Version classiqueVersion mobile

L’élevage en Grèce (fin ve-fin ie s. a.C.)

 | 
Christophe Chandezon

Testimonia épigraphiques

I – Attique et Péloponnèse

Texte intégral

1. Vente du bétail de la propriété de Panaitios, stèle attique (414 a.C.)

1Fragment d : Kirchoff, CIA, I, 276 (Kirchner, Syll.3, 98) ; Hiller, IG, I2, 326. Après la découverte du fragment f : B. D. Meritt, Hesperia, 8, 1939, 23, p. 69-76 (SEG, 10, 1949, 238). Avec le fragmente : W. K. Pritchett, Hesperia, 22, 1953, p. 268-279 (SEG, 13, 1956, 17 ; Meiggs & Lewis, 79B ; Lewis, IG, I3. 1, 426).
Cf. W. K. Pritchett, “The Attic Stelai. Part II”, Hesperia, 25, 1956, p. 178-317, notamment p. 255-261, sur l'élevage.
Texte utilisé : Meiggs & Lewis.

  • 1 Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 47.2. Voir Rhodes 1981, 554-555.
  • 2 Pollux 10.97 : ἐν δὲ ταῖς ἀττικαῖς στήλαις αἳ κεῖνται ἐν λευσῖνι, τὰ τῶν ἀσεβησάντων περὶ τὼ θεὼ δ (...)
  • 3 Pritchett 1953 (présentation et publication des textes) ; Pritchett 1956 (agriculture, mobilier) ; (...)

2Après les sacrilèges de 415 a.C. – la mutilation des hermès et la célébration hors contexte des Mystères – et l'enquête qui suivit, les biens des condamnés furent mis en vente par les pôlètes, puisque c'était normalement à eux que revenait une telle tâche1. De nombreux fragments des stèles sur lesquelles fut gravé le résultat de ces ventes ont été retrouvés depuis la fin du siècle dernier, d'abord sur l'Acropole, puis dans les fouilles américaines de l'agora. Onze stèles au moins avaient été nécessaires pour la publication. Dans l'Antiquité, elles se trouvaient vraisemblablement dans le secteur sud-est de l'agora, dans l'Éleusinion d'Athènes. Pollux y fait allusion et les qualifie de “stèles attiques”2, nom que les épigraphistes leur ont rendu. Les ventes ont duré longtemps et ne semblent avoir pris fin que pendant l'hiver 414/413 a.C. Ces documents sont une source essentielle sur l'économie et la société athéniennes au ve s. a.C. : les articles de Pritchett dans Hesperia en ont démontré l'intérêt3

  • 4 Sur l'ἐπώνιον, voir Pritchett 1953, 226-230.

3Il ne s'agira ici que de reprendre un passage de la stèle VI, concernant les biens d'un certain Panaitios où il est question de bétail. Il se trouve sur trois fragments (d, e et f). Le fragment d est connu depuis longtemps et provient de l'Acropole, tandis que le fragment f a été découvert sur l'agora en mai 1937. Le fragment e ne donne que quelques lettres supplémentaires aux lignes 64 à 66. Le lemme ci-dessus ne concerne donc que ces quelques lignes. Les deux colonnes de gauche fournissent les prix de vente et le montant de la taxe prélevé par la cité, l’epônion (ἐπώνιον). Celui-ci, qui figure le premier sur les stèles, était alors d'environ 1 %, mais on le calculait en fonction d'un barème avec des tranches précises de prix de vente4.

[64] [Π]αναιτίο
-- [.]ΔΔ οἴνο ἀμφορ[ὲ]ς ἀττι[κõ]
καθαρõ ΗΙΙΙΙ ἑ[π]τὰ χό[ες]
[˫˫˫] [Η]ΗImage 100000000000000B0000000F1373BC23.jpgΔ σμένε ἐν τõι[ἀ]γρ[õι]
[68] τõι ἐν Ἰσθ[μõι..]ΔΠ[--]
[˫|] [H] βόε ἐρ[γάτα δ]ύο ἐν Ἀρ[--]
[˫] [Image 100000000000000B0000000F1373BC23.jpg]ΔΔ βόε[δύο]
-- --- β[όε]ς τέτταρες καὶ μό[σχοι--]
[72] -- --- πρόβατα Image 100000000000000B0000000F1373BC23.jpgΔΔΔIIII
καὶ ἔκγονα τούτον
[Π˫˫|||] [Image 100000000000000B0000000F1373BC23.jpgΗΗ] Δ αἶγες Image 100000000000000B0000000F1373BC23.jpgΔΠIII καὶ ἔγγον[α τούτον] vacat

4L. 68 : ἐν Ἰσ[…….]EN[--], Meritt ; au début de la ligne, Pritchett voit ἐν Ἰσθ[μõι, mais les traces du Θ paraissent incertaines à Meiggs & Lewis. Ensuite, Pritchett, p. 277, voit nettement un Δ, puis une haste verticale ; Ἰσ[... 6 1....]ΔΠ[--], Meiggs et Lewis, Lewis.
L. 71 : Pritchett 1956, p. 260 a proposé καὶ μό(σχοι τούτον].

5Traduction : “De Panaitios. [...], 104 amphores, sept conges de vin pur attique. 3 dr. (pour) 260 dr., [...] ruches sur le domaine sis à [...]. 1 dr. 1 ob. (pour) 100 dr., deux bœufs de labour à [...]. 1 dr. (pour) 70 dr., deux bœufs [...], quatre vaches et [...] veaux. [...], 84 brebis et leurs agneaux. 7 dr. 2 ob. (pour) 710 dr., 67 chèvres et leurs chevreaux”.

  • 5 Andocide 1 (Sur les Mystères). 12-18, pour les listes de condamnés (Panaitios, 13).
  • 6 De cette liste ne subsiste que le premier nom, celui d'un Crétois, Sôsiménès, qui était ânier : IG, (...)
  • 7 IG,I3.1, 418, 1. 6. Raubitschek 1943, 31, a proposé d'identifier le Panaitios de cette liste de pro (...)
  • 8 Andocide 1 (Sur les Mystères).52 et 67. Ces passages n'apportent d'ailleurs aucune information sur (...)

6Parmi les noms des sacrilèges tels que les livre Andocide dans le discours Sur les Mystères, un certain nombre se retrouve sur les stèles attiques. Tel est le cas de Panaitios qui a été dénoncé parmi les premiers, par un esclave appelé Andromachos5. Il semble bien qu'il s'agisse du même personnage que le Panaitios fils de Philocharès d'Aphidna qui figure sur une autre stèle, la II, pour la vente de plusieurs esclaves6. L'homme était riche, ainsi que le montre l'état de ses biens et il était peut-être aussi propriétaire de biens fonciers à Orobiai, sur le territoire d'Histiée en Eubée7. C'est pour la profanation des Mystères qu'il figure sur la liste des condamnés. Un autre Panaitios a été condamné dans l'affaire des hermès8 et l'on considère généralement qu'il ne s'agit pas de la même personne.

  • 9 Pritchett 1956. 195-196, sur l’amphore comme unité de mesure des liquides. Il se fonde sur une vale (...)

7Les biens vendus se composent de deux éléments : du vin en réserve, du bétail. Poulie premier, les quantités sont exprimées en amphores et en conges, l'amphore n'étant ici qu'une unité de mesure9. Une conversion permet d'évaluer à 40 hl environ le contenu du chais de Panaitios. Le chiffre est assez important et démontre le rôle joué par la viticulture dans les revenus de Panaitios. Ce vin est probablement celui de la dernière récolte et il n'a pas encore été commercialisé. On peut en revanche s'étonner de l'absence des céréales et des produits de l'oléiculture.

  • 10 Brun 1996a. 89-92, a rappelé cette présence discrète des bovins dans les îles de l’Égée.
  • 11 ID, 406B, 1. 68.
  • 12 Il vaut mieux laisser le dressage des bœufs de labour et de trait à ceux qui auront à les conduire, (...)

8Plus insolite est la présence d'un petit troupeau de vaches : il ne comptait certes que quatre bêtes et leurs veaux (quatre au maximum). Si le chiffre est si faible, c'est que l'Attique n’était guère propice aux bovins, comme presque toute la Grèce égéenne. Cela ne signifie toutefois pas qu’ils en étaient totalement absents10 : on élevait aussi des vaches à Tènos par exemple, et c'est là que les hiéropes déliens vont en acheter une pour le sacrifice des Posideia vers 190 a.C.11 Il est peu probable que ces animaux aient été nourris pour leur lait : la présence de veaux en démontre la véritable finalité. Il s'agit sans aucun doute de fournir des bêtes pour les sacrifices et, peut-être, de vendre de jeunes mâles castrés aux exploitants qui souhaiteraient les dresser pour en faire des bêtes de trait12.

  • 13 Il y a peut-être là un moyen de dater la stèle VI : si certains veaux, agneaux et chevreaux n’ont p (...)
  • 14 Isée 11 (Sur le domaine d'Hagnias), 41.
  • 15 Les Anciens considéraient qu’un bon berger pouvait s'occuper d'une centaine de brebis à la fois (Va (...)
  • 16 PCZ 59394 (mémoire envoyé par Zènôn au diœcète Apollônios).

9Les chiffres que donne la stèle VI pour les ovins et caprins permettent de se faire une idée de la composition des troupeaux : il y avait 84 brebis et 67 chèvres, les jeunes animaux n'étant pas dénombrés, mais simplement évoqués, sans doute parce qu'ils n'avaient pas encore été sevrés13. Entre le nombre des moutons et celui des chèvres, il n'y avait donc pas de net déséquilibre, dans ce cas précis. C’est un cas de figure proche que Ton retrouve dans un plaidoyer d'Isée, pendant le premier tiers du ive s. a.C. : il y est question de la vente de 60 brebis et de 100 chèvres14. Sensiblement à la même époque, le prêtre d'Aléa à Tégée se voyait accorder un droit de pâturage pour 25 brebis et seulement une chèvre sur les terres relevant du sanctuaire (no 6). Les chiffres donnés ne sont pas en eux-mêmes très élevés : Panaitios pouvait se contenter d'un berger et d'un chevrier pour la garde de ses bêtes, à supposer qu'il ait choisi de ne pas les subdiviser en troupeaux plus petits où chèvres et brebis auraient été mêlées15. On ne possède que peu de données pour dire ce qu'était aux yeux des anciens Grecs la véritable richesse pastorale. Les 151 têtes de petit bétail de Panaitios, les 160 mentionnées par Isée ne représentent toutefois pas un cheptel bien important en regard des 220 chevaux et vaches et des 1 000 brebis et chèvres qu’Eubôlos d’Élatée pouvait faire paître sur le territoire d’Orchomène de Béotie (no 7) à la fin du iiie s. a.C. Dans un milieu totalement différent, au Fayoum en Égypte, Zènôn de Caunos dénombrait 1 863 moutons et 122 chèvres en sa possession16.

  • 17 L'emploi d'ἀγρός pour désigner un domaine agricole est fréquent, cf. par ex. Xén., Hell., 2.4.1, lo (...)
  • 18 Les plaidoyers attestent de cet usage : voir Lysias 7 (Sur l'olivier sacré).4 : le domaine (χωρίον) (...)

10Il est surprenant de ne rencontrer que des biens mobiliers dans cette liste des ventes de Panaitios. Ils se trouvaient pourtant sur une ou plusieurs exploitations agricoles, des agroi, que mentionne le texte (1. 67-69)17. Il y a plusieurs explications possibles à cela : ou bien Panaitios exploitait des terres en location, ainsi que cela se faisait souvent dans l'Athènes classique18, ou bien ses domaines ont été vendus à un autre moment. La seconde hypothèse peut se fonder sur le passage de la stèle II où figurait une liste d'esclaves appartenant à Panaitios fils de Philocharès d'Aphidna. Si ce dernier est le même Panaitios que celui dont le bétail est vendu dans la stèle VI et non son homonyme condamné dans l'affaire des herniés, l'hypothèse d'une vente de ses biens en plusieurs vacations serait plausible.

  • 19 Sur l’apiculture attique et les traces archéologiques qu'elle a laissées, voir Lohmann 1993, 1. 39- (...)
  • 20 Pritchett 1953, 265,1. 40, où il est question d'une [κ]επαία πὶ τõτ βοõνι. Cf. Pritchett 1956, 239 (...)
  • 21 On sait qu'un βοῦς ργάτης est un animal de trait, utilisé pour les labours et la traction de véhic (...)
  • 22 On peut rapprocher cela des bœufs περίζυγοι que le traité de Téos (no 53, 1. 4) oppose aux bœufs ἀρ (...)

11Panaitios possédait aussi un rucher, ce qui ne surprend pas en raison de la réputation du miel attique19. Mais l'essentiel pour nous n'en reste pas moins la mention du bétail. C'est la seule fois qu'il apparaît dans les stèles attiques et il fait de la fortune de Panaitios un cas presque unique dans cette documentation. La seule autre allusion à l'élevage est la mention d'une étable (βοών) dans un passage de la stèle V20. Sa fonction, comme ailleurs, est d'abord d'héberger les boeufs de trait. On retrouve la présence de ce type d'animaux dans les biens de Panaitios : le couple de bovins de travail est nommé en premier, βόε ἐρ[γάτα δ]ύο, 1. 6921. Tl sert d'abord aux labours, mais peut être employé également à la traction de véhicules lourds du type des hamaxai comme le montre l'emploi d'ἐργάτα plutôt que d'ἀpoύvτα. C'est naturellement un signe d'aisance, une force de travail indispensable sur une exploitation agricole déjà importante et une source de revenus, lorsque les animaux sont loués à des entrepreneurs de chantiers. Panaitios possédait un second couple d’animaux de trait, βόε [δύο], 1. 70. Leur fonction est difficile à déterminer en l'absence de certitudes sur les prix respectifs de vente de ces deux attelages. Si ceux que restituent Meiggs et Lewis, 100 dr. pour le premier attelage, 70 dr. pour le second, sont justes, on peut penser que les deux bœufs supplémentaires étaient soit un couple d'animaux dont le dressage n'était pas encore achevé, soit un couple trop vieux, sur le point d'être vendu22.

2. Location d'ennomia dans un contrat de bail en Attique (321/320 a.C.)

12Boeckh, CIG, I, 103 ; E. L. Hicks, GIBM, I, XIII (Köhler, CIA, II 2, 1059 ; IJG, XIII, p. 236 ; Hiller, Syll.3, 965 ; Michel, 1351) ; Kirchner, IG, II2, 2498.
Texte utilisé : Syll.3, 965.

  • 23 La clause les concernant commence ainsi : οἱ μισθωσάμενοι Παραλίαν καὶ Aλμυρίδα καὶ τὸ ΘηΙσεῖον καὶ (...)

