconds annoncent des tumultes.

241 Dans Preisigke, WGP, nous avons cherché en vain une occurrence de βοῦς ἀγελαία dans les papyrus. En revanche, il ne serait pas impossible que le nom de la vache en grec moderne, ἀγελάδα, soit dérivé de l'expression βοῦς ἀγελαία.

242 A titre de comparaison, on notera que le prix d'un bovin adulte tournait autour de 75 dr. à Délos durant le ive s. a.C. : voir Glotz 1913, 22.

243 Pour l'Asclépieion de Morrylos, voir Hatzopoulos & Loukopoulou 1989, 63-76.

244 On peut mettre ces deux exemples macédoniens en parallèle avec la consécration par un souverain attalide de vaches et de bouviers au sanctuaire d'Athéna à Ilion (no 48) et avec le don de cinquante bovins au sanctuaire de Delphes par la kôma lacédémonienne de Tyros (no 11).

245 On notera l'emploi du terme technique ἐπιγονή qui désigne le croît du bétail et que l'on retrouve dans le règlement fiscal des environs d'Aigai (no 52, 1. 9-10).

246 Hatzopoulos & Loukopoulou 1989, 26, hésitent à évacuer complètement cette finalité sacrificielle de l'élevage sacré à Morrylos lorsqu'ils écrivent : “On notera que les vaches sacrées de Morrylos ne semblent pas avoir été tuées systématiquement, à l’exception de celles qui étaient consommées lors des sacrifices publics”, cf. p. 78.

247 Sur les légendes macédoniennes, voir Hammond & Griffith 1979, 5-14 et 31-39.

248 Hdt. 8.137-138 ; cf. The. 2.99.3.

249 Justin 7.1.7-12.

250 Le tabac de Yénidjé du Vardar (l'actuelle Yannitsa) était renommé dans tout l'Empire ottoman au début du xixe siècle.

251 Leake 1835, 3, 260-261 : “The plain between Saloniki and Aláklisi is by no means so well cultivated or peopled as that of Serrés, on the road we met only some small caravans of camels ; but it feeds a great number of bords and flocks, and abounds in hares, plovers and woodcocks. On the lake there are myriads of duck tribute in the winter ; and partridges of the red-legged species on the slopes of the hills”.

252 Voir Hatzopoulos & Loukopoulou 1989, 26 et 78.

253 La plaque de bronze est de forme rectangulaire dressée. Les lettres sont en pointillé. On est étonné de ne pas trouver de trou pour le passage d'un clou dans l'angle supérieur gauche, le seul conservé ; de nombreuses autres plaques inscrites trouvées à Dodone en comportent en effet.

254 C'est ainsi que le texte est classé dans les IJG.

255 Xén., Anab., 5.3.7-11.

256 Cabanes 1976, 585, no 68.

257 Cabanes 1976, 454.

258 Lucien, Le navire. 37.

259 ICret. IV. 72, col. V, 1. 41 : ἐπιπολαίον κρεμάτον, forme dialectale pour le génitif pluriel ἐπιπολαίων χρημάτων. Le même sens se retrouve dans un autre texte de Gortyne, un règlement frontalier avec Cnossos : τImage 10000000000000080000000FB1ABECC2.jpg δ’ἐπιπόλαια πάντα κοι[νὰ ἦIμ]εν Γυρτυνίων καὶ Κνωσίων (ICret. IV, 182. 1. 14-15).

260 Ainsi dans la description du bouclier d'Achille, Il., 18.541, la jachère est un “champ fertile”, πίειραν ἄρουραν. C'est elle qui porte le blé. Il., 6.195, ἀρούρης πυροφόροιο. Sur l'ἄρουρα dans l'agriculture homérique, voir W. Richter 1968, 93-94.

261 Voir dans une épigramme de Lipara étudiée par Robert 1969-1990, 4. 388-393, où sont évoquées les Καππαδόκων ἔθνους πολυανθέας (...) ἀρουρας identifiées avec les champs de la steppe anatolienne qui se couvrent de fleurs au printemps. Le mot est peu fréquent dans la prose littéraire : Arist., Pol., 3.13.17 = 1284a, en offre l'un des rares exemples.

262 Cabanes 1976,492.

263 Syll.3, 57, 1. 29 : ἐπὶ λειμὼνι ἐπ’ἄκρο παρ Νύμφαις. Voir Godecken, 1986, 245-246, pour la localisation de ce site et Bumke. Herda, Röver & Schattner 2000, 57-97, pour sa fouille. Une borne du ive s. a.C. récemment découverte dans la bibliothèque d’Hadrien est celle d'un λειμών : SEG, 44. 1994, 75.

264 Cabanes 1976, 492.

265 Pritchett 1956, 265-267, étudie le mot à partir d'une occurrence dans les stèles des Hermocopides : il note plusieurs exemples où οἰκόπεδον ne peut que désigner un bâtiment. Voir aussi Étienne 1990, 23.