13Ce texte est connu depuis Chandler et la pierre, une stèle de marbre blanc, est aujourd'hui conservée au British Museum où elle a été apportée par la Société des Dilettanti. Il s'agit d'un document émanant du dème du Pirée, daté par l'archonte Archippos (321/320 a.C.) et concernant les terres sacrées (temenè) données en bail par le dème. Les éditeurs des IJG l'ont défini comme un “règlement général des baux à ferme” et ce n'est effectivement pas un bail, mais un “contrat-type”. En cela, il se rapproche de la Hiera Syngraphè de Délos (no 24). Le dème semble essentiellement avoir deux groupes de terres sacrées à louer : le second se composait de terres dites Paralia, Halmyris et le Théseion, visiblement destinées à être mises en culture et même dotées de bâtiments23, mais c'est le premier groupe qui va nous intéresser ici. Nous reproduisons la clause du règlement le concernant :

οἱ μισ[θω]-
[12] σάμενοι τὸ Θεσμοφόριον καὶ τό τοῦ Σχοινοῦντος καί [τ]-
ἆλλα ἐννόμια την μίσθω[σ]ιν καταθήσουσι τὴμ μὲν ήμίσ-
εαν ἐν τῶι κατομβαιῶνι, τὴν δὲ ἡμίσεαν ἐν τῶι Ποσιδε-
ῶνι

14L. 12-13 : τοῦ Σχοινοῦντ[ο]ς καὶ [ὅ]σἸλλα, Boeckh, τοῦ Σχοινοῦντος καὶ [ὅ]σἸλλα, Hicks, καὶ (τ)|ἆλλα, Köhler, IJG, Kirchner.
L. 13 : μίσθωσιν, Boeckh, μίσθω[σ]ιν, Hicks et éd. ultérieurs.

15Traduction : “(...) les locataires du Thesmophorion, du (domaine) de Schoinous et des autres ennomia verseront la moitié de leur loyer en Hékatombaiôn et l'autre moitié en Posidéôn (...)”.

  • 24 Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 47.4. pour les baux de terres sacrées ; voir Behrenil 1970 (...)
  • 25 II y a aussi une difficulté dans la formulation τὸ τοῦ Σχοινοῦντος : Hiller dans la Syll.3, 965, n. (...)
  • 26 C'était déjà l'avis de Bœckh, CIG, I, 142, qui y voit des pascua en opposition avec l'emploi du sen (...)
  • 27 Sur cette nuance du vocabulaire, voir Gauthier 1976, 148.

16Le versement en deux termes, Hékatombaiôn (1er mois) et Posidéôn (6e mois), est inhabituel dans le droit attique qui prévoit un seul versement par année24, comme, du reste, cela se fera pour l'autre groupe de terres. On constate que les domaines qui constituent cet ensemble sont qualifiés d'ennomia25. Ce mot, qui se rencontre ici au pluriel, sert souvent à désigner des droits de pâturage. Un tel sens s'adapte pourtant mal au texte du Pirée et presque tous les commentateurs ont compris que ces ennomia étaient des terres consacrées au pacage des troupeaux26. Pour cette raison, le règlement n'aurait rien précisé sur la façon de les mettre en culture, comme pour le second groupe de temenè. Les ennomia sont sur le même plan que le Thesmophorion et le domaine de Schoinous, ce qui implique qu'il s'agissait de terres. Un autre argument en faveur de l'opinion commune (les ennomia sont des terrains de pacage) peut être tiré de l'emploi de μισθωσάμενοι à propos des locataires : en attique, pour désigner l'adjudication de taxes, on aurait eu plutôt recours à πριάμενοι27. Dans ces circonstances, le versement du loyer en deux termes trouverait alors un parallèle dans la Hiera Syngraphè de Délos (no 24) qui comporte une disposition semblable pour les locataires qui élèvent du bétail.

3. Règlement sur le paiement des ennomia, Attique (326/325 ? a.C.)

17H. G. Lolling, MDAI(A), 4, 1879, p. 199-206 (Köhler, CIA, II, 5, 584c ; Dittenberger, Syll.2, 432) ; Kirchner, IG, II2, 1196 (Syll.3, 914).
Cf. D. Whitehead, ZPE, 47, 1982, p. 38-39, sur le démarque.
Texte utilisé : Syll.3, 914, modifiée.

  • 28 Pour sa localisation, voir Eliot 1962, 6-24. D'Aixônè provient un célèbre bail, Syll.3, 966, datant (...)
  • 29 L. 4 on lit partiellement le nom du démarque : τὸν δήμαρχον Δωρ--- ; il s'agit peut-être d'un certa (...)

18La pierre, en marbre du Pentélique, découverte à Trachonès, sur le site d'Aixônè, montre que ce texte émane sans aucun doute de ce dème, situé sur la côte au sud du Pirée28. Il est gravé à la fois sur la face et sur le côté droit de la stèle. La face, très endommagée, est difficilement lisible, si bien que l'établissement du texte n'a rien gagné au réexamen du monument et que les lectures de Kirchner sont nettement en retrait de celles de Lolling. Ce sont donc les restitutions de Dittenberger pour la deuxième édition de la Sylloge qui ont marqué l'étape la plus importante dans l'amélioration du texte. Ce document gravé en style stoichèdon date du IVe s. a.C. et certains éditeurs ont avancé la date de 326/325 a.C.29, mais sur des bases prosopographiques fragiles. Le texte est fort mal conservé et d’interprétation difficile. On croit comprendre qu'il s'agit d'un document réglant les procédures judiciaires en cas de non-paiement de l'ennomion. Aux 1. 6-9, les plus endommagées, on lit :

[----] δικάζεσθαι δὲ τὸν δήμαρ[χον τοῖς---]
[---οὐκ] ἀποδεδωκόσιν καὶ τῶι τοῦ ἐννο[μ]ίου τὴν τι[μ]ὴν οὐκ ἀποδ-
[8] [εδωκότι· ἐν δέ τινε]ς τῶν ὀφειλόντων βούλωντα[ι] ἐπιτρέπειν τοῖς δημό-
[ταις περὶ ὧν ὀφεί]λουσιν, ὀμόσασιν πρὶν εἰσάγεσθαι εἰς τὸ δικαστήριον κτλ.

19L. 6-7 : δήμαρ[χον - - -] ἀποδεδωκόσιν, Lolling, Kirchner.
L. 7 : ἐννο[μί]ου, Lolling, Köhler ; τι[μὴν], Lolling, Köhler, Dittenberger ; à la fin de la ligne, la copie en majuscules de Lolling (reproduite par Köhler) donne la haste oblique droite d'un delta qui était la dernière lettre.

20Traduction : “(...) que le démarque intente un procès à ceux [...] qui n'auront pas versé et à celui qui n’aura pas versé le montant de l'ennomion ; si certains débiteurs désirent faire appel aux démotes au sujet de leurs dettes, qu'ils prêtent serment avant d'être introduits devant le tribunal (…)”.

  • 30 Pour Lolling 1879a, 206, et W. Hofmann, De jurandi apud Athenienses formulis, cité par Kœhler, IG. (...)

21Sur le côté droit de la pierre est gravé un serment dont on ne sait si c'était celui du démote ou celui de la personne contre laquelle il avait engagé des poursuites30. Le texte est en stoichèdon irrégulier (15 ou 16 lettres). Il y est question des ennomia (au pluriel) dans une phrase dont le début est perdu (I. 28-39) :

[28] καὶ λύ[σομαι οὐδν]
τούτω[ν οὔτ’ ἐγώ οὔτ]-
ε τῶν ἐμῶ[ν οὐδείς] Image 10000000000000070000000FD2096AC2.jpg[ἰ]-
δότος ἐμ[οῦ, ἐὰν] μὴ ψη-
[32] φίσωνται οἱ [δ]ημότ-
αι ἀποδόσθαι τὰ ἐν-
νόμια· καί εἰς τὸν λοι-
πόν χρόνον ἀποφανῶ
[36] τοῖς δημόταις ἐὰν
τινά τι εἰδ[ῶ] ποιοῦ-
ντα τούτων ἐν τοῖς
[ἀ]γροῖς·

22L. 28 : καὶ Λυ[σίστρατος, Lolling.
L. 29 : Lolling ne reconnaît que τούτω[ν à cette ligne.
L. 30 : ἐτῶν ἐμ[--], Lolling ; à la fin de la ligne, sa copie en majuscules donne la partie inférieure d’un E au-dessus du Ψ de la ligne suivante.
L. 31 : ΔΟΤΟΣ EM-5 lettres-MHΨH sur les copies en majuscules données par Lolling, μὴ ψηΙφίσωνται est donc assuré.
L. 34 : ἐς donné par erreur par Hiller.
L. 37 : εἰδῶ, Hiller ; la copie en majuscules de Lolling supposerait είδῇ, mais c'est peut-être une faute du graveur.
L. 39 : [ἀγ]ροῖς, Lolling, [ἀ]γροῖς, Dittenberger.

23Traduction : “(...) et je ne serai dispensé de rien de cela, ni moi ni aucun des miens à ma connaissance, à moins que les démotes ne décident par vote d'affermer les ennomia ; et pour l'avenir, j’indiquerai aux démotes si je sais que quelqu’un fait une de ces choses dans ses propriétés ; (...)”.

  • 31 Traduit de l'allemand, Lolling 1879a, 202.
  • 32 L. 5, on lit ἰερ]οποιοῖς.
  • 33 Ce mot apparaît dans un passage très mutilé, 1. 17-19 :----ON καὶ oἱ σύνδικοι καὶ I -----δήμαρχος μ (...)
  • 34 La partie judiciaire du texte est la plus intéressante, voir Whitehead 1986, 113-114.

24L'ennomion en question dans ce document a toujours été interprété comme une taxe. Lolling, le premier éditeur, écrivait dans sa présentation du texte : “Le contenu de l'inscription n'est pas clair en tous points, mais il s'agit selon toute vraisemblance de l'affermage de l'argent des pâturages (Weidegelder) qui appartiennent au dème ou de droits de pâturage (Weidesteuer), ainsi que des décisions légales pour la protection de cette partie de la πρόσοδος”31. L'emploi du verbe ἀποδόσθαι (1. 7-8, “affermer”) et surtout l'expression το ἐννο[μ]ίου τὴν τι[μ]ήν (1. 7, “le montant de l'ennomion”) ne laissent en effet guère de doutes sur la nature de cet ennomion. Cette taxe était perçue par le dème en échange d'un droit de pâturage sur des terres qui étaient peut-être sacrées32. On prévoit l'éventualité de contestations au sujet de ces droits et notre texte fixait la procédure pour y mettre fin. Le démarque, représentant son dème et assisté de syndikoi33, avant d’intenter un procès aux débiteurs du dème devant les tribunaux de la cité, les invitera à se présenter pour une conciliation. Si les débiteurs acceptent, les démotes trancheront par un vote et les débiteurs devront se soumettre à leur décision34.

  • 35 Syll.3. 914, n. 5.

25Peut-on aller plus loin dans l'interprétation des aspects fiscaux de ce texte, notamment pour le mode de perception ? Lolling avait déjà expliqué que la perception de l'ennomion était affermée. Dans les éditions successives de la Sylloge, Dittenberger et Hiller ont cru trouver un indice supplémentaire de cette pratique dans l'opposition entre “ceux qui n'ont pas versé” (τοῖς----I----οὐκ ἀποδεδωκόσιν, 1. 6-7) et “celui qui n'a pas versé le montant du droit de pâturage” (τῶι τοῦ ἐννο[μ]ίου τὴν τι[μ]ὴν οὐκ ἀποΙ[δεδωκότι, 1. 7-8), la première formule désignant les contribuables, d'où le pluriel, et la seconde le fermier de l'ennomion35. L'argument est mince dans la mesure où l'on a pas le complément du premier groupe, mais l'affermage était, quoi qu'il en soit, le mode normal de recouvrement fiscal à Athènes comme dans les autres cités grecques.

26Le rapprochement avec le texte précédent est instructif : au Pirée, les ennomia étaient, semble-t-il, des terrains de pâture que l'on louait à des particuliers, tandis que le même mot aurait servi, à Aixônè, pour désigner une taxe perçue sur les pâturages, l'ennomion. Ce serait là un cas supplémentaire de la souplesse déroutante du vocabulaire grec, puisqu'un même terme pouvait servir à nommer deux réalités liées, mais distinctes.

4. éVacuation de bétail en temps de guerre à Rhamnonte en Attique (236/235 a.C.)

27Ph. D. Stavropoulos, Hellenika, 3, 1930, p. 153-162 (P. Roussel, BCH, 54, 1930, p. 268-282) ; J. Pouilloux, La forteresse de Rhamnonte, Paris, 1954, 15, photo, pl. XLIX 2 (Pouilloux, Choix, 19 ; L. Moretti, ISE, I, 25) ; SEG, 25, 1971, 155 (R. Osborne, in The Greek City front Homer to Alexander, éd. O. Murray & S. Price, Oxford, 1990, p. 289-292 et trad. fr., La cité grecque d'Homère à Alexandre, Paris, 1992, p. 330-334) ; A. Bielman, Retour à la liberté, 1994, 30, trad. fr. et photo, pl. XIV ; V. Ch. Pétrakos, Ὁ δῆμος τοῦ Ῥαμνοῦντος, II, Athènes, 1999, 17.
Cf. B. D. Meritt, AJA, 37, 1933, p. 46-47, archontat d'Ekphantos ; St. Dow & P. Traywick, “Peculiarities in a Rhamnousian Inscription”, Glotta, 45, 1967, p. 195-202, détails aidant à l'établissement du texte, après autopsie de la pierre ; V. Pétrakos, CRAI, 1997, p. 615-616, protection des paysans.
Texte utilisé : Pouilloux.

28L'un des beaux textes découverts à Rhamnonte (côte nord de l'Attique) est un décret du dème en l'honneur d'un militaire athénien au service de la Macédoine, Dikaiarchos fils d'Apollônios du dème de Thria. Il est gravé sur une stèle de marbre bien conservée et ornée d'un fronton.

  • 36 Sur l'archontat d'Ekphantos, Meritt 1933, 46-47, et Dow 1967, 202-221.
  • 37 Ce point du décret a été commenté par Pouilloux 1954a, 131, Moretti 1967-1976, 1. 55, et Whitehead (...)
  • 38 Dikaiarchos a reçu en réalité deux fois la couronne d’or de la part du dème de Rhamnonte : une prem (...)
  • 39 Cette forteresse était alors tenue par le roi de Macédoine, voir Habicht 1982, 56-57.
  • 40 Sur Erétrie macédonienne, voir O. Picard 1979, 275.

29L'inscription est datée de l'archontat d'Ekphantos (236/235 a.C.)36, en pleine guerre démétriaque. Les démotes, auxquels les militaires de la forteresse se sont associés37, décernent une couronne d'or à Dikaiarchos pour divers services qu'il leur a rendus38. Les attendus du décret permettent de reconstituer une partie de la carrière de cet officier. On apprend ainsi que Dikaiarchos, en compagnie de son père Apollônios, avait été nommé par le roi Antigone Gonatas au commandement de la garnison macédonienne de Rhamnonte39. Les premiers liens avec les démotes ont donc été noués plusieurs années avant le vote du décret. Par la suite, Dikaiarchos avait reçu le commandement de la forteresse de Panakton, dans l'ouest de l'Attique ; là, il fut probablement au service d'Athènes jusqu'à ce que le roi Dèmètrios II lui confiât la garde de la forteresse d'Érétrie en Eubée40. C'est ce poste qu'il occupait au moment où le dème de Rhamnonte vota notre décret en remerciement de services qu'il venait de lui rendre. Ici, nous nous intéresserons à ces services :

καὶ νῦν τεταγμένος ὑπὸ τοῦ βασιλέως Δημητρίου ἐν τεῖ
ἄκραι τεῖ Ἐρετριέων διατελεῖ εὔνους ὢν τῶι δήμωι τῶι Ἀθη-
ναίων καὶ κοινεῖ πᾶσιν καὶ ἰδίαι τοῖς ὑπεκτεθημένοις τὰ βοσκή-
[20] ματα διὰ τὸν πόλεμον διασώιζων καὶ βοηθῶν εἰς ὃ ν αὐτ[όν]
τις παρακαλεῖ· καὶ παραγενομένου τοῦ στρατηγού Φιλοκή-
[δ]ου εἰς Ἐρέτριαν συνηγόρησέν τε τούτωι καὶ τῶν πολιτῶν
[ἕ]να ἀπηγμένον ἐπὶ θανάτου ἐξείλετο ἐκ τοῦ [δε] σμωτηρίου]
[24] καὶ ἀνέσωισεν ἀποδεικνύμενος τὴν εὔνοιαν ἣν ἔχει πρὸς τοὺς πολίτας

30L. 17 : τεταγμ[έ]νος, Roussel.
L. 21-22 : Φιλο[κ]ήI[δ]ου, Roussel.
L. 23 : la pierre porte ΕΞΕΙΑΕΤΟ (la barre médiane du second epsilon n'est pas visible ; voir Dow et Traywick), d'où ἐξείλετο, Pouilloux.
L. 24 : [κ]αί, Roussel, au début de la ligne.

31Traduction : “(...) et se trouvant maintenant chargé par le roi Dèmètrios de la citadelle d'Érétrie, il continue à se montrer bienveillant envers le peuple des Athéniens dans son ensemble et en particulier envers ceux qui ont évacué leur bétail à cause de la guerre, les soustrayant au danger et apportant du secours à ceux qui le lui demandent ; et le stratège Philokèdès s'étant rendu à Érétrie, il l'a assisté comme défenseur, a tiré de prison l’un de nos concitoyens condamné à mort et l'a sauvé, faisant ainsi preuve de sa bienveillance à l'égard des citoyens (…)”.

  • 41 La guerre démétriaque est mal connue : à Will 1979-1982, 1. 343-349, on ajoutera Hammond & Walbank (...)
  • 42 Ce point est l’objet de discussions. Que le danger redouté par les habitants de Rhamnonte ait été u (...)

32La guerre faisait encore rage lors du vote de ce décret par les démotes de Rhamnonte41 : Athènes, solidement ancrée dans le camp macédonien, participait aux hostilités commencées peu de temps après l'avènement du roi Dèmètrios II en 239 a.C. Le souverain macédonien, après avoir conclu une alliance avec l'Épire, devait alors faire face à une coalition réunissant Étoliens et Achéens. La position de l'Attique était périlleuse, car seule sa côte septentrionale était à l'abri de l'ennemi grâce à la couverture que fournissait l'Eubée tenue par le roi. En revanche, la frontière terrestre du nord-ouest était menacée par les Étoliens et, au sud-ouest, les troupes d’Aratos pouvaient à tout moment lancer une attaque par la Mégaride42.

33En 236/235 a.C., ces menaces furent jugées graves par les habitants de Rhamnonte et ils préférèrent procéder à l'évacuation de leurs troupeaux vers l'Eubée pour les mettre à l'abri d'une agression terrestre venue, soit du nord-ouest (si la Béotie était alors encore dans le camp hostile au roi), soit, plus probablement, du sud-ouest d'où arrivaient les bandes armées d'Aratos.

  • 43 Müller 1975 où notre texte est cité sous le no XXIII, p. 136-137.
  • 44 The. 2.14.1 : Οἱ δὲ Αθηναῖοι ἀκούσαντες ἀνεπείθοντό τε καὶ ἐσεκομίζοντο ἐκ τῶν ἀγρῶν παῖδας καὶ γυν (...)
  • 45 Müller 1975, 145 : “Ὑπεκτίθεσθαι [...] erweist sich somit als der terminus technicus par excellence (...)
  • 46 Cf. Énée le Tacticien 10.1-2, qui conseille d'évacuer les animaux de labour et de trait (ζεύγη) ain (...)

34Le recours aux évacuations en cas de guerre est une pratique bien connue, analysée et éclairée par l'article que leur a consacré H. Millier43. Le cas le plus célèbre s'est produit en 431 a.C., lors de la première année de la guerre du Péloponnèse, et faisait partie du plan de guerre de Périclès : “Les Athéniens, l'ayant entendu, se laissèrent gagner à ses raisons et ils se mirent à faire rentrer de la campagne les femmes et les enfants, ainsi que le matériel d'usage domestique et tous les éléments en bois qu'ils enlevaient aux maisons elles-mêmes ; pour les troupeaux (πρόβατα) et les bêtes de somme (ὑποζύγια), ils les firent passer en Eubée et dans les îles avoisinantes”44. On retrouve dans l'inscription de Rhamnonte le verbe servant habituellement à désigner ces évacuations de biens : ὑπεκτίθημαι45. Outre le bétail, comme ici et comme en 431 a.C., on procédait aussi à l'évacuation des esclaves46.

  • 47 IK, 1-Erythrai & Klazomenai, 9. Les deux éditeurs ont laissé supposer à tort qu'il y était question (...)

35A propos de l'inscription de Rhamnonte, deux points méritent d'être soulignés. On remarque tout d'abord que cette évacuation a nécessairement eu lieu par mer ; or, le trajet n'était pas particulièrement court puisqu'une quinzaine de milles nautiques séparent Rhamnonte et Érétrie. Cette solution pouvait paraître pénible, mais elle était aussi plus sûre, car elle mettait les biens évacués à l'abri d'un ennemi proche. Outre le texte de Thucydide, qui montre combien le choix des habitants de Rhamnonte était logique dans la mesure où c'était la même puissance qui contrôlait les deux rives de l'Euripe, il existe un autre cas d'évacuation par mer connu par une inscription : un traité datant des années 350-342 a.C. conclu entre la cité d'Érythrées et le tyran Hermias qui gouvernait Atarneus et Assos en Éolide comporte une clause sur l'évacuation des biens en cas de guerre et suppose donc un transport par bateau47.

  • 48 P. Roussel 1930, 275, s'est montré cependant très prudent en supposant un lien entre l'évacuation d (...)

36L'autre intérêt de l'inscription de Rhamnonte est de faire connaître une évacuation qui a réellement eu lieu, alors même que les sources épigraphiques n'évoquent, à ce sujet, que des clauses relatives à un droit potentiel. L'évacuation du bétail des habitants de Rhamnonte ne s'est peut-être pas effectuée sans difficulté, comme le montrerait la libération par Dikaiarchos d'un Athénien détenu dans la prison d'Érétrie et condamné à mort48.

  • 49 Sur les ressources agricoles du dème de Rhamnonte, Pétrakos 1999, 1.417-418.
  • 50 Pétrakos 1999, 2, no 180. Ce texte était attribué au dème du Sounion, mais la découverte de fragmen (...)
  • 51 Pétrakos 1999, 2. no 3 : καὶ τὸν σιτ[ικὸν καὶ] τοὺς ξυλίνους καρποὺς μέχρι τριάκοντα σταδίων συνεκό (...)
  • 52 La place de l’élevage dans l'économie agricole de Rhamnonte est peut-être confirmée par un autre dé (...)
  • 53 Pétrakos 1999, 2. no 74.

37Deux autres inscriptions permettent de mieux situer la place du bétail dans l'économie locale49. La première est un bail daté de 339/338 a.C. et conclu par le dème de Rhamnonte pour un domaine sacré50. Le tableau qu'il permet de dresser n'a rien de bien original pour l'Attique : jachère biennale, céréaliculture fondée sur le blé et l'orge, rôle important des légumineuses, de la vigne et de l'olivier. La seconde inscription, trouvée dans la forteresse de Rhamnonte, date, elle, des débuts de la guerre chrémonidienne. Il s'agit d'un décret du dème en l’honneur du stratège Epicharès : il s'était attaché à assurer la sécurité autour de la forteresse, pour préserver les récoltes de blé et de fruits et pour protéger les vignes dans un rayon de trente stades51. Les ressources tirées de la mer devaient également jouer un rôle dans l'économie du dème. La présence de bétail (βοσκήματα) mentionné dans l'inscription pour Dikaiarchos vient ainsi compléter le tableau habituel de l'agriculture méditerranéenne : de nos jours, les collines à l'ouest de la plaine sont entièrement abandonnées aux moutons et aux chèvres, mais si, dans l'Antiquité, la région était certainement plus cultivée qu'aujourd'hui, l'élevage n'en était pas moins négligeable52. Un pilier du vie s. a.C., dédié par un certain Lachès à Hermès gardien du bétail (βοτõν πίσκοπον), a été retrouvé dans la forteresse53. L'emploi du terme, βοσκήματα, conduit à se demander s'il n'est pas avant tout question de gros bétail, plus difficile à mettre à l'abri derrière les murailles de la forteresse, mais qui allait en revanche trouver un milieu favorable sur la côte méridionale de l'Eubée.

5. Arbitrage de Milet et de Rhodes entre Hermionè et Épidaure (fin du iiie s. a.C. ?)

38Frankel, IG, IV, 927 (fragments de l'exemplaire d'Épidaure) ; Hiller, IG, IV2.1, 7 ; W. Peek, MDAI(A), 59, 1934, p. 47-52 ; (SEG, 11, 1954, 377 ; L. Moretti, ISE, I, 43, 1. 1-23 ; K. Uibopuu, “Ein Vergleich zwisehen Epidauros und Hermione. Zur friedlichen Lösung zwischenstaatlicher Konflikte durch Schiedsgerichte”, GB, 21, 1995, p. 61-70, 1. 1-23 ; Sh. L. Ager, Interstate Arbitrations, 1996, 63 ; A. Magnetto, Arbitrati interstatali, 1997, 69 I – exemplaire d'Hermionè – et II – exemplaire d'Épidaure).

39Cf. A. Wilhelm, “Neue Beiträge I”, SAWW, 1911, p. 26-32 = Akademieschriften, 1, p. 44-50 ; A. Wilhelm, “Ein Gebietsstreit in Argolis”, AAWW, 1948, p. 57-80 = Akademieschriften, 3, p. 319-342 (cf. J. et L. Robert, Bull, ép., 1949, 68) ; M. Jameson, Hesperia, 22, 1953, p. 160-167 (cf. J. et L. Robert, Bull, ép., 1953, 116) ; W. Peek, ASAW, 60-2, 1969, p. 26-27 ; M. Mistsos, “Εἰς I.G. IV2.1, 75”, AE, 1979, 1981, p. 214-217 (cf. SEG, 31, 1981,328).

40Texte utilisé : SEG, 11.

41Ce document est connu par deux exemplaires, l'un en provenance du sanctuaire d'Asclépios à Épidaure, l'autre d'Hermionè. Sur chaque exemplaire se retrouve un texte double comportant d'abord le verdict des juges de Milet, puis celui des juges de Rhodes ; tous deux sont exprimés en termes pratiquement identiques mis à part quelques différences dialectales (l'arbitrage milésien est en koinè, celui de Rhodes en dorien). L'arbitrage milésien est bien conservé sur les deux exemplaires tandis que le texte rhodien est beaucoup plus fragmentaire.

42L'histoire de la découverte de ce texte est une belle illustration des méthodes de l'épigraphie : le texte de la stèle d'Épidaure, connue depuis les fouilles du sanctuaire d'Asclépios où l'on en retrouva quatre fragments, fit l'objet d'une étude d'A. Wilhelm en 1911 : il y établit que les deux parties prenantes étaient Épidaure et Hermionè et localisa le territoire litigieux sur la côte du golfe d'Argolide. En 1934, la publication de la stèle d'Hermionè vint confirmer pleinement les déductions de Wilhelm tout en offrant un texte plus complet, permettant aussi de nouvelles restitutions pour les parties manquantes à Épidaure. Depuis, trois nouveaux fragments ont encore été découverts (publiés en 1948, 1969 et 1981), venant améliorer notre connaissance du texte.

43Nous reproduisons ici le texte des arbitres milésiens tel qu'il est conservé par la stèle d'Hermionè. De l'arbitrage des Rhodiens ne subsistent que quelques lignes au début.

[Κα]τὰ τάδε ἐπέκριναν καὶ συνέλυσαν οἱ Μιλήσιοι δικα-
[στ]αὶ λαβόντες παρ’ ἑκα[τ]έρων τὴν έπ[ιτρ]Image 100000000000000E0000000F436BEC67.jpgήν,
Ζήνιππος ν Γονγύλου, ν Φαινοκλῆς ν Πολυστίδ[α],
[4] Δημήτριος ν Μαιανδρίου, ν Δημήτριος ν Ἱστιαίου,
Ἡγέλοχος ν Θεμιστοκλέος, ν Ἀνθιάδης ν Σίμου·
Image 10000000000000120000000F80BE954B.jpgραληφθέντες ἐκ Κλείτορος ὑπό τῶν ἐξαποσταImage 10000000000000070000000F246CE59B.jpg[έν]-
των ἀνδρῶν, ἐγ μὲν Ἑρμιόνος ν [Φ]ίλωνοςν τοῦ
[8] καλλιστράτου, ν Μενεκράτους ν τοῦ Μενεκράτους, ν ἐγ δὲ
Ἐπιδαύρου ν Δαμ[ο]Image 10000000000000090000000F5E85CFD4.jpgλέοςν τοῦ Καλλιμένεος, ν [Τ]ιμαινέτου
τοῦ Καλλίκωντος, ν καὶ ἐπὶ τοὺς διαμφισβητουμένους τό-
πους ἐπελθόντες, κατὰ τὴν γενομένην περιήγησιν ὑφ’ ἑ-
[12] κατέρων ἐπεκρίναμεν ἐπὶ συνλύσει περὶ ἧς προεκImage 10000000000000130000000FC88DAE80.jpgσ[α]-
το χώρας ἡ πόλις τῶν Ἑρμιονέων τὴν πόλιν τῶν Ἐπιδαυρ(ί)-
ων τῆς τε κατὰ Σελλᾶντα καὶ Ἀγρίους Λιμένας ἄχρι τοῦ
Στρουθοῦντος· εἶναι ταύτην κοινὴν Ἑρμιονέων καὶ πιδαυρίων
[16] οὖσαν τῆς Διδυμίας κατὰ τοὺς οὅρούς οἵ εἰσιν βολεοί λίθοι κείμε-
νοι ἀπὸ τῆς καλουμένης Φιλανορείας, καὶ κατ’ ἄκρας τὰς κολού-
ρας ἕως τοῦ Στρουθοῦντος κατ’ εὐθυορίαν ἕως εἰς θάλασσαν
τὰ προς νότον ὡς ὔδατα καταρεῖ· εἰ δέ τινα ἐπιτίμια ἐ[π]ακολ[ου]-
[20] θεῖ ταῖς πόλεσιν, ἦρθαι ταImage 10000000000000090000000F93E42CBF.jpgτα· περὶ δ τῶν καρπείων καὶ τῶν
ἐπινομῶν τῶν πρὸ τῆς κρίσεως μὴ εἶναι μηδετέροις ἒγκλη-
ματα μηθέν τὸ δὲ γεγονὸς πρότερον κρῖμα περὶ τῶν αἰγῶν πρὸ-
Image 10000000000000090000000F13379B2A.jpgImage 10000000000000070000000F7485B944.jpgοὺς τελώνας κύριον ἔστω.