266 On fait généralement de la dispersion des parcelles l’une des caractéristiques des exploitations de taille petite ou moyenne : c’est probable, même si l'on a pas les moyens d’en apporter la preuve. Voir Osborne 1987 37-40.

267 Michel. 531. 1. 22-29 : le don de la cité se compose de diverses parcelles, ἡμικλήριον δασείης, κλ[ῆρον] ἐν τῶι πεδίωι, I οἰκίην, κῆπον (1. 24-26).

268 Voir déjà le fragment 240 d’Hésiode (éd. Merkelbach-West) qui décrit la région de Dodone comme une πολυλήιος et εὐλείμων, adaptée à l’élevage des ovins et des bovins.

269 Carapanos 1878, 8-9.

270 La possibilité d'annuler la vente disparaît si le vendeur a prévenu l'acheteur, Platon, Lois. 11.916a. μηδ'ἐάν τἀληθές τις προειπών ἀποδῶταί τῳ. C'est le même verbe, προλέγω, qui est employé 1. 3 de l'inscription. Nous ne faisons ici que résumer le commentaire de M. Feyel. Sur le texte de Platon, voir Jakab 1997, 65-66 et 86-96, sur l'ἀναγωγή en général.

271 Hypéride, C. Athénogène, 15 : ὅταν τις πωλῇ ἀνδράποδον, προλέγειν ἐάν τι ἔχη ἀρροιστημα εἰ δέ μή, ἀναγωγὴ τούτου ἐστίν (trad. G. Colin, CUF, cf. Jakab 1997, 86-88). La Souda évoque également la possibilité de la rédibition dans les ventes d'esclaves : ἀναγωγή οἰκέτου, τοῦ πραθέντος οἱκέτου, εἴ τι ἔχει νόσημα, εί μὴ προείποι ὁ πωλῶν (éd. Adler. II. 1096). On retrouve le verbe προλέγω dans ces deux textes. Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 52.2. fait peut-être référence à ce type d'affaires en classant les procès au sujet des esclaves et des bêtes de trait (καὶ ἀνδραπόδων καὶ ὑποζυγίων) parmi les δίκαι ἔμμηνοι, c'est-à-dire parmi les procès devant être jugés un mois au maximum après le dépôt de la plainte. Rhodes 1981,586, comprend ce passage comme lié aux dommages que pouvaient commettre les esclaves et le bétail. On ne voit pas pourquoi seules les bêtes de trait seraient évoquées, et non les chèvres et les moutons, qui commettent beaucoup plus de ravages. Le rapprochement de ce passage de la Constitution des Athéniens et des documents sur le droit de rédhibition fait par M. Feyel éclaire mieux le texte aristotélicien.

272 Feyel 1942-1943, 187, propose deux solutions : le dépôt était laissé soit par le vendeur, soit par l'acheteur au moment où il engage la procédure (voir aussi Jakab 1997, 91-92).

273 Un passage de Lysias, 8 (Accusation contre des co-associés). 10, semble évoquer un cas dἀναγωγή pour un cheval en droit attique, quoique ici le cheval ne soit pas vendu, mais placé en gage (cf. Jakab 1997, 89-90).

274 IGLS. VII. 4028, 1. 37-38 : ἀνδράποδα δὲ καὶ τετράποδα I καὶ λοιπά ζῶὰ ὁμοίως πωλείσθω ἐν τῷ τόπῳ χωρὶς τέλους κτλ.

275 Paus. 10.32.15-16.

276 Louis 1957 (cf. J. et L. Robert, Bull. ép., 1958, 138) et Chantraine 1965, 205-211, dont l'intérêt est avant tout linguistique, plus que zootechnique.

277 Arist., Génération des animaux, 2.8. = 748b.

278 Varron, Économie rurale, 2.8, et Columelle 6.36-37. Pour les agronomes grecs, voir Geoponica, 16.21 (extrait de l’hippiatre Aspyrtos) ; cf. le commentaire de Georgoudi 1990, 200-203.

279 Sur les élevages de mulets en Arcadie et dans le Péloponnèse, voir Baladié 1980. 188.

280 Varron, Économie rurale, 2.8.6 : le bardot (hinnus) est plus petit que le mulet. Columelle 6.37.5, et les Geoponica. 16.21.5, recommandent donc de préférer le mulet au bardot.

281 Hésychios s.v. γίννος <ζῷον οὗ> ὁ πατὴρ ἵππος, ἡ δὴ μήτηρ ὄνος.

282 Varron, Économie rurale, 2.5.10-11, trad. Ch. Guiraud, CUF. Voir les formules identiques qu'il propose lors des achats de porcs, 2, 4. 5. Pour le commentaire de ces formules, Jakab 1997, 157-162.

283 Sur ce point, voir Georgoudi 1990, 154-155.

284 Robert 1955, 28-33 et pl. VII, pour un exemple, et Bodson 1980 ; voir p. 414.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search