44L. 1 sq. : les restitutions sont assurées par comparaison des exemplaires des stèles. Celles qu’avait proposées Wilhelm ont été confirmées par la publication de Peek.

45Traduction : “Ainsi ont jugé et concilié les juges milésiens à la requête des deux parties : Zènippos fils de Gongylos, Phainoklès fils de Polystidas, Dèmètrios fils de Maiandrios, Dèmètrios fils d’Histiaios, Hègélochos fils de Thémistoklès, Anthiadès fils de Sirnos ; ayant été pris en charge depuis Kleitôr par les envoyés pour Hermionè d’une part, Philôn fils de Kallistratos et Ménékratès fils de Ménékratès, et pour Épidaure d'autre part, Damoklès fils de Kalliménès et Timainétos fils de Kallikôn, puis s'étant rendus sur les lieux contestés sous la conduite des deux parties, nous avons jugé en vue d'accord au sujet du territoire objet d'une plainte déposée par la cité des Hermionéens contre la cité des Épidauriens et situé auprès du Sellas et des Agrioi Liménès jusqu'au Strouthous ; que ce territoire soit commun aux Hermionéens et aux Épidauriens, depuis les frontières de la Didymie qui sont marquées par des pierres entassées depuis la zone appelée Philanoreia et en suivant les Akrai Kolourai jusqu'au Strouthous en droite ligne jusqu'à la mer et au sud selon la ligne de partage des eaux ; si quelque amende reste due pour les cités, qu'elle soit levée ; au sujet des droits de culture et de pâturage datant d'avant le jugement, qu'aucune plainte ne soit déposée ni d'un côté ni de l'autre ; que le jugement précédent concernant les chèvres soit valable auprès des fermiers des taxes”.

Image 100000000000030D0000021ED618EFA3.jpg

Fig. 1 : Territoire contesté entre Herntionè et Épidaure.

  • 54 Identification due à Wilhelm 1974, 1. 44-50. Cf. Hésychios Ἄγριοι Λιμένες τόπος ἐν Ἑρμιῶνι.
  • 55 Ps-Skylax, Périple, 50 (éd. Mueller, GGM, 1, 44-45), explique qu'Épidaure possédait une façade mari (...)
  • 56 Toute cette région est décrite de façon détaillée par Paus. 2.36.3. où le village porte le nom de D (...)
  • 57 Pour Wilhelm 1974, 3. 319-342, la κοινὴ χώρα en question était composée des γριοι Λιμένες et de la (...)

46La traduction des microtoponymes locaux n'est donnée qu'à titre d'indication : certains, comme les Akrai Kolourai (1. 17-18), sont difficiles à traduire faute de localisation exacte sur le terrain. On s'en tiendra aux éléments les moins douteux : les Agrioi Liménès correspondraient à la baie de Vourlia sur le golfe de Nauplie54. Elle est bordée au nord par le cap Iri qui a des chances de correspondre au Strouthous de notre inscription. Plus au nord, la côte appartenait à Épidaure (qui disposait d'une double façade maritime, à la fois sur le golfe Saronique et sur celui de Nauplie) et au sud à la cité d'Hermionè qui, vers 200 a.C., était déjà entrée en possession du territoire d'Halieis55. A l'est, la baie de Vourlia est dominée par le massif de l'Avgo (les Akrai Kolourai ?) dont l’autre versant regarde la Didymie, territoire du village de Didymoi et possession d'Hermionè56. La partie méridionale du territoire contestée portait le nom de Philanoreia, un microtoponyme peut-être issu du nom de l'un de ses anciens propriétaires. La région qui fait l'objet de la discussion est donc localisée dans ses grandes lignes, même si le détail de ses frontières nous échappe57.

  • 58 Pour la datation du texte, voir Wilhelm 1974, 3. 328, et Moretti 1967-1976, 1. 104, n. 3.
  • 59 Voir Mitsos 1979, 215. Cette nouvelle datation aurait le mérite de résoudre un petit problème : Mor (...)

47En l'absence de toute formule de datation, on admettait traditionnellement une date durant la première moitié du iie s. a.C. sur la base de recoupements prosopograhiques58 Il y a peu. cette conclusion a été remise en cause par M. Mitsos lors de la publication du petit fragment dont l'attribution à la stèle d'Épidaure semble assurée et qui présente des caractères épigraphiques de la fin du iiie s. a.C.59.

  • 60 Analyse générale de ces procédures : voir Tod 1913, 124-126. Sur le cas présent, voir essentielleme (...)
  • 61 Une autre inscription très fragmentaire de l'Asclépieion d'Épidaure, IG. IV2.1, 74, atteste que les (...)
  • 62 Faut-il comprendre τὰ καρπεία ou αἰ καρπεῖαι, comme dans le traité entre Ainbracie et Charadros, Ca (...)
  • 63 Voir Robert 1949, 157.

48La procédure d’arbitrage a fait l’objet d'études auxquelles nous renvoyons60 : elle a abouti à la transformation du territoire contesté en terre commune (κοινή χώρα, 1. 15) et à la définition claire de ses limites. De tout cela, un point doit être retenu : ce sont les Hermionéens qui avaient à se plaindre des Épidauriens (1. 12-13), car Épidaure avait, semble-t-il, pris unilatéralement le contrôle de la zone contestée, alors qu'Hermionè prétendait y avoir des droits, et avait demandé à ceux des Hermionéens qui continuaient à la fréquenter de payer des droits d’usage61. Les lignes 19 à 23 permettent de se faire une idée de l'utilisation de ces terres à l'époque hellénistique. Les droits d'usage pour lesquels on décide d'éteindre toute procédure sont de deux catégories : les karpeia et les epinomai. Par karpeia, il faut entendre les droits qui concernent l'exploitation agricole, culture des céréales, récolte des olives, vendange62, tandis que les epinomai désignent des droits liés à une exploitation pastorale. La dernière phrase (1. 22-23) enfin est la confirmation d’un règlement judiciaire entre les deux cités à propos des chèvres. Cette allusion, qui devait être claire pour les deux parties, est aujourd'hui inintelligible63 ; on y trouve cependant une référence aux fermiers des impôts (τελῶναι), ce qui laisse supposer que l'on avait affaire à des questions fiscales, peut-être à une redevance payée pour l'utilisation de pâturages pour chèvres.

  • 64 Les pêcheries de thon étaient aussi une source de revenus pour les cités de l'Akté, voir Baladié 19 (...)
  • 65 Philippson 1950-1959, 3. 110 : “Das Dorf umgeben zunächst Reben, in weiterem Kreis Getreide-und Tab (...)
  • 66 Philippson 1950-1959, 3. 111 : “Die folgende etwas größere Ebene ist durch den Bedéni-Bach aufgesch (...)

49Ce tableau de l'économie locale nous montre un territoire périphérique, à l'écart des centres civiques et probablement peu peuplé (dans le cas contraire, sa transformation en terre commune n'aurait pas été possible). Sa mise en exploitation devait être précaire : on y cueillait peut-être les olives sauvages, on y conduisait des troupeaux de chèvres64, ce qui devait rendre difficile une véritable mise en valeur agricole des terres. Les plaintes au sujet des chèvres ne sont en effet pas sans rappeler l'inscription de l'île d'Hèracleia (no 35) : il est possible que des colons aient cherché à créer des exploitations agricoles, se heurtant aux habitudes des bergers. Le tableau de la vie agricole et pastorale qu'esquisse cette inscription est confirmé dans la description de la région par Philippson, où la Didymie apparaît comme plus favorisée que la baie de Vourlia : “Les vignes entourent tout d'abord le village [de Didyma], puis, dans un rayon plus large, les champs de céréales et de tabac et enfin, à l'extrémité, les oliviers. C'est un exemple d'une économie villageoise repliée sur elle-même”65. Partant de là, Philippson franchissait ensuite un col dans l'Avgo (593 m d'altitude) avant de parvenir dans la vallée du Bédéni et à la baie nettement plus inhospitalière de Vourlia : “La plaine suivante de quelque importance n'est qu'un pâturage (Weideland) pierreux traversé par le Bédéni ; là se trouve le village d'Iria, formé par deux hameaux (...) ; dans la vallée, il y a des champs pierreux et quelques moulins. La montagne est terriblement dénudée. Tout l'intérieur de cette côte n'est qu'un désert inhabité jusqu'à 12 km environ à l'intérieur des terres”66.

  • 67 Jameson et al. 1994, 285-297, font le bilan de la vie pastorale dans la région.

50A cela viennent s'ajouter les informations rassemblées par le survey mené en Argolide du sud entre 1979 et 198267. La région concernée recouvre sensiblement le territoire d'Hermionè, même si les terres qui firent l'objet de l'arbitrage de Milet et de Rhodes n'ont pas été touchées par la prospection de surface. Si elle ne livre que peu d'informations nouvelles sur l'élevage local aux époques classique et hellénistique, l'enquête de l'équipe de Stanford offre de suggestives comparaisons avec des époques plus récentes. La péninsule d'Argolide vit cohabiter plusieurs formes de vie pastorale. Elle participe encore à des mouvements de transhumance qui se développent à l'échelle de tout le Péloponnèse, ce qui n'était probablement pas le cas à la fin du iiie s. a.C. A côté de cela, les troupeaux des habitants de la région se contentent souvent de déplacements à beaucoup plus petite échelle, bénéficiant de la faible pression démographique dans certaines cantons, ce qui rend possible la transformation des petites vallées côtières en pâturages, livrant les montagnes du sud de la Didymie aux chèvres. C'est bien là le modèle de ce qui semble s'être produit pour le secteur des Agrioi Liménès à la fin du iiie s. a.C. La zone, sans doute peu peuplée, presque abandonnée par les agriculteurs, trop éloignée des agglomérations importantes (Épidaure, Hermionè), était devenu un espace de pacage où, entre autres, les habitants de Didymoi, une kômè, avaient pris l’habitude de conduire leurs chèvres qui pâturaient dans le massif des Akrai Kolourai, si c'est bien lui qu'il faut identifier à l'Avgo. La solution adoptée par les juges de Milet et de Rhodes fut en quelque sorte de geler la situation en faisant de ce canton une terre commune à Épidaure et Hermionè, interdisant sans doute toute réelle tentative de colonisation agricole.

6. Bétail sacré et élevage à Tégée (fin ve - début ive s. a.C.)

51V. Bérard, “Inscription archaïque de Tégée”, BCH, 13, 1889, p. 281-293 (R. Meister, Ber. Sächs. Ges. Wiss., 41, 1889, p. 71-98 ; O. A. Danielsson, “Epigraphica II : de titulo tegeatico”, UUA. 1890, p. 28-63 ; O. Hoffmann, Die griechischen Dialekte. Göttingen, 1891, 29 ; Michel, 695 ; Solmsen, IGIDS, 2e éd., 1 ; Ziehen, LGS. 62 ; Solmsen, IGIDS, 3e éd., 1) ; Hiller, IG, V.2, 3 (Schwyzer, 634 ; Solmsen & Fränkel, IGIDS, 4e éd., 1 ; M. Guarducci, “La legge dei Tegeati intorno ai pascoli di Alea”, RFIC, 80, 1952, p. 49-68 [cf. J. & L. Robert. Bull. ép. 1953, 80] ; Buck, Greek Dialects. 18 ; Sokolowski, LSCG, 67) ; L. Dubois, Recherches sur le dialecte arcadien, Louvain, 1986, II IG, 3. p. 20-34 ; G. Thür & H. Taeuber, IPArk, 2.
Reproduction de la pierre : H. Röhl, Imagines inscriptionum Graecarum, 2e éd., Berlin, 1907, no 13. Photographie de la pierre : IG, V.2, pl. 3, no 3 ; O. Kern, Inscriptiones Graecae, Bonn, pl. 22.
Cf. M. Guarducci, “Miscellanea I : i pascoli del santuario di Alea a Tegea”, RFIC, 65, 1937, p. 169-172 [cf. R. Flacelière, J. & L. Robert, Bull, ép., 1938, 128] ; C. Callmer, Studien zur Geschichte Arcadiens, Lund, 1943, p. 115-116 ; W. Vollgraff, “Remarques sur une inscription de Tégée”, BCH, 70, 1946, p. 617-627 (cf. J. & L. Robert, Bull, ép., 1948, 74) ; M. Guarducci, Epigrafia greca. II, Rome, 1969, p. 65-66 ; M. Jost, Sanctuaires et cultes d'Arcadie, Paris, 1985, p. 146, 382-384 ; R. Osborne, Classical Landscape, Londres 1987, p. 49, commentaires généraux ; E. Schwyzer, Glotte, 11, 1921, p. 77-78, sur λεύτον ; M. Lejeune, RPh, 17, 1943, p. 124, sur πὰρ τάνυ ; R.P. Austin, The Stoichedon Style in Greek Inscriptions, Oxford, 1938, p. 69, sur la gravure ; L. Ziehen, “Zum Tempelgesetz von Aléa”. RhM, 60. 1905, p. 454-457, sur l'attribution du texte à Tégée ; J.G. Frazer. Pausanias's description of Greece, IV, Londres, 1898, p. 426 ; P. Charneux, BCH, 111, 1987, p. 219, sur le sens de ἰν Ἀλέαι ; J. Winand, Les hiérothytes. Recherche institutionnelle, Bruxelles. 1990, p. 182-186, sur le hiérothytès ; G. Papabasilios, AE, 1911, p. 91 ; St. Georgoudi, REG, 87, 1974, p. 178-180 ; S. Isager et J. E. Skydsgaard, Ancient Greek Agriculture, Londres-New York, 1992, p. 191-192 ; S. Isager in T. Linders, Br. Alroth, Economies of Cuit in the Ancient Greek World, Uppsala, 1992, p. 15-16, sur le bétail et l’élevage ; Th. Waechter. Reinheitsvorschriften, p. 121, sur la pureté rituelle.
Texte utilisé : Dubois.

Le document le plus long et le plus détaillé sur la place du bétail dans un sanctuaire grec a été trouvé dans la cité arcadienne de Tégée en décembre 1888 par Bérard et Fougères qui dirigeaient alors les fouilles de Mantinée, à quelques kilomètres au nord. C'est un règlement gravé sur une grande plaque de marbre blanc, couronnée d'un fronton et brisée en bas. La gravure est en stoichèdon de 39 lettres par ligne et il s'agit sans doute du plus bel exemple arcadien de ce style. La partie conservée comprend 35 lignes dont seules les 6 dernières ne permettent pas de lecture suivie. Le graveur y a nettement distingué 10 paragraphes séparés par un signe de ponctuation, Image 10000000000000080000000F627F817D.jpg, remplacé ici par des tirets.

  • 68 Paragraphes non reproduits : VI. 1. 21-23, interdiction de faire du feu dans un bâtiment (le δόμα)  (...)

52Seuls les 5 premiers paragraphes (1. 1-21) concernant directement notre sujet, les autres ne sont pas reproduits68 ; notre lemme n'inclut, outre les commentaires d'ensemble, que les études de détail sur les lignes que nous utiliserons. Dans la traduction qui suit, nous avons laissé certains mots (ἰνφορβίεν, ἰνφορβισμός et περίχωρος) en grec translittéré : leur explication sera abordée au cours du commentaire.

[I] Τὸν hιερὲν πέντε καὶ εἴκοσι ὄις νέμεν καὶ ζεῦγο-
ς καὶ αἶγα· εἰ δαν καταλλάσσε ἰνφορβισμὸν Image 10000000000000070000000F6626E424.jpgναι· τ-
ὸν hιερομνάμονα ἰνφορβίεν· εἰ δαν λεύτον μὲ ίνφ-
[4] ορβίε, hεκοτόν δαρχμάς ὀφλέν ἰν δᾶμον καὶ κάταρ-
[II] Ϝον Image 10000000000000070000000F6626E424.jpgναι - τὸν hιεροθύταν νέμεν ἰν Ἀλέαι ὅ τι ἂν ἀ-
σκεθὲς Image 10000000000000070000000F6626E424.jpg, τὰ δ’ἀνασκεθέα ἰνφορβίεν, μεδ’ ἐσπερᾶσα-
ι πάρ ἂν λέγε hιεροθυτές· εἴ δαν ἐσπεράσε δυύδεκ-
[III-8] ο δαρχμὰς ὀφλὲν ἰν δᾶμον - τᾶς πριπαναγόρσιος τ-
ὰς ὐστέρας τρὶς ἀμέρας νέμεν ὅ τι hὰν βόλετοί, ὃς
μὲ ἰν τοῖ περιχόροι· εἴ δαν ἰν τοί περιχόροι, ἰνφο-
[IV] ρβίεν - ἰν Ἀλὲαι μέ νέμεν μέτε ξένον μέτε Ϝαστύὸν
[12] εἰ μὲ ἐπί θοίναν hίκοντα· τοῖ δὲ ξένοι καταγομέν-
oι ἐξέναι ἀμέραν καὶ νύκτα νέμεν ἐπιζύγιον· εἴ δ-
αν πὰρ τάνυ νέμε, τὸ μὲν μέζον πρόβατον δαρχμάν ὀ-
[V] φλέν, τὸ δὲ μεῖον ἰνφορβίεν - τὰ hιερὰ πρόβατα μὲ
[16] νέμεν ἰν Ἀλέαι πλὸς ἀμέραυ καὶ νυκτός, εἴ καν διε-
λαυνόμενα τύχε· εἴ δ’ἂν νέμε, δαρχμὰν ὀφλὲν τὸ πρό-
βάτον Fέκαστον τὸ μέζον, τõν δὲ μειόνον προβάτο-
ν ὀδελόν Fέκαστον, τᾶν συõν δαρχμὰν Fεκάσταυ, ε[ἰ]
μὲ παρδεταξαμένος τὸς Πεντέκοντα ἒ τὸς Τριακασίος

53L. 2, 3, 7, 10, 13-14, 17 : εἰ δ’ἂν. Bérard, Hiller, Sokolowski, Thür & Taeuber.
L. 4 : ἴνδαμον, Bérard.
L. 5, 9 : ὄτι, Meister, Thür & Taeuber.
L. 7 : ἂν, Hiller.
L. 13 : ἁμέραν, Bérard, Hiller.
L. 16 : ἁμέρας, Bérard, Hiller ; εἰκ ἂν, Hiller, Sokolowski, Thür & Taeuber.

  • 69 Traductions françaises : Bérard et Dubois ; italienne : Guarducci 1952 ; allemande : Meister, Thür (...)

54Traduction : “(I) Que le prêtre laisse paître vingt-cinq moutons, un couple d’animaux de trait et une chèvre ; s’il outrepasse ces chiffres, qu'il y ait inphorbismos ; que le hiéromnémon procède à l'inphorbismos ; si, ayant pourtant constaté le délit, il ne procède pas à l'inphorbismos, qu’il paye au peuple une amende de cent drachmes et qu'il soit maudit. (II) Que le sacrificateur puisse laisser paître sur Aléa tout animal sans tache, et que l'on procède àl'inphorbismos de tous ceux qui ne sont pas sans tache et qu'il ne dépasse pas le nombre déclaré ; s'il le dépasse, qu'il paye au peuple une amende de douze drachmes. (III) Pendant les trois derniers jours de la tripanégyrie, qu'il laisse paître ce qu'il veut, à condition que cela ne soit pas dans le perichoros ; si des animaux paissent dans le perichoros, que l’on procède à l'inphorbismos. (IV) Qu'aucun étranger ou citoyen ne laisse paître sur Aléa, à moins qu'il soit venu pour les banquets sacrés ; qu'un étranger de passage ait le droit de laisser paître une bête de trait pendant un jour et une nuit ; s'il le laisse paître au-delà, qu'il paye une amende d'une drachme pour le gros bétail, et que pour le petit on procède à l'inphorbismos. (V) Que l'on ne laisse pas paître le bétail sacré plus d'un jour et d’une nuit s'il se trouve de passage ; si on le laisse paître (plus longtemps ?), que soit payée une amende d'une drachme par tête pour le gros bétail, d'une obole par tête pour le petit, d'une drachme par tête pour les porcs, à moins qu'ils n'aient l'autorisation des Cinquante ou des Trois Cents69 (...)”.

Attribution et datation du texte

  • 70 Cette absence d'intitulé a été soulignée par Guarducci 1967-1978, 2. 65-66, et Guarducci 1987, 137, (...)
  • 71 Pour la géographie historique de la cité de Tégée et de son sanctuaire d'Aléa, Jost 1985,145-146. L (...)
  • 72 Cette attribution est due à Meister 1889, 76, qui traduisait les expressions ἰν Ἀλέαι ετ κατ’ Ἀλέαν (...)
  • 73 Sur le personnel du sanctuaire, Jost 1985, 381-382.

55Le lieu de découverte de la pierre, la mention réitérée d'un lieu-dit Aléa (1. 5, 11 et 16) certifient, malgré l'absence d'intitulé70, que ce règlement sacré émane du sanctuaire d'Aléa Athéna à Tégée, l’un des plus fameux de toute l'Arcadie71 et c'est à tort que Meister a autrefois cherché à en faire un texte provenant de la petite cité arcadienne d’Aléa72. Le prêtre, les hiéromnémons et le sacrificateur (hιεροθύτης) dont il est ici question sont bien sûr ceux d'Aléa Athéna73.

  • 74 Tous les éditeurs ont consacré au moins quelques lignes à ces problèmes posés par la gravure afin d (...)
  • 75 Pans. 8.45.4-5. date l'incendie de l'archontat de Diophantos et de la 2e année de la 90e olympiade, (...)
  • 76 Pour Vollgraff 1946. 618. cette clause n'est compréhensible que pour les années antérieures à l'inc (...)

56L'absence de formule de datation contraint également à recourir aux critères linguistiques et épigraphiques pour assigner une date à ce texte. L'aspiration en début et milieu de mot notée par un H, l'absence de èta et d'ômega, alors même que le texte emploie le xi et le chi indiquent une période de transition vers l'alphabet ionien (fin du ve s. a.C. et début du ive s. a.C.)74. D'autre part, rien dans ce document ne reflète l'existence de l'État fédéral arcadien mis en place après 370/369 a.C., ce qui constitue un terminus ante quem. Enfin, le paragraphe VI, qui interdit de faire du feu dans un bâtiment (δόμα), est peut-être un souvenir de l'incendie qui détruisit le temple archaïque en 395/394 a.C. et entraîna l'édification d’un nouveau temple dû à Scopas qui, au dire de Pausanias, était le plus réussi du Péloponnèse75 ; il serait alors possible d'utiliser cette date comme terminus post quem. L'argument a cependant été employé dans l'un et l'autre sens76 et mieux vaut s'en tenir à une datation dans le premier quart du ive s. a.C.

Le sens de l'expression “in Aléai”

  • 77 Bérard 1889. 289-291. et Bérard 1893, 1-2, y voit un quartier de Tégée appelé ἐπ’ἈAθηναίαν d'après (...)
  • 78 C'est ainsi que le texte lut interprété par Georgoudi 1974, 179-180, qui y voyait l'une des preuves (...)
  • 79 Guardueci 1952, 67, et Jost 1985, 382, considèrent également que les terrains qui portent le nom d' (...)

57A plusieurs reprises, le texte précise que les droits de pâturage sont accordés “sur Aléa” (ἰv Ἀλέαι, 1. 5, 11 et 16) et le paragraphe sur le droit de traverser le terrain en char utilise l'expression “par Aléa” (κατ’ Ἀλέαν, 1. 24). Cela ne pouvait en aucun cas désigner la cité d'Aléa. Il s'agit en fait d'un toponyme, appliqué à un terrain situé sur le territoire de Tégée77. Certains commentateurs, pensant que ce terrain devait appartenir au sanctuaire, se sont étonnés que le paragraphe V réglemente aussi sévèrement son usage par les troupeaux sacrés (hιερὰ πρόβατα, 1. 15), au détriment des intérêts du sanctuaire. On a alors supposé que le bétail sacré dont il était ici question n'appartenait pas au sanctuaire d'Aléa, mais à d'autres sanctuaires arcadiens. Par une solidarité sans équivalent à notre connaissance, on leur aurait accordé un droit de séjour gratuit, sous certaines conditions78. Il paraît donc plus logique de supposer que le terrain dit Aléa était en fait la propriété de la cité qui se contentait de le mettre à la disposition du sanctuaire et de ceux qui le fréquentaient, ce qui permet de comprendre pourquoi la cité encaissait les amendes en cas d'abus et pourquoi ses deux conseils, les Trois Cents et les Cinquante, ont pu accorder l'autorisation de rester au-delà du délai légal79.

  • 80 Sur l'enceinte de Tégée, voir Callmer 1943, 111-114 et fig. 2, p. 113. Bérard 1892. 547-548, s'étai (...)
  • 81 Pour Guarducci 1937, 170, le περίχορος est le “santuario vero e proprio” et s'oppose aux “pascoli c (...)
  • 82 Pour Zingerle 1939, Beibl., col. 153, δόμα désigne le temple et Ziehen, LGS, p. 191, en parle comme (...)
  • 83 On trouvera l'étude des occurrences épigraphiques de ce terme dans Dubois 1986. 2. 26. qui cite un (...)
  • 84 Cette attitude était déjà celle de Bérard 1889, 292, qui traduisait δόμα par “abri” (pour Jost 1985 (...)

58Le toponyme même d'ἰv Ἀλέα et le fait que ce terrain soit utilisé pour la fête de la déesse, la tripanégyrie, indique qu'il se trouvait à proximité du temple, lui-même situé à 1,5 km environ au sud-ouest du centre civique (agora et théâtre) de Tégée. Il est probable, mais non certain, que le temple était encore à l'intérieur de l'enceinte urbaine qui protégeait un vaste espace, comme cela était le cas dans certaines autres villes du Péloponnèse, et il n’y aurait rien d'étonnant à y trouver des parcelles non bâties encore en possession de la cité, et donc disponibles comme pâturages80. Notre texte apporte quelques précisions sur l'aspect de ces terrains. A la ligne 10, il est question d'un “enclos” (περίχορος ou περίχορον), dont l'accès était interdit aux animaux, même pendant les trois jours de la panégyrie et le paragraphe VI (1. 21) mentionne un bâtiment, le doma. On a généralement vu dans le premier le péribole du sanctuaire81 et dans le second le temple lui-même82. Cette interprétation se heurte à une difficulté : si le texte émane de la cité et s'il concerne bien des terres lui appartenant, est-il concevable que les autorités publiques se soient en même temps mêlées de prendre des mesures de police pour le temple et son péribole ? Du reste, le motperichoros dans le sens de “péribole” ne se retrouve pas ailleurs83. Le plus prudent est donc de considérer ces termes comme inexpliqués84.

Catégories de bétail autorisées à paître sur Aléa

  • 85 Nous ne savons que peu de choses sur le prêtre d'Aléa au moment de notre inscription : deux documen (...)
  • 86 Οἶς est rare dans les inscriptions lorsqu'il ne concerne pas une victime de sacrifice : l'index de (...)
  • 87 Ζεῦγος apparaît généralement dans les inscriptions relatives aux chantiers de construction où des a (...)
  • 88 Αἴξ est tout aussi souvent employé dans un contexte profane, cf. n° 1 ; nombreuses attestations dan (...)
  • 89 Comparer avec les troupeaux de l'Athénien Panaitos, no 1 et commentaire p. 19-20.

59Le premier paragraphe est consacré au bétail du prêtre85. Il aura le droit de taire paître vingt-cinq moutons (οἶς)86, un couple d'animaux de trait (ζεῦγος)87 et une chèvre (αἴξ)88. Sans prétendre que cela représentait la totalité des animaux que pouvait posséder le prêtre d'Aléa, puisqu'il ne s'agit que d'un maximum autorisé, la composition de ce petit troupeau rappelle pourtant celle d’autres cheptels privés89 avec une nette prépondérance du petit bétail sur les bovins, ces derniers étant surtout utilisés comme animaux de trait. Il ne faut sans doute pas voir là des bêtes à destination cultuelle, mais plutôt le cheptel privé du prêtre. Cette concession d'un droit de pâturage sur des terrains publics s'apparente à un privilège constitutif de la prêtrise d’Aléa, de même qu'ailleurs, le prêtre peut légalement être dispensé de certaines liturgies.

  • 90 Ἀσκηθής est un mot homérique (voir le LSJ) mais n'apparaît à notre connaissance que dans une seule (...)
  • 91 Sur le hιεροθύτης, terme que nous traduisons par “sacrificateur”, cf. Foucart 1900, 182, qui évoque (...)
  • 92 Ces animaux étaient peut-être marqués au feu, si l'on suit l'une des interprétations que propose Du (...)
  • 93 Sur cette fête tantôt appelée τριπανάγορσις (1. 8), tantôt πανάγορσις (1. 26), voir Jost 1985, 383- (...)

60Deux paragraphes du texte sont consacrés au bétail du sacrificateur (§ II-III). Il n'est ici question ni du chiffre maximum, ni de la composition du bétail autorisé à paître sur Aléa. La distinction s'établit entre les animaux “sans tache” (ἀσκεθής) et “ceux qui ne sont pas sans tache” (ἀνασκεθής). Cette opposition appartient au vocabulaire religieux90 et l’on doit se rappeler que le rôle du sacrificateur était de fournir les victimes : il ne s'agit donc pas de bétail privé, mais d'animaux destinés aux sacrifices91. Du reste, le sacrificateur devra déclarer à l'avance le nombre des animaux “sans tache” qu'il a besoin de laisser paître sur Aléa, ce qui peut sembler une précaution contre toute tentative frauduleuse d'essayer de faire paître gratuitement des animaux pour des raisons profanes92. Le but du troisième paragraphe, qui lève ces limitations pour la période de la fête, est clair : au moment où les pèlerins affluent à Tégée, il faut pouvoir leur procurer un nombre suffisant de victimes, nombre que nul ne peut prévoir93. La rédaction de ce passage est cependant obscure, de sorte que l'on ne comprend pas s'il s'agit d’une interdiction de faire paître des animaux sans tache ou d'une interdiction de dépasser le nombre déclaré ou les deux à la fois. Une partie du terrain, le perichoros, reste cependant inaccessible aux animaux.

  • 94 La même opposition entre ξένος et ἀστός se retrouve dans la convention entre Oiantheia et Chaleion (...)
  • 95 Dans la convention entre Myania et Hypnia (no 40). un délai de 10 jours est accordé aux bergers dés (...)
  • 96 Gros et petit bétail sont désignés dans le texte par les expressions τὸ μέζον πρόβατον et τὸ μεῖον (...)
  • 97 Guarducci 1937, 172.
  • 98 Le sanctuaire d'Artémis créé par Xénophon à Scillonte était pourvu d'un λειμών permettant l'accueil (...)
  • 99 L'idée que la fête religieuse était aussi l’occasion d'une foire semble s’imposer à partir du § VII (...)

61Il est question du bétail des particuliers dans le paragraphe IV qui concerne les étrangers (ξένοι) tout aussi bien que les Tégéates (Ϝαστοί)94. Ils n'ont aucun droit de pâturage, à moins d'être venus pour les banquets sacrés. Auquel cas, un étranger pourra laisser gratuitement paître pendant 24 heures des animaux d'attelage. Ce délai ne couvre donc pas l'ensemble de la durée de la fête95. Au-delà, il faudra payer une drachme par tête de gros bétail, le petit bétail étant soumis à l'inphorbismos96. Cette différence entre gros et petit bétail a servi d'argument principal contre les partisans d'un inphorbismos/saisie. M. Guarducci s'est cependant efforcée de montrer que la volonté de la cité était d’empêcher les pèlerins de venir avec leur bétail privé tout en leur laissant l’usage des animaux de trait ou de selle avec lesquels ils sont venus à Aléa97. Deux particularités de la rédaction paraissent renforcer cette interprétation : d’une part, dans la phrase accordant le délai d’un jour et d’une nuit, il n’est question que d’animaux d’attelage, (ἐπιζύγιον)98, et non d’autres animaux ; d'autre part, ce délai ne semble être accordé qu'aux étrangers et non aux Tégéates qui sont sur place pour la fête. L’exclusion du petit bétail pourrait être le signe de l'organisation d'un marché ou d'une foire qui se tenait en même temps que la fête religieuse99.

  • 100 Sur les porcs en Arcadie, Roy 1999, 331.
  • 101 Une inscription de la seconde moitié du ve s. a.C., IG, V.2, 159, semble prouver que le sanctuaire (...)

62Le paragraphe V est consacré au “bétail sacré” (les hiepὰ πρόβατα) ; les lignes 17-19 montrent qu'il faut entendre par là aussi bien le gros que le petit bétail et même les porcs100. Leur séjour est gratuit pendant 24 heures et, au-delà, il faudra payer des amendes : une drachme par tête pour le gros bétail et les porcs, une obole par tête pour le petit bétail (il n'est plus question ici d'inphorbismos). Ce “bétail sacré” appartient au sanctuaire de Tégée et il ne s'agit pas d'animaux destinés d’abord aux sacrifices, mais d’un troupeau qui constitue une part des richesses sacrées et qui, comme à Delphes, est une source de revenus pour le sanctuaire101.

Le problème de l'inphorbismos

63Le sens du mot inphorbismos, qui désigne la peine prévue dans de nombreux cas par le texte, a été beaucoup discuté. Nous présentons ici les hypothèses avancées.

  • 102 Guarducci 1937. 170-171.
  • 103 Thür & Taeuber 1994, 15-16.

64 L'inphorbismos comme pose d'une muselière : cette thèse a été soutenue par Danielsson qui fait dériver ἰνφορβίεν et ἰνφορβισμός du mot φορβειά, “muselière”. L'inphorbismos serait alors la pose d'une muselière afin d'empêcher l'animal de pâturer, ce qui permettrait de le laisser sur le terrain sans dégâts pour la végétation. M. Guarducci a montré que cette opération, confiée au hiéromnémon, était en fait pratiquement impossible à réaliser lorsque les animaux étaient nombreux102. D'une certaine façon, la théorie de Danielsson a été reprise par G. Thür et H. Taeuber : on aurait cherché à isoler les animaux fautifs en les parquant dans un enclos où leurs propriétaires devaient aller les rechercher103.

  • 104 Dubois 1986, 2. 22 : “Si la saisie d'animaux surpris à paître indûment dans un sanctuaire est une p (...)
  • 105 C'est bien le sens véritable de φορβειά, cf. Saglio 1887. Ce licou semble surtout avoir été utilisé (...)

65 L'inphorbismos comme saisie : cette interprétation est celle du premier éditeur, V. Bérard. Elle fut ensuite défendue par M. Guarducci en 1937 et M. Jost qui rattachent également ἰνφορβισμός à φορβειά, mais donnent à ce dernier mot le sens de licou, L'ἰνφορβισμός serait la saisie, au moyen d'un licou, des animaux paissant illégalement. Les adversaires de cette solution ont fait valoir l'incohérence du paragraphe IV qui ordonnerait la saisie pour le petit bétail des étrangers, alors que le gros bétail se verrait seulement frappé d’une amende d'une drachme. M. Guarducci s'est efforcée de justifier cette différence par la volonté de laisser aux pèlerins les animaux qui servent à leur transport, tout en confisquant le petit bétail qu'ils n'avaient aucune raison de mener avec eux pour la fête religieuse. Récemment, L. Dubois a fait aussi valoir que la saisie des animaux du prêtre ne lui semblait pas possible104. Un autre point de cette théorie peut paraître contestable : le licou n'est utilisé que pour le gros bétail, chevaux et bovins, et c'est dans ce contexte qu'on rencontre le mot105, alors même que le texte de Tégée applique cette opération aussi à du petit bétail. Dans un second article datant de 1952, M. Guarducci a proposé une solution légèrement différente où ἰνφορβισμός dérive du verbe ἐνφέρβειν, “intégrer à”, et ferait référence à une saisie temporaire. Le bétail fautif, en attendant que son propriétaire ait payé un droit pour le récupérer, serait intégré aux troupeaux sacrés.

  • 106 Hésychios s.v. ἐμφόρβιον· τελώνημα.
  • 107 Dubois 1986, 2. 29. C'est l'hypothèse à laquelle se range Ph. Gauthier. Bull. ép., 1995, 264, dans (...)
  • 108 Voir Chantraine. DELG, s.v. φέρβω. Pour un emploi appliqué au bétail, voir Euripide, Hippolyte, 75, (...)

66 L'inphorbismos comme taxe de pâturage : cette idée, émise d’abord par Solmsen, puis étayée par W. Vollgraff et L. Dubois, repose sur une mention par Hésychios d'une taxe qualifiée d'emphorbion106. Et de fait une inscription de Colophon, qui date des dernières décennies du ive s. a.C. et sera étudiée plus loin, cite des taxes civiques appelées emphorbia (ἐμφόρβια, no 54, 1. 82 et 83). Si l'on admet qu'à Tégée a existé une taxe portant le même nom (ou la forme arcadienne ἰνφόρβια), l'inphorbismos consisterait à faire payer un droit dont le montant était connu de tous et variable, comme le pense L. Dubois, peut-être en fonction de l'âge des animaux, et donc de leur voracité107. Il n'est pas nécessaire du reste d'établir un lien direct entre les emphorbia de Colophon, l'inphorbismos de Tégée et le licou grec, la φορβειά, dans la mesure où ces mots dérivent du verbe φέρβω, qui signifie “nourrir” en général et “faire paître” dans le cas particulier du bétaill108. Un autre élément encore est à verser en faveur de l'inphorbismos comme taxe payée pour mener paître du bétail, c'est la formation même du mot pour laquelle est utilisée le préfixe ἐν- comme pour l'ennomion dont on sait qu'il s'agissait bien d'une taxe sur les pâturages. L'inphorbismos-taxe est donc, croyons-nous, la solution la plus probable.

Notes

1 Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 47.2. Voir Rhodes 1981, 554-555.

2 Pollux 10.97 : ἐν δὲ ταῖς ἀττικαῖς στήλαις αἳ κεῖνται ἐν λευσῖνι, τὰ τῶν ἀσεβησάντων περὶ τὼ θεὼ δημοσί πραθέντα ἀναγέγραπται. On a voulu corriger le texte de Pollux pour faire concorder sa notice et le lieu de découverte en écrivant ἐν τῷ λευσινίῳ au lieu de ἐν λευσῖνι. Il est possible que deux exemplaires des textes aient été gravés, l'un à Athènes dans l'Éleusinion, l'autre à Éleusis dans le sanctuaire des deux déesses ; il est vrai, cependant, que les fouilles d'Éleusis n'ont pas livré le moindre fragment d'un éventuel exemplaire local. Quoi qu'il en soit, la gravité du sacrilège commis à l'égard des Mystères semble avoir fait passer la mutilation des hermès au second plan.

3 Pritchett 1953 (présentation et publication des textes) ; Pritchett 1956 (agriculture, mobilier) ; Amyx 1958 (vaisselle, céramiques). D’autres fragments ont été publiés depuis : Pritchett 1961 et Camp 1974, 319-321. Ils ne concernent cependant pas le passage qui nous intéresse.

4 Sur l'ἐπώνιον, voir Pritchett 1953, 226-230.

5 Andocide 1 (Sur les Mystères). 12-18, pour les listes de condamnés (Panaitios, 13).

6 De cette liste ne subsiste que le premier nom, celui d'un Crétois, Sôsiménès, qui était ânier : IG, I3 l, 422,1. 204-207 (il a été vendu pour 150 dr.) ; cf. 1. 210-211, où le κεφάλαιον de la vente des biens de Panaitios est 390 dr. au moins.

7 IG, I3.1, 418, 1. 6. Raubitschek 1943, 31, a proposé d'identifier le Panaitios de cette liste de propriétés athéniennes en Eubée et celui des stèles des pôlètes.

8 Andocide 1 (Sur les Mystères).52 et 67. Ces passages n'apportent d'ailleurs aucune information sur le personnage. Syll.3, 98, n. 3, MacDowell 1962, 72, et Meiggs & Lewis, no 79, 246, se refusent à identifier le Panaitios condamné dans l'affaire des Mystères à celui de l'affaire des hermès. Les stèles attiques précisent περὶ ἀμφότερα, lorsqu'un condamné l'a été dans les deux affaires.

9 Pritchett 1956. 195-196, sur l’amphore comme unité de mesure des liquides. Il se fonde sur une valeur de 12 conges par amphore, soit 39,4 litres environ, avec une conge de 3,283 litres.

10 Brun 1996a. 89-92, a rappelé cette présence discrète des bovins dans les îles de l’Égée.

11 ID, 406B, 1. 68.

12 Il vaut mieux laisser le dressage des bœufs de labour et de trait à ceux qui auront à les conduire, car l’animal doit être accoutumé à son maître (voir Hésiode, Travaux, 436-440 ; on trouve des recommandations pour le dressage chez les agronomes latins, voir Columelle 6.2 par ex.). La voix du laboureur est un instrument essentiel du lien qu’il établit avec ses bêtes et elles n’obéissent qu’à celui qu’elles reconnaissent de cette manière, cf. Georgoudi 1990, 257-258.

13 Il y a peut-être là un moyen de dater la stèle VI : si certains veaux, agneaux et chevreaux n’ont pas encore été sevrés, c’est que l’on est à la fin du printemps. Pritchett 1953, 232-234, a avancé l’hypothèse que les ventes enregistrées sur la stèle II avaient eu lieu au début de l’automne 414 a.C. et celles de la stèle X, pendant l’hiver 414/413 a.C. Il serait tentant de placer celles de la stèle VI à la fin du printemps 414 a.C.

14 Isée 11 (Sur le domaine d'Hagnias), 41.

15 Les Anciens considéraient qu’un bon berger pouvait s'occuper d'une centaine de brebis à la fois (Vairon, Économie rurale, 2.10.10-11, propose I berger pour 80 brebis et explique qu'Atticus donnait le chiffre de 1 pour 100, cf. ibid., 2, 2, 20 : pour les brebis à laine fine, il faut se contenter de confier au berger un troupeau de 50 têtes). Les chèvres demandent plus d'attention et il vaut mieux que le chevrier ait la garde d'un petit troupeau. Il est vrai que l'on gardait souvent chèvres et moutons ensemble (voir déjà Od., 9.231-249).

16 PCZ 59394 (mémoire envoyé par Zènôn au diœcète Apollônios).

17 L'emploi d'ἀγρός pour désigner un domaine agricole est fréquent, cf. par ex. Xén., Hell., 2.4.1, lors des confiscations des biens des démocrates pendant l’oligarchie des Trente. Sur ces emplois, voir en général Pritchett 1956, 262, et Schuler 1998, 62-66, à partir de la documentation d'Asie Mineure.

18 Les plaidoyers attestent de cet usage : voir Lysias 7 (Sur l'olivier sacré).4 : le domaine (χωρίον) sur lequel se trouve l'arbre est à un certain moment vendu et mis immédiatement en location par son nouveau propriétaire. Le marché locatif agricole est naturellement largement fondé sur les biens des sanctuaires mis en location.

19 Sur l’apiculture attique et les traces archéologiques qu'elle a laissées, voir Lohmann 1993, 1. 39-40. La fouille de la ferme de Vari avait permis d'identifier les grandes ruches de terre cuite des exploitations antiques : Jones étal. 1973, 397-412.

20 Pritchett 1953, 265,1. 40, où il est question d'une [κ]επαία πὶ τõτ βο<õ>νι. Cf. Pritchett 1956, 239 : une κηπαία (θύρα) est une porte sommaire, souvent à l'arrière de la maison, donnant sur le jardin et, ici, également sur l'étable. Un autre passage très restitué de la stèle VI, Pritchett 1953, 271, I. 50, καὶ ἔ[γγονα, enregistre peut-être la vente de jeunes animaux domestiques.

21 On sait qu'un βοῦς ργάτης est un animal de trait, utilisé pour les labours et la traction de véhicules lourds. Voir l'expression dans l'inscription de Téos (no 53). Cf. Georgoudi 1990, 284-285. Les textes de Morrylos en Macédoine montrent qu'elle s'oppose notamment à la vache élevée pour la viande et la production de veaux, la βοῦς ἀγελαία (no 20 et 21).

22 On peut rapprocher cela des bœufs περίζυγοι que le traité de Téos (no 53, 1. 4) oppose aux bœufs ἀροῦντες et ἐργάται. Tréheux 1958, 90, en fait des bœufs “haut-le-pied” : ils “constituent une réserve toute prête pour le recomplément des attelages”.

23 La clause les concernant commence ainsi : οἱ μισθωσάμενοι Παραλίαν καὶ Aλμυρίδα καὶ τὸ ΘηΙσεῖον καὶ τἆλλα εἴ πού τί ἐστιν (1. 15-16).

24 Ps-Aristote, Constitution des Athéniens, 47.4. pour les baux de terres sacrées ; voir Behrenil 1970, 116-118.

25 II y a aussi une difficulté dans la formulation τὸ τοῦ Σχοινοῦντος : Hiller dans la Syll.3, 965, n. 11, propose de lire τὸ Θεσμοφόριον καὶ τὸ τοῦ Σχοινοῦντος (ἐννόμιον) καὶ [τ]Iἆλλα ἐννόμια ; notons de plus qu'il traduit ἐννομίον par scriptura. Behrend 1970, 85, n. 165 a raison de proposer τὸ τοῦ Σχοινοῦντος (τέμενος).

26 C'était déjà l'avis de Bœckh, CIG, I, 142, qui y voit des pascua en opposition avec l'emploi du sens fiscal (scriptura) dans le texte d'Orchomène de Béotie (no 7). De même Hicks traduit par “pasture-land” et les éditeurs des IJG, I, p. 237, par “et autres pâturages”. En revanche la traduction par scriptura proposée par Dittenberger dans la Syll.2, 534, et reprise par Hiller dans la Syll.3, 965, montre qu'ils avaient donné un sens fiscal à ἐννόμια dans notre texte ; ils semblent avoir été suivis par Whitehead 1986, 153.

27 Sur cette nuance du vocabulaire, voir Gauthier 1976, 148.

28 Pour sa localisation, voir Eliot 1962, 6-24. D'Aixônè provient un célèbre bail, Syll.3, 966, datant de 345 a.C. et qu'il ne faut pas confondre avec notre texte.

29 L. 4 on lit partiellement le nom du démarque : τὸν δήμαρχον Δωρ--- ; il s'agit peut-être d'un certain Dôrothéos, démarque d'Aixônè sous l’archontat de Chrémès (326/325 a.C.) connu par l'inscription IG, II2, 1198, 1. 4. Voir la discussion de ce problème de datation dans Whitehead 1982, 38-39.

30 Pour Lolling 1879a, 206, et W. Hofmann, De jurandi apud Athenienses formulis, cité par Kœhler, IG. II.5, 584c. p. 146, il s'agirait du serment du démarque. En revanche, les autres commentateurs y voient le serment de celui qui devait verser l'ἐννόμιον.

31 Traduit de l'allemand, Lolling 1879a, 202.

32 L. 5, on lit ἰερ]οποιοῖς.

33 Ce mot apparaît dans un passage très mutilé, 1. 17-19 :----ON καὶ oἱ σύνδικοι καὶ I -----δήμαρχος μετὰ τῶν συν I[δίκων----.

34 La partie judiciaire du texte est la plus intéressante, voir Whitehead 1986, 113-114.

35 Syll.3. 914, n. 5.

36 Sur l'archontat d'Ekphantos, Meritt 1933, 46-47, et Dow 1967, 202-221.

37 Ce point du décret a été commenté par Pouilloux 1954a, 131, Moretti 1967-1976, 1. 55, et Whitehead 1986, 388, qui inclut notre texte dans les décrets du dème de Rhamnonte.

38 Dikaiarchos a reçu en réalité deux fois la couronne d’or de la part du dème de Rhamnonte : une première fois lorsqu'il était avec son père commandant de la forteresse (1. 12-13 du texte) et une seconde fois lorsqu'il était commandant à Érétrie (1. 35-36).

39 Cette forteresse était alors tenue par le roi de Macédoine, voir Habicht 1982, 56-57.

40 Sur Erétrie macédonienne, voir O. Picard 1979, 275.

41 La guerre démétriaque est mal connue : à Will 1979-1982, 1. 343-349, on ajoutera Hammond & Walbank 1988, 317-336. Sur le rôle d'Athènes dans cette guerre, voir désormais Habicht 2000, 182-183.

42 Ce point est l’objet de discussions. Que le danger redouté par les habitants de Rhamnonte ait été un danger terrestre, et non lié à des pirates, est démontré par le choix de l'Eubée lors de l'évacuation. De plus P. Roussel 1930, 276-277, a supposé qu'en 236/235 a.C. la Béotie se trouvait encore dans le camp ennemi et n'avait pas encore rejoint la Macédoine (cf. Pol. 20.5.4), mais cette interprétation, longtemps admise et que l’on retrouve dans Hammond & Walbank 1988, 328, n'est plus retenue par tous aujourd'hui. Moretti 1967-1976, 1. 55, n. 3, s'est demandé si les habitants de Rhamnonte ne redoutaient pas plutôt les raids qu'Aratos menait en Attique (cf. Plut., Aratos, 33-34). Cette théorie a été consolidée par Habicht 1982, 58.

43 Müller 1975 où notre texte est cité sous le no XXIII, p. 136-137.

44 The. 2.14.1 : Οἱ δὲ Αθηναῖοι ἀκούσαντες ἀνεπείθοντό τε καὶ ἐσεκομίζοντο ἐκ τῶν ἀγρῶν παῖδας καὶ γυναῖκας καὶ τὴν λλην κατασκευὴν ᾖ κατ’ οἶκον ἐχρῶντο, καὶ αὐτῶν τῶν οἰκιῶν καθαιροῦντες τὴν ξύλωσιν· πρόβατα δὲ καὶ ὑποζύγια ἐς τὴν Εὔβοιαν διεπέμψαντο καὶ ἐς τὰς νήσους τὰς ἐπικειμένας (trad. J. de Romilly, CUF). Sur ces évacuations à l'époque classique, voir Hanson 1998, 103-110 et 229-230. Columelle 9.14.19. mentionne la pratique de la transhumance des abeilles entre l'Attique et l'Eubée. La grande île apparaît ainsi largement comme un arrière-pays agricole de l'Attique.

45 Müller 1975, 145 : “Ὑπεκτίθεσθαι [...] erweist sich somit als der terminus technicus par excellence, wenn es gilt, das Auslagern und In-Sicherheit-Bringen von Personnen oder beweglichen Habe zu bezeichnen”.

46 Cf. Énée le Tacticien 10.1-2, qui conseille d'évacuer les animaux de labour et de trait (ζεύγη) ainsi que les esclaves (ἀνδράποδα). Voir le commentaire de ce passage dans Whitehead 1990, 116-117.

47 IK, 1-Erythrai & Klazomenai, 9. Les deux éditeurs ont laissé supposer à tort qu'il y était question de bétail en traduisant ἐκτιθ]Iεσθαι δὲ ἐπαγγείλαντας δ[ικαίως (1. 8-9) par “wenn aber (Vieh) in Sicherheit gebracht wird, soll dies ordnungsgemäB vorher angekündigt werden”. Le propos est en réalité plus général. Voir aussi le texte de Cyzique, no 47.

48 P. Roussel 1930, 275, s'est montré cependant très prudent en supposant un lien entre l'évacuation du bétail et la condamnation d'un Athénien à Érétrie.

49 Sur les ressources agricoles du dème de Rhamnonte, Pétrakos 1999, 1.417-418.

50 Pétrakos 1999, 2, no 180. Ce texte était attribué au dème du Sounion, mais la découverte de fragments de la stèle dans les fouilles de Rhamnonte permet désormais de la donner à Rhamnonte.

51 Pétrakos 1999, 2. no 3 : καὶ τὸν σιτ[ικὸν καὶ] τοὺς ξυλίνους καρποὺς μέχρι τριάκοντα σταδίων συνεκόμισεν (1. 8) τε[τήρ]ηκεν δὲ καὶ τὰς ἀμπέλους ἐφ’ ὅσον Ι [κυριεύω]ν ἦν τῆς χώρας (1. 11-12). Sur ce texte on pourra continuer à consulter les commentaires de J. et L. Robert, Bull, ép., 1968, 247, et l'édition de Heinen 1972, 152-153.

52 La place de l’élevage dans l'économie agricole de Rhamnonte est peut-être confirmée par un autre décret du dème datant de la fin du IIIe s. a.C. où sont honorés plusieurs personnages, entre autres un certain Onésimidès de Rhamnonte, επειδή καὶ οὗτος Ι ἀνατέθηκε τῶι θείῶι τὰς αἰμασιὰς ὅπου ὁ λάκκος ἐστίν, Pouilloux 1954a, no 34 = Pétrakos 1999, 2. no 167,1. 16-17, le dieu en question étant Amphiaraos ; Pétrakos 1999, 1.311-312, lie ces endos et ce réservoir au culte de d’Amphiaraos, mais ils peuvent auparavant avoir été utiles pour le bétail : sur αμασιά, voir Robert 1945, 79-81. La région de Rhamnonte n’étant plus habitée de façon permanente depuis longtemps, elle a peu intéressé les voyageurs comme le montre Pouilloux 1954a, 10-13 ; la description ancienne la plus intéressante est celle de Lolling 1879b, 277-281.

53 Pétrakos 1999, 2. no 74.

54 Identification due à Wilhelm 1974, 1. 44-50. Cf. Hésychios Ἄγριοι Λιμένες τόπος ἐν Ἑρμιῶνι.

55 Ps-Skylax, Périple, 50 (éd. Mueller, GGM, 1, 44-45), explique qu'Épidaure possédait une façade maritime longue de 30 stades sur le golfe d'Argolide. Sur l’absorption d'Halieis par Hermionè, voir Bölte 1912, col. 2247-2248, et Baladié 1980. 216.

56 Toute cette région est décrite de façon détaillée par Paus. 2.36.3. où le village porte le nom de Didymoi : voir Papahatzis 1974-1981, 2. 283-284. Didymoi doit correspondre au village actuel de Didyma.

57 Pour Wilhelm 1974, 3. 319-342, la κοινὴ χώρα en question était composée des γριοι Λιμένες et de la vallée du Bédéni au nord (identifié au Σελλᾶς antique), les frontières décrites dans l’arbitrage étant celles de la κοινὴ χώρα de la Didymie. En revanche, pour Jameson 1953, 148-171, le Σελλᾶς se trouvait au sud des γριοι Λιμένες, dans une petite vallée qui porte aujourd’hui le nom de Salandi (Σαλάντι), les frontières décrites étant celles de la κοινὴ χώρα du côté d'Hermionè et du côté d'Épidaure. Ces conclusions semblent rejoindre celles auxquelles J. et L. Robert, Bull. ép.. 1953, 116, étaient parvenus en préparant un travail sur les frontières grecques et elles ont été reprises par Moretti 1967-1976, 1, no 43, dans sa carte de la p. 102. Voir aussi la carte générale de la région dans Jameson. Runnels & Van Andel 1994, 374.

58 Pour la datation du texte, voir Wilhelm 1974, 3. 328, et Moretti 1967-1976, 1. 104, n. 3.

59 Voir Mitsos 1979, 215. Cette nouvelle datation aurait le mérite de résoudre un petit problème : Moretti 1967-1976, 1. 101, trouvait étrange qu'Hermionè et Épidaure n'aient pas fait appel à l'arbitrage de la Confédération achéenne dont elles étaient toutes deux membres, or nous savons que c'est en 229 a.C. qu'Hermionè a adhéré à la Confédération, cf. Pol. 2.44.6, et Strahon 8.7.3 = C385, voir Will 1979-1982. 1.365. La datation haute a été retenue par Ager 1996, no 63, et Magnetto 1997, no 69.

60 Analyse générale de ces procédures : voir Tod 1913, 124-126. Sur le cas présent, voir essentiellement le commentaire de Uibopuu 1995 et celui de Magnetto 1997, no 69.

61 Une autre inscription très fragmentaire de l'Asclépieion d'Épidaure, IG. IV2.1, 74, atteste que les deux cités avaient mené ensemble une guerre au cours du iiie s. a.C. Ce traité semble organiser le partage du butin ainsi réalisé.

62 Faut-il comprendre τὰ καρπεία ou αἰ καρπεῖαι, comme dans le traité entre Ainbracie et Charadros, Cabanes & Andréou 1985, 505, B, 1. 11 : τὰς καρπείας τᾶς χὼρας (dans une ligne très endommagée) que les éditeurs traduisent par “les revenus du territoire” ? Le LSJ donne τὰ καρπεῖα pour notre texte. Dans deux autres documents d'Argolide, on trouve πικαρπία, IG. IV2.1, 76, 1.38 (traité entre Trézène et Arsinoè, milieu du iie s. a.C.) et IG, IV2.1. 77. 1. 8 (traité entre Trézène et Méthana, première moitié du iie s. a.C.) : voir Baladié 1980, 216, et, sur le sens d'ἐπικαρπία, Holleaux 1938-1957, 1. 108.

63 Voir Robert 1949, 157.

64 Les pêcheries de thon étaient aussi une source de revenus pour les cités de l'Akté, voir Baladié 1980. 216, n. 25.

65 Philippson 1950-1959, 3. 110 : “Das Dorf umgeben zunächst Reben, in weiterem Kreis Getreide-und Tabakfelder, schlieBlich am Rand Ölbäume, Es ist ein Beispiel einer in sich abgeschlossenen Dorfwirtschaft”.

66 Philippson 1950-1959, 3. 111 : “Die folgende etwas größere Ebene ist durch den Bedéni-Bach aufgeschüttetes steiniges Weideland ; hier liegt das Dörfchen Iria in zwei Weilern [...] ; im Tal steinige Felder und einige Mühlen. Die Gebirge sind abschreckend kahl. Das ganze Innere dieser Küste ist unbewöhnte Einöde bis etwa 12 km landein”.

67 Jameson et al. 1994, 285-297, font le bilan de la vie pastorale dans la région.

68 Paragraphes non reproduits : VI. 1. 21-23, interdiction de faire du feu dans un bâtiment (le δόμα) ; VII, 1. 23-26, réglementation de la circulation en char “par Aléa” ; VIII, 1. 26-27, réglementation des ventes lors de la panégyrie ; IX, 1. 27-30, évacuation des immondices (κόπρος) ; X, 1. 30- ?, incompréhensible.

69 Traductions françaises : Bérard et Dubois ; italienne : Guarducci 1952 ; allemande : Meister, Thür & Taeuber ; latine : Danielsson.

70 Cette absence d'intitulé a été soulignée par Guarducci 1967-1978, 2. 65-66, et Guarducci 1987, 137, ce qui l'a conduite à supposer l'existence d'une autre stèle. Cela peut cependant aussi provenir du fait que le texte est fortement abrégé, comme l'a montré Dubois, 1986, 2. 28.

71 Pour la géographie historique de la cité de Tégée et de son sanctuaire d'Aléa, Jost 1985,145-146. L'étude d'ensemble la plus récente sur l'architecture du célèbre temple du IVe s. a.C. est celle de Norman 1984. On trouvera une bonne carte de la Tégéatide dans Fougères 1898, pl. IX (autre carte de la Tégéatide dans Bérard 1892, pl. XIII).

72 Cette attribution est due à Meister 1889, 76, qui traduisait les expressions ἰν Ἀλέαι ετ κατ’ Ἀλέαν par “à Aléa”. Sur la cité d'Aléa, Jost 1985, 106-107. Aléa Athéna y faisait effectivement l'objet d'un culte, de même qu'à Mantinée, Jost 1985, 129-130. Ziehen 1905, 454-457, a démontré que le texte ne pouvait provenir d'Aléa et a aussi cherché à prouver qu’il pourrait s'agir d’un texte fédéral arcadien.

73 Sur le personnel du sanctuaire, Jost 1985, 381-382.

74 Tous les éditeurs ont consacré au moins quelques lignes à ces problèmes posés par la gravure afin de dater le texte : Bérard 1889, 284-285, Vollgraff 1946, 617, Guarducci 1952, 52, Thür & Taeuber 1994, 12.

75 Pans. 8.45.4-5. date l'incendie de l'archontat de Diophantos et de la 2e année de la 90e olympiade, c'est-à-dire de 395/394 a.C.

76 Pour Vollgraff 1946. 618. cette clause n'est compréhensible que pour les années antérieures à l'incendie, pour Dubois 1986, 2. 29, le texte est forcément postérieur à 395/394 a.C.

77 Bérard 1889. 289-291. et Bérard 1893, 1-2, y voit un quartier de Tégée appelé ἐπ’ἈAθηναίαν d'après le nom de l'une des tribus de la cité. l'Ἀθανεᾶτις mentionnée par l'inscription, IG, V.2, 40. 1. 29, et par Paus. 8.53.6. Guardueci 1952, 51. interprète Ἀλέα comme une “località situata – corne sembla – fuori dell'ambito intorno, in cui si trovava il celebre santuario di Alea”. Cette opinion est reprise par Jost 1985, 146 : “on pensera pour Ἀλέα au quartier du temple d'Aléa”. Charneux 1987, 219, a voulu y voir le sanctuaire lui-même, ce qui rendrait trop de clauses de notre texte incohérentes.

78 C'est ainsi que le texte lut interprété par Georgoudi 1974, 179-180, qui y voyait l'une des preuves de l'existence de la transhumance dans la Grèce antique. Guardueci 1952, 67, et Dubois 1986, 2. 28, ont eux aussi conclu que ces troupeaux n'appartenaient pas au sanctuaire de Tégée.

79 Guardueci 1952, 67, et Jost 1985, 382, considèrent également que les terrains qui portent le nom d'Ἀλέα appartenaient à la cité, mais elles n'en ont cependant pas tiré la conclusion qui s'imposait : les troupeaux sacrés appartenaient au sanctuaire de Tégée.

80 Sur l'enceinte de Tégée, voir Callmer 1943, 111-114 et fig. 2, p. 113. Bérard 1892. 547-548, s'était efforcé d'en déterminer le tracé et a cru en reconnaître un tronçon immédiatement à l'est du temple d'Aléa, “mais en si mauvais état que le doute est permis”. Adam 1982, 172-173, remarque que la vaste enceinte de Méssène, sans doute contemporaine de celle de Tégée, permettait d'inclure champs et pâturages dans la ville (voir l'inscription sur les murailles de Skotoussa, no 16). Les enceintes de Mantinée et Tégée présentent également ce plan de vaste ampleur et Martin 1973, 110. met ce phénomène en rapport avec une volonté de protéger et de contrôler les troupeaux en déplacement. Callmer 1943, 115. pense cependant que les terrains de pâturage dits ἰν Ἀλέαι étaient situés en dehors de l'enceinte. Que des troupeaux s'approchent aussi près des centres urbains ne doit pas étonner : en Arcadie même une anecdote racontée par Pol. 9.17, montre qu'à Kynaitha les moutons pouvaient pâturer devant une porte de ville, à proximité de la nécropole, sur cet épisode voir Walbank 1936.

81 Pour Guarducci 1937, 170, le περίχορος est le “santuario vero e proprio” et s'oppose aux “pascoli che si estendono intorno al santuario”. Pour Danielsson 1890, 48, ce serait l'“interior luci sacri locas aedem Minervae cingens, i.e. ipsa templi area saepimento quodam circumdata”. Ziehen, LGS, p. 191, y voit un “delubrum peribolo saeptum”. Pour Dubois 1986, 2. 26, le mot “doit désigner la partie enclose du sanctuaire".

82 Pour Zingerle 1939, Beibl., col. 153, δόμα désigne le temple et Ziehen, LGS, p. 191, en parle comme du “templum”. Dubois 1986, 2.29, écrit qu’“il ne peut s'agir que du bâtiment provisoire en bois – et donc facilement inflammable – dans lequel s'est perpétué le culte d'Aléa entre les années 395 et 366 a.C.. date du début de la reconstruction du nouveau temple”.

83 On trouvera l'étude des occurrences épigraphiques de ce terme dans Dubois 1986. 2. 26. qui cite un exemple de Termessos où ce mot désigne le territoire de la cité : τῇ τε πόλει καὶ τῇ ἡμετέρα περιχώρῳ, où la περίχωρος (sous-entendu γῆ) est manifestement la partie du territoire habitée par les περίοικοι. On ajoutera maintenant une dédicace de Sardes à Caracalla et Géta, SEG, 36, 1986, 1095 : ὑπὲρ εὐετηρίας καὶ εὐθαλείας πόλεως καὶ περιχώρου Σάρδε[ων| (le sens est sans doute le même qu'à Termessos).

84 Cette attitude était déjà celle de Bérard 1889, 292, qui traduisait δόμα par “abri” (pour Jost 1985, 282, c'est une “simple construction”).

85 Nous ne savons que peu de choses sur le prêtre d'Aléa au moment de notre inscription : deux documents de la seconde moitié du iiie s. a.C., IG, V.2, 11, 1. 20 et 10. 1. 1, attestent qu'il était alors l'éponyme de Tégée, ce qui laisse supposer une prêtrise annuelle. C'était toujours le cas au IIe s. p.C. comme le montrent les inscriptions éphébiques de Tégée (cf. par ex. IG, V.2, 50, 1. 2, catalogue éphébique de 155/6 p.C.). A l'époque de Paus. 8.47.3, la prêtrise était confiée à un enfant qui la conservait jusqu'à sa puberté, ce qui, d'après Jost 1985, 381-382, devait correspondre à une réforme antérieure de peu au passage du Périégète par Tégée. Il n’y a pas lieu de croire, comme Vollgraff 1946, 620, que la prêtrise d'Aléa était déjà assurée par un jeune garçon au ive s. a.C. A certaines époques au moins, il y avait en outre une prêtresse d'Aléa : IG, V.2, 81 (ier-iie s. p.C.).

86 Οἶς est rare dans les inscriptions lorsqu'il ne concerne pas une victime de sacrifice : l'index de la Syll.3 n'en donne aucun exemple employé dans un contexte profane. Autant que par l'ambiance religieuse du texte, son emploi s'explique par le fait que πρόβατον a gardé son acception générale de “bétail” (cf. note 96).

87 Ζεῦγος apparaît généralement dans les inscriptions relatives aux chantiers de construction où des attelages étaient utilisés pour le transport des matériaux lourds, cf. une inscription du Pirée datant de 395/394 a.C., Syll.3, 124,1. 4-6, ζεύγ|εσι τὸς λίθος ἄγοσι | μισθός : 160 dr. Le même mot, par extension, peut servir à désigner la journée de travail d’un couple de bêtes de somme (décret pour Eudèmos de Platées, Athènes, 330/329 a.C., Pouilloux, Choix, 6, 1. 18 ; cf aussi le ζυγός comme unité de mesure, no 34, 1. 13, bail d'Arkésiné). A Tégée, il peut tout aussi bien désigner un couple de bœufs que de chevaux ou de mulets, cf. Jost 1985, 382 et n. 9.

88 Αἴξ est tout aussi souvent employé dans un contexte profane, cf. n° 1 ; nombreuses attestations dans des contextes religieux, par ex. Syll.3, 1033b, Χάρισιν αγα θέμις (Thasos, ve s. a.C.).

89 Comparer avec les troupeaux de l'Athénien Panaitos, no 1 et commentaire p. 19-20.

90 Ἀσκηθής est un mot homérique (voir le LSJ) mais n'apparaît à notre connaissance que dans une seule autre inscription relatant des guérisons à Épidaure : Syll.3, 1169, 1. 109-110) : [ἁμέρας δ γενομένας ἁσ]|κηθὴς ἐξῆλθε où le sens est évidemment “en bonne santé”. La valeur religieuse du terme et de son contraire dans notre inscription de Tégée est unique, mais ne semble pas faire de doute, cf. Chantraine. DELG, s.v. ἀσκηθής.

91 Sur le hιεροθύτης, terme que nous traduisons par “sacrificateur”, cf. Foucart 1900, 182, qui évoque justement celui de Tégée. d'après notre inscription, et insiste sur le fait que les animaux dont il est question sont destinés aux sacrifices, contrairement à ce qu'avait cru Bérard 1889, 290-291. Sur ces questions, voir maintenant Winand 1990.

92 Ces animaux étaient peut-être marqués au feu, si l'on suit l'une des interprétations que propose Dubois 1986, 2. 30, du § VI.

93 Sur cette fête tantôt appelée τριπανάγορσις (1. 8), tantôt πανάγορσις (1. 26), voir Jost 1985, 383-384. Son nom ne provient pas de ce qu'elle durait trois jours, puisque notre texte parle explicitement des 3 derniers jours de la panégyrie, 1. 8-9. Wilamowitz-Mœllendorf, dans une note des IG, V.2, 3 soufflée à Hiller, suggère qu'il s'agissait en réalité d'une fête triétérique. Elle comportait sans doute des banquets sacrés, des θοῖναι. Sur ce type de banquets, voir Rougemont, CID, I, p. 64-65.

94 La même opposition entre ξένος et ἀστός se retrouve dans la convention entre Oiantheia et Chaleion (milieu du ve s. a.C.), IG, IX. 1/2, 717,1. 11 et 14-15. Là aussi ἀστός désigne un citoyen.

95 Dans la convention entre Myania et Hypnia (no 40). un délai de 10 jours est accordé aux bergers désirant faire pâturer sur les terres publiques. 1. 4-6, cf Bousquet 1965, 679. A Ios (no 22) le délai de pâturage (sur des terres sacrées ?) est de 5 jours au maximum pour un étranger, 1. 2-5. Dans ces deux cas, le bétail concerné est composé de moutons.

96 Gros et petit bétail sont désignés dans le texte par les expressions τὸ μέζον πρόβατον et τὸ μεῖον (πρόβατον). Πρόβατον y a donc encore un sens très général, comme l'a montré Benveniste 1969, 1. 37-45. A l’époque impériale πρόβατον retrouvera parfois ce sens général que les inscriptions n'attestent plus avec certitude à partir du IVe s. a.C. Une stèle sculptée d'Akmonia en Phrygie contient une dédicace d'un certain Λούκιος faite περ προ|βάτων alors même que le relief représente un âne ou une mule, Varinlioğlu 1983, 81, no 3 et pl. 9.

97 Guarducci 1937, 172.

98 Le sanctuaire d'Artémis créé par Xénophon à Scillonte était pourvu d'un λειμών permettant l'accueil des attelages des pèlerins, Xén.. Anab., 5.3.11, ὥστε καὶ τὰ τῶν εἰϛ τὴν ἐoρτὴν ίóντων ὑποζύγια εὐωχεῖσθαι.

99 L'idée que la fête religieuse était aussi l’occasion d'une foire semble s’imposer à partir du § VIII qui traite des ventes, les ἰνπολαί (= ἐμπολαί), voir Guarducci 1952. 66. Sur ces foires de panégyrie, voir Chandezon 2000b. Il ne paraît cependant pas possible de voir dans le § IX, sur l'évacuation du κόπρος, une disposition prise en vue du nettoyage du terrain dit Aléa après une foire : il est en effet bien précisé par le texte que cette opération devra avoir lieu, τᾶι hεβδόμαι τõ Λεσχανασίο μενός (1. 29 : “le 7e jour du mois de Leschanasios”). En supposant que Leschanasios soit le mois suivant celui de la fête, Panagorsios, le délai de 7 jours au moins semblerait trop long. Le κόπρος dont il est ici question est bien le fumier des animaux ayant le droit de paître sur Aléa. Il sera collecté par des magistrats de la cité, les damiurges, et sans doute revendu.

100 Sur les porcs en Arcadie, Roy 1999, 331.

101 Une inscription de la seconde moitié du ve s. a.C., IG, V.2, 159, semble prouver que le sanctuaire de Tégée servait aussi de banque de dépôt, ce qui aurait pu être une autre source de revenus pour lui. cf. Bogaert 1968, 98-99.

102 Guarducci 1937. 170-171.

103 Thür & Taeuber 1994, 15-16.

104 Dubois 1986, 2. 22 : “Si la saisie d'animaux surpris à paître indûment dans un sanctuaire est une procédure bien connue (...), son application, même provisoire, aux animaux du prêtre d’Aléa, l'éponyme de la cité, est totalement invraisemblable et serait, de toute façon, exprimée autrement”. Voir à Arkésinè d'Amorgos, no 34, 1. 35-37, pour un exemple de saisie. Il ne nous paraît cependant pas que le prêtre, éponyme ou non, ait été au-dessus des lois de sa propre cité et la formulation du texte ne peut être prise en considération, puisque ce que nous lisons est sans doute un abrégé, comme L. Dubois lui-même l'a montré. Quoi qu'il en soit, la saisie ne concerne que les animaux en surnombre, au-delà des chiffres autorisés, cf. Jost 1985, 383.

105 C'est bien le sens véritable de φορβειά, cf. Saglio 1887. Ce licou semble surtout avoir été utilisé pour les bœufs et chevaux : cf. Vigneron 1968, 58-61, et Georgoudi 1990, 139-140.

106 Hésychios s.v. ἐμφόρβιον· τελώνημα.

107 Dubois 1986, 2. 29. C'est l'hypothèse à laquelle se range Ph. Gauthier. Bull. ép., 1995, 264, dans son compte rendu de IPArk.

108 Voir Chantraine. DELG, s.v. φέρβω. Pour un emploi appliqué au bétail, voir Euripide, Hippolyte, 75, à propos de la prairie sacrée d'Artémis : ἔνθ'οὔτε ποιμὴν ἀξιο φέρβειν βοτά.

© Ausonius Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search